Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouveau Monde et renouveau de l’histoire naturelle. Volume II

 | 
Marie-Cécile Bénassy
, 
Jean-Pierre Clément

Les importations d'aigles à Mexico-Tenochtitlan

Michel Gilonne

Texte intégral

1Après leur installation sur l'île d'Azcatitlán, au milieu du Lac de Tetzcuco, les Aztèques connurent un grand nombre d'espèces d'oiseaux, la plupart limicoles ou aquatiques, mais l'Aigle royal était absent de la vallée de Mexico. Or les Mexica qui l'avaient divinisé, en faisaient usage pour des raisons dont la plupart nous sont encore inconnues. N'en ayant pas, il ne leur restait d'autres ressources que d'en importer. Pour parer à cette difficulté, ils en demandèrent aux provinces soumises qui en possédaient dans le cadre du système tributaire qu'ils avaient instauré au profit de la Triple Alliance. Nous connaissons deux cas de provinces qui les approvisionnaient en Aigles royaux vivants. C'est cette importation par tributs que nous allons tenter d'analyser.

A FONCTIONNEMENT DU TRIBUT

  • 1 Les pochteca, commerçants itinérants, avec leurs caravanes d'esclaves-porteurs, depuis Tlatelolco- (...)

2Des différends commerciaux étaient souvent à l'origine des conquêtes (par exemple, l'interdiction de commerce prononcée par une ethnie à l'encontre des pochteca aztèques).1

3Si les négociations entre les membres de la population concernée et les ambassadeurs impériaux n'aboutissaient pas, les Aztèques envoyaient leurs armées. La guerre gagnée, ce qui était souvent le cas, ils imposaient alors un gouverneur mexica et un tribut précis ; ce gouverneur examinait toujours ce que la province conquise pouvait et devait payer. Ecoutons Zurita :

  • 2 ZURITA (A. de). Breve Relación de los Señores de Nueva España. Publ. avec POMAR, Relación de Texco (...)

Cada provincia y pueblo tributaba según su calidad y gente é tierras que tenían, porque cada pueblo o provincia tributaba de lo que en ella se cogía y labraba sin que fuese necesario salir a lo buscar fuera de su natural, ni de tierra caliente o fría, ni de fría a caliente".2

4Grande différence avec nos systèmes actuels, le tribut ne concernait pas directement les individus en particulier, mais les villages et les métiers de façon globale :

  • 3 Ibid.

[...] no por cabezas, sino que a cada pueblo é cada oficio mandaban lo que habían de dar y ellos lo repartían y proueían [...]3

  • 4 DURAND-FOREST (J. de). "Aperçu de l'économie aztèque" in Matrícula de Tributos (Códice de Moctezum (...)

5Ajoutons qu'en fonction des produits demandés et de la difficulté de les trouver, le tribut se payait en plusieurs périodes de versements : tous les 20 jours, tous les 80 jours (cas le plus fréquent), tous les six mois, une fois par an ou, parfois, six fois par an.4

  • 5 Matrícula..., vol. LXVIII. MS. : 16 pl. coul. de papier d'Agave, 42 x 29 cm (16ème siècle).

6Le système tributaire aztèque impressionna les Espagnols à un point tel que plusieurs manuscrits coloniaux, comme, par exemple la Matrícula de Tributos ou Codex de Moctezuma5, nous en parlent :

  • 6 DURAND - FOREST (J. de), (1980), op. cit., p. 12.

Certes, la Matrícula n'est pas notre seule source d'information, puisque le Codex Mendoza, la Información sobre los tributos... de 1554, le Codex Humboldt et diverses Relations locales datant de la fin du XVIe siècle, comme celle d'Ixacateopan, d'Anecuilo et de Citlaltomohua, Chilapa... viennent enrichir nos connaissances dans ce domaine.6

7Ce qui nous intéresse particulièrement pour notre étude sur l'Aigle royal, c'est que deux provinces selon le Codex Mendoza et une seule selon la Matrícula de Tributos, fournissaient des Aigles royaux vivants aux Aztèques.

PROVENANCE DES OISEAUX

  • 7 Matrícula de Tributos, rééd. 1980, f° 11.
    Códice Mendocino o colección de Mendoza ; Manuscrito mexi (...)
  • 8 Ibid., f° 55 r°, p. 161.

8La première de ces deux provinces, enregistrée dans les deux manuscrits à la fois est celle de Xilotépec7 et la seconde, figurée uniquement dans le Codex Mendoza, est celle d'Oxitipán8.

9La région tributaire de Xilotépec était composée de sept villages distincts : Xilotépec, Tlachco, Tzayanalquilpa, Michmaloyán, Tepetitlán, Acaxochitla et Tecotzautla. Celle d'Oxitipán, par contre, ne semble intéresser qu'une seule et même localité : Oxitipán.

10Les planches des manuscrits, où l'on voit un aigle représenté en entier et de profil, sont assez éloquentes. Toutefois, ce sont les explications du commentateur espagnol, placées en regard, qui nous permettent d'en saisir complètement le sens.

Número de los pueblos figurados e intitulados en la plana siguiente que son siete pueblos.

  • 9 Ibid., f° 30 v°, p. 112.

Iten más un águila viva, o dos, o tres, o más según que las hallaban.9

[...] Todo lo cual tributaban una vez en el año. Xilotépec, Tlachco, Tzanayalquipa, Michmaloyan, Tepetitlán, Acaxochitla, Tecotzauhtla.

  • 10 Ibid., f° 31 r°, p. 113.

Águila viva, que cada un tributo traían: unas veces, tres; otras veces cuatro; otras más o menos.10

El pueblo de Oxitipán, figurado e intitulado en la plana siguiente. Las cosas que tributaban a los señores de México son las que siguen: […]

  • 11 Ibid., f° 54 v°, p. 160.

más un águila viva, y otras veces dos o tres, según las que hallaban y podían tomar. Todo lo cual tributaban una vez al año.11

  • 12 Ibid., f° 55 r°, p. 161.

Oxitipán. Un águila viva, cada un tributo; otras veces daban dos, y otras tres, y otras más o menos, según que las hallaban.12

11Texte que nous devons comparer à celui du commentateur de la Matrícula de Tributos :

[...] matlactetl quauhtli yn quiualcallaquiaya mexico in Xillotepec. Ynin tlahuiztli cexiuhtica in quihualcallaquiaya.

  • 13 BERDAN (F.). "The Matrícula de Tributos - Provincial Tribute", in Matrícula de Tributos [...], (ré (...)

Diez águilas que trahían vivas los de Xilotepec à México. Este es el tributo que annualmente entregaban.13

12Ces renseignements sont les plus précieux au niveau ornithologique, car ils nous permettent de nous faire une idée de la densité d'Aigles royaux présents au XVIème siècle dans les deux régions désignées.

13Selon les deux manuscrits, ces deux zones tributaires devaient fournir à México-Tenochtitlán au moins un aigle vivant et au plus dix exemplaires par an. En fonction de « ce qu'ils trouvaient » précisent les deux commentateurs avec insistance. Nous pouvons donc en conclure que l'Oiseau déjà y était aussi rare à rencontrer qu'il l'est de nos jours, sinon le tribut à payer aurait sans doute été plus lourd.

14Intéressons-nous à la localisation géographique d'Oxitipán.

La région tributaire d'Oxitipán

15Pour repérer un lieu au Mexique, il est souvent nécessaire de rechercher le nom espagnol qui lui a été attribué après la conquête, car, sous l'influence du catholicisme, l'endroit en question a été baptisé d'un nom de saint et le nom nahua, s'il n'a pas disparu, s'est légèrement transformé. Dans le cas précis d'Oxitipán non seulement on lui a donné un nom de saint, mais de plus le nom actuel ne correspond en rien avec celui qu’il possédait à la conquête.

16mais de plus le nom actuel ne correspond en rien avec celui qu'il possédait à la conquête.

Oxitipa Oxitipan

  • 14 MACAZAGA ORDOÑO (C.). Nombres geográficos de México. México, D.F., ed. Innovación, 1980., 207 p., (...)

Localización: 1. Ciudad Valles llamado antiguamente Santiago de los Valles de Oxitipa - 2 - Ojitipa, río del Estado de San Luis Potosí14

17Après examen de la situation géographique de Ciudad Valles, S.L.P., sur une carte moderne, nous avons découvert, d'une part qu'il s'agit d'une ville proche de la zone huaxtèque et d'autre part que son altitude est de 57 m. au-dessus du niveau de la mer. Ces renseignements sont précieux car ils indiquent non seulement que les Mexica demandaient leurs aigles vivants aux Huaxtèques de l'époque (ou à leurs voisins immédiats les Meco-Pame), mais encore que la localité en question ne se trouve pas à l'altitude habituellement fréquentée par l'Oiseau car beaucoup plus basse.

18Il est donc vraisemblable que les chasseurs d'Oxitipán ne pouvaient en capturer aucun aux alentours de cette localité et devaient pour en trouver se déplacer de 50 à 100 km plus à l'Ouest, jusqu'aux premiers contreforts de la Sierra Madre orientale, probablement près de l'actuelle capitale de l'Etat, San Luis Potosí, S.L.P.

19Or, c'est précisément à cet endroit, sur ces flancs de la Sierra, que les ornithologues affirment avoir observé des Aigles royaux. Ainsi, dans cette zone en tout cas, l'Aigle doré aurait conservé la même aire de répartition qu'à l'époque pré-hispanique.

  • 15 BARLOW (R.). "El códice Azcatitlán", Journal de la Société des Américanistes, pp. 101-135 (intro. (...)
  • 16 BRODA (J.). "El tributo en trajes guerreros y la estructura del sistema tributario mexica", Econom (...)
  • 17 Códice Mendocino, (rééd 1979), op. cit., f° 35 v°, p. 161.
  • 18 MARTÍNEZ (M.). Catálogo de nombres vulgares y científicos de Plantas mexicanas. México, D.F., Fond (...)
  • 19 SIMEON (R.). Dictionnaire de la Langue Nahuatl ou Mexicaine. Graz (Autriche), Akademische Drück un (...)
  • 20 MANRIQUE (L.), GARZA (S.). "Traducción de los nombres de lugar", in Introduction au Códice Mendoci (...)

20Ajoutons qu'Oxitipán était alors une des plus petites provinces de l'Empire15 et, sans doute, l'une des plus pauvres puisqu'elle ne devait fournir à Tenochtitlán aucun costume guerrier16 mais uniquement des balles de piments et des couvertures17, et, bien que cela ne figure pas sur la planche du Codex Mendoza, peut-être de l'oxitl, onguent extrait de la sève d'un arbre (Brosimum alicastrum Sw.)18, dont les Aztèques faisaient un usage thérapeutique19 et qui donna son nom à Oxitipán20.

La région tributaire de Xilotépec

  • 21 Matrícula de Tributos, (réed. 1980), op. cit., f° 10-11.
    Códice Mendocino, (réed. 1979), op. cit., (...)
  • 22 BARLOW (R.), (1949), op. cit., carte.
  • 23 BRODA (J.), (1980), op cit., p. 174.
    Notons que la région de Xilotépec fournissaient des costumes g (...)

21Passons maintenant à la seconde zone tributaire d'Aigles royaux. Cette région, celle de Xilotépec est composée de sept localités, réunies autour de leur capitale : Xilotépec. Ces localités sont exactement les mêmes dans les deux manuscrits.21 Précisons que cette région se trouve dans la même zone géographique qu'Oxitipán, au nord de Tenochtitlán et 150 km environ au sud d'Oxitipán. Seuls le royaume indépendant de Metztitlán et la zone tributaire de Tzicoac les séparent22. En outre, Xilotépec paraît avoir été une région tributaire beaucoup plus riche que celle d'Oxitipán car, en plus des aigles vivants, elle fournissait également aux Aztèques de deux à trois sortes de costumes guerriers23 des jupes, des tuniques, des manteaux brodés et des couvertures, ainsi qu'un grenier de haricots rouges et un grenier de maïs.

22Examinons la situation géographique de chacun des sept villages tributaires de cette seconde région, en commençant par leur capitale : Xilotépec.

A - Xilotépec

23Xilotépec, aujourd'hui Jilotépec, est une localité de l'Etat de Mexico située à 5 km. environ de la frontière de cet Etat avec celui d'Hidalgo, dans la partie occidentale de la région de Tula, Hgo (à 20 km à l'ouest de l'actuelle Presa de Requena, Hgo, et au sud-ouest de celle de Endhó, Hgo), zone qui fut, rappelons-le, la zone centrale de la Civilisation toltèque.

  • 24 Códice de Huichapán, cit. par MACAZAGA O. (C.), (1980), op. cit., p. 91.
  • 25 CLAVIJERO (F. J.), cit. par SIMÉON (R.), (rééed. 1963), op. cit., p. 695.
  • 26 PEÑAFIEL (Α.). Catálogo alfabético de los nombres de lugar pertenecientes al idioma "Nahuatl" ; es (...)

24Comme son nom (Xilotl, "épi de maïs tendre", tepetl "mont, montagne", et -c, "sur") et son glyphe l'indiquent, cette bourgade était à l'époque productrice de maïs, ce qui représentait une richesse agricole certaine et impliquait une grande densité de population humaine. Cette population était alors composée de membres de l'ethnie otomi24-25, ethnie qui s'est spécialisée très tôt dans l'agriculture du maïs. Notons que, selon Peñafiel, le nom de ce village serait plutôt lié à Xilonen, la Déesse du jeune maïs, qu'à la culture du maïs elle-même. Selon lui, cette localité lui serait consacrée26. Nous ne croyons pas beaucoup à cette théorie, car cette Déesse est aztèque et le village ne l'est pas puisqu'il est otomi. La seule solution pour que cette hypothèse soit valable serait qu'il s'agisse d'une déesse importée lors de la conquête ou de la soumission de cette province par les Mexica ou alors il pourrait s'agir de la traduction en náhualt, du nom d'une divinité locale du maïs.

25Ajoutons que l'altitude de ce village est de 2 400 m. Altitude évidemment plus élevée que celle de l'aire de nidification de l'Aigle doré canadien, mais il ne nous semble pas impossible que l'oiseau ait pu survoler cet endroit, car la localité de Xilotépec se trouve en surplomb d'une zone beaucoup plus basse où l'oiseau pouvait très bien évoluer.

26A notre avis, il est probable que Xilotépec, en tant que capitale, se contentait de recevoir les exemplaires demandés et de les renvoyer à Tenochtitlán sans les chasser elle-même.

Β - Acaxochitla

  • 27 Dès qu'ils avaient réussi à soumettre une nouvelle province, les Mexica débaptisaient systématique (...)
  • 28 Códice Mendocino (réed. 1979), op. cit., f° 32 r°, p. 115.
  • 29 Ibid., f° 30 r°-31 r°, pp. 111-113.

27La localisation géographique de beaucoup de toponymes nahua n'est pas toujours aisée à déterminer, car il peut y avoir plusieurs endroits de nom identique sur le territoire mexicain27. Tel est le cas d'Acaxochitla que l'on retrouve enregistré avec un glyphe presqu'identique sur trois planches différentes du Codex Mendoza. Le premier de ces glyphes désigne la localité d'Acaxochic28 et les deux autres communautés distinctes dénommées Acaxochitla29, dont une seule correspond a la zone tributaire qui nous intéresse.

  • 30 Acaxochic correspondrait à l'actuelle Santa Fe, D. F. (cf. ASAÍN (L.), cité par PEÑAFIEL (A.), (18 (...)

28Nous écarterons Acaxochic qui ne correspond ni au niveau géographique ni au niveau linguistique à la région tributaire qui nous occupe30 pour nous concentrer sur les deux villages du nom d'Acaxochitla.

  • 31 MACAZAGA ORDOÑO (C.), (1980), op. cit., p. 20.

29Il existe deux localités de ce nom, l'une appartenant à l'Etat d'Hidalgo et l'autre à celui de Mexico31 Commençons par celle de l'Etat d'Hidalgo, et écoutons ce que Peñafiel nous en dit :

  • 32 PEÑAFIEL (Α.), (1885), op. cit., p. 42.

Se ha enmendado la escritura de Caxochitla en atención a que en la lám. 32 del Libro de tributos está comprendido en el grupo de pueblos que contiene á Tulancingo, hoy distri to del Estado de Hidalgo, adonde pertenece Acaxochitlán que conserva así su nombre […]32

  • 33 L'auteur écrit Acaxochitlán et non Acaxocitla, comme dans les códices, car souvent les premiers mo (...)

30Grâce à la localisation de cet auteur, nous pouvons nous rendre compte qu'Acaxochitlán33, Hgo, est situé dans le secteur de Tulancingo, Hgo, c'est-à-dire que cette localité se trouve à la limite de l'Etat de Puebla, à 24 km. exactement de la frontière entre les deux Etats, et à 60 km. de Pachuca, Hgo, la capitale de l'Etat.

  • 34 Códice Mendocino (réed. 1979), op. cit., f° 30 r°, p. 111.
    Matrícula de Tributos (réed. 1980), op. (...)

31D'après les manuscrits34 Tulancingo et Acaxochitla, Hgo, appartiennent à la zone tributaire d'Atotonilco (Atotonilco el Grande, Hgo), zone qui n'avait pas d'aigles vivants à fournir aux Aztèques. Phénomène compréhensible si l'on sait que toute cette région se trouve à la limite des Terres chaudes où le biotope est incompatible avec celui de l'Aigle royal.

32Pour ces raisons précises, il ne pouvait s'agir d'Acaxochitla, Hgo, mais de son homonyme de l'Etat de Mexico, endroit que nous n'avons malheureusement pu localiser sur les cartes que nous avons consultées, mais qui, à notre avis, devait se trouver non loin de Xilotépec, c'est-à-dire près de la frontière nord-ouest de l'Etat de Mexico, et près de la frontière avec celui d'Hidalgo.

33En ce qui concerne la signification de ce toponyme (du Náhualt, acatl, "roseau", xochitl, "fleur", -tlan "près de" ou -tla, "abondance de"), cela ne nous apporte aucune information concernant l'Aigle royal, sinon que cette localité devait être proche d'un milieu aquatique puisqu'il s'agit de "fleur de roseau".

  • 35 MARTÍNEZ (M.), (1979), op. cit., p. 24.

34Ajoutons que l'Acaxochitl ou chichiltic acaxochitl est une plante de la famille des Lobéliacées, sub-arbustives et à fleurs rouges (comme on le voit sur le glyphe) : la Lobelia laxiflora H.B.K.35

C - Michmaloyán

35Après Acaxochitla, Michmaloyán est la seconde communauté de la région de Xilotépec qui devait fournir des aigles vivants.

36Ecoutons la localisation que nous en donne Rémi Siméon :

  • 36 SIMÉON (R.), (réed. 1963), op. cit., p. 243.

Michmaloyán, "lieu où l'on prend du poisson", v. voisine de Tullan, au N. de Mexico (Clav.) RR. Michin, ma.36

37Localisation que nous confirme Macazaga Ordoño :

  • 37 MACAZAGA ORDOÑO (C.), (1980), op. cit., p. 101.

Localización : Michmaloya, pueblo situado a 8 kilómetros al Noroeste de Tula, Estado de Hidalgo.37

38Tollan, actuellement Tula de Allende, Hgo, se trouve à une altitude de 2 030 m., si bien que Michmaloyán doit se trouver à une altitude de 1 800 m. environ, altitude correspondant à la limite maximale de l'aire de répartition de l'Aigle royal. De plus, si l'évaluation des distances, faite par Macazaga est bonne, la localité devrait se situer au sud de l'actuelle Presa Endhó, soit à une vingtaine de kilomètres de Xilotépec.

39Ces renseignements sont utiles car ils nous indiquent que l'oiseau devait probablement survoler Tula et ses environs à l'époque préhispanique. Donc, les Toltèques d'abord, dont Tollan était la capitale, puis les Chichimeca-Azteca qui s'y étaient provisoirement installés, ont dû connaître l'Aigle royal durant toute la période de leur établissement dans la région.

  • 38 PEÑAFIEL (Α.), (1885), op. cit., p. 142.
    Il est curieux, si lieu de pêche il y avait, qu'aucune cha (...)

40En outre, comme l'indique le glyphe, un bras prenant du poisson, Michmaloyán était avant tout un lieu de pêche situé au bord d'une lagune38. Il est donc probable que, puisqu'il s'agit d'un milieu humide, l'Aigle doré ne fréquentait pas directement cet endroit mais que les riverains de cette lagune pouvaient en observer dans les environs.

D - Tecotzauhtla

  • 39 CLAVIJERO (F. J.), cit. par SIMÉON (R.), (réed. 1963), op. cit., p. 401.

41Comme nous l'avons vu, nombreux sont les toponymes de même nom désignant plusieurs endroits différents du Mexique, c'est à cette catégorie qu'appartient la localité de Tecotzauhtla. En effet, nous connaissons au moins deux endroits de ce nom : le premier est un "bourg" voisin de la ville de Tenochtitlán39 et le second un village de l'Etat d'Hidalgo. Nous ne prendrons pas en considération le premier de ces deux endroits car, tout d'abord, il n'en est fait mention nulle part dans le Livre des Tributs des manuscrits consultés, ensuite il est peu probable que l'Aigle royal se soit approché aussi près d'une ville où la population humaine était dense et l'altitude trop élevée (plus de 2 300 m environ).

  • 40 MACAZAGA ORDOÑO (C.), (1980), op. cit., p. 134.

42Intéressons-nous plutôt au second de ces deux endroits : Tecotzauhtla, Hgo. Cette localité se trouve à 1 783 m au-dessus du niveau de la mer, soit à la limite maximale du domaine vital de l'Aigle royal. On la trouve dans la partie occidentale de l'Etat d'Hidalgo, presqu'à la frontière de celui de Querétaro, à 18 km. au Nord de la ville de Huichapán, Hgo.40

  • 41 SOUSTELLE (J.). La famille Otomi-Pame du Mexique Central, "Travaux et Mémoires de l'Institut d'Eth (...)

43Ajoutons que, selon nos recherches, Tecozautla (orthographe actuelle) se situe exactement dans les environs du fleuve Tula, à Test de Tequisquiapán, Qro, et à l'ouest de Tzindeje, Hgo. Cette proximité de Tzindeje et d'Huichapán est intéressante car ces localités sont depuis longtemps peuplées par les Otomi41. Cela nous indique, d'une part, que la zone tributaire de Xilotépec concernait à la fois des Nahua, aux alentours de Tula, Hgo, et des Otomi et, d'autre part, que, comme dans le cas d'Oxitipán que nous avons examiné, c'étaient sans doute des chasseurs otomi qui capturaient les Aigles vivants nécessaires au tribut demandé. Mais, bien que l'altitude pût éventuellement convenir, il n'est pas sûr que les chasseurs de cet endroit aient pu en capturer beaucoup puisque, si l'on s'en réfère à l'aire de répartition actuelle, les ornithologues n'ont, pour l'instant, recensé aucun oiseau de cette espèce dans l'Etat de Querétaro.

  • 42 Códice Mendocino (réed. 1979), op. cit., f° 16 r°, p. 83.

44On pourrait s'étonner que Tecotzauhtla soit située si loin, à plus d'une centaine de kilomètres de Xilotépec, la capitale de la région tributaire dont elle dépendait, mais ce rattachement peut s'expliquer par la date tardive de sa conquête, sous le règne de Motecuhzoma Xocoyotzin42. A l'arrivée des Espagnols, cette localité venait à peine d'être soumise à l'Empire et donc, il est possible que son lien avec Xilotépec n'ait été que provisoire, en attendant qu'après de nouvelles conquêtes, on puisse la rattacher à une capitale plus proche de sa localisation. Dans ce cas-là, il est vraisemblable que, si les habitants de Tecotzauhtl, ont capturé des Aigles royaux, ils n'en ont fourni à l'Empire que pendant une courte période.

  • 43 ROBELO (C. Α.). Diccionario de Aztequismos o sea jardín de las Raíces aztecas, Palabras de Idioma (...)
  • 44 Il est étonnant que cet "ocre jaune" n'ait pas été demandé en tribut, car nous savons que les Mexi (...)

45En ce qui concerne la traduction du toponyme (de tetl, "pierre" et cozauhqui "jaune"), terme qualifiant un terrain où l'on trouve de l'ocre jaune43, nous y voyons peu de relations avec l'Aigle doré canadien44.

Ε - Tepetitlán

  • 45 Lardizábal Tepetitla, Tlax., commune située au sud de San Martín Texmelucan, Pue. (près de la fron (...)
  • 46 BETANCOURT, cité par SIMÉON (R.), (rééd. 1963), op. cit., p. 444.
  • 47 Ex-hacienda appartenant à la municipalité de Tlachichuca, Pue. (district de Chalchicomula, Pue.).
  • 48 MACAZAGA ORDOÑO (C.), (1980), op. cit., p. 147.

46Comme son nom l'indique (de Tepetl, "mont, montagne" et titlan, "parmi, entre", Tepetitlán est un toponyme qui pourrait s'appliquer à n'importe quelle localité située sur une chaîne de montagnes. Il existe donc plusieurs villages de ce nom sur le territoire mexicain, on en trouve dans les Etats d'Hidalgo, de Mexico, de Tlaxcalla45, et de Jalisco ; de même, un quartier de Tenochtitlán46 et une ancienne propriété foncière de l'Etat de Puebla47 se dénommaient de la sorte48. Nous éliminerons les Tepetitlán de Jalisco, de Puebla et de Tlaxcala qui nous semblent trop éloignés de la région de Xilotépec, ainsi que le quartier de Tenochtitlán qui, à cause de l'éloignement avec cette région et, vu la densité de population de cette cité, ne paraît pas concerné par le tribut en Aigles vivants.

47Par contre, Tepetitlán, Hgo, nous semble mieux correspondre à la zone tributaire que nous étudions. Tout comme Michmaloyán, cette localité se trouve au bord de l'actuelle Presa Endhó, au nord de ce barrage, et à une altitude similaire. Elle est située à 10 km environ au sud-est du village de Mixquiahuala, Hgo, et au nord-ouest du site archéologique de Tula, Hgo, c'est-à-dire au cœur même de l'empire toltèque.

F - Tlachco

  • 49 Popol Vuh, las antiguas historias del Quiché, "Colección popular", Traductions du texte original e (...)
  • 50 Le Tlachtli ou "jeu de pelote" se pratiquait dans une enceinte rituelle en forme de I majuscule (c (...)

48A l'instar des localités précédentes, Tlachco appartient également à la catégorie des toponymes désignant plusieurs endroits distincts. On trouvera donc de nombreuses localités de ce nom dans plusieurs zones différentes du Mexique. Notons que, par rapport aux autres communautés de la région tributaire de Xilotépec, Tlachco ne fait pas référence à une particularité physique ou botanique mais désigne au contraire un sanctuaire religieux où se pratiquait l'antique "jeu de balle" pré-colombien (de Tlachtli, "jeu de balle", et -co, "dans, à l'intérieur"). Or, il existe de tels sanctuaires dans la plupart des civilisations de Méso-Amérique, depuis le Plateau central jusqu'au Guatemala chez les Maya-Quiché49, en passant par Monte Albán, Oax. ; site important appartenant à la Civilisation zapotèque50.

49Ce foisonnement de jeux de pelote ne facilite pas notre tâche de localisation et explique le désaccord existant entre les spécialistes à propos de cet ancien lieu de culte, car ils ne nous signalent jamais le même endroit, en privilégiant souvent un seul au détriment des autres.

  • 51 BODINA (B. de), (1682), f° 250, cité par PEÑAFIEL (Α.), (1885), op. cit., p. 206.

50L'une des plus anciennes mentions de Taxco, orthographe altérée, nous est donnée par le Père de Bodina51 qui se borne à nous préciser qu'il s'agissait d'un endroit de la région de San Diego.

  • 52 SIMÉON (R.), (rééd. 1963), op. cit., p. 511.
  • 53 BRODA (J.), (1980), op cit., pp. 148-149, carte.
  • 54 Códice Mendocino (réed. 1979), op. cit., f° 36 r°, p. 123.

51Selon d'autres sources, il s'agirait de Taxco, Gro, l'actuelle ville de l'argent52 Taxco de Alarcón, Gro, située à 1 755 m. d'altitude. Cet endroit correspondrait à l'ancienne province aztèque de Tlachco, province comprise entre celles d'Ocuillán et de Malinalco, au nord, et celle de Tepequacuilco (auj. Tepecoacuilco de Trujano, Gro) au sud, et qui fournissait de 2 à 3 sortes de costumes guerriers53. Les endroits correspondant à cette région tributaire appartiennent tous à la partie septentrionale de l'Etat de Guerrero : Chontalcoatlán, Teticpac (auj. Tetipac), Tzicaputzalco (auj. Ixcaputzalco), etc.54 Taxco, Gro, était donc la capitale d'une autre zone tributaire qui n'avait pas d'aigles vivants à fournir et, de ce fait, ne concerne en rien la zone de Xilotépec qui nous occupe.

  • 55 GALINIER (J.). N'yũhũ, les Indiens Otomis - Hiérarchie sociale et tradition dans le Sud de la Huax (...)
  • 56 Ibid., p. 9, carte.

52Au terme des recherches que nous avons entreprises, nous avons découvert plusieurs endroits du nom de Tlaxco : le premier situé dans la partie orientale du pays, Tlaxco, Ver., est au nord des municipalités de Tlachichilco, Ver., et d'Ayotuxtla, Ver., dans la région d'Ixhuatlán de Madero, Ver.55, le second appartient à l'Etat de Puebla et se trouve à l'est de San Clemente, Hgo.56

53Ce deuxième endroit, Tlaxco, Pue., pourrait être intéressant car il se trouve assez près du District de Tulancingo, c'est-à-dire dans la région voisine de celle d'Acaxochitlán, que nous avons déjà analysée. Malheureusement, comme nous l'avons vu, Tulancingo appartenait à une autre région tributaire que celle de Xilotépec, par conséquent, nous éliminerons également cet endroit.

  • 57 ICHON (Α.). La Religion des Totonaques de la Sierra. Paris, CNRS, 1979. 413 p., illus. noir + XXVI (...)

54Il existe un troisième toponyme du nom Tlaxco qui, se trouve lui dans le nord de l'Etat de Tlaxcala, près de la frontière avec l'Etat de Puebla, à 10 km environ de Chignahuapán, Pue. La municipalité dans laquelle ce village est inclus s'étend jusqu'à la frontière de l'Etat d'Hidalgo57. Nous ne pensons pas non plus que ce troisième endroit puisse être retenu, car il est probable qu'au XVIème siècle, il faisait partie du royaume indépendant de Tlaxcallan, ennemi déclaré des Mexica. Nous ne voyons donc pas pourquoi, dans ce cas précis, Tlachco, Tlax., aurait dû payer tribut aux Aztèques.

55Vu le nombre d'endroits du même nom et le manque de preuves indiquant l'existence de Tlachco dans l'Etat de Mexico ou d'Hidalgo et proche de Xilotépec, nous nous abstiendrons pour l'instant d'en donner une localisation précise. Il peut en effet s'agir d'un lieu-dit ou d'un hameau aujourd'hui disparu et donc non localisable sur une carte. Nous ne retiendrons que le fait qu'il pourvoyait sans doute les Aztèques en aigles vivants.

G - Tzayanalquilpán

  • 58 MANRIQUE (L.), GARZA (S.), (1979), op. cit., p. 33.
  • 59 MACAZAGA ORDOÑO (C.), (1980), op. cit., pp. 127-174.

56Le septième et dernier village de la zone tributaire de Xilotépec, Tzayanalquilpán, n'a pas non plus été très facile à localiser, car non seulement le commentateur du Codex Mendoza inverse deux syllabes du nom, écrivant dans le manuscrit Tzanayalquilpán58, mais encore, sous l'influence de la langue espagnole, toute la première partie du terme s'est altérée en Soyanilquilpán59. Ecoutons la localisation qu'en fait Macazaga :

  • 60 Ibid., p. 174.

Localización : San Francisco Soyanilquilpán, situado a 10 kilómetros de Jilotépec, Estado de México.60

57Connaissant le terme déformé, nous avons pu compléter la localisation de cette localité : on la trouve dans la zone nord-occidentale de l'Etat de Mexico, à quelques kilomètres de la frontière avec celui d'Hidalgo et à 9 km exactement au nord de Jilotépec, Méx.

58Cette commune située à une altitude de 2 400 m. environ est aujourd'hui au bord de l'autoroute Mexico-Querétaro. Pour plus de précision, signalons que Tzayanalquilpán et Xilotépec étaient dans la partie sud-occidentale de la région de Tullan-Michmaloyán-Tepetitlán. L'ensemble de ces renseignements nous incline à penser que les Aigles royaux, à cause de l'altitude trop élevée, ont dû être assez rares à fréquenter ce village, ce qui a sans doute obligé les chasseurs à descendre plus bas dans la plaine, en direction du nord.

59En résumé, nous nous apercevons que les localités de cette région tributaire de Xilotépec appartiennent toutes, soit à l'Etat de Mexico, soit à celui d'Hidalgo. Cette information est d'autant plus intéressante que les ornithologues modernes affirment précisément que de nos jours la limite méridionale d'extension de l'aire de répartition de l'Aigle doré canadien correspond à ces deux Etats du territoire mexicain. Comme dans le cas d'Oxitipán, cela signifie que les individus de l'espèce qui évoluent dans la Sierra Madre orientale n'auraient pas changé de domaine vital depuis la XVIème siècle. Il ne s'agit évidemment que d'une hypothèse et non d'une affirmation, mais c'est en tout cas ce que paraît nous révéler l'étude ethno-historique que nous venons de réaliser. En outre, notons que, pour avoir plus de chances de capturer des aigles vivants, à l'instar de ceux d'Oxitipán, qui devaient se déplacer vers l'ouest, les chasseurs de Xilotépec devaient se déplacer plutôt en direction du nord, où l'altitude est plus basse que celle des localités qu'ils occupaient.

60Ajoutons que dans ces deux régions, ces chasseurs paraissent avoir été d'origine otomi. Ce serait donc des otomi qui avaient la charge de fournir des aigles vivants aux Mexica, lesquels otomi devaient faire près de 100 km de marche pour emmener leurs tributs en Aigles royaux de Xilotépec à Tenochtitlán, et plus de 300 km pour ceux qui arrivaient d'Oxitipán. Toutes ces indications nous sont précieuses car elles nous indiquent, d'une part, d'où provenaient les Oiseaux et, d'autre part, à quelles distances les Mexica pouvaient en obtenir, confirmant ainsi que les habitants de Tenochtitlán n'en avaient aucun sur place, puisqu'ils devaient les importer.

LA CHASSE AUX AIGLES ROYAUX - LÉGISLATION ET MÉTHODES

Législation de la chasse

  • 61 LEANDER (B.) "Herencia cultural del mundo náhuatl a través de la lengua", Sep-Setentas, n° 35. Méx (...)

61Il n'existe aucune information sur la législation de la chasse à l'Aigle royal, mais il est vraisemblable que, comme dans le cas du quetzal, sa chasse était régie par des "lois spéciales"61, malheureusement ces lois ne nous sont pas parvenues.

62La chasse était en effet extrêmement contrôlée et, depuis que le souverain aztèque Nopaltzin les édicta, il y avait quatre lois principales, à savoir :

Première loi - Personne n'a le droit de mettre le feu aux champs et aux montagnes sans l'accord de Nopaltzin et seulement en cas de nécessité absolue, sinon le coupable est puni de mort.

Seconde loi - Art. 1 - Aucune chasse n'est permise sans autorisation.
Art. 2 - Personne ne doit voler le gibier tombé dans les filets d'autrui, sinon c'est la confiscation des arcs et des flèches.

Troisième loi - Personne n'a le droit de s'approprier la chasse d'autrui, même si elle tombe dans son champ.

  • 62 IXTLILXOCHITL (F. de A. de), (rééd. 1952), t. 2, cité par GILONNE (M.). L'avifaune dans le Codex B (...)

Quatrième loi - Puisqu'il y a des limites aux terrains, aucun chasseur ne peut les franchir sous peine de mort [...]62

63Nous constatons à quel point ces lois pouvaient être sévères pour les contrevenants. Toutefois, il est nécessaire de replacer ces articles dans leur contexte, car le problème auquel s'affrontait Nopaltzin était avant tout d'obliger ses chasseurs-cueilleurs à se sédentariser et à respecter les limites foncières, dans le but de créer des rapports harmonieux entre eux et les agriculteurs en place autour de la lagune. Il s'agit donc d'un problème local qui n'intéressait pas directement les chasseurs d'aigles vivants, puisque ces chasseurs ne résidaient pas dans la vallée de Mexico. Mais, il existait sans doute une législation locale, n'autorisant ce type de chasse qu'à des spécialistes.

Les méthodes de chasse à l'Aigle royal

  • 63 LEANDER (Β.), (1972), op. cit., p. 172.

64Les oiseaux chassés étaient souvent pris au collet, mais à cela il faut ajouter l'usage des pièges, de l'arc et des flèches, de la sarbacane63, et l'une des méthodes les plus efficaces était l'emploi de filets.

65Si, en ce qui concerne la chasse aux Aigles royaux, il est difficile de savoir quels étaient exactement les modes de captures, nous possédons cependant certains indices.

66L'Aigle royal étant une espèce imposante, il est probable qu'il était capturé au filet, comme nous incline à le penser Motolinía :

  • 64 MOTOLINÍA (T. de BENAVENTE). Relaciones de la Nueva España, "Biblioteca del Estudiante universitar (...)

Cuando el águila se allegaba a la red adonde estaba metida, así se apartaban y huían de ella como si fuera un león u otra bestia fiera64

67Il est évident que les chasseurs qui devaient capturer l'aigle vivant pour leur tribut évitaient soigneusement d'employer la sarbacane ou l'arc et les flèches et tout autre procédé qui aurait pu endommager ou tuer l'oiseau.

68Nous avons découvert une autre méthode de capture utilisée, celle du dénichage des poussins :

  • 65 Florentine Codex (Cod. de Florence), General History of New Spain, "Monographs of the School of Am (...)

Historia General de las Cosas de Nueva España, III, p. 251

Codex de Florence, p. 42. Trad. anglaise : Dibble et Anderson

87 - [...], y para cazarlas usan de este ensayo: toman un chicuite grande, de cañas, o palmas, y métensele en la cabeza y comienza a subir el cazador por el risco arriba, con su chicuite metido en la cabeza, y de que llega cerca donde está el águila, el águila abátese al cazador y ase el chicuite con las uñas, y llévale asido por el aire; y pensando que lleva al hombre; súbese muy alta y déjale caer, y desciende sobre él golpeándole. Entretanto, el cazador tómale los hjos y vase con ellos. [...]

And they hunt them in this way: so that their young may be taken, the hunter places a palm-leaf or solid reed basket on his head. When the eagle becomes angry, it sets out to seize the palm-leaf basket; it carries it off. Very high it carries it. From there it drops it, thinking it is the hunter. When <the eagle> has released it then it comes thundering down on it. But the hunter has meanwhile removed its young far away.65

69Le dénichage des poussins est donc possible grâce à l'emploi d'un leurre. Ces renseignements sont précieux car, d'une part, ils apportent des informations d'ordre éthologique sur l'Aigle royal et, d'autre part, ils prouvent que la chasse à l'Aigle royal était pratiquée par des chasseurs d'expérience confirmée.

70Il est certain que s'occuper d'Aigles royaux vivants ne devait pas être aisé ni sans danger : on ne pouvait donc confier cette tâche qu'à des spécialistes connaissant bien l'espèce. Il était obligatoire de prendre certaines précautions afin d'éviter les accidents :

  • 66 MOTOLINÍA (T. de B.), (rééd. 1964), op. cit., Trat. III, ch. VIII, p. 38.

[...]; las jaulas en que estaban eran grandes y hechas de unos maderos rollizos tan gruesos como el muslo de un hombre. [...]: tienen muy fuertes presas, la mano y los dedos tienen tan gruesa como un hombre, y lo mismo el brazo; tienen gran cuerpo y el pico muy fiero. [...]66

BUTS DES IMPORTATIONS D'AIGLES VIVANTS

71Si nous possédons certaines informations sur la provenance des Aigles royaux au XVIème siècle et certaines indications sur les méthodes permettant leur capture, aucun chroniqueur par contre ne nous révèle quelles motivations poussaient les Mexica à en demander en tribut et à en importer. Nous avons néanmoins découvert un indice :

Carniceros:

  • 67 SAHAGÚN (B. de), (rééd. 1969), op. cit., Livre X, ch. 22, t. III, p. 145.

3. - El que trata en carne tiene ganado, caza y cría, y así vende carne de todo género, de gallinas, de venados, de conejos o de liebres, de ánsares, de patos, de pájaros, de codornices, y la carne de águila y de bestias fieras, y la carne del animalejo que trae sus hijos en una bolsa, y la carne de los animales de Castilla, aves, vacas, puercos, carneros, cabritos, véndela cocida o por cocer, y la carne cecinada y la asada debajo de tierra [...]67

  • 68 Le chroniqueur espagnol B. de SAHAGÚN n'appartenait pas à la génération des "Conquistadores", mais (...)

72Ce que nous décrit Sahagún fait référence évidemment au métier de boucher après la conquête espagnole68, mais les renseignements donnés sont malgré tout utiles, car ils permettent de se faire une idée du type de consommation traditionnel avant la conquête (viande de cerfs, canards, opossum, etc.). Le boucher de l'époque vendait de la viande d'aigle, ce qui paraît assez surprenant quand l'on connaît la vénération des Aztèques pour l'Aigle royal. Or Sahagún n'avait pas l'habitude d'"inventer" mais de toujours vérifier les dires de ses "informantes" ; s'il l'affirme, c'est que ce fait était certain.

73En ce qui concerne la vente d'aigles sur les marchés de Temixtitan (nom qu'il donnait à Tenochtitlán), nous possédons également le témoignage d'Hernán Cortés :

  • 69 CORTÉS (H.). Cartas de Relación (V cartas), in Historiadores primitivos de Indias, 1ère part., "Bi (...)

[...] Tiene otra plaza tan grande como dos veces la ciudad de ca, toda cercada de portales al rededor, donde hay cotidianamente arriba de sesenta mil ánimas comprando y vendiendo; [...]. Hay calle de caza donde venden todos los linajes de aves que hay en la tierra, así como gallinas, perdices, codornices, lavancos, dorales, zarcetas, tórtolas, palomas, pajaritos en cañuela, papagayos, buharos, águilas, falcones, gavilanes y cernícalos, y de algunas aves destas de rapiña vender los cueros con su pluma y cabezas y pico y uñas. [...]69

74Comment un boucher avait-il le droit de vendre la chair d'un animal sacré ?

75Nous pouvons penser que, puisque vente de chair d'aigle il y avait, donc importation d'aigle, ceci pouvait être non dans le but d'une consommation courante, mais plutôt pour la participation à un rituel précis, sans doute en relation avec le Soleil, sorte de communion avec le Monde divin. Si cette hypothèse se confirmait, pourquoi les acheteurs ne s'adressaient-ils pas à des prêtres, mais simplement à un boucher ?

76A notre connaissance, aucune source ne signale que le boucher aztèque avait un rôle religieux.

77Autre raison de l'importation : le désir de se procurer des serres à des fins rituelles.

  • 70 Codex Borbonicus, "Codices selecti", vol. XLIV. Graz (Aut.), Akademische Drück und Verlagsanstalt, (...)

78Dans la première partie du Codex Borbonicus, dans le Tonalamatl ou Calendrier divinatoire de 260 jours, nous remarquons, parmi les différentes offrandes ou autres éléments annexes entourant les divinités protectrices de certaines treizaines, des serres de rapaces séparées du reste du corps70.

79Notons que seuls les manuscrits religieux nous permettent de faire ce type de constatation, car aucun "Livre de tributs" ni aucun chroniqueur espagnol ne nous parle jamais de ce besoin de se procurer des serres de rapace. Nous ignorons de ce fait l'usage réel de ces serres et ne pouvons que constater leur présence et leur association avec certains rites, rites dont nous ne connaissons pas encore tous les détails avec précision.

80Examinons maintenant une autre des motivations qui aurait pu inciter les Mexica à importer des Aigles royaux.

  • 71 Selon les traditions mexica, c'est Tollan qui serait le lieu d'origine de l'art plumassier, mais l (...)
  • 72 Mapa Tlotzin, manuscrit figuratif en peau de cerf tannée. Original : 31,5 x 127,5 cm. Repro. in An (...)

81Depuis une époque antérieure à celle de l'établissement des Aztèques sur le Plateau central71 la plumasserie était l'un des arts les plus raffinés de tous ceux qui existaient dans le Mexique précolombien. Les plumassiers ou amanteca étaient si célèbres que leur métier fut représenté dans de nombreux manuscrits aztèques72.

  • 73 DURAND - FOREST (J. de). L'artisanat aztèque et ses survivances dans le Mexique contemporain. Thès (...)
  • 74 Códice Mendocino, (rééd. 1979), op. cit., 2ème part. ("Livre des Tributs").
  • 75 Matrícula de Tributos, (rééd. 1980), op. cit.
  • 76 BRODA (J.), (1980), op. cit., pp. 115-174.

82Ils travaillaient et assemblaient les plumes de la plupart des espèces d'oiseaux "précieux"73, d'où l'importance pour eux du tribut en plumes. Mais, phénomène étrange, en analysant les planches du "Livre des Tributs" du Codex Mendoza74, et celles de la Matrícula de Tributos75, on s'aperçoit qu'il n'existait aucune imposition en plumes d'aigles. Ce fait surprend car les amanteca faisaient grande consommation de plumes d'aigles pour l'ornement des parures guerrières et la confection des costumes des Guerriers-Aigles. Autre observation, aucun de ces costumes de Guerriers-Aigles n'était réclamé en tribut aux provinces soumises76.

83Il est possible que la province d'Oxitipán qui, rappelons-le, ne fournissait aucun costume guerrier, n'ait eu aucun artisan capable de confectionner ce genre de costume, mais, dans le cas de Xilotépec, province qui, elle, envoyait des costumes guerriers à Tenochtitlán, nous comprenons mal pourquoi elle ne leur en livrait aucun, alors qu'elle possédait des Aigles royaux. Si Xilotépec confectionnait d'autres types de costumes de plumes, on ne pourra nier que des artisans de cette province devaient être tout à fait capables de réaliser également des uniformes pour les Guerriers-Aigles. Or, ils n'en fabriquaient apparemment pas.

84Ces informations nous incitent à considérer que seuls les plumassiers du quartier d'Amantlán, à Tenochtitlán, avaient le monopole de la confection de ces costumes de Guerriers-Aigles. Plusieurs raisons peuvent être évoquées pour expliquer ce monopole : contrôle étroit de la fabrication pour des raisons religieuses et pour interdire les imitations, protection des secrets de confection détenus par quelques artisans seulement, etc.

85La principale difficulté de réalisation résidait non dans le costume lui-même, mais dans la fabrication du casque, casque qui n'accompagnait pas les autres types de costumes guerriers. Il fallait en effet recréer une fausse tête d'aigle en partant des dimensions du crâne humain qui allait la porter, la face du guerrier apparaissant entre les deux mandibules de la tête factice ; et ensuite, la couvrir des plumes de l'animal.

86Vue la disproportion entre les tailles du crâne de l'oiseau et de celui de l'homme, il fallait évidemment les plumes de plusieurs aigles pour la fabrication d'un seul casque.

87Quoi qu'il en soit, les plumassiers tenochca avaient besoin de se procurer des plumes d'Aigles royaux pour exercer leur art. Sachant que les Mexica n'en recevaient aucune en tribut, on peut se demander si ces plumes ne provenaient pas du tribut en aigles vivants.

88Soit que l'on déplumât un oiseau vivant pour obtenir des plumes fraîches, soit en ramassant les plumes des aigles en captivité à chacune de leurs mues.

  • 77 Si l'on fait un calcul approximatif, en ne comptant que le minimum d'un aigle payé en tribut par a (...)

89Nous avons vu que l'on capturait des poussins et que l'immature muait environ tous les ans, chaque individu ne pouvait donc fournir qu'une quantité limitée de plumes par an (l'Aigle royal ayant une mue partielle et non totale comme certaines espèces arctiques), mais n'oublions pas que de nouveaux aigles arrivaient, et que par accumulation, il devait y en avoir une grande quantité à Mexico.77

90Or, il n'est pas certain qu'il y ait eu beaucoup de Guerriers-Aigles à Tenochtitlán ; car seuls les guerriers les plus méritants pouvaient accéder à cette distinction, donc, à notre avis, la récupération de plumes d'Aigles royaux après la mue aurait pu suffire à la fois à la réparation d'anciens costumes et à l'élaboration de nouveaux uniformes.

91Ainsi, la confection des costumes de Guerriers-Aigles aurait pu constituer l'une des motivations les plus sérieuses pour l'importation des aigles vivants.

  • 78 Tonalamatl Aubin, manuscrit figuratif en couleurs sur papier d'agave plié en accordéon, 18 f°, 24 (...)
  • 79 Codex Borbonicus, (rééd. 1974), op. cit., 11ème treizaine.

92Par ailleurs, en consultant le Tonalamatl Aubin78 et le Codex Borbonicus79, on peut remarquer que sur la planche XI de ces deux manuscrits, face au Dieu Patecatl, sont représentés debout et côte à côte un aigle et un jaguar. Une bannière, probablement l'emblème des deux ordres militaires qu'ils symbolisent, a été attachée à ces deux animaux au moyen d'une corde. Si la représentation redessinée par Waldeck, du Tonanalamatl Aubin, n'est pas très explicite, par contre celle du Codex Borbonicus est éloquente et nous donne l'impression qu'il s'agissait de véritables animaux en train de marcher (bien que le jaguar soit debout et non à quatre pattes). L'examen ornithologique de l'aigle que nous tenterons de réaliser dans un autre travail confirme cette impression de l'utilisation d'un aigle vivant au cours d'un rituel. Cette participation à un rituel n'est certes pas parvenue aux oreilles des chroniqueurs espagnols, car aucun n'en a fait mention clans l'une de ses œuvres, mais cela ne signifie pas qu'elle n'ait pas existé.

93La participation d'Aigles royaux vivants aux rituels auxquels on les associait pourrait être une raison supplémentaire motivant leur importation à Tenochtitlán.

94Examinons maintenant l'une des motivations qui semblent des plus évidentes de cette importation d'Aigles royaux : le renouvellement des espèces au sein du Totocalli impérial.

95Ce totocalli (de Tototl, "oiseau" et calli "maison" : "maison des oiseaux", jardin zoologique) était l'une des merveilles de Tenochtitlán et séduisit entièrement Cortés lui-même ainsi que la plupart des soldats de son armée ; ce type d'attraction étant alors inconnu dans la Péninsule ibérique. Ecoutons la description qu'en a faite le "conquistador" :

  • 80 CORTÉS (H.), (rééd. 1946), op. cit., pp. 34-35 ("Carta segunda").

[...] Tenía dentro de la ciudad sus casas de aposentamiento, tales y tan maravillosas, que me parecería casi impossible poder decir la bondad y grandeza dellas. Ε por tanto no me ponré en expresar cosa dellas, mas que en España no hay su semejante. Tenía una casa poco menos que ésta, donde tenía un muy hermoso jardín con ciertos miradores que salían sobre él, y los mármoles y losas dellos eran de jaspe, muy bien obradas. Había en esta casa aposentamiento para se aposentar dos muy grandes príncipes con todo su servicio. En esta casa tenía diez estanques de agua, donde tenía todos los linajes de aves de agua que en estas partes se hallan, que son muchos y diversos, todas domésticas; y para las aves que se crían en la mar eran los estanques de agua salada, y para las de ríos, lagunas de agua dulce; la cual agua vaciaban de cierto a cierto tiempo por la limpieza, y la tornaban a henchir por sus caños; y a cada género de aves se daba aquel mantenimiento que era propio a su natural y con que ellas en el campo se mantenían. De forma que a las que comían pescado se lo daban, y las que gusanos, gusanos, y las que maíz, maíz, y las otras semillas más menudas, por consiguiente se las daban. Ε certifico a vuestra alteza que a las aves que solamente comían pescado les daba cada día diez arrobas dél, que se toma en la laguna salada. Había para tener cargo destas aves trecientos hombres, que en ninguna otra cosa entendían. Había otros hombres que solomente entendían en curar las aves que adolecían. Sobre cada alberca y estanques de estas aves había sus corredores y miradores muy gentilmente labrados, donde el dicho Muteczuma se venía a recrear y a las ver. Tenía en esta casa un cuarto en que tenía hombres y mujeres y niños, blancos de su nacimiento en el rostro y cuerpo y cabellos y cejas y pestañas. [...] Ε las casas eran hondas cuanto estado y medio, y tan grandes como seis pasos en cuadra; é la mitad de cada una destas casas era cubierta el soterrado de losas, y la mitad que quedaba por cubrir tenía encima una red de palo muy bien hecha; y en cada una destas casas había un ave de rapiña, comenzando de cernícalo hasta a águila, todas cuantas se hallan en España, y muchas más raleas que allá no se han visto. Ε de cada una destas raleas había mucha cantidad, y en lo cubierto de cada una destas casas había un palo, como alcandra, y otro fuera debajo de la red, que en el uno estaban de noche y cuando llovía, y en el otro se podían salir al sol y al aire a curarse. A todas estas aves daban todos los días de comer gallinas, y no otro mantenimiento. Había en esta casa ciertas salas grandes, bajas, todas llenas de jaulas grandes, de muy gruesos maderos, muy bien labrados y encajados, y en todas o en las más había leones, tigres, lobos, zorras y gatos de diversas maneras, y de todos en cantidad; a las cuales daban de comer gallinas cuantas les bastaban. Y para estos animales y aves había otros trecientos hombres, que tenían cargo dellos. [...]80

96Avec notre langage moderne, nous pourrions affirmer qu'il s'agissait d'un véritable éco-musée !...

97Ce texte de Cortés est fantastique quant aux informations qu'il nous fournit. Il nous parle à la fois de la taille du jardin, de son organisation, de la quantité de membres du personnel, du travail qui y était fait, de l'apparence des bâtiments, etc., et des espèces qui y étaient conservées ainsi que de leur alimentation respective.

98Nous savons de ce fait qu'il y avait trois catégories de personnel au moins : celle qui s'occupait des oiseaux immatures ("aves que adolecían"), celle qui était chargée des espèces aquatiques (300 personnes), et celle qui était responsable des rapaces et des animaux dangereux (300 personnes), sans compter les gens qui nettoyaient les eaux et distribuaient les aliments appropriés.

99Il nous manque évidemment certaines précisions importantes, pour mieux comprendre le fonctionnement du Totocalli.

100Des questions se posent : où vivait le personnel ? Où étaient élevés les dindons destinés à la nourriture des carnivores ? Comment soignait-on les animaux malades ? Y avait-il des vétérinaires spécialisés ? Les albinos qui y résidaient faisaient-ils partie du personnel soignant ou n'y vivaient-ils que pour "l'amusement des princes" etc. Malheureusement, nous ne le saurons jamais.

101Quant aux rapaces que l'on y conservait, nous constatons qu'ils n'étaient pas, comme dans beaucoup de jardins d'acclimatation modernes, localisés dans un endroit précis du parc, dans des cages spécialisées, mais au contraire, étaient logés dans des "maisons" différentes.

102Quoi qu'il en soit, le Totocalli impérial semble avoir été très intelligemment conçu, il respectait l'éthologie de chacune des espèces captives, et les aigles y étaient bien présents. Il existe également un autre "conquistador" qui nous parle de ce zoo de Motecuzohma Xocoyotzin, Bernal Díaz del Castillo, qui, lui, nous apporte plus de précisions sur la diversité des espèces que l'on y trouvait :

  • 81 DÍAZ DEL CASTILLO (Β.), Historia verdadera de la conquista de Nueva España. México, D. F., Fernánd (...)

Dejemos esto y vamos a la casa de aves, y por fuerza he [de] detenemer en contar cada género, de qué calidad eran. Digo que desde águilas reales y otras águilas más chicas y otras muchas maneras de aves de grandes cuerpos, hasta pajaritos muy chicos, pintados de diversos colores, también, donde hacen aquellos ricos plumajes que labran de plumas verdes, y las aves de estas plumas son el cuerpo de ellas a manera de las picaces que hay en nuestra España; llámanse en esta tierra quetzales, y otros pájaros que tienen la pluma de cinco colores, que es verde y colorado y blanco y amarillo y azul; éstos no sé cómo se llaman. Pues papagayos de otras deferenciadas colores tenían tanto que no se me acuerda los nombres de ellos; dejemos patos de buena pluma y otros mayores que les querían parecer, y de todas estas aves les pelaban las plumas en tiempos para que ello era convenible, y tornaban a pelechar, y todas las más aves que dicho tengo criaban en aquella casa, y al tiempo del encoclar tenían cargo de echarles sus huevos ciertos indios e indias que miraban por todas las aves y de limpiarles sus nidos y darles de comer, y esto a cada género de aves lo que era su mantenimiento. Y en aquella casa que dicho tengo había un gran estanque de agua dulce, y tenía en él otra manera de aves muy altas de zancas y colorado todo el cuerpo y alas y cola: no sé el nombre de ellas, mas en la isla de Cuba les llamaban ipiris a otra como ellas; y también en aquel estanque había muchas raleas de aves que siempre estaban en el agua.81

103D'après le texte de ce chroniqueur, nous apprenons que le Totocalli contenait des quetzals (Pharomachrus Mocinno L.) et probablement des flamands roses (Phonicopterus ruber L. : les échassiers nommés Ipiris).

104Nous savons en outre qu'au sein du jardin, des plumassiers travaillaient et déplumaient les oiseaux chaque fois que leurs travaux l'imposaient, et détail omis par Cortés, que des femmes faisaient partie du personnel soignant. Autre élément nouveau, certains membres de ce personnel étaient particulièrement chargés de surveiller l'incubation des espèces.

105Nous voyons à quel point les descriptions de ces deux chroniqueurs peuvent être riches en renseignements, et nous notons que les zoo-techniciens aztèques n'avaient rien à envier à leurs homologues du XXème siècle.

106Dans les deux cas, nous remarquerons la présence d'aigles et de rapaces.

107De ce fait, parmi toutes les raisons possibles pour expliquer les importations d'Aigles royaux depuis les deux régions tributaires que nous avons analysées, le renouvellement des individus du jardin zoologique impérial paraît constituer l'une des motivations essentielles de ce tribut.

108Par contre, ce que l'on comprend mal, c'est que l'Aigle royal ait été le seul oiseau vivant imposé en tribut. Or, selon le Codex Mendoza et la Matrícula de Tributos, l'aigle semble être la seule espèce à avoir été demandée vivante, les autres oiseaux étant toujours réclamés "en peau", c'est-à-dire morts.

CONCLUSION

109En résumé, l'usage des Aigles royaux vivants à Tenochtitlán demeure encore assez mystérieuse aux yeux des chercheurs. Pourtant, usage il y avait puisque l'aigle faisait partie du zoo impérial, pouvait participer à certains rituels, ses plumes pouvaient servir aux plumassiers, notamment pour la confection ou la restauration des costumes des Guerriers-Aigles et, si l'on tuait cet oiseau, on pouvait employer ses serres comme offrandes à certains Dieux ou s'en servir au cours de rites précis. Enfin, dans un but religieux, ou profane, on pouvait en acheter la chair chez les bouchers de Mexico-Tenochtitlán. Il existait sûrement d'autres utilisations que les chroniqueurs ont omises de nous signaler où ont simplement ignorées.

110Pour toutes ces raisons, les Mexica avaient de nombreuses motivations pour faire venir des Aigles royaux vivants jusqu'à eux.

111On comprendra donc la nécessité, pour eux, d'en imposer le tribut aux régions qui en possédaient alors : Oxitipán, S.L.P., et Xilotépec, Mex. et Hgo, régions qui, nous le répétons, selon les ornithologues actuels seraient toujours survolées par des Aigles royaux.

Notes

1 Les pochteca, commerçants itinérants, avec leurs caravanes d'esclaves-porteurs, depuis Tlatelolco-Tenochtitlán, Uitzilopochco, Azcapotzalco et Cuauhtitlán (villes ayant le monopole du commerce lointain), faisaient continuellement le trajet entre le Plateau central et les Terres chaudes. Pour comprendre l'hostilité à leur égard dans certaines des provinces traversées, il faut savoir que certains d'entre eux, les naualoztomeca se déguisaient et se faisaient passer pour des négociants locaux afin de pratiquer l'espionnage au profit de la Triple Alliance (Tenochtitlan-Tlacopán-Tetzcuco).

2 ZURITA (A. de). Breve Relación de los Señores de Nueva España. Publ. avec POMAR, Relación de Texcoco (et al.). México, D.F., Salvador Chávez Hayhoe, (1570 ou 1580), réed. 1941, cit. ch. I, p. 176.

3 Ibid.

4 DURAND-FOREST (J. de). "Aperçu de l'économie aztèque" in Matrícula de Tributos (Códice de Moctezuma), "Códices selecti", vol. LXVIII, pp. 12 - 26. Graz (Autriche), Akademische Drück und Verlagsanstalt, 1980. Vol. intro. du Codex : 45 p., illus. noir, cartes, tabl., biblio., 34 cm, p. 19.

5 Matrícula..., vol. LXVIII. MS. : 16 pl. coul. de papier d'Agave, 42 x 29 cm (16ème siècle).

6 DURAND - FOREST (J. de), (1980), op. cit., p. 12.

7 Matrícula de Tributos, rééd. 1980, f° 11.
Códice Mendocino o colección de Mendoza ; Manuscrito mexicano del siglo XVI que se conserva en la Biblioteca Bodleiana de Oxford. México, Ed. San Ángel, rééd. 1979. 194 p., intro. : 47 p., tabl., gloss., ind., biblio. ; fac-similé : pp 49-194, 71 folios, 72 pl. en coul., 48 cm., f° 31 r°, p. 113.

8 Ibid., f° 55 r°, p. 161.

9 Ibid., f° 30 v°, p. 112.

10 Ibid., f° 31 r°, p. 113.

11 Ibid., f° 54 v°, p. 160.

12 Ibid., f° 55 r°, p. 161.

13 BERDAN (F.). "The Matrícula de Tributos - Provincial Tribute", in Matrícula de Tributos [...], (rééd. 1980), op. cit., pp. 27 - 45, cit. p. 33.

14 MACAZAGA ORDOÑO (C.). Nombres geográficos de México. México, D.F., ed. Innovación, 1980., 207 p., illus. noir et coul., cartes, 27 cm., p. 114.

15 BARLOW (R.). "El códice Azcatitlán", Journal de la Société des Américanistes, pp. 101-135 (intro. au Ms). Paris, Soc. des Américanistes, 1949, carte.

16 BRODA (J.). "El tributo en trajes guerreros y la estructura del sistema tributario mexica", Economía política e ideológica en el México prehispánico, pp. 115-174, México, D.F., Nueva Imagén-CIS-INAH, 1980.

17 Códice Mendocino, (rééd 1979), op. cit., f° 35 v°, p. 161.

18 MARTÍNEZ (M.). Catálogo de nombres vulgares y científicos de Plantas mexicanas. México, D.F., Fondo de Cultura Fconómica, 1979. 1 220 p., illus. noir (5 pl.), gloss., 32 cm, p. 634-646).

19 SIMEON (R.). Dictionnaire de la Langue Nahuatl ou Mexicaine. Graz (Autriche), Akademische Drück und Verlagsanstalt (1885), rééd. 1963. 12 p. (préf. de J. de Durand-Forest) + LXXVI + 710 p., illus. noir (intro.), tabl. (intro.), 28 cm., p. 327.

20 MANRIQUE (L.), GARZA (S.). "Traducción de los nombres de lugar", in Introduction au Códice Mendocino o colección de Mendoza, manuscrito mexicano del siglo XVI que se conserva en la Biblioteca Bodleiana de Oxford, pp. 28-34. México, D. F., San Ángel (ed.), réed. 1979, p. 31.

21 Matrícula de Tributos, (réed. 1980), op. cit., f° 10-11.
Códice Mendocino, (réed. 1979), op. cit., f° 30 v°-31 r°, pp. 112-113.

22 BARLOW (R.), (1949), op. cit., carte.

23 BRODA (J.), (1980), op cit., p. 174.
Notons que la région de Xilotépec fournissaient des costumes guerriers en peau de jaguar (Pantera onca), peau reconnaissable, sur le Codex Mendoza, au dessin des ocelles. Or, l'aire de répartition actuelle de cette espèce se limite aux forêts hygrophiles du Tropique humide, au bord des deux océans De plus, le jaguar ne montant jamais à cette altitude, il est curieux que cette région de montagne, si près du Plateau central, en ait fourni en tribut. Seules des relations commerciales entre cette localité et les ethnies des Terres basses peuvent nous expliquer la présence de ce mammifère.

24 Códice de Huichapán, cit. par MACAZAGA O. (C.), (1980), op. cit., p. 91.

25 CLAVIJERO (F. J.), cit. par SIMÉON (R.), (rééed. 1963), op. cit., p. 695.

26 PEÑAFIEL (Α.). Catálogo alfabético de los nombres de lugar pertenecientes al idioma "Nahuatl" ; estudio jeroglífico de la "Matrícula de Tributos" del "Códice Mendocino". México, D. F., Oficina tip. de la Secretaría de Fomento, 1885, 262 p., illus. noir, cit. p. 235.

27 Dès qu'ils avaient réussi à soumettre une nouvelle province, les Mexica débaptisaient systématiquement tous les endroits de la province conquise et, par commodité, leur attribuaient un nouveau nom en náhuatl, en fonction des caractéristiques principales de la localité concernée (orographie, botanique ou zoologie), ou, le cas échéant, en se basant sur des critères d'ordre religieux, si l'endroit en question était un lieu de pélerinage ou un sanctuaire (ex. Tlachco) ou si l'on y pratiquait des rites importants. Ce processus complique d'autant plus la tâche des ethno-historiens que le nom local, dans le cas de villages parlant une langue autre que le nahuatl, était effacé et a été perdu dans la plupart des localités soumises. Souvent, il est impossible de reconstituer ce nom original, ce qui est regrettable car cela pourrait apporter de nouvelles informations sur ces localités à l'époque pré-hispanique.

28 Códice Mendocino (réed. 1979), op. cit., f° 32 r°, p. 115.

29 Ibid., f° 30 r°-31 r°, pp. 111-113.

30 Acaxochic correspondrait à l'actuelle Santa Fe, D. F. (cf. ASAÍN (L.), cité par PEÑAFIEL (A.), (1885), p. 41), endroit situé près de la Delegación de Tacubaya (ex-Atlacuihuayán), D. F. Ce village appartenait a la zone tributaire de Cuahuacán, zone concernant des communautés du sud-ouest du District Fédéral et qui ne devait fournir aucun aigle vivant à Tenochtitlán.

31 MACAZAGA ORDOÑO (C.), (1980), op. cit., p. 20.

32 PEÑAFIEL (Α.), (1885), op. cit., p. 42.

33 L'auteur écrit Acaxochitlán et non Acaxocitla, comme dans les códices, car souvent les premiers moines espagnols qui transcrivirent les toponymes aztèques en caractères latins, ne notèrent pas le -n final, ce qui change légèrement le sens du mot, puisqu'en náhuatl, -tlan signifie "près de", et -tla est un suffixe désignant l'abondance de quelque chose (ex. tepetla, "abondance de montagnes", i. e. "cordillère").

34 Códice Mendocino (réed. 1979), op. cit., f° 30 r°, p. 111.
Matrícula de Tributos (réed. 1980), op. cit., f° 10.

35 MARTÍNEZ (M.), (1979), op. cit., p. 24.

36 SIMÉON (R.), (réed. 1963), op. cit., p. 243.

37 MACAZAGA ORDOÑO (C.), (1980), op. cit., p. 101.

38 PEÑAFIEL (Α.), (1885), op. cit., p. 142.
Il est curieux, si lieu de pêche il y avait, qu'aucune charge de poissons n'ait été demandée en tribut par les Aztèques, car visiblement dans les deux manuscrits, aucun poisson n'est représenté. Donc Xilotépec ne leur en fournissait pas.

39 CLAVIJERO (F. J.), cit. par SIMÉON (R.), (réed. 1963), op. cit., p. 401.

40 MACAZAGA ORDOÑO (C.), (1980), op. cit., p. 134.

41 SOUSTELLE (J.). La famille Otomi-Pame du Mexique Central, "Travaux et Mémoires de l'Institut d'Ethnologie", n° XXVI. Paris, Inst. d'Ethnologie, 1937. XVI + 571 p., XVII pl. en noir, illus. noir, cartes, tabl., biblio., 27 cm.

42 Códice Mendocino (réed. 1979), op. cit., f° 16 r°, p. 83.

43 ROBELO (C. Α.). Diccionario de Aztequismos o sea jardín de las Raíces aztecas, Palabras de Idioma Náhuatl, Azteca o Mexicano, introducidas al Idioma Castellano bajo diversas Formas (Contribución al Diccionario Nacional). México, Fuente cultural, s.d. 548 p., illus. noir, 3 ind., 22 cm, p. 263.

44 Il est étonnant que cet "ocre jaune" n'ait pas été demandé en tribut, car nous savons que les Mexica en faisaient grande consommation, notamment pour colorier leurs manuscrits.

45 Lardizábal Tepetitla, Tlax., commune située au sud de San Martín Texmelucan, Pue. (près de la frontière avec l'Etat de Puebla), à 2 260 m. d'altitude.

46 BETANCOURT, cité par SIMÉON (R.), (rééd. 1963), op. cit., p. 444.

47 Ex-hacienda appartenant à la municipalité de Tlachichuca, Pue. (district de Chalchicomula, Pue.).

48 MACAZAGA ORDOÑO (C.), (1980), op. cit., p. 147.

49 Popol Vuh, las antiguas historias del Quiché, "Colección popular", Traductions du texte original et notes par RECINOS (Α.). Mexico, D.F., Fondo de Cultura Económica, rééd. 1981. 185p., notes (pp. 163-181), 17 cm, cit. : IIème partie, ch. 1-2, pp. 49-52.

50 Le Tlachtli ou "jeu de pelote" se pratiquait dans une enceinte rituelle en forme de I majuscule (cf. le glyphe de Tlachco). Chacune des deux équipes devait envoyer une balle de 4 kg. brut dans l'anneau vertical qui lui correspondait (anneau fixé sur chaque mur latéral), en ne la touchant qu'avec les hanches et les épaules (sauf dans la forme mixtèque où il y avait des gants spéciaux pour la frapper). La balle représentait sans doute la course du Soleil dans l'Univers par rapport aux points cardinaux, d'où l'importance du rite et des pronostics qui s'établissaient en fin de partie.

51 BODINA (B. de), (1682), f° 250, cité par PEÑAFIEL (Α.), (1885), op. cit., p. 206.

52 SIMÉON (R.), (rééd. 1963), op. cit., p. 511.

53 BRODA (J.), (1980), op cit., pp. 148-149, carte.

54 Códice Mendocino (réed. 1979), op. cit., f° 36 r°, p. 123.

55 GALINIER (J.). N'yũhũ, les Indiens Otomis - Hiérarchie sociale et tradition dans le Sud de la Huaxteca, "Etudes mesoaméricaines" série II, N°2. México, Mission Archéologique et Ethnologique Française au Mexique, 1979. 615 p., illus. noir, cartes et plans, tabl., VIII annexes, gloss., biblio., ind., 27 cm, p. 39 (carte).

56 Ibid., p. 9, carte.

57 ICHON (Α.). La Religion des Totonaques de la Sierra. Paris, CNRS, 1979. 413 p., illus. noir + XXVI pl. noir, 9 cartes, tabl., gloss., biblio., ind., 24 cm.

58 MANRIQUE (L.), GARZA (S.), (1979), op. cit., p. 33.

59 MACAZAGA ORDOÑO (C.), (1980), op. cit., pp. 127-174.

60 Ibid., p. 174.

61 LEANDER (B.) "Herencia cultural del mundo náhuatl a través de la lengua", Sep-Setentas, n° 35. México, D. F., Secretaría de Educación Pública, 1972. 288 p., gloss., biblio., ind., 17 cm, p. 186.

62 IXTLILXOCHITL (F. de A. de), (rééd. 1952), t. 2, cité par GILONNE (M.). L'avifaune dans le Codex Borbonicus. 3 vol., 385 p., illus. coul., tabl., biblio., 30 cm., Repro. en 15 micro-fiches. Paris, CDSH-CNRS, 1978, p. 37.

63 LEANDER (Β.), (1972), op. cit., p. 172.

64 MOTOLINÍA (T. de BENAVENTE). Relaciones de la Nueva España, "Biblioteca del Estudiante universitario", n° 72. México, D.F., UNAM, 1964. LV + 153 p., illus. noir, 17 cm., cit. Trat. III, ch. VII, p. 38.

65 Florentine Codex (Cod. de Florence), General History of New Spain, "Monographs of the School of American Rechearch", Trad. du Nahuatl, B. de Sahagún, en Anglais par J.O. Anderson et C. E. Dibble, Santa Fe, N. Mex., School of Amer. Rech. - Univ. of Utah, 1950-1969, p. 42.

66 MOTOLINÍA (T. de B.), (rééd. 1964), op. cit., Trat. III, ch. VIII, p. 38.

67 SAHAGÚN (B. de), (rééd. 1969), op. cit., Livre X, ch. 22, t. III, p. 145.

68 Le chroniqueur espagnol B. de SAHAGÚN n'appartenait pas à la génération des "Conquistadores", mais a la génération suivante, puisqu'il est né en Nouvelle Espagne Ainsi, dans ses écrits, nous décrit-il souvent la situation qu'il a personnellement connue de son vivant, mais dans certaines autres parties de son oeuvre, il traite également de la situation pré-hispanique, s'appuyant sur les données fournies par ses propres informateurs autochtones. Notons que le boucher de l'époque vendait apparemment, et ce, même à l'époque coloniale, de la chair d'opossum ("petit animal qui porte ses petits dans une poche", Didelphis marsupialis). Ajoutons qu'en parlant de "viande cuite sous terre", l'auteur fait référence à une très ancienne méthode de cuisson des aliments, méthode encore employée de nos jours dans les "Terres chaudes". Il s'agit d'une cuisson à l'étouffée : on creuse une fosse où l'on met des pierres à chauffer, puis on y couche des "paquets" de viande entourés de feuilles de bananiers ; on y met ensuite des feuilles d'avocatiers pour donner du goût et l'on enterre le tout durant une heure environ (méthode de pib'il des Maya yucatèques).

69 CORTÉS (H.). Cartas de Relación (V cartas), in Historiadores primitivos de Indias, 1ère part., "Biblioteca de Autores Españoles", t. XXII, pp. 1-185. Madrid, éd. Atlas, 1946. XXI + 601 p., illus. noir, 27 cm.

70 Codex Borbonicus, "Codices selecti", vol. XLIV. Graz (Aut.), Akademische Drück und Verlagsanstalt, 1974. 34 pl. en coul. sur papier végétal, ms. en accordéon, XVIème siècle, 38 x 39,5 cm. ; (un coffret). (conservé au Palais Bourbon), 7ème, 8ème et 13ème treizaines.

71 Selon les traditions mexica, c'est Tollan qui serait le lieu d'origine de l'art plumassier, mais les Aztèques affirment également que Netzahualcoyotl, l'un des premiers souverains de Tetzcuco (Texcoco) en serait le créateur. Les goûts ayant changé, la plumasserie a pratiquement disparu après l'arrivée des Espagnols mais il existe pourtant des mosaïques de plumes datant du XVIIIème siècle. Aujourd'hui, les artisans l'ont remplacée par des mosaïques de fleurs, liées ensemble sur un morceau de grillage.

72 Mapa Tlotzin, manuscrit figuratif en peau de cerf tannée. Original : 31,5 x 127,5 cm. Repro. in Anales del Museo Nacional de México - t. III. México, D.F., Museo Nacional, 1886. (conservé à la B.N.).
Códice Mendocino, (rééd. 1979), op. cit, f 70.
Codex de Florence, (rééd. 1950-1969), op. cit., Livre XI, f° 61 v°, p. 213 v°, fig. 80.

73 DURAND - FOREST (J. de). L'artisanat aztèque et ses survivances dans le Mexique contemporain. Thèse de Doctorat (3ème cycle). Paris, Ecole Pratique des Hautes Etudes (Vème section), Sorbonne, 1965.

74 Códice Mendocino, (rééd. 1979), op. cit., 2ème part. ("Livre des Tributs").

75 Matrícula de Tributos, (rééd. 1980), op. cit.

76 BRODA (J.), (1980), op. cit., pp. 115-174.

77 Si l'on fait un calcul approximatif, en ne comptant que le minimum d'un aigle payé en tribut par an durant les 18 ans de règne de Motecuhzoma Xocoyotzin (1502-1520), les deux régions tributaires auraient livré au moins 36 aigles royaux vivants à Tenochtitlán. Or si la quantité, donnée par la Matrícula de Tributos de 10 aigles pour la seule région de Xilotépec était bonne, ce qui nous semble un peu exagéré, cela représenterait plus de 180 aigles en captivité chez les Aztèques à la veille de la conquête espagnole.

78 Tonalamatl Aubin, manuscrit figuratif en couleurs sur papier d'agave plié en accordéon, 18 f°, 24 x 17 cm, (conservé à la Β. Ν.), 11ème treizaine.

79 Codex Borbonicus, (rééd. 1974), op. cit., 11ème treizaine.

80 CORTÉS (H.), (rééd. 1946), op. cit., pp. 34-35 ("Carta segunda").

81 DÍAZ DEL CASTILLO (Β.), Historia verdadera de la conquista de Nueva España. México, D. F., Fernández, 1979, 730 p. (+ XXVIII p. d'intro.), illus. noir et coul., 1 carte, 28 cm., couverture en bois, cit. pp. 188-190.

Auteur

Docteur ès Sciences

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540