Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles)

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Italie, Maghreb et Atlantique

Migrations familiales et stratégies commerciales vénitiennes aux xiie et xiiie siècles

David Jacoby

Texte intégral

  • 1 Sur ce type de migration, cf. D. Jacoby, « The Migration of Merchants and Craftsmen : a Mediterran (...)

1Le commerce maritime vénitien en Méditerranée orientale, d’abord orienté vers Byzance et l’Egypte, entre dans une phase nouvelle dans la seconde moitié du xie siècle. Les privilèges accordés à Venise dans l’Empire en 1082, examinés plus loin, le stimulent dans le cadre de la Romanie. Moins de deux décennies plus tard, la Première Croisade, avec la création des États latins au Levant, permet son expansion dans cette dernière région, située le long de la voie maritime entre Constantinople et Alexandrie. Ces événements conduisent à l’établissement d’un réseau triangulaire reliant Venise à Byzance, à l’Orient latin et à l’Egypte, ainsi que ces trois régions entre elles. À l’expansion géographique du commerce vénitien en Méditerranée orientale s’ajoute une évolution dans la nature des opérations commerciales vénitiennes. Jusqu’à la fin du xie siècle ce commerce repose entièrement, à quelques exceptions près, sur des marchands itinérants, parfois qualifiés de mercatores. Ceux-ci emportent leurs propres biens et numéraire ou ceux d’autrui, obtenus en prêt ou en fonction de contrats d’association, généralement vers une destination déterminée à l’avance. Ils reviennent à leur base de départ après un voyage saisonnier effectué dans le cadre d’une migration circulaire comprise dans la même année ou, avec une halte hivernale outre-mer, s’étendant sur deux années tout au plus. Les entreprises commerciales prennent fin à leur retour. Elles sont donc limitées dans l’espace et dans le temps1.

  • 2 Ibid., p. 541-543.
  • 3 Le phénomène n’est évidemment pas limité aux Vénitiens, mais ici je traiterai uniquement de ces de (...)

2L’établissement de nouvelles infrastructures juridiques, matérielles et commerciales à partir de la seconde moitié du xie siècle crée des cadres propices à la migration et à l’installation à long terme de marchands vénitiens dans l’Empire byzantin et, plus tard, dans d’autres régions de la Méditerranée orientale. Ce mouvement migratoire s’amplifie au cours des xiie et xiiie siècles. Il est lié à l’accroissement du rythme et du volume du commerce maritime, qui rendent nécessaire une meilleure connaissance des marchés étrangers. La présence prolongée, sinon permanente, dans une localité d’outre-mer permet au marchand de suivre de manière continue le mouvement des biens, des moyens de transport, des prix et des monnaies, de tirer parti de conjonctures hors des saisons de pointe, enfin, de prospecter la région environnante. Les colons utilisent leur situation privilégiée et les informations qu’ils récoltent tant à leur propre profit qu’en liaison avec des marchands itinérants et des transporteurs maritimes. Ils servent souvent d’agents ou d’associés aux marchands sédentaires de Venise et à ceux qui sillonnent les mers2. Dans certains cas, le besoin d’une coopération plus fiable et plus durable entre Venise et les places d’outre-mer conduit à la migration des membres d’une même famille vers un port déterminé, voire à leur dispersion à travers la Méditerranée orientale3.

  • 4 Sigles utilisés ci-dessous : ASV = Archivio di Stato di Venezia ; ASP = Archivio di Stato di Padov (...)
  • 5 Cf. p. ex. les arbres généalogiques des Ghisi de Venise et d’outre-mer, reconstitués par R.-J. Loe (...)
  • 6 Cf. l’étude d’ensemble de G. Folena, « Gli antichi nomi di persona e la storia civile di Venezia » (...)
  • 7 G. Rösch, Der venezianische Adel bis zur Schliessung des Grossen Rats. Zur Genese einer Führungssc (...)

3La reconstitution de ce dernier phénomène se heurte à de nombreux obstacles. La documentation vénitienne des xiie et xiiie siècles concernant le commerce maritime est assez limitée. Aux sources publiées j’ai ajouté quelques dizaines de documents inédits retrouvés à Venise ou à Padoue4. Les informations dont nous disposons restent néanmoins pauvres, fragmentaires et dispersées. A ce handicap s’en ajoutent d’autres. Les homonymies sont fréquentes dans le cadre des familles et des diverses branches d’un même clan vénitien5. Elles rendent l’identification des individus et de leurs liens familiaux et matrimoniaux souvent difficile, sinon impossible. Il y a toutefois quatre critères qui permettent parfois de distinguer entre eux notamment : le prénom du père, l’addition d’un vocable exprimant une caractéristique personnelle, physique ou professionnelle6, un écart chronologique sensible entre deux mentions d’individus aux prénoms et patronymes identiques, enfin, le nom de la paroisse vénitienne dans laquelle ils résident, ou dont ils sont originaires7. Les testaments sont également utiles sous ce rapport, puisqu’ils traitent généralement de l’attribution de biens immobiliers, dont la localisation offre un repère utile, et nomment les exécuteurs testamentaires. Dans les deux cas les individus concernés sont souvent des parents du testataire.

  • 8 Ainsi M.-L. Favreau-Lilie. Die Italiener im Heiligen Land vom ersten Kreuzzug bis zum Tode Heinric (...)
  • 9 L. Lanfranchi éd., 5. Giorgio Maggiore, Venise 1968-1986 (Fonti per la Storia di Venezia, II : Arc (...)
  • 10 Cf. infra, pour divers exemples.

4On a cru pouvoir distinguer entre marchands itinérants et colons vénitiens installés outre-mer selon un autre critère, les premiers mentionnant leur paroisse d’origine à Venise, les autres étant qualifiés de habitatores ou de burgenses d’une certaine localité, ou le nom de celle-ci leur étant accolé8. Or ces termes n’apparaissent pas systématiquement dans les documents, même pour désigner un seul individu. Ainsi, en 1187, Abundancia est-elle mentionnée en tant qu’originaire de la paroisse de Santa Margarita à Venise et qualifiée de habitatris (sic) de Constantinople. Bien qu’elle ait continué à résider dans cette ville, le terme n’apparaît pas à son propos dans un acte rédigé deux années plus tard9. Par ailleurs, il s’avère que de nombreux émigrés vénitiens, y compris des colons installés définitivement outre-mer, continuent à s’identifier par le nom de la paroisse de la métropole dont eux-mêmes ou leurs ancêtres sont issus10 Bref, la qualité de colons ne s’exprime pas toujours par des termes juridiques ou techniques. Malgré ce tableau plutôt pessimiste, on peut néanmoins déceler des rapports étroits entre migrations familiales vénitiennes et activités commerciales.

  • 11 R. S. Lopez, « Silk Industry in the Byzantine Empire », Speculum, 20 (1945), p. 25-28, reproduit d (...)
  • 12 La charte impériale de 1082 figure dans TTh, I. p. 43-49 ; nouvelle éd. M. Pozza-G. Ravegnani, I t (...)
  • 13 S. Borsari. Venezia e Bisanzio nel xii secolo. I rapporti economici, Venise. 1988 (Miscellanea di (...)
  • 14 Supra. n. 12.

5Tentons à présent de préciser les conditions et de circonscrire les régions de la Méditerranée orientale facilitant l’immigration et l’installation de colons vénitiens outre-mer. Jusqu’en 1082 le séjour des marchands étrangers à Constantinople est limité aussi bien dans le temps que dans l’espace. En principe, il ne doit point dépasser trois mois et, dans le cadre de cette période, les marchands doivent résider dans un mitaton ou caravansérail de l’Etat, dans le cadre duquel s’effectuent les transactions commerciales sous la surveillance des fonctionnaires byzantins11. Il semble toutefois que ce régime ait été assoupli en faveur des marchands vénitiens. En effet, lorsqu’ils sont de passage à Constantinople, ils habitent des maisons dans un espace urbain circonscrit plus ou moins identique au quartier qu’Alexis Ier Comnène leur accorde en 108212. D’ailleurs, l’église de Saint-Akindynos, comprise dans cette même région urbaine, leur avait déjà été cédée auparavant13. En outre, l’empereur octroie à Venise des privilèges étendus, dont l’exemption de toutes taxes impériales et, implicitement, la levée de la limitation de séjour dans l’Empire14

  • 15 Liste dans Borsari, Venezia e Bisanzio, op. cit., p. 66, n. 11 ; sur sa nature et son authenticité (...)

6Il est possible qu’à l’origine, tant dans l’esprit de l’empereur que dans celui des Vénitiens, les privilèges octroyés en 1082 aient eu pour seul objet de favoriser l’activité des marchands itinérants. Toujours est-il qu’ils créèrent également un cadre propice à l’immigration et à l’installation de longue durée à Constantinople. On en trouve un premier témoignage dès 1110 dans un texte hagiographique, le récit de la translation des reliques d’Étienne le Protomartyr de Constantinople à Venise. Parmi les soixante-treize passagers du navire transportant ces reliques, dont la liste nominative peut être considérée comme authentique, figurent trois femmes dont une voyageant avec un parent15. De toute évidence, ces femmes n’avaient pas été impliquées dans des opérations commerciales dans la capitale impériale, et il est exclu qu’elles aient effectué le voyage en Romanie uniquement afin d’accompagner des marchands ou de ramener les restes du saint. On peut en déduire qu’elles étaient installées avec leurs maris ou parents à Constantinople.

  • 16 TTh, I, p. 111-112 ; nouvelle éd. Pozza-Ravegnani, I trattati, op. cit., p. 72-74.
  • 17 Cf. Ch. A. Maltezou, « Les Italiens propriétaires terrarum et casarum à Byzance », Byzantinische F (...)
  • 18 L. Lanfranchi éd., Famiglia Zusto, Venise, 1955 (Fonti per la storia di Venezia, IV : Archivi priv (...)
  • 19 Borsari, Venezia e Bisanzio, op. cit., p. 118-119. Location pour quatre ans : DCV, doc. 120.
  • 20 DCV. doc. 111 (Constantinople, mai 1155) ; les deux frères partent à Smyrne et rentrent à Constant (...)
  • 21 DCV, doc. 245.
  • 22 Borsari, Venezia e Bisanzio, op. cit., p. 119-125.

7A la demande de Venise, l’empereur Manuel Ier Comnène élargit le quartier vénitien dans la ville en 114816. Divers Vénitiens y résident pendant un certain nombre d’années avant de regagner Venise, d’autres s’y établissent dans l’intention d’y demeurer en permanence. Parmi ces derniers, certains - dont Abundancia, mentionnée ci-dessus - louent des immeubles et des terrains appartenant à la Commune ou à des institutions ecclésiastiques à l’intérieur du quartier vénitien et y construisent des maisons. La durée des contrats de location varie, certains atteignant 29 ans17. Ces émigrés maintiennent des rapports étroits avec leurs parents restés à Venise. En 1155, trois ans après la mort de son père dans cette ville, Enrico, fils de Pietro Zusto, originaire de la paroisse de San Bartolomeo, prévoit dans son propre testament établi à Constantinople qu’une partie de ses biens seront transférés à sa mère et à son frère Stefano habitant Venise18. Romano Mairano, dont l’activité est particulièrement bien documentée, s’installe en 1155 au plus tard à Constantinople, où il détient alors une maison qu’il donne en location. Il comptait apparemment résider en permanence dans la capitale byzantine, qui devient la base à partir de laquelle il conduit ses opérations commerciales19. Il coopère étroitement avec son frère Samuele, qui semble également habiter Constantinople20. En 1169 Romano obtient, pour six ans, l’exploitation des biens du patriarcat de Grado situés le long de la rive de la Corne d’Or21. Toutefois, le coup de force de 1171 de l’empereur Manuel Ier à l’encontre des Vénitiens le contraint à fuir, et il s’installe alors à Acre22.

  • 23 Ioannes Kinnamos, Epìtome rerum ab Ioanne et Alexio Comnenis gestarum, éd. A. Meineke, Bonn, 1836 (...)
  • 24 Guillaume de Tyr, Chronique, 22.13, éd. R. B. C. Huygens, Turnhout, 1986, 2 vol. (Corpus Christian (...)
  • 25 Sur celles-ci, cf. Borsari, Venezia e Bisanzio, op. cit., p. 104-106.
  • 26 Pour plus de détails, cf. D. Jacoby, « The Byzantine Outsider in Trade (c.900-c.l350) », dans Stra (...)

8Aux côtés des Vénitiens demeurant dans le quartier de la Commune, il en est d’autres qui épousent des femmes grecques et acquièrent des biens immobiliers hors de ce quartier23. Ces individus avaient manifestement l’intention de résider en permanence dans la capitale byzantine. Malheureusement, les actes notariés qui nous sont parvenus ne permettent pas de les identifier. De même, nous ne connaissons point les familles grecques avec lesquelles ils avaient établi des liens matrimoniaux. Il faut toutefois croire que certaines d’entre elles appartenaient à l’élite sociale byzantine, puisque tel était le cas des familles grecques avec lesquelles des Génois et des Pisans de Constantinople étaient liés en 118224. Au xiie siècle, les associations d’affaires entre Grecs et Vénitiens devaient être bien plus fréquentes que ne le laissent entrevoir les maigres sources dont nous disposons25. Elles semblent d’ailleurs expliquer les mariages mixtes entre eux. Les Grecs désiraient tirer parti des exemptions fiscales dont bénéficiaient les Vénitiens, tandis que ceux-ci utilisaient à leur profit la connaissance intime qu’avaient les Grecs des marchés locaux et régionaux et des voies d’approvisionnement de Constantinople26.

  • 27 Supra, n. 23.
  • 28 Pour cette date, cf. Borsari, Venezia e Bisanzio, op. cit., p. 24-25.
  • 29 Niketas Choniates, Historia, op. cit., p. 588, 11. 13-16, versions OL et b. ; cf. également Jacoby (...)
  • 30 Ainsi qu’il ressort de Niketas Choniates, Historia, op. cit., p. 552.
  • 31 D. Jacoby, « Byzantine Crete in the Navigation and Trade Networks of Venice and Genoa », dans Orie (...)

9Vers 1170, Manuel Ier Comnène décide de mettre fin à l’ambiguïté du statut de ces Vénitiens, qui échappent à la fiscalité et à la juridiction du pouvoir impérial tout en jouissant à certains égards de la condition des autochtones. Il les somme de choisir entre le statut de Vénitien, avec tous les avantages et les restrictions qu’il comporte, et celui de sujet impérial27. Les Vénitiens ayant épousé des Grecques et étant devenus sujets de l’Empire n’ont apparemment pas été touchés par les mesures prises par l’empereur en 1171 à l’encontre des citoyens de Venise. Par ailleurs, il semble que la règle interdisant aux Vénitiens d’habiter hors du quartier qui leur est réservé à Constantinople n’ait plus été appliquée après leur réinstallation dans la ville, à partir de l’automne de 118328. En effet, on trouve des marchands vénitiens résidant hors de ce quartier jusqu’à la conquête latine de Constantinople du 13 avril 1204. Parmi eux figure un marchand de vin du nom de Domenico, ami de l’historien Nicétas Choniate, qu’il tente de protéger dans les premiers jours suivant la prise de la ville29. Le refus de certains Vénitiens de quitter Constantinople pendant son siège par les croisés en 1203 et 1204, alors que d’autres avaient été forcés de fuir30, s’explique probablement par leurs liens matrimoniaux avec des familles grecques et leur condition de sujets byzantins. La résidence prolongée de ces Vénitiens à Constantinople suppose un certain degré d’assimilation au milieu byzantin ambiant. Il ne contredit toutefois pas la continuation de rapports commerciaux étroits avec des citoyens vénitiens installés dans la capitale byzantine, des marchands itinérants ou des habitants de Venise, afin de tirer parti des privilèges dont ils jouissaient dans l’Empire. Il en était probablement ainsi du marchand de vin vénitien installé à Constantinople, dont il a été question plus haut. Au xiie siècle certains Vénitiens étaient impliqués dans l’approvisionnement de la ville en fromage produit dans les provinces byzantines, et il n’est pas exclu qu’il en ait été de même du vin31. Il est impossible de savoir si l’immigration et l’établissement de Vénitiens dans l’Empire répondaient toujours à une stratégie commerciale. Toujours est-il qu’on trouve certains individus au sujet desquels une telle décision ne fait aucun doute, ainsi qu’on le verra bientôt.

  • 32 A. Ducellier, La façade maritime de l’Albanie au Moyen Âge. Durazzo et Valona du xie au xve siècle(...)
  • 33 R.-J. Lilie, Handel und Politik zwischen dem byzantinischen Reich und den italienischen Kommunen V (...)
  • 34 DCV, doc. 54. Le lieu de résidence de Nicola Damiano au moment de la conclusion du contrat n’est p (...)
  • 35 Au sujet de Betani : Lanfranchi, S. Giorgio Maggiore, op. cit., II, p. 526-527, doc. 271.
  • 36 Pour ce qui suit : ibid., II, p. 463-470, 479-482, doc. 231-233, 240 (intervention de Giovanni à V (...)
  • 37 Cf. S. Borsari, « Per la storia del commercio veneziano col mondo bizantino nel xii secolo », Rivi (...)
  • 38 DCV, doc. 151-152.
  • 39 NDCV, doc. 14 ; DCV, doc. 144.

10Le régime auquel sont soumis les Vénitiens est plus souple dans les provinces byzantines. Point de quartier octroyé par l’empereur ou de limitation spatiale à la résidence, ni de restriction à l’acquisition de biens immobiliers, opérations apparemment interdites aux étrangers à Constantinople. Des Vénitiens sont établis à Dyrrachion ou Durazzo dès avant 108132. D’autres s’installent plus tard à Halmyros, principal débouché maritime de la Thessalie jouant un rôle important dans l’approvisionnement de Constantinople33. Tel est le cas de Nicola Damiano, qui en 1122 y est peut-être déjà établi. Il conclut alors une compagnia avec deux Vénitiens de la métropole, qui le chargent de faire fructifier la somme de 60 hyperpères dans les voyages d’affaires qu’il entreprendra sur son propre navire en Romanie et au Levant. Le contrat est dissout à Halmyros en 112934. La résidence de certains marchands vénitiens outre-mer pendant de longues périodes a manifestement favorisé la prolongation des associations commerciales ; dans le cas cité, elle dure sept ans. Également à Halmyros, Stefano Capello et son frère Giovanni, originaires de l’île vénitienne de Mazzorbo, ainsi que Natale Betani, possèdent des terrains contigus achetés à des Grecs, vraisemblablement deux frères, respectivement avant 1150 et avant 115635. Stefano Capello construit des maisons et diverses installations sur ses terres36. Au début du mois de décembre 1150 il obtient un prêt de l’église vénitienne de S. Marco de Constantinople, garanti par ses biens immobiliers à Halmyros, pour une durée de trente jours. A la fin du mois il ne rembourse pas la somme reçue et transfère ses biens à son créancier. Ce type de prêt masque une vente de propriété37. Cependant, dans le cas cité, le contrat entre les deux parties stipule que sa vie durant le vendeur aura l’usufruit d’un cellier et d’autres édifices. Il est donc évident que Stefano Capello faisait le commerce du vin et avait l’intention de rester à Halmyros, tandis que son frère Giovanni résidait à Venise. En 1161 Stefano est impliqué dans un voyage commercial entre Constantinople et cette ville38. Il entretenait des relations d’affaires avec des membres de sa famille résidant à Constantinople, tel Roboanus Capello, mort avant décembre 1154, et à Venise, notamment son frère Giovanni, dont la présence y est attestée en 1160 ou 116139.

  • 40 DCV, doc. 214-217, 219, 221-223.
  • 41 DCV, doc. 129.
  • 42 Vitale Voltani y était déjà installé en octobre 1170 : DCV, doc. 234 ; cf. également doc. 239.
  • 43 Sur les soieries de Thèbes, cf. D. Jacoby, « Silk in Western Byzantium before the Fourth Crusade » (...)
  • 44 DCV, doc. 308, ne précise pas la date du contrat, mais celui-ci avait été conclu quondam retro tem (...)
  • 45 DCV, doc. 273. La présence de Domenico dans la capitale byzantine est signalée dans DCV, doc. 305. (...)
  • 46 DCV, doc. 353.

11Huit documents de 1169-1170 confirment l’existence de relations de cette nature entre deux membres d’une même famille établis en Romanie. Giovanni Serzi, qui habite Halmyros, offre à son frère Marino, résidant à Constantinople, des prêts devant être remboursés40. Il faut croire que des transferts de fonds et de marchandises avaient également lieu en sens opposé. Tel est le cas dans le cadre de la compagnia à grand capital établie vers la même époque entre Vitale Voltani et son oncle Domenico Sisinulo. En 1157 ces deux individus habitent encore Venise41, mais par la suite ils émigrent en Romanie. En vertu d’un contrat conclu entre eux avant octobre 1170, le premier devait résider à Thèbes42, grand centre de production de soieries de haute qualité, exportées tant vers Constantinople que vers Venise43, tandis que le second serait établi dans la capitale byzantine. Cette association est interrompue par la confiscation de leurs biens communs en 1171, dans le cadre des mesures contre les Vénitiens ordonnées par Manuel Ier44. En 1175, Vitale Voltani rentre à Thèbes, où il établit une compagnia avec son cousin Giacomo, fils de son oncle Domenico Sisinulo, celui-ci étant à Venise entre mai 1175 et mars 117645. Toujours à Thèbes, Vitale Voltani concède en 1185 un prêt maritime à son beau-frère Pietro Morosini de la paroisse de S. Angelo à Venise, pour des voyages entre cette ville et Constantinople46. Notons que pendant ses séjours prolongés à Thèbes, Vitale Voltani ne mentionne jamais sa qualité d’habitant de cette ville et se réfère toujours à sa paroisse d’origine, Venise.

  • 47 Cf. G. Zordan, « I vari aspetti della comunione familiare di beni nella Venezia dei secoli xi-xii  (...)
  • 48 DCV, doc. 131, 294.
  • 49 DCV, doc. 366. La possession indivise de biens immobiliers par les trois frères suppose que leur p (...)
  • 50 DCV, doc. 399. Sebastiano Bono, de la même paroisse, se trouve à Constantinople avant février 1158 (...)

12La fraterna compagnia est une forme d’association fréquente à Venise dès le xie siècle. Elle consiste dans la détention en commun de biens hérités par des frères et sœurs ou d’autres parents, s’étend également au domaine des affaires et implique une étroite coopération entre les partenaires, souvent pendant de nombreuses années47. En 1158, les frères Romano et Samuele Mairano dissolvent à Smyrne la fraterna compagnia qui les unissait. Ils maintiennent toutefois la copropriété des biens immobiliers qu’ils possèdent à Venise, et s’associent plus tard dans certaines affaires, comme en 117548. Les frères Giovannino, Domenico et Zaccaria Staniario, mettent fin à leur fraterna compagnia en 118849. Tel est également le cas de Pietro Bono, de la paroisse de Sa. Maria Formosa, installé en 1191 à Thessalonique, et de son frère Sebastiano, qui continue à habiter Venise. Les deux se rencontrent alors à Constantinople et décident de mettre fin à leur association fraternelle, sauf celle en rapport avec leurs biens immobiliers situés à Venise et les lettres de crédit qu’ils détiennent, jusqu’au remboursement de celles-ci50. De toute évidence, ils avaient coordonné auparavant leurs opérations commerciales entre Venise, Thessalonique et Constantinople.

  • 51 D. Jacoby, « Pèlerinage médiéval et sanctuaires de Terre Sainte : la perspective vénitienne ». Ate (...)
  • 52 D. Jacoby, « The Venetian Privileges in the Latin Kingdom of Jerusalem: Twelfth and Thirteenth-Cen (...)
  • 53 TTh, I, p. 140: que data et concessa fuit nostro comuni pro hospitatione Venetorum. quando illuc i (...)
  • 54 Jacoby, « The Venetian Privilèges », op. cit., p. 165-166.
  • 55 Ibid., p. 166-169; D. Jacoby, « Italian Privileges and Trade in Byzantium before the Fourth Crusad (...)
  • 56 M.-L. Favreau-Lilie, « Durchreisende und Zuwanderer Zur Rolle der Italiener in den Kreuzfahrerstaa (...)

13La Première Croisade ouvre le Levant à Venise. Elle lui permet d’obtenir dans les États latins nouvellement fondés des privilèges calqués sur le modèle byzantin, mais bien plus étendus, grâce à l’appui naval qu’elle fournit à la conquête de certaines villes côtières restées aux mains des Fatimides. En 1110, Acre est déjà devenue le port de débarquement principal des croisés, des pèlerins et des marchands se rendant dans le royaume latin de Jérusalem51. Le roi Baudouin Ier y octroie alors à Venise un petit quartier, dans lequel elle a vraisemblablement le droit de nommer ses propres officiers, imposer des taxes et arbitrer les différends entre ses propres citoyens. Ces privilèges sont étendus en 1123, quand Venise obtient l’élargissement de son quartier à Acre, ainsi que le tiers de la ville et de la seigneurie de Tyr et les revenus seigneuriaux de ces possessions. L’accord de 1125 avec Baudouin II, qui introduit diverses modifications importantes dans celui de 1123, confère aux quartiers vénitiens un statut quasi extraterritorial, hormis dans le domaine de la Haute Justice, ainsi que l’exemption fiscale complète aux citoyens vénitiens, excepté celle relative au transport des pèlerins52. Il est significatif qu’en 1164 le doge Vitale Michiel considère toujours qu’à l’origine le quartier de Tyr avait été octroyé à Venise pour servir à l’hébergement de marchands itinérants53. Les vastes prérogatives obtenues par Venise en 1125 impliquent toutefois que celle-ci, forte de l’expérience acquise à Constantinople, envisageait l’immigration et l’installation de longue durée, sinon permanente, de colons vénitiens à Acre54. Dans cette perspective, les États croisés présentaient un avantage considérable par rapport à Byzance. Les relations de Venise avec les princes et seigneurs féodaux y étaient plus stables. On n’y enregistre pas de différends majeurs, tels que ceux entre Venise et l’Empire qui mènent à la suspension ou à l’abrogation des privilèges vénitiens, voire aux conflits armés. Quoi qu’il en soit, comme à Byzance, les fonctionnaires locaux empiètent sur les biens et les droits des Vénitiens, qu’ils soient marchands itinérants ou colons55. En principe les uns et les autres devaient jouir des mêmes privilèges56.

  • 57 Cf. Jacoby, « The Venetian Privileges », op. cit., p. 160-161.
  • 58 TTh, I, p. 93, nouvelle éd. O. Berggötz, Der Bericht des Marsilio Zorzi. Codex Querini-Stampalia I (...)
  • 59 TTh. II, p. 375-379, nouvelle éd. Berggötz, Der Bericht des Marsilio Zorzi, op. cit., p. 156-161.
  • 60 DCV, doc. 126.
  • 61 DCV, doc. 373 ; TTh, II, p. 366-367. nouvelle éd. Berggötz, Der Bericht des Marsilio Zorzi, op. ci (...)

14Le courant migratoire de Venise vers la Méditerranée orientale semble avoir été dirigé principalement vers Byzance jusqu’en 1171, malgré l’établissement de colons vénitiens au Levant. Ce dernier mouvement est mal documenté. La construction d’édifices en pierre, ainsi que la possession d’une maison par Pietro Zanni dans le quartier vénitien d’Acre entre 1110 et 1123 suggèrent toutefois qu’il a commencé dès cette époque. Pietro Zanni pourrait bien être un membre de la puissante famille vénitienne des Ziani57. La présence de colons vénitiens à Tyr peu après 1125 ne fait aucun doute. En effet, en contrepartie du tiers de la ville et de la seigneurie de Tyr, Venise s’engage alors à fournir le service armé d’un certain nombre de cavaliers comme appui militaire au royaume de Jérusalem58. A cet effet, elle octroie, sur le territoire qui lui a été accordé, des fiefs à des membres de familles vénitiennes éminentes, tels les Pantaleo et les Contarini, qui s’installent à Tyr59. Leurs obligations militaires ne les empêchent pas de participer au commerce et de maintenir des rapports étroits avec leurs parents habitant Venise. On le constate en 1157, quand Vitale Pantaleo meurt à Tyr sans descendants. Peu après son neveu Giovanni, en voyage d’affaires en Romanie, apprend la nouvelle et se hâte d’arriver à Tyr afin de prendre possession de la maison de Vitale au nom de son propre père. Notons que, parmi les témoins de l’acte qui en fait foi figurent deux habitants vénitiens de Tyr, Ambrogio Bono milex (sic) et Giovanni Cipriano60. Plusieurs générations de la famille Dulce sont attestées à Tyr dès avant 1189 jusque vers le milieu du xiiie siècle et certains de ses membres entreprennent des voyages d’affaires à Venise61.

  • 62 Supra, n. 46.
  • 63 NDCV, doc. 17 ; DCV, doc. 171. Sur l’activité de Mairano à cette époque, cf. Borsari, Venezia e Bi (...)
  • 64 ASV, Cancelleria inferiore, b. 218, témoignage dans un acte du notaire Andrea Venier (Venise, mars (...)
  • 65 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Age, Leipzig, 1885-1886, 2 vol. , I, p. 179.
  • 66 Favreau-Lilie, Die Italiener, op. cit., p. 506. On ne peut toutefois pas savoir si ce dernier appa (...)
  • 67 DCV, doc. 463, du 27 septembre 1203. En octobre, toujours à Acre, il certifie que cette part de te (...)
  • 68 ASV, Cancelleria inferiore, b. 198, autre acte du notaire Nicola Tommaso (Acre, décembre 1203).
  • 69 ASV, Miscellanea Perg. Privati sec. xii-xiii, b. 1, acte du notaire Venier Dalmario.
  • 70 ASV, Cancelleria inferiore, b. 178, acte du notaire Domenico Soave.

15Il a déjà été question de Pietro Morosini, impliqué dans le commerce entre Thèbes et Venise en 118562. Un homonyme, membre de ce clan appartenant à la plus ancienne élite vénitienne, est installé à Acre depuis de nombreuses années avant 1162, quand il est investi de biens immobiliers hérités dans sa paroisse d’origine de Santa Maria Zobenico. Qualifié d’habitator d’Acre, il remet en 1166 une somme importante à Romano Mairano, dont l’activité s’étend de Constantinople, où il réside alors, jusqu’à Venise d’une part, les États latins du Levant et l’Égypte d’autre part63. Pietro Morosini d’Acre établit son testament en septembre 1168 et meurt probablement peu après64. Ses fils se séparent, vraisemblablement après avoir quitté Acre à la suite de la capitulation de la ville devant le sultan égyptien Saladin en 1187. Giacomo s’installe à Tripoli, grand centre de production de soieries et d’autres tissus65. Il y rejoint un autre Morosini, Ugo, attesté comme étant membre de la Cour des Bourgeois de cette ville en 118266. Giacomo meurt à Tripoli ; son fils Nicolino y demeure toujours en septembre 1203, quand il obtient à Acre un prêt de 216 livres 2/3 vénitiennes pour trente jours, garanti par le tiers d’un terrain indivis qui lui appartient dans la paroisse vénitienne de Santa Maria Zobenico67. Son frère Tommasino était mort à Tripoli quelques mois plus tôt avant d’atteindre l’âge de douze ans, d’après le témoignage de deux autres Vénitiens résidant dans cette ville68. En revanche, deux autres fils de Pietro Morosino rentrent à Acre après la reconquête chrétienne de la ville en 1191. Giorgio meurt avant septembre 1200, quand son fils Raimondino y reçoit un prêt de 500 besants pour trente jours de Domenico Morosini, fils de Leone, membre d’une autre branche du clan habitant la paroisse de S. Bartolomeo à Venise. En guise de garantie, Raimondino offre un tiers des terres et maisons encore indivises qu’il détient avec un oncle et ses deux frères dans la paroisse vénitienne de Santa Maria Zobenico69. Quant au troisième fils de Pietro, Filippo, il obtient en 1202 à Venise un prêt de 650 besants, qu’il ne rembourse pas à temps. Le terrain qu’il possède dans la même paroisse est par conséquent transféré au créancier en janvier de l’année suivante70.

  • 71 Supra, n. 69 et 70. Pour ce type de transaction, supra, n. 37.

16La documentation concernant Pietro Morosini d’Acre et ses descendants révèle que ceux-ci maintiennent la communauté de leurs biens à Venise pendant de nombreuses années. Deux d’entre eux, Nicolino de Tripoli et Filippo d’Acre, décident toutefois en l’espace de deux ans de se débarrasser de leurs parts afin d’accroître le capital dont ils disposent et d’asseoir plus fermement leur position au Levant. Il est significatif que chacun d’eux obtient un prêt pour trente jours qui, nous l’avons vu, masque une vente de biens immobiliers, du même Angelo Falier, qui possède à Venise des terrains contigus aux leurs71. Il faut croire que les Morosini de Tripoli et d’Acre coopéraient dans le commerce maritime. En tout cas, ils maintenaient des rapports dans ce domaine avec d’autres branches de leur clan.

  • 72 Sur ces derniers, supra, n. 11.

17En Égypte les conditions existant jusqu’à la fin du xiiie siècle et même au-delà ne sont guère favorables à l’immigration et à l’établissement de colons vénitiens. En effet, le commerce des Occidentaux y est limité aux ports d’Alexandrie, de Damiette et de Tinnis, sans liberté de mouvement à l’intérieur du pays à partir du règne de Saladin. Les opérations de vente s’effectuent aussitôt après l’arrivée et sont strictement contrôlées. Il y a vente obligatoire de matériaux dits stratégiques, notamment fer, bois et poix, au Matjar, office du commerce de l’État, qui paye une partie de ces achats en alun, matière première dont il détient le monopole en matière de commerce. Les autres marchandises sont vendues en gros à la halqa ou encan par les soins ou sous la surveillance des fonctionnaires de l’État. Les puissances maritimes occidentales n’obtiennent pas de quartiers dans les ports égyptiens. Pendant leur séjour, les Vénitiens et autres marchands occidentaux sont contraints de résider dans des funduqs, caravansérails de l’État servant de logement et d’entrepôt, surveillés par les autorités. Le régime auquel sont soumis les chrétiens occidentaux rappelle donc par certains traits celui des mitata de Constantinople avant 108272.

  • 73 Cf. D. Jacoby, « Les Italiens en Égypte aux xiie et xiiie siècles : du comptoir à la colonie ? », (...)

18L’arrêt du commerce vénitien avec Byzance en 1171 conduit à son expansion avec l’Égypte. C’est vraisemblablement l’année suivante que Venise obtient à Alexandrie un funduq particulier pour ses propres ressortissants et un second entre 1192 et 1208. A cette date un consul vénitien y exerce des prérogatives juridiques, et d’autres privilèges obtenus plus tard y améliorent les conditions de résidence. Le nombre de Vénitiens visitant l’Égypte augmente et leurs séjours, qui en pratique ne sont pas limités par l’État, y deviennent plus longs. La plupart des marchands n’éprouvent toutefois aucun intérêt à prolonger leur séjour en Égypte au-delà du temps nécessaire à leurs opérations commerciales. En effet, la politique restrictive de l’État continue à réduire considérablement leur marge de manœuvre, malgré un assouplissement en matière de mouvement et de commerce, dans ce dernier domaine dès 1208. Ils ne sont donc pas induits à s’installer durablement en Égypte. Le funduq ne constitue d’ailleurs pas un cadre matériel propice à la vie familiale. Contrairement à Byzance et à l’Orient latin, il n’y a pas de colons vénitiens en Égypte aux xiie et xiiie siècles73.

  • 74 Cf. S. Borsari, Studi sulle colonie veneziane in Romania nel xiii° secolo, Naples 1966, p. 28-31 ; (...)
  • 75 Pour ce qui suit, cf. Jacoby, « La colonisation militaire », op. cit., p. 297-313.
  • 76 Liste nominative dans TTh, II, 134-135, et cf. les index de DCV et NDCV, qu’il faut dépouiller en (...)
  • 77 Jacoby, « Byzantine Crete », op. cit., p. 518-530.

19La Quatrième Croisade ouvre des perspectives nouvelles à l’immigration et à l’installation des Vénitiens en Romanie. Venise prend possession de divers territoires, sur lesquels elle exerce sa pleine autorité. Coron et Modon dans le Péloponnèse méridional sont entre ses mains dès 1207, la même année elle occupe Candie, d’où elle étend progressivement sa domination sur toute la Crète. Elle détient également un quartier dans la ville de Négrepont, capitale de l’Eubée, à partir de 121174. Afin d’assurer son implantation militaire permanente en Crète, Venise impose des quotas d’émigration aux six sestiers ou circonscriptions de la métropole, chargés de fournir des colons75. Parmi les 94 milites candidats à l’installation en Crète en tant que colons militaires dans l’automne de 1211, on trouve des représentants de nombreuses familles actives dans le commerce méditerranéen, ainsi que le révèle une confrontation de leurs noms avec ceux des marchands enregistrés dans les actes notariés, dont nous verrons un exemple plus loin76. En principe, le recrutement des colons s’effectue sur la base du volontariat, mais il faut croire qu’il a été coordonné au sein des familles. En contrepartie de leur service militaire, Venise offre aux colons des terres rurales en Crète, ainsi que des maisons à Candie et, en 1252, à La Canée. Il est toutefois certain que pour nombre d’entre eux ces biens ne sont pas le seul facteur qui les induise à s’installer en Crète. Ces colons ont une bonne connaissance préalable du potentiel économique de l’île, acquise soit par expérience personnelle soit grâce à leurs parents. En effet, la Crète est intégrée dans le réseau commercial vénitien dès le xiie siècle77. La charte d’investiture de 1211 en faveur des colons comprend des clauses économiques, qui prévoient une coopération entre eux et les marchands itinérants de la métropole sur le plan commercial.

  • 78 Borsari, Il dominio veneziano a Creta, op. cit., p. 85-86.
  • 79 NDCV, doc. 73-74.
  • 80 Jacoby, « La colonisation militaire », op. cit., p. 303-304, 306 ; NDCV, doc. 93.
  • 81 NDCV, doc. 81-82. Un homonyme qualifié de Pietro maior, fils de Giacomo, réside à Venise dans la p (...)
  • 82 Jacoby, « La colonisation militaire », op. cit., p. 306-307.

20Il n’empêche que certains colons s’engagent personnellement dans le commerce maritime à partir de la Crète. Parmi eux figure Tommaso Viadro, originaire de la paroisse de S. Maurizio, qui déploie une activité commerciale depuis 1197 dans les Pouilles, en Dalmatie, à Arta et à Durazzo, ainsi qu’à Alexandrie et dans l’Orient latin78. En 1209 il accompagne les forces militaires partant pour la Crète afin d’y exercer le commerce, entre autres avec du capital investi par Maria, épouse du doge Pietro Ziani79. Deux années plus tard il apparaît parmi les colons militaires et obtient une tenure militaire en Crète, attestée en 1218. A Candie il reçoit de son frère Stefano un prêt, qu’il s’engage à rembourser l’année suivante à Venise soit lui-même, soit par l’intermédiaire d’une tierce personne, mais la dette n’est pas encore acquittée en 124380. Stefano, qui réside à Venise ou occupe des fonctions officielles à l’étranger, comme celle de podestà à Pola en Istrie, où il meurt, accumule une grosse fortune qui comprend des biens immobiliers en Romanie, probablement en Crète. Après la mort de son frère Tommaso, il maintient des rapports d’affaires avec le fils de ce dernier, Pietro, mentionné dans son testament, rédigé en 122581. Malgré plusieurs révoltes grecques au cours du xiiie siècle, la domination vénitienne crée des conditions de sécurité et d’expansion économique durables, qui encouragent l’immigration. Aux colons militaires arrivés en Crète s’ajoutent d’autres immigrants vénitiens, arrivés dans l’île de leur propre initiative et à leurs propres frais82.

  • 83 D. Jacoby, « The Venetian Quarter of Constantinople from 1082 to 1261: Topographical Consideration (...)
  • 84 D. Jacoby, « The Venetian Presence in the Latin Empire of Constantinople (1204-1261): the Challeng (...)

21Après la conquête latine de Constantinople en 1204, Venise occupe trois huitièmes de la ville et détient ce territoire sous sa seule juridiction jusqu’en 1261. Dans les années suivant la conquête, Constantinople connaît un regain d’activité commerciale, qui n’atteint toutefois pas le niveau du xiie siècle. Les conditions dont jouissent les citoyens vénitiens dans la ville, bien plus favorables qu’à l’époque antérieure, stimulent leur immigration83. Le clan des Querini, qui comporte plusieurs branches, appartient à l’élite vénitienne ; les frères Paolo et Giberto Querini, de la paroisse de S. Polo, s’installent à Constantinople peu après la conquête de la ville par les Latins en 1204. Paolo rentre à Venise en 1217 ou peu avant, alors que son fils Giovanni continue à résider à Constantinople, père et fils s’engagent dans des opérations commerciales conjointes. De 1238 jusqu’à sa mort en 1250, le frère de Paolo et Giberto, Leonardo, est patriarche de Grado, la plus haute fonction ecclésiastique vénitienne. Peu après son élection, Leonardo nomme Giberto son agent, avec fonction d’administrer les biens que la Commune a cédés au patriarcat à Constantinople, d’y percevoir les loyers de ses terres et d’y gérer ses finances. Il est fréquent que les patriarches nomment à ce poste des parents exerçant le commerce et dotés d’une expérience solide dans le domaine financier. Certains d’entre eux viennent alors s’établir dans la ville alors que d’autres, comme Giberto Querini, y sont déjà installés. Quoi qu’il en soit, ces marchands profitent de leur fonction d’agents pour élargir le champ de leurs activités, investissant entre autres une partie des fonds récoltés pour le compte du patriarcat dans leurs propres affaires commerciales, avant de les transférer au trésor de ce dernier à Venise. Après la mort du patriarche Leonardo Querini en 1250, Giberto perd sa fonction d’agent. Entre-temps il a fait fortune à Constantinople, où il possède des biens immobiliers étendus. Deux ans plus tard il est rentré à Venise, à soixante ans passés. Un de ses fils l’accompagne, alors que l’autre, également né à Constantinople, reste dans cette ville, les deux frères maintiennent entre eux des rapports étroits dans le domaine commercial84.

  • 85 Document édité par M.-L. Favreau, « Die italienische Levante-Piraterie und die Sicherheit der Seew (...)
  • 86 ASV, Procuratori di S. Marco de Ultra, b. 1 perg. Sur l’activité de ce personnage, cf. aussi L. La (...)
  • 87 NDCV, doc. 86. Pour ce qui suit, cf. Jacoby, « Venetian Settlers », op. cit., p. 186-188. Le maria (...)
  • 88 NDCV, doc. 103.
  • 89 NDCV, doc. 104; ASV, S. Stefano, b. 1 perg.

22Il est également possible de suivre pendant plusieurs décennies les destinées d’une branche mineure d’un autre clan vénitien important, les Venier. Stefano Venier, de la paroisse des Santi Apostoli, est capturé en 1196 par des pirates pisans alors qu’il rentrait de l’Orient latin à Venise85. En août 1202, il achète dans sa paroisse d’origine deux terrains contigus sur lesquels il construit une domus, soit un grand édifice86. Son fils Giovanni s’installe avant 1232 à Constantinople, d’où il maintient des rapports étroits avec lui et avec sa propre femme, Palma, fille de Leonardo Leocari de S. Fantin, restée à Venise mais qui le rejoint par la suite87. Après la mort de Giovanni à Constantinople, ses fils Marco et Stefano, toujours résidents de cette ville, maintiennent une fraterna compagnia qu’ils dissolvent en 1254, tout en continuant à posséder en commun la maison paternelle dans la paroisse des Santi Apostoli à Venise. En 1259, Stefano dissout également la fraterna compagnia qui le lie dans le commerce à un autre frère, Giacomo. Il séjourne à Venise en avril 126188 ; on ne peut toutefois pas établir s’il regagne Constantinople avant la reconquête de la ville par Michel VIII Paléologue, le 25 juillet 1261. En août de cette même année il est à Négrepont avec ses frères Marco et Giacomo et leur mère, qui ont fui la ville impériale. Marco prête alors une somme énoncée en hyperpères de Constantinople à Stefano et, en mars 1262, celui-ci ainsi que le troisième frère, Giacomo, établissent une colleganza89.

  • 90 Z. N. Tsirpanles, « Κατάτιχο έϰϰλησιῶν кαὶ μοναστηριῶν τοῦ Κοινοῦ » (1248-1548). Συμβολὴ στὴ μελέτ (...)
  • 91 ASV, S. Stefano, b. 1 perg. (Négrepont, 30 et 31 octobre 1265).
  • 92 ASV, S. Stefano, b. 2 perg. Angelo Leocari était le frère de sa mère Palma, ainsi que le révèle le (...)

23Entre la conclusion de ces deux contrats Marco émigre en Crète où, en septembre 1261, il obtient conjointement avec deux autres réfugiés de Constantinople, Pietro Venier, un lointain parent, et Giovanni Corner, une tenure militaire comprenant trois villages. Il établit son testament à Candie le 15 octobre 1263, nommant sa femme Zoé, une Grecque de Constantinople, ainsi que ses deux frères, Stefano et Giacomo, exécuteurs testamentaires, ce qui implique des rapports de confiance entre eux et, au-delà, des rapports économiques avec ces derniers90. Contrairement à Marco, Stefano reste à Négrepont jusque vers la fin de 1265 et y épouse Vilma ou Guglielma de Niola, fille d’une famille avec laquelle il entretient des rapports commerciaux91. Ceux-ci se doublent donc d’une alliance matrimoniale ; Stefano s’établit ensuite à Venise. Avant de s’engager dans une affaire commerciale outre-mer au printemps suivant, il confie la conduite de ses affaires à sa femme, à Marino Venier de Santa Trinità, parent de son beau-père, et à son cousin Giovanni, fils d’Angelo Leocari de S. Fantin92.

  • 93 M. Pozza éd., Gli atti originali della cancelleria veneziana, II, 1205-1227, Venise, 1996 (Ricerch (...)
  • 94 ASP, Diplomatico, n° 1918 (Venise. 12 janvier 1259) : in Penna ginensi territorio et districtu. Il (...)
  • 95 ASV, S. Stefano, b. 1 perg. Le testament de Gisberto, rédigé en mai 1241, mentionne deux sommes do (...)
  • 96 ASV, S. Andrea di Zirada, b. 1 perg. (25 août 1247).
  • 97 Ibid. (22 mai 1257).
  • 98 Supra, n. 94.
  • 99 NDCV, doc. 91 (Négrepont, décembre 1240), et pour 1249, infra, n. 101. Les documents utilisent l’u (...)
  • 100 NDCV, doc. 91. La somme laissée à sa mort est énoncée en monnaie d’Acre.

24On peut suivre les Niola à travers tout le xiiie siècle : Guglielmo, originaire de Nioles, une bourgade de l’Agenais, s’établit à Venise, où il obtient la citoyenneté en 120993. Un homonyme, sans nul doute son petit-fils, habite la paroisse de S. Moisè à Venise et est marié à une femme de l’Agenais, qui y possède des biens94. Les Niola de cette génération sont pleinement insérés dans les réseaux commerciaux vénitiens, Guglielmo jeune est actif à Constantinople entre 1241 et 1244 où, en février de cette année, il restitue à la veuve de Biagio Gisberto 115 hyperpères, que ce dernier avait investis dans une colleganza avec Marino Morosini de la paroisse de S. Salvatore et Natale Bocco95. A Venise, il achète une maison voisine de la sienne en 1246, il y entreprend des travaux96, et en 1257 il y est remboursé d’un prêt effectué en 125297. Il meurt avant janvier 125998. Son frère Raimondo s’installe dans la paroisse de S. Giovanni Nuovo, puis apparemment réside pendant quelques années à Négrepont, où il est signalé en 1240 et 1249 avec un autre frère, Arnaldo ou Rainaldo de la paroisse de S. Moisè99. Un cousin du nom de Rainaldo, déjà mort en 1240, les y avait précédés et commerçait avec l’Orient latin100.

  • 101 ASP, Diplomatico, doc. 1760 (Tyr, 1er novembre 1249).
  • 102 C’est l’hypothèse la plus vraisemblable : cf. C. Devic et J. Vaisette éd., Histoire générale du La (...)
  • 103 TTh, II, p. 372, 373, 377, nouvelle éd. Berggötz, Der Bericht des Marsilio Zorzi, op. cit., p. 74- (...)
  • 104 ASV, S. Andrea di Zirada, b. 1 perg. (10 juin 1257).
  • 105 ASV, S. Stefano, b. 1 perg. (4 octobre 1258). La procuration est envoyée d’Acre. À son sujet, cf. (...)

25En novembre 1249 Raimondo et Rainaldo Niola sont chargés par leur oncle Guglielmo Iordanis ou Iordanus, qui réside à Tyr, de récupérer en son nom 100 besants prêtés à Simeone Artusio de Négrepont, ainsi que les intérêts sur cette somme101. Guglielmo est donc originaire du midi de la France, et probablement membre de la famille seigneuriale de L’Isle-Jourdain dans le département du Gers, voisin de l’Agenais102. Il avait épousé une femme de la famille vénitienne Pantaleo et, en son nom, détenait un fief vénitien dans la région de Tyr, ainsi qu’il ressort d’un rapport établi en 1243 par Marsilio Zorzi, baile de Venise à Acre103. La condition de feudataire n’empêchait donc pas Guglielmo Iordanus de s’engager dans des activités commerciales à Tyr ou d’investir son capital dans le commerce maritime. Raimondo Niola rentre de Négrepont à Venise avec une grosse fortune et y acquiert une grande maison dans la paroisse de S. Angelo en 1257104. L’année suivante Arnaldo de Saint-Avit, originaire de cette localité proche d’Agen et habitant de Constantinople, charge Raimondo ainsi que ses neveux Romano de Niola et Marco Venier de récupérer de la Commune 200 besants, sa contribution à un emprunt forcé à Acre en 1255105.

  • 106 A. Teulet éd., Layettes du Trésor des Chartes, Paris, 1863-1881, 3 vol. , III, p. 56, doc. 3745 ; (...)
  • 107 DCV, doc. 833 : les éditeurs ont lu « Arnaldus Deniella » (sic) pour « de Niella ». Sur Thèbes à c (...)
  • 108 TTh, II, p. 241, n. XVI. Cf. G. Morgan, « The Venetian Claims Commission of 1278 », Byzantinische (...)
  • 109 ASV, S. Stefano, b. 2 perg. (Négrepont. 16 février 1273 et Venise, 30 juillet 1274).
  • 110 Supra, n. 108.

26Contrairement à son frère Raimondo, Arnaldo de Niola reste à Négrepont et s’y enrichit ; en février 1249 il prête 1800 livres tournois à Marie de Brienne, impératrice de Constantinople, de passage à Négrepont alors qu’elle faisait route vers la France. En mai 1249 il est à Paris, où il est remboursé106. En 1256 il est à Thèbes, où il souscrit comme témoin à un prêt effectué par des résidents de cette ville à Marco Gradenigo, bailo vénitien de Négrepont. Voilà qui suppose des rapports commerciaux avec Thèbes, marché financier et productrice de soieries exportées vers l’Occident107. En 1268 ou 1269, Arnaldo expédie à Thessalonique des draps de laine, qui sont dérobés par un pirate de cette ville108. En 1273, il effectue un voyage de Négrepont à Acre, où l’un de ses cousins réside, et continue ensuite jusqu’à Venise. Le dernier témoignage à son propos date de juillet 1274109. Après sa mort, survenue entre 1274 et 1278, son fils Guglielmo revendique des dédommagements pour l’acte de piraterie dont il a été question110.

  • 111 Document inséré dans un autre du 19 janvier 1267 : ASV, S. Andrea di Zirada, b. 1 perg.
  • 112 D. J. Geanakoplos éd.. Emperor Michael Palaeologus and the West. 1258-1282. A Study in Byzantine-L (...)
  • 113 ASV, S. Stefano, b. 2 perg. Au sujet de cet acte, cf. Stussi, « Provenzali a Venezia », op. cit., (...)
  • 114 R. Cessi éd., Deliberazioni del Maggior Consiglio di Venezia, Bologna, 1931-1950, 3 vol. , III, p. (...)

27Un cousin d’Arnaldo, Stefano de Niola, s’installe à Constantinople quelque temps avant décembre 1260, quand il y est qualifié de habitator111. L’année suivante il fuit, vraisemblablement au moment de la reconquête de la ville par Byzance, et rejoint ses proches à Négrepont. En février 1262 il y partage, avec un associé également réfugié de Constantinople, les bénéfices de commendacie conclues avec trois individus originaires de l’Agenais. Arnaldo et un autre parent, Giacomo da Niola, souscrivent au document qui en fait état112. Stefano s’installe ensuite à Acre et est qualifié de burgen-sis de cette ville en 1268113. C’est apparemment son fils Gherardo qui, en 1284, y vend des biens immobiliers à la Commune pour la coquette somme de 900 besants114. Notons que malgré leur insertion dans le milieu vénitien, en métropole et outremer, les Niola gardent des attaches avec leur région d’origine, l’Agenais, et celles-ci se manifestent également dans la continuité de leurs rapports matrimoniaux et commerciaux avec des émigrés de cette région pendant plusieurs générations.

  • 115 Borsari, Studi, op. cit., p. 34-43 ; Loenertz, Les Ghisi, op. cit., p. 26-28 ; Jacoby, La féodalit (...)
  • 116 Loenertz, Les Ghisi, op. cit., p. 41-42, 75 ; cf. aussi Jacoby dans la note précédente.
  • 117 Loenertz, Us Ghisi, op. cit., p. 75-77, 95-96, 284-288, doc. 4.
  • 118 ASV, Procuratori di S. Marco de Ultra, Miscellanea perg., b. 1, actes de juin 1239 et du 14 mars 1 (...)

28La conquête de nombreuses îles de l’Egée après la Quatrième Croisade a été entreprise par des individus issus de familles appartenant à l’élite vénitienne. Il faut croire qu’avant leur départ pour cette région ils se sont assuré un appui financier auprès de leurs proches et se sont entendus entre eux sur le partage du butin115. Par la suite ces Vénitiens maintiennent des rapports étroits avec leurs parents de la métropole et d’outre-mer. Il en est ainsi des Ghisi, à la fois seigneurs des îles de Tinos et Mykonos et seigneurs féodaux dans la principauté franque de Morée. En 1259 Marino Ghisi de S. Moisè se porte garant pour son frère Andrea, jadis de la paroisse de S. Geremia et devenu seigneur de l’île de Tinos. Andrea apparaît comme marchand, banquier et parfois comme pirate116. En 1284 Giovanni Zen, bailo de Venise à Négrepont, reconnaît Bartolomeo Ier Ghisi, seigneur de Tinos et Mykonos, comme exécuteur testamentaire de son frère Marino Ghisi, établi à Andravida dans le Péloponnèse franc117. On trouve également d’autres Vénitiens installés en Grèce continentale, hors des territoires dominés par la Commune. Parmi eux figurent trois membres de la famille Lion, comprise parmi les popolani de Venise. En juin 1239, Pietro Lion de Négrepont et ses frères, Giovanni et Giacomo de Thèbes, annulent une fraterna compagnia avec leur oncle paternel Giorgio, qui remontait à la mort de leur propre père Nicolò. En 1246 Pietro, resté à Négrepont, et Giacomo, passé à Athènes, héritent du legs fait par cet oncle118.

  • 119 D. Jacoby, « L’expansion occidentale dans le Levant : les Vénitiens à Acre dans la seconde moitié (...)
  • 120 Ibid., p. 244-245.

29Parmi les popolani vénitiens installés à Acre depuis la seconde moitié du xiie siècle figurent plusieurs générations de Brizi. Ils y possèdent des biens immobiliers, accumulent une fortune et rendent des services importants à la Commune. En 1291 Michele, Filippo et leur sœur Candelor Brizi parviennent à s’échapper d’Acre ; les frères s’établissent à Venise, tandis que Candelor s’installe à Famagouste, où elle épouse Marco de Castello, autre réfugié vénitien d’Acre119. Un schéma identique est attesté pour d’autres familles vénitiennes originaires d’Acre. Les rapports d’affaires antérieurs à 1291 continuent entre les rescapés et se doublent en Chypre de liens familiaux. La connaissance des marchés levantins stimule la coopération de ceux qui ont rejoint Venise avec leurs parents de Chypre120.

30Les quelques exemples présentés ici, que l’on pourrait aisément multiplier, illustrent l’existence de rapports entre migrations familiales vénitiennes et stratégies commerciales en Méditerranée orientale aux xiie et xiiie siècles. La migration des membres de l’élite sociale et politique de Venise est généralement mieux documentée, bien que le phénomène ne soit pas limité à leurs familles. L’établissement outre-mer, qui s’y accompagne généralement de l’acquisition de biens immobiliers, n’est pas nécessairement définitif. On assiste au retour d’émigrés à Venise après un séjour prolongé outre-mer variant de quelques années à plus de trois décennies, soit par choix personnel après une longue période d’activité et à un âge avancé, soit à la suite de développements politiques ou militaires tels que la reconquête byzantine de Constantinople en 1261 ou la chute d’Acre en 1291. Le retour à Venise est sans doute plus fréquent au sein des familles de l’élite, qui retiennent des biens à Venise. Mais, par ailleurs, il existe également une implantation permanente outre-mer qui s’étend sur plusieurs générations. Elle aussi est parfois interrompue de force par des facteurs extérieurs et contraint les colons à se déplacer vers d’autres centres d’outre-mer ou à rentrer en métropole.

  • 121 Favreau-Lilie, « Durchreisende und Zuwanderer », op. cit., p. 73-82, qui traite de l’Orient latin, (...)

31Le grand commerce maritime, monopole de l’élite vénitienne, reste surtout le domaine des marchands établis à Venise ; il dépend toutefois de l’apport fourni par les réseaux locaux et régionaux d’outre-mer. La dispersion des membres de familles nucléaires vénitiennes à travers la Méditerranée orientale et leurs alliances matrimoniales s’insèrent dans ce schéma. Il existe un lien étroit entre la migration vénitienne et le rôle commercial des villes d’outre-mer vers lesquelles elle se dirige. Les principales fonctions remplies par les colons installés outre-mer sont la concentration de marchandises destinées à l’exportation, la distribution de biens importés, et l’appui logistique aux marchands itinérants, qui continuent à être les moteurs principaux du commerce maritime méditerranéen. Les contributions des uns et des autres sont d’ailleurs complémentaires. Les colons sont prépondérants dans le commerce local et régional et la navigation à courte et moyenne distance. En revanche, leur participation dans le commerce transméditerranéen est généralement limitée à des investissements121.

  • 122 Jacoby, « L’expansion occidentale », op. cit., p. 244-245.
  • 123 Ibid., p. 250.

32Beaucoup d’émigrés vénitiens attachent une grande importance au maintien d’une assise solide et permanente en métropole. Les biens immobiliers dans leur paroisse d’origine à Venise servent au logement de ceux qui y rentrent provisoirement en voyage d’affaires et de bases de repli en cas de besoin. Il en est ainsi de Marco Zovene, qui habite la paroisse vénitienne des Santi Apostoli avant de s’installer à Acre vers 1266. Il garde néanmoins la maison familiale à Venise et y séjourne temporairement chaque fois qu’il revient en métropole. Il y amène également son petit-fils Albertino, né à Acre. Les deux parviennent à s’échapper de cette ville en 1291 et s’établissent de manière permanente à Venise122. En outre, les biens immobiliers conservés dans la métropole contribuent à préserver les attaches familiales antérieures. Le cas d’Isacco Venier, originaire d’Acre où son père habitait en 1269, est particulièrement éloquent à cet égard. Isacco était encore enfant au moment de la chute de cette ville en 1291. Par la suite, il vit pendant près de trente-sept ans dans les régions des Tartares et arrive à Venise vers 1328. Il tente alors de s’y faire reconnaître comme citoyen vénitien, ce qu’on lui refuse d’abord parce qu’il ne parle pas le vénitien, ni peut-être aucune autre langue occidentale. En définitive, il parvient à prouver son identité, sans doute grâce à des témoins originaires d’Acre et à des membres du clan Venier. Le doge Giovanni Soranzo lui reconnaît alors le statut de Vénitien et le rétablit dans ses droits, ce qui lui permet de récupérer les biens immobiliers laissés par son père123.

  • 124 D. Jacoby, « La dimensione demografica e sociale », dans Storia di Venezia, II, L’età del Comune, (...)

33Les solidarités au sein de la famille nucléaire, entre autres sous forme de fraterna compagnia, ainsi que les attaches familiales des colons d’outre-mer entre eux et avec leurs parents de la métropole, favorisent souvent une activité économique conjointe et contribuent à étendre le rayon géographique de celle-ci. Pour certains colons, comme les Querini et les Venier, parmi les clans les plus importants à Venise, elles permettent également de s’assurer un appui auprès de leurs proches siégeant au Maggior Consiglio de la métropole et d’y créer un groupe de pression politique, afin de promouvoir leurs propres intérêts outre-mer. Dans le cas spécifique des Querini installés à Constantinople, il s’agissait peut-être de l’effort financier et militaire nécessaire à assurer la continuation de la domination latine dans cette ville. Dans ce contexte politique, la distinction entre les diverses branches d’un même clan est essentielle, parce que leurs vues et aspirations respectives ne concordaient pas toujours. La tendance des colons à mentionner fréquemment, sinon toujours, la paroisse vénitienne dont eux-mêmes ou leurs ancêtres étaient issus, reflète donc certaines réalités sociales, économiques et politiques. Mais, au-delà, cet usage ressort également d’un besoin psychologique ; malgré la solidarité au sein des communautés vénitiennes d’outre-mer124, il semble que de nombreux Vénitiens qui en faisaient partie considéraient les conditions politiques dans lesquels ils vivaient comme plus ou moins précaires. Pour cette raison, ils maintenaient leur perception de résidents temporaires outre-mer, quelle qu’ait été leur attitude par rapport à un éventuel retour à Venise. La référence à la paroisse d’origine visait donc également à exprimer la continuité de l’appartenance à la communauté vénitienne de la métropole.

Notes

1 Sur ce type de migration, cf. D. Jacoby, « The Migration of Merchants and Craftsmen : a Mediterranean Perspective (12th-15th Century) », dans Le migrazioni in Europa, sec. xiii-xviii, S. Cavaciocchi éd., Firenze, 1994 (Istituto internazionale di storia economica « F. Datini », Prato, Serie II, Atti delle « Settimane di Studi » ed altri Convegni, 25), p. 533-541, reproduit dans D. Jacoby, Trade, Commodities and Shipping in the Medieval Mediterranean, Aldershot, 1997, n. I.

2 Ibid., p. 541-543.

3 Le phénomène n’est évidemment pas limité aux Vénitiens, mais ici je traiterai uniquement de ces derniers.

4 Sigles utilisés ci-dessous : ASV = Archivio di Stato di Venezia ; ASP = Archivio di Stato di Padova ; DCV = R. Morozzo della Rocca et A. Lombardo éd., Documenti del commercio veneziano nei secoli xi-xiii, Turin, 1940, 2 vol. NDCV = A. Lombardo et R. Morozzo della Rocca éd., Nuovi documenti del commercio veneto dei sec. xi-xiii, Venise, 1953; TTh= G. L. Fr. Tafel et G. M. Thomas éd., Urkunden zur älteren Handels- und Staatsgeschichte der Republik Venedig, Vienne, 1856-1857, 3 vol. (Kaiserliche Akademie der Wissenschaften, Wien, Fontes rerum austriacarum, XII-XIV).

5 Cf. p. ex. les arbres généalogiques des Ghisi de Venise et d’outre-mer, reconstitués par R.-J. Loenertz, Les Ghisi, dynastes vénitiens dans l’Archipel, 1207-1390, Florence, 1975, p. 343-421, 469-474. On verra d’autres exemples d’homonymies plus loin.

6 Cf. l’étude d’ensemble de G. Folena, « Gli antichi nomi di persona e la storia civile di Venezia », Atti dell’Istituto veneto di scienze, lettere ed arti, Classe di scienze morali, lettere ed arti, 129 (1970-71), p. 445-484.

7 G. Rösch, Der venezianische Adel bis zur Schliessung des Grossen Rats. Zur Genese einer Führungsschicht, Sigmaringen, 1989 (Kieler Historischen Studien, 33), p. 253-279, index des noms propres, n’exploite pas les critères mentionnés ci-dessus. Il en est de même de V. Tchentsova, « Le commerce vénitien en Grèce du xiiie à la première moitié du xve siècle d’après les données prosopographiques », dans Le partage du monde. Échanges et colonisation dans la Méditerranée médiévale, éd. M. Balard et A. Ducellier, Paris, 1998, p. 287-295. Bien que consciente du problème des homonymies et des divisions à l’intérieur des clans, elle se fonde essentiellement sur les patronymes.

8 Ainsi M.-L. Favreau-Lilie. Die Italiener im Heiligen Land vom ersten Kreuzzug bis zum Tode Heinrichs von Champagne (1098-1197), Amsterdam, 1989, p. 498-505, et Ead., « Der Fernhandel und die Auswanderung der Italiener ins heilige Land », dans Venedig und die Weltwirschaft um 1200, W. von Stromer éd.. Stuttgart, 1999 (Centro Tedesco di Studi Veneziani, Studi, 7), p. 220.

9 L. Lanfranchi éd., 5. Giorgio Maggiore, Venise 1968-1986 (Fonti per la Storia di Venezia, II : Archivi ecclesiastici), 3 vol. , III, p. 271, doc. 483, et p. 312, doc. 514.

10 Cf. infra, pour divers exemples.

11 R. S. Lopez, « Silk Industry in the Byzantine Empire », Speculum, 20 (1945), p. 25-28, reproduit dans Id., Byzantium and the World around it: Economic and Institutional Relations, Londres, 1978, n. III.

12 La charte impériale de 1082 figure dans TTh, I. p. 43-49 ; nouvelle éd. M. Pozza-G. Ravegnani, I trattati con Bisanzio, 992-1198, Venise, 1993 (Pacta veneta, 4), p. 35-45. L’espace comprend des maisons in quibus Venetici permanent : TTh, I, p. 52 ; nouvelle éd. Pozza-Ravegnani. I trattati, op. cit., p. 39, § 5. Notons l’usage du verbe au présent : les Vénitiens y habitent donc déjà. La détention d’immeubles par les Amalfitains à Constantinople, également attestée par le diplôme de 1082, suppose un assouplissement identique en faveur de ces derniers : TTh, I, p. 52 ; nouvelle éd. Pozza-Ravegnani. I trattati, op. cit., p. 38-39, §4.

13 S. Borsari. Venezia e Bisanzio nel xii secolo. I rapporti economici, Venise. 1988 (Miscellanea di Studi e Memorie, XXVI). p. 31 et n. 5.

14 Supra. n. 12.

15 Liste dans Borsari, Venezia e Bisanzio, op. cit., p. 66, n. 11 ; sur sa nature et son authenticité, ibid., p. 65-68.

16 TTh, I, p. 111-112 ; nouvelle éd. Pozza-Ravegnani, I trattati, op. cit., p. 72-74.

17 Cf. Ch. A. Maltezou, « Les Italiens propriétaires terrarum et casarum à Byzance », Byzantinische Forschungen, 22 (1966). p. 181-184 ; Ead., « Il quartiere veneziano di Costantinopoli (Scali marittimi) », Thesaurismata, 15 (1978), p. 42-47, régestes de documents du xiie siècle.

18 L. Lanfranchi éd., Famiglia Zusto, Venise, 1955 (Fonti per la storia di Venezia, IV : Archivi privati), p. 45-48, 50-52, doc. 20 et 22.

19 Borsari, Venezia e Bisanzio, op. cit., p. 118-119. Location pour quatre ans : DCV, doc. 120.

20 DCV. doc. 111 (Constantinople, mai 1155) ; les deux frères partent à Smyrne et rentrent à Constantinople en 1157 : DCV, doc. 129-130.

21 DCV, doc. 245.

22 Borsari, Venezia e Bisanzio, op. cit., p. 119-125.

23 Ioannes Kinnamos, Epìtome rerum ab Ioanne et Alexio Comnenis gestarum, éd. A. Meineke, Bonn, 1836 (Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae), p. 281-282 (VI, 10).

24 Guillaume de Tyr, Chronique, 22.13, éd. R. B. C. Huygens, Turnhout, 1986, 2 vol. (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaevalis, LIII-LIII A), p. 1024, et en particulier Niketas Choniates, Historia, éd. J. L. van Dieten, Berlin-New York, 1975, 2 vol. (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, XI/1), p. 251.

25 Sur celles-ci, cf. Borsari, Venezia e Bisanzio, op. cit., p. 104-106.

26 Pour plus de détails, cf. D. Jacoby, « The Byzantine Outsider in Trade (c.900-c.l350) », dans Strangers to Themselves: The Byzantine Outsider, D. C. Smythe éd., Aldershot, 2000, p. 129-147.

27 Supra, n. 23.

28 Pour cette date, cf. Borsari, Venezia e Bisanzio, op. cit., p. 24-25.

29 Niketas Choniates, Historia, op. cit., p. 588, 11. 13-16, versions OL et b. ; cf. également Jacoby, « The Byzantine Outsider », op. cit., n. 40.

30 Ainsi qu’il ressort de Niketas Choniates, Historia, op. cit., p. 552.

31 D. Jacoby, « Byzantine Crete in the Navigation and Trade Networks of Venice and Genoa », dans Oriente e Occidente tra medioevo ed età moderna. Studi in onore di Geo Pistarino, L. Balletto éd., Acqui Terme, 1997, 2 vol. (Università degli Studi di Genova, sede di Acqui Terme, Collana di Fonti e Studi, 1), p. 525-528.

32 A. Ducellier, La façade maritime de l’Albanie au Moyen Âge. Durazzo et Valona du xie au xve siècle, Thessalonique, 1981 (Institute for Balkan Studies, 177), p. 70-73.

33 R.-J. Lilie, Handel und Politik zwischen dem byzantinischen Reich und den italienischen Kommunen Venedig, Pisa und Genua in der Epoche der Komnenen und der Angeloi (1081-1204), Amsterdam, 1984, p. 187-190.

34 DCV, doc. 54. Le lieu de résidence de Nicola Damiano au moment de la conclusion du contrat n’est pas spécifié. La référence au départ de la flotte vénitienne pour une expédition navale se rapporte manifestement à 1122 et implique que l’association a été établie à Venise.

35 Au sujet de Betani : Lanfranchi, S. Giorgio Maggiore, op. cit., II, p. 526-527, doc. 271.

36 Pour ce qui suit : ibid., II, p. 463-470, 479-482, doc. 231-233, 240 (intervention de Giovanni à Venise), et III, p. 531, doc. CCXLIV.

37 Cf. S. Borsari, « Per la storia del commercio veneziano col mondo bizantino nel xii secolo », Rivista Storica Italiana, 88 (1976), p. 108-109.

38 DCV, doc. 151-152.

39 NDCV, doc. 14 ; DCV, doc. 144.

40 DCV, doc. 214-217, 219, 221-223.

41 DCV, doc. 129.

42 Vitale Voltani y était déjà installé en octobre 1170 : DCV, doc. 234 ; cf. également doc. 239.

43 Sur les soieries de Thèbes, cf. D. Jacoby, « Silk in Western Byzantium before the Fourth Crusade », Byzantinische Zeitschrift, 84/85 (1991-1992), p. 462-472, 476-488, 490-492, 494-500, reproduit dans Id., Trade, op. cit., n. VII.

44 DCV, doc. 308, ne précise pas la date du contrat, mais celui-ci avait été conclu quondam retro tempore. Depuis les associés avaient perdu les documents qui le consignaient et ne se souvenaient plus exactement des montants qu’ils avaient investis. La confiscation de leurs biens en 1171 est signalée en mars 1190 : DCV, doc. 379. Sur le fonctionnement de cette compagnia, cf. Borsari, Venezia e Bisanzio, op. cit., p. 93-94.

45 DCV, doc. 273. La présence de Domenico dans la capitale byzantine est signalée dans DCV, doc. 305. Conjointement à un parent, Giovanni Sisinulo, il prête alors deux sommes à Vitale Voltani.

46 DCV, doc. 353.

47 Cf. G. Zordan, « I vari aspetti della comunione familiare di beni nella Venezia dei secoli xi-xii », Studi Veneziani, 8 (1966), p. 181-194.

48 DCV, doc. 131, 294.

49 DCV, doc. 366. La possession indivise de biens immobiliers par les trois frères suppose que leur père Pancrazio était déjà mort à cette date. Borsari, Venezia e Bisanzio, op. cit., p. 110-114. 131, affirme néanmoins que ce dernier, actif dans le commerce dès 1139, vit encore en 1197, ce qui est improbable. Il semblerait donc qu’il s’agisse de deux individus différents portant le même prénom et ayant chacun un fils nommé Zaccaria. Des homonymies de ce genre étaient assez fréquentes dans les familles vénitiennes.

50 DCV, doc. 399. Sebastiano Bono, de la même paroisse, se trouve à Constantinople avant février 1158 : NDCV, doc. 15. Il s’agit peut-être d’un autre frère.

51 D. Jacoby, « Pèlerinage médiéval et sanctuaires de Terre Sainte : la perspective vénitienne ». Ateneo veneto, 173 (N. S. 24) (1986), p. 27-29, reproduit dans Id., Studies on the Crusader States and on Venetian Expansion, Northampton, 1989, n° IV.

52 D. Jacoby, « The Venetian Privileges in the Latin Kingdom of Jerusalem: Twelfth and Thirteenth-Century Interpretations and Implementation », dans Montjoie. Studies in Crusade History in Honour of Hans Eberhard Mayer, B. Z. Kedar. J. Riley-Smith et R. Hiestand éd.. Aldershot, 1997, p. 156-166.

53 TTh, I, p. 140: que data et concessa fuit nostro comuni pro hospitatione Venetorum. quando illuc irent.

54 Jacoby, « The Venetian Privilèges », op. cit., p. 165-166.

55 Ibid., p. 166-169; D. Jacoby, « Italian Privileges and Trade in Byzantium before the Fourth Crusade : A Reconsideration », Anuario de estudios medievales, 24 (1994), p. 349-356, 359-364, reproduit dans Id., Trade, op. cit., n. II.

56 M.-L. Favreau-Lilie, « Durchreisende und Zuwanderer Zur Rolle der Italiener in den Kreuzfahrerstaaten », Die Kreuzfahrerstaaten als Multikulturelle Gesellschaft. Einwanderer und Minderheiten im 12. und 13. Jahrhundert, H. E. Mayer éd., Munich, 1997 (Schriften des Historischen Kollegs, Kolloquien, 37), p. 72-73, 78, 83-85. Il affirme à tort que, contrairement aux marchands itinérants, les colons ne jouissaient pas des privilèges commerciaux octroyés à leur ville d’origine. Je reviendrai ailleurs sur ce sujet.

57 Cf. Jacoby, « The Venetian Privileges », op. cit., p. 160-161.

58 TTh, I, p. 93, nouvelle éd. O. Berggötz, Der Bericht des Marsilio Zorzi. Codex Querini-Stampalia IV3 (1064), Francfort-sur-le-Main, 1990 (Kieler Werkstücke, Reihe C : Beiträge zur europäischen Geschichte des frühen und hohen Mittelalters, 2), p. 114. § 13.

59 TTh. II, p. 375-379, nouvelle éd. Berggötz, Der Bericht des Marsilio Zorzi, op. cit., p. 156-161.

60 DCV, doc. 126.

61 DCV, doc. 373 ; TTh, II, p. 366-367. nouvelle éd. Berggötz, Der Bericht des Marsilio Zorzi, op. cit., p. 147-148. Cf. également Favreau-Lilie, Die Italiener, op. cit., p. 507-508.

62 Supra, n. 46.

63 NDCV, doc. 17 ; DCV, doc. 171. Sur l’activité de Mairano à cette époque, cf. Borsari, Venezia e Bisanzio, op. cit., p. 119-122. Sur les Morosini, cf. Rösch, Der venezianische Adel, op. cit., p. 21-22, 28-29, 64-65.

64 ASV, Cancelleria inferiore, b. 218, témoignage dans un acte du notaire Andrea Venier (Venise, mars 1203).

65 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Age, Leipzig, 1885-1886, 2 vol. , I, p. 179.

66 Favreau-Lilie, Die Italiener, op. cit., p. 506. On ne peut toutefois pas savoir si ce dernier appartient à la même branche du clan.

67 DCV, doc. 463, du 27 septembre 1203. En octobre, toujours à Acre, il certifie que cette part de terrain lui appartient. Marino Morosini, un parent, apparaît comme témoin dans un autre acte de septembre 1203, également rédigé à la demande de Nicolino : ASV, Cancelleria inferiore, b. 198, actes du notaire Nicola Tommaso, le même qui établit le premier acte cité ci-dessus.

68 ASV, Cancelleria inferiore, b. 198, autre acte du notaire Nicola Tommaso (Acre, décembre 1203).

69 ASV, Miscellanea Perg. Privati sec. xii-xiii, b. 1, acte du notaire Venier Dalmario.

70 ASV, Cancelleria inferiore, b. 178, acte du notaire Domenico Soave.

71 Supra, n. 69 et 70. Pour ce type de transaction, supra, n. 37.

72 Sur ces derniers, supra, n. 11.

73 Cf. D. Jacoby, « Les Italiens en Égypte aux xiie et xiiie siècles : du comptoir à la colonie ? », dans Coloniser au Moyen Âge, M. Balard et A. Ducellier éd., Paris, 1995, p. 76-89. Au sujet des ventes de marchandises importées et de l’assouplissement dans ce domaine, cf. D. Jacoby, « The Supply of War Materials to Egypt in the Crusader Period », Jerusalem Studies in Arabic and Islam, 24 (2000), n. 6-19 (sous presse).

74 Cf. S. Borsari, Studi sulle colonie veneziane in Romania nel xiii° secolo, Naples 1966, p. 28-31 ; Id., Il dominio veneziano a Creta nel xiii secolo, Naples, 1963, p. 22-66 ; D. Jacoby, « La colonisation militaire vénitienne de la Crète au xiiie siècle : Une nouvelle approche », Le partage du monde, op. cit., p. 297-299 ; D. Jacoby, La féodalité en Grèce médiévale. Les « Assises de Romanie » : sources, application et diffusion, Paris-La Haye, 1971, p. 185-190.

75 Pour ce qui suit, cf. Jacoby, « La colonisation militaire », op. cit., p. 297-313.

76 Liste nominative dans TTh, II, 134-135, et cf. les index de DCV et NDCV, qu’il faut dépouiller en tenant compte des sestiers dans lesquels figurent les candidats à l’émigration. A noter que Giovanni, fils de Enrico da Canale de Sa. Marina, sestier de Castello (ibid., p. 134), était toujours à Venise en décembre 1211 : DCV, doc. 538. II en était peut-être de même de Tommaso Viadro : cf. Jacoby, « La colonisation militaire », op. cit., p. 302-303.

77 Jacoby, « Byzantine Crete », op. cit., p. 518-530.

78 Borsari, Il dominio veneziano a Creta, op. cit., p. 85-86.

79 NDCV, doc. 73-74.

80 Jacoby, « La colonisation militaire », op. cit., p. 303-304, 306 ; NDCV, doc. 93.

81 NDCV, doc. 81-82. Un homonyme qualifié de Pietro maior, fils de Giacomo, réside à Venise dans la paroisse de S. Maurizio dont la famille est originaire : NDCV, doc. 82, p. 91, et doc. 98, p. 115. Il est impossible de savoir lequel des deux individus est impliqué dans trois contrats conclus à Venise en 1254-1255 : NDCV, doc. 97, 99, 100.

82 Jacoby, « La colonisation militaire », op. cit., p. 306-307.

83 D. Jacoby, « The Venetian Quarter of Constantinople from 1082 to 1261: Topographical Considerations », dans Novum Millenium, C. Sode et S. A. Takács éd., Aldershot, 2000, p. 179-190; D. Jacoby, « Venetian Settlers in Latin Constantinople (1204-1261): Rich or Poor? », dans Ricchi e poveri nella società dell’Oriente grecolatino, Ch. A. Maltezou éd., Venise, 1998 (Biblioteca dell’Istituto ellenico di Studi bizantini e postbizantini di Venezia, n° 19), p. 181-204; D. Jacoby, « The Urban Evolution of Latin Constantinople (1204-1261) »), dans Byzantine Constantinople: Monuments, Topography and Everyday Life, N. Necipoglu éd., Leyde, 2000.

84 D. Jacoby, « The Venetian Presence in the Latin Empire of Constantinople (1204-1261): the Challenge of Feudalism and the Byzantine Inheritance », Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik, 43 (1993), p. 183-187, et au sujet d’autres agents du patriarcat, ibid., p. 185, n. 151 et 153; cf. aussi Id., « Venetian Settlers », op. cit., p. 184-186.

85 Document édité par M.-L. Favreau, « Die italienische Levante-Piraterie und die Sicherheit der Seewege nach Syrien im 12. und 13. Jahrhundert », Vierteljahrschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte, 65 (1978), p. 481, n. 66.

86 ASV, Procuratori di S. Marco de Ultra, b. 1 perg. Sur l’activité de ce personnage, cf. aussi L. Lanfranchi, « Famiglie mediterranee : i Venier dei Santi Apostoli », dans I ceti dirigenti del Veneto durante il medioevo, Atti del Convegno di studi, Venise, 1981, p. 65, qui ne fournit malheureusement pas de références aux documents sur lesquels il s’appuie.

87 NDCV, doc. 86. Pour ce qui suit, cf. Jacoby, « Venetian Settlers », op. cit., p. 186-188. Le mariage de Giovanni a lieu en août 1210 : ASP, Diplomatico, doc. 585.

88 NDCV, doc. 103.

89 NDCV, doc. 104; ASV, S. Stefano, b. 1 perg.

90 Z. N. Tsirpanles, « Κατάτιχο έϰϰλησιῶν кαὶ μοναστηριῶν τοῦ Κοινοῦ » (1248-1548). Συμβολὴ στὴ μελέτη των σχέσεων Πολιτείας καὶ Εκκλησια‘ στὴ βενετοκρατούμενη Κρήτη, Ioannina, 1985, p. 180-185, nos 96-100 ; ASV, S. Stefano, b. 6, proc. VII, doc. 24, et ASV, S. Stefano, b. 1 perg. : deux copies du testament ; ASP, Diplomatico, doc. 2103, 2222 : à Négrepont le 11 décembre 1263 la veuve Zoé déclare avoir obtenu sa dot des frères de Marco. Sur une notice en vénitien de sa main au dos du second acte, cf. A. Stussi, « Frammento veneziano del Duecento », Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa, ser. III, 11 (1981), p. 829-834, reproduit dans Id., Studi e documenti di storia della lingua e dei dialetti italiani, Bologna, 1982, p. 115-119. Deux fils de Pietro Venier habitent toujours à Candie en 1302 : R. Morozzo della Rocca éd., Benvenuto de Brixano, notaio in Candia, 1301-1302, Venise, 1950 (Fonti per la storia di Venezia, Sez. Ili-Archivi notarili), doc. 516.

91 ASV, S. Stefano, b. 1 perg. (Négrepont, 30 et 31 octobre 1265).

92 ASV, S. Stefano, b. 2 perg. Angelo Leocari était le frère de sa mère Palma, ainsi que le révèle le testament de Leonardo du 1er février 1244 : ASP, Pergamene diverse, doc. 806.

93 M. Pozza éd., Gli atti originali della cancelleria veneziana, II, 1205-1227, Venise, 1996 (Ricerche. Collana della Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università di Venezia), p. 42, doc. 8. De nombreuses localités du nom de Nioles existent dans le midi de la France. Les fréquentes références à l’Agenais dans les documents concernant les Niola (cf. infra) permettent d’identifier le lieu d’origine de Guglielmo dans cette région.

94 ASP, Diplomatico, n° 1918 (Venise. 12 janvier 1259) : in Penna ginensi territorio et districtu. Il s’agit de Penne-d’Agenais.

95 ASV, S. Stefano, b. 1 perg. Le testament de Gisberto, rédigé en mai 1241, mentionne deux sommes dont le total arrive à ce montant : NDCV, doc. 92, p. 107.

96 ASV, S. Andrea di Zirada, b. 1 perg. (25 août 1247).

97 Ibid. (22 mai 1257).

98 Supra, n. 94.

99 NDCV, doc. 91 (Négrepont, décembre 1240), et pour 1249, infra, n. 101. Les documents utilisent l’une ou l’autre des versions du prénom.

100 NDCV, doc. 91. La somme laissée à sa mort est énoncée en monnaie d’Acre.

101 ASP, Diplomatico, doc. 1760 (Tyr, 1er novembre 1249).

102 C’est l’hypothèse la plus vraisemblable : cf. C. Devic et J. Vaisette éd., Histoire générale du Languedoc, nouvelle éd. A. Molinier, Toulouse, 1874-1914, 10 vol. , VI, p. 191-192. Notons que le patronyme Jordas est fréquent dans le Rouergue aux xiie et xiiie siècles : cf. C. Brunei, Les plus anciennes chartes en langue provençale, Paris, 1926, doc. 41, 99, 137, 164 ; Id., Les plus anciennes chartes en langue provençale. Supplément, Paris, 1952, doc. 364, 371, 377, 380, 381, 383, 390, 392, 396, 416, 421, 451, 460, 477, 490, 541.

103 TTh, II, p. 372, 373, 377, nouvelle éd. Berggötz, Der Bericht des Marsilio Zorzi, op. cit., p. 74-75, avec références ; cf. en particulier p. 153, 11. 17-18 ; p. 155, 11. 2-3 ; p. 158, ll. 23-24 ; p. 159, 11. 1-2. La date de 1243 figure dans le rapport : TTh, II p. 370, nouvelle éd. Berggötz, op. cit., p. 151, 1. 17. Un jardin de Guglielmo contigli à un autre appartenant aux Hospitaliers est également mentionné dans un acte de 1260 inséré dans un document de 1271 : J. Delaville le Roulx éd., Cartulaire général de l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem (1100-1310), Paris, 1894-1906, 4 vol. , III, p. 238-239, doc. 3408.

104 ASV, S. Andrea di Zirada, b. 1 perg. (10 juin 1257).

105 ASV, S. Stefano, b. 1 perg. (4 octobre 1258). La procuration est envoyée d’Acre. À son sujet, cf. aussi A. Stussi, « Provenzali a Venezia (1258-1268) », Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa, ser. III, 18 (1988). p. 951-952, doc. 1. Une localité du nom de Saint-Avit proche d’Agen est attestée à la même époque : ibid.

106 A. Teulet éd., Layettes du Trésor des Chartes, Paris, 1863-1881, 3 vol. , III, p. 56, doc. 3745 ; attestation de reçu, à laquelle le sceau de cire d’Arnaldo est attaché : ibid., p. 69, doc. 3772.

107 DCV, doc. 833 : les éditeurs ont lu « Arnaldus Deniella » (sic) pour « de Niella ». Sur Thèbes à cette époque, cf. D. Jacoby, « Italian Migration and Settlement in Latin Greece : the Impact on the Economy », dans Die Kreuzfahrerstaaten als multikulturelle Gesellschaft, op. cit., p. 106-107, 118-120.

108 TTh, II, p. 241, n. XVI. Cf. G. Morgan, « The Venetian Claims Commission of 1278 », Byzantinische Zeitschrift, 69 (1976), p. 421 et 428, n° 18 pour la date.

109 ASV, S. Stefano, b. 2 perg. (Négrepont. 16 février 1273 et Venise, 30 juillet 1274).

110 Supra, n. 108.

111 Document inséré dans un autre du 19 janvier 1267 : ASV, S. Andrea di Zirada, b. 1 perg.

112 D. J. Geanakoplos éd.. Emperor Michael Palaeologus and the West. 1258-1282. A Study in Byzantine-Latin Relations, Cambridge (Mass.), 1959, p. 379-380, doc. 2 : les sommes sont confiées à deux frères originaires d’Agen et un individu originaire de Penne-d’Agenais (Castrum Penne).

113 ASV, S. Stefano, b. 2 perg. Au sujet de cet acte, cf. Stussi, « Provenzali a Venezia », op. cit., p. 957-958, doc. 9.

114 R. Cessi éd., Deliberazioni del Maggior Consiglio di Venezia, Bologna, 1931-1950, 3 vol. , III, p. 78, § 111.

115 Borsari, Studi, op. cit., p. 34-43 ; Loenertz, Les Ghisi, op. cit., p. 26-28 ; Jacoby, La féodalité en Grèce médiévale, op. cit., p. 271-280.

116 Loenertz, Les Ghisi, op. cit., p. 41-42, 75 ; cf. aussi Jacoby dans la note précédente.

117 Loenertz, Us Ghisi, op. cit., p. 75-77, 95-96, 284-288, doc. 4.

118 ASV, Procuratori di S. Marco de Ultra, Miscellanea perg., b. 1, actes de juin 1239 et du 14 mars 1246.

119 D. Jacoby, « L’expansion occidentale dans le Levant : les Vénitiens à Acre dans la seconde moitié du xiiie siècle », Journal of Medieval History, 3 (1977), p. 242-243, reproduit dans Id., Recherches sur la Méditerranée orientale du xiie au xve siècle. Peuples, sociétés, économies, Londres, 1979, n. VII.

120 Ibid., p. 244-245.

121 Favreau-Lilie, « Durchreisende und Zuwanderer », op. cit., p. 73-82, qui traite de l’Orient latin, ne distingue pas entre participation personnelle, d’une part, et indirecte de l’autre, et sous-estime le rôle des colons dans ce dernier domaine. À cet égard il y a également lieu de tenir compte de la disparition de la plupart des contrats conclus par les colons vénitiens outre-mer.

122 Jacoby, « L’expansion occidentale », op. cit., p. 244-245.

123 Ibid., p. 250.

124 D. Jacoby, « La dimensione demografica e sociale », dans Storia di Venezia, II, L’età del Comune, G. Cracco et G. Ortalli éd., Rome, 1995, p. 700-703.

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540