Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouveau monde et renouveau de l’histoire naturelle. Volume III

 | 
Marie-Cécile Bénassy
, 
Jean-Pierre Clément
, 
Francisco Pelayo
, 
et al.

Introduction

Marie-Cécile Bénassy

Texte intégral

1Pendant plusieurs siècles, les pays hispaniques furent non seulement rétifs à la nouveauté, mais insoucieux de leurs archives. Tout comme le XVIème siècle, l’époque des Lumières laissa inédits des travaux essentiels, et bien des manuscrits disparurent. Heureusement, les temps ont changé. Depuis une génération, de nombreux oublis anciens ont été magnifiquement réparés, et chaque année apporte sa moisson de nouveaux matériaux, en Espagne même et dans plusieurs des ex-royaumes d’outre-Mer, la Colombie/Nouvelle-Grenade, le Mexique/Nouvelle-Espagne, etc. Espérons que les mérites des naturalistes hispaniques seront mieux reconnus désormais.

2Ce troisième volume de la série Nouveau Monde et Renouveau de l’Histoire naturelle est bilingue. Le deuxième (1993) comportait déjà une étude sur Joseph de Jussieu signée Miguel Ángel Puig-Samper et Francisco Pelayo. Cette fois nous sommes heureux de réaliser une vraie coédition avec nos collègues du Consejo Superior de Investigaciones Científicas de Madrid (Département d’Histoire des Sciences). Au XVIIIème siècle, les relations scientifiques entre l’Espagne et la France ont été étroites, et, en dépit, de quelques nuages, très fécondes (cf. l’article de Jean-Pierre Clément). Qu’on nous permette de donner une valeur symbolique à notre collaboration dans le contexte d’une nouvelle communauté des Européens.

3Notre ensemble d’articles est donc plus ambitieux que les précédents. Bien entendu, il met l’accent sur les relations avec la France. Il traite aussi de la complexité des rapports de force entre la Péninsule et ses royaumes américains (cf. Juan Antonio Amaya), des surprises dans l’exploitation des trésors américains (cf. Marcelo Frías Núñez), de la richesse et de la pérennité de la relation des Indiens avec les éléments naturels (cf. Michel Gilonne), du rôle qu’ont joué les sciences naturelles dans la formation des consciences nationales, en Nouvelle-Grenade bien sûr (cf. Jeanne Chenu), mais aussi en Nouvelle-Espagne (cf. José Luis Peset), et même au Guatemala et à Cuba (cf. J. Luis Maldonado Polo, et Miguel Ángel Puig-Samper-Mercedes Valero). Il s’intéresse aussi aux répercussions anthropologiques, politiques, philosophiques, théologiques, etc., des grandes controverses dont la nature américaine fournissait la matière principale (cf. Andrés Galera pour la taxonomie, et Francisco Pelayo sur la question essentielle de l’identité des ossements fossiles).

  • 1 C’est ici le lieu de rappeler que le premier article du premier volume de Nouveau Monde et Renouve (...)

4Et il nous a paru indispensable de parler des vraies curiosités qui se sont manifestées dès le XVIème siècle. Après tant de livres sur les malentendus, la “non-découverte”, le mépris des Européens à l’égard de leurs congénères du Nouveau Monde, il faut penser à rendre justice aux pionniers de la recherche comme Francisco Hernandez1 (cf. Raquel Álvarez) et à discerner des éléments de communication authentique. La présence de Gonzalo Fernandez de Oviedo surprendra plus d’un : Louise Bénat-Tachot nous révèle chez lui une attitude d’ouverture dans le domaine le plus élémentaire, mais sans doute le plus fondamental, la nourriture.

5Actuellement de nombreux chercheurs s’interrogent sur la complexité et la difficulté de la relation des sociétés à leur espace. La conquête de “son” espace est une grande aventure pour l’humanité. Ce n’est vraiment pas une notion univoque !

6L’ordre des travaux qui composent ce livre veut être chronologique. Ceux en langue française ont été présentés et discutés en Sorbonne le 15 mai 1993, dans le cadre du C.I.A.E.C. Des raisons de calendrier nous ont empêchés d’inclure dans ce volume l’exposé du Professeur Monique Mustapha (Université de Provence), “La Flore américaine : Histoire naturelle et Histoire morale”.

Notes

1 C’est ici le lieu de rappeler que le premier article du premier volume de Nouveau Monde et Renouveau de l’Histoire naturelle (1986), s’appelle “Aperçu de l’Histoire naturelle de la Nouvelle-Espagne d’après Hernández, les informateurs indigènes de Sahagún et les auteurs du codex Badianus”, Jacqueline de Durand-Forest. Paris, C.N.R.S., et E.-J. de Durand.

Auteur

Responsable du C.I.A.E.C.-Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540