Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paris le peuple

 | 
Jean-Louis Robert
, 
Danielle Tartakowsky

Le peuple fait action. Le peuple symbolique

Appels au Peuple et Peuple en marche

Danielle Tartakowsky

Texte intégral

  • 1 Cité par S. Bérard, « Le peuple dans les journaux ouvriers de 1830 », in Michelet et le peuple, Nan (...)

« J'entends venir du côté des Tuileries un bruit immense comme le cri de 20 000 hommes [...] Mon ami, cette grande voix réalise le peuple dans mon imagination »
Michelet1

1Au tournant des années 1880, les mythes du Peuple et de Paris, exprimés par Les Misérables, Les Mystères de Paris, ou La Liberté de Delacroix et largement confondus, sont mis à mal par une série de facteurs. Le prolétariat industriel en essor se dote d'organisations de classe qui constituent la distinction pour enjeu et créent des mythes spécifiques qui ne doivent guère à Paris son histoire ou ses images (premier mai, Fourmies, grève générale). La Commune puis son échec délégitiment l'intervention politique du peuple de Paris et la « deuxième naissance du suffrage universel » qui nationalise la politique réévalue le rôle de la province. Les républicains victorieux génèrent un mythe social d'une autre sorte : « les nouvelles couches », expression différente du populaire. Enfin, Paris devient ville de droite et, bon an mal an, le demeure.

  • 2 R. Caillois, Paris Mythe moderne, NRF, n° 284, janvier-juin 1937.
  • 3 A. Pessin, Le Mythe du peuple et la société française, Paris, PUF, 1992.

2Cependant, un mythe n'est tel que lorsqu'il est « représentation fantasmagorique [...] assez puissante sur les imaginations pour que jamais, en pratique, ne soit posée la question de son exactitude, créée de toutes pièces, assez répandue pour faire partie de l'atmosphère mentale collective et posséder, par suite, une certaine force de contrainte »2. « Permettant à la langue politique de retrouver spontanément le peuple comme "bon à penser" quand une certaine fièvre d'action le gagne pour l'ériger en drapeau, quand même le combat s'est engagé de manière plus rationnelle à partir d'une réalité sociologique précise »3. Nous ne retiendrons, ici, que les rapports entretenus entre ce « Peuple-Phoenix » et Paris. Dans quelle mesure ce peuple régulièrement ressuscité par le politique induit-il Paris ? S'agit-il, quand c'est le cas, d'un peuple à Paris ou par Paris ; d'un Paris réduit à ses quartiers populaires ou de Paris en tant qu'il cristallise une histoire dont ce peuple fut l'acteur ?

  • 4 Une recension rapide effectuée grâce au fichier de la Bibliothèque nationale montre que cela vaut a (...)

3Deux séries de textes-actes, qui en appellent au « Peuple » et/ou le mettent en marche, serviront d'indicateurs : les éditoriaux du premier numéro des journaux parisiens (eu égard à la centralisation politique qui caractérise la France) intégrant peuple ou populaire dans leur intitulé4 et, forte de notre exergue, les appels et comptes rendus de manifestations, cette possible modalité de constitution du peuple comme acteur collectif, dans un rapport à l'espace.

Le peuple comme lien

4Quarante-sept titres recensés témoignent d'une mobilisation durable du terme « peuple » par la presse ; selon une chronologie peu sensible aux mutations préjudiciables aux mythes puisque la moitié des titres incluant ce terme s'inscrit dans celles des phases de l'histoire où les évolutions politiques à l'œuvre laissaient attendre « citoyen » ou « prolétaire »

51870-1879 : 7 (Commune exclue)

61880-1913 :27

71914-1918 : 3

81920-1944 : 8

91957 : 1

101968 : 1

11Quatorze émanent du mouvement ouvrier ou de l'extrême gauche, 13 de la droite boulangiste ou ligueuse, 8 de la gauche républicaine, 3 de chrétiens démocrates et 9 sont d'origines diverses.

  • 5 « Que fera le peuple, on n'a rien à lui conseiller. Chacun sous la redingote ou le bourgeron s'insp (...)
  • 6 Le Réveil du peuple (E. Roche, 1891) s'assimile à « la foule travailleuse, la population des grande (...)

12La spécification sociale du terme est fréquente dans la presse ouvrière5, possible à droite6 et inexistante ailleurs.

  • 7 1870 : Le Journal du peuple, La Populace, Le Peuple souverain, Le Tribun du peuple ; – 1872 : Le Pe (...)
  • 8 En particulier Le Peuple souverain (1870).
  • 9 Le Peuple (1876) entend « enseigner au peuple dont il prend le nom les grandes leçons de la révolut (...)
  • 10 1871 : Le Cri du peuple ; – 1887 : La Voie du peuple ; – 1890 : Le Réveil du peuple ;- 1899 : Le Jo (...)
  • 11 J.-L. Robert, « La naissance du mouvement syndical confédéré », in Le Peuple à la une, Paris, SA EP (...)
  • 12 En particulier, Le Réveil du peuple (1914), organe de la fédération ouvrière antialcoolique.
  • 13 Le Cri du peuple (février 1871).
  • 14 « Le peuple, c'est-à-dire l'ensemble des citoyens. [...] Le peuple est tout », Le Peuple (1884).
  • 15 « Être l'ami du peuple, c'est lui dire la vérité », L'Ami du peuple, (Coty, 1928).
  • 16 1881 : L'Ami du peuple ; – 1884 : Le Peuple ; Le Populaire ; – 1888 : L'Appel au peuple ; –1889 : L (...)
  • 17 1888 : La Tribune populaire ;– 1894 : Le Peuple français (l'abbé Lemire) ; – 1902 : Action populair (...)
  • 18 Le Peuple français (1894).

13La gauche républicaine est bien représentée dans le corpus retenu et ce dès avant sa victoire de 18807. Quand les circonstances le requièrent8, elle en appelle au « peuple souverain » qui sut « soutenir le choc de toute l'Europe ». Elle constitue toutefois plus fréquemment le peuple en destinataire, à « moraliser » ou à éduquer9, en le résumant donc à un manque de connaissances qu'il lui revient de combler. Si les titres issus du mouvement ouvrier10 dominent entre 1890-1920 – soit paradoxalement dans la période de construction des organisations de classe -, c'est que les acteurs ayant l'identité de classe la plus affirmée sont loin d'être les derniers à en user. À preuve, cinq titres émanant de la CGT dont Le Peuple (qui paraît encore aujourd'hui) « comme si la jeune CGT avait voulu donner d'elle-même une image décrivant un territoire plus large que celui sur lequel elle campait, se posant ainsi non seulement au cœur de cette conscience collective résurgente dans l'identité nationale de la révolution française au front populaire ; mais en attestant aussi une identité ouvrière demeurée en ce tournant du siècle plus proche du peuple des métiers que de celle du prolétariat moderne »11. Des finalités pédagogiques peuvent être énoncées12 mais le Peuple, de destinataire qu'il était chez les républicains, devient ici plus souvent sujet. Il crie, dessine sa voie, se réveille, est conscient, vit. Jusqu'à dire « Je », sous la plume de Vallès et par la voix de ce prisonnier de juin 1848 « taillé en colosse, embaum[ant] la poudre » et répondant à ses bourreaux : « Je m'appelle Peuple »13. Durant la crise boulangiste, la droite populiste constitue le « peuple » en destinataire, l'assimile aux citoyens14 qu'il lui revient d'éclairer15 mais dont elle requiert la sanction plébiscitaire. Dans les années 1930, elle lui restitue parfois le statut de sujet ; ses titres l'attestent16. Les chrétiens démocrates17, enfin, se réclament d'un peuple souffrant (« Jésus a dit j'aime le peuple »18) qui n'est pas sans évoquer celui de Michelet.

  • 19 Le Peuple (1888, boulangiste) se destine au « pauvre comme [au] riche, [au] propriétaire comme [à] (...)
  • 20 Le Réveil du peuple (1891) oppose « tout ce qui à un titre quelconque règne ou gouverne » à « la fo (...)
  • 21 Le Réveil du peuple (1890) : « les divergences paralysent ». Le Réveil du peuple (1914) : « S'il es (...)

14Ces différences n'excluent pas une unité profonde. En 1830, les ouvriers qui se demandent « qu'est ce que le peuple ? » répondent « c'est nous », la classe ouvrière, la classe laborieuse, les artisans. Ils savent que jusqu'au xixe siècle, la bourgeoisie était comptée pour le peuple, commente Suzanne Bérard : « Les ouvriers en ce temps-ci n'étaient pas le peuple mais le bas peuple : les rôles ont été changés par la venue des trois jours de juillet dernier. C'est maintenant la bourgeoisie qui gouverne et en conséquence, l'ouvrier est maintenant le peuple » (L'Artisan, 10 novembre 1830). Cette opposition gouvernant/ gouverné persiste à structurer la majorité des éditoriaux concernés sans distinction d'origine politique. Peuple désigne parfois l'unité du corps social19 ou politique mais fonctionne plus souvent dans une opposition aux pratiques politiques conventionnelles données pour aliénantes et/ou facteurs de division ; condamnées, à ce titre, par la droite20 comme par le mouvement ouvrier21.

  • 22 La Vie du peuple (PC, 1928) et Le Populaire (SFIO) constituent les deux seules exceptions.

15Il est symptomatique que la majorité des journaux en jeu émanent de formations se réclamant d'une acception non parlementaire de la politique22. Beaucoup sont éphémères, 20 titres sont antérieurs à la fondation des partis politiques de type moderne et la plupart de ceux qui lui sont postérieurs proviennent de formations en rupture avec les partis dominants ou aux marges, quand ce n'est du mouvement syndical. Rendant dès lors moins paradoxale la persistance du terme dans la presse à vocation de classe affirmée. Ce qui vaut pour la presse vaudrait aussi bien pour les intitulés d'alliances ou de formations politiques : le Front populaire a pour objectif d'unir par-delà les clivages partisans ; le MRP ou le RPF choisissent des dénominations signifiant leur distance vis-à-vis des « partis ».

  • 23 Une Maison du peuple créée en 1892 dans le XVIIIe arrondissement entend pareillement fédérer tous l (...)

16Indépendamment des clivages politiques et idéologiques ossifiés, le peuple se donne donc pour une des modalités de la rencontre et du lien23 ; ici, sans spatialisation nécessaire et donc sans relation particulière à Paris.

  • 24 Le Réveil du peuple (1890), autrefois Réveil du XXe, dit devoir changer de titre dès lors qu'il ray (...)

17La droite populiste, d'autant mieux implantée dans la capitale qu'elle échappe au rapport notabilitaire, assimile d'autant moins le peuple à Paris qu'elle le veut peuple-nation. Elle ne formule dès lors de lien explicite entre ce peuple et la capitale que dans Le Réveil du peuple (1891), sous la forme d'un descriptif géographique. La gauche républicaine ou socialiste, qui s'estime illégitimement dépossédée de Paris, affirme en revanche à cinq reprises la consubstantialité des deux termes ; en se réclamant d'un Paris populaire24 ou, plus souvent, d'une essence de Paris dont le peuple est comptable et garant. « Ο Paris, nous te sacrifierons s'il le faut plutôt que de te livrer à l'ennemi [...] L'ignoble César qui vient de disparaître a voulu faire de toi une vaste Babylone sans cœur ni âme [...]. Nous allons te purifier au feu des batailles », écrit Le Peuple souverain en 1870. Relayé par Le Cri du peuple qui dénonce « Paris vendu » (1871). Un Paris signifiant, ici, une histoire – temps cristallisé plus qu'espace –, un Paris confondu, comme le peuple, avec le souvenir des révolutions. Une acception réactivée en 1929 par une parution nouvelle du Cri du peuple, « un beau titre sonnant clair la poudre et le pavé » (Amédée Dunois).

Peuple et Paris des révolutions

  • 25 La taille de cet article nous interdit de justifier nos choix. Nous nous autorisons de nos travaux (...)
  • 26 Par exemple, Vendredi, 14 juillet 1936 « les écrivains que nous sommes se sont brusquement trouvés (...)

18Les manifestions de rue retenues par nous comme autant d'expressions « d'appels au peuple »25 sont de l'initiative de ces mêmes acteurs politiques, ou du moins de certains d'entre eux. Elles peuvent se donner pour une autre expression du peuple compris en termes similaires ; en tant qu'elles sont lieu de la rencontre sociale, en d'autres circonstances improbable26 et, par excellence, expression non conventionnelle de la politique. Leur nécessaire inscription dans l'espace pose toutefois la relation à Paris en d'autres termes.

  • 27 Ainsi le 1er mai 1919 à Paris.
  • 28 L'Humanité, 18 février 1934 : « la population ouvrière sympathisante de Paris et un grand nombre d' (...)
  • 29 Lors des « montées au Mur », avant comme après la scission de 1920, L'Humanité tend à utiliser le t (...)
  • 30 L'Humanité, 30 mai 1921 : « c'était le peuple de Paris, celui qui n'oublie pas, qui ne cède pas, qu (...)
  • 31 La Bataille syndicaliste, 27 juillet 1914 : « Que Paris populaire se ressaisisse : sur les boulevar (...)
  • 32 L'Humanité, 25 août 1927 (après l'exécution de Sacco et Vanzetti) : « la foule des travailleurs des (...)
  • 33 L'Humanité, 25 août 1927 : « c'était au cœur du Paris bourgeois, sur les boulevards ou les rastas p (...)
  • 34 L'Humanité, 15 octobre 1909. Jaurès poursuit : « je me permets de demander au journal Le Temps quel (...)
  • 35 Ainsi, s'agissant du parti communiste, durant la période dite « classe contre classe » ou durant la (...)

19Le mouvement ouvrier en appelle parfois au « peuple », s'agissant de manifestations au caractère de classe affirmé27, mais s'en garde ostensiblement dans d'autres, à vocation interclassiste28 ; en lui préférant alors parfois Paris, son autre face29. Le peuple, quand peuple il y a, est le plus souvent spécifié par ses choix politiques30 ou par son inscription dans l'espace urbain. Peuple venu des faubourgs31, des usines ou des banlieues32, ces espaces de classe, exclusifs, qui expriment la tension mais qui s'imposent aussi bien pour des mythes de substitution, jusqu'à devenir de nouveaux équivalents de Paris ou du moins de son essence. Réservoirs déversant leur flux vers des espaces de l'entre-soi : le Père-Lachaise où s'accomplit chaque année un devoir de mémoire ou la Butte du Chapeau-rouge, au Pré-Saint-Gervais ; mais également, les soirs de colère, vers les boulevards, haut lieu de la presse autant que des nantis33. S'esquisse de la sorte une géographie de la césure, de la tension ; géographie, pour partie fantasmagorique, des peurs sociales autant que de la reconquête. En 1909, l'appel à manifester après l'exécution de l'anarchiste espagnol Francisco Ferrer constitue un bon résumé de ces rapports au peuple autant qu'à l'espace : « Paris ouvrier, Paris socialiste, Paris républicain doit à lui même d'affirmer sa solidarité généreuse. Peuple de Paris [...], peuple ouvrier des faubourgs, c'est à toi d'être là »34. Ces formules sont réactivées dans chaque circonstance les requérant ; jusqu'au stéréotype. Répondant de possibles réémergences du terme peuple à contre champ du discours de classe en vigueur dans les organisations concernées35.

  • 36 Francis de Préssensé, 1er octobre 1898. Cité par I. Morzadec, Les manifestations de rue à Paris sou (...)
  • 37 « Le peuple des faubourgs était descendu et avait repris possession de la rue, sa propriété » écrit (...)

20Ces responsabilités éthiques – au moins autant que politiques -incombant à Paris comme à son peuple se donnent pour des conséquences obligées de l'Histoire, elle-même invoquée en octobre 1898 par les socialistes dreyfusards qui invitent à opposer « à l'action des antisémites, monopolisateurs du patriotisme, [...] le peuple de 89, 93, 1830, 1871 »36 en constituant le peuple comme garant de Paris, de son histoire et de ses rues, devenus autant de synonymes37. Cette consubstantialité par l'essence confère à toute parcelle de l'espace parisien la sacralité nécessaire pour exprimer le tout : c'est à Longchamp, espace peu populaire s'il en est, que les dreyfusards appellent à contrer leurs adversaires pour montrer ainsi que « la rue n'est pas à eux mais au peuple ». En dispensant de toute reconquête spatiale de la centralité urbaine dès lors que la moindre parcelle investie peut en tenir lieu.

Le peuple de France par Paris

21Le peuple de gauche se réclame d'autant plus de Paris – compris comme une histoire – qu'il en a été dépossédé politiquement et souvent géographiquement ; d'où le thème de la reconquête, cette nouvelle figure du mythe. La droite dans sa diversité invoque en regard un peuple-Nation qu'on a dit faiblement spatialisé. Portée à la tête d'alliances nationales à géométrie variable, elle inscrit ses démonstrations dans l'espace sacré de la patrie victorieuse, le 14 juillet 1919 ou le 25 août 1944, par exemple, en constituant lors de ces circonstances le peuple – de France –, physiquement présent, en une (puissante) collection d'individus spectateurs des corps institutionnels (ou de l'individu) qui le représentent semblable à « la mer » (De Gaulle, 25 août), cet élément naturel dispensant de réactiver l'histoire. Il advient pourtant que telle composante de la droite se réclame de Paris, alors inscrit dans un rapport obligé à la France, quand elle est impliquée dans des crises nationales dans lesquelles « la rue » ou la maîtrise symbolique de la capitale deviennent des enjeux.

  • 38 I. Morzadec, op. cit.
  • 39 « Paysans, ouvriers, intellectuels, petits rentiers, petits fonctionnaires, petits commerçants ».

22En 1898, Déroulède défie en ces termes les dreyfusards : « Ils osent convier le peuple de Paris en lui demandant de venir avec eux acclamer le traître Dreyfus. Je veux constater moi-même comment le peuple de Paris, toujours, si ardemment français, patriote, répondra à l'appel »38. Le 6 février 1934, Solidarité française en appelle à un « peuple de France » socialement spécifié39 mais les jeunesses patriotes au « peuple de Paris », convié à crier, « place de grève face à l'hôtel de ville, berceau des libertés communales [que] la patrie est en danger. ». La France a les yeux fixés sur Paris, poursuivent-elles, Paris répondra à l'appel de la France ».

  • 40 « Paris brisé, Paris martyrisé mais Paris libéré, libéré par son peuple », « la France rentre à Par (...)

23En août 1944, le comité parisien de libération où les communistes sont hégémoniques invite les parisiens à dresser des « barricades » en réactivant de manière explicite la symbolique et les images du peuple en arme du premier xixe siècle, à des fins politiques évidentes. En vertu d'objectifs pareillement politiques, De Gaulle ne veut connaître d'insurrection que Nationale. Il a su déterritorialiser la souveraineté nationale pour la confondre avec sa personne mais tient pour décisive la maîtrise de Paris en ces heures où la légalité se restaure. Dans son discours du 25 août, il rend hommage au « peuple » mais le subordonne aussitôt à Paris en tant qu'il signifie la France40. Il réitère le 2 avril 1945 en remettant à la ville, instituée sujet, la croix de la Libération : « Paris fut en tout temps particulièrement symbolique dans ces moments où sur le sol de France se décidait le sort de l'Europe et par là même celui du monde [...]. Cette action d'éclat, Paris l'a accomplie de ses propres mains et consacrée par l'immense enthousiasme d'un peuple unanime ».

24La gauche républicaine (ou de Front populaire) doit au rapport de forces plus favorable – dont elle dispose au plan national – de parfois devoir et pouvoir se réclamer de cette même adéquation de Paris à la France ; alors ancrée dans la fête de la fédération de 1790 qu'elle réactive sous des formes diverses, après chacune de ses victoires majeures sur un adversaire demeuré majoritaire à Paris. En mettant, pour elle, le peuple en marche dans le triangle républicain Panthéon-Bastille-République.

  • 41 France, 1er juin 1885, Louis Liévin.
  • 42 La Tribune du Centre, 10 février 1934 : « alerte pour la défense de la république : Paris n'est pas (...)

25Les obsèques de Victor Hugo se donnent pour la première expression de ce peuple synonyme de Paris s'affirmant en rupture avec celui des révolutions : « un peuple capable de comprendre, d'organiser et d'admirer de telles cérémonies est un peuple en qui sont vivants les sentiments qui font les nations grandes et qui les gardent libres », commente un journal républicain qui poursuit : « Et maintenant, nous fera-t-on grâce de ces lieux communs qui font de Paris une ville d'agitation et de troubles [...] L'épreuve serait décisive et Paris serait réhabilité s'il avait besoin de l'être »41. Deuxième en date, en 1899, après la victoire remportée sur les antidreyfusards, l'inauguration de la statue de Dalou dite Le Triomphe de la République, suivie, en novembre 1924, par la panthéonisation de Jaurès puis, pour nous en tenir à l'entre-deux guerres, par le 14 juillet 1935, seul à précéder une victoire électorale qu'il contribue à générer. En 1934, la CGT a riposté au 6 février par un appel « au peuple, aux travailleurs » dans lequel Paris n'occupait aucune place spécifique. C'est la province qui s'est levée, le 12, contre « la grande ville réactionnaire » (Maurras) en réactivant la mémoire de la riposte au coup d'État de 185142. Cette levée en masse de la province, sinon contre du moins largement en lieu et place de Paris, permet paradoxalement au peuple de France – en tant qu'il signifie la République – de se (re)construire à Paris et par Paris en ce 14 juillet. À l'appel des organisations bientôt constitutives du Front populaire. Avec un re-jeu, stricto sensu, de la fête de la fédération réitéré les deux années suivantes. Constituant à ce point le peuple de Paris en modalité du peuple de France, que la réciprocité devient possible, exprimée en ces termes dans l'appel du comité du rassemblement du 14 juillet : « le 14 juillet 1789, le peuple de France emportait la Bastille ».

Une nouvelle image du peuple

  • 43 N. Wolf, Le peuple dans le roman français de Zola à Céline, Paris, PUF, 1990.
  • 44 C. Péguy, « Le triomphe de la République », Cahiers de la quinzaine, 5 janvier 1900.

26Si la littérature française du xxe siècle n'a pas construit de mythes susceptibles de rivaliser avec ceux du siècle précédent43, ceux ci se sont construits ailleurs et autrement. « Il se peut que nous ayons parfait la révolution sociale avant qu'un architecte de génie nous ait donné le poème ou le chant de la révolution universelle, de la cité nouvelle », écrivait Péguy au soir de l'inauguration du Triomphe de la République44 « Le flot de la vie universelle aura devancé les maturations de l'art individuel ». En s'inscrivant dans une chaîne signifiante intégrant chaque événement singulier dans l'histoire de toutes les démonstrations antérieures avec leur geste, leurs martyrs, leurs espoirs, leurs succès, parfois, la manifestation de rue peut, de fait, s'imposer pour une expression nouvelle du mythe du « peuple » ; en s'inscrivant quand c'est le cas, dans le panthéon des « grandes manifestations », ainsi qualifiées pour leur impact dans la conscience collective plus que pour leur taille, toutes susceptibles de rejeux (fig. 1). Selon des modalités qui cependant se transforment au feu des exigences politiques et des pratiques qu'elles savent provoquer.

Fig. 1 – Rejeux
Collection particulière.

27Le peuple et le Paris des révolutions ne ressuscitent longtemps qu'à la seule faveur de leur trace dans l'inconscient collectif. Évoqué en ces termes par Péguy au terme du cortège ayant accompagné l'inauguration de la statue de Dalou, faubourg Saint-Antoine : « tout ignorant que nous soyons de l'histoire des révolutions passées [...], nous connaissons tous la gloire de la légende et l'histoire du vieux faubourg. Nous marchions sur les pavés de cette gloire ». Et la chanson de Paris d'évoquer en termes similaires Le Gamin de Paris :

« il est héritier depuis sa naissance
de tout un passé lourd de conséquences
et ça il le sait, bien qu'il ignore l'histoire de France ».

28Cette circulation de l'histoire via l'inconscient collectif ôte aux marquages symboliques de leur caractère nécessaire. Ils sont possibles a posteriori mais superfétatoires.

29Le caractère inédit des voies politiques qui se dessinent dans la France de 1934, l'irruption des masses et le profond bouleversement de la culture politique qui découle de l'un et l'autre, induisent une mutation du système de représentations du peuple et de Paris autant qu'ils la requièrent. Les manifestations de Front populaire, qui rejouent les mythes fondateurs jusqu'à les mettre en scène, constituent une dramaturgie de la politique douée de vertus, similaire au théâtre antique. Mais la manifestation qui relève de l'œuvre éphémère ne vaut que pour ses participants, en laissant ouverte la question de sa transmission, ailleurs ou plus tard. Les organisations de Front populaire qui redéfinissent le rapport du peuple à la République ne peuvent miser sur le seul système républicain, ses images et ses symboles pour assurer la mobilisation nécessaire et la transmission du présent. Elles répondent à cette exigence en convoquant la mémoire des anciens, ainsi, Amédée Dunois le 14 juillet 1935. Mais elles en construisent aussi bien des images emblématiques nouvelles, produites par la culture de masse à plus fort titre que par la « culture cultivée » ; la photographie de presse en premier lieu. Des magazines tels Regards ou Vu (fig. 2) renouvellent en profondeur la représentation de la manifestation en prenant appui sur des techniques préexistantes (ainsi le photomontage) mais jusqu'alors non mobilisées à ces fins. Les photographies qui vont s'imposer pour l'expression du mouvement préfèrent l'individu, d'origine populaire, à la foule indistincte. Au lieu d'être tendu vers l'avenir, comme l'était La Liberté de Delacroix, cet individu est saisi dans sa verticalité pour signifier ainsi un présent suffisamment plein pour être à lui même sa propre fin ; sur ses épaules, fréquemment, un enfant, capable de transmettre la mémoire de ce qui fut ; en arrière plan, une discrète évocation du marquage monumental et de la symbolique nationale, inscrits dans une même verticalité pour construire une image du Peuple de France, par Paris, et capables de rivaliser avec des mythes antérieurs devenus antinomiques de l'expérience politique nouvelle.

30Lors de l'inauguration de la statue de Dalou, l'espace – en tant qu'il est Histoire cristallisée – et le marquage monumental confèrent sens au cortège, a montré Péguy. La puissance de ces manifestations (et de quelques-unes de leurs devancières) permet inversement, désormais, de donner sens à l'espace hors de tout marquage ou de réévaluer des marquages devenus inopérants. Ce sont les manifestations antifascistes de 1934-1935 qui restituent, au marquage symbolique de l'Est parisien, la force symbolique jamais mobilisée. Les manifestations ouvrières s'inscrivaient dans des espaces fonctionnels déterminés par leurs cibles ou leurs objectifs et, pour la plupart, situés à l'ouest. Elles permettaient aussi bien des replis assumés : une fois la victoire acquise, les organisations de Front populaire acceptaient, à la demande du gouvernement, de se cantonner dans l'Est parisien d'autant mieux que leur victoire et la puissance des démonstrations n'exigeaient plus – au même titre qu'autrefois – la reconquête symbolique de l'ouest.

Fig. 2 – Couverture du magazine Vu.
© Musée de l'histoire vivante, Montreuil.

  • 45 Ainsi Louis Chevalier peut-il écrire que « les parisiens sont en banlieue ».

31Jusqu'à permettre au peuple induit par l'histoire de Paris de s'autonomiser de cet épicentre signifiant qu'est Paris pour se transposer dans des espaces qualifiés de « populaires » ou même de « parisiens » en ce qu'ils en abritent la culture et l'essence45. Des barricades dressées à Roubaix, en 1931, induisent dans L'Humanité le terme de Peuple quand la ville est pourtant prolétarienne et l'heure à la « bolchevisation » du langage. À Caen, la reproduction d'une manifestation déployée à Paris après l'attentat perpétré contre Léon Blum par l'Action française amène pareillement ce terme – ici inhabituel – dans une affiche : « le peuple parisien a manifesté dimanche dernier, le peuple de Caen manifestera dimanche prochain », etc. Des espaces, parfois dépourvus d'histoire, sont constitués en épicentres nouveaux de cette essence du peuple et de Paris, par transsubstantiation. Au risque d'une altération qui vaut au Peuple-mythe, en tant qu'il est singulier, de se muer en populaire.

32Se réclamer autant plus du peuple ou de Paris qu'on en n'est pas avec évidence ou qu'on ne l'est plus, révèle le caractère invocatoire de ces autodésignations, énoncées par certains acteurs du politique aux fins d'en capitaliser la puissance conservée quand les expressions conventionnelles de la politique ou le rapport des forces les handicapent. Avec un écho d'autant plus fort que le mythe politique et l'imaginaire confondent ici leurs images : la rue – cet espace de manifestation, de circulation ou de rencontre – construit aussi bien le peuple imaginaire et ses types, que le peuple mythique de l'histoire.

Notes

1 Cité par S. Bérard, « Le peuple dans les journaux ouvriers de 1830 », in Michelet et le peuple, Nanterre, CIRCA, 1975.

2 R. Caillois, Paris Mythe moderne, NRF, n° 284, janvier-juin 1937.

3 A. Pessin, Le Mythe du peuple et la société française, Paris, PUF, 1992.

4 Une recension rapide effectuée grâce au fichier de la Bibliothèque nationale montre que cela vaut aussi bien pour près de 400 titres de province, de 1870 à nos jours. C'est dire que peuple n'induit pas nécessairement Paris, l'inverse étant également vrai. L'éditorial présentant le nouveau journal se trouve parfois dans le numéro 2 ou 3 de la série. Nous avons bien sûr prolongé jusqu'à ce stade la lecture.

5 « Que fera le peuple, on n'a rien à lui conseiller. Chacun sous la redingote ou le bourgeron s'inspirera de son devoir » (Le Cri du peuple, 1871). Le Réveil du peuple (POSR, 1890) s'adresse aux « citoyens, exploités ». La Voix du peuple (1900, CGT) se veut tribune des « travailleurs ».

6 Le Réveil du peuple (E. Roche, 1891) s'assimile à « la foule travailleuse, la population des grandes villes, des centres exclusivement ouvriers comme Saint-Denis et Saint-Ouen, les arrondissements de Paris les plus populaires comme le XIII, le XV, le XIX, sans oublier le plus avancé de tous, le XVIII ». Le Populo (1899), antidreyfusard, se veut organe des « ouvriers des villes et des campagnes ».

7 1870 : Le Journal du peuple, La Populace, Le Peuple souverain, Le Tribun du peuple ; – 1872 : Le Peuple souverain ; – 1876 : Le peuple ;- 1886 : L'Ami du peuple ;- 1919 : L'Ami du peuple.

8 En particulier Le Peuple souverain (1870).

9 Le Peuple (1876) entend « enseigner au peuple dont il prend le nom les grandes leçons de la révolution française »

10 1871 : Le Cri du peuple ; – 1887 : La Voie du peuple ; – 1890 : Le Réveil du peuple ;- 1899 : Le Journal du peuple ; – 1908 : Le Peuple conscient, Le Cri du peuple ; – 1914 : Le Réveil du peuple ; – 1916 : Le Populaire, Le Journal du peuple ; – 1921 : Le Peuple ; – 1928 : La Vie du peuple ; – 1929 : Le Cri du peuple ; – 1957 : La Tribune du peuple (UGS) ; – 1968 : La Cause du peuple.

11 J.-L. Robert, « La naissance du mouvement syndical confédéré », in Le Peuple à la une, Paris, SA EPJS Le Peuple, 1995.

12 En particulier, Le Réveil du peuple (1914), organe de la fédération ouvrière antialcoolique.

13 Le Cri du peuple (février 1871).

14 « Le peuple, c'est-à-dire l'ensemble des citoyens. [...] Le peuple est tout », Le Peuple (1884).

15 « Être l'ami du peuple, c'est lui dire la vérité », L'Ami du peuple, (Coty, 1928).

16 1881 : L'Ami du peuple ; – 1884 : Le Peuple ; Le Populaire ; – 1888 : L'Appel au peuple ; –1889 : Le Journal du peuple ; – 1890 : La Voix du peuple ; – 1892 : Le Réveil du peuple ;–1896 : L'Appel au peuple ; –1899 : Le Populo ; – 1928 : L'Ami du peuple ; – 1936 : Le Réveil du peuple ; – 1940 : Le Cri du peuple. Le National -populaire.

17 1888 : La Tribune populaire ;– 1894 : Le Peuple français (l'abbé Lemire) ; – 1902 : Action populaire libérale. Même tonalité dans Robert Garric, Belleville, Paris, Grasset, 1928.

18 Le Peuple français (1894).

19 Le Peuple (1888, boulangiste) se destine au « pauvre comme [au] riche, [au] propriétaire comme [à] l'ouvrier »

20 Le Réveil du peuple (1891) oppose « tout ce qui à un titre quelconque règne ou gouverne » à « la foule travailleuse ». – L'Ami au peuple (Coty, 1923) entend « dévoiler les mensonges » (du politique). – Le réveil du peuple (Darquier de Pellepoix, 1936) en appelle au « front paysan, aux femmes qui veulent voter, aux syndiqués, aux groupements multiples, a Bergery », suivent des expressions extra-parlementaires de la politique.

21 Le Réveil du peuple (1890) : « les divergences paralysent ». Le Réveil du peuple (1914) : « S'il est peuple, capable de mouvements de révolte [...] il est aussi dupe de politiciens ». – Le cri du peuple (1929) : « organe du comité pour l'indépendance syndicale » rappelle que lorsque Vallès ressuscita son journal en 1883 : « il se proposait d'en faire le point de ralliement de toutes les forces socialistes et révolutionnaires de l'époque ».

22 La Vie du peuple (PC, 1928) et Le Populaire (SFIO) constituent les deux seules exceptions.

23 Une Maison du peuple créée en 1892 dans le XVIIIe arrondissement entend pareillement fédérer tous les courants et « servir de trait d'union entre tous les serfs du capital, sans distinction de race, de secte ni de nationalité ».

24 Le Réveil du peuple (1890), autrefois Réveil du XXe, dit devoir changer de titre dès lors qu'il rayonne désormais également sur le Xe arrondissement.

25 La taille de cet article nous interdit de justifier nos choix. Nous nous autorisons de nos travaux antérieurs pour nous en dispenser. D. Tartakowsky, Les manifestations de rue en France, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997.

26 Par exemple, Vendredi, 14 juillet 1936 « les écrivains que nous sommes se sont brusquement trouvés au coude à coude avec les mineurs en habit de travail ».

27 Ainsi le 1er mai 1919 à Paris.

28 L'Humanité, 18 février 1934 : « la population ouvrière sympathisante de Paris et un grand nombre d'ouvriers socialistes avaient répondu à l'appel ».

29 Lors des « montées au Mur », avant comme après la scission de 1920, L'Humanité tend à utiliser le terme « peuple » dans les rappels historiques mais adresse plus fréquemment son appel aux organisations, « à tous » (1913), voir à Paris (1926), fréquent sujet des comptes rendus : « notre Paris s'est ressaisi » (1921). « Merci Paris » (1924).

30 L'Humanité, 30 mai 1921 : « c'était le peuple de Paris, celui qui n'oublie pas, qui ne cède pas, qui ne veut rien abandonner de sa glorieuse tradition, l'héritier vrai de la Commune ». – L'Humanité, 23 novembre 1924 (Panthéonisation de Jaurès) : « le prolétariat révolutionnaire de Paris ne laissera pas disparaître le grand assassiné ».

31 La Bataille syndicaliste, 27 juillet 1914 : « Que Paris populaire se ressaisisse : sur les boulevards, face à l'immeuble du Matin : Belleville, Ménilmontant, Saint-Antoine, Montparnasse, retrouvez votre belle tradition de jadis ». – L'Humanité, 13 octobre 1909, « peuple ouvrier des faubourgs ».

32 L'Humanité, 25 août 1927 (après l'exécution de Sacco et Vanzetti) : « la foule des travailleurs des vieux faubourgs révolutionnaires et de la banlieue rouge descendra sur les boulevards pour y clamer sa réprobation unanime. – L'Humanité, 23 novembre 1924 : « le peuple des usines de Paris [...] tenait le pavé. Le Paris ouvrier reprenait conscience de sa force [...], le Paris de la Commune reprenait sa marche ».

33 L'Humanité, 25 août 1927 : « c'était au cœur du Paris bourgeois, sur les boulevards ou les rastas promènent leur oisiveté que furent conviés les ouvriers pour dire leur sentiment ».

34 L'Humanité, 15 octobre 1909. Jaurès poursuit : « je me permets de demander au journal Le Temps quelle idée il aurait du peuple de France si le peuple de Paris n'avait pas vibré d'une colère soudaine à l'effroyable nouvelle ».

35 Ainsi, s'agissant du parti communiste, durant la période dite « classe contre classe » ou durant la guerre froide

36 Francis de Préssensé, 1er octobre 1898. Cité par I. Morzadec, Les manifestations de rue à Paris sous l'affaire Dreyfus, Maîtrise de l'Université Paris 1, 1985.

37 « Le peuple des faubourgs était descendu et avait repris possession de la rue, sa propriété » écrit Le Libertaire, 27 août 1899.

38 I. Morzadec, op. cit.

39 « Paysans, ouvriers, intellectuels, petits rentiers, petits fonctionnaires, petits commerçants ».

40 « Paris brisé, Paris martyrisé mais Paris libéré, libéré par son peuple », « la France rentre à Paris, chez elle ».

41 France, 1er juin 1885, Louis Liévin.

42 La Tribune du Centre, 10 février 1934 : « alerte pour la défense de la république : Paris n'est pas la France. ».

43 N. Wolf, Le peuple dans le roman français de Zola à Céline, Paris, PUF, 1990.

44 C. Péguy, « Le triomphe de la République », Cahiers de la quinzaine, 5 janvier 1900.

45 Ainsi Louis Chevalier peut-il écrire que « les parisiens sont en banlieue ».

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – RejeuxCollection particulière.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1279/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 2 – Couverture du magazine Vu.© Musée de l'histoire vivante, Montreuil.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1279/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 992k

© Éditions de la Sorbonne, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540