Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tsunarisque

 | 
Franck Lavigne
, 
Raphaël Paris

Chapitre 3. Impacts socio-culturels, reconstruction et prévention des risques

Aceh : les déséquilibres et les tensions de la province à la veille du tsunami

Elsa Clavé, Raffaele Cattedra, Jean-Charles Denain, Jean-Christophe Gaillard et Freddy Vinet

Résumé

The social impact of the 26 December 2004 catastrophe cannot be fully understood without an understanding of the Acehnese background. The long-term armed conflicts that agitated the Indonesian province since 1976, the social organisation’s deconstruction and the deep impoverishment of that region are elements that influence the reactions of the population during the post-catastrophe period. This study, based on literature reviews and field interviews, intends to present how these different factors play a role on the tsunami social impact. We argue that these aspects affected emergency and post-emergency times and that they have to be considered for further rehabilitation and reconstruction plans in Aceh, to create sustainable welfare conditions in the region.

Texte intégral

1. Introduction

1Le tsunami du 26 décembre 2004 révèle la province d’Aceh aux yeux du monde. Cette région, la plus touchée par la catastrophe, attire l’attention et la générosité internationale au vu de l’ampleur des pertes humaines et matérielles. Mais alors que les organisations humanitaires se précipitent sur le terrain et que les médias font le décompte des victimes, un fait important reste largement ignoré : avant que le tsunami ne vienne frapper ses côtes, la région connaissait d’importants déséquilibres et de fortes tensions. Aceh était en effet agitée par un des plus vieux conflits armés d’Asie du Sud-Est qui opposait la province rebelle au pouvoir central. Les maux causés par la catastrophe s’ajoutent donc à un lot de malheurs préexistants, et le contexte difficile de la province accentue pour beaucoup l’effet du tsunami au sein de la société.

2Nous nous proposons de présenter ce contexte, ainsi que les dérèglements politiques, sociaux et économiques qui l’ont engendré. Ces éléments permettent de comprendre dans une large partie les réactions des divers acteurs, ainsi que les mécanismes qui se mettent en place au lendemain du 26 décembre.

2. Une province en guerre contre le pouvoir central

2.1. La genèse du GAM

  • 1 Durant la lutte pour l’indépendance et les premières années de la république, Aceh avait développé (...)
  • 2 La charte de Jakarta (Piagam Jakarta), qui sert de préambule à la constitution, est changée in ext (...)

3Au moment du tsunami, Aceh est agitée par un conflit de près de 30 ans dont les racines remontent cependant bien plus loin, au début des années 1950. Le mouvement séparatiste du GAM (Gerakan Aceh Merdeka – Mouvement pour Aceh libre) représente en effet la dernière forme d’un mouvement régional pour l’autodétermination apparu en 1953. À cette époque, Jakarta remet en cause l’autonomie dont la province d’Aceh jouit de fait depuis plusieurs années, en l’intégrant à la grande province de Sumatra Utara1, réduisant ainsi sa position et son pouvoir d’expression. Un profond mécontentement se fait alors sentir qui s’exprime sous diverses formes. La décision de Jakarta met tout d’abord fin aux aspirations des religieux réformistes qui comptent sur l’indépendance pour développer la région et mettre en œuvre un programme de réformes sociales. Elle remet aussi en cause la place primordiale que tient la religion musulmane dans la culture acihaise puisque, sans autonomie spéciale, Aceh doit se conformer à la constitution indonésienne qui a évacué l’islam de ses fondements2. Ces crispations, largement partagées, se fédèrent autour des religieux réformistes menés par Teungku Muhammad Daud Beureueh, un ouléma du PUSA (Persatuan Ulama-ulama Seluruh Aceh – Union des oulémas d’Aceh) ayant dirigé la lutte pour l’indépendance. Ce dernier s’insurge contre le sort réservé à Aceh dans le nouveau découpage administratif de la République et entre en rébellion en 1953, rejoignant le mouvement du Darul Islam (la maison de l’islam). Ce courant, qui a débuté dans d’autres régions de l’archipel, vise à la création d’un état islamique indonésien (Negara Islam Indonesia – NII) dans lequel Aceh aurait sa place en tant que région autonome. Le mouvement séparatiste s’essouffle cependant au début des années 1960 après des années de négociations et de combats sporadiques. En 1959, le statut de région spéciale (Daerah Istimewa) est accordé à la province, lui rendant ainsi ses prérogatives dans les domaines de la politique, de la religion et de l’éducation. Le Darul Islam prend définitivement fin à Aceh en 1962, laissant toutefois une partie des insurgés insatisfaits (Sjamsuddin, 1990 ; Van Dijk, 1981).

4Quelques années plus tard, le conflit reprend sous une autre forme, celle d’une lutte pour la justice sociale de la province. Déçu de ne constater aucun progrès social et économique à Aceh (malgré le statut de région autonome) et reprochant à Jakarta une politique défavorable au développement de la province, un riche homme d’affaires de Pidie, Hasan Di Tiro, fonde le Atjeh – Sumatra National Liberation Front (ASNLF) en 1976. Le mouvement, alors connu sous le nom de Atjeh Merdeka, déclare unilatéralement l’indépendance de la région. Il prendra plus tard le nom de Mouvement pour Aceh libre (Gerakan Atjeh Merdeka – GAM), nom sous-lequel il est encore connu. Bien que les revendications et le ton soient différents, le GAM est rejoint par une partie des sympathisants du Darul Islam avec lequel Hasan di Tiro entretient des liens particuliers, ayant été lui-même ambassadeur outre-mer du mouvement. Le GAM appelle à la création d’un État d’Aceh-Sumatra et marque son opposition au régime central de l’Ordre nouveau qu’il qualifie d’« impérialiste javanais ». L’État indonésien lance alors une opération militaire visant à la capture des principaux leaders et en 1979, Hasan di Tiro quitte le pays pour la Suède où il forme un gouvernement en exil. En 1982, le mouvement qui ne comptait guère que quelques centaines de partisans paraît maîtrisé, la plupart de ses leaders ayant été tués, emprisonnés, ou ayant pris la fuite (Reid, 2004 ; Robinson, 1998).

2.2. Des décennies de conflit

5Le mouvement renaît cependant à la fin des années 1980 et bénéficie de soutiens à l’étranger (Chalk, 2001). Cette résurgence s’accompagne d’une série d’attaques sur des postes militaires et de police de la province. À cette époque, les armes et le soutien dont dispose le GAM ne semblent pas alerter Jakarta qui évalue les forces de la guérilla à 200 hommes. Cinq années plus tard, la popularité du mouvement s’appuie sur de solides bases, les actions se multiplient, et l’intensification des affrontements entraîne une radicalisation des méthodes du gouvernement central. Las des agitations non maîtrisées de la province, le président Suharto lance une opération militaire de grande envergure, l’« opération filet rouge » (Operasi Jaringan Merah) de 1989 à 1998, et Aceh devient « zone d’opération militaire » (Daerah Operasi Militer, DOM) (Reid, 2004 ; Robinson, 1998). Durant ces années, les droits de l’homme sont bafoués et la DOM d’Aceh devient tristement célèbre. Les assassinats, enlèvements et disparitions sont courants, qu’ils soient pratiqués par l’armée ou, dans une moindre mesure, parle GAM, malgré une interdiction explicite du gouvernement en exil. À ces moyens s’ajoutent les tortures, viols et déplacements de population, autant de violences qui laissent leur marque au sein de la société (Amnesty International, 1998 ; Human Rights Watch, 2003 ; International Crisis Group, 2001 ; Kontras, 2006 ; Nessen, 2005 ; Tapol, 2000). Lors du conflit, les groupes de soutien aux droits de l’homme relèvent jusqu’à 120 sortes de tortures utilisées (Barron et al., 2005). À l’occasion de ces derniers événements, le sentiment identitaire acihais s’accentue davantage, et devient un des moteurs de la revendication. Il s’impose par opposition à l’identité javanaise, groupe auquel appartiennent les militaires et la classe dirigeante du pays. Dû aux horreurs de la guerre, l’argument ethnique vient alors se surimposer, comme moteur de la lutte, à l’argumentaire économique et social préexistant (Aspinall, 2006).

6En 1998, la chute du président Suharto met fin à 32 ans d’autoritarisme et marque le début d’une période de réforme nationale, la Reformasi, qui s’accompagne d’une certaine accalmie militaire dans la région d’Aceh. Profitant de celle-ci, le mouvement indépendantiste se renforce dans les campagnes, et la société civile s’exprime sur les exactions commises par l’armée dans la province. En 1999, deux événements majeurs inaugurent une période de changement : le nouveau président, Abdurahman Wahid, lance de nouvelles discussions visant à une trêve des combats et, le 8 novembre, une immense manifestation est organisée pour soutenir l’initiative d’un référendum pour l’autodétermination d’Aceh, à l’instar de celui organisé au Timor oriental. L’événement a lieu en face de la grande mosquée de Banda Aceh, la Mesjid Baiturrahman, et rassemble entre un million et un million et demi de personnes, soit un quart de la population d’Aceh. Cette alternative à la lutte armée, largement soutenue par les masses et initiée par le SIRA (Senter Informasi Referendum Aceh – Centre d’information pour le référendum d’Aceh), est malgré tout réprimée par l’armée.

7Quelque temps après, en 2000, une trêve humanitaire est conclue qui permet d’apporter une aide aux victimes civiles du conflit. Malgré cela, tout espoir de paix disparaît lorsque le gouvernement refuse de reconnaître le mouvement du GAM et de considérer l’accalmie comme un premier pas vers la paix. La position ambiguë de Jakarta, qui se défend d’avoir jamais parlé de cessez-le-feu lors de ces négociations, amène à une reprise encore plus violente des affrontements. Une seconde tentative de paix est instaurée grâce à la médiation du Centre Henri-Dunant pour le dialogue humanitaire (Henri Dunant Center for Humanitarian Dialogue – HDC) qui facilite la signature d’un accord de cessation d’hostilité (Cessation of Hostilities Agreement – CoHA) entre le gouvernement indonésien et le GAM le 9 décembre 2002. Le CoHA, considéré comme une feuille de route vers la paix, contient plusieurs points importants tels l’arrêt immédiat de toute violence, l’établissement d’un comité de sécurité (Joint Security Committee – JSC), le développement de zones de paix et la planification d’élections en 2004, afin d’élire démocratiquement le gouvernement de la province. L’accord prend cependant fin en 2003 après plusieurs provocations et actions violentes commises par les deux parties (Jemadu, 2004 ; Reid, 2004 ; Robinson, 1998).

  • 3 Des rapprochements informels visant à l’organisation de pourparlers de paix avaient eu lieu entre (...)

8À la suite de ces événements, la présidente Megawati Sukarnoputri déclare l’état d’urgence militaire (Darurat Militer – DM) en mai 2003, puis un an plus tard l’état d’urgence civile (Darurat Sipil – DS) (Fig. 1). La période de transition politique, où Megawati cherche le soutien de l’armée, permet aux militaires de reprendre le dessus sur la question d’Aceh. En route pour Tokyo, les négociateurs du GAM sont arrêtés, et plus de 30 000 militaires sont envoyés à Aceh en quelques jours, s’ajoutant aux 23 000 déjà en poste. La province est immédiatement fermée aux étrangers, aux organismes humanitaires (à de très rares exceptions), ainsi qu’à la presse internationale qui ne peut entrer à Aceh que sous escorte et surveillance militaire. C’est dans ce contexte d’isolement que la région est balayée par le tsunami et que le gouvernement n’a d’autre choix que d’ouvrir progressivement la province. Les réticences des premiers jours s’expliquent donc par l’opération militaire en cours la veille du tsunami. Les militaires n’avaient en effet pas l’intention de composer sur le terrain avec des organisations humanitaires internationales3.

FIG. 1. Intensité du conflit par kecamatan (districts ou canton) fin 2004.

9Avant la catastrophe, la région est donc dans une situation politique et sécuritaire instable. De plus, elle a déjà son lot de victimes, de populations déplacées et de pertes matérielles. Le nombre de victimes du conflit est estimé par Amnesty International à 15 000 depuis le début de la rébellion. Les populations déplacées atteignent 300 000 personnes sur la côte est en 2000, réparties en 31 camps de fortune (Fau, 2005) et, à la veille du tsunami, plus de 10 000 maisons sont en attente de reconstruction (Satkorlak, 2005). L’impact du tsunami vient donc s’ajouter à des déséquilibres préexistants qui complexifient la gestion de la catastrophe et la prise en charge des victimes. Ces déséquilibres sont matériels et humains, mais ils concernent également les structures sociales et politiques locales.

3. Les structures sociales et politiques affaiblies

  • 4 Il est à noter que dans la phase d’urgence les anciens mukim ont joué, par endroits, un rôle impor (...)
  • 5 Le système des mukim a été instauré au xviie siècle lors du règne des sultanes d’Aceh.

10Durant les années de guerre, l’organisation politique et sociale des villages est progressivement brisée, résultat à la fois de la politique de centralisation nationale de l’Ordre nouveau et des efforts déployés pour amoindrir les moyens de contestation de la province. En 1979, le vote de la loi n° 5 impose une unification nationale des structures administratives à l’échelle des villages, en rendant obligatoire le modèle de la commune villageoise javanaise, le desa. Ainsi à Aceh, le village (desa) devient l’unité administrative reconnue et le mukim (sorte de fédération villageoise qui regroupe plusieurs gampong et dont le critère d’appartenance est la fréquentation d’une même mosquée pour la prière du vendredi) disparaît, laissant la gestion inter-villageoise au kecamatan (« district », équivalant au canton français). Plus que le nom, c’est l’organisation sociospatiale du système acihais qui est modifiée. Le nouveau découpage change entièrement le rapport des communautés locales entre elles et à leur environnement4. Le mukim, sous l’autorité de l’imam mukim (« chef religieux »), est le ciment d’une communauté sociale et d’un territoire (agricole ou maritime) dont les ressources sont gérées en commun5. Environnement et organisation politique vont par conséquent de pair. Ainsi le nombre de gampong par mukim n’est pas fixe, mais dépend de la répartition dans l’espace et de la proximité des agglomérations rurales (certains mukim comptent entre 7 et 10 gampong, mais peuvent en avoir plus comme le mukim Djuli qui en regroupe traditionnellement 17 – Entretien avec la population, Bireuen, 2006). L’uniformisation du système administratif entraîne un nouveau découpage qui rationalise la répartition des desa et des kecamatan selon une logique de bureau, et non plus selon une logique territoriale, historique ou sociale. L’autonomie dont jouissent traditionnellement les communautés est par ailleurs remise en cause par le fonctionnement hiérarchique qui accompagne la nouvelle organisation administrative. Enfin, cette nouvelle organisation influe sur la sélection des leaders. Un système de recrutement des cadres vient remplacer la manière dont les geuchik (chef de gampong) étaient choisis par un conseil élu démocratiquement au sein du village. Le candidat au poste de chef de village (kepala desa –kades) doit désormais avoir un minimum d’instruction moderne, et son élection ne dépend plus seulement des villageois, puisqu’il doit recevoir l’aval de la hiérarchie administrative avant de prendre ses fonctions.

  • 6 Cette loi ouvre également la voie à l’application de la charia à Aceh.
  • 7 Le terme se retrouve dans Acheh Lee Sagoe (le triangle d’Aceh) qui correspond à la confédération d (...)

11L’amoindrissement des formes d’autorité locale, avec la disparition des institutions acihaises, entraîne une remise en cause du processus décisionnel, qui pénalise les capacités d’organisation et d’autogestion des communautés (Fau, 2003, p. 283-287). De ce fait, la gestion du territoire devient problématique puisqu’elle ne se fait plus selon les modalités traditionnelles, sans toutefois évoluer vers un modèle mieux adapté. Le kejuren blang, pour les affaires concernant la rizière et l’irrigation, n’existe plus qu’à de très rares exceptions, et le panglima laot, pour les affaires maritimes, a été remplacé par une organisation du même nom, regroupant tous les pêcheurs au niveau de la province. Or, si le nom panglima laot (littéralement « le commandant de la mer ») est resté, les responsables des Panglima Laot NAD sont aujourd’hui des universitaires ou des fonctionnaires qui ne connaissent pas toujours les problèmes liés à la pêche et ont sous leur contrôle les panglima laot des villages au pouvoir beaucoup plus restreint (enquête auprès des Panglima Laot d’Aceh Besar, décembre 2005). L’organisation traditionnelle de la société acihaise n’est donc plus opérationnelle lorsque le tsunami frappe Aceh, et ce malgré la loi n° 18 de 2001 (UU Otonomi Khusus bagi provinsi daerah istimewa Aceh sebagai provinsi Nanggroe Aceh Darussalam – loi d’autonomie pour la région spéciale d’Aceh, province de Nanggroe Aceh Darussalam) qui prévoit de rendre certaines prérogatives à la province6. Or, si la loi réinstaure les noms gampong, mukim et sagoe7 dans le langage officiel, elle ne leur rend pas leur sens et leur fonction dans la pratique.

  • 8 Les situations varient selon les régions et dépendent de plusieurs facteurs : exposition au confli (...)

12La nouvelle structure administrative, qui ne possède aucune légitimité traditionnelle, n’a donc pas les moyens de fédérer les communautés. La régulation des affaires maritimes et agricoles s’effectue alors de manière désordonnée. En termes de gestion du territoire et des populations, cette dégradation des structures politiques et sociales constitue un handicap important qui joue un rôle considérable lors des phases d’urgence et de réhabilitation post-tsunami. Durant ces phases, les capacités de mobilisation et de gestion des ressources humaines et territoriales sont hautement sollicitées. Malheureusement, dans certaines régions, le faible leadership et la perte de tout un patrimoine culturel ne permettent pas de répondre de manière satisfaisante aux besoins8.

13Les problèmes de coordination et de répartition de l’aide ne sont pas étrangers à cette situation, tout comme la mauvaise adaptation de certains programmes agricoles et maritimes qui, s’appuyant sur les recommandations faussement avisées des Panglima Laot NAD ou des geuchik, n’ont pas répondu aux besoins essentiels. Dans certains cas ils ont également perpétué un système déjà mal adapté. Il est donc essentiel de considérer l’impact du tsunami sur la société acihaise au vu de la déréglementation de ces structures politico-sociales.

4. Un appauvrissement de longue date

14Le troisième facteur influençant l’impact de la catastrophe tient à la situation économique. Celle-ci se dégrade depuis des décennies et place Aceh dans une situation de marge par rapport à sa voisine de Sumatra Utara. La province d’Aceh a pourtant connu une grande prospérité économique dans le passé en raison des routes maritimes qui s’étaient développées à son avantage et du monopole qu’elle avait instauré sur le commerce du poivre dont elle exportait la moitié de la consommation européenne au début du xviie siècle. Aucune des denrées commercées par le sultanat ne provenait alors de régions proches du port, toutes venaient de la côte ouest ou de la péninsule malaise (Reid, 2005, p. 97 ; Fau, 2003, p. 64). Sa puissance, qui s’appuyait sur une politique autoritariste et fonctionnait selon une logique de réseau, décrût cependant dès la fin du xviie siècle en raison de plusieurs événements extérieurs qui eurent pour conséquence directe de réduire l’influence du sultanat sur ses dépendants (Fau, 2003, p. 63-67 ; Reid, 2005, p. 105-106). Enfin, la longue résistance des Acihais à l’invasion néerlandaise dès 1873, ainsi que la destruction des plants de poivrier victimes d’une épidémie, finirent d’affaiblir cette grande région qui tomba sous la dépendance économique de Sumatra Utara au xixe siècle (Fau, 2003, p. 220).

15Si des raisons historiques expliquent le passage d’un passé glorieux au xviie siècle à une situation de marge économique 2 siècles plus tard, la province d’Aceh n’en reste pas moins naturellement riche et la situation contemporaine résulte des choix politiques des gouvernements qui se sont succédés. Le développement d’Aceh est en effet systématiquement pensé par le pouvoir central en fonction de sa province limitrophe, dont elle devient le prolongement. Pendant la période coloniale, les entrepreneurs occidentaux qui recherchent de nouveaux espaces poussent leurs activités de la côte est vers le nord. Le développement des secteurs pétroliers et agricoles d’Aceh résulte en cela d’une extension des activités de Sumatra Utara (Fau, 2003, p 220). Durant les 30 dernières années, l’implantation de nouvelles industries pétrolières et gazières n’a pourtant pas profité à la région. Le kabupaten d’Aceh Utara, où l’exploitation de gaz a débuté en 1971, est un des plus pauvres de l’archipel avec 59 000 familles répertoriées vivant sous le seuil de pauvreté en 2000 (WALHI, comm. pers.).

16Les capitaux des entreprises installées à Aceh ne font en effet que transiter par la province et alimentent directement les caisses de l’État central. Exxon Mobil, première compagnie pétrolière mondiale, exploite depuis le milieu des années 1970 les champs pétrolifères et de gaz naturel liquide (liquid natural gaz – LNG) de la région en joint-venture avec la PT Arun (filiale de la compagnie nationale des hydrocarbures). En dépit de cela, aucune retombée n’est perceptible autour de Lhokseumawe et de Lhoksukon (côte nord-est) où se trouvent les gisements. Jusqu’en 2001, 70 % des dividendes provenant de l’exploitation de gaz revenaient au gouvernement central et seulement 30 % à la région productrice, un seuil qui n’était souvent même pas atteint (UU n° 25 1999, Perimbangan Keuangan Pusat dan Daerah). La loi sur l’autonomie régionale de 2001 inverse la répartition avec 70 % des dividendes reversés à la province, contre 30 % pour le gouvernement central. La loi ne s’applique cependant que les 8 premières années de l’autonomie, et de 2001 à 2004, aucune amélioration de la situation économique n’a été notée. Aceh, une des plus importantes provinces indonésiennes en termes d’export, contribue aux exportations nationales à hauteur de 2 à 3 milliards de dollars annuels dans les années 1980. Paradoxalement, à la même époque, moins de 10 % des villages fournis en électricité bénéficient d’un apport d’énergie constant (Barron et al., 2005). Pourtant, la participation de la province à l’économie nationale ne faiblit pas : en 2000, Aceh contribue à 40 % des exportations de gaz et de pétrole de l’Indonésie et à 3 milliards de dollars d’exportation (Fau, 2005).

17Tout comme les exploitations d’hydrocarbures, l’organisation de la filière rizicole ne profite pas à la province et constitue un autre exemple de la périphérisation d’Aceh dominée par Medan. Les kabupaten d’Aceh Utara et de Pidie bénéficient d’une plaine alluviale naturellement irriguée et modernisée techniquement dans les années 1970 par la mise en œuvre d’un programme d’intensification des cultures (BIMAS). La région de Pidie obtient les meilleurs rendements de Sumatra. Sur la période 1993-1997 la province d’Aceh produit en moyenne 1 682 876 t/an pour une consommation de 817 459 t, dégageant un excédent rizicole de 865 417 t. Malgré cela, la province ne profite pas des retombées de ses performances agricoles. Le programme BIMAS, conçu dans le cadre d’un système où la riziculture domine, n’est pas adapté à la province d’Aceh. La culture du riz y est traditionnellement associée, en plus des diverses cultures vivrières, à l’élevage de bovins. Pendant la période de pâturage qui correspond à l’assèchement des rizières après la récolte annuelle, les paysans se livrent à des activités parallèles, commerce ou artisanat, générant de nouveaux revenus qui s’ajoutent aux bénéfices des petites plantations familiales annexes (Fau, 2003, p. 222).

18Or l’amélioration de la productivité de la riziculture irriguée s’est faite au détriment des autres cultures, affaiblissant ainsi l’économie locale au profit des exportations de riz vers Medan. Cet appauvrissement s’explique également par le maintien du prix du riz à un seuil relativement bas sur le marché intérieur par le gouvernement indonésien, les négociants de Medan achetant le riz aux producteurs à des prix dérisoires. De ce fait, le surplus rizicole d’Aceh, exporté dans son intégralité vers Medan, favorise surtout le marché urbain. Dans le milieu des années 1990, le prix du riz est si bas que certains paysans sont contraints de vendre leurs terres, essentiellement à de grands propriétaires terriens de Medan, et de devenir ouvriers agricoles sur leurs anciennes terres pour subvenir aux besoins de leurs familles (Fau, 2003, p. 223).

19Enfin, de manière générale, le développement des infrastructures de la province n’est que très peu mis en avant dans la politique du BAPPENAS (Badan Perencanaan dan Pembangunan NasionalAgence de planification du développement national). Le réseau routier est peu développé et se limite à 3 routes provinciales traversant Aceh du nord au sud : sur la côte est, la route relie Banda Aceh à Medan, au centre elle relie la capitale à Takengon (Aceh Tengah), puis Kutacane (Aceh Tenggara), et sur la côte ouest, la route relie Banda Aceh à Meulaboh (Aceh Barat), puis Bakongan (Aceh Selatan). Outre la faible densité du réseau, celui-ci est souvent peu praticable puisque, avant le tsunami, seuls 32,7 % du réseau routier étaient dans un état correct, 35,8 % étaient détériorés et 31,5 % fortement endommagés (BAPPENAS, 2005, main book II-6). La route Medan-Banda Aceh, qui représente l’axe économique principal, draine les ressources de la province d’Aceh au seul profit de Sumatra Utara. Les portions situées au-delà de Lhokseumawe-Medan n’étant pas dans les intérêts de Medan, peu d’efforts sont déployés pour son entretien (Fau, 2003, p. 224).

20Dernier point important, l’orientation des infrastructures de transport ne favorise pas l’ouverture des régions intérieures d’Aceh, consacrées pour une petite partie à l’agriculture et n’ayant aucun accès aux marchés régionaux. Seules quelques routes mineures traversent Aceh d’est en ouest mais leur état les rend souvent impraticables. Une de ces routes date du milieu des années 1980. Le projet visant à relier l’ouest à l’est par la Ladia Galaska est abandonné faute de financement, puis repris en 2002 par la Banque mondiale avec pour idée de réduire les inégalités entre les deux côtes. Le projet est cependant arrêté après une forte mobilisation écologique dénonçant les risques de déforestation sauvage le long de la route dont le tracé traverse le parc Leuser, une des dernières régions d’Asie du Sud-Est où l’écosystème est inestimable (Fau, 2003, p. 224). Au lendemain du tsunami, il existe donc encore très peu d’axes routiers permettant de relier l’intérieur des terres aux côtes (Fig. 2).

21La déficience des infrastructures portuaires pénalise de même la province et réduit à néant l’avantage de sa situation privilégiée, ouverte à la fois sur l’océan Indien et le détroit de Malacca, à proximité de Singapour et des marchés malaisiens. Aceh possède pourtant plusieurs ports à Meulaboh (côte ouest), Sabang, Lhok Nga, Banda Aceh (pointe nord), Sigli, Lhokseumawe et Kuala Langsa (côte est), mais les infrastructures sont vétustes et elles ne permettent pas de développer le potentiel régional. Pour les ports de Lhok Nga et de Lhokseumawe, la gestion privée de ces infrastructures constitue un frein aux activités commerciales. Ces ports sont en effet exclusivement gérés par les entreprises qui en ont l’utilité : pour Lhok Nga, il s’agit de la cimenterie PT Semen Andalas (groupe Lafarge), quant à Lhokseumawe les entreprises d’engrais PT Asean Fertilizer et PT Iskandar Muda, les industries chimiques PT Subentra et PT Olifin, ainsi que l’industrie papetière PT Kraft Aceh se partagent l’utilisation des infrastructures. Ne possédant aucun quai public, Lhokseumawe n’est pas intégré aux circuits des vraquiers et des cargos qui passent dans le détroit, alors qu’il s’agit pourtant du deuxième port international de Sumatra (Fau, 2003, p. 226). Le port de Sabang, comparable à celui de Singapour au début du xxe siècle (Fau, 2003, p. 227), connaît une période prometteuse dans les années 1970 et 1980 lorsque le gouvernement lui attribue le statut de port franc. Mais quand ce statut lui est retiré en 1986, le port perd à nouveau le contrôle des circuits commerciaux réaccaparés par Sumatra Utara. En 1998, la zone de Sabang a bénéficié d’un nouveau statut, celui de la KAPET (Kawasan Pengembangan Ekonomi Terpadu – Zone de développement et d’économie intégrée), mais il semble que le conflit, beaucoup plus violent que les années précédentes, ainsi que le peu de moyens donné au bureau chargé de la gestion de la KAPET n’ait pas permis à la région de retrouver son essor d’antan (entretien au bureau de la KAPET, Banda Aceh, janvier 2006).

  • 9 La situation varie de manière notable selon les ethnies, les Minangkabaus de Sumatra-Ouest, nouvel (...)
  • 10 Le quotidien Serambi et le média électronique Acehkita.com forment une partie importante de la pre (...)

22La situation économique désastreuse de la province, ainsi que le manque de développement de ses infrastructures, pénalisent la région qui n’a pas le dynamisme requis pour rebondir après la catastrophe. La majorité de la population ne dispose pas des ressources nécessaires pour faire face à un tel désastre, les ayant perdues ou n’ayant que peu de biens matériels et aucune épargne9. Aussi, au lendemain du tsunami, lorsque l’aide humanitaire afflue et vient rompre les années de privation, la présence subite de tant d’argent crée de nombreuses tensions. Une étude menée par la Banque mondiale montre que lors des 7 premiers mois de l’année 2005, 50 % des conflits relevés dans les deux principaux médias régionaux10 sont des disputes liées à la distribution de l’aide humanitaire, à la propriété terrienne et aux diverses assistances post-tsunami (Barron et al., 2005). Outre recouvrir la perte subite de leurs biens, les populations touchées par le tsunami souhaitent se garantir un meilleur avenir économique, et ce à tout prix, ce qui explique le nombre élevé de querelles et d’irrégularités relevées. Enfin, le mauvais développement du système de communication et les routes impraticables rendent tout déplacement difficile, en particulier sur la côte ouest. Par conséquent, la lenteur et l’immobilisme se sont installés et Aceh a connu un pénible processus de reconstruction qui demandait avant tout la restructuration des réseaux de communication et de commerce, la reconstruction économique ne pouvant s’opérer qu’à ce prix.

FIG. 2. Carte de localisation et routes principales.

5. Conclusion

23Le conflit armé, l’affaiblissement des structures politiques et sociales, ainsi que la faiblesse économique de la province en marge du développement national ont sans aucun doute accentué les difficultés causées par le tsunami. L’urgence a été plus difficile à gérer, et la reconstruction a subi les conséquences des dérèglements de la province : lenteur, corruption, manque de concertation. L’influence de la catastrophe sur la société acihaise n’a cependant pas encore été mesurée dans sa totalité, elle ne le sera que dans plusieurs années, une fois les phases de réhabilitation et de reconstruction terminées. Ces dernières ont été délicates mais fondamentales pour l’avenir de la province, puisqu’elles ont créé le nouveau cadre de vie de la société acihaise.

24Ces phases apparaissent d’autant plus primordiales que le 15 août 2005, le gouvernement indonésien et le GAM ont signé un accord de paix (Memorandum of Understanding – MoU) à Helsinki, mettant fin à près de 30 années de conflit. Les deux parties, aidées par le CMI (Crisis Management Initiative) de l’ancien président finlandais Martin Atisaari, ont fait des concessions. Le GAM a renoncé à l’indépendance de la province pour une autonomie au sein de la République, et accepté le désarmement suivi de la démobilisation de ses troupes. Jakarta a, quant à elle, programmé le retrait des bataillons envoyés les dernières années (25 890 militaires et 5 791 policiers) pour ne laisser en poste que les troupes organiques (14 700 militaires et 9 100 policiers). Enfin, le gouvernement indonésien a accordé à la province le droit d’établir des partis politiques locaux, ce que la constitution indonésienne interdit en principe (Gerakan Aceh Merdeka, gouvernement indonésien, 2005), et Irwandi Yusuf, un ancien membre des services de renseignement du GAM, a été élu comme gouverneur de la province en décembre 2006. Si un nouvel équilibre politique semblait se dessiner, force est de constater que les difficultés de « communication » entre Jakarta et la province autonome persistent, même six ans après la paix, pénalisant fortement le développement d’Aceh dont l’équilibre reste fragile.

Notes

1 Durant la lutte pour l’indépendance et les premières années de la république, Aceh avait développé une très large autonomie. Dans les années 1940, « Aceh avait ses propres forces militaires sous le commandement de Daud Beureueh. De même, la province avait ses propres réseaux de commerce, indépendants du gouvernement central et développés durant la période chaotique de la révolution. [En 1949] Aceh s’était accoutumée à une situation où elle bénéficiait d’une large autonomie d’action ». Clive J. Christie, A Modern History of Southeast Asia : Decolonization, Nationalism and Separatism, London, I.B. Tauris, 1996, p. 147-148, cité par Robinson, 1998.

2 La charte de Jakarta (Piagam Jakarta), qui sert de préambule à la constitution, est changée in extremis au moment de la validation du texte le 18 août 1945. Le premier principe de la charte, « Croyance en un Dieu unique et obligation pour les musulmans d’observer la charia » est modifié en « Croyance en un Dieu unique ». Le passage faisant obligation aux musulmans d’observer la charia (loi musulmane) ayant été supprimé, la constitution indonésienne ne comportait plus aucune référence à l’islam. La charte de Jakarta ainsi remaniée devint le Pancasila, philosophie d’État qui impose le monothéisme tout en ouvrant la voie à une certaine forme de sécularisme. R. Michael Feener, Muslim Legal Thought in Modern Indonesia, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 56.

3 Des rapprochements informels visant à l’organisation de pourparlers de paix avaient eu lieu entre Jakarta et le GAM avant le tsunami, mais ceux-ci n’engageaient que la volonté d’une partie du gouvernement. Une autre tendance prônait un règlement militaire radical et excluait tout dialogue. Sur la question, voir Gaillard et al., 2008.

4 Il est à noter que dans la phase d’urgence les anciens mukim ont joué, par endroits, un rôle important dans le regroupement des victimes (enquête Tsunarisque). Il apparaît donc que le système a perduré en parallèle de l’administration. Leur liberté d’action reste cependant limitée aux relations sociales puisque seul le kecamatan est reconnu par le cadre administratif.

5 Le système des mukim a été instauré au xviie siècle lors du règne des sultanes d’Aceh.

6 Cette loi ouvre également la voie à l’application de la charia à Aceh.

7 Le terme se retrouve dans Acheh Lee Sagoe (le triangle d’Aceh) qui correspond à la confédération des trois sultanats situés à Perlak, Pidie et Aceh Rayeu. Assimilé au kabupaten, il apparaît que le sagoe, à l’image des gampong et mukim, recouvre une réalité différente qui dépasse le seul cadre territorial.

8 Les situations varient selon les régions et dépendent de plusieurs facteurs : exposition au conflit, isolement des centres urbains, présence d’anciens (conditionnant la préservation du savoir traditionnel et la résistance de la population aux changements) ou de personnalités religieuses charismatiques (pouvant mobiliser les populations) (Enquête de terrain, Aceh Besar, Aceh Barat, Pidie, 2005-2006).

9 La situation varie de manière notable selon les ethnies, les Minangkabaus de Sumatra-Ouest, nouvellement installés à Aceh, recouvrant plus facilement la situation en raison d’une meilleure situation économique (voir dans cet ouvrage Gaillard et al., p. 177).

10 Le quotidien Serambi et le média électronique Acehkita.com forment une partie importante de la presse acihaise.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3810/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Légende FIG. 2. Carte de localisation et routes principales.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3810/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 263k

© Publications de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable