Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Appréhension et qualification des espaces au sein du site archéologique

 | 
Antoine Bourrouilh
, 
Paris Pierre-Emmanuel
, 
Nairusz Haidar Vela

Introduction

Pierre-Marie Blanc

Texte intégral

1La publication de ce nouveau volume d’Archéo.doct est consacrée à une thématique large : « l’appréhension et la qualification des espaces au sein du site archéologique ». Ce sujet a donné lieu à de riches présenta tions et à des débats animés lors de la huitième journée de l’École doctorale d’archéologie (ED 112) de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne qui s’est tenue le mercredi 22 mai 2013 dans les locaux de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA). Ce volume est le résultat de cette fructueuse journée de communications.

2Je voudrais, en premier lieu, remercier les organisateurs de cet événement et parmi eux trois, celle qui a pensé à moi pour ce poste envié de modérateur. Je me permets également de remercier les enseignants-chercheurs et chercheurs des universités, du CNRS ou du ministère de la Culture ainsi que les collègues des pays hôtes – présents lors de cette journée ou aux côtés des doctorants au cours de leurs recherches – qui guident et alimentent leur réflexion ou leur confient du matériel archéologique. Il m’est aussi agréable de rendre hommage au directeur de cette école doctorale dynamique, M. François Villeneuve et à sa cheville ouvrière, Taisir Al-Halabi.

3Ayant assisté à plusieurs reprises aux journées doctorales de l’ED 112, j’ai pu y écouter des présentations, lire des posters, voir des méthodologies développées, suivre les questionnements et les résultats qui en découlent. J’ai eu souvent l’impression de me trouver au cœur d’un colloque à côtoyer des collègues plus aguerris et non des «  doctorants », comme on dit si commodément, en utilisant le possessif lorsque l’on a la responsabilité d’une équipe de recherche, ou bien de tout jeunes docteurs. La variété tout autant que la qualité des travaux présentés lors de cette journée montrent bien l’imbrication de ces sujets avec les programmes des équipes CNRS qui soutiennent les doctorants et leur implication. Ainsi, certains axes majeurs des recherches collectives des équipes reposent souvent sur le travail individuel dans un enrichissement mutuel. Il est certain que les doctorants portent la recherche de demain  !

4Je mesure donc l’honneur qui m’a été fait, mais aussi la responsabilité qui m’incombait afin d’animer au mieux les débats de cette journée. Cette rencontre a été l’occasion de partager, de réfléchir ensemble à mieux appréhender, qualifier et comprendre la variété des espaces rencontrés, qu’il s’agisse d’entités archéologiques au sens propre ou du domaine des idées voire du sacré, espaces cérémoniels ou funéraires, espaces publics ou privés, etc. Ces différentes dimensions, du terrain aux idées, ces approches multiples, anthropologiques, naturalistes ou sociétales, varient en fonction des données disponibles, des approches et des interprétations, mais aussi des aires chrono-culturelles envisagées. La diversité des sujets et des analyses proposés dans cet ouvrage nous permet de dresser un panorama large de cette thématique spatio-fonctionnelle et de ses interprétations en terme historique et de dynamiques sociales ou environnementales sur un arc chronologique de la préhistoire au Moyen Âge, et sur une aire géographique large, de la Grèce à l’Afrique, du Proche-Orient à la plaine de Vitry-sur-Orne.

Auteur

Chargé de recherches au CNRS, UMR 7041

© Publications de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable