Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des vestiges aux sociétés

 | 
Jeanne Brancier
, 
Caroline Rémeaud
, 
Thibault Vallette

Des témoins involontaires à la vocation sociale des vestiges

Des témoins involontaires à la vocation sociale des vestiges

De la matrice sédimentaire à l’occupation de l’espace urbain à Noyon : étude géoarchéologique de deux stratifications de terres noires (ive-xiiie siècle)

Quentin Borderie

Résumé

Dans l’étude des contextes urbains du premier Moyen Âge, l’analyse du sédiment stricto sensu, de la matrice sédimentaire, est particulièrement importante. En effet, les stratifications sont principalement constituées de terres noires : d’épais dépôts sombres d’apparence homogène, dont l’étude nécessite la mise en œuvre d’approches archéologique et géoarchéologique fines. L’étude porte sur deux stratifications de terres noires des ive-xiiie siècle mises au jour à Noyon (Oise). La première (place A. Briand) est située hors des murs du castrum, tandis que la seconde (rue de l’Évêché) se trouve intra muros, à proximité de la cathédrale. L’approche fine de terrain, les analyses micromorphologique et géochimique (C, N, calcaire, Fe, P, susceptibilité magnétique) ont permis d’identifier les modes de mise en place de ces terres noires, les processus de leur formation et de leur transformation qui ont conduit à leur aspect actuel. Elles sont le résultat d’accumulations progressives de rejets, structurées par l’activité biologique et tassées en place. Les activités à l’origine de ces rejets sont extrêmement diverses, et certains assemblages de micro-constituants permettent même de suggérer une certaine spécificité : utilisation du feu à haute température, présence de grands herbivores, traitement des végétaux. Par l’étude des terres noires, il est possible de percevoir la complexité de l’organisation des espaces urbains du premier Moyen Âge.

Analysing the sediment sensu stricto is very important when studying the urban contexts of Early Middle Ages. Indeed, the strata are essentially made of Dark Earth : thick dark deposit of homogenous appearance, which study needs to develop fine archaeological and geoarchaeological approaches. This paper deals with two strata of such Dark Earth of the 4th to 13th c. BC from Noyon (Oise, France). The former (A. Briand Sq.) is situated outside the town walls of the castrum, when the latter (Évêché str.) is intra muros, near the cathedral. The detailed field approach, the micromorphological analysis and the chemical one (C, N, calcareous, Fe, P, magnetic susceptibility) permit to identify the processes of formation and transformation of this Dark Earth. They are the result of the progressive accumulation of waste structured by in situ biological activity and compaction. The activities leading to this waste are very diverse, and some micro-component combination suggests the use of fire, the presence of cattle and craft using vegetal. Thus, the study of Dark Earth allows perceiving the complex organisation of urban spaces from the Early Middle Age.

Texte intégral

Introduction

1La thématique de la sixième Journée doctorale d’archéologie invitait à s’interroger sur les processus d’interprétation des archives sédimentaires, dans l’élaboration d’un discours à portée sociétale. Parmi ces archives, il a été choisi ici d’interroger le sédiment lui-même, « matrice » des structures et objets archéologiques plus souvent étudiés, à ses dépens. La formation des stratifications urbaines, leurs dépôts et leurs transformations, même lorsqu’aucune structure n’est perceptible en apparence, procèdent en effet du cumul des activités humaines, de la fréquentation des espaces, des modes de vie, du rapport au sol. À partir de l’étude de deux stratifications de terres noires (ive-xiiie siècle), d’apparence homogène, il est montré ici comment l’approche géoarchéologique des contextes urbains (Cammas et al., 2011 ; Borderie, 2011a) enrichi les problématiques usuellement abordées pour l’étude des villes du premier Moyen Âge (Borderie, 2011b). Parce que le sédiment est un enregistreur des pratiques socio-spatiales et de leurs changements, il offre un panel de données et des clés de lecture renouvelant « le passage des données archéologiques aux sociétés sous-jacentes ».

2Les terres noires de la fin de l’Antiquité et du début du Moyen Âge constituent une problématique majeure de l’histoire urbaine d’Europe occidentale. Ces épais niveaux sombres, d’apparence homogène, composants majoritaires des stratifications urbaines des ive-xie siècle, contiennent en effet les structures et le mobilier permettant de comprendre l’organisation des espaces urbains (Galinié, 2004 ; Fondrillon, 2009). Leur présence est attestée depuis le xixe siècle et leur étude est entreprise depuis les années 1980 en France et en Grande-Bretagne (Macphail, 1981 ; Arlaud et al., 1994).

3Depuis de nombreuses décennies, une interprétation a priori des terres noires, comme espaces abandonnés ou mis en culture, a entretenu un modèle d’urbain sans vie urbaine, d’agglomérations réduites à un castrum réservé aux élites. Pourtant, les terres noires sont observables dans les espaces extra muros comme intra muros et contiennent bien souvent les rares structures ou mobilier archéologiques du premier Moyen Âge : surfaces aménagées, trous de poteaux, foyers, monnaies, céramique, verre, etc.

4L’approche micromorphologique des terres noires a permis de mettre en évidence la grande diversité de leurs modes de formation (Macphail, 1994 ; Cammas, 2004). Ces niveaux résultent à la fois d’un contexte pédo-sédimentaire particulier mais surtout des usages sociaux des espaces. Les terres noires sont donc différentes d’une ville à l’autre, d’un secteur à un autre : une seule interprétation fonctionnelle, à l’échelle d’une opération archéologique, est bien souvent impossible.

5Pour cette raison, les deux stratifications étudiées à Noyon sont particulièrement intéressantes car elles se trouvent dans des contextes urbains et des milieux de sédimentation différents. La première stratification est située à l’extérieur du périmètre circonscrit par l’enceinte de l’Antiquité tardive, en milieux humide. La seconde est située dans le périmètre de l’enceinte, en milieu drainé.

Matériel et méthode

Noyon

6Noyon est située dans le bassin de Paris, à la limite nord des formations quaternaires de l’Eocène et du Paléocènes. Les plateaux calcaires, sableux ou marneux, y sont incisés par des vallées asymétriques. Les versants exposés au nord-est présentent des dépôts éoliens de limons. Les versants sud-ouest, plus abrupts, présentent des affleurements de sables ou d’argiles, qui peuvent former des colluvions jusqu’aux fonds des vallées, argileux. La ville se trouve sur un versant exposé au sud-ouest, abrupt, à l’intersection des talwegs de la Goële et de la Verse, affluent de rive droite de l’Oise. En plus des formations principalement sableuses et argileuses de ce versant, le sommet du mont Saint-Siméon, sur l’autre versant du vallon de la Goële, présente des calcaires du Lutétien inférieur ou « pierre à liard » qui comportent de nombreux tests de Nummulites.

7Les dépôts urbains de Noyon se situent en partie sur des colluvions sableuses de piedmont au bas du versant, et sur les alluvions limono-argileuses de la Verse et de la Goële. La puissance des dépôts archéologiques atteint jusqu’à 7,50 m de puissance dans l’espace circonscrit par une enceinte dans l’Antiquité tardive (Talon, 1987). Au bord de la Verse, l’épaisseur totale des dépôts anthropiques n’est pas connue, mais ils admettent une puissance supérieure à 3 m, dont une part est aujourd’hui sous le niveau de la nappe phréatique (à environ 41 m NGF). La connaissance de ces formations superficielles est essentielle pour l’analyse des sédiments archéologiques. Ainsi, les calcaires du mont Saint-Siméon, aisément reconnaissables par la présence des tests de Nummulites, sont largement utilisés comme matériau de construction. Il en est de même des sables argileux, affleurant à quelques kilomètres de la ville, utilisés comme matière première dans les constructions en terre. La ville étant majoritairement située sur un substrat argileux et entourée de formations sableuses, des apports « naturels » devraient être identifiables par ces granulométries. La comparaison des caractéristiques des sédiments archéologiques, donc des terres noires, avec celles des formations superficielles est significative. Elle permet d’évaluer la part des matériaux autochtones et des matériaux apportés.

  • 1 Le Service archéologique de la ville de Noyon (SAVN) est aujourd’hui dirigé par H. Dulauroy-­Lynch.

8La recherche archéologique est menée aujourd’hui à Noyon par le service municipal d’archéologie1. Noviomagus est reconnue comme une agglomération secondaire de la cité des Viromanduens (Ben Redjeb, 1992). L’enceinte, encore visible aujourd’hui, semble avoir été érigée à la fin du iiie ou au début du ive siècle. Son architecture inclut notamment un talus interne, identifié lors de plusieurs opérations (Talon, 1987, p. 175 ; Ben Redjeb, 1992, p. 73 ; Desachy, 1999, p. 171). C’est à Noviomagus que, vers 400, la Notitia Dignitatum Imperii situe la résidence du préfet des Lètes bataves.

9L’agglomération accroit, au premier Moyen Âge, son rôle politique de premier plan. Elle devient le siège de l’évêché de Saint-Quentin par l’établissement de l’évêque Médard, vers la fin vie siècle, à Noyon (Picard, 1980, p. 68). Saint-Éloi, ministre de Dagobert, en est l’évêque de 640 à 659. Charlemagne y est sacré roi en 768, ainsi que Hugues Capet en 987 (Desachy, 1999 ; Gaillard et Desachy, 2006). Face à ce rôle de place centrale, les éléments de topographie connus grâce à la documentation écrite se limitent seulement à quelques édifices de cultes dont la localisation est souvent approximative (basilique cathédrale, abbaye Saint-Eloi, abbaye de femme Sainte-Godeberthe, monastère Saint-Martin) et la présence supposée d’une résidence épiscopale au sud de la cathédrale et d’un palais royal dès le viie siècle (Picard, 1980 ; Desachy, 1999). Cette prédominance des édifices de culte dans la documentation écrite est significative de toutes les agglomérations du premier Moyen Âge. En effet, le nombre d’édifices renseignés est corrélé à celui des documents mobilisés, comme le montre l’inventaire exposé dans la figure suivante (Fig. 1) réalisé à partir des atlas de la topographie chrétienne des cités de la Gaule (TCCG, 1975-2007). Ainsi, plus le nombre de documents utilisé est grand, plus le nombre d’édifices de culte est important.

10Les vestiges de structures datés du premier Moyen Âge découverts à Noyon sont de nature variée, et permettent de témoigner de la diversité et de la complexité des usages des espaces, à la fois intra et extra muros. Ils sont presque systématiquement associés à des niveaux de terres noires. Soit ils se trouvent, en effet, inclus dans leur épaisseur, soit ils y sont contigus.

11Ainsi, dans l’espace circonscrit par l’enceinte, des vestiges de maçonnerie ont été découverts en 1921 sous le cœur de la cathédrale gothique. Ils ont été attribués à un édifice du premier Moyen Âge. Une zone funéraire peut être située au nord-est et hors du castrum, comme l’attestent les découvertes d’inhumations et de sarcophages (Angot, 1971, fig. 32, n°  2 à 5 ; Desachy, 1999, pl. xxiii). Une autre zone funéraire, peut-être de la fin du premier Moyen Âge, se trouve au sud du castrum, à proximité de l’abbaye Sainte-Godeberthe (Lacroix, 1999, fig. 32, 6). La fonction défensive de l’enceinte pourrait ne pas avoir été abandonnée durant le premier Moyen Âge, comme peut l’attester le talus interne à la muraille de l’Antiquité tardive, toujours présent à la période carolingienne. Dès cette période cependant, des fosses y sont creusées, une installation « rudimentaire de production de chaux » y prend place (Talon, 1987, p. 175). L’absence de terres noires sur l’emprise de ce talus est un fait remarquable, qui se retrouve également à Evreux (Gerber et Gerber, 1993). Des vestiges de bâtiments monumentaux en « blocs de grès et calcaire noyés dans un mortier de gravier » ont également été mis au jour intra muros, au sud de la cathédrale. Ils ont été interprétés comme des éléments du groupe cathédral primitif (Fig. 2, n°  10) (Lacroix, 2002a, p. 11). Ils n’étaient pas non plus associés à des niveaux de terres noires.

12La division entre les espaces intra et extra muros que pourrait créer l’enceinte dans l’organisation de l’espace urbain, au premier Moyen Âge, semble se limiter à cela. En effet, cette différentiation est finalement peu observable dans la nature des autres structures découvertes, qu’elles soient des vestiges d’artisanat, des bâtiments domestiques, des structures dépotoirs ou des niveaux de terres noires.

13Deux ensembles de vestiges de bâtiments domestiques et artisanaux, associés à d’importants niveaux de terre noires ont été trouvés intra muros (Fig. 2, n°  11 et 15) (Talon, 1987 ; Desachy, 1999, p. 172). Le premier ensemble a été daté des ive et ve siècles. Il est constitué d’un bâtiment en plancher en bois sur remblai d’argile, et d’un « atelier » constitué d’une superposition de foyers aménagés en tuiles et de couches de cendres (Ben Redjeb, 1992, p. 74). Le second est daté de la période carolingienne. Il s’agit d’un bâtiment orienté nord-sud, de 6 par 3,50 m, sur fondations de tranchées empierrées, comportant des élévations en bois et torchis, comme l’atteste un pan brûlé et effondré présentant une fenêtre, soutenu par deux importants poteaux (Talon, 1987). À proximité de ce bâtiment, des fosses du premier Moyen Âge ont été découvertes. Elles contenaient des peignes en os, des fragments de verrerie et des agrafes en bronze.

Fig.1. Nombre d’édifices chrétiens connus pour les cités de la Gaule et nombre de documents écrits mobilisés

Fig.1. Nombre d’édifices chrétiens connus pour les cités de la Gaule et nombre de documents écrits mobilisés

Q. Borderie d’après TCCG, 1975-2007.

14À moins de 50 m au sud de la cathédrale actuelle, des vestiges de bâtiments antérieurs au viie siècle, en architecture de terre à bâtir, de pierre et bois, contenus dans des terres noires, ont été découverts en 2006. En 2001, des rejets d’artisanat du verre datés des viiie-xe siècle ont été mis au jour dans des niveaux de terres noires. Ils sont composés de « paroi de four, creusets, déchets de fusion » et de « scories, rejets de combustion » (Fig. 2, n°  14) (Lacroix, 2002a, p. 11). Des fosses dépotoirs domestiques de la fin du premier Moyen Âge (xe-xiie) ont été découvertes à quelques mètres à l’est du secteur précédent, en 2002 (Lacroix, 2004b).

15Au sud et à l’extérieur de l’enceinte, de nombreuses structures des viiie-xe siècle ont également été découvertes, dans d’importants niveaux de terres noires. À proximité de la Versette (Fig. 2, n°  12) (Lacroix, 2004a), il s’agit de la succession de deux bâtiments. Le premier est matérialisé par des lambeaux de sols construits en calcaire et en mortier, ainsi que par la présence de deux fosses et de surfaces gravillonnées. Le second, postérieur, est matérialisé par plusieurs fosses et trous de poteaux, deux poteaux en bois partiellement conservés, un sol construit, et par la tranchée de récupération d’une sablière basse. Au sein de l’espace funéraire contigu à l’abbaye Sainte-Godeberthe (Fig. 2, n°  13), des fosses et des dépotoirs ont aussi été découverts, en plus de sépultures.

Fig.2. Noyon : localisation des structures archéologiques du premier Moyen Âge

Fig.2. Noyon : localisation des structures archéologiques du premier Moyen Âge

Q. Borderie.

Identification des vestiges

Référence

1

Cathédrale (fouilles 1920-1921)

Desachy, 1999

2

Inhumations (fouilles 1971)

Angot, 1971

3

Sarcophages, rue Saint-Pierre (fouilles 1869)

Desachy, 1999

4

Sarcophages, rue Saint-Jean (fouilles 1949)

Desachy, 1999

5

Inhumations (fouilles 1991)

Desachy, 1999

6

Inhumations (fouilles 1999)

Lacroix, 2004a

7

Voirie de recharges de matériaux grossiers, mobilier des ixe-xe s. (fouilles 1999)

Lacroix, 2004a

8

Niveaux de circulation (terres noires), recharges de matériaux grossiers (antérieur ou contemporain au viiie s.)

Lacroix, 2004b

9

Bâtiment, aménagements en terre à bâtir (antérieur viie s.)

Dulauroy, en prép.

10

Bâtiment, maçonneries monumentales

Lacroix, 2004b

11

Bâtiment en bois, solins de pierres (période carolingienne)

Talon, 1987

12

Bâtiment sur poteau et sablières basses (viiie-xe s.)

Lacroix, 2004a

13

Bâtiment comprenant des sols construits en calcaire et mortier, associé à des surfaces gravillonnées
(viiie-xe s.)

Lacroix, 2004a

14

Rejets d’artisanat du verre

Lacroix, 2002a

15

Atelier, fours (ive-ve s.)

Talon, 1987

16Enfin, des niveaux caractéristiques d’espaces de circulation, contemporains ou antérieurs au viiie siècle, ont été découverts intra muros (Fig. 2, n°  8) (Lacroix, 2002b ; Lacroix, 2004b), et d’autres des ixe-xe siècles extra muros, dans l’axe de la voie de Paris (Lacroix, 2004a). Ils sont systématiquement associés à des niveaux de terres noires.

17L’exposé fait ci-dessus montre l’association presque systématiquement entre les structures du premier Moyen Âge et les niveaux de terres noires. Depuis les années 1980, grâce à l’opération archéologique de l’îlot des Deux-Bornes, cette récurrence a pu être constatée (Fig. 3). Que ce soit à l’intérieur de l’espace enclos par l’enceinte de l’Antiquité tardive, ou à l’extérieur, les niveaux de circulations et les bâtiments des ive-ve au xie siècle sont synchrones d’accumulations de terres noires. Les niveaux sombres et homogènes peuvent alors présenter des épaisseurs importantes, comme les 2,20 m perçus lors des fouilles de la place A. Briand (Fig. 4).

Fig.3. Noyon : localisation des observations de terres noires

Fig.3. Noyon : localisation des observations de terres noires

Q. Borderie.

Identification des terres noires

Interprétation

Référence

1

Deux unités de « terres noires »  : 6 et 5 de la paroi nord du sondage

Aucune

Angot, 1971

2

Niveaux de sédiment sombre, terreux, avec des fragments de terre cuite, calcaire, os

Aucune

Desachy, 1995

3

Couches de « terres noires » dans lesquelles des unités et des interfaces ténues ont été perçues

Circulation

Lacroix, 2002b

4

« Terres noires » partiellement fouillées, habitat dans les « terres noires »

Aucune

Dulauroy, en prép.

5

Sépultures creusées dans un niveau d’une quarantaine de centimètres de « terres noires »

Aucune

Desachy, en prép.

6

Rue de l’Évêché  : niveau de terres noires observé sur une épaisseur de 0,80 m environ, dont la base n’a pas été atteinte. Recoupée par une fosse de la fin du Moyen Âge (xiiie-xve siècle)

Aucune

Desachy, 1993

8

Couche de terres noires clôturant la phase IV. Mobilier du haut Moyen Âge trouvé en « remblai », remanié. Matériel du ier au xiie siècle

Aucune

Ben Redjeb, 1985

7

Présence de terres noires confirmée par B. Desachy et M. Talon (comm. pers. 2007)

Aucune

Talon, 1987

9

Les « terres noires » contiennent de la céramique carolingienne et du torchis brûlé

Aucune

Desachy, 1992

10

Les terres noires sont constituées des couches 114 et 107, interprétées comme des remblais

Remblais

Desachy, 1989

11

Terres noires contenant des structures d’habitat

Aucune

Lacroix, 2004a

12

Place A. Briand  : deux habitats successifs dans les « terres noires »

Aucune

Lacroix, 2004a

13

état de la ruelle du Chevalet des ixe-xe dans les « terres noires »

Circulation

Lacroix, 2004a

14

épaisseur de 20 cm mais sans que leur base ne soit atteinte

Aucune

Anonyme, 1991

15

« Remblai très noir » contenant de la céramique de la période carolingienne

Aucune

Talon, 1987

16

Niveaux de colluvions/alluvions

Desachy, 1993

17

Absence de terres noires

Desachy, 1993

18

Pas de terres noires mais des couches d’alluvions

Lacroix, 2003

18En d’autres emplacements cependant, les terres noires ne semblent associées à aucun vestige structuré, bien que du mobilier du premier Moyen Âge ait pu y être recueilli, et elles se présentent comme des niveaux massifs et homogènes. C’est le cas des niveaux mis au jour dans le cœur de l’église de la Madeleine, place Cordouan, ou encore rue de l’Évêché.

19Enfin, en quelques endroits, l’absence de terres noires a pu être attestée. Intra muros, le talus interne à la muraille de l’Antiquité tardive n’a présenté aucun niveau de terres noires sur son emprise, en tous les points où il a pu être constaté. Lors de la découverte de maçonneries en grand appareil au sud de la cathédrale, aucun niveau de terres noires n’a été mis au jour. Bien que la plupart de ces observations soient ponctuelles, leur distribution permet déjà de définir une zone d’occurrence des terres noires d’environ 100 m autour et, à l’intérieur, de l’espace circonscrit par l’enceinte de l’Antiquité tardive (Fig. 3)

Fig. 4. Place A. Briand

Fig. 4. Place A. Briand

Relevé stratigraphique de la coupe ouest et localisation des prélèvements non perturbés. Les terres noires (US 2055, 2053, 2052, 2044 et 2014) contiennent des sols construits en terre (US 2041, 2042 et 2043), une tranchée de récupération de sablière basse (2027), des fosses (telles 2047-2046) et se développent sur les niveaux de destruction, de nivellement et de récupération (US 2055) de blocs d’un bassin monumental en pierres calcaires de grand appareil (US 2057, 2058 et 2059).

Q. Borderie.

20Les deux stratifications de terres noires étudiées et présentées ici permettent d’illustrer ces différentes configurations en lien avec la topographie historique. Place A. Briand, les terres noires contiennent, en effet, des niveaux structurés plus aisément interprétables : poteaux, sols construits en terre, sablière basse, alors que, rue de l’Évêché, les terres noires sont homogènes.

21En plus des dynamiques de formation et de transformation des niveaux de terres noires en lien avec les conditions pédo-sédimentaires locales – milieu engorgé humide place A. Briand, milieu drainé rue de l’Évêché – ce sont donc les successions des modes d’occupation des espaces qui peuvent être ainsi renseignés.

Stratification de la place A. Briand

22L’opération archéologique de la place A. Briand a pris place en 1998 à l’extérieur de l’enceinte de l’Antiquité tardive, entre celle-ci et l’ancien cours de la Versette au sud-ouest, à proximité de la voie dite « de Paris » (Fig. 3, n°  7). Les terres noires ont été mises au jour dans les trois zones fouillées (Fig. 3, n°  11, 12 et 13). La stratification abordée ici est celle de la zone II (Fig. 3, n°  11). Les terres noires s’y développent sur les niveaux de destruction, de nivellement et de récupération (US 2055) de blocs d’un bassin monumental en pierres calcaires de grand appareil (US 2057, 2058 et 2059). Le mobilier céramique date la construction de ce bassin des ier et iie siècles. L’épaisseur des terres noires (2,20 m) est importante relativement aux stratifications généralement observées et plutôt proche du mètre (Cammas, 2004). Toutefois, cette épaisseur totale inclue les niveaux supérieurs, des xiie-xiiie siècles, interprétés comme des remblais d’aménagement des bords de la Versette (US 2014). L’interprétation de ces niveaux tardifs est fondée sur l’observation de strates plus anciennes de débordement de la rivière, dont la constitution semble similaire (Lacroix, 1999). Les 0,69 m sous-jacents contiennent du mobilier des viiie-xe siècle pour les niveaux supérieurs (US 2041 à 2053, 2060 et 2068), et des ive-ve siècles pour les niveaux inférieurs (US 2054 à 2056 et 2062). Plusieurs structures évidentes, datées des ixe et xe siècles, ont été reconnues et interprétées comme des éléments d’habitats : des trous de poteaux et deux sections de poteaux en place (de 0,50 m de long), de rares lentilles de surfaces d’occupation argilo-sableuses micro-stratifiées (US 2041, 2042, 2043) en contact avec le négatif d’une sablière basse (2027). Deux fosses (US 2047 et 2068) sont datées des viiie-xe siècles.

23En cet emplacement, les stratifications sont partiellement engorgées et imbibées d’eau, du fait de la présence de la nappe phréatique de la Verse vers l’altitude 41 m NGF (Lacroix, 2004a, p. 121). Les processus de formation des terres noires dans ce contexte sont donc particulièrement intéressants à étudier.

24Sur le terrain, les unités 2053, 2052, 2044 et 2014 paraissaient massives et il était impossible de déterminer si leur épaisseur pouvait présenter des micro-stratifications. C’est sur ces quatre unités qu’est centré ici le propos. Les fins lits d’accumulation de sols construits et de rejets d’intérieur (2041, 2042 et 2043) sont détaillés dans un autre article (Borderie, 2011b).

Stratification du 14, rue de l’Évêché

25L’opération archéologique de sauvetage urgent de la rue de l’Evêché s’est déroulée en 1993, dans la cour de la maison située au 14, rue de l’Évêché, à l’angle de la rue des Deux-Bornes (Fig. 3, n°  6). Elle constitue donc un point d’observation privilégié au croisement des deux axes viaires majeurs de l’agglomération antique. Les niveaux de terres noires (US 19), d’une puissance de 0,70 m, sont apparus sous un empierrement constitué de cailloutis (US 17) et de gros moellons calcaires (US 18), et leur limite inférieure n’a pas été atteinte. Elles sont recoupées par une fosse au contenu daté de la fin de la période médiévale (US 20).

26Sur le terrain, il n’a pas été possible de discriminer des variations ou une micro-stratification au sein de l’unité 19, qui apparaissait très homogène, d’un gris très sombre.

Méthode

27Afin d’interpréter les processus de formation des unités stratigraphiques de terres noires de ces deux différents contextes, il a été choisi de mettre en place une analyse micromorphologique. La micromorphologie étudie « l’organisation des constituants du sol à l’échelle microscopique, qui est significative de la dynamique des milieux de sédimentation et de l’évolution des couvertures pédologiques » (Cammas et Wattez, 2009, p. 186). Elle est pratiquée sur des lames minces de 35 µm d’épaisseur faites à partir d’échantillons non perturbés indurés par de la résine polyester. La terminologie descriptive normalisée utilisée est celle proposée par P. Bullock et ses confrères (Bullock et al., 1985 ; Fédoroff et Courty, 1992).

28L’analyse est réalisée au microscope optique, aux grossissements × 1 à × 600 en lumière transmise polarisée non analysée (LPnA), lumière transmise polarisée analysée (LPA) et en lumière incidente oblique (LIO). Chaque unité micro-stratigraphique (UMS) définie a été subdivisée en bandes de 5 mm. Pour chacune de ces bandes, la microstructure, les constituants ainsi que les traits ont été dénombrés par un comptage exhaustif, ou bien estimation de densité conformément aux abaques de E. A. Fitzpatrick (Fitzpatrick, 1984) pour les éléments inférieurs à 200 µm. La nature des UMS a ainsi pu être définie, par une homogénéité micro locale de la nature et la distribution des vides (porosité), de la microstructure entre ces vides et des traits observables (présence d’imprégnations ou de revêtements de matériaux sur les parois des vides ou dans la masse fine). La nature et l’abondance des constituants peuvent varier au sein d’une même UMS.

29En plus de l’analyse micromorphologique, des prélèvements de vrac de l’US 19 de la rue de l’Évêché ont été soumis à des mesures granulométriques et physico-chimiques.

Résultats

30Les terres noires sont caractérisées par une masse fine carbonatée et doivent leur coloration sombre à la présence importante de matières organiques teintées par le fer et de très nombreux micro-­fragments de charbons. L’analyse granulométrique des terres noires de la rue de l’Évêché permet, de plus, de constater qu’elles sont limono-sableuses, avec un mode sur les limons fins et un autre sur les sables fins. Cette texture contraste avec celle du fonds pédo-géochimique local argileux et témoigne de la nature fondamentalement artificielle des terres noires.

31Toutes les unités analysées sont le résultat d’accumulations progressives de rejets, plus ou moins remaniées par l’activité biologique (bioturbation) et tassées en place. Les activités à l’origine de ces rejets sont extrêmement diverses, et certains assemblages de micro-constituants permettent même de suggérer une certaine spécificité : utilisation du feu à haute température, présence de grands herbivores, traitement des végétaux.

Accumulations progressives

32Les terres noires ne procèdent pas d’apports massifs de type « remblais », mais de petits apports progressifs. Place A. Briand, ce caractère progressif des accumulations est particulièrement bien identifiable dans les unités inférieures, préservées en contexte humide. Elles se caractérisent, en effet, par la succession de fins niveaux horizontaux alternant des lentilles de cendres carbonatés préservées en place avec des plages légèrement bioturbées et des lits de végétaux fragmentés, tassés en partie supérieure (Fig. 5).

Fig.5. Place A. Briand, US 2052 : accumulation progressive, tassement et bioturbation

Fig.5. Place A. Briand, US 2052 : accumulation progressive, tassement et bioturbation

Q. Borderie.

33Dans l’unité supérieure de la place A. Briand (US 2014) et rue de l’Évêché, cette succession d’accumulations est plus difficilement identifiable. En effet, l’unité 2014 se situe dans la zone de fluctuation du niveau de la nappe phréatique. Ces fluctuations ont pu mobiliser de nombreux constituants partiellement dissouts et perturber la structure. Néanmoins, la présence de vestiges d’organisations sub-horizontales et, surtout, les caractères de la bioturbation, indiquent très clairement le caractère progressif de l’accumulation (Fig. 6).

Bioturbations et tassements

34En effet, rue de l’Évêché, l’ensemble de la stratification présente l’alternance verticale d’une microstructure liée à l’activité des enchytréïdes – vers travaillant principalement en sub-surface – avec celle de lombrics (Bullock et al., 1985, p. 135 ; Courty et al., 1989, p. 143 ; Kooistra et ­Pulleman, 2010). Ces différentes plages sont identifiables par l’agrégation, très fine pour les enchytréïdes, et plus grossière et mamelonnée pour les lombrics (Fig. 6).

Fig.6.

Fig.6.

Les deux principales structurations par la bioturbation observées – lombricidés et enchytréïdes (à droite) – et leur superposition dans les terres noires de la rue de l’Évêché (à gauche)

Q. Borderie.

35La bioturbation est très marquée au sommet de la stratification de la place A. Briand (US 2014) où elle est associée à la fragmentation des charbons. Dans les unités inférieures, elle est nettement moins marquée. Cette bioturbation est surtout le fait de l’activité des lombrics et caractérisée par des plages spongieuses interprétables comme l’effondrement d’entassements de déjections, bioturbés à leur tour, comme le suggère la présence de chenaux (Kooistra et Pulleman, 2010).

36Les tassements semblent avoir opéré dans toutes les unités, à des degrés différents. Ils sont particulièrement bien visibles dans la partie supérieure des UMS des US 2044 à 2053 de la place A. Briand (Fig. 5). Quelques agrégats roulés y présentent en effet des déformations et des fissures sub-verticales caractéristiques et les fragments de végétaux sont étroitement entassés horizontalement.

Dissolution et cristallisation en contextes engorgés et drainés

37L’analyse des processus de dissolution et de cristallisation des carbonates, de la vivianite (phosphate de fer) et de la pyrite (sulfate de fer) permet de reconstituer les contextes d’accumulation et les dynamiques de transformation des stratifications. En effet, certains carbonates et particulièrement les cendres sont très aisément dissouts par la circulation de solutions (Courty et al., 1989).

38La préservation de lentilles de cendres dans les UMS des unités 2041 à 2052 de la place A. Briand (Fig. 5), encore en position sub-horizontale alors que les stratifications sont engorgées, ainsi que la faible bioturbation suggèrent que les recouvrements aient été rapides et qu’une couverture ait pu abrité ces dépôts des intempéries.

39La vivianite cristallise en milieu réducteur et acquière une coloration bleutée lorsqu’elle est ensuite oxydée (McGowan et Prangnell, 2006). La formation de cristaux de vivianite a été surtout observée dans les porosités et la masse fine de l’unité 2014 de la place A. Briand, selon deux altitudes, autour de 40,33 m et de 40,63 m (Fig. 7). Ces concentrations peuvent résulter, en premier lieu, d’une concentration en phosphore, due à la nature des dépôts. En effet, de nombreux agrégats phosphatés, dont certains contiennent des cristaux de vivianite, sont présents dans le bas de l’unité 2014. Toutefois, cette unité est située dans la zone de battement de l’aquifère. La dissolution du phosphore lors des phases d’engorgement, puis sa précipitation suite à une saturation des solutions a pu également créer cette concentration (Courty et al., 1989, p. 267 ; McGowan et Prangnell, 2006, p. 97 ; Macphail, communication personnelle, 2009). Enfin, le fait que la vivianite ne se trouve pas dans les unités basses peut sans doute s’expliquer par les teneurs très importantes de sulfure, qui empêche sa précipitation, plutôt que par l’absence de phosphore (Nriagu, 1972, p. 466-467 ; McGowan et Prangnell, 2006). En effet, les constituants riches en phosphore y sont nombreux (végétaux et agrégats : McGowan et Prangnell, 2006, fig. 89).

Fig.7. Place A. Briand

Fig.7. Place A. Briand

Comptage systématique des micro-constituants tous les 5 mm sur les lames minces. La profondeur en ordonnées est exprimée en cm. À droite est replacée la lame mince détaillée dans la Fig. 5.

Q. Borderie.

40Enfin, la pyrite se forme seulement dans les milieux anoxiques, en présence de bactéries, et est très rapidement dissoute en conditions oxydantes (Mees et Stoops, 2010). La présence de très nombreux cristaux de pyrite, arrondis (framboids), dans les porosités des végétaux, est caractéristiques des processus de minéralisation des végétaux (Bullock et al., 1985, p. 67-68 ; Mees et Stoops, 2010, p. 543-547). Cela témoigne donc de l’engorgement permanent des stratifications, qui a opéré rapidement après le dépôt.

Fig.8. Rue de l’Évêché

Fig.8. Rue de l’Évêché

Comptage des micro-constituants sur lames minces. La stratification présente une succession de concentrations de déjections de grands herbivores associées à des concentrations de silice fondue et de verre.

Activités à l’origine des terres noires

41L’analyse des processus à l’origine de la formation des terres noires a permis de constater qu’elles sont le résultat d’une accumulation progressive de rejets rythmés. Ces rejets permettent de restituer les dynamiques de recouvrement, mais aussi la fréquentation des espaces et les activités à leur origine.

42En effet, place A. Briand, les superpositions rapides de lentilles de cendres bien préservées témoignent de la grande proximité des activités à l’origine des rejets. De plus, la bioturbation peu intense au sein des UMS, immédiatement suivi de tassements comme le suggère la distribution des vides courts, atteste de la fréquentation importante des lieux.

Tableau 1. Rue de l’Évêché  : analyses physico-chimiques.

C org

(g/kg)

N tot

(g/kg)

C/N

CaCO3

(g/kg)

Fe

(g/kg)

P inor

(mg/kg)

P tot

(mg/kg)

P org

(mg/kg)

Susc Mag

(10-8 kg-1)

US 19

19,7

1,24

15,8

128

0,841

27913

28417

504

82,41

43Rue de l’Évêché, les constituants fins des terres noires sont surtout constitués d’agrégats phosphatés pouvant être interprétés comme des déjections de grands herbivores (Guélat et al., 1998 ; Akeret et Rentzel, 2001 ; Macphail et al., 2004, p. 179-182 ; Macphail et Goldberg, 2010, p. 589) (Tableau 1). Ces concentrations en déjections sont accompagnées de concentrations de silice fondue à haute température et de verre, témoin d’activité artisanales liées à l’utilisation du feu. La présence d’agrégats roulés, témoins d’une fréquentation récurrente, suggère que cet espace, en plus de recueillir des rejets, puisse avoir été le lieu du parcage de grands herbivores à l’origine de ces déjections. Les analyses physico-chimiques confirment le caractère très organique des terres noires, avec un taux de carbone organique très élevé (19,7 g/kg) et, surtout, un taux de phosphore extrêmement important (28,417 g/kg). Selon les grilles interprétatives proposées par R. C. Eidt (Eidt, 1984), ces teneurs sont équivalentes à celles d’aires de rejets de lisiers ou de dépotoirs. Le taux de phosphore organique, faible face au phosphore total très élevé, témoigne de la minéralisation importante subie par les constituants et traduit également la présence importante de déjections animales (Bell, 2009, p. 83).

Conclusion

44Par l’analyse des caractéristiques et des transformations subies par les dépôts de terres noires, il est possible de percevoir la complexité de l’organisation des espaces urbains du premier Moyen Âge.

45En effet, les terres noires ne sont pas homogènes, mais stratifiées et micro-stratifiées. Si l’intensité de la bioturbation peut parfois compliquer la lecture des stratifications, elle n’oblitère pas pour autant ces micro-stratifications et est, de plus, l’indication de la richesse des rejets en matières organiques et un indicateur précieux de la fréquentation des espaces. La présence dans les terres noires de structures latentes (Leroi-Gourhan et Brézillon, 1983, p. 325) lisibles dans les concentrations de constituants, ainsi que de structures évidentes (trous de poteaux, aménagements successifs, sols construit…) est donc le résultat d’une organisation urbaine complexe.

46Sur l’ensemble de l’agglomération de Noyon, la cartographie de la présence de terres noires permet, de plus, de circonscrire une zone proche de l’enceinte dans laquelle elles se trouvent quasi systématiquement. En certains points d’observations au sein de cette zone, à l’intérieur même de l’espace enclos par l’enceinte, les accumulations de terres noires sont absentes. En ces points, soit elles laissent place à des vestiges d’architecture monumentale, soit elles témoignent de l’emprise du talus interne à l’enceinte de l’Antiquité tardive. La découverte, dans les terres noires de la rue de l’Évêché, de rejets d’activités liées au feu et de déjections de grands herbivores, permet de mieux percevoir la complexité de l’occupation dans le centre de l’agglomération, au croisement de la voie Amiens-Soissons et de celle pour Paris (Fig. 2).

47Les terres noires ne sont donc aucunement synonymes d’abandon des espaces urbains, ou de mise en culture, en « jardinage », systématique. Elles sont les témoins sédimentaires de la diversité des activités, des modes de fréquentation et des fonctions des espaces et, en définitive, des pratiques socio-spatiales complexes dans un contexte urbain dynamique.

Bibliographie

Akeret Ö. et Rentzel P. (2001) Micromorphology and Plant Macrofossil Analysis of Cattle Dung from the Neolithic Lake Shore Settlement of Arbon Bleiche 3, Geoarchaeology : An International Journal, 16, p. 687-700.

Angot J.-P. (1971) Rue Simon de Vermandois, découverte fortuite, rapport du Service régional de l’archéologie Picardie, Amiens.

Anonyme (1991) Place Cordouen, Noyon. Rapport d’opération archéologique, Service régional de l’archéologie Picardie, Amiens.

Arlaud C., Burnouf J., Bravard J.-P., Lurol J. et Vérot-Bourrély A. (1994) Lyon Saint-Jean  : les fouilles de l’îlot Tramassac, rapport du Service régional de l’archéologie, Lyon.

Bell A. (2009) – Les traces organiques des activités humaines : caractérisations micromorphologiques et chimiques sur les sites de Roissy-en-France (Moyen Âge-Époque moderne), mémoire de master, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Ben Redjeb T. (1985) Îlot des Deux-Bornes, rapport du Service régional de l’archéologie Picardie, Amiens.

Ben Redjeb T. (dir.) (1992) Une agglomération secondaire des viromenduens : Noyon (Oise), Revue Archéologique de Picardie, 81, p. 37-74.

Borderie Q. (2011a) Géoarchéologie de l’urbain, retour sur la journée d’étude du 29 octobre 2009, Les Nouvelles de l’Archéologie, 123, p. 61-64.

Borderie Q. (2011b) L’espace urbain entre Antiquité et Moyen Âge, géoarchéologie des terres noires : études de cas, thèse de doctorat, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Bullock P., Fédoroff N., Jongerius A., Stoops G. et Tursina T. (1985) Handbook for Soil Thin Section Description, Wolferhampton.

Cammas C. (2004) Les « terres noires » urbaines du nord de la France : première typologie pédo-sédimentaire, dans L. Verslype et R. Brulet (éd.), Dark Earth-Terres noires. Actes de la table ronde de Louvain-la-Neuve, Louvain-la-Neuve, p. 43-55.

Cammas C., Borderie Q., Augry S. et Desachy B. (2011) L’approche géoarchéologique de l’urbain. Développement du concept, méthodologie et application aux opérations archéologiques, Archéopages, 31, p. 80-93.

Cammas C. et Wattez J. (2009) La micromorphologie : méthodes et applications aux stratigraphies archéologiques, dans A. Ferdière (éd.), « La géologie »  : les sciences de la terre appliquées à l’archéologie, Paris, p. 181-218.

Courty M.-A., Goldberg P. et Macphail R. I. (1989) – Soil and Micromorphology in Archaeological Research, New York.

Desachy B. (1989) Sondage rue de l’Évêché, rapport du Service régional de l’archéologie Picardie, Amiens.

Desachy B. (1992) Évaluation archéologique, cours haute du collège Notre-Dame. Rapport de fouilles, Service régional de l’archéologie Picardie, Amiens.

Desachy B. (1993) Minutes du document d’évaluation du patrimoine archéologique urbain de Noyon : état des données sur le site urbain, document provisoire, Service archéologique de la ville de Noyon, Noyon.

Desachy B (1995) Études préalables à la mise en valeur du « pôle patrimonial » de Noyon (Oise) : fouilles archéologiques d’évaluation dans le cloître de la cathédrale, campagnes 1993 et 1994, rapport du Service régional de l’archéologie Picardie, Amiens.

Desachy B. (1999) Noyon, dans B. Desachy et J.-O. Guilhot (éd.), Archéologie des villes, démarches et exemples en Picardie, Amiens, p. 171-177.

Eidt R. C. (1984) Advances in Abandoned Settlement Analysis : Application to Prehistorical Anthrosols in Colombia, South America, Milwaukee.

Fédoroff N. et Courty M. A. (1992) Organisation du sol aux échelles microscopiques, rapport de l’I.NA.-P.G., Département des sols, Paris.

Fitzpatrick E. A. (1984) Micromorphology of Soils, London.

Fondrillon M. (2009) À propos des recherches sur les terres noires urbaines : dépasser le concept d’attente, Archéologie Médiévale, 39, p. 1-16.

Gaillard M. et Desachy B. (2006) Noyon, dans La topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines à la fin du viiie siècle, Paris, p. 77-84.

Galinié H. (2004) L’expression « terres noires », un concept d’attente, dans L. Verslype et R. Brulet (éd.), Dark Earth-Terres noires. Actes de la table ronde de Louvain-la-Neuve, Louvain-la-Neuve, p. 1-11.

Gerber F. et Gerber C. (1993) Évreux, square Georges Brassens, « La médiathèque », rapport du Service régional de l’archéologie Haute-Normandie, Rouen.

Guélat M., Paccolat O. et Rentzell P. (1998) Une étable gallo-romaine à Brigue-Glis, Waldmatte : évidences archéologiques et micromorphologiques, Annuaire de la Société Suisse de Préhistoire et d’Archéologie, 81, p. 171-182.

Kooistra M. J. et Pulleman M. M. (2010) Features Related to Faunal Activity, dans G. Stoops, V. Mercelino et F. Mees (éd.), Interpretation of Micromorphological Features of Soil and Regolith, Amsterdam, p. 397-418.

Lacroix M.-C. (1999) Noyon (Oise), place Aristide Briand, place de Béziers, rapport du Service régional de l’archéologie Picardie, Amiens.

Lacroix M.-C. (2002a) Noyon (Oise), square de l’Abbé Grospiron, rapport du Service régional de l’archéologie Picardie, Amiens.

Lacroix M.-C. (2002b) Noyon (Oise), place du parvis, rapport du Service régional de l’archéologie Picardie, Amiens.

Lacroix M.-C. (2003) Noyon (Oise), boulevard Charmolue (rue de l’Îsle-Adam), rapport du Service régional de l’archéologie Picardie, Amiens.

Lacroix M.-C. (2004a) Les « terres noires » dans les fouilles préalables à la construction du Chevalet à Noyon, dans L. Verslype et R. Brulet (éd.), Dark Earth-Terres noires. Actes de la table ronde de Louvain-la-Neuve, Louvain-la-Neuve, p. 121-128.

Lacroix M.-C. (2004b) Noyon (Oise)  : les abords de la cathédrale, Archéologie en Picardie, 29.

Leroi-Gourhan A. et Brézillon M. (1983) Fouilles de Pincevent : essai d’analyse ethnographique d’un habitat magdalénien : la section 36, Paris.

Macphail R. I. (1981) Soil and Botanical Studies of the “Dark Earth”, dans M. Jones et G. W. Dimbleby (éd.), The Environment of Man : The Iron Age to the Anglo-Saxon Period, Oxford, p. 309-331.

Macphail R. I. (1994) The Re-Working of Urban Stratigraphy by Human and Natural Processes, dans A. R. Hall et H. K. Kenward (éd.), Urban-Rural Connexion : Perspectives from Environmental Archaeology, Oxford, p. 13-44.

Macphail R. I., Cruise G. M., Allen M. J., Linderholm J. et Reynolds P. (2004) Archaeological Soil and Pollen Analysis of Experimental Floor Deposits ; with Special References to Butser Ancient Farm, Hampshire, UK, Journal of Archaeological Science, 31, p. 175-191.

Macphail R. I. et Goldberg P. (2010) Archaeological Materials, dans G. Stoops, V. Mercelino et F. Mees (éd.), Interpretation of Micromorphological Features of Soil and Regolith, Amsterdam, p. 589-622.

McGowan G. et Prangnell J. (2006) The Signifiance of Vivianite in Archaeological Settings, Geoarchaeology : An International Journal, 21, p. 93-111.

Mees F. et Stoops G. (2010) Sulphidic and Sulphuric Materials, dans G. Stoops, V. Mercelino et F. Mees (éd.), Interpretation of Micromorphological Features of Soil and Regolith, Amsterdam, p. 543-568.

Nriagu J. O. (1972)  Stability of Vivianite and Ion-Pair Formation in the System fe3(PO4)2-H3PO4H3PO4-H2O, dans Geochimica et Cosmochica Acta, 36-4, p. 459-470.

Picard J.-C. (1980) Noyon, dans La topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines à la fin du viiie siècle, Paris.

Talon M. (1987) Noyon (Oise). Îlot des Deux-Bornes, Îlot Paul Bert, Archéologie Médiévale, 27, p. 175-176.

TCCG (1975-2007) La topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines à la fin du viiie siècle, Paris.

Notes

1 Le Service archéologique de la ville de Noyon (SAVN) est aujourd’hui dirigé par H. Dulauroy-­Lynch.

Table des illustrations

Titre Fig.1. Nombre d’édifices chrétiens connus pour les cités de la Gaule et nombre de documents écrits mobilisés
Crédits Q. Borderie d’après TCCG, 1975-2007.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4798/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Fig.2. Noyon : localisation des structures archéologiques du premier Moyen Âge
Crédits Q. Borderie.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4798/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig.3. Noyon : localisation des observations de terres noires
Crédits Q. Borderie.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4798/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 4. Place A. Briand
Légende Relevé stratigraphique de la coupe ouest et localisation des prélèvements non perturbés. Les terres noires (US 2055, 2053, 2052, 2044 et 2014) contiennent des sols construits en terre (US 2041, 2042 et 2043), une tranchée de récupération de sablière basse (2027), des fosses (telles 2047-2046) et se développent sur les niveaux de destruction, de nivellement et de récupération (US 2055) de blocs d’un bassin monumental en pierres calcaires de grand appareil (US 2057, 2058 et 2059).
Crédits Q. Borderie.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4798/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig.5. Place A. Briand, US 2052 : accumulation progressive, tassement et bioturbation
Crédits Q. Borderie.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4798/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Fig.6.
Légende Les deux principales structurations par la bioturbation observées – lombricidés et enchytréïdes (à droite) – et leur superposition dans les terres noires de la rue de l’Évêché (à gauche)
Crédits Q. Borderie.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4798/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig.7. Place A. Briand
Légende Comptage systématique des micro-constituants tous les 5 mm sur les lames minces. La profondeur en ordonnées est exprimée en cm. À droite est replacée la lame mince détaillée dans la Fig. 5.
Crédits Q. Borderie.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4798/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Fig.8. Rue de l’Évêché
Légende Comptage des micro-constituants sur lames minces. La stratification présente une succession de concentrations de déjections de grands herbivores associées à des concentrations de silice fondue et de verre.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4798/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 823k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 7041  : Archéologie et Sciences de l’Antiquité. Sujet de thèse : L’espace urbain entre Antiquité et Moyen Âge, géoarchéologie des terres noires : études de cas.
Directrice : Joëlle Burnouf. Thèse soutenue le 26 octobre 2011.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable