Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les fins de siècles en Espagne

 | 
Jean-René Aymes
, 
Serge Salaün

Abstract

Texte intégral

1José Luis ABELLÁN, Les fins de siècles : une perspective pour le XXIe siècle

2Réflexion personnelle d’un philosophe (auteur d’une œuvre monumentale sur la pensée, la philosophie et la culture de toute l’Espagne contemporaine), autour des trois dernières fins de siècles qui, dans le cadre de l’évolution de l’Europe contemporaine, sont désormais perçues comme des « catégories historiographiques spécifiques ».

3Les trois fins de siècles considérées ont en commun de profonds changements technologiques, mais avec de grandes différences. Le tournant des XVIIIe et XIXe siècles est marqué par l’économie rurale et l’apparition d’une bourgeoisie agraire ; son sujet historique est de nature politique (la Révolution française). Le tournant des XIXe et XXe siècles est définitivement urbain et industriel et s’accompagne de grandes inventions qui transforment les paysages nationaux : le sujet historique devient le prolétariat, dans une perspective révolutionnaire. Autour de 2000, il y a bien une visible mutation technologique (autour de l’information et de sa transmission), mais l’auteur n’hésite pas à parler de « mutation historique », dans la mesure où cette transformation technologique ne s’accompagne pas de révolution politique. Notre fin de siècle ne possède pas de sujet proprement dit, mais repose sur une dichotomie entre acteurs (ceux qui peuvent consommer) et exclus de la consommation. Ce qui pose de façon nouvelle le problème de la définition de l’intellectuel, qui n’est plus un penseur, mais un « expert », un serviteur du système qui se borne à satisfaire une demande. Ce qui suppose, pour le futur, de nouveaux rapports entre l’intellectuel-expert et le politique.

4Emilio LA PARRA LÓPEZ, La transformation de l’anticléricalisme espagnol : considérations sur deux fins de siècles.

5L’auteur compare les manifestations de l’anticléricalisme espagnol (un sujet original, fort peu étudié) à la fin des XVIIe et XIXe siècles, en Espagne. A la fin du XVIIIe siècle, l’anticléricalisme s’exprime, chez les intellectuels, sur le mode de l’« anticléricalisme historique » très actif depuis le Moyen Âge, qui dénonce les vices et abus du clergé au nom de la pureté de l’Église : ce courant réformiste ne met pas en cause l’Église ni sa mission, mais au contraire, prétend les renforcer, ce qui nuance évidemment le concept d’anticléricalisme. A la fin du XIXe siècle, en revanche, à l’époque où le terme apparaît, le cléricalisme affiche une hostilité ouverte envers l’Église, envers l’institution, accusée d’obscurantisme et d’être responsable du retard de l’Espagne, au nom de la science et de la raison. La fin du XIXe siècle et le début du XXe se caractérisent par la radicalisation et la virulence des affrontements, tant de la part des secteurs libres penseurs, libéraux et même de certains courants dynastiques, que de la part de l’Église espagnole, dominatrice et intolérante, qui refuse de perdre ses positions hégémoniques (dans l’enseignement et dans une partie de l’opinion). L’influence de la Révolution française est décisive et durable dans cet anticléricalisme espagnol.

6Mariano ESTEBAN DE VEGA, La crise de la fin du XIXe siècle et le nationalisme espagnol.

7L’opposition entre, d’une part, l’Espagne conçue comme un État et une Nation, et d’autre part, les divers nationalismes qui coexistent sur le territoire de la péninsule, a pu conduire certains historiens à nier l’existence même d’un nationalisme d’état spécifiquement espagnol. L’auteur de cet article s’attache à démontrer qu’il y a bien eu, tout au long du XIXe siècle, un « nationalisme espagnol » perceptible dans certains domaines concrets. Dans le domaine politique, des théories aussi contradictoires que celles qui animent le libéralisme ou les courants catholiques et monarchistes conservateurs reposent bien sur une vision globale de l’Espagne. Sur le plan culturel, le théâtre lyrique, l’essai, la musique, etc., s’élaborent également au nom d’une Espagne homogène. Pour ce qui est de la construction de l’État et de l’administration libérale, même si la volonté politique a manqué pour construire réellement un État espagnol, en dehors de l’Armée et du maintien de l’ordre public, même si ce nationalisme est de nature essentiellement rhétorique et ne s’accompagne pas de l’instauration de symboles et de rituels nationaux qui enracineraient définitivement le concept de nation espagnole (ce qui explique le processus de transformation de certains régionalismes en nationalismes adversaires du nationalisme d’état), il existe un fort courant nationaliste qui s’exprime, par exemple, sous la forme du patriotisme qui crée une véritable cohésion sociale, comme on l’observe lors des grands conflits auxquels l’Espagne est mêlée (en 1898, en particulier).

8Au tournant du XIXe et du XXe siècles, en raison du « Désastre » de 1898, la crise de la conscience nationale pose avec acuité la question du « peuple » espagnol, de l’identité nationale, de l’avenir du pays. Cette crise de la conscience historique prend la forme d’une littérature de la décadence ou d’une pensée « régénérationniste » qui croit en l’État pour mener à bien une tâche de nationalisation devant conduire au progrès. C’est l’époque, également, où surgissent (ou se réactivent) d’autres idéologies nationalistes, comme le carlisme, le corporatisme militaire, le républicanisme libéral et le mouvement ouvrier qui ont en commun une conception nationaliste de l’Espagne. C’est l’époque, enfin, où émerge l’image ambiguë de la Castille comme modèle national qui hypothéquera considérablement la compréhension du nationalisme espagnol.

9Anne LENQUETTE, Vers un roman du troisième millénaire : le cas de J. A. Mañas et de Lucía Etxebarría.

10José Angel Mañas et Lucía Etxebarría sont les représentants de la dernière génération de romanciers espagnols des années 90. Leur production s’inscrit dans une « nouvelle poétique réaliste » et le « roman sale » américain. Leurs romans mettent en scène une jeunesse (provenant en général de milieux aisés) entièrement consacrée à la société de consommation, à la limite de la marginalité, dans un monde dominé par l’alcool et les drogues, le sexe, la musique moderne, le cinéma inconformiste, un monde de violence et de perversion, jusqu’à l’autodestruction, où l’excès en tout devient la seule raison de vivre. Ces romans témoignent d’un profond désespoir de la jeunesse espagnole actuelle, qui cache, sous des dehors gesticulants, sa solitude, son mal-être, l’absence de valeurs positives.

11José Antonio PÉREZ BOWIE, La chanson comme transgression dans l’Espagne de la fin du siècle : notes sur le rock marginal.

12La fin de la dictature a favorisé l’apparition, dans toute l’Espagne, d’une nombre considérable de groupes de chanteurs rock, plus ou moins durables, mais qui correspondent à une consommation culturelle massive et à un renouveau de l’oralité comme culture de référence. Nés surtout au sein de couches sociales bourgeoises, après la mort de Franco, ces groupes sont devenus les porte-parole des zones déshéritées et de leurs populations jeunes en rupture avec la société, avec des musiques et des textes de plus en plus « radicalisés », de plus en plus violents, renouant ainsi avec la vocation originale du rock. Ce refus du système s’exprime par une certaine « culture de la laideur », par le recours à des thèmes, un langage, une musique et une gestualité de la provocation et de l’agression. On peut distinguer deux courants dans ce rock espagnol : un courant contestataire et subversif, proche de l’anarchie ou des thèses basques de l’ETA, par exemple, et un courant purement nihiliste, jusqu’au blasphème et le cynisme, sans revendication spécifique.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540