Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouveau Monde et renouveau de l’histoire naturelle. Volume II

 | 
Marie-Cécile Bénassy
, 
Jean-Pierre Clément

L'Histoire naturelle dans la Recordación florida de Fuentes y Guzmán

Marcelle Miquel

Texte intégral

« La diversité des espèces est si grande... mais pourquoi est-elle si incroyablement variée ? »
Don Moser, Les Forêts de l'Amérique Centrale. Ed. Time-Life, Amsterdam

  • 1 FUENTES Y GUZMÁN, Francisco Antonio, Recordación Florida del Reino de Guatemala (fin du XVIIe sièc (...)

1DANS la lettre-dédicace de la Recordación Florida, « al Rey de las Españas, don Carlos II, Rey y Señor del imperio de las Indias », don Francisco Antonio de Fuentes y Guzmán remplace le terme de "Discurso historial..." du sous-titre de son œuvre par celui de « esta historia natural, material, militar, y política del Reino de Goathemala, mi patria. »1

2Il emprunte à Pline ce terme général d'histoire car « la historia humana es natural como la de Plinio, De Animalibus, De Plantis,... ». C'est à cet aspect de l'histoire que nous nous limiterons car, toujours d'après Pline, si « la historia divina enseña la religion, la humana la prudencia, la natural instruye en la ciencia » (Tratado 2°, p. 9), terme qui désigne ici pour Fuentes la connaissance des choses de la Nature dont il parle amplement, bien que le discours n'en soit qu'une approche pré-scientifique.

3Au vrai, il s'agit plutôt d'un inventaire détaillé mais inégal des richesses naturelles de cette terre natale qu'il a parcourue et qui l'ont émerveillé, ce qu'il appelle « este agregado de maravillas » —le terme de maravilla revient constamment, comme aussi chez Landa au Yucatán. Ce n'est au premier regard que le parcours d'un naturaliste amateur offrant des prises de vues successives, essentiellement descriptives, des "photos" des diverses régions du pays à partir d'un point central : la capitale Goathemala, selon un plan géographique et administratif qui rayonne suivant les orientations cardinales et le triple parcours étagé des terres chaudes, tempérées et froides, à qui la Divine Providence prodigue ses dons.

4C'est pourquoi dans l'Avertissement au Lecteur (I, p. 57), il présente « la circunvalación de su reino de 1 700 leguas de tierra, prolíficamente fecunda y estimablemente rica en minerales y preciosos frutos », annonçant déjà « la copia grandísimamente útil de hierbas medicinales, gomas y licores aromáticos, raíces y cortezas... fuentes minerales no menos adecuadas... a la curación de varias y perniciosas dolencias, etc. » Et toujours suivant Pline, Fuentes met dans l'Histoire Naturelle, non seulement les faits historiques mais aussi « las regiones, los montes, bosques, mares, lagos, ríos... y las costumbres e ingenios de los paisanos, los animales, aves, frutos, flores, yerbas, raíces, gomas... con lo demás que obra y nivela la próvida naturaleza. ("Preceptos historiales", Tratado 4°, p. 23).

5Mais cette Histoire naturelle est chez Fuentes fort loin de son inspirateur et modèle car ici tout est entremêlé dans un ensemble qui se veut totalisant. C'est un "discours" selvatique où il faut avancer au "machete" à travers trois tomes fournis où l'on recense et récupère des trésors d'observation. Il y a là, et aggravé en ce qui concerne l'exploration de la Nature proprement dite, un pesant manque d'unité et d'organisation.

6Se limitant à l'aspect extérieur et à l'utilité pratique, alimentaire ou médicale, Fuentes indique souvent plusieurs variétés sans toutefois arriver à faire un recensement exhaustif. Et s'il tente parfois de montrer la richesse d'un terroir, il se contente d'énumérations simples, supposant plantes et animaux connus de tous et sans intérêt majeur pour le lecteur, alors que d'autres fois, il est d'une précision extraordinaire dans le détail, mentionnant par exemple, pour les végétaux, les divers stades de croissance, de floraison, de fructification, l'enracinement des arbres, l'influence des saisons et de la température, etc..., ajoutant même de sa main les "estampas" des exemplaires qui l'ont émerveillé.

7Toutefois si le "désordre" y est extravagant, la méthode d'approche est remarquable autant que sa prudence de jugement, et si l'observation est minutieuse quant à ce qu'il a vu lui-même dans les régions où il a séjourné et voyagé, il en tire des règles implicites indispensables : il faut par exemple pour la validité que l'observation soit directe ; la documentation personnelle y est une exigence de méthode et il insiste sur L'expérimentation", soulignant souvent « yo lo experimenté ». En bon écologiste, il conseille pour toute investigation : « no omitir... la precisión, la clemencia del cielo, la temperie y raridad del aire, el temperamento, lo saludable, lo ameno, y por el contrario... etc. » (I, p. 24).

8Mais bien plus essentiel apparaît un trait de l'esprit scientifique, l'intégrité intellectuelle : « Débese atender a lo verdadero, ...no debiéndose... arreglar a lo verosímil que es dudoso » (I, p. 25). Exigence de vérité, « juicio y prudencia », c'est-à-dire rigueur et probité, qualités éthiques de toute recherche véritable.

9Sa prudence sur ce terrain est patente, deux exemples le montreront : à propos des diamants du Cerro de Ocotepeque, il dit : « No me persuado aun que sean verdaderos » (II, p. 162), et au sujet des "habillas" de Tampico : « En sus propiedades y virtudes aun no por mí experimentadas, casi de intento omitiré las más que escriben, y a la experiencia de su efecto sólo propongo lo que he visto de que restaña la sangre que emana por flujo natural o por herida », citant ainsi le cas précis, constaté par lui, d'efficacité coagulante d'une blessure ouverte bientôt cicatrisée ; de même quant aux effets à plus long terme dans la guérison du goître (II, p. 158).

10Mais sa documentation, sinon toujours personnelle, est très souvent de première main, car tant dans sa vie quotidienne que dans les pérégrinations à travers le pays, il a été en contact direct avec le monde indigène dont la connaissance multiséculaire de la nature s'est continuée jusqu'à nos jours par la tradition orale. D'où l'imposante pharmacopée rapportée dans la Recordación et l'importance des comportements, reproduction, traits essentiels des animaux sauvages ou domestiqués du terroir guatémaltèque. L'auteur rapporte par exemple la découverte d'une plante antidote du venin de serpent par un indigène observant le comportement de deux reptiles en lutte dans son champ de cacahuates : « Marcó el indio la yerba que rozaban, la dio a beber al primer mordido de víbora que sanó... de cuya experiencia se ha extendido, por antídoto común, a todo este Reino. » (I, p. 229).

  • 2 Título de los señores de Totonicapán. Traduction de l'original quiché par le P. Dionisio José Chon (...)

11Fuentes a également compulsé des textes indigènes aujourd'hui disparus, indiquant en note auteurs, titres et folios, dont il tire ses sources. L'un d'eux notamment apporte un point de détail concernant les "plátanos", terme qui apparaît dans un texte quiché, le Título de Totonicapán2, comme nourriture des tribus affamées durant le long exode de Tulán à Guatemala. Lors de la 20ème étape « hallaron plátanos y pajarillos. Sin embargo pasaron muchos trabajos... » Or, dans le Tome II, page 42, Fuentes rapporte l'abondance de « regaladas frutas, en especies diversas de plátanos »... dont il ne cite nommément que deux : les dominicos, venus de l'île de Saint Domingue et « los de Guinea », variété apparemment africaine, et peut-être une troisième, en concordance avec le texte quiché et, semble-t-il hors de référence à Acosta, dont il dit que « la fruta suple la falta de maíz », ce qui rappelle ces "plátanos" sylvestres de la terre américaine rencontrés par les tribus de l'exode, bien avant l'arrivée des Espagnols. En outre, Fuentes ajoute : « de los plátanos gordos maduros, asados al horno, sin cáscara y molidos como el maíz [...] se destila un vino que no hace diferencia del ojo de gallo. » Cette double utilisation perdure de nos jours.

  • 3 Il s'agit du célèbre chroniqueur Bernal Díaz del Castillo, dont Fuentes y Guzmán était un descenda (...)

12Quant aux reproches qui ont pu lui être faits d'emprunts aux chroniqueurs et naturalistes du temps, cités par lui en référence, il semble qu'il s'en inspire bien plus qu'il ne les copie. C'est ainsi que Landa et lui ont parallèlement observé, décrit, présenté les mêmes choses, étant sous la même latitude, parce qu'elles étaient sous leurs yeux. Il n'a donc pas tiré essentiellement provende d'autrui, mais dans ses citations on peut voir d'une part le souci de valider ses propres dires, parfois aussi de les comparer et compléter ; d'autre part, de s'égaler aux auteurs du temps qu'il a lus et consultés. Il y a là un désir d'entrer dans l'aréopage de ceux qu'il considère comme ses pairs, peut-être aussi de poursuivre en digne héritier, l'œuvre du « "rebisabuelo", mi Castillo, mi invencible y verdadero Castillo3 dont il souligne « la verdad indeleble », en faisant par là-même son modèle de véracité et d'intégrité testimoniale.

13Deux exemples peuvent l'attester : 1) le gorrión ou colibri ; il en rapporte « las tornasoladas plumas... el movimiento de su rápido y susurrante vuelo,...que jamás para en rama ni en tronco sino que al presto latir de sus ahilas está libando el humor de las flores. Tan pequeños como Ronrones verdes porque lo demás de que se compone su cuerpecillo es del pico aguzado y largo cuya figura describe en estampa admirable el verídico y curioso historiador Juan de Laet... » (I, p. 230). Est-ce là un emprunt ? Aucunement, les colibris lui sont aussi familiers que les fourmis et les abeilles sur les terres de son patrimoine. Il se réfère également à Torquemada qui a décrit le colibri et ses mœurs : l'endormissement à la saison sèche, le bec ancré dans l'écorce spongieuse d'un arbre, et le réveil aux premiers orages de la saison des pluies. En réalité, il souligne la véracité de deux auteurs, témoins avertis : « Dilátanse mucho y con estupor los autores citados, describiendo esta admirable y prodigiosa avecita. »

14Deuxième exemple similaire, avec référence à Juan de Laet qu'il paraît profondément admirer, celui du Cempoalsuchil, confondu, dit Fuentes, avec « las calvellinas de Indias o Flor de Jupiter », deux variétés pour lui différentes par la taille, la couleur florale, etc. La première est « una hierba abundante y comunísima en todos los valles de Goathemala que se puebla de ramilletes de a veinte flores », d'où son nom, alors que les "clavellinas" —en espagnol "clavel de Indias"— « son mucho más crecidas matas y sus flores más abultadas y de pestilente olor ». De la première il rapporte longuement les qualités médicinales, même si certains la disent "venenosa". Et c'est sur ce point qu'il se réfère à Juan de Laet disant : « Si las prodigiosas virtudes de esta flor parecen fantásticas a muchos de los ignorantes que ocupan el mundo, lean a Juan de Laet en la descripción de México que él, si le entendieren, los desengañará. » (I, p. 246). Et s'il cite J. de Laet, c'est peut-être inspiré par lui et l'imitant comme il a fait pour Pline, en illustrant à son tour par ses « estampas y dibujos », plantes et animaux dont il voulait souligner pour l'œil du lecteur les particularités et traits notoires et jusqu'à leur utilité thérapeutique, dans une sorte de pharmacopée des familles ou mieux des curanderos indigènes, parfois même adoptée en partie par les médecins créoles (I, p. 244). Tout le chapitre IV, Tome I, p. 238 à 246, est consacré aux plantes médicinales et usages indiqués.

15Qu'il s'agisse du colibri ou du Cepoalsuchil, il se met à égalité avec ses pairs ; ses propres connaissances sont évidentes quoique tout extérieures et descriptives, et on aperçoit l'ébauche non d'une classification mais ses prémices, distinguant, pour l'oiseau comme pour la fleur, les variétés d'une même espèce ou famille. Ce n'est certes qu'une notion pré-scientifique mais toutefois, concernant le maïs, dont il décrit longuement la valeur et les nombreux usages, Fuentes a reconnu le mode de fécondation de l'épi : « El pelo o barbilla que arroja fresca, que es la vid por donde entra a cada grano la virtud necesaria para su forma... » (I, p. 227). C'est déjà une approche.

16De même, lorsqu'il parle de plantes tinctoriales ou d'une eau fangeuse qui teint en noir indélébile le tissu qu'on y plonge, il précise : « jamás hasta romperse falta el color » (I, p. 219). Et il en donne la raison : « sin duda alguna materia mineral que la naturaleza dispuso en estas partes y los indios conocieron o por industria de sus mayores o por accidente... pero de cualquiera suerte es una de las singulares y raras maravillas que en la natural experimentan. » Et de même lorsqu'il parle de « paños labrados de colores vistosos de chuchumite, que son tintas perpetuas... » (I, p. 253). Observateur curieux des moindres détails, il s'intéresse à tout : les animaux et leurs mœurs, habitat, etc., les végétaux, leurs qualités diversifiées, leurs régions communes ou préférentielles, l'influence du climat, de l'altitude, des saisons (humide ou sèche), de la température, etc. et jusqu'à l'enracinement des arbres qu'il juge, sous les Tropiques, trop superficiel (III, p. 303). Tout un chapitre est consacré à ce thème et à ses causes : le climat toujours égal, la fertilité du sol, l'abondance des eaux, la croissance interrompue faute d'hiver véritable et, par suite, les arbres facilement déracinés par le vent et les continuelles pluies de la saison humide, improprement dénommée hiver : « En vez de llevar las raíces por abajo, las dilatan y extienden en contorno del tronco, dejándolas entre dos tierras. » Arbres et plantes « crecen y se aumentan por medio del calor y humedad, y la frialdad las detiene », à la différence de l'Europe où l'hiver très froid fait que les arbres mettent leur force de croissance « en raíces », dans l'impossibilité de faire pousser des feuilles et de croître en hauteur toute l'année. Un seul exemplaire fait exception : « muy raro y señalado es el árbol en estas partes de las Indias que tiene las raíces profundas, entre todos he notado que solo el espino real las lleva para el centro y como éste habrá sin duda otros que penetren la tierra por muchos estados, mas, en general muestra la experiencia que todos las tienen superficiales, así los naturales como los traídos de España. » (III, p. 303-304). Il y a là, chez Fuentes, une perspective écologique assez nouvelle pour l'époque.

  • 4 XIMÉNEZ, Fray Francisco, Historia Natural del Reino de Guatemala (début du XVIIIe siècle), Guatema (...)

17En résumé, les reproches justifiés et évidents que suscite la Recordación Florida, et notamment son exposition de l'Histoire Naturelle (plantes, animaux, mines et volcans, eaux : ríos, lagunas, fuentes minerales, medicinales y sus extrañas maravillas) sont en fait de deux sortes : I) le plan général géographique par régions administratives complexes —corregimientos— et l'emmêlement des trois étages écologiques ayant chacun son "temperamento" et II) l'emmêlement des divers aspects historiques, sociologiques, ethnologiques, économiques, etc. imbriqués alternativement les uns dans les autres, avec des retours en arrière et des redites, ce que Ximénez4 a taxé de « ensalada de todas yerbas ». Quant au qualificatif de « cocineril », péjoratif en diable, il fait penser à une mixture peu réussie touchant l'organisation de l'œuvre, et là Ximénez n'a pas tort ; mais s'il applique "cocineril" aux préoccupations de l'herboriste-naturaliste et à la place donnée par Fuentes aux "yerbas y plantas" diverses, ainsi qu'aux animaux dans l'alimentation, et à l'utilité médicinale du règne végétal en particulier, il n'y a plus "ensalada" ni cuisine, auquel cas le même reproche pourrait être fait à Landa dans son Historia de Yucatán, certes mieux ordonnée et plus heureusement brève et moins complexe, mais qui rapporte, au même titre que Fuentes, les "maravillas" de la Nature et l'utilité des plantes et animaux pour l'alimentation humaine, en y ajoutant les remarques d'un amateur de bonne chère, soulignant les qualités de bouche des fruits, des viandes, du miel, etc., alors que Fuentes, créole plus indigénisé et admirateur de la terre et des hommes, acccumule tout ce qui peut guérir, soulager et préserver la santé dans un milieu naturel proliférant où la vie et la mort peuvent être conjointes dans la même plante.

18Quelques exemples illustreront les qualités de fond de L'"expérimentation", c'est-à-dire l'observation méthodique, souvent exhaustive, mais hélas sans le moindre embryon de classification dans ce désordre, que Ximénez, son successeur et rival, a évité en établissant une nomenclature ordonnée des genres et espèces, animales et végétales.

19L'inventaire que nous avons tenté et sommairement classé nous a donné, sauf erreur ou omission, un total d'environ 130 à 136 animaux en 6 groupes : Oiseaux, 55 ; Animaux dits sauvages, chasse..., 30 ; Poissons, 20 ; Serpents, 12 ; Insectes et assimilés, 13 ; Animaux d'Espagne acclimatés, 6, pour la plupart en terres froides ou tempérées. Quant aux plantes, elles apparaissent ainsi : Árboles naturales, 95 ; Yerbas en general no comestibles, 45 ; Yerbas y plantas medicianles, 80 ; Plantas tintóreas, 6/8 ; Bálsamos, gomas, resinas, 24 ; Flores, 45 ; Frutas, 60, dont 22 venues d'Espagne et 7 non comestibles ; Plantas comestibles, 51 dont 21 venues d'Espagne.

20Il est évident que cette ventilation d'éléments divers comporte des redoublements à éliminer. Un arbre, en effet, peut être mentionné trois fois comme arbre, pour son fruit ou ses propriétés particulières. Inversement, le haricot originaire de la région, présente six variétés dont une espèce arbustive, les pallares, qui produit durant 4 ou 5 ans ; de même le chile ou piment : dix espèces sont mentionnées par Fuentes, mais il y en a beaucoup plus ; idem pour la calebasse, etc., chaque groupe étant compté pour un. Il en va de même pour les fruits d'arbres en général et de plantes mineures : six sortes d'anonas, trois de plátanos, plusieurs de zapotes, etc. On n'en compte qu'un type. Le groupe des fleurs sera éliminé même s'il s'agit de fleurs strictement ornementales. Pour les herbes, il s'agit d'une liste simple où l'on trouve des herbes nocives, quelques unes médicinales, tout ce que Fuentes nomme yerbas no comestibles, p. ex. le tabac ou piziet, dit yerba. A noter que dès le premier tome, il indique : « innumerables son las yerbas y plantas medicinales que cría y produce... esta tierra ; de especificar las naturales de que se valen y usan los indios, era necesario catálogo a parte... », regrettant que beaucoup d'entre elles soient traitées de « despreciables, casi ridiculas y de ninguna estimación... mas la experiencia les diera a conocer su engaño » (I, p. 244). Et de citer en exemple « el hollejo del plátano de Guinea » qui fait recouvrer la vue à son esclave noir en dissipant « las nubes de sus ojos » (I, p. 244). Les herbes aromatiques ou colorantes pour la cuisine sont à inclure dans les herbes comestibles, celles-ci délestées des 22 "verduras y legumbres" venues d'Espagne. Le groupe des "bálsamos y resinas", provenant en général d'arbres disparaît du total. Ainsi, après une élimination radicale des fleurs, fruits, gomas, etc., on obtient un total à peu près définitif de 160 exemplaires végétaux ainsi distribués : arbres : 95, yerbas comestibles : 36, yerbas medicinales : 17, útiles : 4, nocives : 6 à 8, ce qui donne pour Fuentes :

21C'est pourquoi lorsque Carmelo Sáenz de Santa Maria évalue à « un centenar » les plantes et animaux cités par Fuentes contre 250 attribués par lui à Ximénez, il y a là un manque manifeste d'inventaire, d'autant que ce dernier déborde les terres guatémaltèques jusqu'au Mexique (Oaxaca, Veracruz, Términos, Campeche) incluant même dans sa liste le bison (cíbola). On peut donc avancer sans polémiquer que les deux rivaux du Guatemala sont à peu près au même étiage. Le total d'exemplaires, toutes variétés incluses, notamment les diverses sortes d'abeilles, fourmis, insectes, (fleurs exclues) atteint chez Ximénez le nombre de 330, ce qui pour le seul Guatemala ne fait pas une grande différence. Mais il faut reconnaître à Ximénez, malgré quelques erreurs de classement, une remarquable mise en ordre et une organisation qui font totalement défaut chez Fuentes, uniquement appliqué à la description et à l'utilité, et se cantonnant à son terroir sans pratiquement aborder la mer comme l'ont fait Landa ou Ximénez. Et si Fuentes parle en détail et fort bien du lamantin ou vache marine, c'est parce que cet animal, pris à l'époque pour un poisson comme tout ce qui vivait dans l'eau, remontait le cours du Río Dulce jusqu'à la grande lagune du Golfo où il venait brouter en paix, et qu'on le retrouvait comme provende providentielle tout au long des côtes du Honduras et du Nicaragua (II, p. 241).

22Il y a ainsi dans cette "ensalada" de Fuentes, bien des pièces notables dont nous citerons quelques unes qui, une fois dépouillées de tout l'inutile et dans bien des cas de l'ornement du discours, démontrent un remarquable don d'observation, une curiosité inlassable de chercheur, un attachement au vrai qui sont déjà une des bases de l'esprit scientifique, ce qui en définitive est essentiel et fonde par là-même le principal de son mérite.

23Nous présentons donc quelques exemples probants, réduits aux traits saillants du texte :

I) El chompipe o pavo, dit "gallina de la tierra"

24traits - « estatura de un paují [c.-à-d. moyenne], ancha y hueca pluma de color pardo oscuro, se cambia en tornasoles verdes con vivos y notables cambiantes, ancha cola que en perfecta forma de abanico se abre, su encallecido rugoso cuello... se varía y enciende desde el cuello a la cresta que cuelga y cae sobre el pico. »

25comportement - « en esta ave una extraña y singular propiedad... es que tomando el aliento se hincha con crecida diformidad, erizando toda la vistosa pluma del cuerpo y cresta y quedando, a la fuerza del aliento detenido y violento, todo su cuello y cresta en color tan sangriento como la de un paño de grana, y dando espacioso y largo paseo con las alas tendidas de calidad que barre el suelo con ellas y al soltar el aliento detenido es con tan ruidoso estruendo como el tiro de un arcabuz. » (I, p. 333).

26Et de regretter que ces pavos si communs soient si peu estimés, « siendo para el gusto y sustento no menos estimable la sazón de su came... especialmente la papada que es crecida porción de enjundias de suavísimo y delicado gusto. »

II) Las iguanas, estampa (II, p. 113)

27traits - « especie de lagartos, todo el cuerpo con escamas muy menudas del hocico a la punta de la cola, cresta como gallo en la cabeza y atrás una serrezuela en disminución por todo el lomo, de las quijadas le cuelgan otras crestezuelas blancas con máculas verdes. »

28variétés - « Hay otras de un verde fino que no se comen, sólo se aprovechan las de color pardo que llaman jiotas por el color y las escamillas menudas parecidas a las de la enfermedad de jiote. »

29comportement - « muerden y lastiman abriendo herida con la agudeza de los dientes y se valen de la cola por su defensa azotando con mucha fuerza y presteza... »

30habitat - « en los techos de las casas de campo, en subterráneos pedregosos, en los árboles y a veces en los ríos y nadan en ellos con violencia ».

31utilité - On les chasse « con redes y lazos disimulados en las hojas, carne de excelente gusto, muchos huevos a manera de las tortugas, sólo yema sin clara, de recio y sustancial nutrimento ».

32reproduction - « empollan como las tortugas y lagartos enterrando los huevos en los arenales ».

III) El lagarto (II, p. 52)

33traits - « Es un peje, 30 a 36 pies de largo, cubierto todo de concha de la cabeza al extremo de la cola, camina sobre cuatro pies y nada con ellos ligerísimamente, mas torpes a tomar la vuelta, el hocico prolongado y la boca muy rasgada y el orden de los dientes de tal forma que la presa no se suelta... los dientes de la parte superior como alesnas y los inferiores son cepos que reciben aquéllos... »

34comportement - « lo que cazan o pescan en el agua, salen a comerlo a la ribera porque careciendo de lengua se ahogan fácilmente ; tienen unos buchecillos debajo de los brazos con un humor que la gente ordinaria gasta por olor a manera de algalia, uñas largas, cinco en cada pie con que se afirman en la tierra y desta manera suelen con la presa traer un toro al agua... »

35reproduction - « Sale a desovar a tierra, escarbando un hoyo de más de vara de hondura en los arenales de la ribera, pone en él 60 u 80 huevos enterrándolos, se vuelve al agua no apartándose mucho de ellos ; 40 días de empollo salen los hijuelos y los padres caminan con ellos al agua. Los indios los pescan para venderlos o son comidos de los propios lagartos mayores y aun de las madres... muy pocos escapan... y estos polulos traen entre sí grandes y admirables contiendas sobre las presas y son tan carniceros que asiéndose unos a otros no se desapartan hasta que entrambos mueren. »

IV) El manatí (II, p. 241), estampa

36« Del peje manatí que hay en la laguna [Golfo Dulce et sur toute la côte jusqu'au Río San Juan du Nicaragua] se coge grandísima cantidad todo el año. Tiene... dos brazuelos cortos, gruesos y rugosos con semejanza a los del elefante, y no sólo se sirve de ellos para nadar con ligereza, sino que le aprovechan para andar en tierra mientras en ella se apacienta, tiene en cada brazuelo o mano cuatro uñas, la cabeza es semejante a la de la ternera, los ojos pequeños respecto de su mole y corpulencia, y tiene propiedad de abrirlos y cerrar con mucha ligereza, presteza y facilidad. El cuero que le cubre es grueso y espeso con algunos pelos cenicientos a trechos, desde la parte del ombligo a la cola se ciñe y adelgaza y según su edad es la cantidad de su cuerpo, mas los mayores que recogen son de a 25 y de a 30 pies de largo. No crían como los otros peces por orden común de los desovos sino paren sus becerrillos como las vacas ; tienen dos pezones o ubres con las cuales dan de mamar a sus hijuelos : sus carnes más parecen a las terrestres que a las acuátiles, son en todo semejantes a las del puerco, salada es gustosísima y dura mucho tiempo, y así también seca al sol o ahumada se conserva muchos días, su grasa es muy pingüe... y se aplica al uso de medicamentos, etc. »

37Pour les plantes, c'est une mine où le choix est embarrassant. On est là dans le domaine d'un herboriste passionné par la plante ellemême et son utilité pratique, surtout médicinale, ou au contraire sa nocivité, et il est évident que sa prospection majeure correspond aux régions qu'il a particulièrement connues et aux plantes qu'il a attentivement étudiées à loisir dans le détail.

I) Le chicalote (I, p. 240)

38Un exemple de minutie détailliste et pratiquement exhaustive :

39traits - « yerba que lleva abrojos o espinas », selon l'étymologie de Molina, c'est, pour Fuentes, « una yerba nociva, altura de una vara, tallo y hoja a la manera del cardo, espinosa siempre, color descaecido de lo verde a ceniciento mustio, florece al verano, con diferencia del cardo es si alcachofa que le haga pedestal a las muchas hojas, sin olor ni fragancia, flores blancas o amarillo pálido ; desaparecida la flor queda el botón mayor que un limón, cubierto de agudas espinas que al abrir queda dividido en cuatro cuarteles o cazoletas llenas de semilleja ; el botón queda preso por la parte superior de cinco alambritos o venillas fuertes que vienen de las junturas de los gajos a manera de nervecillos, quedando todos presos a la parte alta de un botoncillo chato y los cinco gajos abiertos y doblados hasta la tercera parte de su cuerpo para la banda de afuera, con que viene a formar una corona a la manera de la granada. »

40utilité - médicinale : « de las hojas sale un humor abundante color amarillo, aprovecha a los ciegos quitándoles las nubes de los ojos por ser cáustico muy activo ; en los dolores cólicos cuando proviene de piedra... quita milagrosamente el dolor y demoliendo la piedra la hace en menudas arenas que se expelen con la orina. »

II) Le fruit du cacaoyer (II, p. 63)

41« Ese árbol... cría y sazona la fruta en una mazorcas que engrosando de la parte del pezón va disminuyendo a la punta en que remata, divide unas tajadas a la manera del melón, y unas mazorcas son blancas con pintas verdes, otras amarillas con pintas encarnadas, otras rojas con lunares rojos, según adquieren más o menos sazón y madurez. El grano viene asido a un racimo o escobajo a manera de uva, todo pegado el grano, uno en otro, de una carnaza gruesa y blanca, y desunido desta trabazón queda la almendra gruesa y llena algo más prolongada en la punta. Sécase en muy grandes paseras al sol, guardado del agua en invierno. »

III) La papaya (II, p. 58), estampa

42traits - « por lo singular de su planta, fruto y abundancia repetida y naturaleza fructífera ; estatura : veinte a veinticuatro palmos de altura, ramazón ninguna en el cuerpo de su cañón, corona en la copa de muchas hojas parecidas a las de las higueras, fruto en la cima, pegado al tronco, no totalmente rotunda sino prolongada, el ollejo pajizo de mucha lisura, pulpa y gusto a manera de los melones rubios ; la semilla : unos granos negros del porte de la pimienta con gusto a mostaza. Pesa cada fruto diez y seis y ocho libras, y en todos los meses del año arrojan nuevas flores y nuevos frutos. »

IV) La piña (III, p. 29), estampa

43traits - A la fois « fruto muy delicado y a la vez muy útil a la salud ». « Críase esta imperial fruta, en el cogollo de un cardón o mata espinosa de estupenda hermosura, en cada uno de los gajillos... arroja una flor azul... pequeña como un ramillete compuesto sobre campo verde que cuando maduro es de color dorado. »

44variétés - « 1) las doradas, la mejor especie, 2) las naranjadas, 3) las blanquecinas, agrestes que maltratan la boca. Estatura de la mata de un estado [hauteur d'un homme moyen], su circuito como el espacio de cinco cuartas [un mètre], la fruta, una tercia de altura [27,8 cm.] sin la corona o cogollo, su grosor de menos de una cuarta de diámetro [28,8 cm.]. »

45qualités et vertus - « las piñas no sólo al gusto muy delicadas y gratas, sobre todo regalo y suavidad, sino también medicinales... » Vertu diurétique : « facilita la orina, destruye las carnosidades de la vía, desmenuza la flema de la vejiga, y provechosa a los ríñones y a la limpieza de ellos ». Fuentes en a vu les effets, utilisés par le Dr. don Sebastián de Sotomayor « con admirable beneficio ».

V) El xibonsochil (III, p. 305), estampa

46C'est la jusquiame, incluse dans les « árboles, yemas y semillas medicinales ».

47traits - « El xibonsochil... es un árbol igual en tierras calientes y frías sin distinción en un temperamento ; estatura : el que más, de cuatro varas, hojas crecidas de más de una cuarta y ancho de más de sesma de vara que pueblan en ramos espesos y ordenados ; sus flores son compuestas de pelos purpúreos muy crecidos y remata cada hebra en un botoncillo blanco que se guardan dentro de una vaina de color pardo que abre a su tiempo en cinco hojas a manera de lancillas. No tiene fragancia y la que difunde es de cosa estítica y astringente. Cada parte de la vaina es muy gruesa y carnosa, viste su tronco de cortezas rugosas y húmedas, y sin embargo de no estar conocido es muy provechoso este árbol. »

48vertus - « La corteza de sus raíces cura y sana las úlceras de cualquier parte, bebida el agua de ella provoca la orina, quita las obstrucciones del vientre y limpia los renes. » « Si los médicos se aplicaran a examinar sus facultades, de mayor provecho pudiera ser. »

***

49Nous ne pourrons en conclusion que regretter, concernant l'Histoire Naturelle, de ne pouvoir aborder que très succinctement et en appendice, trois thèmes privilégiés par Fuentes : les Mines, les Volcans et les Eaux.

50Les Mines - En dehors de l'or et de l'argent, métaux essentiels, Fuentes s'est intéressé à bien des minéraux considérés comme secondaires à son époque, tels que le plomb, l'étain, le cuivre, le soufre, l'antimoine, la chaux, le talc, le cristal de roche qu'il distingue fort bien du diamant (II, p. 162), l'alun, les pierres précieuses, les diverses argiles, le corindon (esmeril), la caparrosa (sulfate de cuivre), la piedra imán, le silex, le jaspe, les nitrates (salitre), la piedra escoria volcanique, la calamita, la piedra de alumbre, la piedra de solteña y « otras de metales desconocidos » (II, p. 212) qu'il a fort bien situés dans la région du Golfo Dulce, actuel lac Izabal. Il a même établi une carte de cette vaste région (II, p. 127), devenue depuis la "Sierra de las Minas", aux minéraux « no conocidos por la naturaleza de su especie ni por el arte de su beneficio, de que hay montes enteros y en que parece su formación toda metálica... aunque considerados, o por su gusto o por la calidad de su vapor, parecen todos antimoniosos... » (II, p. 212) ; et même, à propos de « la piedra imán tan necesaria a la navegación », toujours sur le même site, « hay un monte... que tiene vetas de este metal, de donde sacan estimables cantos y de este mineral tengo una piedra muy crecida con otros menores » (II, p. 190). Voilà Fuentes géologue. Il l'est d'ailleurs avec une remarquable prudence dans son investigation du diamant : « Tengo... muestras asidas y pegadas al pedernal donde se crían, son de grandísima dureza y constancia que ni al martillo se rinde su resistencia y con ellos se rompe fácilmente un espejo y hacen señal en la hoja de una espada... la viveza de sus reflejos es mucha y agradable, su claridad y limpieza muy extremada y se conoce no ser cristal porque de ese género hay minas conocidas y cría diferentemente... » (II, p. 162). Et c'est ainsi qu'il indique les lieux des diverses mines par lui enregistrées et le plus souvent visitées, notamment au Honduras le Cerro de Oro, le Golfo Dulce, la région d'Yzquipulas et bien sûr son "corregimiento" de Huehuetenango.

51Aux mines, il ajoute les "salinas", au nombre de trois dans les Cuchumatanes comme dans les environs du lac Amatitlán (sel de terre) et dans la Barra de Iztapa, l'extraction du sel marin près du port et chantier, fondé par Pedro de Alvarado, sur la mer du Sud.

52Mais il est déçu par la mauvaise gestion des mines, l'abandon de beaucoup au XVIIe siècle, le désintérêt et l'incompétence des "mineros", aggravés par le mauvais traitement de la main d'œuvre indienne et le rendement défectueux, à tel point que de la Mina Real de Nueva Zaragoza, on n'arrivait pas même à tirer le Quint du Roi... ! Quant au "partido" de Huehuetenango qu'il connaît particulièrement, il met en titre du chapitre le concernant : « De las minas que se beneficiaron con largo aprovechamiento, las que hoy se labran con poca inteligencia y mucho gasto » (III, p. 47). Aux mines, et Fuentes le stigmatise, on a préféré les encomiendas agricoles qui ont perduré jusqu'à nos jours avec les grandes fincas de cacao, canne à sucre, plus tard café et banane ou coton, sur une terre qui pratiquement n'avait jamais été utilisée avant la Conquête et avait très tardivement connu le fer, alors que seuls l'or et l'argent ou même le cuivre et les pierres précieuses, jade notamment, étaient réservés exclusivement au culte des dieux et à leurs insignes représentants.

53Les volcans - Volcans et volcanisme ont fortement intéressé Fuentes, ceux-là même qui cernaient la capitale du Valle de Goathemala : les voisins immédiats, el Agua, el Fuego, —l'Acatenango non cité parce qu'endormi— et le Pacaya, un peu plus éloigné, qu'il a traité superbement. Du Tajumulco lointain, il n'a signalé que son apport de soufre d'une grande finesse et qualité. Il a ainsi distingué les volcans éteints ou passifs, souvent nommés "cerros", des volcans "de fuego", éruptifs, presque toujours en activité. Ainsi l'Acatenango en long sommeil n'a eu pour lui aucun intérêt, et du Volcan de Agua qu'il trouve « prodigioso y bellísimo... pero no truena », il n'a retenu en dehors de sa beauté que l'épisode de l'inondation destructrice de la première capitale par simple rupture d'un lac de cratère lors de pluies ininterrompues.

54Par contre, le Fuego « este Vesubio indiano », en éruption constante lui a permis de voir là le feu souterrain en recherche d'issue sous l'effet de l'air chaud cherchant à s'échapper et projetant selon les cas « llamas, arenas y peñas escoriadas que escupe » (I, p. 165), « ...y cada día se desnuda más por los arroyos de fuego que de él se precipitan » (I, pp. 164-165). Le Pacaya, ce « monstruoso Mongibelo », « soberbias las tres cabezas que engríe y levanta de un solo cuerpo » (I, p. 250), lui a apporté d'autres aspects : en repos durant plusieurs années, puis en éruption violente, « que brama con espantoso y continuado estruendo a la manera de grandes truenos y retumbos de tierra... » (I, p. 251), avec fumées en immenses nuages noirs couvrant le soleil, jetant à des lieues cendres et bombes qu'il appelle « escorias o piedra de Malpaíz », matériau qu'il apprécie pour la construction, ignorant apparemment son usage comme pierre à poncer.

55Ce Pacaya qui l'a fasciné lui a permis, grâce à ses qualités d'observation, de détecter par deux fois semble-t-il ce qu'on a nommé depuis les "nuées ardentes" (I, p. 252 et 397), dont il a relevé l'étrangeté. Après éruption, « gran ruido y retumbo, arrojar de llamas, y gran cantidad de humo espesísimo y muy negro », il a vu « que yéndose conteniendo en la media región, haciendo pie sobre la propia boca que está en la cima, formó una grandísima y gruesa nube que, o más purificada que el humo, o iluminado su cuerpo de los rayos del sol, parecía un peñasco color de plata, que estaba a precipitarse sobre la propia ciudad. Estando apartado este monte siete leguas llegaba la extremidad del nubarrón a la mitad del sitio de la ciudad, durando así con gran firmeza y sin mudar figura ni ventilarse el término de siete días, causando en los habitadores gran calor y confusión. » (I, p. 397)

56En 1651, avec les grands terremotos du 18 février au 5 mars, il a vu « con asombro... que se abrían en muchas partes grietas profundas y espantosas » (II, p. 324) —elles existent encore—, et il a observé, sans qu'on puisse les prévoir « ni de invierno, ni de verano, hay seguridad... » (II, p. 323), que « cuando el verano es prolongado y con colores grandes, es el año muy calamitoso en materia de temblores » (I, p. 251). Et il reprend un mode de voir qu'il tient des baquianos du temps : la communication des volcans entre eux tout au long de la Cordillière jusqu'au Sinaloa, et pour lui le Pacaya communique avec celui de San Salvador et avec le Fuego de Goathemala et jusqu'au lointain Tajamulco et ses solfatares, le soufre étant pour Fuentes la matière essentielle et combustible que brûle le feu souterrain, échauffant l'air des cavernes qui fait exploser le cratère, provoquant l'éruption, car pour Fuentes, « nihil vacuum in natura » (II, p. 324).

  • 5 Certes les termes ne sont pas adéquats, mais le mécanisme du phénomène est bien vu.

57Les séismes - Mais si ce phénomène volcanique provoque « terremotos et temblores » de différente intensité et durée, tous ne sont pas de même type ou nature. Il y a selon Fuentes : 1) les terremotos naturales, les plus nombreux, que l'expérience et la raison peuvent expliquer et dont il donne une excellente définition : « los terremotos naturales debemos entender que siempre proceden por el motivo y causa del fuego subterráneo, y el aire encerrado que con la fuerza y vigor del calor se hace raro, se dilata y busca respiradero y salida5 y que estas únicamente deben reputarse por causas naturales de los terremotos ; y al romper y salir hace aquella sensible moción en este pavimento y grande mole de la tierra... » (II, p. 324). Fuentes appuie sa propre expérience sur le témoignage concordant d'auteurs comme le Rd. Père Joseph de Zaragoza, jésuite, et le Maître Fr. Jacinto Garrido, de l'ordre des Frères Prêcheurs, dont il rapporte des citations latines accréditant ses propres vues (II, pp. 324-325). Voici, résumée à l'essentiel, sa précise description du séisme de 1651 : « quince días funestos, fatales, memorables... no hubo intermisión que pasara de una hora o de media... repetidos vaivenes y movimientos como si fuera instable la tierra... instantáneos impulsos... edificios desplomados... hombres atónitos y confusos no hacían fijeza permanente en sus pasos sin caer una vez y muchas a el balance continuado y violento de tierra que tan oprimida y fatigada... en varias partes quedó desunida y abierta en grietas y bocas pavorosamente profundas » (I, p. 189).

582) Il y a aussi « un género de temblores que solemos decir que son por alto porque se oye por el aire grandísimo rumor y crujir y rechinar las maderas : y a éstos no podemos llamar terremotos no sintiéndose más que aquel estrépito que suele ser incomparable y parece más operación de los demonios que orden y disposición natural » (II, p. 325). Il le voit « como azote de Dios » ou « señal del enojo de Dios para enmienda de nuestras culpas » (I, p. 397), car Dieu, cause première et universelle, permettrait ainsi le châtiment des hommes pécheurs (II, p. 323). Mais Fuentes, n'ayant pas poussé assez loin l'investigation, est gêné aux entournures et reprend bientôt sa thèse des causes naturelles en y insistant ; il relève un autre exemple curieux qu'il a vécu en 1663, le jour de San Felipe, en plein midi : « violencia y duración deste estremecimiento de tierra, y cuan irregular y extraño fue su movimiento... y como toda el agua que había en las fuentes, pilas y estancos de la ciudad se vertió fuera de ellas » (I, p. 191). En réalité, dans les deux cas, Fuentes a bien ressenti deux types ou modalités de séismes, depuis reconnus : la trépidation ou vibration du sol et l'ondulation marquée par grandes vagues, beaucoup plus rare et les nombreuses composantes plus ou moins marquées, ce que les sismologues nomment aujourd'hui les "mouvements différentiels" qui accompagnent le mouvement d'ensemble du sol.

59Quant aux étranges "retumbos" souterrains, Fuentes ne pouvait les attribuer directement au volcanisme, pas plus qu'à cette autre catégorie de séismes non encore totalement expliqués, relevée par Fuentes, ces terremotos existant « donde extinguidos son los volcanes y partes donde no hay ». Et de citer le cas de Málaga en Andalousie (II, p. 323) : « allí no habiendo volcanes de fuego, no puede ser la causa de los temblores de tierra ». De même au Guatemala, « en el Cerro Redondo y en Jalpatagua, quedando los montes esteros por la parte superficial, y en sus entrañas grandísimas cavidades que dejó la materia extinguida, sin embargo tiembla allí como en las otras partes » (II, p. 325).

60Ainsi Fuentes fait office de prospecteur et, malgré ses insuffisances et incomplétudes, sa position vis-à-vis du volcanisme et des séismes en général a le grand mérite de se vouloir rationnelle, n'admettant pas le moindre mythe ou fable, tout au plus cette indécision et malaise tout intellectuel (II, p. 323), quand, se conformant comme il dit à la philosophie chrétienne, Dieu étant la cause première du monde, il permet aux démons « semejantes efectos para castigo »... ; mais ce n'est qu'un pis-aller pour notre auteur dans son impuissance à trouver la cause de certains phénomènes sismiques. L'explication à propos du Pacaya qu'il a plus et mieux observé lui fait dire : « los efectos que vemos producirse... sin aplicarles otro misterio ni juicio, por movimientos y prodigios suyos suceden así por causa natural » (I, p. 396). Et si l'on parle de « bocas del infierno, pestilencia de la llama que no apagan las grandes lluvias, es ignorancia ridicula que el infierno tenga puerta ni boca. » Quand on y voit des « fantasmas, visiones y ruidos [es] quizá por el hervidero de aquellos metales sulfurosos o el aire encerrado en tantas cavernas y oquedades que busca respiradero. » (I, p. 396). Et c'est par deux fois qu'il insiste : « suceden así por causa natural ».

61L'esprit positif et remarquablement préscientifique de Fuentes a tenté, au XVIIe siècle, une explication rationnelle à la mesure de l'époque, son investigation personnelle s'enveloppant dans une description tout extérieure des phénomènes volcaniques et sismiques. Certes, constatation n'est pas explication, mais son grand mérite est cette curiosité intellectuelle, cette recherche constante, ce désir de tout voir et comprendre pour savoir, qui lui a notamment fait expliquer, en fonction de l'étagement des terres et de la « celsitud de los volcanes y cerros », les trois « temperamentos » ou climats succesifs sous une même latitude tropicale, l'altitude corrigeant la latitude. Il a même vu à son époque de la neige jusque sur les sommets volcaniques, notamment en 1693, sur le Pacaya « que aún estando en tierra y país muy cálido, todo el picacho y cima se le cubrió de nieve », ce qui n'arrive de nos jours sur aucun sommet du Guatemala.

62Mais le plus remarquable, c'est d'avoir pressenti que le volcanisme n'explique pas toujours le séisme : « Luego no son la causa los volcanes ni su materia sulfurosa porque cualquiera parte deste occidente temblara continuamente, y en las partes donde totalmente se extinguieron los volcanes... » (II, p. 235). Plus étonnant encore, ayant rejeté « las opiniones de los gentiles y el falso poder de sus mentidos dioses » et hésitant à faire intervenir le Dieu chrétien, au cœur même de cette quête causale, entre le séisme « azote de Dios » et instrument de repentir, et le rôle éventuel mollement attribué aux démons : « esto parece operación de los demonios » (II, p. 323), il doute et avec un bon sens tout cartésien, il émet une hypothèse étonnamment moderne : « Y en todas partes pueden también producirse semejantes efectos, nacidos de desiguales causas, en donde por razón de los influjos y de la disposición de los elementos puede haber estas reventazones de un elemento oprimido y encerrado en otro elemento, por razón de la constitución y apretura de las partes porosas dél. » (III, p. 323). C'est une prémonition extraordinaire jusque dans le choix, la précision et justesse des termes utilisés.

63Ainsi Fuentes présente les qualités propres du scientifique à une époque où la science du volcanisme et la sismologie en étaient à leurs balbutiements, le mythe et l'image tenant presque toujours lieu d'explication. Et déjà pourtant il a le grand mérite d'avoir entrevu dans une phrase de génie l'avenir de leur développement, car ce n'est qu'au XXe siècle, et encore dans la deuxième moitié, que la théorie des plaques tectoniques se heurtant a expliqué ces séismes sans volcanisme dont discutent encore nos savants, théorie elle-même liée à la dérive des continents et appuyée sur diverses sciences complémentaires dotées d'appareils de prospection, de mesure et d'investigation des profondeurs terrestres et océanes.

64Les eaux - En ce qui concerne les Eaux, « ríos, lagos, fuentes », trois points sont à signaler :

  1. Le recensement presque exhaustif des cours d'eau grands et petits, extrêmement nombreux, ce que Fuentes appelle les eaux naturelles (I, p. 386), « algunos de ellos de admirable caudal que van a morir unos al mar del Norte [Atlantique, Golfe du Honduras] y otros al mar del Sur [Pacifique] ». Un exemple : pour le seul territoire de Goathemala-capitale, Fuentes annonce comme don de la Divine Providence 66 nos, mais ne donne qu'une liste de 55/56 noms (I, p. 386-387), ajoutant « sin otros que se pierden extraviados y corren entre breñas y arcabucos y por barrancos impenetrables, y otras pequeñas y pobres venas que omitimos ». Or l'index final récapitulatif du Tome III en signale quelque 70. Et non seulement Fuentes relève la chevelure aquatique des différentes régions, mais il présente et dessine le cours détaillé du Río Motagua, celui qu'on dénomme encore le Río Padre qui va, changeant de nom aux diverses étapes, de la Sierra Madre occidentale au Golfe du Honduras (II, p. 189).
  2. Les lacs, dits "lagunas", sont également signalés, tels celui d'Amatitlán et ses sources chaudes, « infinitas fuentes minerales, más o menos calientes que sirven a la milagrosa experimentada curación de varias enfermedades » (I, p. 248), la Laguna de Atitlán (II, p. 37) et le Golfo Dulce, devenu lac Izabal (II, p. 217), dont Fuentes a dessiné le cours ; les autres lagunas —il en existe beaucoup— ne sont en général indiquées que pour leur abondance poissonnière que connaissent aussi les ríos.
  3. Fuentes s'attache aussi aux diverses qualités et particularités des eaux et des sources, notamment « las aguas calientes », très nombreuses, et les sources médicinales chaudes, « las aguas azufrosas, las aguas amargas, las agrias », au goût de « zumo de limón », qui guérissent le goître considéré comme tumeur, et cette eau qui, une fois bue, « no deja más sabor que las demás aguas dulces ». Il signale les « ríos ocultos », souterrains, comme celui de la Culebra près de Mixco, celui del Ojo de Agua d'Arivillaga qu'on découvre dans un "llano" en soulevant une grande « losa o laja que los indios antiguos dejaron tapada y encubierta », et qui resurgit bien plus loin, au fond de la vallée de Petapa. Il y en a des quantités au Guatemala.

65Fuentes connaît les eaux de sources, d'excellente qualité qui sortent, bonnes à boire et filtrées, du terrain qui les a drainées, celles qui sortent du rocher « en goterones » (San Mateo Ixtatlán), celles qui contiennent des minéraux, azufre, alumbre, chaudes et médicinales, celles de Totonicapán ou de San Cristóbal Puxilá, « calentísimas de tal manera que una canasta de huevos que meten y sacan del agua... los deja perfectamente cocidos, y lo mismo la fruta, la carne... ». Les Indiens, dans le ruisseau qui se forme, lavent et dégraissent les laines qu'ils fileront et tisseront ensuite ; plus loin, l'eau devenue tiède sert pour se baigner (III, p. 44-47). A San Lucas Ichansuquit, « las aguas cenagosas tiñen, en tres o cuatro días, cualquier género de ropa de negro finísimo y atezado que jamás hasta romperse falta el color »... Et d'expliquer : « sin duda por alguna materia mineral que la naturaleza dispuso en esas partes y que los indios conocieron o por industria de sus mayores o por accidente... » (I, p. 219). Les eaux du río de la Chorrera « convierten los maderos y hojas en piedra » (I, p. 386). On a ainsi toute une gamme des eaux : chaudes et minérales, cachées et souterraines, sources potables par distillation terrestre, eaux brûlantes, tinctoriales, pétrifiantes...

66Mais en sus des divers "ríos escondidos", il y a les curiosités naturelles, « las admirables obras de la naturaleza » (III, p. 44-47), las fuentes maravillosas que sont, dans les Cuchumatanes, los ríos intermitentes, tel el arroyo de la Higuera qui coule en saison sèche et disparaît à la saison des pluies ou encore la fuente de tres años qui donne de l'eau durant trois ans et s'arrête les trois suivants, toujours à date fixe, le jour de la Saint-Michel ; celle de « el agua torcida » ou encore « el agua silvada », car c'est en sifflant dans une faille de rocher que l'eau jaillit ; el ojo de agua de Chalchitán qui fait jaillir par « un boquerón como puerta de templo... tanta copia de agua que desde su nacimiento es río de considerable caudal » et les « seis ojos de Canabah » s'y agrègent pour former le río Xichoy qui devient le Motagua, Père des Eaux.

67En conclusion, l'eau pour Fuentes a fait du Reyno de Goathemala un éden où la Divine Providence dispense richesse, abondance et beauté. Il dit bien que les terres basses trop arrosées « tienen plagas de mosquitos y calor sofocante », par ex. la Côte Sud ; mais quand le bochorno estival s'apaise, ce sont, selon les régions, des récoltes de maïs jusqu'à deux et parfois trois par an, des fruits innombrables... et, ajoute-t-il, « les chiens n'y deviennent jamais enragés » (II, p. 96).

68En conclusion, on pourrait dire que dans et malgré son emmêlement de toutes les perspectives, la Recordación Florida fait de A. Fuentes y Guzmán un esprit encyclopédique avant la lettre. Et les reproches justifiés et évidents que la Recordación suscite —et pas seulement chez son rival Ximénez— portent sur l'organisation de l'œuvre qui apparaît comme un maquis à débroussailler.

69Mais le résultat, une fois ordonné, montre de réelles qualités déjà indiquées. Fuentes est un auteur qui aime et explore avec un amour à la fois de la patrie et du savoir, une curiosité inlassable, un besoin impératif de connaître, recenser, exposer les richesses évidentes et réelles de son terroir, comme nous dirions de nos jours "dans le désordre" ou mieux un ordre défectueux anti-scientifique, loin d'être irrationnel dans le détail. Il faut parcourir cet enchevêtrement à la manière indigène pour détecter la richesse botanique, animale et minérale qu'il a voulu rassembler inlassablement pour la plus grande gloire d'une terre comblée par une Divine Providence qu'il révère.

Notes

1 FUENTES Y GUZMÁN, Francisco Antonio, Recordación Florida del Reino de Guatemala (fin du XVIIe siècle), Biblioteca de Autores Españoles, t. 230, 251 et 259, Madrid, 1969. Etude préliminaire de Carmelo Sáenz de Santa María.

2 Título de los señores de Totonicapán. Traduction de l'original quiché par le P. Dionisio José Chonay. Introduction et notes d'Adrián Recinos, Biblioteca Americana, Fondo de Cultura Económica, México, 1950.

3 Il s'agit du célèbre chroniqueur Bernal Díaz del Castillo, dont Fuentes y Guzmán était un descendant.

4 XIMÉNEZ, Fray Francisco, Historia Natural del Reino de Guatemala (début du XVIIIe siècle), Guatemala, José de Pineda Ibarra, 1967.

5 Certes les termes ne sont pas adéquats, mais le mécanisme du phénomène est bien vu.

Auteur

Université de Paris IV

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540