Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Institutions coloniales et réalités sociales en Amérique espagnole

 | 
Marie-Cécile Bénassy
, 
André Saint-Lu

Le Real Consulado de Cartagena de Indias : Autonomie et dépendances (1795-1810)

El Real Consulado de Cartagena de Indias: Autonomía y Dependencias(1795-1810)

Jeanne Chenu

Résumé

La politique réformiste des Bourbons dota l'Amérique Espagnole d'Institutions nouvelles ou rénovées qui, malgré la tendance centralisatrice des actions engagées par la Couronne, allaient donner une certaine autonomie à des groupes économiques créoles. En s'appuyant sur des documents provenant des Archives des Indes de Séville, on a essayé de montrer quelques aspects de la vie du Consulado de Cartagena de Indias en Nouvelle-Grenade et les entraves ou les conflits internes et externes qui limitèrent la portée de ses réalisations, entre 1795 et 1810

La política reformista de los Borbones creó en la América española unas instituciones nuevas ο renovadas, las cuales, a pesar de la tendencia centralizadora de las acciones emprendidas por la Corona, iban a dar cierta autonomia a unos grupos económicos criollos. Fundándose en el análisis de documentos procedentes del Archivo de Indias en Sevilla, se ha tratado de mostrar algunos aspectos de la vida del Consulado de Cartagena de Indias en el Virreinato de Nueva Granada, estudiando las trabas y los conflictos internos y externos que limitaron el alcance de las realizaciones de dicha institution entre 1795 y 1810

Texte intégral

  • 1 Germán Colmenares, Terratenientes mineros y comerciantes, siglo XVIII, Cali, 1975, p. 10.

1« La validité conceptuelle en histoire est toujours provisoire », écrit German Colmenares dans Cali, Terratenientes, mineros y comerciantes, siglo XVIII ; c'est pourquoi en prenant pour objet de cette étude quelques aspects de la vie du Real Consulado de Cartagena de Indias, il nous a paru plus conforme à la réalité de la Nouvelle-Grenade à la fin de la période coloniale de parler de « Dépendances » que de Dépendance, afin d'éviter les risques d'une abstraction réductrice qui amoindrirait les composantes, parfois mineures mais significatives dans l'étude des mentalités, de la société coloniale néo-grenandine. Par ailleurs, la situtation coloniale suppose de prime abord, c'est vrai, une relation de dépendance, mais les sociétés coloniales aux rouages complexes et parfois contradictoires se sont forgées dans le temps, selon un rythme différent, en raison de facteurs multiples et variés : géographiques, spatiaux, composantes ethniques d'origine, degré plus ou moins avancé du métissage, richesses naturelles, nature même de la conquête et du ou des Conquistadors. Pour la Colombie, notamment, Germán Colmenares fait ressortir que la thèse de la dépendance nationale (sans pour autant la nier) est une simplificatin qui occulte l'importance d'éléments originaux de sous-systèmes régionaux1.

  • 2 Carlos D. Malamud, Autonomía ο Dependencia : una falsa opción, Revista de Indias, Janvier-Juin 198 (...)

2A propos de la polémique qui oppose de façon théorique les tenants de la théorie de la dépendance à ceux qui veulent éclairer la compréhension des phénomènes latino-américains à la lueur d'une vision qui privilégie l'autonomie, Carlos D. Malamud souligne que la dichotomie dépendance-autonomie risque fort de conduire à une incompréhension fondamentale de la spécificité du fait américain2.

3Emanation de la politique réformiste de Charles III, le Consulado de Cartagena de Indias, directement ancré dans les réalités économiques et culturelles du pays, nous a paru un exemple concret qui illustre l'interaction entre société et Institutions, dans une combinaison du pouvoir et du faire qui n'allait pas sans heurts.

  • 3 J. Chenu, « Littérature scientifique et Esprit des Lumières en Nouvelle-Grenade », Actes du IX Con (...)
  • 4 Guillermo Hernández de Alba, Archivo Epistolar del Sabio Naturalista Don José Celestino Mutis, Bog (...)

4Si nous nous sommes intéressé à l'existence et au rôle du Consulado de Cartagena, c'est parce qu'en étudiant la Littérature scientifique en Nouvelle-Grenade3 nous nous sommes très vite aperçu que deux plateformes avaient joué un rôle déterminant dans la formation des élites et dans la diffusion des courants culturels : l'une que nous pouvons considérer comme strictement scientifique, l'Expédition Botanique, dirigée par Mutis qui fut à l'origine de la création de l'Observatoire de Santa Fe de Bogota où devait se réunir l'intelligentsia créole à partir de 1805 ; l'autre, par sa structure et sa finalité, un organisme juridique et économique, le Real Consulado de Cartagena de Indias. Un lien évident apparaissait entre ces deux noyaux, porteurs de forces dynamiques, par l'intermédiaire de José Celestino Mutis, Francisco José de Cladas, Directeur de l'Observatoire et collaborateur de Mutis, et José Ignacio de Pombo, promoteur et animateur du Consulado, qui fut l'ami de Mutis et ne cessa d'apporter ses conseils et son soutien matériel à Caldas, pour l'aider à mener à bien ses recherches. La correspondance échangée entre les trois hommes4, le savant de Santa Fe, l'explorateur tourmenté qu'était Caldas, le pragmatique éclairé de Cartagena qu'était Pombo, nous ramenait toujours au Consulado, très souvent mentionné dans les lettres. Il était hors de doute que le Real Consulado avait constitué un facteur important dans le développement culturel de la Nouvelle-Grenade, au cours des dernières années de l'époque coloniale.

  • 5 Antonia Heredia Herrera, «Apuntes para la Historia del Consulado de la Universidad de Cargadores a (...)

5Le Consulado, en tant qu'institution, n'était pas une nouveauté : cet organisme, constitué comme une corporation de marchands, doté d'un pouvoir de juridiction dans les affaires de caractère commercial, fonctionna en Europe dès le XIIIème siècle5 ; l'extension de ce type d'institution à la Péninsule à la fin du XIIIème siècle, au XIVème et au XVème siècles, prouve à la fois son efficacité et la force des marchands. Solórzano dans sa Política Indiana ne manque pas de souligner l'importance des marchands et de leur organisation juridique dans une société bien gouvernée :

  • 6 Solórzano, Politica Indiana, Livre 6, ch. 14, fol. 10. R. Konetzke, América Latina, la Epoca Colon (...)

Entre los privilegios que las Repúblicas bien gobernadas conceden a los mercaderes, es el más considerable darles jueces particulares que salgan por suertes ο por elección, todos los años de entre mismos6.

  • 7 Maria del Carmen Baena Tellechea, «El Tribunal del Consulado en el Nuevo Reino de Granada, Su prim (...)
  • 8 Arcila Farias, «El Real Consulado de Caracas», Caracas, 1957, p. 12-13.

6A la fin du XVIIIème siècle, la politique réformiste de Charles III portera son attention sur l'existence des Consulados et leur impact sur le développement économique ; la loi sur le libre commerce de 1778 souligne la concomittance entre les perspectives nouvelles des échanges entre la Péninsule et les possessions d'Amérique et la nécessité de restructurer et de multiplier un organisme qui représentait en premier lieu les intérêts marchands. Le premier Consulado réorganisé dans la Péninsule en 1784 fut le Consulado de Sevilla ou « Nuevo Consulado » pour le distinguer de l'ancien7 ; et la politique unificatrice des Bourbons étendra, au cours de la décade suivante, ce type d'institution rénovée à l'Amérique espagnole, qui comptera onze Consulados8.

  • 9 A.G.I. Sante Fe 957.

7La grande nouveauté de ces Consulados est qu'ils doivent comporter à côté d'un Tribunal du commerce dont les juges sont recrutés parmi les marchands (mais pas exclusivement), une assemblée, Junta de Gobierno ; la mission essentielle de celle-ci est de promouvoir le développement économique dans le but d'assurer (selon une éthique chère au XVIIIème siècle) la félicité publique. Arcila Farías fait très justement remarquer qu'il ne faut pas confondre l'ancienne représentation des marchands, constituée par un ou deux délégués, appliqués au règlement des litiges commerciaux, avec ces nouveaux Consulados qui ont un caractère essentiellement collégial et une double vocation, juridique et économique ; nous ajouterons que pour la Nouvelle-Grenade, grâce au rôle dévolu à la Junta de Gobierno, l'action du Consulado prendra une dimension culturelle9.

  • 10 A.G.I. Santa Fe 961 et 1130.
    Real Cédula de erección del Consulado de Cartagena de Indias, expedida (...)

8Dans un premier temps nous allons étudier la genèse du Consulado de Cartagena de Indias, créé officiellement par une Real Cédula datée du 14 juin 179510 et nous essaierons de distinguer à travers une série d'analogies et de différences, en prenant comme point de référence le Consulado de Caracas, créé en 1793, la même année que celui de Guatemala, les traits spécifiques de l'institution néo-grenadine, en dépit du cadre uniforme de base. Nous étudierons une partie des statuts, la mise en place et le fonctionnement de cet organisme, en tâchant de dégager quelques aspects de la relation autonomie-dépendances et de sa signification dans la société coloniale.

  • 11 Arcila Farias, op. cit., p. 17.

9Nous rappellerons ici l'étude rigoureuse de Maria Carmen Baena Tellechea sur le Tribunal du Consulado en Nouvelle-Grenade qui n'eut qu'une existence éphémère, puisque après avoir été créé en 1694 il fut supprimé par décret royal en 1713. Nous voudrions attirer l'attention sur deux points : alors qu'en 1691 ce sont deux représentants du commerce de Cartagena qui demandent à avoir sur place des juges spécialisés dans les litiges commerciaux, le siège du Tribunal sera à Santa Fe en dépit des réclamations créoles. Aussi, lorsque soixante ans plus tard, la loi sur le libre commerce commence à produire ses effets les Créoles de Cartagena se sentent doublement frustrés : il leur manque un organisme adapté aux nécessités juridiques locales et régionales et ils s'estiment défavorisés par rapport aux commerçants des ports espagnols et plus encore de México et de Lima ; depuis le XVIIème siècle, en effet, ceux-ci pouvaient faire régler leurs litiges par des Consulados dont le fonctionnement était calqué sur le premier Consulado de Séville qui passait à l'époque pour le plus moderne11.

  • 12 A.G.I. Santa Fe 957.
  • 13 Id.

10Comme en 1691, ce sont deux représentants des commerçants de Cartagena, Don Lázaro Maria de Herrera et Don José Ignacio de Pombo qui prennent l'initiative de présenter au vice-roi Gil y Lemos, le 28 février 1789, un projet de mise en place d'un Consulado à Cartagena ; ils rédigent un plan de fonctionnement, de financement, d'organisation12. Un tableau du mouvement du port de Cartagena entre 1785 et 1788 l'accompagne pour prouver la nécessité de cet organisme ainsi qu'une lettre de José Ignacio de Pombo qui nous permet de mieux comprendre l'état d'esprit des promoteurs. Le 15 mars 1789 le vice-roi transmet à la Secretaría de Despacho la demande et les propositions des deux représentants des commerçants ; le 30 octobre ceux-ci précisent le règlement mais ce n'est que le 14 juin 1795 qu'une Real Cédula institue officiellement le Consulado de Cartagena de Indias13.

11Une fois de plus, nous constatons la lenteur de la mise en plce d'une institution nouvelle, en dépit de l'insistance de ses initiateurs créoles ; on peut faire la même observation en ce qui concerne le Consulado de Caracas. A quoi imputer ce retard ?

  • 14 Rafael Gómez Hoyos, «Don José Ignacio de Pombo, promotor de la Cultura y del desarrollo económico (...)

12Y aurait-il une période de flottement, de vide législatif coïncidant avec la disparition de Gàlvez, de Saavedra, l'Intendant du Venezuela, de Charles III comme le suggère A. Farias ? Ne faut-il pas voir là l'illustration bien connue des effets néfastes de la lourdeur de la bureaucratie espagnole et de l'éloignement, outre les désaccords locaux fréquents comme ce fut le cas lors de la mise en place du Consulado de Lima entre 1594 et 1614 ? Quoi qu'il en soit il nous faut constater le rôle joué par les grands commerçants de Cartagena dans cette initiative, notamment l'activité de José Ignacio de Pombo14. L'essor qu'avait pris la maison de commerce qu'il avait fondée, très jeune, à Cartagena, lui assurait des correspondants dans les principaux ports d'Amérique, à Guayaquil, à Lima, dans les grands centres d'échanges commerciaux et également en Espagne, à Cadix, élément important si on se place sur le plan de la circulation des idées, de l'acquisition de livres, de revues, de gazettes.

  • 15 Arcila Farias, op. cit., p. 13.

13La fondation du Consulado de Cartagena porte la marque du dynamisme créole, au sein d'une minorité qui affirme une certaine autonomie dans l'action, les autorités coloniales servant de courroie de transmission, tandis qu'à Caracas, le rôle fondamental a été joué par l'Intendant Saavedra, avec le support des instances gouvernementales mises en place lors des réformes de Charles III15.

  • 16 A.G.I. Santa Fe. Le 21 juin 1796 les délégués des commerçants en gros de Santa Fe, Don Vicente Roj (...)

14En outre, l'initiative des deux représentants des négociants de Cartagena montre le rôle moteur de la ville dans l'économie de la Nouvelle-Grenade à la fin du XVIIIème siècle et la disparité qui dans cette société coloniale n'a cessé d'exister et de s'accentuer entre Santa Fe ville administrative, centre vers lequel tendaient à se regrouper les Institutions, et l'aire socio-économique porteuse de forces de progrès que représentait le port de Cartagena ; Si au XVIIème siècle le Tribunal de Commerce siège à Santa Fe, à la fin du XVIIIème siècle Cartagena peut s'imposer ; les grands négociants ont conscience de sa jeune puissance économique, tandis que les commerçants de la capitale attendront 1796 pour manifester leur désir d'avoir eux aussi leur propre Consulado16. Comme l'écrit J.I. de Pombo dans sa lettre du 1789 au Vice-Roi :

  • 17 A.G.I. Santa Fe 957.

Cartagena, «garganta de quanto se introduce a lo interior y se saca para Europa, siendo digno de atención la multitud de buques que entran y salen después del establecimiento del libre comercio, y los considerables cargamentos que llevan en plata, oro, algodón, cueros, carey, maderas y otras producciones y frutos del País17.

  • 18 Id. Estracto de las reglas formadas por los comerciantes de Cartagena, Reyno de Santa Fe para Gobi (...)

15Le règlement provisoire proposé par J. I. de Pombo et Lázaro Maria Herrera le 13 octobre 1790 révèle une position élitiste, corporatiste et même discriminatoire sur le plan racial. Les seuls commerçants qui pourront faire partie du Consulado et qui pourront y être représentés sont ceux qui, inscrits au registre du commerce, disposent d'un capital de 160 pesos, les propriétaires de bateaux jaugeant au moins 100 tonneaux, capables de naviguer jusqu'en Europe (ce qui éliminait la représentation du cabotage orienté surtout vers les échanges dans les Caraïbes) ; certains privilèges leur seront concédés, comme l'exemption de la milice. En outre, tous ceux qui seront immatriculés au registre du commerce devront être de «sangre limpia» ; et sur ce point la Couronne se montra plus libérale, car cette restriction n'apparaît pas dans les statuts définitifs. Une liste de commerçants en gros, parmi lesquels J.I. de Pombo, de propriétaires de bateaux, le nom de quelques marchands18 accompagnait le projet de règlement.

  • 19 A.G.I. Santa Fe 957.
  • 20 Id.

16Dans les limites de la relative autonomie accordée au Consulado nous voyons donc apparaître, à l'intitiative même des Créoles, la constitution cohérente d'un petit groupe social lié par des intérêts économiques, doté d'un certain pouvoir, c'est-à-dire la formation d'une oligarchie. Mais il serait injuste de ne pas lui donner sa véritable dimension idéologique dans cette société coloniale de la fin du XVIIIème siècle, car elle reflète, en fait, l'Illustration espagnole. Ce corps de bons citoyens se propose de fonctionner comme une "Sociedad Patriótica" dont la seule aspiration est de «unir los intereses públicos con la felicidad pública»19. C'est bien cet aspect que souligne Gil y Lemos en transmettant le programme proposé par les Créoles : ils ne souhaitent pas seulement avoir un Tribunal de Justice, explique-t-il, ils agissent surtout en tant que « Patricios ávidos de promover la felicidad pública »20. Quant à l'élitisme, il appartient lui aussi à l'esprit des Lumières, car c'est grâce à une minorité éclairée que le monde sortira des ténèbres de l'ignorance ; comme l'écrit J.I. de Pombo à Mutis, le 30 avril 1808 :

  • 21 Archivo Epistolar, Vol. IV, p. 176.
    Nombreuses sont les affirmations d'une philosophie politique Il (...)

“Crea vuesa Merced, amigo, que es muy juiciosa la reflexión del sabio Campomanes, de que no hay tanta falta de hombres ni de medios para llevar al efecto las obras más grandes como necesidad de escoger los primeros y usar debidamente los segundos”21.

  • 22 La lecture du Baron de Bielfield était préconisée par Moreno y Escandón dans son plan de réforme d (...)

17Bien que le marchand ou plutôt le négociant en gros apparaisse comme le pivot sur lequel s'articulent les forces de développement dans la Province de Cartagena, dès 1797 les animateurs du Consulado se rendent compte de la nécessité d'étendre aux agriculteurs les mêmes privilèges dans l'instruction de leurs procès, car lorsqu'ils doivent faire appel aux tribunaux ordinaires ils sont obligés de s'éloigner de leur hacienda et les « nègres » et journaliers ne font rien quand le maître n'est pas là pour les surveiller ; les rapprocher des commerçants serait souhaitable car il y aurait réunion de «luces» de différente source d'où découleraient des effets bénéfiques pour fomenter l'agriculture. On voit donc apparaître dans l'esprit de ceux qui président aux destinées du Consulado la nécessité d'un élargissement de leur institution et d'un équilibre entre deux branches de production. Le discours prononcé lors de l'ouverture de la session de 1797 affirme clairement les principes d'une économie inspirée de la physiocratie et du libéralisme, car les références sont d'une part les Institutions politiques du Baron de Bielfeld22 et le Tableau Economique de Quesnay.

18Pour un pays qui a vécu essentiellement de l'extraction des métaux précieux, un virage est pris dans la philosophie économique :

  • 23 Lettre de Manuel de Pombo au Secretario de Despacho le 7 mai 1797, demandant que le Consulado de C (...)

«Olvidemos pues la abundancia del mineral y animal en quanto sean inconexos con nuestro intento de ocurrir sólo a las preciosidades del vegetal, seguros de que no nos encontraremos engañados»23

  • 24 Arcila Farias, op. cit., p. 20 et Document p. 30, et p. 442-445. Cependant il y a une éthique au X (...)

19Il est intéressant d'observer que le rapport entre la représentation du Commerce et de la propriété terrienne ne se présente pas de la même façon en Nouvelle-Grenade et au Vénézuela : dès les débuts du fonctionnement du Consulado de Caracas le corps consulaire devait comporter un nombre égal de hacendados et de comerciantes et mercaderes, avec toutefois une tendance à une représentation plus importante des hacendados, et une difficulté à trouver des commerçants suffisamment intelligents et ouverts à la théorie juridique (Guayana posait un problème)24 ; cette remarque nous permet de voir la spécificité des sociétés coloniales, l'adaptation du Consulado à cette spécificité, malgré le moule uniforme ; mais c'est aussi une même orientation dans la pensée économique qui oblige à des réajustements, dans le fonctionnement même du Consulado, preuve évidente d'une certaine dynamique de l'institution.

20Le texte des statuts comporte 53 articles que les limites de cet exposé ne nous permettent pas de transcrire ; nous ferons un commentaire global de ce qui concerne le fonctionnement du Consulado, ses moyens financiers, ses activités et nous essaierons de faire apparaître, quelquefois de façon anecdotique, certains conflits qui limitèrent son efficacité.

  • 25 Le Secrétaire est à la fois le Documentaliste, l'Archiviste et le Secrétaire proprement dit. Guill (...)

21Le corps consulaire de Cartagena comportera un Prior, deux Consuls, 9 Conseillers, un Syndic, chacun assisté de son Teniente, un secrétaire, un comptable, un Trésorier, un greffier. Certains de ses membres perçoivent un traitement fixe dont la modicité sera parfois remise en cause. Dès que les premiers contacts furent pris avec les autorités vice-royales, Herrera et Pombo proposèrent des nominations et le montant des traitements. Si nous comparons ces propositions et la répartition établie à l'article 35, celle-ci nous paraît plus égalitaire. L'étude des comptes du Consulado entre 1795 et 1810 fait apparaître une constante dans les traitements. En 1805 et 1810 ils étaient : pour le Prior, 1000 pesos annuels, les Consuls 800, le Secrétaire 1 400, le Trésorier 1 200, le Comptable 1 200, l'Assesseur 800, le Greffier et les huissiers 400. La double mission du Consulado, judiciaire et économique, exigera la mise en place de deux structures distinctes : un Tribunal de Justice d'un côté, de l'autre une Junta de Gobierno, mais seule une partie du Corps Consulaire figurera dans les deux structures : le Prior, les deux Consuls et évidemment l'indispensable Secrétaire25.

22Pour que le Consulado puisse commencer à fonctionner l'article 39 entérine l'auto-désignation du noyau de base pour un an, liste nominale où figure le nom de J.I. de Pombo et de son frère comme trésorier. Lorsqu'on aura procédé aux premières élections les fonctions seront biennales (article 40).

23Il nous a paru intéressant de commenter les articles qui traitent des élections, car si l'on a souvent souligné l'importance qu'a eue pour les créoles leurs représentation au sein des Cabildos, combien plus significative de leur rôle dans la vie économiqe et politique devait être à leurs yeux une participation au fonctionnement du Consulado !

  • 26 Cependant il y eut deux Pombo au Consulado dès se débuts, trois Montera de Espinosa en 1810, A.G.I (...)
  • 27 Article 53 des statuts et A.G.I. Santa Fe 961, 985.

24Deux jours avant les élections un vaste appel à une assemblée générale était lancé par le Prior et les Consuls ; il s'adressait aux commerçants, marchands, chargeurs martitimes, capitaines et maîtres d'équipage, majeurs, et à tout vecino, c'est-à-dire résidant depuis cinq ans au moins dans une des villes entrant dans la juridiction du Consulado. Etaient exclus les médecins, apothicaires, avocats, procureurs, greffiers, les employés, les non-propriétaires. Une fois ce monde réuni, sous la Présidence du Gouverneur (à Caracas c'était l'Intendant, à Veracruz le Gouverneur-Intendant) le Bureau se mettait en place, constitué uniquement du Prior, des Consuls, du Syndic et du greffier, mais ils n'avaient pas droit au vote. Il s'agissait alors d'élire les électeurs par un système assez élémentaire mais qui devait donner lieu à une véritable cérémonie (et pourquoi pas un spectacle ?) Tous les assistants écrivaient un nom de leur choix sur un petit papier ; on réunissait les propositions et le Prior les lisait à haute voix, avant de les introduire dans une urne ou une jarre préparée à cet effet. Un enfant alors intervenait pour procéder au tirage au sort et les quatre premiers noms sortis de l'urne désignaient les électeurs. Il fallait vérifier la validité de la qualification de l'individu désigné par le sort ; le Gouverneur, le Prior et les Consuls s'assuraient qu'il était bien originaire des territoires de Sa Majesté, qu'il était majeur, “de caudal conocido”, que sa réputation était excellente, et qu'il était expert dans la pratique du commerce. En outre, pour éviter que ne se constituent des clans liés par des intérêts communs, il ne devait pas avoir de lien de parenté avec d'autres membres du Consulado ni être associé à un autre électeur au sein d'une même compagnie de commerce26. Ces électeurs dressaient ensuite cinq listes de 4 candidats aux postes à pourvoir, chacun à sa convenance, sans communiquer entre eux et à l'écart du Bureau. L'opération terminée, le Prior recevait les listes, faisait une lecture publique, et on procédait à un nouveau tirage au sort : le premier nom serait élu titulaire du poste, le deuxième serait Teniente. Les délégués des villes entrant dans la juridiction du Consulado de Cartagena, au nombre de deux par ville seraient non pas élus mais désignés pour deux ans par le Gouverneur, la première fois, par le nouveau Consul et par l'ancien par la suite ; eux aussi devaient obéir aux mêmes exigences que les électeurs. C'était donc une sorte de petit parlement qui était mis en place par suffrage indirect d'autant plus imbu de sa dignité et de son rôle que le Consulado avait rang de « Señoría, un blason aux armes de la ville et un ornement rappelant ses attributions (plusieurs documents montrent l'attachement des membres du Consulado à cette dignité et à la déférence qui, à leur avis, leur était due)27.

  • 28 «Su instituto será la más breve y fácil administración de Justicia en los pleytos mercantiles y la (...)
  • 29 Alzada : José de Veitia Linage dans Norte de Contratación de las Indias occidentales (1672) expliq (...)
  • 30 Ils sont rassemblés dans un petit cahier gris que nous avons trouvé à A.G.I. Santa Fe 959.

25Quant au fonctionnement des deux structures, le Tribunal et La Junta, il nous paraît obéir à une règle que nous pourrions résumer ainsi : clarté, efficacité, discipline28. Le Tribunal à qui est confié le règlement des litiges est formé du Prior et des Consuls qui auront le souci d'éliminer tout formalisme stérile des avocats locaux, tout document qui sent l'esprit « leguleyo ». Le jugement sera rapide, il sera rendu clairement, « a estilo llano » et sans complications si l'affaire ne dépasse pas 1 000 pesos. Si le problème soulevé est particulièrement délicat alors seulement on pourra faire intervenir un « letrado », et faire appel devant le Tribunal de Alzada29. Les Audiences auront lieu le mardi, jeudi et samedi de 8 heures à 10 heures ou plus tard. Malgré ces précisions, la législation nous semble conserver un certain flou, et présenter une adaptation très imparfaite aux problèmes spécifiques du commerce américain ; il est dit en effet qu'en cas d'incertitude on se reportera aux lois des Indes ou à celles de Castille. Ce vide de la législation sera à l'origine de retards de procédure auxquels la Junta cherchera à remédier en 1801 par la rédaction d'un ensemble de 43 articles et un index pour éclairer et soutenir le Tribunal30.

  • 31 A.G.I. Santa Fe 985.

26La Junta de Gobierno, elle, est composée de tout le corps consulaire et présidée par le Gouverneur de la Province, si tel est son désir, par le Prior dans le cas le plus général. L'assistance aux séances, à raison de deux par mois selon un horaire fixé en début de session est obligatoire. Toute absence non excusée sera sanctionnée par une amende de 20 pesos. Les membres de la Junta seront déchargés de fonctions municipales tant qu'ils exercent une activité au sein du Consulado ; sage mesure sans doute, mais probablement pas toujours respectée en raison du manque de gens suffisamment compétents (ou dévoués) si l'on en juge par la requête du J.I. de Pombo en 1805 afin d'être relevé de «todo cargo concejil y de Consulado»31. Les réunions devront se dérouler dans le calme, les discussions seront ordonnées, chacun sera libre d'exposer les problèmes qui lui paraîtront nouveaux ou opportuns ; on devra l'écouter en silence tandis que le secrétaire prendra des notes afin de rédiger un compte rendu «con estilo claro y corriente».

  • 32 Encore en 1819 le Consulado se plaint parce que le Vice-Roi ne respecte pas le traitement lié au t (...)

27En dépit de ces sages dispositions, le chemin de la théorie à la pratique n'était pas toujours « llano », et la vie du Consulado fut perturbée, ses réalisations freinées ou retardées par des conflits internes ou en relation avec les autorités de Gouvernement où nous croyons discerner le prolongement d'attitudes mentales hispaniques proches encore de l'époque de la Conquête. D'une manière générale les membres consulaires se révèlent pointilleux quant aux signes de déférence auxquels ils estiment avoir légitimement droit et soucieux de maintenir toute représentation hériarchique qui les honore. Tantôt le Prior et les Consuls s'estiment outragés parce que le Trésorier ne leur applique pas le traitement de Señoría reconnu de droit au Consulado, ce qui entraîne la rédaction d'une note adressée à la Secretaría de Despacho pour faire préciser, à nouveau les règles de préséance ; ce titre est-il valable pour la seule institution ou peut-il s'étendre aux premiers magistrats du corps consulaire ? Ont-ils le droit de porter le bâton de la justice aussi bien dans la rue qu'à l'intérieur du Consulado, ce qui est exclu dans les tribunaux et autres consulados fonctionnant collégialement ? En 1807 le Consulado demande que le Prior et les Consuls soient assis immédiatement après les Alcaldes dans toute cérémonie officielle32. Parfois on s'accuse réciproquement de grossièreté, de suffisance, d'insolence ; dans une lettre du 31 mars 1798, deux membres du Consulado se plaignent de la conduite du Trésorier, frère de J.I. de Pombo en ces ternies :

  • 33 A.G.I. Santa Fe 958.

Nada de esto (il s'agit du manque de respect du titre accordé par le Roi) es extraño en el Tesorero ; su genio no le permite contenerse dentro de los limites de sus facultades sino que lo arrastra y conduce como de la mano más allá de ellos. Desde el establecimiento del Consulado no se ha visto éste libre de discusiones y etiquetas todas originadas del Tesorero33.».

  • 34 A.G.I. Santa Fe 959 ; ce même Manuel de Pombo refuse de se déplacer pour recueillir auprès des off (...)

28L'agitation semble se calmer quand Manuel de Pombo sera élevé au rang de Contador de la Casa de la Moneda, le 7 mars 180434. La liste de ces querelles mesquines serait longue ; si elles relèvent de l'anecdote elles nous montrent que l'esprit civique, le sens de l'intérêt collectif si fermement exprimé dans les principes étaient loin d'avoir pénétré profondément dans les esprits.

  • 35 A.G.I. Santa Fe 1083.
  • 36 A.G.I. Santa Fe 958, leg. 1 °. Les rivalités entre Créoles pour obtenir un poste fixe ne sont pas (...)

29Parfois les élections provoquent une contestation, elles peuvent être invalidées, comme ce fut le cas dans une affaire assez compliquée où un commerçant de Cartagena Don Juan Romero, après avoir été élu au poste de Consul, se vit désavoué par le corps consulaire sous prétexte que le quorum n'ayant pas été atteint, les alguacils et les huissiers avaient ramené à l'assemblée générale les gens qu'ils avaient pu trouver, parmi eux un capitaine de brigantin du Commerce de Cadix, très jeune (élections du 2 janvier 1804). La contestation dura plus d'un an, mobilisant l'activité du Consulado, et finalement le Fiscal trancha en renvoyant au texte des Ordenanzas, le 17 avril 180535. Des conflits de compétence éclatent, car les nouvelles structures mises en place risquent de faire concurrence à certaines charges, remettant en cause le principe acquis de la vénalité de ces mêmes charges. C'est le cas du greffier du Tribunal de Alzada Don Agustín José Gallardo, titulaire de ce poste qui se voit destitué au profit de Fernando Pernet, nommé également greffier du Tribunal du Consulado. Il y a là contradiction entre les Ordenanzas et les lois des Indes comme le fait ressortir Gallardo avec d'autant plus de véhémence qu'il est Espagnol (Péninsulaire) et soutenu par le Gouverneur en raison d'une efficacité particulièrement remarquable36.

  • 37 A.G.I. Santa Fe 957.

30La relation entre le Consulado et les autorités supérieures de la Province, c'est-à-dire le Gouverneur, ne saurait être ramenée à un simple rapport d'autorité et de pouvoir de décision, car à l'intérieur d'un même cadre juridique, le comportement des individus, leur degré d'intégration à la société coloniale, une pratique plus ou moins longue d'habitudes et d'attitudes mentales pouvaient modifier, ralentir ou activer le fonctionnement du Consulado. Deux affaires occupent les annales du Consulado et de la vie politique de Cartagena, dès la mise en place de la nouvelle institution de 1796 à 1804 : l'affaire Cañaveral, Gouverneur de Cartagena au moment de la création du Consulado, et celle de son successeur Cejudo dont la peronnalité permit d'aplanir quelques conflits (en particulier avec le Τrésorier Manuel de Pombo)37. Jaloux des pouvoirs accordés par les Ordenanzas de 1795 au Consulado, Cañaveral portait sur celui-ci un jugement sévère :

  • 38 Id.

Establecido el Consulado se transformó en confusion y desorden inmediatamente, se propasó de los limites de su instituto, se creyó superior a los jefes y Tribunales de esta Plaza, turbo mi tranquilidad, promovió motivos de conversación en todo el Pueblo, me suscitó diferencias y me prescrivió método, reglas y norma para el mejor desempeño de mis privativas obligaciones como Gobernador, comandante de Marina y Juez subdelegado de Rentas»38.

  • 39 Cejudo porta à rencontre de son prédécesseur les accusations les plus graves, de brutalité, de vio (...)
  • 40 El Gobierno consiente estas diversiones que son muy del gusto del Pueblo porque se cree que conced (...)

31Pour humilier le Corps Consulaire, il exigea que des délégués viennent le convoquer personnellement aux séances qu'il devait présider et raccompagnent jusqu'à la salle de réunion. Le Vice-Roi alerté donna satisfaction aux protestations du Consulado, le 30 avril 1796, et pour faciliter l'action de ce derneir nomma à la place de Cañaveral Don Anastasio Cejudo. « L'intronisation » de Cejudo donna lieu à de telles réjouissances populaires, à un tel débordement de satisfaction que Canaveral en prit ombrage, considérant que cette liesse, en réalité, était une façon de tourner en dérision sa personne. L'affaire dura plus de huit ans, les autorités étant impuissantes à déclarer s'il y avait vraiment diffamation39. Les longues protestations de Cejudo contre celui qui le comparait à Tibère, Caligula, Néron, Dioclétien ( !) mettent au premier plan les liens d'amitié qui l'unissaient aux notables du Commerce de Catagena et une certaine compréhension du « pueblo » (terme aux occurrences nombreuses), associé dans son esprit à la vie de la Cité, une ville où, déclare-t-il, il a passé vingt quatre ans en qualité de Sargento Mayor, Teniente Coronet y Coronel del Regimiento Fijo. Dans sa défense Cejudo lavera le Consulado de tout soupçon d'irrévérence ou d'insubordination, de connivence avec le peuple que laissait peser sur lui le rapport de Cañaveral ; il exaltera en outre le rôle bénéfique de la fête officielle, espace libre qui canalise les forces populaires, les éloignant de la subversion : dans l'esprit du Gouverneur se dessine l'image d'un ensemble social où autorités de Gouvernement, groupe dynamique économiquement, et masses se trouvent harmonieusement associés40.

  • 41 Antonia Heredia Herrera, cf. note 5.
    P. Chaunu, l'Amérique et les Amériques, Paris, 1964, p. 437.
    La (...)

32Pour répondre aux objectifs fixés au Consulado (articles XXII à XXIV des Ordenanzas) des mesures pratiques de financement étaient envisagées (articles XXI et XXII) ; le budget du Consulado devait être constitué par le produit des amendes infligées par le Tribunal et essentiellement par la perception de droits douaniers dont le Souverain faisait abandon : le droit d'Averia, c'est-à-dire le 1/2 % sur la valeur de toutes les marchandises et produits commercialisables qui devaient entrer dans le district juridictionnel du Consulado ou qui en sortiraient41. C'était accorder à Cartagena un impact considérable sur la vie économique de la Nouvelle-Grenade puisque son rayon d'action s'étendait par l'intermédiaire du Consulado à tout le Vice-Royaume, à l'exception des Provinces de Popayán et de Quito qui par Cédules Royales du 19 février 1735 et du 11 juin 1778 avaient obtenu des Juges du Commerce et des Ordonnaces spécifiques.

33Le montant des amendes dans le volume budgétaire était peu important ; les tableaux des comptes du Consulado entre 1795 et 1810 permettent de le chiffrer environ à une moyenne de 20 à 25 pesos annuels. Les rentrées du droit d'Avería, pour les années qui nous intéressent variaient de 9 004 pesos 7 reales pour la plus mauvaise année à 36 002 pesos 21 reales pour la meilleure. Sans vouloir faire une étude économique nous pouvons déduire de ces chifres la fragilité de la relative autonomie financière du Consulado et une série de dépendances qui allaient limiter les possibiliés de réalisations pratiques : d'abord une dépendance externe, puisque l'activité du Consulado était directement liée au trafic commercial avec la Métropole et à son élargissement avec les « Neutrales », donc la subordonnait à la politique étrangère de l'Espagne.

  • 42 Cf. Basilio Vicente Oviedo, Cualidades y Riquezas del Nuevo Reino de Granada, Bogotá 1930, et Pedr (...)
  • 43 Ch. Minguet, A. de Humboldt Historien et Géographe de l'Amérique Espagnole 1799-1804, Paris, 1969, (...)
  • 44 Nous sommes reconnaissante à l'égard de M. Manuel Romero Tallafigo, Archiviste à l'Archivo de Indi (...)
  • 45 A.G.I. Santa Fe 1133 ; Entre le dépôt des comptes et l'approbation royale il s'écoulait parfois un (...)

34Paradoxalement, alors que les représentants du Commerce de Cartagena avaient allégué l'accroissement des litiges commerciaux pour justifier leur demande de création d'un Consulado, les termes par lesquels ils caractérisaient le commerce étaient pessimistes : «lánguido comercio, Languidez, situación melancólica». Nous dirons que c'est un leit-motiv fréquent dans les écrits de cette période42, contredit en partie par les chiffres ; le tableau de l'activité du port que Pombo joignit à sa requête de 1787 en est la preuve. Humboldt avait observé une augmentation importante du trafic commercial dans les possessions espagnoles entre 1746 et 1803 et s'opposait aux affirmations de Robertson en la matière. Il évaluait le revenu brut de la Nouvelle-Grenade à l'époque de son voyage à 3,8 millions de piastres43. Il nous a paru difficile d'établir une concordance entre les tableaux de l'activité du port de Cartagena que nous avons consultés et le tableau établi par Humboldt, car ce qui est significatif dans le cadre de notre étude c'est moins la moyenne annuelle que l'état du budget année par année. Une première constatation s'impose, c'est l'énorme fluctuation des ressources du Consulado et de ce fait la difficulté d'un suivi dans les réalisations. Si la moyenne budgétaire peut être évaluée à 22 000 pesos, il est des années fort mauvaises (1807) où les rentrées sont à peine de 9 000 pesos. L'année de pointe est celle de 1802 où l'averia a rapporté 36 002,21 3/4 pesos, (23 281 pesos pour le seul port de Cartagena) ; c'est bien là la preuve de cette étroite dépendance de la politique étrangère de la Métropole, car l'année 1802, prospère pour Cartagena, est celle de la Paix d'Amiens44. Les années de vaches maigres par contre obligeaint le Consulado à contracter des emprunts pour faire face à ses engagements, notamment pour l'entretien des voies de communication, ce qui ne plaisait pas à tous les membres du Corps Consulaire (en 1807 le découvert était de 2 241 pesos)45.

  • 46 Pour ces deux années le commerce de Cartagena avec les ports d'Amérique est nettement supérieur au (...)

35Le mouvement du port lui aussi est, pour les mêmes raisons, très variable : deux années peuvent se suivre et ne pas se ressembler, car non seulement l'aspect quantitatif intervient mais encore l'origine et la destination, ainsi que la nature des produits échangés, Nous avons comparé les deux années 1805 et 1806 : la première est languissante ; 48 bateaux en tout assurent le trafic. L'année 1806 fait preuve d'une activité notable avec un mouvement de 110 bateaux dont la majeure partie concerne le commerce proprement américain (49 bateaux arrivent de la zone Caraïbe, 50 bateaux repartent de Cartagena chargés de « frutos, géneros nacionales y extranjeros » et en moindre quantité de métaux précieux ; 8 bateaux seulement partent pour l'Espagne et trois vers les ports d'Europe non engagés dans la guerre)46.

  • 47 Memoria sobre el Contrabando dirigida al Sr Don Miguel Cayetano Soler Secretario de Estado y del d (...)

36La contrebande couramment pratiquée et particulièrement active en période où l'Espagne était en guerre entraînait des pertes considérables dans les rentrées de fonds du Consulado, puisqu'une partie des marchandises échappait au contrôle douanier, donc à une perception de droits. Difficile à chiffrer, le commerce illicite qui, soit dit en passant, facilitait les approvisionnements et faisait vivre le commerce intérieur en cas de défaillance de la Métropole apparaît cependant dans les rapports financiers du Consulado. Les captures de bateaux par les garde-côtes et les postes de guet permettaient une approximation, mais les données et les estimations sont extrêmement variables. J.I. de Pombo dans un rapport adressé au Secretario de Estado y Despacho de Hacienda de Indias, le 12 mars 1804, estimait que la contrebande représentait annuellement 3 millions de pesos pour les importations et tout autant pour les exportations, réunissant les productions du pays et en majeure partie le numéraire. Le rapport financier de 1806 mentionne le chiffre de 220000 pesos pour Cartagena. On comprend donc l'importance accordée par Pombo à l'analyse du phénomène de la cotnre-bande qui fit l'objet de rapports aux autorités, tendant à dégager une ligne de libéralisme économique et des mesures pratiques telles que la suppression du commerce des Noirs par les Compagnies étrangères et l'augmentation des bateaux garde-côtes47.

37Le mode de recouvrement des droits douaniers qui étaient recueillis directement par le Trésorier des mains des Officiers Royaux, en accentuant le rôle centralisateur de Cartagena provoqua des tensions avec les ports de la zone Caraïbe, Santa Marta, Río Hacha, Panamá ou même Guayaquil et éveilla la méfiance et l'hostilité de la capitale qui, elle aussi, se sentait dessaisie d'un certain pouvoir financier. De fait était donc créée une situation de dépendance interrégionale qui frustrait les uns et limitait la force dynamique de la réelle capitale économique.

38Parfois les fonds ne parvenaient pas parce qu'ils étaient utilisés sur place pour financer des travaux publics urgents, et les autorités locales se faisaient tirer l'oreille pour les remettre ; c'est le cas des fonds qui auraient dû parvenir de Santa Marta et de Río Hacha en 1808 et dont l'absence se faisait sentir dans le budget annuel. Parfois le Vice-Roi puisait dans les caisses du Consulado, ou le Gouverneur de la Province pour financer des dépenses militaires.

  • 48 A.G.I. Santa Fe 1130.
    Cf. Alberola Samuel : Panamá au XVIIIème siècle : Evolution économique et soc (...)

39A Panamá le Conseil de Ville voyait d'un mauvais œil la manne douanière partir vers Cartagena et revendiquait l'attribution du droit d'avería, réservé au grand port, avec d'autant plus d'insistance que Panamâ était en relation directe avec Guayaquil, noeud du commerce avec le Pérou ; les fonds de Guayaquil étaient en transit par Panamá mais le Consulado de Cartagena les encaissait48.

  • 49 cf. Note 47.

40Quant à la Capitale elle ne cessait de demander, par l'intermédiaire de ses représentants du Commerce, un Consulado qui lui laisserait sa liberté d'action. Ses relations avec le Consulado de Cartagena se caractérisaient par une hargne constante : Cartagena était accusée de méconnaître les besoins de Santa Fe, de ne pas employer, à l'usage de tous, les revenus dont elle disposait, de négliger les travaux publics dont elle avait la charge, indispensables à la vie de la capitale49.

  • 50 Sergio Elias Ortiz, op. cit., et notre article « Un projet Créole de communication Interocéanique (...)
  • 51 Affaire Fray Pedro Pardo, «Relación de Mando de Mendinueta» in E. Posada, Relation de Mando, p. 51 (...)
  • 52 Le Consulado de Caracas se heurta à la même difficulté le 30 septembre 1801, Arcila Farías, op. ci (...)

41Sans entrer dans le détail des points précisés dans l'article XXIII des Statuts, nous dirons que la mission confiée à la Junta de Gobierno consistait à désenclaver la région centrale et à articuler entre eux les points clés de l'activité économique du Vice-Royaume : Cartagena et le Magdalena, Santa Fe, Popayân ; travail de réflexion géo-politique qui fut surtout l'œuvre de José Ignacio de Pombo et fit l'objet de lumineux rapports à La Junta en 1805, 1806, 1807 et 181050. Engageant les fonds du Consulado, J.I. de Pombo récusa la pratique hasardeuse qui consistait à confier à des ingorants cupides l'entretien de chemins anciens impraticables, ou l'ouverture de prétendues voies nouvelles, sans étude sérieuse préalable du terrain. L'effort de rationalisation et de planification entreprise se heurta souvent à la partialité des Autorités Suprêmes qui privilégiaient des projets entachés de duperie51. Pour éviter les erreurs et les tâtonnements de l'empirisme la Junta de Gobierno aurait souhaité pouvoir utiliser la compétence d'ingénieurs, mais les seuls spécialistes étaient les ingénieurs militaires et la Couronne interdisait leur participation à l'exécution de travaux publics civils52.

  • 53 Lettre de trois membres du Consulado, 9 août 1806, Mutis Arch. Epist. Vol. III, p. 415.

42Pour pallier cette carence, J.I. de Pombo fit appel aux possibilités offertes par le savoir de jeunes créoles formés aux sciences nouvelles. Entre 1803 et 1806 Pombo et Mutis luttèrent pour soutenir J. F. de Caldas, faisant valoir les qualités morales et intellectuelles du jeune savant pour que le Vice-Roi Amar lui accorde un passeport et l'autorise à entreprendre une mission de reconnaissance destinée à améliorer les communications entre le Magdalena et les Provinces de l'intérieur. Le Consulado s'engageait à payer les frais de l'expédition et s'associait à Mutis pour procurer les plans et les instruments nécessaires, lui adjoindre en outre deux dessinateurs53.

  • 54 Arch. Epist. Vol. IV, p. 157
  • 55 A.G.I. Santa Fe 1131.

43La Junta de Gobierno essaya aussi de faire œuvre culturelle et, sur ce plan, l'action du Consulado est tout à fait comparable à celle des Sociedades Económicas de la Péninsule. Quand l'institution réussit à mieux s'installer dans une maison plus spacieuse, bien aérée, au milieu d'un vaste jardin, la Junta adopta en 1806 plusieurs propositions présentées par J.I. de Pombo ; celui-ci, en effet, avait toujours été préoccupé par le vide pédagogique laissé dans le pays après l'expulsion des Jésuites, souci qu'il partageait avec Caldas. L'absence d'écoles que nous appellerions de nos jours Ecoles Techniques aggravait l'insuffisance technologique du Vice-Royaume. Celui que l'on a appelé le Jovellanos Granadino fit adopter par la Junta la décision de créer une école de dessin, de pilotage, de mathématiques et même d'installer un Jardin Botanique avec un professeur de Sciences Naturelles. Il rêvait aussi de transformer en Observatoire une tour que possédait l'édifice du Consulado. Il voulait des maîtres éprouvés, essayant de les recruter soit parmi des éléments espagnols de l'Expédition Hidalgo, soit parmi des jeunes créoles (il avait proposé la candidature de son neveu Miguel dont Cladas fut le mentor). Il souhaitait qu'un des élèves les plus avancés de l'Académie de San Fernando apporte des modèles, des dessins, des livres et les instruments nécessaires54. Dans les comptes du Consulado figure la liste des livres remis par l'intermédiaire d'un Commandant de Marine : ouvrages nautiques, dictionnaires spécialisés, de pêche et de navigation, voyages au détroit de Magellan, cartes générales de l'Atlantique, de la région Caraïbe et de ses principaux ports, instruments en provenance de la Jamaïque (maison Mitchelson et Evans de Kingston) pour équiper l'école de pilotage55. Le Consulado prenait en charge toutes les dépenses et prévoyait une dotation de 1 000 à 1 200 pesos pour chacun des maîtres. En 1810 il envisageait de rénover et de transformer le vieux couvent de la Merced en renvoyant vers leur province d'origine, le Pérou, les religieux qui s'y trouvaient et de doter le Collège de chaires de Droit de Langues étrangères, d'Economie politique, de Géométrie, de Sciences Naturelles (traitement des professeurs 400 pesos, 300 seulement pour le professeur de dessin). Cet effort pédagogique ne laissait pas de côté la formation des agriculteurs dans des écoles primaires de village ni celle des artisans.

  • 56 A.G.I. Santa Fe 1133.4 pesos pour 6 exemplaires du Semanario.

44Conscients du rôle du journal dans une société, les membres du Consulado apportèrent leur soutien au Semanario de Nueva Granada, en souscrivant pour six exemplaires et en lui procurant 83 abonnés parmi les marchands et les propriétaires fonciers. Le Consulado était le lieu où arrivaient les journaux, la Gaceta de Madrid, le Mercurio, et aussi les gazettes qui venaient des Caraïbes ou de Philadelphie56.

45La diffusion de la Culture ne pouvait se faire sans une Imprimerie et le Consulado ne cessa, de 1800 à 1813, de réclamer l'autorisation d'en installer une. Malgré l'autorisation accordée en 1803 par le Vice-Roi le Conseil des Indes opposa un refus à la requête :

  • 57 A.G.I. Santa Fe 960 (Consejo de Indias, Sala 2a).

Semejantes establecimientos son expuestos a abusos de muy perjudiciales consecuencias especialmente en Pueblos como Cartagena que se halla rodeada de Colonias extranjeras de todas clases y de donde es fácil introducir papeles y escritos peligrosos57.

  • 58 A.G.I. Santa Fe 1133.

46Les Autorités décidèrent que les commerçants et les agriculteurs qui avaient besoin de faire imprimer des textes concernant leur activité pouvaient le faire à Santa Fe où fonctionnait une presse que contrôlait directement le Gouvernement. Le 2 septembre 1808, la Junta de Gobierno, lasse de solliciter en vain, dégagea des fonds pour faire remettre en état de fonctionnement une vieille presse que possédait Espinosa de los Monteras58.

  • 59 A.G.I. Santa Fe 960. Quant à Pombo dès 1804, il avait demandé que l'on introduisît au plus tôt le (...)

47Le Consulado élargit son action à l'urbanisme et à l'hygiène, prévoyant le transfert du vieil Hôpital de San Lázaro extramuros et l'élaboration d'un pian général pour l'organisation des hôpitaux du Vice-Royaume. Soucieux d'améliorer l'état sanitaire, il subventionnera le transport du vaccin de Cartagena à Santa Fe59.

  • 60 E. Posada, Relaciones de Mando ; Ezpeleta, p. 355-356. Mendinueta p. 516.

48La période de la Vice-Royauté d'Amar a été sans nul doute la période noire du Consulado, tout au moins dans sa relation avec les Autorités suprêmes, car ses prédécesseurs avaient su reconnaître l'intérêt de cette Institution, même s'ils n'avaient pas toujours soutenu les initiatives du Consulado de Cartagena : Ezpeleta souhaitait qu'un Consulado soit créé à Santa Fe, Mendinueta imaginait l'établissement de trois Consulados dans l'ensemble du pays, de dimension régionale, avec une juridiction géographiquement bien délimitée : Cartagena, Santa Fe et Guayaquil dont dépendraient Cuenca et Quito60.

49Il est difficile de faire un bilan de l'activité du Consulado de Cartagena de Indias. Les rapports des Vice-Rois la jugent positive. En dépit des entraves externes et internes nous pensons que, si tous les projets n'ont pas abouti, toute cette prospective n'a pas été que rêve ; la mise en place d'une Instituiton où les Créoles de Cartagena étaient présents, les possibilités ouvertes dans l'ordre des réformes, l'abandon quasi permanent des responsabilités financières de la part des gouvernants leur ont permis de faire l'apprentissage d'un certain pouvoir et de se forger une mentalité qui annonce la naissance d'une conscience nationale où se mêlaient étrangement une conception nobiliaire de la vie et une pratique de bourgeoisie mercantile.

  • 61 Caldas, Obras Completas, Bogota, 1966, p. 329.
    Sergio Elias Ortiz, op. cit., p. 239.
  • 62 La Bagatela ed. Fac Simil., Bogota, 1966 ; n° 5 du 11 août 1811, p. 165 ; n° 7, 25 août 1811, p. 1 (...)
  • 63 Les documents conservés à l'Archivo de Indias de Seville, concernant la période de 1811 à 1819 que (...)

50Mais on ne peut oublier la grande cassure entre Cartagena et Cundinamarca au moment des luttes pour l'Indépendance. Tandis que Caldas faisait l'éloge du sentiment patriotique qui animait le Consulado et que Pombo exaltait el Hombre Americano que la Providence avait placée sur une terre riche de toutes virtualités61, Nariño un an plus tard allait ironiser sur les prétentions de chaque ville à s'ériger en petites unités indépendantes et déniait aux représentants d'un pouvoir économique citadin et régional le talent suffisant pour exercer des fonctions de Gouvernement au sein d'un Etat confédéré62. La plupart des membres du Consulado disparurent dans la grande tourmente ou émigrèrent ; c'est un autre chapitre de leurs dépendances et de l'ambiguïté de l'Institution qui commence...63.

51N.B. Au moment où nous avons rédigé cet article nous n'avions pas eu connaissance de l'excellent article de Mc Farlane Anthony : «Comerciantes y monopolio en la Nueva Granada. El Consulado de Cartagena de Indias», Anuario Colombiano de Historia Social y de la Cultura, Universidad Nacional de Colombia, n° 11, Bogota, 1983, pp. 43-69.

52De même cf. Manuel Lucena Samoral : « Los precedentes del Consulado de Cartagena : el Consulado de Santafe (1695-1713) y el Tribunal del Comercio Cartagenero », Estudios de Historia Social y Económica de América, Alcalá de Henares, 1986, n° 2, pp. 179-198.

Notes

1 Germán Colmenares, Terratenientes mineros y comerciantes, siglo XVIII, Cali, 1975, p. 10.

2 Carlos D. Malamud, Autonomía ο Dependencia : una falsa opción, Revista de Indias, Janvier-Juin 1981, N° 163-164, p. 281-285.

3 J. Chenu, « Littérature scientifique et Esprit des Lumières en Nouvelle-Grenade », Actes du IX Congrès des Hispanistes français, Université de Dijon, 1973.

4 Guillermo Hernández de Alba, Archivo Epistolar del Sabio Naturalista Don José Celestino Mutis, Bogotá, 1975, Vol III, IV.

5 Antonia Heredia Herrera, «Apuntes para la Historia del Consulado de la Universidad de Cargadores a Indias en Sevilla y Cádiz», Anuario de Estudios Americanos, XXVIII, Sevilla, 1970, p. 219-279.

6 Solórzano, Politica Indiana, Livre 6, ch. 14, fol. 10. R. Konetzke, América Latina, la Epoca Colonial, t. II, Madrid, 1979, p. 311.

7 Maria del Carmen Baena Tellechea, «El Tribunal del Consulado en el Nuevo Reino de Granada, Su primera fundación», Actas del XXXVI Congreso de Americanistas, 1964, Vol IV, p. 365-368.

8 Arcila Farias, «El Real Consulado de Caracas», Caracas, 1957, p. 12-13.

9 A.G.I. Sante Fe 957.

10 A.G.I. Santa Fe 961 et 1130.
Real Cédula de erección del Consulado de Cartagena de Indias, expedida en Aranjuez 14 de Junio de 1765. Le premier texte de la Real Cédula était provisoire ; il est daté du 17 janvier 1795 ; c'est le règlement du Consulado de Veracruz modifié pour tenir compte des conditions spécifiques de la Nouvelle-Grenade.
Cf. Notre article, « la deuxième création du Consulado de Cartagena de Indias, Rôle et activité de José Ignacio de Pombo », Actes du XL Congrès International des Américanistes, Rome, septembre 1972, Vol. Ill, p. 303-309.

11 Arcila Farias, op. cit., p. 17.

12 A.G.I. Santa Fe 957.

13 Id.

14 Rafael Gómez Hoyos, «Don José Ignacio de Pombo, promotor de la Cultura y del desarrollo económico del Pais», Boletín de Cultura y Bibliografía, Bogotá, Août 1962, Vol. 8, p. 971. L'appartenance de Pombo à une vieille famille de Popayán où son père était Teniente Gobernador, ses liens de parenté avec le Comte de Casa Valencia, conseiller d'Etat, le mettaient à l'abri de tout soupçon. A.G.I. Santa Fe 957, Document du 7 mai 1794.

15 Arcila Farias, op. cit., p. 13.

16 A.G.I. Santa Fe. Le 21 juin 1796 les délégués des commerçants en gros de Santa Fe, Don Vicente Rojo et Don Gabriel Manzano présentent leurs propositions au Vice-Roi Ezpeleta.

17 A.G.I. Santa Fe 957.

18 Id. Estracto de las reglas formadas por los comerciantes de Cartagena, Reyno de Santa Fe para Gobierno del Consulado que pretenden establecer. Estân tomadas en gran parte de la Cédulas de erección de los Consulados Nuevos de España ; por lo qual solo se anotarán aquí los artículos en que haya diferencia con los reparos que en algunos pone el Virrey. A.G.I., Santa Fe 957. A propos de la distinction entre comerciantes et mercaderes qui existait en Nouvelle-Grenade comme au Venezuela cf. Arcila Farias op. cit., p. 38 et Humberto Tendron, El Real Consulado de Caracas y el comercio exterior de Venezuela, Caracas, 1976, p. 217-219.

19 A.G.I. Santa Fe 957.

20 Id.

21 Archivo Epistolar, Vol. IV, p. 176.
Nombreuses sont les affirmations d'une philosophie politique Ilustrada que tendaient à diffuser les journaux de l'époque, par exemple le Papel Periódico, n° 1 du 9-2-1791, le n° 24 du 22 juillet 1791,. Cf. Groot Historia Eclesiástica y civil t. II, p. 344-346.

22 La lecture du Baron de Bielfield était préconisée par Moreno y Escandón dans son plan de réforme de l'enseignement en Nouvelle-Grenade ; cf. J. Chenu, « Littérature scientifique en Nouvelle-Grenade à la veille de l'indépendance : du discours à la pratique », in Studies on Voltaire and the eighteenth century CLXVII 1977, The Voltaire Foundation, Oxford.

23 Lettre de Manuel de Pombo au Secretario de Despacho le 7 mai 1797, demandant que le Consulado de Cartagena s'inspirant de celui de La Havane fasse une place équitable, indispensable, aux propriétaires terriens, car il lui semble que les commerçants manquent parfois de « luces » ! Le souci d'un équilibre entre ces deux groupes sociaux apparaît déjà au XVIème siècle, comme le signale Thomas Gomez dans l'Envers de l'Eldorado, Toulouse, 1984, p. 84-85, l'Audience de Santa Fe conseilla au Vice-Roi l'ouverture des Cabildos aux commerçants pour diminuer l'influence des Hacendados.

24 Arcila Farias, op. cit., p. 20 et Document p. 30, et p. 442-445. Cependant il y a une éthique au XVIIIème siècle qui met en valeur le rôle du commerçant dans la société. L'Abbé Pluche dans Spectacle de la Nature (1746) traduit en espagnol en 1755, était connu en Nouvelle-Grenade. Outre un manuel de technologie, son étude comporte une réflexion optimiste sur le rôle du commerçant dispensateur de la richesse.

25 Le Secrétaire est à la fois le Documentaliste, l'Archiviste et le Secrétaire proprement dit. Guillermo Ros remplit ces fonctions avec conscience et ponctualité, selon les documents que nous avons consultés pour la période de 1795-1810. On nous dit de lui qu'il était modeste et qu'il n'était pas riche.
Le travail du Secrétaire étant jugé trop lourd, La Junta de Gobierno engagea en 1807-1808 un secrétaire adjoint. On lui donna 60 pesos pour trois mois de salaire de juillet à septembre 1808. A.G.I. Santa Fe 1133.

26 Cependant il y eut deux Pombo au Consulado dès se débuts, trois Montera de Espinosa en 1810, A.G.I. Santa Fe, 1133. Lucena Samoral signale qu'à Caracas Bolivar, élu conseiller du Consulado en 1809, ne put prendre possession de son poste en raison de ses liens de parenté avec une autre membre du Consulado Perdo de Vega, Lucena Samoral. «Don Simón Bolivar Consiliario electo par el Consulado Caraqueño de 1809» in Boletín de la Academia Nacional de la Historia, Caracas, T. 40, n° 235, juillet-septembre 1976, p. 489.

27 Article 53 des statuts et A.G.I. Santa Fe 961, 985.

28 «Su instituto será la más breve y fácil administración de Justicia en los pleytos mercantiles y la protección y fomento de comercio en todos sus ramos».

29 Alzada : José de Veitia Linage dans Norte de Contratación de las Indias occidentales (1672) explique ainsi le terme : «querella que alguna de las partes faze de Juizio, que fuere dado contra ella, llamando y recorriéndose a enmienda de mayor juez...» Il donne comme équivalent de Juez de Alzada : Juez de Apelación. Lib. I Cap. XVII par. 6 p. 141 dans l'édition de 1945.
Selon un rapport du 26 mars 1806 il y aurait eu en 1805, 43 procès jugés par le Tribunal de Commerce, 9 en Appel devant le Tribunal de Alzada, tous réglés ; pour l'année 1806, 38 procès devant le Tribunal de Commerce, 5 devant le Tribunal de Alzada. Ceci nous donne une indication sur l'activité juridique.

30 Ils sont rassemblés dans un petit cahier gris que nous avons trouvé à A.G.I. Santa Fe 959.

31 A.G.I. Santa Fe 985.

32 Encore en 1819 le Consulado se plaint parce que le Vice-Roi ne respecte pas le traitement lié au titre de Señoría A.G.I. Santa Fe 961 et 985.

33 A.G.I. Santa Fe 958.

34 A.G.I. Santa Fe 959 ; ce même Manuel de Pombo refuse de se déplacer pour recueillir auprès des officiers Royaux les fonds qui reviennent au Consulado ; il veut déléguer les huissiers qui refusent. Le Comte de Casa Valencia doit intervenir pour rappeler au Trésorier ses fonctions.

35 A.G.I. Santa Fe 1083.

36 A.G.I. Santa Fe 958, leg. 1 °. Les rivalités entre Créoles pour obtenir un poste fixe ne sont pas moindres, en particulier pour la succession au poste de Trésorier en 1804, A.G.I. Santa Fe 959.

37 A.G.I. Santa Fe 957.

38 Id.

39 Cejudo porta à rencontre de son prédécesseur les accusations les plus graves, de brutalité, de violence, de pratique de la contrebande ; des «tarjetas» satiriques circulaient. A.G.I. Santa Fe 1083.

40 El Gobierno consiente estas diversiones que son muy del gusto del Pueblo porque se cree que concediéndole esta honesta distracción se evita que se dedique a otos entretenimientos perjudiciables como en tiempo de mi antecesor, que privado de todos, se entretenía en componer y fijar Pasquines». Document du 1er mars 1802, A.G.I. Santa Fe 1083.

41 Antonia Heredia Herrera, cf. note 5.
P. Chaunu, l'Amérique et les Amériques, Paris, 1964, p. 437.
La qualité des « marchandises » auxquelles s'appliquait le droit d'avería n'était pas suffisamment définie : le 25 septembre, à la demande de précision faite par les représentants du Commerce de Cartagena, le Gouverneur les informe que le droit d'avería s'appliquera aux Noirs que l'on introduira mais non point à l'argent expédié pour l'acquisition de Noirs. A.G.I. Santa Fe, 957.

42 Cf. Basilio Vicente Oviedo, Cualidades y Riquezas del Nuevo Reino de Granada, Bogotá 1930, et Pedro Fermín de Vargas, Pensamientos Políticos, Bogotá 1944, p. 15.

43 Ch. Minguet, A. de Humboldt Historien et Géographe de l'Amérique Espagnole 1799-1804, Paris, 1969, p. 612 et 604.

44 Nous sommes reconnaissante à l'égard de M. Manuel Romero Tallafigo, Archiviste à l'Archivo de Indias qui nous a communiqué le Catalogue qu'il a préparé et qui devrait être publié : Guía de Sección de Gobierno de Santa Fe ; il nous a permis de trouver plus aisément les liasses ayant trait aux comptes du Consulado A.G.I. Santa Fe 1130 année 1795 ; 1131 années 1803-1804 ; 1132 années 1805-1807 ; 1133 années 1808-1810.

45 A.G.I. Santa Fe 1133 ; Entre le dépôt des comptes et l'approbation royale il s'écoulait parfois un délai très long, en général trois ans.

46 Pour ces deux années le commerce de Cartagena avec les ports d'Amérique est nettement supérieur aux échanges (importations et exportations réunies) avec l'Espagne :
1805 : Métropole : 172 546 pesos. Amérique 295 958 pesos
1806 : Métropole : 332 236 pesos. Amérique 1 264 968 pesos.

47 Memoria sobre el Contrabando dirigida al Sr Don Miguel Cayetano Soler Secretario de Estado y del despacho de la Hacienda, 12 mars 1804, J. I. de Pombo ; A.G.I. Santa Fe 925.
Cf. Rapport de Pombo de 1810 in Sergio Elias Ortiz, Escritos de dos Economistes Coloniales, Bogotá 1965, p. 146, 221. La liberté qui règne aux Etats-Unis reste pour lui un modèle de technique économique et d'enrichissement ;-nous avons trouvé la copie manuscrite du message de Jefferson aux deux chambres du 2 décembre 1806 parmi les documents concernant la vie du Consulado, A.G.I. Santa Fe 960.
Avant sa création le Consulado de Cartagena s'était heurté à l'hostilité de quelques commerçants de Santa Fe qui pratiquaient le commerce illicite, soutenus par le Gouverneur Canaveral, A.G.I. Santa Fe 957.

48 A.G.I. Santa Fe 1130.
Cf. Alberola Samuel : Panamá au XVIIIème siècle : Evolution économique et sociale d'une zone stratégique de l'Empire Espagnol, thèse de 3ème cycle, Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris 1975, p. 211 et 231-234.

49 cf. Note 47.

50 Sergio Elias Ortiz, op. cit., et notre article « Un projet Créole de communication Interocéanique à la veille de l'Indépendance : José Ignacio de Pombo et le progrès économique de la Nouvelle-Grenade », TILAS XIII-XIV, Strasbourg, 1973-1974.

51 Affaire Fray Pedro Pardo, «Relación de Mando de Mendinueta» in E. Posada, Relation de Mando, p. 513 et notre article,cf. Note 50.

52 Le Consulado de Caracas se heurta à la même difficulté le 30 septembre 1801, Arcila Farías, op. cit., p. 165.

53 Lettre de trois membres du Consulado, 9 août 1806, Mutis Arch. Epist. Vol. III, p. 415.

54 Arch. Epist. Vol. IV, p. 157

55 A.G.I. Santa Fe 1131.

56 A.G.I. Santa Fe 1133.4 pesos pour 6 exemplaires du Semanario.

57 A.G.I. Santa Fe 960 (Consejo de Indias, Sala 2a).

58 A.G.I. Santa Fe 1133.

59 A.G.I. Santa Fe 960. Quant à Pombo dès 1804, il avait demandé que l'on introduisît au plus tôt le vaccin de la Jamaïque ou des Etats-Unis et déplorait que l'on n'ait pas accepté sa proposition de fréter à ses propres frais une expédition avec des jeunes gens inoculés ; il se déclarait prêt à faire l'expérience sur ses propres enfants. A.G.I. Santa Fe 925.

60 E. Posada, Relaciones de Mando ; Ezpeleta, p. 355-356. Mendinueta p. 516.

61 Caldas, Obras Completas, Bogota, 1966, p. 329.
Sergio Elias Ortiz, op. cit., p. 239.

62 La Bagatela ed. Fac Simil., Bogota, 1966 ; n° 5 du 11 août 1811, p. 165 ; n° 7, 25 août 1811, p. 182. Dans le n° 34, le 16 février 1812, il prenait directement à parti J.I. de Pombo.
Cf. Intervention de Kossok dans la discussion qui a suivi notre exposé « Problemática del Espacio Neo-Granadino » in : Homenaje a Noël Salomon, llustración Española e Independencia, Barcelona, 1979, p. 216.

63 Les documents conservés à l'Archivo de Indias de Seville, concernant la période de 1811 à 1819 que nous avons laissés volontairement de côté dans cette étude font apparaître la profonde perturbation vécue par l'Institution du Consulado et l'attitude souvent contradictoire de ses membres dans une société en transformation.

Auteur

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540