Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Le jeu des symboles et des références

Les tranchées, barricades de la Grande Guerre ?

Stéphane Audoin-Rouzeau

Texte intégral

  • 1 La guerre de tranchées ne date pas du Premier Conflit mondial : mais la supériorité absolue de la (...)

1Les tranchées, qui restent le symbole du Premier Conflit mondial1, furent-elles à la guerre moderne ce que furent les barricades aux batailles de rue du xixe siècle ? La question paraît a priori stimulante : les tranchées n'apparaissent-elles pas comme l'image inversée des barricades ? Là où celles-ci se dressent en rempart, celles-là s'inscrivent en creux. Là où les unes surgissent du sol, les autres y enfouissent les combattants. Mais leur objectif paraît identique : il s'agit d'imposer une tactique défensive, un mode d'affrontement destiné à protéger les combattants des effets du feu. Il s'agit au fond, dans les deux cas, d'un pis-aller tactique. La destination commune des deux modes de combat justifie donc de tenter de pousser un peu plus loin la comparaison.

2Celle-ci est toutefois difficile, tant ces deux objets paraissent différents, ne serait-ce que par leur insertion dans des contextes fort éloignés : sans viser une démonstration complète, probablement hors d'atteinte pour le sujet qui nous occupe, on ne proposera donc ici que quelques suggestions. En se demandant, tout d'abord, si la comparaison barricades/tranchées est réellement justifiée sur un plan strictement « militaire ». Puis, en choisissant un axe légèrement différent, on essaiera d'évoquer l'expérience du combat défensif en analysant la manière dont ce type d'affrontement a été ou non susceptible de modeler les représentations, les pratiques et les attitudes de ceux qui y ont pris part.

La tranchée, une barricade de guerre ?

3Autant décevoir d'emblée : stimulante à première vue, la mise en parallèle de la barricade et de la tranchée ne résiste pas à un effort comparatif un peu plus poussé, dès lors qu'on limite celui-ci aux éléments matériels. Les différences l'emportent alors nettement. En voici un rapide inventaire.

4Première constatation, embarrassante : le terme de « barricade » existe bien dans la guerre de 1914-1918, mais pour désigner rigoureusement l'inverse de la tranchée. Le mot désigne en effet un obstacle venant couper une portion de tranchée ou de boyau de communication, dans le cas où ce dernier relie entre elles les lignes de tranchées des adversaires, situation apparemment étrange mais en fait assez fréquente, par exemple lorsqu'un secteur ennemi a été partiellement conquis à l'issue d'une offensive. La « barricade » sert alors à neutraliser cette ligne de communication incongrue entre les deux systèmes défensifs, point de contact né de la perte et de la reconquête ininterrompues de ses propres positions et de celles de l'adversaire. Ces « barricades », dont la largeur était conditionnée par celle de la tranchée (deux mètres environ), obstruait donc celle-ci comme une barricade urbaine obstruant une ruelle très étroite. Elles constituaient d'ailleurs des points particulièrement sensibles de la guerre de position : elles devaient être fortement gardées pour pallier le risque d'infiltrations ennemies. Elles ne pouvaient être attaquées qu'à l'improviste, par de très petits groupes d'hommes, dans un combat très rapproché ou même au corps à corps, et donc au prix d'une violence extrême. Au total, une constatation s'impose : la « barricade » de la guerre de tranchées est parfaitement distincte des tranchées elles-mêmes. Mieux : elle s'y oppose, en cherchant à pallier les anomalies des dispositifs défensifs.

  • 2 Comme le rappelle Philippe Vigier, « Le Paris des barricades (1830-1968) », L'Histoire, n° 113, ju (...)

5Le contraste l'emporte également dans la comparaison entre types de combattants. Ceux qui défendent les barricades du xixe siècle sont souvent des néophytes, imparfaitement armés, inégalement instruits des procédures du combat, même si leur savoir-faire spontané en la matière est loin d'être inopérant face aux soldats de métier qui leur sont opposés. Blanqui, à la fin du Second Empire, porte ainsi des jugements sévères sur l'amateurisme des ouvriers parisiens derrière leurs barricades2. En outre, les hommes dans la force de l'âge n'ont pas nécessairement l'exclusivité du combat : des vieillards, des femmes, des enfants peuvent se mêler à eux. Le cas des Gardes nationaux mis à part (ces derniers pouvant faire cause commune avec l'émeute ou s'opposer à elle), les combattants des barricades sont tous des civils, plus ou moins bien armés, et tous des volontaires. Rien de tel évidemment en 1914-1918 : les tranchées opposent de véritables soldats de part et d'autre, supérieurement armés, appuyés par les mitrailleuses, par une artillerie d'une efficacité sans précédent, par des gaz dont l'emploi est de plus en plus sophistiqué de 1915 à 1918, par des chars et des avions dont le rôle devient décisif en 1918. Quoi de commun entre cette guerre industrielle et le combat relativement rustique qui se déroule de part et d'autre des barricades du siècle précédent... ou suivant ?

6Car il ne faut pas se laisser abuser ici par l'impression de vie très primitive que suggère le quotidien des combattants en 14-18 : en fait, le degré de sophistication du combat de tranchée est extrême. Les hommes du front, tout en restant des civils en uniforme par leurs aspirations et leur système de représentations, sont de vrais « professionnels » de cette forme de combat. Ils en connaissent, de manière réflexe, tous les pièges et tous les risques, et c'est bien pourquoi les recrues trop récemment arrivées subissent des pertes très élevées. Le monde des tranchées cache en outre une organisation immense, une logistique considérable (il faut, en 1918, acheminer 30 kg par jour et par homme), une bureaucratie tatillonne. Celle-ci tente même de prévenir les moindres aléas du combat, qui n'a rien d'improvisé : le plan d'offensive d'une seule division en 1916 comprend des centaines de pages ! Les assauts, les bombardements, sont réglés avec précision pour chaque unité, parfois à la minute près. Sauf exception, le combat de tranchée, malgré son extrême brutalité, ne laisse rien au hasard et à la spontanéité. Il cherche au contraire à réduire l'un et l'autre. C'est bien pourquoi ces professionnels de la guerre des tranchées que sont les soldats auront tant de difficulté à se mouvoir en terrain découvert lors des grandes offensives alliées de l'été 1918.

7En outre, les barricades sont du domaine de l'éphémère : elles se maintiennent quelques heures, quelques jours, exceptionnellement quelques semaines comme pendant la Commune. Par comparaison, la tranchée appartient à la longue durée : c'est en particulier le cas du côté allemand, où l'occupation du territoire adverse justifie une installation en bonne et due forme ; les abris sont creusés en profondeur, bétonnés, chauffés, éclairés à l'électricité, comme dans la Somme où le sous-sol permet ce type sophistiqué d'installations. Là où la barricade subvertit la ville, la tranchée recrée une ville, souterraine, durable : d'ailleurs, les noms attribués aux différents boyaux sont souvent transposition, dérisoire, des noms de rues célèbres des grandes villes de l'arrière. La tranchée constitue un lieu de vie, une installation stable, génératrice d'habitudes d'autant plus ancrées que les unités reviennent constamment occuper les mêmes secteurs. Mais là où il arrive à la barricade de mêler étroitement le combat et la fête, la violence et la joie, la tranchée constitue toujours un lieu de vie ignoble : la souffrance morne qu'elle impose à ses occupants ne cesse qu'avec leur retour dans les cantonnements de repos.

  • 3 Ce processus régressif a été particulièrement noté par Marc Bloch. Voir sur ce point Ulrich Raulff(...)

8A quoi s'ajoute la différence d'espace et d'échelle. Sauf exception, la barricade est urbaine, elle est tenue par des hommes issus des villes. La tranchée, au contraire, court à travers la campagne, une campagne il est vrai rendue méconnaissable par les effets des bombardements et rapidement transformée en dépotoir industriel. Et elle est occupée par des hommes des campagnes, qui composaient une part souvent déterminante de l'infanterie : 70 % des fantassins français étaient des ruraux... Enfin, l'échelle sur laquelle se déroule le combat n'est pas du tout identique : l'émeute reste limitée à l'espace relativement restreint d'une ville, fût-elle la capitale (souvent incomplètement conquise d'ailleurs). Les tranchées de la Grande Guerre forment au contraire un immense lacis qui s'étend, pour ne parler que du front Ouest, de la Mer du Nord à la Suisse, sur une longueur de 700 kilomètres. Là, ce sont plusieurs millions d'hommes qui se font face. En ce sens, la tranchée est défense de la terre, du sol, expression d'une lutte très concrète aux yeux des soldats-paysans : ceux-ci effectuent une véritable plongée dans la terre qui est aussi une régression chronologique à travers les siècles pour les soldats d'origine urbaine3. Par assimilation, cette terre en vient à symboliser la défense de la nation dans son ensemble. Et au delà, une lutte pour la Civilisation elle-même, dressée contre une barbarie acharnée à sa perte.

9Entre tranchées et barricades, les différences sont donc apparemment décisives. L'idée même d'une comparaison est-elle pour autant illégitime ?

Les implications du combat défensif

10Pour que le parallèle ait une chance de retrouver quelque pertinence, c'est sur un autre plan qu'il faut se situer, c'est sous un autre angle qu'il faut tenter d'examiner les termes de la comparaison : celui des effets du combat défensif sur les pratiques, les attitudes et les représentations combattantes. Ceux des barricades comme ceux des tranchées.

  • 4 Voir à ce sujet la communication de Mark Traugott, « Patterns of Barricade Use in Parisian Insurre (...)
  • 5 Ph. Vigier, op. cit.

11Les travaux les plus récents sur la barricade au xixe siècle soulignent avec force les liens que celle-ci entretient avec la sociabilité de base, celle du quartier, du lieu d'habitation et de travail. Elle apparaît ainsi comme l'émanation d'hommes travaillant et vivant ensemble au quotidien, comme un symptôme social et culturel4. Philippe Vigier a d'ailleurs souligné l'importance du mot d'ordre « chacun dans son quartier » face aux Versaillais en mai 18715. Or, le rôle attribué à cette sociabilité de base est parfaitement transposable à l'expérience de la guerre des tranchées : l'historiographie anglo-saxonne, en particulier, a mis fortement l'accent sur le rôle-clé joué par le « groupe primaire » au sein des différentes armées, ces petits noyaux d'hommes qui composaient le véritable tissu des unités « officielles » et qui faisaient en quelque sorte leur guerre particulière dans la guerre générale. Ces « groupes primaires », notons-le, étaient également des espaces de vie communautaire dont l'intensité a parfois laissé un souvenir bouleversant chez ceux qui en ont partagé le destin : c'est avec les camarades du groupe que l'on met en commun la nourriture, la boisson, les colis venus de l'arrière, et parfois les lettres et les photos. C'est avec eux que l'on parle des événements, que l'on chante, que l'on crée, que l'on écrit : les journaux de tranchées, pour ne prendre que cet exemple, ont procédé directement de ce type de groupes, au même titre, par exemple, que les sculptures des grottes de l'arrière-front. C'est au sein des membres du groupe que l'on partage les tâches les plus harassantes, les gardes, les corvées. C'est avec eux que l'on monte à l'assaut, que l'on subit le bombardement. Dans l'univers impitoyable de la tranchée, le groupe constitue d'ailleurs une forme élémentaire de sécurité : sans son soutien, on ne peut envisager de survivre seul très longtemps. En cas de blessure sur le no man's land, seuls les camarades les plus proches prendront les risques nécessaires pour venir vous chercher, la nuit venue. Au même titre que la barricade, la tranchée met ainsi en relief les connexions riches et complexes entre combat et sociabilité de groupe : mais là où la barricade semble l'émanation d'une sociabilité urbaine qui lui est préexistante, c'est l'expérience de la tranchée qui, à l'inverse, paraît forger la sociabilité du front. Il resterait, à la lumière de l'expérience de guerre, à tenter d'approcher l'impact du combat mené en commun derrière la barricade sur les sociabilités de quartier et de travail...

12A quoi s'ajoutent les impératifs très particuliers d'une certaine forme de combat. Parce qu'il est essentiellement défensif, précisément, le combat mené dans les tranchées en 1914-1918 fut investi d'une très forte légitimité par les combattants de toutes les armées en présence, et ce, notons-le, indépendamment de la logique apparente de la « carte de guerre ». S'il paraît naturel que le combat soit défensif pour les Français, dont dix départements sont partiellement ou totalement occupés par l'ennemi, est-il logique qu'il en soit de même pour leurs adversaires allemands ? C'est pourtant le cas. Pour ces derniers aussi, la guerre de tranchées, même menée à une distance considérable des frontières nationales, fut interprétée comme une défense du sol. Les Anglais et les Français sont en conséquence perçus comme attaquants, et leurs offensives comme illégitimes (« traîtresses » dit la propagande allemande qui, sur ce point, se montre en parfaite adéquation avec les perceptions combattantes).

  • 6 Cochet A., L'opinion et le moral des soldats en 1916 d'après les archives du contrôle postal, Thès (...)

13La barricade répond également à une stratégie de type défensif, même si, comme c'est le cas dans les tranchées, l'offensive n'est pas exclue des pratiques émeutières (juillet 1830). Cette défense est celle d'un espace urbain que le réseau de barricades permet ainsi de s'approprier et de soustraire entièrement à l'autorité établie. Derrière la barricade, s'étendent autant de rues, de quartiers que les émeutiers connaissent et pratiquent depuis longtemps, et aussi une maison, une famille qu'ils défendent. Curieusement, il en est de même pour les soldats des tranchées : en tenant la ligne de front, en faisant, comme ils disent, leur « devoir », ces derniers ont très clairement exprimé leur impression de défendre la communauté de taille réduite qu'ils avaient quittée, leur village, leur femme, leurs parents, leurs enfants. C'est ce qu'énonce parfaitement ce combattant de Verdun dans une lettre à sa famille : « Je suis soldat mais aussi père de famille. Verdun ne me fait pas oublier tous ceux qui me sont chers, c'est vous que j'y ai défendus, mes chéris »6. Les cimetières de l'arrière-front, avec leurs tombes parfois sophistiquées, rapprochent d'ailleurs davantage encore l'univers du front et celui du village. On le voit : le combat défensif, vécu et expérimenté comme une lutte très concrète dans ses buts et ses objectifs, est investi en 1914-1918 d'une légitimité morale indiscutable.

14Voilà qui conduit à analyser l'aptitude à combattre, qui ne va nullement de soi, qu'il s'agisse des émeutiers urbains du xixe siècle ou des soldats des tranchées de 1914-1918. Précisément, la perception du combat comme défensif, et donc comme profondément légitime dans l'un et l'autre cas, est sans doute un élément déterminant pour expliquer l'aptitude à la violence, la capacité à assumer la peur et la brutalité inhérentes au combat. Elle est un élément décisif d'interprétation de la capacité des individus à pratiquer et à subir l'affrontement physique.

  • 7 La démonstration en a été faite magistralement par John Keegan dans Anatomie de la bataille, Paris (...)
  • 8 Voir sur ce point les difficiles estimations de Jean-Claude Chesnais, Les morts violentes en Franc (...)
  • 9 Je suis ici les estimations de Robert Tombs, The War Against Paris, 1871, Cambridge, Cambridge Uni (...)

15Or, dans les deux cas qui nous occupent, la violence atteint précisément des seuils très élevés. Le combat de 1914-1918 est, on le sait, d'une violence extrême, et sans aucun précédent7. Une violence qui ne tient pas seulement aux techniques nouvelles de la guerre, mais pour une bonne part aux systèmes de représentations combattants : ainsi, pour la première fois dans l'histoire des guerres, il est admis que l'on tire sur les sauveteurs et que les blessés agonisent sans aucune possibilité de secours pendant des heures, entre les lignes de tranchées. Une grande partie des pertes de 1914-1918 sont liées à cette « culture » nouvelle de la guerre : on estime par exemple qu'un tiers des 20 000 morts britanniques du premier jour de l'offensive de la Somme, le 1er juillet 1916, auraient pu survivre s'ils avaient été évacués à temps : mais la violence du combat et les pratiques nouvelles de l'affrontement armé, qui interdisaient désormais les véritables trêves, avait souvent forcé à différer les évacuations de plusieurs jours, avec les résultats que l'on imagine sans peine. Cette violence nouvelle se lit dans les chiffres de pertes : l'armée française compte près de 935 tués par jour en 1915, 677 en 1916, 419 en 1917, pour ne parler que des trois années de la guerre de tranchées proprement dite. Et la plupart tués au combat et non morts de maladie comme un demi-siècle plus tôt. Or, comment l'historien de la guerre, et de la violence de guerre en particulier, ne serait-il pas être frappé par les chiffres, certes approximatifs8, mais de toute façon très élevés, des pertes humaines survenues lors de certaines émeutes du xixe siècle ? Ces derniers sont en effet spectaculaires en proportion du nombre limité de combattants en cause et des moyens également limités (comparés à ceux de la guerre en rase campagne) mis en œuvre de part et d'autre. Huit cents morts au combat parmi les émeutiers de 1830, acquis pour l'essentiel dans les journées du 28 et 29 ; peut-être 4 000 morts au combat parmi les insurgés de juin 1848, acquis pour l'essentiel en trois jours (23-25 juin) ; au moins 10 000 morts au combat, lors de la bataille de rues, parmi les communards de 1871, pour l'essentiel entre le 22 et le 27 mai9... Au total, voilà des chiffres assez proches, au fond, de la moyenne journalière de 1914-1918, à ceci près que dans le cas de la Grande Guerre, le chiffre de morts quotidien se rapporte à un effectif de plus de deux millions d'hommes en permanence sous les armes.

  • 10 Tombs R., op. cit, p. 162.

16Certes, on se gardera de pousser trop loin la comparaison. Le prix très élevé acquitté par les émeutiers est en grande partie lié à l'inexpérience du combat et au défaut d'armement lourd et d'équipement. Mais pas seulement. On ne dispose guère d'estimations sur les taux de pertes subis par les émeutiers du xixe siècle, alors que ce type de calcul est familier pour les historiens des guerres, adossés il est vrai à des dénombrements plus fiables que ceux des combats de rue ; dans le cas de la « Semaine sanglante », dont la situation de combat est par certains aspects la moins éloignée, sans doute, de la guerre des tranchées, Robert Tombs estime à 20 000 le nombre des Parisiens qui ont effectivement combattus10 : dans ce cas, extrême il est vrai, le nombre de morts au combat s'élèverait alors à 50 % des effectifs « engagés » par la Commune. Chiffre énorme, qui témoigne tout simplement pour une « pression » exceptionnelle de la part des défenseurs...

17Il n'est donc peut-être pas inutile de relever que les seuils de violence atteints dans certains combats de rue et dans la guerre des tranchées paraissent avoir été extraordinairement élevés. Dans un cas comme dans l'autre, d'ailleurs, les exécutions sommaires de prisonniers ont fait partie intégrante des pratiques de l'affrontement. Est-il illégitime de voir dans cette violence le résultat d'un type de combat investi d'une très forte légitimité défensive, et pratiqué par des petits groupes d'hommes dont la « contrainte » sur chacun de ses membres interdit moralement de lâcher pied, d'abandonner les autres, et oblige à combattre côte à côte jusqu'au dernier, au mépris de toute raison apparente et de tout souci de sa propre sécurité ?

18La conclusion peut paraître paradoxale, et plaide pour les vertus de l'histoire comparée, même dans les domaines les plus éloignés en apparence. Au premier abord, barricades et tranchées n'ont rien en commun. Mais à y regarder de plus près, les unes et les autres cristallisent, sous des formes entièrement différentes, un type de combat à lié à des pratiques sociales et culturelles assez proches, à des représentations spécifiques qui ont en commun de pouvoir déboucher sur un très haut niveau de violence dans l'affrontement et de permettre aux protagonistes d'en assumer le traumatisme. C'est bien sur ce point que le parallèle s'impose. Certes, les ressorts de la violence (violence sociale, violence politique, violence de guerre...) ne sont pas parmi les plus faciles à mettre au jour : les réticences historiographiques sont nombreuses face aux manifestations et aux mécanismes de la brutalité. Raison de plus pour se féliciter si la compréhension de ces deux expériences de violence pouvait gagner à leur éclairage mutuel.

Notes

1 La guerre de tranchées ne date pas du Premier Conflit mondial : mais la supériorité absolue de la défensive sur l'offensive en 1914-1918, liée à l'apogée de deux armes de domination du champ de bataille (l'artillerie et les mitrailleuses), a donné à ce mode d'affrontement une ampleur sans précédent entre la fin de l'année 1914 et l'été 1918, date à laquelle le couple char-avion permet enfin, sur le plan stratégique, de renouer avec le mouvement. Le front ouest, notons-le, ne fut pas le seul à voir des armées entières s'enterrer dans un réseau de tranchées : les mêmes causes produisant les mêmes effets, ce fut aussi la cas sur le front italien et aux Dardanelles. Le front oriental, en revanche, resta en partie plus fluide.

2 Comme le rappelle Philippe Vigier, « Le Paris des barricades (1830-1968) », L'Histoire, n° 113, juillet-août 1988, p. 52.

3 Ce processus régressif a été particulièrement noté par Marc Bloch. Voir sur ce point Ulrich Raulff, Ein Historiker im 20. Jahrhundert : Marc Bloch, Francfort, S. Fischer, 1995, 480 p.

4 Voir à ce sujet la communication de Mark Traugott, « Patterns of Barricade Use in Parisian Insurrections », au Colloque Violence and Democratic Tradition in France, 1789-1914, Université de Californie (Irvine), 11-13 février 1994 (actes non publiés). Voir également la communication du même auteur dans le présent volume.

5 Ph. Vigier, op. cit.

6 Cochet A., L'opinion et le moral des soldats en 1916 d'après les archives du contrôle postal, Thèse pour le doctorat, Univ. Paris X-Nanterre, 1986, 2 tomes, 614 ff, p. 177.

7 La démonstration en a été faite magistralement par John Keegan dans Anatomie de la bataille, Paris, Laffont, 1993, 324 p. Voir aussi, sous un angle plus culturel, notre introduction dans La Guerre des enfants, 1914-1918, Paris, A. Colin, 1993, 187 p.

8 Voir sur ce point les difficiles estimations de Jean-Claude Chesnais, Les morts violentes en France depuis 1826, Comparaisons internationales, Ined, Travaux et documents n° 75, PUF, 1976, 346 p. Sur ce problème de l'approximation des chiffres, et aussi de l'imprécision des faits, voir la contribution de Frédéric Chauvaud dans ce volume.

9 Je suis ici les estimations de Robert Tombs, The War Against Paris, 1871, Cambridge, Cambridge University Press, 1981, 256 p. Voir également la contribution de cet auteur dans le cadre de ce volume.

10 Tombs R., op. cit, p. 162.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540