Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Paris des étrangers depuis 1945

 | 
Antoine Marès
, 
Pierre Milza

Les Catalans du Casal de Paris

Phryné Pigenet

Texte intégral

1En juillet 1945, naît à Paris une association qui va porter le nom de Casal de Catalunya. Quarante-huit ans plus tard l’association existe toujours.

  • 1 Professeur d’Université, il fut élu député des Cortés, devint conseiller de la Généralité avant d’ (...)

2Lieu de rassemblement de la Catalogne de l’exil, elle a vu se côtoyer en son sein L. Nicolau d’Olwer1, le sculpteur J. Rebull, le peintre A. Clavé. J. Dalmau, typographe, A. Andreu, menuisier, J. Masot, horloger, M. Sensa, manœuvre et beaucoup d’autres soucieux de défendre la culture et les libertés catalanes.

3Le ciment fut suffisamment fort pour qu’au-delà des rancœurs héritées de la guerre et de la défaite, l’organisation perdure et reste la « Maison » de tous les Catalans.

4Comme toute association implantée dans la Capitale, celle-ci fut soumise à un certain nombre de servitudes. Sauf à regrouper une puissante communauté numériquement très forte ou offrir des distractions variées et attractives, le risque était grand de subir les effets dissolvants de l’agglomération parisienne : par l’éclat des manifestations, par la qualité des intervenants, il importait de rayonner sur l’ensemble des Catalans installés en France, voire au-delà, et être simultanément reconnu par d’inévitables interlocuteurs français. Dès lors deux écueils la menaçaient : s’enfermer dans son folklore et devenir la énième organisation régionale établie et acceptée sur la place de Paris, ou entrer en compétition directe avec les mouvements politiques espagnols.

5Les archives conservées par le Casal de Paris, les fonds privés versés à Barcelone aux Archives de la Généralité et au « Centre d’Estudis Historics Internacionals » (C.E.H.I.) nous permettent de juger du degré de représentativité, des ambitions et des limites de l’association.

I. Une association représentative des Catalans de Paris

Le Casal de Catalunya : la grande maison des Catalanophones

Une institution ancienne

  • 2 Archives du Casal de Paris : conseil directeur (CD.) du 21/07/45.

6Déjà dans les années 1920, des Catalans fuyant la dictature de Primo de Ribera et les répressions consécutives aux événements violents qui jalonnent l’histoire contemporaine de la Catalogne, s’installent en Amérique Latine ou en France et fondent des Casals. Au sens littéral, les casals signifient des grandes maisons. En juillet 1945, la nouvelle amicale récupère les biens de l’ancien Centre Catalan parisien d’avant-guerre2 et réintègre une partie des anciens membres. Parmi eux, Joan Masot qui, un temps, présidera aux destinées de la nouvelle organisation.

  • 3 Pere Sola : Els atenéus obrers i la cultura popular a Catalunya (1900-1939). L’atenéu enciclopèdic (...)
  • 4 Entretien avec Antonio Soriano du 04/01/93.

7Les Casals ne s’enracinent pas seulement dans un passé d’émigration, ils participent au bouillonnement associatif de la Catalogne de la première moitié du xxe siècle3. A. Soriano, témoin et acteur de cette période insiste sur le mouvement des ateneos dont il distingue trois types4 : l’Ateneo barcelonès fréquenté par l’intelligentsia, l’Ateneo Enciclopèdic qui fut un remarquable instrument de promotion de la culture et du sport dans le petit peuple urbain, enfin les Ateneos populaires animés par les syndicalistes de la C.N.T. dont la large couverture masquait mal le manque de moyens.

  • 5 Archives de la Généralité de Catalogne : fonds Ventura Gassol. Carton 165.
  • 6 Entretien avec Jaunie Mir du 16/05/92.

8Cette trilogie va se retrouver à Paris. Dès la fin de la guerre, Lluis Nicolau d’Olwer fonde presqu’en même temps le Casal de Catalunya et Cultura Catalana5. Celle-ci regroupe, au 31 janvier 1947, 129 hommes de lettres, 62 artistes et 46 scientifiques installés en France. Editeur de livres et de revues, elle vise à remplacer le prestigieux Ateneo Barcelonès. Concurrencée par les centres ibéro– américains qui recueillent une partie de la diaspora intellectuelle, elle semble avoir eu une existence éphémère. De fait, au-delà de 1950, on perd sa trace. De leur côté, différents groupes anarchistes s’efforcent d’alphabétiser leurs compatriotes, de mettre sur pied des cours de français et de développer la solidarité et l’entraide6. Mais le nombre de ses adhérents, la diversité de ses activités, gages de longévité, assurent la suprématie du Casal.

De grandes ambitions

  • 7 Archives Généralité : fonds Ventura Gassol. Message du nouveau président, en mars 1960 qui rappell (...)

9Sa dénomination exacte témoigne de solides ambitions ; Casal de Catalunya et non Casal Catalan7. En 1945, ses fondateurs visaient haut et voyaient loin : « Les valeurs culturelles et spirituelles que le Casal de Catalunya de Paris veut défendre et protéger s’étendent à toutes les terres où est parlée notre langue, nous pensons que non seulement les Catalans de Catalogne mais aussi les Valenciens et les natifs des Baléares peuvent et doivent collaborer à cette œuvre commune, à égalité de droits et de devoirs ».

  • 8 Entretien avec Angéli Castanyer. Barcelone le 16/02/93. Son père et son oncle fondèrent la Maison (...)
  • 9 Aline Angoustoures a entrepris un travail de recensement des immigrés politiques espagnols enregis (...)

10Si tous les catalanophones n’adhèrent pas sur le champ8, le Casal devient l’association la plus représentative des Catalans de Paris. D’après le fichier élaboré à partir des données de l’O.F.P.R.A. par Aline Angoustoures9, Paris compterait environ 3 000 exilés Catalans. La Catalogne fournissant peu d’immigrants ce chiffre variera peu dans les années 50 et 60. Or le fichier complet du Casal comprend 1 350 noms entre 1945 et 1964. Les femmes ne composent que 10 % de l’effectif. Dans l’hypothèse probable d’adhésions masculines de type familial et, en tenant compte d’une proportion plus forte de célibataires induite par les ruptures familiales provoquées par la guerre civile, il est licite de conclure que deux Catalans sur trois ont fréquenté l’association à un moment ou à un autre. Le Casal a bien été la maison des Catalans de la Région parisienne.

Une communauté très intégrée à la société française

La dispersion

  • 10 Toutes les données ont été traitées à partir du fichier des adhérents qui comprend les information (...)

11Trois ou quatre mille personnes dans une agglomération grosse de plusieurs millions d’habitants, c’est peu. Constat qu’accentue encore l’absence de concentration dans tel ou tel arrondissement, quartier, rue ou ville de banlieue10. 70 % des adhérents recensés vivent à Paris, 22 % résident en banlieue et 8 % en province. La banlieue-Ouest a leur préférence – 10 % –, loin devant l’actuelle Seine-Saint-Denis – 3,9 % –ou le Val de Marne – 3 % –.

  • 11 La comparaison avec les Italiens que décrit L. Couder est tentante : une population latine, une in (...)
  • 12 C’est en 1947 que le nombre d’adhésion est le plus élevé – 29,3 % – contre –17,2 % – l’année précé (...)
  • 13 Les lieux de naissance se répartissent ainsi par province : Barcelone = 54,8 % dont 38 % de la vil (...)

12A Paris ou en banlieue, la dispersion prévaut. Le mieux doté des arrondissements – le 10° – ne reçoit pas plus de 9,3 % de l’effectif total. Cette dilution est surprenante chez des hommes dont beaucoup sont de nouveaux venus11 .Ne disposant pas, pour la plupart, de carte de résident privilégié, ils n’avaient pas pu s’installer à Paris durant la guerre. Regroupés dans les départements du Sud de la France dans l’attente d’une chute imminente du franquisme, ils ne se sont résolus à gagner Paris qu’après l’évanouissement de cet espoir12. Ni l’implantation d’un noyau ancien, mais trop éloigné socialement, ni la présence de quelques artistes ou hommes politiques catalans ne pouvaient servir de point d’appui à la constitution de filières et de réseaux d’accueil. Sans doute l’origine citadine, majoritairement barcelonaise13 du gros des exilés facilita-t-elle une insertion que favorisait par ailleurs leur composition socio-professionnelle.

Conformité socio-professionnelle

  • 14 Les comparaisons ont été effectuées à partir de chiffres tirés du Bulletin régional de la statisti (...)
  • 15 Ce chiffre est partiellement du à la présence dans le Casal de la vieille colonie des années 1920 (...)

13Pour l’échantillon considéré, la comparaison des professions annoncées ne laisse pas apparaître de discordance avec celles des actifs du département de la Seine14. Les ouvriers plus qualifiés – 5,6 % seulement se déclarent manœuvres ou O.S. –, sont aussi sous représentés – 31,9 % contre 42,9 % –, à l’instar des employés de bureau – 12,1 % contre 17,1 % –. En revanche, les commerçants sont un peu plus nombreux que leurs homologues parisiens15. Les artisans sont surreprésentés – 18,3 % contre 3,1 % pour l’ensemble du département –. Sans exclure de possibles confusions aux marges des groupes ouvriers et travailleurs indépendants, il convient de tenir compte de la forte tradition artisanale catalane des années 1930. Le pourcentage élevé de professions intellectuelles et artistiques n’est pas moins notable. Ici, plusieurs raisons peuvent être avancées. L’expérience humiliante de l’exil pousse à mettre en avant un statut social valorisant. Plus prosaïquement, beaucoup déclarent la dernière profession exercée en Espagne. Comme ils furent les premiers à rejoindre l’association, le changement ultérieur de statut social n’apparaît pas dans ces résultats.

  • 16 J.L. Abellan : De la guerra civil al exilio republicano. Ed. Mezquita Madrid 1982. et L. Fermi : I (...)

14Ainsi dispersion géographique et conformité socio-culturelle relative avec le département d’accueil caractérisent les adhérents du Casal de Paris. Ces facteurs favorables à l’intégration de la communauté dans la société française étaient-ils compatibles avec une pratique culturo-ethnique autonome ? J.L. Abellan souligne, en s’appuyant sur les travaux de L. Fermi16, la résistance qu’oppose l’émigré espagnol aux tentatives d’intégration par rapport aux autres exils européens. Certes, ces affirmations concernent l’ensemble de l’exil espagnol en Amérique. Peut-on étendre ce propos à la communauté catalane installée à Paris ? L’étude de l’influence et du rayonnement du Casal vont apporter un début de réponse à cette question.

II. Malgré les divisions, la préservation du patrimoine

Des flux importants d’adhésions mais de faibles « stocks »

15Malgré la faiblesse des contingents d’émigrés économiques en provenance de Catalogne entre 1955 et 1970, le flux d’adhésion ne tarira jamais jusqu’à nos jours. Cependant, l’organisation connaît la plus forte croissance de 1945 à 1949, avec une pointe sensible en 1947. Mais ce flux ne conduira pas à la constitution d’un fort noyau d’adhérents fidèles. Ainsi, 46,2 % des associés cotisent moins d’une année entière et plus de la moitié de ces derniers se contentent d’acquitter leur droit d’entrée et disparaissent des registres au bout d’un trimestre. Un tiers du total cotise à l’association de un à cinq ans et seulement 21,9 % s’y maintiennent pendant plus de cinq ans.

16Une telle évaporation a des causes multiples. Les motifs d’ordre politique ne sont pas à négliger parce qu’ils furent au centre des grands débats de l’entité, c’est par eux que nous allons commencer.

Les divisions politiques

17Alors que la direction du Casal a été le plus souvent assurée par des membres de partis catalanistes modérés – Esquerra Republicana ou Accio Catalana –, les rapports avec la Généralité de couleur politique identique, sont très tendus. Josep Tarradellas, en est devenu Président en 1954, mais il est loin de faire l’unanimité.

  • 17 Archives du Quai d’Orsay Série Europe, sous-série Espagne : dossier 31. Lettre datée du 18/11/44. (...)

18Sans entrer ici dans les débats qui secouent l’exil catalan, rappelons qu’il existe dans la communauté des forces qui soutiennent l’option séparatiste prônée par les exilés américains. A l’inverse, Tarradellas défend depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale le retour au statut d’autonomie17 admis par le gouvernement républicain en exil. L’abondance de la correspondance reçue d’Outre-Atlantique témoigne des relations étroites entretenues par le Casal avec ses homologues américaines.

  • 18 C.E.H.I., DO 28.
  • 19 C.E.H.I. DO 28.
  • 20 CD. du 20/09/51

19Sur fond de conflits de pouvoir entre le Casal de Paris et la Généralité, les rancœurs et les divisions de la guerre civile sont réactivées par la guerre froide. Les problèmes soulevés par l’adhésion de Jordi Arquer illustrent la vigueur des conflits de l’époque18 Ce dernier, membre éminent du P.O.U.M. (parti ouvrier d’unification marxiste) a été arrêté à Barcelone après la tentative de soulèvement des anarchistes et du P.O.U.M. en 1937. Il en gardera une haine tenace envers les communistes. Lorsque, revenu d’Amérique, il demande son adhésion au Casal, les communistes alliés à d’autres fractions de l’exil s’y opposent fermement en assemblée générale. Les injures fusent, on se jette le passé à la figure... Finalement Jordi Arquer obtient gain de cause mais son adhésion se solde par une vague de démissions et par une grave crise au sein de la direction. Echaudés, les dirigeants resteront obsédés, jusqu’au milieu des années 60, par la peur d’un noyautage des communistes. Le courrier de certains membres de la direction adressé aux adhérents ne manque pas de mises en garde et d’accusations portées contre les « défenseurs d’intérêts extérieurs et contraires à la Catalogne »19. En 1951, un conseiller refuse l’ouverture d’un service libraire car « personne ne pourrait contrôler l’entrée de livres à caractère politique nettement partisan »20.

La querelle des anciens et des nouveaux

20Sur ces rivalités politiques se greffent des antagonismes d’un autre ordre. Héritier du Centre catalan d’avant guerre, le Casal rassemble deux générations de membres que séparent condition sociale et itinéraires politiques. La première, socialement mieux installée, – ce qui explique le nombre élevé de commerçants dans l’organisation – reste attachée aux formes passéistes et folkloristes de la catalanité. Très liée aux associations régionalistes de Paris telles que l’Amicale des Catalans de Paris ou les Amis de la Langue d’Oc, elle tient les Fêtes patronales – célébration de Sant Jordi ou de la Vierge de Montserrat –, la glorification des grands poètes passés pour l’expression achevée du catalanisme. Les exilés militent, quant à eux, pour la reconnaissance de la nation catalane et le recouvrement de ses libertés. Si les anciens tiennent les cordons de la bourse et plus d’une fois se transforment en banquiers d’une association tentée de vivre au-dessus de ses moyens, les seconds, de loin plus nombreux, ont le dynamisme de la jeunesse. Ces conflits vont se superposer aux précédents et créer des lignes de fractures supplémentaires.

21En 1952, le nombre d’adhérents oscille entre 150 et 250. Les radiations pour absence de paiement s’élèvent à 200, soit autant que le nombre d’adhérents réguliers. Autre signe de la désaffection : les fêtes, où l’on se presse moins qu’autrefois, sont systématiquement déficitaires. La participation aux assemblées générales se raréfie : alors que l’on dénombrait 220 participants en 1949, 35 se déplacent en 1958. Du coup les enjeux de pouvoir disparaissent. Cette année-là, aucune liste ne brigue les suffrages des associés. L’association a cessé d’être objet de convoitises.

Des raisons plus générales

22Certes, les querelles intestines ne sont pas étrangères à cet essoufflement mais d’autres données y contribuent.

23Ainsi en va-t-il de l’amélioration générale des conditions de vie grâce à laquelle une partie des adhérents déménage hors de Paris, tandis que les plus « tièdes » catalanistes happés par la société d’adoption tournent le dos à un passé qu’ils préfèrent oublier. Enfin, les années 1950 sont marquées par la disparition progressive des formes de sociabilité traditionnelles sur lesquelles reposaient nombre d’activités du Casal.

  • 21 Nous l’avons trouvé plus de dix fois dans les comptes-rendus des C.D.

24L’absence de local attitré participe des difficultés rencontrées. En permanence, la section Théâtre, Chorale et Danse se plaint de ne pouvoir assurer ses répétitions sans local approprié21. On doit décommander des conférences parce qu’on n’a pas réussi à louer une salle. Au fur et à mesure que l’on s’éloigne des années de la Libération, les autorités se font de plus en plus tirer l’oreille pour prêter ou louer des salles que l’on réserve à un meilleur usage. Les cafés qui acceptaient de recevoir joueurs de manilles et danseurs se raréfient.

La relève

  • 22 En 1945, les moins de 30 ans représentent à peine 9,6 % de l’effectif. Les plus nombreux sont les (...)

25Surtout, la durée trop longue de l’exil affaiblit le Casal. Le problème le plus grave est celui de la relève. A partir des années 1951-1952, les conseils directeurs et la revue Vincle s’en font l’écho. Réservé aux plus de dix-huit ans, le Casal est composé d’hommes d’âge mûr22. En l’absence de jeunes migrants économiques, l’organisation ne peut compter que sur l’adhésion aléatoire des enfants de ses membres.

  • 23 Un groupe de travail au sein du C.H.E.V.S., étudie la fonction d’intermédiaire culturel de cette g (...)
  • 24 Plusieurs numéros se font l’écho des divergences de vue entre générations : Foc Nou n° 5, 6, 7, 13 (...)

26Dès 1953, la section Jeunesse voit le jour. Cette mesure n’intéressera qu’une tranche, celle de la « génération et demie » qui a fui son pays avec ses parents et qui a suivi tant bien que mal l’école française23. Ces jeunes apparaissent sur les registres à partir de 1956. Les flux sont moins conséquents que pour les générations antérieures mais suffisants pour former une nouvelle strate. A partir de 1960, ils bousculent les habitudes, créent leur propre organe, promeuvent le livre catalan, renouent des liens avec les Catalans d’Espagne, se lancent dans l’édition. Ils n’auront pas de successeurs mais permettront que se perpétue pendant encore quelques années la culture léguée par leurs parents. Non sans conflits de générations comme le laissent entrevoir des articles de Foc Nou24.

  • 25 J. Ponty : Polonais méconnus. Histoire des travailleurs immigrés en France dans l’entre-deux guerr (...)

27Une chose est sûre, nous sommes loin des communautés polonaises de l’entre-deux-guerres étudiées par Janine Ponty25 qui ont fait de l’apprentissage de la langue une de leurs priorités. Malgré un réel attachement à la culture catalane, les responsables du Casal n’organisent qu’épisodiquement des cours de catalan. Par manque de moyens ? On peut le penser car les dirigeants cèdent volontiers les colonnes de leurs revues aux spécialistes de la langue. Non moins sûrement, aussi, par manque de candidats. Ce qui est plus grave. Conclure sur un échec serait pourtant hâtif.

Le Casal, mainteneur du patrimoine

Les commémorations

  • 26 Le 11 septembre 1714 marque la fin des libertés catalanes, la République est proclamée le 14 avril (...)

28Tous les ans, l’association se fait un devoir de commémorer les grandes dates de la nation catalane26. En la matière, l’anniversaire de la proclamation de la République remporte la palme, signe des sentiments profonds éprouvés par la communauté envers un gouvernement synonyme de libertés politiques et culturelles que la Catalogne instaura avant le reste de l’Espagne.

29En moyenne ces commémorations réunissent 70 à 80 personnes. Ce chiffre s’élève à 290 en 1948, année de gonflement exceptionnel des effectifs. Temps fort de l’association, la commémoration fait l’objet d’une préparation minutieuse. C’est aussi l’occasion d’inviter des conférenciers extérieurs et prestigieux. Solennelles et répétitives ces manifestations s’inscrivent dans la mémoire de la seconde génération qui, sans toujours en comprendre le sens, prendra ainsi conscience de son identité collective.

  • 27 Les premiers règlements intérieurs font tous mention de ce devoir dans leur titre I.

30La solidarité avec les compatriotes en difficulté, distingue le Casal d’associations purement récréatives. Les premiers règlements de l’association instituent un devoir d’assistance27 qu’officialise la création temporaire d’une « section assistance », le 30 juillet 1947, destinée à aider les déportés de retour des camps allemands ou les malades et les mutilés isolés dans Paris. Par la suite, la solidarité devient plus ponctuelle. La mort d’un membre est souvent suivie d’une collecte. Toutefois, l’organisation ne prévoit pas de prendre en charge les frais d’obsèques ou de se faire représenter par une délégation.

Commémoration du 19 juillet 1936 devant l’Arc de Triomphe (19 juillet 1956).
(Coll. Le Casal de Paris)

31Vis-à-vis des emprisonnés politiques en Espagne, la direction maintient une ligne prudente, ce qui n’empêche pas les adhérents de lancer des souscriptions à titre individuel.

32La plus grande opération d’assistance est menée au moment des inondations catastrophiques de Catalogne en 1962. En créant le Fonds d’Aide aux Sinistrés de Catalogne, le Casal se hisse au rang de principal collecteur des fonds. La liste des donateurs fait ressortir le réseau d’influence tissé par l’organisation. Hors de Paris, un seul Casal, celui d’Angoulême, participe à la collecte. La mouvance cénétiste est fortement représentée. Sollicités, les Français sont notamment représentés par deux groupes régionalistes, l’Amicale des Catalans de Paris et les Amis de la Langue d’Oc et une association corporative – les typographes de Paris-presse –. Le gala de bienfaisance parrainé par une filiale du Casal bénéficie d’un meilleur ancrage dans la communauté puisque les centres catalans de France et ceux d’Amérique Latine se joignent à l’initiative. Des artistes collaborent au succès de l’entreprise et offrent des toiles et des sculptures dont la vente atteindra le quart des fonds réunis.

33Philanthrope et gardien de la mémoire, le Casal entend aussi diffuser et développer la culture catalane.

Le théâtre

34Nous laisserons de côté les activités de loisirs très attractives – fêtes, jeux, sport, excursions – pour nous attacher à celles qui visent à élever le niveau culturel des adhérents et à préserver le patrimoine que la dictature franquiste niait et persécutait.

35Le théâtre occupe une place à part. Il présentait le triple avantage d’impliquer les adhérents, d’utiliser les compétences techniques et artistiques d’intellectuels de renom exilés et de prolonger l’œuvre de création commencée en Espagne en montant des pièces inédites. La localisation géographique a ici son importance. Tous les Casals eurent une activité théâtrale, mais aucun ne put s’entourer de professionnels aussi prestigieux que ceux présents dans la capitale.

  • 28 Grâce aux cahiers de trésorerie, nous avons pu reconstituer le nombre de représentations théâtrale (...)

36Pour autant la réussite ne fut pas toujours au rendez-vous28. En 1946, deux spectacles attirèrent 428 spectateurs dont 93 non adhérents. Compte tenu de la faiblesse numérique de la communauté à cette date, le succès est d’importance. L’année suivante, pas moins de huit pièces seront jouées devant un public oscillant entre 80 et 228 personnes. Ces réussites ne se reproduiront plus. Il faudra parfois renoncer à monter un spectacle ou se contenter de salles clairsemées. Les résultats financiers sont encore moins brillants. Ambitieux et exigeants, les organisateurs ne reculaient pas plus devant le coût des décors que devant celui des costumes et des lieux de représentation. Mais l’obstacle linguistique rendait problématique la venue d’un public non catalanophone. Bref, les recettes furent rarement à la hauteur des dépenses engagées. Néanmoins ces pièces, entremêlées de récitals poétiques et jouées par de nombreux amateurs devant un public hétérogène, contribuèrent au maintien de rapports spécifiques avec les grands noms de la littérature catalane.

Le livre

37La promotion du livre fut, avec le théâtre, une des grandes préoccupations des animateurs de l’association. Les statuts stipulent la présence d’un bibliothécaire parmi les membres du conseil directeur. Un des premiers catalogues comporte une suprématie des titres catalans dans le secteur des sciences humaines (27 contre 19 français et 3 castillans) et dans les revues (8 contre 3 françaises). Dans le domaine des sciences exactes, la langue française est hégémonique (20 sur 21). Tous genres confondus, le français prend l’avantage sur le castillan, proportion intéressante lorsqu’on se souvient que les adhérents ont suivi une scolarité bilingue en Catalogne et qu’ils maîtrisent fort mal la langue du pays d’accueil.

Jeux Floraux de 1965 célébrés dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne.
(Coll. Le Casal de Paris)

38L’existence d’une bibliothèque n’implique pas, à coup sûr, la présence de lecteurs. Faute d’informations sur ce point, on peut néanmoins imaginer que l’absence de local n’a pas dû favoriser la consultation d’ouvrages trop souvent enfermés dans des cartons. Pour le reste, s’il ne se risque jamais dans l’édition, le Casal n’a cessé de promouvoir la littérature catalane.

39La première de ces manifestations remonte à 1942, lorsque les Catalans d’Amérique renouent avec la tradition des Jeux Floraux de la Langue Catalane. Quoi que l’on puisse penser du caractère un peu suranné de l’institution, ce fut entre 1942 et le milieu des années 50 une des seules voies de création et de diffusion de la culture écrite catalane. Tout livre primé fait souvent l’objet d’une publication qui, en dépit d’un tirage confidentiel, a les honneurs de la presse d’exil ou clandestine. Dès ses origines, le Casal finance chaque année l’un des prix. Plusieurs de ses membres sont primés à l’exemple de son futur président, Ambrosi Carrion.

40En 1967, le Casal parraine la première grande fête du livre où se mêlent jeunes auteurs de la Catalogne intérieure et grands noms de l’exil. Sans prétendre rivaliser avec celles qui s’étaient tenues plus tôt au Mexique, la manifestation attire un vaste public dans les locaux prestigieux de la Sorbonne. Plus que les dirigeants du Casal, les initiateurs sont la jeune génération, désireuse de faire connaître les œuvres nées cette fois au cœur même d’une Catalogne en plein renouveau culturel. Des conférences, la projection de films confirment cette renaissance qu’il s’agit désormais d’encourager.

41La fondation des Editions Catalanes s’inscrit dans la perspective d’une ouverture toujours plus grande vers une jeunesse qui, au-delà des Pyrénées, semble avide de renouer avec une culture trop longtemps comprimée.

42Gardiens scrupuleux de la flamme catalane, les exilés peuvent maintenant passer le relais. Bon gré, mal gré !

III. Capitale de l’exil ? Des objectifs déclarés à la réalité

La volonté d’être le consulat des Catalans en France

43Le premier règlement intérieur fait du Casal un lieu d’accueil qui, dans « une atmosphère de catalanité rappelant la patrie », aiderait à la promotion des arts, de la musique et des lettres catalanes, et ferait connaître ses paysages afin de développer le tourisme vers les terres catalanes, valenciennes ou les îles Baléares.

44Le but affiché est double : préserver et développer la culture en direction des natifs des pays catalans mais aussi diffuser cette culture dans le pays d’accueil.

  • 29 CE. H.I., DO 28 liasse 1.

45D’autres faits confirment cette volonté. Une lettre non datée29 esquisse les couleurs d’un local digne de ce nom. Une librairie occupe tout le rez-de-chaussée. Le premier étage comprend l’appartement du concierge, une grande salle des fêtes et le secrétariat auquel est dévolu un rôle prépondérant : tenir à jour le fichier de tous les Catalans de l’agglomération. Au deuxième étage, la bibliothèque du Centre d’Etudes chargé d’impulser le fonctionnement des écoles élémentaires et de l’Institut de langue et de culture catalane.

46De tels centres, explique l’auteur, pourraient également voir le jour à Toulouse, Buenos-Aires, New York et La Havane.

47Le texte exprime assurément une belle foi en l’avenir, alors même que la répression franquiste atteint son paroxysme.

  • 30 Cette collaboration durera jusqu’au début des années 1970 puisque le banquier et homme politique c (...)

48Exilés politiques, les Catalans ne peuvent se reconnaître dans les consulats officiels qui ont le double défaut d’être castillans et de dépendre d’un régime honni. Aussi envisage-t-on, non plus seulement de les ignorer, mais de se substituer à eux. De là résulte la décision d’admettre une catégorie spéciale d’adhérents : les « transeunts » – adhérents de passage –. On songe ainsi à attirer les hommes d’affaires catalans de passage dans la capitale30.

  • 31 Cortines a fondé la revue Vincle avant de devenir responsable du Bulletin d’Information de la Géné (...)

49Prompts à dénoncer toute collusion sans principes avec la grande bourgeoisie catalane, une partie des adhérents ne cache pas ses réticences : « ...on ne peut exalter notre culture, notre langue, notre folklore et oublier au nom d’un apolitisme mal compris notre passé, nos martyrs et que notre Patrie est aujourd’hui plus soumise que jamais... », déclare Cortines en 196131.

50La critique paraît avoir été entendue. Révisé, l’article un des statuts proclame : « Le Casal de Catalogne de Paris orientera ses activités dans un sens patriotique exaltant les libertés nationales (...) ».

51L’option consulaire demeure néanmoins latente. Même si, aux yeux de plus d’un responsable de l’association, elle ne doit pas se laisser enfermer dans les activités festives et purement folkloriques, mais entretenir l’esprit patriotique, former les jeunes générations, disputer aux partis politiques la protestation contre le régime franquiste et intervenir au même titre que la Généralité, auprès des instances internationales et des institutions étatiques étrangères.

52Toutes prétentions que contestent les organismes ainsi mis en cause et les gros bataillons non parisiens de la communauté.

Limites et paradoxes du rayonnement

Attirance des intellectuels parisiens

53Pour l’intelligentsia parisienne antifranquiste, le Casal fait figure de représentant authentique d’une communauté qu’elle connaît à vrai dire assez mal. Pas plus le Casal de Toulouse que celui de Perpignan ne peuvent se targuer de la collaboration de personnalités françaises comparables à celles avec lesquelles l’association parisienne développe des relations.

54On relève parmi ses membres fondateurs des universitaires français tels que Pierre Fouché, professeur à la Sorbonne, l’Abbé Jean Tarré de l’Ecole des Chartres, Jean Camp, écrivain.

55En 1951, à l’occasion du 15e anniversaire du soulèvement du 19 juillet 1936, le Casal donne la parole à Octavio Paz, poète mexicain, Claude Aveline, Albert Camus, Jean Cassou, J.P. Sartre alors que l’année précédente, Jean Lessafre, Marcel Bataillon, PL. Berthaud, Pierre Vilar avaient ranimé le souvenir de la proclamation de la République Espagnole.

56Seize ans plus tard, le comité de parrainage du livre catalan n’a rien à envier à ses prédécesseurs. Aussi éclectique que prestigieux, il comprend pêle-mêle Pierre Abraham, directeur de la revue Europe, André Camp, directeur du service des langues ibériques à l’O.R.T.F, J.M. Domenach, directeur de la revue Esprit, l’éditeur Pierre Seghers, les écrivains François Mauriac, Louis Aragon...

57Cependant, si le Casal possède un bon carnet d’adresses, le réseau d’associations françaises amies paraît assez étriqué, à l’exception des organisation régionalistes.

58En ce qui concerne une éventuelle influence de l’organisation sur la population parisienne, le bilan est des plus minces. Telle n’est pas, il est vrai, la vocation première de l’association. La probable fréquentation d’un public français aux fêtes et aux activités culturelles nous en dirait plus si nous disposions de sources fiables. Là encore, aucune extrapolation n’est possible à partir des chiffres de non adhérents fréquentant les bals et les représentations théâtrales, la nationalité n’étant jamais mentionnée.

59Organisation tournée essentiellement vers sa communauté, mais capable de susciter un mouvement de solidarité active dans une partie de l’intelligentsia parisienne, elle ne paraît pas exercer la même séduction sur ses propres intellectuels.

Eloignement des intellectuels catalans ?

  • 32 Intervention de Coll à l’assemblée générale du 22/04/51.

60Les membres du Conseil et des adhérents déplorent l’attitude de ceux qui, parmi l’élite catalane, se désintéressent de la vie de l’association32. L’image d’une organisation empêtrée dans des querelles intestines n’est pas de nature à mettre un terme à la prise de distances perceptible dans les années 1950. Entrés âgés en 1939, un grand nombre disparaissent de mort naturelle, à l’instar de Pompeu Fabra, grammairien illustre qui a donné ses fondements à la langue catalane. D’autres, profitant de leur renom, réémigrent vers l’Amérique plus réceptive à leur talent, à la suite de L. Nicolau d’Olwer. D’autres enfin, peu nombreux, choisissent le retour en Espagne comme l’écrivain Rafaël Tasis. Quelle qu’en soit la cause, leur départ laisse un vide qu’on aurait tort de réduire à de l’indifférence, ou pire, à des désaccords profonds.

Luttes d’influences entre centres

61S’il convient de relativiser la désertion des intellectuels, divers indices confirment l’incapacité du Casal de Paris à se faire reconnaître comme Maison Capitale de l’exil.

62Numériquement, les Parisiens ne sont pas en position de force. Les Casals de Toulouse et de Perpignan, forts de leurs effectifs, récusent toute mise en tutelle. La difficile constitution de la Fédération des Entités Catalanes en France apporte une nouvelle preuve de ces clivages, méfiances et incompréhensions.

  • 33 CD. du 30/07/47, du 03/09/47, du 17/09/47.

63Lors d’une première tentative33, invité à se joindre à la Fédération en voie de constitution, le Casal de Paris, dépité et surpris par un projet dont il revendique la paternité, accepte du bout des lèvres puis très vite se retire pour des motifs politiques. Finalement, cette Fédération finira par voir le jour presque vingt ans après... sur l’initiative des Casals de Toulouse et d’Angoulême.

Influence des périodiques

64Mis en échec dans sa volonté hégémonique, le Casal jouit malgré tout de l’audience que lui valent les deux périodiques – Vincle et Foc Nou – diffusés hors du cercle des adhérents.

65Doté rapidement d’une entière autonomie financière et rédactionnelle, Vincle disparaît en 1956, après quatre ans d’une vie souvent chaotique. Il eut le mérite de laisser s’exprimer dans ses colonnes des porte-parole habituellement réduits au silence par la sélectivité des rares revues existantes.

  • 34 Ces chiffres, déjà mentionnés dans Foc Nou, nous ont été confirmés par Roma Planas.

66Foc Nou ne devait pas durer plus longtemps. Sa parution fut toutefois plus régulière entre 1960 et 1964, atteignant un tirage supérieur à 1 000 exemplaires34. Les campagnes de souscription de Foc Nou permettent de mesurer le rayonnement géographique de la revue, confondu avec celui des communautés catalanes organisées. La rédaction, elle-même, recrute ses collaborateurs au-delà du département de la Seine et s’appuie sur un réseau de correspondants étendu jusqu’à Barcelone. Résultat d’autant plus remarquable qu’il survient à un moment où l’exil et ses organisations donnent des signes de faiblesse.

67Paradoxalement, c’est à travers l’influence de ces revues échappant à son contrôle direct que le Casal de Paris réalise une partie de ses ambitions.

Conclusion

68Affirmer la spécificité de sa langue et de sa culture a été le seul moyen pour la communauté des exilés catalans de poursuivre le combat engagé en 1936. Sur cette base, un courant continu alimente le Casal de Paris, capable de polariser une population disséminée dans une immense agglomération.

69En position de quasi-monopole, apte à faire cohabiter les différents courants de réfugiés, jouissant d’une notoriété certaine hors de ses rangs, l’association parisienne a su surmonter les obstacles inhérents à la taille de la capitale et nourrir la légitime ambition d’être le centre de la diaspora. La volonté, toutefois, ne pouvait suffire. Face aux concentrations du Sud de la France et d’Amérique latine, le Casal de Paris dut se résoudre à faire contre mauvaise fortune bon cœur et admettre l’existence d’autres centres égaux en droits. Et en légitimité. Du moins jusqu’à ce que la renaissance – tant souhaitée – de la culture catalane à Barcelone même, ouvre une nouvelle page d’histoire.

Notes

1 Professeur d’Université, il fut élu député des Cortés, devint conseiller de la Généralité avant d’être nommé directeur de la banque d’Espagne. En exil, il fut ministre du Gouvernement Républicain puis ambassadeur au Mexique.

2 Archives du Casal de Paris : conseil directeur (CD.) du 21/07/45.

3 Pere Sola : Els atenéus obrers i la cultura popular a Catalunya (1900-1939). L’atenéu enciclopèdic popular. Barcelona. La Magrana.

4 Entretien avec Antonio Soriano du 04/01/93.

5 Archives de la Généralité de Catalogne : fonds Ventura Gassol. Carton 165.

6 Entretien avec Jaunie Mir du 16/05/92.

7 Archives Généralité : fonds Ventura Gassol. Message du nouveau président, en mars 1960 qui rappelle les vœux des fondateurs et règlement intérieur : Casal de Paris.

8 Entretien avec Angéli Castanyer. Barcelone le 16/02/93. Son père et son oncle fondèrent la Maison de Valence en 1948. A la fin des années 1950, l’afflux d’émigrés économiques change la nature des activités et lui-même préfère intégrer le Casal en 1958.

9 Aline Angoustoures a entrepris un travail de recensement des immigrés politiques espagnols enregistrés à l’OFPRA. Sur un échantillon de 2002 cas doit 2 % des 100 000 recensés, elle trouve 440 personnes nées en Catalogne soit 22 % de l’effectif. Parmi eux, 63 résident à Paris soit, en chiffres réels, 3 150. 64 et 59 auraient élu domicile respectivement dans les Pyrénées Orientales et la Haute Garonne, soit 3 200 et 2 950. Ces chiffres ne sont qu’une estimation, néanmoins ils nous serviront momentanément de base de travail.

10 Toutes les données ont été traitées à partir du fichier des adhérents qui comprend les informations suivantes : nom, âge, profession, date et lieu de naissance, domicile, date et durée d’adhésion. Ce fichier est complet jusqu’en 1964.

11 La comparaison avec les Italiens que décrit L. Couder est tentante : une population latine, une intégration relativement rapide dans la communauté d’origine dont témoignent la dispersion dans l’agglomération et l’assimilation de la seconde génération, le rôle des exilés politiques comme animateurs d’associations. Les similitudes sont incontestables ; cependant la communauté catalane se singularise des autres peuples méditerranéens dans la mesure où elle a presque exclusivement émigré pour des raisons politiques et qu’elle présente une grande homogénéité ethnique. Ces deux facteurs vont préserver son individualité tout en facilitant son intégration.
L. Couder : Paris, capitale de L’immigration italienne in L’immigration italienne en France dans les années 20 (dir. P. Milza) C.E.P.E.I. Paris 1988.

12 C’est en 1947 que le nombre d’adhésion est le plus élevé – 29,3 % – contre –17,2 % – l’année précédente qui avait déjà été une année de fort recrutement. Ces chiffres confirment un fort déplacement vers Paris.

13 Les lieux de naissance se répartissent ainsi par province : Barcelone = 54,8 % dont 38 % de la ville elle-même, Gérone = 11,5 %, Tarragonne = 10,8 % et Lérida = 8,7 %. La plupart sont originaires de la capitale provinciale ou d’une ville moyenne.

14 Les comparaisons ont été effectuées à partir de chiffres tirés du Bulletin régional de la statistique de l’INSEE. 3e trimestre 1955 et de l’ouvrage de Roger Girod : Etudes sociologiques sur les couches salariées. Ouvriers et employés. Paris 1961. M. Rivière et Cie.

15 Ce chiffre est partiellement du à la présence dans le Casal de la vieille colonie des années 1920 qui vit dans l’aisance.

16 J.L. Abellan : De la guerra civil al exilio republicano. Ed. Mezquita Madrid 1982. et L. Fermi : Imigrantes ilustres : la historia de la migration intelectual europea (1930-1941) Buenos-Aires 1971.

17 Archives du Quai d’Orsay Série Europe, sous-série Espagne : dossier 31. Lettre datée du 18/11/44. Dans cette lettre destinée au président du Conseil de Londres qui a l’ait office de gouvernement pendant la guerre, Tarradellas expose les raisons pour lesquelles il juge inopportunes les options séparatistes.

18 C.E.H.I., DO 28.

19 C.E.H.I. DO 28.

20 CD. du 20/09/51

21 Nous l’avons trouvé plus de dix fois dans les comptes-rendus des C.D.

22 En 1945, les moins de 30 ans représentent à peine 9,6 % de l’effectif. Les plus nombreux sont les 30-50 ans : 69 %.

23 Un groupe de travail au sein du C.H.E.V.S., étudie la fonction d’intermédiaire culturel de cette génération.

24 Plusieurs numéros se font l’écho des divergences de vue entre générations : Foc Nou n° 5, 6, 7, 13 et 14.

25 J. Ponty : Polonais méconnus. Histoire des travailleurs immigrés en France dans l’entre-deux guerres. Publications de la Sorbonne Paris 1988.

26 Le 11 septembre 1714 marque la fin des libertés catalanes, la République est proclamée le 14 avril 1931, le 6 octobre 1934 la Catalogne s’insurge contre le gouvernement de Madrid et le 19 juillet 1936 l’insurrection catalane stoppe le coup d’Etat militaire.

27 Les premiers règlements intérieurs font tous mention de ce devoir dans leur titre I.

28 Grâce aux cahiers de trésorerie, nous avons pu reconstituer le nombre de représentations théâtrales et les entrées afférentes.

29 CE. H.I., DO 28 liasse 1.

30 Cette collaboration durera jusqu’au début des années 1970 puisque le banquier et homme politique catalan, Jordi Pujol, à l’époque opposant franquiste, sera le bailleur de fonds des Editions Catalanes. Entretien avec Roma Planas du 16/02/93.

31 Cortines a fondé la revue Vincle avant de devenir responsable du Bulletin d’Information de la Généralité ce qui ne l’empêche pas de collaborer aux diverses publications du Casal.

32 Intervention de Coll à l’assemblée générale du 22/04/51.

33 CD. du 30/07/47, du 03/09/47, du 17/09/47.

34 Ces chiffres, déjà mentionnés dans Foc Nou, nous ont été confirmés par Roma Planas.

Table des illustrations

Légende Commémoration du 19 juillet 1936 devant l’Arc de Triomphe (19 juillet 1956).(Coll. Le Casal de Paris)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/963/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
Légende Jeux Floraux de 1965 célébrés dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne.(Coll. Le Casal de Paris)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/963/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 650k

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable