Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Paris des étrangers depuis 1945

 | 
Antoine Marès
, 
Pierre Milza

Les Portugais dans la région parisienne depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale jusqu’en 1974

Christine Volovitch-Tavares

Texte intégral

1La présence portugaise en France, de 1945 à 1974, présente certains traits spécifiques : une immigration qui resta longtemps modeste, et qui explose en 10 ans (1962-1972), une immigration concentrée dans quelques régions et quelques secteurs professionnels, une immigration dont les rapports avec le pays d’origine restent tendus avant 1974, et qui a du mal à s’acclimater à la société française.

2La période choisie pour ce colloque commence à la Libération, mais cette date, fondamentale pour la France, n’a pas beaucoup de sens en ce qui concerne l’immigration portugaise – même si la fin des hostilités voulait dire une réouverture des frontières françaises. Le problème pour les Portugais resta très longtemps celui du passage de la frontière de leur propre pays. Par contre, l’année 1974 est une année clé à la fois pour la France et pour le Portugal : en France l’immigration de travailleurs est officiellement arrêtée, et au Portugal le soulèvement du 25 avril 1974 libère le pays de 48 ans de dictature en même temps qu’il met fin à la guerre coloniale qui a rongé le régime et contribué, pour une certaine part, à l’ampleur de l’immigration.

3Les études historiques sur l’immigration portugaise en France sont encore très peu nombreuses, en France comme au Portugal. Il ne peut s’agir ici que d’une première approche, qui concerne plus particulièrement l’impact de cette immigration sur certains secteurs de la société française.

4La période 1945-1974 comprend trois étapes qui concernent non seulement le mouvement démographique de l’immigration portugaise, mais aussi la vie même des individus et leurs rapports entre eux comme avec les différents secteurs de la société française.

5De 1945 à 1962 les immigrés portugais sont encore peu nombreux, le nombre des entrées de travailleurs et de leurs familles reste limité. Un certain nombre d’associations fondées dans l’entre-deux-guerres renaissent, les relations personnelles continuent à lier anciens et nouveaux immigrants.

6Or, une dizaine d’années plus tard, une première grande vague d’immigration portugaise submerge la petite communauté, qui passe de 18 000 personnes dans la région parisienne au recensement de 1954, à 123 000 à celui de 1968. Une deuxième vague plus massive en 1969 et 1970, fait des Portugais au recensement de 1975 le premier des groupes d’immigrés en France. Ils sont alors plus de 300 000 dans les départements d’Ile-de-France, dont 43 500 à Paris. C’est Paris et la région parisienne qui ont accueilli le plus grand nombre et la plus grande proportion de ces immigrés : un quart de 1946 à 1954, un tiers de 1962 à 1968 et près de la moitié en 1975. La région parisienne est à la fois le lieu où le plus grand nombre de Portugais s’installe et une plaque tournante au niveau de l’emploi et du logement pour toute la France. Comme c’est le cas pour les autres immigrations, les intellectuels, les mouvements politiques, les sièges des associations et les lieux d’édition des journaux se trouvent majoritairement dans la capitale ou proche d’elle. Ajoutons que, jusqu’à la fin des années soixante, le consulat portugais de Paris étendait ses compétences au-delà de l’Ile-de-France (le consulat de Tours n’est ouvert qu’en 1968) et qu’il resta longtemps le seul dans la région parisienne (le consulat de Nogent-sur-Marne date de 1971).

D’une communauté en voie d’extinction au premier groupe d’immigrés en France

7De 1946 à 1954, le nombre des Portugais en France, dans la région parisienne et à Paris est en diminution (comme dans l’ensemble de la France). Ils passent de 4 519 en 1946 dans la région parisienne (dont 3 000 dans le département de la Seine), à 3 500 en 1954 (dont 1 300 pour la Seine). Les entrées très limitées de travailleurs ne compensent pas les départs et les naturalisations.

  • 1 Jorge Reis, Aquilino em Paris, ed. Vega, Lisbonne, s/d (1986) 123 p.

8Le 27 août 1957, lorsqu’un arrêté ministériel interdit la Fédération des Emigrés Portugais en France (FEPF), reste-t-il encore des associations portugaises actives ? Celle qui vient d’être dissoute avait été fondée en 1933 et réactivée à la Libération, mais n’avait plus qu’une activité réduite depuis les premières années de la Guerre froide. D’autres associations portugaises fondées avant guerre ou à la Libération s’étaient éteintes elles aussi. Les immigrés portugais en France étaient-ils en voie de disparition ? Leur nombre n’arrêtait pas de diminuer depuis les années trente. On ne rencontrait plus beaucoup d’artistes ni d’écrivains portugais à Paris, alors que des liens étroits s’étaient établis avant guerre entre les Français et leurs homologues portugais (les plus francophiles et probablement les plus francophones d’Europe). C’était le cas d’un écrivain comme Aquilino Ribeiro (« le libertaire républicain », deux fois exilé à Paris, au début du siècle par la monarchie et après 1926 par la dictature, et que François Mauriac protégeait encore contre les rigueurs salazaristes dans les années soixante)1. On comptait aussi avant 1914 des dessinateurs comme le caricaturiste Leal da Câmara (aux dessins célèbres dans l’Assiette au Beurre) et des peintres comme Almada Negreiros, ami de Robert et Sonia Delaunay. C’est tout naturellement à Paris, où elle arrive en 1928, que la jeune Maria Helena Vieira da Silva a choisi de se former et de vivre.

  • 2 A.H. de Oliveira Marques, Afonso Costa, ed. Arcádia. Lisbonne. 1975.

9Une partie des dirigeants républicains portugais, grands admirateurs de la France démocratique, choisissent de s’exiler à Paris lorsque s’installe la dictature en 1926. Ils y fondent en 1927 la Liga de Defesa da Repùblica (« La Ligue de Paris »), puis, en 1936, le « Frente Popular Português ». Ils essaient alors de se lier étroitement à une communauté en accroissement dans les années vingt (elle passe de 20 000 à 50 000 personnes). Mais en 1953, lorsque José Domingues Dos Santos (ancien premier ministre de la République portugaise) quitte Paris où il était exilé depuis 1927, c’est la dernière grande figure des exilés républicains qui s’en va, laissant en France les restes mortels du plus célèbre d’entre eux, Afonso Costa, mort à Paris en 19372.

  • 3 Bulletin dit Ministère du Travail, direction de la main-d’œuvre. Publication bi-mensuelle de stati (...)
  • 4 ONI, Bilan de vingt années d’immigration, 1946-1966, Paris 1966. Exemplaire dactylographié, 25.p.

10De 1954 à 1962, il y a un accroissement modeste mais encore très fragile : par exemple le nombre d’entrées de travailleurs s’accroît assez nettement de 1955 à 1958, puis décroît et s’essouffle. Il reste de toutes façons très limité puisque le total des entrées pour la France atteint seulement 6 716 en 1961. Toutefois, dès le milieu des années cinquante, les employeurs sont demandeurs de travailleurs portugais qui prennent la troisième place, juste après celle des travailleurs italiens et espagnols, dans les entrées des travailleurs permanents, même s’ils se placent encore loin derrière les deux premiers groupes3. Déjà à cette époque, une bonne moitié des travailleurs portugais font régulariser leur entrée en France. Ils partagent cette situation avec l’ensemble des autres travailleurs immigrés, mais eux sont aussi en infraction vis-à-vis de la législation du Portugal. Des témoignages m’ont appris que, déjà en 1947, des passeurs venaient solliciter des jeunes gens dans les villages du nord-est (Trás-Os-Montes) proches de la frontière espagnole. Il fallait donner une somme assez importante (3 000 escudos) pour payer les passeurs et le sauf-conduit indispensable lors de la traversée de l’Espagne. Il y avait moins de problème après le passage des Pyrénées. L’immigration familiale reste encore modeste et en grande partie « assistée »4. Elle concerne moins de 3 000 personnes durant cette période mais vient juste derrière les entrées de familles italiennes et espagnoles. C’est seulement au recensement de 1962 que les Portugais ont retrouvé la place modeste qui était la leur au recensement de 1931 (pour l’ensemble de la France) mais leur répartition a bien changé : ils sont maintenant deux fois plus nombreux dans la Région Parisienne (ils étaient environ 8 000, et ils sont plus de 16 000 en 1962).

