Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et État, Église ou État ?

Les clercs et la genèse de l’État moderne

L’État et l’Église, l’État ou l’Église, ce titre en forme de diptyque, qui peut aussi se lire comme une interrogation, ou comme l’expression d’un choix dont on ne sait qui l’a tranché ou si même il a un jour été tranché, évoque un ensemble de problèmes qui occupent toujours une place considérable dans l’historiographie et qui avaient d’ailleurs été abordés dans le cadre des programmes sur la genèse de l’État moderne. Si le Kulturkampf bismarckien et l’anticléricalisme militant de la IIIe R...


Lire la suite

Note de l’éditeur

Signs and States, programme financé par l’ERC (European Research Council), a pour but d’explorer la sémiologie de l’État du xiiie siècle au milieu du xviie siècle. Textes, performances, images, liturgies, sons et musiques, architectures, structures spatiales, tout ce qui contribue à la communication des sociétés politiques, tout ce qu’exprime l’idéel des individus et leur imaginaire, est ici passé au crible dans trois séries de rencontres dont les actes ont été rassemblés dans une collection, Le pouvoir symbolique en Occident (1300-1640).
Ces volumes, adoptant une perspective pluridisciplinaire et comparative dans une visée de long terme, combinent études de cas, analyses conceptuelles et réflexions plus théoriques. Et les réponses à ce questionnaire, issu d’une réflexion sur une histoire culturelle poursuivie sur plus de cinq siècles, remettent en cause une histoire de l’Occident latin où l’on opposerait Église et État : la mutation culturelle engendrée par la réforme grégorienne qui, tout en assurant d’abord le triomphe de la papauté, a donné à l’État moderne les moyens d’assurer sa propre légitimité en créant les conditions d’une révolution du système de communication. Elle engendre un partage du pouvoir symbolique et des processus de légitimation avec l’État : la capacité de ce dernier à se légitimer par le consentement de la société politique en dehors de la contingence religieuse est une spécificité de l’Occident latin, clé de l’essor des États modernes européens.

  • Éditeur : Éditions de la Sorbonne, École française de Rome
  • Collection : Histoire ancienne et médiévale
  • Lieu d’édition : Paris-Rome
  • Année d’édition : 2014
  • Publication sur OpenEdition Books : 18 novembre 2015
  • ISBN (Édition imprimée) : 9782859447861
  • ISBN électronique : 9782859449322
  • DOI : 10.4000/books.psorbonne.3516
  • Nombre de pages : 496 p.
Christine Barralis, Jean-Patrice Boudet, Fabrice Delivré et al.
Avant-propos
Jean-Philippe Genet
Introduction

Partie III. Assemblées et suffrages : du conseil au concile

Philippe Genequand
Des ombres aux chapeaux rouges

Pour une nouvelle histoire des cardinaux à la fin du Moyen Âge

Monique Maillard-Luypaert
Des assemblées capitulaires aux assemblées conciliaires

La contribution du chapitre cathédral de Cambrai à l’unité de l’Église d’Occident (1378-1417)

Sophie Vallery-Radot
Les Français au concile de Constance

Faire entendre sa voix

Émilie Rosenblieh
Délibérer par députations

L’expérience politique du concile de Bâle (1431-1449)

Partie IV. La culture des clercs

Jean-Baptiste Lebigue
Jean de Berry à l’heure de l’Union

Les Très Riches Heures et la réforme du calendrier à la fin du Grand Schisme

Paola Guerrini
Uso e riuso della profezia nel tardo Medioevo

Il caso dei Vaticinia de summis pontificibus

Olivier Marin
Fin des temps et sainteté moderne

La Narracio de Milicio par Matthias de Janov († 1394)

Clémence Revest
Aux origines d’une figure majeure de la papauté renaissante

La nomination de l’humaniste Gasparino Barzizza à l’office de secrétaire apostolique, le 13 août 1414

Nicole Lemaitre
Épilogue

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable