Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouveau monde et renouveau de l’histoire naturelle. Volume III

 | 
Marie-Cécile Bénassy
, 
Jean-Pierre Clément
, 
Francisco Pelayo
, 
et al.

Substances comestibles, gastronomie et rituels alimentaires indigènes dans la Historia general y natural de las Indias de Gonzalo Fernández de Oviedo

Gastronomía y rituales alimenticios indigenas

Louise Bénat-Tachot

Résumé

Treinta y cinco años de estancia en las Indias hicieron de Gonzalo Fernández de Oviedo un cronista observador e intérprete de los múltiples aspectos del Nuevo Mundo, incluso tratándose de la alimentación de los Indios. La lectura de la Historia general y natural de las Indias bajo este enfoque permite puntualizar los frutos hasta entonces desconocidos en Europa de una Naturaleza que fascina y entusiasma al cronista real, las técnicas de fabricación de los alimentos así como las relaciones sociales y religiosas que regían aquellas sociedades prehispánicas. Se han seleccionado los textos que tratan de las regiones en que permaneció Oviedo (la Hispaniola, Panamá, Darién y Nicaragua), siendo su experiencia personal un inestimable testimonio en directo de lo que pudieron ser las sociedades indígenas en la fase primitiva de la colonización. A pesar de violentos anatemas etnocéntricos, Oviedo se distingue por su capacidad para observar lo nuevo, probar los diversos manjares indígenas y valorar la maestría técnica de los hombres y mujeres del Nuevo Mundo. También supo indagar en el campo de las ceremonias sociales y sus significados, al punto de tomar conciencia del irremisible y trágico proceso de destrucción de dichas sociedades, vie víctimas de una conquista ciega y devastadora

Texte intégral

La digestion est une fonction privilégiée qui est un poème ou un drame, qui est source d’extase ou de sacrifice.
(Gaston Bachelard, Formation de l’esprit scientifique)

1A la faveur d’une longue et précoce familiarité avec le Nouveau Monde, Oviedo, autant par dévouement pour la Couronne que par une insatiable curiosité en a observé, expérimenté et consigné de multiples aspects dans la Historia general y natural de las Indias.

2La lecture de cette œuvre majeure sous l’angle des pratiques alimentaires nous a paru mériter une réflexion approfondie dans le cadre d’un repérage général de la vision du monde indigène par Oviedo.

3En effet nombreux et variés sont les discours consacrés aux aliments comestibles et préparations culinaires indigènes dans cette premère chronique des Indes. Ce qui nous a semblé déterminant pour aborder cette étude est, d’une part l’expérience personnelle d’Oviedo, sa capacité à observer, décrire et goûter au cours de 35 années passées aux Indes, et d’autre part l’idée que l’alimentation est à la croisée de multiples domaines, puisque cette nécessité quotidienne de l’homme engage une opération de choix, de préparation des aliments et enfin trace le contour d’une culture, d’une mentalité : manger est une pratique à la fois biologique, sociale et symbolique.

4Connaître le monde indigène passe par l’identification et la reconnaissance des saveurs, des images, des techniques de transformation des aliments et de leurs rituels d’ingestion. Ainsi au delà de l’appétit, se construit le goût, comme pratique distinctive. Traiter de l’alimentation de groupes sociaux c’est répondre pour partie aux questions fondamentales qui définissent le rapport de l’homme au monde. Qu’est ce que l’homme accepte d’ingérer pour se nourrir ? Qu’est-ce qu’il juge répugnant ou savoureux ? Quelles valeurs le groupe social accorde-t-il à ce qu’il absorbe ? C’est à la lueur de ces questions que nous avons entrepris la lecture de la Historia pour définir la méthode d’analyse d’Oviedo, infatigable enquêteur de la réalité physique et humaine du Nouveau Monde, cerner son inventaire de la gastronomie indigène ainsi que sa perception des rituels sociaux et religieux que sous-tendent les pratiques alimentaires.

El mundo del buen sabor

5Oviedo est de ceux qui vont décrire le plus tôt et de façon détaillée — y compris en faisant appel aux planches dessinées — les différents produits comestibles qu’offre le Nouveau Monde. Nous nous référerons surtout aux régions qu’Oviedo connaît le mieux pour y avoir séjourné longtemps (les Antilles, Panama et le Nicaragua) ; en revanche, s’agissant des autres régions telles que la Nouvelle-Espagne, le Pérou ou les terres australes, la dimension historique de la conquête prend le pas sur l’aspect ethnologique. Or Oviedo revendique l’expérience gustative comme un mode de connaissance à part entière :

habiendo comido los mas dello, para que tambien pueda el gusto, como en la forma dellos, testificar lo que he podido comprender e considerar destas cosas. (chap. 1, livre III, 1ère partie)

  • 1 Par exemple, il dit des huîtres des Indes qu’elles sont insipides et indigestes, du “mani” de la Es (...)

6Ce qui frappe dans l’intégralité des passages concernant le thème alimentaire, c’est l’enthousiasme parfois même l’engouement de leur auteur. Nous n’avons trouvé que très peu de remarques péjoratives1. Dans l’ensemble le discours est emphatique et redondant dans la forme, convaincant et appétissant dans ses effets : la nature américaine est évoquée par une rhétorique de l’abondance, comme une sorte de table dressée où abondent fruits, légumes, poissons et viandes. L’usage des superlatifs est systématique et l’appréciation des saveurs toujours favorable : « buen sabor », « buen manjar », « de buen mantenimiento », « de buena digestion », « muy buen bastimento », « muy preciado manjar », « dulce y bueno de corner », « sabe muy bien », etc.

7Les critères qui président à la définition du bon et du savoureux pour Oviedo sont de différents ordres.

8Globalement, est bon ce qui soutient la comparaison avec les saveurs d’Europe. Or, selon Oviedo les saveurs du Nouveau Monde ne le cèdent en rien à celles de l’Ancien. Ainsi du fruit du managua il dit : « el sabor desta fruta es muy mejor que de uvas moscateles », « digna del plato del mas alto principe de la tierra » (chap. 29, livre 8, 1ère partie) ; de la patate, il dit « una batata curada no es inferior en el gusto a gentiles mazapanes » (chap. 4, livre VII, 1ère partie) et c’est là aussi un produit digne d’un empereur : « de cuaiquier forma son buena fruta e se puede presentar a la cesârea majestad por muy preciado manjar »

9De l’aje il déclare : « son de buen mantenimiento ; cocidos son muy buenos, e asados tienen algo mejor sabor ». Leur saveur est exquise : « un sabor de castanas muy buenas y de gentil fruta para los cristianos » (chap. 3, livre VII, 1ère partie).

10Des fruits américains en général il affirme :« no son de menos olor sino más fino y suave ». Le mamey du Honduras et Nicaragua excelle entre tous les fruits et sa chair est comparable à celle des coings de Valence qui sont les meilleurs d’Espagne. Il en va de même pour les viandes et les poissons, le lamentin a un excellent goût de thon, le tatou est délicieux (« sabor a cabritos »).

11D’autre part, il convient de prendre en considération la personnalité d’Oviedo qui était, semble-t-il, gourmand et ne faisait fi d’aucune expérience gustative. Son goût naturel le porte davantage sur les fruits dont il est friand : « bien es verdad que yo más amistad he tenido con la fruta que con la carne ni otros manjares. » (chap. 18, livre VIII, 1ère partie)

12Les descriptions des fruits exotiques sont détaillées et font appel à l’expérience gustative avec une certaine sensualité. Ainsi le fruit du guanábano est savouré autant que décrit : « manjar de dentro es como natas ; esta comida ο manjar se deshace luego en la boca como agua, con un dulzor bueno » (chap. 17, livre VIII, 1ère partie). L’ananas est sans nul doute inégalé et sa description (chap 14, livre VII, 1ère partie) tient de l’hyperbole : « es una de las más hermosas frutas que yo he visto en todo el mundo que he andado ». C’est un fruit, nous dit-il, incomparable car il flatte tous les sens dans une symphonie baroque : « hermosura de vista, suavidad de olor, gusto de excelente sabor ». Pour le décrire, Oviedo rédige un grand morceau d’éloquence, impuissant pourtant à lui donner tous ses titres de noblesse :

no pueden la pintura de mi pluma y palabras dar tan particular razón ni tan al propio del blasón desta fruta.

13Il tente d’en définir l’odeur : « un olor mixto con membrillos e duraznos ο melocotones, y muy finos melones y demás excelencias que todas las frutas juntas y separadas, sin alguna pesadumbre ».

14Le moment délicieux ou le fruit fond dans la bouche est évoqué par Oviedo avec une sensualité gourmande lorsqu’il décrit el munonzapat baptisé à tort nèfle par les Espagnols : « se comienza a partir (en la boca) al momento sube un olor a las narices e cabeza que el algalia ο almizcle no se le iguala » (chap. 22, livre VIII, 1ère partie).

15Mais il a le même allant pour goûter les boissons indigènes, comme la chicha dont il dit :

es mejor que la sidra ο vino de miel que hacen y beben en Vizcaya... ο la biara que beben los Ingleses e en Flandes. que todo lo uno e lo otro he probado y bebido (chap. 28, livre XXIX, 3ème partie)

  • 2 Signalons également l’opposition “dulce/caliente”, comme le révèle le commentaire de l’assaisonneme (...)

16L’appréciation de ce qui est bon ne va guère au-delà de cette double référence : néanmoins, Oviedo les complète en utilisant les oppositions nourrissant/peu nutritif et cru/cuit, elle-même sous divisée entre rôti/bouilli2. Cela ne recoupe pas pour autant l’opposition sauvage/civilisé.

17Aussi bien Oviedo fait-il parfois preuve d’humour, tournant légèrement en dérision l’ignorance ou la faible capacité d’adaptation des Espagnols. Ainsi il relate non sans en sourire, l’épisode de ce clerc espagnol à qui un Patagon offrait un énorme morceau de viande crue :

dieron al clérigo un pedazo de hasta dos libras. El cual lo puso al fuego para lo asar sobre las brasas, y arrebátalo luego uno de estos gigantes, pensando que el clérigo no lo quería, e comiósele de un bocado de lo cual peso al clérigo porque había gana de comer (chap. 8, livre XX, 2ème partie).

18Le plaisir de se moquer du curé maladroit qui reste sur sa faim, l’emporte sur celui de commenter la barbarie qui consisterait à manger la viande crue.

19Le Nouveau Monde est ainsi placé sous le signe de l’abondance et ce qui pourrait apparaître comme un manque aux yeux des Européens (absence de vin de raisin, ou de pain de farine de blé) ne l’est apparemment pas aux yeux d’Oviedo qui décrit les produits de substitution :

estas gentes tampoco hacen vino de uvas aunque las tienen salvajes y muchas, pero hácenlo de maíz y yuca y en otras partes de miel e agua y en partes algunas de ciertas ciruelas y pinas y otros vinos y brebajes.

20Autrement dit l’Amérique n’est pas le continent du dénuement ni de la répulsion, bien au contraire ; il est le lieu à la fois d’une séduisante richesse de nouveaux produits et d’une certaine familiarité :

trújose esto a consecuencia de haber en estas partes muchas cosas que en alguna manera imitan a las de los cristianos e gente de Europa bien acostumbradas. (chap. 50, livre V, 1ère partie)

21Capturés ou cultivés, les aliments d’Amérique sont l’objet d’inlassables louanges de la part d’Oviedo qui assortit son apologie de sa caution expérimentale.

Méthode de connaissance

22Pour appréhender la nature américaine somptueuse, diverse à l’infini, Oviedo est d’une curiosité dévorante et a l’évidente supériorité de l’expérimentation. De la première édition de la Historia General y Natural de las Indias, 1535, à la seconde, 1547, Oviedo, soucieux d’exhaustivité, « probando y volviendo a probar » complète par de nouvelles informations la liste des aliments qu’il a eu l’occasion de goûter. Cela ne l’empêche pas d’être conscient de l’aspect limité et incomplet de son savoir dans ce domaine, trop dépendant d’informateurs espagnols peu avertis. Cet aspect critique à l’égard des autres et de lui-même apparaît lorsqu’il souligne la difficulté à trouver de bons informateurs au sein des Espagnols. Par exemple, il déclare au sujet des Indiens de la côte de Marocapaná ne pouvoir les décrire sur la base des témoignages des soldats espagnols :

porque a la verdad su principal intento es buscar este oro y por él dejan de entender muchas cosas, aunque las vean ο que sean dignas de historia. (chap. 10, livre XXIV, 2ème partie)

23De même, il se plaint de ces hommes aveugles et peu attentifs « ni todos los hombres saben entender las cosas aunque las vean ni las sienten como son porque como andan de paso y con esta agonía de aqueste oro, ése les hace sentir mal ο no como deberían » (chap. 53, livre VI, 1ère partie). Lui-même a conscience des limites de ses propres capacités à observer : ainsi, à propos des cinq différentes espèces d’ajes, Oviedo commente :

a mi parecer poco se diferencian, mas los expertos agricultores hallan mucha diferencia de una a otra. (chap. 4, livre VII, 1ère partie)

24Au sujet des innombrables arbres tropicaux, il se lamente : « hay millones de árboles que tienen las hojas muy semejantes [...] los hombres del campo que tratan estas cosas los saben distinguir y conocer. » (chap. 11, livre VIII, 1ère partie)

25La classification pour laquelle a opté Oviedo, pour décrire la nature du Nouveau Monde, s’apparente à celle de l’Histoire Naturelle de Pline.

mi propósito es de imitarle en las distinciones e géneros de las cosas que escribo ο en muchas dellas ("Proemio" du livre XII 1ère partie)

26Il répertorie et classe d’une façon assez grossière les différents éléments, son souci majeur étant celui de décrire au plus près ce qu’il a sous les yeux. A l’intérieur de chaque grande catégorie et de ses subdivisions (végétaux : légumes-fruits-arbres, et animaux : mammifères-poissons-insectes), l’étude s’organise selon le principe de l’énumération, ce qui oblige Oviedo à un jeu pesant de renvois à l’intérieur de l’œuvre. Même si cet effort classificatoire est louable, ce n’est pas dans l’organisation pré-scientifique et taxinomique du savoir que réside l’intérêt essentiel de la Historia General y Natural de las Indias mais plutôt dans l’attitude expérimentale et investigatrice d’Oviedo. Nous voudrions en donner pour preuve le passage suivant. Il décrit (chap. 27, livre VIII, 1ère partie) les cactus énormes qui poussent à l’état sauvage dans l’île de la Española ainsi qu’en Terre Ferme mais que cultivent aussi les Indiens. Oviedo pousse plus avant l’investigation :

no he podido alcanzar a saber de qué se servían los indios destos cardones. En Tierra Firme y en provincia de Nicaragua, no están estos cardones fuera de los heredamientos de los indios; y para solamente fruta, me parece que no es cosa para curar mucho della y por esto sospecho que para mayor efecto ο por alguna especial propiedad los conservan alla.

27Oviedo déduit que si c’est pour son fruit, jugé insipide et peu nourrissant,« debe tener otro gusto en el paladar de los indios ο serian por otros efectos que no alcanzan los cristianos hasta agora. » Oviedo n’a pu en savoir davantage. Ultérieurement, il recueille pourtant le témoignage de l’évêque de San Juan qui après un séjour au Venezuela, l’informe que ces cactus y sont nombreux et produisent un excellent fruit « la cual llaman dacto ». Oviedo conclut son enquête de la façon suivante :

por manera que con el tiempo se ha sabido esto que agora acrescenté en la relación destos cardones e por bien que se escriban estas cosas, siempre se entenderán mejor de los que después de mi los escribieren porque el tiempo y la experiencia ensenarán otras particularidades.

  • 3 Cela l’oblige à tenir compte des différentes langues indigènes : ce qui complique singulièrement sa (...)

28Ce passage nous éclaire sur la démarche d’Oviedo qui, ici, ne se contente pas d’observer mais s’interroge sur ce qui pousse les indiens à cultiver un arbre inutile, en apparence. Il présuppose que les choix alimentaires de l’indigène sont fondés et c’est à lui, le chrétien humaniste d’en découvrir la logique : c’est une attitude ouverte, celle d’un savoir en construction qui dépasse largement l’auteur qui se place du même coup dans une perspective historique. Ce savoir ouvert sollicite constamment l’expérience d’Oviedo : « yo lo vi y lo he probado » sont des expressions qui montrent à l’évidence l’implication intellectuelle et sensible du chroniqueur. Oviedo essaie de faire preuve de la plus grande précision, y compris dans le domaine onomastique : cette exigence d’exactitude l’incite à utiliser de façon prioritaire les vocables indigènes pour nommer les produits du Nouveau Monde. Il rectifie constamment les appelations des Espagnols qui baptisent à la hâte et grossièrement ce qu’ils voient. Pour dissiper les confusions, Oviedo préconise y compris d’avoir recours à la terminologie indigène, au moins dans le domaine géographique comme lui-même le fait dans tous les domaines : « mi parecer séria que nombres propios donde saberse pudieren se conserven » (chap. 10, livre XXI, 2ème partie).3

Une colonisation bien comprise

29Cette apologie de la terre américaine est bien sûr à double fond : l’idée d’Oviedo est aussi de démontrer que l’Amérique est digne du regard de César. Son enthousiasme pour une nature belle et bonne à manger s’explique autant par les qualités intellectuelles et les goûts du chroniqueur (curiosité d’esprit, goût de l’expérience nouvelle, gourmandise) que par son désir de renforcer l’intérêt que la Couronne d’Espagne pouvait porter au Nouveau Monde. Oviedo propose de faire fructifier certaines cultures, pour le plus grand bénéfice de l’Espagne. Il fait ainsi preuve d’une certaine lucidité dans son analyse du maïs qui peut, selon lui, parfaitement s’acclimater en Europe, grâce à une bonne irrigation, Il témoigne que cette culture a été expérimentée à Avila : « vi en esta ciudad, que es una de las más frías de España, dentro de una casa un buen pedazo de maizal [...] cada día le regaban » (chap 2, livre VII, 1ère partie).

  • 4 Cela sera largement contredit par le témoignage de Benzoni vingt ans plus tard qui prétend : « de l (...)

30Le piment est porteur de grands espoirs commerciaux : « llévase [el ají] a España e a Italia e a otras partes por muy buena especia e es cosa muy sana e hállanse los hombres muy bien con ello en todas las partes donde lo alcanzan e desde Europa envían por ello mercaderes e otras personas » (chap. 7, livre VII, 1ère partie). Inversement, il ne tarit pas d’éloges sur l’acclimatation des cultures importées d’Europe : « todas las cosas que se siembran en esta isla de las que han venido de España las más se dan e han multiplicado muy bien » et il ajoute au sujet des arbres fruitiers : « se hacen muy mejor que en España »4 (note 4). Oviedo soutient que la vigne pourrait être cultivée avec succès si les Espagnols ne s’adonnaient à des entreprises qui tiennent du pillage plutôt que de la mise en valeur : « los que en estas partes no tienen pensamiento de permanecer ni quieren desta tierra sino desfructalla e volverse a su patria » (chap 12, livre III, 1ère partie)

31Les îles “de barlovento” sont la terre de prédilection de la canne à sucre dont la culture pourrait être la base d’une expansion commerciale lucrative entre le Nouveau Monde et l’Ancien. Dans sa description des plantations des Antilles, la vision rentabiliste coloniale s’impose :

Continuamente van las naves cargadas e muchas caravelas con azúcar a España [...] es de notar que hasta que hubo azúcares en ella (la Española) las naos tornaban vacías a España, e agora van cargadas della, y con mis ganancias

32Oviedo fonde sa crédibilité sur sa capacité à goûter, à apprécier et intégrer les données alimentaires des indigènes. Il met toujours en avant son expérience personnelle pour avaliser l’aspect nutritif et savoureux de nombreuses recettes recueillies auprès des Indiens et dont il fait parfois personnellement usage, tel ce breuvage fait de farine de maïs et d’eau qu’utilisent les Indiens de la côte pacifique, boisson très saine qui se conserve bien, fort utile en navigation : « deste aviso me he aprovechado en estas mares y en las que he dicho del mar del sur donde lo aprendí. » Après avoir célébré le maïs, il conclut sur sa propre expérience :

tengo yo muy bien experimentado en veinte e ocho añοs que hasta este de mill e quinientos e cuarenta y uno ha que lo miro y lo he sembrado y cogido para mi casa e lo hago asimismo al presente, (chap 1, livre VII, 1ère partie)

33Fort de son expérience, Oviedo est loin de la cuisine famélique des premiers textes de la conquête : il a pris le temps de découvrir et d’apprécier un univers générateur de saveurs nouvelles, où tout pousse à l’envi et où l’on peut manger des figues à Noël.

Inventaire de la gastronomie indigène

34Dans la phase de découverte et de conquête, le problème de l’alimentation était une priorité pour les Espagnols, ce qui a provoqué un certain nombre de souffrances physiques et sans doute aussi psychiques. Cela apparaît constamment en contre champ dans la Historia par l’évocation de la faim qui poussait les Espagnols à dévorer herbes, racines, leurs propres chevaux, voire à se livrer à l’anthropophagie au sein même du groupe chrétien. Les Espagnols étaient donc conduits systématiquement à se faire nourrir par les Indiens : cette relation est centrale, les premiers échanges se fondent sur le don de nourriture, condition de la survie des Espagnols. Mais au-delà de ces moments pénibles, Oviedo souligne que le régime alimentaire des Indes est difficile à supporter pour les soldats qui, nous dit-il, sont victimes des vicissitudes de la terre américaine :

ninguna manera de manjar hallamos en estas partes que fuese como aquel que nos dieron nuestros padres : el pan de raíces, las frutas salvajes ο no conocidas, ni conformes a nuestros estómagos (chap. 8, livre V, 1ère partie)

35Le changement d’alimentation est pour Oviedo une des raisons de l’affaiblissement des premiers Espagnols arrivés aux Indes. Néanmoins le dégoût ou l’inadaptation qu’ils ont pu éprouver ne semblent pas partagés par Oviedo, qui a substitué aux produits d’Europe les aliments indigènes. Consommateur et observateur attentif des préparations culinaires, il pénètre dans le monde de la gastronomie indigène, en note les savoir-faire et les gestes, en apprécie la qualité des résultats. Le même enthousiame qu’il pouvait éprouver pour les produits de la nature, se retrouve devant l’habileté des Indiens — et des indiennes — à tirer le meilleur parti des plantes et la diversité de leurs préparations culinaires.

los indios adoban el pescado. y lo hacen cecial sin le echar sal. Y es desta manera: abren el pescado y cavan tierra hasta un palmo en hondo y cúbrenlo allí de tierra e està así enterrado cinco ο seis días e a cabo dellos sacan lo curado y sale mejor que el muy buen pescado cecial de Galicia ο Irlanda e tan enjuto: y se tiene después así todo el tiempo que quieren. Esto se hace donde he dicho [Nueva Castilla] en la cual tierra nunca llueve. (chap. 37, livre V, 1ère partie)

36De la même façon, il compare les savoir-faire indigènes et européens avec équanimité : ainsi si les préparations de galettes de maïs sont plus appétissantes grâce à l’utilisation du four importé par les Européens (« los cristianos han dado mucha mejoría a este pan, cociéndolo en horno a la manera de España y es muy sabroso e mas lindo en la vista »), à l’inverse, le sel que fabriquent les Indiens de Cueva l’emporte largement sur celui d’Europe :

la sal de los indios es tan blanca cuanto puede ser la nieve [...] y es mucho más fuerte y no se deshace tan presto como la que he dicho [sal de Mediolburque en el dique de Jelanda], Yo he visto muy bien la una y la otra e la he visto hacer y he comido de ambas. (chap. 28, livre X, 2ème partie)

37Comment être plus convaincant ?

  • 5 Une précision similaire se trouve chez d’autres chroniqueurs postérieurs tels que Las Casas (la His (...)

38Dans la description des préparations indigènes, Oviedo fait preuve de son habituelle minutie. Une des plus fouillées, que nous choisissons à titre d’exemple, est celle du manioc5. Oviedo le présente comme le “pain” des Indiens des îles et de Terre Ferme. Il décrit la plante (en s’aidant d’une planche), les modes de culture, les différentes espèces — le manioc de terre ferme, comestible à l’état naturel, et celui des Antilles qui nécessite d’être presse et cuit—, la fabrication des “tortas”, travail que faisaient hommes et femmes, tout en utilisant une nomenclature indigène précise. Le résultat est toujours apprécié d’Oviedo : « queda muy buen pan, este pan es bueno y de buen mantenimiento e se sostiene en el mar. » (chap. 2, livre VII, 1ère partie)

39Plus intéressante est la suite du chapitre où Oviedo explique que les Indiens cuisent le jus vénéneux : « cómenlo los indios, haciendo sopa en ello como en un buen potaje y cordial ». Si la cuisson se prolonge davantage (on fait réduire le potage), on obtient, nous dit Oviedo, « un licor dulce » et avec une cuisson supplémentaire, il devient un vinaigre inoffensif.

esto del tornarse dulce y agro consiste en los cocimientos y estas experiencias pocos indios las saben ya hacer, porque los viejos son muertos y porque los cristianos no los han menester [...] así se ha olvidado lo que en estos dos casos de dulce e agro servía el zumo de la yuca [...] El verlo comer a sopas. yo lo he visto muchas veces.

40Oviedo concluera son chapitre sur une récapitulation des sept usages du manioc (y compris le poison qu’utilisèrent les Indiens pour mettre fin à leurs jours) : « convidarse muchos juntos a se matar por no trabajar ni servir, y de 50 en 50 e mas e menos, juntos se mataban con sendos tragos deste zumo. » (chap. 2, livre VII, 1ère partie) Ce chapitre est donc d’une rare exhaustivité dans sa description, car Oviedo y consigne des recettes en voie de disparition et ajoute un précieux complément sur la fabrication du vin de manioc en Terre Ferme qu’il ignorait lors de la première édition. Cette technique de fabrication est décrite de façon détaillée dans le livre 24 de la 2ème partie. Il y montre que le vin est le produit d’une cuisson prolongée (3 jours) de la pâte de manioc préalablement fermentée dans son jus et mise à reposer, humide entre des feuilles de bananier. Le résultat est apprécié d’Oviedo : « bébenlo claro e parece vino nuevo bianco de Castilla e dura 8 días sin se dañar. » Cette même précision se retrouve pour le piment d’Amérique : « [el ají] da muy buen gusto e apetito a los otros manjares » ; il est l’objet d’un soin particulier pour les Indiens, et non sans raison : « se hace tan buena ο mejor salsa al gusto que la del perejil », « el ají es mejor con la carne e con el pescado que la muy buena pimienta ».

Régime alimentaire

41Au fil de ces descriptions, se dégagent les traits principaux du régime alimentaire indigène dans lequel les légumes et les tubercules ont une grande importance : « son muy amigos de comer hierbas cocidas ». Les Indiens les consomment bouillis, grillés ou en soupes, ainsi à propos des “iracas” qu’Oviedo traduit par le terme générique de “hierbas”, il note : « las que tienen por sanas y experimentadas para su comer, juntas de muchos géneros, las cuecen y hacen un potaje que parece espinacas guisadas. » (chap. 12, livre VII, 1ère partie)

  • 6 Plus loin traitant de l’invention des miroirs par les Indiens : « atribuyen la invención del espejo (...)

42Les Indiens sont aussi de grands consommateurs de poissons. La région du lac Xaragua dans l’île de la Española « es de muchas pesquerías a causa de lo cual era muy poblada : porque el pescado es el manjar a que los indios son más inclinados. » (chap 5, livre III, 1ère partie) En cernant les préférences alimentaires des indigènes, en dressant l’inventaire des différents modes de cuisson, de distillation et de conservation, Oviedo démontre, peut-être à son insu, que la culture est la capacité humaine à s’adapter et tirer le meilleur parti du milieu de vie. L’indigène a pour seul guide la nature « gula de las artes » et devant l’évidence de son savoir-faire, Oviedo sait à l’occasion se passer de l’aval des maîtres de l’Antiquité. « A lo que pienso, los indios para invención de sus vinos, ni oyeron a Plinio, ni a Columelo, ni a Cresentino, ni otros autores ». Ainsi les indiens du Nicaragua ont une remarquable maîtrise de la culture et traitement du maïs et s’ils suivent les préceptes de Pline, c’est sans le savoir. L’autorité des grands auteurs classiques s’efface, le cas échéant, devant la valeur indiscutable de l’expérience6.

43Par la nécessité de la réalisation quotidienne de menus, l’alimentation crée un réseau de techniques, et de comportements culturels hiérarchisés. Pris dans le jeu serré de ses investigations, Oviedo en vient à poser le rapport nature-culture dans des termes d’une rare modernité. S’agissant des Indiens Chacopati de Tierra Firme, le chroniqueur explique que le milieu les prive totalement d’eau ; ils y ont donc suppléé en distillant le jus du maguey : « aquel licor beben aquellas gentes porque agua nunca la tienen, salvo de la mar que no se sufre beberla. » Ces Indiens ne savent pas boire autrement qu’en lappant.

cuando alguna vez llueve, y en algunos hoyos de la tierra se nacen charcos, beben allí algunos destos indios, como lo haría un perro ο otro animal : pero no porque les pene ni tengan codicia del agua, por estar como están criados e habituados a no la beber jamás. Así que la costumbre está convertida en natura ο su natural en costumbre. (chap. 22, livre V, 1ère partie)

44La coutume est indissociable de la nature. Oviedo perçoit ici qu’un acte aussi élémentaire que boire est un acte culturel.

Le dégoût

  • 7 Cf. les réactions de dégoût dans les premières lettres de Chanca et Miguel de Cuneo et plus tard de (...)

45Oviedo prend acte des réactions de dégoût de bon nombre de Chrétiens7 mais il adopte alors le ton de l’objectivité distante que lui confère sa longue pratique du Nouveau Monde, renvoyant dos à dos les goûts indigène et européen. Généralement, il se contente de constater les écarts entre l’une et l’autre culture sans qu’apparaisse nulle trace de réprobation. De la “yahutia”, plante que cultivent les Indiens « con mucha diligencia y especial cuidado » il dit que les racines et les feuilles sont « sano manjar ». Il ajoute « saben muy mejor a los indios que a los cristianos. » (chap. 6, livre VII, 1ère partie). S’agissant des serpents de l’île de Cuba, il note sans autre commentaire : « cómenlas los indios » (chap. 5, livre VII, 1ère partie). Les Indiens de la région de Cenù-Cartagena consomment « cigarras, grillos e langostas » (chap. 28, livre X, 2ème partie). Oviedo se contente d’ajouter : « estiman mucho aquel manjar ». S’appuyant sur le témoignage de l’évêque Rodrigo de Bastidas, Oviedo suppose que les Indiens de Santa Marta dévorent les sauterelles qui dévastent leurs champs de maïs par une sorte de juste retour des choses :

porque si destruyen sus panes e heredades, en su venganza los indios las toman y embanastan, y se las comen asadas, y no lo tienen por malo ni dañoso manjar (chap. 22, livre VI, 2ème partie).

46Pour beaucoup d’Espagnols, l’aspect de l’iguane est particulièrement rebutant :

para quien no le conoce, es de fea y espantosa vista », « es en tanta manera de terrible aspecto que ningún hombre se aventuraría a esperar este animal, si no fuese de grande ánimo e a comer dél si no fuese de mal seso ο bestial (digo no conociendo su ser e mansedumbre e buen gusto).

47Pourtant, il décrit longuement le mode de préparation culinaire dont cet animal est l’objet et conclut : « yo he comido estos animales en la Tierra firme algunas veces [...] y es muy buen manjar. » (chap. 7, livre X, 1ère partie) Il tient ensuite à rendre compte de la façon dont on cuisine les œufs et va jusqu’à proposer une recette de cuisine en bonne et due forme.

Con todo su mal parecer digo que es muy buena vianda cocida ο asada y hanla de cocer e guisar de la misma manera que una gallina con sus especias y un pedazo de tocino y una berza. no hay más que pedir en este caso para los que conocen este manjar.

48Cette préparation culinaire fonctionne comme une acculturation à rebours : la base du mets est indigène, l’Espagnol l’accomode avec quelques ingrédients importés d’Europe, tel le lard (Il est probable que ce type de métissage alimentaire faisait son ordinaire). Oviedo n’a pourtant pas pu combattre sa répugnance pour les énormes crapauds qu’élevaient les Indiens de Tierra Firme pour leur consommation, mais il ne conclut pas pour autant à un indice de bestialité de ces derniers. Il semble plutôt accepter que les Indiens se moquent de son ignorance gastronomique.

Críanlos e tiénenlos atados a cebo en algunas partes de la Tierra Firme, para los comer después por muy preciado manjar. Yo los he visto comer algunas veces a los indios de aquella tierra e no vi en mi vida manjar que más asco me diese ni que peor me pareciese. De lo cual se reían mucho los indios, porque les parecía grande ignorancia la mía no parecerme bien tan aborrecible pasto a mis ojos e tan grato a su paladar e gusto.

49Chez un chroniqueur connu pour ses diatribes violentes à l’encontre des Indiens, une telle capacité à se mettre en regard à travers le rire de l’autre engage à une lecture plus nuancée de la Historia. Oviedo sait prendre un évident recul par rapport à sa propre sensibilité, reconnaît la réalité de la culture gastronomique indigène, pour différente qu’elle soit dans sa définition du goût.

L’anthropophagie

50Un coup d’arrêt brutal est donné au panégyrique des produits comestibles indigènes lorsqu’Oviedo aborde la pratique du cannibalisme. Le renversement s’opère de façon violente, et le discours alors prend l’allure d’un réquisitoire impitoyable. Quand l’Indien était pressenti comme un être semi-sauvage certes mais enclin surtout aux mets à base de légumes et de poissons, astucieux dans ses modes de culture ou de capture, habile dans ses préparations culinaires, le cannibale bascule brutalement dans la bestialité, la démesure, la gloutonnerie. Le vocabulaire devient moral : il est « vicioso », « sucio », sous l’empire de la « gula » et fait ripaille sanglante des morceaux de corps humain, donnant à voir un spectacle d’épouvante.

en algunas casas se hallaron aquel día tasajos y miembros de hombres y mujeres, así como brazos ο piernas y una mano puesta salada y enjaviada. (Indios de Santa Marta, chap. 10, livre VII, 2ème partie)

51Perçue comme alimentaire (elle entre dans le paradigme de l’alimentation), elle est l’indice de la monstruosité des indigènes, le comble de la barbarie. Véritables bouchers autant que cyniques gourmets, les Indiens déclarent la viande humaine « sabrosa y dulce y les sabía muy bien. » C’est un régime alimentaire qui fait frémir par sa banalité :

Es cosa muy usada sacrificar hombres e tan común comer carne humana como en Francia, España e Italia comer camera ο vaca. (chap. 3, livre V, 1ère partie)

52La chose n’était pas nouvelle et Oviedo cite volontiers les références à d’autres cas d’anthropophagie connus de l’Europe, tels les Scythes — néanmoins, le cannibalisme américain devient, avec la sodomie, la pierre angulaire du réquisitoire contre l’Indien. Ces coutumes diaboliques « viciosas » lui permettent, on le sait, de justifier pour partie la disparition de millions d’Indiens. Il est évident qu’Oviedo se refuse à percevoir la dimension rituelle du cannibalisme. Qu’il ouvre quelques champs de réflexion lors de son séjour au Nicaragua, en reconnaissant par exemple que lorsque les jeunes gens arrosent de leur sang les grains de maïs, ils ingèrent una « cosa bendita », cela n’entame en rien sa condamnation morale. Cet aspect mériterait une analyse plus approfondie ; pour l’heure qu’il nous suffise de signaler cette intégration de l’anthropophagie dans l’alimentation, ce qui polarise l’horreur d’Oviedo — horreur partagée d’ailleurs par l’ensemble des conquérants et chroniqueurs — et la place en totale rupture avec l’ensemble des autres discours sur la question alimentaire.

53Nous voudrions souligner que cette anthropophagie trouve son acmé lorsqu’elle est le fait des Espagnols eux-mêmes. Condamnéee chez les Indiens, elle provoque une épouvante bien plus grande encore lorsqu’il s’agit de Chrétiens, car c’est alors une anthropophagie clandestine honteuse et endogène. Or Oviedo est précisément le chroniqueur qui fait le plus état de ce type de pratiques. Il n’omet aucun des cas où les Espagnols, victimes de la faim se sont livrés à cet acte qui les a fait plonger dans la barbarie, le péché, l’innommable. Que ces faits soient exacts ou non, peu importe car ce qui compte ici c’est l’insistance d’Oviedo qui est sous-tendue par une fascination/répulsion devant la violation de ce tabou. On le voit, même si dans la forme, l’anthropophagie est apparemment liée aux pratiques alimentaires, dans le traitement et les opérations idéologiques qui la structurent, elle réitère les phobies archaïques et collectives de l’Europe occidentale. Il s’agit, pour Oviedo, de refuser tout acte d’anthropophagie qui, tout comme une sexualité débridée, sont les figures du désordre. Ce tabou structure le groupe chrétien, lui donne sa cohésion, conforte ses règles, l’empêche de sombrer dans l’animalité. Refuser l’anthropophagie — même dans les cas d’extrême famine — c’est survivre comme chrétien, c’est garantir la loi morale.

54Il ne s’agit pas ici d’analyser les aspects complexes et nombreux que prend ce thème dans la Historia, mais seulement de souligner la différence de statut de ce discours. Oviedo — sur cette question — ne réagit plus en observateur, décrypteur d’une nouvelle gastronomie, mais en chrétien menacé dans sa culture en passe d’être ensauvagé.

Les fonctions sociales

55Dans l’alimentation — préparation des aliments, élaboration de menus — et les rituels qui l’accompagnent se tisse tout un ensemble de règles sociales. La faim — pulsion élémentaire — se modèle et se résout dans un corpus de convenances et de mises en scène qui se transmet d’une génération à l’autre. Cela constitue une culture qui ne se soustrait pas au regard d’Oviedo. Le chroniqueur restitue par ce biais des pans entiers des cultures indigènes des zones géographiques que nous analysons.

56Nous prendrons ici à titre d’exemple un thème qui revient à deux reprises dans la Historia et de façon substantielle : le traitement du cacao (chap. 30, livre VIII, 1ère partie et chap. 11 et 12, livre XLII, 3ème partie). Oviedo a pu observer lui-même les étapes de sa fabrication et ses différents usages, lors de son séjour au Nicaragua en 1528-1529. La méthode est toujours la même : description de l’arbre et conditions de sa culture avec une planche dessinée à l’appui, différentes nomenclatures et différents types de graines selon la hauteur à laquelle elles poussent dans l’arbre.

57Les graines de cacao sont le support de multiples usages dont le plus commenté par les Espagnols est la fonction de monnaie : « las guardan y tienen en el mismo precio y estimation que los cristianos e otras gentes tienen el oro y la moneda. » (chap. 30, livre VIII, 1ère partie) Toujours pragmatique, Oviedo donne quelques exemples de prix : un lapin 10 graines, un esclave 100 graines, 4 pommes 8 graines, le service d’une fille publique 8 à 10 graines. Il explique même de quelle façon on peut déceler les fraudes. Plus riche en enseignements est la description des différentes préparations, pâte, breuvage, huile, à base de cacao.

58Après avoir étudié soigneusement la préparation de la pâte de cacao par les femmes, il évoque la coutume qui consistait à s’en oindre le visage.

e aquella pasta tiéndensela por los carillos e barba e sobre las narices que parece que van ambarrados de lodo ο barro leonado, e alguno muy rojo porque mizclan bija con ello, e después que lo han así tendido ellos e las mujeres, piensan que van muy galán, que más embarrado va: e asá van al mercado ο a hacer lo que les conviene [...] Ello a la vista de los cristianos parece y es mucha suciedad, mas a aquellas gentes, ni les parece asqueroso ni mal hecho ni cosa inútil, porque con aquello se sostiene mucho, e les quita la sed e la hambre e los guarda del sol e del aire la tez de la cara. (chap. 30, livre VIII, 1ère partie)

59Livrer la justification détaillée du sens d’une telle pratique — assurément répugnante voire grotesque aux yeux des Chrétiens — désamorce pourtant l’éventuelle dérision. Il insiste encore sur la valeur sociale de cette pratique réservée aux plus riches et aux plus puissants qui ont les moyens d’afficher un tel gaspillage : « los indios se precian mucho desto e lo tienen por estado y señorío y dicen que es la mejor cosa del mundo e más digna de estimación. » Oviedo observe ensuite de quelle façon le breuvage est obtenu en délayant la pâte, dans quelles proportions (« treinta almendras molidas en un cuartillo de agua ») et comment le servent les Indiens « a chorro » pour que se forme une mousse. Là encore Oviedo prend acte de l’écart entre l’attitude culturelle des Chrétiens néophytes et celle des indigènes. Il est intéressant de noter que l’opposition Chrétien/indigène se transforme parfois — et c’est le cas ici, comme ce le fut pour le goût de l’iguane — en une oppositon néophyte/homme d’expérience, ce qui place Oviedo dans la position attestée du Chrétien averti.

por tanto parece asqueroso al que no lo ha bebido. Mas al que lo usa, parécele bien e es de buen sabor e sanísimo brebaje. (chap. 30, livre VIII, 1ère partie)

60Vient enfin la description minutieuse des opérations qui président à la fabrication de l’huile de cacao, dans la province de Nicoya. La construction de ce long chapitre qui s’engage sur la description de l’arbre et du fruit pour conclure sur les gestes des femmes qui fabriquent l’huile manifeste de quelle façon se fait la socialisation d’un produit avec toutes ses variations. Il est surprenant de voir avec quelle précision, quelle acuité Oviedo décrit le rythme des gestes, l’extrême exactitude de ces travaux que les femmes seules réalisent. On apprend que le rythme du mouvement doit être régulier sur un feu au ralenti pour que la pâte, à laquelle on ajoute régulièrement de l’eau, s’épaississe lentement, pendant que de façon synchrone une autre Indienne moud les graines et prépare une autre boule. La quantité d’eau est précise, le temps de cuisson de 7 à 8 minutes et c’est avec propreté (« muy lavadas las manos ») et soin que l’Indienne recueille l’huile : il s’agit d’une opération de distillation tellement rigoureuse qu’elle tient de l’alchimie, une alchimie dont le produit est subtil, précieux. Son absorption est un acte socialement codé, indice lisible du prestige et du pouvoir social.

