Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Adoption et adaptation

 | 
Charlène Bouchaud
, 
Quentin Borderie
, 
Thibault Valette
, 
et al.

Conclusion

Bilan de la Cinquième Journée Doctorale d’Archéologie

Charlène Bouchaud, Quentin Borderie, Thibault Valette and Charles-Édouard Sauvin

Full text

  • 1 Institut National d’Histoire de l’Art, 2 rue Vivienne, 75002, Paris.
  • 2 Dhennequin L., Gernez G. et Giraud J. (éd.), (2009) – Objets et symboles. De la culture matérielle (...)
  • 3 Nicolas Th. et Salavert A. (éd.), (2010) – Territoires et économies, Archéo.Doct. 2, Publications d (...)
  • 4 Leduc Ch., Salavert A., Nicolas Th. et Al Halabi T. (éd.), (2012) – Les images. Regards sur les soc (...)
  • 5 Brunet O., Sauvin Ch.-É. et Al Halabi T. (éd.), (2012) – Les marqueurs archéologiques du pouvoir, A (...)

1La cinquième rencontre de l’École doctorale d’archéologie, ED 112, de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne s’est déroulée le mercredi 26 mai 2010 dans les locaux de l’INHA1. Depuis 2006, une journée annuelle est consacrée à la présentation des travaux de doctorants autour d’un thème fédérateur, illustrant la richesse et la diversité des aires chrono-culturelles et des approches archéologiques étudiées au sein de l’École doctorale. Les objectifs de ces journées sont multiples. Au sein de cette importante École doctorale, il s’agit en premier lieu d’encourager la rencontre entre doctorants, jeunes docteurs et chercheurs confirmés autour d’un thème commun. À cet égard, la fréquentation annuelle croissante lors de ces journées illustre le succès de cette entreprise. Ce cadre permet aux doctorants de présenter leurs travaux tout en leur offrant la possibilité d’avoir un réel retour scientifique sur leurs productions. La confrontation des corpus, outils et méthodes utilisés pour tenter de répondre à une problématique commune donne lieu à des discussions enrichissantes et productives. L’ensemble des travaux est ensuite publié au sein de la collection Archéo.Doct créée spécifiquement à cet effet aux Publications de la Sorbonne. À ce jour et avant la présente parution, la collection totalisait donc quatre volumes, consacrés aux thèmes suivants : objets et symboles2, territoires et économies3, les images4 et les marqueurs archéologiques du pouvoir5.

2Le thème de cette cinquième journée, proposé par les doctorants et validé par le Conseil de l’École doctorale d’archéologie, est celui de l’adoption et de l’adaptation, termes à partir desquels nous souhaitions voir émerger des réflexions sur les marqueurs et modalités des transferts culturels et les motivations et conséquences chez les sociétés impliquées. Quels sont les indices archéologiques mettant en évidence l’émergence d’un ou de nouveaux élément(s), définissant peu à peu l’identité culturelle d’une société ? Peut-on comprendre les mécanismes de transmission et d’intégration ? S’agit-il de mouvements émergents au sein des sociétés concernées, d’influences allochtones plus ou moins marquées, d’une transformation complète ou de phénomènes ponctuels ?

  • 6 Rouillard P. (dir.), (2007) – Mobilités, immobilismes : l’emprunt et son refus, Paris.

3Pour avoir activement participé au colloque « Mobilités, immobilismes. Imitation, transfert et refus d’emprunt6 » qui s’est tenu les 8 et 9 juin 2006 à la Maison René-Ginouvès de l’archéologie et de l’ethnologie à Nanterre, nous avons proposé à Madame Marie-Charlotte Arnauld de parrainer cette journée. Nous la remercions vivement ici pour son accord et pour son travail à nos côtés durant toutes les phases de ce projet.

4Neuf doctorants se sont exprimés sur ce sujet lors de la journée doctorale, sept par interventions orales, deux sous forme de communication affichée. L’ensemble de ces interventions est publié dans ce volume. Les problématiques et les méthodes abordées par les auteurs sont le fruit de leurs réflexions, mises en place au cours de leurs travaux de doctorat.

5Comme cela est habituel au sein de ces publications, il nous a semblé judicieux de leur laisser toute latitude lors de l’édition de cette journée d’étude. Ces neuf contributions parcourent des domaines géographiques, chronologiques et thématiques larges. Sont ainsi pris en compte des critères iconographiques, architecturaux, économiques, symboliques de trois grandes régions – la Mésoamérique, l’actuelle métropole française et le Proche et Moyen-Orient – depuis le Néolithique jusqu’à la période médiévale, exprimant en partie la substance complexe et subtile de cette vaste problématique.

6Une des plus grandes évolutions que connait l’humanité est celle du passage d’un mode de subsistance basé sur la chasse et la cueillette à un mode de vie tourné vers la production végétale et l’élevage. Deux articles témoignent de ces mouvements en soulevant une question commune : comment des populations s’adaptent à un territoire marqué par un biotope contraignant ? Pablo Marticorena se focalise ainsi sur les premiers paysans des Pyrénées occidentales à partir de l’étude du matériel lithique et montre comment les populations locales, profitant d’influences et/ou de migrations néolithiques ont peu à peu exploité la région, marquée par ses impressionnants reliefs. Le cas très particulier de Chypre est évoqué par Andréa Parès. Cette île située à proximité des foyers primaires de domestication proche-orientaux accueille par vagues successives des populations apportant avec elles des cortèges de plantes et animaux.

7L’étude des restes végétaux macroscopiques, fruits et graines, conservés sur le site de Khirokitia, illustre l’adaptation des populations néolithiques à cet environnement insulaire par l’exploitation des plantes méditerranéennes locales.

8Les communications suivantes concernent des périodes plus récentes et ont toutes un angle d’approche commun, s’inscrivant dans l’univers symbolique et/ou religieux des sociétés étudiées. Cet aspect sociétal est à l’origine d’une production iconographique et/ou architecturale identifiable reflétant particulièrement bien les dynamiques de transfert et de transformation.

9Claire Billard s’intéresse aux similitudes et divergences de deux divinités du bassin de Mexico séparées par le temps d’environ 750 ans : le Vieux Dieu, figure emblématique de l’espace culturel de Teotihuacan à l’époque classique (100-650 apr. J.-C.), et Xiuhtecuhtli-Huehuetéotl, le « vieux seigneur du feu » du peuple Mexica, peuple migrant arrivant dans la région vers 1325 et fondateur de l’empire aztèque. Son approche iconographique fine, complétée par des aspects interprétatifs idéels, symboliques et mythologiques lui permet de démontrer que les deux divinités renvoient à des concepts similaires (le feu et l’ancienneté, le lien symbolique avec les volcans) présentant des schémas iconographiques différents. Utilisant également une approche iconographique modélisée sur l’espace mésoaméricain durant l’Épiclassique (650-950 apr. J.-C.).

10Juliette Testard étudie les interactions culturelles et les modalités d’emprunt entre les sociétés des hauts plateaux du bassin de Mexico et des régions plus orientales par l’étude notamment des peintures murales de Cacaxtla et des panneaux de la Pyramide du Serpent à Plumes à Xochicalco. À l’instar des travaux précédemment mentionnés, le fond culturel commun aux différentes civilisations se côtoyant et se succédant dans ces régions est particulièrement bien démontré.

11De l’autre côté de l’Atlantique, Delphine Franceschi et Pierre Wech s’intéressent tous deux à la Gaule en observant leurs objets d’étude sous l’angle de la romanisation. Delphine Franceschi nous montre l’utilisation importante des ex-voto anatomiques (parties du corps ou personnages entiers élaborés dans divers matériaux et offerts aux divinités) à partir du ier siècle apr. J.-C. en Gaule, soulignant un emprunt indéniable aux modèles gréco-romains sans toutefois constituer un marqueur probant de romanisation de la société. L’étude du culte de l’eau à l’époque augustéenne, faite par Pierre Wech, apporte une vision différente, l’auteur tendant à montrer que ces pratiques cultuelles n’émergent qu’à l’époque gallo-romaine, remettant ainsi en cause un lieu commun consistant à affirmer la primauté de l’eau dans les cultes et les sanctuaires gaulois et l’adaptation par les Romains d’un héritage celtique. Aux moyens d’une démarche historiographique et d’une réévaluation des données littéraires et archéologiques, il ressort de tous ces éléments que la primauté de l’eau dans la religion gallo-romaine, si elle répond à une adoption culturelle, est davantage un trait romain assimilé, transformé et peut-être amplifié par les Gaulois.

12L’approche iconographique est ensuite abordée pour l’étude des sociétés du Proche et du Moyen-Orient. En premier lieu, Aurélien Le Maillot démontre l’existence d’échanges culturels entre l’empire néo-assyrien et les cités hittites et araméennes par l’étude de la représentation des êtres hybrides et fabuleux, résultats d’imprégnation et de particularismes régionaux. Il souligne, entre autres, la persistance de motifs iconographiques, telle la figuration de l’animal gardien de porte malgré la perte fonctionnelle de l’objet, en l’occurrence le rôle structurel de soutien. Ce phénomène de récupération de l’objet et de perte/modification fonctionnelle est par ailleurs constaté par Sterenn Le Maguer, qui montre par une analyse typologique en quoi les autels à encens sudarabiques – utilisés dans un contexte religieux et funéraire entre le Ier millénaire av. J.-C. et le vie siècle apr. J.-C. – ont influencé la production de brûle-parfums à la période islamique pour un usage profane et domestique. Dans ce dernier cas, l’usage initial de l’objet – servant à brûler les résines – est néanmoins conservé, et ce jusqu’à nos jours où l’on note même une réminiscence architecturale de l’évocation religieuse, deux millénaires après les premiers modèles, fournissant un bel exemple de la persistance des formes. Un contre-exemple du rapport entre forme et fonction nous est finalement offert par Aurore Brailly, qui évoque les modalités d’adaptation du territoire urbain en fonction des enjeux religieux à l’époque byzantine puis islamique. Par l’étude du site du Temple de Jupiter de Damas, où est édifié par la suite l’église Saint-Jean-Baptiste, puis la mosquée des Omeyyades, l’on comprend comment un lieu à la fonction sacrée, dédié à la prière, la sociabilité et aux réunions publiques, est formellement transformé pour véhiculer des idées et répondre aux attentes des nouveaux usagers.

  • 7 Sabinot C. (2007) – Mobilités, immobilismes. Imitation, transfert et refus d’emprunt. Compte rendu (...)
  • 8 Gosselain O. (2012) – Traditions céramiques et identités sociales en Afrique : une autre histoire o (...)

13L’ensemble de ces productions scientifiques reflète brillamment la multiplicité des situations impliquant l’interaction entre groupes culturels : diffusion, emprunt, échanges, transformation, persistance des formes, des fonctions tout en dévoilant en négatif des éléments non utilisés, soulevant ainsi la question du refus. Si, comme a pu le dire Roland Etienne, « ce serait étonnant de vouloir synthétiser quoi que ce soit, alors qu’on se balade dans le temps et l’espace7 », le présent ouvrage continue cependant la réflexion entamée lors du colloque de Nanterre, en proposant une lecture ou une relecture des processus de mobilité ou d’immobilisme des objets et idées. Les emprunts ponctuels mis en évidence poussent à s’interroger sur les raisons qui évincent la plus grande partie des autres éléments caractérisant l’Autre société et mettent en exergue le fait qu’un emprunt ne signifie pas nécessairement que la société réceptrice s’acculture (Delphine Franceschi, Pierre Wech). Le lecteur pourra se rendre compte à quel point ces notions ne peuvent être étudiées en dehors de leurs contextes social et géographique. Il est ainsi patent que les choix réalisés dans les Pyrénées et à Chypre sont liés aux contacts avec les populations extérieures mais aussi à la configuration de l’endroit. L’approche sur le long terme permet par ailleurs de soulever la question de la persistance des idées et des formes (Sterenn Le Maguer) et de l’influence du milieu sur les convergences idéelles de deux civilisations (Claire Billard). Enfin l’emprunt à rebours d’une structure déjà présente sur le territoire mène à se poser la question d’une certaine forme de syncrétisme, de marqueur de territoire ou d’économie de moyens (Aurore Brailly). Nous pourrions conclure en soulignant le fait que les auteurs démontrent les nuances à apporter au concept d’acculturation, qui peut parfois être un peu trop rapidement proposé. À l’instar d’Olivier Gosselain8, il ne faudrait parler d’acculturation que lorsque l’ensemble de la chaîne opératoire idéelle autant que matérielle est identique à celle élaborée par la population émettrice. La présente livraison d’Archéo.Doct est ainsi un formidable outil pour montrer que l’adoption et l’adaptation résultent de choix cohérents et néanmoins complexes, mettant ainsi en perspective différents degrés de refus et d’acceptation.

Notes

1 Institut National d’Histoire de l’Art, 2 rue Vivienne, 75002, Paris.

2 Dhennequin L., Gernez G. et Giraud J. (éd.), (2009) – Objets et symboles. De la culture matérielle à l’espace culturel, Archéo.Doct. 1, Publications de la Sorbonne, Paris.

3 Nicolas Th. et Salavert A. (éd.), (2010) – Territoires et économies, Archéo.Doct. 2, Publications de la Sorbonne, Paris.

4 Leduc Ch., Salavert A., Nicolas Th. et Al Halabi T. (éd.), (2012) – Les images. Regards sur les sociétés, Archéo.Doct. 3, Publications de la Sorbonne, Paris.

5 Brunet O., Sauvin Ch.-É. et Al Halabi T. (éd.), (2012) – Les marqueurs archéologiques du pouvoir, Archéo.Doct. 4, Publications de la Sorbonne, Paris.

6 Rouillard P. (dir.), (2007) – Mobilités, immobilismes : l’emprunt et son refus, Paris.

7 Sabinot C. (2007) – Mobilités, immobilismes. Imitation, transfert et refus d’emprunt. Compte rendu de colloque (Nanterre, 8-9 juin 2006). Natures Sciences Sociétés, 15 (4), p. 432-434, www.nss-journal.org.

8 Gosselain O. (2012) – Traditions céramiques et identités sociales en Afrique : une autre histoire ou simplement de l’histoire ?, dans N. Schlanger et A.-C. Taylor (éd.), La préhistoire des autres. Perspectives archéologiques et anthropologiques, actes du colloque des 18 et 19 janvier 2011, Musée du Quai Branly, Paris.

Author(s)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 : Archéologie et sciences de l’Antiquité.

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 : Archéologie et sciences de l’Antiquité.

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 : Archéologie et sciences de l’Antiquité.

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 : Archéologie et sciences de l’Antiquité.

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Buy

Print version

Loading

Unavailable