Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Institutions coloniales et réalités sociales en Amérique espagnole

 | 
Marie-Cécile Bénassy
, 
André Saint-Lu

Un conflit de juridiction au Guatemala colonial l'enquête mouvementée du Visitador La Madrid (1700-1702)

André Saint-Lu

Résumé

La crise institutionnelle et sociale provoquée par la visite mal accueillie du juge La Madrid met en évidence le jeu complexe des tensions individuelles ou de groupes dans cette société plutôt figée, et fait apparaître les défauts de fonctionnement de la lourde machine administrative. Accessoirement, elle offre sur la pratique du droit d'asile dans les lieux sacrés une série d'exemples qui permettent d'ébaucher une typologie de ce vieil usage à une époque et dans un milieu donnés

La crisis institucional y social provocada en la Guatemala colonial por la visita mal acogida del juez La Madrid pone de manifiesto el juego complejo de las tensiones individuales ο colectivas en esa sociedad aparentemente inmóvil, y revela los defectos de funcionamiento de la pesada màquina administrative. Ofrece además, sobre la práctica del derecho de asilo en las iglesias y conventos, una serie de ejemplos que permiten esbozar una tipología de esta vieja costumbre en una época y un medio social determinados

Texte intégral

1Les événements dont il va être question ne figurent pas, loin de là, au nombre des plus graves qu'ait connus l'Amérique espagnole coloniale, et il ne faudrait pas à cet égard se laisser abuser par la dramatisation outrancière de certaines relations manifestement tendancieuses. Il s'agit d'une crise à la fois institutionnelle et sociale comme il en surgissait beaucoup dans ces lointaines provinces du royaume d'Espagne, une crise d'ailleurs passagère et qui, si elle entraîna de sérieuses turbulences et même un choc sanglant, n'affecta jamais l'ordre établi au point de le démanteler, encore que la Couronne, sensible à ce genre de risques, ait jugé l'affaire des plus préoccupantes. L'intérêt majeur de cet épisode par-delà le simple déroulement des faits, c'est de révéler au grand jour le jeu souvent occulte des tensions individuelles ou de groupes, les grincements de la complexe machine administrative coloniale, et le fonctionnement parfois imprévu de certaines institutions ou pratiques traditionnelles dans une société plutôt figée.

  • 1 Livre VI, chap. 21 à 35, 39, 40 et 43, soit 18 chapitres très substantiels ; j'utilise l'édition d (...)
  • 2 On comprendra mieux ce parti-pris lorsqu'on saura que ledit visitador eut maille à partir avec les (...)
  • 3 Section Guatemala, leg. 284 à 290.

2Sur les particularités de ce conflit, on dispose d'abondantes sources historiographiques et documentaires, la plus notable étant à l'évidence la Historia de la Provincia de San Vicente de Chiapa y Guatemala de la Orden de Predicadores du dominicain fray Francisco Ximénez, écrite quelque vingt ans après l'événement dont elle comporte un récit très détaillé bien que diffus et passablement désordonné1, et qui est l'œuvre d'un témoin direct et même d'un acteur mêlé de près aux principaux incidents. Mais cette source de première main, et comme telle irremplaçable, manque visiblement d'objectivité, en ce sens que dans cette crise aux responsabilités sans aucun doute partagées, comme il ressort de la confrontation de l'ensemble des pièces du dossier, elle prend sans nuances et avec beaucoup de virulence le parti des autorités territoriales et notamment du président contre celui du visitador, qu'elle qualifie, entre autres choses, d'Antéchrist2. De l'historiographie guatemaltèque postérieure (Juarros, Garcia Peláez, Gómez Carillo, Villacorta...), il y a peu à retenir, soit qu'elle ne rentre pas dans les détails, soit qu'elle s'en remette à la relation de Ximénez sans le moindre sens critique. Trop succincte pour être d'une réelle utilité, la History of Central America de Bancroft (San Francisco, 1883, t. VII, p. 661-662) apporte néanmoins quelques précisions. Mais la copieuse documentation originale conservée à l'Archivo General de Indias de Séville3 fournit sur cette affaire toute l'information souhaitable ; Or si elle confirme, quant à l'essentiel, les faits rapportés par Ximénez, elle permet surtout, grâce aux éclairages contrastés des témoignages émanant de l'un ou l'autre camp, de mieux apprécier les mobiles et les comportements des parties en présence, et de parvenir à une représentation objective, historiquement plus exacte, de l'événement.

***

3Rappelons ici à grands traits le déroulement de ce conflit, et d'abord les circonstances de l'enquête officielle qui mit le feu aux poudres. Au Guatemala, sous la présidence de Sánchez de Berrospe, personnage physiquement affaibli, s'étaient accumulés plusieurs litiges susceptibles de troubler la tranquillité publique et le bon fonctionnement administratif. De vieilles rivalités existaient au sein de l'Audience, entretenues par le comportement indiscipliné de deux oidores, Ozaeta et Amézquita. Une contestation avait surgi entre le président et l'évêque Navas y Quevedo au sujet de l'attribution d'une cure, chacun ayant son protégé ; le vieil évêque, apparemment, était manœuvré par le vicaire général Joseph Sánchez, son propre neveu, qui aspirait à devenir doyen et coadjuteur, autant dire futur évêque, mais qui, doublement frustré nous apprend Ximénez, s'était attiré l'ingénieuse épigramme « nideán, nide anillo »... Plus sérieuse avait été la récente mutinerie d'une milice de quartier (San Jerónimo), à quoi s'ajoutaient une affaire de contrebande dans l'importation du mercure, des malversations dans la gestion de certaines caisses (Honduras, Sonsonate), et le non paiement du quint du roi sur le produit d'une mine d'or (el Corpus), sans parler de nombreux procès où se trouvaient impliqués divers fonctionnaires de la Capitanía General et plusieurs personnes particulières. Au total, une situation sans doute malsaine mais qui, à tout prendre, ne paraissait pas spécialement critique, ce genre d'abus ou de tiraillements étant monnaie courante dans l'administration territoriale des Indes. Au reste, les problèmes les plus graves comme la mutinerie de la milice ou la fraude sur le quinto, et d'autres qui l'étaient moins comme le litige entre l'évêque et le président, étaient soit déjà réglés, soit en cours de règlement par des enquêtes menées sur place ou des rapports envoyés en haut lieu au moment de la venue du visitador.

4Celui-ci, le licencié Francisco Gómez de la Madrid, avait bénéficié pour sa désignation de la faveur du président du Conseil des Indes, conde de Adanero, puis après la mort de ce dernier, de celle du confesseur du roi. Il avait même été pressenti par Adanero pour un emploi très élevé : une charge d'oidor dans l'une des deux Audiences de Castille, Grenade ou Valladolid, afin qu'il bénéficiât, comme juge commissionné, du prestige de la toge. Prestige dont il avait bien besoin si l'on en croit Ximénez, car il ne brillait pas par ses capacités. Quoi qu'il en soit, et bien que le Conseil ne dût pas ignorer (toujours selon Ximénez) que les affaires du Guatemala étaient en voie de règlement, il fut nommé visitador par décret du 15 juin 1699, et arriva à Guatemala le 30 décembre de la même année, accompagné de deux nouveaux oidores, Carrillo et Eguaraz.

5Dès son entrée en fonctions, La Madrid va faire preuve d'une autorité qui n'est pas exempte d'arbitraire. Après avoir notifié ses pouvoirs au président, il s'oppose à sa juridiction en libérant un de ses prisonniers, lui cherche querelle au sujet de sa domesticité et de la garde du palais, et finalement le relève de sa charge et l'exile de la capitale. Plein de zèle pour les intérêts de la Couronne, il met en accusation les officiers du fisc, oblige les commerçants à acheter les biens du Trésor laissés pour compte, prononce l'embargo sur ceux des particuliers, et multiplie les peines pécuniaires et les arrestations. Mais dans le même temps il ménage les deux oidores rivaux du président, Ozaeta et Amézquita, qui deviendront ses alliés, use aussi d'indulgence envers l'alcalde, mayor du district minier du Corpus, s'attire aisément les bonnes grâces de l'évêque et de son neveu, et met de son côté les communautés religieuses du pays, à l'exception toutefois des dominicains et des franciscains, qu'il ne parvient pas à circonvenir.

6Le conflit éclate lorsque l'Audience ayant exigé de connaître la teneur et les limites du mandat du juge, celui-ci, comme par défi, publie un arrêt de visita general, désigne Amézquita pour faire fonction de président, appréhende le troisième oidor en place, Duardo, et l'exile, et tente (mais en vain) de s'emparer d'un dépôt d'armes. Le palais présidentiel se met aussitôt en état de défense ; Amézquita, qui s'y était rendu, est retenu prisonnier, tandis que les deux nouveaux oidores, Carrillo et Eguaraz, envoyés pour parlementer, sont accueillis par le visitador les armes à la main. Cependant le Conseil de ville, après avoir hésité, se rallie à l'Audience, et si les jésuites, mercédaires et augustins prennent ouvertement parti pour l'envoyé de la métropole, franciscains et dominicains se rendent en cortège au palais pour bien marquer leur position en faveur des autorités locales. Celles-ci sont alors frappées d'interdit par l'évêché, sanction qui annoncée à son de cloches en pleine semaine sainte (avril 1700), ne manque pas de semer l'émoi dans la cité, mais n'a pour effet que d'accroître la résistance de l'Audience et de ses partisans. Et tandis que les chanoines persuadent le vieil évêque de lever la censure ecclésiastique, deux expéditions sont mises sur pied pour ramener le président Berrospe et l’oidor Duardo. Réfugié d'abord dans la cathédrale mais mal accueilli par le chapitre, La Madrid se retire au couvent de la Compagnie. Se sentant désormais impuissant, il fait savoir qu'il renonce à l'exercice de ses fonctions. Son départ, exigé par la population, suit de près le retour du président qui est accueilli triomphalement.

7Mais le juge démissionnaire n'avait pas désarmé : faisant retraite jusqu'à Oaxaca, il recrute des troupes indigènes qu'il exonère de tributs, dévalise les convois de marchandises et intercepte les courriers, met sur pied un plan de revanche et revient jusqu'au Soconusco en bénéficiant de l'appui de l'évêque de Chiapas. A Guatemala, il est alors déclaré « traître », et des soldats, sous les ordres de l'οidor Eguaraz, sont envoyés pour l'arrêter et le conduire hors du territoire. Du choc décisif de Güegüetlán (1701), les forces de l'Audience sortent victorieuses en partie par ruse mais non sans pertes. Le visitador s'enfuit au Tabasco, où il est capturé par le gouverneur sur l'ordre du vice-roi de la Nouvelle Espagne. Conduit à Mexico et emprisonné, il sera finalement renvoyé sans gloire dans la Péninsule. Au Guatemala, où Berrospe s'est démis volontairement de sa charge de président, un pardon général est décrété. Un nouveau juge, José Osorio, oidor de Mexico, arrive en 1702, mate un soulèvement d'arrière-garde dans l'ouest du pays, soumet sur place les derniers opposants et apaise les ultimes soubresauts. L'ordre étant rétabli, la vie coloniale, après deux ans d'agitation, reprend son cours habituel.

***

  • 4 Allusion inattendue à La Hora de todos : on voit que notre historien dominicain avait des lettres (...)

8Si l'on prend une vue d'ensemble de cette crise fertile en péripéties, ce qui frappe d'abord, ne serait-ce que par contraste avec sa gravité toute relative (mis à part les brefs combats du Soconusco), c'est l'importance des remous qu'elle a soulevés dans ce petit monde colonial. Il faut tenir compte, répétons-le, de la dramatisation de certains récits, notamment celui de Ximénez. Reste que les troubles furent bien réels et qu'il y eut des moments de désordre généralisé, non seulement au niveau des autorités et des notables mais dans toutes les couches de la population de la cité. Un fait remarquable à cet égard, c'est la soudaineté des changements de situation et des mouvements contradictoires qu'ils provoquent comme des réflexes : moments de perplexité (dans les débuts) devant les incertitudes du conflit, signes d'affolement aux heures les plus tendues (la sonnerie de l'interdit), explosions de soulagement dans les périodes rassurantes (le retour du président). Ces phénomènes se manifestent aussi sur le plan individuel, et il en est d'assez divertissants – tels du moins qu'ils sont racontés par Ximénez-, comme le désarroi de l’oidor Duardo arrêté de nuit et en chemise alors qu'il dormait paisiblement avec sa femme, ou celui de son collègue Ozaeta qui se trouvant à passer par un rue de la ville, fut saisi par la sonnerie de l'interdit «como si le cogiera la hora de Quevedo»4 et se réfugia dans la première maison venue. Il y a dans ces perturbations un intérêt qui dépasse l'anecdote, car elles ne sont pas sans révéler une certaine fragilité, une instabilité ordinairement latente dans cette vie coloniale apparemment si tranquille.

  • 5 Les textes ne précisent pas l'origine de ce surnom donné aux partisans de La Madrid.

9Ce que dévoile aussi l'événement, c'est l'existence de rivalités personnelles ou de groupes, et la facilité avec laquelle elles pouvaient tourner aux règlements de compte : ainsi des démêlés, quelles qu'en fussent les raisons, entre le président et les deux oidores qui, pour se revancher, s'abouchèrent avec le juge, ou encore des vieilles querelles résultant de la concurrence pour l'attribution de certaines charges ou bénéfices, sans parler de toutes les disputes dont les causes échappent à l'historien et qui pouvaient surgir, si l'on s'en rapporte à Ximénez, au sein d'une même famille, entraînant dénonciations et séparations. Rivalités individuelles mais aussi entre groupes sociaux ou communautés, attisées à l'occasion par des mesures que l'on pourrait qualifier de démagogiques. On comprend aisément que les Indiens, et les esclaves noirs, se soient ralliés dans certaines circonstances au parti du visitador, s'il est vrai que celui-ci promettait aux uns de les exempter de tributs, aux autres de les libérer. Mais ce même fait suffit peut-être à expliquer qu'il s'attirât l'hostilité du cabildo, émanation de l'aristocratie créole. Apparurent aussi au fil de ces conflits des divisions selon les quartiers ou les paroisses ; et l'on retiendra encore comme étant particulièrement révélatrices les différences de position parmi les ordres religieux : entre jésuites et dominicains, pour ne rien dire des autres, il existait des désaccords et des litiges qui venaient de loin, par exemple au sujet de l'enseignement et de l'Université ; rien d'étonnant à ce qu'ils aient choisi chacun leur camp. Jusqu'aux couvents de religieuses – au dire de Ximénez – où s'introduisit la discorde : images en réduction de l'effervescence généralisée, et en fin de compte du partage de la cité en deux clans antagoniques, Berrospistas et Tequelies5, plus passionnels que raisonnés dans leurs mobiles et comportements.

  • 6 On sait qu'il y avait aussi des enquêtes à l'intérieur des provinces, de portée régionale ou local (...)

10Mais l'aspect le plus significatif de cette crise, historiquement parlant, se situe au niveau institutionnel, s'agissant en effet pour l'essentiel d'un conflit de juridiction, comme en connut beaucoup l'administration espagnole aux Indes. Rappelons que les visitas étaient des inspections de caractère extraordinaire décidées par le Conseil des Indes lorsque surgissaient des problèmes jugés suffisamment graves dans le fonctionnement des institutions administratives territoriales6. On ne les confondra pas avec les residencias, qui étaient aussi des enquêtes conduites par des magistrats commissionnés mais qui intervenaient régulièrement en fin de mandat des administrateurs en place. Ces procédures systématiques n'allaient pas toujours sans désordres ni d'ailleurs sans dommages pour le residenciados ; bien souvent, cependant, l'affaire se passait à l'amiable, le juge étant aussi, fréquemment, le successeur désigné pour la charge laissée vacante. Mais les visitas, en général, revêtaient une autre gravité du fait même de leur caractère exceptionnel, ceux qui s'y trouvaient soumis étant en cours de mandat et pouvant craindre pour leurs prérogatives, voire pour leur état ; d'autant que les visitadores, en plus de leurs fonctions d'enquêteurs sur des faits particuliers, étaient parfois porteurs de pouvoirs secrets très étendus, y compris celui de destitution.

  • 7 Ximénez, à ce propos, ne manque pas de souligner que la vox populi était aussi la vox dei ; mais e (...)

11Normalement, il ne devait pas y avoir de conflit de juridiction à partir du moment où les attributions du juge étaient bien définies ; dans la réalité, des antagonismes surgissaient presque fatalement car le système, bien que satisfaisant sur le plan juridique, voire indispensable au difficile gouvernement de ces lointaines possessions du Nouveau Monde, restait trop assujetti aux décisions arbitraires, aux rapports de forces et aux liens d'intérêt, aux dépens de son bon fonctionnement légal. Dans le cas présent, il semble bien qu'il y ait eu de la part du visitador un mélange de maladresses et d'imprudences dues sans doute à son manque d'autorité personnelle et à son tempérament emporté, qui se traduisirent par des abus de pouvoir, des empiétements sur des domaines étrangers à ses commissions, et finalement par une « fuite en avant » et des comportements de moins en moins contrôlés. Toujours est-il que du côté du président et de ses partisans – surtout de ses partisans ? – on voit poindre un esprit de résistance qui aboutit à une opposition délibérée, d'abord défensive puis offensive, où le sens des responsabilités civiques n'était peut-être pas exempt de mobiles et de calculs moins désintéressés. Dans l'issue de ce conflit, désastreuse pour le turbulent envoyé de la métropole, on retiendra aussi le rôle joué, directement ou à travers sa représentation municipale, par la population créole de la cité, soucieuse à l'évidence de sauvegarder ses avantages économiques et sociaux en face de certaines velléités réformatrices jugées préoccupantes7.

  • 8 A.G.I., Guatemala, 264, Expediente sobre los procedimientos de don Francisco Gómez de La Madrid, J (...)
  • 9 Les interceptions de courrier opérées par le juge n'étaient sans doute pas étrangères à ces retard (...)
  • 10 A.G.I., Guatemala, 284 à 289.
  • 11 Rapport du 12 mai 1701, Ibid, 288.
  • 12 Consulta del Consejo a Su Majestad, 12 septembre 1701, Ibid.
  • 13 Bien qu'il soit difficile de rétablir la chronologie détaillée des faits, il semblerait que l'épil (...)

12Quant à la couronne, il apparaît clairement, si l'on suit l'ordre chronologique des papiers du Conseil des Indes, que l'idée qu'elle se faisait de cette crise et les décisions qu'elle était amenée à prendre pouvaient évoluer et même s'inverser selon l'origine des rapports qui lui étaient adressés, et plus encore en fonction des changements de situation dont elle n'avait connaissance qu'après coup. Les premiers messages arrivés provenant du juge et de ses alliés, l'évêque et l'oidor Amézquita8, le Conseil considéra que La Madrid, mis à part quelques « excès de juridiction » qui exigeaient réparation, avait procédé correctement, que sa mission devait se poursuivre, et que le président et les oidores récalcitrants, Duardo, Carrillo et Eguaraz, devaient être exilés à bonne distance de la capitale ; Il faut noter toutefois que deux des conseillers, ayant remarqué qu'aucune relation en provenance de la partie adverse ne leur était encore parvenue9 · et estimant que les « excès » du visitador avaient pu être la cause première de ceux de l'Audience, émirent un avis plus nuancé sur les responsabilités de chaque camp. Lorsque les nombreux rapports circonstanciés envoyés par le président et ses partisans – oidores, fiscal, Conseil de ville, chapitre de la cathédrale, franciscains, dominicains (avec un mémoire de Ximénez, leur procurador general), etc.–, accompagnés de copieux dossiers d'actes judiciaires10, parvinrent à destination, le Conseil put disposer d'une information totale sinon objective. Pour le procureur du roi11, les abus commis par le juge ne faisaient aucun doute ; il considérait cependant que les torts étaient partagés, et en accord avec sa fonction, il tenait pour inadmissible la résistance des instances territoriales « à la juridiction déléguée et à l'autorité du Conseil » ; néanmoins il s'en remettait en conclusion aux décisions déjà prises. Mais un peu plus tard, au reçu des nouvelles faisant état des troubles graves occasionnés par La Madrid après son expulsion de la cité, c'est résolument contre lui et ses alliés que va se prononcer la justice royale, exigeant de surcroît le châtiment le plus exemplaire, « con demostración tal que quede satisfecha la vendicta pública y aquel reino con un ejemplo y escarmiento memorable »12. Ordre est alors donné de s'emparer de la personne du coupable et de le garder en captivité à Mexico avant de le renvoyer en Espagne. Ce qui fut fait, on l'a vu, non sans difficultés, mais le moins que l'on puisse dire du pouvoir central dans toute cette affaire, c'est qu'il n'avait guère réussi à maîtriser la situation : devancé dès le début par les événements, influencé dans divers sens par des informations tendancieuses, il n'est pas jusqu'à son souci d'enrayer les désordres, plus évident que celui de déterminer exactement les responsabilités, qui n'apparaisse en définitive assez vain, au regard d'une crise dont les péripéties obéissaient d'abord, sur place, à l'impulsion des mobiles antagoniques et au libre jeu des forces en présence13. Sans généraliser à l'excès, on peut considérer cet épisode guatémaltèque de l'histoire administrative de l'Amérique espagnole comme particulièrement significatif des limites concrètes de l'autorité de la métropole dans ses lointaines possessions d'au-delà les mers, en dépit des apparentes perfections de la machine gouvernementale.

***

13En manière de complément à ces commentaires d'ordre général, on voudrait revenir sur le théâtre même du conflit pour évoquer une vieille pratique ou institution toujours vivante dans cette société coloniale hispano-américaine, et plus spécialement en période de crise : celle du droit d'asile – el sagrado – dans les enceintes sacrées réputées inviolables. L'occasion d'en parler est vraiment exceptionnelle si l'on songe que ces événements de 1700-1702 en fournissent une bonne vingtaine d'exemples, suffisamment variés dans leurs circonstances, leur déroulement et leurs issues pour qu'on puisse, au-delà des aspects anecdotiques, ébaucher une typologie de cet usage, tout au moins à une époque et dans un milieu donnés.

  • 14 Liv. VI, chap. 39, édit. cit., p. 176-177.
  • 15 Ce nom ne peut manquer d'évoquer un personnage de Pereda et le roman auquel il a servi de titre. A (...)

14Sur l'aspect juridique de l'institution, la Historia de Ximénez apporte une intéressante mise au point14 à propos d'un de ces exemples, celui du visitador réfugié dans l'église d'Escuintla (Soconusco) et qui demandait la protection de l'évêque de Chiapas dont dépendait cette région, dans la crainte d'être capturé par les forces de l'Audience. Ximénez insiste sur la nécessaire distinction entre la juridiction civile (le droit criminel) et la juridiction ecclésiastique, et sur les limites de cette dernière. Il invoque à ce sujet un précédent – par rapport à l'époque où il écrit – qui d'après lui devait faire jurisprudence : «Y así se declaró el ado pasado contra cierto reo, que valiéndose de la inmunidad (sous-entendu : eclesiástica), en México quitó la vida a Don Gonzalo González de la Gonzalera15, gobernador que fue de la Vera Cruz, así en el juzgado del metropolitano como en el de la Puebla donde apeló, no valerle la inmunidad». Et Ximénez explicite cette distinction fondamentale : «Que lo ampare el eclesiástico cuando necesita de su refugio para librar la persona, eso de oficio se lo tiene la Iglesia de proteger y amparar a todos que a ella se acogen en las cosas que le valen». Ces derniers mots sont plutôt vagues, mais plus loin : «Ya se ve que si sólo fuera estar refugiado [el visitador] en la iglesia por resguardar su persona de la violencia de la justicia, que debía el señor obispo defender la inmunidad ; pero valerse de que está refugiado en la iglesia, y que le valga su sagrado para hacer guerra y perder el reino, es más claro que la luz que la iglesia no puede defender al delincuente, por no valerle la inmunidad por abusar de ella para sus maldades, que la iglesia de Dios no es capa de maldades». La formule finale est belle, et le sens général est maintenant assez clair : l'immunité ecclésiastique protège les individus contre « la violence de la justice », terme qui semble impliquer les excès, les brutalités de ce qu'on appellerait aujourd'hui la police, et aussi les abus, les erreurs du pouvoir judiciaire, mais elle ne saurait avoir pour objet de contrecarrer l'action normale du bras séculier, c'est-à-dire l'exercice correct du droit pénal contre les délinquants, pas plus lorsque ce droit s'exerce en châtiment d'une faute déjà commise que lorsqu'il vise à en éviter d'autres clairement menaçantes.

15Complémentairement, et toujours à propos du même cas, Ximénez fait aussi la différence entre l'intention de violer l'immunité et l'acte lui-même. En effet, le visitador, à l'approche des troupes venues pour le prendre, s'était empressé de décamper ; or l'évêque du Chiapas avait déjà déclaré le capitaine espagnol (l'oidor Eguaraz) qui commandait l'expédition coupable d'infraction à la bulle de Grégoire XIII qui avait réglementé au XVIe siècle l'immunité ecclésiastique, ce contre quoi Ximénez s'insurge : «Nο incurrió [Eguaraz] en tal censura, porque dado caso que el visitador se estuviese pacífico y refugiado en la iglesia de Escuintla y que el señor Eguaraz fuese a sacarlo y a prenderlo con gente armada, no llegó el caso, porque como se dirá, ganado a Güegüetlán cuatro leguas antes de llegar a Escuintla se halló el visitador y fue a dar a Campeche, con que con sólo la intención y todas las acciones de irlo a sacar no se incurre en la censura hasta el facto de la violación de la inmunidad». On pourrait épiloguer sur cette interprétation, La Madrid n'ayant pas quitté l'église de son plein gré, mais sous la menace d'une proche capture. Encore plus discutable, la façon dont l'historien évacue une autre question, avant de passer à autre chose : «Por lo que tocó al robo que en la iglesia [de Güegüetlán] se hizo, no me meto, pero no es eso que defiende el señor obispo, que debía en su escrito, sino sólo la prisión que se intentó del visitador». En tout cas, ce simple fait montre bien le peu de respect gardé aux enceintes sacrées elles-mêmes dans ces périodes troublées.

  • 16 II pouvait arriver que le poursuivi, pour plus de sûreté, embrassât le tabernacle ou se cachât sou (...)
  • 17 Ibid., chap. 22, p. 105.
  • 18 Ibid., chap. 40, p. 181.

16Si l'on s'en tient maintenant aux réalités et non aux principes, on peut ajouter plusieurs observations, et d'abord quant aux lieux tenus pour inviolables. Dans un certain nombre de cas, il s'agit des églises : ainsi lorque le visitador se réfugie dans la cathédrale de Guatemala puis dans l'église d'Escuintla, ou l’oidor Amézquita dans celle de Chimaltenango16. Mais le plus souvent, c'est dans les couvents, il y en avait beaucoup, que les personnes cherchaient asile, sans qu'il soit précisé si elles se réfugiaient ou non dans les chapelles : ainsi le visitador au collège des jésuites de Guatemala, le président au couvent de Panajachel, l'oidor Duardo chez les franciscains de Patzùn, l'οidor Ozaeta chez les Betlémites de Guatemala, le visitador, toujours lui, chez les mercédaires de Gueguetenango, l'oidor Amézquita chez les jésuites de Guatemala, Miguel Jerónimo (l'ex-prisonnier du président) chez les franciscains de Ciudad Real... Restent quelques cas plus surprenants, comme celui du même Jérónimo qui avait été appréhendé, selon Ximénez, «en una calle pública junto al convento de monjas de Santa Catalina»17, et que le vicaire général fit libérer en vertu de l'immunité ; ou encore celui du visitador qui, ayant à traverser la Plaza Mayor pour se rendre de la cathédrale, d'où il venait d'être expulsé, au collège de la Compagnie, se fit transporter dans la chaise à porteurs de l'évêque et protéger par une escorte d'ecclésiastiques : on ne saurait dire si la chaise épiscopale était considérée comme un lieu sacré ou si le juge cherchait tout simplement à se protéger des indiscrets ! Et l'on ne sait trop non plus comment interpréter l'immunité très élargie du quartier de la Candelaria, «refugio, asilo y amparo de todos», par la grâce de Nuestra Señora de los Dolores sa patronne, dont la statue était tenue pour miraculeuse18.

  • 19 C'est du moins ce que laisse entendre une relation anonyme sur un mode ironique, insérée par Ximén (...)
  • 20 Ximénez, liv. VI, chap. 29, édit. cit., p. 136.
  • 21 Ibid., chap. 39, p. 177.
  • 22 Ibid., chap. 40, p. 180.

17En ce qui concerne les comportements, il est aussi intéressant d'observer ceux des poursuivis que ceux des poursuivants. Parmi les poursuivis, certains jugeaient prudent de se tenir tranquilles en attendant des jours meilleurs ; l'un d'eux, Jerónimo, tomba malade et mourut ; un autre, Ozaeta, se repentit et changea de camp ; quant à La Madrid, forcé d'aller d'asile en asile, il n'y perdait rien de son agressivité : c'est ainsi qu'il s'engouffre dans la cathédrale les armes à la main, et qu'au couvent de Güegüetenango il se renforce militairement avec l'aide des mercédaires qui n'étaient pas insensibles à ses largesses19. Chez les poursuivants, à côté de quelques attitudes respectueuses de l'immunité, comme celle de Berrospe dans l'affaire Jerónimo, et même celle des envoyés du visitador à Panajachel, qui préférèrent s'abstenir, malgré les ordres reçus, de pénétrer dans le couvent où se trouvait le président, les cas ne manquent pas de violation plus ou moins brutale des asiles. Dans la cathédrale, on comprend la réaction d'un chanoine qui voyant le juge faire irruption avec ses carabines, se serait écrié : «Echen a aquese loco de aquí»20 ; c'est l'Eglise elle-même, en sa personne, qui refusait de servir d'asile. Plus grave furent le pillage de l'église de Güegüetlán par les soldats de l'Audience et surtout, même si le tableau est noirci à dessein dans le récit de Ximénez21, les meurtres perpétrés dans une autre église par les troupes du visitador. En revanche, dans le dernier épisode du conflit, La Madrid s'étant réfugié à Campeche auprès de l'évêque du Yucatan, c'est semble-t-il par ruse, « con arte »22, que le gouverneur Ursúa parvint à s'emparer de lui et à le transférer à Mexico.

18Que retenir de ces rapports entre juridictions civile et ecclésiastique en période de crise, si ce n'est qu'ils n'étaient généralement pas meilleurs que ceux qui présidaient dans le même temps au fonctionnement de la complexe machine administrative ? Sans doute le droit d'asile était-il en soi une bonne chose, dans la mesure où il protégeait effectivement contre violences et abus. Mais les faits montrent bien que la finalité humanitaire, ou si l'on veut chrétienne, de l'institution restait trop souvent illusoire, soit qu'elle fût détournée de son véritable esprit, soit que le respect du sacré ne pût suffire à contenir, surtout dans les moments de désordres et de tensions, les mobiles et les passions plus ou moins avouables des hommes.

Notes

1 Livre VI, chap. 21 à 35, 39, 40 et 43, soit 18 chapitres très substantiels ; j'utilise l'édition de Guatemala, 1971, « Bibliotheca Goathemala », vol. XXIV.

2 On comprendra mieux ce parti-pris lorsqu'on saura que ledit visitador eut maille à partir avec les dominicains, alors qu'il trouva des alliés chez les jésuites et autres ordres religieux.

3 Section Guatemala, leg. 284 à 290.

4 Allusion inattendue à La Hora de todos : on voit que notre historien dominicain avait des lettres qui n'étaient pas toutes sacrées...

5 Les textes ne précisent pas l'origine de ce surnom donné aux partisans de La Madrid.

6 On sait qu'il y avait aussi des enquêtes à l'intérieur des provinces, de portée régionale ou locale, décidées par les Audiences et effectuées généralement par les oidores.

7 Ximénez, à ce propos, ne manque pas de souligner que la vox populi était aussi la vox dei ; mais en fait de peuple, il s'agissait surtout de la classe créole.

8 A.G.I., Guatemala, 264, Expediente sobre los procedimientos de don Francisco Gómez de La Madrid, Juez pesquisidor de aquella Audiencia, año 1700.

9 Les interceptions de courrier opérées par le juge n'étaient sans doute pas étrangères à ces retards.

10 A.G.I., Guatemala, 284 à 289.

11 Rapport du 12 mai 1701, Ibid, 288.

12 Consulta del Consejo a Su Majestad, 12 septembre 1701, Ibid.

13 Bien qu'il soit difficile de rétablir la chronologie détaillée des faits, il semblerait que l'épilogue même du conflit, à savoir la défaite de La Madrid, voire sa, capture( ?) ait précédé l'arrivée des dépêches royales qui ordonnaient son arrestation.

14 Liv. VI, chap. 39, édit. cit., p. 176-177.

15 Ce nom ne peut manquer d'évoquer un personnage de Pereda et le roman auquel il a servi de titre. Ayant eu l'occasion jadis de faire ce rapprochement, j'avais appris que certains ancêtres de l'auteur, qui était montañés, avaient vécu en Nouvelle Espagne à cette époque-là, et je formulais l'hypothèse qu'un tel nom, apparemment si fantaisiste, n'était sans doute pas une invention du romancier.

16 II pouvait arriver que le poursuivi, pour plus de sûreté, embrassât le tabernacle ou se cachât sous l'autel : ici ce cas extrême n'apparaît (dans le récit de Ximénez) que sous forme de supposition, lorsque le juge ordonna que le président fût sorti du couvent de Panajachel « aunque estuviese debajo del Santísimo Sacramento », Ximénez, liv. VI, chap. 29, édit. cit., p. 137.

17 Ibid., chap. 22, p. 105.

18 Ibid., chap. 40, p. 181.

19 C'est du moins ce que laisse entendre une relation anonyme sur un mode ironique, insérée par Ximénez dans son Historia, liv. VI, chap. 34.

20 Ximénez, liv. VI, chap. 29, édit. cit., p. 136.

21 Ibid., chap. 39, p. 177.

22 Ibid., chap. 40, p. 180.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540