  • 5 id.

11La seconde période commence en 1962 et jusqu’en 1966 : c’est une grande vague de départs pour la France qui prend le relais du Brésil et des autres pays d’Amérique dont les frontières se ferment. De plus, le déclenchement de la guerre coloniale en 1961 renforce les motifs de départ. Chaque année voit doubler le nombre de travailleurs portugais qui entrent en France. Ils sont 6 716 en 1961, 12 916 en 1962, 24 781 en 1963, enfin 47 330 en 1965. En cinq ans, de 1962 à 1966, 173 694 travailleurs permanents portugais entrent en France suivis de plus de 48 000 membres de leur famille. En tout, plus de 220 000 personnes5. Cette période se termine toutefois par deux années où les entrées baissent de façon assez importante. Entre 1962 et 1968, la population portugaise en France a été multipliée à peu près par 6. Mais à Paris elle a été multipliée par 7 (ils passent de moins de 2 000 à plus de 13 000) comme dans la région parisienne (18 000 en 1962 et 123 000 en 1968). L’Ile-de-France devient la première destination des Portugais. Les statistiques établies annuellement par l’ONI permettent de cerner précisément ce phénomène ; par exemple en 1967, plus de la moitié des Portugais entrés en France sont venus dans la région parisienne et ils sont de loin le premier groupe d’immigrés pour les entrées dans ces départements, à l’exception de Paris.

  • 6 Waldemar Monteiro, Les émigrés portugais parlent, ed. Casterman, Paris, 1974. Brand, Mossand, Bord (...)

12Cette période est celle d’une grande accélération des sorties illégales du Portugal qui deviennent la règle à partir du milieu des années soixante. Ainsi, en 1967, sur 34 764 travailleurs portugais entrés en France, 27 285 ont eu leur situation régularisée, mais en 1969, sur les 80 000 entrées, seules 8 000 sont passées par la voie normale. Cette situation tient à une série de causes. D’une part, le gouvernement portugais avait coutume de mettre un certain nombre d’obstacles légaux à la sortie de ses ressortissants avant les années soixante : niveau de scolarisation, situation judiciaire, paiement de taxes et délais très longs pour obtenir un passeport d’émigrant. D’autre part, la guerre coloniale explique la volonté de conserver au pays les jeunes gens mobilisables. Enfin les pressions patronales ont poussé à des mesures qui permettent de conserver une main-d’œuvre importante, afin que les bas salaires puissent être maintenus. Cependant, le gouvernement portugais voyait aussi dans l’immigration les avantages d’un affaiblissement des tensions sociales et l’avantage financier des envois de devises par les émigrants : la situation était donc complexe et les mesures parfois contradictoires de ce gouvernement étaient peu compréhensibles pour les candidats au départ. D’ailleurs, la méfiance traditionnelle des paysans portugais envers l’administration renforçait leur volonté de partir « avec un passeport de lapin », dans l’espoir (souvent réalisé) que les autorités portugaises, à la suite des autorités françaises, accepteraient le fait accompli et régulariseraient les situations. Le plus paradoxal fut qu’effectivement les émigrants purent traverser l’Espagne, que les autorités françaises régularisèrent les conditions de séjour et que les autorités portugaises acceptèrent d’autant plus facilement d’entériner les situations des émigrés que les autorités françaises et les employeurs français pouvaient leur fournir des papiers en règle. Toutefois, cette accumulation d’interdictions liée à une certaine incertitude qui planait sur chaque voyage « a salto », entraînèrent une activité prospère de passeurs, plus ou moins honnêtes, un coût élevé pour l’émigré du premier voyage et surtout des conditions tout à fait épouvantables (parfois même tragiques) du passage des deux frontières, spécialement la traversée des Pyrénées, par des gens qui n’étaient absolument pas équipés pour cette épreuve. D’autres parties du parcours étaient faites dans des camions ou des camionnettes bondées, sans aération. Enfin, durant tous ces jours, la nourriture n’était pas abondante, on mangeait froid et très souvent on donnait dehors (dans les meilleurs des cas dans des granges ou des hangars). Mille témoignages racontés à diverses associations françaises, dans de multiples enquêtes, à des amis ou à des voisins sont là pour rappeler dans quelles conditions absolument inhumaines des travailleurs et leurs familles, en pleine période de paix et de prospérité, ont dû venir chercher du travail et une amélioration de leur vie quotidienne6. Cette situation a énormément frappé de nombreux Français et un film tourné en 1967 essaya de dénoncer cette situation scandaleuse : ce fut « O Salto », tourné en 1967 par Christophe de Chalonge (ancien assistant de René Clair, de H.G. Clouzot, et de Franju), qui fut primé à l’époque par l’Office catholique du cinéma.

13A cette époque, une nouvelle immigration politique portugaise s’installe en France, bien différente de celle des républicains d’avant-guerre. Il ne s’agit plus de personnalités politiques mais de jeunes militants, souvent des étudiants, qui refusent la guerre coloniale et la dictature salazariste encore très dure à l’époque (le général Delgado, candidat de l’opposition démocratique unie aux élections présidentielles de 1958, est assassiné par la police politique (PIDE) à la frontière espagnole en 1965).

14Une dernière grande vague d’immigrants arrive en 1969. Il s’agit d’un mouvement qui dépasse de loin celui de la période précédente : en deux ans seulement (1969 et 1970), près de 250 000 personnes, dont près de 170 000 travailleurs permanents, entrent en France en deux ans et près de la moitié d’entre eux s’installent en l’Ile-de-France. En 1970, il y a 204 000 portugais dans la région parisienne dont 22 000 à Paris. Cependant le rythme des entrées se ralentit rapidement et en 1974 il n’y a plus que 36 900 entrées de travailleurs en France, dont 7 300 dans la Région Parisienne, et 1 523 à Paris même. Au recensement de 1975, on compte plus de 750 000 Portugais en France dont plus de 300 000 dans les départements d’Ile-de-France (dont 43 520 à Paris).

  • 7 Jean Wisniewski, « 25 ans de présence étrangère en France, 1948-1972 » in Hommes et Migrations (...)

15Cette seconde vague d’immigrants est encore plus spectaculaire que la première et elle en est partiellement différente, par sa composition géographique et sociologique. Bien sûr, on retrouve en tête l’origine rurale des zones d’émigration les districts du nord-est (Trás-Os-Montes et Beira Alta) et du nord (Minho) comme ceux du centre (Leiria. le district où se trouve Fatima. et Aveiro) déjà présentes dans les périodes antérieures. Mais les départs sont deux à trois fois plus élevés. Dans la période antérieure, les émigrés étaient au nombre de 2 000 à 5 000 par an dans les districts les plus touchés. Mais en 1969, plus de 12 000 personnes quittent le district de Braga, plus de 10 000 celui de Porto. De plus, des régions qui étaient très peu concernées par l’émigration comptent alors un nombre significatif de départs (le district de Beja dans l’Alentejo dont partirent 600 personnes en 1967 compte près de 2 000 émigrants en 1969). C’est une véritable saignée : la population totale du Portugal baisse de 2 % entre 1960 et 1970 et dans huit districts sur dix-huit, la population baisse de plus de 20 % pendant ces dix années7.