  • 8 Le thème du cacao sera repris par d’autres chroniqueurs et voyageurs (Gómara, Acosta, chap. XXII de (...)

cuando los indios principales e los señores beben deste cacao cocido, es poco a poco, de manera que ninguno da sino un trago ο dos, si es principal, e si más diese en presencia del señor calachuni, sería habido por vicioso y mal comedido. El calachuni ο teite da tres ο cuatro tragos, y pónese de aquel azafrán deleído grueso e reluce como manteca.8

Le repas

61Partagé par les convives, le repas voit se tisser un système de normes et de convenances qui ajuste les rapports entre l’individu et le groupe. Cela apparaît nettement dans la description d’un festin indien au Nicaragua où était consommé le “xulo” — sorte de chien. Oviedo raconte :

comen estos perros por el más precioso e mejor manjar de todos e ninguno come la cabeza si no es calachuni, la cual traen guisada sin quitar della ni desechar sino solamente los pelos, porque el cuero e los huesos y todo lo demás está fecho de manera de, en un cierto potaje, que parece mazamorra ο de poleadas ο un almidón. (chap. 5, livre 10, 1ère partie)

62Oviedo constate donc les différents modes de cuisson et de préparation selon les parties du corps de l’animal : la tête est cuisinée alors que le reste est bouilli, cette différence de cuisson se double d’une préséance dans la distribution des morceaux.

y si el cacique no la quiere después que él ha comido alguna cosa de la cabeza (así guisada) él la da de su mano al que quiere más honrar de sus convidados. (chap. 5, livre X, 1ère partie)

63Oviedo montre ici que les parties de l’animai cuisiné ainsi que le mode de cuisson sont investis d’une fonction sociale et symbolique. Cuire, ingérer et partager selon un certain ordre sont autant d’opérations médiatrices qui cristallisent les rapports sociaux, mais aussi s’enracinent dans toute conception magico-religieuse du monde. Cela apparaît à de nombreuses reprises dans la Historia. Oviedo les consigne partiellement, en se posant à la fois en censeur et en témoin. Il est ainsi très précis dans sa description d’une pratique d’endocannibalisme funéraire, rite des Indiens Caquitios du Venezuela. On y apprend qu’après tous les rituels de pleurs et d’improvisations chantées à la mort d’un cacique, on procède à la crémation savamment contrôlée du corps de ce dernier : les os sont moulus entre deux pierres et entrent dans la composition d’un breuvage aigre et épais appelé “mazato” : « tiénenlo por muy excelente brebaje, echan en ello los huesos molidos del difunto, y revuélvenlo muchos y bébenlo todos. » (chap. 9, livre VI, 2ème partie)

64Même si l’on sent l’écœurement d’Oviedo, cette scène est digne d’intérêt car on y voit que l’ingestion des cendres du mort dont les vivants sont le fruit est partagée par tous et que cela a supposé une crémation rigoureuse pour séparer les os — élément solide — des chairs. Le cannibalisme comme pratique visant à sédimenter le groupe, sceller son identité et assurer sa continuité apparaît aussi dans cette cérémonie des Indiens de Taragoaco-Santa Marta. La cessation des hostilités se conclut pour elle par un repas au cours duquel est ingérée de la chair humaine car c’est une façon de fonder la durabilité de la nouvelle alliance : « es manera de fijar más la confederación e lealtad de la amistad que contraen. » (chap. 5, livre VIII, 2ème partie).

65La description de la production et de l’ingestion d’aliments ou de boissons conduit donc le chroniqueur à pressentir un ensemble de pratiques sociales et religieuses. Partant du constat enthousiaste et humaniste de la diversité et de l’abondance. Oviedo affine sa description mettant tous ses sens au service de cette découverte. Mais cela le mène plus loin. Il doit rendre compte des gestes des hommes et des femmes ainsi que des relations qui les lient à la préparation et à l’absorption des aliments. Par sa longue expérience qui se double d’une forme de convivialité avec les Indiens (dont les termes restent à définir), Oviedo nous livre de précieux témoignages sur ces sociétés. Mais il n’est bien sûr pas exempt de violents préjugés religieux ou même racistes : aussi dès qu’il s’agit de coutumes que structurent les croyances religieuses, la doxa de la colonisation chrétienne supplante la tâche de l’ethnologue. Les pratiques alimentaires sont à l’articulation de cette double attitude. Nous ne développerons pas davantage ici l’analyse de la valeur magico-religieuse dévolue à l’alimentation. Nous nous bornons à constater que si le chroniqueur perçoit et consigne les rituels qui accompagnent l’alimentation, son discours — comme nous l’avons vu pour le cannibalisme — est empreint d’un ensemble de préévaluations morales qui sclérosent pour partie sa vision. Cette armature religieuse qui structure toute pratique alimentaire nécessite à l’évidence une étude spécifique.

66Le jeudi 2 janvier 1528, lors de son séjour au Nicaragua. Oviedo assiste au repas du cacique Tecoatega, alias Agateite : scène fantomatique où ce personnage continue de “jouer” son rôle, alors que toute la somptuosité du rituel a disparu. Desubstantifié, ce repas continue de s’ordonner selon les préséances et les référentiels préhispaniques, qui disparaîtront bientôt, plongés dans l’ombre de la colonisation. Oviedo fut apparemment frappé par ce gommage d’une culture jadis prospère et qui est en train de se déliter sous ses yeux :

estando yo allí trujeron de comer al cacique, e como hombre sojuzgado e puesto en servidumbre e no como cuando en su prosperidad e sin cristianos estaba la tierra : porque de lo que yo vi a lο que solía ser, era la diferencia como de liebre a cierzo, e como de un gran príncipe a uno de sus comunes ο medianos vasallos, ο como de blanco a prieto.

está muy fácil para se juzgar porque vino una sola india, y trujo una cazuela llena de pescado y una higüera con bollos de maíz y otra con agua e púsolo en la nave que estaba hacia el sur ο hacia el portal donde le hacen el pan. (chap. 13, livre XLIII, 3ème partie)

67Oviedo insiste de façon emphatique sur le dépérissement des structures de pouvoir indigènes qui s’étiolent dans le formalisme, vidées de leurs capacités économiques. Une seule Indienne fait le service d’un repas rudimentaire. Néanmoins la suite du chapitre décrit de façon précise la position des différents convives, selon leur importance hiérarchique, la disposition des aliments, la noble préséance du cacique (« así como el cacique comenzó a comer trujeron de comer a los principales. »), sa gravité (« comió de su espacio »), sa propreté (« lávose las manos e la cara »). Très attentif, il décrit y compris la position finale de ce vieux cacique : « echóse como primero había estado, e los pies hacia los indios principales. » (chap. 13, livre XLII, 3ème partie)

68Dans un Nicaragua dont Oviedo en 1529 vante la beauté (« hermosas apacibles tierras, fertilísimas de maizales y legumbres, fésoles de muchas maneras ») était entrée avec les conquérants la « vermine de la guerre » et des déplacements d’Indiens. Cette terre d’abondance était devenue une terre dévastée où se consumaient les hommes, les savoirs, les structures sociales. En compilant les pratiques alimentaires de façon parfois désordonnée, souvent anecdotique, en homme de terrain irascible et curieux, Oviedo revèle les multiples réponses que les hommes du Nouveau Monde avaient su trouver à la question de leur alimentation quotidienne. Il est rarement fait mention d’Indiens affamés : même de façon "barbare" et rudimentaire, les Indiens des îles ou de Terre Ferme savaient se nourrir :

éstos [los indios de la sabana salvaje de Guahaba en la Española] vivían en cavernas, no labraban ni sembraban tierra, e con solamente las frutas e hierbas e raíces que la Natura producía, se mantenían e eran contentos sin sentir necesidad de otros manjares. (chap. 12, livre III, 1ère partie)

69Il est d’usage d’opposer chez Oviedo sa vision de la nature des Indes, embellie, magnifiée, œuvre du Créateur, à sa vision de l’indigène entachée de réquisitoires moralistes et brutaux. Nous pensons que cette étude de la gastronomie modifie sensiblement une telle lecture. Qu’Oviedo ait décrit avec autant d’attention et d’opiniâtreté les produits, les recettes et les relations sociales des sociétés indigènes engage à pondérer différemment les discours de la Historia qui incriminent les Indiens. Comme mu par un désir de possession autant que de connaissance, Oviedo a d’une certaine façon digéré l’Amérique, à la différence de ces premiers Espagnols qui, nous dit-il non sans cruauté, revinrent en Espagne, le teint jaune, stigmate de leur convoitise, possédés d’une faim biologique autant que métaphorique :

[los españoles] ni perdonaron lagartos, ni culebras, de las cuales hay muchas [...], así que por vivir, a ninguna bestia ο animal de cuantos ha dicho perdonaban porque cuantos podían haber, iban al fuego, e cocidos ο asados, no faltaba a su necesidad apetito para comer estas cosas tan temerosas a la vista. De lo cual, y de la humedad grandísima desta tierra, muchas dolencias graves e incurables. Y desta causa, aquellos primeros españoles, cuando tornaban a España, algunos de los que venían en esta demanda del oro, si allá volvían, era con la misma color dél, pero no con aquel lustre sino hechos azamboas e de color de azafrán ο tericia. (chap. 13, livre II„ 1ère partie)

70Certes l’ambiguïté demeure, et l’Indien est toujours une altérité menacée par le brutal anathème ovédien, mais la Historia établit sous nos yeux le long processus à la fois douloureux et exalté de la connaissance de l’autre, ce qui, peut-être, fraye la voie de l’anthropologie.

Bibliographie

ÉLÉMENTS BIBLIOGRAPHIQUES

Acosta, Padre José de, Historia natural y moral de las Indias, 1590 (B.A.E., t. LXXIII.

Benzoni, Girolamo, Historia del Nuevo Mundo [1572]. Madrid : Alianza Editorial, 1989.

Cartas de Particulares a Colón y Relaciones coetáneas, éd. Juan Gil et Consuelo Varela. Madrid : Alianza Universidad, 1984.

Chanca, Doctor Diego Álvarez, Carta al Cabildo de Sevilla. Dans Cartas de Particulares a Colón..., p. 175.

Cieza de León, Pedro, La Crónica del Perú, éd. Manuel Ballesteros. Madrid : Historia 16, 1984.

Colón, Cristóbal, Los cuatro viajes y Testamento. éd. Consuelo Varela. Madrid : Alianza Universidad, 1986.

Cuneo, Miguel de, Relación, 1-23. Dans Cartas de Particulares a Colón..., pp. 247-249.

Fernández de Oviedo y Valdés, Gonzalo, Historia General y Natural de las Indias y Tierra Firme, éd. Juan Pérez de Tudela. Madrid, BA.E., t. CXVII-CXXI.

Fernández de Oviedo y Valdés, Gonzalo, Sumario de la natural Historia de las Indias [1526]. Madrid : B.A.E., t. XXII.

Las Casas, Bartolomé de, Brevísima relación de la destrucción de las Indias [1552], éd. André Saint-Lu. Madrid, Cátedra, 1982.

López de Gómara, Francisco, Historia de las Indias [1551]. Madrid : B.A.E., t. XXII.

Mártir de Anglería, Pedro, Décadas as del Nuevo Mundo, Buenos Aires : Editorial Bajel, 1944.

Núñez Cabeza de Vaca, Álvar Naufragios, éd. J. F. Maura. Madrid : Cátedra, 1989.

Vespucci, Américo : Cartas de viaje. Madrid : Alianza Universidad, 1986.

ORIENTATION CRITIQUE

Delumeau, Jean, La Peur en Occident. Fayard, 1978.

Friederici, Georg, El Carácter del Descubrimiento y de la Conquista de América. Mexico : Fondo de Cultura Económica, 1973.

Gerbi, Antonello, La Naturaleza de las Indias Nuevas. Mexico : Fondo de Cultura Económica, 1978.

Levi-Strauss, Claude, Tristes Tropiques. Plon, 1955.

Levi-Strauss, Claude, Anthropologie structurale. Plon, 1958.

Levi-Strauss, Claude, Le Cru et le Cuit. Plon, 1964.

Todorov, Tzvetan, La Conquête de l’Amérique. La Question de l’Autre. Le Seuil, 1982.

Notes

1 Par exemple, il dit des huîtres des Indes qu’elles sont insipides et indigestes, du “mani” de la Española : « es de mediocre sabor y de poca sustancia » et de la guama, sorte de caroube : « la he probado pero paréceme que es mas para los gatos monillos que no para hombre » (chap. 8, livre VIII, 1ère partie).

2 Signalons également l’opposition “dulce/caliente”, comme le révèle le commentaire de l’assaisonnement à base d’“ají” qui donne naissance à une expression culinaire consignée par Oviedo : « uno come ají y quema mucho ο sobre algún caldo, dice “muy caribe está”. »

3 Cela l’oblige à tenir compte des différentes langues indigènes : ce qui complique singulièrement sa tâche d’enquêteur et peintre du Nouveau Monde : « hay muchas diferencias de lenguas de una gente a otra e una cosa tiene muchos nombres e también diversas cosas tienen un mismo nombre y querer escudriñar éste, sería nunca acabar. » (chap 12, livre VII, 1ère partie)

4 Cela sera largement contredit par le témoignage de Benzoni vingt ans plus tard qui prétend : « de los árboles traídos de España, pocos han prendido [...] los ajos difícilmente se dan bien » (Historia del Nuevo Mundo, 1565).

5 Une précision similaire se trouve chez d’autres chroniqueurs postérieurs tels que Las Casas (la Historia apologética) ou le Padre Acosta, néanmoins la description d’Oviedo est exhaustive et singulière. La fabrication de vin et de vinaigre de maïs est aussi décrite dans chacune de ses étapes dans le chapitre 28, livre X, 2ème partie.

6 Plus loin traitant de l’invention des miroirs par les Indiens : « atribuyen la invención del espejo a Esculapio [...] tampoco hubieron menester los indios esta invención, ni aprender de otras gentes a hacer espejos, porque de margarita los hacen muy excelentes [...] son mejores de todos porque vi algunos destos que digo. » (chap. 48, livre III, 1ère partie)

7 Cf. les réactions de dégoût dans les premières lettres de Chanca et Miguel de Cuneo et plus tard de Benzoni : « comen cuantas culebras e lagartos e arañas e cuantos gusanos se hallan por el suelo ansi que me parece que es mayor su bestialidad que de ninguna bestia del mundo. » (Chanca, Carta al cabildo de Sevilla, 15-17), « es manjar excelente para cerdos. » (M. de Cuneo, Relación, 10). De la yuca Benzoni écrit : « yo lo considero un alimento muy malo, cuando lo tenía en la boca, me parecía que estaba masticando tierra. » (Historia del Nuevo Mundo, primera parte)

8 Le thème du cacao sera repris par d’autres chroniqueurs et voyageurs (Gómara, Acosta, chap. XXII de la Historia Natural y Moral de las Indias ou Benzoni, Historia del Nuevo Mundo) sans pour autant attacher autant d’importance aux gestes et procédés de fabrication qu’Oviedo.

Auteur

Université de Marne-la-Vallée - C.I.A.E.C.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540