Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouveau Monde et renouveau de l’histoire naturelle. Volume II

 | 
Marie-Cécile Bénassy
, 
Jean-Pierre Clément

Une guerre fleurie : considérations natur(al)istes à partir du Journal de Christophe Colomb

Dorita Nouhaud

Texte intégral

Et moi qui ai passé ma vie à façonner des paradoxes qui ont soulevé l'irritation de ceux qui ne les saisissaient pas...
(M. de Unamuno)

1Vendredi 3 août

2Nous partîmes le vendredi 3 août 1492, de la barre de Saltes, à huit heures du matin.

3Samedi 4 août

  • 1 Œuvres de Christophe Colomb, présentées, traduites de l'espagnol et annotées par Alexandre Ciorane (...)

4Ils naviguèrent en direction du sud ouest quart de sud.1

  • 2 André Saint-Lu attire mon attention sur l'actuelle controverse au sujet de cette lettre qui pourra (...)

5La première phrase citée inaugure le récit du voyage le plus extraordinaire qui se soit effectué sur notre planète Terre (mais il ne s'agit pas d'un voyage par voie de terre, d'où la précaution du dire) : le 3 août 1492, qui ne le sait, trois bateaux, La Pinta et La Niña, et la capitaine Santa María, sous le commandement d'un Gênois au service de l'Espagne, Christophe Colomb, quittent le petit port de pêche andalou Palos de Moguer, au sud de Huelva, à l'embouchure de l'Odiel, en direction des Indes. Prendre à l'ouest pour aller à l'est était original en soi. Ne pas trouver les Indes orientales, mais les Indes occidentales, plus connues aujourd'hui sous le nom d'Amérique, relevait naturellement de l'inouï. L'Amiral de cette flotte extravagante et magnifique tenait, comme tout commandant marin, son journal de bord, destiné à rendre des comptes aux commanditaires de l'expédition, Ferdinand d'Aragon et Isabelle de Castille, ci-devant Rois Catholiques. De retour en Espagne, en 1493, Colomb remet effectivement son Journal aux souverains espagnols. Le Journal reste à la Cour, comme semble en témoigner une lettre du roi à son Amiral faisant état d'une copie que ce dernier aurait demandée pour son usage personnel et qu'on promet de lui faire tenir. Cette copie se trouvait dans les biens appartenant à Colomb, à Saint-Domingue. Quand Bartolomé de las Casas entreprend la recherche de documents pour rédiger son Histoire des Indes, il consulte la copie du Journal et en transcrit, parfois longuement, certains passages. Bien lui en prend, car l'original se perd à la Cour, et la copie à Saint-Domingue. Du récit direct de la découverte de l'Amérique, le récit de la main de l'inventeur Colomb, nous ne savons donc, outre une lettre à Luis de Santangel, secrétaire des comptes à la Cour2, que ce que Las Casas a pris la peine de recopier, soit directement (discours à la 1ère personne, comme le "3 août 1492"), soit en style indirect (discours à la 3ème personne, comme le 4 août 1492") soit sous forme abrégée. L'ensemble est connu sous le nom lascasien de Sommaire.1

  • 3 En ce qui concerne la nudité des Indiens du Nouveau Monde, lire André SAINT-LU, "La perception de (...)

6Le Journal de bord était destiné, ai-je dit, aux rois d'Espagne, et particulièrement à la Reine Isabelle, protectrice déclarée de l'Amiral. On comprend que, n'importe comment, les futurs augustes lecteurs infléchissaient le compte rendu quotidien d'une expédition qu'ils finançaient. On comprend encore mieux, sachant que les Espagnols ont d'abord trouvé aux Indes des Indiens jeunes, beaux et nus3, on comprend encore mieux, dis-je, certains silences du Journal de bord : non pas le silence sur ce qu'il leur était donné de contempler, car du spectacle, quel qu'il fût, ils n'étaient, après tout, pas responsables, mais face à la nouveauté de la situation, le silence sur les réactions des marins espagnols, y compris celles de Colomb, qui pour être amiral n'en était pas moins homme. Du 12 octobre 1492, date enregistrée par l'Histoire comme celle de la découverte de l'Amérique, nous n'avons pas le récit daté. Las Casas a recopié longuement, mais en style indirect, le "Jeudi 11 octobre", puis le "samedi 13 octobre" :

On avait aperçu la terre vers 2 heures après minuit, à une distance d'environ 2 lieues. Tous les navires amenèrent les voiles et restèrent seulement avec le tréou, qui est la grande voile sans bonnette. Ils se mirent ainsi en panne et restèrent sur place jusqu'au vendredi matin : ils arrivèrent alors à une petite île des Lucayes, qui s'appelle Guanahani dans la langue des Indiens.

Ils y aperçurent tout de suite des hommes nus. L'amiral sauta à terre avec une barque armée [...] Une fois à terre, ils virent des arbres d'un vert très fort, et des cours d'eau et des fruits de toute sorte.

7Ici, de longs passages en style directs, dont cette indication :

Ils allaient tous complètement nus, tels que leurs mères les avaient mis au monde, les hommes aussi bien que les femmes, bien que, pour vrai dire, je n'en vis qu'une, qui était assez jeune.

  • 4 Roland Labarre trouve tout naturel qu'après trois mois de traversée pendant lesquels les marins on (...)
  • 5 Cf. A. SAINT-LU, op. cit., p. 15.

8En somme, si vous suivez mon raisonnement et si moi je suis bien le texte, les Indiens allaient nus, les hommes aussi bien que les femmes, (cf. la précision de Colomb au pluriel, par moi soulignée), nudité à point venue pour permettre au lecteur (si pas aux marins espagnols) de constater que les hommes aussi bien que les femmes étaient de sexe masculin (voyez Sommaire lascasien : « ils y aperçurent tout de suite des hommes nus ») à une exception près : c'est ce qu'on peut appeler une plus que singulière restriction sur l'information précédente. Avec, dans la tête, des siècles de refoulement dus à une morale chrétienne fustigeant la chair et ses dangers, et dans les chausses, les trois mois d'abstinence sexuelle de la traversée, les Espagnols voient soudain surgir, tel un nouveau paradis dans une mer de rêve, une île peuplée d'êtres nus, parmi lesquels des femmes ou « pour vrai dire » « une qui était assez jeune » pour n'être pas encore une femme, sans doute. Que font alors les très chrétiens ? Ils descendent à terre et, frappés avant la lettre du syndrome Humboldt et Bonpland, les voici admirant les arbres et les fruits (« une fois à terre, ils virent des arbres d'un vert très fort, et des cours d'eau et des fruits de toute sorte »)4. Vue de la barque, la plage était peuplée d'êtres nus. Une fois les Espagnols à pied d'œuvre, il n'y reste plus que les cocotiers. On se croirait, toujours avant la lettre, dans une légende du Guatemala racontée par Asturias8 où l'arbre se dévêt de sa forme végétale pour revêtir sa forme humaine ("Légende de la tatouée") et à l'inverse, l'homme se dévêt de sa forme humaine pour revêtir sa forme végétale (Peau d'Or dans "maintenant que je me souviens"). Seul un Génois était capable d'une aussi bellissima combinazione narrative. Le bon dominicain, pour d'autres raisons, en était, aussi, capable. Ces raisons, on les connaît, elles étaient apologétiques, visaient à donner des Indes Occidentales l'image d'un nouveau Paradis dont les habitants naturels, les Indiens, auraient l'innocence, c'est-à-dire l'état de grâce perdu par nos premiers parents à cause du péché originel. Témoignage de l'innocence paradisiaque : justement leur nudité5. A notre époque où s'intensifie la défense des droits de l'homme, la casuistique lascasienne, par son objet, n'a rien perdu de son éclat : la défense des Indiens à un moment où s'intensifiait leur destruction (défense qui reste, malheureusement, d'actualité, au point que le pape lui-même feint de s'y intéresser, en visitant pastoralement ses brebis indigènes, Dios mediante y un buen chárter).

9En revanche, pour nos générations post-freudiennes, l'occultation de certaines réalités de la découverte dans le Journal de bord de l'Amiral, si elle bénéficie de notre très humaine compréhension, voire d'une certaine complicité, porterait plus au rire qu'à l'attendrissement. Par quel étrange consensus Colomb pouvait-il écrire, et que sans broncher les lisent les Rois, et leurs confesseurs, et la Cour, et toute l'Espagne catholique, pudibonde et intransigeante, des anecdotes qui feraient protester aujourd'hui, pour cause d'invraisemblance, les élèves dans les classes où on les donnerait à commenter :

Ils finirent par attraper une femme et c'est tout ce qu'ils purent gagner [...] Ils retournèrent donc au navire avec cette femme qui était jeune et très belle [...] Puis il [l'Amiral] la renvoya à terre avec tous les égards, selon qu'il en avait l'habitude. [...] Les trois hommes que l'amiral avait envoyés avec l'Indienne ne rentrèrent que vers trois heures de la nuit. Ils ne l'avaient pas accompagnée jusqu'au village soit parce que la distance leur avait paru excessive, ou parce qu'ils avaient eu peur.

10On en rit, oui, mais on frémit surtout de penser à ce qui a pu se passer entre une fille seule, « très jeune et très belle » livrée en pleine nuit à trois rustres concupiscents qui n'auraient pas de comptes à rendre et dont la parole vague reste, à jamais, le seul témoignage de ce qui fut un viol et peut-être même un meurtre, tragiquement anonymes (« ils ne l'avaient pas accompagnée jusqu'au village »). Pauvres chrétiens espagnols (pauvres crétins d'Espagnols), qui n'ont pas compris qu'ils venaient de trouver l'Eldorado, ce paradis qu'ils chercheront vainement si longtemps, le croyant fait d'or alors qu'il était d'amour, amour magnifiquement charnel puisqu'il était libre du péché inventé par l'Eglise.

Mardi 6 novembre

Hier, pendant la nuit, dit l'amiral, les deux hommes qu'il avait envoyés pour explorer l'intérieur du pays, revinrent au port. [...] Ils racontèrent que les indigènes les avaient reçus avec de grandes démonstrations, à leur manière, et qu'ils étaient tous venus les voir, les hommes aussi bien que les femmes [...] les hommes sortirent, et les femmes entrèrent à leur tour. Elles s'assirent également par terre autour d'eux, en leur baisant les mains et les pieds et en les palpant, pour s'assurer qu'ils étaient de chair et d'os, comme elles-mêmes.

11« de chair et d'os comme elles-mêmes » : de chair et d'os, comme eux-mêmes, que ne le comprenaient-ils. Bien sûr, on rétorquera, non sans raison, que c'est nous qui ne comprenons pas que nous nous fourvoyons dans une lecture anachronique supposant pour l'homme du XVIe siècle la mentalité et la sensibilité de l'homme du XXe.

12Bref, si le Journal de bord ou le Sommaire nient la réalité sexuelle des Indes, la réalité historique, qui tient les comptes sans se tromper, a consigné la prompte naissance de métis et le triomphe de la syphilis. Plus d'un Espagnol (y compris probablement l'Amiral) laissera la santé au Nouveau Monde. Quant à l'Ancien, on sait avec quel brio la syphilis y a prospéré, ses ravages, par un juste retour des choses, s'exerçant avec prédilection sur les souverains espagnols que la conquête de l'Amérique avait rendus puissants au-dessus de tous les autres : les Habsbourg (Dans une note mise par lui à son texte Légendes du Guatemala, Miguel Angel Asturias commente, non sans humour, que le nom argotique de la syphilis, en français, est "aristoffe", dérivé du mot "aristocrate" parce que c'est une "maladie de riches"). Génétiquement, la syphilis n'entraînait pas pour les Indiens, semble-t-il, les conséquences qu'elle a eues sur la race blanche. Les bubons du visage étaient assimilés aux taches sur le disque solaire, la "maladie du Soleil" était même un concept culturel, comme le rappelle un des mythes importants chez les anciens Mexicains, La légende des Soleils, où Nanahuatzin, le bubonneux, se transforme en soleil après s'être jeté dans un brasier. Dans Légendes, toujours, Asturias, rappelle la signification étiologique des taches solaires, à la fois au niveau mythique (bubons = maladie du soleil, taches solaires) et au niveau sociologique (amour = bubons, maladie sexuellement transmissible).

13Le Roi est amoureux et souffre de bubons, la maladie du soleil.

  • 6 POSSE (Α.), Los perros del paraíso, Argos Vergara, Bibl. del Fénice, Madrid, 1983. C'est à cette é (...)
  • 7 Idem - « 1485-1492 - España. Colón lucha por entrar en la svástica del poder. Años de guerra civil (...)

14Les quatre parties "l'Air", "le Feu", "l'Eau", "la Terre", d'un roman de l'argentin Abel Posse, Los perros del paraíso (Les chiens du Paradis), commencent chacune par une séquence intitulée "Chronologie" qui synthétise une brillante fantaisie biographique des Rois Catholiques, adolescents érotomanes avec une volonté de pouvoir implacable6, et de Cristoforo Colombo, le gênois juif, à qui son père, à tout hasard, avait fait subir une "circoncision multiconfessionnelle", non tout à fait homologable en synagogue, mais valable pour convaincre les banquiers. Comme Carpentier l'avait fait dans El arpa y la sombra (La harpe et l'ombre), Abel Posse affabule sur la relation Isabelle-Colomb, non plus en tant que liaison sentimentale et sexuelle, mais comme pacte secret sur le paradis7. Car c'est en effet cette idée clef du Journal, les Indes comme Nouveau Paradis, que Posse développe à partir des notations sur la nudité des indigènes. A en croire l'ironique fiction, l'Amiral avait imposé la "nudité édénique" à tous, bonnes sœurs et prostituées, par une Ordonnance de Nudité, en 1498. Naturellement, derrière l'ironie et le brio narratif, pointe le propos satirique, plus proche qu'il n'y paraîtrait de celui du copiste du Journal de Voyage, le dominicain Las Casas qui en 1542 écrirait la Très brève relation de la destruction des Indes, propos chez Posse décelable dès le titre Les chiens du Paradis, et que la "Chronologie" de la partie IV souligne par deux dates, proches dans le temps mais contrastant par les événements qu'elles consignent :

1498 - Air très doux. Etres beaux et simples. Le lansquenet Swedenborg et le parler angélique. Nudité paradisiaque.

[...]

1499 - La fin d'une tragique erreur théologique. La mise à sac du Paradis.

15En 1492, donc, on court sur la plage, non le jupon mais son absence et le Journal de s'extasier sur la beauté des arbres et la fertilité du monde américain. C'est plaisant, parce qu'il s'agissait justement de la même chose, la femme, l'arbre et la fleur étant, dans les cultures méso-américaines, étroitement associés. Je pense à la page 3 du Codex maya de Dresde, où devant un tronc de ceiba, gonflé comme un ventre de femme enceinte, repose nue comme un nouveau-né, la victime qu'on sacrifie aux dieux, et dont la mort dialectique (obtenir des dieux qu'ils accordent généreusement la vie), fait iconographiquement jaillir de sa poitrine ouverte un nouveau tronc, arbre ou maïs, terminé par quatre épis qui sont quatre turgescents pénis. Les écrivains latino-américains, nos contemporains, soucieux d'asseoir leur identité culturelle, soulignent, comme par un consensus poétique, soit l'identité femme/terre, femme/arbre, dans l'exaltation d'une fertilité mortellement délirante, soit le caractère paradisiaque, au sens canonique et lascasien du terme, du monde américain. Ainsi, dans Légendes du Guatemala, Miguel Angel Asturias dramatise la scène rituelle de sacrifice dans une version qui, pour être moderne, n'en permet pas moins de reconnaître, presque point par point, les éléments graphiques essentiels du Dresdensis :

l'obscurité vient sans crépuscule, des filets de sang courent entre les troncs [...] et la forêt se transforme en une pâte malléable, tendre, sans os, aux ondulations de chevelure fleurant le storax et les feuilles de ci tronnier.

Nuit délirante. Au sommet des arbres chantent les cœurs des loups. Un dieu mâle est en train de violer dans chaque fleur une vierge. La langue du vent lèche les orties. Danses dans les frondaisons [...] Au pied des amandiers, la terre sent la chair de femme.

16On trouve, dans les deux cas, le tronc, les filets de sang (graphiquement, le Codex y substitue le fil de la pensée qu'un vautour, perché au sommet de l'arbre, tire de l'œil de la victime), les ondulations de la chevelure, féminine dans les deux cas puisque sur le Codex le détail iconographique des seins permet d'identifier une femme. La poitrine/ventre ouverte, d'où sort/ou pénètre la tige/pénis suggère par sa violence un viol rituel autant qu'un sacrifice. « Un dieu mâle est en train de violer dans chaque fleur une vierge ».

  • 8 POSSE (Α.), Daimón, Argos Vergara, Madrid, 1981.

17Autre version moderne, verbale elle aussi, et tout aussi justement suggestive de la dialectique mort/vie, celle d'Abel Posse, qui dans son roman Daimón8 convoque la figure historique et légendaire de Lope de Aguirre à la recherche de l'Eldorado, en une guerre/une mort fleuries :

Si quelqu'un mourait, il pouvait être sûr que le deuxième jour le cercueil perdrait sa funèbre et classique géométrie pour se transformer en une joyeuse barque de fleurs et de jeunes pousses qui suivrait le courant jusqu'à l'embouchure des grands fleuves.

18La formule "guerre fleurie" par laquelle les anciens Mexicains désignaient la capture de prisonniers pour offrir aux dieux les "fleurs de l'aurore", "vivifiantes et nourrissantes fleurs rouges" (yoliliztlapalneucxochitl) des cœurs arrachés, appartient au vocabulaire de cette botanique létale enracinée dans la plus profonde et sombre sensualité, où même le produit du viol est une fleur métisse qui, selon la très lyrique et très humoristique définition de l'écrivain espagnol Manuel Vázquez Montalbán (en plein délire métaphysique après un voyage en Amérique Centrale) ne résulte pas du croisement d'un blanc et d'une indigène, d'un indigène et d'une blanche, mais de l'union de la chair féminine et de l'orchidée tropicale.

19Dans le livre IV, chapitre VII de son Histoire générale des choses de la Nouvelle Espagne, Sahagún commente le quatrième signe du calendrier aztèque, appelé "Ce xóchitl" :

on disait que les hommes nés sous ce signe étaient gais, pleins d'esprit et portés vers la musique et les plaisirs, et beaux parleurs, et les femmes, de très bonnes tisseuses et généreuses de leur corps, si elles se laissaient aller, on disait de ce signe qu'il n'était ni faste ni néfaste.

  • 9 BARRERA VAZQUEZ (A) et RENDON (S), El libro de los libros de Chilam Balam, Fondo de Cultura Económ (...)
  • 10 ASTURIAS (M.A.), Mulata de tal, Losada, Buenos Aires, 1963 ; édition française : Une certaine mulâ (...)
  • 11 Cf. Dorita NOUHAUD, "D'un diable qui non seulement pêchait mais également faisait merveilles", in (...)

20Fleur, xochitl en nahuatl, nicté en maya (c'est plus spécialement le nom yucatèque de la rose appelée Fleur de mai ou Plumería) désignant métaphoriquement le sexe féminin, on comprend le sexe féminin, on comprend pourquoi, dans les cultures préhispaniques, les rituels de fécondation étaient souvent associés aux fleurs9. Asturias en tire, dans Mulata de tal (Une certaine mulâtresse)10, les conséquences les plus inattendues et les plus drôles. La langue espagnole ne possédant pas l'équivalent du verbe français "s'épanouir", on dit simplement que la fleur s'ouvre. L'apprenti sorcier Célestin Yumi, ayant pacté avec le diable, promène dans les foires sa "braguette en fleur", c'est-à-dire ouverte, (plus exactement "a media flor", c'est-à-dire entrouverte) pour inciter les femmes à la concupiscence (pur fantasme masculin que de croire aux simples effets de la vue) et les faire aller en enfer. Conséquence rhétorique : Yumi, avec sa braguette ouverte, par effet métonymique promène son sexe comme une fleur épanouie, la braguette se substituant verbalement à l'objet qu'elle a pour fonction de cacher, et que précisément, dans la fiction, elle dévoile11.

21Dans Daimón, Abel Posse souligne deux aspects significatifs et complémentaires (significatifs parce que complémentaires) de la nature américaine : sa fécondité et sa beauté. "L'excessive beauté" de ce véritable paradis pétrifie les hommes de Aguirre qui, à en croire Posse, et on le croit volontiers, n'avaient pourtant pas des vocations de naturalistes :

Un beau matin, ils se trouvèrent en train d'avancer le long d'une galerie d'araucarias géants aux grandes fleurs charnues, humides de rosée. Là cessait soudainement le vent de la forêt, épais et humide comme le halètement d'un mulet fiévreux. Il arrivait une brise légère agitant à peine les orchidées [...] Un silence de beauté qui peu à peu avait transporté les hommes jusqu'à l'extase admirative. Les vapeurs de la cascade produisaient un arc-en-ciel parfait qui se brisait sur le bleu des eaux fraîches. Ses couleurs se répétaient dans le plumage de deux paons qui saluaient avec leurs queues déployées depuis la branche dénudée d'un virao tandis que trois flamants roses s'élevaient dans l'espace et y restaient suspendus avec une incroyable sérénité.

22Tant de beauté, disais-je, a pour corollaire la plus étonnante fertilité (c'est strictement vrai dans la réalité, mais Posse le souligne ex professo parce qu'il reprend, non sans malice, les idées sur l'eschatologie paradisiaque qui étaient dans l'air du temps de Christophe Colomb et que partageait Las Casas), fertilité qui ne peut faire oublier la menace latente d'une terre d'autant plus généreuse qu'elle est plus dévoratrice.

Les monnaies tombées à terre, si elles ne sont pas en or ou en argent, se dissolvent en trois jours comme des morceaux de sucre [...] Une épée qu'Anton Llamoso avait laissé fichée [...] un beau matin est devenue poignard : les sucs de cette terre puissante l'avaient décapitée. Les balles perdues finissaient à coup sûr en fleurs au printemps suivant.

23A propos de nudité, dans Daimón, Abel Posse inaugurait ce ton mordant et cette subversion des modèles historiques (en l'occurrence, les premiers chroniqueurs des Indes, Agustín de Zarate, Pedro Cieza de León) pour manifester que, dans leur course éperdue à travers le continent à la recherche de l'Eldorado que les nigauds avaient sous la main sans s'en apercevoir, les Espagnols indignes nouveaux-venus dans le paradis, y perdaient parfois, par justice immanente, leur intégrité physique, puisque d'intégrité morale point n'en avaient. Par exemple, trompés par l'obscurité de la nuit, ils introduisaient, fatale erreur, ce qu'il avaient de plus précieux dans la corolle d'une orchidée qu'ils espéraient contractile et qui se révélait Carnivore.

les orchidées labiées que certains confondent avec les fleurs quinquennales de la barracuda, dangereuse confusion car en sentant entre ses lèvres la présence de l'envahisseur —canari, colibri, araignée— celle-ci secrète un liquide visqueux et contracte les lèvres de sa corolle avec une telle force que même un oiseau cardinal moyen ne pourrait s'en évader.

24Semblable mésaventure pouvait arriver lorsqu'on se baignait dans des rivières qui recelaient bien d'autres dangers que les piranhas.

le cas de Nuflo Ayala, qui avait découvert un ruisseau ombragé, aux fraîches eaux montagnardes et avait cédé à la tentation de se déshabiller et de s'y baigner. Bref : il était réapparu une demi-lieue plus bas, entraîné par un furieux tourbillon, hurlant de douleur, castré par le coup de dent d'un gigantesque anaconda qui s'enfuyait en riant dans la forêt.

  • 12 En ce qui concerne la fidélité de Las Casas par rapport au Journal, cf. A. SAINT-LU, "La marque de (...)

25Car en ce temps-là, les serpents avaient des dents qu'ils découvraient pour sourire, afin de mieux te manger, mon enfant. C'est, en somme, la version américaine du serpent perfide dissimulé parmi les fleurs de l'Eden. Mais comme Christophe Colomb n'en a pas parlé, ou Las Casas n'a pas recopié12, les Espagnols non prévenus ont dû découvrir l'Amérique à leur corps défendant. Heureusement que les romanciers sont là pour imaginer ce qui a dû fatalement arriver et rendre circonspects des voyageurs futurs.

Notes

1 Œuvres de Christophe Colomb, présentées, traduites de l'espagnol et annotées par Alexandre Cioranescu, Gallimard, 1961, à qui sont empruntées les considérations sur le Journal et le Sommaire.

2 André Saint-Lu attire mon attention sur l'actuelle controverse au sujet de cette lettre qui pourrait ne pas être de Christophe Colomb.

3 En ce qui concerne la nudité des Indiens du Nouveau Monde, lire André SAINT-LU, "La perception de la nouveauté chez Christophe Colomb", in L'impact culturel du Nouveau Monde, L'Harmattan, 1981.

4 Roland Labarre trouve tout naturel qu'après trois mois de traversée pendant lesquels les marins ont souffert de malnutrition, leur première réaction soit antiscorbutique, un élan pour la verdure et l'eau fraîche. Certes, mais sans préjudice pour leur appétit de chair fraîche.

5 Cf. A. SAINT-LU, op. cit., p. 15.

6 POSSE (Α.), Los perros del paraíso, Argos Vergara, Bibl. del Fénice, Madrid, 1983. C'est à cette édition que renvoient les citations.
« 1469 - En un clima de deliciosa lujuria adolescente Isabel y Fernando de Aragon se amancebaron por Iglesia el 18 de noviembre. Los fidelísimos SS. Nace el Imperio donde nunca se pondrá el sol. » (I - El aire, Cronología, p. 10).

7 Idem - « 1485-1492 - España. Colón lucha por entrar en la svástica del poder. Años de guerra civil. Consolidación del Imperio [...]
1488 - 9 de abril. Panorgasmo de Colón. Queda sellado con Isabel de Castilla el acuerdo de la secretísima secta del Paraíso » (II - El fuego, Cronología, p. 62).

8 POSSE (Α.), Daimón, Argos Vergara, Madrid, 1981.

9 BARRERA VAZQUEZ (A) et RENDON (S), El libro de los libros de Chilam Balam, Fondo de Cultura Económica, México, Col. Popular, 1965 : « Kay Nicté significa Cantar-a-la-flor o Canto-a-la-flor es decir Cantar-al-amor. Es un rito que practican las mujeres, en noche de luna, en un chaltun —depósito de agua en la roca— o en un cenote. Es para atraer al hombre esquivo o al que abandonó a su amada. Esta es la paciente de la ceremonia, que consiste en una danza en la que se recitan unas fórmulas mágicas ordenando al hombre venir o regresar a ella "como manso animal doméstico". La danza se hace alrededor de la paciente que se sumerge en el agua, desnuda, recibiendo puñados de flores plumería, especialmente de una especie silvestre llamada en maya thulunhuy. Oficia como sacerdotisa una mujer, generalmente anciana, iniciada en el rito. Las danzantes no deben ser menos de cinco y dan nueve vueltas en un sentido y nueve en el otro. Al salir la paciente, terminado el acto, debe recoger alguna de las flores y un poco de agua para preparar alimentos y amuletos para el amante » (,. 6, p. 1259).

10 ASTURIAS (M.A.), Mulata de tal, Losada, Buenos Aires, 1963 ; édition française : Une certaine mulâtresse, Albin Michel, Paris, traduction de Claude Couffon.

11 Cf. Dorita NOUHAUD, "D'un diable qui non seulement pêchait mais également faisait merveilles", in Co-Textes : Miguel Angel Asturias, C.E.R.S. Université Paul-Valéry, Montpellier, 1984.

12 En ce qui concerne la fidélité de Las Casas par rapport au Journal, cf. A. SAINT-LU, "La marque de Las casas dans le Journal de la Découverte de Christophe Colomb", Les Langues néo-Latines, Paris, 1981.

Auteur

Université de Limoges

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540