Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les marqueurs archéologiques du pouvoir

 | 
Olivier Brunet
, 
Charles-Édouard Sauvin

Conclusion

Bilan de la quatrième Journée Doctorale d’Archéologie

Olivier Brunet et Charles-Édouard Sauvin

Texte intégral

Objectif de la Journée

  • 1 Institut National d’Histoire de l’Art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.
  • 2 Dhennequin L., Gernez G., Giraud J. (éds.) (2009), Objets et symboles, de la culture matérielle à l (...)

1La quatrième journée de l’École doctorale d’archéologie (ED112) de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne s’est tenue le mercredi 27 mai 2009 dans les locaux de l’INHA1. Ces rencontres ont enregistré, depuis leur mise en place, une hausse progressive des propositions d’interventions de la part des doctorants. Ce constat est très probablement à mettre au crédit d’une notoriété croissante, en raison notamment de la pérennité de ces journées qui se tiennent depuis déjà quatre ans, ainsi que de la publication en juin 2009 des actes de la première journée doctorale2, engageant ainsi la nouvelle collection Archéo.Doct. réalisée pour ces manifestations, à l’instar de la collection de l’ED d’Histoire de l’Art sous le titre Histo.art. La mise en place cette année, pour la première fois, de trois posters, exécutés par L. Gilaizeau, L. Phialon et D. Seigneuret, illustre cet accroissement des interventions avec toutefois la nécessité de diversifier les supports de présentation, en raison même des impératifs de gestion de cette journée. Il est plaisant de voir également que la fréquentation de l’événement par les chercheurs, étudiants et professeurs, venus assister aux interventions, a permis de faire salle comble.

  • 3 Nous remercions l’ensemble des intervenants et des personnes ayant participé à l’organisation de ce (...)

2Si l’objectif principal de ces journées est de réunir de jeunes chercheurs autour d’un thème transversal, permettant une approche interdisciplinaire et diachronique, il faut avouer que le large panel de périodes chrono-culturelles représenté au cours des interventions, et le déroulement même de cette manifestation, ont permis d’en faire une réussite3.

  • 4 Onze aires chrono-culturelles au sein de l’ED d’Archéologie de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

3Les thèmes choisis demeurent volontairement vastes, puisque se voulant « fédérateurs » en raison même de la diversité des périodes chrono-culturelles représentées au sein de l’ED d’Archéologie de Paris 14. Il s’agit d’un choix validé par le Conseil Scientifique de l’ED depuis la mise en place de ces journées, afin d’ouvrir celles-ci au plus grand nombre. Ces thèmes ont pour intérêt de stimuler la réflexion sur des problématiques globales, l’objectif étant d’amener à une confrontation des méthodes et des résultats propres à chaque intervenant, suivant différents points de vue, sur un même sujet envisagé dans des aires chrono-culturelles diverses. Il offre également la possibilité de présenter l’avancée des recherches en cours du doctorant, de son équipe, ainsi que celles du programme auquel elles sont éventuellement liées. Il faut souligner également que les problématiques et les méthodes mises en œuvre par les divers auteurs sont le fruit de leur réflexion, mise en place au cours de leurs travaux de doctorat. Il nous a semblé judicieux de leur laisser toute latitude au cours de l’édition de ces journées d’étude.

Développement des propos

  • 5 Publié sous le titre « Les marqueurs archéologiques du pouvoir ».

4Le thème retenu cette année, « les marqueurs du pouvoir5 », a donc permis ce regroupement de doctorants, quelle que soit leur période chrono-culturelle d’étude. Ce sujet rend compte des indices révélant une hiérarchisation des sociétés humaines et/ou la présence d’un groupe dominant, voire d’un individu au rôle social fort. Apparu plus fréquemment depuis une vingtaine d’années, ce sujet transdisciplinaire a d’abord été l’apanage des anthropologues, ethnologues et sociologues.

5Le choix du terme de marqueur permettait de cibler précisément les indices matériels, éléments de base de nos recherches en archéologie. Ce terme fait également référence aux éventuels symboles d’identification que sont les estampilles, les sceaux, etc. De ce sens, aucune intervention ne s’est faite l’exégèse au cours de cette journée. En revanche, l’ensemble des communications a clairement montré la multiplicité des notions induites par le terme de « pouvoir ». L’une des grandes questions sociales que pose l’archéologie concerne le lien et l’interdépendance des hommes entre eux. Le thème de cette journée proposait donc de rechercher les indices, quels qu’ils soient (mobilier, architectural, urbanistique, etc.) rendant compte de la prééminence d’un homme ou d’un groupe sur ses contemporains.

6Le « pouvoir » est une notion qui regroupe divers niveaux interprétatifs. Si le terme désigne à la base le fait de disposer de la capacité d’agir, c’est bien dans le sens où celle-ci s’exerce sur quelqu’un ou quelque chose que nous entendons cette notion, en référence à l’autorité d’un individu ou d’un groupe social. Plus spécialement, c’est l’idée de « pouvoir politique » ou la situation même de ceux qui disposent de l’autorité qui a retenu notre ­attention.

  • 6 Dans le sens de groupes organisés d’hommes ayant l’autorité.

7Les communications sur les périodes où les « pouvoirs » en place6 sont le plus établis, hiérarchisés et surtout mieux connus par l’archéologie et l’épigraphie étaient particulièrement attendues. En effet, il faut pouvoir prouver l’ascendant d’un individu ou d’un groupe sur d’autres dans un but précis, tâche rendue plus complexe en l’absence de textes : nous avions appréhendé le fait que les périodes plus anciennes soient moins représentées au cours de cette journée. Néanmoins, les Âges du Bronze et du Fer furent particulièrement bien représentés, avec pas moins de six communications.

Bilan critique

8Les moyens dont une élite dispose pour asseoir son pouvoir sont nombreux, quelle que soit l’aire chrono-culturelle concernée : ainsi la mobilisation et l’encadrement de populations sur un même projet d’installation communautaire, comme dans le cas des Terramares de l’Âge du Bronze ou l’implantation d’un nouveau tissu urbain qui rend compte d’un programme de développement organisé par un groupe d’individus (J. Boudry). L’élite en place modèle une agglomération sur laquelle elle exerce son autorité, et prouve ainsi son ascendant (S. Dibo). La ville dans un sens global a également été le sujet de la communication de J.-P. Reboul qui s’interroge sur les indices historiques et archéologiques pouvant traduire la fonction prépondérante de villes sur d’autres en Occident durant l’Antiquité tardive et leur rôle de capitale impériale.

9Les marqueurs de pouvoir dans l’architecture ont été au centre de nombreuses présentations. Une hiérarchisation de la société au travers l’architecture domestique et monumentale fut évoquée notamment au Levant, au iiie millénaire, avec des édifices qui se distinguent des autres par des dimensions supérieures ou la présence d’une salle hypostyle dans les palais (D. Sebag). Une structuration des habitats peut également s’observer au Mexique aux xiiie-xve siècles, où une hiérarchie s’opère entre la majeure partie de la population et ceux qui se situent près des centres civico-cérémoniels (M. Forest).

10À l’époque romaine, le pouvoir central s’est également servi de l’architecture comme moyen de propagande par une théâtralisation du décor au sein de la parure monumentale cultuelle de la Nabatène (D. Seigneuret), ou dans les décors et la construction domestique par l’utilisation de la lumière comme moyen d’autoreprésentation, en Europe notamment (J.-Ph. Carrié).

11L’architecture militaire a trouvé écho au travers de l’intervention de N. Simon sur l’Inde au xive siècle, où se met en place un pouvoir musulman sous une autorité centrale, dont on voit les vestiges archéologiques dans les fortifications, et les progrès et évolutions techniques dans la construction et l’artillerie.

12De nombreuses interventions ont étudié les marqueurs de pouvoir au sein du monde des morts. L’organisation de la nécropole pour mettre en valeur une tombe ou un groupe de tombes, l’architecture funéraire d’une sépulture qui se distingue des autres par les dimensions, le décor ou le mobilier de prestige sont autant d’indices en faveur d’une hiérarchie des individus inhumés, que l’on peut observer en Europe durant l’Antiquité tardive grâce à des sépultures évoquant les liens et l’influence entre le monde romain et l’élite barbare (D. Glad) ; ou en Angleterre, dans le Kent, au vie siècle, où des objets mérovingiens provenant de certaines sépultures attestent une élite locale anglo-saxonne et des relations transmanche (J. Soulat). C. Trémeaud, avec ces mêmes critères, tente de définir l’élite des Âges du Bronze et du Fer dans le monde celtique nord-alpin et d’y voir une hiérarchisation au sein même de cette élite.

13E. Luneau discerne, avec l’ensemble des indices funéraires et iconographiques, les marqueurs de pouvoir qui se distinguent dans la brillante Civilisation de l’Oxus en Asie Centrale, à la fin du iiie et au iie millénaire av. J.-C.

14Le mobilier funéraire en lui-même est un témoignage du prestige réservé à un individu ou à un groupe, comme certains types d’armes dans la Grèce mycénienne au iie millénaire av. J.-C. (L. Phialon) ou les miroirs sankakubuchi shinjū, objets de prestige en bronze au Japon aux iiie-ive siècles apr. J.-C. (L. Gilaizeau).

15Enfin, J. Lhuillier s’intéresse à un cas qui suscite la polémique, des marqueurs de pouvoir indiquant l’existence d’une autorité centrale, sans que l’on puisse saisir avec exactitude sa nature. Cette autorité aurait néanmoins mis en œuvre des travaux communautaires d’irrigation ou de fortification en Asie centrale au début de l’Âge du Fer.

Notes

1 Institut National d’Histoire de l’Art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.

2 Dhennequin L., Gernez G., Giraud J. (éds.) (2009), Objets et symboles, de la culture matérielle à l’espace culturel, Archéo.Doct.1, Publications de la Sorbonne, Paris.

3 Nous remercions l’ensemble des intervenants et des personnes ayant participé à l’organisation de cette journée doctorale d’archéologie, ainsi que Nicole Alix pour son aide et ses conseils avisés.

4 Onze aires chrono-culturelles au sein de l’ED d’Archéologie de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

5 Publié sous le titre « Les marqueurs archéologiques du pouvoir ».

6 Dans le sens de groupes organisés d’hommes ayant l’autorité.

Auteurs

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041, Archéologie et Sciences de l’Antiquité.

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041, Archéologie et Sciences de l’Antiquité.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable