Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Institutions coloniales et réalités sociales en Amérique espagnole

 | 
Marie-Cécile Bénassy
, 
André Saint-Lu

L'affaire cárdenas (fin)

El caso Cárdenas. (continuación)

Roland Labarre

Résumé

Les tribulations de fray Bernardino de Cárdenas illustrent de la façon la plus éclatante le dysfonctionnement de l'administration coloniale dans les régions marginales de l'empire colonial espagnol. Dans la première partie de cet article, publiée par les Presses Universitaires de Vincennes, on a vu comment il avait été expulsé à deux reprises de son diocèse par les jésuites. Après de nouvelles péripéties encore plus surprenantes, il parviendra finalement à faire reconnaîte son bon droit, mais les jésuites n'en réussiront pas moins à éluder ou même à faire rapporter les dispositions qu'il avait inspirées à la Couronne pour limiter leur emprise sur les réductions

Las tribulaciones de Fray Bernardino de Cârdenas ilustran de la manera más patente el desajuste de la administración colonial en las regiones marginales del Imperio colonial español. En la primera parte de este artículo, que ha sido publicado por las «Presses Universitaires de Vincennes», vimos cómo había sido expulsado dos veces seguidas de su diócesis por los jesuitas. Después de otras peripecias mâs sorprendentes todavía, conseguirâ finalmente ver reconocidos sus derechos, pero, mientras tanto, los jesuitas lograrán eludir, ο incluso revocar, las disposiciones que él habia inspirado a la Corona para limitar el dominio de la Compañia sobre las reducciones

Texte intégral

3) L'Impasse (octobre 1649-septembre 1660)

  • 1 Voir «Acuerdo sobre socorrer el Señor Obispo del Paraguay con un año de suplemento» dans Revista d (...)
  • 2 Voir Villalón, Discurso..., 176 r°, § 236.
  • 3 Villalón invente que fray Bernardino serait reparti de La Plata vers Buenos Aires avec l'intention (...)

1Désormais résigné, semblait-il, à se rendre devant l'audience, fray Bernardino réclama, le 5 janvier 1650, à la trésorerie de Buenos Aires le viatique auquel il pouvait prétendre de ce chef1, mais, soit qu'il eût jugé insuffisant celui qu'elle lui alloua le 3 février, soit plus simplement qu'il eût été tenté de se raviser en apprenant que son collègue du Rio de la Plata, fray Cristóbal de Mancha y Velasco, avait interdit, le 7 janvier, que la sentence de fray Pedro Nolasco fût publiée dans son évêché2, le fait est qu'il ne poursuivit son voyage vers La Plata qu'après avoir vainement plaidé sa cause auprès de l'auditeur Andrés de León Garavito qu'il rencontra au moment où il rejoignit enfin son poste, soit en octobre-novembre3.

  • 4 Voir Villalón, Discurso..., 177 r°.
  • 5 Id., 178 r°.
  • 6 Voir Carrillo, Discursos..., 86 r°.
  • 7 Voir Pastells, op. cit., note pp. 269-272. Pour les propos du vice-roi, voir Polo, Memorias de los (...)
  • 8 Voir Mörner, op. cit., p. 137, note 20. «El Sr D. fray Bernardino se está en Chuq. a mucho más man (...)

2Lorsqu'il arriva à destination, le 17 mars 1651, il fut accueilli en triomphe par la population créole4, mais les jésuites relevèrent aussitôt le défi dans des couplets d'une étonnante arrogance5, et, s'ils ne parvinrent pas à empêcher que, par ses arrêts du 29 avril et du 24 mai6 l'audience le reconnût comme légitime propriétaire de son évêché, ils purent au moins se féliciter qu'elle le contraignît à recourir au vice-roi du Pérou pour obtenir l'autorisation d'y rentrer. En effet, le comte de Salvatierra passait pour leur être encore plus dévoué que le marquis de Mancera auquel il avait succédé en 1648 et, en décidant de « faire la sourde oreille » devant la véhémente requête qu'il lui adressa le 30 juin7, il ne déçut manifestement pas le P. Ruiz de Alarcón qui soutenait leurs intérêts à La Plata8.

  • 9 Voir Pastells, op. cit., n° 852, 853, 856 et 857.
  • 10 Voir Polo, op. cit., p. 8.
  • 11 Voir Pastells, op. cit., n° 924. Le P. Ruiz de Alarcón écrivit à ce propos au P. Pastor, le 12 aoû (...)
  • 12 Voir Villalón, Memorial..., 1 r°.
  • 13 Voir Pastells, op. cit., n° 953.

3Le souverain ne fut pas lui-même moins prudent, il est vrai, dans les rescrits que les événements de 1649 lui inspirèrent le 8 juin 1651 puisqu'il préféra y prêcher la concorde aux deux parties que de s'y étendre sur le sanglant affrontement du 1er octobre9, et, probablement rassuré sur la situation du Paraguay par les rapports du vice-roi10, il n'y repensa plus pendant les deux années qui suivirent, mais, lorsqu'il eut reçu le dossier que l'audience lui avait expédié le 7 juin 165211 et surtout les mémoriaux que fray Juan de San Diego Villalón était venu lui apporter lui-même12, il fut bien obligé de constater que rien n'y avait encore été réglé, et, le 18 juillet 1653, il décida donc de consulter le Conseil des Indes sur le choix d'un gouverneur capable d'y rétablir le calme13.

  • 14 Ibid.

4La répone ne tarda pas moins de deux mois à venir car, avant de lui proposer, le 15 septembre, le licencié José Nieto de Ariza qui ne figurait qu'en dernière position sur la liste des candidats de l'audience du Chili mais dont l'impartialité parut la mieux garantie pour la seule raison qu'il n'était pas encore passé en Amérique, les conseillers s'étaient longuement interrogés sru le cas de León Garavito qui avait commencé par avoir leur préférence mais avait été écarté au vu d'un rapport du procureur Juan Quiroga Ordóñez qui lui avait reproché d'avoir outrageusement favorisé les jésuites dans leur procès contre les échevins responsables de leur expulsion et surtout d'avoir mal conduit l'enquête sur les mines d'or censéement exploitées dans les réductions14.

  • 15 Id., n° 958.
  • 16 Id., note pp. 382-384.
  • 17 Id., n° 973.
  • 18 Id., n° 980. Ce rescrit fut amendé le 15 juin à la demande des jésuites (id, n° 985). Mais, le 7 m (...)
  • 19 Id., n° 972.
  • 20 Id., n° 974.
  • 21 Id., n° 971.
  • 22 Id., n° 978. C'est le vice-roi Salvatierra qui l'avait affirmé indûment dans son rapport de 1651 ( (...)
  • 23 Vor Pastells, op. cit., n° 975.
  • 24 Id., n° 969 et 970.

5Mais, après un nouveau délai de réflexion, le souverain revint, le 7 novembre, sur la nomination qu'il s'était décidé à prononcer, le 23 octobre, en faveur de ce personnage15 et il fit mettre à l'étude16 tout un train de mesures dont il se fit l'écho dans ses rescrits du 1er juin 1654 : quatre d'entre eux visaient les irrégularités que fray Bernardino avait dénoncées dans le régime des réductions comme l'exemption de tout tribut dont y jouissaient les indiens17, la violation des prescriptions du patronat royal dans la nomination de leurs desservants18, le recours à des missionnaires étrangers19 et même l'utilisation d'un catéchisme guarani où il prétendait avoir découvert des hérésies20 ; trois autres concernaient ses démêlés passés ou présents avec les jésuites comme celui qui ordonnait à l'audience de Lima de faire saisir les publications des deux bords21, celui qui reprochait vivement mais à tort à celle de La Plata d'avoir approuvé la nomination de fray Pedro Nelasco comme juge conservateur22 et celui qui lui demandait de déporter en Espagne tous les fauteurs de troubles23 ; deux enfin se proposaient de régler son propre cas en recommandant au président et à l'archevêque de La Plata de tenter de le convaincre de passer en Espagne en usant « de la prudence, de l'habileté et de l'adresse adéquates » et de « tous les moyens qui sembleraient les plus efficaces »24.

  • 25 Id., n° 982 et 983.
  • 26 Id., n° 927.
  • 27 Voir Villalón, Memorial..., 1 r° et Carrillo, Discursos..., 86 v°m et 87 r°.

6Pour compléter ces dispositions qui témoignaient pour la plupart du discrédit que l'affaire Palafox avait fait subir aux jésuites, le roi adressa, le 10 juin, au président de La Plata l'ordre de détacher un nouvel auditeur au Paraguay pour y enquêter sur tous les aspects litigieux des réductions25 mais, avant que ses rescrits fussent arrivés à destination, le P. Manquiano eut encore la possibilité d'exciper du verdict de fray Pedro Nolasco pour demander à l'officiail de faire reclure fray Bernardino qui, craignant apparemment que l'archevêque ne lui revalût son refus de concourir à l'information dont il avait été chargé deux ans plus tôt au sujet de sa consécration26, s'enfuit le 6 octobre de Potosi où il s'était retiré et ne réapparut à La Paz que lorsque, sept mois plus tard, les nouvelles que fray Juan de San Diego Villalón lui rapportait d'Espagne l'eurent rassuré27.

  • 28 Voir Pastells, op. cit., n° 998.
  • 29 Id., n° 1 000 et 1 001.
  • 30 Id., n° 1 204. Dans cette lettre du 3 septembre 1653, fray Melchor de Maldonado se plaignait de sa (...)
  • 31 Id., n° 1 000.
  • 32 Id., n° 1 051.
  • 33 Id., note pp. 449-451. Sa mort survint le 29 juin 1656.
  • 34 Id., n° 1 052.

7L'archevêque s'efforça alors mais en vain de le faire acquiescer aux volontés du souverain28 et il en fut également pour sa peine lorsque, pour compléter sa mission, il essaya de lui trouver un suppléant parmi les prébendés de La Plata29. Tous s'étant récusés « en raison de la distance et du manque de ressources », il dut finalement faire appel à un curé de Córdoba, l'abbé Cornejo, sur lequel l'évêque du Tucumán avait pourtant fourni les plus mauvais renseignements30, et, craignant sans doute que la perspective d'une prompte vacance du siège ne le fît reculer, il se proposa même de lui en faire réserver l'administration jusqu'à l'arrivée du nouveau titulaire, sous prétexte que les chanoines à qui elle revenait normalement en pareil cas risquaient d'en faire un mauvais usage31. Mais, fort embarrassé pour soutenir sa proposition dans la requête qu'il adressa au chapite d'Asunción le 30 mars 165732, le secrétaire du roi estima qu'une coadjutorerie serait mieux indiquée, et, ignorant encore qu'il était déjà mort depuis neuf mois33, il le chargea à la même date de faire le nécessaire pour déclarer l'incapacité de fray Bernardino34.

  • 35 Id., note p. 614.
  • 36 Voir Colección..., t. II, p. 70.
  • 37 Vori Pastells, op. cit., n° 1 327, 1 330, 1 331 et 1 332.
  • 38 Id., n° 1 269.

8Pendant que l'administration espagnole attendait vainement le résultat de cette démarche, une solution toute différente se fit jour à Rome où, ayant repris l'examen de la question par la volonté d'Alexandre VII, la congrégation du Concile de Trente conclut, le 15 décembre 1657, à la validité de la consécration de fray Bernardino et déclara en conséquence qu'il pouvait être absous de la faute qu'il avait commise en prenant possession de son évêché avant d'avoir reçu ses bulles de provision35. Mais, bien qu'il se fût rangé à cet avis dès le 6 février 1658, le pape ne signa le bref adéquat que le 27 février 166036, et lorsque, le 7 septembre, Philipe IV lui emboîta le pas en ordonnant, non sans quelque appréhension, le retour de fray Bernardino à Asunción37, ce dernier n'était plus à même d'affronter les fatigues d'un pareil voyage et il avait d'ailleurs fait savoir, dès le 8 juillet 1658, qu'il n'attendait plus cette décision que pour pouvoir résigner la tête haute38.

4) Dernières péripéties (septembre 1660 - octobre 1668)

  • 39 Sa future fondation fut annoncée dès le 6 avril 1661 au compte de Santisteban qui allait remplacer (...)
  • 40 Voir Charlevoix, op. cit., t. II, p. 155.
  • 41 Voir Pastells, n° 1 369, 1 370, 1 371, 1 372 et 1 973. Le rescrit sur la confiscation des armes à (...)

9Cet événement ne fut pourtant pas sans conséquence pour les jésuites car, au début d'avril 1661, le souverain se résolut à fonder une audience à Buenos Aires pour enquêter plus efficacement sur tous les désordres auxquels ils avaient été mêlés39 et, avant la fin de l'année, il pria également le P. Oliva, qui venait d'assumer le vicariat général de la compagnie, de désigner un visiteur à des fins analogues40. De plus, ayant alors appris, par la lecture d'un rapport que l'auditeur Juan Blâzquez de Valverde lui avait adressé le 22 mars 1658, qu'ils s'étaient refusés à lever dans les réductions une capitation tout juste suffisante pour décharger le Trésor royal du paiement de leurs salaires, il en fut si indigné que, dès le 16 octobre, il ordonna de leur supprimer cette rémunération, de leur imposer un respect plus strict du patronat royal et de leur confisquer l'imposant arsenal qu'ils s'étaient constitué41.

  • 42 Id., n° 1 382, 1 383, 1 384 et 1 429.
  • 43 Id., n° 1 463.
  • 44 Voir Charlevoix, op. cit., t. II, pp. 157-165.

10Mais, bien qu'ils eussent continué à faire des leurs à Asunción en y répandant une version si critique de la déclaration des cardinaux que le chanoine Peralta crut pouvoir s'en autoriser pour réclamer la destitution du grand vicaire Cornejo42, l'audience de Buenos Aires n'y avait pas encore commencé sa mission lorsque, le 29 juillet 1664, l'auditeur Pedro de Rojas y Luna répondit au message qui lui avait été adressé le 7 février 1663 pour la lui rappeler43, et, de son côté, le P. Andrés de Rada, qui avait été chargé de la visite demandée par le roi, ne fit en fait que se retrancher derrière le rapport plein de complaisance que le commissaire franciscain fray Gabriel de Guillestegui lui avait expédié le 21 septembre 1663 depuis Bogota44.

  • 45 Voir Pastells, n° 1 437, 1 448, 1 492 et 1 524. L'audience de La Plata le prévint le 7 novembre 16 (...)
  • 46 Id., n° 1 438, 1 473 et 1 501.
  • 47 Id., n° 1 432, 1 436, 1 477 et 1 490.
  • 48 Id., n° 1 480, 1 481 et 1 482.
    Ses bulles furent expédiées le 23 juin 1666.
  • 49 Id., n° 1 480, 1 481 et 1 482.
    Ses bulles furent expédiées le 23 juin 1666.
  • 50 Id., note p. 733. Dans la déclaration qu'il fit à ce sujet à La Plata, le 22 janvier 1669, son con (...)
  • 51 Voir Rubén Vargas Ugarte, «El testamento de D. Fray Bernardino de Cárdenas», Boletín del Insittuto (...)

11Peu après, la nouvelle arriva que ce même commissaire avait été présenté pour l'évêché d'Asunción45 – ce qui arrangea d'autant plus les jésuites que le grand vicaire Cornejo y perdit ipso facto ses attributions46 – et, en échange, fray Bernardino reçut celui de Santa Cruz de la Sierra qu'il ne peut occuper personnellement en raison de ses infirmités47 et qui ne lui valut que de connaître une seconde fois les affres de l'expédition des bulles de provision48. Aussi bien mourut-il le 20 octobre 166849, sans avoir pu rembourser les emprunts qu'il avait dû contracter à cet effet50, mais, comme en témoigne le testament qu'il avait fait quatre jours avant, il partit au moins avec la conviction d'avoir toujours « défendu la vérité au service de Dieu et du Roi"51.

Notes

1 Voir «Acuerdo sobre socorrer el Señor Obispo del Paraguay con un año de suplemento» dans Revista del Archivo general de Buenos Aires, t. Il, 1870, pp. 174-175.

2 Voir Villalón, Discurso..., 176 r°, § 236.

3 Villalón invente que fray Bernardino serait reparti de La Plata vers Buenos Aires avec l'intention de passer en Espagne et que León Garavito l'en aurait alors empêché (Memorial..., 55 v°, § 245). Mais il dit vrai lorsqu'il situe cette rencontre au moment où l'auditeur "allait visiter ces provinces". Or, on peut fixer l'arrivée de l'auditeur à Asunción entre le 29 décembre 1650, date à laquelle León y Zárate la jugea imminente dans sa réponse à une requête du P. Manquiano (voir Pastella, op. cit., n° 821) et le 2 janvier 1651, date d'un écrit où le greffier Pedro de Salas se référait à son premier arrêté (Ibid, n° 824).

4 Voir Villalón, Discurso..., 177 r°.

5 Id., 178 r°.

6 Voir Carrillo, Discursos..., 86 r°.

7 Voir Pastells, op. cit., note pp. 269-272. Pour les propos du vice-roi, voir Polo, Memorias de los Virreyes..., p. 7.

8 Voir Mörner, op. cit., p. 137, note 20. «El Sr D. fray Bernardino se está en Chuq. a mucho más manso y tratable. Yo le quería apretar un poco mâs los cordeles y el Sr presidente me dip que era de parecer no se tratase cosa asta que viniese el aviso de Εspaña...».

9 Voir Pastells, op. cit., n° 852, 853, 856 et 857.

10 Voir Polo, op. cit., p. 8.

11 Voir Pastells, op. cit., n° 924. Le P. Ruiz de Alarcón écrivit à ce propos au P. Pastor, le 12 août 1352 : « A Espana va un tanto de todos los papeles del pleyto del Sr Obispo. En ello se gastó plata a montones porque solo esta saca passa de 3 mil pesos. Empeñóse el P. E. Velázquez por poco y la aud. a mandó por auto fuese la saca a n.ra costa “(cité par Mörner, p. 494).

12 Voir Villalón, Memorial..., 1 r°.

13 Voir Pastells, op. cit., n° 953.

14 Ibid.

15 Id., n° 958.

16 Id., note pp. 382-384.

17 Id., n° 973.

18 Id., n° 980. Ce rescrit fut amendé le 15 juin à la demande des jésuites (id, n° 985). Mais, le 7 mai 1656, le vice-roi Alba de Liste se plaignit de n'avoir à sa disposition que le texte du 1er juin (id, note p. 399) et le 29 mars 1657 le gouverneur du Tucumán signala que les jésuites se plaisaient à souligner ce recul du souverain (id., n° 1166).

19 Id., n° 972.

20 Id., n° 974.

21 Id., n° 971.

22 Id., n° 978. C'est le vice-roi Salvatierra qui l'avait affirmé indûment dans son rapport de 1651 (voir Polo, op. cit., p. 7). Mais fray Juan de San Diego Villalón obtint un démenti de l'audience le 4 septembre 1655 (voir Memorial..., 39 v°).

23 Vor Pastells, op. cit., n° 975.

24 Id., n° 969 et 970.

25 Id., n° 982 et 983.

26 Id., n° 927.

27 Voir Villalón, Memorial..., 1 r° et Carrillo, Discursos..., 86 v°m et 87 r°.

28 Voir Pastells, op. cit., n° 998.

29 Id., n° 1 000 et 1 001.

30 Id., n° 1 204. Dans cette lettre du 3 septembre 1653, fray Melchor de Maldonado se plaignait de sa turbulence et le jugeait "lastimado en la memoria y en las atenciones del juicio". De son côté, le gouverneur Mercado y Villacorta le déclara, le 11 mars 1657, “demasiadamente codicioso"

31 Id., n° 1 000.

32 Id., n° 1 051.

33 Id., note pp. 449-451. Sa mort survint le 29 juin 1656.

34 Id., n° 1 052.

35 Id., note p. 614.

36 Voir Colección..., t. II, p. 70.

37 Vori Pastells, op. cit., n° 1 327, 1 330, 1 331 et 1 332.

38 Id., n° 1 269.

39 Sa future fondation fut annoncée dès le 6 avril 1661 au compte de Santisteban qui allait remplacer Alba de Liste à Lima (voir Pastells, n° 1 347). Les instructions adressées le 12 décembre 1661 à l'auditeur Fernando Iravedra de Paz étaient particulièrement sévères pour les jésuites.

40 Voir Charlevoix, op. cit., t. II, p. 155.

41 Voir Pastells, n° 1 369, 1 370, 1 371, 1 372 et 1 973. Le rescrit sur la confiscation des armes à feu fut annulé par la régente le 30 avril 1668 (voir Pastells n° 1 504 et 1 505).

42 Id., n° 1 382, 1 383, 1 384 et 1 429.

43 Id., n° 1 463.

44 Voir Charlevoix, op. cit., t. II, pp. 157-165.

45 Voir Pastells, n° 1 437, 1 448, 1 492 et 1 524. L'audience de La Plata le prévint le 7 novembre 1663 et il accepta dès le 25 avril 1664 mais ses bulles ne furent expédiées que le 20 décembre 1666 et il ne se présenta que le 2 mai 1670 à Asuncion.

46 Id., n° 1 438, 1 473 et 1 501.

47 Id., n° 1 432, 1 436, 1 477 et 1 490.

48 Id., n° 1 480, 1 481 et 1 482.
Ses bulles furent expédiées le 23 juin 1666.

49 Id., n° 1 480, 1 481 et 1 482.
Ses bulles furent expédiées le 23 juin 1666.

50 Id., note p. 733. Dans la déclaration qu'il fit à ce sujet à La Plata, le 22 janvier 1669, son confesseur fray Bartolomé de León lui attribua l'âge de 105 ans mais l'auditeur Juan Blázquez de Valverde ne lui en avait donné que « plus de 86 » en 1656 (voir Pastells, n° 1 027) et un catalogue du collège de San Martin seulement 15 en 1594 (voir Pastells, note p. 732).

51 Voir Rubén Vargas Ugarte, «El testamento de D. Fray Bernardino de Cárdenas», Boletín del Insittuto de investigaciones históricas, Buenos Aires, n° 46, oct.-déc. 1939, pp. 530-533.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540