Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Institutions coloniales et réalités sociales en Amérique espagnole

 | 
Marie-Cécile Bénassy
, 
André Saint-Lu

Le tyran Gonzalo Pizarro, préfiguration des dictateurs latino-américains

El tirano Gonzalo Pizarro,prefiguración de los dictadores latinoamericanos

Paul Roche

Résumé

A la lecture des relations et chroniques consacrées à la grande rébellion des colons péruviens contre la Couronne espagnole -1544-1548-, on ne peut manquer d'être frappé par les nombreux traits qui apparentent son chef, le « tyran » Gonzalo Pizarro, à quelque moderne dictateur.
Ce guerrier, aussi ambitieux que prestigieux, sait opportunément s'affirmer comme l'homme providentiel capable de diriger un mouvement insurrectionnel fomenté en sous-main par le clan auquel il appartient. Il s'empare du gouvernement par la force, tente de se légitimer à tout prix pour ne pas apparaître comme un simple usurpateur, use largement de la démagogie pour convaincre et séduire, et de la terreur pour étouffer toute velléité d'opposition. Il atteint très vite à un sommet de gloire, mais fatalement arrive le moment où la courbe commence à descendre, lorsque ses partisans se détachent de lui, fatigués de ses propres excès. Il tombe enfin, comme tomberont, à quelques siècles de là, les dictateurs, quand ils auront cessé d'être utiles à ceux qui les ont portés au pouvoir

El lector de las relaciones y crónicas consagradas a la gran rebelión de los encomenderos del Perú contra la Corona española - 1544-1548 - no puede dejar de reparar en los numerosos rasgos de semejanza entre el jefe de los alzados, el «tirano» Gonzalo Pizarro, y algún dictador moderno.
Aquel guerrero, tan ambicioso como prestigioso, sabe oportunamente afirmarse como el hombre providencial capaz de encauzar el movimiento insurreccional fomentado bajo mano por el clan a que pertenece. Se apodera del gobierno por la fuerza, intenta legitimate a todo trance para no aparecer como un simple usurpador, utiliza la demagogia para convencer y seducir, el terror para ahogar cualquier veleidad de oposición. Alcanza muy pronto el âpice de la gloria, pero no puede impedir que se inicie el movimiento descendente de la rueda, y lο precipita él mismo por sus propios excesos. Cae, al final, como caerân, siglos después, los dictadores, cuando hayan cesado de ser útiles a quienes los llevaron al poder

Texte intégral

1Dans les études réalisées à ce jour sur le dictateur latino-américain tel que le présente la littérature, et en particulier le roman, on a généralement négligé de rechercher si ce type ne se rencontre pas, à tout le moins en germe, dans des textes de la période coloniale. Et pourtant le lecteur des relations et chroniques consacrées à la grande rébellion péruvienne des années 1544-1548 ne peut manquer d'être frappé par les nombreux traits qui apparentent son chef, Gonzalo Pizarro, à quelque moderne dictateur. Certes dans les écrits auxquels nous nous référons Gonzalo Pizarro n'est jamais qualifié de dictateur, pour la simple raison que ce vocable conservait alors son sens historique, mais de tyran, ce qu'il était effectivement pour avoir usurpé, en l'occurrence en le prenant par la violence, un pouvoir appartenant de droit à son seigneur naturel, le roi d'Espagne. Cependant, dans la réalité des faits, circonstances et contexte mis à part, rien ne ressemble plus, en matière de gouvernement d'un pays, à des pratiques dictatoriales que des pratiques tyranniques.

  • 1 Domingo F. Sarmiento, Facundo, Madrid : Alianza Editorial, 1970, chap. 14. pp. 232-233.
  • 2 La meilleure vision d'ensemble de la rébellion pizarriste est donnée par une relation anonyme term (...)
  • 3 Relación..., p. 254 b.
    Pedro Cieza de León, Guerra de Quito, t. II de Historiadores de Indias, Madr (...)

2Le dictateur des temps modernes, qu'il soit personnage en chair et en os ou création littéraire, accède au gouvernement d'une manière brutale, à la suite d'un coup de force, ou, plus subtilement, fait qu'on l'y appelle pour rétablir l'ordre en une période critique, les deux procédés ne sont au reste nullement incompatibles, puisqu'il peut très bien fomenter ou entretenir lui-même le trouble afin de décider les citoyens à avoir recours à lui pour redresser une situation dégradée par ses soins ou par la diligence de ses partisans. Telle fut, si l'on s'en réfère à Sarmiento, la tactique de Juan Manuel Rosas, « Héros du désert », jusqu'à ce que la Chambre des représentants de Buenos Aires lui confiât, en 1835, la « totalité du pouvoir public »1 Un semblable rôle d'homme providentiel est bien celui que joue déjà, en 1544, Gonzalo Pizarro. Les Lois Nouvelles, promulguées en 1542 et 1543, aussitôt envoyées au Pérou par des gens aux intentions plus ou moins troubles, sèment le désarroi et la crainte chez les conquérants et colons, qu'elles vont léser dans leurs intérêts, en remettant en cause des privilèges jugés par eux intangibles. Au mois de mars de l'année 1544 débarque à Túmbez l'homme chargé de les mettre en application, le vice-roi Blasco Núñez Vela ; il a le tort de s'acquitter de sa mission avec une rigueur inflexible, sans écouter les suppliques bientôt présentées par les délégués des villes. Les mécontents, de plus en plus nombreux, se regroupent au Cuzco, d'où ils vont faire appel à Gonzalo Pizarro, qui, non loin de là, nouveau Cincinnatus, mène une vie paisible dans ses villages d'Indiens. Voyant que de toute part on lui écrit, aussi bien particuliers que municipalités, pour mettre l'accent sur la gravité de la situation et le presser de prendre l'affaire à son compte, comme étant la personne à qui le gouvernement du Pérou revient de droit, il finit par céder et accepte de se mettre à la tête des protestataires2. Sans doute ne se fait-il guère prier si, comme l'affirment différents chroniqueurs, cela s'accommodait fort bien au désir qu'il avait toujours eu de succéder à son frère3. Voilà donc un chef de guerre ou caudillo, héritier de la gloire d'un illustre parent, tout auréolé du prestige de ses propres exploits, porté à la tête d'un mouvement insurrectionnel en apparence spontané, mais fomenté en sous-main par le clan, le parti pizarriste, dont la tête est Hernando, le prisonnier du château de la Mota de Medina del Campo. La réalité, dont certains points sont encore assez mal connus, rejoint bien des fictions romanesques.

  • 4 Relación..., p. 254 b.
  • 5 Guerra de Quito, chap. 25, p. 25 b.
  • 6 C'est le cas du relateur anonyme, suivi en cela par Zárate.

3Le premier souci de tout usurpateur de pouvoir est de se légitimer, de donner un fondement légal à une situation de fait. Les dictateurs du 19e ou du 20e siècle disposent pour cela du suffrage de leurs concitoyens, sollicité sous forme de plébiscites, d'élections et de réélections de plus en plus frauduleuses à mesure que leur popularité décline. Gonzalo Pizarro, lui aussi, veut tout de suite asseoir sa position sur une désignation démocratique, celle des cabildos. Aussi se fait-il nommer « procureur général » du Cuzco et de la Villa de Plata, mandaté pour aller à Lima présenter les suppliques et les remontrances des vecinos, et aussi, pour des raisons évidentes mais tellement inavouables qu'il faut les dissimuler sous le prétexte de combattre les Indiens révoltés, capitaine général de l'armée4. A ces deux titres il réussit, grâce à un procédé classique dont useront largement les dictateurs, le chantage au renoncement, à en faire ajouter un troisième celui de justicia mayor5. Cette dernière prétention a pu paraître si énorme que les auteurs un tant soit peu favorables à sa cause ont préféré la passer sous silence6.

  • 7 Relación..., p. 260 ab.

4Mais le plus dur reste à conquérir. Gonzalo Pizarro doit maintenant, pour satisfaire son ambition et obéir à ceux qui le poussent, s'installer au gouvernement. Le problème n'est pas simple car des autorités régulières sont en place, le vice-roi et l'audience. Certes il dispose de la force, une troupe nombreuse et pourvue d'une puissante artillerie l'accompagne dans sa marche sur la capitale, mais, toujours mû par la volonté de respecter certaines formes.il opte pour une autre stratégie, destabiliser le pouvoir légal au moyen de ce que l'on appellerait aujourd'hui l'intoxication psychologique. La méthode va consister essentiellement en la diffusion de fausses nouvelles. De multiples lettres sont envoyées à Lima, adressées aux notables, aux auditeurs, au vice-roi lui-même, pour leur donner à croire que les promoteurs du mouvement sont les habitants de la ville, en particulier les magistrats municipaux, que la trahison rôde et s'insinue partout, qu'il ne faut se fier à personne, en un mot que tout est perdu si l'on ne recourt pas à l'homme prestigieux qui arrive du Cuzco7.

  • 8 Ibid, pp. 262 b - 263 a.
  • 9 Le texte des provisions octroyant le titre de gouverneur à Gonzalo Pizarro est reproduit au chap. (...)

5Ces informations mensongères, reçues par des gens plongés dans le désarroi du fait de la mésentente notoire entre Blasco Núñez Vela, responsable d'un nombre incroyable de faux-pas, et trois des auditeurs, aveuglés par leur propre ambition et déjà empoisonnés par l'ambiance pernicieuse de la colonie, portent la tension à un point tel qu'une étincelle suffit à provoquer le pire. L'explosion se produit le jour où le vice-roi, privé de toute maîtrise de soi, poignarde, sur des soupçons infondés, l'un des fonctionnaires les plus respectés et estimés, de surcroît l'un de ses rares partisans, le factor Illán Suárez de Carvajal8. A partir de là les événements s'enchaînent inexorablement. Le meurtrier est arrêté et déporté par les auditeurs, seuls désormais face au chef de la faction cuzquénienne, qui exige, toujours dans le même souci de légitimation, qu'on lui octroie les provisions de gouverneur. Un coup de main sanglant sur la ville, effectué par le fameux maître de camp Francisco de Carvajal, précipite la décision. Après une consultation rapide des plus hautes autorités civiles et religieuses le rebelle obtient satisfaction, le 23 octobre 15449. Que cette investiture ne soit qu'une farce tragique, peu importe, les apparences sont sauves et bien des consciences se sentent tranquillisées. La situation cependant demeure ambiguë. Deux forces se trouvent en présence, le gouverneur et l'audience qui l'a désigné au nom du roi. Pour que soient comblés les voeux de Gonzalo Pizarro et de ses sectateurs la seconde doit disparaître. Cette disparition s'opère au mieux, par adhésion ou départ des auditeurs.

  • 10 Guerra de Quito, chap. 86, pp. 90 b - 91 a.
  • 11 Diego Fernández, Historia del Perú, B.A.E., t. 164, première partie, livre II, chap. 37, pp. 158 b (...)

6L'audience ainsi dissoute, Gonzalo Pizarro reste de facto maître du pays ; l'est-il de jure ? La réponse affirmative que permet de donner l'existence des provisions du 23 octobre n'est convaincante que pour ceux qui veulent être convaincus ou ont besoin de l'être ; il faut rechercher une assise plus solide, leur entérinement par la Couronne. Aussi Gonzalo Pizarro dépêche-t-il des émissaires à la cour. Il confie à Francisco Maldonado, à la fin de l'année 1544, la mission de justifier son accession au gouvernement en la présentant comme l'acceptation par devoir d'une requête impérieuse des auditeurs, et de demander, à mots couverts, qu'on le confirme dans sa charge10. En novembre 1546 il envoie Lorenzo de Aldana et Gómez de Solis – qui le renieront en route – exposer non plus une modeste supplique, mais des prétentions telles qu'il apparaît à l'évidence que ni lui ni ses conseillers ne purent croire un seul instant à leur satisfaction. Il exige pratiquement que le gouvernement du Pérou lui soit donné à vie, avec la faculté de nommer lui-même son successeur, qui gouvernera également à vie. En contrepartie le trésor royal pourra s'accroître grâce aux redevances, qui, à l'avenir, ne seront plus dépensées par les gouverneurs envoyés d'Espagne. A une telle exigence, déjà exorbitante, s'en ajoutent d'autres : il n'y a aura pas d'audience pendant ces « deux vies », tous les actes accomplis depuis l'arrivée de Blasco Núñez Vela seront approuvés et les actuels possesseurs d'Indiens se les verront attribuer à perpétuité, pour eux, leurs enfants et leurs descendants « sous forme de majorat ». Toutes les ordonnances seront révoquées, les contributions à payer fortement diminuées par une réduction du quint au dixième pour l'or, au quinzième pour l'argent11.

  • 12 Ibid, chap. 33, p. 153 a.

7Pourquoi un tel contraste entre l'humilité de 1544 et l'arrogance de 1546 ? En deux ans la situation a évolué, la cassure irréparable s'est produite avec la mise à mort du vice-roi à Iñaquito, et il s'agit uniquement pour l'état-major rebelle de gagner du temps en attendant ce qui apparaît, maintenant que l'aval de l'empereur n'appartient plus au domaine du possible, comme la seule vraie légitimation : l'onction pontificale. A la même date que les députés chargés de se rendre en Espagne d'autres partiront pour Rome – ils n'y arriveront jamais – et offriront au pape Paul III une grosse quantité d'or afin qu'il révoque ou corrige la donation faite en 1493 aux souverains castillans et intronise leur chef roi du Pérou12.

8Tant d'efforts déployés par Gonzalo Pizarro et ses conseillers, qui n'étaient pas tous des soudards grisés par un pouvoir trop facilement conquis, même si avec le recul du temps leur démarche paraît utopique ou insensée, constituent la meilleure preuve du souci de légitimation qui les anime. Le titre de tyran n'est pas plus acceptable que ne le sera, à trois ou quatre siècles de distance, celui de dictateur.

9S'emparer du gouvernement d'un pays – ou s'y laisser porter – par des procédés coercitifs ne constitue que l'étape initiale d'un processus complexe ; il s'agit ensuite de le conserver, exercice de plus en plus périlleux à mesure que le temps, cet ennemi impitoyable des pouvoirs illégitimes, effectue son travail de sape. Pour asseoir, consolider ou préserver son régime, le dictateur dispose essentiellement de la démagogie et de la violence. Or ce sont bien là les deux armes que Gonzalo Pizarro utilise durant les quatre années de son règne, la seconde prenant de plus en plus, par nécessité, le pas sur la première.

10Tout responsable d'un bouleversement politique qui aspire à diriger le peuple selon sa volonté ou en fonction des intérêts du parti qu'il représente est obligé de le persuader de la justesse de sa position afin d'emporter l'adhésion puis de s'assurer la fidélité du plus grand nombre ; il lui faut aussi déconsidérer ses adversaires et les désigner à la vindicte publique ; c'est cela la démagogie. L'outil principal dont dispose le démagogue, avant l'invention des moyens de communication modernes, est sa propre parole ou, s'il n'excelle pas dans l'art oratoire, celle des porte-parole, généralement ses conseillers ou ses mentors. On ne s'étonnera donc point de trouver, rapportées par les chroniqueurs de la rébellion pizarriste, une multitude de harangues adressées aux Espagnols soit par son chef, soit par ses principaux tenants. Nous nous contenterons ici de montrer quelques échantillons choisis chez le relateur anonyme de 1547, inspirateur d'Agustín de Zárate et de tout un cycle historiographique.

  • 13 Relación..., pp. 257 a - 258 b.
  • 14 Ibid, p. 277 ab.

11Très remarquable est celle prononcée par Gonzalo Pizarro au Cuzco, à l'aube du soulèvement, devant les gens qu'il va entraîner à sa suite. Après avoir insisté sur le rôle prépondérant joué par le défunt marquis don Francisco, par lui-même et ses autres frères, sur l'injustice dont ils ont été payés en retour, il expose les griefs des colons contre les mesures iniques prises par la Couronne, qui auront pour effet inexorable la ruine d'hommes qui ont tout sacrifié, et il s'insurge contre la rigueur manifestée par le vice-roi, nettement désigné comme l'adversaire13. Nous mentionnerons encore les propos du capitaine Alonso de Toro, exemple significatif de l'argumentation légaliste des insurgés. Il exhorte ses compagnons à aller combattre Diego Centeno, qui a pris les armes dans les Charcas au nom du roi : c'est de sa propre autorité, affirme-t-il, que ce personnage a fomenté des troubles, sans pour cela avoir le moindre titre. Puisque Gonzalo Pizarro est le gouverneur de ce royaume en vertu des provisions octroyées par l'audience, qu'il est admis comme tel, qu'il maintient l'ordre et préserve la paix en attendant les décisions de Sa Majesté, ce soulèvement est illégitime et, par conséquent, on peut à bon droit – » con muy buen titulo » – le combattre et en châtier le responsable. Il se retranche donc totalement derrière l'autorité de l'audience et argue du fait que le plus ancien de ses membres, le licencié Cepeda, s'est engagé dans le mouvement et y participe encore personnellement14.

  • 15 Ibid, pp. 314 b-315 b.

12C'est sans aucun doute à ce licencié Cepeda que revient la première place parmi les orateurs du parti pizarriste, et son éloquence se fait de plus en plus percutante à mesure que la situation se dégrade. Un beau jour de l'année 1547, voyant que la conjoncture se présente sous des auspices défavorables, et craignant surtout que la nouvelle de l'octroi d'un pardon général et de la révocation des ordonnances ne pousse les derniers colons à changer de camp, il les convoque et s'adresse à eux sur un ton solennel. Après avoir repris des arguments maintes fois développés, il leur confirme la décision de s'opposer par tous les moyens à la venue au Pérou du licencié La Gasca, puis il les engage à choisir librement leur camp, en promettant que rien de fâcheux n'arrivera à ceux qui ne seront pas d'accord avec lui et qu'ils pourront partir où bon leur semblera. Quant aux autres, ceux qui donneront leur parole de servir la cause, ils seront tenus de respecter totalement cet engagement et de lutter jusqu'à la fin d'une guerre menée « contre qui que ce soit », et le moindre indice de tiédeur de leur part suffira à leur faire trancher la tête. L'orateur obtient, cela va de soi, une approbation unanime15.

13Il est indéniable que ces harangues, comme toutes celles que l'on trouve dans les chroniques de l'époque, sont reconstituées librement, par des auteurs qui ne les ont pas entendues. Néanmoins on ne peut guère mettre en doute le fait qu'elles aient réellement été prononcées et qu'elles reflètent des propos cent fois tenus pour obéir à la nécessité immuable de persuader et de tenir en main ceux à qui l'on veut imposer une domination non fondée sur les règles normalement établies.

14Outre la harangue figurent encore dans la panoplie du parfait démagogue la transmission, par voie écrite, sous forme épistolaire, ou orale – le bouche à oreille –, de nouvelles tendancieuses, erronées ou fausses, ou l'occultation de certaines réalités, la dissimulation d'informations qui ne doivent pas sortir du cercle étroit des dirigeants. Gonzalo Pizarro et les siens excellent aussi dans cet art du mensonge politique et de la censure.

  • 16 Ibid, p. 268 ab.

15Quand le discours, persuasif ou menaçant, du démagogue ou ses mensonges ne produisent pas assez rapidement ou cessent de produire leurs effets, l'acte violent à caractère exemplaire, dissuasif ou vengeur prend la relève. La liste des crimes, assassinats, exécutions sommaires qui jalonnent les quatre années de cette dissidence des colons péruviens constituerait un interminable et fastidieux martyrologe. Le règne du tyran s'instaure à l'ombre de trois cadavres de citoyens illustres, Pedro del Barco, Martin de Florencia et Juan de Saavedra, pendus par Carvajal lors de son coup de main sur Lima dans le seul but de presser les auditeurs de signer les provisions exigées. Un quatrième homme choisi pour mourir en la même circonstance ne doit son salut qu'à l'intervention d'un tiers en sa faveur auprès de Gonzalo Pizarro, ce qui prouve, outre le caractère arbitraire d'une telle désignation d'otages, que la responsabilité se situe au niveau le plus haut, et pas uniquement à celui d'un partisan trop zélé16.

  • 17 Ibid, p. 307 a.
  • 18 Ibid, p. 291 ab.
  • 19 Ibid, p. 328 b.
  • 20 Zárate, Historia, livre VI, chap. 12, p. 555 b.
  • 21 Relación..., pp. 310 b - 311 a.

16Tout comme dans la plus noire des dictatures créées par les romanciers, personne n'est à l'abri des bourreaux et des sbires du régime. Charges et titres importants ne protègent pas leurs détenteurs, témoin la triste fin de l'auditeur Zárate, à qui le chef rebelle et son sinistre maître de camp font payer une loyauté indéfectible envers la Couronne en lui administrant un poison mortel17. Témoin encore le sort de son collègue Alvarez, blessé dans les rangs de l'armée vice-royale à Iñaquito et que les médecins, sur ordre des vainqueurs, aident à passer dans un monde meilleur18. Vraies ou fausses, à tout le moins vraisemblables, ces deux accusations sont on ne peut plus révélatrices d'un climat. L'habit ecclésiastique ne constitue pas davantage une sauvegarde conte la vindicte des hommes au pouvoir. Il est gravement bafoué, par exemple, le jour où Carvajal pend le père Pantaleón, son bréviaire et son écritoire accrochés au cou19, ou lorsque Gonzalo Pizarro ordonne de jeter le dominicain fray Pedro de Ulloa dans un trou rempli de crapauds et de serpents20. Et Cepeda, l'auditeur félon, n'hésitera pas, le moment venu, à signer une sentence de mort contre le licencié La Gasca, faisant fi de la qualité de prêtre du nouveau président, mesure tellement inique et impie que les autres letrados liméniens refuseront de s'y associer21.

  • 22 Ibid, p. 310 b.

17La terreur atteint naturellement son paroxisme lorsque la défaite des rebelles apparaît comme inévitable. Cepeda menace publiquement de faire décapiter quiconque se montrera trop peu zélé au service de la cause ou osera prononcer des paroles hostiles, et il répète souvent à son chef que s'il avait carte blanche pour tuer cinquante personnes le pays serait totalement pacifié. Un jour où Gonzalo Pizarro prétend que si la crainte de Dieu ne l'avait pas retenu il aurait exécuté tous les colons du pays, ce même Cepeda rétorque que le Turc et Mahomet et beaucoup d'autres ont tué davantage de chrétiens sans que le châtiment divin ne s'abatte sur eux pour autant22.

18Au bout de cette terreur croissante se trouve, inéluctable, la chute.

19Comme la plupart des dictatures le régime tyrannique de Gonzalo Pizarro peut naître et se consolider grâce à un vaste consensus populaire. Il bénéficie, en premier lieu, de l'appui des fomentateurs du mouvement de révolte contre les Lois Nouvelles, les encomenderos, anciens conquérants ou pobladores plus récemment arrivés, autrement dit les nantis, ceux qui détiennent la puissance économique et entendent la conserver, quels que soient les moyens à employer pour cela. La rébellion de 1544 est leur rébellion et non pas, en définitive, celle d'un homme, fût-il le représentant d'une famille qui prétendait avoir des droits sur le Pérou et complotait déjà dans l'ombre pour les faire valoir. Les encomenderos se servent de Gonzalo Pizarro bien plus que lui ne se sert d'eux ; la preuve en est qu'ils l'abandonnent lorsqu'ils se rendent compte qu'il a cessé de leur être utile.

20A leurs côtés on trouve les fonctionnaires, les oficiales reales, eux-mêmes, pour la plupart, vétérans de la conquête et des premières années de la colonisation, bénéficiaires de repartimientos et, par conséquent, victimes désignées d'une stricte application des ordonnances royales. Mais les anciens ne sont pas les seuls à s'engager ; les membres de la nouvelle administration qui arrivent d'Espagne avec le vice-roi leur emboîtent rapidement le pas, aveuglés par l'éclat des richesses du Pérou, grisés par une ambition sans aucune mesure avec leurs mérites, le plus illustre étant bien entendu le licencié Cepeda, qui, après avoir cru un temps arbitrer le conflit en sa faveur, s'est engagé à fond aux côtés des rebelles, fournissant aux plus naïfs, ou aux plus rusés d'entre eux, la caution juridico-administrative idéale. Certains même adhéraient au parti pizarriste avant de quitter la métropole, tels le trésorier général Agustín de Zárate et son neveu Polo de Ondegardo.

  • 23 Ibid, p. 300 a.

21Le clergé, pour sa part, ne demeure pas en reste. Ce sont ses quatre représentants les plus notoires, les évêques de Lima, du Cuzco, de Quito et de Bogotá, qui accueillent Gonzalo Pizarro dans la capitale au lendemain de sa victoire sur le vice-roi, dans un faste éblouissant, au son des cloches de toutes les églises, avec célébration d'une grandiose cérémonie en la cathédrale23. Son adhésion n'est pas gratuite, il s'agit pour lui de sauvegarder ses privilèges, remis en cause en même temps que ceux des encomenderos. Et puis n'est-il pas de tradition qu'il incline du côté du plus fort, quitte à effectuer une rapide volte-face, comme il le fera dès l'arrivée du président La Gasca ?

22Il y a enfin les humbles, commerçants, artisans, soldats, qui ont partie liée avec les puissants, puisqu'ils ne vivent que des retombées de la fortune de ces derniers.

23Pour la très grande majorité des Espagnols installés au Pérou ou y arrivant, du haut en bas de l'échelle sociale, Blasco Núñez Vela, avec sa résistance aussi obstinée que vaine, n'est qu'un gêneur, un empêcheur de gouverner le pays selon leur désir le plus cher, profiter au maximum des avantages du système colonial tel qu'il fonctionnait avant que l'on tentât de le réformer. La popularité de Gonzalo Pizarro, lorsqu'il se trouve à l'apogée de sa bonne fortune, dépasse les limites des territoires sous sa domination pour s'étendre à toute l'Amérique espagnole, comme le reconnaîtra plus tard le licencié La Gasca, dans une relation perdue que nous reconstituons d'après ses principaux utilisateurs, en particulier Diego Fernández :

  • 24 Diego Fernández, Historia del Perú, première partie, livre II, chap. 21, p. 129 a. Au sujet de ce (...)

«Y ansί en la Nueva España, Guatemala, Nicaragua y las otras partes de las Indias, llamaban los vecinos a Gonzalo Pizarro padre suyo y de sus hijos y mujeres, porque decían que les defendía sus haciendas»24.

24Alors, comment expliquer la chute, qui se produit en avril 1548, mais apparaît déjà comme inéluctable depuis plus d'une année ?

  • 25 Relación..., p. 299 a.
  • 26 Ibid, p. 298 a.
  • 27 Ibid, p. 300 a.

25L'une des causes de la perte des tyrans et des dictateurs est à rechercher dans leurs propres excès. Gonzalo Pizarro, homme de « peu d'entendement », comme le présente l'un des chroniqueurs qui l'ont le mieux connu25, se laisse griser par un pouvoir trop lourd à porter pour lui et adopte un comportement qui transforme en adversaires bon nombre de ses partisans. A Quito, après sa victoire sur l'armée vice-royale, il sombre dans une frénésie de débauche qui le conduit jusqu'au crime, puisqu'il fait assassiner le mari d'une dame avec laquelle il entretient des relations coupables26. A Lima, ensuite, il commence à mener une vie fastueuse digne d'un véritable monarque ; il s'entoure d'une garde prétorienne de quarante-huit hallebardiers et arquebusiers ; chaque soir lui sont donnés des concerts au cours desquels sont chantées ses louanges et célébrés ses exploits ; une foule de courtisans l'accompagnent dans ses sorties, tous se disputant le privilège de l'approcher. Et, « comme il sait peu », il commence à « s'estimer » à un point tel qu'il ne permet à personne de s'asseoir en sa présence, adopte une attitude hautaine et ne daigne saluer que très peu de gens, ce qui ne manque pas de provoquer bien des mécontentements. Enfin, pour parachever le tableau, le relateur anonyme ajoute cette dernière touche : « son caractère était tel qu'il ne secourait personne dont il n'eût besoin »27.

26Mais sans doute lui aurait-on passé de semblables débordements, peut-être exagérés par les chroniqueurs pour des motifs politiques, voire littéraires ; la véritable raison de sa chute doit être recherchée ailleurs.

27Le nouveau représentant de l'empereur, le licencié La Gasca, arrive à Panamá en 1546. Son habileté d'homme d'Eglise, ancien inquisiteur doublé d'un politique chevronné, ne lui permettait pas, comme il va le faire très vite, de déstabiliser un régime militaire fort, à lui qui vient les mains nues, s'il n'était porteur du pardon des fautes commises et, surtout, de la révocation des ordonnances. Beaucoup de gens comprennent que désormais ils n'ont plus intérêt à suivre Gonzalo Pizarro et s'empressent de passer dans l'autre camp ; ainsi commence la grande débandade qui aboutira à l'anéantissement de son régime. Nous avons rapporté que, selon le relateur anonyme, le tyran déclare un jour, en1547, que s'il n'avait pas été retenu par la crainte de Dieu il aurait tranché la tête à tous les colons du pays. Nul ne saurait affirmer qu'une menace apparemment aussi étrange – ce sont ces mêmes colons qui l'ont porté au pouvoir – ait réellement été proférée, et pourtant elle est vraisemblable. Gonzalo Pizarro est arrivé au moment de son histoire où la roue de la fortune le précipite vers le bas, il s'en rend compte et tout le monde avec lui. Ses amis l'abandonnent ou vont l'abandonner, et quels sont les plus empressés ? Ce sont, à de rares exceptions près, les colons, les possédants, ceux qui ont du bien à préserver. Lui demeurent fidèles une majorité de pauvres, de soldats, de gens qui n'ont rien à perdre mais peuvent encore penser qu'une victoire, dont ils ne désespèrent pas totalement, leur apportera la promotion tant désirée. Il se produit incontestablement, en ce milieu de l'année 1547, un changement dans la composition sociale du parti rebelle ; et son chef, homme frustre mais sans doute réaliste, a dû constater que de porte-drapeau des colons du Pérou il se métamorphosait, depuis l'arrivée de La Gasca, en capitaine d'une compagnie de gueux et d'aventuriers. C'est alors qu'il met le bras tout entier dans l'engrenage fatal de la terreur. Son sort est définitivement scellé.

  • 28 Diego Fernández, Historia del Perú, première partie, livre II, chap. 27, pp. 136 b-138 a.

28C'est dans l'Histoire du Pérou de Diego Fernández que l'on trouve l'un des plus remarquables tableaux de cette tyrannie agonisante, tableau qui porte profondément la marque de celui à qui il faut en attribuer la paternité, le licencié La Gasca28. Le président, à Panamá, avant de s'embarquer pour le Pérou, écoute les propos des gens qui en arrivent et lui dépeignent la situation. Selon eux, la plupart des vecinos désirent la fin d'un régime dans lequel ils ne sont plus maîtres de leurs biens, risquent à tout instant de se voir prendre leurs femmes ou d'être mis à mort sans aucun motif. Au demeurant ces vecinos sont maintenant peu nombreux ; restent uniquement ceux qui tiennent leurs Indiens de Gonzalo Pizarro et, partant, se trouvent dans l'obligation de le servir. La terreur règne et personne ne peut manifester la moindre désapprobation, encore moins un désaccord.

29Les corps constitués, cabildos, et consejos, ne sont pas logés à meilleure enseigne que les particuliers. Leurs membres n'osent rien dire, pas même en secret, qui ne soit en faveur du maître de toutes les destinées. Et, à côté des gens qui subissent cette terreur, terreur telle que chacun se méfie même de son confesseur, il y a ceux qui profitent de la situation, hommes de bas étage pour la plupart – » la gente perdida y baldía – enrichis dans le vol et le pillage, n'obéissant à d'autre loi que leur volonté, jouissant d'une totale liberté pour voler et commettre toutes sortes de délits. Ceux-là vont appuyer la rébellion jusqu'au bout, car ils savent que sa chute signifiera leur perte. Et parmi ces réprouvés le clergé occupe largement sa place ; nous laissons sur ce point la parole à l'auteur de la diatribe :

  • 29 Ibid, p. 138 a.

«Y los frailes y clérigos le eran tan aficionados, por el interés que de tener la gracia de Gonzalo Pizarro se les seguía, que no sólo procuraban con toda diligencia atraerle la gente, mas aún con gran desvergüenza le persuadían en los sermones y fuera dellos que no dejase de ser señor, pues todos en aquella tierra estaban obligados a tenerle por tal y servirle y obedecerle»29.

30N'avons-nous pas là, dans ce passage dont une brève analyse ne peut rendre l'extrême vigueur, la peinture parfaite de ce que sera, quelques siècles plus tard, sous les mêmes cieux, une dictature ? Faut-il faire un gros effort pour avoir l'impression de lire une ébauche de Facundo, de Tirano Banderas ou de El señor Presidente ? Rien n'y manque, le maître tout-puissant, seigneur absolu des biens et des vies, son entourage de conseillers corrompus, les féaux et les sbires, d'autant mieux considérés qu'ils se sont irrémédiablement engagés par leurs crimes dans ce régime de terreur et de délation, enfin l'inévitable clergé qui, du haut de la chaire, appelle à la soumission à un système auquel il s'intègre pour en tirer le maximum de profit.

31Gonzalo Pizarro, tout en se situant dans la lignée des tyrans de l'antiquité tels que les présente Aristote dans sa Politique, apparaît comme un personnage étrangement moderne. La façon dont il prend le pouvoir, dont il s'y maintient, dont il le perd, fait de lui le véritable précurseur des dictateurs latino-américains du 19e ou du 20e siècle.

32Il aurait très bien pu, à l'époque de la rupture totale avec son souverain, s'il avait eu l'esprit et la truculence que tous les chroniqueurs s'accordent à reconnaître à son maître de camp, Francisco de Carvajal, prononcer les fortes sentences qu'Alejo Carpentier met dans la bouche du protagoniste de son roman El recurso del método :

  • 30 Alejo Carpentier, El recurso del método, 6e éd., México : Siglo Veintiuno Editores, 1974, p. 31.

«La teoría siempre se jode ante la práctica»
«jefe con cojones no se guía por papelitos»30.

Notes

1 Domingo F. Sarmiento, Facundo, Madrid : Alianza Editorial, 1970, chap. 14. pp. 232-233.

2 La meilleure vision d'ensemble de la rébellion pizarriste est donnée par une relation anonyme terminée à la fin de l'année 1547, écrite par quelque fonctionnaire liménien lié au contador general Agustín de Zárate, qui l'utilise abondamment pour rédiger son Historia del Perú. Nous citons ce texte – dont plusieurs manuscrits sont conservés – d'après la médiocre transcription de la B.A.E., Relación de las cosas del Perú (t. 168, pp. 251-332).

3 Relación..., p. 254 b.
Pedro Cieza de León, Guerra de Quito, t. II de Historiadores de Indias, Madrid : Nueva Biblioteca de Autores Españoles, vol. 15,1909, chap. 14, p. 14 b.

4 Relación..., p. 254 b.

5 Guerra de Quito, chap. 25, p. 25 b.

6 C'est le cas du relateur anonyme, suivi en cela par Zárate.

7 Relación..., p. 260 ab.

8 Ibid, pp. 262 b - 263 a.

9 Le texte des provisions octroyant le titre de gouverneur à Gonzalo Pizarro est reproduit au chap. 81 de la Guerra de Quito, pp. 85 b - 87 a. Cieza de León commet une erreur de date ; elles furent signées par les auditeurs Cepeda, Zârate et Tejada le 23 octobre et non le 21 novembre 1544.

10 Guerra de Quito, chap. 86, pp. 90 b - 91 a.

11 Diego Fernández, Historia del Perú, B.A.E., t. 164, première partie, livre II, chap. 37, pp. 158 b - 160 a. Diego Fernández est particulièrement bien renseigné sur ces instructions ; il y a tout lieu de croire que sa source est la relation perdue du licencié La Gasca (cf. infra, note 24).

12 Ibid, chap. 33, p. 153 a.

13 Relación..., pp. 257 a - 258 b.

14 Ibid, p. 277 ab.

15 Ibid, pp. 314 b-315 b.

16 Ibid, p. 268 ab.

17 Ibid, p. 307 a.

18 Ibid, p. 291 ab.

19 Ibid, p. 328 b.

20 Zárate, Historia, livre VI, chap. 12, p. 555 b.

21 Relación..., pp. 310 b - 311 a.

22 Ibid, p. 310 b.

23 Ibid, p. 300 a.

24 Diego Fernández, Historia del Perú, première partie, livre II, chap. 21, p. 129 a. Au sujet de ce texte écrit par le pacificateur du Pérou voir : Paul Roche, « La relation perdue du licencié La Gasca » dans Mélanges américanistes en hommage à Paul Verdevoye, Paris : Editions hispaniques, 1985, p. 23-39.

25 Relación..., p. 299 a.

26 Ibid, p. 298 a.

27 Ibid, p. 300 a.

28 Diego Fernández, Historia del Perú, première partie, livre II, chap. 27, pp. 136 b-138 a.

29 Ibid, p. 138 a.

30 Alejo Carpentier, El recurso del método, 6e éd., México : Siglo Veintiuno Editores, 1974, p. 31.

Auteur

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540