Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Paris des étrangers depuis 1945

 | 
Antoine Marès
, 
Pierre Milza

Introduction

Antoine Marès et Pierre Milza

Texte intégral

  • 1 Gérard Noiriel, Le creuset français, histoire de l’immigration xixe-xxe siècle. Le Seuil, Paris 19 (...)

1Ce livre sur le Paris des étrangers est un chantier ouvert par des historiens dans un terrain qu’ils commencent à bien connaître. Les fondations de l’édifice sont désormais solides1, même si l’idée de chantier peut ménager des surprises. En revanche, personne ne sait ce que sera cette construction en devenir à propos de laquelle les architectes politiques ne cessent de se quereller.

2La métaphore peut être reprise ici à trois niveaux.

  • Celle d’une France plurielle qui s’est constituée au cours des siècles par sédimentation, au fil des invasions, des conquêtes aux frontières, de l’expansion coloniale. Le ciment a été assuré au xixe siècle par le droit républicain dont Patrick Weil a rappelé qu’« il fonde la nationalité française plus sur l’acquisition de codes de sociabilité que sur l’expression de la volonté individuelle ou sur l’origine. »
  • Métaphore –ou métonymie– de Paris pour la France et pour l’Ile-de-France où résident désormais deux étrangers sur cinq et qui, depuis 1931, a pris le relais de la Méditerranée en tant que première région en chiffre de population étrangère. Il n’y a d’ailleurs pas de politique spécifique à Paris en matière d’étrangers, mais une alternance cyclique d’attitudes d’accueil et de rejet, comme pour l’ensemble du territoire national. C’est l’acuité des problèmes qui caractérise la capitale et en fait une sorte de loupe.
  • Métaphore enfin de l’étranger, pour désigner l’Autre, l’allogène, celui qui, par son statut juridique, son patrimoine culturel ou sa situation socio-économique, est venu s’agréger dans des conditions très diverses à des collectivités urbaines déjà constituées. Etranger ne s’applique donc pas exclusivement à une catégorie juridique clairement attestée ; aussi ne s’étonnera-t-on pas que soit faite mention des Algériens au moment de la Guerre d’Algérie et des Africains noirs à l’époque des luttes d’indépendance. A contrario, certaines communautés notables auraient mérité d’être étudiées : Marocains et Yougoslaves, Grecs et Turcs, entre autres, auraient eu leur place aux côtés des absents de la Communauté européenne, Belges, Allemands ou Britanniques.

3Paris reste aujourd’hui la grande ville cosmopolite qu’elle a toujours été, avec 342 000 étrangers en 1990 contre 180 000 un siècle plus tôt : c’est la capitale des Chinois d’Europe, une des capitales de la diaspora arménienne, une grande cité maghrébine. Même si la population étrangère intra-muros a baissé de 20 000 personnes en moins d’une dizaine d’années à la suite des transformations de l’habitat, le pourcentage d’étrangers oscille selon les arrondissements de 10,9 % (XIIe) à 24,7 % (IIe). Et, plus que jamais, l’Ile-de-France joue un rôle d’aimant : 70 % des Africains de France, par exemple, y résident.

  • 2 Le Paris des étrangers depuis un siècle (dir. André Kaspi et Antoine Marès), Imprimerie nationale, (...)
  • 3 De l’exil à la Résistance. Réfugiés et immigrés d’Europe centrale en France 1933-1945, Arcantère, (...)

4Lors d’un premier colloque organisé en 1987 par l’Institut d’Histoire des Relations internationales contemporaines, le Paris des étrangers avait été envisagé sous le triple aspect de capitale des libertés politiques, littéraires et artistiques2, c’est-à-dire Paris conçu comme lieu de refuge, de création et de légitimation. Paris, Ville lumière, mais aussi Paris ombre avec la montée de la xénophobie des années 30. Un Paris proteiforme dans l’accueil qu’il réservait à ceux qui y étaient attirés. Les études n’étaient pas alors suffisamment avancées pour que la limite de la Deuxième Guerre mondiale soit franchie. Pour ce colloque, l’IHRIC et le CHEVS (Centre d’Histoire de l’Europe du Vingtième Siècle, FNSP) ont choisi 1944-45 comme date de départ, la guerre posant d’autres problèmes qui ont, d’ailleurs, fait eux-mêmes l’objet de récentes publications3.

  • 4 Cf. par exemple l’essai de Jean-Baptiste Duroselle, « L’invasion ». Les migrations humaines, chanc (...)

5Cet ouvrage est plus centré sur l’histoire des étrangers de Paris et de sa région que sur la vision que les étrangers ont pu avoir de la capitale française. L’acuité actuelle de la question4 n’est pas pour rien dans cette orientation qui n’était pas délibérée au départ. C’est le pouvoir d’attraction de Paris –au premier degré– qui nous intéresse ici. Quand on est étranger, pourquoi y vient-on après la Deuxième Guerre mondiale ? Comment y vit-on ?

6La diversité des cas est le premier grand fait qu’il faut souligner.

7Entre les Italiens, qui forment une communauté ancienne et intégrée au point d’avoir largement perdu la connotation d’immigrée –voire les Espagnols arrivés avant guerre dont nous parlent Andrée Bachoud et Geneviève Dreyfus-Armand– et les Portugais entrés massivement en France dans les années 70, il y a un monde d’expériences et de cheminements que masque leur appartenance commune à la latinité et à la CEE. En dehors d’un long périple, rien ne rassemble les Américains du Nord, techniciens ou cadres supérieurs à 80-94 %, qu’évoquent André Kaspi et Catherine Le Dret, les Chinois –étudiés par Yu Sion Live-qui travaillent souvent clandestinement dans des ateliers du XIIIe arrondissement, et les Algériens déracinés dont la misère offre –nous dit Benjamin Stora– un terreau favorable à l’influence du FLN.

8La complexité se retrouve au sein même de chaque groupe étranger. Exilés et immigrés amènent avec eux leurs clivages antérieurs. Les Catalans se démarquent des autres régions de l’Espagne et développent une vie culturelle indépendante – rappelle Phryné Pigenet. Les Soviétiques ne sauraient être confondus dans un même moule : Baltes, Ukrainiens, peuples du Caucase ont leurs propres organisations. L’intérêt d’une communauté n’est d’ailleurs pas forcément proportionnel à sa taille, comme le montre Charles Urjewicz à travers les Géorgiens. La diaspora chinoise reste, elle, divisée en fonction de son origine géographique et linguistique.

9A l’intérieur d’un groupe national, les divergences politiques perdurent et les dissentiments s’exacerbent dans les épreuves de l’exil, sous l’effet conjugué des ambitions personnelles et des conflits idéologiques. Les vagues d’arrivées se superposent sans se fondre. Pour reprendre l’exemple des Portugais abordé par Marie-Christine Volovitch-Tavares, après l’exil des années 20 et 30, ont suivi la génération des années 60, qui fuyait le salazarisme et les guerres coloniales, puis l’émigration économique de la décennie 70, sans que les deux premiers établissent des contacts réels et efficaces avec la troisième. C’est également vrai pour les exilés d’Europe centrale, marqués par les dates de leurs départs en Occident.

10La vie de ces groupes est souvent bouleversée par les événements qui surviennent dans leur pays de départ. La Révolution culturelle chinoise (1966-1976) entrave pour une décennie les flux vers la France. Le changement de l’image de l’URSS en 1945 « détruit le fondement le plus intime de la communauté russe, son histoire ». La chute du régime des colonels en Grèce, la Révolution des œillets au Portugal, l’effondrement du système soviétique à partir de 1989 ont ouvert de nouvelles interrogations sur le retour dans la patrie d’origine.

11C’est le deuxième grand thème de ce livre, qui apparaît en filigrane. Le départ pour la France est-il définitif ou non ? Mais a-t-on jamais assisté à des retours massifs vers une patrie marâtre qui ne vous nourrissait plus ou qui mangeait ses fils ? Un récent sondage de juin 1993 indiquait que 86 % des immigrés étaient satisfaits d’être en France. Catherine Gousseff, pour les Russes, et Anahide Ter Minassian, pour les Arméniens, montrent les déchirements qu’ont pu faire naître les retours en 1945-46. Il en a été de même pour les Polonais. Au devant de quelles désillusions s’avancent ceux qui envisagent de revenir chez eux, une fois la dictature honnie disparue ? Ils risquent d’être doublement étrangers, dans leur pays d’accueil, où ils ont refusé l’assimilation par fidélité à leurs origines, et dans leur patrie, où il leur sera reproché d’avoir préféré fuir plutôt que de se confronter aux difficultés.

12Ainsi le rapport avec la culture originelle s’est-il modifié au cours du temps. L’identité n’est plus seulement un héritage mais, comme le souligne Anahide Ter Minassian pour les Arméniens, « une reconstruction où les expériences variées de la modernité se combinent à des fragments de tradition et au travail de la mémoire sur la fracture du génocide et sur l’errance ». Chacun vit différemment ses rapports avec la France, à travers des cheminements qui sont autant de bouleversements : acculturation de paysans qui se transforment en ouvriers – le cas des Algériens ou des Portugais–, enrichissement personnel à travers une double appartenance culturelle chez les intellectuels, souffrances et malheurs d’une adaptation manquée etc. Entre assimilation, intégration et insertion, nous retrouvons toute une gamme de comportements et de trajectoires dont la traduction peut aller d’une volonté de nier ses origines à un retour dans son pays.

13Tout cela dépend aussi de la capacité d’attraction de Paris et de la puissance « digestive » de la société française. Paris, ville touristique, continue à exercer son pouvoir de fascination. Le centre Georges Pompidou, la tour Eiffel, la Cité des Sciences et de l’Industrie de La Villette, le Louvre et le musée d’Orsay sont aujourd’hui, dans cet ordre, les sites les plus visités, hiérarchie qui témoigne d’une sensible adaptation à la modernité. Ville de congrès, la capitale française n’est pas aussi touchée par la désaffection que l’on pourrait l’imaginer, comme le précise Claude Tapia : elle maintient un rang international supérieur à celui de la puissance française. Alors, la Deuxième Guerre mondiale a-t-elle été une césure significative ? A-t-elle profondément modifié la place que Paris occupait dans la légitimation intellectuelle ou comme refuge ?

14Paris demeure certes un lieu d’asile, avec des fluctuations dans le temps, ainsi qu’en témoigne l’exemple latino-américain présenté par Denis Rolland, Marie-Hélène Touzalin et Anette Goldberg. Si la France retire lors de la Guerre froide son permis de séjour à l’écrivain brésilien Jorge Amado – mais elle accueille dans le même temps des Américains qui fuient le racisme (les écrivains James Baldwin ou Richard Wright, des musiciens de jazz) ou le maccarthysme (le cinéaste John Berry)–, elle s’engoue dans les années 60 pour l’Amérique latine révolutionnaire et accueille les exilés qui fuient les dictatures : Brésiliens à partir de 1964, Chiliens à partir de 1973... La présence de ces derniers reçoit même un écho « surdimensionné » par rapport à leur nombre. Paris abrite aussi le Tchèque Milan Kundera. Les Roumains Dimitriu Tsepeneag et Paul Goma s’y installent, ainsi que de nombreux Polonais. Paris est indiscutablement un pôle actif de soutien à la dissidence du bloc-soviétique dans les années 70-80.

15Paris, capitale des libertés, est servie par son image traditionnelle tout en restant un lieu de confrontation intellectuelle majeur où les modes jouent un rôle considérable et où les idéologies sont lues à travers des expériences extérieures, vécues en quelque sorte par procuration. Jean-François Sirinelli rappelle la « position dominante » du parti communiste pendant une douzaine d’années après la Libération. Le procès Kravchenko, qui s’est caractérisé par une absence de blanc-seing du monde intellectuel à l’égard des non-communistes et des anti-soviétiques, a illustré les clivages intérieurs français et les rapports de force au sein de la société et des médias. En évoquant l’itinéraire de Paul Goma, Catherine Durandin montre les transformations des années 70, ère de la Charte 77 et de l’effet Soljénitsyne. Paris est à cet égard une des capitales Est-Ouest, même si elle doit cohabiter avec d’autres métropoles européennes et nord-américaines (Vienne, Munich, Londres, New York, Washington, Toronto...). En revanche, Philippe Dewitte nous montre que, jusqu’au début des années 60, le Paris des colonisés conservait son quasi monopole comme point d’affrontement de la prise de conscience de la négritude d’avant-guerre et d’un marxisme souvent teinté de populisme et de millénarisme.

16Sur le plan culturel, Paris reste-t-il Mecque des Arts ? Indubitablement, note Pascal Ory, il demeure la capitale des cultures francophones, même s’il y a un certain paradoxe pour les anciens colonisés à devoir obtenir une reconnaissance littéraire ou artistique à Paris. L’installation de l’Unesco en ses murs et la protection accordée par les pouvoirs publics à la culture maintiennent une sorte de prééminence qui fascine souvent les étrangers. Dans le domaine du cinéma, Antoine de Baecque démontre le rôle de légitimation qu’a pu jouer la capitale française, passage culturel –sinon économique-obligé : c’est là qu’est née la cinéphilie. Mais quelques ombres apparaissent. Paris a des rivales : dans le domaine des arts plastiques, un certain éclectisme creuse le lit du succès de New York, nous dit Laurence Bertrand-Dorléac. Pour la musique sérieuse contemporaine, l’Allemagne est bien plus hardie et dynamique, rappelle Danièle Pistone. L’issue passe-t-elle par une mutation profonde qui irait d’une « position gallocentrique à visées digestives à un parisianisme centrifuge et de moins en moins patriote » ? La place de Paris serait-elle assurée par une fonction de rencontre et de contact plus que de création ? En tout cas, une constante subsiste : c’est à travers ses grandes institutions culturelles – l’École des Beaux-Arts, la Cinémathèque, l’Ircam...– que Paris a maintenu ses positions. C’est le fil conducteur des cinq derniers textes de ce volume.

17En intitulant sa contribution « Paris, capitale éditoriale des mondes étrangers », Jean-Yves Mollier souligne que Paris a conservé après 1945 une « partie non négligeable de son potentiel ». Le mouvement d’ouverture est double : Paris est un lieu de mise à jour internationale de talents (Henri Miller, Beckett, Kundera...) ; il s’ouvre aussi de plus en plus à la littérature étrangère, américaine, latino-américaine ou slave, enrichissement qui compense le fait que la littérature française ait perdu le magistère qu’elle exerçait sur le monde des Lettres. En acceptant des œuvres étrangères –et plus seulement celles créées ou légitimées à Paris–, la capitale française se rend plus accueillante.

18Ce livre, poursuite d’une rencontre amorcée en 1987, s’efforce donc de répondre, entre autres, à la question du déclin relatif de Paris. Ces vingt-trois contributions jettent des éclairages variés, contradictoires, complexes, qui interdisent des conclusions univoques. Chaque jour, un congrès, une grande réunion internationale, un « sommet », une vague touristique, une révolution ou un drame dans le monde, un afflux d’étudiants étrangers, de nouvelles dispositions d’entrée sur le territoire national viennent modifier le paysage.

19Nous n’avons pas la prétention d’avoir été exhaustifs, mais d’avoir apporté notre pierre dans une construction qui reste à poursuivre avec d’autres instruments que ceux de l’histoire. A travers l’étude du passé récent, il s’agit de poser les jalons d’une dédramatisation de phénomènes millénaires et de réhabiliter le concept de « creuset », instrument indispensable d’une intégration, face aux exclusions qui ne peuvent que créer de redoutables ghettos.

Notes

1 Gérard Noiriel, Le creuset français, histoire de l’immigration xixe-xxe siècle. Le Seuil, Paris 1988. Histoire des étrangers et de l’immigration en France (dir. Yves Lequin), Larousse, Paris 1992. Pierre Milza et Mariane Amar. L’immigration en France au xxe siècle, A. Colin, 1990 Paris.

2 Le Paris des étrangers depuis un siècle (dir. André Kaspi et Antoine Marès), Imprimerie nationale, Paris 1989.

3 De l’exil à la Résistance. Réfugiés et immigrés d’Europe centrale en France 1933-1945, Arcantère, Paris 1989. Et Les étrangers dans la Résistance en France (dir. Philippe Joutard et François Marcot), Musée de la Résistance et de la Déportation. Besançon 1992.

4 Cf. par exemple l’essai de Jean-Baptiste Duroselle, « L’invasion ». Les migrations humaines, chance ou fatalité ?. Plon, Paris 1992, dans lequel l’auteur tranche la question en faveur des atouts de l’immigration.

© Publications de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable