Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La légitimité implicite

 | 
Jean-Philippe Genet

Partie 2. Légitimité et communauté politique

L’idéel politique et la nation catalane : la terre, le roi et le mythe des origines

Flocel Sabaté

Texte intégral

1La Catalogne offre un excellent laboratoire pour étudier la perception de l’identité par l’analyse de ce qu’exprimaient ces mots communément répétés à la fin du Moyen Âge, « terre » ou « nation ». En discernant le sens de chacun de ces mots, nous atteindrons la réalité produite par des groupes puissants, gardiens d’une représentativé sociale qu’ils utilisent dans le jeu du pouvoir, osant s’opposer au roi à propos de la définition de la souveraineté ou des origines du pays et de leurs implications pour la suite de son parcours historique postérieur. Cette projection du présent vers le passé a brouillé la connaissance des origines : l’historiographie signale différents moments où aurait eu lieu la naissance de la Catalogne, et peut-être aucun n’est-il vrai. Il faut donc reprendre la réflexion, analyser les mots conservés par les archives, afin d’éclaircir les raisons cachées sous le discours du pouvoir symbolique, lequel a élaboré et invoqué certains vecteurs de l’idéel qui ont joué un rôle très important dans les débats politiques et sociaux entre 1149 et 1714.

Les pièges historiographiques et la perception extérieure d’un parcours commun

  • 1 J. Calmette, La question des Pyrénées et la Marche d’Espagne au Moyen Âge, Paris, J. B. Janin, 194 (...)
  • 2 N. Font y Sagué, Historia de Catalunya, Barcelone, Altés, 1933, p. 44.

2Pour Joseph Calmette, « la montée du sentiment national dans la marche d’Espagne coïncide avec la poussée féodale », facilitant la naissance en 878 d’une préfiguration de la Catalogne, la Marche hispanique, sous « la première maison comtale héréditaire de Barcelone1 ». Ceci s’accorde à l’historiographie catalane antérieure qui voyait dans l’assemblée de Quierzy, en 877, la naissance de la Catalunya independent, accomplissement d’une identité régionale hostile aux Francs, qui s’était déjà exprimée contre le premier comte franc au début du ixe siècle et préparait el terrer per a la formació de la Nacionalitat Catalana2.

  • 3 M. Zimmermann, « Le concept de Marca Hispanica et l’importance de la frontière dans la formation d (...)
  • 4 F. Sabaté, « Catalunya Medieval », dans A. Balcells (éd.), Història de Catalunya, Barcelone, L’Esf (...)
  • 5 F. Sabaté, « Corona de Aragón », dans P. A. Porras, E. Ramírez, F. Sabaté, La época medieval. Admi (...)
  • 6 F. Sabaté, « El nacimiento de Cataluña. Mito y realidad », dans Fundamentos medievales de los part (...)
  • 7 P. de Marca, Marca Hispanica sive limes hispanicus, Barcelone, Base, 1998, col. 1014.

3Mais, en réalité, les comtés aux confins de l’Empire carolingien n’intégraient aucune unité – l’expression Marche hispanique, simple locution géographique occasionnelle, ne désignait pas une réalité politique ou juridique3 – et c’est l’incapacité de souverains accaparés par la crise carolingienne qui permet aux comtes de se succéder héréditairement après 8784, de prendre des décisions de gouvernement de façon autonome5, de s’approprier les biens appartenant au fiscus comitalis et au comté lui-même – comitato nostro6  et, enfin, de se définir comme étant dotés de tout pouvoir sur leurs propres territoires, comme le proclamait le comte Hugues d’Empuries en 1019 : potestatem quam regis ibi pridem habuerint, iste Hugo comes ibi habebat7.

  • 8 J. Torras i Bages, La tradició catalana, Barcelone, Selecta, 1966, p. 139-140 ; E. Junyent, La Pau (...)
  • 9 F. Fita, « Cortes y usajes de Barcelona en 1064 », Boletín de la Real Academia de la Historia, 16- (...)
  • 10 F. Valls i Taberner, Estudis d’història jurídica Catalana, Málaga, Universidad de Málaga, 1989, p. (...)
  • 11 A. Bori y Fontestà, Historia de Cataluña, Barcelone, Imprenta de Henrich y Cª, 1898, p. 60.

4L’évolution sociale et économique, l’absence de solution de continuité avec l’arrière-pays provençal et occitan au nord et la confrontation au sud à la frontière musulmane commune, rapprochent les comtés : parmi eux, celui de Barcelone, qui contrôle trois comtés avec leurs villes et leurs évêchés – Barcelone, Gérone, et Vic – et dont le rôle politique, diplomatique et économique est de plus en plus important, se distingue. Dans ce cadre, l’historiographie traditionnelle a souligné le poids du mandataire barcelonais et de l’Église dans le contrôle d’une noblesse agressive, avec deux sommets juridiques : les premières constitutions de paix et de trêve à partir des années vingt du xie siècle8, et les Usages octroyés par le comte de Barcelone Raymond Bérenger Ier en 10689, qui refléteraient non seulement la consolidation du pouvoir comtal, mais aussi la puissance du comte titulaire de Barcelone sur l’ensemble des seigneurs du pays, posats sota la seva senyoria o en estreta relació d’aliança altres comtes catalans10. Le comte barcelonais aurait réussi à élaborer el fundamento de la legislacion catalana en ayant uni, pour la cohésion nationale de Catalogne, las fuerzas vivas de la nacionalidad que se iba robusteciendo11.

  • 12 F. Sabaté, « The Catalonia on the 10th-12th centuries and the historiographic definition of Feudal (...)
  • 13 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du xe à la fin du xie siècle, Toulouse, Association des publi (...)

5Pierre Bonnassie acceptait ce cadre, bien qu’il l’ait remodelé selon le modèle matérialiste12. Dans la décennie 1060-1070, la rapide mutation sociale et politique, commencée quelques décennies auparavant avec l’éclatement de la violence, touchait à sa fin et l’on atteignait alors l’unité sous l’égide du comte de Barcelone : « C’est la famille comtale de Barcelone qui mène à bien l’œuvre de reconstruction et elle le fait à son seul profit. Désormais, tout et tous, en Catalogne, lui sont directement ou indirectement soumis13. »

  • 14 P. Bonnassie, « Sur la formation du féodalisme catalan et sa première expansion (jusqu’à 1150 envi (...)

6On peut alors se demander si la Catalogne est fille du féodalisme14 :

  • 15 C. González Mínguez, « La multiplicación de los reinos (1035-1072) », dans V. A. Álvarez Palenzuel (...)

Ramón Berenguer I fue el verdadero creador del principado de Cataluña como un verdadero Estado feudal, como ha señalado P. Bonnassie. Su largo reinado permitió la consolidación de la unidad de todos los territorios catalanes bajo la dirección de Barcelona15.

  • 16 P. Ortí, « La primera articulación del estado feudal en Cataluña a través de un impuesto: el bovaj (...)

7L’importance donnée par l’historiographie aux pactes féodaux entre les comtes a renforcé la conviction qu’à partir de cette date la totalidad de la Cataluña cristiana se encontraba por primera vez reunida bajo la autoridad de los condes de Barcelona16.

  • 17 A. J. Kosto, Making Agreements in Medieval Catalonia. Power, Order, and the Written Word, 1000-120 (...)
  • 18 F. Sabaté, La feudalización de la sociedad catalana, Grenade, Universidad de Granada, 2007.
  • 19 F. Sabaté, « Armengol IV », dans Diccionario Biográfico Español, Madrid, Real Academia de la Histo (...)
  • 20 F. Sabaté, L’expansió territorial de Catalunya (segles ix-xii) : Conquesta o repoblació ?, Lleida, (...)

8En réalité, les convenientiae configurent un nouveau facteur d’articulation entre privé et public17 d’une société qui évolue globalement18 alors même que chaque comte détient les rênes de son comté respectif19. La prééminence du comte de Barcelone n’implique donc pas d’ingérence dans les autres territoires, mais s’intègre dans le progressif rapprochement social des pays du Nord-Est de la péninsule Ibérique et de leurs habitants, soumis aux mêmes enjeux face à la frontière20, à une dynamique socio-économique similaire et à des traits culturels comme l’art et la langue qui manifestent une perception commune sans que des liens diplomatiques et politiques partagés imposent des ingérences.

  • 21 F. Sabaté, El territori de la Catalunya medieval, Barcelone, Rafael Dalmau, 1997, p. 267-274.

9Ceci conduit au xiie siècle, moment où l’évolution sociale et économique culmine au plan politique autour du comte du Barcelone, qui acquiert divers comtés et, en 1137, accède par son mariage au royaume d’Aragon21. Aussi Michel Zimmermann place-t-il ici la cristallisation définitive de la cohésion de la Catalogne :

  • 22 M. Zimmermann, « Des pays catalans à la Catalogne : genèse d’une représentation », dans P. Sénac, (...)

C’est au milieu du xiie siècle que se constitue vraiment la principauté catalane ; la liturgie politique cristallise un sentiment national ; à l’inverse des autres principautés nées au xe siècle du démembrement du royaume franc, la principauté catalane s’est constituée de bas en haut : la conscience d’une identité y accompagne, y précède sans doute le regroupement territorial22.

  • 23 Y.-F. Tuan, Topophilia. A study of Enviromental Perception. Attitudes and values, Englewood Cliffs (...)
  • 24 Y.-F. Tuan, « Environment, behaviour, and thought », dans F. W. Boal, D. N. Livingstone (éd.), The (...)
  • 25 P. Y. Villeneuve, « Géographie de la perception et méthode dialectique », Cahiers de géographie du (...)

10Mais, peut-on vraiment parler d’un sentiment national au milieu du xiie siècle en Catalogne ? Ou, en d’autres termes, peut-on parler de sentiment national avant la nation ? Tout dépend, bien sûr, de la conception du mot nation. En réalité, ce qui apparaît clairement au xiie siècle en Catalogne, c’est une perception commune. Les hommes perçoivent leur environnement à travers certaines valeurs, qui leur permettent d’interpréter l’espace et de s’y engager23, c’est-à-dire de percevoir un espace à la fois physique et social24, un terroir fait d’un ensemble de relations entre les groupes sociaux25. C’est pour cela que l’on peut dire que les éléments de proximité culturelle, économique et sociale ont fourni une perception commune qui a précédé la cohésion politique.

  • 26 J. Vidal i Alcover, El Llibre de Mallorca (Liber Maiorichinus), Barcelone, Fundació Jaume 1, 1979 (...)

11La perception extérieure le confirme. En 1114, le comte de Barcelone Raymond Bérenger III préside l’expédition militaire fournie par des villes catalanes, provençales et italiennes pour conquérir l’île musulmane de Majorque. La victoire sera finalement éphémère et leur vaudra les éloges des Pisans dans le Liber Maiorichinus. Ce texte ne décrit pas Raymond Bérenger III comme seigneur de Barcelone, mais comme dux catalanensis, rector catalaunicus, catalanicus heros26. Ainsi, l’on parvient au gentilé d’un nom commun et spécifique pour toute la région : Catalogne.

  • 27 J. E. Ruiz Domènec, A propósito de Alfonso, rey de Aragón, conde de Barcelona y marqués de Provenz (...)
  • 28 C. Devic, J. Vaissete, Histoire générale de Languedoc, Toulouse, E. Privat, 1879, t. 6, p. 33.
  • 29 T. N. Bisson, « Le Conflent, le Vallespir et la Cerdagne d’après les censiers et comptes fiscaux d (...)
  • 30 T. N. Bisson, The Crisis of the Twelfth Century. Power, Lordship and the Origins of European Gover (...)
  • 31 T. N. Bisson, « Feudalism in Twelfth-Century Catalonia », dans Structures féodales et féodalisme d (...)
  • 32 A. Gouron, « Un assaut en deux vagues : la diffusion du droit romain dans l’Europe du xiisiècle  (...)
  • 33 T. N. Bisson, Tormented Voices. Power, Crisis and Humanity in Rural Catalonia, 1140-1200, Cambridg (...)
  • 34 J. E. Ruiz-Domènec, La memoria de los feudales, Barcelone, Argot, 1984, p. 113-266.
  • 35 F. Sabaté, « Les villes des pays de l’Europe méditerranéenne au bas Moyen Âge : espace et pouvoir  (...)
  • 36 T. N. Bisson, Fiscal Accounts of Catalonia under the Early Count-Kings, 1151-1213, Berkeley/Los An (...)

12Cette perception commune se renforce, au xiie siècle, au plan politique par la montée sur le trône du comte de Barcelone. En 1163, Alphonse le Chaste succédait à son père Raymond Bérenger IV à Barcelone et en Aragon, où il peut utiliser, pour la première fois pour un comte catalan, le titre de roi27 ; en même temps, de l’autre côté des Pyrénées, il affermissait le marquisat de Provence dès 116628. Raymond Bérenger IV et son fils Alphonse ont remarquablement avancé dans la construction de l’édifice du pouvoir, attentifs à la perception des revenus29 et à l’exercice de la juridiction30, obtenant en même temps un renforcement législatif31 dans le contexte de la diffusion du droit romain32. Il s’agit aussi d’un temps où la puissance des nobles est renforcée par le triomphe d’un code de valeurs spécifique33, avec des gestes d’ostentation proclamant leur position supérieure34 ; que des élites venant des villes consolident leur richesse et leur puissance à l’intérieur des villes et imposent leurs intérêts à l’environnement rural35. Les uns comme les autres, nobles et bourgeois, accèdent au comte et exercent une influence sur lui, par exemple par le prêt de l’argent qu’il ne reçoit pas du fait de structures fiscales insuffisantes36.

13C’est le cadre qui impose une structure de pouvoir en Catalogne. Thomas Bisson souligne que la seconde moitié du xiie siècle est le moment culminant et définitif dans la longue naissance de la Catalogne, c’est-à-dire le point de passage de l’identité nationale à l’expression définitive de la conscience de la Catalogne. Le démarrage a eu lieu tôt : l’existence d’une évolution du latin vers le catalan dès le xe siècle permettrait de signaler des traits culturels pour lesquels « la Catalogne appartient à ces pays pour lesquels le concept de nation précède celui d’État », et celui-ci serait arrivé avec la consolidation politique des comtes de Barcelone entre les xiie et xiiie siècles :

  • 37 Id., « L’essor de la Catalogne : identité, pouvoir et idéologie dans une société du xiie siècle », (...)

Les élans et progrès de la conscience catalane, loin d’être « achevés » en 1100 ou en 1137, connaissent alors l’ébauche d’une première expression ; ils devaient être profondément secoués et accélérés par les conquêtes et les fondations des premiers comtes-rois (c. 1148-1213)37.

  • 38 F. Sabaté, « El nacimiento de Cataluña… », art. cité, p. 241-242.
  • 39 T. N. Bisson, « Ramon de Caldes (c. 1135-1199). Dean of Barcelona and King’s Minister », dans K. P (...)
  • 40 J. M. Salrach, « El Liber Feudorum Maior i els comptes fiscals de Ramon de Caldes », dans Document (...)
  • 41 A. M. Aragó, J. Trenchs, « Las escribanías reales catalano-aragonesas de Ramón Berenguer IV a la m (...)
  • 42 F. Sabaté, Vegueries i sotsvegueries de Catalunya, Barcelone, Institut d’Estudis catalans, sous pr (...)
  • 43 J. P. Rubiés, J. M. Salrach, « Entorn de la mentalitat i la ideologia del bloc de poder feudal a t (...)
  • 44 M. Sánchez, El naixement de la fiscalitat d’Estat a Catalunya, segles xii-xiv, Vic/Gérone, Eumo/ U (...)
  • 45 F. Sabaté, « Corona de Aragón », art. cité, p. 300-313.
  • 46 T. N. Bisson, « The problem of Feudal Monarchy : Aragon, Catalonia and France », Speculum, 53, 197 (...)
  • 47 F. Sabaté, « Poder i territori durant el regnat de Jaume I. Catalunya i Aragó », dans M. T. Ferrer (...)
  • 48 S. P. Bensch, Barcelona and its Rulers, 1096-1291, Cambridge, Cambridge University Press, 1995, p. (...)
  • 49 J. Canal et al., Girona comtal i feudal, 1000-1190, Gérone, Servei municipal de publicacions de l’ (...)
  • 50 P. Daileader, De vrais citoyens. Violence, mémoire et identité dans la communauté médiévale de Per (...)
  • 51 F. Sabaté, Història de Lleida. Alta edat mitjana, Lleida, Pagès, 2003, p. 355-366.

14Mais l’effort et le succès des comtes de Barcelone renforçant leur pouvoir permettent-ils de parler d’un État féodal en Catalogne ? Leur œuvre est incontestable : bénéficiant aussi du titre royal38, et avec de bons conseillers et de bons administrateurs39, ils ont réussi au tournant du xiie au xiiie siècle à stabiliser leurs revenus et leur juridiction40, à établir de bonnes structures de gouvernement et de gestion à la cour41 et sur le territoire42 et, de plus, à se doter d’un discours de légitimé et de prééminence43. Mais, l’échec du roi à imposer des obligations et des exactions sur toute la Catalogne44 est le reflet de la situation imposée par les véritables groupes de pouvoir. Le comte titulaire de Barcelone continue à n’avoir aucun pouvoir réel sur les comtés qui n’ont pas été absorbés, comme Empuries, Pallars ou Urgell ; beaucoup de territoires restent même hors d’atteinte du comte barcelonais à l’intérieur de son propre domaine, la juridiction y appartenant à des vicomtes ou à d’autres barons45 ; enfin, les bases fiscales restent insuffisantes46. Les difficultés de Jacques Ier au début du xiiie siècle, bien qu’inscrites dans un contexte politique difficile, tiennent en grande partie au fait qu’il prend la couronne en n’ayant ni argent ni autorité juridique47. Cela implique que tout progrès en matière de cohésion du pays et de la société dérive, plus que de l’effort du souverain, de l’équilibre contractualisé d’une façon ou d’une autre entre celui-ci et ceux qui ont le pouvoir, c’est-à-dire les groupes nobiliaires, y compris l’Église, à la fois sur le plan idéologique et sur le plan seigneurial, et les bourgeois qui en viennent à dominer, dès avant la fin du xiie siècle, de véritables zones d’influence, comme ceux de Barcelone48, Gérone49, Perpignan50 ou Lleida51.

  • 52 J. Puig i Cadafalch, A. de Falguera, J. Goday, L’arquitectura romànica a Catalunya, Barcelone, Ins (...)
  • 53 X. Hernàndez, Ensenyar Història de Catalunya, Barcelone, Graó, 1990, p. 121.

15Cette société évolue ensemble, compte tenu des intérêts respectifs de chaque groupe, et façonne le pays. Le contenu de la perception commune fait que la Catalogne aura un sens ou un autre par rapport à cette réalité sociale. La bibliographie insiste sur le fait que déceler dans la Catalogne de la seconde moitié du xiie siècle une identité synonyme de conscience nationale, partagée et impulsée par tous ceux qui composent la société, transforme en réalité politique ce qui était déjà évident au niveau culturel, dans l’art ou la langue. On peut voir, depuis les origines, una gran unitat artística a Catalunya, bien compréhensible parce qu’a la vegada que extenentse, la terra catalana va interiorment integrantse en una unitat, comme l’écrivaient les premiers grands historiens de l’art catalan52, ce qui permet, encore aujourd’hui de parler de l’aparició o adquisició d’un art nacional : el Romànic53. De même, la langue précède ou conditionne l’espace de cohésion politique postérieure, comme l’écrit Josep Moran :

  • 54 J. Moran, « La llengua catalana en els seus orígens i en relació amb les altres llengües de l’Euro (...)

foren precisament els comtats carolingis de parla catalana els que s’agruparen progresssivament fins a constituir una unitat política que comprenia també el comtat de Rosselló, també català, malgrat que geogràficament formava part de la Gàllia i que eclesiàsticament havia estat vinculat a Narbona. Aquesta unitat politicolingüística, que fou presidida pel comte de la ciutat que n’esdevingué la capital, és a dir, pel de Barcelona, es denominà Catalunya, que és un mot derivat d’un nom ètnic o gentilici : català, que és també el nom d’aquesta llengua54.

16Ce serait donc l’identité culturelle précédente qui a orienté la politique et qui a, finalement, transformé la nation en État.

  • 55 X. Barral, Contre l’art roman ? Essai sur un passé réinventé, Paris, Fayard, 2006, p. 260-261.
  • 56 A. M. Badia, La formació de la llengua catalana, Barcelone, Publicacions de l’Abadia de Montserrat (...)
  • 57 A. M. Badia, « L’Alt Urgell i el català occidental naixent », dans J. Bruguera, J. Massot (dir.), (...)
  • 58 X. Terrado, « Llengua, identitat i territori. La Ribagorça comtal », dans F. Sabaté (éd.), L’Edat (...)

17Étant donné son importance, il faut s’interroger sur cette unité culturelle. D’abord, elle n’a pas de souche commune. En art, on a souligné l’existence, plus que de grands programmes communs, d’influences locales reflétant un art développé sur place55. C’est encore plus clair dans le cas de la langue : l’espace que nous connaissons comme propre au catalan a abrité divers berceaux aux modalités romanes spécifiques56 : quelques évolutions du latin ont influencé les autres ou imposé des traits régionaux permanents57 ; d’autres ont pu écraser des modalités plus faibles. De nombreuses traces dans les mots témoignent d’une modalité linguistique spécifique dans le comté de Ribagorça, d’une sorte de ribagorçà antic qui disparaît, réduit à un substrat toponymique fossilisé sous les langues aragonaise et catalane qui réussirent à s’imposer, chacune sur l’une des deux moitiés de ce comté58. La clef interprétative ne se trouve donc pas dans la détection d’une souche identitaire commune, mais dans le suivi des forces sociales qui encouragent ces mouvements et adoptent, s’il le faut, les éléments culturels, pour se justifier.

18Cela se vérifie dans le cas du Roussillon : à la mort sans héritier du comte Girard II en 1172, il aurait intégré l’unité que constitue alors le comte de Barcelone, en conformité avec une unité culturelle déjà partagée, comme le signalait Santiago Sobrequés :

  • 59 S. Sobrequés, Els barons de Catalunya, Barcelone, Vicens-Vives, 1989, p. 17.

és molt significatiu que els rossellonesos es sentissin més inclinats a la unió amb Barcelona que amb Empúries, de tanta tradició. El prestigi de què gaudia Alfons I no ens sembla pas raó suficient per a explicar aquesta actitud, i nosaltres ens decantem a creure l’existència d’una consciència d’unitat territorial que es compaginava molt bé […] amb el sentiment que tots els comtes catalans es trobaven regits per dinasties sorgides d’un tronc comú i de les quals la branca de Barcelona era la primogènita i principal59.

19Cette affirmation s’appuie sur la description, faite au xviie siècle par Andreu Bosc, d’un comte de Roussillon malade et sans fils qui permet à ses sujets de choisir son successeur : les nobles et les hommes des villes élisent le roi d’Aragon et comte de Barcelone, ce que le comte accepte dans son testament :

  • 60 A. Bosc, Sumari, índex o epítome dels admirables i nobilíssims títols d’honor de Catalunya, Rossel (...)

després de aver governat, gravat de una dolència, trobantse ses fills convocà a molts vassalls, e los syndichs de les viles, e llochs de Rosselló, als quals exposà lo que veyan que per ses dolències y anys no podia viurer molt, y com a vertaders, lleals y bons vassalls li eran estats, volia gratificar lo amor, y llealtat ab que lo avian servit, y qui deliberassen de quin Rey y Senyor volien esser després de sos dies los dits vassalls sens discrepar ningú suplicaren fos lo rey de Aragó (cosa memorable que essent dit Comta senyor absolut de dit comtat, y no regoneixer superior, estant a sa llibertat donar dit Comtat als reys de Aragó, França o qualsevol persona volgués seguir la voluntat de sos vassalls, dels que se amostra quant lo tenian obligat, y que ja dits vassalls tenian amor intrinsech al Rey de Aragó) vist lo dit Comtat la voluntat de sos vassalls, encontinent feu testament60.

  • 61 J. Ventura, Alfons el Cast. El primer comte-rei, Barcelone, Editorial Aedos, 1961, p. 130-131.

20Les implications sont claires : Els rossellonesos en aquells moments que el poble català prenia consciència de la seva personalitat, s’hi sentien indissolublement units61.

  • 62 P. Vidal, Histoire de la ville de Perpignan depuis les origines jusqu’au Traité des Pyrénées, Pari (...)

21Cependant, si on cherche dans les traces de l’histoire les lignes du destin, on y devine des messages contradictoires : si la majorité des historiens catalans avalisent la rectitude d’une décision prise à travers le prisme identitaire vers l’unité catalane, d’autres auteurs, dans une perspective française, peuvent, comme Pierre Vidal, conclure que « ce testament fut une grosse faute politique62. »

  • 63 M. Aurell, Les noces du comte. Mariage et pouvoir en Catalogne, 785-1213, Paris, Publications de l (...)

22En réalité, lorsqu’on se penche sur les sources, on découvre des motivations plus concrètes, qu’il s’agisse de la proximité idéologique entre le dernier comte de Roussillon et le roi Alphonse63 ou, surtout, d’un choix calculé et contractualisé entre les groupes dirigeants en faveur du nouveau seigneur, comme l’a démontré Pere Benito :

  • 64 P. Benito, « L’expansió territorial ultrapirenenca de Barcelona i de la Corona d’Aragó: guerra, po (...)

l’elecció del rei d’Aragó com a successor de Gerard II, seguida o precedida d’una aclamació assembleària, no fou fortuïta ni improvisada, puix que comptà amb el suport de la major part de la classe nobiliària i burgesa d’aquell estat independent que, enfront de la incertesa que obria la successió, féu pinya entorn del candidat que millor podia garantir-los la pau interior i la protecció i la seguretat de les fronteres64.

  • 65 S. Augé et al., Saint-Bertrand-de-Comminges, le chœur Renaissance. Saint-Just de Valcebrère, l’égl (...)
  • 66 F. Valls Taberner, « Els orígens dels comtats de Pallars i Ribagorça », Estudis Universitaris Cata (...)
  • 67 F. Valls Taberner, Privilegis i ordinacions de les valls pirenenques, t. 1, Vall d’Arán, Barcelone (...)
  • 68 J. Laffitte, S. Soupol, H. Féraud, Langues d’Oc, langues de France, Monein, Princi Negue, 2006, p. (...)
  • 69 F. Fernández Rei, « Plurilingüismo y contacto de lenguas en la Romanía europea », dans J. E. Garga (...)
  • 70 F. Miquel, Liber Feudorum Maior, Barcelone, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 1945, (...)
  • 71 J. Reglà, Francia, la Corona de Aragón y la frontera pirenaica. La lucha por el Valle de Arán (sig (...)

23On peut encore faire une comparaison a contrario, en prenant comme observatoire le Val d’Aran, une unité territoriale homogène, à la source de la Garonne et, par conséquent, tournée vers l’Atlantique, dépendant de l’évêché de Comminges et ayant un lien traditionnel avec Toulouse65, bien que dès le xe siècle la seigneurie du comte de Comminges sur le Val d’Aran soit parfois contestée par les comtes de Ribagorça66, et que le comte de Pallars traite dès le xie siècle en tant que comte de Ribagorça avec les habitants de la vallée, tout en respectant les droits du comte de Comminges et du roi d’Aragon67. En tout cas, il s’agit d’un espace qui fait partie d’un ensemble linguistique gascon cohérent68 à l’intérieur du système linguistique occitan69, bien différent des identités culturelles catalane ou aragonaise. Cette orientation ne gêne pas les représentants de la vallée qui obtiennent avant 1175 par un pacte la protection d’Alphonse le Chaste, comte de Barcelone et roi d’Aragon, permettant à ce dernier d’affirmer en 1192 que retineo mihi et meis et proprietati mee ac successorum meorum totam vallem et terram que dicitur Arain70. Elle n’a pas été choisie pour des raisons idéologiques ou identitaires, mais par la recherche de la meilleure préservation de leur profit par les groupes qui représentent le territoire71.

  • 72 M. de Riquer, Los trovadores. Historia literaria y textos, Barcelone, Ariel, 1983, t. 2, p. 683.
  • 73 F. Soldevila, Història de Catalunya, Barcelone, Alpha, 1963, t. 1, p. 202.

24Dans ces jeux d’intérêts, le statut dynastique pourrait jouer un rôle de cohésion. En réalité, des espaces bien singularisés hors de la juridiction du comte titulaire de Barcelone peuvent, dans la même seconde moitié du xiie siècle, être perçus comme bien différenciés sous leur propre aristocratie, comme le fait le poète Bertran de Born séparant les hommes d’Aragon, de Catalogne et d’Urgel : aragoneses fant gran dol /, catalan e cill d’Urgel, / car non an qui los chapdel72. La cohésion peut donc venir de la figure de celui qui réalise l’unité. Selon Soldevila, la Provence rejoint avec plaisir Alphonse le Chaste, étant donné que, en accord avec una reacció podríem dir-ne nacional, Provença ja se sent patriòticament lligada al Casal de Barcelona i als seus sobirans73. Mais cette vision aurait dû conduire à l’union autour de la dynastie, ce qui n’arrivera pas, bien au contraire.

  • 74 F. Sabaté, « Els primers temps: segle xii (1137-1213) », dans E. Belenguer (éd.), Història de la C (...)
  • 75 F. Sabaté, « Els eixos articuladors del territori medieval català », dans L’estructuració territor (...)
  • 76 F. Sabaté, « La divisió territorial de Catalunya : les vegueries », dans B. de Riquer (éd.), Histò (...)

25Catalogne et Aragon sont encore en pleine formation territoriale et sociale lorsqu’elles se rassemblent autour d’un même souverain en 1137, union qui deviendra indissociable mais qui unit deux pays complètement séparés74. Ce n’est donc pas la dynastie, mais la dynamique de la société qui impose la cohésion. Les coïncidences économiques, sociales et culturelles sont exploitées par des groupes dirigeants. Cela est avéré dans le destin des comtés absorbés par le comte titulaire de Barcelone : celui-ci arrive au xiie siècle comme comte de Barcelone, Gérone et Osona-Manresa, et au cours du siècle il ajoute Besalú, Cerdagne-Berga et Pallars Jussà, en plus de la Ribagorça et du Sobrarbe qui viennent avec le titre royal aragonais. L’incorporation de ces domaines ne rallonge pas la titulature du souverain : les titres qui ne reflètent pas une réalité sociale disparaissent75. L’obsolescence du système comtal reflète le changement de la société à la faveur d’un nouvel ordre imposé depuis les villes et, par conséquent, la carte des dominations royales doit être redessinée à partir des centres urbains, grâce aux vigueries qui permettent de territorialiser la société produite par la rencontre et le pacte entre le roi et des États puissants76.

La Couronne et la cohésion de ses territoires

  • 77 F. Sabaté, « Poder i territori durant el regnat de Jaume I… », art. cité, p. 65-67.
  • 78 D. J. Kagay, « Pere Albert: Barcelona canon, royal, advocate, feudal theorist », Anuario de Estudi (...)
  • 79 P. Albert, « Commemoracions », dans J. Rovira i Armengol (éd.), Usatges de Barcelona i Commemoraci (...)
  • 80 L. Genicot, Europa en el siglo xiii, Barcelone, Editorial Labor, 1976, p. 95.
  • 81 V. Garcia Edo, « La monarquia de Jaume I », dans M. T. Ferrer (éd.), Jaume I. Commemoració del VII (...)
  • 82 F. Sabaté, « El poder soberano en la Cataluña bajomedieval: definición y ruptura », dans F. Forond (...)
  • 83 J. M. Font i Rius, Estudios sobre els drets i institucions locals en la Catalunya medieval, Barcel (...)

26Dans les deux premiers tiers du xiiie siècle, Jacques Ier essaie de développer des stratégies afin d’augmenter la fiscalité et la juridiction royales, bases du pouvoir de la monarchie77. En même temps, le soutien de bons juristes romanistes78 lui permet de créer un discours fondé sur la juridiction générale et l’identification avec le bien public, par opposition au bien privé qui serait le propre des barons, bien que le profit públic val més que privat79. Ces arguments sont communs à tous les juristes européens : en France le roi exige aussi une juridiction générale sur tout le royaume80. Mais l’application met en cause la véritable puissance du monarque. Dans le cas catalan, l’impuissance royale à imposer un code législatif au-delà de ses propres domaines81 reflète une réalité marquée par le renforcement progressif des barons et des hommes des villes, lesquels jouent leurs intérêts avec décision, les premiers en opposant au roi les règles de la féodalité,82 les seconds en obtenant en contrepartie d’aide économique et de soutien politique privilèges et libertés83.

  • 84 M. Alvira, El Jueves de Muret, 12 de Septiembre de 1213, Barcelone, Universitat de Barcelona, 2002 (...)
  • 85 A. Santamaría, Ejecutoria del Reino de Mallorca, Palma de Majorque, Ajuntament de Palma, 1990, p.  (...)
  • 86 P. López Elum, Los orígenes de los Furs de València y de las Cortes en el siglo xiii, Valence, Ped (...)

27Ce cadre, dans le contexte d’un éloignement du Nord des Pyrénées84, conduit à l’expansion méditerranéenne, avec la conquête de Majorque en 1229 et celle de Valence entre 1232 et 1244. Les nouvelles conquêtes ne ressemblent à aucun des domaines déjà existants, mais sont reconnues comme des royaumes : les îles Baléares sont totum regnum Maioricarum en 123085, et l’espace au sud de la Catalogne et de l’Aragon est unifié et dénommé regnum Valentie dès 123986. On a vu à nouveau l’esprit catalan à l’œuvre dans cette organisation individualisée des domaines conquis :

  • 87 X. Hernàndez, Ensenyar Història de Catalunya, op. cit., p. 127.

el realment curiós de tot el procés és precisament aquesta ‘independència’ que van concedir els monarques de la Corona d’Aragó als territoris conquerits, a diferència dels monarques de Castella, que annexionaren simplement Castella la Nova, Extremadura i Andalusia a Castella (a cap monarca castellà no se li va ocórrer crear un regne d’Andalusia). Lluny de considerar l’actitud de la Corona Aragonesa pejorativament és lloable, en el sentit federalitzant que donaren a les seves possessions, el respecte a les diversitats i fins i tot el foment d’aquestes87.

  • 88 A. Furió, Història del País Valencià, Valence, Edicions Alfons el Magnànim, 1995, p. 23-80.
  • 89 P. Cateura, Mallorca en el segle xiii, Palma de Majorque, El Tall, 1997, p. 30-42.
  • 90 E. Guinot, Els fundadors del regne de València. Repoblament, antroponímia i llengua a la València (...)
  • 91 J. M. Nadal, M. Prats, Història de la llengua catalana, Barcelone, Edicions 62, 1993, t. 1, p. 250 (...)
  • 92 P. Cateura, « Las cuentas de la colonización feudal (Mallorca, 1231-1245) », En la España Medieval(...)
  • 93 E. Guinot, « Donamus et concedimus vobis. Monarquia i senyorialització del patrimonio reial al Paí (...)

28La réalité est bien différente : l’expansion du xiiie siècle profite non seulement à tous les groupes sociaux de Catalogne et d’Aragon, mais aussi au roi, qui prétend obtenir de nouveaux espaces où son pouvoir ne subira pas les mêmes entraves que dans ses terres d’origine. C’est pour cela qu’il est nécessaire de créer des unités territoriales spécifiques88, les royaumes de Valence et de Majorque, qui feront l’objet d’une immigration importante jusqu’au xive siècle. Elle provient surtout de Catalogne, presque partout à Majorque89 et dans la partie la plus dynamique à Valence90. La conséquence démographique est très importante : l’adoption de la langue catalane dans ces nouveaux domaines91, surtout par les artisans et par le patriciat dominant. Ces élites urbaines et les domaines seigneuriaux joueront un rôle important dans la cohésion sociale et la prise de conscience de leur identité par ces terres, au fur et à mesure que le temps passe et met en évidence la faiblesse du roi. En réalité, la volonté royale d’occuper une place prééminente grâce à ces nouveaux domaines est vite brisée : dès le xiiie siècle, le souverain, étranglé par ses besoins économiques, doit céder sa juridiction et ses revenus dans les nouveaux royaumes, à Majorque92 comme à Valence93.

  • 94 D. Coulon, « La Corona de Aragón y los mercados lejanos mediterráneos (siglos xii-xv) », dans J. A (...)
  • 95 J. E. Ruiz Domenec, « ¿Por qué la conquista de Sicilia? Una lectura receptiva de Desclot », dans L (...)
  • 96 F. Sabaté, « Jaume II i la demarcació i la delimitació de la Corona d’Aragó », dans A. Casals (éd. (...)
  • 97 N. Fejic, Les Espagnols à Dubrovnik (Raguse) au Moyen Âge, Belgrade, Prosveta, 1988.
  • 98 D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient au Moyen Âge. Un siècle de relations avec l’Égy (...)
  • 99 F. Giunta, La Sicília catalana, Barcelone, Rafael Dalmau, 1988.
  • 100 F. C. Casula, La tercera via de la historia, Pisa, Edizioni ETS, 2000, p. 82-116.
  • 101 A. Arribas, La conquista de Cerdeña por Jaime II de Aragon, Barcelone, Instituto Español de Estudi (...)
  • 102 G. Sorgia, Sardenya i Còrsega des de la infeudació fins a Alfons « el Magnànim », Barcelone, Rafae (...)
  • 103 A. Ryder, Alfonso el Magnánimo, rey de Aragon, Nápoles y Sicilia, 1396-1458, Valence, Alfons el Ma (...)
  • 104 E. Marcos, Almogàvers. La història, Barcelone, L’Esfera dels Llibres, 2005.
  • 105 A. Pérez, « Notícia d’un inventari de l’arxiu de la catedral de Barcelona (els béns d’un barceloní (...)
  • 106 D. Duran, Kastellórizo, una isla griega bajo dominio de Alfonso el Magnánimo (1450-1458). Colecció (...)
  • 107 A. Ryder, « The Eastern Policy of Alfonso the Magnanimous », Atti della Accademia Pontaniana, 28, (...)
  • 108 P. Bonneaud, Le prieuré de Catalogne, le couvent de Rhodes et la couronne d’Aragon, 1415-1447, Mil (...)

29La domination commerciale des gens des villes les plus importantes de la Couronne94 sur la Méditerranée et l’attitude du roi en quête d’exploits95 aboutissent à une vigoureuse expansion maritime96. La présence progressive et importante des marchands catalans dans des ports comme Raguse97 et dans ceux de la Syrie et de l’Égypte98 est accompagnée par la prise de la Sicile en 1283, où la présence catalano-aragonaise sera permanente sous différentes formes99, et par la réception en 1296 du nouveau titre royal sur la Corse et la Sardaigne où la présence des hommes de la Couronne est ancienne100. Elle sera prolongée par les campagnes sardes du xive siècle101 et une consolidation au xve siècle102. À cela s’ajoutent de nouveaux défis sur Naples103, une intervention en Grèce – à la fois almogavre104, coloniale et économique105 – et sur quelques îles106, les aspirations balkaniques d’Alphonse le Magnanime107 ou encore une influence économique et sociale, sur Rhodes108. Dans ce vaste cadre méditerranéen, on peut se demander ce que ressentaient ceux qui voyaient partir ces hommes de la Couronne d’Aragon pour la Méditerranée, et ce qu’ils entendaient.

  • 109 F. Sabaté, « Orden y desorden. La violencia en la cotidianidad bajomedieval catalana », Aragón en (...)
  • 110 R. Muntaner, Crònica, chap. 207 et 217 ; Les quatre grans cròniques, éd. par F. Soldevila, Barcelo (...)
  • 111 P. Sardina (éd), Registri di lettere e atti, 1395-1410, Palerme, Municipio di Palermo, 1994, p. 11 (...)
  • 112 F. C. Casula, Carte reali diplomatiche di Giovanni I il Cacciatore, re d’Aragona, riguardanti l’It (...)
  • 113 P. Sardina (éd), Registri di lettere e atti, 1395-1410, op. cit., p. 38.
  • 114 A. Boscolo (dir.), I Parlamenti di Alfonso il Magnanimo, op. cit., p. 137.
  • 115 G. Meloni (dir.), Il parlamento di Pietro IV d’Aragona, 1355, Cagliari, Consiglio regionale della (...)
  • 116 N. Fejic, Les Espagnols à Dubrovnik…, op. cit., p. 165, p. 177.
  • 117 H. Bresc, G. Bresc-Bautier, M. Giuffré, « Au cœur de l’empire d’Aragon », dans H. Bresc, G. Bresc- (...)

30D’abord, ils ont entendu un cri de guerre invoquant le lignage du seigneur qu’ils servaient, dans la bonne tradition féodale109. Ramon Muntaner montre qu’en 1304 les Almogavres en Asie entrent en bataille en invoquant le fer de l’arme – e los almogàvers cridaren : desperta, ferres !, desperta ! et en sortent victorieux en criant le nom du lignage aragonais : la batalla fo molt fort e cruel, mas a la fin tots los francs llevaren un crit e cridaren : « Aragon !, Aragon ! », comme, dans un autre contexte, ils crient aussi leurs adieux au roi défunt lors de ses funérailles110. Bien que le roi parle de son regni Sicilie111 ou du regne de Cerdenya112, il est connu comme le roi d’Aragon et donc la domination est aragonaise : lui-même se présente comme tel – lo rey d’Aragon113 – comme les membres de la famille ayant des responsabilités sur ces royaumes – lo senyor rey de Sicília don Martí primogènit d’Aragó114 –, ses officiers agissent pro illustrissimo domino rege Aragonum115, ses serviteurs servent le roi aragonais, comme Johannes de Granoles, comissarius domini regis Aragonum, ou Bernardus Claverius, Catellanus, commissarius regis Aragonum116. Toute la titulature de la Couronne d’Aragon est donc résumée par le titre royal d’Aragon. On comprend donc que l’historiographie désigne cette période dans les îles italiennes concernées comme aragonaise : c’est donc l’« empire d’Aragon », dit par exemple Henri Bresc117.

  • 118 P. Tola, Codex Diplomaticus Sardiniae, Turin, Augustae Taurinorum, 1861, t. 1, p. 817.
  • 119 F. C. Casula, La Sardenya catalano-aragonesa…, op. cit., p. 41.
  • 120 Id., Carte reali…, op. cit., p. 64.
  • 121 C. Bilello, A. Massa (éd.), Registro di lettere, 1348-49 e 1350, Palerme, Municipi di Palermo, Ass (...)
  • 122 Ibid., p. 119, p. 172, p. 256.
  • 123 C. Bilello, F. Buonanni, A. Massa (éd.), Registro di lettere, 1350-1351, Municipi di Palermo, Asse (...)
  • 124 L. Sciascia (éd.), Registri di lettere, 1321-22 e 1335-36, Palerme, Municipi di Palermo, Assessora (...)
  • 125 D. Santoro (éd.), Registri di lettere e Ingiunzioni, 1391-1393 e 1394, Palerme, Municipi di Palerm (...)

31Mais, sur place, on introduit quelquefois la mention d’Aragonais et de Catalans, comme lors de la paix sarde de 1388, faite inter Cathalanos et Aragonenses, Sardos et alios honorem regium preservantes ex parte una, et domum Arboree et Sardos ad domum ipsam spectantes ex altera118. Et, surtout, on parle toujours de Catalans, non d’Aragonais. Les Sardes entonnent le cri de lutte Arborea !, Arborea ! Morgen sos Cathalanos119, et lorsque le sarde Brancaleone Doria, en 1392, écrit au sicilien Andreotto Chiaramonte pour l’exhorter à combattre l’ennemi commun, celui-ci est bien identifié, sensa dubio li dicti iniqui et malvagi Cathalani meteriamo ad morte et ad crudelissimo destrugimento, dans le but de parvenir à la nostra liberatione ali Cathalani120. On parle aussi en Sicile, en 1348, des intolerabiles catalanorum excessus qui contra magnates et alios siculos, les tensions sont toujours contra catalonos121 à cause de l’animum odiosum et partem contrariam catalanorum et sequacium suorum, leurs partisans sont adherentibus catalanis, bien qu’on attende qu’à la fin catalani eorum sequaces desperati122. On rappellera ces faits durante guerrarum discrimine inter catalanos et siculos invicem preliantes123, on décrit toujours la guerre entre la Couronne d’Aragon et Gênes comme guerram catalanorum et ianuensium avec des tensions cum catalani et ianuenses124 et, en tout cas, les conséquences sont subies tantu contra catalani quantu sichiliani125.

  • 126 F. de Moxó, « La coyuntura económica catalana-aragonesa y el repliegue de Benedicto XIII de Porto (...)
  • 127 E. Dupré-Theseider, « La política italiana di Alfonso il Magnanimo », dans IV Congreso de Historia (...)
  • 128 V. d’Alessandro, « Spazio geografico e morfologie sociali nella Sicilia del basso Medievo », dans (...)
  • 129 N. Fejic, Les Espagnols à Dubrovnik…, op. cit., p. 155.

32On identifie quelquefois tous les membres de la Couronne d’Aragon comme Catalans, reflet du prestige du peuple à la tête de la Couronne : en 1408 les défenseurs du palais papal de Benoît XIII en Avignon sont décrits comme catalanos126 et plus tard, depuis Florence, on parlera du pontificat du Valencien Calixte III comme regnano chatalani127. En fait, le mot « catalan » était courant, ainsi en Sicile : Catalani’ erano detti allora quanti proveniano dal regno iberico (Aragona, Catalogna, Valenza, Baleari)128. Dans le même temps, l’action des consuls catalans dans les principaux ports contribue à cette perception, d’autant qu’ils offrent leurs services à tous les sujets du roi, contribuant ainsi à la fusion129. Selon les désignations de consuls à Raguse, désignés par les conseillers de Barcelone, ils ont juridiction sur :

  • 130 Ibid., p. 207.

omnes et singulos Cathalanos et alios subditos et naturales dicti domini Regis de dictis suis regnis et terris et insulis ad dictam civitatem Raguxii et eius territorium et districtum navigantes seu aplicantes aut appelantes aut in eis mercantes, negotiantes seu residentes130.

  • 131 Ibid., p. 217-218.

33En fait, des marchands aragonais essaient d’obtenir le consulatu Cathalanorum istius civitatis Racusii, tel Antonio Damit, qui le dispute, en 1476, à Florio de Manfredonia131.

34Lorsqu’on regarde les marchands sur place, par exemple dans cette ville ragusaine au xve siècle, on y distingue, entre autres :

Antonius Genesi, cathelanus de Barchiona ; Petrus Jordanus de Barzalona, Catalanus ; Francischus Perin Chatellanus de Barzellona ; Isach Durante, Ebreo Cathalano ; Johannes Natalis de Barcalona Cathelanus ; Antonius Ferucius, flilius quondam Antonii, Catellanus de Tortosa ; Gabriel Fonollari, Cathelanus de Barcelona ; Jhoannes Ferer, filius quondam Beringherii Ferer, Cathelanus mercator et civis civitatis Barcalone ; Bonaventura, Judeus de Chatalonia, habitator Padue ; Franciscus Castellon, mercator Catellanus habitator Venetiarum, Nicola Bret, Cathellanus habitator Syracusa.

  • 132 N. Fejic, Les Espagnols à Dubrovnik…, op. cit., p. 114-276.

35La mobilité et les privilèges particuliers permettent d’étendre la dénomination : Georgius Cathelanus de Messina ; Barthomeus Rocci, cathelanus de Castrocagliari ou Berengerius Gobba, Cathellanus de Chastocallari. Il y a surtout une identification linguistique, et on étend le qualificatif Catalan à tous ceux qui parlent catalan, soit de Catalogne (Roussillon compris) – Johannes Crancio, mercator de Perpignano, regni Cathelogne ; Ponzettus Gandolfus, Catalanus de Colliuro –, de Valence ou de Majorque : Johannes Collomerius Cathelanus de Valencia ; Bernardus Spanus, Catalanus de Valencia ; Bernardo de Alachant, Cathelanus ; Johannes Solanus, Cathelanus de Maioricha et Johannes de Beninvellis, cathelanus de Maiorica, mercator. On différencie, normalement, les Aragonais qui, bien que sujets du même roi, ne parlent pas la langue catalane : Petrus Martines de Aragonia ; Dominicus Ferier de Aragonia ou Antonius Damit de Saragosia de Aragonia. Et on distingue, encore plus, ceux qui, provenant des terres hispaniques, sont en dehors de la juridiction du roi d’Aragon : Petrus de Miranda de Hyspania, capellanus domini archiepiscopi ou Consalvo Johannis Peris, de civitate Semisente de Yspania domini regis Casteglie132.

  • 133 A. M. Compagna Perrone Capano, « L’uso del catalano a Napoli », dans XVI Congresso Internazionale (...)
  • 134 R. Alemany, « Ausiàs March i el context literari valencià del segle xv », dans G. Martin, M.-C. Zi (...)
  • 135 A. Serra, « È cosa catalana. La Gran Sala de Castelnuovo en el contexto mediterráneo », dans XVI C (...)
  • 136 D. Abulafia, A Mediterranean emporium. The Catalan kingdom of Majorca, Cambridge, Cambridge Univer (...)

36Certainement, l’usage de la langue catalane est un facteur d’agrégation et d’identification : au xve siècle, l’établissement de la cour d’Alphonse le Magnanime à Naples entraîne l’usage du catalan dans la ville italienne non seulement à la chancellerie royale, mais aussi dans de multiples usages, jusqu’à la prose littéraire, dans un contexte multilingue133. Ainsi, la même langue et la même culture rassemblent la Catalogne, Valence et Majorque sous l’identité commune catalane : la littérature en langue catalane à Valence atteint son apogée au xve siècle134. Il existe aussi une convergence avec d’autres aspects culturels, assez bien perçue quand au xve siècle Pietro Summonte qualifie de « chose catalane » la Grande Salle du Castelnuovo de Naples construite par Guillem Sagrera à partir de modèles existant aussi bien en Catalogne qu’en Roussillon, à Majorque ou à Valence135. En un sens similaire, de nos jours, The Catalan kingdom of Majorca sont les premiers mots de l’ouvrage de David Abulafia sur ce royaume136.

  • 137 V. d’Alessandro, « Spazio geografico e morfologie sociali nella Sicilia… », art. cité, p. 7.
  • 138 D. Igual, « La formación de élites económicas: banqueros, comerciantes y empresarios » et J. A. Se (...)
  • 139 F. Giunta, Aragonesi e Catalani nel Mediterraneo, Palerme, U. Manfredi, 1972, t. 2, p. 11 : Questa (...)
  • 140 J. Lalinde, « De la nacionalidad aragonesa a la regionalidad », Revista Jurídica de Cataluña, 72/3 (...)
  • 141 J. A. Sesma, « El sentimiento nacionalista en la Corona de Aragón y el nacimiento de la España mod (...)

37Ce facteur culturel prolonge au-delà du social et de l’économique la convergence entre les composantes de la Couronne, à la suite d’un positionnement primitif : comme l’observe Vincenzo d’Alessandro en Sicile, cette globalisation comme Catalans était due au peso politico ed economico tenuto sin d’all’inizio da quelli che venivano dalla città o dalla contea di Barcelona137. En revanche, la mobilité des Aragonais dans la Méditerranée et la révision, par la bibliographie récente, de la participation de l’Aragon aux circuits commerciaux à l’intérieur et à l’extérieur de la Couronne138, permettent de dépasser la vision de la relation entre Catalans et Aragonais comme une hostilité mutuelle, tenant aux caractères commerciaux et bourgeois des premiers et aux traits féodaux et paysans des seconds, qui situerait, dans un cadre géopolitique opposé139, l’anticatalanisme comme trait distinctif de l’identité aragonaise, de l’expansion méditerranéenne du xiiie siècle jusqu’à nos jours140. Le fait qu’en 1367 des nobles et des ecclésiastiques catalans ayant des domaines en Aragon soient expulsés des états généraux aragonais parce que le terme « Catalans141 » renvoie, plus qu’à une hostilité mutuelle, à la cohésion interne de chacune des sociétés qui composent la Couronne d’Aragon.

  • 142 Cortes de Cataluña, Madrid, Real Academia de la Historia, 1896, t. 1, p. 157.
  • 143 A.C. de la Noguera, fonds Balaguer, parchemin 71.
  • 144 J. A. Sesma, « Aragón en el tránsito a la modernidad », dans Historia de Aragón. I. Generalidades, (...)
  • 145 F. Sabaté, « Corona de Aragón », art. cité, p. 449-450.
  • 146 D. Bidot-Germa, « Le discours national des officiers publics et des représentants aux États dans l (...)
  • 147 Cortes de Cataluña, Madrid, Real Academia de la Historia, 1912, t. 16, p. 117.

38Mais identifier comme Catalans tous ceux qui parlent cette langue n’était pas acceptable en Catalogne. Les états généraux de 1291 imposent que les officiers juridictionnels du roi et de son procureur en Catalogne et à Majorque sint Cathalani, parce que les natifs du pays connaissent mieux leurs lois et leurs coutumes, quia Catalani scient melius consuetudines et observancias Cathalonie et dictarum insularum142. Tout au long du xiiie siècle, que ce soit dans les domaines du roi ou ceux des barons, on exige que les officiers soient catalans, avec une définition explicite : haien a ésser originaris e nadius del Principat de Cathalunya143. Cela se produit aussi dans d’autres territoires de la Couronne, comme l’Aragon où, à partir de 1370, on exige que les titulaires des métiers sint aragonenses et non alterius naciones, ce qui, certainement, soutient la cohésion interne de chacun des territoires de la Couronne144, et souligne en même temps l’incapacité profonde à parvenir à l’uniformité commune145. Cette tendance, également observée dans des territoires proches qui renforcent leur cohésion, comme le Béarn, où depuis 1398 les fonctions publiques sont réservées aux « natifs de la terre146 », se développe dans chaque unité de la Couronne d’Aragon. Les états généraux de 1421-1423 définissent ce concept de « natif » pour les Catalans, conformément à la filiation paternelle et à la résidence du lignage dans le pays : aquell sia haut per natural e nadiu de Cathalunya qui en Cathalunya serà nat e aquell qui no y serà nat pus lo pare e lo avi paternal de aquell serà nat e domiciliat en Cathalunya147.

  • 148 F. Sabaté, « El poder reial entre el poder municipal i el poder baronial a la Catalunya del segle  (...)
  • 149 G. Giordanengo, « Les feudistes (xiie-xve s.) », dans A. Iglesia (dir.), El dret comú i Catalunya. (...)
  • 150 W. Ullmann, « The Medieval theory of Legal and Illegal Organisations », Law Quarterly Review, 60, (...)
  • 151 J. A. Sesma, « La nobleza bajomedieval y la formación del estado moderno en la Corona de Aragón », (...)
  • 152 P. Evangelisti, « Per un’etica degli scambi economici. La funzione civile del mercato in Eiximenis (...)
  • 153 T. de Montagut, « El baile general de Cataluña (notas para su estudio) », Hacienda Pública Español (...)
  • 154 F. Sabaté, « La governació al Principat de Catalunya i als comtats de Rosselló i Cerdanya », Anale (...)
  • 155 F. Sabaté, « El veguer a Catalunya. Anàlisi del funcionament de la jurisdicció reial al segle xiv  (...)
  • 156 F. Sabaté, « Veguer », dans J. Mestre, Diccionari d’història de Catalunya, Barcelone, Edicions 62, (...)
  • 157 J. M. Mas, Les corts a la corona catalano-aragonesa, Barcelone, Rafael Dalmau, 1995, p. 29-49.
  • 158 F. Sabaté, « Estamentos, soberanía y modelo político en la Cataluña bajomedieval », Aragón en la E (...)

39La définition des états généraux nous renvoie, pour ce qui est de la perception de la collectivité, aux groupes dotés de pouvoir social et économique. L’exercice du pouvoir royal a comporté une négociation permanente entre le roi et les états, c’est-à-dire les nobles, les barons et les bourgeois148. Les juristes romanistes ont fourni aux uns des arguments sur les droits féodaux149 et aux autres sur les capacités des universitas150. Tandis que les nobles invoquent leur responsabilité en insistant aussi bien sur le dret d’armes que sur le regiment de gent du fait des juridictions qu’ils possèdent151, les sociétés urbaines s’appuient sur les valeurs d’une bourgeoisie qui mêle stimulations du marché et christianisme152. Le roi doit tenir compte de ces pressions lorsqu’il développe, notamment au tournant du xiiie au xive siècle, des institutions propres pour mieux gouverner la Couronne et chacun de ses territoires : ce qu’il fait en créant des officiers qui agissent exclusivement sur l’ensemble de la Catalogne, comme le bailli général qui gère les revenus de la couronne153, ou le vice-régent qui le représente154. En parallèle, le roi se préoccupe de l’articulation interne du pays. En 1301, pour la première fois, le monarque impose un réseau de circonscriptions couvrant tout le pays, les vigueries royales155 qui, tout en respectant structures géographiques et traditions locales, s’adaptent aux polarisations urbaines et tiennent compte des juridictions baronniales156. De cette façon, le sens générique du mot « catalan » en tant que langue se restreint, en même temps, pour dénommer un territoire bien concret et institutionnellement défini. Les états ont affermi leur capacité en s’identifiant à ce territoire. Non seulement ils ont une incidence occasionnelle sur le monarque mais ils peuvent le faire au moyen des institutions, grâce auxquelles les états généraux de Catalogne réunissent les états157. Les états généraux, au départ instrument par lequel le monarque met en évidence sa supériorité en invitant à y participer ceux qu’il considère comme ses sujets, comme il le fait encore au début du xive siècle, deviennent la voie institutionnelle par laquelle on lui tient tête, en exhibant et en revendiquant avec une ostentation croissante non seulement ses propres intérêts mais aussi une prétendue représentativité sur l’ensemble du territoire158.

  • 159 F. Sabaté, « Regnat de Martí I. El govern del territori i els bàndols », dans M. T. Ferrer (éd.), (...)
  • 160 A. Ferrando, « Sobre una etiqueta historiogràfica de la literatura catalana: la “valenciana prosa” (...)

40Ainsi, un territoire institutionnellement défini et coïncidant avec le champ d’action de ses élites socio-économiques délimite, dans le domaine de la Catalogne au sens strict, ce qui serait plus vaste d’un point de vue culturel. En fait, cette même dynamique est à l’œuvre dans les autres territoires dépendant du même souverain. C’est pour cela que, au tournant du xive au xve siècle, les institutions de l’ensemble de la Couronne deviennent de plus en plus symboliques et que, en revanche, la monarchie elle-même accentue la régionalisation des instruments de gouvernement, que ce soit sur la Catalogne, l’Aragon ou sur Valence159. Il n’est donc pas étonnant qu’au xve siècle, la puissance accrue d’une région de langue catalane comme Valence parvienne à singulariser la langue à tel point que l’enracinement socio-économique se reflète non seulement dans le pouvoir de ses élites et dans les institutions de gouvernement, mais aussi dans des références culturelles. Précisément, c’est à ce moment-là que la langue commune catalane à Valence est mentionnée tout naturellement comme la propre langue des Valenciens, c’est-à-dire comme le valencien160.

41Quoi qu’il en soit, le fort poids des états, depuis leur consolidation socio-économique, impose de s’interroger sur l’espace laissé au roi dans l’évolution de la Catalogne.

Définir l’espace du roi

  • 161 M. delle Piane, « Intorno ad una bolla papale, la Pastoralis cura di Clemente V », Rivista di stor (...)
  • 162 R. S. Chamberlain, « The concept of the señor natural as revealed by castilian law and administrat (...)
  • 163 Alfonso X, Las Siete Partidas. El Libro del Fuero de las Leyes, éd. par J. Sánchez-Arcilla, Madrid (...)

42Étant donné ces limitations, il faut se demander quel est l’espace du roi d’Aragon en Catalogne. Les juristes du xiiie siècle généralisent l’idée d’un lien entre chaque pays et son prince, une évolution qui crée en Europe des profils de souverains homogènes161. Le roi serait donc le seigneur naturel dans son pays, comme le proclament les documents législatifs et administratifs de Castille jusqu’aux siècles modernes, depuis les Partidas d’Alphonse X le Sage162. Celles-ci définissent dix liens de naturaleza, qui commencent par une relation essentielle : la primera, e la mejor, es la que han los hombres a su señor natural, porque también ellos, como aquellos de cuyo linaje descienden, nacieron e fueron arraigados, e son en la tierra de donde es el señor163.

  • 164 J. M. Salrach, « Memòria, poder i devoció: donacions catalanes a La Grassa (segles ix-xii) », dans (...)
  • 165 J. Madaule, Le drame albigeois et l’unité française, Paris, Gallimard, 1973, p. 142.

43Le lien entre territoire, souverain et sujets est si évident que Muntaner, assumant ce comportement, exige la correspondance de toutes les actions aux frontières politiques. Ainsi, les liens traditionnels, depuis le haut Moyen Âge, avec des monastères occitans comme Lagrasse164, deviennent dangereux quand à partir du xiiie siècle la monarchie française a inclus cet espace parmi ses domaines naturels165. Le chroniqueur parle explicitement :

[des] monges de Tolzà qui estaven en un monestir que és prop d’Argilers [lesquels] com aquell monestir és sufragani del monestir de la Grassa, qui és en Narbonès, e així tota hora hi ve abat d’aquella terra; per què los senyors d’Espanya farien gran saviesa que en llur terra no soferissen que hagués prelat si llur natural no era.

  • 166 R. Muntaner, Crònica, op. cit., p. 779, chap. 122.

44Selon Muntaner, ce danger fut explicitement démontré en 1285 lorsque les moines aidèrent le roi Philippe III de France quand il envahit la terre catalane. L’abbé justifia leur conduite dans les paroles qu’il adressa au roi français : Senyor, jo e aquests altres monges som naturals de vostra terra e naturals vostres, perquè senyor, a nós donria molt que vós vos entornàssets ab tan gran deshonor; per que, senyor, si a vós plaurà, nós vos mostrarem lloc per on porets passar166. Être né sur une terre implique donc un lien inaliénable et permanent à cette terre et à son souverain.

  • 167 Arxiu Històric (désormais A.H.) de la Ciutat de Barcelona, fonds municipal B-I, livre 9, fol. 17.

45Une telle conception implique une affinité entre tous les sujets du souverain de la Couronne d’Aragon, qui est clairement formulée en 1327 par le gouvernement de la ville de Barcelone : declaren los conseyllers e prohoms que tot hom e tota fembra es entés que sia estrany e de lengua estranya qui no sia natural de les terres del senyor rey d’Arago167.

  • 168 A.H. de la Ciutat de Girona, I. 1. 2. 1l, liasse 5, livre 3, fol. 26.

46Cette vision se combinera avec d’autres conditions dans le jeu du pouvoir dans un pays aussi fragmenté sur le plan juridictionnel que l’est la Catalogne : quand, en 1342 les gouvernants de la ville de Gérone demandent que·l senyor Rey proveescha de persona en la vegueria de Gerona que sia persona sua natural e bona e poderosa de ciutat o de vila del senyor Rey168, ils ne pensent pas à un officier étranger à la Catalogne (les états généraux l’ont rendu impossible depuis 1291), mais souhaitent que le nouveau viguier soit issu du monde urbain royal catalan qui est celui de la ville de Gérone.

  • 169 A.H. de la Corona d’Aragó, Cancelleria, reg. 2006, fol. 18v ; A.H. de la Ciutat de Barcelona, fond (...)
  • 170 Arxiu Municipal (désormais A.M.) de Lleida, livres d’actes no 399, fol. 55v.
  • 171 Archives Départementales (désormais A.D.) des Pyrénées-Orientales, 1B-120, fol. 2v.
  • 172 A.D. Pyrénées-Orientales, 1B-196, fol. 5.
  • 173 A.H. de Sabadell, parchemin 18 F1.
  • 174 Bibliothèque nationale de France, Manuscrits Esp. 305, fol. 105v.

47Par conséquent, le point de départ est toujours le lieu où l’on est né, étant donné que le concept de natural [natif] renvoie à la terre de naissance (ou assimilé) de chacun169, afin de bénéficier de la protection juridique correspondante : il avait été en son jovent, en la ciutat, e c’és quaix per natural de la ciutat, dit le conseil municipal de Lleida en 1350 au sujet d’un moine que l’on veut aider170. Le même terme natural peut être utilisé pour désigner les métiers tenus en propriété : on parlera par exemple de la viguerie naturelle de Ribes171, de la sous-viguerie naturelle du Capcir172 ou du bailliage naturel de Sabadell173. De même, le roi peut l’utiliser de façon revendicatrice pour tout le territoire, comme le fait le poème d’un de ses partisans dans le contexte tendu de l’antépénultième décennie du xve siècle : De todos sus reynos ser más principal / Tan príncipe noble seays recebido / De todas las gentes amado y querido / Mira con oyos de rey natural174.

  • 175 A.H. de la Ciutat de Girona, XV. 4, liasse 1, livre 4, non folioté.
  • 176 A.H. de Tarragona, Secció II. 2 Economia i Hisenda 1377-1385. Plets i procesos 1377, no 12, fol. 9 (...)
  • 177 J. L. Martín, Economía y sociedad en los reinos hispánicos de la Baja Edad Media, t. 1, Barcelone, (...)
  • 178 Cortes de Cataluña, Madrid, Real Academia de la Historia, 1896, t. 1, p. 143.

48Mais là où le roi ne jouit pas de la juridiction, les barons se réclament du même concept, comme cela est explicitement formulé au début du xve siècle, que sien posat pannó reyal als dits lochs però sens perjudici de nostra senyor natural175. C’est pour cela que le roi doit opposer, par exemple, sa condition de seigneur naturel de Tarragone aux prétentions de l’archevêque176. Précisément, les états généraux de 1283 imposent au monarque une fermeture complète des terres où les barons pourront démontrer, même s’ils doivent en appeler à la tradition, qu’ils jouissent d’une juridiction complète177. Les officiers royaux ne peuvent même pas y entrer : oficiales quicunque sagiones seu bastonarii nostri non intrent amodo civitates, villas, castra seu civitatum, villarum aut castrorum terminos vel alia quacumque eorum loca Catalonia que non sint nostra178.

  • 179 F. Sabaté, « Discurs i estratègies del pode reial a Catalunya al segle xiv », Anuario de Estudios (...)

49Cette fermeture ne fera qu’accroître les difficultés fiscales du monarque, et la couronne mettra en gage son patrimoine pour garantir ses emprunts, situation en principe temporaire que l’enchaînement des crises du trésor public royal aggravera jusqu’au paroxysme : en 1392, 13,43 % du territoire et 22,17 % de la population seulement sont sous le gouvernement effectif du monarque179 qui, dans le reste du territoire, n’a aucune compétence. Et il ne s’agit pas de grands espaces baronniaux mais d’une foule d’entités aux mains de nobles, de chevaliers, de membres de l’Église ou de bourgeois. Le pays est donc une véritable mosaïque juridictionnelle.

  • 180 Cortes de Cataluña, Madrid, Real Academia de la Historia, 1896, t. 1, p. 149.
  • 181 J. Mutgé, « Alfons el Benigne i el monestir de Santes Creus », Anuario de Estudios Medievales, 14, (...)
  • 182 A.D. Pyrénées-Orientales, 1B-179, fol. 13.
  • 183 A.C. del Baix Ebre, General 13, fol. 2.
  • 184 A.H. de la Ciutat de Girona, I. 1. 2. 1, liasse 1, livre 1, fol. 22.
  • 185 Arxiu de la Corona d’Aragó (désormais A.C.A.), Chancellerie, Varia, 256 bis, fol. 1.

50Ces détenteurs de revenus et de juridiction ont déjà tenu tête au roi tout au long du xiiie siècle. Aux états généraux précédemment mentionnés de 1283, le souverain a dû accepter une limitation de sa titulature, restreinte à une référence à Barcelone : deinceps tam in litteris quam cartis et sigillis nostris scribamus nos et successores nostri Comitem Barchinone180. Ceci n’affecte ni la manière de se référer au monarque ni la conception de son pouvoir : sans exception on parle toujours de lui comme roi – dictus rex providit ipsi monasteri ex debito iustitie dit-on à son sujet à Santes Creus en 1328181 –, on s’adresse à lui en tant que tel182, et ses officiers le sont per lo molt alt senyor Rey183 ; ceux-ci s’adressent à la population en invoquant le manament del senyor Rey184, moyennant des appels qui commencent souvent de manière bien explicite : Ara hoiats per manament del senyor Rey185. La condition royale du souverain est donc absolument respectée à tous les niveaux de la société, car l’on tient compte de sa supériorité personnelle, la Catalogne ne dépendant d’aucun royaume. Lui-même, dans ses textes sur les affaires catalanes, se borne à être comte de Barcelone.

  • 186 A. Masià de Ros, « La cuestión de los límites entre Aragón y Cataluña. Ribagorza y Fraga en tiempo (...)
  • 187 F. Sabaté, El territori de la Catalunya medieval, op. cit., p. 300-305.

51Toutefois, le profil et les institutions du comté de Barcelone sont inopérants depuis le xiie siècle, lorsque le nouveau cadre de polarisation autour des villes et de juridiction fragmentée faisait déjà du vieux comté un modèle obsolescent, au point que les conquêtes effectuées dans ce siècle n’entraînèrent aucune inclusion explicite des nouvelles capitales dans les vieux comtés. Significativement, au début du xive siècle, le souverain s’engage à ne pas séparer du comté de Barcelone des endroits qui, en raison de leur position géographique, n’ont jamais pu y être intégrés – c’est le cas de Fraga en 1326186, ville située à l’extrême-ouest au point que son emplacement est disputé entre la Catalogne et l’Aragon (où elle reste finalement située187) – ou de villes qui, en plus, ont leur comté propre, comme Manresa et Gérone, qu’en 1300 Jacques II s’engage à ne pas séparer du comté de Barcelone. On devine donc un sens hyperbolique et symbolique du concept « comté de Barcelone » : il ne renvoie pas à une réalité physique mais aux différents territoires qui, encore déconnectés, font partie du domaine royal. En retenant ces endroits dans le comté de Barcelone, une fragmentation paralysante des juridictions est évitée, car des discordances empêcheraient la justice d’agir quand il faut réprimer les manquements aux engagements économiques sur le territoire. Ainsi l’explicite Jacques II lorsque, dans chacune des deux villes mentionnées, Gérone et Manresa, il s’engage aussi bien à les inclure avec leurs vigueries respectives dans le comté de Barcelone qu’à ne pas séparer la juridiction de la viguerie conçue comme région d’influence de la ville :

  • 188 M. Torras, El Libre verd de Manresa (1218-1902), Barcelone, Fundació Noguera, 1996, p. 84.
  • 189 C. Guilleré, Llibre Verd de la ciutat de Girona (1144-1533), Gérone/Barcelone, Ajuntament de Giron (...)

promitimus vobis in privilegium speciale quod iurisdictiones vicarie civitatis prefacte Minorise non vendemus, dabimus, enfranquiemus vel alicui persone ad imperpetuum assignabimus ullomodo188; immo volumus et volis concedimus quod remaneant et sint semper de dominio civitatis predicte et quod vicarius Gerunde, quicumque fuerit imperpetuum exerceat iurisdicciones in ipsa vicaria ac etiam faciat exercere vobis et vestris189.

  • 190 A.H. de la Ciutat de Vic, llibre de Privilegis XIX, fol. 179v-180.
  • 191 M. Turull et al., Llibre de Privilegis de Cervera, 1182-1456, Barcelone, Fundació Noguera, 1991, p (...)
  • 192 A.H. de la Ciutat de Girona XV. 4, lligall 1, livre 1, fol. 9.

52Cet aspect symbolique ressort clairement de la promesse de Pierre le Cérémonieux, en 1351 et 1353, de ne pas séparer du comté de Barcelone des entités qu’il vient de créer pour son fils Jean et qui sont formellement supérieures au comté : le duché de Gérone190 et le comté de Cervera191. On observe la même cohérence quand le roi Martin, intégrant les villes dans sa juridiction en 1399, dit qu’elles sien unides e ajustades a la Corona Reyal e al Comtat de Barchelona192.

  • 193 A. Huici, Colección diplomática de Jaime I, el Conquistador, Valence, Hijos de F. Vives Mora, 1916 (...)
  • 194 P. de Bofarull, Procesos de las antiguas cortes y parlamentos de Cataluña, Aragón y Valencia, t. 8 (...)
  • 195 Ibid., 2/2, p. 292-293.
  • 196 C. Baudon de Mony, Relations politiques des comtes de Foix avec la Catalogne jusqu’au commencement (...)

53De toute façon, si le roi aspire, en accord avec ses juristes, à une juridiction générale sur toute la Catalogne, il doit étendre la dénomination du comté de Barcelone sur l’ensemble de la Catalogne. Les hésitations de Jacques Ier, préparant la division testamentaire de ses domaines au milieu du xiiie siècle, reflètent déjà cette perception ; en 1244, à propos du comté de Barcelone, il mentionne explicitement qu’il y inclut le dominium naturalem Cathalonie193, et, par conséquent, une compétence sur toute la Catalogne, du Roussillon compris à la rivière qui la sépare de l’Aragon : comitatum Barchinone cum Cathalonia universa, a Salsis usque Cincham194. Aussi en 1262 ses dispositions pour l’aîné se résument-elles à la décision que l’infans Petrus karissimus filius noster habeat regnum Aragonum et Valencie et comitatum Barchinone195. Dès le début du xive siècle, Jacques II utilise son titre comtal pour contester les compétences de ceux qui, en invoquant leur propre juridiction, prétendent échapper à l’autorité royale supérieure : le comte de Foix et vicomte de Béarn et de Castellbó en 1302 refuse de participer aux états généraux auxquels il est convoqué par Jacques II comme titulaire de Castellbó, indiquant que sur cette terre il n’est pas attesté qu’un roi d’Aragon ou un comte de Barcelone ait jamais eu juridiction ; depuis la cour royale on lui répond que la vicomté est situs in Cathalonia et, étant donné que le souverain tanquam comitis Barchinone a le pouvoir sur tout le pays, le comte de Foix, ut vicecomites Castriboni, doit se soumettre à l’appel du roi sicut alii barone Cathalonie196.

  • 197 A. Rubió i Lluch, Documents per l’història de la cultura catalana medieval, Barcelone, Institut d’ (...)

54Cette approche permet de justifier l’identification permanente entre le comté de Barcelone et l’ensemble de la Catalogne. En 1353, Pierre le Cérémonieux ordonne une recherche dans les archives, en commençant par celles de Perpignan, car nos vullam haver certificació de la donació feta al primer comte de Barcelona del dit comptat e del nom del rey de França que li donà, ne si era rey ho emperador e de les condicions en la dita donació contengudes, e de lo calenda d’aquella197.

55Le souverain carolingien aurait donc concédé la totalité de la Catalogne au comte de Barcelone, et de là dériverait, de façon séculaire, la supériorité du comte sur tous les seigneurs du pays, y compris ceux qui contestent sa capacité juridictionnelle. La maison comtale barcelonaise se serait largement acquittée de ses devoirs, car, une fois obtenue la juridiction sur le territoire, elle se chargea non seulement de défendre ses sujets mais d’étendre le pays luttant contre les envahisseurs musulmans jusqu’à l’extrême-ouest de l’Aragon et à l’extrême-sud de Valence, comme elle le proclame devant les états généraux réunis à Monzón en 1383 :

  • 198 J. M. Sans i Travé (dir.), Cort general de Montsó, 1382-1384, Barcelone, Generalitat de Catalunya, (...)

No solament foren contents de defendre lus sotmeses, mas encara conqueriren molt de lurs enamichs e vehins, et trobarets que de la montanya del Juno, que és sobre Osca, tro a Oriola et de Tamerit del Camp de Terragona tro a Teraçona tot ho han conquest et guanyat de infeels198.

  • 199 E. Fort i Cogul, « Excerpta documental de Santes Creus », Santes Creus. Boletín del Archivo Biblio (...)
  • 200 A.H. de la Ciutat de Girona XV. 4, liasse 1, livre 1, fol. 2. On le répète l’année suivante : livr (...)
  • 201 L. G. Constans, Diplomatari de Banyoles, Banyoles, Centre d’Estudis Comarcals de Banyoles, Secció (...)

56L’identification entre comté de Barcelone et Catalogne se généralise : en 1327, pour les funérailles de Jacques II au monastère de Santes Creus est rassemblée maxima multitudine virorum nobilium ac militum,tam regni Aragonie quam comitatus Barcinone199 ; en 1399, à Gérone, la fidélité au souverain s’exprime à propos de la succession royale des reys d’Aragó e comtes de Barchinona200, et en 1446 le pape Eugène IV s’adresse à Alphonse le Magnanime pour des affaires qui le concernent lui et ses successoribus Regibus Aragonum et comittibus Barchinone201.

  • 202 A. Bosc, Sumari, índex o epítome…, op. cit., p. 77, p. 98.
  • 203 M. Parets, De los muchos sucesos dignos de memoria que han ocurrido en Barcelona y otros lugares d (...)
  • 204 J. H. Elliott, « Revueltas en la Monarquía Española », dans R. Forster, J. P. Greene (éd.), Revolu (...)

57Cette identification se déplace dans les siècles suivants : au xviie siècle Andreu Bosc parle de la terra del comtat de Barcelona dita Cathalunya, et il ne distingue que les comtés de Roussillon et de Cerdagne, axés sur Perpignan202. La question se pose toutefois de savoir si l’identification est toujours triple : dire comté de Barcelone, c’est dire Catalogne, certes, mais cela implique-t-il toujours un lien avec la monarchie comme le prétend le roi au bas Moyen Âge ? Il est clair que les états qui assument la représentation du pays prennent aussi comme cadre le comté de Barcelone. Ainsi, lorsqu’en décembre 1640 les états catalans s’estiment dotés d’une légitimité suffisante pour destituer le roi Philippe IV203 et en janvier suivant, pour le remplacer par Louis XIII de France, ils choisissent ce dernier comme comte de Barcelone, dénomination qui comprend l’ensemble de la Catalogne et qui, par conséquent, est considérée comme étant entre les mains des représentants du pays, et non entre celles du titulaire dynastique204.

  • 205 A. Simon i Tarrés, Construccions polítiques i identitats nacionals. Catalunya i els orígens de l’e (...)
  • 206 J. A. Maravall, « Sobre la formación del régimen político territorial en Cataluña », dans VII Cong (...)
  • 207 Arxiu Comarcal (désormais A.C.) del Baix Ebre, Paeria i Vegueria II, 36, non numéroté.
  • 208 A.C. del Baix Ebre, Paeria i Vegueria I, 45, non numéroté.
  • 209 A.H. de la Ciutat de Girona XV. 4, liasse 1, livre 1, fol. 2.
  • 210 A.C. del Baix Empordà, parchemin 15.
  • 211 A.C. de l’Urgell, llibre de la cort del Batlle 1, fol. 1.

58Alors que le Comté de Barcelone s’exprime comme une entité placée sous la souveraineté de ses représentants, la même chose se produit simultanément pour la Principauté de Catalogne, entendue comme l’espace propre de ses habitants et de ses corporations urbaines. On peut donc parler de las demés personas y universitats del present Principat de Cathalunya i Comtats de Rosselló i Cerdanya205. En réalité, l’identification de la Catalogne comme Principat, jusqu’à cet extrême de l’identification à ses habitants, a entraîné la même évolution depuis l’origine où la dénomination supplée le manque d’un terme commun pour se référer au pouvoir du prince supérieur sur la Catalogne, conformément à la définition romaniste206. De façon initiale, le monarque attribue, par exemple, just títol de donació de príncep207, exige la fidelitat, obediència e auctoritat del príncep208 et, est, en définitive, príncep e senyor. Cet usage généralisé de la condition de prince, surtout au long des xive et xve siècles explique l’usage corollaire du terme Principauté, formellement lié au souverain : lui-même s’engage en 1399 à ce que les endroits qui se libéreront d’un domaine juridictionnel pour s’intégrer dans la juridiction royale ne se divisiran, seperaran o depertiran de lur dignitat reyal, Principat de Cathalunya e Comtat de Barchelona209. De façon similaire, quand la ville de Palamós confirme en 1365 son appartenance à la juridiction royale, elle utilise une expression identique210, de la même manière que le roi s’adresse tout naturellement à ses officiers du Principat de Cathalunya211.

  • 212 A.C. de la Garrotxa, parchemin A-429.
  • 213 F. Sabaté, « La governació al Principat de Catalunya i als comtats de Rosselló i Cerdanya », Anale (...)
  • 214 A.C.A., Diversos, fons institucionals, Governació General de Catalunya, reg. 1, fol. 16.
  • 215 Cortes de Cataluña, Madrid, Real Academia de la Historia, 1912, t. 16, p. 117.

59À partir de l’imbrication avec le prince, l’expression Principauté s’identifie avec un pays qui prétend être agrégé sous lui. Par exemple, le délégué supérieur permanent sur le pays est vu comme governador del Principat de Cathalunya212, bien que formellement sa fonction et sa dénomination officielle le définissent comme délégué du gouverneur général213, en étant officiellement portant veus de la general governaçió a Catalunya214. La relation roi-territoire une fois établie au moyen du terme Principauté, on utilise tout naturellement cette dénomination non pas en référence au prince mais directement comme synonyme de Catalogne dans sa totalité, comme on le constate en ce même xive siècle. Cette dénomination ne cessera de s’enraciner : quand les états généraux de 1421-1423 s’inquiètent de la défense du pays, ils le font per provehir a la indemnitat del Principat de Cathalunya e fugir los perills que·s porien seguir215.

60De cette manière, des dénominations qui, à leur apparition, prétendaient souder le territoire au souverain, comme le comté de Barcelone ou la Principauté, ont renforcé leur identification avec le territoire, et avec tant de solidité qu’elles ont fini par expulser la relation avec le roi, de telle sorte que le territoire même et ceux qui disent le représenter, les états, s’identifieront à ces désignations collectives. Il faut donc analyser de l’intérieur ces arguments qui échafaudent ces visions collectives du pays.

La nation catalane

  • 216 A.C.A., Chancellerie, reg. 2005, fol. 2v.
  • 217 F. Sabaté, « Les routiers en Catalogne. Companyies estranyes qui eren entrades en lo Principat », (...)
  • 218 A.H. de la Ciutat de Girona, I. 1. 2. 1, liasse 7, livre 1, fol. 18.
  • 219 A.C.A., Chancellerie, reg. 1914, fol. 11.
  • 220 Cortes de Catalunya, Madrid, s. n., t. 4, 1901, p. 301, p. 310.

61Le mot nation venant étymologiquement de natus, il est compréhensible que la nation mette en rapport des groupes de population qui, à l’origine, ont beaucoup en commun, qu’ils appartiennent ou non à la Couronne d’Aragon : on trouve, par exemple, des hommes qui sont de natione sardam216. On trouve aussi des groupes unis difficilement définissables, en guise de nations étrangères. Lorsque, dans la seconde moitié du xive siècle, la Catalogne est envahie par des troupes désœuvrées dans le contexte de la guerre de Cent Ans217, la population catalane voit arriver « les companyes d’homes d’armes de stranya nacio218. » Devant cela, il faut faire appel aux armes, comme en 1389, afin de combattre les diverses gents d’armes de stranya nació que són entrades al present en gran nombre e multituts dins lo Principat de Cathalunya per offendre et dampnificar aquell219. Gents d’armes de nació estranya est une expression répétée pour différencier ceux qui són entrats dins lo principat de Cathalunya depuis l’extérieur, comme cela arrive par exemple en 1396, dans l’intention évidente de provoquer le blâme politique et le rejet social de ceux qui entrent en armes après la mort de Jean Ier, pour défendre les droits de sa fille, le comtesse de Foix, contre son frère et successeur, Martin220.

  • 221 A.H. de la Ciutat de Lleida, llibre d’actes 398, fol. 19v.
  • 222 A.H. de la Ciutat de Barcelona, fonds municipal, B-VI, livre 1, fol. 103.
  • 223 G. Ensenyat, « La catalanitat dels mallorquins de l’edat mitjana segons la Crònica de Pere el Cere (...)

62En 1349, à Lleida, on voit un hom d’estranya nació e lengua221. La relation entre nation et langue est usuelle. En 1381, on parle à Barcelone de ceux qui són de nació d’Armènia e saben aptament parlar lenguatge de Tarteria, de Grècia e d’altres nacions222. Cette imbrication entre nation et langue fait que les Catalans, les Valenciens et les Majorquins, eux tous, puissent être définis comme de nació catalana223. En 1471, l’évêque Margarit réfléchit sur lo stat e ésser de aquesta nostra província de Cathalunya, qui concussada per nostras particulars passions per guerra de deu anys és ia venguda a prop del derrer extermini. Il conclut que la Catalogne a été victime de l’hostilité et de l’esprit de revanche d’autres peuples, et il le fait en mélangeant les concepts de gens, nation et langue :

  • 224 F. Carreras y Candi, Pere Joan Ferrer, militar y senyor del Maresme, Barcelone, Impr. La Renaixens (...)

liurats a diverses nations e senyories, som stats prenda, oprobi e derisió a totes gents e nations: castellans, portuguesos, francesos, gascons, tudeschs, prohensals, ytalians e a totes altres lengues e pobles que sobre nosaltres es són pasents e aprés nos han oprobiosament tractats com moltes d’elles dites nacions nos fossen infestissimes e exosses e en la nostra preclara natio han volgut exercir les venjances de les injúries e dans que de la dita nostra preclara natio per lo passat havien rebuda224.

  • 225 A.C.A., Chancellerie, reg. 2220, fol. 75.
  • 226 R. Albert, J. Gassiot, Parlaments a las corts catalanes, Barcelone, Barcino, 1928, p. 38.
  • 227 D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient au Moyen Âge…, op. cit., p. 61.

63Nation renvoie donc à des collectivités cohérentes, conscientes de partager une unité et d’adopter des décisions communes : selon cette réflexion de l’évêque Margarit, certaines nations ont profité de l’opportunité des tensions en Catalogne, qui ont éclaté en guerre civile à partir de 1462, pour se venger des injures que la puissance de la nation catalane leur avait infligées dans le passé. Cette relation entre la nation et une collectivité qui partage des décisions en tant que peuple est visible dès 1409, quand on explique que le roi de Sicile et aîné de la Couronne d’Aragon se rend en Sardaigne pour aniquilar i abatre la detestable i fàtua rebellió de la nació sarda225. Alors, chacun peut amar la nostra nació, comme le dit le roi Pierre le Cérémonieux en 1369226. De même, quand en 1422 la municipalité de Barcelone exige que les guerres du monarque n’entravent pas le commerce, elle explique qu’à cause des tensions los navilis e mercaderia diminueixen e los guanys e profits se’n porten altres nacions227.

64Les nations sont donc des collectivités qui non seulement s’identifient mais qui prennent des décisions et montrent des comportements cohérents en eux-mêmes. En ce sens, Francesc Eiximenis témoigne de l’identification au xive siècle entre collectivités unies et nation, en utilisant indifféremment le gentilé ou la référence à la nation : Catalans tallen la carn netament e polida, guardant-li lo tall qui és varieja per diverses carns en diverses maneres, e la mengen en tallador netament. E les altres nacions, així com a franceses, alemanys, angleses e itàlics, ne fan trossos. Dans un sens semblable, los catalans tostemps mengen seent en taula alt, mas castellans seen en terra e altres nacions per altres vies fort incòngures. Ainsi, en soulignant les vertus du peuple catalan à table, Eiximenis peut se référer au fait que

  • 228 F. Eiximenis, Terç del Crestià, chap. 372 : Lo Crestià. Selecció, éd. par A. Hauf, Barcelone, Edic (...)

la nació catalana en son menjar comú e en sos convits ha covinent vi e d’aquell pren covinentment sens excés comunament [ou que] la nació catalana esquiva excessivament tota superfuïtat en viure comú, car en vida comuna cascú és content menjar a dinar cuina ab carn o ab peix, e a sopar peix o ous o qualque cosa altra simple en sa valor, [concluant que] la nació catalana era eximpli de totes les altres gents cristianes en menjar honest e en temprat beure, par opposition aux altres nacions van a menjar ab gran brogit e mengen ab gran gatzara e ab poc nodriment [ou, même, que] les altres nacions quan serveixen a menjar mostren la carn, així com castellans o portugaleses, o mostren les anques nues car les llurs faldes són fort curtes, axí com se fan los franceses, car així mateix amaguen la cara ab lo caperó estret228.

  • 229 O. Perea, « Lírica anticonversa de los siglos xv y xvi: el “Credo glosado contra los judíos”, de J (...)
  • 230 G. Baudot, « Les antiquités mexicaines du P. Díaz de la Vega, O. F. M. », Mélanges de la Casa de V (...)

65De cette manière, nation renvoie à des gentilés qui définissent des collectivités humaines unies non seulement par la langue mais aussi par des pratiques culturelles et vécues communes, rendues évidentes dans la configuration de la vie quotidienne. C’est pour cela que les collectivités humaines définies par leur code culturel et religieux reçoivent le terme nation comme gentilé agglutinant : on peut parler d’aquesta naçión pour se référer aux juifs229, comme on le fera plus tard pour la nación yndiana en Amérique230.

  • 231 M. T. Ferrer i Mallol, « El Consolat de Mar i els Consolats d’Ultramar, instruments i manifestació (...)
  • 232 D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient au Moyen Âge…, op. cit., p. 68-69.
  • 233 J. M. Ruiz Povedano, « El consulado catalán de Málaga en época de los Reyes Católicos », En la Esp (...)
  • 234 E. Ferreira, « El comercio Galicia-Valencia en la segunda mitad del siglo xv », dans Lluís de Sant (...)
  • 235 P. Cateura, « El consulado medieval de Castilla en el reino de Mallorca », dans Actas del II Congr (...)
  • 236 R. Rosselló, J. Bover, Cònsols de Castella i Portugal a Mallorca, Palma de Majorque, Consolat de P (...)
  • 237 I. Szászdi León-Borja, « Sobre el consulado castellano de Mallorca en la baja edad media », Anales (...)
  • 238 A. Paz y Melià, Series de los más importantes documentos del Archivo y Biblioteca del Excmo. Señor (...)

66Perçue au moyen de ces traits communs, l’identité partagée de la nation est mise en évidence en entrant en relation avec d’autres groupes. C’est le cas des consulats dans les places commerciales à l’extérieur du pays : ils manifestent la relation entre la collectivité, le gentilé et la nation, parce qu’ils répartissent sur un espace d’intérêts commerciaux231 une multitude de consulats connus indifféremment comme représentants de la nació catalana ou dels catalans. Or, comme nous l’avons vu plus haut dans le cas de Raguse, tous ces consulats, bien qu’ils s’abritent derrière l’invocation de la nation catalane, ne négligent pas les autres commerçants de la Couronne d’Aragon, qu’ils soient Valenciens, Majorquins ou même Aragonais, comme le montrent les différents consulats répandus en Orient232. En Occident, le consulat de la nation catalane dans la ville de Málaga s’occupait de préférence, en raison de leur nombre, des commerçants valenciens, devant les marchands catalans, suivis, en très petit nombre, des Majorquins et de quelques Aragonais233. Et on trouve aussi des combinaisons similaires pour d’autres, proches aux plans culturel et géographique bien que ne dépendant pas de la même couronne : à Valence234 et à Majorque235, au xve siècle le consulat de Castillans protège et assiste les Portugais. À Majorque on spécifie qu’el consulat dels castellans e porgalesos236 devait traiter tout mercader castellà o portogalès o altre generació d’Espanya, tout en détaillant que havia de procurar e defensar a tota generació d’Espanya, dénomination qui inclut Castillans et Portugais237. En fait, la géographie facilite partout la perception de ces proximités. Ainsi, parle-t-on de la nació de Jènova que ensemps abies altres nassions de Itàlia238.

  • 239 F. Sabaté, « La noció d’Espanya en la Catalunya medieval », dans F. Sabaté, J. Farré, El comtat d’ (...)
  • 240 P. Álvarez Rubiano, « El concepto de España según los cronicones de la Alta Edad Media », Príncipe (...)
  • 241 D. Mansilla, La documentación pontificia hasta Inocencio III, 965-1216, Rome, Instituto español de (...)
  • 242 L. Barrau Dihigo, J. Massó Torrents (éd.), Gesta comitum Barcinonensium, Barcelone, Impr. de la Ca (...)
  • 243 J. García, A. Caballero, M. Fernández, « Alarcos medieval: La batalla de Alarcos », dans J. Zozaya (...)
  • 244 M. de Riquer, Los trovadores. Historia literaria y textos, Barcelone, Ariel, 1983, t. 1, p. 600.
  • 245 F. Sabaté, El territori de la Catalunya medieval, op. cit., p. 361-363.
  • 246 Jaume I, Crònica o llibre dels Feits, éd. par F. Soldevila, Barcelone, Selecta, 1983, chap. 6, « L (...)
  • 247 R. Muntaner, Crònica, op. cit., chap. 211, p. 855.
  • 248 F. Soldevila, « El concepte d’Espanya en la Crònica de Muntaner », Revista de Catalunya, 16, 1938, (...)
  • 249 M. Coll i Alentorn, « Sobre el mot “espanyol” », Estudis Romànics, 13 : 1963-1968, 1970, p. 30-39.
  • 250 F. Eiximenis, Com usar bé de beure e menjar. Normes morals contingudes en lo « Terç del Crestià », (...)
  • 251 F. Eiximenis, Terç del Crestià, op. cit., chap. 35, p. 187.
  • 252 A.C.A., Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1549, fol. 26v.
  • 253 Jusqu’au dernier quart du xxe siècle dans les villages de Catalogne, les Espagnols parlant espagno (...)
  • 254 A. Altisent, L’almoina reial a la cort de Pere el Cerimoniós, Tarragone, Abadia de Poblet, 1969, p (...)
  • 255 A.C. de l’Urgell, livre du conseil 3, fol. 41.

67La péninsule ibérique contient plusieurs nations. Au haut Moyen Âge, l’Hispania était perçue comme le territoire musulman par les comtés du Nord-Est239, comme par la totalité des comtés et des royaumes chrétiens septentrionaux240, et ceci contre l’opinion de l’Église, qui appliquait le terme à l’ensemble de la péninsule, conservant ainsi la dénomination et les contenus de la culture classique241. Ce traitement unitaire de la péninsule ibérique se généralise et est assumé tout naturellement, après la Réforme grégorienne et les grandes conquêtes du xiie siècle. L’historiographie catalane contemporaine met cela en évidence avec l’emblématique Gesta Comitum Barcinonensium et Regum Aragoniae242, de la même manière que Folquet de Marseille, effrayé par la victoire Almohade sur le roi castillan à Alarcos en 1195243, peut écrire que ar sufre qu’Espanha es vai perden244. De manière générale, la Catalogne est perçue depuis le xiiie siècle dans le cadre géographique de l’Espagne245 : ainsi Jacques Ier peut-il dire que nostre pare lo Rei en Pere fo lo pus franc rei que anc fos en Espanya246 et l’Almogavare Bérenger d’Entença peut être présenté à Constantinople disant qu’aquest ric-hom és dels nobles hòmens d’Espanya qui fill de rei no sia, e és dels bons cavallers del món247. Cela dit, le fait de partager le même cadre géographique n’implique pas le partage du gentilé Espagnol248. On peut différencier Catalans et Espagnols, tout en voyant les seconds essentiellement comme les habitants des terres nouvelles castillano-léonaises, tolédanes et andalouses249. Eiximenis, au xive siècle, les sépare en commentant que catalans e spanyols beuen en grans taçes. Moros en cantarells pochs, e d’un cantarell beuen tots. Ffrancesos beuen en gobellets pochs o petits250. En même temps, quand il se demande quals ciutat són pus aptes a pendre alegria entorn aquesta nostra mar apellada Mediterrània, il fonde sa sélection sur la perception géographique et non sur les divisions politiques : en la Síria era Nacra; en Grècia, Constantinoble; en Itàlia, Nàpols; en Sicília, Messina, en Àfrica, Tunís; en Egipte, Alexandria; en Espanya, Mallorca, Sibília e València251. De même, à Barcelone, en 1394, on définit populairement I hom castellà appellat « lo patit espanyol »252. Quoi qu’il en soit, le qualificatif de « castillan » régit de préférence les descriptions. Dans la Catalogne du bas Moyen Âge, on décrit surtout les habitants de la péninsule ibérique par le royaume d’origine et par la langue parlée253 : on se réfère en 1384 à des Castillans de Cordoue (ville située en Andalousie)254 ou l’on décrit en 1363 les troupes du royaume de Castille comme une moltitut de castellans255.

  • 256 B. Cuart, « El Colegio de San Clemente de los Españoles de Bolonia en la Edad Moderna. Historiogra (...)
  • 257 P. Tamburri, « España en la Universidad de Bolonia: vida académica y comunidad nacional (siglos xi (...)

68De façon semblable, conformément à la vision toujours maintenue par l’Église de l’unité hispanique, le cardinal Gil de Albornoz prévoira, dans son testament de 1363, le collège de Saint-Clément à Bologne pour assister les étudiants provenant de n’importe quel royaume d’Espagne, comme le précisent ses statuts : Hispaniae largo sumpto vocabulo, prout continet omnia regna illa a montibus Experiae sive Hesperiae a spere ultra256. Pourtant, dans le même Studium Generale bolonais, deux nations, la nation catalane et la nation hispanique, cohabitent, les étudiants provenant de la Couronne d’Aragon se situant dans la première257.

  • 258 P. Desportes, « El consulado catalán de Brujas (1330-1480) », Aragón en la Edad Media, 14-15, 1999 (...)
  • 259 A. Paz y Melià, Series de los más importantes documentos del Archivo y Biblioteca del Excmo…, op.  (...)
  • 260 P. Desportes, « El consulado catalán de Brujas (1330-1480) », art. cité, p. 389-390.

69Le consulat catalan existant à Bruges depuis 1320, transféré à Anvers de manière définitive en 1527258, continue à se référer, dans ses actes à lo consol y mercadés de nostra nasió et sa justice s’applique à qui avia fet contra la nassió den voller rompre los privilegis de la dita nassió, pouvant entraîner des peines impliquant que le coupable fos banit de la dita nassió. Expulsé de la nation, l’inculpé sera seulement en fait rejeté par le groupement local, car dans ce contexte le terme nation ne renvoie qu’à l’association créée dans chaque lieu. C’est pour cela que dans le même cas d’Anvers, en 1527, on prévoit en l’església del Carme de la present villa de Anvés, faga de dir cada dilluns una misa cantada de requiem per les ànimes defuntes dels nostres antipasats q.aquesta nasió an fundada. Ainsi, au xvie siècle déjà bien entamé, la dénomination s’adapte : en 1532 cette même collectivité située à Anvers est mentionnée comme la nacion d’Aragon et Cathelogne259. On entre alors dans une nouvelle étape de l’évolution du poids des collectivités humaines et, surtout, dans l’attitude et la capacité du monarque, qui, titulaire depuis 1479 aussi bien de la Couronne d’Aragon que de celle de Castille, prétend intervenir dans les représentations à l’étranger, en entamant ainsi une phase plus politique et diplomatique260.

  • 261 A.M. de Lleida, livres d’actes, no 402, fol. 7v.

70L’usage du terme nation demeure, au bas Moyen Âge, pour désigner des collectivités avec des traits identitaires communs, surtout culturels liés à la langue. Il manque à cette époque-là une traduction politique : le terme signale simplement des collectivités perçues avec des traits qui les distinguent d’autres groupes, bien qu’ils partagent avec ces dernières un cadre géographique supérieur. Il s’agit de collectivités qui occupent d’habitude un espace physique concret. La perception de la nation catalane vient donc refléter qu’il existe une collectivité aux traits culturels communs dans un espace précis, la Catalogne. C’est pour cela qu’à nouveau cet espace physique peut préciser une langue plus vaste : si la nation catalane comprend ceux qui parlent catalan, dans son sens le plus restrictif elle renvoie aux habitants qui, avec cette langue et d’autres traits, occupent la Catalogne. La prise en charge de la notion de nation ne fait que dénoter le sens identitaire inhérent au gentilé, entendant par identité la jouissance de traits spécifiques et singularisateurs, en y incluant la conscience interne et l’évidence externe à partir de la perception qui en découle. En 1366, les conseillers municipaux de la ville de Lleida exposèrent que ells han haüda una letra del senyor rey en la qual mane Corts generals als cathalans a Barchelona al deen dia del present mes de juny; e axí que mane que hi eligam síndichs, los quals hi sien al dit dia261. La phrase entraîne une évidente dualité : le roi et les Catalans. La convocation est faite par le monarque, selon la perception que les récepteurs en ont, non pas à ses sujets mais à un groupe spécifique parmi eux, défini par un gentilé : les Catalans. Par conséquent, nous devons évaluer la portée de cette reconnaissance de cette collectivité.

La terre catalane

  • 262 A.D. Pyrénées-Orientales 1B-120, fol. 10v.
  • 263 A.D. Pyrénées-Orientales 1B-120, fol. 10v, 30v.
  • 264 A.D. Pyrénées-Orientales 1B-257, fol. 141v, 6v.
  • 265 A.D. Pyrénées-Orientales 1B-196, fol. 1.
  • 266 A.D. Pyrénées-Orientales 1B-10, parchemin 1271.
  • 267 A.H. de la Ciutat de Girona, I. 1. 2. 1, liasse 7, livre 1, fol. 19.
  • 268 A.D. Pyrénées-Orientales 1B-196, fol. 32.

71La terre – terra – désigne des espaces physiquement homogènes, comme les vallées pyrénéennes : terre de Vallespir262, terre de Conflent263, terre de Capcir, terre de Cerdagne264, terre de Baridà265. Elles ont toutes été reconnues institutionnellement sous une autre appellation, soit comme des vigueries ou des sous-vigueries, mais leur cohésion collective est exprimée par cette dénomination de « terre ». C’est le terme utilisé, par exemple, dans la sentence arbitrale de 1271 sur les propriétés du Temple in terrae Rossilinis, Vallespirii, Ceritanie et Confluentum266 ou dans la description, en 1389, de la pénétration des routiers du Nord sans contrat per la terra de Conflent com per la terra de Serdanya267. On préfère aussi cette dénomination pour certains lieux : Lles, Travesseres i Vilella, situés dans la sous-viguerie de Baridà, sont définis in terra Baridani diocesi Urgellense268.

  • 269 A.C.A., Chancellerie, reg. 483, fol. 252.
  • 270 A.C.A., Chancellerie, reg. 551, fol. 25.
  • 271 A.C.A., Chancellerie, reg. 1691, fol. 135.
  • 272 Arxiu Capitular de Lleida, parchemins, tiroir 131, paquet 1, parchemin 15.
  • 273 A.C.A., Chancellerie, reg. 2218, fol. 13rv.
  • 274 A.C.A., Chancellerie, reg. 2219, fol. 62v.
  • 275 A.D. Pyrénées-Orientales 1B-57, parchemin 1315.
  • 276 A.D. Pyrénées-Orientales 1B-257, fol. 141v.
  • 277 A.C.A., Chancellerie, reg. 2227, fol. 75.

72Le terme « terre » facilite la désignation de nouvelles entités : après avoir créé le marquisat de Tortosa en 1329269, le roi y ajoute, l’année suivante, un territoire très éloigné, dans le diocèse d’Urgel270, en guise de marchinatus Dertuse qui est in diocesi Urgellensi271 ; il sera connu comme « terre du Marquisat ». Ainsi on l’applique pour désigner des endroits272 et pour les définir institutionnellement273, avec en corollaire la désignation de leurs officiers, comme le procurador general de la terra del Marquesat274. Les officiers sont en effet mentionnés avec les mêmes références, surtout là où les traditions sont anciennes : le juge de la viguerie de Cerdagne est mentionné comme jutge de la terra de Cerdanya275 ou le titulaire de la sous-viguerie de Capcir est connu comme l’honrat lo castellà de Puigvaledors e sotsveguer de la terra de Capcir276. L’expression est aussi appliquée à des officiers dans d’autres zones, comme à Vic en 1399 quand on présente le nouveau titulaire de l’ofici fiscal del rei de la dita ciutat, vegueria i de tota la terra d’Osona277.

  • 278 F. Sabaté, « Poder i territori durant el regnat de Jaume I… », art. cité, p. 91-93.
  • 279 A.C.A., Chancellerie, « Papeles por incorporar », Cervera, non numérotés.
  • 280 A.H. de la Ciutat de Girona, I. 1. 2. 1, liasse 1, livre 2, fol. 98v.
  • 281 A.H. de la Ciutat de Girona, I. 1. 2. 1, liasse 1, livre 1, fol. 56 ; liasse 5, livre 4, fol. 36.
  • 282 A.H. Comarcal del Baix Ebre, Castellania i Temple, II. 6, fol. 6.
  • 283 F. Sabaté, « El poder soberano en la Cataluña bajmedieval… », art. cité, p. 497-498.
  • 284 A.C.A., Chancellerie, « Papeles por incorporar », Cervera, non numérotés.
  • 285 A.C.A., Real Patrimonio, Batllia General, reg. 33, sense numerar.
  • 286 A.H. de la Ciutat de Girona, I. 1. 2. 1, liasse 3, livre 1, fol. 2.
  • 287 A.C.A., Chancellerie, reg. 363, fol. 30v.

73Significativement, l’incorporation, au xiiie siècle, de procureurs comme représentants juridictionnels des titulaires des grands domaines nobiliaires278 fait que le procurador de la terra del noble en Ramon Folch279 agit au nom du titulaire dans le vicomté de Cardona. La terre est perçue comme contenue dans son titulaire, comme cela est récurrent dans les unités baronniales : en la terra del noble en Pere de Ffonoylet280, dans la terre du comte d’Empuries281 ou dans la terre des commandeurs des commanderies militaires de la viguerie de Tortosa et Ribera d’Ebre282. C’est une identification absolument assumée : en négociant, en 1283, le pacte entre le roi Pierre le Grand et le comte d’Urgel283, il est prévu que si·el comte o altre de la terra sua trenchaven pau e treves284 ; quand le monarque veut intervenir sur le domaine de l’évêque d’Urgel, on constate que la Esgleya d’Urgell ha molts pactes e convinences ab lo senyor Rey de que la terra del dit bisbe es molt sotmesa285 ; et normalement, lorsqu’en 1336 les gouvernants de Gérone exposent une plainte au seigneur du bourg de Mora, dans la baronnie d’Entença, ils situent les faits en la terra vostra en I loc que és apelat Mora286. À l’intérieur même des entités nobiliaires, on peut préciser la terre affectée, comme le fait le comte d’Urgel en 1318 en enjoignant son viguier d’Urgell et procureur de Ponts, Montmagastre, Puigverd et Oliola de convoquer 500 serviteurs provenant des lieux de la seva terra287.

  • 288 A.C.A., Chancellerie, « Papeles por incorporar », Cervera, sans date, non numérotés.
  • 289 A.M. de Lleida, livre d’actes 399, fol. 97rv.
  • 290 A.C.A., Chancellerie, reg. 235, fol. 133.
  • 291 A.C.A., Chancellerie, « Papeles por incorporar », Cervera, non numéroté.
  • 292 A.H. de la Ciutat de Manresa, fonds du viguier, livre 3, non numéroté.
  • 293 A.C.A., Chancellerie, « Papeles por incorporar », boîte 18, no 10, non numéroté.

74En identifiant la terre, ainsi, aux domaines seigneuriaux, la fragmentation juridictionnelle accablante facilite l’impunité de n’importe quel individu poursuivi sous le prétexte qu’il està en la terra del dit noble288. C’est pour cela que des gouvernements municipaux comme celui de Lleida s’inquiètent que ceux qui sont poursuivis par la justice puxen habitar e star en la terra dels dits nobles289. Les barons, appuyés sur leur propre force et protégés par les constitutions des états généraux de 1283, soulignent leur complète domination in terra sua290, n’hésitant pas à se plaindre, lors du tournant du xiiie au xive siècle, contre le viguier de Cervera parce qu’il puneix malfeytors de maleficis feits en los lochs del senyor Rey o en altres fora sa terra291, en même temps que le viguier de Manresa se plaint de ce que beaucoup de barons n’hésitent pas à endommager la terra del rei292. Celui-ci, pour sa part, applique des rémissions dans la sua terra293, bien opposée, donc, au domaine baronnial.

  • 294 A.H. de la Ciutat de Manresa, fonds du viguier, livre 3, non numéroté.
  • 295 A.H. de la Ciutat de Girona, I. 1. 2. 1, liasse 1, livre 2, fol. 99.
  • 296 P. Albert, « Commemoracions », art. cité, p. 185.

75Cette terre du roi réduite aux lieux d’exercice de la juridiction royale contredit la juridiction générale du monarque que justifient ses juristes au même moment. Selon leurs arguments et la volonté du souverain, tout le pays constitue la terre du roi, par équivalence avec les autres royaumes. Quand en 1286, Alphonse le Libéral révise la politique d’exportation, il demande si les produits sont partis de la terra del rei vers la terra del rei de França ou vers la terra de Jaume, oncle del rei (référence au royaume de Majorque)294, c’est-à-dire la terra e senyoria del dit senyor Rey de Maylorches295. Le roi répète avec vigueur les arguments des civilistes. Pere Albert expose que : Príncep per rahon del general jurisdicció que ha en son regne, cor en tot homens del regne seu a mer imperi, cor totes coses que són e·l regne del rey quant a jurisdicció296.

  • 297 A.C.A., Monacals-Hisenda, reg. 892, fol. 41.
  • 298 A.C.A., Chancellerie, reg. 1060, fol. 99.
  • 299 J. M. Pons i Guri, Recull d’estudis d’història jurídica catalana, Barcelone, Fundacio Noguera, 198 (...)
  • 300 A.C. del Baix Ebre, clavari 33, p. 139.
  • 301 A.C.A., Chancellerie, « Papeles por incorporar », boîte 18, no 10, non numéroté.
  • 302 A.D. Pyrénées-Orientales 1B-363, fol. 33v-34.
  • 303 A.C.A., Chancellerie, « Papeles por incorporar », 1379, non numéroté.
  • 304 A.H. de la Ciutat de Barcelona, C-V, Pli Consuls de mer, non numéroté.
  • 305 A.H. de la Ciutat de Manresa, fonds du viguier 4, non numéroté.

76Quelques décennies plus tard, Jacques II calque quasiment la phrase quand il affirme en 1298 aux barons de Gérone qui s’opposent à lui que omnibus hominibus totius Regni sunt terri domini regis297. Il faudra le répéter, comme le fait Pierre le Cérémonieux en réclamant, en 1345, le iure generalis iuridictiones sur omnibus partibus Cathalonie, y compris les espaces qui avaient toujours été étrangers à la juridiction royale comme les vallées d’Andorre298, et comme le rappellera son fils, en tant que gouverneur général, en 1366, à son viguier royal de Gérone, en lui signalant que tous les lieux doivent être considérés dans la dépendance royale bien que leur juridiction ait été cédée299. Ainsi donc, la terra del senyor rei300, ou la sua terra301 où s’appliqueront ses dispositions, c’est tout le pays, une revendication tant au niveau de la juridiction qu’au niveau du prélèvement302 qui s’appuie sur los officials de la terra per les jurediccionals que·ls són comanades303 ; elle passe outre, par exemple, toute prohibitio de non extrahendis certis rebus de terra sua304, de la même manière que la papauté envoie collecter la dècima de la terra del rei305.

  • 306 A.C.A., Chancellerie, reg. 48, fol. 59.
  • 307 J. Villanueva, Memorias cronológicas de los condes de Urgel, Balaguer, Gráficas Romeu, 1976, p. 22 (...)
  • 308 A.C. de Manresa, fonds du viguier, livre 4, non numéroté.
  • 309 A.C. de Manresa, fonds du viguier, livre 4, non numéroté.

77Terre, Catalogne et prééminence royale se mêlent dans les prétentions du monarque. Defensar la terra est l’invocation dont se sert Pierre le Grand pour convoquer, en 1280306, les osts pour combattre à Balaguer les nobles qui ont rompu leur obéissance307, de la même manière que Jacques II en 1297 donne l’ordre à ses barons de quatenus visis presentibus in continenti veniatis ut vobiscum et cum aliis hominibus terrae nostrae predictis nobilis et gentibus extraniis resistere valeamus et terram nostram defendere contra eos308. Comme il le répète deux ans plus tard, la défense de la terre se situe dans l’invocation par le monarque lui-même de son pouvoir sur la Catalogne309. La symbiose entre terre du roi et Catalogne se maintient dans la terminologie royale, comme l’exprime le souverain en 1387 :

  • 310 A.C.A., Chancellerie, reg. 2014, fol. 1.

nos hajam certs ardits que grans companyes de gents stranyes ab armes se fforcen d’entrar en lo Principat de Cathalunya vinents de les parts de Castella per esvahir e guerrejar nostra terra, los quals són en tanta e tam gran multitud que·l secors de tot lo Principat de Cathalunya a nós és vist ésser necessari310.

  • 311 A.M. de Lleida, livre d’actes, fol. 16.
  • 312 G. Minois, Du Guesclin, Paris, Fayard, 1993, p. 392-404.
  • 313 J. Valdeón, Enrique II, 1369-1379, Palencia, Diputacion provincial de Palencia/La Olmeda, 1996, p. (...)
  • 314 A.M. de Lleida, livre d’actes 401, fol. 37v.

78La perception populaire coïncide avec cette même appréciation. Le gouvernement municipal de Lleida, voyant en 1366 que algunes companyes de França seraient entrées en les parts de Ribagorça, estime qu’elles volien dampnificar la terra del senyor Rey311. Pareillement, le même gouvernement de Lleida s’inquiète en 1372, redoutant à tort312 un nouveau passage des troupes de Bertrand du Guesclin venant en aide au roi de Castille313 ; pour cette raison, ils prennent des mesures au profit de la terre qu’ils identifient comme celle du roi : ells han sabut per cert que mossèn Bertran de Clequi deu passar per la terra del rey per anar en ajuda al rey don Enrich, per que serie bo quels murs fossen endreçats e appareyllats e regoneguts314.

  • 315 A.C. del Baix Ebre, clavari 33, p. 133.
  • 316 A.M. de Lleida, livre d’actes 397, fol. 61.
  • 317 R. Tasis, Joan I. El rei caçador i músic, Barcelone, Editorial Aedos, 1959, p. 55-57.
  • 318 A.M. de Lleida, livre d’actes 401, fol. 15.

79Également, lorsqu’en 1397 on avertit du danger de vaisseaux pirates, dans le delta de l’Èbre, des défenses sont mises en œuvre contre les malnats enemichs qui s’esforcen intrar en la terra del senyor Rey315. Ainsi, tout au long du siècle, la terminologie relative à tota la terra del senyor Rey rattache l’ensemble de la Catalogne au souverain316. Dans le même sens, en 1371, prévoyant le mariage manqué de l’aîné Jean à la fille du roi de France, Jeanne317, la municipalité de Lleida compte offrir son don quand la senyora duquesa fos en la terra del senyor rey318.

  • 319 I. J. Baiges, « El notariat català: origen i evolució », dans J. M. Sans i Travé, Actes del I Cong (...)
  • 320 J. M. Pons i Guri, Llibre de la Universitat de la vila de Blanes, Blanes, Ajuntament de Blanes, 19 (...)
  • 321 A.D. Pyrénées-Orientales 1B-10, parchemin 1263.

80Les autorisations notariales répandent aussi cette vision. Les notaires ayant une autorisation319 seigneuriale l’indiquaient dans son intitulation avec sa portée – Jacobi Ioannis Manresa auctoritate egregrii viri domini Bernardi Ioannis e Cappraria notarii publici ville et termini castri de Blanis320 – tandis que ceux de la désignation royale renvoyaient à la terre de celui-ci, c’est-à-dire l’ensemble du pays : Martini de Angusolis de scribania domini regis Aragonum auctoriatesque eiusdem notariii publici per totam terra et dominatione regis321.

  • 322 A.C. del Baix Ebre, clavari, livre 36, p. 262.
  • 323 A.C.A., Chancellerie, reg. 236, fol. 70.
  • 324 A.H. de Manresa, fonds du viguier, livre 3, non numéroté.
  • 325 A.C.A., Chancellerie, reg. 14, fol. 93.
  • 326 A.D. Pyrénées-Orientales 1B-172, fol. 3.
  • 327 A.C. del Baix Ebre, clavari, livre 24, p. 125.

81Cette vision globale concorde avec l’idée que tout le monde appartient à une terre, en soulignant le lien entre les personnes et des domaines territoriaux concrets. Les étrangers le sont parce qu’ils appartiennent à sa terra, dans laquelle ils veulent normalement retourner322. La terre peut être mise en rapport avec un seigneur étranger – in terra Regis Granate323 ou terra regis Francie324 car il faut parfois transporter du bétail de la tierra del Rey de Castiella325 –, qui essaie parfois d’entrer dans les territoires de la Couronne d’Aragon, minabant ingredi in terram domini regis326. Dans d’autres cas, on rattache directement espace physique et gentilé : terra de moros327.

  • 328 A.C.A., Chancellerie, reg. 2220, fol. 25.
  • 329 A.M. de Lleida, livre d’actes 460, fol. 7.
  • 330 A.M. de Lleida, livre d’actes 397, fol. 40.
  • 331 A.M. de Lleida, livre d’actes 398, fol. 63.
  • 332 A.M. de Lleida, livre d’actes 398, fol. 44.
  • 333 A.M. de Lleida, livre d’actes 406, fol. 5v-6.
  • 334 A.D. Pyrénées-Orientales 1B-367, fol. 34v.
  • 335 A.H. de la Ciutat de Barcelona, fonds municipal B-1, livre 18, fol. 14-15.
  • 336 A.C. del Baix Ebre, Comú I. 26, non numéroté.
  • 337 A.H. de la Ciutat de Girona, I. 1. 2. 1, liasse 7, livre 1, fol. 51v.
  • 338 A.C. del Baix Ebre, Comú I. 26.

82La terre en tant que pays a plusieurs dimensions. Quand on prévoit l’équivalence entre les deux monnaies les plus répandues dans la Catalogne du bas Moyen Âge, celle de Jaca qui circule dans la zone occidentale et celle de Barcelone qui prédomine dans le reste du territoire, on résume en parlant de terra jaquesa et de terra barcelonesa328. Ce qui est sur la terre est ce qui est propre à la ville : à Lleida il y a des moltons darochans o castellans et des moltons de la terra329, et ce sont ces derniers330, plus chers et offrant de meilleures garanties hygiéniques que l’on demande de servir lors des visites royales331 : de bones carns primals e de la terra332 ou du moltó primat e de la terra333. Les produits du pays sont de la terre comme, par exemple, la lana de la terra334. Que ce soit dans son sens global ou dans un sens plus concret, terra renvoie donc au pays vécu. C’est pour cela qu’afin d’affronter le problème des esclaves fugitifs, on contrôle à Barcelone si el dit esclau o esclava portarà albarà del vaguer de Barchelona en que.s contenia que ell dit esclau o esclava pugua anar per la terra335. La terre a un contenu en soi, inscrit dans ses produits, ses activités et ses habitants. Par conséquent, une agression ennemie nuit non seulement au titulaire de la juridiction mais aussi directement à la terre336, en gran dampnatge de la terra337, car les compagnies militaires étrangères dampniffiquen la terra338.

83Les gouvernements municipaux sont logiquement les premiers à se préoccuper de ce qui endommage la terre, vu les graves conséquences qui pourraient en découler tant pour la population elle-même que pour les intérêts tissés entre les villes et la région environnante. L’invocation à la ville et à la terre est claire en 1366 dans ce commentaire de la municipalité de Lleida sur la région aragonaise voisine :

  • 339 A.M. de Lleida, livre d’actes 400, fol. 30.

que ells han ardits çerts que·ls angleses qui eren entrats en Castella són de present en les Montanyes de Jacha, la qual tenen assetiada, e axí com d’açò se pogués seguir gran dampnatge a la ciutat, e per consegüent a tota la terra, e la ciutat sie mal murada, que·ls plàcie acordar en lo dit fet, e en cas hom ho acorden, que·ls donen manera d’on hauran diners a la dita obra339.

  • 340 A.H. de la Ciutat de Girona I. 1. 2. 1, liasse 1, livre 2, fol. 51v.

84Si dans de telles circonstances, il faut mobiliser les milices populaires, celles-ci seront par conséquent les hosts de la terra340.

  • 341 A.C. d’Urgell, livre du conseil 3, fol. 6.
  • 342 A.H. de la Ciutat de Girona I. 1. 2. 1, liasse 2, livre 1, fol. 6v.
  • 343 A.M. de Lleida, livre d’actes 403, feuillet libre entre 6v et 7.
  • 344 J. M. Roca, « Memorial de greuges que’ls missatgers de la ciutat de Valencia presentaren al rey Jo (...)

85Dans ce contexte, la terre préoccupe les gouvernements locaux, et ils l’évoquent en permanence. En 1361, la mairie de Tàrrega s’adresse à l’aîné royal essayant d’éviter le service armé requis per la gran pobresa que és en la terra341. La fragmentation des juridictions provoquée par le monarque lui-même, qui, en mal de ressources, cède du patrimoine en gage au moyen de lettres de grâce, bouleverse les villes, l’action de la justice étant bloquée par des limites infranchissables, ce qui va à l’encontre de leurs intérêts économiques. Le gouvernement local de Gérone se plaint au roi, en 1336, avertissant que le prolongement de cette situation entraînerait que tota aquesta terra seria perjudicada342. Ces affrontements avec le monarque montrent que, du point de vue des villes, les intérêts du roi et ceux de la terre peuvent différer. Il faut préciser les uns et les autres, ce que fait la municipalité de Lleida quand, dans le contexte des invasions des compagnies du nord en 1390, elle souligne la dualité quand elle déclare au monarque qu’il agit per ben profit e utilitat del senyor rey e de la terra343. La dualité terre et monarque peut aller jusqu’à la divergence, comme le gouvernement municipal de Valence l’expose à Jean Ier au sujet des exigences fiscales royales, car les exaccions qui·s fan en la terra axí per demandes com per altres fiscals, jatsía facen soberch dan a les gents, jusqu’au point extrême de questionner quan la terra n·és calumpniada e quant ne ve a profit de vos, senyor344.

  • 345 J. Hernando, « Obres de Francesc Eiximenis en biblioteques privades de la Barcelona del segle xv » (...)
  • 346 P. Evangelisti, « Credere nel mercato, credere nella res publica. La comunità catalano-aragonese n (...)

86Délimitant ces deux domaines, Francesc Eiximenis, à la fois auteur favori de la bourgeoisie345 catalane du bas Moyen Âge et familier de la cour royale346, est très précis : jamés les comunitats no donaren la potestat absolutament a negú sobre si matexes, mais totes les senyories del món foren en lur fundació primera paccionades e posades en certs patis.

87La raison et le sens de ces accords sont bien clairs :

cascuna comunitat per son bon estament e per son millor viure elegís viure sots senyoria, que cascun pot presumir que cascuna comunitat féu ab sa pròpia senyoria patis e convencions proffitosos e honorables per si matexa principalment, e aprés que aquell o per aquells a qui donà la potestat de son regiment.

  • 347 F. Eiximenis, Dotzè llibre del Crestià, éd. par X. Renedo, Gérone, Universitat de Girona/Diputació (...)

88La prééminence est placée sur la collectivité et pas sur le seigneur car la comunitat no alagí senyoria per amor del regidor, mas elegí regidor per amor de si matexa347.

  • 348 T. de Reus, I. Planas, Llibre de Prades, Prades, Ajuntament de la Vila Comtal de Prades, 1982, p.  (...)
  • 349 A. de Fluvià, « Els comtes i el comtat de Prades », Anales del Instituto de Estudios Gerundenses, (...)
  • 350 J. Bringué, « La qüestió de la fi del comtat de Pallars, cimal de la crisi baix-medieval », Colleg (...)
  • 351 S. Vela, El Llibre de la Terra. Un llibre de privilegis, Andorre-la-Vieille, Arxiu Històric Nacion (...)
  • 352 A.H. de la Ciutat de Girona, XV. 4, liasse 1, livre 1, fol. 4v.

89Les municipalités, conduites par la même couche urbaine qui contrôle les ressources économiques et les investissements sur le territoire, confondent leurs propres intérêts et ceux de la terre, en lui intégrant les perspectives locales, régionales et globales. En fait, dans certains domaines territoriaux, les représentants locaux n’hésiteront pas à se rassembler en invoquant la terre : le Consell de la Terra a les Muntanyes de Prades348 présente ses demandes comme des pétitions du territoire devant le seigneur des Montagnes de Prades (faisant office de comte depuis la concession royale de 1324349) ; même chose pour les bons consells de la terra dans le comté de Pallars350. De même, en Andorre, la compilation des privilèges reçus est el Llibre de la Terra351 et, en définitive, il faut partout se régir segons dret de la terra352.

  • 353 F. Sabaté, El territori de la Catalunya medieval, op. cit., p. 410-411.
  • 354 F. Sabaté, « La civiltà comunale del medioevo nella storigorafia spagnola: affinità e divergenze » (...)
  • 355 P. de Bofarull, Procesos de las antiguas cortes y parlamentos de Cataluña, Aragón y Valencia, Barc (...)
  • 356 Cortes de Cataluña, Madrid, Real Academia de la Historia, 1900, t. 3, p. 46.
  • 357 F. Sabaté, « États et alliances dans la Catalogne du bas Moyen-Âge », dans F. Foronda, A. I. Carra (...)
  • 358 F. Sabaté, « Estamentos, soberanía y modelo político… », art. cité, p. 263-269.

90Tout en invoquant la terre, les gouvernements municipaux se préoccupent d’obtenir de leurs seigneurs respectifs des privilèges qui renforcent leur position et leur stabilité institutionnelle ainsi qu’un régime fiscal, juridique, social et économique favorable, des améliorations dans la protection et l’aménagement de l’espace, et l’affermissement de leur capacité régionale353. Face au souverain, ils s’appuient sur un discours communal assumé, délibérément copié sur le modèle italien354, qui facilite l’identification entre les intérêts du groupe dirigeant, la municipalité et la terre dans son ensemble. Toutes les municipalités partagent ces objectifs, ces arguments et ces positions face à la couronne. En invoquant la terre, ils veulent peser sur des décisions du monarque qui affectent tout le pays, comme les orientations internationales qui favorisent le commerce avec l’Orient ou la stabilité de la monnaie. La terre qui préoccupe les municipalités est l’ensemble du pays, et, par intérêt, elles s’identifient à lui en faisant pression sur le souverain. L’état nobiliaire, pour sa part, se préoccupe d’affermir sa position, en revendiquant la reconnaissance d’une capacité juridictionnelle dépendant des vertus qui justifient son exercice, qui incluent aussi bien la valeur dans les armes que la cautela o saviesa dans la gestion juridictionnelle355, comme le reconnaît implicitement le monarque aux états généraux de Tarragone de 1370356 : mais elle ne produit pas un discours d’intervention dans l’ensemble de la politique, c’est-à-dire une vision générale du pays qui se différencierait de l’argumentaire municipal357. De la sorte, stimulé par sa vigueur économique, servant ses intérêts et accepté par l’argumentaire idéologique contemporain, le discours municipaliste et ceux qui l’utilisent s’approprient de la représentativité invoquée par les états sur l’ensemble de la terre358.

  • 359 F. Sabaté, Cerimònies fúnebres i poder municipal a la Catalunya baixmedieval, Barcelone, Rafael Da (...)
  • 360 A.H. de la Ciutat de Barcelona, fonds municipal B-I, livre 27, fol. 29.
  • 361 Cortes de Catalunya, Madrid, Real Academia de la Historia, 1901, t. 4, p. 257.

91Compte tenu de la hiérarchie et de l’enchaînement des fonctions de capitale, Barcelone s’efforce de présider les municipalités, le pays et la Couronne, et elle l’exige dans bien des aspects protocolaires359. Cette prééminence se justifie, formellement, par sa responsabilité envers la terre. Lors de la mort subite, en 1396, de Jean Ier qui laisse une fille mariée au comte de Foix et un frère régent en Sicile, les magistrats de Barcelone s’engagent en faveur de ce dernier, pour qu’il succède au trône et s’adressent au palais royal de Barcelone, à son épouse, afin qu’elle assume des fonctions de lieutenance, en espérant qu’elle volgués entendre en la conservació e bon estament de la terra, admetent en sos consells la dita ciutat de Barcelona360. En tout cas, ce sont les représentants municipaux qui ont invoqué le bien de la terre, et ils espèrent avoir l’appui de la couronne. Invoquant le bien de la terre, ils assument la conduite du pays, justifiés et validés par leur représentativité. Avec des membres des autres états, ce sont eux qui constituent lo consell, qui porte tout de suite secours à l’épouse de Martin en adoptant des provisions que·ls parega esser profitoses en defensió e conservació de la terra361.

  • 362 O. Oleart, « La terra davant del monarca. Una contribució per a una tipologia de l’assemblea estam (...)
  • 363 J. M. Mas, Les corts a la corona catalano-aragonesa, op. cit., p. 36.
  • 364 D. Monfar, Historia de los Condes de Urgel, Barcelone, J. E. Montfort, 1853, t. 2, p. 21.
  • 365 R. d’Abadal, Pere el Cerimoniós i els inicis de la decadència política de Catalunya, Barcelone, Ed (...)
  • 366 T. de Montagut, Les institucions fiscalitzadores de la Generalitat de Catalunya. Des dels seus orí (...)

92Par conséquent, s’adressant au roi, ils le feront comme la terra davant del monarca362. Le canal immédiat pour exprimer cette représentativité se situe aux états généraux, qu’un monarque manquant de ressources, comme l’est celui du xive siècle, se verra obligé de convoquer afin qu’après négociation, ils lui accordent les aides monétaires indispensables363. Des états généraux conçus comme une démonstration du pouvoir royal sur des sujets obligés d’y assister pour signifier leur soumission – teneamini vos et vestri venire ad curiam nostram sicut alii nobiles Cathalonia indique Pierre le Grand au comte d’Urgel en 1278364 –, on passera à des états généraux qui assument être la terre enfront de la Monarquia365. Ainsi l’expriment les états généraux de Barcelone en 1368 : ils ne demandent pas ce qui est meilleur pour chaque état, mais ils se réclament des intérêts généraux de la Catalogne366.

  • 367 M. Coll I Alentorn, « La llegenda d’Otger Cataló i els nou barons », Estudis Romànics, 1, 1947-194 (...)
  • 368 B. de Puigpardines, Sumari d’Espanya, Valence, Universitat de València, 2000, p. 64-65.
  • 369 E. Duran, Sobre la mitificació dels orígens històrics nacionals catalans, Barcelone, Institut d’Es (...)

93En pleine harmonie, la perception des origines du pays évolue vers l’idée d’une même cohésion des habitants de la terre : depuis le début du xve siècle, se propage la croyance d’après laquelle le nom du pays dérive d’Otger Cataló, un noble qui, accompagné de neuf chevaliers renommés identifiables aux ancêtres de lignages médiévaux distingués, aurait précédé et préparé la venue de Charlemagne367. Le pacte que ces nobles auraient établi avec la population trouvée sur place, comme le remarque le texte attribué à Berenguer de Puigpardines368, permet d’expliquer la naissance de la Catalogne grâce aux ancêtres de leurs états du bas Moyen Âge, nobles et bourgeois, sans laisser la moindre place au roi : la langue elle-même, née de la fusion du gascon des uns et du gothique des autres, s’explique369.

  • 370 A. Boscolo (dir.), I Parlamenti di Alfonso il Magnanimo, op. cit., p. 102.
  • 371 A.M. de Lleida, livre d’actes 400, fol. 52.

94La terre de ces habitants est toute la Catalogne et, vue la difficulté pour mentionner cette unité qui ne coïncide avec aucun ensemble politique reconnu, on utilise l’expression terra pour la mentionner sur le même plan que ce qu’en d’autres lieux on appelerait royaume (regne). Ainsi fait-on en 1421 pour lo regne de Sardenya, où l’on dit que l’ensemble de la Couronne se complète avec els regnes e terres d’Aragó, de Cathalunya e de València370. Il s’agit donc de la terra de Cathalunya371. Il faut pourtant découvrir l’intérêt vraiment général de cette dénomination, qui renvoie à une expression typique du bas Moyen Âge, lo general de Catalunya.

Le général de Catalogne

  • 372 A.H. de la Ciutat de Girona, I. 1. 1. 1, liasse 1, livre 1, fol. 1.

95En 1329, les jurats e.ls prohomens de la Ciutat de Gerona avouent que, dans leur labeur, se sien esforçats e se forsen de procurar so qui es profitós a tot lo general de la terra tam bon en viandes com us carestia com en altres coses qui s.esguarden profit comun, e per aquestes coses e per altres qui s.esguaden a la Ciutat372.

  • 373 M. S. Kempshall, The Common Good in Late Medieval Political Thought, Oxford/New York, Clarendon Pr (...)
  • 374 É. Lecuppre-Desjardin, A.-L. Van Bruaene (éd.), De bono Communi. The Discourse and Pratice of the (...)
  • 375 A.C.A., Chancellerie, reg. 1403, fol. 83v.

96L’invocation du profit commun relie l’argumentaire des magistrats municipaux à la diffusion contemporaine de l’idéologie du bien commun373 parmi les couches bourgeoises européennes374, et l’assimilation de la terre au général – lo general de la terra – renvoie à une globalité qui peut se limiter à son propre entourage ou à un cadre commun plus large, comme lo general de les ciutats e viles e lochs reyals de Cathalunya375, ou, de façon plus usuelle, toute la Catalogne. Utilisé ainsi, il dénote la conscience d’une perception globale de la Catalogne en elle-même, c’est-à-dire des gens qui habitent son territoire comme une même collectivité.

  • 376 A.M. de Lleida, livre d’actes 399, fol. 18v-19.
  • 377 A.H. de la Ciutat de Barcelona, fonds municipal, B-I, livre 24, fol. 103.
  • 378 A.C.A., Chancellerie, reg. 2221, fol. 68.
  • 379 A.C.A., Chancellerie, reg. 1913, fol. 110v.
  • 380 J. M. Gay, « La creació del dret a Corts i el control institucional de la seva observança », dans (...)
  • 381 J. M. Gay, « La legislació de la Cort i el control de la seva observança », L’Avenç, 74, 1984, p.  (...)

97El general est donc l’ensemble du pays, c’est-à-dire le consensus rassemblé des différents groupes qui en constituent la population. Lorsqu’en 1350 la ville de Lleida négocie une réduction des prélèvements demandés par le roi, on lui propose que li plàcie que·l vuylle revocar tro que en corts per él e per tot lo general hy sie proveyt376. En fait, la notion de général renforce la conviction de leur représentativité des classes réunies aux états généraux, clairement perçus comme chambre représentative de la terre. Le parlement général377 et les états généraux, dans leur appel à tout le pays, insufflent un sens spécifique au qualificatif general. Les chapitres – capítols de cort general378 – et les constitutions – constitucions generales de Catalunya379 – émanent des états généraux avec approbation royale380 et deviennent la norme juridique suprême, en s’appliquant à tout le pays, dépassant la fragmentation juridictionnelle, raison qui facilite que les états réunis en états généraux soient vus comme la seule institution dotée de capacité sur toute la Catalogne381. Implacablement, lorsqu’en 1399 les représentants de la ville et de la viguerie de Gérone négocient avec le roi des contreparties à leur effort économique pour réintégrer la juridiction royale, ils exigent et obtiennent du monarque que les termes des accords soient assumés par les états généraux. La force juridique suprême est celle issue d’une institution comme les états généraux, où la loi vient en réalité du pacte entre le roi et le pays, sa force dérivant de ce qu’il s’agit des lois de la terre :

  • 382 A.H. de la Ciutat de Girona, XV. 4, liasse 1, livre 1, fol. 8v.

es convengut que lo dit privilegi e los dits capítols e les coses qui en aquells se contendran sien corroborades e confirmades per maior validació d’aquelles en les primeres Corts generals o particulars de Cathalunya qui·s celebraran per lo dit senyor rey a tots sos regnes e terres o al Principat de Cathalunya, e d’aque·n sie fet e establit acte de cort perpetualment observador axí com a ley paccionada de la terra382.

  • 383 M. Sánchez, « La evolución de la fiscalidad regia en los países de la Corona de Aragón (ca 1280-13 (...)
  • 384 A.M. de Lleida, livre d’actes 399, fol. 48rv.
  • 385 Cortes de Cataluña, Madrid, Real Academia de la Historia, 1900, t. 3, p. 20-22.
  • 386 A.M. de Lleida, livre d’actes 399, fol. 70.
  • 387 P. Ortí, M. Sánchez, M. Turull, « La génesis de la fiscalidad municipal en Cataluña », Revista d’H (...)
  • 388 J. Sobrequès, « L’estat català a la baixa edat mitjana: les Corts, la Generalitat i el Consell de (...)

98Derrière cette perception, l’importante demande d’une impositio generalis sur les principaux produits afin d’obtenir une aide économique per socórrer Sardenya, formulée par Pierre le Cérémonieux devant les états généraux convoqués à Perpignan en 1350383, est expliquée dans la ville de Lleida comme une demande à tot el General de Catalunya384. Bien que l’historiographie, on l’a vu, ait été attentive aux positionnements des états, bien perceptibles dans les expressions utilisées lors des états généraux de 1368385, la perception générale de la population identifiait déjà l’ensemble des états à la globalité ou à lo general de Catalunya386, comme le commente explicitement la municipalité de Lleida, au milieu du siècle, pour justifier sa position ensemps amb lo general de Catalunya face à une demande royale concernant les trois états réunis en états généraux, donc de portée générale pour tout le pays387. En ce sens, l’historiographie a identifié états généraux et general388, équivalence qui, toutefois, peut être nuancée en examinant leurs pratiques respectives, car le premier terme garde une signification institutionnelle et le second est utilisé initialement de manière informelle en référence à la représentation collective.

  • 389 F. Udina, Privilegios reales concedidos a la ciudad de Barcelona, Barcelone, Archivo de la Corona (...)
  • 390 M. Sánchez, « La nova fiscalitat d’Estat », dans C. Bergés, M. Sánchez, El naixement de la General (...)
  • 391 M. T. Ferrer, « Les corts de Catalunya i la creació de la Diputació del General o Generalitat en e (...)
  • 392 M. T. Ferrer, Els orígens de la Generalitat de Catalunya, 1359-1413, Barcelone, Departament de la (...)
  • 393 M. Fibla, « Les corts de Tortosa i Barcelona 1365. Recapte del donatiu », Cuadernos de Historia Ec (...)
  • 394 J. A. Sesma, « Fiscalidad y poder. La fiscalidad centralizada como instrumento de poder en la Coro (...)
  • 395 J. A. Sesma, « La fijación de fronteras econòmicas entre los estados de la Corona de Aragón », Ara (...)
  • 396 A. Estrada, « La Deputació del General de Catalunya dels orígens a la reforma de la cort de Barcel (...)
  • 397 I. Sánchez de Movellán, La Diputació del General de Catalunya, 1413-1479, Barcelone, Generalitat d (...)
  • 398 J. L. Martín, « Nacionalización de la sal y aranceles extraordinarios en Cataluña (1365-1367) », A (...)
  • 399 A. Estrada, « Apunts per a l’estudi dels “deputats locals del General de Catalunya” (dels primers (...)
  • 400 F. Udina, « Prestamo de cinco galeras por la Generalidad al infante Martín », dans Martínez Ferran (...)

99Le General de la Catalogne est certainement perçu comme l’ensemble du pays dûment représenté : en 1359 le roi répond devant les états généraux réunis à Cervera pro gravaminibus per generale Cathalonie nunc in curiam quam celebramus in villa Cervarie congregatum nos et officiales nostros389. Pour gérer l’aide offerte au roi pour tout le pays, ces mêmes états généraux désignent une délégation comme députation permanente des états généraux, initialement limitée à la gestion fiscale390, bien que significativement saluée à l’invocation du General de Catalunya391. Cette Deputació del General de Cathalunya, attestée en 1359392, se développe à partir des états généraux de 1365393, dans un contexte où les besoins de prélèvement de la couronne sont pressants394. Les états acceptent ce prélèvement à condition de placer la fiscalité entre les mains des représentants de chacun des territoires constitutifs de la couronne : Aragon, Valence et Catalogne395. Un organisme représentatif permanent des états catalans apparaît ainsi, qui, parce qu’il s’avère assez stable dès le début du xve siècle, exige un bâtiment propre396 ; il sera consolidé institutionnellement en 1413397. Dès les dernières décennies du xive siècle, il démontre qu’au nom du Général, il peut exercer son pouvoir sur l’ensemble du territoire, ce dont le roi est incapable : le roi ne peut pas exiger de prélèvement sur tout le pays, alors qu’en revanche la Députation du Général le fait avec succès398. Elle exerce sa fonction fiscale sur le territoire399, mais elle a aussi la capacité de négocier avec le monarque, invoquant sa représentativité avec un dyanmisme économique qui lui permet des prises de position politique spécifiques400.

  • 401 J. A. Sesma, « Instituciones parlamentarias del reino de Aragón en el tránsito a la edad moderna » (...)
  • 402 E. Guinot, « El patrimoni reial al País Valencià a inicis del segle xv », Anuario de Estudios Medi (...)
  • 403 A.M. de Lleida, livre d’actes 400, fol. 2-3.
  • 404 A.H. de la Ciutat de Girona, 1. 2. 1, liasse 17, livre 1, fol. 40v.
  • 405 A.M. de Lleida, livre d’actes 400, fol. 52rv.
  • 406 A.H. de la Ciutat de Barcelona, B-XI, vol. 21, fol. 295.
  • 407 A.C.A., Chancellerie, reg. 2219, fol. 80rv.
  • 408 A. Estrada-Rius, Una Casa per al General de Catalunya, Barcelone, Departament de la Presidència de (...)

100La Députation du Général naît comme un intéressant mécanisme des dirigeants des états pour contrôler les aides offertes au monarque401. Mais l’argumentation sur laquelle elle s’appuie engendre une institution justifiée par le fait qu’elle est la représentation permanente de l’ensemble du pays, qui, dans sa permanence, est très singulière dans le contexte européen et facilite la division entre el general de Catalunya et le monarque. La simple dualité inhérente à la réalité institutionnelle d’une fiscalité du roi et d’une autre dépendant des états généraux402 contribue déjà à affermir une cohésion autour de la représentativité du pays bien séparée de la légitimité du monarque. L’insertion de l’institution représentative dans la quotidienneté de la gestion politique, fiscale et sociale du pays en fait une mémoire permanente grâce à la diffusion d’expressions qui soulignent son caractère représentatif : il faudra écouter les administradors del General403, auxquels on s’adressera comme molts savis senyors los administradors del General de Cathalunya, comme le fait le conseil municipal de Gérone en 1389404, et l’on s’occupera, pour les dépenses, de la messió del General405, ou l’on traitera els censals morts que aquesta ciutat fahia per lo general de Cathalunya, comme il est dit à Barcelone en 1397406, tout en remplissant les exigences fiscales des collecteurs du droit du sceau général de Catalogne (avec lequel ils marquaient les produits soumis à une prestation fiscale)407. Tout naturellement, l’acquisition déjà évoquée d’un local à Barcelone, en 1400, pour y établir le siège permanent de l’institution, est effectuée par les deputatis Generalis Cathalonie408.

  • 409 A. Riera, « La Diputació del General de Catalunya, 1412-1444 », Acta historica et archaeologica Me (...)
  • 410 M. R. Muñoz, Orígenes de la Generalidad Valenciana, Valence, Conselleria de Cultura, Educació i Ci (...)

101Le développement d’une institution qui fonde son pouvoir sur l’invocation d’une représentation permanente du pays, en affirmant une solidité et une fermeté qui fait défaut au roi, comme cela apparaît à l’évidence dans les premières décennies du xve siècle409, engendre et renforce à la fois la perception et la conviction que les états sont dotés d’une légitimité souveraine. De manière identique, c’est ce qui se produit aussi dans les députations des autres territoires constitutifs de la Couronne – Aragon et Valence –, où elles incarnent l’identité sans le monarque : on le dit explicitement à Valence en 1409, lo offici de la Diputació representàs tot lo regne410.

102Les représentants du territoire peuvent adopter des décisions concernant le territoire même en contradiction avec le monarque, mettant ainsi en évidence à qui appartient la souveraineté. En effet, après que la succession de Jean Ier, en 1396, ait été orientée par la ville de Barcelone vers son frère Martin, sans prendre en considération les possibles droits de sa fille Jeanne, au moment de proclamer le testament du défunt, des personnages importants des trois états – villes, nobles et supérieurs ecclésiastiques – déclarent :

  • 411 Cortes de Cataluña, Madrid, Real Academia de la Historia, 1901, t. 4, p. 57.

que si en lo dit testament havia alcunes coses derogants o adversants al dret que·l senyor Rey en Martí ha o a ell se pertanyen en los Regnes d’Aragó, de València, de Mallorques, de Sardenya e de Còrcega e en los Comtats de Barchinona, de Rosselló e de Cerdanya en aquelles los demunt notats no consentian ans hi dissentien expressament411.

  • 412 P. de Bofarull, Colección de Documentos Inéditos del archivo General de la Corona de Aragón, Barce (...)
  • 413 F. Sabaté, « El Compromís de Casp », dans E. Belenguer (éd.), Història de la Corona d’Aragó, op. c (...)
  • 414 J. Sanchís, Dietari del Capellá d’Anfos el Magnànim, Valence, Acción Bibliográfica Valenciana, 193 (...)
  • 415 P. Tomic, Històries e conquestes dels reis d’Aragó e comtes de Barcelona, Bagà, Centre d’Estudis B (...)

103Ceux qui s’érigent en représentants du pays ne redoutent donc pas de contredire le propre testament du monarque si celui-ci va à l’encontre de ce qu’ils interprètent comme les intérêts de la terre. Quelques années plus tard, en 1410, lorsque le roi Martin décède sans avoir eu de descendance, le parlement de la Catalogne bloque toute décision successorale venue de la famille royale et réserve les actions à une commission choisie par les états en guise des xii qui ladonchs affermaven representar lo magníffich Principat de Cathalunya e de la noble ciutat de Barchinona412. On s’en remet à une solution élective qui, après un interrègne de deux ans, aboutira lors de la rencontre de représentants provenant d’Aragon, de Valence et de Catalogne au compromis de Caspe413, afin que les états puissent helegir rey d’Aragó414, créant ainsi une forte relation entre le pays et le monarque, comme la définira Pere Tomic en 1448 : fou lo XI Rey de Aragó e comte de Barçelona, elegit per la terra415.

  • 416 J. M. Sans i Travé (dir.), Dietaris de la Generalitat de Catalunya, Barcelone, Departament de la P (...)
  • 417 J. E. Martínez-Ferrando, Pere de Portugal « rei dels catalans » vist a través dels registres de la (...)
  • 418 A. Balaguer y Merino, Don Pedro, el Condestable de Portugal, considerado como escritor, erudito y (...)
  • 419 J. M. Sans i Travé (dir.), Dietaris de la Generalitat de Catalunya, op. cit., p. 188.

104Partant du même principe, les difficiles relations entre le monarque et les états vers 1460 seront expliquées comme un conflit entre lo senyor rey e la terra à la suite d’algunes diferències que eren entre lo senyor rey e lo principat de Cathalunya. Les divergences mènent, précisément, à ce qu’en 1461 les états généraux augmentent leur représentativité moyennant le consell representant el Principat de Cathalunya416. Pourvus de cette légitimité, les états parviennent à destituer le monarque en 1462 en l’accusant de faillir aux engagements pris avec les représentants du pays, et à choisir un substitut tout de suite. Insistant encore plus sur cette représentativité du pays, en 1466, lors du décès d’un souverain choisi par les états, le connétable Pierre de Portugal, les représentants de la terre manqueront à son testament pour la succession au trône, parce que les représentants de la terre et, par conséquent, de la souveraineté, ont un pouvoir sur ce point417 : où lo senyor Rey en Pere Quart désigne comme successeur le fils de sa sœur, le prince Jean de Portugal418, los deputats (del General) ab lur consell, representants lo principat de Cathalunya, ab intervenció de la ciutat de Barchinona, elegiren en rey d’Aragó e comte de Barchinona lo il·lustríssimo senyor en Renat, rey de Sicília e comte de Prohença419.

  • 420 J. M. Pou i Martí, « Relacions del Papa Pius II amb Joan II d’Aragó i els catalans », dans Homenat (...)
  • 421 F. Sabaté, « El poder soberano en la Cataluña bajmedieval… », art. cité, p. 513-515.
  • 422 M. de Bofarull, Levantamiento y guerra de Cataluña en tiempos de don Juan II. Documentos relativos (...)
  • 423 J. E. Martínez-Ferrando, Pere de Portugal « rei dels catalans »…, op. cit., p. 289.
  • 424 J. Vicens Vives, Juan II de Aragón (1398-1479): monarquia y revolución en la España del siglo xv, (...)
  • 425 M. J. Peláez, Catalunya després de la guerra civil del segle xv, Barcelone, Curial, 1981, p. 202-2 (...)

105Au-delà des tensions sociales qu’elle implique, la guerre civile entre 1462 et 1472 est un conflit autour de la question de savoir si la souveraineté réside dans un roi par la grâce de Dieu, comme l’affirme explicitement le pape Pie II420, ou dans les états421. La victoire armée du premier réduit à néant la désignation de titulaires royaux comme chefs militaires d’une Catalogne gouvernée, en réalité, par los diputats del General de Cathalunya e lur consell representants lo dit Principat422, sous forte influence de la ville de Barcelone423. Le modèle politique défait par les armes était celui de la traduction institutionnelle de la cohésion de la Catalogne en elle-même, prétendant articuler le pays comme si son territoire et ses gens, dans la conscience collective, constituaient une des républiques municipales italiennes idéalisées qui réservait au roi guère plus qu’un rôle de condottiere militaire424. Toutefois, la déroute des états et de leurs prétentions n’altère pas le discours représentatif sur la cohésion de la Catalogne, bien que l’on essaie d’établir des ponts juridiques avec le monarque425. En fait, ce discours de cohésion collective de la Catalogne est l’un des héritages transmis aux siècles modernes.

Épilogue : la Catalogne unie en elle-même dans le combat par les puissances monarchiques dans l’Europe moderne

  • 426 E. Belenguer, Fernando el Católico. Un monarca decisivo en las encrucijadas de su época, Barcelone (...)
  • 427 J. A. Sesma, Fernando de Aragón. Hispaniarum rex, Saragosse, Departamento de cultura y educación d (...)
  • 428 M. A. Ladero, « Fernando II de Aragón, el rey católico. El estado », dans Fernando II de Aragón, e (...)
  • 429 R. B. Tate, « La geografia humanística y los historiadores del siglo xv », dans Actas del cuarto C (...)
  • 430 A. de La Torre, Documentos sobre relaciones internaciones de los Reyes Católicos, Barcelone, Conse (...)
  • 431 N. Fejic, Les Espagnols à Dubrovnik…, op. cit., p. 197.

106Le rapprochement dans la diplomatie ibérique entre les Trastamare mène par voie matrimoniale à ce qu’un même monarque règne à partir de 1479 sur la Couronne d’Aragon et celle de Castille426. L’éloignement physique du roi qui s’ensuit427 facilite l’obtention de ressources économiques à la suite de pétitions aux institutions catalanes428 ; partout les approches culturelles accentuent la perspective humaniste autour de l’Hispanie429, en cohérence avec un souverain satisfait de régir nuestros reynos de Espanya ou nuestras naciones de Spanya430. Dans le même temps, la perception extérieure est aussi de plus en plus hispanique : dès 1499, le consul des Catalans à Raguse est Perottus Toriglie, mercator Catellanus, consul in civitate Ragusii vassalorum serenissimi et catholici Regis Hyspanie431.

  • 432 M. Pérez Latre, « La Diputació del General de Catalunya al Rosselló. La Col·lecta i Diputació loca (...)
  • 433 M. Pérez Latre, Entre el rei i la terra. El poder polític a Catalunya al segle xvi, Vic, Eumo, 200 (...)
  • 434 M. A. Ladero, Los Reyes Católicos : la Corona y la Unidad de España, Madrid, Asociación Francisco (...)
  • 435 F. Sabaté, « Corona de Aragón », art. cité, p. 386-387.
  • 436 J. A. Sesma, « Instituciones parlamentarias del reino de Aragón… », art. cité, p. 233-234.
  • 437 A. Casals, L’Emperador i els catalans. Catalunya a l’Imperi de Carles V (1516-1543), Granollers, E (...)
  • 438 T. de Montagut, « Pactisme o absolutisme a Catalunya : les grans institucions de govern (s. xv-xvi (...)
  • 439 J. L. Palos, Catalunya a l’imperi dels Àustria. La pràctica de govern (segles xvi i xvii), Lleida, (...)

107Dans ce contexte, la Députation du Général conserve sur tout le territoire catalan une fonction fiscale432 et une position politique renforcée, entretenue par sa représentativité de la terre et ne dépendant formellement que des états généraux433, alors que le monarque se présente en infériorité face à l’indépendance formelle et à la capacité de contrôle de ces institutions434. Mais on peut mettre en cause à la fois la véritable portée sociale des institutions représentatives du territoire catalan – ces mêmes mécanismes de consolidation les ont pratiquement détachées des états généraux, renforçant en 1455 une formule d’élection combinant cooptation et insaculation (où le sort décide seul)435. Les institutions de la terra demeurent ainsi entre les mains d’un petit groupe qui contrôle les institutions représentatives et n’hésite pas à employer leurs possibilités institutionnelles en fondant leur argumentation sur le bien collectif pour conforter leurs intérêts436. Bien qu’une Couronne qui ne dépende pas des aides économiques catalanes puisse restreindre l’action institutionnelle collective – il n’y a pas d’états généraux sans convocation royale437 – l’argument de la représentativité valide l’action des états. Celle-ci est pleinement assumée par la Députation du Général, clairement justifiée comme représentation permanente et institutionnalisée des états et, par conséquent, de la terre. Ainsi, la Députation du Général invoque une représentativité qui lui permet de s’en tirer à son honneur face aux officiers royaux dans des moments de renforcement de la monarchie hispanique comme la seconde moitié du xvie siècle. Même les états généraux de 1599 établissent que le monarque est dépourvu de la capacité d’établir seul le droit en Catalogne : pour cela, il a besoin des états, de sorte que la legislació privativa del monarca no podrà mai derogar el dret paccionat438. La limite imposée au monarque contraste avec le pouvoir de la terre et donc de ses représentants, comme on prétend l’imposer en 1640, en réclamant les pleins pouvoirs pour convoquer les états non pour le roi mais pour les représentants permanents de la terre, c’est-à-dire la Députation du Général439.

  • 440 J. Villanueva, « Francisco Calça y el mito de la libertad originaria de Cataluña », Revista de his (...)
  • 441 A. Simon i Tarrés (dir.), Cavallers i ciutadans a la Catalunya del cinc-cents, Barcelone, Curial, (...)
  • 442 J. L. Palos, R. Ragués, « Les institucions catalanes a l’època moderna i l’ascens dels juristes », (...)
  • 443 J. Villanueva, « El debat sobre la constitució de l’observança a les corts catalanes de 1626-1632  (...)
  • 444 A. Simon i Tarrés, Els orígens ideològics de la revolució catalana de 1640, Barcelone, Publicacion (...)
  • 445 M. Pérez Latre, Entre el rei i la terra, op. cit., p. 259-272.
  • 446 M. Gaille-Nikodimov (dir.), Le gouvernement mixte. De l’idéal politique au monstre constitutionel (...)

108On prétend justifier cette personnalité de la Catalogne par la représentativité exercée au Moyen Âge. À partir de 1588, la réinterprétation du capitulaire offert par Charles le Chauve à Barcelone en 844 permet de prétendre que les Barcelonais se sont affranchis eux-mêmes de la domination musulmane et qu’ils s’offrirent aussitôt aux Carolingiens en échange d’avantages fiscaux, militaires et judiciaires engageant le futur440. Ce point de départ s’ajoute à l’invocation des états généraux de 1283 et du compromis de Caspe de 1412 pour justifier le pouvoir des représentants du pays441. La monarchie hispanique est vue en Catalogne comme limitée par les « lois fondamentales » d’origine carolingienne442 : comme on suppose qu’elles valident la pratique médiévale, ces lois imposent au monarque de partager le pouvoir législatif avec les représentants du pays443. De la sorte, l’action revendicatrice des institutions représentatives de la terre, la prise en charge de leur cohésion et l’interprétation d’une singularité tenant à une reconnaissance juridique spécifique dont l’origine remonte au ixe siècle et dûment acceptée tout au long du Moyen Âge, forment la base de l’argumentation qui nourrit l’affrontement croissant avec les positions royales, aux tendances plus absolutistes444. Les conditions de natif (natural) de la terre et celle de sujet du roi peuvent s’opposer et se déchirer, le premier agglutiné autour de la Députation du Général de la Catalogne, le second autour de la monarchie hispanique445. Ainsi, le cas particulier catalan s’intègre en réalité dans la tension globale entre les gouvernements mixtes issus du Moyen Âge et la centralisation absolutiste moderne446.

  • 447 M. Parets, De los muchos sucesos dignos de memoria, op. cit., p. 435-436.
  • 448 A. Iglesia, « Pau Claris y la soberanía catalana. Notas », dans Actas del IV Symposium de Historia (...)
  • 449 J. Villanueva, Política y discurso histórico en la España del siglo xviii. Las polémicas sobre los (...)

109Aussi la tension éclate-t-elle en une nouvelle guerre quand, en 1640, los deputats del General del Principat de Cathaluña agissant comme uniques représentants du Principat de Cataluña y comptats de Rosselló y Çerdaña destituent le monarque espagnol Philippe IV447, et plus tard, en 1641, offrent le trône à Louis XIII de France, qui allait recevoir l’ensemble avec le titre de comte de Barcelone448. La controverse qui se prolonge jusqu’au traité des Pyrénées en 1659 sera, remarquablement, un échange d’arguments historiques sur les origines du pays, dont le contenu allait conditionner tous les siècles postérieurs449.

  • 450 A. Simon i Tarrés, Construccions polítiques i identitats nacionals…, op. cit., p. 472-474.
  • 451 Id., Del 1640 al 1705. L’autogovern de Catalunya i la clase dirigent catalana en el joc de la polí (...)
  • 452 J. Juan Vidal, « Los reinados de Felipe V y Fernando VI », dans Política interior i exterior de lo (...)
  • 453 X. Torres i Sans, Naciones sin nacionalismo. Cataluña en la monarquía hispánica (siglos xvi-xvii), (...)

110La singularité et la personnalité de la terre continueront à être défendues par les institutions représentatives d’origine médiévale et par les revendications de l’élite dirigeante450, du moins jusqu’à la nouvelle confrontation guerrière au début du xviiie siècle451 qui, après la défaite de 1714, conduira aux décrets de Nova Planta, à partir de 1715, dans lesquels le premier roi de la dynastie des Bourbon d’Espagne abolit toutes les institutions représentatives d’origine médiévale existant en Catalogne452. En cette période d’extinction forcée, on constate une conscience populaire de vivre la fin d’une époque, comme l’attestent non plus des publicistes mais de simples mémorialistes ruraux qui évoquent la fin des libertés et la conquesta de Catalunya. Toutefois, la rapide adaptation au nouveau contexte du xviiie siècle met en évidence la nécessité des élites d’adapter leur discours, comme elles le feront à nouveau au siècle suivant, quand il sera plus approprié de revendiquer la mémoire passée453.

111La référence identitaire part donc du progressif rapprochement social et économique de la population située sur un territoire soumis à des circonstances similaires, ce qui permet de partager des traits communs, surtout d’ordre culturel, comme la langue. Une perception interne partagée en provient, avec la conscience d’une proximité et, en même temps, on parvient à une perception externe, qui comprend cette singularité. À partir de là, l’élite dirigeante inclut ces traits dans le discours de prééminence qu’elle élabore, dans le but délibéré de concevoir une représentativité collective. C’est pour cela que l’explication revendique des origines et un parcours communs, contredisant s’il le faut les discours élaborés par ses adversaires dans le jeu du pouvoir, et surtout le monarque, car en définitive le cadre est défini par des règles de jeu contemporaines qui, à la fin du Moyen Âge, ne seront autres que la confrontation entre collectivités afin d’être en position avantageuse au moment de devoir accorder des paix toujours fondées sur le pacte. La traduction institutionnelle du discours de cohésion fait donc partie des objectifs indispensables. Ce schéma s’unit au contexte propre à l’élite dirigeante urbaine qui, avec l’aide d’auteurs et de vulgarisateurs influents – surtout des mendiants – a digéré les arguments fondant la reconnaissance des collectivités à la fin du Moyen Âge, c’est-à-dire au moment de revendiquer, avec un sort différent partout en Europe en fonction des positionnements respectifs, les états face au roi, les conciles face au pape, et les municipalités face aux princes. On comprend ainsi la similitude, dans le cas catalan, avec les positions municipalistes, en cohérence avec le poids dirigeant que revendique la capitale du pays, Barcelone ; et on comprend aussi l’incidence sur la direction politique du pays, d’autant plus que l’interlocuteur est un monarque totalement dépourvu de juridiction et de revenus. L’adaptation au contexte des siècles modernes impose un nouveau type d’affrontement, où les vecteurs de cohésion sont entre les mains de monarques de plus en plus identifiés à l’État. Quoi qu’il en soit, l’identité de la Catalogne a ainsi joué un rôle spécifique dans le pactisme propre au bas Moyen Âge et, sans solution de continuité, dans la revendication d’une monarchie mixte aux siècles modernes. Dans tous les cas, la cohésion du pays invoquée a été la courroie de transmission des exigences des élites dirigeantes au moyen d’arguments permettant de construire une réalité commune. Les éléments constitutifs de l’identité, en définitive, trouvent le mortier de leur construction dans les discours du pouvoir, c’est-à-dire dans les stratégies des groupes dirigeants et le jeu qui s’ensuit à la recherche des équilibres qui concilieront les parties en tension dans une société commune.

Notes

1 J. Calmette, La question des Pyrénées et la Marche d’Espagne au Moyen Âge, Paris, J. B. Janin, 1947, p. 24-25.

2 N. Font y Sagué, Historia de Catalunya, Barcelone, Altés, 1933, p. 44.

3 M. Zimmermann, « Le concept de Marca Hispanica et l’importance de la frontière dans la formation de la Catalogne », dans P. Sénac (éd.), La Marche supérieure d’Al-Andalus et l’Occident Chrétien, Madrid, Casa de Velázquez/Universidad de Zaragoza, 1991, p. 29-48.

4 F. Sabaté, « Catalunya Medieval », dans A. Balcells (éd.), Història de Catalunya, Barcelone, L’Esfera dels Llibres, 2004, p. 124.

5 F. Sabaté, « Corona de Aragón », dans P. A. Porras, E. Ramírez, F. Sabaté, La época medieval. Administración y gobierno, Tres Cantos, Istmo (Historia de España, 8), 2003, p. 239-243.

6 F. Sabaté, « El nacimiento de Cataluña. Mito y realidad », dans Fundamentos medievales de los particularismos hispánicos. IX Congreso de estudios medievales, Ávila, Fundación Sánchez-Albornoz, 2005, p. 230-231.

7 P. de Marca, Marca Hispanica sive limes hispanicus, Barcelone, Base, 1998, col. 1014.

8 J. Torras i Bages, La tradició catalana, Barcelone, Selecta, 1966, p. 139-140 ; E. Junyent, La Pau i Treva, Barcelone, Rafael Dalmau, 1975, p. 19-27.

9 F. Fita, « Cortes y usajes de Barcelona en 1064 », Boletín de la Real Academia de la Historia, 16-17, 1890, p. 389-393.

10 F. Valls i Taberner, Estudis d’història jurídica Catalana, Málaga, Universidad de Málaga, 1989, p. 60.

11 A. Bori y Fontestà, Historia de Cataluña, Barcelone, Imprenta de Henrich y Cª, 1898, p. 60.

12 F. Sabaté, « The Catalonia on the 10th-12th centuries and the historiographic definition of Feudalism », Catalan Historical Review, 3, 2010, p. 38.

13 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du xe à la fin du xie siècle, Toulouse, Association des publications de l’université de Toulouse-Le Mirail, 1976, t. 2, p. 732.

14 P. Bonnassie, « Sur la formation du féodalisme catalan et sa première expansion (jusqu’à 1150 environ) », dans J. Portella (éd.), La formació i expansió del feudalisme català. Actes del colloqui organitzat pel collegi Universitari de Girona (8-11 de gener de 1985), Gérone, Col·legi universitari de Girona/Universitat Autònoma de Barcelona, 1985-1986, p. 20-21.

15 C. González Mínguez, « La multiplicación de los reinos (1035-1072) », dans V. A. Álvarez Palenzuela (éd.), Historia de España de la Edad Media, Barcelone, Ariel, 2002, p. 204.

16 P. Ortí, « La primera articulación del estado feudal en Cataluña a través de un impuesto: el bovaje (ss. xii-xiii) », Hispania, 61/209, 2001, p. 973.

17 A. J. Kosto, Making Agreements in Medieval Catalonia. Power, Order, and the Written Word, 1000-1200, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

18 F. Sabaté, La feudalización de la sociedad catalana, Grenade, Universidad de Granada, 2007.

19 F. Sabaté, « Armengol IV », dans Diccionario Biográfico Español, Madrid, Real Academia de la Historia, 2010, t. 5, p. 445-447.

20 F. Sabaté, L’expansió territorial de Catalunya (segles ix-xii) : Conquesta o repoblació ?, Lleida, Universidad de Lleida, 1996, p. 68-92.

21 F. Sabaté, El territori de la Catalunya medieval, Barcelone, Rafael Dalmau, 1997, p. 267-274.

22 M. Zimmermann, « Des pays catalans à la Catalogne : genèse d’une représentation », dans P. Sénac, Histoire et archéologie des terres catalanes au Moyen Âge, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 1995, p. 80.

23 Y.-F. Tuan, Topophilia. A study of Enviromental Perception. Attitudes and values, Englewood Cliffs, Prentice-Hall, 1974.

24 Y.-F. Tuan, « Environment, behaviour, and thought », dans F. W. Boal, D. N. Livingstone (éd.), The Behavioural Environment. Essays in Reflection, Application and Re-evaluation, Londres/New York, Routledge, 1989, p. 77-81.

25 P. Y. Villeneuve, « Géographie de la perception et méthode dialectique », Cahiers de géographie du Québec, 29/77, 1985, p. 241-260.

26 J. Vidal i Alcover, El Llibre de Mallorca (Liber Maiorichinus), Barcelone, Fundació Jaume 1, 1979, p. 3-67.

27 J. E. Ruiz Domènec, A propósito de Alfonso, rey de Aragón, conde de Barcelona y marqués de Provenza, Barcelone, Real Academia de Buenas Letras/Universitat Autònoma de Barcelona, 1996, p. 27.

28 C. Devic, J. Vaissete, Histoire générale de Languedoc, Toulouse, E. Privat, 1879, t. 6, p. 33.

29 T. N. Bisson, « Le Conflent, le Vallespir et la Cerdagne d’après les censiers et comptes fiscaux des premiers comtes-rois de Barcelone (1151-1213) », dans Conflent, Vallespir et montagnes catalanes. Actes du LIe Congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon (Prades et Villefranche-de-Conflent, 10 et 11 juin 1978), Montpellier, Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, 1980, p. 71-75.

30 T. N. Bisson, The Crisis of the Twelfth Century. Power, Lordship and the Origins of European Government, Princeton, Princeton University Press, 2009, p. 375-377.

31 T. N. Bisson, « Feudalism in Twelfth-Century Catalonia », dans Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen, xe-xiiie siècles. Bilan et perspectives de recherches, Rome, École française de Rome, 1980, p. 185-192.

32 A. Gouron, « Un assaut en deux vagues : la diffusion du droit romain dans l’Europe du xiisiècle », dans A. Iglesia Ferreiros (éd.), El dret Comú i Catalunya. Actes del Ier Simposi Internacional (Barcelona, 25-26 de maig de 1990), Barcelone, Fundació Noguera, 1991, p. 47-63.

33 T. N. Bisson, Tormented Voices. Power, Crisis and Humanity in Rural Catalonia, 1140-1200, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1998, p. 117-138.

34 J. E. Ruiz-Domènec, La memoria de los feudales, Barcelone, Argot, 1984, p. 113-266.

35 F. Sabaté, « Les villes des pays de l’Europe méditerranéenne au bas Moyen Âge : espace et pouvoir », dans Ciutats mediterrànies: civilització i desenvolupament, Barcelone, Institut d’Estudis catalans, sous presse.

36 T. N. Bisson, Fiscal Accounts of Catalonia under the Early Count-Kings, 1151-1213, Berkeley/Los Angeles/Londres, University of California Press, 1984, t. 1, p. 23-150.

37 Id., « L’essor de la Catalogne : identité, pouvoir et idéologie dans une société du xiie siècle », Annales ESC, 39/3, 1984, p. 455.

38 F. Sabaté, « El nacimiento de Cataluña… », art. cité, p. 241-242.

39 T. N. Bisson, « Ramon de Caldes (c. 1135-1199). Dean of Barcelona and King’s Minister », dans K. Pennington, R. Somerville (éd.), Law, Church and Society. Essays in Honor of Stephan Kutner, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1977, p. 281-292.

40 J. M. Salrach, « El Liber Feudorum Maior i els comptes fiscals de Ramon de Caldes », dans Documents Jurídics de la Història de Catalunya, Barcelone, Departament de Justícia de la Generalitat de Catalunya, 1986, p. 23-26.

41 A. M. Aragó, J. Trenchs, « Las escribanías reales catalano-aragonesas de Ramón Berenguer IV a la minoría de Jaime I », Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos, 80, 1979, p. 425-430.

42 F. Sabaté, Vegueries i sotsvegueries de Catalunya, Barcelone, Institut d’Estudis catalans, sous presse.

43 J. P. Rubiés, J. M. Salrach, « Entorn de la mentalitat i la ideologia del bloc de poder feudal a través de la historiografia medieval fins a les quatre grans cròniques », dans La formació i expansió del feudalisme català…, op. cit., p. 480-481.

44 M. Sánchez, El naixement de la fiscalitat d’Estat a Catalunya, segles xii-xiv, Vic/Gérone, Eumo/ Universitat de Girona, 1995, p. 38.

45 F. Sabaté, « Corona de Aragón », art. cité, p. 300-313.

46 T. N. Bisson, « The problem of Feudal Monarchy : Aragon, Catalonia and France », Speculum, 53, 1978, p. 47-72.

47 F. Sabaté, « Poder i territori durant el regnat de Jaume I. Catalunya i Aragó », dans M. T. Ferrer, Jaume I. Commemoració del VIII centenari del naixement de Jaume I, Barcelone, Institut d’Estudis catalans, 2011, p. 62-66.

48 S. P. Bensch, Barcelona and its Rulers, 1096-1291, Cambridge, Cambridge University Press, 1995, p. 170-233.

49 J. Canal et al., Girona comtal i feudal, 1000-1190, Gérone, Servei municipal de publicacions de l’ajuntament de Girona, 1996, p. 85-87.

50 P. Daileader, De vrais citoyens. Violence, mémoire et identité dans la communauté médiévale de Perpignan, 1162-1397, Canet, Trabucaire, 2004, p. 79-100.

51 F. Sabaté, Història de Lleida. Alta edat mitjana, Lleida, Pagès, 2003, p. 355-366.

52 J. Puig i Cadafalch, A. de Falguera, J. Goday, L’arquitectura romànica a Catalunya, Barcelone, Institut d’Estudis catalans, 2001, t. 2, p. 10.

53 X. Hernàndez, Ensenyar Història de Catalunya, Barcelone, Graó, 1990, p. 121.

54 J. Moran, « La llengua catalana en els seus orígens i en relació amb les altres llengües de l’Europa carolíngia », dans Catalunya a l’època carolíngia. Art i cultura abans del romànic (segles ix i x): 16 diciembre 1999-27 febrero 2000, Barcelone, Diputació de Barcelona/Museu Nacional d’Art de Catalunya, 1999, p. 130.

55 X. Barral, Contre l’art roman ? Essai sur un passé réinventé, Paris, Fayard, 2006, p. 260-261.

56 A. M. Badia, La formació de la llengua catalana, Barcelone, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 1991, p. 102-104.

57 A. M. Badia, « L’Alt Urgell i el català occidental naixent », dans J. Bruguera, J. Massot (dir.), Actes del Cinquè Colloqui Internacional de Llengua i Literatura Catalanes (Andorra, 1-6 d’octubre de 1979), Barcelone, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 1980, p. 349-377.

58 X. Terrado, « Llengua, identitat i territori. La Ribagorça comtal », dans F. Sabaté (éd.), L’Edat mitjana. Món real i espai imaginat, Catarroja, Afers, 2012, p. 71-78.

59 S. Sobrequés, Els barons de Catalunya, Barcelone, Vicens-Vives, 1989, p. 17.

60 A. Bosc, Sumari, índex o epítome dels admirables i nobilíssims títols d’honor de Catalunya, Rosselló i Cerdanya, Barcelone, Curial, 1974, p. 172-173.

61 J. Ventura, Alfons el Cast. El primer comte-rei, Barcelone, Editorial Aedos, 1961, p. 130-131.

62 P. Vidal, Histoire de la ville de Perpignan depuis les origines jusqu’au Traité des Pyrénées, Paris, H. Welter, 1897, p. 34.

63 M. Aurell, Les noces du comte. Mariage et pouvoir en Catalogne, 785-1213, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 353.

64 P. Benito, « L’expansió territorial ultrapirenenca de Barcelona i de la Corona d’Aragó: guerra, política i diplomàcia (1067-1213) », dans M. T. Ferrer, M. Riu (éd.), Tractats i negociacions diplomàtiques de Catalunya i de la Corona catalanoaragonesa a l’edat mitjana, Barcelone, Institut d’Estudis catalans, 2009, p. 67-78.

65 S. Augé et al., Saint-Bertrand-de-Comminges, le chœur Renaissance. Saint-Just de Valcebrère, l’église romane, Graulhet, Odyssée, 2000, p. 8 ; L. Macé, Les comtes de Toulouse et leur entourage, xiie-xiiie siècles, Toulouse, Privat, 2003, p. 93-94.

66 F. Valls Taberner, « Els orígens dels comtats de Pallars i Ribagorça », Estudis Universitaris Catalans, 9, 1913-1916, p. 22 ; E. Ibarra, « La reconquista de los Estados pirenaicos hasta la muerte de D. Sancho el Mayor », Hispania, 6, 1942, p. 49.

67 F. Valls Taberner, Privilegis i ordinacions de les valls pirenenques, t. 1, Vall d’Arán, Barcelone, Impremta de la Casa de Caritat, 1917, p. 11.

68 J. Laffitte, S. Soupol, H. Féraud, Langues d’Oc, langues de France, Monein, Princi Negue, 2006, p. 36-38.

69 F. Fernández Rei, « Plurilingüismo y contacto de lenguas en la Romanía europea », dans J. E. Gargallo, M. R. Bastardas (éd.), Manual de lingüística románica, Barcelone, Ariel, 2007, p. 488.

70 F. Miquel, Liber Feudorum Maior, Barcelone, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 1945, t. 1, p. 131.

71 J. Reglà, Francia, la Corona de Aragón y la frontera pirenaica. La lucha por el Valle de Arán (siglo xiii-xiv), Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 1951, t. 1, p. 38-40.

72 M. de Riquer, Los trovadores. Historia literaria y textos, Barcelone, Ariel, 1983, t. 2, p. 683.

73 F. Soldevila, Història de Catalunya, Barcelone, Alpha, 1963, t. 1, p. 202.

74 F. Sabaté, « Els primers temps: segle xii (1137-1213) », dans E. Belenguer (éd.), Història de la Corona d’Aragó, Barcelone, Edicions 62, 2007, t. 1, p. 62-65.

75 F. Sabaté, « Els eixos articuladors del territori medieval català », dans L’estructuració territorial de Catalunya. Els eixos cohesionadors de l’espai, Barcelone, L’Avenç, 2000, p. 55.

76 F. Sabaté, « La divisió territorial de Catalunya : les vegueries », dans B. de Riquer (éd.), Història, política, societat i cultura dels Països Catalans, Barcelone, Enciclopèdia catalana, 1996, t. 3, p. 304.

77 F. Sabaté, « Poder i territori durant el regnat de Jaume I… », art. cité, p. 65-67.

78 D. J. Kagay, « Pere Albert: Barcelona canon, royal, advocate, feudal theorist », Anuario de Estudios Medievales, 32/1, 2002, p. 40-46.

79 P. Albert, « Commemoracions », dans J. Rovira i Armengol (éd.), Usatges de Barcelona i Commemoracions de Pere Albert, Barcelone, Barcino, 1933, p. 185, p. 187.

80 L. Genicot, Europa en el siglo xiii, Barcelone, Editorial Labor, 1976, p. 95.

81 V. Garcia Edo, « La monarquia de Jaume I », dans M. T. Ferrer (éd.), Jaume I. Commemoració del VIII centenari…, op. cit., p. 55.

82 F. Sabaté, « El poder soberano en la Cataluña bajomedieval: definición y ruptura », dans F. Foronda, J.-P. Genet, J. M. Nieto (dir.), Coups d’état à la fin du Moyen Âge ? Aux fondements du pouvoir politique en Europe occidentale, Madrid, Casa de Velázquez, 2005, p. 484-498.

83 J. M. Font i Rius, Estudios sobre els drets i institucions locals en la Catalunya medieval, Barcelone, Publicacions i edicions de Universitat de Barcelona, 1985, p. 334-400.

84 M. Alvira, El Jueves de Muret, 12 de Septiembre de 1213, Barcelone, Universitat de Barcelona, 2002, p. 522-592.

85 A. Santamaría, Ejecutoria del Reino de Mallorca, Palma de Majorque, Ajuntament de Palma, 1990, p. 24-25.

86 P. López Elum, Los orígenes de los Furs de València y de las Cortes en el siglo xiii, Valence, Pedro López Elum, 1998, p. 58.

87 X. Hernàndez, Ensenyar Història de Catalunya, op. cit., p. 127.

88 A. Furió, Història del País Valencià, Valence, Edicions Alfons el Magnànim, 1995, p. 23-80.

89 P. Cateura, Mallorca en el segle xiii, Palma de Majorque, El Tall, 1997, p. 30-42.

90 E. Guinot, Els fundadors del regne de València. Repoblament, antroponímia i llengua a la València medieval, Valence, Tres i Quatre, 1999, t. 1, p. 237-262.

91 J. M. Nadal, M. Prats, Història de la llengua catalana, Barcelone, Edicions 62, 1993, t. 1, p. 250-255.

92 P. Cateura, « Las cuentas de la colonización feudal (Mallorca, 1231-1245) », En la España Medieval, 20, 1997, p. 57-141.

93 E. Guinot, « Donamus et concedimus vobis. Monarquia i senyorialització del patrimonio reial al País Valencià en temps de Jaume II », dans XV Congreso de historia de la Corona de Aragón (Jaca, 1993). El poder real en la Corona de Aragón (siglos xiv-xvi), 1/1, Saragosse, Gobierno de Aragón, departamento de Educación y Cultura, 1996, p. 221-235.

94 D. Coulon, « La Corona de Aragón y los mercados lejanos mediterráneos (siglos xii-xv) », dans J. A. Sesma, La Corona de Aragón en el centro de su historia, 1208-1458, Saragosse, Universidad de Zaragoza, 2010, p. 281-292.

95 J. E. Ruiz Domenec, « ¿Por qué la conquista de Sicilia? Una lectura receptiva de Desclot », dans La società mediterranea all’epoca del Vespro. XI Congresso di Storia della Corona d’Aragona (Palermo-Trapani-Erice 25-30 aprile 1982), Palerme, Accademia di scienze, lettere e arti, 1984, t. 4, p. 161-180.

96 F. Sabaté, « Jaume II i la demarcació i la delimitació de la Corona d’Aragó », dans A. Casals (éd.), Les fronteres catalanes i el Tractat dels Pirineus, Cabrera de Mar, Galerada, 2009, p. 82-83.

97 N. Fejic, Les Espagnols à Dubrovnik (Raguse) au Moyen Âge, Belgrade, Prosveta, 1988.

98 D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient au Moyen Âge. Un siècle de relations avec l’Égypte et la Syrie-Palestine (ca 1330-ca 1430), Madrid/Barcelone, Casa de Velázquez/Institut Europeu de la Mediterrània, 2004.

99 F. Giunta, La Sicília catalana, Barcelone, Rafael Dalmau, 1988.

100 F. C. Casula, La tercera via de la historia, Pisa, Edizioni ETS, 2000, p. 82-116.

101 A. Arribas, La conquista de Cerdeña por Jaime II de Aragon, Barcelone, Instituto Español de Estudios Mediterráneos, 1952 ; F. C. Casula, La Sardenya catalano-aragonesa. Perfil històric, Barcelone, Rafael Dalmau, 1985.

102 G. Sorgia, Sardenya i Còrsega des de la infeudació fins a Alfons « el Magnànim », Barcelone, Rafael Dalmau, 1968.

103 A. Ryder, Alfonso el Magnánimo, rey de Aragon, Nápoles y Sicilia, 1396-1458, Valence, Alfons el Magnànim, 1992, p. 221-527.

104 E. Marcos, Almogàvers. La història, Barcelone, L’Esfera dels Llibres, 2005.

105 A. Pérez, « Notícia d’un inventari de l’arxiu de la catedral de Barcelona (els béns d’un barceloní a Tebes) », dans Homenatge a la memòria del professor Emilio Sáez, Barcelone, Universitat de Barcelona, 1989, p. 139-149.

106 D. Duran, Kastellórizo, una isla griega bajo dominio de Alfonso el Magnánimo (1450-1458). Colección documental, Barcelone, Consejo Superior de Investigaciones Científicas/Institución Milá y Fontanals, departamento de estudios medievales, 2003.

107 A. Ryder, « The Eastern Policy of Alfonso the Magnanimous », Atti della Accademia Pontaniana, 28, 1979, p. 7-25.

108 P. Bonneaud, Le prieuré de Catalogne, le couvent de Rhodes et la couronne d’Aragon, 1415-1447, Millau, Conservatoire Larzac templier et hospitalier, 2004.

109 F. Sabaté, « Orden y desorden. La violencia en la cotidianidad bajomedieval catalana », Aragón en la Edad Media, 14-15, 1999, p. 1401.

110 R. Muntaner, Crònica, chap. 207 et 217 ; Les quatre grans cròniques, éd. par F. Soldevila, Barcelone, Selecta 1983, p. 854, p. 939.

111 P. Sardina (éd), Registri di lettere e atti, 1395-1410, Palerme, Municipio di Palermo, 1994, p. 118.

112 F. C. Casula, Carte reali diplomatiche di Giovanni I il Cacciatore, re d’Aragona, riguardanti l’Italia, Padoue, A. Milani, 1977, p. 103 ; A. Boscolo (dir.), I Parlamenti di Alfonso il Magnanimo, 1421-1452, Cagliari, Consiglio regionale della Sardegna (Acta curiarum Regni Sardiniae, 3), 1993, p. 95.

113 P. Sardina (éd), Registri di lettere e atti, 1395-1410, op. cit., p. 38.

114 A. Boscolo (dir.), I Parlamenti di Alfonso il Magnanimo, op. cit., p. 137.

115 G. Meloni (dir.), Il parlamento di Pietro IV d’Aragona, 1355, Cagliari, Consiglio regionale della Sardegna (Acta Curiarum Regni Sardiniae, 2), 1993, p. 169.

116 N. Fejic, Les Espagnols à Dubrovnik…, op. cit., p. 165, p. 177.

117 H. Bresc, G. Bresc-Bautier, M. Giuffré, « Au cœur de l’empire d’Aragon », dans H. Bresc, G. Bresc-Bautier (éd.), Palerme, 1070-1492. Mosaïque de peuples, nation rebelle : la naissance violente de l’identité sicilienne, Paris, Autrement, 1993, p. 161-191.

118 P. Tola, Codex Diplomaticus Sardiniae, Turin, Augustae Taurinorum, 1861, t. 1, p. 817.

119 F. C. Casula, La Sardenya catalano-aragonesa…, op. cit., p. 41.

120 Id., Carte reali…, op. cit., p. 64.

121 C. Bilello, A. Massa (éd.), Registro di lettere, 1348-49 e 1350, Palerme, Municipi di Palermo, Assessorato alla Cultura, Archivio Storico, 1993, p. 13, p. 60, p. 101.

122 Ibid., p. 119, p. 172, p. 256.

123 C. Bilello, F. Buonanni, A. Massa (éd.), Registro di lettere, 1350-1351, Municipi di Palermo, Assessorato alla Cultura, Archivio Storico, 1999, p. 83.

124 L. Sciascia (éd.), Registri di lettere, 1321-22 e 1335-36, Palerme, Municipi di Palermo, Assessorato alla Cultura, Archivio Storico, 1987, p. 94, p. 172. De même, P. Corrao (éd.), Registri di lettere ed atti, 1328-1333, Palerme, Archivio storico del Comune, 1986, p. 253.

125 D. Santoro (éd.), Registri di lettere e Ingiunzioni, 1391-1393 e 1394, Palerme, Municipi di Palermo, Assessorato alla Cultura, Archivio Storico, 2002, p. 209.

126 F. de Moxó, « La coyuntura económica catalana-aragonesa y el repliegue de Benedicto XIII de Porto Venere a Port Vendres (1403-1408) », dans Jornades sobre el Cisma d’Occident a Catalunya, les Illes i el País Valencià (Barcelona-Peníscola, 19-21 d’abril de 1979), Barcelone, Institut d’Estudis catalans, 1986, t. 1, p. 119.

127 E. Dupré-Theseider, « La política italiana di Alfonso il Magnanimo », dans IV Congreso de Historia de la Corona de Aragón, Palma de Majorque, Diputación Provincial de Baleares, 1955, t. 1, p. 234.

128 V. d’Alessandro, « Spazio geografico e morfologie sociali nella Sicilia del basso Medievo », dans M. Tangheroni (dir.), Commercio, finanza, funzione pubblica. Stranieri in Sicilia e Sardegna nei secoli xiii-xv, Naples, Liguori, 1989, p. 7.

129 N. Fejic, Les Espagnols à Dubrovnik…, op. cit., p. 155.

130 Ibid., p. 207.

131 Ibid., p. 217-218.

132 N. Fejic, Les Espagnols à Dubrovnik…, op. cit., p. 114-276.

133 A. M. Compagna Perrone Capano, « L’uso del catalano a Napoli », dans XVI Congresso Internazionale di Storia della Corona d’Aragona. Celebrazioni Alfonsine, t. 1, Naples, Paparo, 2000, p. 1353-1364.

134 R. Alemany, « Ausiàs March i el context literari valencià del segle xv », dans G. Martin, M.-C. Zimmermann (éd.), Ausiàs March (1400-1459). Premier poète en langue catalane, Paris, Publications du seminaire d’études médiévales hispaniques de l’université de Paris 13, 2000, p. 7-19.

135 A. Serra, « È cosa catalana. La Gran Sala de Castelnuovo en el contexto mediterráneo », dans XVI Congresso Internazionale di Storia della Corona d’Aragona…, op. cit., p. 1787-1799.

136 D. Abulafia, A Mediterranean emporium. The Catalan kingdom of Majorca, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 11.

137 V. d’Alessandro, « Spazio geografico e morfologie sociali nella Sicilia… », art. cité, p. 7.

138 D. Igual, « La formación de élites económicas: banqueros, comerciantes y empresarios » et J. A. Sesma, « El comercio exterior de la Corona por vías terrestes, un comercio intenso y fragmentado », dans J. A. Sesma, La Corona de Aragón…, op. cit., respectivement p. 153-160 et p. 345-363.

139 F. Giunta, Aragonesi e Catalani nel Mediterraneo, Palerme, U. Manfredi, 1972, t. 2, p. 11 : Questa dissociazione fra interessi aragonesi ed interessi catalani non è un dato puramente esteriore. Essa affonda le sue radici nella diversa struttura sociale ed economica del regno d’Aragona e della contea di Barcellona, – l’una a carattere feudale e ad economia prevalentemente agricola, l’altra borghese con interessi soprattutto mercantili –, ed in quello chi possiamo considerare il differente imperativo geopolitico, che condiziona le vita dei due Stati. E questa opposizione di interessi è di grandi importanza e di considevole gravità non soltanto per i suoi riflessi in sede di politica interna, ma anche perchè constituì la limitazione più consistente all’espansionismo marinaro catalano.

140 J. Lalinde, « De la nacionalidad aragonesa a la regionalidad », Revista Jurídica de Cataluña, 72/3, 1973, p. 48.

141 J. A. Sesma, « El sentimiento nacionalista en la Corona de Aragón y el nacimiento de la España moderna », dans A. Rucquoi (éd.), Realidad e imágenes del poder. España a fines de la Edad Media, Valladolid, Ámbito, 1988, p. 224-225.

142 Cortes de Cataluña, Madrid, Real Academia de la Historia, 1896, t. 1, p. 157.

143 A.C. de la Noguera, fonds Balaguer, parchemin 71.

144 J. A. Sesma, « Aragón en el tránsito a la modernidad », dans Historia de Aragón. I. Generalidades, Saragosse, Institución Fernando el Católico, 1989, p. 186.

145 F. Sabaté, « Corona de Aragón », art. cité, p. 449-450.

146 D. Bidot-Germa, « Le discours national des officiers publics et des représentants aux États dans la principauté de Béarn au xve siècle (1391-1517) », dans J.-P. Barraqué, C. Thibon, Les variantes du discours régionaliste en Béarn, Orthez, Gascogne, s. d., p. 60.

147 Cortes de Cataluña, Madrid, Real Academia de la Historia, 1912, t. 16, p. 117.

148 F. Sabaté, « El poder reial entre el poder municipal i el poder baronial a la Catalunya del segle xiv », dans Actas del XV Congreso de Historia de la Corona de Aragón, 1/2, Saragosse, Gobierno de Aragón, departamento de educación y cultura, 1996, p. 327-342.

149 G. Giordanengo, « Les feudistes (xiie-xve s.) », dans A. Iglesia (dir.), El dret comú i Catalunya. Actes del II Simposi Internacional (Barcelona, 31 maig-1 juny de 1991), Barcelone, Fundació Noguera, 1992, p. 67-139.

150 W. Ullmann, « The Medieval theory of Legal and Illegal Organisations », Law Quarterly Review, 60, 1944, p. 288-289.

151 J. A. Sesma, « La nobleza bajomedieval y la formación del estado moderno en la Corona de Aragón », dans La nobleza peninsular en la Edad Media. VI Congreso de Estudios Medievales (Leon, 1997), Ávila, Fundación Sánchez Albornoz, 1999, p. 472.

152 P. Evangelisti, « Per un’etica degli scambi economici. La funzione civile del mercato in Eiximenis e nella pedagogia politica franciscana (1273-1493) », Caplletra, 48, 2010, p. 211-236.

153 T. de Montagut, « El baile general de Cataluña (notas para su estudio) », Hacienda Pública Española, 84, 1984, p. 73-76.

154 F. Sabaté, « La governació al Principat de Catalunya i als comtats de Rosselló i Cerdanya », Anales de la Universidad de Alicante. Historia Medieval, 12, 1999, p. 21-25.

155 F. Sabaté, « El veguer a Catalunya. Anàlisi del funcionament de la jurisdicció reial al segle xiv », Butlletí de la Societat Catalana d’Estudis Històrics, 6, 1995, p. 153-159.

156 F. Sabaté, « Veguer », dans J. Mestre, Diccionari d’història de Catalunya, Barcelone, Edicions 62, 1992, p. 1001-1002.

157 J. M. Mas, Les corts a la corona catalano-aragonesa, Barcelone, Rafael Dalmau, 1995, p. 29-49.

158 F. Sabaté, « Estamentos, soberanía y modelo político en la Cataluña bajomedieval », Aragón en la Edad Media, 21, 2009, p. 245-263.

159 F. Sabaté, « Regnat de Martí I. El govern del territori i els bàndols », dans M. T. Ferrer (éd.), Martí I l’Humà, el darrer rei de la dinastia de Barcelona (1396-1410). L’interregne i el Compromís de Casp, Barcelone, Institut d’Estudis catalans, sous presse.

160 A. Ferrando, « Sobre una etiqueta historiogràfica de la literatura catalana: la “valenciana prosa” », Caplletra, 15, 1993, p. 11-30.

161 M. delle Piane, « Intorno ad una bolla papale, la Pastoralis cura di Clemente V », Rivista di storia del diritto italiano, 31, 1958, p. 23-56.

162 R. S. Chamberlain, « The concept of the señor natural as revealed by castilian law and administrative documents », The Hispanic American Historical Review, 19/2, 1939, p. 130-137.

163 Alfonso X, Las Siete Partidas. El Libro del Fuero de las Leyes, éd. par J. Sánchez-Arcilla, Madrid, Reus, 2004, Partida 4, titre 24, loi II, p. 675.

164 J. M. Salrach, « Memòria, poder i devoció: donacions catalanes a La Grassa (segles ix-xii) », dans P. Sénac, Histoire et archéologie des terres catalanes…, op. cit., p. 103-117.

165 J. Madaule, Le drame albigeois et l’unité française, Paris, Gallimard, 1973, p. 142.

166 R. Muntaner, Crònica, op. cit., p. 779, chap. 122.

167 Arxiu Històric (désormais A.H.) de la Ciutat de Barcelona, fonds municipal B-I, livre 9, fol. 17.

168 A.H. de la Ciutat de Girona, I. 1. 2. 1l, liasse 5, livre 3, fol. 26.

169 A.H. de la Corona d’Aragó, Cancelleria, reg. 2006, fol. 18v ; A.H. de la Ciutat de Barcelona, fonds municipal B-I, livre 13, fol. 52.

170 Arxiu Municipal (désormais A.M.) de Lleida, livres d’actes no 399, fol. 55v.

171 Archives Départementales (désormais A.D.) des Pyrénées-Orientales, 1B-120, fol. 2v.

172 A.D. Pyrénées-Orientales, 1B-196, fol. 5.

173 A.H. de Sabadell, parchemin 18 F1.

174 Bibliothèque nationale de France, Manuscrits Esp. 305, fol. 105v.

175 A.H. de la Ciutat de Girona, XV. 4, liasse 1, livre 4, non folioté.

176 A.H. de Tarragona, Secció II. 2 Economia i Hisenda 1377-1385. Plets i procesos 1377, no 12, fol. 9v.

177 J. L. Martín, Economía y sociedad en los reinos hispánicos de la Baja Edad Media, t. 1, Barcelone, El Albir, 1983, p. 250-253.

178 Cortes de Cataluña, Madrid, Real Academia de la Historia, 1896, t. 1, p. 143.

179 F. Sabaté, « Discurs i estratègies del pode reial a Catalunya al segle xiv », Anuario de Estudios Medievales, 25/2, 1995, p. 633.

180 Cortes de Cataluña, Madrid, Real Academia de la Historia, 1896, t. 1, p. 149.

181 J. Mutgé, « Alfons el Benigne i el monestir de Santes Creus », Anuario de Estudios Medievales, 14, 1984, p. 276.

182 A.D. Pyrénées-Orientales, 1B-179, fol. 13.

183 A.C. del Baix Ebre, General 13, fol. 2.

184 A.H. de la Ciutat de Girona, I. 1. 2. 1, liasse 1, livre 1, fol. 22.

185 Arxiu de la Corona d’Aragó (désormais A.C.A.), Chancellerie, Varia, 256 bis, fol. 1.

186 A. Masià de Ros, « La cuestión de los límites entre Aragón y Cataluña. Ribagorza y Fraga en tiempos de Jaime II », Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, 21, 1948, p. 180-181.

187 F. Sabaté, El territori de la Catalunya medieval, op. cit., p. 300-305.

188 M. Torras, El Libre verd de Manresa (1218-1902), Barcelone, Fundació Noguera, 1996, p. 84.

189 C. Guilleré, Llibre Verd de la ciutat de Girona (1144-1533), Gérone/Barcelone, Ajuntament de Girona/Fundació Noguera, 2000, p. 70.

190 A.H. de la Ciutat de Vic, llibre de Privilegis XIX, fol. 179v-180.

191 M. Turull et al., Llibre de Privilegis de Cervera, 1182-1456, Barcelone, Fundació Noguera, 1991, p. 151-153.

192 A.H. de la Ciutat de Girona XV. 4, lligall 1, livre 1, fol. 9.

193 A. Huici, Colección diplomática de Jaime I, el Conquistador, Valence, Hijos de F. Vives Mora, 1916, t. 1, p. 530.

194 P. de Bofarull, Procesos de las antiguas cortes y parlamentos de Cataluña, Aragón y Valencia, t. 8, Barcelone, J. E. Montfort, 1851, p. 114 ; A. Huici, Colección diplomática de Jaime I, el Conquistador, 3/1, Valence, Renovación tipográfica, 1922, p. 51.

195 Ibid., 2/2, p. 292-293.

196 C. Baudon de Mony, Relations politiques des comtes de Foix avec la Catalogne jusqu’au commencement du xive siècle, Paris, A. Picard et fils, 1896, t. 2, p. 281.

197 A. Rubió i Lluch, Documents per l’història de la cultura catalana medieval, Barcelone, Institut d’Estudis catalans, 1908, t. 1, p. 165.

198 J. M. Sans i Travé (dir.), Cort general de Montsó, 1382-1384, Barcelone, Generalitat de Catalunya, 1992, p. 80.

199 E. Fort i Cogul, « Excerpta documental de Santes Creus », Santes Creus. Boletín del Archivo Bibliográfico de Santes Creus, 1/5, 1957, p. 345.

200 A.H. de la Ciutat de Girona XV. 4, liasse 1, livre 1, fol. 2. On le répète l’année suivante : livre 3, non numéroté.

201 L. G. Constans, Diplomatari de Banyoles, Banyoles, Centre d’Estudis Comarcals de Banyoles, Secció d’estudis medievals, 1991, t. 4, p. 237.

202 A. Bosc, Sumari, índex o epítome…, op. cit., p. 77, p. 98.

203 M. Parets, De los muchos sucesos dignos de memoria que han ocurrido en Barcelona y otros lugares de Cataluña entre los años de 1626 a 1660, Madrid, Impr. de M. Tello, 1889, t. 2, p. 435-436.

204 J. H. Elliott, « Revueltas en la Monarquía Española », dans R. Forster, J. P. Greene (éd.), Revoluciones y rebeliones de la Europa moderna, Madrid, Alianza, 1984, p. 128-129.

205 A. Simon i Tarrés, Construccions polítiques i identitats nacionals. Catalunya i els orígens de l’estat modern espanyol, Barcelone, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 2005, p. 214.

206 J. A. Maravall, « Sobre la formación del régimen político territorial en Cataluña », dans VII Congreso de Historia de la Corona de Aragón, Barcelone, Viuda de Fidel Rodríguez Ferrán, t. 3, 1964, p. 199.

207 Arxiu Comarcal (désormais A.C.) del Baix Ebre, Paeria i Vegueria II, 36, non numéroté.

208 A.C. del Baix Ebre, Paeria i Vegueria I, 45, non numéroté.

209 A.H. de la Ciutat de Girona XV. 4, liasse 1, livre 1, fol. 2.

210 A.C. del Baix Empordà, parchemin 15.

211 A.C. de l’Urgell, llibre de la cort del Batlle 1, fol. 1.

212 A.C. de la Garrotxa, parchemin A-429.

213 F. Sabaté, « La governació al Principat de Catalunya i als comtats de Rosselló i Cerdanya », Anales de la Universidad de Alicante. Historia Medieval, 12, 1999, p. 25-27.

214 A.C.A., Diversos, fons institucionals, Governació General de Catalunya, reg. 1, fol. 16.

215 Cortes de Cataluña, Madrid, Real Academia de la Historia, 1912, t. 16, p. 117.

216 A.C.A., Chancellerie, reg. 2005, fol. 2v.

217 F. Sabaté, « Les routiers en Catalogne. Companyies estranyes qui eren entrades en lo Principat », sous presse.

218 A.H. de la Ciutat de Girona, I. 1. 2. 1, liasse 7, livre 1, fol. 18.

219 A.C.A., Chancellerie, reg. 1914, fol. 11.

220 Cortes de Catalunya, Madrid, s. n., t. 4, 1901, p. 301, p. 310.

221 A.H. de la Ciutat de Lleida, llibre d’actes 398, fol. 19v.

222 A.H. de la Ciutat de Barcelona, fonds municipal, B-VI, livre 1, fol. 103.

223 G. Ensenyat, « La catalanitat dels mallorquins de l’edat mitjana segons la Crònica de Pere el Ceremoniós », El Mirall, 18, 1988, p. 39-40.

224 F. Carreras y Candi, Pere Joan Ferrer, militar y senyor del Maresme, Barcelone, Impr. La Renaixensa, 1892, p. 104.

225 A.C.A., Chancellerie, reg. 2220, fol. 75.

226 R. Albert, J. Gassiot, Parlaments a las corts catalanes, Barcelone, Barcino, 1928, p. 38.

227 D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient au Moyen Âge…, op. cit., p. 61.

228 F. Eiximenis, Terç del Crestià, chap. 372 : Lo Crestià. Selecció, éd. par A. Hauf, Barcelone, Edicions 62/La Caixa, 1983, p. 147-148.

229 O. Perea, « Lírica anticonversa de los siglos xv y xvi: el “Credo glosado contra los judíos”, de Juan de Carvajal », dans R. Amran (éd.), Violence et identité religieuse dans l’Espagne du xve au xviie siècles, Paris/Amiens, Indigo/Université de Picardie Jules-Verne, 2011, p. 317.

230 G. Baudot, « Les antiquités mexicaines du P. Díaz de la Vega, O. F. M. », Mélanges de la Casa de Velázquez, 2, 1966, p. 302.

231 M. T. Ferrer i Mallol, « El Consolat de Mar i els Consolats d’Ultramar, instruments i manifestació de l’expansió del comerç català », dans M. T. Ferrer i Mallol, D. Coulon (éd.), L’expansió catalana a la Mediterrània a la baixa edat mitjana, Barcelone, Consell Superior d’Investigacions Científiques, 1999, p. 65-79.

232 D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient au Moyen Âge…, op. cit., p. 68-69.

233 J. M. Ruiz Povedano, « El consulado catalán de Málaga en época de los Reyes Católicos », En la España Medieval, 10, 1987, p. 423-424.

234 E. Ferreira, « El comercio Galicia-Valencia en la segunda mitad del siglo xv », dans Lluís de Santàngel i el seu temps, Valence, Ajuntament de València/Comissió Ve centenari de la Generalitat valenciana, 1992, p. 153.

235 P. Cateura, « El consulado medieval de Castilla en el reino de Mallorca », dans Actas del II Congreso de Historia de Andalucía (Córdoba, 1991), Séville/Cordoue, Consejería de Cultura y Medio Ambiente de la Junta de Andalucía/Obra social y cultural Cajasur, 1994, p. 296.

236 R. Rosselló, J. Bover, Cònsols de Castella i Portugal a Mallorca, Palma de Majorque, Consolat de Portugal, 1981, p. 7.

237 I. Szászdi León-Borja, « Sobre el consulado castellano de Mallorca en la baja edad media », Anales de la Universidad de Alicante. Historia Medieval, 10, 1994-1995, p. 217-218.

238 A. Paz y Melià, Series de los más importantes documentos del Archivo y Biblioteca del Excmo. Señor Duque de Medinaceli. 2ª Serie bibliográfica, Madrid, Imprenta de Blass, 1922, p. 436-480.

239 F. Sabaté, « La noció d’Espanya en la Catalunya medieval », dans F. Sabaté, J. Farré, El comtat d’Urgell a la Península Ibérica, Lleida, Pagès, 2002, p. 122.

240 P. Álvarez Rubiano, « El concepto de España según los cronicones de la Alta Edad Media », Príncipe de Viana, 3/7, 1942, p. 151.

241 D. Mansilla, La documentación pontificia hasta Inocencio III, 965-1216, Rome, Instituto español de estudios eclesiásticos (Monumenta Hispaniae Vaticana, sección registros, 1), 1955, p. 8-22.

242 L. Barrau Dihigo, J. Massó Torrents (éd.), Gesta comitum Barcinonensium, Barcelone, Impr. de la Casa de Caritat, 1925, p. 25.

243 J. García, A. Caballero, M. Fernández, « Alarcos medieval: La batalla de Alarcos », dans J. Zozaya, Alarcos’95. El fiel de la balanza, Tolède, Servicio de Publicaciones de la Junta de Comunidades de Castilla-La Mancha, 1995, p. 41-59.

244 M. de Riquer, Los trovadores. Historia literaria y textos, Barcelone, Ariel, 1983, t. 1, p. 600.

245 F. Sabaté, El territori de la Catalunya medieval, op. cit., p. 361-363.

246 Jaume I, Crònica o llibre dels Feits, éd. par F. Soldevila, Barcelone, Selecta, 1983, chap. 6, « Les quatre grans cròniques », p. 5.

247 R. Muntaner, Crònica, op. cit., chap. 211, p. 855.

248 F. Soldevila, « El concepte d’Espanya en la Crònica de Muntaner », Revista de Catalunya, 16, 1938, p. 176.

249 M. Coll i Alentorn, « Sobre el mot “espanyol” », Estudis Romànics, 13 : 1963-1968, 1970, p. 30-39.

250 F. Eiximenis, Com usar bé de beure e menjar. Normes morals contingudes en lo « Terç del Crestià », éd. par J. E. J. Gracia, Barcelone, Curial, 1977, p. 127.

251 F. Eiximenis, Terç del Crestià, op. cit., chap. 35, p. 187.

252 A.C.A., Reial Patrimoni, Mestre Racional, 1549, fol. 26v.

253 Jusqu’au dernier quart du xxe siècle dans les villages de Catalogne, les Espagnols parlant espagnol étaient connus comme castellans, bien que ne provenant pas de Castille au sens strict mais de toute région d’Espagne de langue castillane, comme nous le savons d’expérience.

254 A. Altisent, L’almoina reial a la cort de Pere el Cerimoniós, Tarragone, Abadia de Poblet, 1969, p. 208.

255 A.C. de l’Urgell, livre du conseil 3, fol. 41.

256 B. Cuart, « El Colegio de San Clemente de los Españoles de Bolonia en la Edad Moderna. Historiografia », dans L. E. Rodríguez-San Pedro, J. L. Polo (éd.), Universidades clásicas de la Europa Mediterránea: Bolonia, Coimbra y Alcalá. Miscelánea Alfonso IX, Salamanque, Universidad de Salamanca, 2006, p. 69-70.

257 P. Tamburri, « España en la Universidad de Bolonia: vida académica y comunidad nacional (siglos xiii-xiv) », Espacio, tiempo y Forma. Serie III. Historia Medieval, 10, 1997, p. 296-297.

258 P. Desportes, « El consulado catalán de Brujas (1330-1480) », Aragón en la Edad Media, 14-15, 1999, p. 375-381.

259 A. Paz y Melià, Series de los más importantes documentos del Archivo y Biblioteca del Excmo…, op. cit., respectivement p. 483, p. 481 et p. 485.

260 P. Desportes, « El consulado catalán de Brujas (1330-1480) », art. cité, p. 389-390.

261 A.M. de Lleida, livres d’actes, no 402, fol. 7v.

262 A.D. Pyrénées-Orientales 1B-120, fol. 10v.

263 A.D. Pyrénées-Orientales 1B-120, fol. 10v, 30v.

264 A.D. Pyrénées-Orientales 1B-257, fol. 141v, 6v.

265 A.D. Pyrénées-Orientales 1B-196, fol. 1.

266 A.D. Pyrénées-Orientales 1B-10, parchemin 1271.

267 A.H. de la Ciutat de Girona, I. 1. 2. 1, liasse 7, livre 1, fol. 19.

268 A.D. Pyrénées-Orientales 1B-196, fol. 32.

269 A.C.A., Chancellerie, reg. 483, fol. 252.

270 A.C.A., Chancellerie, reg. 551, fol. 25.

271 A.C.A., Chancellerie, reg. 1691, fol. 135.

272 Arxiu Capitular de Lleida, parchemins, tiroir 131, paquet 1, parchemin 15.

273 A.C.A., Chancellerie, reg. 2218, fol. 13rv.

274 A.C.A., Chancellerie, reg. 2219, fol. 62v.

275 A.D. Pyrénées-Orientales 1B-57, parchemin 1315.

276 A.D. Pyrénées-Orientales 1B-257, fol. 141v.

277 A.C.A., Chancellerie, reg. 2227, fol. 75.

278 F. Sabaté, « Poder i territori durant el regnat de Jaume I… », art. cité, p. 91-93.

279 A.C.A., Chancellerie, « Papeles por incorporar », Cervera, non numérotés.

280 A.H. de la Ciutat de Girona, I. 1. 2. 1, liasse 1, livre 2, fol. 98v.

281 A.H. de la Ciutat de Girona, I. 1. 2. 1, liasse 1, livre 1, fol. 56 ; liasse 5, livre 4, fol. 36.

282 A.H. Comarcal del Baix Ebre, Castellania i Temple, II. 6, fol. 6.

283 F. Sabaté, « El poder soberano en la Cataluña bajmedieval… », art. cité, p. 497-498.

284 A.C.A., Chancellerie, « Papeles por incorporar », Cervera, non numérotés.

285 A.C.A., Real Patrimonio, Batllia General, reg. 33, sense numerar.

286 A.H. de la Ciutat de Girona, I. 1. 2. 1, liasse 3, livre 1, fol. 2.

287 A.C.A., Chancellerie, reg. 363, fol. 30v.

288 A.C.A., Chancellerie, « Papeles por incorporar », Cervera, sans date, non numérotés.

289 A.M. de Lleida, livre d’actes 399, fol. 97rv.

290 A.C.A., Chancellerie, reg. 235, fol. 133.

291 A.C.A., Chancellerie, « Papeles por incorporar », Cervera, non numéroté.

292 A.H. de la Ciutat de Manresa, fonds du viguier, livre 3, non numéroté.

293 A.C.A., Chancellerie, « Papeles por incorporar », boîte 18, no 10, non numéroté.

294 A.H. de la Ciutat de Manresa, fonds du viguier, livre 3, non numéroté.

295 A.H. de la Ciutat de Girona, I. 1. 2. 1, liasse 1, livre 2, fol. 99.

296 P. Albert, « Commemoracions », art. cité, p. 185.

297 A.C.A., Monacals-Hisenda, reg. 892, fol. 41.

298 A.C.A., Chancellerie, reg. 1060, fol. 99.

299 J. M. Pons i Guri, Recull d’estudis d’història jurídica catalana, Barcelone, Fundacio Noguera, 1989, p. 69.

300 A.C. del Baix Ebre, clavari 33, p. 139.

301 A.C.A., Chancellerie, « Papeles por incorporar », boîte 18, no 10, non numéroté.

302 A.D. Pyrénées-Orientales 1B-363, fol. 33v-34.

303 A.C.A., Chancellerie, « Papeles por incorporar », 1379, non numéroté.

304 A.H. de la Ciutat de Barcelona, C-V, Pli Consuls de mer, non numéroté.

305 A.H. de la Ciutat de Manresa, fonds du viguier 4, non numéroté.

306 A.C.A., Chancellerie, reg. 48, fol. 59.

307 J. Villanueva, Memorias cronológicas de los condes de Urgel, Balaguer, Gráficas Romeu, 1976, p. 225-226.

308 A.C. de Manresa, fonds du viguier, livre 4, non numéroté.

309 A.C. de Manresa, fonds du viguier, livre 4, non numéroté.

310 A.C.A., Chancellerie, reg. 2014, fol. 1.

311 A.M. de Lleida, livre d’actes, fol. 16.

312 G. Minois, Du Guesclin, Paris, Fayard, 1993, p. 392-404.

313 J. Valdeón, Enrique II, 1369-1379, Palencia, Diputacion provincial de Palencia/La Olmeda, 1996, p. 115-116.

314 A.M. de Lleida, livre d’actes 401, fol. 37v.

315 A.C. del Baix Ebre, clavari 33, p. 133.

316 A.M. de Lleida, livre d’actes 397, fol. 61.

317 R. Tasis, Joan I. El rei caçador i músic, Barcelone, Editorial Aedos, 1959, p. 55-57.

318 A.M. de Lleida, livre d’actes 401, fol. 15.

319 I. J. Baiges, « El notariat català: origen i evolució », dans J. M. Sans i Travé, Actes del I Congrés d’Història del Notariat Català, Barcelone, Fundació Noguera, 1994, p. 141.

320 J. M. Pons i Guri, Llibre de la Universitat de la vila de Blanes, Blanes, Ajuntament de Blanes, 1969, p. 156.

321 A.D. Pyrénées-Orientales 1B-10, parchemin 1263.

322 A.C. del Baix Ebre, clavari, livre 36, p. 262.

323 A.C.A., Chancellerie, reg. 236, fol. 70.

324 A.H. de Manresa, fonds du viguier, livre 3, non numéroté.

325 A.C.A., Chancellerie, reg. 14, fol. 93.

326 A.D. Pyrénées-Orientales 1B-172, fol. 3.

327 A.C. del Baix Ebre, clavari, livre 24, p. 125.

328 A.C.A., Chancellerie, reg. 2220, fol. 25.

329 A.M. de Lleida, livre d’actes 460, fol. 7.

330 A.M. de Lleida, livre d’actes 397, fol. 40.

331 A.M. de Lleida, livre d’actes 398, fol. 63.

332 A.M. de Lleida, livre d’actes 398, fol. 44.

333 A.M. de Lleida, livre d’actes 406, fol. 5v-6.

334 A.D. Pyrénées-Orientales 1B-367, fol. 34v.

335 A.H. de la Ciutat de Barcelona, fonds municipal B-1, livre 18, fol. 14-15.

336 A.C. del Baix Ebre, Comú I. 26, non numéroté.

337 A.H. de la Ciutat de Girona, I. 1. 2. 1, liasse 7, livre 1, fol. 51v.

338 A.C. del Baix Ebre, Comú I. 26.

339 A.M. de Lleida, livre d’actes 400, fol. 30.

340 A.H. de la Ciutat de Girona I. 1. 2. 1, liasse 1, livre 2, fol. 51v.

341 A.C. d’Urgell, livre du conseil 3, fol. 6.

342 A.H. de la Ciutat de Girona I. 1. 2. 1, liasse 2, livre 1, fol. 6v.

343 A.M. de Lleida, livre d’actes 403, feuillet libre entre 6v et 7.

344 J. M. Roca, « Memorial de greuges que’ls missatgers de la ciutat de Valencia presentaren al rey Johan I d’Aragó », Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, 11, 1924, p. 76.

345 J. Hernando, « Obres de Francesc Eiximenis en biblioteques privades de la Barcelona del segle xv », Arxiu de Textos Catalans Antics, 26, 2007, p. 390-392.

346 P. Evangelisti, « Credere nel mercato, credere nella res publica. La comunità catalano-aragonese nelle proposte e nell’azione politica di un esponente del francescanesimo mediterraneo: Francesc Eiximenis », Anuario de Estudios Medievales, 33/1, p. 74.

347 F. Eiximenis, Dotzè llibre del Crestià, éd. par X. Renedo, Gérone, Universitat de Girona/Diputació de Girona, 2005, p. 338.

348 T. de Reus, I. Planas, Llibre de Prades, Prades, Ajuntament de la Vila Comtal de Prades, 1982, p. 78.

349 A. de Fluvià, « Els comtes i el comtat de Prades », Anales del Instituto de Estudios Gerundenses, 25/1, 1979-1980, p. 159-163.

350 J. Bringué, « La qüestió de la fi del comtat de Pallars, cimal de la crisi baix-medieval », Collegats, 4, 1991, p. 185.

351 S. Vela, El Llibre de la Terra. Un llibre de privilegis, Andorre-la-Vieille, Arxiu Històric Nacional, 1997.

352 A.H. de la Ciutat de Girona, XV. 4, liasse 1, livre 1, fol. 4v.

353 F. Sabaté, El territori de la Catalunya medieval, op. cit., p. 410-411.

354 F. Sabaté, « La civiltà comunale del medioevo nella storigorafia spagnola: affinità e divergenze », dans A. Zorzi (dir.), La civiltà comunale italiana nella storiografia internazionale, Florence, Florence University Press, 2008, p. 118-125.

355 P. de Bofarull, Procesos de las antiguas cortes y parlamentos de Cataluña, Aragón y Valencia, Barcelone, J. E. Montfort, 1850, t. 6, p. 23.

356 Cortes de Cataluña, Madrid, Real Academia de la Historia, 1900, t. 3, p. 46.

357 F. Sabaté, « États et alliances dans la Catalogne du bas Moyen-Âge », dans F. Foronda, A. I. Carrasco, Du contrat d’alliance au contrat politique. Cultures et sociétés politiques dans la péninsule Ibérique à la fin du Moyen Âge, Toulouse, CNRS Éditions/Université de Toulouse-Le Mirail, 2007, p. 328-333.

358 F. Sabaté, « Estamentos, soberanía y modelo político… », art. cité, p. 263-269.

359 F. Sabaté, Cerimònies fúnebres i poder municipal a la Catalunya baixmedieval, Barcelone, Rafael Dalmau, 2003, p. 12-14.

360 A.H. de la Ciutat de Barcelona, fonds municipal B-I, livre 27, fol. 29.

361 Cortes de Catalunya, Madrid, Real Academia de la Historia, 1901, t. 4, p. 257.

362 O. Oleart, « La terra davant del monarca. Una contribució per a una tipologia de l’assemblea estamental catalana », Anuario de Estudios Medievales, 25/2, 1995, p. 593.

363 J. M. Mas, Les corts a la corona catalano-aragonesa, op. cit., p. 36.

364 D. Monfar, Historia de los Condes de Urgel, Barcelone, J. E. Montfort, 1853, t. 2, p. 21.

365 R. d’Abadal, Pere el Cerimoniós i els inicis de la decadència política de Catalunya, Barcelone, Edicions 62, 1987, p. 263-279.

366 T. de Montagut, Les institucions fiscalitzadores de la Generalitat de Catalunya. Des dels seus orígens fins a la reforma de 1413, Barcelone, Sindicatura de comptes de Catalunya, 1996, p. 103.

367 M. Coll I Alentorn, « La llegenda d’Otger Cataló i els nou barons », Estudis Romànics, 1, 1947-1948, p. 1-47.

368 B. de Puigpardines, Sumari d’Espanya, Valence, Universitat de València, 2000, p. 64-65.

369 E. Duran, Sobre la mitificació dels orígens històrics nacionals catalans, Barcelone, Institut d’Estudis catalans, 1991, p. 14.

370 A. Boscolo (dir.), I Parlamenti di Alfonso il Magnanimo, op. cit., p. 102.

371 A.M. de Lleida, livre d’actes 400, fol. 52.

372 A.H. de la Ciutat de Girona, I. 1. 1. 1, liasse 1, livre 1, fol. 1.

373 M. S. Kempshall, The Common Good in Late Medieval Political Thought, Oxford/New York, Clarendon Press, 1999.

374 É. Lecuppre-Desjardin, A.-L. Van Bruaene (éd.), De bono Communi. The Discourse and Pratice of the Common Good in the European City (13th-16th c), Turnhout, Brepols, 2010.

375 A.C.A., Chancellerie, reg. 1403, fol. 83v.

376 A.M. de Lleida, livre d’actes 399, fol. 18v-19.

377 A.H. de la Ciutat de Barcelona, fonds municipal, B-I, livre 24, fol. 103.

378 A.C.A., Chancellerie, reg. 2221, fol. 68.

379 A.C.A., Chancellerie, reg. 1913, fol. 110v.

380 J. M. Gay, « La creació del dret a Corts i el control institucional de la seva observança », dans Les Corts a Catalunya. Actes del congrés d’història institucional, 28, 29 i 30 d’abril de 1988, Barcelone, Departament de Cultura de la Generalitat de Catalunya, 1991, p. 86-96.

381 J. M. Gay, « La legislació de la Cort i el control de la seva observança », L’Avenç, 74, 1984, p. 68-71.

382 A.H. de la Ciutat de Girona, XV. 4, liasse 1, livre 1, fol. 8v.

383 M. Sánchez, « La evolución de la fiscalidad regia en los países de la Corona de Aragón (ca 1280-1356) », dans Europa en los umbrales de la crisis, 1250-1350. XXI Semana de Estudios Medievales, Estella, 18 a 22 de Julio de 1994, Pampelune, Departamento de Educación y Cultura del Gobierno de Navarra, 1995, p. 415-416.

384 A.M. de Lleida, livre d’actes 399, fol. 48rv.

385 Cortes de Cataluña, Madrid, Real Academia de la Historia, 1900, t. 3, p. 20-22.

386 A.M. de Lleida, livre d’actes 399, fol. 70.

387 P. Ortí, M. Sánchez, M. Turull, « La génesis de la fiscalidad municipal en Cataluña », Revista d’Història Medieval, 7, 1996, p. 125-126.

388 J. Sobrequès, « L’estat català a la baixa edat mitjana: les Corts, la Generalitat i el Consell de Cent », Cuadernos de Historia Económica de Cataluña, 18, 1978, p. 45 : Originàriament el terme General de Catalunya designava la reunió de les Corts; Corts i General de Catalunya volien dir exactament el mateix.

389 F. Udina, Privilegios reales concedidos a la ciudad de Barcelona, Barcelone, Archivo de la Corona de Aragon, 1971, p. 117.

390 M. Sánchez, « La nova fiscalitat d’Estat », dans C. Bergés, M. Sánchez, El naixement de la Generalitat de Catalunya, Cervera, Museu Comarcal de Cervera, 2003, p. 61-62.

391 M. T. Ferrer, « Les corts de Catalunya i la creació de la Diputació del General o Generalitat en el marc de la guerra amb Castella (1359-1369) », Anuario de Estudios Medievales, 34/2, 2004, p. 877-879.

392 M. T. Ferrer, Els orígens de la Generalitat de Catalunya, 1359-1413, Barcelone, Departament de la Vicepresidència de la Generalitat de Catalunya, 2009, p. 9-22.

393 M. Fibla, « Les corts de Tortosa i Barcelona 1365. Recapte del donatiu », Cuadernos de Historia Económica de Cataluña, 19, 1978, p. 97-127.

394 J. A. Sesma, « Fiscalidad y poder. La fiscalidad centralizada como instrumento de poder en la Corona de Aragón (siglo xiv) », Espacio, tiempo y forma, 4, 1989, p. 447-463.

395 J. A. Sesma, « La fijación de fronteras econòmicas entre los estados de la Corona de Aragón », Aragón en la Edad Media, 5, 1983, p. 141-163.

396 A. Estrada, « La Deputació del General de Catalunya dels orígens a la reforma de la cort de Barcelona de 1413 », dans C. Bergés, M. Sánchez, El naixement de la Generalitat de Catalunya, op. cit., p. 74.

397 I. Sánchez de Movellán, La Diputació del General de Catalunya, 1413-1479, Barcelone, Generalitat de Catalunya/Institut d’Estudis catalans, 2004, p. 101-110.

398 J. L. Martín, « Nacionalización de la sal y aranceles extraordinarios en Cataluña (1365-1367) », Anuario de Estudios Medievales, 3, 1966, p. 515-524.

399 A. Estrada, « Apunts per a l’estudi dels “deputats locals del General de Catalunya” (dels primers testimonis a la cort de Barcelona de 1413) », dans J. Serrano (éd.), El territori i les seves institucions històriques. Actes (Ascó, 28, 29 i 39 de novembre de 1997), Barcelone, Fundació Noguera, 1999, t. 2, p. 703-739.

400 F. Udina, « Prestamo de cinco galeras por la Generalidad al infante Martín », dans Martínez Ferrando, Archivero. Miscelánea de estudios dedicados a su memoria, Madrid, Asociación nacional de bibliotecarios, archiveros y arqueólogos, 1968, p. 487-489.

401 J. A. Sesma, « Instituciones parlamentarias del reino de Aragón en el tránsito a la edad moderna », Aragón en la Edad Media, 4, 1983, p. 225.

402 E. Guinot, « El patrimoni reial al País Valencià a inicis del segle xv », Anuario de Estudios Medievales, 22, 1992, p. 632.

403 A.M. de Lleida, livre d’actes 400, fol. 2-3.

404 A.H. de la Ciutat de Girona, 1. 2. 1, liasse 17, livre 1, fol. 40v.

405 A.M. de Lleida, livre d’actes 400, fol. 52rv.

406 A.H. de la Ciutat de Barcelona, B-XI, vol. 21, fol. 295.

407 A.C.A., Chancellerie, reg. 2219, fol. 80rv.

408 A. Estrada-Rius, Una Casa per al General de Catalunya, Barcelone, Departament de la Presidència de la Generalitat de Catalunya, 2000, p. 60.

409 A. Riera, « La Diputació del General de Catalunya, 1412-1444 », Acta historica et archaeologica Mediaevalia, 30, 2009-2010, p. 153-250.

410 M. R. Muñoz, Orígenes de la Generalidad Valenciana, Valence, Conselleria de Cultura, Educació i Ciència de la Generalitat Valenciana, 1987, p. 401.

411 Cortes de Cataluña, Madrid, Real Academia de la Historia, 1901, t. 4, p. 57.

412 P. de Bofarull, Colección de Documentos Inéditos del archivo General de la Corona de Aragón, Barcelone, J. E. Monfort, 1847, t. 2, p. 436.

413 F. Sabaté, « El Compromís de Casp », dans E. Belenguer (éd.), Història de la Corona d’Aragó, op. cit., t. 1, p. 187-304.

414 J. Sanchís, Dietari del Capellá d’Anfos el Magnànim, Valence, Acción Bibliográfica Valenciana, 1932, p. 102.

415 P. Tomic, Històries e conquestes dels reis d’Aragó e comtes de Barcelona, Bagà, Centre d’Estudis Baganesos, 1990, p. 261.

416 J. M. Sans i Travé (dir.), Dietaris de la Generalitat de Catalunya, Barcelone, Departament de la Presidència de la Generalitat de Catalunya, 1994, t. 1, p. 159, 161 et 163.

417 J. E. Martínez-Ferrando, Pere de Portugal « rei dels catalans » vist a través dels registres de la seva cancelleria, Barcelone, Institut d’Estudis catalans, 1936, p. 123.

418 A. Balaguer y Merino, Don Pedro, el Condestable de Portugal, considerado como escritor, erudito y anticuario (1429-1466). Estudio histórico-bibliográfico, Gérone, Impr. V. Dorca, 1881, p. 53.

419 J. M. Sans i Travé (dir.), Dietaris de la Generalitat de Catalunya, op. cit., p. 188.

420 J. M. Pou i Martí, « Relacions del Papa Pius II amb Joan II d’Aragó i els catalans », dans Homenatge a Antoni Rubió i Lluch. Miscellània d’Estudis literaris, històrics i lingüístics, Barcelone, Atenas A. G., 1936, t. 2, p. 379-380.

421 F. Sabaté, « El poder soberano en la Cataluña bajmedieval… », art. cité, p. 513-515.

422 M. de Bofarull, Levantamiento y guerra de Cataluña en tiempos de don Juan II. Documentos relativos a aquellos sucesos, t. 8, Barcelone, Imprenta del Archivo, 1861, p. 280.

423 J. E. Martínez-Ferrando, Pere de Portugal « rei dels catalans »…, op. cit., p. 289.

424 J. Vicens Vives, Juan II de Aragón (1398-1479): monarquia y revolución en la España del siglo xv, Pampelune, Urgoiti editores, 2003, p. 240-241.

425 M. J. Peláez, Catalunya després de la guerra civil del segle xv, Barcelone, Curial, 1981, p. 202-205.

426 E. Belenguer, Fernando el Católico. Un monarca decisivo en las encrucijadas de su época, Barcelone, Península, 1999, p. 71-81.

427 J. A. Sesma, Fernando de Aragón. Hispaniarum rex, Saragosse, Departamento de cultura y educación del Gobierno de Aragón, 1992, p. 123-232.

428 M. A. Ladero, « Fernando II de Aragón, el rey católico. El estado », dans Fernando II de Aragón, el rey Católico, Saragosse, Institución Fernando el Católico, 1996, p. 17-20.

429 R. B. Tate, « La geografia humanística y los historiadores del siglo xv », dans Actas del cuarto Congreso Internacional de Hispanistas (Salamanca, 1971), Salamanque, Asociación Internacional de Hispanistas/Universidad de Salamanca, 1982, p. 692-698.

430 A. de La Torre, Documentos sobre relaciones internaciones de los Reyes Católicos, Barcelone, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 1950, t. 2, p. 163 et 319.

431 N. Fejic, Les Espagnols à Dubrovnik…, op. cit., p. 197.

432 M. Pérez Latre, « La Diputació del General de Catalunya al Rosselló. La Col·lecta i Diputació local de Perpinyà (1560-1599) », Études roussillonnaises, 22, 2006, p. 145-154.

433 M. Pérez Latre, Entre el rei i la terra. El poder polític a Catalunya al segle xvi, Vic, Eumo, 2004, p. 33-74.

434 M. A. Ladero, Los Reyes Católicos : la Corona y la Unidad de España, Madrid, Asociación Francisco López de Gómara, 1989, p. 162-164.

435 F. Sabaté, « Corona de Aragón », art. cité, p. 386-387.

436 J. A. Sesma, « Instituciones parlamentarias del reino de Aragón… », art. cité, p. 233-234.

437 A. Casals, L’Emperador i els catalans. Catalunya a l’Imperi de Carles V (1516-1543), Granollers, Editorial Granollers, 2000, p. 55-128.

438 T. de Montagut, « Pactisme o absolutisme a Catalunya : les grans institucions de govern (s. xv-xvi) », Anuario de Estudios Medievales, 19, 1989, p. 670-671.

439 J. L. Palos, Catalunya a l’imperi dels Àustria. La pràctica de govern (segles xvi i xvii), Lleida, Pagès, 1994, p. 303-329.

440 J. Villanueva, « Francisco Calça y el mito de la libertad originaria de Cataluña », Revista de historia Jerónimo Zurita, 69-70, 1994, p. 75-87.

441 A. Simon i Tarrés (dir.), Cavallers i ciutadans a la Catalunya del cinc-cents, Barcelone, Curial, 1991, p. 100-114.

442 J. L. Palos, R. Ragués, « Les institucions catalanes a l’època moderna i l’ascens dels juristes », Pedralbes. Revista d’historia moderna, 13/1, 1993, p. 53-66.

443 J. Villanueva, « El debat sobre la constitució de l’observança a les corts catalanes de 1626-1632 », Manuscrits, 13, 1995, p. 271-272.

444 A. Simon i Tarrés, Els orígens ideològics de la revolució catalana de 1640, Barcelone, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 1999, p. 73-162.

445 M. Pérez Latre, Entre el rei i la terra, op. cit., p. 259-272.

446 M. Gaille-Nikodimov (dir.), Le gouvernement mixte. De l’idéal politique au monstre constitutionel en Europe, xiiie-xviie siècle, Saint-Étienne, Presses de l’université de Saint-Étienne, 2005.

447 M. Parets, De los muchos sucesos dignos de memoria, op. cit., p. 435-436.

448 A. Iglesia, « Pau Claris y la soberanía catalana. Notas », dans Actas del IV Symposium de Historia de la Administracion (Alcalá de Henares, 1982), Madrid, Instituto Nacional de Administración Pública, 1983, p. 401-450.

449 J. Villanueva, Política y discurso histórico en la España del siglo xviii. Las polémicas sobre los orígenes medievales de Cataluña, Alicante, Universitat d’Alacant, 2004, p. 109-187.

450 A. Simon i Tarrés, Construccions polítiques i identitats nacionals…, op. cit., p. 472-474.

451 Id., Del 1640 al 1705. L’autogovern de Catalunya i la clase dirigent catalana en el joc de la política itnernacional europea, Valence, Universitat de València/Institut d’Estudis catalans, 2011.

452 J. Juan Vidal, « Los reinados de Felipe V y Fernando VI », dans Política interior i exterior de los Borbones, Tres Cantos, Istmo, 2001, p. 119-133.

453 X. Torres i Sans, Naciones sin nacionalismo. Cataluña en la monarquía hispánica (siglos xvi-xvii), Valence, Universitat de València, 2008, p. 326-336.

Auteur

Université de Lleida (Catalogne)

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable