Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Institutions coloniales et réalités sociales en Amérique espagnole

 | 
Marie-Cécile Bénassy
, 
André Saint-Lu

Les Architectes de mondes. A propos des premiers préfets de Santa-Cruz-de-la-Sierra (1825-1827)

Marie-Danielle Demelas

Résumé

« Constituer une nation, c'est fabriquer un monde, et pour construire ce genre d'édifices, il faut des architectes de mondes » : c'est ainsi que les préfets Videla et Velasco entendaient leur mission lorsqu'ils tentèrent de modeler le département de Santa Cruz, élément constitutif du nouvel état bolivien, pour faire d'une région en jachère un archétype de progrès. Cet article précise à la fois l'idée que ces administrateurs se faisaient de leur rôle et les projets - chimériques ? - qu'ils voulaient faire aboutir, leur objectif fondamental étant d'extraire des richesses de ce département à l'abandon pour en faire une contrée civilisée

«Constituir una nación es fabricar un mundo, y para construir este género de edificios se necesitan arquitectos de mundos»: así es como los gobernadores civiles Videla y Velasco entendían su misión cuando intentaron moldear el departamento de Santa Cruz, elemento constitutivo del nuevo estado boliviano, para hacer de una barbechera un arquetipo de progreso. Este artículo especifica a la vez la idea que esos administradores se hacían de su papel y los proyectos - ¿químéricos? — que trataban de realizar, siendo su objetivo fundamental extraer riquezas de ese departamento abandonado para hacer de él una comarca civilizada

Texte intégral

  • 1 Hernando Sanabria Fernández, « Los archivos de Santa-Cruz-de-la-Sierra », Universidad Mayor de San (...)
  • 2 Bibliothèque de l'Université René-Moreno de Santa-Cruz, section « Archivo » (préfectura) : dans la (...)

1Le pays en grève : l'aéroport était désert, les stations fermées ; les camions même ne roulaient plus. Venue à Santa Cruz le temps d'un weekend, il ne m'était plus possible désormais d'en partir ; autour de la ville, les routes cardinales étaient ouvertes, mais vides. Cela dura huit jours. Une semaine à muser le long du Rirai ? Plus vite que je ne l'aurais pensé, je me suis lassée du nonchaloir et de la lumière émeraude que je trouvais dans la sierra. (C'est que le décor du paradis devient vite ennuyeux), je me souvins alors que les Archives de l'Université San Andrès avaient consacré quelques pages d'un bulletin aux fonds de Santa-Cruz-de-la-Sierra, cette ville de marche amazonienne où je devais rester1. Ce qui m'attirait se trouvait en bordure de la Place : l'ombre, l'Université René-Moreno, l'évêché ; mais je ne connaîtrais pas les archives ecclésiastiques, le chanoine-archiviste étant resté introuvable. Je m'installai alors dans un réduit du fond de l'Université au-dessus duquel s'entassaient des archives qui étaient en fait celles de la préfecture. La série, complète m'a-t-il semblé, allait jusqu'en 19102.

  • 3 Archivo national de Sucre :
    - Serie Publicaciones oficiales, Ministro del Interior, correspondencia, (...)
  • 4 Archivo del Banco central de Quito, (anciennement fondo Jijón y Caamaño), Manuscritos, vol. 26, f° (...)

2Parcourir les deux premières années d'existence du département suffit à occuper ces quelques jours vagues, et la crise résolue à l'annonce que les dirigeants militaires comptaient se retirer, je suis partie vers mon but, les Archives Nationales de Sucre. J'y poursuivis des recherches sur Santa Cruz : les deux préfets dont j'avais lu la correspondance continuaient de m'intéresser3. En outre, deux mois auparavant, au cours de la même mission, j'avais parcouru aux Archives de la Banque Centrale de Quito un rapport d'Ignacio Flores, gouverneur militaire de la province de Mojos entre 1778 et 1780, décrivant la région comme un monde perdu et réduit à des ruines ; Flores était à ce point découragé qu'il priait qu'on le rappelât à d'autres fonctions en Espagne4. Pareil abattement de la part de l'officier qui, peu de mois plus tard, écrasait l'insurrection de Tupac Catari, avait marqué ma mémoire. Il me restait aussi en tête que Florès voyait le salut des basses terres dans la route que l'on devrait ouvrir entre Cochabamba et Santa Cruz.

  • 5 Bien que Miguel Velasco, à plusieurs reprises vice-président et président de la République, ait con (...)
  • 6 En tant que commandant militaire de Mojos en 1825-1826, puis comme intendant de police de Santa Cru (...)

3Un demi-siècle après le gouvernement de Flores, qu'avaient été les hommes chargés d'administrer le département ? José Videla, colonel, président militaire de la région, fut préfet d'avril à décembre 1825. Lui succéda la général José Miguel Velasco, qui laissa Santa Cruz pour devenir vice-président de la Bolivie au départ du maréchal Sucre, en 1828. Plusieurs traits rapprochent les deux préfets : des études supérieures qui leur ont fait voir du pays, une origine familiale comparable, une solide formation militaire et technique, un avenir à l'échelle nationale5. En somme, deux hommes d'élite placés à point nommé dans une région critique. A Videla et Velasco, on pourrait adjoindre un troisième personnage tout aussi remarquable, Marcelino de la Peña. Gouverneur de Chiquitos en 1831, il accompagna Alcide d'Orbigny dans ses voyages pendant plusieurs mois. Les deux hommes s'étant liés d'amitié, le chercheur français fournit de nombreux détails sur la vie, les idées et les actions d'un compagnon qui tenta, comme les préfets sous les ordres desquels il avait servi6, de modeler le département de Santa Cruz.

4Santa Cruz est alors une marche. La ville, fondée au XVIème siècle par une colonne venue du Paraguay, paraît toujours, au début du XIXème siècle, le confin d'un Etat juste créé, lui-même considéré – et disputé – comme un confin du Pérou ou de la République Argentine. Au vrai, si l'on excepte le haut plateau de La Paz à Potosi, ainsi que les vallées de Chuquisaca et de Cochabamba, la plus grande partie du territoire bolivien est formée de confins agrégés. Le territoire des Mojos, le désert du Chaco, les steppes salées au sud d'Oruro, et même la campagne de Tarija, quelle force cohésive maintient rassemblés ces éléments ? Les archives de Santa Cruz donnent quelques réponses, en soulignant l'influence que peuvent exercer parfois des individus.

  • 7 D'après un recensement de 1826 effectué sur l'ordre de Videla, leur nombre est précisément de 9026 (...)

5La Bolivie venait de se fonder, et pourtant ce département des basses terres risquait de ne pas se maintenir dans l'espace national ; des troupes royalistes s'y incrustent, certaines ne se rendent qu'en 1830 ; les Brésiliens du Matto Grosso l'envahissent au premier signe de faiblesse. La tâche confiée à ces hommes ne se limitait pas à la préservation d'un territoire ; ils avaient aussi pour mission de forger un département, élément constitutif du nouvel Etat. Avec une capitale de-9 000 habitants7, quelques bourgades le long des cours d'eau, un petit nombre de Blancs remuants, des métis villageois, des esclaves noirs, et des dizaines de milliers d'Indiens pour certains revenus à la vie sans contrainte, José Videla, Miguel Velasco et Marcelino de la Peña entendaient fabriquer des citoyens.

6En 1825, ni la roue, ni la monnaie ne circulent à Santa Cruz ; on échange contre du sel ou bien du cacao ; on porte les charges à dos d'homme, et parfois sur quelques bœufs rescapés de la dernière épizootie. La région compte plusieurs soulèvements au cours des XVIIe et XVIIIème siècles ; les Crucéniens ont la réputation de faire de bons combattants, accoutumés qu'ils sont au maniement des armes et à la violence prompte. Et c'est de ce monde en jachère que les préfets veulent faire un archétype du progrès, de cette région hors-la-loi, un exemple des bienfaits de la loi.

7Nous aurons à constater dans bien des cas que le propos de Videla et Velasco n'était pourtant pas original. Plusieurs de leurs desseins avaient été formulés auparavant par des réformistes coloniaux. De même, les préfets partageaient-ils avec leurs contemporains des projets un peu fous ; ces premiers temps de république éveillaient chez les survivants des guerres civiles des poussées d'espérances utopiques.

8Cependant, du passé colonial tout autant que des débats présents, ils se distinguaient par la conviction que l'existence de la Bolivie n'avait pas à être remise en question. Il y avait ainsi une sorte de décalage entre le centre politique du nouvel Etat et sa marche orientale : tandis qu'à Chuquisaca, la création du pays apparaissait hasardeuse, et temporaire peut-être, dans le département menacé de Santa Cruz, la Bolivie existait une fois pour toutes.

  • 8 Vicente Lecuna, Documentos, op. cit., tome I, p. 303. Le département le plus pauvre, après celui de (...)

9Santa Cruz est pourtant alors traitée par le gouvernement central comme une zone à part. Comme une marche, une frontière contenant les poussées brésiliennes, et méritant pour cela une attention particulière des dirigeants ; mais aussi comme une marge, de statut inférieur, sur laquelle on ne saurait compter pour conforter l'Etat ; José Videla ne disposait, en mars 1825, que de 200 hommes pour faire face à l'avancée portugaise. Sucre lui en envoya 400, mais sans les ressources suffisantes pour les équiper et les payer. Il est vrai que les revenus du département restaient très inférieurs à ceux des quatre autres qui constituaient la Bolivie : entre 1820 et 1824, ils sont en moyenne de 40 746 pesos (contre 777 834 pour La Paz)8. Aussi le préfet était-il payé en conséquence ; le salaire annuel du préfet de La Paz s'élevait à 6 000 pesos, le sien à 4 000.

10Les premiers préfets de Santa Cruz ne dépréciaient pas pour autant leurs-fonctions et auraient plutôt tiré fierté de ce statut d'exception-qui marquait leur département. Je me propose de préciser l'idée qu'ils se faisaient de leur rôle, et les projets qu'ils voulaient faire aboutir. Afin d'estimer leur valeur, je rappellerai assez longuement comment leurs contemporains concevaient le nouveau régime, et, plus brièvement, j'évoquerai l'évolution ultérieure de Santa Cruz.

LE PROJET DES PREFETS DE SANTA CRUZ

  • 9 Pour retracer un rapide tableau de l'évolution de Mojos et Chiquitos, j'ai utilisé les sources suiv (...)

11En 1825, le préfet de Santa Cruz était un pionnier chargé d'innover, mais on attendait aussi de lui qu'il fît avec les restes : malgré le cliché présentant les basses terres comme un monde vierge, les dirigeants boliviens savaient bien qu'ils avaient plutôt affaire à une région lourde d'histoire, maintes fois modifiée, bouleversée, et qu'il faudrait tenir compte des transformations, réformes et contre-réformes qui avaient déjà modelé le département9.

  • 10 Francisco de Viedma, Descripción, op. cit. ; le partido de Santa Cruz comprend 180 163 habitants, d (...)

12Du début du XVIIème siècle, jusqu'en 1767, l'administration coloniale avait confié aux Jésuites la gestion des provinces de Mojos et Chiquitos. La Compagnie regroupait dans ses missions plusieurs ethnies qu'elle se proposait d'uniformiser en y imposant une seule foi, une même organisation hiérarchisée du travail, une même langue véhiculaire, le chiquitos. Une théocratie d'avant l'invention de la propriété, concluent les critiques du XVIIIème siècle. Lors de leur expulsion, les Jésuites n'avaient pas nivelé tous les groupes des basses terres ; il s'en fallait de beaucoup10. Ce sont cependant les Indiens catéchisés et uniformisés qui constituent, pour la Couronne le peuplement des deux provinces. L'administration coloniale remplace les Jésuites par des curés, la plupart formés au séminaire de Santa Cruz, et les laisse maîtres des missions. Ils en abusent si bien qu'en 1789, à la suite d'un rapport de Lorenzo Rivera, la présidence de Charcas impose une division des pouvoirs à l'intérieur des réductions : le prêtre aura soin des âmes et de l'instruction, un administrateur civil veillera à la bonne gestion économique et politique (au sens étymologique) de l'ensemble. Les administrateurs nommés à cet effet venaient aussi de Santa Cruz. L'expulsion des Jésuites aboutit à faire passer sous le contrôle des Crucéniens les ressources d'une zone qui leur était restée fermée jusqu'en 1767. Ainsi la « théocratie communiste » s'était-elle muée en réserve au service des parentèles créoles de Santa Cruz, qui disposaient dès lors d'un pouvoir régional qu'elles ne cesseraient de défendre. Les préfets de Santa Cruz avaient donc à se mesurer à la puissance obstinée des familles étendant leurs réseaux vers les missions sous l'emprise de l'administrateur et du curé.

  • 11 Fray Antonio Camajuncosa, op. cit., p. 100 :
    «En una palabra, ellos más quisieran vivir en la brutal (...)
  • 12 Videla projetait une politique de santé publique, (qu'il exprimait par le terme ambigu de salud púb (...)

13Les abus croissants depuis 1789 ont eu pour conséquence la fuite des néophytes, phénomène que les contemporains interprétaient comme un retour à la barbarie, à la brutal libertad del gentilismo11. A ces départs involontaires s'ajoutaient les ravages de la variole et des fièvres, le surcroît de travail qu'entraînait la disparition du bétail, malade ou vendu au Brésil12. Convaincus que « gouverner c'est peupler », les préfets durent donc chercher à neutraliser ces effets du mauvais gouvernemnet, pour faire renaître des missions vides.

  • 13 Vicente Lecuna, Documentas, op. cit., t.I, p. 184 & sqq.
  • 14 Ibid., p. 186.
  • 15 Ibid.

14Mais ceci relevait d'une politique à long terme ; officiers et hommes de guerre, Videla et Velasco avaient d'abord pour mission de refouler l'ennemi. Malgré la présence de troupes royalistes, le danger espagnol était secondaire ; c'était le Brésil qui menaçait ; d'autant que le dernier gouverneur du Chiquitos, le colonel Sebastián Ramos, avait remis le destin de la région à l'Empire portugais13. En vertu d'une capitulation du 24 avril 1825, Ramos soumettait la province à celle du Matto Grosso, afin de résister au « pouvoir révolutionnaire »14 de la République, et de défendre les sagrados derechos de Nuestro Amado Señor15. Ramos jugeait plus conforme à ses principes de passer d'une couronne à une autre, plutôt que d'accepter un changement de régime. A son archaïsme, les préfets opposaient une conception nationale moderne et républicaine. Santa Cruz n'était pas seulement une région menacée par l'ennemi, mais le modèle du rejet d'une dynastie par fidélité à la patrie. L'invasion brésilienne ainsi conçue devenait un stimulant au nationalisme bolivien à bâtir. Sucre l'avait bien compris, qui écrivait à Videla :

  • 16 Ibid., p. 200-201.

«Cuente Ud que si los Brasileños han hecho esta invasión, debemos proponernos la venganza ; y en consecuencia, las prevenciones de Ud serán en el concepto de que no sólo los hemos de echar de Chiquitos, sino internarnos en Mato Grosso y revolucionarles todo elpaís, proclamándoles la libertad, los principios republicanos y demócratas, la ciencia misma y todos los elementos de confusión y desorden que los hagan arrepentir de su injusta y pérfida agresión »16.

  • 17 Ibid., p. 201. Souligné par moi.

15Connaissant bien également la part de xénophobie qui fait l'ossature du nationalisme, Sucre conseillait au préfet de s'appuyer sur la population de Santa Cruz «  en la persuadant que cette cause est une cause nationale, plus juste que la guerre que nous venons d'achever contre les Espagnols »17.

  • 18 Archivo de Santa Cruz, Lettres de Videla, Legajo n° 2, cartas 100 a 110 (sept. 1825) ; legajo n° 4, (...)
  • 19 Archivo nacional de Sucre, Ministerio del Interior, t. 4, n° 14, carta de Videla al ministro de gob (...)

16Encore fallait-il trouver le moyen de cette politique : l'argent, pour payer les troupes et les fonctionnaires, acheter des bêtes de somme, se procurer des remèdes contre les fièvres18. Pourtant, si la correspondance de Videla fait souvent allusion au manque de subsides19, il n'est jamais question de défection des troupes : idéaliste, le préfet l'était peut-être parfois, mais il connaissait aussi les lois de la guerre. Les grands principes voulaient que l'on préservât les civils de toute exaction ; l'efficacité militaire faisait qu'il fermait souvent les yeux. Les troupes s'approvisionnèrent comme elles le purent, et l'invasion brésilienne fut repoussée. Le plus dur restait à faire.

FONDER LA REPUBLIQUE A SANTA CRUZ

  • 20 Décret du Maréchal Sucre, 23.I.1826, in Vicente Lecuna, Documentas, op. cit., t. II, p. 11.

«...Una gran parte de los males que sufren los pueblos en su gobierno y administración depende de la irregularidad con que está dividido el territorio»20.

17La pensée créole ne peut se dispenser de métaphores, mais une figure succède à une autre ; celle du corps politique s'estompe (il en restera toujours quelque chose) au profit de la carte à découper, de l'espace à ordonner. Le découpage administratif nous paraît une pratique allant de soi, mais on ne pensait pas de même au début du XIXème siècle en Amérique : le préfet n'était pas technocrate, mais démiurge. Donner une existence à la Bolivie, c'était l'extraire du flou pour en dessiner les contours. L'Amérique coloniale était constituée de sujets, de corps intermédiaires, de bonnes villes, d'administrateurs délégués, projections ou prolongements de la personne royale. Du moment qu'on tenait les hommes, ou plutôt le corps social, qu'importaient les contours ? En République, les cadres sociaux d'ancien régime devaient disparaître, un cadre géographique et administratif s'y substituerait. La carte remplacerait les liens et les obédiences. Le procédé trouvait bien plus encore à s'appliquer dans les basses terres où la société n'avait guère connu de structures, où l'espace était resté improbable. Le département de Santa Cruz était extrait de la selva ; on lui donnait des contours, qui jusqu'alors avaient été brouillés par l'imprécision des frontières avec le Brésil, par la montée périodique des cours d'eau recouvrant les terres. Sa création délimitait une frontière, instituait des liens entre ses habitants désormais devenus membres d'une même communauté, et la carte, enfin, devait prévaloir sur les débordements de la nature.

18Ainsi les premiers préfets de Santa Cruz ne distinguaient-ils pas un domaine administratif et professionnel – le travail du gestionnaire – de ses significations symboliques assez pompières.

19Au même moment, et avec la même insistance qu'il réclamait des troupes et des ressources pour combattre 1'avancée portugaise, Videla se préoccupait d'emblèmes : il lui fallait des drapeaux, des médailles, et surtout, des bustes du Libérateur.

  • 21 Archivo de Santa Cruz, Legajo N° 2, carta de Videla n° 110, 29.IX.1825.

«Estoy impuesto que se han quitado de las casas consistoriales los bustos de los reyes de España. Es justo que de nuestra vista se alejen las imágenes de nuestra esclavitud ; la humanidad se resiente aún con la memoria de sus verdugos.
«Tan luego como consiga un retrato del Libertador, lo remitiré para que en los referidos lugares se coloque, y aùn en los ángulos remotos del orbe se conozca a Bolivar, al genio que deprimió el orgullo español»21.

  • 22 La littérature officielle du XVIIIème siècle annonçait déjà cette évolution : les éloges, les disco (...)

20Dans la correspondance préfectorale, cette demande souvent se renouvelle. Pendant la période coloniale, l'image du roi avait été toute présente ; elle présidait aux fêtes religieuses et civiles (l'anniversaire du monarque, mais aussi celui du vice-roi, la prise de fonctions des hauts fonctionnaires de l'audience, les prestations de serments...). Lors des pompes funèbres royales, les statues baroques des saints devant elle venaient s'incliner. Or, selon Videla et ses collaborateurs, une image pouvait en chasser une autre ; à Chuquisaca, les députés débattaient de même des effigies au revers de la monnaie républicaine ; le grand homme avait détrôné l'ordre colonial. Jusque dans les basses terres, la nouvelle république naissait de son intercession, et la nouvelle image à contempler enseignait le nouveau régime. La révérence irrationnelle que l'on devait au corps mystique du roi devenait alors l'admiration raisonnée du héros qui a prouvé sa grandeur22.

  • 23 Archivo de Santa Cruz, legajo n° 2, correspondencia con el partido de Mojos, carta de Videla n° 50, (...)

21Avec l'indépendance, tout prenait un sens ; c'est la leçon que tiraient les créoles de leur victoire. L'univers absurde de la colonie s'était mué en monde régi par des lois que la science politique permettait de comprendre23, et dont les citoyens pouvaient saisir le sens rien qu'à étudier certains symboles. L'espace visible du citoyen devait être empli d'images pédagogiques, car l'instruction était bien la grande affaire de la République.

  • 24 Ibid., carta de Videla n° 55, 27.VII.1825.

«La educación pública es el principio de la buena moral y civilización política de los pueblos, y las escuelas son el plantel donde se crían las columnas de la Repúblican»24.

  • 25 Ibid, legajo n° 3, carta de Videla n° 311, 5.VII.1825. (correspondencia con el partido de Vallegran (...)

«La educación es la arteria que anima a los gobiernos populares que, criados en el seno de la civilización, no pueden existir sin esta madre que les da la primera existencia»25

  • 26 Ibid, legajo n° 4, Oficios pasados a la provincia de Chiquitos, Videla al comandante Bedoya, n° 140 (...)
  • 27 Et le plus économique : le maître formait des élèves qui eux-mêmes enseignaient aux plus jeunes ; u (...)

22Videla était convaincu que la cfviliisation pouvait s'inculquer. Mojos et Chiquitos n'étaient restés barbares que par la volonté espagnole de maintenir les colonies dans l'ignorance (c'est-à-dire, dans l'ignorance de leurs droits), le manque d'instruction étant, comme on sait, le meilleur soutien du despotisme26. Au gouvernement central, les préfets réclamaient donc des maîtres, de bons maîtres, laïcs de préférence, et formés à la méthode lancastérienne, le dernier cri de l'innovation pédagogique27.

  • 28 Par ex. : Archivo de Santa Cruz, legajo n° 3, correspondencia con el partido de Vallegrande, «juici (...)
  • 29 En ce qui concerne Marcelino de La Peña, d'Orbigny cite de nombreux épisodes où le gouverneur de Mo (...)

23Cependant, diffuser l'instruction posait d'autres problèmes que celui de savoir où trouver de bons instituteurs. L'enseignement jusqu'alors incombait au clergé. Mais s'en remettre à lui pour éduquer Mojos et Chiquitos appelait des réserves, car ses membres étaient politiquement peu sûrs : bien des prêtres ne cachaient pas leurs sympathies royalistes, ou trouvaient plus conformes à leurs idées de s'entendre avec l'Empire portugais contre la république bolivienne28. Videla, Velasco et Mariano de la Peña ne manifestent aucune indulgence à leur égard29. Leur correspondance abonde en critiques envers ces godos ou brasileños, potentats pressurant les néophytes, et détruisant toute possibilité de prospérité en s'emparant des moindres excédents de la réserve indienne. La plupart sont des anti-modèles, des tyranneaux, mauvais citoyens donnant l'exemple de la lubricité, entravant l'action des autorités. Ils sont pourtant irremplaçables. Quel laïc accepterait de se maintenir longtemps dans ces régions désolées et se montrerait plus scrupuleux avec les revenus si faibles qu'on pouvait lui offrir ? L'attitude des préfets à l'égard de leur clergé est d'autant plus complexe que les premiers organisateurs de l'Etat ont dû vite se rendre compte que l'Eglise représentait une force avec laquelle il fallait inévitablement composer. Les privilèges ecclésiastiques (fuero eclesiástico) ne sont abolis qu'en 1902. Jusqu'à cette date, aucune autorité civile n'est en mesure de sanctionner un clerc : le préfet se contente d'aviser l'évêque des faits les plus scandaleux ; le curé prévaricateur est parfois déplacé, ou même promu à une cure plus rémunératrice. En 1825, l'évêque de Santa Cruz n'est pourtant pas hostile au nouveau régime, au contraire. Bien qu'il réclame une plus grande indépendance financière des curés missionnaires, il soutient, tout comme les préfets, le « système libéral » et résume ainsi ce qui devrait être le but de la république :

  • 30 Archivo nacional de Sucre, Ministerio del Interior, n° 14, 1826 ; lettre-programme de l'évêque Fran (...)

«... Elevarlos [los indígenas] de tanta abyección hasta el glorioso rango de la plena libertad que nos ha dado el Libertador, S.E. el Gran Mariscal, y el ejército colombiano...»30.

  • 31 Ibid., p. 1.
  • 32 A ce sujet, d'Orbigny écrit très justement :
    « Dans un village, éloigné souvent de trente à quarante (...)

24Comment Videla et Velasco pouvaient-ils espérer exercer une autorité véritable sur un corps aussi insaisissable ? L'évêque disait soutenir le nouveau régime et condamnait l'état de « servitude »31 des Mojos et Chiquitos ; on ne connaît pourtant pas un seul cas de véritable sanction qu'il ait exercée à l'encontre d'un prêtre dévoyé. Admonestés depuis Santa Cruz, les missionnaires continuaient sur leurs terres de jouir d'une licence totale32. Ainsi confrontés aux distorsions de la parole et du fait, les préfets s'en tenaient à une attitude comparable. Critiques et méprisants dans leur correspondance, ils pratiquaient une politique de soutien résolu au clergé, concluant, par-delà les abus manifestes, qu'on ne pouvait espérer civiliser Mojos et Chiquitos sans au préalable évangéliser ces provinces. Etait-ce avouer leur défaite, ou ces volontaristes prouvaient-ils par des compromis leur finesse politique ?

  • 33 Aucun des documents consultés ne permet de savoir si les préfets attribuaient l'exploitation de la (...)
  • 34 Le clergé étant désormais appointé par l'Etat qui percevait dîmes et prémices.

25Contrairement à ce qui se passait à La Paz, ou à Chuquisaca, les conflits éventuels entre l'Eglise et l'Etat restaient donc feutrés à Santa Cruz : ne pouvant contrôler à leur gré les missionnaires, les préfets songeaient à d'autres tactiques pour mettre en culture ce monde abandonné, appauvri par des siècles de despotisme colonial, menacé par les convoitises des crucéniens, clercs et laïcs confondus33. Il revenait à l'Etat de se substituer à ces diverses tutelles : les quatre jours de travail que les néophytes devaient aux missionnaires lui seraient dus désormais34. On les consacrerait à développer des cultures commercialisables (sucre, tabac, cacao...). Les Crucéniens seraient dépossédés de leur monopole commercial par la libération des indigènes, désormais jugés aptes à vendre par eux-mêmes leurs productions ;

  • 35 Archivo de Santa Cruz, legajo n° 4, borradores de oficios de la prefectura, carta n° 27, 27.I.1826.

«se ha conseguido la libertad del comercio en este partido [...] en favor de los naturales y del Estado, porque ciertamente el oemercio es la arteria que anima los pueblos, pone en movimiento a sus habitantes y estirpa la ociosidad...»35.

  • 36 Ibid., legajo n° 5, borradores de oficios a Mojos, 1824qq-1825 :
    «Póngalos a la vista que ya ha empe (...)
  • 37 [Note vide dans l'édition originale]
  • 38 Ibid., legajo n° 4, borradores de oficios pasados a la provincia de Chiquitos.
    « En medio de mis càl (...)

26Ainsi Videla projetait-il de fonder une maison de commerce des Naturels de Mojos36. Par voie d'eau, les indigènes enverraient leurs récoltes au marché de Santa Cruz et décideraient eux-mêmes des prix, ou mieux encore, par la route qui restait à tracer, répandraient leurs produits à travers l'ensemble du territoire national, réalisant l'objectif fondamental des préfets : extraire des richesses du département pour en faire une contrée civilisée, le commerce étant entendu comme celui des produits, des idées nouvelles et des bonnes mœurs. Les Indiens devaient quitter la vie sauvage des bois pour devenir villageois, paysans enfin fixés37; attirés par les échanges à la ville, ils acquerraient les rudiments de la vie civile38.

  • 39 Archivo Nacional de Sucre, Ministerio del Interior, t. 4, n° 14, José Videla al general en jefe del (...)

27L'objectif du commerce n'était pas tant l'enrichissement – qui viendrait de surcroît – que la civilisation ; « sacarlos [los indígenas] de la esfera servil en que hasta ahora han gemido »39. En somme, l'essentiel était de faire des citoyens de ces indigènes avilis par une caricature de la civilisation.

  • 40 Ibid, Lettre de l'évêque au ministre Facundo Infante, mars 1826, déjà citée, notamment p. 1&2.
  • 41 Archivo de Santa Cruz, legajo n° 3, carta de Velasco al colonel Francisco López, Buena Vista, 31.VI (...)
  • 42 Ibid., legajo n° 1, correspondencia con el partido de Mojos, carta de Videla, n° 56, 27.VII.1825 : (...)

28L'évêque de Santa Cruz traçant un portait des « naturels » soulignait leur dépravation : ils se révèlent menteurs et paresseux, ils sont ivrognes, il sont libidineux40 ; il existe une nature – genio – parce qu'Indiens ou parce que néophytes encore enclins aux vices de la gentilité – qui condamne pour longtemps les mojos et Chiquitos à l'état de tutelle. On ne rencontre aucune affirmation de ce genre chez les préfets : s'ils insistaient à décrire la misère physiologique des indigènes, ce n'était que pour souligner les effets du mauvais gouvernement colonial41, et la nonchalance qu'ils réprouvaient n'était pas plus le fait des Indiens que des vecinos blancs de Santa Cruz et de leurs représentants42. Ainsi n'existait-il pas pour eux de différence radicale entre les deux groupes d'habitants du département. Les Indiens avaient été l'objet d'oppression, de despotisme, mais une courte période au cours de laquelle leur seraient révélés les bienfaits du commerce devait les mettre à même d'accéder à la pleine conscience de leurs intérêts : c'était cette conscience qui faisait le citoyen. On pouvait dès lors les traiter en administrés comme les autres et envisager de leur confier des responsabilités.

  • 43 Ibid, legajo n° 4, correspondencia varia. Al gobernar de partido, s.d., lettre du cacique Manuel Cr (...)

29Videla et Velasco étaient des individus singuliers, inquiets des obstacles présents, mais d'un optimisme inébranlable pour le proche avenir. Une fois surmontées les difficultés suscitées par les royalistes, les Brésiliens, les intempéries et les mauvaises récoltes, les fièvres, le manque de troupes et d'argent, dans les prochaines années, on verrait le département de Santa Cruz traversé de voies de communications fréquentées par des commerçants-cultivateurs indiens, instruits et connaissant leurs droits, se faisant respecter par les Blancs de la ville, eux aussi mis au travail et convaincus des bienfaits de « nuestro sagrado sistema liberal »43. Les basses terres avaient l'avenir pour elles, même si l'on ne pouvait compter sur l'appui du clergé et d'administrateurs trop corrompus par l'ancien système.

30Un département peuplé de citoyens tous égaux et prospères, le joli tableau naïf dans un décor de paradis tropical. Le projet des préfets était-il à ce point chimérique ?

DES CITOYENS COMME LES AUTRES, OU DES INDIENS A PART ?

31Il est surprenant devoir à quel point Videla et Velasco se souciaient peu du statut d'exception qui avait longtemps marqué leur circonscription. Pourtant, dès la conquête, l'administration coloniale avait distingué les habitants des hautes terres, les Indiens de paix, soumis d'abord à l'Empire inca, puis passés à la couronne hispanique, des Indiens des basses terres, Indiens de guerre, vivant en behetrías, insoumis, anarchiques. Et les jugements portés sur les deux types de sociétés indigènes pouvaient être fort différents selon que l'on privilégiait la règle de nature ou l'ordre chrétien.

  • 44 Roberto Levillier, Antecedentes, op. cit. vol. 1, p. 488-489.
    «Consideran en segundo lugar los Padre (...)

32Au XVIIIème siècle, les missionnaires rappelaient cette ambiguïté quand ils réclamaient pour leurs néophytes des exemptions fiscales : au contraire des Indiens-incaïques, inféodés à la couronne après avoir été défaits, les Mojos et Chiquitos s'étaient de leur plein gré soumis à Sa Majesté. De plus, ces hommes libres devenus sujets volontaires servaient utilement leur suzerain en défendant les prétentions espagnoles contre les avancées brésiliennes ; ils avaient franchi la « frontière » pour, d'une certaine façon, défendre aussi l'Empire44. Ainsi, selon les circonstances et l'auteur, les Indiens des basses terres furent-ils opposés à ceux du haut plateau et des vallées, comme peut l'être le sauvage irrationnel à l'homme d'antique civilisation, ou le guerrier libre au sujet vaincu. Avant le XIXème siècle, les Indiens des basses terres n'étaient donc pas unanimement considérés comme des peuplades inférieures.

  • 45 Francisco de Viedma, Descripción, op. cit.
  • 46 Ibid., p. 251.
    Réformiste Viedma pensait que l'harmonisation des castes de l'audience de Charcas pou (...)

33A leur sujet, une autre question avait été posée : fallait-il préserver les différences de ces Indiens, ou devait-on effacer peu à peu leur spécificité pour homogénéiser le peuplement du pays ? A la fin du XVIIIème siècle, un des précurseurs des préfets, Francisco de Viedma45, défenseur des indigènes contre les abus du clergé et contre l'accaparement des Crucéniens, conseillait d'hispaniser les néophytes, par la langue et par le costume46. En revanche, la Compagnie de Jésus avait tenté de créer une « culture indienne» afin d'uniformiser les indigènes des basses terres, tout en les distinguant des Espagnols. Ainsi, au début du XIXème siècle, des langues indiennes avaient-elles déjà disparu. Quant au costume imposé dans les missions, s'il n'avait plus grand chose à voir avec le costume, ou l'absence de costume traditionnel, il était interdit de copier les modes espagnoles. Les Jésuites étaient de bons fabricants de folklore.

34Lorsque les préfets reconnaissaient à la fois les différences de leurs administrés indigènes et la possibilité d'en faire des citoyens comme les autres, ils ne bouleversaient pas l'ordre établi, mais ils tentaient de trouver une cohérence à de vieilles affirmations contradictoires. La république était une, et les hésitations concernant le statut des indigènes ne devaient pas s'opposer à leur fusion dans une société unanime.

35Qu'entendait-on alors par le terme de citoyen, membre d'un Bat qui se voulait démocratique ?

  • 47 Consulter notamment El Iris de La paz (1827) qui soutient fréquemment cette thèse.
  • 48 Redactor de la Asamblea del año 1826, séance du 30.VI.1826 :
    « Sr. Losa : la soberanía era inalienab (...)

36En 1825-1826, la question est vivement agitée dans la presse et à la Chambre. Sur quelles définitions parvient-on alors à s'accorder ? L'ensemble des députés admet une opposition entre la démocratie pure et la démocratie représentative. La première est celle des cités antiques, celle des peuples sauvages47, et dégénère souvent en anarchie ou régression à l'état de nature, la guerre de tous contre tous. Pour la faire reparaître au XIXème siècle, il faudrait fragmenter la société civile en petites unités fédérées, et la Bolivie a sous les yeux l'exemple des guerres civiles de l'Argentine pour se convaincre des méfaits de cette forme de démocratie. La liberté bien comprise se traduit donc par le système représentatif. Le peuple vote, remet sa souveraineté entre les mains de ses mandants, et s'en retourne à ses affaires, la presse – le quatrième pouvoir – exerçant un contrôle nécessaire à la place des citoyens, réduits au rôle de dei otiosi48. D'une certaine façon, le risque vient de la souveraineté : populaire et permanente, elle devient un danger pour la stabilité du régime ; la paix civile n'est assurée que si on la remet entre les mains d'un petit nombre. Les députés de 1826 craignaient par-dessus tout la possibilité d'association, la reconstitution de liens sociaux susceptibles de faire contrepoids à la minorité des dirigeants éclairés. La république supprima donc tous les corps intermédiaires multipliés sous l'ancien régime, et qui pouvaient s'établir en concurrents du pouvoir central.

  • 49 Redactor de la Asamblea de 1826, séance du 19.VI.1826, p. 162, l'intervention du député Calvimontes

«El querer poner síndicos a los pueblos era considerarlos pupilos : que bajo el gobierno de la libertad, cada hombre debía considerarse con la energía bastante para hacer escuchar sus quejas»49.

37Les députés opposaient ainsi la démocratie moderne à un populisme archaïque qui caractérisait la délégation de l'époque coloniale ; les ayuntamientos, personeros, alcaldes, sindicos..., étaient porte-parole des intérêts locaux et corporatistes, et exerçaient une justice bénévole improvisée, alors que la démocratie moderne se traduisait par l'élection de députés représentant l'ensemble de la nation, par la nomination de juges salariés et compétents, et par la liberté de la presse seule chargée des intérêts locaux. La représentation nationale du XIXème siècle remplaçait les representacones partiales du passé. La première est celle du seul individu, la seconde, celle des corporations. En Bolivie, l'individualisation aboutissait à un paradoxe : au nom de la liberté chèrement conquise, les députés risquaient de nier aux Indiens un droit de vote dont ils disposaient sous l'ancien régime. La corporation (estamiento) indienne existait naguère la république, qui l'avait abolie, reconnaissait-elle l'individu indien ?

38En 1825, les dirigeants créoles possédaient au moins deux certitudes : l'avenir était à la science qui ne saurait manquer de régir toute société, la propriété était son fondement. Ils concevaient la politique comme une science, celle de la gestion des intérêts, qui étaient surtout compris sous la forme de la propriété foncière. D'une certaine façon, la propriété fournissait l'assise de la science politique : le propriétaire est un gestionnaire, le propriétaire possède des intérêts. De là à penser qu'ils se confondent avec l'intérêt général...

39Ces deux principes étaient censés s'appliquer à la Bolivie, constatation qui place, une fois encore, le problème indien au centre de la réflexion des députés. Asseoir la représentation et la citoyenneté sur la propriété ne pouvait se faire que si l'on s'astreignait à ne jamais chercher à légitimer cette propriété ; les créoles se sont déliés de la métropole en niant le droit né de la conquête. Mais sans en appeler à ce même droit, comment pouvaient-ils eux-mêmes fonder leurs prétentions ? Quant à la propriété indienne, tout au long du XIXème siècle, aucune législation ne parviendra à établir si elle est indivise ou emphytéotique, les Indiens de communautés n'étant jamais considérés comme des propriétaires de droit romain, sauf lorsqu'il s'agit de vendre leur lopin.

40Il paraissait donc moins litigieux de fonder la citoyenneté sur l'instruction. Sans doute la plupart des Indiens ne savaient-ils ni lire, ni écrire.

  • 50 Ibid, séance du 21.VIII, discussion du projet de constitution, intervention du ministre de l'Intéri (...)

«En todo el mundo, los que sepan más han de gobernar siempre a los ignorantes : así lo quiere la naturaleza, Señores, y es imposible contrariai sus leyes»50.

  • 51 Ibid, p. 444, intervention de Casimiro Olañeta.

«...A la verdad, la soberanía en los gobiernos representativos no debe ejercerla el pueblo, sino los que tengan luces suficientes para hacer su felicidad, y el pacto de asociación se ha formado precisamente sobre esta base...»51.

  • 52 Je n'ai pas considéré comme une tendance supplémentaire les velléités d'en référer à un passé indig (...)
  • 53 Ainsi au XXème siècle, des groupes et des partis qui ne se reconnaîtraient jamais dans ces ancêtres (...)

41Cependant, une minorité importante refusait de priver la population indienne de la citoyenneté au nom des lumières qui lui auraient fait défaut. Ainsi deux conceptions s'affrontent-elles52 : l'une présentant les Indiens comme le Peuple, souverain quelles que soient ses caractéristiques, l'autre n'y trouvant qu'une masse sans conscience53. Selon la première, les Indiens sont membres majoritaires de fa société, et l'on ne peut imaginer de pacte valide sans leur consentement.

  • 54 Op. cit., intervention du député Losa, p. 443.

... » Si los indígenas no participan de todos los bienes de la sociedad, el pacto con respecto de ellos serà nulo y de ningún valor. Por otra parte, se ha sancionado que la soberanía reside en el pueblo, y este pueblo lο componen todos los bolivianos, siendo los indigenas cuanto menos de las dos terceras partes de estos»54.

  • 55 Ibid, p. 444.

42Ainsi définit-on un patriotisme de participation, et non plus des devoirs envers un suzerain, une métropole : « Los indígenas no podrían amar a una Ρatria que los desconoce »55.

43Pour affaiblir les arguments soulignant l'ignorance des Indiens, ces députés unanimistes rappelaient que ne savoir ni lire ni écrire n'empêchait pas de connaîtras ses intérêts, ni de le faire savoir.

  • 56 Ibid., séance du 21.VIII.1826, intervention du député Cabrera, p. 443.

«...Aquellos conocían perfectamente sus intereses, y votaban según su opinión, denegándose a sugestiones estrañas»56

44La population indigène représentait donc une paysannerie sagace, par bien des aspects supérieure en jugement aux classes travailleuses de l'Europe.

45L'affirmation que les Indiens forment le peuple s'appuie sur une autre proposition : ce sont eux qui détiennent la légitimité de la propriété et de l'antériorité du peuplement en Amérique.

  • 57 Ibid., séance du 16.VIII.1826, intervention du député Calvo, p. 420.

«El señor Clavo dijo [...] que estos eran dueños del país y más naturales que los blancos57.

  • 58 Ibid., séance du 14.VII.1826, intervention du député Orihuela, p. 274.

46Les Indiens sont les maîtres légitimes et avisés, les citoyens majoritaires de l'Etat bolivien : c'est dès lors le rôle des députés, et plus amplement, de l'ensemble des créoles, qui est mis en question58.

  • 59 Ibid., intervention du député Calvimonte, p. 275, souligné par moi.

«... La [palabra] de indio, que lejos de ser degradante, es honrosa para ellos mismos, porque tienen sangre más pura que nosotros que somos cholos»59.

47Quelques députés de 1826 esquissèrent donc une pensée du métissage. Ils considéraient qu'être métis pouvait, sous un certain angle, être péjoratif, et indien, plus légitime. Minoritaire, leur tentative ne fut cependant pas totalement enterrée ; à la fin du siècle, en 1880, les mêmes arguments réapparaissaient à la Chambre.

  • 60 Redactor de la Convención Nacional del año de 1880, intervention du député Merizalde, p. 277 & sqq.

«...Me he formado la creencia y he considerado siempre a la raza indígena como Nación, como habitante primitiva y única dueña de este suelo llamado América [...] No seamos inicuos ni ingratos con una raza que a pesar de que vamos a vanagloriarnos de españolismo, en fin es nuestra propia raza, la raza madre...»60.

48Mais ces velléités ne sont que les états d'âme de créoles peu sûrs de leurs origines et de leurs droits. Ancêtres de l'idéologie du métissage, chère au populisme contemporain ? Peut-être. Vœux pieux, dans tous les cas.

  • 61 Redactor de la Asamblea del ano de 1826, op. cit., séance du 16.VIII., p. 418.
  • 62 Ibid., séance du 21.VIII.1826, intervention de Casimiro Olañeta, p. 448 :
    «Si ellos (argumentas de l (...)
  • 63 Ibid, séance du 14.VII.1826, p. 274.

49Etant entendu qu'on ne fait pas forcément de la bonne politique avec des bons sentiments, la majorité des députés préférait considérer les indigènes comme une masse sans existence politique, à placer sous tutelle61. En vertu de l'incompétence des Indiens62, la démocratie se fondait sur leur exclusion du corps politique, l'égalité des droits civils n'impliquant pas celle des drois politiques. Ainsi pouvait-on priver les Indiens du droit de vote et exiger la suppression des inégalités fiscales « porque todos éramos iguales »63. Casimiro Olañeta, qui soutenait ces propositions, résolvait le malaise logique produit par ces affirmations contradictoires, en substituant à une communauté de corps une communauté médiatisée : celle des intérêts. Les représentations corporatives étaient détruites, subsistait celle des individus propriétaires. Dans un Etat en fondation, ces législateurs supprimaient les liens de la monarchie et ceux de l'unanimité populaire. A ce libéralisme fragile aurait pu s'appliquer la critique de Donoso Cortés :

  • 64 Juan Donoso Cortès, Ensayo sobre el catolicismo, el liberalismo y el socialismo (1851), Madrid, 197 (...)

«La escuela liberal, enemiga a un mismo tiempo de las tinieblas y de la luz, ha escogido para sí no sé qué crepúsculo incierto entre las regiones luminosas y las opacas, entre las sombras eternas y las divinas auroras. Puesta en esta región sin sombra,ha cometido la empresa de gobernar sin pueblo y sin Dios[...] y con todos estos contraprincipios se propone una sola cosa : alcanzar a fuerza de artificio y de industria a un equilibrio que nunca alcanza...»64.

50D'une telle doctrine, les préfets de Santa Cruz avaient su choisir ce qui convenait à l'heure : faire des Indiens des citoyens, c'était d'abord s'opposer habilement aux prétentions des vecinos de Santa Cruz, et libérer les ressources de la réserve indienne du groupe régional qui les avait monopolisées depuis un demi-siècle. Elevés à la dignité de citoyens, les néophytes passaient aussitôt au service de l'Etat. Parcourant, en 1831, les différentes missions de Mojos et Chiquitos, Alcide d'Orbigny constatait que les habitants y devaient quatre jours de travail par semaine à l'Etat, et plus encore dans certains cas.

  • 65 Alcide d'Orbigny, Fragments, op. cit, p. 27-28, souligné par moi.

« Quarante métiers à tisser sont constamment en action ; j'y vis de plus des tanneurs, des cordonniers, des menuisiers, des tourneurs, des forgerons. Je remarquai aussi des usines pour le raffinage et le blanchiment de la cire des abeilles sauvages, et pour la fabrication du sucre. Ces ateliers donnent des produits expédiés tous les ans à Santa Cruz pour le compte de l'Etat qui seul est Ici propriétaire »65.

51Du service des hommes de Dieu, puis des caciques locaux, les Indiens étaient passés à celui de l'Etat.

52Aurait-il donc suffi de si peu de temps pour qu'aboutisse le projet des premiers préfets de Santa Cruz ? Avaient-ils si facilement gagné la partie contre les ambitions privées des Crucéniens ? Il semble en fait que ce n'était qu'une victoire éphémère. Quelques décennies plus tard, la mainmise de l'Etat a disparu, et la réserve indienne est disputée par Santa Cruz et par Cochabamba ; l'ouverture du commerce a multiplié les potentats locaux, le génocide est commencé.

  • 66 Gabriel René-Moreno, Biblioteca, op. cit., p. 106.

«Un puñado de blanco s hace su vida y realiza sus emprezas industriales no ya a costa de los gemidos, sino de la destrucción de los indios. Si en 1831 no había entre los superiores sino autócratas – amos y señores de los Mojenos – ahora que por la ley política estos últimos son ya libres, por obra de otra ley tan irresistible como irremediable, todos los blancos son tiranos en Mojos, y tienen los indios que escoger entre la esclavitud mortifera de afuera e la servitud mortifera de adentro»66.

  • 67 Ibid., p. 132 : « laboratorio naturalista ».

53La région est cependant restée exemplaire : dans les premiers temps de la république, elle était l'archétype des méfaits de la religion associée au despotisme. A la fin du XIXème siècle, elle devenait un « laboratoire d'histoire naturelle »67 : la liberté du commerce avait mis en contact des races biologiquement si disparates que l'on pouvait désormais y observer in vivo comment dans toute leur rigueur s'appliquaient les lois de la sélection darwinienne. En 1825, les préfets modelaient leur département, affirmant par là que c'était l'homme, l'individu, qui faisait l'avenir ; ils pensaient aussi qu'il n'y avait pas de bons sauvages, mais qu'il n'existait que des citoyens potentiels à civiliser, et que ce serait l'œuvre du bon gouvernement, de la liberté de commerce, et de la prospérité économique qui s'ensuivrait. A la fin du XIXème siècle, le meilleur et le plus lucide des écrivains boliviens démolissait ces dogmes : l'individu n'est rien, ce sont la race et le sang qui seuls font l'histoire ; ainsi le bon sauvage de Mojos va-t-il mourir, et c'est cette panacée du commerce qui lui est mortifère.

  • 68 En 1842, le vaste département de Santa Cruz a été divisé en deux ; l'ancienne province de Mojos a f (...)

54Le préfet d'alors68, conscient du génocide en cours, n'imagine plus que de faire au plus vite marche arrière. Le seul espoir de sauver ce qui reste des Mojos est d'en revenir au système jésuitique.

  • 69 José Maria Urdininea, Carta al ministro de Gobierno, 17.IX.1887, Archivo Nacional de Sucre.

«Para hacer resuscitar al Beni hay que proteger al Indio, sometiéndole al antiguo régimen observado por los jesuitas y que produjo tan brillantes resultados»69.

55Les préfets de 1825 ont donc échoué dans leur objectif puisque la République en est réduite à recourir – trop tard – au modèle missionnaire synonyme des siècles obscurs de la colonie. Pourtant, cet échec ne condamne pas leur œuvre. Si Videla et Velasco attribuaient si aisément la citoyenneté aux Indiens Mojos et Chiquitos, sans même se donner la peine de la discuter, comme les députés réunis à Chuquisaca, sans doute était-ce parce que la diversité ethnique était, pour eux, fort secondaire, le but qu'ils poursuivaient étant l'unification du territoire national. De même qu'il n'existait pas de différence essentielle entre Indiens et Blancs, il n'y avait pas d'antagonisme réel entre Santa Cruz et le reste du pays, entre les basses et les hautes terres.

56Le voyageur découvrant aujourd'hui Santa Cruz y apprend vite deux termes qui divisent toute l'humanité comme en deux espèces : les cambas, ceux du bas, les collas, ceux d'en haut. Le camba, le Crucénien, est vif, gai, généreux ; le colla, renfermé, âpre au gain. Le raffinement est camba, la rusticité colla. Aujourd'hui, les barbares viendraient du haut. Au début du XIXème siècle, la richesse (ou ce qui restait des ruines de la colonie) se trouvait dans le haut Pérou, comme si le cône d'argent du Potosí résumait tout l'espace andin, auquel on opposait la jachère de la selva. Depuis les années 1960-70, c'est le dynamisme de Santa Cruz que l'on oppose à la marginalisation des Andes.

57La route souhaitée depuis le XVIIIème siècle, reliant Santa Cruz à Cochabamba, fut achevée en 1954, et l'on donna alors le maximum d'atouts à ce front pionnier ; 80 à 90 % des crédits internationaux destinés à l'agriculture furent dirigés vers le département, les plantations de riz et de canne à sucre parvinrent ainsi à un développement rapide, en même temps que commençait l'exploitation de gisements pétrolifères. Les comités pro Santa Cruz, d'opposition phalangiste, parvenaient à cristalliser un régionalisme vigoureux, efficace au point de se faire attribuer la gestion des regalías, représentant 11 % des taxes pétrolières perçues dans le département. La ville, la région, connaissaient alors un essor inespéré ; la ville étendait le cercle de ses boulevards, la région se peuplait d'immigrants et de saisonniers venus de Cochabamba et de La Paz.

58En 1983, l'élan est retombé, mais la prospérité n'a pas disparu, et par son peuplement Santa Cruz se retrouve aujourd'hui ville andine. La route et le commerce n'ont-ils pas, comme le rêvaient Videla et Velasco, entraîné le brassage du pays, la richesse du département ?

***

  • 70 José Ignaci de Molina, Perú, el cumplimiento de la ley por el órgano republicano, Lima, Concha, 182 (...)
  • 71 Et préoccupés de la solitude de leurs subordonnés auxquels ils envoyaient des brochures afin de les (...)

59Au même temps que Videla et Velasco administraient leur circonscription, un Liménien revenu d'Espagne écrivait : « Constituer une nation, c'est fabriquer un monde, et pour construire ce genre d'édifices, il faut des architectes de mondes »70. C'est bien ainsi que Videla, Velasco et Mariano de la Peña entendaient leur mission. Ces hommes seuls71, ne reconnaissant qu'un seul peuplement, uniformisé par ses droits : l'ensemble des citoyens. De l'homme isolé, chargé du rôle de bâtisseur, à celui du grand homme, le pas était vite franchi, et ainsi s'éclaire l'insistance que les préfets avaient à rappeler l'image de leur modèle, Bolivar. Le Libérateur avait régénéré l'Amérique avilie pour la faire renaître à la liberté. Les préfets devaient de même libérer et faire renaître au monde Mojos et Chiquitos, tirés de leurs fanges.

  • 72 Edmund Burke, Réflexions sur la révolution française, Paris, (1790-, 1819, p. 317.

60Mais alors que Bolivar s'inquiétait, dans la fin de sa vie, de raccrocher son œuvre à quelque pilier inspiré du passé, qu'il tentait par des magistratures à vie et des dignités héréditaires de renouer la chaîne du temps rompue par l'indépendance, les préfets ne se souciaient que d'avenir, sans se préoccuper davantage du passé72.

  • 73 Ibid, p. 287.

« Je ne peux concevoir comment un homme peut parvenir à un degré si élevé de présomption, que son pays ne lui semble plus qu'une carte blanche sur laquelle il peut griffonner à plaisir »73.

61La réalisation de la route projetée depuis deux siècles, les migrations internes, l'injection de capitaux et l'esprit d'entreprise des Crucéniens ont pourtant, dans une large mesure, donné raison aux préfets présomptueux. Mais les caprices du temps, propres aux basses terres, les auraient-ils rappelés à la modestie ? Les berges du Piraï sont maintenant sous les eaux ; le río a grossi de six mètres, et la ville de Santa Cruz enserrée dans ses anneaux est un point rond sur l'eau.

62Cet article doit beaucoup à l'amabilité de Don Hernando Sanabria Fernández, et aux conseils de Jean-Pierre Lavaud et de Thierry Saignes.

Notes

1 Hernando Sanabria Fernández, « Los archivos de Santa-Cruz-de-la-Sierra », Universidad Mayor de San Andrés, Boletin del Archivo de La Paz, año II, n° 4, La Paz, 1877.

2 Bibliothèque de l'Université René-Moreno de Santa-Cruz, section « Archivo » (préfectura) : dans la suite, Archivo de Santa Cruz).
Legajo n° 1 - 1824, intendencia de Santa Cruz,
Legajo n° 2 - Presidencia del departamento libre de Santa Cruz (catalogation sommaire réalisée en 1968) :
1825 correspondence con el partido de Mojos
" " " gobierno de Chiquitos
1825 expedientes del gobierno de San Rafael
correspondence con las autoridades civiles y militares de Mojos y Chiquitos durante la invasión portuguesa.

Legajo n°3 - Presidencia del departamento libre de Santa Cruz. Gobierno y administración. Tesoro publico. Correspondence con el partido de Vallegrande (1825).
Legajo n° 4 - Prefecture. Autos de gobierno. Correspondencia. Ramo de. hacienda (1826).
Legajo n° 5 - Prefecture.· Borradores de oficios a Mojos. (1824-1829).
Legajo n° 6 - Intendencia de policía (1825 a 1829).
Legajo n° 7 - Colección de bandos publicados desde el 28 de junio de 1824 hasta 1827.

3 Archivo national de Sucre :
- Serie Publicaciones oficiales, Ministro del Interior, correspondencia, 1825-1826 ;
- periódicos (notamment
El Cóndor de Bolivia, et El Iris de La Paz)
- sección Libros raros y curiosos
- El Redactor de la Asamblea, 1825-1826.
- Sección folletería.
Malgré l'éloignement géographique, il existait des liens étroits entre le gouvernement central du Maréchal Sucre et les préfets. Ainsi, les aller-retour des débats de Chuquisaca à Santa Cruz, la correspondance entre Sucre et Bolivar, les décrets concernant Santa Cruz, et l'action des préfets, tout se tient.

4 Archivo del Banco central de Quito, (anciennement fondo Jijón y Caamaño), Manuscritos, vol. 26, f° s. 212-215, s.d. (1779).

5 Bien que Miguel Velasco, à plusieurs reprises vice-président et président de la République, ait connu un destin plus prestigieux que José Videla, il ne semble pas avoir été le meilleur des préfets :
«El general Velasco en Santa Cruz está bien querido, porque es muy bueno, pero, no sirve, dicen, para prefecto» (Vicente Lecuna, Documentos referentes a la creación de Bolivia, Caracas, 1925, tome II, p. 176, Lettre de Sucre à Bolivar, Chuquisaca, 27.V.1826).
A comparer leur correspondance, Velasco apparaît en effet moins original et moins profond que son prédecesseur Videla.

6 En tant que commandant militaire de Mojos en 1825-1826, puis comme intendant de police de Santa Cruz en 1829, et gouverneur de Mojos en 1830. Né à Cuzco, il est lieutenant-colonel de l'armée royaliste au début des guerres d'indépendance, et c'est sous ce grade qu'il fut vaincu à la bataille de Santa Bárbara (1815), dans la province de Mojos. Quelques temps plus tard, il passe au service de la République et se comporte dès lors en bâtisseur d'Etat. D'Orbigny, qui l'appréciait beaucoup, le décrit comme un honnête homme de progrès, quelque peu anti-clérical.

7 D'après un recensement de 1826 effectué sur l'ordre de Videla, leur nombre est précisément de 9026 (2 426 hommes, 4 052 femmes, 2 548 enfants. La guerre a été meurtrière, le petit nombre d'hommes le souligne). In Estado en que se manifiestan las riquezas y la población del departamento de Santa Cruz de la sierra, Archivo Nacional de Sucre, Ministerio del Interior, t. 14, n° 18 (2).

8 Vicente Lecuna, Documentos, op. cit., tome I, p. 303. Le département le plus pauvre, après celui de Santa Cruz, Oruro, rapporte néanmoins 203 924 pesos.

9 Pour retracer un rapide tableau de l'évolution de Mojos et Chiquitos, j'ai utilisé les sources suivantes :
- Roberto Levillier, Antecedentes de política económica en el Río de la Plata, Madrid, 2 vol, 1915. Notamment, in tome 1 : « Representación del padre provincial de la Compañia de Jesus del Paraguay » (1746) ; p. 486 & sqq.
- Gabriel René-Moreno, Biblioteca boliviana. Catálogo del Archivo de Mojos y Chiquitos, Santiago de Chile, 1888, 625 p.
- Fray Antonio de Camajuncosa, Misiones a cargo del colegio de Nuestra Señora, in Colección Pedro de Angelis, vol. VII, Buenos Aires, 1836.
- Alcide d'Orbigny, Fragments d'un voyage au centre de l'Amérique méridionale Paris, 1845, 584 p.
- Francisco de Viedma, Descripción geogràfica y estadística de la provincia de Santa Cruz de la Sierra (2. III. 1793), colección Pedro de Angells, Buenos Aires, 1836, réédition fac-simile Cochabamba, 1969. D'Orbigny se réfère fréquemment à l'œuvre de Viedma, et la fit connaître à son compagnon Marcelino de la Peña.
- Informe de Daniel Suárez, préfet de Mojos lors de l'insurrection indienne et de la poussée messianique de 1887, Chuquisaca, 1888 (Archivo Nacional de Sucre).

10 Francisco de Viedma, Descripción, op. cit. ; le partido de Santa Cruz comprend 180 163 habitants, dont 21 010 dans les réductions.

11 Fray Antonio Camajuncosa, op. cit., p. 100 :
«En una palabra, ellos más quisieran vivir en la brutal libertad del gentilismo, que en lapolitica y provechosa sujeción del cristianismo».

12 Videla projetait une politique de santé publique, (qu'il exprimait par le terme ambigu de salud pública) :
«Una de la más notables miserias a que se hallan reducidos estos infelices naturales es el abandono con que se han mirado en sus enfermedades. Los males que continuamente padecen son fiebres y tercianas [...]la desoladora peste de la viruela que en este clima tan ardiente ha destruido en otros tiempos pueblos enteros, se podría evitar con la vacuna» (Archivo de Santa Cruz
legajo n°4, Gobierno de Mojos, desde julio hasta octubre de 1825, carta n° 96, 8. IX.).

13 Vicente Lecuna, Documentas, op. cit., t.I, p. 184 & sqq.

14 Ibid., p. 186.

15 Ibid.

16 Ibid., p. 200-201.

17 Ibid., p. 201. Souligné par moi.

18 Archivo de Santa Cruz, Lettres de Videla, Legajo n° 2, cartas 100 a 110 (sept. 1825) ; legajo n° 4, carta n° 96.

19 Archivo nacional de Sucre, Ministerio del Interior, t. 4, n° 14, carta de Videla al ministro de gobierno, n° 161, 27. VIII ; 1825 :
« No tengo como subvenir a los gastos militares, el fondo de la hacienda pública se halla increiblemente agotado ».

20 Décret du Maréchal Sucre, 23.I.1826, in Vicente Lecuna, Documentas, op. cit., t. II, p. 11.

21 Archivo de Santa Cruz, Legajo N° 2, carta de Videla n° 110, 29.IX.1825.

22 La littérature officielle du XVIIIème siècle annonçait déjà cette évolution : les éloges, les discours funèbres, etc., traitant des « bons rois » (notamment à propos de Charles III, mort en 1788), tiennent à rappeler que le roi fut bon parce qu'il ne se contenta pas de naître, mais qu'il a aussi agi efficacement en faveur du royaume.
De même, la marge entre l'irrationalité du culte royal et la rationalité de celui rendu au grand homme n'est-elle pas aussi grande que le disaient les contemporains : que de fois n'a-t-on pas qualifié Bolivar du titre de demi-dieu, de « nouveau Romulus » !

23 Archivo de Santa Cruz, legajo n° 2, correspondencia con el partido de Mojos, carta de Videla n° 50, 24.VII.1825 : «Los progresos y adelantamientos en lo politico...».

24 Ibid., carta de Videla n° 55, 27.VII.1825.

25 Ibid, legajo n° 3, carta de Videla n° 311, 5.VII.1825. (correspondencia con el partido de Vallegrande).

26 Ibid, legajo n° 4, Oficios pasados a la provincia de Chiquitos, Videla al comandante Bedoya, n° 140, 18.VIII.1825 : «El abismo de ignorancia en que gimen estos pueblos, los desastres que padecen sus habitantes y la misma inmoralidad en que viven, todo, todo nace de la falta de educación civil, mientras los hombres carecen de conocimientos son màs capaces de delitos y de menos esperanza de ser alguna vez màs útiles a la sociedad».

27 Et le plus économique : le maître formait des élèves qui eux-mêmes enseignaient aux plus jeunes ; un seul professeur pouvait ainsi suffire à plusieurs classes. Cf. Archivo Nacional de Sucre, Ministerio del Interior, t. 4, n° 14, lettre de Videla à Sucre, n° 143, 12.VIII.1825.

28 Par ex. : Archivo de Santa Cruz, legajo n° 3, correspondencia con el partido de Vallegrande, «juicio seguido contra el presbítero Jacinto Paz por infidencia a la Patria», 23.VIII.1825.

29 En ce qui concerne Marcelino de La Peña, d'Orbigny cite de nombreux épisodes où le gouverneur de Mojos mettait en scène l'obscurantisme et la servilité du clergé (op. cit., p. 145).

30 Archivo nacional de Sucre, Ministerio del Interior, n° 14, 1826 ; lettre-programme de l'évêque Francisco Agustín au secrétaire général de Gobierno, Facundo Infante, p. 2.

31 Ibid., p. 1.

32 A ce sujet, d'Orbigny écrit très justement :
« Dans un village, éloigné souvent de trente à quarante lieues des autres et affranchi de tout contrôle des autorités supérieures, deux hommes, le curé et l'administrateur, se partagent un pouvoir sans limites, et peuvent satisfaire tous leur caprices, toutes leurs fantaisies, sans éprouver la moindre résistance de la part des indigènes [...] Le plaisir de commander despotiquement devient une habitude à laquelle on ne renonce pas sans peine. J'ai vu à Santa Cruz d'anciens curés et d'anciens administrateurs de Chiquitos et Mojos qui ne pouvaient plus vivre dans la société » (p. 172-173).

33 Aucun des documents consultés ne permet de savoir si les préfets attribuaient l'exploitation de la réserve indienne à deux groupes, l'Eglise d'une part, les commerçants crucéniens d'autre part, ou s'ils avaient une vision plus nuancée du phénomène (sans doute plus conforme à la réalité), interprétant cela comme une stratégie d'ensemble d'un même groupe régional, qu'il soit constitué de laïcs ou de clercs.

34 Le clergé étant désormais appointé par l'Etat qui percevait dîmes et prémices.

35 Archivo de Santa Cruz, legajo n° 4, borradores de oficios de la prefectura, carta n° 27, 27.I.1826.

36 Ibid., legajo n° 5, borradores de oficios a Mojos, 1824qq-1825 :
«Póngalos a la vista que ya ha empezado a habilitarse el comercio con los cruceños, que ya pueden vender sus producciones y comprar sus necesidades si viven en población, lo que no pueden conseguir mientras viven en los montes, y experimentar el dulce placer de verios en sus pueblos ».

37 [Note vide dans l'édition originale]

38 Ibid., legajo n° 4, borradores de oficios pasados a la provincia de Chiquitos.
« En medio de mis càlculos para aliviarles (los indígenas) en su suerte, no encontré otra evidencia más eficaz que ponerlos en roce con demás gentes... » (carta n° 140, 18.VIII.1826).

39 Archivo Nacional de Sucre, Ministerio del Interior, t. 4, n° 14, José Videla al general en jefe del E.M.G., Andrés Santa Cruz, n° 103, 8.VII.1825.

40 Ibid, Lettre de l'évêque au ministre Facundo Infante, mars 1826, déjà citée, notamment p. 1&2.

41 Archivo de Santa Cruz, legajo n° 3, carta de Velasco al colonel Francisco López, Buena Vista, 31.VII.1826 :
« Los habitantes están en la última miseria de pobreza y abatimiento. Su constitucíon ha sido la más infame, degradante, y distinta de los demás hombres ; se resiente la humanidad al contemplar la desgracia de estos infelices, y el estado de humiliación y abatimiento en que han vivido tantos años sujetos a unas leyes las màs duras y bárbaras ».

42 Ibid., legajo n° 1, correspondencia con el partido de Mojos, carta de Videla, n° 56, 27.VII.1825 : « la apatía y la falsa politica de sus mandatarios ».

43 Ibid, legajo n° 4, correspondencia varia. Al gobernar de partido, s.d., lettre du cacique Manuel Cristóbal Ximenes.

44 Roberto Levillier, Antecedentes, op. cit. vol. 1, p. 488-489.
«Consideran en segundo lugar los Padres doctrineros que estos indios son presidarios declarados por tales de vuestros ministros reales contra los Portugueses del Estado del Brasil, en cuyos confines están situados, defendiendo pour su parte, como hasta ahora han defendido a dicha nación el paso a las ricas minas de Potosí : no así los indios encomenderos. Consideran màs los Padres doctrineros que los indios encomenderos fueron conquistados y sujetados a vuestra real corona con armas españolas a diferencia de los indios de estas misiones que espontáneamente se sujetaron y rindieron la cerviz al suave yugo del Evangelio y al vasallaje de Vuestra Majestad». (Representación del Padre Provincial de la Compañía de Jesus del Paraguay a S.M., Córdoba de Tucumán, 30.I.1746).

45 Francisco de Viedma, Descripción, op. cit.

46 Ibid., p. 251.
Réformiste Viedma pensait que l'harmonisation des castes de l'audience de Charcas pouvait se réaliser par étapes : il s'agissait d'abord d'uniformiser le statut des Indiens, qu'on rapprocherait ensuite du statut hispanique. Il fallait donc commencer par supprimer les différences créées entre Indiens des basses terres, et Indiens des hautes terres. Ainsi le paiement du tribut, que la république condamnera (tout en le maintenant jusqu'au XXème siècle), apparaissait-il dans les basses terres comme une amélioration, transformant les Indiens mineurs sous tutelle en sujets contribuables.

47 Consulter notamment El Iris de La paz (1827) qui soutient fréquemment cette thèse.

48 Redactor de la Asamblea del año 1826, séance du 30.VI.1826 :
« Sr. Losa : la soberanía era inalienable ; que apenas puede ser representada, que por consiguiente los electores no están autorizados para presenter un Presidente, pues que han cesado sus funciones con el nombramiento de diputado (p. 222. Souligné par moi).
El Cóndor de Bolivia, n° 3, 17.XII.1825 :
« La
libertad de la prensa, este instrumento poderoso amigo del pueblo y la primera garantis social, es su ùnica arma para con ella atacar los abuses del gobierno (souligné par moi).

49 Redactor de la Asamblea de 1826, séance du 19.VI.1826, p. 162, l'intervention du député Calvimontes.

50 Ibid, séance du 21.VIII, discussion du projet de constitution, intervention du ministre de l'Intérieur, Facundo Infante, p. 446.

51 Ibid, p. 444, intervention de Casimiro Olañeta.

52 Je n'ai pas considéré comme une tendance supplémentaire les velléités d'en référer à un passé indigène mythique («...la felicidad de que disfrutaban los miembros del imperio de los Incas, sin saber leer ni escribir», intervention du député Bozo, op. cit., p. 445), et ceux qui faisaient de Tupac Catari le précurseur de l'indépendance («...pues que desde el año ochenta tenían ideas de libertad, aunque no ilustración», intervention du député Barra, op. cit.,p. 451).

53 Ainsi au XXème siècle, des groupes et des partis qui ne se reconnaîtraient jamais dans ces ancêtres conservateurs, parlent-ils de « conscientiser les masses ».

54 Op. cit., intervention du député Losa, p. 443.

55 Ibid, p. 444.

56 Ibid., séance du 21.VIII.1826, intervention du député Cabrera, p. 443.

57 Ibid., séance du 16.VIII.1826, intervention du député Calvo, p. 420.

58 Ibid., séance du 14.VII.1826, intervention du député Orihuela, p. 274.

59 Ibid., intervention du député Calvimonte, p. 275, souligné par moi.

60 Redactor de la Convención Nacional del año de 1880, intervention du député Merizalde, p. 277 & sqq.

61 Redactor de la Asamblea del ano de 1826, op. cit., séance du 16.VIII., p. 418.

62 Ibid., séance du 21.VIII.1826, intervention de Casimiro Olañeta, p. 448 :
«Si ellos (argumentas de la soberanía del pueblo y del pacta social) valieran algo, deberían ir a votar las mujeres, los niños, los imbéciles, pública deben estar escluidos de bs actos públicos».

63 Ibid, séance du 14.VII.1826, p. 274.

64 Juan Donoso Cortès, Ensayo sobre el catolicismo, el liberalismo y el socialismo (1851), Madrid, 1978, p. 219 et p. 222.

65 Alcide d'Orbigny, Fragments, op. cit, p. 27-28, souligné par moi.

66 Gabriel René-Moreno, Biblioteca, op. cit., p. 106.

67 Ibid., p. 132 : « laboratorio naturalista ».

68 En 1842, le vaste département de Santa Cruz a été divisé en deux ; l'ancienne province de Mojos a formé le département du Beni. C'est le préfet du Beni que je cite ici.

69 José Maria Urdininea, Carta al ministro de Gobierno, 17.IX.1887, Archivo Nacional de Sucre.

70 José Ignaci de Molina, Perú, el cumplimiento de la ley por el órgano republicano, Lima, Concha, 1827, p. 1.

71 Et préoccupés de la solitude de leurs subordonnés auxquels ils envoyaient des brochures afin de les distraire "porque la soledad de estos países es grande y ningún el entretenimiento, y con ellos (papeles) podrá uno distraer la melancolía" (Archivo de Santa Cruz, legajo n° 3, carta de Pedro Bedoya a José Videla, 7.X.1825).

72 Edmund Burke, Réflexions sur la révolution française, Paris, (1790-, 1819, p. 317.

73 Ibid, p. 287.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540