Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Institutions coloniales et réalités sociales en Amérique espagnole

 | 
Marie-Cécile Bénassy
, 
André Saint-Lu

José Domingo Rus, Député De Maracaibo Aux Cortès De Cadix (Mars 1812-Mai 1814)

Marie-Laure Rieu

Résumé

Ce député créole, bien représentatif de la société des colons, épouse les inquiétudes de l'oligarghie blanche face aux risques de mobilité sociales des pardos, et considère les indigènes comme des marginaux. Dans l'ordre économique, il demande tout un programme de réformes en faveur de sa province, qu'il défend aussi avec ardeur sur le plan administratif. Politiquement conservateur, son fidélisme n'exclut pas une sensibilité américaniste qui l'amène à revendiquer la dignité de l'homme américain

Este diputado criollo, muy representativo de la sociedad de los colonos, comparte las inquietudes de la oligarquía blanca trente a los riesgos de movilidad social de los pardos, y considera a los indigenes como unos marginales. En el orden económico, pide todo un programa de reformas a favor de su provincia, que defiende también con calor en el terreno administrativo. Políticamente conservador, su «fidelismo» no excluye una sensibilidad americanista que le lleva a reivindicar la dignidad del hombre americano

Texte intégral

  • 1 Diario de las discusiones y actas de las Cortes, 1810-1813, 23 vol.
  • 2 José-Domingo Rus Ortega y Azarraullia, Maracaibo representado en todos sus ramos, por su hijo dipu (...)

1Comme tous les députés créoles aux Cortès de Cadix, José-Domingo Rus inscrit ses revendications dans le cadre de la fidélité à l'Espagne. J'ai choisi, pour l'étude d'un cas particulier et cependant représentatif, celui, peu connu, du député de Maracaibo, parce qu'il a effectivement été élu par sa ville et n'a jamais été désavoué par ses électeurs. D'autre part, Maracaibo est restée fidèle à l'Espagne, non par inertie historique mais par choix, et s'est opposée en cela à Caracas, Santa Fé de Bogotá, Cartagena, etc. Enfin, le travail parlementaire de Rus offre un corpus documentaire suffisant : outre ses interventions aux sessions des Cortès1, il a fait publier un livre à Madrid en 18142, recueil de lettres et représentations à la Régence au nom de sa province.

PRELIMINAIRES

a) Maracaibo au début du XIXème siècle

2Il convient de situer rapidement la province de Maracaibo au début du siècle. Sur le plan administratif, la province a été placée sous la dépendance de Caracas en 1777, lorsqu'a été créée la Capitainerie générale du Vénézuéla. Auparavant, c'était un «gobierno» qui dépendait en principe du Vice-Roi de Santa Fé, mais qui était en fait administrativement indépendant. Cette récente dépendance d'une capitale nouvelle et lointaine donne naissance à une rivalité qui explique que, en 1810, Maracaibo a pu se « séparer » de Caracas en restant fidèle à l'Espagne.

  • 3 Guillermo Morón, Historia de Venezuela, Caracas : 1971, 5 vol. ; Juan Besson, Historia del Estado (...)

3La province primitive, créée au début du XVIIème siècle, avait pour capitale Mérida. A la fin du siècle on décidé l'annexion de Maracaibo à la province de Mérida, et, pour des raisons stratégiques, le gouvernement local passa immédiatement à Maracaibo, qui fut ainsi, pendant un siècle, la capitale d'une province autonome. Mais il en resta une rivalité avec l'ancienne capitale Mérida, qui apparaîtra lors des mouvements d'indépendance, comme elle s'était déjà manifestée à l'occasion de la révolte des comuneros en 17803.

  • 4 Dr Angel Francisco Brice, La sublevación de Maracaibo en 1799, manifestación de su lucha por la in (...)

4Les Gouverneurs-Intendants de Maracaibo ont été particulièrement bien acceptés par la population. Il y a eu deux Créoles : Joaquin Primo de Rivera, de Veracruz, et surtout Fernando Miyares, Intendant de la province de 1799 à 1810. Natif de Cuba, sa carrière se déroule entièrement au Vénézuéla ; lorsqu'il arrive à Maracaibo, il n'est pas un fonctionnaire « colonial » venu d'ailleurs ; il gouverne de l'intérieur, en homme du pays, et assume les principales revendications de la ville. Pour cette raison peut-être, il n'y a pas eu, à Maracaibo même, de sérieux mouvements de dissidence avant 1810. On ne connaît qu'un complot, en 1799, probablement préparé depuis les îles anglaises avec la complicité de quelques membres des milices de pardos de la ville ; c'était un mouvement égalitariste de gens de couleur contre l'oligarchie blanche4.

  • 5 Federico Brito Figueroa, Historia económica y social de Venezuela, Universidad Central de Venezuel (...)
  • 6 J.-D. Rus, ouv. cit.
  • 7 Tous ces chiffres sont donnés par François Depons, Voyage à la partie orientale de la Terre Ferme,(...)

5La région est modeste à la fin de la période coloniale. Le port de Maracaibo exporte une partie de la production agricole de la province. Malgré les affirmations de Rus, qui insiste sur la pauvreté du pays depuis qu'il dépend de Caracas, il semble que la région était plutôt en expansion. C'est du moins ce que suggèrent les chiffres donnés par Brito Figueroa5 : entre 1780 et 1810 Maracaibo est la ville vénézuélienne qui a connu le plus fort accroissement démographique après Caracas. Par ailleurs le produit brut de la dîme est passé de 55 000 pesos en 1800 à 82 000 en 18046, ce qui reflète un accroissement de la production agricole des « Espagnols ». La ville de Maracaibo a 24 000 habitants à la fin de la période coloniale, dont 2 000 Espagnols qui avaient fui l'insurrection noire de Saint Domingue ; la province compte 100 000 habitants. Enfin la région est militarisée ; trois forts protègent la ville, clé stratégique d'une vaste région fertile. Le contingent militaire est au total d'un peu plus de 1 200 hommes, dont 800 sont des miliciens ; le contingent régulier n'est que de 400 hommes7.

b) José-Domingo Rus

6J'ai trouvé peu de choses sur la vie de Rus ; quelques données partielles permettront de tracer un « profil » du personnage. Natif de Maracaibo, il est avocat de formation. Lorsqu'il a été élu député, il était Conseiller municipal de la ville et « fiscal de hacienda » ; c'est un spécialiste des finances.

  • 8 Extraits de ces informes dans A. F. Brice, ouv. cit.

7En 1796, il était Député consulaire de Maracaibo. Dans ses informes, il apparaît déjà comme réceptif aux besoins de sa province, dont il dresse un état agricole, tout en insistant sur le manque de moyens de promotion culturelle, le manque d'outillages élémentaires et d'infrastructures commerciales8.

  • 9 J. Besson, ouv. cit., documents annexes, t. 2.

8En 1799 il est nommé Assesseur dans l'instruction du procès contre les responsables du complot découvert cette année-là. En 1806 il est le représentant du pouvoir royal dans la Commission qui se réunit pour tracer les limites de l'évêché créé en 1776, et dont le siège avait été fixé à Mérida. Cette commission comprend aussi un membre du Chapitre, un représentant de l'Archevêque de Santa Fé et un autre de Caracas, dont les diocèses devaient être démembrés au profit du nouvel évêché. Rus adopte une position d'un régalisme assez-Intransigeant qui lui vaut l'approbation des autorités civiles. Cette mission l'amène à voyager à l'intérieur du pays, qu'il connaît ainsi personnellemnt9.

9Rus est donc un fonctionnaire (ni un idéologue ni un possédant), qui, à l'occasion de missions accomplies avant son élection, a pu acquérir une connaissance assez vaste des réalités de sa province.

10En 1814, lorsque l'absolutisme a été rétabli, ce député n'a pas souffert de la répression politique. Il a été nommé magistrat de l'Audience de Guadalajara au Mexique. Il se ralliera plus tard à l'indépendance comme partisan d'Agustín de Iturbide (Rus était un conservateur). Il était magistrat du Tribunal Suprême du Mexique lorsqu'il est mort.

c) Rus député

11Les députés américains aux Cortés « extraordinaires » (la Constituante) étaient élus, selon le règlement de février 1810, par le Corps municipal de la capitale provinciale pour représenter toute la circonscription. Le député est donc l'émanation du groupe économique et social qui accède aux charges municipales.

12A cette époque le député a aussi une fonction assez ambiguë. En principe il représente la Nation tout entière et est libre de ses opinions. Dans la pratique, les députés, et surtout les Américains, sont encore des « apoderados », précisément mandatés, munis d'Instructions de la Municipalité électrice – toujours – et souvent d'autres organismes ou groupes. Les députés d'Outre-Mer se sentaient vraiment investis du devoir de défendre les intérêts de la province qui les avait élus, et même parfois les intérêts précis de groupes qui leur avaient remis des instructions. De ce fait, bien des députés, dont Rus, n'interviennent en séance que sur des questions concernant leur province et sur lesquelles ils ont des instructions.

13Le cabildo de Maracaibo réalise son élection en février 1811, et le député arrive à Cadix en mars 1812. Rus siège aux Cortès extraordinaires jusqu'en septembre 1813, puis aux législatures ordinaires comme suppléant pour sa province. Après la dissolution de l'Assemblée par Ferdinand VII (4 mai 1814), il reste à Madrid jusqu'à la fin de l'année 1814, pour informer les nouveaux pouvoirs des désirs de sa province.

14Il arrive aux Cortès après l'approbation de la Constitution, au moment où on commençait à discuter les règlements visant à la mettre en application. Dans ces débats les questions américaines ont souvent été touchées de façon incidente ; cependant Rus, qui n'était pas un orateur, a pris la parole de façon assez régulière. Ses interventions parlementaires, plus spontanées que ses gestions officielles auprès de la Régence, offrent donc un champ d'observation suffisamment vaste.

RUS ET LA SOCIETE COLONIALE

15L'attitude du député vis-à-vis des divers groupes humains de la colonie nous permet de saisir d'emblée quelle société coloniale il représente.

a) Les Indigènes

  • 10 Sur les guajiros : Diario de Cortes, 27 avril 1812 ; J.-D. Rus, ouv. cit., « Nota articulada » à l (...)

16Les Indigènes occupent dans ses interventions la même place que dans sa province : une place marginale. Ils ne sont objet de préoccupation pour la société des colons que lorsqu'il s'agit d'indios bravos, comme les motilones dont les incursions ont détruit de nombreuses plantations de cacao. Mais ce sont surtout les guajiros, non encore réduits, qui représentent le plus grand danger10. Rus en calcule 40 000 individus, dont 15 000 hommes armés qui contrôlent un vaste territoire entre la province de Macaraibo et celle de Rio Hacha. De plus ils font avec les étrangers un commerce lucratif pour ces derniers qui leur vendent des armes. Mais surtout, la mauvaise réduction des guajiros ne permet pas d'ouvrir à la colonisation interne les terrains qu’ils contrôlent ; « et estado podría aprovecharse de todas sus riquezas », dit Rus. Il demande et obtient l'agrégation de la province de Rio Hacha à celle de Maracaibo, afin de diriger une action plus efficace contre ces Indiens.

17Les Indigènes une fois réduits doivent être confinés sur leurs resguardos, afin de libérer de nouvelles terres au profit des « Espagnols » (Péninsulaires ou Créoles).

  • 11 Ibid., « Nota articulada », article 23 et décret des Cortès du 13 septembre 1813 ; Diario de Corte (...)

18Le député critique particulièrement la « théocratie » des missionnaires capucins de sa province, qui sont « unos verdaderos árbitros del caudal de los indios » et qui repoussent « el español traficante ». Au début du mois de septembre 1813, les Cortès discutent et approuvent, à la suite d'une exposition de l'évêque de Guyane, un rapport en sept articles, selon lequel gros, les missionnaires doivent céder à l'Ordinaire et aux pouvoirs civils leurs villages et leurs cures après les dix ans d'évangélisation fixés par la loi. Rus est l'inspirateur de l'article 6 selon lequel les villages indigènes libérés par les missionnaires devaient élire leurs autorités municipales et gérer leurs propres biens. Il fallait donc, selon cet article, leur appliquer les lois communes, en particulier le décret du 4 janvier 1813 qui prévoyait la distribution en propriétés privées (droit d'aliéner les parcelles) des terres communales et des terres appartenant à la Couronne. Cet article était un merveilleux instrument d'expansion de la propriété créole dans les vastes territoires contrôlés par les Indiens infieles ; la mission cessait d'être un fief réservé et devenait une tête.de pont de la colonisation interne11.

b) Les castas pardas

19Le grand débat sur les castas pardas (“españoles que por cualquier tinea traen su origen de Africa” dit la Constitution de 1812) avait eu lieu à l'occasion de la discussion du fameux article 22 de la Constitution. Mais la question est à nouveau incidemment touchée par Rus le 19 juin 1812, alors que les Cortès s'interrogeaient sur l'interprétation exacte à donner à la pragmatique de 1803 : celle-ci fixait un âge après lequel les individus pouvaient se marier sans le consentement paternel, et avant lequel ce consentement était indispensable. Rus, qui craint que cet édit ne soit appliqué au Vénézuéla, signale qu'il y avait été modifié, dit-il.

« a vista de las castas de aquellas provincias, cuya consideración sólo iba a dar en tierra con las clases distintas, pues allí no faltan familias de primer orden, y hay también otras del estado llano ο blancos de la ùltima especie, que adquieren la nobleza que se llama personal y no pasa a los hijos ».

20La pragmatique de 1803 avait été modifiée au Vénézuéla pour la rendre compatible avec des dispositions antérieures, en particulier avec la pragmatique de 1776, qui interdisait formellement les mariages interraciaux ; ainsi, toute personne d'une famille pouvait s'opposer au mariage interracial d'un de ses membres. Rus précise que l'application de la pragmatique de 1803 dans son pays serait désastreuse « para sus habitantes y familias » ; il défend les « familles » qui en ont le statut social, les familles blanches, les lignages espagnols.

  • 12 F. Brito Figueroa, ouv. cit.

21Rus épouse tout à fait les inquiétudes de l'oligarchie blanche face aux risques de mobilité sociale des pardos12. Mais il n'est pas simplement le porte-parole de quelques grandes familles – du reste il n'y avait pas à Maracaibo l'équivalent des mantuanos de Caracas. D'après lui, ceux qu'il convient de protéger le plus, ce sont les blancs qui sont réellement en danger de métissage : les blancs des classes populaires ; ces hommes qui appartiennent à la société des « colons » par leur origine espagnole, peuvent prétendre accéder, par le mérite, à l'honorabilité sociale que leur interdirait le mélange, le mulâtre étant « infâme » par sa proximité avec l'esclavage et par l'illégitimité de sa naissance ou de celle de ses parents. Le député partage les craintes de ses compatriotes face à toute altération de l'ordre social, mais défend une société de colons à base relativement ample.

c) Les esclaves

22Sans être absolument insensible à l'inhumanité de l'esclavage, Rus exprime les intérêts d'une société esclavagiste, et demande l'intensification du commerce des esclaves dans sa province.

  • 13 J.-D. Rus, ouv. cit., voir aussi Diario de Cortes, 15 août 1813.
  • 14 Le député préférait les Noirs en provenance d'Afrique ; comme le gouvernement espagnol lui-même, i (...)

23L'article 18 d'une note « articulée » adressée à la Régence13 est particulièrement significatif. L'agriculture de la province manque de bras, dit Rus, puisque les Indigènes, peu nombreux, vivent sur leur resguardos ; il faudrait que l'Etat lui-même (la hacienda pública) introduise des esclaves d'Afrique (bozales)14 et les répartisse équitablement entre les agriculteurs ; les « labradores honrados » mais modestes, qui ont besoin de « màs protección por sus obligaciones de familia, constancia de genio y otras circunstancias de honradez » en profiteraient aussi. Il faudrait accorder des facilités de paiement aux petits agriculteurs qui ne peuvent pas faire de gros investissements initiaux en main d'œuvre esclave : ils paieraient en nature sur la récolte future. Si l'agriculteur ne paie pas,

«se puede recoger lo vendido, cuya pérdida ο muerte, en tal caso no debe ofender al pobre labrador, y aunque perjudique en la ocasión al Estado, éste siempre gana en proteger a un buen ciudadano español, que desea trabajar y aplicarse en utilidad de la Nación, de la suya y de sus deberes».

24Si l'Etat ne peut financer lui-même ce commerce, il faut y inciter un particulier, en libérant d'impôts le premier arrivage. Grâce à ces mesures, dit Rus, les habitants de sa province béniront la Constitution «aplaudida por aquellos que reciben sus altos beneficios y derechos de libertad e independencia individual» : il s'agit bien de la liberté et de l'indépendance individuelle de l'exploitant auquel les moyens seront donnés de se procurer à bon compte le travail de l'esclave, traité exactement comme du bétail dans ce texte.

REFORMES ECONOMIQUES

a) L'agriculture

25Rus, on l'a vu, défend l'agriculture des « Espagnols », Créoles et Péninsulaires, et ne s'intéresse pas à celle des Indigènes. En avril 1812 les Cortès discutaient un projet de distribution en propriétés privées des terres royales et communales, qui débouchera sur le décret de janvier 1813. Le projet prévoyait un achat des parcelles par les futurs propriétaires. Rus s'oppose au principe de l'achat (18 avril 1812), et préfère les distributions gratuites, comme celles qui avaient eu lieu dans sa province en 1796 : de nouvelles haciendas s'étaient alors formées au bord des fleuves Chama, Catatumbo, Zulia et Limón. Rus pense que les terres doivent être distribuées en lots proportionnés, « según la fuerza de cada uno, para que el rico tome con proporción y el pobre no se exceda da la suya », c'est-à-dire selon des critères de rentabilité. Rus défend une agriculture qui se veut dynamique, fondée sur la propriété privée dans les meilleures conditions d'exploitation, une agriculture d'exportation qui impulsera le commerce, et qui a un besoin vital de la main d'œuvre esclave.

  • 15 F. Depons, ouv. cit.

26D'après le député, le travail est le plus grand mérite du bon agriculteur. On voit poindre là un élément de morale bourgeoise ; mais il faut mettre cela en relation avec ce que dit Depons : « l'Espagnol qui fait un voyage par an sur son habitation croit avoir fait beaucoup pour sa fortune »15. Le voyageur français était sensible à l'indifférence « aristocratique » des Créoles qui ne géraient pas eux-mêmes leurs exploitations. Rus au contraire attribue les qualificatifs de « honrados » et « laboriosos » aux agriculteurs qu'il convient d'aider ; le travail, donc, source du profit personnel et de la richesse collective, est compatible avec l'honorabilité. Il est vrai, si l'on en croit Depons, qu'à Maracaibo même les familles nobles vivaient plus modestement que les blancs plébéiens qui exerçaient une activité économique.

  • 16 J.-D. Rus, ouv. cit.

27A la recherche de mesures favorables à l'essor de sa province, le député est amené à en faire la description, pour mettre en relief sa principale richesse naturelle : la fertilité de son sol et l'abondance de sa production. Il fait une description systématique de la province dans une représentation à la régence du 30 août 181216. Il décrit les principales villes les unes après les autres, avec une rapide évocation historique. Il insiste toujours sur les productions agricoles de chaque région, qu'il énumère, ainsi que les activités de transformation lorsqu'elles existent. L'abondance naturelle du pays l'amène parfois à s'arrêter sur la beauté du paysage, qu'il connaît pour avoir parcouru la province ; cependant, la description a pour objet de faire connaître les richesses potentielles du pays : cacao, café, tabac, bois, herbes médicinales, indigo, bétail...

28Les mesures que Rus sollicite pour favoriser la production agricole de sa province sont les suivantes :

  • améliorer les moyens de transport routiers et fluviaux pour mieux acheminer les productions vers le port ;
  • exonérer du paiement de l'alcabala les ventes d'esclaves, ainsi que les ventes, publiques ou privées, de terrains ;
  • exempter pour dix ans du paiement de la dîme le café, l'indigo, le coton, et autres produits exportables, afin d'accroître la production et permettre à davantage d’exploitants de travailler ;
  • repartir en lots privés une grande hacienda qui appartenait aux Jésuites, ainsi que les esclaves qui restent ;
  • établir un système d'irrigation artificielle dans la campagne de Maracaibo, aride, pour aider les éleveurs de bétail ;
  • la mesure essentielle reste l'introduction régulière et avantageuse d'esclaves17.

b) Le commerce maritime

  • 18 Ibid.

29Pour favoriser l'exportation, Rus demande un abaissement des droits d'entrée en Espagne du cacao, du café, de l'indigo et du sucre, et une suppression, pour six ans, des taxes sur les bois précieux : c'est, dit-il, un des points importants de ses Instructions18.

  • 19 Diario de Cortes, 21 janvier 1813.
  • 20 J.-D. Rus, ouv. cit. au Roi, 10 août 1814.

30Rus obtient l'approbation provisoire par les Cortès des tarifs fixés en février 1811 par le Député consulaire de Maracaibo et approuvés par la junte provinciale des Finances en mars. Il s'agissait d'un abaissement des droits d'entrée des produits venant des colonies étrangères amies19. Cette circonstance, et le fait qu'un règlement du commerce avec l'étranger était en préparation, expliquent que Rus n'a pas réclamé la liberté du commerce pendant la période parlementaire. Mais le retour de Ferdinand VII remet en question les libertés acquises, de sorte que Rus, dans une longue exposition d'août 1814, affirme que la liberté du commerce avec les colonies neutres et amies est la meilleure garantie de la prospérité de sa province : cela réactivera le commerce, intérieur et maritime, paralysé par les événements de Caracas ; tout le monde y gagne, dit-il, le commerçant et l'agriculteur qui pourra placer ses produits non absorbés par la métropole. En fait le député souhaite revenir plus ou moins au système de libre commerce de 1797, dont il avait pu apprécier les bienfaits lorsqu'il était Député consulaire. Mais il est prudent ; il demande que la liberté du commerce soit accordée pour dix ans seulement, pour éviter que le commerce « se empache », pour éviter une saturation du marché20.

  • 21 Ibid.

31Maracaibo avait besoin, jusqu'à un certain point, d'un système préférentiel ; c'est pourquoi Rus insiste pour que le port soit effectivement considéré comme menor (il l'était en principe depuis 1793), catégorie qui libérait les produits qu'on y introduisait et qui en sortaient du paiement de certains droits21.

  • 22 Ibid, au Roi, le 19 juin et 10 août 1814 ; Diario de Cortes, 23 avril 1813.

32Il demande, sans l'obtenir, la création à Maracaibo d'un Tribunal de commerce simplifié, qui libérerait le commerce local de la dépendance du Consulat de Caracas : les droits perçus par ce dernier seraient investis dans la région et les litiges seraient réglés sur place22.

33Rus présente donc tout un programme de progrès économique pour sa province, qui ne repose pas sur une idéologie préalable, mais qui est la somme des demandes précises, des « instructions » de ses commettants. Ce programme vise à une libéralisation des activités économiques, avec des nuances. Tout ce qui concerne la réduction des taxes et des droits du commerce n'a pas été suivi d'effets, car un règlement général pour tout le territoire espagnol était en préparation. Dans l'attente de ce règlement, Rus demandait en fait des conditions préférentielles pour les produits de sa province, ce que les libéraux de Cadix ne pouvaient admettre. Mais, dans l'ensemble, le programme de Rus est en accord avec la réforme bourgeoise entamée par les Cortès. Les besoins des commerçants et hacendados de Maracaibo n'étaient pas non plus fondamentalement différents de ceux de la rebelle Caracas : entre les deux provinces, il s'agissait plutôt de concurrence sur le même terrain.

c) Autres mesures d'intérêt local

34Le député propose aussi quelques réformes pour améliorer l'activité économique de Maracaibo même, la seule ville à lui avoir fourni des instructions :

  • libérer d'impôts les pulquerías et l'exploitation de l'eau-de-vie ;
  • autoriser à Maracaibo la fabrication de navires avec les excellents bois de l'arrière-pays, dont l'exploitation devait être libérée de taxes ;
  • établir une fabrique de cigares.

35Ces activités devaient aussi permettre d'occuper des travailleurs et de faire vivre les familles les plus pauvres.

  • 23 J.-D. Rus, ouv. cit., à la Régence, 8 septembre 1812 ; Diario de Cortes, 20 juin 1813.
  • 24 Diario de Cortes, 2 mars et 1 septembre 1813 ; J.-D. Rus, ouv. cit.

36Rus est aussi soucieux des problèmes « sociaux » qui émergent dans ses interventions. Il demande la création d'une loterie et d'un théâtre qui financeraient l'hôpital, la construction d'une église et d'autres œuvres bénéfiques23. Les problèmes d'éducation sont graves : la ville de Maracaibo manque de centres d'enseignement. Le député pense que les rentes du canonicat des cathédrales américaines, qui servaient à financer l'Inquisition maintenant abolie, devaient permettre de créer des écoles élémentaires gratuites et un collège à Maracaibo24. Le transfert de l'évêché à la capitale de la province (voir plus loin) permettrait aussi d'y installer les séminaires.

  • 25 Ibid., « Nota articulada » et lettre au Roi, 10 août 1814.

37Rus pose aussi la question des revenus de la ville et de la province. A la demande du Roi, il propose des mesures pour en rééquilibrer le budget25. Les solutions sont en gros de deux types. L'adoption de la liberté de commerce avec les colonies étrangères et la réduction même des taxes donneront une impulsion au commerce, ce qui augmentera les rentrées fiscales. Par ailleurs, en bon régaliste, il propose que l'Etat perçoive la totalité du montant de la dîme, comme cela se faisait déjà à Santo Domingo et à Puerto Rico, en vertu du Patronage royal. L'Etat paierait le clergé et encaisserait le surplus d'une dîme en augmentation.

L'INDEPENDANCE DE MARACAIBO

38C'est le point de son activité représentative où le député est certainement le mieux en accord avec ses électeurs. L'autonomie administrative vis-à-vis de Caracas est une revendication constante de Maracaibo depuis 1777. Rus la demande sous toutes ses formes, au fil des réformes administratives de cette période. Maracaibo a toujours considéré que la « dépendance » de Caracas nuisait au bon fonctionnement de la province et lésait les intérêts locaux. Rus apporte un nouvel argument de type politique : la dissidence de Caracas rend nécessaire l'autonomie demandée pour préserver l'union avec l'Espagne. On voit surgir dans ce débat tout un réseau de rivalités locales et de désirs d'hégémonie, qui sont le poids du passé. Mais il y a aussi, chez Rus, le désir d'une organisation administrative plus cohérente et fonctionnelle.

a) L'Intendant

39Rus a été le seul député créole à prendre la défense de l'Intendant, probablement parce que le système a bien fonctionné à Maracaibo jusqu'au bout. L'Intendant apparaît comme l'instrument approprié pour réaliser les réformes de type économique dont la province a besoin.

40Le 10 avril 1812, les Cortès discutaient un projet de création d'un Tribunal spécial des Finances, qui siégerait à Madrid comme tribunal d'appel. Ceci était contraire au principe défendu par les Américains de décentraliser les décisions. Mexía Lequerica, de Quito, pensait, par exemple que la Junta superior de hacienda, qui siégeait dans toutes les grandes capitales, devait jouer le rôle de tribunal d'appel. Rus intervient et explique le fonctionnement de l'intendance au Vénézuéla : l'Intendant de Maracaibo avait de très amples compétences, mais était soumis aux décisions de la Junte supérieure des Finances de Caracas, aussi bien dans les jugements qu'il rendait comme juge ordinaire, que pour prendre des mesures d'intérêt public, mais local, qui, soit n'étaient pas approuvées à Caracas, ou étaient mises en application sans conviction ; de la « paralisis completa », le « mortal letargo » de l'administration des finances. Le député demande un renforcement du pouvoir de l'intendant dans chaque province et une plus grande autonomie : « si ha de prosperar mi provincia, como todas las demás a mi opinión, no conviene obstruir sus recursos con la distancia cualquiera que sea [entendons Madrid ou Caracas], y sí facilitarlos dentro de ellas mismas ». On aperçoit une grande différence de conception entre Mexía, qui voit l'autonomie au niveau de la « grande province », et Rus dont le critère est très localiste, mais l'idée de base est la même ; le problème se situe dans ce que devra être la « province » américaine.

  • 26 Ibid., à la Régence, 11 mars 1814 ; au Roi, 17 juin et 22 juillet 1814.

41Lorsque, au retour du Roi, on revient au système de 1808, Rus demande que s'installent à Maracaibo un Gouverneur et un Intendant autonomes26. Il demande en quelque sorte de revenir à la lettre des ordenanzas de intendentes, pour redonner à la fonction de l'Intendant toute son efficacité. Peut-être pensait-il que celui-ci devait pouvoir agir en marge d'un Gouverneur qui représenterait le pouvoir militaire et politique de la métropole. D'ailleurs, selon lui, l'Intendant et tous ses subalternes devraient être des natifs de la province ; Rus adapte ses revendications à la situation politique du moment, pour que sa province soit le plus autonome possible de Caracas, mais aussi de l'Espagne lorsque celle-ci devient une métropole menaçante.

b) La Diputación provincial et les contrôles locaux

  • 27 Nettie Lee Benson, La diputación provincial y el federalismo mexicano, México, 1955, 237 p.

42La Diputación provincial (Conseil général de province) est une création de la Constitution de 1812. C'est un corps de sept membres élus populairement en même temps que les députés aux Cortès. Cependant, il ne s'agit pas d'un corps représentatif ; c'est un rouage, au niveau local, de l'exécutif. La Diputación travaille en accord avec le Chef politique, son président. Elle doit essentiellement répartir aux villages de la province le montant de l'impôt que celle-ci devra payer ; elle a un rôle de Conseil pour tout ce qui est mesures d'intérêt public ou de progrès économique ; elle veille à l'application de la Constitution, aux problèmes éducatifs et sociaux. Sa faiblesse est qu'elle n'a aucun pouvoir de décision. Malgré cela, elle apparaît vite aux yeux des députés américains comme un instrument de la prise du pouvoir local par les Créoles, puisque c'est un corps élu27. Leurs revendications pour l'Amérique sont :

  1. création de nouvelles Diputaciones (demandes nombreuses).
  2. élargir leurs compétences dans la mesure où l'Amérique a des problèmes spécifiques ;
  3. définir différemment les rapports entre la Diputación et le Chef politique, dans le sens d'une plus grande liberté d'action de la première ; s'il n'en est pas ainsi, disent les députés, les distances et les habitudes acquises perpétueront le système d'administration « coloniale ». En fait, ils souhaitent que la Diputación d'Amérique devienne un corps vraiment représentatif, ce qui aurait débouché sur la reconnaissance de l'autonomie.

43En avril 1812, Rus intervient pour solliciter la création d'une Diputación à Maracaibo. Il fonde sa demande sur « una perfecta geografía histórica ». Selon lui, le Vénézuéla, c'est Maracaibo, construite sur les eaux comme une petite Venise, et non Caracas ; il évoque son « precioso lago », avec les nombreuses rivières qui y débouchent, et ses villages indigènes : il y a une revendication de la beauté du pays. Le député fait ensuite un historique rapide de la ville depuis sa fondation espagnole, pour montrer que la province a une longue tradition historique et un passé brillant et autonome. Il précise ensuite l'extension administrative de la province. Celle-ci est donc une unité géographique, historique et administrative. « Ya es preciso conocer la necesidad de su independencia en todo tiempo de Caracas », conclut-il.

44Cette sécession par rapport à Caracas ne doit pas signifier une plus grande dépendance de l'Espagne. En juin 1813, les Cortès discutaient un projet de règlement pour le gouvernement des provinces : c'est là que s'est posé le problème des rapports entre la Diputación et le Chef politique. Rus n'intervient pas personnellement, mais vote dans le sens « criollista », à la suite du Mexicain Ramos de Arispe et du Guatémaltèque Larrazábal : la Diputación devait servir de contre-poids à l'arbitraire du Chef politique qui prenait la place des anciens gouvernants coloniaux ; il s'agissait d'établir un contrôle du pouvoir de la métropole par un corps local.

45Les 17 et 23 mars de la même année on discutait un projet de loi sur la responsabilité des magistrats et fonctionnaires publics. Rus défend, là encore, le point de vue soutenu par Ramos Arispe : selon lui, les hauts fonctionnaires d'Amérique ne devaient pas être responsables devant le Roi ou le Tribunal suprême de Madrid, cmme ceux de la Péninsule, mais devant l'Audience territoriale, c'est-à-dire, devant une instance locale. Cela n'a pas été approuvé, mais il s'agissait d'établir des freins locaux au pouvoir des administrateurs en Amérique.

46Si Rus pose la question de L'Indépendance" de Maracaibo à l'occasion de la discussion sur les Diputaciones provinciales, c'est que le système qui allait être mis en place tendait à cela. Le territoire espagnol serait divisé en provinces indépendantes entre elles et exactement de même catégorie administrative ; l'Amérique avait d'abord été divisée provisoirement en 18 provinces, mais on tendait à un morcellement en unités plus petites. Rus petites. Rus pouvait espérer que la région de Maraicobo fût érigée en province administrative Cependant il est décidé seulement que la Diputación du Vénézuéla siégerait à Maracaibo en attendant que Caracas entre dans le droit chemin.

  • 28 J.-D. Rus, ouv. cit., à la Régence, 10 juillet 1812, 19 mars et 11 juin 1814 avec lettre de la mun (...)

47Le député a plus de succès aurpès de la Régence qui, le 2 octobre 1812, érige Maracaibo en Capitainerie générale indépendante de Caracas. C'est un retour à la situation antérieure à 1777 ; on n'a fait que «  cumplir con las leyes de restitución al despojado » écrit le député28. C'est un succès de courte durée, car en septembre 1813 la Régence nomme de nouveaux Chefs militaires et annexe Maracaibo à la Capitainerie générale de Caracas. Rusva réclamer sans cesse avec lettres du municipe constitutionnel à l'appui, la révocation des dispositions de septembre 1813.

c) Autres pouvoirs locaux : la unidad de gobierno

  • 29 Ibid, à la Régence, 30 août 1814 ; aux Cortès le 28 juin 1812.

48A défaut d'obtenir pour Maracaibo le statut de « province », Rustente d'y faire établir des administrations autonomes, comme par exemple une Chambre de commerce. Comme beaucoup de ses collègues, il demande la création d'une Audience (Tribunal de justice seulement, selon la Constitution) dans sa province. Ces demandes s'appuyaient sur la Constitution elle-même qui établissait une décentralisation de l'administration de la justice, tout procès devant être jugé entièrement dans la province. Pour l'Amérique, le problème est, là encore, celui de la définition de la « province ». Rus n'obtient pas ce qu'il demande29.

  • 30 J. Besson, ouv. cit., et nombreux écrits dans J.-D. Rus, ouv. cit.

49La réforme de l'évêché est une affaire plus ancienne, que Rus présente à la Régence, compétente en la matière. L'évêché de la province, créé en 1776, avait été fixé à Mérida. A partir de 1810, et avec l'appui de l'Intendant Miyares, Maracaibo demande que l'évêché de Mérida passe à la capitale de la province, avec ses dépendances, les couvents et les centres d'enseignement, nécessaires à Maracaibo plus peuplé que Mérida. Les écrits du député sur cette question sont très nombreux30. Il pense que le pouvoir ecclésiastique sera mieux contrôlé s'il siège près du pouvoir civil. Depuis que Mérida a pris le parti de Caracas, elle est définitivement indigne d'avir un évêché, dit-il. Elle a subi le tremblement de terre de Pâques 1812, et n'a que ce qu'elle mérite : se retrouver « dentro de sus limites rurales[...] sin edificios, sin colegios, sin iglesia ». Le député » qualifie Mérida en termes parfois très durs ; s'il traite Caracas de « madrastra intolerable » qui prétend s'ériger en métropole locale, Mérida, en voulant s'émanciper (« separándose escandalosamente de su madre capital Maracaibo »), n'est qu'une « hija desconocida ».

50Au-delà des rivalités et des rancœurs locales, il faut voir dans les efforts de Rus le souci d'organiser rationnellement la province : En la séparant de Caracas, capitale lointaine et mal accessible, on crée une unité plus restreinte et plus gouvernable.

  • 31 Ibid, à la Régence, 10 juillet 1812.
  • 32 De nombreux écrits sur cette question, dans Diario de Cortes et dans J.-D. Rus, ouv. cit.

51Mais il s'agissait aussi de permettre à la ville de Maracaibo de jouer pleinement son rôle de capitale régionale, qui regrouperait les centres de gouvernement, l'activité commerciale, les centres d'enseignement, l'autorité ecclésiastique, judiciaire, etc. Rus justifie le transfert de l'évêché à Maracaibo par « la calidad de la capital de la provincia de su nombre[...], el esplendor y civilidad de Maracaibo, con gobierno, tropas de todas armas, oficinas publicas, cabildo, capital, buques, comercio, buen trato y otras mil ventajas para la vida civil.... »31 de là l'importance des « titres » que le député réclame avec insistance pour la capitale de la province (« Excelencia » pour le Corps municipal, « Señoría » pour les Conseillers) : ces titres auraient été le signe de son hégémonie sur les autres villes de la province, et peut-être de son égalité vis-à-vis de Caracas32.

52Cette concentration des pouvoirs dans la capitale, c'est ce que Rus appelle à plusieurs reprises « la unidad de gobierno », qu'il oppose au « desorden » du système antérieur. Cette unité suppose un double processus : une division en provinces plus petites, ou du moins plus cohérentes, et une centralisation des pouvoirs dans chaque province.

c) Hégémonie locale

53Le travail représentatif de Rus révèle le désir d'hégémonie locale de la ville de Maracaibo. Sur sa propre province d'une part, qui, à partir de 1810, lui échappe et entre dans la dissidence de Caracas. Mais elle a aussi des prétentions sur les zones voisines.

  • 33 Ibid., à la Régence, 10 juillet et 30 août 1812 ; 30 avril 1813.

54Déjà en 1810 l'intendant Miyares avait demandé l'annexion de la province de Rio Hacha pour mieux lutter contre les guajiros. Selon Rus33, cela devient plus urgent depuis que Santa Marta a été occupée par les rebelles, qui peuvent envahir toute la province de Rio Hacha. Cette annexion a été approuvée par les Cortès. Le député tente en fait d'obtenir que Maracaibo s'érige en capitale du « bloc » royaliste de Côte Ferme (Santa Marta, Maracaibo, Coro) qu'il appelle « nuestra confederación en Costa Firme » (27 avril 1812). En avril 1813 il sollicite de la Régence que Coro dépende aussi de Maracaibo afin de « segregar los fiees », et sera très déçu de ne pas obtenir cette annexion.

55En août 1812, il demandait qu'outre Rio Hacha soient également agrégées à sa province les vallées de Cúcuta et Pamplona. Maracaibo aurait été ainsi la capitale d'un vaste territoire dont le lac aurait été le centre, et qui aurait dû s'appeler, en toute rigueur, le « Vénézuéla ». Ce n'est qu'avec l'aide de l'Espagne et – peut-être – grâce à la rébellion de Caracas, que Maracaibo pouvait espérer retrouver sa prééminence locale. Mais le gouvernement et les Cortès d'Espagne étaient peu disposés à appuyer ces revendications. Il aurait fallu que Maracaibo fût reconnue comme « province » et obtint l'indépendance vis-à-vis de Caracas, or les efforts de Rus ont été inutiles à peu près sur tous les points.

LES PROBLEMES POLITIQUES

a) Envoi d'armes et de troupes

56Rus ne manque pas une occasion de manifester à la Régence ou devant les Cortès la fidélité de la ville qu'il représente. A partir de septembre 1812, il transmet à l'Assemblée les nouvelles des défaites des insurgés au Vénézuéla, qu'il reçoit de ses correspondants.

  • 34 Ibid., à la Régence, 30 août 1812 ; 21 mars, 13 jhuin, 7 août, 12 août et 24 août 1813 ; 19 juin e (...)

57Les rebelles prétendent établir à Caracas, dit-il, « una dinastía desconocida, ο un sistema monstruoso de gobierno que a ellos mismos los destruye y confunde entre sus propias fortunes » ; c'est un système subversif de tout ordre existant qui menace directement la ville de Maracaibo : de là la nécessité de réunir sous un même gouvernement toutes les zones de résistance à la pression des dissidents. Une partie importante de la gestion du député consiste à demander à la Régence, dont dépendent les forces armées, l'envoi de troupes et d'armes ; ceci était conforme à ses Instructions. Dès le printemps 1812, Rus réclame une véritable protection militaire de la région encore contrôlée par sa ville. Il sollicite une réorganisation des milices de Maracaibo ; il obtient l'embarquement de 26 canons, mais doit lui-même veiller à ce que 14 de ces canons arrivent effectivement à Maracaibo ; il se plaint qu'un contingent de 800 hommes destiné au Vénézuéla soit passé au dernier moment au Mexique. Dans le même esprit, il sollicite de nombreuses récompenses et promotions pour les soldats de Maracaibo qui ont lutté contre les rebelles, et le titre de « muy noble y muy leal » pour la ville34.

58Devant l'aggravation de la situation au Vénézuéla, il décide de porter aux Cortès même ses exigences d'envoi de troupes (3 août 1813). Il s'agissait d'une arme d'intimidation et de dissuasion, « lo que necesariamente evitaba las hostilidades entre nuestros propios hermanos, el derramamiento terrible de sangre, el desorden y un cúmulo de desgracias como las que tocamos infelizmente ». Il se plaint de la Régence qui a envoyé peu de soldats et tous des demi-délinquants, « miserables hombres ». Il est sensible à une sorte de traitement discriminatoire dans l'utilisation des meilleures troupes en Espagne : « note V.M. [les Cortès] que si se tratase de buena fe por la tranquilidad de los lugares conmovidos de América, no se les remitiría ; como se les remite ; una tropa inmoral, sin disciplina y corrompida, para ir a hacer allí el mal y no el bien ». Il voit là une sorte de mépris auquel il est sensible comme Américain : un Ministre de la Guerre n'aurait-il pas dit de ces soldats « que para América estaban buenos », de même, rappelle le député, qu'un Ministre de la Justice avait dit qu'en Amérique « no convenían establecimientos literarios sino de agricultura » ?

59Les troupes réclamées devaient surtout protéger le territoire de la province de Maracaibo. Rus s'est fortement opposé à la politique purement militariste du Capitaine général Domingo Monteverde.

b) Le « dossier » Monteverde

60Ce « dossier » comprend plusieurs pièces remises pour examen à une Commission parlementaire spéciale en décembre 1812 :

  • un office du Ministère de la Marine qui annonce les succès obtenus par Domingo Monterverde dans la « pacification » du Vénézuéla ;
  • des documents remis par Rus et qui défendent le Chef légitime du Vénézuéla, Fernando Miyares. Rappelons que celui-ci avait été nommé Capitaine général du Vénézuéla en 1810. Après quelques revers militaires contre les rebelles, il va à Puerto Rico pour rencontrer l'envoyé spécial des Cortès, Cortabarría, et étudier un plan de pacification ; probablement cherchait-il des solutions politiques. Monteverde, sur le terrain, remporte ses brillants succès militaires, secondé par le tremblement de terre de Pâques 1812. Il refuse de prêter obéissance à Miyares, après avoir fait introduire une clause dans la capitulation avec Miranda (juillet 1812) le reconnaissant comme Chef de la province. Il est nommé Capitaine Général du Vénézuéla au détriment de Miyares, qui reçoit le même titre pour la province de Maracaibo seulement ;
  • plusieurs documents envoyés par Monteverde lui-même : un exemplaire de la capitulation avec Miranda ; une instruction judiciaire, avec la déclaration de quatre témoins, qui indique que les esprits étaient toujours très agités à Caracas ;
  • une requête de Juan Germán Roscio, José Cortés Madariaga, Ayala, Barona, Isnardi, Mires, et quelques autres, écrite depuis la prison de Cadix. Ces hommes, membres actifs du mouvement insurrectionnel de Caracas, avaient été envoyés prisonniers par Monteverde sans instruction judiciaire. Ils l'accusent de ne pas avoir respecté la clause de la capitulation qui promettait l'“oubli" à tous les impliqués dans la dissidence de Caracas.

61La Commission comprend, comme à l'habitude, une majorité de Péninsulaires ; les deux Créoles qui en font partie sont un religieux mexicain, Foncerrada, idéologiquement conservateur, et Francisco Salazar, élu de Lima. Début avril 1813, la Commission présente deux rapports : le rapport majoritaire des Péninsulaires, et un rapport signé par les deux Américains. Tous sont d'accord pour considérer que les questions de compétence entre Miyares et Monteverde sont affaire du gouvernement : sur ce point, Rus n'a pas été secondé par ses collègues. Sur les agissements judiciaires de Monteverde, les opinions sont radicalement opposées. Le rapport majoritaire, finalement adopté, admettait de fait l'emploi de mesures d'exception pour assurer l'intégrité de la Nation. Les conclusions des deux Créoles sont très différentes : ils accusent Monteverde de ne pas avoir respecté le pacte signé, d'avoir fait arrêter les huit prisonniers sur simple soupçon, et ils montrent dans le détail toutes les irrégularités de la sumaria, dans laquelle les noms des huit inculpés ne sont même pas cités.

c) « Una guerra desconocida »

62Rus intervient très longuement les 5 et 6 avril 1813. Une grand partie de son discours consiste à défendre Miyares, le Capitaine général légitime, alors que, selon lui, Monteverde n'est qu'un caudillo. C'est la défense d'un homme mais aussi d'un type de politique.

63Il décrit la situation du Vénézuéla depuis 1810. (Il est à remarquer qu'il parle ici du Vénézuéla en général et pas seulement de Maracaibo) :

«detallar los términos y la serie de acontecimientos de una época tan complicada como llena de amargura para aquellos habitantes, cuyo enlace de familias, amistades y conexiones eran un nuevo dolor para todos ellos, sería nunca acabar Bástese saber que allí el padre con el hijo, el hermano con el hermano, el pariente con el pariente, el amigo cordial con su otro amigo, y todos los hermanos de un mismo territorio se encontraban en la dura ley de chocar, no solo en ideas y opiniones, sino también en la defensa hostil que ellos mismos no podían remediar».

64Le député décrit toutes les horreurs et tous les déchirements individuels de la guerre civile, « una guerra desconocida y sobrepuesta a la misma razón ». Suit un exposé assez long sur la carrière de Miyares avant 1810 et pendant la révolution : cet “español a toda prueba" a su lutter politiquement et militairement contre les insurgés « por todos los medios que le sugerían su prudencia, su firmeza y la experiencia de tantos años que mandaba en aquellos territorios ». Dans l'optique des créoles fidèles à l'Espagne, la guerre d'Indépendance n'est qu'une guerre civile dévastatrice. Miyares, comme Rus, devait comprendre ainsi la situation ; de là une certaine capacité de conciliation : les rebelles sont, dit le député, « unos hermanos de hemisferio, equivocados en sus ideas y acreedorespor lo mismo al desengaño y no al riguroso trato del pillaje ». Monteverde, étranger au pays, a posé le problème en termes de reconquête militaire, procédé inadmissible pour tous les Créoles.

  • 35 La prise du pouvoir par Monteverde : « ese monstruoso acontecimiento », «  la ocurrencia exotica d (...)

65Dans ce discours, le mérite propre à Monteverde est presque réduit à rien. Le député insiste surtout sur l'illégitimité du pouvoir du caudillo ; « fue el que se separó de la dependencia inmediata y legítima de su jefe natural ». Rus qualifie des mêmes termes (« desconocido », « escandaloso », « monstruoso ») le pouvoir des dissidents de Caracas et celui de Monteverde35. L'un comme l'autre de ces pouvoirs introduit la subversion, car aucun n'émane, dans son principe, de l'autorité légitime, même si celui de Monteverde a été légitimé après coup. Sous le gouvernement de Monteverde, ces régions dites pacifiées « arden en la discordia si cabe peor que antes ». Le Général espagnol a commis un acte de rébellion militaire, lourd de conséquences « para los gobiernos bien organizados », acte qu'il faut pénaliser si l'on ne veut pas créer un précédent.

  • 36 J.-D. Rus, ouv. cit., à la Régence, 17 novembre 1813.

66Ces attaques de Rus vont lui gagner des ennemis parmi les députés péninsulaires. En novembre 1813, Irosque les résultats négatifs de la politique de Monteverde sont bien évidents, Rus rappelle à la Régence36 que depuis toujours il a demandé pour le Vénézuéla des mesures militaires doublées de mesures politiques, et la nomination aux postes élevés d'hommes ayant une bonne connaissance du pays. C'est ce qu'a tenté de faire la Régence en septembre 1813 (lorsqu'a été connue en Espagne l'entreprise de reconquête du Vénézuéla, par Bolivar cette fois) : elle nomme Francisco Montalvo pour occuper le poste de Capitaine général du Vénézuela (y compris Maracaibo), et Fernando Miyares au Guatemala avec le même poste et à la grande satisfaction des Guatémaltèques.

d) La conciliation et l'application des lois

67Le 6 avril 1813, Rus continue sa longue intervention dans le débat parlementaire sur la politique de Monteverde. Il loue le principe de la politique d'entente et de conciliation entamée par les Cortès par le décret du 15 octobre 1810 : ce décret promettait l'"oubli" aux dissidents qui revenaient dans le droit chemin rune des clauses de la capitulation entre Monteverde et Miranda reprenait les termes de ce décret, clause que l'on reproche maintenant à Monteverde de ne pas avoir respectée.

«Si V.M. desea conservar aquellos territorios desgraciados, debe aplicarles sus bondades, manteniéndolos en subordinación por medio de buenos distribuidores en los ramos de administación pública, honrados militares y próvidos magistrados, que no vayan allí a cebarse con el oro y la plata, ni a entronizar el despotismo ni arbitrariedad, [...] ni a ultrajar al buen súbdito y mejor ciudadano, ni a sembrar la zizaña de la discordia entre europeos y criollos, pues ya todos somos españoles, [...] ni a tratarnos como siervos ο bestias, despojándonos no sólo de nuestros preciosos derechos,, y del de la ilustración a que tenemos derecho en nuestros propios hogares[...]sino también de los primeros empleos y ocupaciones en las distintas carreras...».

68C'est un long réquisitoire en forme et « classique » contre l'administration coloniale en Amérique. Rus réclame la plus « rigoureuse égalité » comme meilleure arme de pacification ; il rappelle la politique discriminatoire récente de la Junte Centrale et de la Régence qui a été la cause directe de la dissidence de Caracas ; inversement, « el dulce y suave convencimiento con el respeto de la fuerza armada » produira l'effet contraire. Il est à noter que ta force armée a un rôle à jouer dans le cadre de la conciliation : elle est la preuve que l'Espagne « existe », qu'elle est forte et n'a pas succombé devant les armées françaises. Les idées de Rus n'avaient aucune chance d'aboutir ; la majorité des députés péninsulaires avait renoncé à la politique d'entente et d'amnistie depuis déjà longtemps.

69Dans l'affaire des huit inculpés, Rusn développe des arguments semblables à ceux avancés par ses collègues : Monteverde n'a pas suivi les procédures légales ; l'argument de la raison politique ne peut pas priver les individus de la protection des lois ; en tout cas, selon lui, il aurait été plus efficace de faire un exemple sur Bolivar, que Monteverde a laissé échapper, et d'appliquer strictement la loi à l'ensemble des citoyens : les huit inculpés ont été traités de façon anticonstitutionnelle et n'auront pas les moyens de se défendre depuis l'Espagne. Rus ne rejette pas le châtiment s'il est mérité par un acte de dissidence, mais voit dans la non-observance des lois et des procédures un élément grave de désordre.

70Cette intervention a été assez polémique, mais le député a l'occasion par la suite de lire en séance des témoignages qui lui viennent de ses correspondants, en particulier une lettre du magistrat José Costa Gali (26 avril) et un exposé de l'Audience de Caracas (9 mai), qui confirment la situation d'arrestations arbitraires et d'infractions constantes à la Constitution par les autorités militaires de Caracas. Rus transmet aussi les plaintes du municipe constitutionnel de Maracaibo contre le nouveau Gouverneur, Ruiz de Porras, et son Auditeur de guerre, dont les mesures arbitraires pour mater les complots découverts en 1812 ne font qu'échauffer les esprits.

71L'attachement à l'Espagne est en principe un moyen de garantir la stabilité de l'ordre existant face aux dangers de subversion qu'introduit tout nouveau système politique. Mais lorsque le pouvoir espagnol, en la personne de Monteverde, introduit lui-même le désordre : légitimité douteuse de son autorité, désordre politique, juridique, social (la répression de Monteverde s'abattait sur tous très démocratiquement), Rus l'attaque aussi de front. La meilleure solution contre l'insurrection américaine serait selon lui la moins destructrice : la solution politique que pourraient apporter des hommes-clé comme Miyares, appuyée sur la dissuasion de la force militaire de la métropole.

***

72Le député de Maracaibo, on l'a vu, expose les revendications créoles en des termes dépassés depuis peu-seulement par les patriotes. Son loyalisme, qui l'amène à demander de façon insistante l'envoi de troupes métropolitaines, n'exclut pas une sensibilité américaine qui va parfois jusqu'à la susceptibilité. Au député espagnol Aznárez, qui, le 10 avril 1813, affirmait : « El espíritu de América esté siempre por su independencia y se halla profundamente arraigado en su corazón », et qui par conséquent conseillait la reconquête militaire pour lutter contre les rebelles, Rus répond cinq mois plus tard (2 août 1813) : « no hay una razón para decir, como dijo algún señor diputado, que estaba en la masa de nuestra sangre la insurrección » : l'insubordination n'est pas un vice naturel, une sorte de déficience civique propre aux Américains qui expliquerait à elle seule les mouvements de dissidence.

73Rus défend ici la dignité de l'homme américain parce que son origine, sa « génération » est espagnole. Le député a une idée encore traditionnelle de la nationalité conçue comme origine commune. Les Créoles sont « Espagnols », et l'indépendance de l'Amérique est en conséquence peu réalisable :

«La independencia de América por ahora no cabe en la cabeza de un americano bien organizado. Tiempo vendrà en que V.M. sea el primero en recomendarla, y tal vez adoptaria porfundamentos que la sucesión de ellos mismos presenten ; pero por ahora es un disparate pensarlo. Nosotros, Señor, no podemos ser franceses, ingleses, italianos, alemanes, suizos, rusos, ni otra cosa que españoles rancios, porque nuestra generación es de acá, y ya perdió el carácter de indios, así como los europeos lo de moros después de tanto tiempo».

74On a vu que le député défend sa province avec enthousiasme. « Mi provincia a quien amo y por cuyas mejoras me desvelo sin adquirir otro mérito que el que me da la obligación sagrada de haber nacido en ella », dit-il. Mais cette province n'est qu'une réalité régionale, qu'il convient seulement de rendre le plus autonome possible de toute métropole. Si à certains moments il revendique pour Maracaibo le nom de Vénézuéla, il admet en général au-dessus de sa province une unité géographique plus vaste à laquelle elle appartient et qui est le Vénézuéla tout entier ; « Maracaibo, province du Vénézuéla », écrit-til souvent ; Mais de toutes façons, être vénézuélien, ou maracaibero, ne définit, selon lui, qu'un être régional. Les tensions locales qui opposaient Maracaibo aux zones environnantes ne favorisaient pas, il est vrai, un processus d'intégration géographique. D'autre part, Ruis représente une société assez dynamique, mais qui est essentiellement une société de « colons », exclusive des éléments d'origine indigène ou africaine. Ce député est socialement et politiquement un conservateur. En définissant encore les Créoles par leur « génération » espagnole, il conclut à l'immaturité de l'indépendance américaine, qu'il ne rejette pourtant pas pour l'avenir.

Notes

1 Diario de las discusiones y actas de las Cortes, 1810-1813, 23 vol.

2 José-Domingo Rus Ortega y Azarraullia, Maracaibo representado en todos sus ramos, por su hijo diputado en Cortes, Madrid, 1814.

3 Guillermo Morón, Historia de Venezuela, Caracas : 1971, 5 vol. ; Juan Besson, Historia del Estado Zulia, Maracaibo : 1973.

4 Dr Angel Francisco Brice, La sublevación de Maracaibo en 1799, manifestación de su lucha por la independencia, discurso de incorporación en la Academia Nacional de la Historia, 1960.

5 Federico Brito Figueroa, Historia económica y social de Venezuela, Universidad Central de Venezuela, Caracas : 1966,2 vol. ; J. Besson, ouv. cit.

6 J.-D. Rus, ouv. cit.

7 Tous ces chiffres sont donnés par François Depons, Voyage à la partie orientale de la Terre Ferme, Paris : 1806, 3 vol.

8 Extraits de ces informes dans A. F. Brice, ouv. cit.

9 J. Besson, ouv. cit., documents annexes, t. 2.

10 Sur les guajiros : Diario de Cortes, 27 avril 1812 ; J.-D. Rus, ouv. cit., « Nota articulada » à la Régence, 4 septembre 1812 ; lettre à la Régence, 30 avril 1813.

11 Ibid., « Nota articulada », article 23 et décret des Cortès du 13 septembre 1813 ; Diario de Cortes, 4 et 7 septembre 1813.

12 F. Brito Figueroa, ouv. cit.

13 J.-D. Rus, ouv. cit., voir aussi Diario de Cortes, 15 août 1813.

14 Le député préférait les Noirs en provenance d'Afrique ; comme le gouvernement espagnol lui-même, il était méfiant à l'égard des esclaves antillais qui avaient pu faire l'expérience de la révolte.

15 F. Depons, ouv. cit.

16 J.-D. Rus, ouv. cit.

17 Ibid, à la Régence, 30 août 1812 ; « Nota articulada », 4 septembre 1812 ; lettre au Roi, 10 août 1814.

18 Ibid.

19 Diario de Cortes, 21 janvier 1813.

20 J.-D. Rus, ouv. cit. au Roi, 10 août 1814.

21 Ibid.

22 Ibid, au Roi, le 19 juin et 10 août 1814 ; Diario de Cortes, 23 avril 1813.

23 J.-D. Rus, ouv. cit., à la Régence, 8 septembre 1812 ; Diario de Cortes, 20 juin 1813.

24 Diario de Cortes, 2 mars et 1 septembre 1813 ; J.-D. Rus, ouv. cit.

25 Ibid., « Nota articulada » et lettre au Roi, 10 août 1814.

26 Ibid., à la Régence, 11 mars 1814 ; au Roi, 17 juin et 22 juillet 1814.

27 Nettie Lee Benson, La diputación provincial y el federalismo mexicano, México, 1955, 237 p.

28 J.-D. Rus, ouv. cit., à la Régence, 10 juillet 1812, 19 mars et 11 juin 1814 avec lettre de la municipalité de Maracaibo du 19 janiver 1814.

29 Ibid, à la Régence, 30 août 1814 ; aux Cortès le 28 juin 1812.

30 J. Besson, ouv. cit., et nombreux écrits dans J.-D. Rus, ouv. cit.

31 Ibid, à la Régence, 10 juillet 1812.

32 De nombreux écrits sur cette question, dans Diario de Cortes et dans J.-D. Rus, ouv. cit.

33 Ibid., à la Régence, 10 juillet et 30 août 1812 ; 30 avril 1813.

34 Ibid., à la Régence, 30 août 1812 ; 21 mars, 13 jhuin, 7 août, 12 août et 24 août 1813 ; 19 juin et 29 septembre 1814.

35 La prise du pouvoir par Monteverde : « ese monstruoso acontecimiento », «  la ocurrencia exotica de Monteverde ».

36 J.-D. Rus, ouv. cit., à la Régence, 17 novembre 1813.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540