  • 8 voir note 6.
  • 9 Jaime António Gonçalves, L’ethnie portugaise en France de 1901 à 1984 et son mouvement associatif, (...)

16Qui part ? Ce sont bien sûr d’abord les paysans, comme dans tout exode rural classique. Au Portugal, ceux qui partent d’abord sont ceux qui appartiennent à des familles possédant de petites propriétés, dont ils peuvent vendre une partie ou qu’ils peuvent hypothéquer pour payer le voyage. Ce sont eux les plus nombreux comme le confirme l’enquête faite en 1965 par les services de la Préfecture de la Seine8. Mais à leurs côtés il y a aussi des artisans-paysans ou des petits commerçants de village. Ceux-là auront moins de mal que d’autres à s’adapter à la vie urbaine moderne de la région parisienne. Pour les ouvriers agricoles la situation est différente : il leur était plus difficile de payer les passeurs, le train, et de plus ils ne pouvaient pas penser revenir facilement en cas d’échec. Enfin, il est plus facile à un petit agriculteur de partir en laissant la charge de la ferme à sa famille, qu’à un ouvrier agricole dont le salaire est la principale source de revenu pour les siens9. Cependant, les comportements des journaliers ont été différents suivant les régions. Dans les zones de grande immigration (Nord, Nord-Est et Centre) il y a eu un effet d’entraînement. Par contre, dans l’Alentejo, où la condition de salarié agricole est généralisée, les départs ont été moins nombreux. Ceci explique des traits spécifiques de la très grande majorité des immigrants portugais.

  • 10 Gervásio, op. cit.

17En 1969, 1970 et 1971, la composition sociologique des émigrants s’élargit : étudiants, ouvriers, y compris ceux de Lisbonne et de Porto, quittent le pays. On compte de plus en plus de femmes et même d’hommes d’un certain âge, seuls ou avec leurs enfants déjà adolescents. Ils quittent en masse la misère mais aussi un horizon sans espoir, une médiocrité personnelle et nationale, la dictature et, pour de très nombreux jeunes, la guerre coloniale. On n’a jamais fait le décompte du nombre de déserteurs, de réfractaires et d’insoumis, parce que beaucoup d’entre eux n’ont pas voulu ou pas su demander le statut de réfugié en France. Ils ont donc fait partie de la grande masse des travailleurs10. Ils quittent un pays qui semble sans avenir (après la déception qui a suivi le remplacement de Salazar malade par Caetano en 1968), un pays de plus en plus isolé sur le plan international à cause de la guerre coloniale où il s’enfonce, un pays où de très nombreuses régions restent encore à l’écart du développement.

  • 11 Presença Portuguesa.
  • 12 Presença Portuguesa.

18Les gouvernements portugais ont essayé de freiner ces départs massifs : signature en 1963 avec le gouvernement français d’un premier accord sur l’immigration, avec installation d’antennes de l’ΟΝΙ au Portugal puis, en 1970, d’un Secrétariat à l’Immigration, en remplacement de la vieille Junta inefficace, et en 1973 la signature de nouveaux accords sur l’immigration. Par ailleurs, les autorités portugaises, dès 1967, avaient interdit l’émigration à ceux qui exerçaient des métiers « indispensables à la vie économique nationale ». En fait, presque toutes les professions étaient concernées11. Par ailleurs, diverses pressions étaient faites sur les émigrés, laissant planer l’incertitude sur leurs possibilités d’obtenir la légalisation de leur situation. Les conditions d’accueil au consulat de Paris étaient absolument déplorables, au point que non seulement les journaux écrits en portugais et destinés aux immigrants les dénonçaient12, mais encore la presse française nationale y était sensible : Le Monde des 23 et 24 août 1970 consacre un article aux conditions lamentables d’attente des immigrés (obligés de venir aux premières heures du jour prendre place dans la queue), sans conditions d’hygiène, ce qui entraînait les protestations énergiques des habitants du quartier du xvie où se trouvait le consulat.

19Les années 70-74 correspondent à une accélération de la création de journaux politiques portugais à Paris et à la formation de plusieurs associations en région parisienne. L’implantation des Portugais dans les communes où ils sont installés s’affirme, les bidonvilles disparaissent peu à peu, non sans certaines tensions (Champigny, Massy). Les enfants portugais venus jeunes en France, ou bien qui y sont nés, ont grandi et bénéficient depuis 1973 des bourses d’études étendues aux enfants étrangers. Une époque se termine, époque de souffrances mais aussi de nombreux espoirs.

Quels travaux font-ils, comment vivent-ils ?

20Les recensements, les enquêtes officielles à partir de 1965, les témoignages, donnent une image assez précise des conditions de vie et de travail des Portugais dans la région parisienne. L’enquête menée par les services de la Préfecture de la Seine en 1964-1965, est particulièrement instructive. Elle a porté d’une part sur une utilisation des fichiers du Bureau de la carte d’identité des étrangers, (utilisation par sondage de près de 8 000 fiches, et utilisation intégrale de 454 fiches) et, d’autre part, sur des enquêtes individuelles (sommaires auprès de plus de 2 000 ouvriers portugais et plus détaillées auprès de 1 130 autres), enfin sur une enquête par questionnaire auprès de 620 entreprises du Bâtiment ou des Travaux Publics de la région parisienne.

Bidonville de Maison-Carrée (Viileneuve-le-Roi), 1972.
(Photographie de Jean-Jacques Verne)

Quel travail ?

21Lors de l’enquête de 1965, tous les Portugais concernés étaient ouvriers et presque tous manœuvres, maçons ou boiseurs.

22A Paris, au recensement de 1968, ils avaient la sixième place parmi les groupes étrangers, après les yougoslaves et les Turcs. Mais ils étaient au quatrième rang de la population active immigrée. Au premier rang de leurs activités, les services (3 284 Portugaises qui représentent le tiers des femmes employées dans les services). Puis vient le secteur du bâtiment et des travaux publics qui emploie près des deux-tiers des Portugais actifs de la capitale (3 000 sur 9 000). La moitié d’entre eux sont manœuvres ou O.S. Les Portugais sont, de tous les groupes étrangers, celui qui compte le moins d’employés de commerce, de banque, de membres des professions libérales.

23A Paris, ils se répartissent de façon à peu près équilibrée entre les services, les travaux publics et les industries de transformation. Par contre, dans les autres départements d’Ile-de-France, ils sont beaucoup plus regroupés dans le bâtiment et les travaux publics que les autres immigrés : dans les Yvelines, la moitié des travailleurs de ce secteur sont des Portugais (et la moitié des Portugais de ce département travaillent dans le bâtiment). C’est aussi le cas en Seine-et-Marne, dans l’Essonne, dans le Val-d’Oise et en Seine-St-Denis. Leur proportion est encore plus importante dans le Val-de-Marne où 62 % des Portugais travaillent dans le bâtiment (et où ils représentent encore la moitié des travailleurs de ce secteur). Dans les huit départements d’Ile-de-France, les Portugais sont essentiellement des O.S. (entre 35 % et 60 % d’entre eux). En 1969, l’enquête annuelle de ΓΟΝΙ sur les entrées des travailleurs permanents nous apprend que la moitié des Portugais entrés en France cette année-là travaille dans le bâtiment et les travaux publics, alors que c’est seulement le cas pour 30 % des travailleurs espagnols, marocains et yougoslaves.

24Cette même année, 10 % des entrées permanentes des travailleurs portugais en France se font dans les services domestiques et d’hygiène, alors que c’est le cas de seulement 6 % des Espagnols.

25Outre les secteurs « traditionnels » pour les Portugais travaillant dans la région parisienne (bâtiment, services) qui dominent de loin, il faut noter leur présence dans les industries de transformation et dans l’agriculture. Dans ce secteur, nombre d’immigrés portugais ont pu utiliser leurs compétences d’origine. Au recensement de 1968, ils sont près de la moitié des ouvriers agricoles dans les Yvelines, comme dans la Seine-et-Marne, la Seine-St-Denis et le Val-de-Marne, et les deux tiers dans l’Essonne. Il faut aussi signaler qu’un certain nombre d’immigrés portugais devinrent chauffeurs (routiers et taxis) et que dans les années 70 on trouve même un journal, O Volante, « journal des chauffeurs de taxi » édité à Montfermeil, qui témoigne du dynamisme associatif de ce secteur.

Quel logement ?

  • 13 « Les travailleurs portugais en France, vers quel avenir ? » in FO-Hebdo n° 1008, 11-8-1965, pp. 4 (...)
  • 14 Felix Neto, Jovens Portugueses em França, ed. Jornal de Psicologia, Porto, 1985, pp. 53-61.

26Jusque dans les années 72-73, leurs conditions de vie sont à l’image de leurs bas niveaux de qualification : ils sont nombreux dans les bidonvilles de la région parisienne et, dès l’enquête de la Préfecture de la Seine de 1965, on les trouve dans ceux de Nanterre, St-Denis, La Courneuve, Aubervilliers, Choisy, Fontenay-sous-Bois, Villejuif, Massy, sans compter le bidonville de Champigny, « célèbre » pour être un bidonville uniquement portugais. A cette époque, beaucoup d’autres vivaient dans les baraques des chantiers et dans les foyers des entreprises du bâtiment, principalement à Orly, St-Denis, Velizy et Choisy. Les familles portugaises habitent soit dans un bidonville (la moitié des 210 travailleurs portugais interrogés en 1965 sont dans ce cas), soit dans des logements vétustés, parfois même des bâtiments agricoles ou des caves, aménagés de façon très rudimentaire. A la même époque, une enquête effectuée par la CGT-FO présente le même tableau du logement des ouvriers portugais du bâtiment logeant sur les chantiers ou dans les foyers13. Une enquête de 1973 sur le logement des immigrés dans la région parisienne permet de voir que la situation s’est modifiée très lentement : même si les bidonvilles ont disparu, les conditions de logement restent encore très difficiles. Il faut noter que les Portugais, à cette époque, étaient dans leur grande majorité dans des conditions de travail et de logement qui permettraient de les ranger plutôt parmi les immigrés non européens, assez loin du cas des Italiens et même des Espagnols. Ils sont au contraire proches, dans leurs conditions matérielles de vie, des Algériens14. Cependant, dès cette époque, ils envoient des sommes assez importantes au Portugal.

  • 15 Albano Cordeiro, « Les associations portugaises, enfermement et ouverture » in Hommes et Migration (...)

27Il faut remarquer que la situation s’est relativement modifiée entre 1964 et 1975. En particulier, le sentiment profond d’isolement dont témoignaient beaucoup de Portugais dans la seconde moitié des années soixante, n’est plus aussi dominant. Il faut insister sur le fait que la vie en France était difficile à cerner pour les nouveaux émigrés portugais, bien plus que pour les Italiens et les Espagnols mais aussi pour les Algériens, qui trouvaient durant ces années-là des compatriotes nombreux, habitués de longue date aux règles françaises. Pour les Portugais, non seulement la langue était à découvrir, mais, plus encore, les règles administratives, la législation du travail, les droits sociaux, qui étaient des éléments totalement inconnus15

La vie associative portugaise et franco-portugaise Diversité, évolutions

28Aux trois étapes mises en évidence par l’examen statistique du rythme de l’arrivée des Portugais en France et à Paris de 1945 à 1974, correspondent, à peu près, trois périodes dans la vie des associations portugaises et dans les liens que des groupes français (syndicaux, politiques, religieux) ont noué avec elles.

  • 16 Archives nationales, versement 800042, Dossier n° 145, Fédération des émigrés portugais en France, (...)

29De la Libération au milieu des années cinquante, les Portugais sont encore très peu nombreux dans la région parisienne et se retrouvent assez facilement dans deux ou trois cafés. Dans une région où ils sont moins de 3 000, les liens personnels, directs ou par relations interposées, sont nombreux. On constate une tendance à renouer les liens associatifs tissés avant guerre. L’association portugaise la plus importante semble être la Fédération des Emigrés Portugais en France16. Elle a été fondée à Paris en 1933. Interdite en 1939 comme d’autres associations d’étrangers, elle sollicite en 1945 une nouvelle autorisation légale. Elle devient membre du Centre d’Action et de Défense des Immigrés (CADI), fondé en 1946, et un de ses responsables est dirigeant de l’Union des anciens combattants engagés volontaires et résistants portugais en France, fondée en 1950. Mais seule la Fédération a eu une réelle vie associative et les autres associations auxquelles elle était liée ont eu une existence très éphémère : le CADI est interdit en mars 1948 et l’Union des anciens combattants est dissoute en 1952 pour non activité. La Fédération avait des sections en province, peu nombreuses et très peu actives après la guerre (à Soissons, Bordeaux et Toulouse). La branche parisienne domine très nettement. Elle a son siège 24 rue Richer (Paris 9e). C’est une organisation où se côtoient des militants de l’époque du « Frente Popular Português » fondé à Paris en 1936, et de simples membres attirés par les activités conviviales et l’entraide que proposait la Fédération. On peut retirer de certains témoignages l’impression d’une nébuleuse organisée autour de la Fédération. Il semble aussi que le lien entre les générations se soit fait grâce à cette Fédération, les plus vieux étant venus en France avant guerre (certains depuis 1919) accueillant ceux qui arrivèrent à partir de 1946/47. En 1946, la Fédération compte 750 membres, installés presque uniquement dans la région parisienne. Elle a encore à sa tête le dernier des grands leaders républicains, José Domingues Dos Santos, un des dirigeants de l’aile gauche du parti républicain, ancien ministre et ancien président du conseil (en 1924), exilé en France depuis l’échec du soulèvement de 1927. Il habite depuis cette époque boulevard de La Villette et s’occupe de l’importation des vins de Porto. Les autres membres de la Fédération sont d’origine sociale beaucoup plus modeste et ils n’ont jamais occupé de poste politique important. Presque tous les membres connus de la police sont des ouvriers spécialisés, un seul a eu des postes de secrétaire et quelques responsabilités dans des associations culturelles et des associations d’entraide au Portugal (en France il est O.S. chez Simca à Poissy). Il s’agit d’ouvriers ayant une formation artisanale et qui ont en France des emplois demandant une compétence certaine (carreleur, scieur de liège, tailleur de pierres, menuisier-ébéniste, mécanicien, ajusteur, charpentier, soudeur à l’arc...). Ils vivent à Paris et dans la région parisienne où ils travaillent depuis avant guerre, époque à laquelle ils sont presque tous entrés en France (principalement dans les années 23-26) de façon d’ailleurs tout à fait légale. Ils sont donc assez âgés (parmi la quinzaine de ceux qui sont connus de la police, un seul a moins de 30 ans et trois ont plus de 50 ans). Plusieurs ont épousé des Françaises, certains des Italiennes et des Espagnoles. Politiquement, les dirigeants de la Fédération entre 1945 et 1957 (date de son interdiction) semblent représenter un large éventail de toutes les sensibilités républicaines portugaises. Cependant, la police française soupçonne les communistes de contrôler la Fédération. Trois responsables sont connus pour être ouvertement communistes, un autre est uniquement membre de la CGT, un autre a un frère anarchiste (expulsé officiellement en 1931). Parmi les responsables communistes de l’association, il faut relever particulièrement le cas de João Martins Aires, entré en France en 1925, carreleur-mosaïste, interpellé en 1937 pour propagande contre le gouvernement salazariste auprès de marins portugais à Rouen. Il a participé à la Résistance française dans les rangs des FTP et des FFI.

  • 17 M.C. Munoz « Le corps expéditionnaire portugais, 1916-1918 » in Hommes et Migrations n° 1148, nov. (...)

30Les activités de la Fédération étaient modestes : une assemblée générale annuelle, quelques fêtes, des bals à Paris ou dans la région parisienne, des pique-niques (en particulier la sortie annuelle de pélerinage patriotique et républicain sur les champs de bataille où le corps expéditionnaire portugais s’était battu pendant la Grande Guerre)17. Une réunion hebdomadaire réunissait tous les jeudis au siège une vingtaine de membres à la fin des années quarante. L’association éditait un journal (qui était fait à Paris mais qui était aussi envoyé en province). Il n’y avait pas, semble-t-il, d’activité politique directement impulsée par la Fédération, même si certains de ses membres participaient à des manifestations aux côtés des Français. Et tous les ans, la réunion autour d’un repas de sardines grillées à la fête de l’Humanité, ne semble pas avoir accompagné une activité très militante, du moins d’après certains témoignages. Cependant, les inquiétudes de la police française, à certains moments de tension de la guerre froide entraînent une série d’enquêtes : en 1946/49 puis en 1956/57. A la suite de cette dernière, l’association est d’ailleurs interdite (une enquête complémentaire a même lieu en 1962 et, selon certains témoignages, met fin aux dernières traces d’activité qui auraient survécu). Ces démarches policières peuvent surprendre quand on voit que dès les premières années de la guerre froide le nombre d’adhérents chute (il passe de 750 en 1946 à environ 300 en 1949). En 1957, au moment de sa dissolution, la Fédération compte 400 membres, quasiment tous installés dans la région parisienne. Pour la Fédération comme pour les quelques autres associations portugaises, les individus ont vieilli, l’immigration s’amenuise, la conjoncture politique change. On assiste à une baisse des effectifs. C’est la fin d’une époque commencée au début du siècle dont le cœur fut les années vingt. C’est la fin d’une première période d’immigration portugaise, c’est la fin de la présence en France des grands dirigeants républicains portugais exilés après 1926. C’est la fin des liens tissés avec des groupes français à l’époque des premières luttes anti-fascistes, puis du Front Populaire et même de la Résistance.

31Une nouvelle vague d’immigrants amorce à partir de 1962 un renouvellement presque total des associations, des journaux portugais et des liens avec les Français. Il n’est pas facile de trouver ce qui relie les générations d’immigrants, les nouvelles organisations aux anciennes. On repère bien certains liens individuels, en relation avec les relations familiales ou villageoises communes aux deux « strates » de l’immigration portugaise. Mais les liens sont fragiles, la vague énorme des nouveaux arrivants déborde les faibles capacités d’accueil des anciens émigrants. De plus la région parisienne prend une place de tout premier plan dans l’installation nouvelle des Portugais, bien au-delà de ce qu’elle représentait pour les générations antérieures (les tableaux et schémas en annexe l’indiquent).

  • 18 La liste des journaux publiés par l’émigration portugaise en France (cf. annexe) a été établie grâ (...)

32Dès le milieu des années soixante, des associations portugaises s’animent et des liens se tissent avec des groupes français, souvent d’ailleurs à l’initiative de ces derniers. Au cours des années qui vont de 1964 à 1967, on trouve à Paris et dans la région parisienne, à côté de l’Association des étudiants portugais en France, l’« Associação nacional dos Portugueses em França » qui publie à Paris, de 1966 à 1973, le Correio Portugas et l’« Associação dos Originarios de Portugal » liée au PCF, qui publie Traço cle União18.

  • 19 Léon Gani, Sindicatos e Travalhadores imigrados ed. prelo, Lisboa, 1975, 443 p.
  • 20 Voir note 13.
  • 21 Gervásio, op. cit.

33Dès cette époque, des liens s’établissent de Façon régulière entre les grandes centrales syndicales françaises et des immigrés portugais. La CGT publie dès 1964 un bulletin en portugais, O Trabalhador et, un peu plus tard, la jeune CFDT publie Liberdade Sindical19. Quant à FO, elle compte parmi ses permanents un jeune Portugais, Eleutério Gervasio, recommandé par le Général Delgado (candidat de l’opposition unie aux élections présidentielles de 1958) chargé de l’information et de la défense de ses compatriotes. Il effectue en 1965 et 1966 deux enquêtes pour FO auprès de ses compatriotes20. C’est l’époque la plus noire pour les immigrants portugais qui, non seulement ne connaissent pas la langue mais, plus encore, ignorent tout de leurs droits et du fonctionnement de l’administration française. De plus, leur situation souvent irrégulière lors de leur arrivée les rend encore plus vulnérables. Notons cependant que ceux qui sont entrés légalement ne sont pas dans une situation meilleure, car très souvent leurs conditions d’embauche sont mauvaises. Ils ont souvent affaire à des employeurs qui proposent des conditions de travail et de salaire telles que, dans la situation de plein emploi qui était celle de ces années-là, ils ne trouvaient justement pas à embaucher des travailleurs se trouvant déjà en France. Et il faut attendre un an pour rompre ces contrats21.

34Dès 1964, la mission catholique portugaise publie A Voz da Saudade, explicitement pour riposter à la publication de O Trabalhador par la CGT. Il s’agit d’une publication d’orientation traditionaliste, dans l’optique du catholicisme portugais de cette époque. Mais d’autre part, dès 1965, les catholiques français du Service Interdiocésain des travailleurs immigrés, dans la dynamique de Vatican II, publient Presença Portuguesa, « Publicação mensal dos Portugueses em França ». Mensuel d’abord très modeste (une simple feuille ronéotée) il est ensuite imprimé et, en 1970, tire à 10 000 exemplaires. Cette revue est à l’origine de liens forts et durables entre des immigrés portugais et une partie de la société française, liens qui durent encore.

35A cette époque nouvelle correspond aussi une nouvelle génération d’opposants à la dictature portugaise, presque tous des jeunes, souvent des étudiants, entraînés par la montée de l’opposition démocratique (à partir de la campagne présidentielle de 1958 et de la guerre coloniale). Ils sont réfractaires et déserteurs et ils choisissent l’exil contre cette dictature vieillissante mais toujours étouffante.

36En France, ces opposants forment des groupes autour de journaux aux titres révolutionnaires, dont certains furent éphémères mais dont d’autres eurent une durée notable. Déjà, au milieu des années soixante, on peut repérer l’Acção Popular, l’Acção Revolucionária, Revolução Portuguesa, O Proletariado. Des liens plus ou moins conflictuels se tissent entre les différents groupes politiques portugais exilés en France et dans d’autres pays européens, et même avec un des pôles importants de l’opposition extérieure qui s’installe à Alger après l’indépendance de l’Algérie.

37A partir de 1968, la formation d’associations s’amplifie et les journaux portugais se multiplient. Ils sont presque tous publiés à Paris. La liste en annexe donne un premier aperçu de leur nombre et leurs orientations (il s’agit seulement des journaux publiés dans la région parisienne, mais c’est la très grande majorité des journaux portugais publiés en France). Dans les années 64 à 67, on en compte déjà une dizaine (dont la moitié sont des journaux politiques). En 1968, c’est une floraison de journaux portugais militants, emportés par le dynamisme créatif qui secoue la France à l’époque et aussi par le renouveau de l’opposition au Portugal même. Une dizaine de titres apparaissent dès 1968. Certains sont liés à des groupes français, tel O Grito, « Orgão da Commissão de Solidariedade dos Presos Políticos Portugueses ». Ce journal (clandestin) était publié à l’Université de Vincennes (ce qui n’étonnera personne étant donné les activités de cette université dans ces années-là).

  • 22 Cristina Clímaco, La presse de l’émigration politique portugaise en France, analyse du journal O S (...)

38L’éventail politique de cette presse couvre toutes les sensibilités de gauche et d’extrême gauche qui existaient aussi bien en France qu’au Portugal. Notons, entre autres, Estrelha Vermelha (marxiste-léniniste) fondée en 1969, avec dans la même mouvance politique, O Salto (1970-1974) un journal qui prétendait s’adresser à la masse des immigrants22. H y avait aussi Esquerda (jovens socialistas) fondé en 1968, Portugal Informação, (organe du FPLN), fondé en 1970. Le PC était présent à travers certaines associations telle l’A.O.P. (Association des originaires du Portugal qui publie Trago de União puis Nós Portugal, parallèlement à O Imigrado Português.

39On trouve aussi des publications presque officielles ou très liées au régime portugais. Ainsi Notícias de Portugal (émanant du gouvernement et fondé en 1969). Par ailleurs, les banques portugaises, dont les succursales en France reçoivent les importantes remises de devises des immigrants, subventionnent Portugal Popular, « Jornal indépendente dos Portugueses Emigrados na Europa » qui est publié à Paris. En 1970, O Emigrante succède à Voz. de Portugal. C’est depuis cette époque un des principaux journaux qui s’adresse à l’émigration économique portugaise. 11 est d’ailleurs édité à Lisbonne. N’oublions pas non plus qu’un des journaux les plus lus a toujours été A Bola (l’équivalent portugais de l’Équipe).

40Les années 1970-1971 confirment l’élan des années précédentes. On trouve aussi un certain nombre de publications portugaises liées à des groupes français, au point que des Français assument légalement la responsabilité de certaines prises de position en devenant les directeurs de ces organes. C’est le cas de Anny Souque à la tête de O Salto, de Nicole Mathieu avec Seara Vermelha, de Vincent Monteil avec Novaport (72-84). Signalons Robert Francotte avec O Emigrado et Robert Davezies à la tête de Jornal Portugas (72-73). Certaines publications sont enregistrées légalement comme étant des suppléments de journaux français, c’est le cas de Combate Operário, supplément de Rouge (et dont Henri Weber est de ce fait le directeur) et de Portugal Libertário, supplément de Front Libertaire (directeur : Beaugrand). Des groupes catholiques français se retrouvent aussi aux côtés des militants portugais ou, tout simplement, essaient d’aider à structurer la masse des immigrants. C’est le cas des Cadernos GEDOC où l’on trouve le père Cardonnel et de Juventude Operária, « cadernos da JOC », qui s’ajoutent à Presença Portuguesa comme organes de presse des catholiques français vers les Portugais.

41Certaines publications qui témoignent des rapprochements entre Français et Portugais sont bilingues, ainsi Luta/Lutte (1972-1975), organe du Comité de soutien aux déserteurs portugais en France et dont le directeur est Pierre Soriin. D’autres paraissent directement en français comme Les luttes de classe au Portugal (1972), dirigé par François Châtelet.

42Signalons enfin des journaux liés à des situations professionnelles comme le bulletin de l’Union des étudiants portugais en France, UEPF Information, ou bien O Volante, journal de l’association des chauffeurs dont j’ai déjà parlé. D’autres émanent d’associations locales comme Elo, « Boletim do Clube Juvenil Português ».

43En tout, plus d’une centaine de titres publiés entre 1964 et 1974. Parmi ceux-ci, plus des deux tiers sont liés à la situation politique et coloniale du Portugal. Certains n’ont eu qu’une existence éphémère mais d’autres ont duré pendant plusieurs années tel Voz do Povo (trois ans), O Sallo (quatre ans) et même six ans comme O Grito ou sept comme Correio Português. D’autres existent toujours comme O Emigrante ou Presença Portuguesa.

Obsèques d’une famille portugaise.
(Photo Jean-Jacques Verne), 1972

Les associations

  • 23 Felix Neto, op. cit., p. 111.

44Les associations se développent parallèlement à l’installation des immigrants. On trouve des associations politiques telles l’A.O.P. liée au PCF et à la CGT, tel le CJTPP marxiste léniniste, émanation du Journal O Salto, ou la « Comissão de solidariedade dos Presos Políticos Portugueses », à côté des associations professionnelles (étudiants, chauffeurs). On trouve beaucoup d’associations de type amicales locales comme le « Centro Recreativo Português » de Versailles, « Encontro Português » à Puteaux, l’« Associação Portuguesa » de Gentilly-Arcueil, « Emigrantes Portugueses » de Mantes-la-Jolie, l’« Associação de Cultura e Promoção » de St Denis, le « Club recreativo » de Fontenay-aux-Roses, le « Club Português » de Champigny. En tout, une vingtaine d’associations déjà solides en 1971, une cinquantaine en 1972, environ quatre-vingts en 1973, et plus d’une centaine en 197523.

  • 24 idem.
  • 25 « L’enseignement du Portugais en France » in CEDEP Dossier d’information n° 9, déc. 1986, pp. 4-5.

45Ces associations, outre des rencontres et des bals, développent des activités d’entraide. Elles animent parfois des groupes folkloriques. A partir de 1966, un nombre assez important de familles portugaises sont déjà installées avec des enfants d’âge scolaire. De nombreuses familles se préoccupent de leur permettre un apprentissage du portugais qui dépasse le simple usage linguistique familial. Il semble qu’une « classe » de portugais ait fonctionné dès 1967 dans une baraque du bidonville de Champigny24. Les émigrés exercent aussi des pressions sur le gouvernement portugais qui passe avec le gouvernement français un certain nombre d’accords à partir de 1967. Il s’agit de permettre à un certain nombre d’enseignants portugais, choisis et rémunérés par les gouvernements portugais, de donner des cours de langue et de civilisation aux enfants portugais en France. Ils sont seulement 3 à la suite des accords de 1967, mais déjà une dizaine en 1973-74 et le gouvernement portugais propose d’en envoyer une cinquantaine. Parallèlement, le gouvernement français décide en 1973 d’ouvrir dans les écoles primaires25, à l’usage des enfants des principales communautés immigrées, des cours de « langue maternelle », principalement l’espagnol, le portugais et l’arabe ; l’histoire de ces associations est encore à faire.

  • 26 Mário Correia, Música Popular Portuguesa ed. Centelho, Coimbra, 1984.

46Le 25 avril 1974, c’est le passage à l’antenne de la chanson de José Afonso, « Grândola Vila Morena », qui donna le signal du soulèvement militaire qui, appuyé par le mouvement populaire, mit fin à 48 ans de dictature. Or, cette chanson avait été enregistrée pour la première fois en 1971, avec tout un album appelé « Cantigas de Maio », au studio Strawberry au château d’Hérouville dans la région parisienne. Il avait d’abord été question de passer, comme signal du soulèvement, une chanson prise dans un autre album, « Venham mais Cinco », enregistré à Paris au studio Aquarium en 1973. Dans ces deux albums on trouvait aussi José Mário Branco, exilé à Paris comme Luís Rego, Sérgio Godinho, et Luís Cilia (déserteur en France depuis 1964, le plus ancien exilé à Paris parmi ces musiciens qui ont renouvelé la chanson portugaise). Dès 1967, il avait enregistré « Portugal-Angola, chants de lutte » et plus tard « Portugal Resiste » au cercle du disque socialiste et en 1969 la « poésie portugaise de nos jours et de toujours ». Auprès de ces musiciens portugais qui alliaient dans leurs chansons la littérature portugaise au folklore le plus authentique, et l’ancrage dans un passé démystifié avec la révolte contre la dictature colonialiste, on trouvait des musiciens français, un témoignage de plus des liens forts et dynamiques qui s’établirent entre Français et Portugais26.

  • 27 Comissão Consultativa dos Trabalhadores Portugueses Emigrados em França, Problemas urgentes da Emi (...)

47A partir du 25 avril, les émigrés portugais ont davantage de moyens de faire pression sur leur gouvernement. Dès 1975 certaines associations, plus politisées, parmi lesquelles un certain nombre sont liées au PC portugais, organisent des réunions au siège du consulat ou dans des locaux officiels et adressent un mémorandum au Général Costa Gomes, président du gouvernement provisoire de la nouvelle République Portugaise27.

48Une nouvelle période s’ouvre pour les immigrés portugais en France.

49Tableaux et graphiques établis par M.C. Volovitch-Tavares en utilisant les fonds statistiques suivants :

50 Les recensements généraux de la population, fascicules régionaux, 1936, 1946, 1954, 1962, 1968, 1974. Fascicules départementaux.

51Le Bulletin du Ministère du Travail, publication mensuelle de la Direction de la Main d’Œuvre, de 1947 à 1974.

52– Office National d’Immigration, statistiques annuelles.

53L’Office a établi des statistiques annuelles, mais il n’est pas possible de les consulter pour les années antérieures à 1967.

54Les répertoires annuels de 1967 à 1974 ont été consultés au siège de 1ΌΝΙ, 44 rue Bargue, Paris XVe.

55Une série d’enquêtes ont permis de préciser certains points :

56– ONI, Bilan de vingt années d’immigration (1946-1966), exemplaire dactylographié, (1966).

57– Ministère des Affaires sociales, Direction de la Population et des Migrations, Bilan de l’Immigration en France en 1967.

58– Les étrangers en France, des chiffres et des hommes (présence étrangère en France, le point en 1974), Hommes et Migrations.

59– Les étrangers au recensement de 1975, Migrations et Société, La Documentation Française, 1975.

60Certaines publications ont été aussi utilisées, en particulier ;

61– Anido Nayade et Freire Rubens, L’émigration portugaise, présent et avenir, PUF, 1978.

62– Martins V.M., Le Portugal et l’immigration portugaise en France, ADR, Dec. 1984, exemplaire dactylographié, 32 p.

Immigrés portugais (Région parisienne) Recensements de 1962/1968/1974

Immigrés portugais (Région parisienne) Recensements de 1962/1968/1974

Entrées des travailleurs immigrés permanents en France 1946/1974 (chiffres ONI)

Entrées des travailleurs immigrés permanents en France 1946/1974 (chiffres ONI)

Annexes

Annexe

Journaux portugais et franco-portugais publics en France de I960 à 1974

Liste établie grâce à M. Carlos da Fonseca qui a bien voulu me laisser consulter ses archives.

Acção Comunista
Orgão Communiste Internacionalista, Liga Comunista Internacionalista (clandestin) ; Paris, 1973.

Acção Popular
Orgão da Frente de Acção Popular (clandestin) ; Paris, 1964.

Acção Revolucionaria
Orgão do Movimento de Acção Revolucionária (clandestin); Paris, 1964.

O Alarme
Jornal dos Portugeses da Região de Grenoble ; Claix, 1973.

A Lavanca
Centro de Convivio Outubro ; Paris, 1973.

As Armas Do Povo
(clandestin) ; Paris. 1972.

Bases Para Uma Linha de Acção
(clandestin) ; 1971.

O Bolchevista
Orgão Central do Comunista M-L de Portugal (clandestin) ; Paris, 1973.

Boletim C.P.I..A.I.
Comité Portugues de Luta Anti-Imperialista ; Paris. 1971.

Boletim
Orgão da União dos Estudantes Portugueses em França ; Paris. 1966.

Boletim Guerra Do Povo
1974.

Boletim Do Mpuc e Claes
(clandestin) : Paris ! 1973.

Boletim de Luta Contra a Repressão
(clandestin) : Paris ( ?). 1972 ( ?).

Bulletin d’Information International
Comité Central du P.C. du Portugal (M.L.) : Pero Pinheiro ( ?), 1974.

Aos Cadàveres de Todo o Mundo
(clandestin) ; Paris, 1974.

Cadernos de Circunstância
Paris. 1968.

Cadernos du Ligu Portuguesa
Paris. 1971.

Cadernos « Teutro Operário »
Paris. 1973.

Cadernos do Circulo de Iniciativa Politica
Paris, 1972.

Cadernos Gedoc
1969.

Camarada
Journal d’informations franco-portugaises ; Paris, 1972.

A Centelha
Orgão dos Trabalhadores Portugueses no Estrangeiro ; Paris, 1968.

Classe Contra Classe
Organização Sindical Vermelha (clandestin) ; 1974.

A Classe Operária
Paris, 1970.

Combate Operário
Liga Comunista Internacionalista ; Paris, 1973.
Comité National de soutien aux luttes des colonies portugaises Paris, 1970.

O Comunista
(clandestin) ; Paris, 1969.

Controle Operario
Orgão de Grupo Comunista Internacionalista ; 1974.

Correio Português
Associação Nacional dos Portugueses em França ; Paris, 1966.

Le Courrier des émigrés
Paris, 1974.

Direito a informação
1968.

Dossiers anti-coloniais
Paris, 1971.

Elo
Boletim do Clube Juvenil Português ; Paris, 1970.

Emigrado Português
Paris, 1972.

O Emigrante
Voz de Portugal ; Lisboa, 1970.

Ergue-Te E Luta
Jornal Operario Comunista (clandestin) ; 1973.

Esquerda
Dos Jovens Socialistas para os Jovens Portugueses (clandestin) ; 1970.

Estrela Vermelha
Orgão Teórico do P.C. de Portugal (M.L.), (clandestin) ; Paris, 1969.

Estudante Revolucionário
FAP (clandestin) ; 1965.

Folha Comunista.
Orgão da União Revolucionaria M.L. ; Paris, 1973.

Frente Libertario
Paris. 1972.

O Grito
Boletim da Comissão de Soledariedade dos Pressos Politicos Portugueses (clandestin) ; Paris, 1968.

O Grito Do Povo
Jornal Operario Comunista ; Paris/Porto, 1972.

Guerra Colonial
Comissão da FPLN ; Hauts de Seine. 1968.

A Ideia
Paris/Lisboa. 1974.

O Imigrado Português
Paris. 1969.

Informations
Casa de Portugal ; Paris. 1970.

Information Portugal
Paris. 1974.

Jornal Do Emigrante
Paris. 1968.

Jornal Portugês
Paris. 1973.

Libertação
Comités Unitarios para a Libertação Imediata das Colonias (clandestino) ; 1973 ( ?).

Luta de Classes
Paris.

Luta Comunista
Orgão do Carp (ML). 1974.

Luta-Lutte
Comité de soutien aux déserteurs portugais en France : Paris. 1972.

Luta Anti-colonial
(clandestin) : 1971.

Lutte de classes au Portugal
Comité Martins Soares ; Paris. 1974.

Lutte de Libération dans les colonies portugaises
Paris. 1970.

Nós Portugal
Aubervilliers. 1969.

Novaport
Agencia Noticiosa de Informação ; Paris. 1972.

Novaporta
Agencia Noticiosa Popularucha de Portugal, dos Algarves e Olivença (parodie de Novaport) ; Paris. 1973.

O Salto
O jornal dos trabalhadores portugueses emigrados. Paris 1970-74.

Polémica
Grupo Revolução Socialista : Ris Orangis. 1970.

Portugal Informação
Frente Patriótica de Libertação Nacional ; s/l (France), 1970.

Portugal Informação
Comissão de Coordenação da Unidade Democrática em França ; Paris, 1972.

Portugal
Aubervilliers. 1974.

Portugal Libre
Frente Portugal Livre ; Paris, 1970.

Portugal Libertario
Paris, 1974.

Presença Portuguesa
Paris. 1965.

O Proletariado
Orgão do CMLP ; Paris. 1967.

Resistencia
Frente Portugal Livre ; Paris, (s/d).

Revolução Proletaria
ORPC (ML) ; Paris/Lisboa, 1972.

Seara Vermelha
Paris, 1973.

A Sementeira
Revista de Cultura Popular, Paris, 1973.

Textos Combate Operario
LCI ; Paris, 1972.

O Trabalhador
mensuel de la CGT pour les travailleurs portugais ; Paris, 1974.

Traço de União
Boletim da Associação dos Originares de Portugal ; Paris. 1967.

UEPF Information
Bulletin de l’Union des Étudiants Portugais en France ; Paris, 1969.

União
Boletim do Movimento dos Trabalhadores Portugueses Emigrados ; Paris, 1973.

União
Federação Antonio Sergio da Associação Portuguesa de Emigrantes ; s/l, s/d.

Unidade
Orgão do Nucleo de Paris do P.D.; Paris, 1973.

Vintequatro de Março
Orgão da Junta Patriotica de Estudentes Portugueses no Estrangeiro (clandestin); 1965.

Viva O Comunismo
Jornal Teorico dos Comités Revolucionarios ML ; Paris, 1971.

Viva A Revolução
Orgão do Comité Revolucionario dos Estudantes Comunistas (clandestin) ; 1972.

O Volante
Organe de l’Association des chauffeurs de taxis originaires du Portugal ; Montfermeil, 1971.

A Voz. do Desertor
Jornal dos Desertores e Refractarios Portugueses (clandestin) ; 1973.

A Voz Do Imigrante
Orgão Central do Imigrante ; Paris, 1974.

A Voz Do Povo
Orgão dos Trabalhadores Portugueses da Emigração (clandestin) ; 1968.

Notes

1 Jorge Reis, Aquilino em Paris, ed. Vega, Lisbonne, s/d (1986) 123 p.

2 A.H. de Oliveira Marques, Afonso Costa, ed. Arcádia. Lisbonne. 1975.

3 Bulletin dit Ministère du Travail, direction de la main-d’œuvre. Publication bi-mensuelle de statistiques, en particulier sur les entrées des travailleurs immigrés en France.

4 ONI, Bilan de vingt années d’immigration, 1946-1966, Paris 1966. Exemplaire dactylographié, 25.p.

5 id.

6 Waldemar Monteiro, Les émigrés portugais parlent, ed. Casterman, Paris, 1974. Brand, Mossand, Bordin Les migrants en France, ed. Fleurus, 1970.
Eleutério Gervásio, A emigração acusa, Portugal à deriva s/l-s/d (1979).
« La main-d’œuvre portugaise dans le département de la Seine », enquête des Services d’Études et de Recherches de la Préfecture de la Seine, in Hommes et Migrations, Etudes n° 105. s/d (1965) 203 p.
De très nombreux numéros de la revue Hommes et Migrations concernent l’immigration portugaise. Signalons plus particulièrement les numéros 668, « Les migrants de la péninsule ibérique » (oct. 1966), n° 733, « ?O Salto », (av. 1968), n° 796, « 500 000 portugais en France ?» (oct. 1970) n° 802, « L’univers des bidonvilles » (fév. 1971), n° 852, « Population portugaise et immigration (nov. 1973), n° 847, « Évolution de l’émigration portugaise » (juil. 1973) et n° 1123, « L’immigration portugaise en France » (juin-juil. 1989).

7 Jean Wisniewski, « 25 ans de présence étrangère en France, 1948-1972 » in Hommes et Migrations n° 1090, mars 1986, 113 p. et V.M. Marins, Le Portugal et l’immigration portugaise en France, ADRI, déc. 1984, exemplaire dactylographié, 32 p.
Rocha Trindade M.Β., Estudos sobre a emigração portuguesa, cadernos da Revista de Historia Económica e social, n° 1, 2, Sa da Costa ed. Lisboa, 1981, 223 p.

8 voir note 6.

9 Jaime António Gonçalves, L’ethnie portugaise en France de 1901 à 1984 et son mouvement associatif, diplôme de l’EHESS, sous la direction de H. Desroche, 1985, exemplaire dactylographié 361 p.

10 Gervásio, op. cit.

11 Presença Portuguesa.

12 Presença Portuguesa.

13 « Les travailleurs portugais en France, vers quel avenir ? » in FO-Hebdo n° 1008, 11-8-1965, pp. 4-6.
« Les travailleurs portugais en France, une enquête de FO ?» in FO-Hebdo n° 1068, 30-11-1966, 8 p.

14 Felix Neto, Jovens Portugueses em França, ed. Jornal de Psicologia, Porto, 1985, pp. 53-61.

15 Albano Cordeiro, « Les associations portugaises, enfermement et ouverture » in Hommes et Migrations n° 1090, 01-0.3-1986, pp. 12-21.
Albano Cordeiro, La communauté portugaise de France, communication au « Colóquio internacional sobre a emigração et imigração portuguesa – séculos xix et xx », Isete, Lisboa, 12-13 Novembre 1992, 7 p.

16 Archives nationales, versement 800042, Dossier n° 145, Fédération des émigrés portugais en France, Dossier communiqué par Cristina Clímaco.

17 M.C. Munoz « Le corps expéditionnaire portugais, 1916-1918 » in Hommes et Migrations n° 1148, nov. 1991, p. 15-18.

18 La liste des journaux publiés par l’émigration portugaise en France (cf. annexe) a été établie grâce aux fichiers et aux archives de Carlos da Fonseca, que je tiens à remercier, et sans l’aide duquel ce travail n’aurait pu être mené à bien.

19 Léon Gani, Sindicatos e Travalhadores imigrados ed. prelo, Lisboa, 1975, 443 p.

20 Voir note 13.

21 Gervásio, op. cit.

22 Cristina Clímaco, La presse de l’émigration politique portugaise en France, analyse du journal O Sallo, 1970-1974, mémoire de DEA, sous la direction de Mme Bachoud, Université de paris VII, 1992.

23 Felix Neto, op. cit., p. 111.

24 idem.

25 « L’enseignement du Portugais en France » in CEDEP Dossier d’information n° 9, déc. 1986, pp. 4-5.

26 Mário Correia, Música Popular Portuguesa ed. Centelho, Coimbra, 1984.

27 Comissão Consultativa dos Trabalhadores Portugueses Emigrados em França, Problemas urgentes da Emigração Portuguesa, Memorando entregue ao Senhor General Costa Gomes, ed. A Opinião, Porto, Agosto 1975.

Table des illustrations

Légende Bidonville de Maison-Carrée (Viileneuve-le-Roi), 1972.(Photographie de Jean-Jacques Verne)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/965/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Légende Obsèques d’une famille portugaise.(Photo Jean-Jacques Verne), 1972
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/965/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 479k
Titre Immigrés portugais (Région parisienne) Recensements de 1962/1968/1974
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/965/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Entrées des travailleurs immigrés permanents en France 1946/1974 (chiffres ONI)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/965/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 242k

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable