Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Paris des étrangers depuis 1945

 | 
Antoine Marès
, 
Pierre Milza

II. Les Italiens à Paris depuis 1945

Marie-Claude Blanc-Chaléard et Pierre Milza

Texte intégral

1Contrairement à ce qui se passe pour les périodes antérieures à la Deuxième Guerre Mondiale, il est difficile d’appréhender de manière globale la population italienne à Paris depuis 1945. Cela tient au caractère très contemporain de l’objet étudié, examiné depuis trop peu de temps par les historiens de l’immigration transalpine, ainsi qu’à la minceur des sources susceptibles de donner de la « colonie » italienne en région parisienne une image globale. Le caractère très flou de cette représentation d’ensemble du monde italo-parisien constitue d’ailleurs une originalité majeure, en ce sens qu’il n’existe pas en tant que tel. Majoritairement issus de la première et de la plus ancienne immigration de masse dans l’espace parisien, les Italiens sont aussi, parmi les migrants, les moins encadrés, les moins visibles, parce que les mieux assimilés par le creuset français.

2Cette situation est d’abord le résultat d’un héritage, le poids du passé demeurant essentiel pour comprendre les caractères de la présence italienne à Paris jusqu’aux toutes dernières années. Elle est liée d’autre part aux conditions dans lesquelles s’est poursuivie l’immigration et achevée l’intégration durant les « trente glorieuses ». Aussi, avant de s’interroger sur les formes d’un hypothétique espace italo-parisien, convient-il de rappeler les conditions dans lesquelles va croître, puis se stabiliser une dernière fois en région parisienne la population originaire de la péninsule.

I. Le dernier acte d’une longue histoire migratoire

  • 1 On ne s’étendra pas sur le courant concernant les élites culturelles qui remonte à un passé lointa (...)

3L’immigration italienne en région parisienne a ceci d’original qu’elle a participé de toutes les vagues migratoires qui se sont succédées depuis un siècle et demi, et de toutes les formes d’exil vers la capitale, avec un temps fort qui correspond aux années de l’entre-deux-guerres1. À l’époque des Trente Glorieuses, tandis que l’Ile-de-France devient à nouveau un pôle d’immigration intense venue de tous les horizons, les Italiens font partie de ce mouvement, mais pour s’intégrer à un milieu qui s’est façonné bien avant leur arrivée.

Étrangers d’hier, immigrés d’aujourd’hui

4Premier groupe étranger de la capitale depuis les années vingt, les Italiens vont le demeurer jusqu’en 1968, date à laquelle ils sont légèrement dépassés par les Espagnols. Ils sont alors, selon les statistiques officielles, 95 170 pour l’ensemble de la région Ile-de-France, c’est-à-dire un peu moins qu’en 1926, mais il faut ajouter à cet effectif plus de 65 000 naturalisés récents (depuis 15 ans). La population d’origine italienne occupe donc encore un espace important, d’autant qu’elle s’étend également à ceux qui, nés Français ou naturalisés depuis longtemps, n’apparaissent pas dans les statistiques. Cette population de nationalité ou d’origine italiennes comporte au moins trois composantes :

  • les « anciens », ceux qui relèvent des flux massifs de l’entre-deux-guerres. Certains –Piémontais, Emiliens, Bergamasques– étaient déjà les héritiers de courants très antérieurs à leur propre installation en France. D’autres, comme les représentants des provinces du Nord-Est de la péninsule (Frioulans, Vénitiens), ont inauguré de nouveaux flux. Mais, par la puissance de leur implantation, par la massivité de leur intégration, ils ont ensemble modelé l’espace italo-parisien. Ceci, malgré le traumatisme de la guerre qui a vu la population italienne de la capitale diminuer de 50 %2. Revenus après la tourmente, ou demeurés sur place durant les années noires, ces Italiens, parfois naturalisés, qui profitent dans leur vieillesse en France au cours des années soixante d’un confort inespéré, portent en eux la trace d’une histoire socialement douloureuse et politiquement troublée qu’ils ne sont généralement pas enclins à extérioriser.
  • Leurs enfants constituent le second groupe. Très souvent élevés en France, quand ils ne sont pas eux-mêmes nés français, ils sont en général parfaitement intégrés. Ils jouent le rôle actif dans les décennies qui nous intéressent. Tandis que leurs parents contribuent à faire du groupe italien l’un des plus vieux parmi les populations étrangères, eux-mêmes renforcent le poids du modèle familial dans la colonie d’origine italienne : un modèle dont le comportement est très proche de celui des Français, où le nombre d’enfants est peu élevé et qui vient en tête de toutes les populations d’origine étrangère pour le nombre de mariages mixtes.
  • Le troisième groupe coïncide avec la dernière vague migratoire. Celle-ci, moins puissante que celle des années vingt, est loin toutefois d’être négligeable. Entre 1954 et 1962, moment du plus gros afflux, la population transalpine de la région parisienne augmente en effet de 45 % (plus de 22 000 pour Paris et la Petite Couronne). Ce mouvement réintroduit des traits de jeunesse et de « nomadisme » dans la population étrangère en provenance de la péninsule : taux de masculinité plus élevé, instabilité plus forte, poids considérable du statut ouvrier qui se lit encore dans la structure sociale actuelle, etc. Par ailleurs, son recrutement s’étend à des régions italiennes jusqu’alors peu représentées en Ile-de-France : Italie du Sud (Naples, Pouilles, Calabre) et îles (notamment la Sicile), tandis que l’indépendance de la Tunisie « rapatrie » un courant très spécifique d’Italo-Tunisiens. Ces « nouveaux Italiens » ne sont guère connus. D’abord parce qu’aucun travail n’a encore été mené sur eux, et aussi parce qu’ils semblent n’occuper qu’une place marginale.

5Bien plus évidente en effet est la continuité entre cette dernière vague migratoire et la précédente. Les recrutements par l’Office national de l’immigration comptent beaucoup moins que la réactivation des anciennes filières villageoises et familiales, si bien que les Italiens du Nord demeurent majoritaires. Accueillis et encadrés professionnellement par leurs parents et « pays », ils profitent de l’ancienneté de l’implantation italienne en région parisienne. Aux alentours de 1968, la stabilisation est acquise pour les premiers arrivés de l’après-guerre et un certain nombre sont déjà naturalisés.

6À cette date, on n’a donc plus affaire qu’à une population installée dont la part ne va cesser de diminuer. D’autres étrangers ont pris le relais de l’immigration de masse tandis que la francisation des Italiens se poursuit. En 1990, les Transalpins ne représentent plus que 4 % des étrangers en Ile-de-France, alors que Portugais et Algériens entrent chacun pour 20 % dans l’effectif de la population allogène. Ils constituent désormais un phénomène secondaire dans une région où se pose à nouveau le « problème des étrangers ».

Le poids de l’héritage

7Héritière d’une longue histoire, la population d’origine italienne est donc fréquemment devenue française et son repérage n’est pas une entreprise aisée. Cela est particulièrement vrai des élites, économiques ou intellectuelles, dont on ne peut facilement apprécier la place dans la mobilité sociale de la colonie. Mais si la tâche est ardue, c’est que de nombreux facteurs ont contribué à faire de l’immigration italienne au xxe siècle celle qui s’est le plus intimement fondue dans le monde parisien. Il y a là une sorte de tradition qu’explique en partie l’évolution historique de cette migration.

Un déjeuner de vétérans de l’immigration italienne à Carrières-sur-Seine. (Coll. Taravella)

8Son ancienneté a favorisé sa « proximité » par rapport à la population parisienne à laquelle elle se trouvait mêlée et qui, jusqu’aux années cinquante, était en majorité une population ouvrière proche de ses origines provinciales. Or cette proximité de statut et de mentalité a été essentielle pour l’intégration de la « deuxième génération » au cours des décennies 1920 et 1930.

  • 3 Cavanna, Les Ritals, Paris, Belfond, 1978.
  • 4 Dès le xixe siècle, les tentatives d’encadrement par l’Ambassade ne rencontrent qu’indifférence pa (...)

9L’émiettement des origines, rattachées à nombre de micro-régions –vallées montagnardes le plus souvent–, a contribué à priver la « colonie » de référence unificatrice susceptible de résister au modèle assimilateur français. Dès 1870, se sont constitués des espaces migratoires « bipolaires », unissant tel quartier ou telle rue de Paris et de sa banlieue à tel village de la péninsule, et cette forme se retrouve dans l’entre-deux-guerres. Par exemple, le centre du vieux Nogent est devenu une « annexe » de la vallée apennine de la Nure (dans la province de Piacenza, en Emilie occidentale), avant de devenir un foyer de stabilisation dans les années trente où a grandi le jeune Cavanna3. Il s’ensuit une série d’évolutions locales, favorisées par liberté et la facilité du travail dans l’espace parisien, fortement rétives à toute forme d’organisation au nom d’une lointaine patrie italienne dont on ignore d’ailleurs fréquemment la langue4.

  • 5 L. Couder, Les immigrés italiens dans la région parisienne pendant les années vingt, Thèse pour le (...)

10Les tentatives d’organisation politique de l’entre-deux-guerres n’ont pas réussi, loin de là, à modifier cette tendance. Laurent Couder a bien montré dans sa thèse comment la colonie des années vingt, devenue quantitativement la plus importante de l’hexagone, a été l’enjeu de forces politiques contradictoires : exilés antifascistes d’une part, consulat et organisation fascistes de l’autre, qui cherchaient à la structurer et à entretenir son italianité5. Les résultats, vus du second après-guerre, ont plutôt été dans le sens de l’intégration de ceux qui sont restés. Sans avoir vraiment réussi à convertir à l’« idée italienne » les masses ouvrières d’origine transalpine –comme en témoigne le médiocre succès des cours de langue italienne–, le fascisme a laissé de mauvais souvenirs qu’il convenait d’oublier et de faire oublier. Dès lors, le consulat s’est des investi de tout rôle centralisateur, ce qui, soit dit en passant, ne fait pas l’affaire des historiens en quête de documents permettant une approche globale de la colonie, et la Mission italienne, instrument religieux de la propagande durant les années du fascisme, a connu une grande désaffection. Bref, la colonie s’est atomisée encore un peu plus.

11Quant à l’influence des milieux politiques de gauche, beaucoup plus importante, elle a elle aussi plutôt contribué à favoriser l’assimilation des migrants par leur intégration aux luttes ouvrières locales, tant était forte l’identité des conditions sociales et des valeurs auxquelles ces ennemis du fascisme étaient conviés à se rallier. Les dirigeants de l’antifascisme retournés en Italie, il reste, pour les immigrés en région parisienne et leurs enfants, un ancrage à gauche qui transparaît dans leur discours, mais dont aucune étude d’ensemble n’a pu encore mesurer l’impact, en particulier à travers le syndicalisme. Sans compter que le violent rejet dont sont victimes les Italiens au lendemain de la guerre accentue chez nombre d’entre eux la tendance à afficher la plus grande francité possible.

12Ces circonstances favorables à l’intégration et à l’assimilation des migrants originaires de la péninsule n’ont guère été remises en cause durant les Trente Glorieuses. Les origines, donc les réflexes migratoires, sont largement les mêmes. A ceci près que la dimension politique disparaît à peu près complètement et que la volonté d’intégration économique se trouve largement satisfaite dans les conditions de croissance et de protection sociale qui caractérisent cette époque. De plus, grâce à la présence de structures d’accueil déjà bien intégrées, les Transalpins échappent à tout ce qui va concourir à l’exclusion d’autres populations étrangères : les bidonvilles, les cités de transit, les difficultés scolaires, etc.

13Enfin, facteur d’exclusion majeur, la crise de l’emploi touche la région parisienne à une époque (le milieu des années 1970) où l’immigration italienne accuse une forte décroissance. La présence de plus en plus marquée et visible de migrants d’origine extra-européenne tend au contraire à renforcer l’impression d’identité entre Italiens et autochtones.

  • 6 S. Pallida, L’associationnisme italien en France, Paris, février 1987.
  • 7 Ibidem, p. 19.

14Est-ce-à-dire que la colonie transalpine a perdu toute spécificité et toute référence à l’italianité ? Pas tout à fait. Le nombre des associations italiennes s’est fortement accru depuis la guerre, de même que leurs effectifs, et le ralentissement des flux depuis la fin des années soixante a peu modifié cette situation. Selon un rapport établi en 1987 pour le FAS et la DPM du Ministère des Affaires sociales par Salvatore Pallida6, on en dénombrerait à cette date plus de 360 pour l’ensemble de l’hexagone, dont 70 pour le seul département de la Moselle, 48 dans le Nord, 43 dans l’Isère et une quarantaine en Ile-de-France, réparties de la matière suivante : 3 pour l’Emilie-Romagne. le Frioul, la Toscane et la Sicile, 2 pour le Latium, les Pouilles, la Sardaigne et la Vénétie, une seule pour les autres régions. Rares sont celles dont les effectifs sont inférieurs à une cinquantaine de membres, et il n’est pas exceptionnel –toujours selon le rapport de Pallida– de rencontrer des associations qui rassemblent plusieurs centaines d’adhérents7. Ce sont donc, au total, plusieurs milliers de migrants qui, en région parisienne, sont concernés par l’activité associative italienne, et notamment par les associations catholiques, les ACLI (Associazioni cristiane laboratori italiani) : un mouvement issu de la Résistance et qui, après avoir été longtemps étroitement relié à l’Eglise et proche de la Démocratie chrétienne, jouit depuis les années 1970 d’une large autonomie.

15Intervenant sur une population immigrée dont l’importance numérique a considérablement diminué depuis vingt ans, les ACLI, tout comme le réseau associatif concurrent rassemblé autour de l’AFI –l’Association franco-italienne, fondée en 1959 et héritière de l’Unione popolare italiana, donc nettement positionnée à gauche–, structurent plus étroitement ce qu’il reste en France de colonies italiennes que ne le faisaient les associations transalpines à l’époque de la grande immigration de masse. Constituent-elles pour autant, plus que dans le passé, un frein au processus d’assimilation des migrants ? Peut-être, s’agissant d’une immigration résiduelle, beaucoup plus étroitement reliée à la terre que ne l’étaient les vagues précédentes et pour laquelle la césure que représente l’acte d’émigrer est loin d’avoir le même impact psychologique. L’émigration italienne d’aujourd’hui n’a plus grand chose à voir avec celle de l’entre-deux-guerres, voire avec celle des années cinquante, et l’intégration des nouveaux arrivants –moins nombreux chaque année que ceux qui font retour au pays– ne pose guère de problèmes. Dans ces conditions, la densité du réseau associatif transalpin, ne peut que concourir à l’insertion –provisoire pour nombre d’entre eux– de ce qu’il convient d’appeler désormais des « Italiens de l’étranger » plutôt que des immigrés dans un pays où, en tant que ressortissants de la CEE, ils ont la libre disposition de leurs mouvements.

16Durant la période qui va de la fin de la guerre aux années 1970, l’associationnisme italien n’a donc guère freiné le processus d’assimilation des migrants. Et ceci d’autant moins qu’il s’est constamment trouvé en concurrence avec une sociabilité au quotidien et avec des associations et des groupes de toute nature ouverts aux étrangers qui ont au contraire puissamment concouru au mixage culturel et à la fusion. Aujourd’hui, ces réseaux associatifs connaissent, certes, un certain essoufflement et manquent notamment d’éléments jeunes leur assurant un minimum de renouvellement et de dynamisme, mais ce relatif effacement intervient dans un contexte entièrement changé et s’applique à une population en voie d’extinction ou de francisation accélérée.

II. Exploration de l’espace italo-parisien

17Le recensement de 1968 est le premier depuis la Seconde Guerre mondiale à donner une répartition des Italiens par communes. Il fournit également des données socio-économiques et permet de comparer à chaque fois les Italiens de nationalité et les naturalisés. C’est donc une base solide pour explorer l’espace italo-parisien, d’autant que 1968 est pour la présence italienne en région parisienne une date-charnière, en ce sens que s’amorce alors l’ultime phase de stabilisation.

L’espace géographique : les spécificités de la répartition

18Rien de bien original, à première vue, dans la répartition d’ensemble des migrants originaires de la péninsule (Cf. carte 1). L’espace des Italiens s’inscrit dans les limites du Paris populaire : quartiers Nord et Est de la capitale, mais surtout proche banlieue ouvrière, avec des pôles qui, depuis qu’il existe une immigration de masse, constituent les zones d’accueil privilégiées des migrants de toute provenance : Saint-Denis, Montreuil, Vitry, Boulogne, etc. Pourtant, à l’échelle globale comme à l’échelle locale, on peut identifier un espace italien.

19A l’échelle de la région considérée, la place de la « Petite Couronne » est essentielle puisqu’elle rassemble 53 % des Italiens et 55 % des naturalisés d’origine italienne. Toutefois, seule la partie Est de cette banlieue proche de la capitale accueille des proportions significatives, dépassant 2 % de la population totale : la vallée de la Seine, d’Ivry à Grigny, d’une part, les plaines et plateaux des actuels départements de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne d’autre part, à l’intérieur d’un triangle Saint-Denis/Villeparisis/Champigny, concentrent les communes les plus « italianisées » de la région. Au Nord-Ouest, l’espace de la grande industrie a fixé des proportions moins fortes de Transalpins et il faut remonter jusqu’à Argenteuil, marquée par la présence piémontaise, pour retrouver l’équivalent de la zone Est. Au Sud-Ouest enfin, Boulogne et Clamart font tache dans une banlieue aisée où l’implantation immigrée est évidemment faible.

20Dans Paris même, qui compte en 1968 22 % de la population d’origine italienne, la répartition en valeurs absolues comme en pourcentages isole quelques quartiers : au Sud-Est, entre Bastille et Nation, le long de l’axe rue du Faubourg Saint-Antoine/rue de Montreuil, à la limite des xie et xiie arrondissements, se prolongeant jusqu’à Montreuil à travers le quartier Charonne, dans le xxe arrondissement. Au Nord-Est, le quartier de La Villette, au Nord, des Batignolles à Clignancourt, à cheval sur le xviie et le xviiie.

21Cette répartition se superpose à celle décrite par Laurent Couder pour les années 1920. Elle apparaît ainsi comme un effet de l’héritage du temps des grands flux migratoires transalpins en région parisienne et est toujours visible en 1982. Les naturalisés sont restés dans l’espace investi par les générations précédentes et le mode de recrutement des nouveaux venus (utilisant les mêmes filières que leurs prédécesseurs) en a confirmé les positions.

22La dispersion en grande banlieue est assez faible. Elle concerne davantage les derniers arrivés, employés sur les grands chantiers de construction, comme Grigny, ou dans les usines nouvelles de la vallée de la Seine (des Mureaux à Mantes-la-Jolie) et de l’Oise (Méry, Auvers-sur-Oise). En revanche, c’est par la diffusion dans les communes environnantes, à partir des points de forte concentration évoqués précédemment, que s’est étendu l’espace italien, en particulier à l’Est. Ce mouvement de diffusion a son expression dans un mode d’habitat spécifique : la petite maison individuelle.

  • 8 M. Guillon, « La population étrangère de Villeneuve4e-Roi ». Vivre en France, Paris, 1974, pp. 29- (...)

23Un exemple, analysé par Michèle Guillon, souligne parfaitement cette originalité à l’échelle locale de l’implantation transalpine en 1968. À Villeneuve-le-Roi se trouvent juxtaposés tous les types d’habitat caractéristiques de la banlieue des années soixante. Dans le bidonville et les cantonnements de la zone industrielle vivent des Portugais et des Algériens. Dans les grands ensembles, des familles majoritairement ibériques mêlées aux autochtones. Dans les pavillons, souvent autoconstruits, habitent en petits groupes familiaux des travailleurs du bâtiment italiens. Dans un lotissement voisin enfin, de petits entrepreneurs, également transalpins, se sont construit de coquettes maisons. Quant aux nouveaux arrivés, ils logent dans des caravanes, au fond du jardin de leurs parents8.

  • 9 Des Italiens d’origine diverse ont acheté des lots Villa de l’Union ou Cité Tillemont, informés pa (...)
  • 10 I. Vendramini-Willems, L’immigration italienne à Noisy-le-Grand ( 1886-1968). Une intégration réus (...)

24Ce type d’habitat individuel s’est beaucoup développé, dès les années 1930, dans les communes à lotissements de la banlieue Est où le terrain était bon marché. Ce qui a souvent conduit à la reconstitution de rues italiennes, comme à Montreuil, dans le quartier de la Bougie9, ou à Noisy-le-Grand, rue de la Tranchée, où réside toute une communauté frioulane liée à une même famille10. De manière plus générale cependant, et surtout à partir des années 1950, cela aboutit à un mélange avec la population française.

25Le mixage a toujours été la règle dans l’espace parisien où la notion de ghetto est inopérante. Toutefois, les filières villageoises ont suscité, on l’a vu, des regroupements dans des « rues à Italiens » dont le centre du vieux Nogent, immortalisé par Cavanna, constitue l’exemple le plus caractéristique, mais qui se retrouve également à Boulogne (rue des Menus) et même à Paris (rue des Haies dans le xxe arrondissement). Réactivés par les nouveaux venus, ces regroupements jouent encore un rôle important depuis la guerre. Toutefois, les rénovations urbaines qui commencent à Paris dans les années soixante, et surtout le comportement des jeunes générations, conduisent à un étalement dans l’espace et à une dissolution progressive de ces noyaux communautaires. À Nogent, on observe dès 1962 une dissémination de la population d’origine italienne hors du centre-ville. Beaucoup parmi les naturalisés habitent désormais les nouveaux immeubles de la rue de Strasbourg, au nord de la commune. Prélude à la disparition de la rue Saint-Anne et de ses voisines, aujourd’hui centre piétonnier façon « ville nouvelle ». Diffusion en lotissements et mélange avec la population autochtone au sein d’un espace marqué par l’immigration des générations précédentes : ces caractères de l’implantation transalpine, liés entre autres à son rôle dans le secteur du bâtiment, se rattachent également à une forme de croissance de la région parisienne qui précède les « années-béton ». De même qu’ils ont le plus souvent échappé aux cités de transit, les Italiens n’ont guère été des étrangers des « grands ensembles ».

Un espace social marqué par la petite entreprise

26S’agissant des structures socio-professionnelles, la spécificité italienne n’apparaît pas non plus immédiatement. On observe en effet une proportion écrasante d’ouvriers (plus de 60 % en banlieue) et une primauté non moins forte de deux secteurs d’activité industrielle, le bâtiment et la métallurgie : un schéma qui s’applique à beaucoup d’autres populations étrangères. Pourtant, là aussi émerge un certain nombre de traits propres à l’immigration transalpine.

  • 11 H. Mogilewski, « La main d’œuvre italienne du bâtiment dans la région parisienne », Acta geographi (...)

27S’agissant tout d’abord du bâtiment, (Cf. carte 2), il est clair que si ce secteur est le seul où se soit véritablement opérée la substitution des étrangers aux Français (comme le souligne Michèle Guillon à propos du recensement de 1975), tous les migrants sont loin d’y occuper la même place. Dans un article publié en 1962, H. Mogilewski met l’accent sur le transfert qui s’est ainsi effectué depuis le milieu du xixe siècle au profit des Transalpins. « Au siècle dernier, écrit-il la Creuse était réputée pour ses maçons, aujourd’hui, c’est l’Italie qui joue ce rôle »11. Ce « rôle », c’est la compétence reconnue, la spécialisation dans certaines branches et surtout la fonction d’encadrement, au niveau de la petite entreprise d’une part, de la maîtrise d’autre part. L’entreprise Taravella, à Nogent – qui a été fondée en 1911 par le grand-père des actuels dirigeants, a compté parmi ses ouvriers le père de Cavanna et emploie à l’heure actuelle une vingtaine de personnes –, a d’abord continué à embaucher après 1945 comme avant la guerre des individus originaires des provinces de Parme et Plaisance. À partir de 1968, ce sont des Portugais qui prennent le relais, les Italiens étant passés chefs de chantier.

Les Fondateurs : Dominique Cavanna (I) et Dominique Taravella (2),
Louis Taravella est à côté de son père (3). Photo prise en 1932 (archives Louis Taravella).

PASSÉ ET PRÉSENT D’UNE ENTREPRISE ITALO-NOGENTAISE

PASSÉ ET PRÉSENT D’UNE ENTREPRISE ITALO-NOGENTAISE

Le premier immeuble construit par l’entreprise en 1911 : 3, rue Sainte-Anne à Nogent-sur-Marne. L’auteur des Ritals y a passé son enfance. Cliché Louis Taravella, 1993.

Les successeurs : Louis Taravella (le plus âgé) et ses trois fils devant un immeuble de Nogent construit par l’entreprise actuelle (construction et promotion immobilière de résidence de standing) dans laquelle les trois frères sont associés. Cliché Marie-Claude Blanc-Chaléard, 1994.

  • 12 C. Withol de Wenden, « L’immigration italienne en France. I/ La formation et la mobilité », Studi (...)

28Les entreprises italiennes dominent certaines spécialités : la maçonnerie (25 % des entreprises de la région en 1962), la peinture-vitrerie (15 %), le chauffage-fumisterie. Mais leur rôle s’étend à tous les secteurs après 1955 : carrelage, serrurerie, charpente, etc. Les structures demeurent généralement modestes, ce qui suffit à la prospérité des fondateurs et de leurs héritiers dans la conjoncture parisienne de forte demande qui caractérise les décennies 1950 et 1960. En général, si la réussite initiale est parfois spectaculaire, il ressort du peu de monographies dont nous disposons que les faibles niveaux d’instruction des créateurs d’entreprises freinent assez rapidement leur expansion et les condamnent à conserver des dimensions réduites. Évoquant cette question à une échelle plus large que celle de la région parisienne, Catherine de Wenden met l’accent sur le fait que beaucoup de ces artisans et entrepreneurs de la première génération ne savent pas lire le français et n’ont aucune formation à la gestion économique12. D’autre part, nombre d’entre eux ont conservé de leur ascendance rurale des traits de mentalité qui les inclinent à investir principalement dans l’immobilier et à bouder des investissements qui pourraient être plus productifs pour l’entreprise.

29La deuxième et parfois la troisième génération ne s’éloignent d’ailleurs guère du modèle originel. La « formation sur le tas », apportée par le père et les oncles, ou acquise dans une entreprise homologue est privilégiée sur la formation générale, et même technique, fournie par l’école. Caractéristique de l’immigration italienne de la première moitié du siècle, ce constat reste valable pour les décennies de l’après-guerre, s’agissant de nouvelles vagues de migrants originaires du centre et du sud de la péninsule et notamment des Pugliesi immigrés en région parisienne dans les années cinquante et soixante. Très nombreux sont ceux qui, partis de rien, ont fondé des affaires prospères, reprises par les représentants de la deuxième génération, mais qui, pour les mêmes raisons de formation limitée au bagage professionnel acquis « sur le tas », n’ont pas dépassé le stade artisanal ou celui de la petite entreprise.

30Combien, parmi les descendants de créateurs d’entreprise originaires de la péninsule ont-ils réussi à franchir une étape supplémentaire ? Dans l’état actuel des recherches, il est difficile de répondre à cette question. Ce qui est sûr, c’est que l’« âge italien » a précédé la grande industrialisation dans ce secteur, laquelle va d’une part exiger un niveau de capitalisation inaccessible à un ancien immigré, et de l’autre fortement prolétariser le travailleur de base. Rares sont, dans ces conditions, ceux qui vont accéder au statut de grands patrons du bâtiment et des travaux publics, tels les Marazzi, Pittau, Bearzato, Tomat, Deromedi, Schenardi (ce dernier, fils d’un maçon devenu promoteur à Nogent et l’un des dirigeants du Froit national), ou encore Pizzarotti, en charge actuellement des travaux d’agrandissement de l’aérogare de Roissy-2.

31Cette place de la petite entreprise apparaît comme l’autre caractéristique majeure de l’espace social italien en région parisienne (cf. carte 3). Cela nous renvoie principalement à la capitale proprement dite, où la part du bâtiment ne dépasse 50 % que dans quelques quartiers périphériques et devient négligeable pour les naturalisés. Parmi les activités traditionnelles, celle du meuble a beaucoup usé de la main d’œuvre italienne, ce qui explique le nombre d’ébénistes transalpins établis à leur compte dans le Faubourg Saint-Antoine, activité dont le repli est aujourd’hui manifeste. Enfin, nombre d’activités artisanales reliées aux secteurs de l’équipement de la maison (décoration, matelassiers, etc.) ou du vêtement (tailleurs, couturiers, chapeliers, modistes) font figure de survivances dans une population qui a beaucoup vieilli, mais d’où émergent toutefois quelques noms prestigieux illustrant la haute couture féminine ou masculine : Pierre Cardin, Nina Ricci, Elsa Schiaparelli ou Francesco Smalto. Sans parler de la nouvelle vague des couturiers italiens ayant leur base logistique dans la péninsule et une antenne conquérante au cœur de la capitale française : les Ferragamo, Ricci, Valentino, Angelo Tarlazzi, etc.

  • 13 P. Corti, Paesi d’emigranti. Mestieri, itinerari, identità collettive, Milan, F. Angeli, 1990, pp. (...)

32La part du commerce paraît au contraire s’être développée. Elle est minoritaire dans les quartiers centraux, mais joue un rôle important dans les zones d’assez forte « italianité » comme les xiie, xviie et xviiie arrondissements. Les hôtels ou les magasins de produits italiens, « commerces de communautés », ne sont pourtant plus les seuls et il semble bien que, dans ce secteur, l’initiative italienne se soit adaptée à un marché « porteur ». En témoigne par exemple, la réussite de la « Toraz », décrite par Paola Corti. Celle-ci explique comment, à partir d’une petite boutique de produits italiens de Livry-Gargan, une famille piémontaise a édifié un empire du self-service, en installant en 1955, au cœur du Paris commerçant, près des Galeries La Fayette, un des premiers établissements de « restauration à l’américaine »13.

  • 14 L’imprenditorialità italiana e italo-francese nella circonscrizione consolare di Parigi, a cura di (...)

33Une autre réussite spectaculaire, elle aussi liée au secteur alimentaire, est celle de la famille Carniato. Originaire de Trévise, Angelo Carniato a commencé son parcours comme tenancier d’une modeste boutique de produits italiens à Charenton-le-Pont. En moins de vingt ans, assisté de ses fils, il a lui aussi édifié un véritable empire, devenant le premier importateur en France de produits alimentaires transalpins. La société Carniato-Europe est aujourd’hui une affaire de très grande dimension, contrôlant une partie importante de la distribution des vins, charcuterie, fromages provenant de la péninsule auprès des revendeurs, traiteurs, restaurateurs et même supermarchés de l’hexagone. En 1985, son chiffre d’affaires dépassait déjà les deux millions de francs14.

  • 15 M. Guillon, « Les commerçants étrangers dans l’agglomération parisienne », Revue européenne de mig (...)

34Il semble que se trouve tracée ici une voie de réussite sociale assez fréquente. En 1982, les Italiens, au deuxième rang du commerce étranger en région parisienne, sont loin derrière les Algériens dans l’alimentation et dans l’hôtellerie (6 % des étrangers contre 20 % et 68 %), mais passent au premier rang pour le commerce de gros (12 % contre 5,1 %)15.

35Par ailleurs, une histoire de la pizzeria et de la petite restauration « italienne » en région parisienne nous renseignerait sans doute sur le rôle des méridionaux, des Italo-Tunisiens, voire de rapatriés d’Afrique du Nord d’une toute autre origine dans cette branche dont la répartition ressemble si peu aujourd’hui à celle de l’implantation italienne (rive gauche, du xiiie au xve arrondissement).

36Avant de clore sur ces réussites industrielles et commerciales, il faut accorder une mention particulières au fondateur des usines SIMCA, Henri Pigozzi, de loin la personnalité la plus importante des milieux d’affaires italo-parisiens. Né en 1889 à Turin, venu en France après le premier conflit mondial pour y diriger une entreprise d’importation et exportation de métaux, Pigozzi a organisé à partir de 1926 la commercialisation dans l’hexagone des voitures FIAT. Après avoir installé dans la proche banlieue parisienne une usine de montage de véhicules de cette marque, il a créé en 1934 la Société Industrielle de Mécanique et de Carrosseries Automobiles. L’année suivante, il a racheté à Nanterre l’usine de la société Donnet-Zedel pour assurer la fabrication de ses voitures et a commencé à y construire des véhicules largement inspirés de certains modèles fabriqués à Turin.

37La SIMCA 5, la « coccinelle », un engin de petite dimension complètement démarqué de la fameuse Topolino italienne, a constitué dès l’avant-guerre –bien avant la 4 CV Renault et la 2 CV Citroën-un modèle de mini-voiture destiné aux couches populaires et qui va rencontrer un grand succès avant et après la guerre. Sous l’impulsion d’Henri Pigozzi. la Société SIMCA connaîtra dans les années 1950 un essor spectaculaire, développant un département poids lourds (UNIC) et drainant une clientèle de cadres moyens et supérieurs auxquels sont offerts des modèles privilégiant l’élégance et le look « sportif » (Aronde, « coupé Sport », etc.)– Lorsqu’il disparaît en 1964, Henri Pigozzi est devenu un membre à part entière de l’establishment parisien. Il est commandeur de la Légion d’honneur, membre du Racing-Club, du Country-Club de Saint-Cloud et de l’Automobile-Club de France, de l’Aéro-Club de France et de l’Union interalliée. Dix ans plus tôt, SIMCA avait absorbé Ford SAF avec ses établissements ultra-modernes de Poissy, se constituant ainsi en quatrième groupe français de construction automobile.

  • 16 E. Bilski, « Le passage par la grande industrie : le cas des Italiens aux usines Renault (1919-196 (...)

38Privilégier la place de l’entreprise, qui a constitué la forme la plus répandue de la mobilité sociale des Italiens de Paris, ne doit pas faire oublier celle du monde ouvrier, lequel demeure fortement majoritaire on l’a dit, avec des modifications par rapport à l’avant-guerre. La part du bâtiment est, certes, essentielle en banlieue, mais l’on voit progresser aux dépens de l’artisanat celle des ouvriers d’usine, secteur qui, avant 1939, ne fixait guère les immigrés d’outre-monts. Les travaux d’Edgardo Bilski sur les usines Renault montrent que les jeunes générations s’adaptent plus volontiers à l’usine et que celle-ci permet plus souvent aux Italiens qu’aux autres d’accéder au statut de chef d’atelier, les OS demeurant toutefois majoritaires16.

39En négatif de ce rôle du statut ouvrier apparaît la place médiocre occupée par la catégorie des employés, y compris à Paris où seule la catégorie des employés de service ou d’hôtellerie est bien représentée. Néanmoins, la proportion de cadres moyens, variable d’une commune à l’autre, témoigne de la diversification en cours du profil social de la colonie. A Nogent-sur-Marne, les Français nés dans des familles italiennes connaissent la même proportion de cadres que les autres Français de la même génération. A Paris, ce phénomène semble s’être accompagné d’un glissement dans l’espace, puisque c’est sur la rive gauche que l’on rencontre surtout les employés et cadres.

40De par sa fonction de capitale, Paris concentre pour l’ensemble des groupes étrangers les représentants des catégories occupant les degrés les plus élevés de l’échelle sociale. A la fin des années soixante, cette population est, dans le cas des Italiens, très concentrée géographiquement à l’Ouest de la ville, dans les viie et xvie arrondissements, ainsi que dans les communes résidentielles qui prolongent le Bois de Boulogne, à l’instar des autres étrangers de même rang. Les Italiens y sont plus nombreux que les naturalisés. Ces derniers habitent également certains quartiers du centre, plutôt sur la rive gauche. C’est une catégorie que nous ne connaissons guère. La seule information que l’on puisse en tirer, c’est qu’ici comme dans les autres domaines ces milieux évoluent de façon totalement indépendante par rapport au reste de la colonie et que, aujourd’hui comme jadis, la présence d’un éventail social complet des Italiens en région parisienne n’est pas un facteur de structuration de la colonie.

41Par leur implantation dans l’espace parisien, par l’évolution de leur structure sociale, les Italiens sont donc devenus, du moins parmi les étrangers dont l’immigration est encore active, les plus proches des Français. Des spécificités subsistent toutefois, nous l’avons vu. Qu’en est-il dans le domaine culturel ? Peut-on à ce niveau parler d’un espace italo-parisien ?

III. À la recherche des « italo-parisiens »

42L’histoire de l’immigration italienne à Paris n’a guère favorisé, on l’a vu, la constitution d’un milieu spécifique susceptible de jouer le rôle de conservatoire d’une culture et d’une identité communes, comme ce fut le cas pour les Polonais ou les Arméniens, pour ne citer qu’eux. Moins que les autres, en tout cas parmi les migrants du xxe siècle, les Transalpins paraissent avoir résisté au rouleau compresseur de l’assimilation française. La forte volonté d’intégration et le poids des événements internationaux les ont conduits à chercher à faire oublier leurs origines, et ils y sont parvenus. Ils sont les « champions » des mariages mixtes et des naturalisations après la guerre, et leurs enfants sont à ce point assimilés que, dans les communes franciliennes où ils vivent et travaillent, leurs patronymes à consonance italienne n’éveillent chez personne l’idée que, peut-être, dans leur famille, une nonna ne parle qu’un français approximatif.

  • 17 J-Ch. Vegliante, Contribution au colloque du CEDEI des 5-6 mars 1993.

43Les artistes d’origine italienne, les stars du sport et du cinéma, ne sont généralement pas perçus en tant que « Ritals », que ce soit volontaire de leur part (Yves Montand, Emmanuelle Riva) ou non (Coluche). Il en fut de même, ou à peu près, de personnalités telles que Serge Reggiani ou Lino Ventura, élevés à Montreuil mais dont le nom ne trompe pas. En 1959, c’est le fils d’un menuisier italien du Faubourg Saint-Antoine qui a créé, avec un autre fils d’immigré (René Goscinny, lui-même juif polonais), le personnage d’Astérix, modèle de francité profonde et pourfendeur de Romains stupides aux médiocres qualités guerrières. Plus que les autres, dit Jean-Charles Vegliante, les Italiens semblent devenus « transparents », « leur image étant constamment soustraite, ignorée ou dissimulée »17.

  • 18 G. Campani, « Les réseaux italiens en France et la famille », Peuples méditerranéens, n° 24, juil- (...)

44Cependant, le souvenir des origines n’a pas été refoulé par tous et, parmi les anciens représentants de l’immigration italienne, demeurent nombre d’aspects qui en font une population au mode de vie original. Les études de Giovanna Campani, Maurizio Catani et Salvatore Pallida ont montré la puissance et la permanence des liens familiaux et villageois dans certains milieux italiens de la capitale et de la proche banlieue18. Il est vrai que, dans de nombreux cas, loin d’être rompues, les relations avec le village d’origine se sont renforcées. L’évolution des « Trente Glorieuses » a en fait favorisé cette situation : en réactivant les chaînes migratoire d’une part, mais surtout en facilitant de multiples façons les voyages vers l’Italie (amélioration des transports collectifs, démocratisation de la voiture individuelle, plus grande aisance matérielle, possibilité de jouir d’une retraite). Ainsi se sont reconstituées en sens inverse certaines aires migratoires : cela est vrai de Nogent et de la vallée de la Nure (aujourd’hui unie à la commune du Val-de-Marne par un jumelage). Le village piémontais, frioulan, émilien, valdôtain est devenu un lieu de vacances, où se retrouvent les jeunes italo-parisiens avec leurs ascendants et où l’on a souvent une maison à la mesure de sa réussite. Pour certains en effet, le village des origines est resté le lieu principal d’investissement, au sens financier du terme, comme pour ce couple de retraités piémontais qui vit à l’étroit dans un petit atelier du xviie arrondissement, mais qui possède de nombreux appartements à Sampeyre (Cuneo).

  • 19 Les cas ne sont pas exceptionnels : sur 20 familles enquêtées, nous en avons trouvé deux et, dans (...)

45Autre phénomène important, le fait que nombre de descendants de la troisième ou de la quatrième génération se préoccupent aujourd’hui de leurs origines italiennes, cherchent à faire revivre l’histoire de leur famille, à apprendre l’italien, voire à l’intégrer dans leur stratégie professionnelle. Certains retournent même vivre en Italie après un mariage19.

46Il faut dire que, depuis le début des années 1970, l’image de l’Italie s’est modifiée dans un sens positif, valorisant aux yeux de beaucoup de descendants de migrants leur statut –longtemps occulté– d’Italo-Français. Par ailleurs, le questionnement communautaire, et identitaire, dans une France en proie aux inquiétudes qui accompagnent l’intégration des nouvelles vagues d’immigrés, et qui redécouvre tardivement la diversité de ses origines, a favorisé ce mouvement de retour sur le passé migratoire.

47En 1978, François Cavanna réinvente dans Les Ritals, à travers le personnage de son père, maçon à Nogent, l’immigré italien que l’on avait oublié, avec son parler savoureux, son ardeur au travail et sa tendresse bourrue. À travers lui, 1 ’italianité résiduelle du migrant des années trente prend un caractère sympathique et « inoffensif » qu’elle n’avait pas, ou qu’elle avait moins à l’époque. Pour la première fois aussi, sa « banlieue Est » apparaît comme le cadre de vie d’un petit Italo-Français et rappelle le rôle qu’ont joué les migrants transalpins dans le peuplement et l’activité de cette zone toute proche de la capitale. Il s’agit là, semble-t-il, du premier acte culturel authentiquement « italo-parisien ».

48Un renouveau de la vie associative –aujourd’hui un peu assoupi on l’a vu– et la naissance d’une radio libre italo-française, Transitalici, ont accompagné ce mouvement. Malgré tout, il semble que ce soit là où les réseaux familiaux sont restés les plus vivants que ces transformations touchent le plus la jeune génération. Moins encore que dans les autres domaines, nos informations ne sont ici suffisantes.

49Il faut reconnaître, enfin, que nous ne connaissons guère les spécificités de l’intégration culturelle pour les Italiens de la dernière vague, leur rôle éventuel dans la naissance d’une conscience italo-parisienne et la façon dont ont évolué les milieux originaires de l’Italie méridionale. On le voit : l’histoire des Italiens à Paris depuis la Deuxième Guerre mondiale est encore largement en chantier.

% d'Italiens et de naturalisés par rapport à la population totale :

% d'Italiens et de naturalisés par rapport à la population totale :

Source : INSEE, recensement 1968
(Les limites sont celles de l'agglomération définies par l'INSEE à cette date)
Italiens et naturalisés d'origine italienne en 1968 dans l'agglomération parisienne (%).

% d'Italiens et de naturalisés travaillant dans l'industrie du bâtiment (par rapport au nombre d'actifs) :

% d'Italiens et de naturalisés travaillant dans l'industrie du bâtiment (par rapport au nombre d'actifs) :

Source : INSEE, recensement 1968
Le Bâtiment, secteur d'emploi privilégié pour les Italiens et naturalisés.

% de patrons (industrie et commerce) par rapport au nombre total d'actifs d'origine italienne (Italiens et naturalisés) :

% de patrons (industrie et commerce) par rapport au nombre total d'actifs d'origine italienne (Italiens et naturalisés) :

Source : INSEE, recensement 1968
Les patrons de l'industrie et du commerce parmi les Italiens et naturalisés en 1968.

Notes

1 On ne s’étendra pas sur le courant concernant les élites culturelles qui remonte à un passé lointain.

2 D’après les deux recensements de 1936 et 1946. Il y a eu des retours, mais la difficulté des recherches dans ce domaine fait que nous sommes encore très démunis pour évaluer les réalités de la saignée.

3 Cavanna, Les Ritals, Paris, Belfond, 1978.

4 Dès le xixe siècle, les tentatives d’encadrement par l’Ambassade ne rencontrent qu’indifférence parmi les migrants. Cf. P. Milza, Français et Italiens à la fin du xixe siècle, 2 vol., École française de Rome, 1981, Tome I, chapitre 4.

5 L. Couder, Les immigrés italiens dans la région parisienne pendant les années vingt, Thèse pour le doctorat de l’Institut d’Études politiques de Paris, 2 vol. dactyl. 1987.

6 S. Pallida, L’associationnisme italien en France, Paris, février 1987.

7 Ibidem, p. 19.

8 M. Guillon, « La population étrangère de Villeneuve4e-Roi ». Vivre en France, Paris, 1974, pp. 29-35.

9 Des Italiens d’origine diverse ont acheté des lots Villa de l’Union ou Cité Tillemont, informés par un compatriote cafetier qui jouait le rôle d’intermédiaire.

10 I. Vendramini-Willems, L’immigration italienne à Noisy-le-Grand ( 1886-1968). Une intégration réussie. Mémoire de maîtrise, Paris-iv, 1992, pp. 184-188.

11 H. Mogilewski, « La main d’œuvre italienne du bâtiment dans la région parisienne », Acta geographica, juin 1962.

12 C. Withol de Wenden, « L’immigration italienne en France. I/ La formation et la mobilité », Studi emigrazione/Etudes migration. n° 78, juin 1985, pp. 213-224.

13 P. Corti, Paesi d’emigranti. Mestieri, itinerari, identità collettive, Milan, F. Angeli, 1990, pp. 229-244.

14 L’imprenditorialità italiana e italo-francese nella circonscrizione consolare di Parigi, a cura di Salvatore Pallida, Paris, CIEMI, 1992, pp. 50-51.

15 M. Guillon, « Les commerçants étrangers dans l’agglomération parisienne », Revue européenne de migrations internationales, vol 2, n° 3, déc. 1986.

16 E. Bilski, « Le passage par la grande industrie : le cas des Italiens aux usines Renault (1919-1962) », Contribution au colloque du CEDEI « Un siècle de présence italienne dans trois régions françaises », Paris. 5-6 mars 1993, ex. dactyl.

17 J-Ch. Vegliante, Contribution au colloque du CEDEI des 5-6 mars 1993.

18 G. Campani, « Les réseaux italiens en France et la famille », Peuples méditerranéens, n° 24, juil-sept. 1983 ; S. Pallida, M. Cattani, G. Campani, « Scaldini, Ciociari, Reggiani... dans les années vingt », L’immigration italienne en France dans les années 20 », CEDEI, Paris, 1998. pp. 223-246.

19 Les cas ne sont pas exceptionnels : sur 20 familles enquêtées, nous en avons trouvé deux et, dans un cas au moins, les parents se sentaient parfaitement français.

Table des illustrations

Légende Un déjeuner de vétérans de l’immigration italienne à Carrières-sur-Seine. (Coll. Taravella)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/959/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Légende Les Fondateurs : Dominique Cavanna (I) et Dominique Taravella (2),Louis Taravella est à côté de son père (3). Photo prise en 1932 (archives Louis Taravella).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/959/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre PASSÉ ET PRÉSENT D’UNE ENTREPRISE ITALO-NOGENTAISE
Légende Le premier immeuble construit par l’entreprise en 1911 : 3, rue Sainte-Anne à Nogent-sur-Marne. L’auteur des Ritals y a passé son enfance. Cliché Louis Taravella, 1993.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/959/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Les successeurs : Louis Taravella (le plus âgé) et ses trois fils devant un immeuble de Nogent construit par l’entreprise actuelle (construction et promotion immobilière de résidence de standing) dans laquelle les trois frères sont associés. Cliché Marie-Claude Blanc-Chaléard, 1994.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/959/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre % d'Italiens et de naturalisés par rapport à la population totale :
Légende Source : INSEE, recensement 1968(Les limites sont celles de l'agglomération définies par l'INSEE à cette date)Italiens et naturalisés d'origine italienne en 1968 dans l'agglomération parisienne (%).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/959/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 679k
Titre % d'Italiens et de naturalisés travaillant dans l'industrie du bâtiment (par rapport au nombre d'actifs) :
Légende Source : INSEE, recensement 1968Le Bâtiment, secteur d'emploi privilégié pour les Italiens et naturalisés.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/959/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 721k
Titre % de patrons (industrie et commerce) par rapport au nombre total d'actifs d'origine italienne (Italiens et naturalisés) :
Légende Source : INSEE, recensement 1968Les patrons de l'industrie et du commerce parmi les Italiens et naturalisés en 1968.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/959/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 653k

© Publications de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable