Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les marqueurs archéologiques du pouvoir

 | 
Olivier Brunet
, 
Charles-Édouard Sauvin

II. L’architecture : mise en scène et innovations

Temples et marques du pouvoir romain en Arabie romaine

Delphine Seigneuret

Résumé

The Roman Emperor Trajan annexed the Nabataean Kingdom in 106 A.D. apparently in a peaceful way. He thus created the new province of Arabia with the city of Bosra succeeding Petra as capital. The area remains prosperous: the Nabateans continue to build temples and villages. In A.D. 111, the Romans set up in the province a road connecting Damascus and Bosra to the Red Sea, passing by Petra: the Via nova traiana. We then observe the coexistence of two traditions: roman sanctuaries are established in the Decapolis cities (like in Amman, ancient Philadelphia, and in Jerash) because of the installation of imperial legionaries. In parallel, we can observe the construction or the embellishment of sanctuaries devoted to local cults (as in Khirbet edh-Dharih, Khirbet At-Tannur, Wadi Ramm and Qasr Rabbah) and a continuity of worship in Petra, which obtains the new statute of metropolis. The Nabataeans seem to have developed an authentic style by integrating into their art a Graeco-Roman imagery while preserving a Semitic worship within their temples. Are these constructions a mean of preserving autonomy and freedom of worship in the middle of a romanized province?
The aim of this study is to analyze how Nabataeans reacted at the architectural level as well at the religious level to the political power dominating over their former territory.

Texte intégral

  • 1 Cette étude traitant d’une période postérieure au ier siècle de notre ère en grande partie, les dat (...)
  • 2 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, XIX, 94-100, d’après Nehmé et Villeneuve, 1999, p. 22.

1La plus ancienne attestation des Nabatéens à Pétra remonte à 312 avant notre ère1, date à laquelle les Gréco-Macédoniens mènent une double expédition contre eux. Ces faits nous sont rapportés par Diodore de Sicile2. En 64 avant notre ère, Pompée, profitant de l’anarchie engendrée par des conflits locaux, crée la « province romaine de Syrie », ne supprimant pas le royaume nabatéen mais le plaçant sous tutelle romaine. Il souhaite ainsi mettre fin au désordre régnant dans la région en amorçant déjà l’annexion. Une dizaine de villes de fondation grecque situées au nord de l’actuelle Jordanie sont alors rassemblées sous le terme de Décapole. Nous savons entre autres que les cités de Gerasa (Jérash) et de Philadelphia (Amman) faisaient partie de cette confédération. Au tournant de l’ère chrétienne, le territoire nabatéen s’étend du nord-ouest de l’actuelle Arabie Saoudite jusqu’au nord du site de Bosra, dans le Hauran, au sud de la Syrie. Les rois Nabatéens se succèdent depuis la première moitié du iie siècle avant notre ère, avec Arétas ier, jusqu’en 106 de notre ère, date à laquelle l’empereur Trajan crée la « province romaine d’Arabie », annexant le royaume nabatéen à l’Empire romain, apparemment sans grand conflit. La ville de Bosra remplace Pétra comme capitale. L’empereur romain met fin au pouvoir politique nabatéen sans que soit profondément modifiée la vie quotidienne du peuple. Comme le montrent L. Nehmé et F. Villeneuve (1999, p. 29), des monnaies de bronze sénatoriales émises pour commémorer l’événement portent la légende Arabia adquisita, « l’Arabie acquise », et non capta, « conquise », ce qui aurait été logique en cas de conquête. La région demeure prospère et les Nabatéens continuent de bâtir des temples liés à un culte sémitique. De nombreux monuments sont toujours utilisés, sont embellis et agrandis ou bien sont érigés, aussi bien à Pétra que dans toute la Nabatène. Les villages continuent à se développer. En 111, les Romains construisent dans la province une route qui relie Damas et Bosra à la mer Rouge, en passant par Pétra : la Via nova traiana.

2De façon générale, le terme de « pouvoir » correspond à une entité souveraine qui met en place son influence sur une autre entité par différents moyens. Même si l’annexion romaine fut une opération militaire sans guerre, il est intéressant ici de s’interroger sur les marques du pouvoir romain discernables à travers l’architecture, la conception et le décor des temples de la partie centrale de l’ancien royaume nabatéen et donc d’observer les interactions nabatéo-romaines dans le domaine cultuel. Dans certains cas, les Nabatéens semblent développer un style spécifique en intégrant à leur décor une imagerie faisant allégeance à la puissance romaine, tout en conservant un culte sémitique au sein des temples. Serait-ce là un moyen de conserver une autonomie et une liberté de culte au cœur d’un cadre romanisé ?

3Avant l’annexion, beaucoup de sanctuaires, associés à un village ou non, jouent le rôle de centres locaux ou régionaux le long des principales routes caravanières, particulièrement entre Pétra et Madaba, au cœur du royaume, ainsi Dhiban et Dhat Râs. Par ailleurs, à la suite de l’annexion, des temples romains s’implantent en Décapole, comme à Philadelphia et à Gerasa, en raison peut-être de l’installation de groupes romanisés dans cette région précise. Parallèlement, nous pouvons constater que des sanctuaires voués à des cultes semble-t-il indigènes sont construits, comme à Khirbet edh-Dharih et à Khirbet at-Tannur, le long de la Via romana traiana. Quelles sont les caractéristiques propres à ces sanctuaires ? Y a-t-il coexistence de différents types de conceptions architecturales dans le domaine cultuel suite à l’annexion romaine ? Peut-on observer une conciliation entre la culture nabatéenne et la culture romaine sur le décor des façades d’édifices cultuels ? Perçoit-on les marques du pouvoir romain dans la région à travers l’architecture et le décor ? Si oui, quelles sont-elles ?

4Nous tenterons de répondre à ces questions en nous interrogeant sur différents lieux de cultes choisis selon trois critères essentiellement chronologiques et contextuels. Ces bâtiments sont construits au moment de l’annexion romaine ou un peu après. Certains sont érigés avant l’annexion mais subissent des remaniements et/ou des embellissements après 106. Enfin, les temples sélectionnés pour cette analyse sont issus de trois contextes différents : le milieu rural, l’ancienne capitale de la Nabatène devenue « métropole », Pétra, et le milieu urbain de la Décapole.

5La première partie de notre étude propose une brève présentation de la réaction nabatéenne en matière d’architecture et de conception des lieux de cultes au début du iie siècle, sous ce nouvel ordre politique. La seconde partie porte davantage sur les marques du pouvoir romain décelables dans le décor des temples en prenant l’exemple du sanctuaire de Khirbet edh-Dharih.

1) La conception et l’architecture des sanctuaires après l’annexion romaine en milieu rural, à Pétra et en Décapole

6Comme l’expliquent F. Villeneuve et Z. Al-Muheisen (2003, p. 83), un réseau de grands sites s’implante le long de la « Route des Rois » en Jordanie ; ceux-ci sont presque tous pourvus de sanctuaires. Nous ne considérons ici, pour ce qui est du milieu rural, que ceux édifiés ou fortement remaniés après l’annexion romaine, présentés selon leur implantation géographique, du nord au sud : Qasr Rabbah, Khirbet at-Tannur, Khirbet edh-Darih et le temple d’Allat au wadi Ramm.

7Même si Pétra perd son rôle de capitale, elle ne cesse de prospérer. La mainmise romaine sur la Nabatène à partir du iie siècle ne met pas fin à la vie économique et sociale de Pétra. En 114, la ville reçoit même le titre honorifique de métropole. Bosra devient la nouvelle capitale certainement en raison de son emplacement plus sûr à proximité de la province romaine de Syrie et de son essor économique récent. Des temples avaient été construits à Pétra dès le ier siècle avant notre ère (comme le temple aux Lions ailés et le Qasr al-Bint ; nous prenons également en compte le Great Temple, dont la fonction reste cependant sujette à controverses), mais, après l’annexion, on y décèle un regain de travaux d’agrandissement et la persistance de la dévotion au culte sémitique avec, parallèlement, des dédicaces aux empereurs romains.

8Pour constituer la nouvelle province, les Romains ajoutent à l’ancien royaume nabatéen les villes grecques de la Décapole, et notamment Gerasa (Jérash) et Philadelphia (Amman), où des temples dédiés respectivement à Zeus et peut-être à Hercule sont bâtis.

a) En milieu rural

9Les quatre temples présentés ci-après nous permettent d’avoir une idée plus précise de la conception des lieux de culte disséminés sur le territoire entre Pétra et Philadelphia.

10À environ 50 km au nord des sites de Khirbet edh-Dharih et de Khirbet at-Tannur et à une quinzaine de kilomètres de l’actuel chef-lieu de la Jordanie centrale, Karak, se trouve le site de Qasr Rabbah, fouillé dans les années 1990 par une équipe italienne menée par J. Calzini-Gysens et L. Marino (1999). Leurs études permettent de restituer un petit temple de plan presque carré mesurant 27 m de large sur 32 m de long. La façade principale, ouvrant vers l’est et précédée d’un porche à quatre colonnes d’ordre corinthien, est flanquée d’une tour de chaque côté. La porte principale, ménagée au centre de la façade, était à l’origine flanquée de pilastres engagés et de niches dont il reste quelques vestiges. Le temple se dresse sur une base constituée de trois assises avec trois accès donnant sur un vestibule qui mène lui-même à une cella tripartite. Les vestiges d’un escalier sont encore visibles dans la partie sud-ouest du bâtiment. Celui-ci est daté de la fin du iie siècle de notre ère ou du début du iiie siècle sur la base du décor, comme l’indiquent J. Calzini-Gysens et L. Marino (2001, p. 495).

11Le haut-lieu de Khirbet at-Tannur, situé sur le Jebel du même nom à 700 m d’altitude, se trouve à proximité du confluent du wadi al-Hasa et du wadi Laa‘ban, qui coulent à 400 m en contrebas, ainsi qu’à 8 km du site de Khirbet edh-Dharih. L’endroit nous est connu par une première étude menée par N. Glueck et son équipe dans les années 1930, par celle de L. Tholbecq dans les années 1990, puis par la reprise des travaux par J. McKenzie et son équipe dans les années 2000. Ces recherches ont permis de fournir une restitution hypothétique des éléments du site. Comme le détaille J. McKenzie (2003, p. 172), de plan presque carré (37 x 34 m), il est constitué d’une avant-cour qui mène à une seconde cour beaucoup plus petite au sein de laquelle se dresse un autel monumental accessible par une série de marches. De part et d’autre de la grande cour se déploient des salles de banquets cultuels.

12Situé à 70 km au nord de Pétra, le temple de Khirbet edh-Dharih (fig. 1) est fouillé depuis 1984 par une équipe franco-jordanienne dirigée par F. Villeneuve (professeur à l’université Paris 1) et Z. Al-Muheisen (professeur à l’université du Yarmouk). Les travaux de l’équipe ont permis d’établir la chronologie du site avec des traces d’occupation datant du Néolithique et du début de l’Âge du Bronze suivies de phases d’abandons et de réoccupations successives jusqu’au xvie siècle (Villeneuve, et Al-Muheisen, 2003, 2005). La période qui nous intéresse est la phase nabatéo-romaine, avec un temple édifié à la toute fin du ier ou au début du iie siècle de notre ère. Celui-ci est construit sur un temple nabatéen plus petit mais dont l’orientation (vers le nord-est) semble la même. Le sanctuaire est en outre associé à un village antique daté à peu près de la même époque.

Fig.1. Temple de Khirbet edh-Dharih

Fig.1. Temple de Khirbet edh-Dharih

Photo : D. Seigneuret.

13Le temple est constitué de deux parties distinctes : un vestibule accessible depuis la façade par une porte centrale, suivi d’une cella au fond de laquelle se dresse un podium cultuel monumental sur lequel on pouvait disposer des bétyles afin de les asperger du sang d’animaux sacrifiés, comme le mentionnent A. Chambon et al. (2002, p. 66).

14Le temple dédié à la divinité Allat, dans le désert du wadi Ramm (fig. 2), au sud de l’actuelle Jordanie, a été fouillé par D. Kirkbride, puis par L. Tholbecq à la fin des années 1990. Comme l’explique L. Tholbecq (2003, p. 259), de plan rectangulaire (23 x 19,2 m) avec une chapelle cubique dans sa cella, le bâtiment a connu différentes étapes de construction. D’abord conçu comme un petit temple périptère tétrastyle à la fin du ier siècle et au début du iie siècle, l’édifice est ensuite transformé en temple pseudo-diptère par ajout de murs entre les colonnes. Dans une phase ultérieure, des pièces annexes sont ajoutées sur les trois côtés du bâtiment. Les travaux semblent se poursuivre jusqu’au milieu du iie siècle d’après une inscription nabatéenne datée de 147. Lors des dernières extensions, un podium cultuel est érigé perpendiculairement à la façade du temple : il devait certainement servir à exposer des bétyles, comme à Khirbet edh-Dharih.

Fig.2. Temple du wadi Ramm

Fig.2. Temple du wadi Ramm

Photo : D. Seigneuret.

15Les temples de Khirbet edh-Dharih et du wadi Ramm nous prouvent la continuité du culte sémitique sous domination romaine : le podium pour l’exposition des bétyles et la circumambulation autour de ceux-ci, et les cryptes ; le tout traité selon les caractéristiques de l’architecture nabatéenne. Le temple de Qasr Rabbah présente cependant un caractère hybride. Quant au plan, il nous rappelle des monuments à tours de type proche-oriental, mais avec un traitement romain du décor. Ces édifices soulèvent des interrogations sur l’identité des commanditaires de ces temples ruraux. Il est en effet difficile de cerner la place prise par le pouvoir romain en matière de construction de lieux de culte, comme le suggère N. Bel (2001, p. 87). En outre, dans le cas des sanctuaires présentés ci-dessus, il s’agit certainement de chantiers locaux supervisés par des élites indigènes, comme en témoignent la conception des bâtiments et la préservation du culte nabatéen. N’oublions pas néanmoins que le site de Qasr Rabbah se trouve à proximité de Rabba, ancienne localité connue sous le nom d’Areopolis ou Rabbathmoab d’après les sources classiques. Le caractère romain de l’édifice pourrait être la conséquence de la présence proche de ce centre administratif.

16Le temple d’Allat au wadi Ramm n’a pas dû être négligé par les autorités provinciales : en dépit d’une architecture et d’un décor stuqué caractéristiques du savoir-faire nabatéen, des marques de la présence romaine y sont décelables. Il semble que les Romains entretenaient là une garnison permanente, comme le mentionne M. Sartre (1993, p. 175), afin de contrôler les mouvements des nombreux nomades de la région. De plus, nous savons que ce temple sémitique est resté en usage au moins jusqu’au milieu du iiie siècle comme le prouve une inscription latine sur un autel de grès. Il s’agit vraisemblablement d’une dédicace à la divinité Allat, faite au nom des empereurs par le gouverneur de la province d’Arabie en fonction en 259-260, indice de l’intérêt romain pour ce lieu de culte indigène.

b) À Pétra, l’ancienne capitale nabatéenne

17Dans le domaine cultuel, deux bâtiments, le Great Temple (fig. 3) et le Qasr al-Bint subissent des agrandissements au iie siècle. Le Great Temple, vaste complexe de plus de 7 000 m², a été fouillé durant les années 1990 par une équipe de la Brown University. D’après la description de M.S. Joukowsky (2003, p. 214), il est constitué d’une grande cour dont l’accès s’effectue au nord depuis la voie à colonnade du centre de Pétra. Cette cour est bordée par deux doubles portiques à colonnes. Deux escaliers latéraux permettent d’accéder à une cour supérieure dans laquelle se dresse le temple tétrastyle in antis. Le bâtiment est de plan rectangulaire et mesure 40 m de long sur 28 m de large. Avant ou au moment de l’annexion romaine, un odéon à gradins en hémicycle est inséré au centre du temple. Les hypothèses sont nombreuses à ce sujet : il se peut que durant cette période, l’ensemble monumental ait perdu sa vocation cultuelle et soit alors devenu un bouleuterion, le lieu de réunion pour les notables de Pétra.

Fig.3. « Great Temple » de Pétra

Fig.3. « Great Temple » de Pétra

Photo : D. Seigneuret.

18Comme le soulignent L. Nehmé et F. Villeneuve (1999, p. 168), l’importance du Qasr al-Bint est indiquée par sa position à l’aboutissement de la voie à colonnade de Pétra. De là, une porte monumentale mène à un vaste temenos au sein duquel se dressent un autel sacrificiel accessible par une volée de marches et le temple face à celui-ci. Le bâtiment est accessible par un escalier monumental de 27 marches occupant toute la largeur de la façade principale et menant à un vestibule de plan barlong, suivi d’une cella tripartite. Dans sa partie centrale se dresse une plate-forme accessible par deux escaliers latéraux. Cet adyton est flanqué de chaque côté par une pièce munie d’un escalier d’accès pour atteindre le niveau supérieur. La plate-forme devait supporter le podium cultuel sur lequel les bétyles étaient disposés. L’ensemble du bâtiment est traité de façon symétrique, comme c’est le cas à Khirbet edh-Dharih.

19Les Nabatéens de Pétra continuent donc de bâtir et d’ornementer leurs lieux de culte après 106. Des Romains, en outre, les utilisent. En effet, comme l’expliquent F. Zayadine et al. (2003, p. 96), grâce aux fouilles menées au Qasr al-Bint, une phase romaine est décelable, depuis l’époque de Trajan jusqu’à l’avènement des Sévères. Une dédicace monumentale en grec datée de 167 de notre ère, en l’honneur des empereurs Marc-Aurèle et Lucius Verus, a été trouvée près du mur ouest du péribole du sanctuaire. De plus, la construction de la porte monumentale du temenos n’a eu lieu qu’au début du iie siècle de notre ère, après le pavement de la voie menant au centre de la ville.

20Après l’annexion romaine, le Great Temple conserve son prestige ; il est considéré comme l’un des plus grands monuments de la ville très certainement jusqu’à la fin du iiie, voire jusqu’au début du ive siècle, car il a ensuite connu une phase d’abandon. Il est cependant encore difficile de préciser la fonction de ce monument : lieu de cohésion sociale (bouleutèrion) pour les Nabatéens sous domination romaine ? Temple-théâtre ? Double vocation qui serait à la fois cultuelle et politique ? Mais nous ne pouvons dire avec certitude si cette fonction fut modifiée après l’annexion.

À Pétra, la marque du pouvoir romain se distingue donc à travers ces quelques grands chantiers.

  • 3 « A Titus Aninius Sextius Florentinus, fils de Lucius, de la tribu Papiria, triumvir chargé de la f (...)

21Les premiers gouverneurs de la province romaine se sont fréquemment rendus dans la ville. D’ailleurs, l’un d’entre eux, Sextius Florentinus, mort en 129 de notre ère, s’est fait inhumer dans l’un des tombeaux monumentaux à façade hellénisante du Jabal al-Khubthah selon ses volontés testamentaires, comme le mentionne une inscription en latin3.

c) En milieu urbain hellénisé : la Décapole

22Comme le rapporte J. Seigne (1989, p. 40), le sanctuaire dédié à Zeus dans la ville de Gerasa (fig. 4) a été fouillé entre le début des années 1980 et la fin des années 1990 par une équipe française dépendante de l’IFAPO (Institut Français d’archéologie du Proche-Orient). Ce sanctuaire est établi sur la partie orientale d’une petite colline. Il est constitué de deux niveaux étagés qui sont reliés par un large escalier ; sur la partie inférieure, entourée d’un couloir de circulation, se dresse un autel monumental ; la terrasse supérieure abrite un grand temple édifié à l’époque antonine et consacré en 163.

Fig.4. Temple de Zeus à Jérash

Fig.4. Temple de Zeus à Jérash

Photo : D. Seigneuret.

23Des inscriptions à encadrements moulurés dans la cour inférieure révèlent que les dons financiers pour la construction du sanctuaire de Zeus Olympien sont d’origine privée et proviennent de gymnasiarques. Les étapes de construction du sanctuaire sont assez complexes, néanmoins son édification est intimement liée au développement urbain de la cité. Le sanctuaire est en effet agrandi à plusieurs reprises entre la fin du iie siècle avant J.-C. et le iie siècle après J.-C.

24À Amman, l’occupation de la citadelle a tout d’abord été étudiée par une équipe italienne dans les années 1930, puis en 1968 par le Centre américain des recherches orientales ; les travaux ont repris au début des années 1980 avec A. Northedge. Le temple dédié à Hercule domine la partie sud de la citadelle d’Amman. Mesurant 43 m de long sur 27 m de large, le bâtiment est soit périptère hexastyle, soit tétrastyle prostyle, d’après la description de J. M. C. Bowsher (1992). Il semble qu’il y ait eu un changement de plan durant sa construction. Le temple est orienté vers l’est mais n’est pas dans l’axe du temenos de la citadelle ; il est cependant parallèle à son mur sud. Le sanctuaire est traité dans un style gréco-romain dit « baroque », avec monumentalité et excès, et est ainsi tout à fait comparable au temple dédié à Artémis sur le site de Jérash. La construction de ce lieu de culte est associée au règne de Marc Aurèle par la dédicace d’un gouverneur datant de la deuxième moitié du iie siècle.

25L’idée d’une culture purement grecque, dans ces villes de la Décapole, est à nuancer. D’une part, des militaires romains se sont installés en Décapole, et de plus, d’autre part, la majorité de la population semble avoir été constituée de Sémites qui ont accepté le pouvoir romain et adopté sa culture. Cependant, les cités de la Décapole revendiquent bien des origines grecques. Les citoyens importants de la ville prennent part à la construction des lieux de cultes. Il n’est pas surprenant de constater que les noms et les représentations des dieux suivent les traditions du monde gréco-romain.

2) Le caractère hybride du décor dans les temples après l’annexion romaine : l’exemple de Khirbet edh-Dharih (fig. 5 à 8)

  • 4 Il paraît s’agir d’un fauve, une patte et un œil sculptés ayant été mis au jour à proximité. Ces fr (...)

26Si des marqueurs du pouvoir romain sont discernables sur ces constructions de type indigène, c’est principalement sur la façade des temples que nous les remarquons. Comme le mentionnent J. Dentzer-Feydy et al. (2003, p. 54) dans leur étude sur le sanctuaire de Sia en Syrie du Sud : « La façade est l’objet de toute la sollicitude du constructeur ; elle doit retenir toute l’attention du visiteur. C’est la partie signifiante du monument, celle où s’exprime pleinement sa fonction ». S’il y a message, c’est donc à travers la partie la plus ostentatoire du temple qu’il peut être mis en avant. Le temple de Khirbet edh-Dharih livre une riche iconographie sculptée qui se déploie sur l’élévation de la façade dans la partie sud du bâtiment, ainsi que sur celle du podium cultuel. L’équipe et notamment les architectes F. Larché et R. de la Noue ont travaillé sur les blocs du temple issus des différents secteurs fouillés, permettant ainsi de proposer des restitutions hypothétiques de la façade et du podium cultuel. La façade (fig. 1), percée d’une porte monumentale en son centre, est ornementée de pilastres et de quarts de colonnes aux angles, surmontés de chapiteaux corinthiens. De chaque côté de la porte se situe une fenêtre en hauteur fort au-dessus d’un piédestal qui supportait très probablement une représentation animale4. Des panneaux de cadres sculptés, décorés de scènes cultuelles et de motifs végétaux se trouvent au-dessus des piédestaux et de la porte centrale. Comme l’indiquent F. Villeneuve et Z. Al-Muheisen (1994, p. 1553), la partie supérieure supporte un couronnement présentant de bas en haut une architrave décorée, une frise aux signes du zodiaque et une corniche denticulée. Le tout est surmonté d’un fronton triangulaire conçu de façon symétrique par rapport à un arc clavé en son centre.

  • 5 L’équipe travaille actuellement sur la restitution la plus exacte possible de l’emplacement de chac (...)

27Une soixantaine de blocs de pierre composant les panneaux de cadres sculptés de la façade ont été mis au jour et peuvent être divisés en deux grandes catégories en fonction de leur décor5 :

  • des représentations non animées : motifs végétaux et objets ;

  • des scènes figurées qui ont été fortement martelées au viiie siècle : des personnages (divinités et prêtres), des figures ailées (Victoires et génies) et des animaux symboliques (lions, aigles, taureau et possible louve romaine).

  • 6 Pour plus de détails sur ce bloc, voir l’article de F. Villeneuve (2002).

28L’un des blocs présente, semble-t-il, une louve traitée de façon grossière sous laquelle se trouvent deux petits personnages qu’elle allaite. Cette image, symbole de la création et du pouvoir de Rome, se trouvant sur la façade d’un temple nabatéen, n’est certainement pas sans signification. Bien que son insertion dans l’ensemble des cadres décorés ait sans doute été difficilement discernable par les fidèles, car située à plus de 7 m de haut, sa vocation était peut-être de « faire Romain » aux yeux des voyageurs et des militaires qui circulaient dans la région6. C’est là peut-être une manière de marquer la puissance romaine dans un temple au culte sémitique.

Fig.5. Dharih, bloc n° 6177, couronne centrale flanquée de personnages ailés

Fig.5. Dharih, bloc n° 6177, couronne centrale flanquée de personnages ailés

Mission archéologique Dharih/UMR 7041, ArScAn Paris 1-Paris X-CNRS/Université du Yarmouk.

  • 7 D’après C. Augé et P. Linant de Bellefonds, « Le Décor figuré du temple de Dharih », étude non publ (...)

29D’autres pierres semblent mettre en avant l’idée du pouvoir et de la glorification. En effet, deux d’entre elles sont ornées d’une couronne centrale. La première (fig. 5), restituée dans l’ensemble de la partie ouest des cadres de la façade, est décorée de deux Victoires tenant une couronne de feuillage qui s’étale sur la hauteur totale du cadre. Les feuilles nervurées et lancéolées font penser à celles du laurier. La couronne est attachée à son extrémité inférieure par un ruban. Les deux personnages tenant la couronne ont été martelés. Il nous est cependant possible de reconnaître deux figures ailées, très certainement des Victoires. La couronne associée aux deux Victoires est probablement un marqueur de la glorification d’un personnage, humain ou divin, qui pouvait être représenté en son centre7.

30Un second bloc (fig. 6), comparable, mais restitué sur la partie est de la façade, montre deux personnages ailés ressemblant à des génies, tenant une couronne centrale au sein de laquelle se trouve un aigle représenté de face. Avec la palme, la couronne est l’emblème d’une victoire. Ce sont les attributs les plus courants d’une Nikè. Il est logique de voir ici une marque supplémentaire de glorification de Rome mise en œuvre par les bâtisseurs Nabatéens.

Fig.6. Dharih, bloc n° 6127, couronne centrale avec un aigle

Fig.6. Dharih, bloc n° 6127, couronne centrale avec un aigle

Photo : D. Seigneuret.

  • 8 Iliade, XVI, 487-491.

31Sur un autre bloc (fig. 7), un fauve représenté de profil, avec un corps grossier, est en train de terrasser ou de dévorer un taureau dont la tête apparaît de face. De façon générale, le lion est associé à la force. Cette image allégorique évoque la symbolique du pouvoir entre une entité faible vaincue et une entité forte victorieuse. J. Dentzer-Feydy (1991, p. 233) fait à propos d’images de ce type référence à l’Iliade8, dont une scène décrit un lion aux valeurs héroïques : « Comme on voit un lion assaillir et tuer, dans un troupeau de bœufs à la démarche torse, un taureau magnanime au fauve pelage qui gémit, en expirant, sous ses griffes ; ainsi, sous Patrocle, frémit de fureur le chef mourant des guerriers lyciens ». La représentation du lion est très ancrée dans la tradition orientale : le lion protège en effet les temples, notamment en Mésopotamie. Il symbolise très certainement la force, la victoire et le pouvoir royal, selon sa position dans les bâtiments et dans le programme décoratif des édifices. Tel est peut-être le cas au palais hellénistique d’Iraq el-Amir en Jordanie où le bâtisseur, le prince Hyrcan a certainement voulu signifier la force de son pouvoir presque royal en faisant représenter des lions sur son bâtiment (Dentzer-Feydy, 1991, p. 234).

Fig.7. Dharih, bloc n° 9001, fauve attaquant un taureau

Fig.7. Dharih, bloc n° 9001, fauve attaquant un taureau

Photo : D. Seigneuret.

32Nous sommes donc certainement face à l’image d’une entité puissante en train de terrasser une entité plus faible. Est-ce une marque de l’annexion romaine ? Ce n’est pas certain, car cette image brutale contredit l’idée d’une annexion apparemment pacifique de la Nabatène. Néanmoins, c’est peut-être dans l’art que les Nabatéens transcrivent le ressenti de ce nouveau contexte à travers des allégories de ce type.

33Sur le fronton du temple, deux aigles représentés de face et regardant en direction de l’arc central sont associés à deux Victoires ailées tenant une couronne ressemblant fortement à celles représentées sur les blocs de cadres sculptés décrits précédemment. Ces deux scènes symétriques sont tournées vers le centre du fronton : vers la probable représentation de la ou des divinités honorées dans ce lieu de culte et dont l’identification est malheureusement impossible, avec pour seuls indices connus deux cornes d’abondance. Il n’existe pas de longue tradition orientale concernant la représentation de l’aigle. Fort symbole du pouvoir de façon générale, d’après les constatations de S. Berger (2005, p. 421), l’aigle est toujours représenté dans une position dominante, soit en occupant une partie sommitale dans un fronton, soit en remplissant en grande partie un espace déterminé. Il a connu un grand succès aux époques hellénistique et romaine au Proche-Orient, tant dans le Hauran en Syrie du Sud qu’à Palmyre et dans le domaine nabatéen, comme à Pétra. Sur les reliefs de Palmyre, par exemple, il célèbre la victoire, la gloire et le pouvoir de la divinité, vers laquelle il vole, comme l’explique M. Cazenave (1996, p. 12). Mais n’oublions pas qu’en plus de la célébration et de la glorification divines, l’aigle symbolise également le pouvoir politique. Chez les Lagides, il est la force royale, et à l’époque romaine, devient associé à l’autorité impériale. C’est pourquoi l’aigle était représenté sur les enseignes militaires romaines.

34Il est intéressant de constater en contexte nabatéen que le haut-lieu de Khirbet at-Tannur présentait dans les grandes lignes un modèle iconographique similaire. Comme nous l’avons exprimé précédemment, les temples de Dharih et Tannur sont le produit du travail d’un même atelier d’architectes et de décorateurs. La façade du temenos interne de Khirbet at-Tannur est conçue de façon symétrique et mesure un peu plus de 10 m de haut. La disposition des colonnes est semblable à celui de la façade du temple de Dharih puisque la porte est flanquée de demi-colonnes engagées. Les angles externes de la façade sont composés de pilastres dans lesquels s’insèrent de chaque côté des quarts de colonnes engagées. La façade est percée en son centre d’une porte qui donne accès à la plate-forme. Les colonnes et les chapiteaux corinthiens soutiennent un couronnement qui présente une frise décorée alternant des bustes, personnifiant les sept planètes, et des Victoires ailées. D’après l’explication de L. Tholbecq (2003, p. 211), à Khirbet at-Tannur, sept blocs représentant les Victoires ont été mis au jour, associés à quelques fragments épars. Ces Victoires ailées se tiennent debout sur un globe. Elles portent une tunique plissée, serrée à la taille par une ceinture. Elles tiennent une palme, une couronne ou une corne d’abondance.

35À Dharih, des Victoires (fig. 8) flanquent chaque buste zodiacal de la frise de façade, les mettant ainsi chacun en valeur. Comme le signale l’étude de M. Valente (2009, p. 31), d’une hauteur d’environ 80 cm, les Victoires se tiennent debout, de face, vêtues d’un peplos et toutes ailées. Elles tiennent une couronne d’une main et une palme de l’autre. Est-ce que les symboles zodiacaux, flanqués par ces Victoires ailées et trônant à plus de 10 m de haut, mettent en avant le nouvel ordre romain ? ou signifient-ils un culte astral ?

Fig.8. Dharih, bloc n° 9139, Victoire ailée debout : frise au zodiaque

Fig.8. Dharih, bloc n° 9139, Victoire ailée debout : frise au zodiaque

Mission archéologique Dharih/UMR 7041, ArScAn, Paris 1/Paris X/CNRS /Université du Yarmouk.

36À titre de comparaison, à Qasr Rabbah, les études ont permis de proposer une restitution de la façade. L’entablement présente ainsi une frise avec un type de décor répandu à l’époque impériale : des rinceaux d’acanthes enlacent des motifs végétaux et des figures d’animaux ou encore de petits personnages. Diverses représentations sont mentionnées dans la description du décor du temple par J. Calzini-Gysens et L. Marino (1999, p. 853) : une panthère, une chèvre ainsi que le buste d’un personnage marin vêtu d’une tunique et des représentations dionysiaques. Ici, donc, l’imagerie semble avoir été empruntée au monde romain. Assimilation de l’art du nouveau pouvoir mis en place dans la région ou marque d’allégeance ? De façon générale, il y semble y avoir adoption des modèles et de la culture de « celui qui gagne ».

37Un parallèle intéressant, en contexte funéraire, à Pétra, est la façade, taillée dans le grès, du tombeau de la Khazneh, laquelle est richement ornementée : large de 25 m et haute de presque 40 m, elle s’élabore en deux niveaux superposés. La partie inférieure, où se trouve la porte centrale d’accès au tombeau, est agrémentée de six colonnes, chacune étant surmontée d’un chapiteau corinthien. Les quatre colonnes centrales soutiennent un entablement en saillie avec une frise décorée ainsi qu’un fronton triangulaire surmonté d’un attique. De chaque côté de la porte se trouve un piédestal taillé dans le rocher. Dioscures, griffons, félins, Victoires s’observent dans le décor de cette façade. D’après A. Stewart (2003, p. 196), celle-ci, située au débouché du défilé d’accès à Pétra et donc dans un endroit stratégique du site, et traitée dans un style totalement gréco-romain de par son agencement et par les figures représentées, devait promouvoir la culture prépondérante. Louer le peuple « dominant » en utilisant son art de façon diplomatique et en mettant en avant les marques de sa culture et donc de son pouvoir devait apparaître comme un moyen de s’assurer de bons rapports, notamment commerciaux, avec lui.

38De la création de la province de Syrie par Pompée en 64 avant notre ère à l’annexion de l’Arabie par Trajan en 106 de notre ère, nous étions déjà, en effet, face à une première période romaine en Nabatène, durant laquelle les images, les artistes, les œuvres avaient circulé. L’annexion du début du iie siècle n’entraîne pas un changement radical dans l’art nabatéen mais plutôt une acculturation, un emprunt à certaines figures romaines.

39Il ne semble donc pas y avoir de fondement à vouloir parler d’une réaction cultuelle, religieuse et artistique des Nabatéens face au nouveau pouvoir en place.

40Plusieurs points importants ressortent de notre étude, mais les attitudes nabatéennes sont à considérer dans leurs environnements respectifs et sont différentes selon les contextes : il serait dangereux de vouloir généraliser à toute la Nabatène. Dans les sanctuaires implantés en milieu rural, les populations locales conservent leur culte. Il est pourtant possible d’observer une certaine allégeance diplomatique envers le nouveau pouvoir, par l’adoption d’un décor d’influence gréco-romaine sur les façades ou sur les parties bien exposées à la vue de tous les fidèles, en empruntant justement des symboles du pouvoir romain ou glorifiant sa puissance.

41Dans les villes de la Décapole, l’architecture, proche des canons gréco-romains se rapproche de celle des villes de l’Orient hellénisé. Dans ces villes, en effet, on constate la construction de grands temples romains en raison de l’installation de fonctionnaires impériaux et de la présence d’une population ouverte aux influences gréco-romaines. Le lieu de culte est conçu avec monumentalité et il est d’aspect gréco-romain, typique des monuments des villes de l’Orient hellénisé ; le tout, ornementé d’une façon spécifique, diffère des lieux de cultes pétréens ou des temples indigènes.

42À Pétra, qui perd son rôle de capitale au moment de l’annexion, il n’y a pas de constructions de nouveaux lieux de cultes mais plutôt réalisations de quelques travaux dans les sanctuaires existants : ces grands temples demeurent des endroits majeurs pour les Nabatéens ainsi que pour les Romains présents dans la région. N’oublions pas que c’est au début du iie siècle que la rue à colonnade et la porte du temenos du Qasr al-Bint ont été réorganisées.

43Les marqueurs du pouvoir romain sont donc davantage discernables sur des temples voués au culte sémitique. Le décor du temple de Khirbet edh-Dharih nous paraît mettre en exergue des symboles issus du monde gréco-romain. Si tel est bien le cas, est-ce une précaution destinée à permettre en ces lieux de préserver un culte sémitique, derrière une façade à l’aspect œcuménique, bienveillant à l’égard des fidèles en général et élogieux envers le monde romain ? Ces sanctuaires que l’on peut qualifier de « caravaniers » devaient accueillir de nombreux voyageurs. Le programme iconographique serait donc stratégique : les commanditaires locaux utilisent les marqueurs culturels du nouveau pouvoir mis en place dans la région.

44L. Tholbecq (2003, p. 401) voit le sanctuaire nabatéen comme un lieu de structuration sociale : il continue de se développer en tant que lieu de rassemblement et de cohésion sociale, même en contexte romanisé. Des salles de banquets sont ainsi installées à proximité des temples comme les études archéologiques ont pu le prouver à Khirbet edh-Dharih et à Khirbet at-Tannur.

45Il paraît judicieux de voir là l’expression d’un mouvement de conciliation permanent de la part des Nabatéens vis-à-vis du nouveau pouvoir, sans renoncer pour autant à la résistance du culte lui-même.

46De nombreuses questions demeurent et notamment celle de l’identité exacte des investigateurs de ces grands projets dans les campagnes. Seule l’épigraphie nous livre parfois l’indice de l’intervention d’un gouverneur, de militaires, d’un corps social mais les informations sont encore lacunaires.

Bibliographie

Bel N. (2001) – Les temples dans les provinces de Syrie-Palestine et d’Arabie à l’époque impériale romaine, 2 volumes, mémoire non publié, École biblique et archéologique française de Jérusalem.

Berger S. (2005) – Le décor architectural des édifices romains du Massif Calcaire de Syrie du Nord (du ier siècle au début du ive siècle après J.-C.), 3 volumes, thèse non publiée, université de Bourgogne, Dijon.

Bowsher J. M. C. (1992) – The Temple of Hercules. A Reassessment, dans A. Northedge (éd.), Studies on Roman and Islamic Amman. The Excavations of Mrs. C.-M. Bennett and Others Investigations, 1, Oxford, p. 129-138.

Calzini-Gysens J. et Marino L. (1999) – L’architecture du temple de Qasr Rabba (Jordanie). Considérations préliminaires aux fouilles, Topoi, 9, p. 849-856.

Calzini-Gysens J. et Marino L. (2001) – The Qasr Rabba Temple Project: Preliminary Remarks on the Architecture and State of Conservation, Studies in History and Archaeology of Jordan, 7, p. 493-498.

Cazenave M. (1996) – Encyclopédie des symboles, Librairie Générale française, Paris.

Chambon A., Janif M., Al-Muheisen Z. et Villeneuve F. (2002) – Khirbet edh-Dharih : des Nabatéens au premier Islam, Catalogue de l’exposition à la mairie d’Amman, octobre-décembre 2002, Amman.

Dentzer-Feydy J. (1991) – Le décor sculpté, dans E. Will, F. Larché, F. Zayadine, J. Dentzer-Feydy, et F. Queyrel (éds.), Iraq el-Amir, Le château du Tobiade Hyrcan, I, Éditions P. Geuther, Paris, p. 209-251.

Dentzer-Feydy J., Dentzer J.-M. et Blanc P.-M. (2003) – Hauran II. Les installations de Sî’8 : du sanctuaire à l’établissement viticole, Institut Français du Proche-Orient (Bibliothèque archéologique et historique 164), Beyrouth.

Joukowsky M. S. (2003) – The Great Temple, dans G. Markoe (dir.), Petra rediscovered. Lost City of the Nabataeans, Catalogue de l’exposition au Musée d’Histoire Naturelle de New York, Éditions Harry N. Abrams en association avec le Musée d’Art de Cincinnati, New York, p. 214-222.

McKenzie J. (2003) – Carvings in the Desert: The sculpture of Petra and Khirbet et-Tannur, dans G. Markoe (dir.), Petra rediscovered. Lost City of the Nabataeans, Catalogue de l’exposition au Musée d’Histoire Naturelle de New York, Éditions Harry N. Abrams en association avec le Musée d’Art de Cincinnati, New York, p. 165-191.

Nehmé L. et Villeneuve F. (1999) – Pétra. Métropole de l’Arabie antique, Éditions du Seuil, Paris.

Nehmé L. (2003) – Les inscriptions des chambres funéraires nabatéennes et la question de l’anonymat des tombes, Arabian Archaeology and Epigraphy, 14, p. 203-258.

Sartre M. (1993) – Inscriptions grecques et latines de la Syrie. Tome XXI : Inscriptions de la Jordanie. Tome IV : Pétra et la Nabatène méridionale du Wadi al-Hasa au Golfe d’Aqaba, Paris-Beyrouth, Librairie orientaliste Paul Geuthner, Institut Français d’Archéologie du Proche-Orient (IFAPO).

Seigne J. (1986) – Recherches sur le sanctuaire de Zeus à Jérash (octobre 1982-décembre 1983), dans F. Zayadine, Jerash archaeological project (1981-1983), t. I, Département des Antiquités, Amman.

Seigne J. (1989) – Jérash, le sanctuaire de Zeus et ses abords, dans F. Villeneuve (éd.), Contribution française à l’archéologie jordanienne, Institut Français d’Archéologie du Proche-Orient, Amman, p. 40-48.

Stewart A. (2003) – The Khazneh, dans G. Markoe (dir.), Petra rediscovered. Lost City of the Nabataeans, Catalogue de l’exposition à l’American Museum of Natural History de New York, Éd. Harry N. Abrams en association avec le Musée d’Art de Cincinnati, New York, p. 192-198.

Tholbecq L. (2003) – Le temple nabatéen. Chronologie, Architecture et Religion : Étude des origines, des modèles et de l’évolution du sanctuaire en milieu sémitique (iie siècle avant J.-C. – ive siècle après J.-C.), Thèse de doctorat de l’université de Louvain.

Tholbecq L. (2007) – “Nabatean Monumental Architecture”, dans K. D. Politis, The world of the Nabataeans. Volume ii de la Conférence internationale “The World of the Herods and the Nabataeans” tenue au British Museum, 17-19 April 2001, Oriens et Occidens 15, Stuttgart, p. 103-144.

Valente M. (2009) – Les victoires de Khirbet edh-Dharih, Mémoire de Master 2 sous la direction de F. Villeneuve, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Villeneuve F. (1989) – Khirbet edh-Dharih, dans F. Villeneuve (éd.), Contribution française à l’archéologie jordanienne, Institut Français du Proche-Orient, Amman, p. 64-79.

Villeneuve F. (2002) – Une louve romaine à sabots chez les Nabatéens?, L’archéologie à l’École Normale Supérieure, p. 93-94.

Villeneuve F. et al-Muheisen Z. (1994) – Nouvelles recherches à Khirbet edh-Dharih (Jordanie), 1991-1994, Comptes Rendus de l’Académie des Inscriptions et des Belles-Lettres, p. 735-757.

Villeneuve F. et al-Muheisen Z. (2003) – Dharih and Tannur : Sanctuaries of Central Nabatea, dans G. Markoe (dir.), Petra rediscovered. Lost City of the Nabataeans, Catalogue de l’exposition à l’American Museum of Natural History de New York, Éd. Harry N. Abrams en association avec le Musée d’Art de Cincinnati, New York, p. 82-100.

Villeneuve F. et al-Muheisen Z. (2005) – Archaeological Research at Khirbat adh-Dharih, Annual of the Department of Antiquities of Jordan, 49, p. 489-499.

Zayadine F., Larché F. et Dentzer-Feydy J. (2003) – Le Qasr al-Bint de Pétra : l’architecture, le décor, la chronologie et les dieux, Éditions Recherche sur les Civilisations, Paris.

Notes

1 Cette étude traitant d’une période postérieure au ier siècle de notre ère en grande partie, les dates antérieures au tournant de l’ère chrétienne seront toujours précisées, par souci d’intelligibilité.

2 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, XIX, 94-100, d’après Nehmé et Villeneuve, 1999, p. 22.

3 « A Titus Aninius Sextius Florentinus, fils de Lucius, de la tribu Papiria, triumvir chargé de la frappe de l’or et de l’argent, tribun des soldats de la ire légion Minervia, questeur de la province d’Achaïe, tribun de la plèbe, légat de la ixe légion Hispana, proconsul de la province de Narbonnaise, légat impérial propréteur de la province d’Arabie, à un père chéri, suivant son propre testament », d’après Sartre, 1993, no 51.

4 Il paraît s’agir d’un fauve, une patte et un œil sculptés ayant été mis au jour à proximité. Ces fragments nous conduisent à restituer un animal de 1,50 m de haut, correspondant à la hauteur entre le piédestal et la limite inférieure des panneaux de cadres décorés, en supprimant une assise inférieure de ces cadres, que les architectes avaient restituée à titre hypothétique.

5 L’équipe travaille actuellement sur la restitution la plus exacte possible de l’emplacement de chacun de ces blocs à partir des plans de chute, des dimensions et des rapprochements décoratifs des blocs vis-à-vis les uns des autres.

6 Pour plus de détails sur ce bloc, voir l’article de F. Villeneuve (2002).

7 D’après C. Augé et P. Linant de Bellefonds, « Le Décor figuré du temple de Dharih », étude non publiée, 1991.

8 Iliade, XVI, 487-491.

Table des illustrations

Titre Fig.1. Temple de Khirbet edh-Dharih
Crédits Photo : D. Seigneuret.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5552/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Fig.2. Temple du wadi Ramm
Crédits Photo : D. Seigneuret.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5552/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Fig.3. « Great Temple » de Pétra
Crédits Photo : D. Seigneuret.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5552/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 10M
Titre Fig.4. Temple de Zeus à Jérash
Crédits Photo : D. Seigneuret.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5552/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Fig.5. Dharih, bloc n° 6177, couronne centrale flanquée de personnages ailés
Crédits Mission archéologique Dharih/UMR 7041, ArScAn Paris 1-Paris X-CNRS/Université du Yarmouk.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5552/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig.6. Dharih, bloc n° 6127, couronne centrale avec un aigle
Crédits Photo : D. Seigneuret.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5552/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig.7. Dharih, bloc n° 9001, fauve attaquant un taureau
Crédits Photo : D. Seigneuret.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5552/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig.8. Dharih, bloc n° 9139, Victoire ailée debout : frise au zodiaque
Crédits Mission archéologique Dharih/UMR 7041, ArScAn, Paris 1/Paris X/CNRS /Université du Yarmouk.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5552/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 581k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 7041 : Archéologie et Sciences de l’Antiquité. Sujet de thèse : Étude architecturale et restitution théorique du temple nabatéo-romain de Khirbet edh-Dharih (Jordanie).
Directeur : F. Villeneuve.
Date de soutenance prévue : fin 2013.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable