Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les fins de siècles en Espagne

 | 
Jean-René Aymes
, 
Serge Salaün

Deuxième partie. Perspectives culturelles. Roman, arts graphiques et musique

« Féminismes »1 fins de siècles : Josefa Amar y Borbón et Emilia Pardo Bazán

Colette Rabaté

Texte intégral

  • 1 L’emploi de ce terme peut paraître abusif, surtout à la fin du XVIIIe siècle. Nous ne l’utilisons (...)

1Dans une conférence prononcée à Paris en 1899 et intitulée « La España de ayer y de hoy », Emilia Pardo Bazán défend avec vigueur la « légende noire » associée par certains à l’image de son pays et alimentée par le récent désastre militaire. Mais elle dénonce surtout la condition d’infériorité de ses congénères, victimes de l’immobilisme de la société :

  • 2 Emilia PARDO BAZÁN, « La España de ayer y de hoy ». Madrid, Imp. San Bernardo, s.f. pp. 79-80. Que (...)

Millones de mujeres españolas no saben leer ni escribir. [...] Toda evolución escandaliza en la mujer. Para el español, la mujer es el eje inmóvil del planeta. [...] En muchos sentidos, ha sido regresivo el movimiento de España2.

  • 3 On peut consulter à ce sujet : VV. AA. Mujer y Sociedad en España (1700-1975), Madrid, Ministerio (...)

2Une telle affirmation s’inscrit sans conteste dans la crise de conscience de la fin du siècle, mais elle peut a priori surprendre, lorsque l’on pense aux progrès réalisés par l’éducation féminine dans l’Espagne libérale3. Cependant, doña Emilia porte un regard tout aussi accusateur sur le siècle précédent, qu’elle juge rétrograde, et elle oppose les « illustres » espagnoles des XVIe et XVIIe siècles à celles de l’époque des Lumières, qu’elle qualifie de « dociles et ignorantes », avant d’affirmer :

  • 4 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española, op. cit., p. 85.

Saludable ignorancia; sumisión absoluta a la autoridad paternal y conyugal; prácticas religiosas, y recogimiento sumo eran los mandamientos que acataba la española del siglo pasado4.

  • 5 Josefa Amar y Borbón a vécu entre 1749 et 1813 (ou 1833). Pour plus de précisions, consulter Josef (...)
  • 6 Voir le traité de Adolfo POSADA, Feminismo, Madrid, ed. Cátedra, Col. Feminismos, n°22, 1994, ains (...)

3Ce rejet péremptoire et global d’un quelconque rôle des femmes dans la société du XVIIIe siècle révèle l’oubli – ou sans doute l’ignorance – de l’action menée par quelques-unes d’entre elles, en particulier Josefa Amar y Borbón, ardent défenseur de la condition féminine cent ans auparavant5. Cette réflexion sévère de doña Emilia nous a incitée à confronter les regards portés par les deux écrivains sur leur condition, regards certes partiels et partiaux, mais sans doute représentatifs des mentalités en ces deux fins de siècles. L’analyse du discours sur la place de la femme dans la société, le mariage et l’éducation, nous permettra déjuger si les accusations de recul et d’immobilisme proférées par Emilia Pardo Bazán sont vraiment fondées. Cette dernière est très souvent présentée, avec Concepción Arenal, comme l’une des figures emblématiques d’un féminisme qui commence tout juste à s’affirmer6, mais les écrits de Josefa Amar y Borbón ne sont-ils pas précurseurs à bien des égards ?

Femme et société

  • 7 Benito Jerónimo FEIJOO, Defensa de las mujeres, ed. Victoria SAU, Barcelona, Icaria, 1997.
  • 8 En raison des limites de cette étude, nous ne pouvons analyser le traité d’Inès Joyes Blacke, dest (...)

4A la fin du XVIIIe siècle, la réflexion sur l’égalité des sexes, entamée par le père Feijoo dès 17277, est plus que jamais d’actualité ; en 1786, Josefa Amar participe activement au débat sur l’admission des femmes à la Sociedad Económica Matritense, avant de rédiger un traité d’éducation. Tout comme Inés Joyes Blacke, qui publie en 1798 un court essai intitulé Apología de las mugeres, (sic), elle revendique avec force l’accès des femmes au savoir et met en accusation le « sexe fort »8.

5Un siècle plus tard, le débat sur l’admission des femmes dans des institutions publiques n’est pas terminé. En effet, en 1889, doña Emilia plaide en faveur de l’accession de ses congénères à la Real Academia de la Lengua, mais en réalité, les enjeux de son combat sont plus modestes et symboliques. Si la Sociedad joue un rôle concret dans le développement de la culture et de l’éducation, la Real Academia, aux fonctions honorifiques et culturelles, n’est nullement impliquée dans la vie économique et sociale du pays.

  • 9 Deux femmes avaient en effet reçu le titre de membres honoraires : María Isidra Quintana Gúzman y (...)
  • 10 Olegario NEGRÍN, id., p. 172.

6Le discours de Josefa Amar, partagé par Melchor de Jovellanos et Ignacio López de Ayala, mais combattu par Cabarrús au nom de l’ordre et de la morale, plaide en faveur d’une participation féminine active et non symbolique à la Sociedad Económica Matritense9. Josefa Amar fonde d’abord sa revendication d’égalité sur l’évolution des temps et des coutumes10, et au terme d’une démonstration digne des meilleurs discours féministes, elle réclame l’accès à des charges jusqu’alors réservées aux hommes :

  • 11 Olegario NEGRÍN, Educación popular..., op. cit., pp. 175-176.

Concluyamos, pues, de todo lo dicho, que si las mujeres tienen la misma aptitud que los hombres para instruirse; si en todo tiempo han mostrado ser capaces de las ciencias, de la prudencia y del sigilo; si han tenido y tienen las virtudes sociales... y si en fin, se trata de hacerlas Amigas del país, con tales hipótesis, lejos de ser perjudicial la admisión de mujeres, puede y debe ser conveniente11.

  • 12 La vie et l’action de l’une des femmes de cette Junta..., la Contesse de Montijo, a été abondammen (...)
  • 13 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., p. 97.

7Cette intervention énergique favorise sans doute la promulgation en 1787 d’un décret de Charles III, qui réglemente la création de la Junta de Damas, confiée à une quinzaine d’aristocrates espagnoles, et chargée à Madrid de l’éducation des filles du peuple12. Malgré le caractère élitiste de cette assemblée qui siège à l’écart des hommes, et malgré le nombre réduit de ses membres, cette admission, suivie de quelques autres dans diverses Sociedades Económicas, représente une première incursion des femmes dans la sphère publique et la reconnaissance de leurs compétences dans le domaine éducatif. Certes, ce ne sont là que quelques exceptions, mais elles permettent cependant de nuancer l’allusion de doña Emilia à la vie « claustrale »13 des aristocrates du XVIIIe siècle, jugement qui s’accorde aussi très mal avec la pratique généralisée du « cortejo ».

8Josefa Amar défend la cause féminine à l’aide d’arguments philosophiques, religieux, économiques, et elle ne s’implique personnellement que pour donner plus de poids à sa requête :

  • 14 Olegario NEGRÍN, Ilustración y educación..., op. cit., p. 170.

La que escribe este papel [...] ha mucho tiempo tuvo la honra de ser admitida en una de las principales Sociedades Económicas de este país, cuya distinción, por el grande aprecio que hace de ella, quisiera ver extendida a otras muchas de su sexo14.

  • 15 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española, op. cit., p. 81 ; « La cuestión académica », id., p. 145.
  • 16 Ε. Pardo Bazán rapporte les propos de R. Altamira : « Todos conformamos entonces en que lo que se (...)
  • 17 Voir le discours de Cabarrús en 1786. Olegario NEGRÍN, Ilustración y educación..., op. cit., pp. 1 (...)
  • 18 Emilia PARDO BAZÁN, « La cuestión académica », in La mujer española..., op. cit., p. 147.

9En revanche, quand Emilia Pardo Bazán aborde un siècle plus tard « la cuestión académica », sa démarche est beaucoup plus individualiste, bien qu’elle prétende à plusieurs reprises défendre la cause féminine. Face au discours argumenté et rigoureux de Josefa Amar, les propos de doña Emilia apparaissent comme la réflexion désabusée d’une femme, consciente de sa valeur, qui juge avec ironie les hommes assoiffés d’honneurs. Les références à la candidature malheureuse de Gertrudis Gómez de Avellaneda à la Real Academia en 1853, et la méditation amère sur le refus qu’aurait pu essuyer Sainte Thérèse ne sont que des alibis ; le discours idéologique s’efface bien vite pour privilégier l’expression d’une déception et d’une amertume avant tout personnelles. D’ailleurs, doña Emilia se déclare « candidato perpetuo »15, avant de reconnaître que son échec est dû à sa personnalité conflictuelle. Quoi qu’il en soit, cette exclusion de la Real Academia témoigne bien, en cette fin de XIXe siècle, d’un recul par rapport au siècle précédent. Ainsi, le soutien de Rafael Altamira est plus lié à la personnalité de doña Emilia qu’à une adhésion à la cause féminine16, et l’opposition de Juan Valera à l’entrée des femmes dans les académies n’est pas sans rappeler le discours tenu par Cabarrús un siècle plus tôt17. On comprend alors la réflexion désabusée de Doña Emilia, qui espère que le XXe siècle sera celui de « la mujer rescatada »18. L’exclusion d’une personnalité aussi importante que la Pardo Bazán est symptomatique d’un cantonnement des femmes dans la sphère privée. Elle confirme une tendance qui s’impose dès le milieu du XIXe siècle, où le mythe de « l’ange du foyer » exalte les occupations domestiques, présentées souvent comme une véritable profession. Dans un tel contexte, comment évolue entre les deux siècles la conception du travail féminin ?

  • 19 Olegario NEGRÍN, Ilustración y educación..., op. cit., p. 163.

10Dans son Discurso en defensa de las mujeres, Josefa Amar fustige l’attitude des hommes qui se sont réservé « les emplois, les honneurs, les profits »19. Elle constate aussi avec amertume que les femmes sont reléguées à l’espace privé :

  • 20 Id., p. 164.

Saben ellas que no pueden aspirar a ningún empleo ni recompensa pública. Que sus ideas no tienen más extensión que las paredes de una casa o de un convento. Si eso no es bastante para sofocar el mayor talento del mundo, no sé qué otras trabas puedan buscarse20.

  • 21 Id., p. 174.
  • 22 Discurso sobre la educación..., op. cit., p.165. Voir Mónica BOLÚFER, Mujeres e Ilustración..., op (...)
  • 23 En revanche, un autre « Ilustrado », Ignacio López de Ayala, défend l’aptitude des femmes à exerce (...)

11Ces femmes, écartées de toutes les responsabilités, vivent dans un état de dépendance complète face à l’homme et Josefa Amar plaide en faveur de leur contribution au bien commun de la patrie grâce à « leur intelligence, leurs mains, leurs fortunes »21. Cependant, son discours reste traditionaliste ; ainsi dans son traité de 1790, elle glose une citation latine qui distribue les rôles dans le couple : l’homme doit enrichir le foyer par son activité publique, tandis que la femme doit veiller à gérer les biens acquis22. Par ailleurs, il n’existe aucune référence au travail de la femme du peuple, qui était pourtant une réalité à l’époque23.

  • 24 Emilia PARDO BAZÁN, « La educación del hombre y de la mujer », in La mujer española, op. cit., p. (...)
  • 25 Id., p. 165.
  • 26 Id., p. 101, article « La mujer española ».

12Un siècle plus tard, quel est donc le regard porté par Emilia Pardo Bazán sur le travail féminin ? Dans son étude La mujer española, elle s’insurge contre le refus de donner une profession aux femmes, refus d’autant plus choquant que l’éducation féminine a progressé. Lors du Congrès pédagogique de 1892, elle dénonce les contradictions d’une société qui permet d’instruire les femmes mais qui, par ses lois « iniques », leur refuse l’accès au monde du travail24. Comme Josefa Amar, elle dénonce la dépendance qui découle de cette situation et qui prive la femme de tout esprit d’initiative : « Se le veda casi toda profesión u ocupación productiva, y se la imbuye de que su sostenimiento corre a cargo del varón »25. Elle n’exclut cependant pas la responsabilité des femmes, surtout celles des classes moyennes qui imitent les aristocrates et refusent souvent de travailler par amour propre26. En revanche, le travail de la paysanne est exalté dans de nombreux articles, et Doña Emilia légitime le droit d’exercer une profession par des considérations socio-économiques :

  • 27 Id., p. 115. La même idée est reprise dans un autre article « Del amor y la amistad », id., p. 187 (...)

En gran porción del territorio español, la mujer ayuda al hombre en las faenas del campo, porque la igualdad de los sexos, negada en el derecho escrito y en las esferas donde se vive sin trabajar, es un hecho ante la miseria del labrador, del jornalero, del colono27.

  • 28 Id., p. 196.
  • 29 L’œuvre de Rosa Marina, précédée d’un prologue de Margarita de Celis est très explicite à ce sujet (...)
  • 30 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., p. 160.

13L’exclusion du monde du travail est aussi présentée comme une des causes de la misère et de la prostitution, et doña Emilia dénonce une nouvelle fois les contradictions du discours masculin qui condamne les prostituées, mais ne permet pas à la femme de gagner honnêtement sa vie28. Cet argument n’a d’ailleurs rien de révolutionnaire, car il apparaît déjà au milieu du XIXe siècle, en particulier dans les écrits de certaines « socialistes utopiques », comme Rosa Marina29. Cependant, Emilia Pardo Bazán reste très modeste dans ses demandes, et loin du discours féministe radical qui exige d’ouvrir toutes les professions aux femmes, elle se contente d’affirmer : « Limítense enhorabuena los estudios de la mujer a determinadas profesiones, y ésas, que sea libre para ejercerlas en iguales condiciones que el varón »30.

14Au terme de cette rapide confrontation, on peut constater que les conceptions des deux écrivains sur la place et le rôle de la femme dans la sphère publique restent traditionnelles et modérées. Toutefois, Emilia Pardo Bazán se montre plus pessimiste et amère quand elle dénonce le cantonnement presque exclusif de la bourgeoise et de l’aristocrate dans leur foyer. D’autre part, le regard porté sur le mariage évolue-t-il entre ces deux fins de siècles ?

Femme et mariage

  • 31 Voir à ce propos l’ouvrage de Carmen MARTÍN GAITE, Usos amorosos del dieciocho en España, Madrid, (...)
  • 32 Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación..., op. cit., p. 22.

15La crise du mariage qui marque le XVIIIe siècle31 et l’image négative de la célibataire expliquent en partie la terrible alternative offerte aux jeunes filles et résumée par Josefa Amar dans une formule lapidaire : « Las mujeres sólo tienen dos estados que elegir, el de monjas o casadas »32. A la fin du XIXe siècle, pour des motifs sociaux, économiques et moraux, le mariage semble toujours être la seule issue réservée à la jeune fille. Mais Emilia Pardo Bazán, dans la conférence « La España de ayer y de hoy », souligne le poids des préjugés face à l’instruction et au travail :

  • 33 Emilia PARDO BAZÁN, « La España de ayer y de hoy », op. cit., p. 79.

Las familias no se atreven a desafiar el criterio general, y no queda a la mujer más salida que el matrimonio, y en las clases pobres, el servicio doméstico, la mendicidad y la prostitución33.

  • 34 Josefa AMAR y BORBÓN, Discurso sobre la educación, op. cit., p. 226.

16Quel que soit le siècle, le célibat est donc considéré comme une malédiction et dès 1790, Josefa Amar s’insurge contre le mauvais sort réservé à la vieille fille considérée comme « un zéro », et prisonnière de l’opinion publique, au contraire de la femme mariée ou de la veuve34. Quant à Emilia Pardo Bazán, elle dénonce aussi la société et les hommes qui obligent la femme à vivre un destin « relatif », qu’elle soit mariée ou réduite à la prostitution :

  • 35 Emilia PARDO BAZÁN, « Una opinión sobre la mujer », in La mujer española..., op. cit., p. 196.

Dependiente de los azares del matrimonio, si tiene esposo tendrá honra, virtud y pan. Mas si se queda para vestir imágenes, o no encuentra en el compañero el sostén que buscaba... entonces la estrechez, el hambre o el infame oficio que también ¡también! es un relativismo porque depende del capricho viril...35.

  • 36 Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación, op. cit., p. 229.

17Cependant, Josefa Amar veut rester optimiste en déclarant que le mariage peut permettre d’atteindre le bonheur, s’il est fondé sur l’harmonie sociale : « Si quieres casar bien, casa igual »36, mais aussi intellectuelle :

  • 37 Id., p. 73.

Así pues, la ilustración y el cultivo del entendimiento podrá ser muy útil a aquella clase de mujeres que comúnmente hablando, casarán con hombres cultos e instruidos, para que se afiance mejor la perpetua unión y armonía37.

  • 38 Emilia PARDO BAZÁN, « Concepión Arenal y sus ideas acerca de la mujer », in La mujer española..., (...)

18Un siècle plus tard, commentant la pensée de Concepción Arenal, Emilia Pardo Bazán reprend cette même idée : « Para el hombre también es funestísima la inferioridad de su compañera, puesto que mejor acompaña quien más sabe y quien más vale »38.

  • 39 Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación... pp. 220-221.

19En accord avec les mentalités de son époque, Josefa Amar ne considère pas l’amour comme un facteur indispensable au bonheur conjugal ; elle prévient même ses lectrices contre les effets dévastateurs de la passion, souvent trompeuse39. En revanche, doña Emilia n’hésite pas à évoquer l’importance de l’attirance sexuelle, au même titre que l’instinct reproducteur :

  • 40 Emilia PARDO BAZÁN, « Una opinion sobre la mujer », in La mujer española, op cit., p. 195.

La atracción sexual, fuente de la unión conyugal, y el instinto reproductor, ley de la naturaleza que impone la filogenitura en beneficio de las generaciones nuevas, son y serán móvil poderosísimo de las acciones humanas40.

  • 41 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., p. 104.

20Affaire d’époque, mais aussi de tempéraments : la grande pudeur et la réserve de Josefa Amar s’opposent au caractère ardent et explosif de la Pardo Bazán, illustré par la correspondance échangée avec Benito Pérez Galdós. Cette pudeur explique peut-être le silence total observé par Josefa Amar à propos de la coutume du cortejo, pourtant si fréquente de son temps et dans son milieu social. Doña Emilia, pour sa part, ne s’attarde pas sur les cas d’infidélité, et elle défend même avec vigueur la vertu de la bourgeoise41.

  • 42 Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación..., op. cit., p. 235.

21Chez les deux écrivains, l’accent est mis sur l’indissolubilité du mariage, conçue comme une fatalité, car la femme n’a pas d’autre solution que de supporter sa condition, en cas d’union malheureuse. Josefa Amar juge sans indulgence les hommes, mais elle semble considérer avec optimisme que la femme peut toujours corriger un mauvais mari si elle adopte une attitude avisée et agréable42. Cette image de la femme résignée annonce celle qui prévaudra au siècle suivant, où le mariage est souvent assimilé à « une croix ».

  • 43 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., p. 103.
  • 44 Id., p. 94
  • 45 Emilia PARDO BAZÁN, De siglo a siglo. 1896-1901, Madrid, Est. Tip. de Idamo Moreno, s.a.

22Emilia Pardo Bazán, dans une vision globalement négative et pessimiste, insiste à diverses reprises sur l’assujettissement de la femme, infantilisée par son mari et privée de personnalité : « La mujer es tal como la hace y quiere el hombre »43. Elle dénonce aussi la double morale sexuelle, surtout dans l’aristocratie44. Finalement, pour doña Emilia, le mariage est une prison dorée que toutes les femmes ne peuvent supporter ; se reportant sans doute à sa propre expérience, elle écrit : « Mullid el nido y dorad la jaula del ave, que así y todo, bien podrá no habituarse a su prisión. ¡Terrible problema este del matrimonio... ¡Y tan viejo! »45.

  • 46 Carmen MARTÍN GAITE, Usos amorosos..., op. cit., pp. 127-128.

23Même en cas d’union malheureuse, Josefa Amar ne fait jamais allusion à une possibilité de séparation, malgré l’exemple de la France voisine et les propositions faites par Cabarrús46. A la fin du XIXe, on pourrait penser qu’Emilia Pardo Bazán, qui vit séparée de son mari, juge avec bienveillance le divorce ; en réalité, elle reste très discrète et même ambiguë à ce sujet. Dans un article de 1901, après avoir évoqué le débat sur le divorce en France, elle se contente de terminer par une série de questions :

  • 47 Emilia PARDO BAZÁN, « La vida contemporánea », in La Ilustración Española, Marzo de 1901, n° 1003, (...)

¿Acaso es dueño el varón de la vida de la mujer? ¿Acaso la ley va a autorizar con su autoridad, a ninguna comparable, el derecho de vida y muerte de un individuo sobre otro individuo?47.

  • 48 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., p. 242.

24Cette même ambiguïté apparaît dans l’article consacré à la femme russe, car si les aspects positifs de l’union libre sont relevés, cet éloge est nuancé par des précautions oratoires annonçant un sujet délicat mais original48. En précisant que la plupart de ces unions sont chastes, mais fondées sur la fraternité et l’égalité, doña Emilia exalte paradoxalement le catholicisme :

  • 49 Id, p. 243.

De cualquier modo, a mí se me figura que tan bello ideal podría conseguirse en nuestras sociedades latinas y dentro de la elevada concepción católica, que hace del matrimonio sacramento, sin más que un poco de equidad, a la cual es evidente que propenden ya las leyes y las costumbres49.

25Le mariage est aussi inséparable de la maternité, mais pour Josefa Amar, celle-ci n’est pas l’unique horizon de la femme. Selon elle, la fonction éducatrice du beau sexe se justifie par des facteurs naturels et sociaux, mais sa pensée est novatrice quand elle précise le rôle et les devoirs des pères :

  • 50 Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación..., op. cit., p. 74.

La educación y cuidado de los hijos pertenece del mismo modo a los padres que a las madres, pero como la naturaleza los deposita por cierto tiempo en el seno de éstas y les suministra los medios de alimentarlos en los primeros meses, parece que en cierta manera están más obligadas a su conservación y manejo. Hay también otra razón, cual es la que están más tiempo en casa50.

26En conclusion, malgré sa lucidité, le discours de Josefa Amar y Borbón à propos du mariage reste conventionnel et relativement résigné ; cette modération reflète sans aucun doute la pensée des Ilustrados qui tentent d’endiguer la crise dont souffre le mariage. Cependant, comme doña Emilia le fera un siècle plus tard, elle refuse à la femme un destin subordonné à celui de l’homme et les propos de Mónica Bolúfer à son sujet pourraient parfaitement s’appliquer aux deux femmes :

  • 51 Mónica BOLÚFER, Mujeres e Ilustración... op. cit. p. 290.

En cualquier caso, ni el matrimonio, ni la maternidad debían constituir el alfa y omega de la vida femenina, en la obra y la práctica de una mujer que no quiso renunciar a las satisfacciones del estudio, de la escritura y del reconocimiento público para sí y para su sexo51.

Femmes et éducation

27A la fin du XVIIIe siècle, lorsque Josefa Amar y Borbón entreprend de rédiger son Discurso sobre la educación física y moral de las mujeres, elle partage les préoccupations des Ilustrados et s’inspire aussi des nombreux traités d’éducation français, rédigés le plus souvent par des femmes telles que Madame de Genlis ou Madame Leprince de Beaumont.

  • 52 « La educación femenina atraviesa aún el periodo estacionario : tiene que cruzar el revolucionario (...)
  • 53 Id., p. 88.
  • 54 Emilia PARDO BAZÁN, San Francisco de Asís, México, Editorial América, 1945, tomo II, p. 45.

28Un siècle plus tard, Emilia Pardo Bazán défend elle aussi l’éducation féminine et le bilan qu’elle dresse est pour le moins pessimiste : elle évoque la stagnation52 de la société libérale et le désir des hommes de maintenir leur épouse dans l’ignorance : « El español la quiere metida en una campana de cristal que la aisle del mundo exterior por medio de la ignorancia »53. Elle exalte le Moyen Age, période privilégiée pour la femme : « No estaba en la Edad media vedada a la mujer la instrucción, ni causaba extrañeza que se dedicase a elevados estudios »54. En revanche, elle ignore le XVIIIe siècle et les efforts accomplis en faveur de l’éducation féminine.

  • 55 Olegario NEGRÍN, Ilustración y Educación..., op. cit., p. 162.

29En 1786, dans son Discurso en defensa del talento de las mujeres, Josefa Amar souligne vigoureusement les contradictions masculines face à la nécessité d’instruire les jeunes filles en affirmant : « Las (sic) niegan la instrucción y después se quejan de que no la tienen »55. Pour Emilia Pardo Bazán, cette contradiction continue d’exister, mais les hommes la résolvent en partie par la distinction entre instruction et éducation ; ils se contentent le plus souvent d’une « éducation d’agrément », superficielle mais suffisante pour fréquenter les salons aristocratiques et bourgeois :

  • 56 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., p. 102.

Por más que todavía hay hombres partidarios de la absoluta ignorancia de la mujer, la mayoría va prefiriendo, en el terreno práctico, una mujer que sin ambicionar la instrucción fundamental y nutritiva, tenga un baño, barniz o apariencia que la haga «presentable». Si no quieren a la instruida, la quieren algo educada, sobre todo en lo exterior y ornamental56.

  • 57 « Hasta las mismas mujeres miran con indiferencia el aprender esto o aquello, o no aprender nada » (...)

30Cependant, les hommes ne sont que partiellement responsables de cette inculture ; car les femmes sont souvent plus attirées par les frivolités, le luxe, que par l’aspect austère de l’étude, ou bien elles se résignent et se découragent trop facilement ; telle est l’analyse plutôt modérée faite par Josefa Amar57, légèrement en retrait par rapport au discours de 1786, plus radical et critique envers les hommes, accusés de n’offrir aucune compensation au beau sexe.

  • 58 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., pp. 97-98 et p. 163.
  • 59 Id., p. 95. A ce sujet Amar y Borbón se montre beaucoup plus nuancée. Voir Josefa AMAR Y BORBÓN. D (...)

31En revanche, doña Emilia, dans une perspective plus polémique et féministe attribue presque uniquement ce désintérêt à l’attitude des maris, qui encouragent l’oisiveté, la frivolité, et éloignent ainsi les femmes de toute velléité politique ou patriotique58 ; finalement, cellesci sont reléguées au rang de « meubles de luxe »59.

  • 60 Olegario NEGRÍN, Ilustración y educación..., op. cit., p. 163.
  • 61 Id., p. 169.
  • 62 Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación..., op. cit., pp. 65 et 170.
  • 63 Id., p. 188. Juste avant cette affirmation J. Amar prévenait les éventuelles contestations en affi (...)

32Dès le XVIIIe siècle, Josefa Amar y Borbón revendique clairement le droit de la femme à s’éduquer pour elle-même et son propre plaisir. Dans son discours de 1786, elle accuse les hommes de priver le beau sexe de tous les honneurs, mais surtout de « la complacencia que resulta de tener un entendimiento ilustrado »60. Cette idée est reprise dans la suite du discours, même si Josefa Amar reconnaît qu’il est difficile de faire des efforts non récompensés et reconnus61. Afin de convaincre ses semblables, elle leur rappelle l’idée très répandue selon laquelle l’intelligence ne se « fane » pas, au contraire de la beauté. Elle insiste aussi sur le caractère gratifiant et consolateur de l’instruction qui permet d’agrémenter l’isolement dans la cellule du foyer62. Afin de convaincre aussi les lecteurs masculins, elle affirme que l’étude est tout à fait compatible avec les occupations domestiques de la femme, et qu’elle ne nuit en rien à l’activité de la parfaite maîtresse de maison : « [...] El estudio y la lectura hacen agradable el retiro de la casa, y borran o desfiguran aquella idea de servidumbre, que representa el continuo cuidado y gobierno doméstico »63.

  • 64 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., p. 153.

33Josefa Amar revendique donc pour la femme un épanouissement personnel qui passe même par l’érudition. Cette idée chère aux Ilustrados selon laquelle le bonheur peut être atteint par l’exercice intellectuel, est reprise par Doña Emilia au Congrès Pédagogique de 1892 ; elle y cite Stuart Mill pour affirmer que l’éducation doit déboucher sur le bonheur personnel, avant celui de la collectivité64. Emilia Pardo Bazán revendique aussi le droit à un destin individuel :

  • 65 Id., p. 153.

Nadie ve ni educa en la muchacha más que a la esposa futura. Su desarrollo personal es un medio, nunca un fin. [...] Por encima de esos títulos de esposa y madre, títulos transitorios [...] tiene la mujer un título inalienable y eterno que domina y precede a todo, y es el de criatura humana65.

  • 66 Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación..., op. cit., p. 246.

34Cette convergence de vue entre les deux écrivains se retrouve aussi dans leur méfiance par rapport à l’éducation dispensée par les couvents. Pour Josefa Amar, l’enseignement ne peut être qu’incomplet, surtout en ce qui concerne les tâches domestiques66. De la même façon, Doña Emilia, sans mettre complètement en cause l’éducation des religieuses, en montre les limites, qui sont aussi celles de tout enseignement assuré par des femmes, non par manque d’aptitudes mais en raison des carences de leur formation :

  • 67 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., p. 108.

Nuestras monjas – que no pueden picar más alto que el resto de su sexo en nuestra patria – van comprendiendo que necesitan, para educar, aprender primero, y acaso dentro de algunos años habrá subido el nivel de cultura del claustro femenil, condición ya indispensable para su mantenimiento y prosperidad67.

  • 68 Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación..., op. cit., p. 73.
  • 69 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., p. 161.

35Malgré ces réserves, les deux femmes restent de ferventes avocates du christianisme qui, selon elles, a favorisé l’émancipation de la femme. En raison d’origines sociales communes, elles ont une conception très élitiste de l’éducation. Cela peut paraître moins surprenant de la part de Josefa Amar qui n’hésite pas à déclarer que l’idéal serait de permettre l’accès de tous à l’éducation, mais que l’instruction doit être dispensée en fonction des activités de chacun68. En revanche, un siècle plus tard, lors du Congrès Pédagogique, doña Emilia reconnaît du bout des lèvres les carences de l’enseignement populaire sans pour autant s’en offusquer : « La cultura, hoy por hoy, se circunscribe a ciertas clase sociales, aunque el ideal sea extenderla y comunicarla al mayor número »69.

36Cependant, la confrontation des textes témoigne d’une naturelle évolution des mentalités et de l’existence de progrès éducatifs, souvent niés par doña Emilia. En effet, Josefa Amar n’est pas favorable à des études longues, et elle allègue que la mixité pourrait entraîner des désordres ; elle prône la nécessité d’écoles séparées, contredisant alors une grande partie de son Discurso en defensa de las mujeres :

  • 70 Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación..., op. cit., pp. 71-72. Dans le point 25 de son (...)

No se pide, no sería del caso, que todas se dedicasen al estudio como si hubieran de seguir una profesión o ejercicio. Esto traería necesariamente el desorden: porque, o era preciso que fuesen a una universidad en compañía de los hombres, lo cual causaría más daño que provecho, o que hubiese escuelas separadas70.

37Pour sa part, Emilia Pardo Bazán défend avec ardeur un accès des femmes à l’Université qui commence tout juste à s’inscrire dans les faits :

  • 71 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., p. 170.

La desconfianza en que se inspiran las restricciones puestas a la admisión de la mujer carece de fundamento; es injuriosa para nuestra patria pues la supone en estado tal de incultura y grosería, que la mujer no puede alternar con el hombre, ni para los fines más puros, altos y necesarios, como es el de la educación, sin exponerse a ser injuriada71.

  • 72 Id., p. 175.
  • 73 Id., p. 162.

38Elle s’oppose aussi à Josefa Amar lorsqu’elle plaide en faveur de la nécessité d’un enseignement mixte qu’elle nomme « coeducación »72. Enfin, signe des temps, Emilia Pardo Bazán conteste radicalement l’éducation « domestique », destinée à faire de la mère l’éducatrice de ses enfants ; elle a recours à la caution de Spencer et de Kant pour qualifier une telle éducation de désastreuse73. Tout au contraire, Josefa Amar partage complètement les idées des Ilustrados, et elle annonce une des orientations du XIXe siècle quand elle prône les vertus de l’éducation maternelle dans les premières années de l’enfance ; mais elle ne peut se dépêtrer des préjugés sexistes quand elle établit une discrimination entre garçons et filles :

  • 74 Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación..., op. cit.. p. 244.

Por lo tocante a las muchachas, sena sumamente ventajoso que no se separasen de sus madres hasta tomar estado, si tienen la debida discreción para educarlas por sí mismas74.

39Cette comparaison nous permet de constater que le recours exclusif à l’éducation maternelle pour les filles n’est plus de mise à la fin du XIXe siècle ; en revanche, à en juger par les protestations répétées et l’ironie de doña Emilia qui partage l’opinion de Concepción Arenal, l’éducation féminine reste orientée vers une professionnalisation du métier de mère :

  • 75 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., p. 210.

Al considerar la situación actual de la mujer el vigoroso talento analítico de la señora Arenal comprende y expresa de un modo perspicaz y admirable cuál es el verdadero obstáculo para que la mujer se transforme y se complete; obstáculo serio y temible, como que lo forma un ideal, el ideal del ángel del hogar de la llamada por excelencia mujer de su casa75.

  • 76 Chiffres donnés par Géraldine SCANLON dans « Nuevos horizontes culturales : la evolución de la edu (...)
  • 77 Géraldine SCANLON, « Nuevos horizontes culturales... », op. cit., p. 102. Doña Emilia évoquant les (...)

40Malgré ces divergences dues aussi à l’évolution naturelle, la confrontation des écrits des deux femmes met en lumière un réseau de convergences qui nous incite à partager les constatations négatives et critiques de doña Emilia face aux trop rares progrès de l’enseignement féminin ; le pourcentage effrayant de plus de 70 % de femmes analphabètes en 1900 légitime en quelque sorte ses critiques76. Ce travail comparatif met aussi en lumière la grande modernité et l’actualité de certains conseils dispensés par Josefa Amar en ce qui concerne l’apprentissage de l’hygiène, et même la diététique. Ce souci est partagé par E. Pardo Bazán, même si la notion d’éducation physique prend son sens moderne chez cette dernière77.

  • 78 Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación..., op. cit., p. 72.

41En conclusion, le traité d’éducation de Josefa Amar témoigne du désir de donner à la femme de la fin du XVIIIe siècle toutes les armes pour se réaliser pleinement, au delà d’une simple éducation domestique. Certes, son analyse est marquée par ses origines sociales, son éducation érudite ; son projet, plus réformiste que révolutionnaire, est limité par les déclarations de son prologue : « No formemos, pues, un plan fantástico : tratemos sólo de rectificar en lo posible el que está ya establecido »78. Il s’inscrit aussi dans la conception optimiste de l’éducation qui marque la fin du XVIIIe siècle, et il est caractérisé par la recherche du bonheur individuel autant que collectif. Un siècle plus tard E. Pardo Bazán défend aussi le droit à l’éducation des femmes, mais son bilan est beaucoup plus négatif et pessimiste, car il souligne nettement le fossé qui s’est creusé entre les deux sexes.

  • 79 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., pp. 88 et 211. L’idée est reprise sous une for (...)

42Au terme de cette rapide étude comparative, nous ne pouvons que constater la justesse de l’analyse de doña Emilia à propos du décalage entre les progrès de l’Espagne libérale et l’immobilisme qui marque la condition féminine, immobilisme illustré par la métaphore récurrente de l’étoile polaire79. Toutefois, lors du Congrès Pédagogique de 1892, l’écrivain oublie pour un temps son pessimisme habituel, pour constater un désir consensuel de changement.

  • 80 Nelly CLEMESSY souligne l’interprétation très libre du XVIIIe faite par E. Pardo Bazán. Nelly CLEM (...)

43En revanche, la confrontation des textes nous prouve clairement qu’en présentant un XVIIIe siècle rétrograde et régressif pour l’émancipation féminine, Emilia Pardo Bazán nous offre une image faussée et tronquée ; c’est en effet vers le milieu du XIXe siècle, avec l’avènement de la société bourgeoise, que la femme est à nouveau enfermée dans la sphère privée, et dans son rôle d’ange du foyer. L’affirmation de Emilia Pardo Bazán s’inscrit d’ailleurs dans la vision négative qu’a l’écrivain du siècle des Lumières80, vision quelque peu contredite par cette déclaration de 1901 :

  • 81 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., p. 260.

La burguesía, que hizo las revoluciones políticas, no las hizo sino para el varón: a la mujer se puede afirmar que en vez de aprovecharla, la perjudicaron; antes de ellas no era tan inferior al hombre. Un marido del siglo XVIII, sin derechos políticos, se encontraba más cerca de su esposa que el burgués elector y elegible del siglo XIX81

44La pensée de Josefa Amar y Borbón est le plus souvent traditionaliste, dans la mesure où elle reproduit le discours élitiste de la classe dominante à laquelle elle appartient. Cependant, en 1790, le prologue à son Discurso sobre la educación física y moral de las mujeres prend des accents féministes, dans la mesure où il revendique le droit à l’égalité en fonction de la similitude des devoirs imposés aux deux sexes :

  • 82 Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación..., op. cit., p. 62.

Las mujeres están sujetas igualmente que los hombres a las obligaciones comunes a todo individuo, cuales son la práctica de la religión y la observancia de las leyes civiles del país en que viven. [...] No hay en este punto diferencia alguna entre ambos sexos y, por consiguiente, ambos necesitan de una instrucción competente para su entero desempeño82.

45Le traité de Josefa Amar annonce, à bien des égards, la conception de l’éducation féminine tout au long du XIXe siècle, mais il présente aussi un plaidoyer très novateur en faveur du droit de la femme à se cultiver pour son seul plaisir. Josefa Amar apparaît comme une « féministe » avant l’heure, et son action presque solitaire est d’autant plus méritoire que la société considérait avec mépris les bachilleras.

  • 83 Emilia PARDO BAZÁN, « Augusto Bebel », in La mujer española..., op. cit., p. 231.
  • 84 Id., p. 284.

46Lorsque Emilia Pardo Bazán entre dans l’arène, un siècle plus tard, la tâche lui a été facilitée en particulier par Gertrudis Gómez de Avellaneda, Rosa Marina, Margarita de Celis et surtout par Concepción Arenal. Elle se démarque cependant du féminisme radical, dans la mesure où l’implication politique est pratiquement absente de son action. Elle avoue d’ailleurs : « Tengo poco de socialista y menos de comunista e internacionalista »83, même si elle reconnaît à une autre occasion que tous les progrès de la cause féminine sont dus à la « marée socialiste »84.

47Emilia Pardo Bazán est souvent présentée comme une des figures emblématiques du féminisme à la fin du XIXe siècle. Nelly Clemessy souligne à ce propos l’originalité de doña Emilia, qui conjugue indissolublement réforme de l’éducation de la femme et changement du statut traditionnel de cette dernière dans la société :

  • 85 Nelly CLEMESSY, Emilia Pardo Bazán romancière. La critique. La théorie. La pratique, Paris, Centre (...)

Ainsi peut-on affirmer en conclusion, que sur le terrain du féminisme, sa pensée qui est demeurée d’ordinaire imprégnée de conservatisme, a été beaucoup plus franchement libérale, et pour une fois révolutionnaire85.

  • 86 Nelly CLEMESSY, Emilia Pardo Bazán romancière..., op. cit., p. 237. Citation extraite d’un article (...)

48L’étude du discours de Emilia Pardo Bazán, en grande harmonie avec plusieurs de ses romans, nous incite à penser que ce jugement est quelque peu discutable ; la confrontation avec les écrits souvent novateurs de Josefa Amar, nous conduit à affirmer que sa pensée, plus réformiste que révolutionnaire, reste conditionnée par ses origines sociales et par ses convictions religieuses. Cependant, il est indéniable que la défense de la condition féminine constitue l’un des principaux combats de cet écrivain qui, dans un message d’espoir prophétique, déclare dans un article de 1900 : « El siglo XX, que unánimes pareceres consideran llamado a cambiar del todo la condición de la mujer, tiene la palabra »86.

Notes

1 L’emploi de ce terme peut paraître abusif, surtout à la fin du XVIIIe siècle. Nous ne l’utilisons pas pour qualifier le mouvement politique qui se développe à la fin du XIXe et plus tardivement en Espagne. Dans notre travail, cette notion peut être assimilée à la définition du PETIT ROBERT : « Mouvement qui préconise l’extension des droits, du rôle de la femme dans la société ».

2 Emilia PARDO BAZÁN, « La España de ayer y de hoy ». Madrid, Imp. San Bernardo, s.f. pp. 79-80. Quelques années plus tôt, elle déclarait déjà : « No importa que haya fallido la profecía de Víctor Hugo, cuando anunciaba que el siglo XIX emanciparía a la mujer, como el siglo XVIII emancipó al hombre. Mero error de cálculo de tiempo ». Emilia PARDO BAZÁN, « Prólogo a la traducción de La esclavitud femenina de John Stuart Mill », in La mujer española y otros escritos, ed. Guadalupe GÓMEZ-FERRER, Madrid, Cátedra, Col. Feminismos, n° 56, 1999, p. 228. Nous avons choisi d’étudier uniquement les essais, conférences et articles journalistiques de E. Pardo Bazán, car ils permettent une confrontation plus équilibrée avec les écrits de Josefa Amar y Borbón, qui sont uniquement théoriques et préceptifs.

3 On peut consulter à ce sujet : VV. AA. Mujer y Sociedad en España (1700-1975), Madrid, Ministerio de Cultura, 1986 et G. M. SCANLON, La polémica feminista en la España contemporánea (1868-1874), Madrid, Akal, 1986.

4 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española, op. cit., p. 85.

5 Josefa Amar y Borbón a vécu entre 1749 et 1813 (ou 1833). Pour plus de précisions, consulter Josefa AMAR y BORBÓN, Discurso sobre la educación física y moral de las mujeres (1790), prologue et édition critique de Maria Victoria LÓPEZ-CORDÓN, Madrid, Cátedra, Col. Feminismos, n° 21, 1994. Le deuxième texte utilisé pour notre étude est un mémoire écrit par Amar en 1786, à propos de l’admission de femmes à la Sociedad Matritense de Amigos del País, généralement appelé Discurso en defensa del talento de las mujeres, et reproduit par Olegario NEGRÍN, in Ilustración y educación. La Sociedad Económica Matritense, Madrid, Editora Nacional, 1984, pp. 162-176.

6 Voir le traité de Adolfo POSADA, Feminismo, Madrid, ed. Cátedra, Col. Feminismos, n°22, 1994, ainsi que G. SCANLON, La polémica..., op. cit.

7 Benito Jerónimo FEIJOO, Defensa de las mujeres, ed. Victoria SAU, Barcelona, Icaria, 1997.

8 En raison des limites de cette étude, nous ne pouvons analyser le traité d’Inès Joyes Blacke, destiné à ses filles et qui suit sa traduction d’un roman anglais. Il présente une grande convergence avec les idées de Josefa Amar y Borbón ; le discours sur les hommes y est même parfois plus vindicatif et radical. Inés JOYES Y BLAKE, Apología de las mugeres, in El principe de Abisinia, Madrid, Imprenta de Sancha, 1798. Pour plus de renseignements sur Inés Joyes, consulter Mónica BOLÚFER, Mujeres e Ilustración. La construcción de la feminidad en la España del siglo XVIII, Valencia. Institució Alfons el Magnànim, 1998, pp. 108-112.

9 Deux femmes avaient en effet reçu le titre de membres honoraires : María Isidra Quintana Gúzman y la Cerda et la Condesa de Benavente. Voir Olegario NEGRÍN, Educación popular en la segunda mitad del siglo XVIII, Madrid., UNED, 1987, pp. 118-130.

10 Olegario NEGRÍN, id., p. 172.

11 Olegario NEGRÍN, Educación popular..., op. cit., pp. 175-176.

12 La vie et l’action de l’une des femmes de cette Junta..., la Contesse de Montijo, a été abondamment commentée. Voir Paula de DEMERSON, María Francisca de Sales Portocarrero, Condesa del Montijo. Una figura de la Ilustración, Madrid, ed. Universal, 1975.

13 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., p. 97.

14 Olegario NEGRÍN, Ilustración y educación..., op. cit., p. 170.

15 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española, op. cit., p. 81 ; « La cuestión académica », id., p. 145.

16 Ε. Pardo Bazán rapporte les propos de R. Altamira : « Todos conformamos entonces en que lo que se discutía no era el derecho de usted a ser académico, sino el derecho y las aptitudes de la mujer para alcanzar esa sanción oficial y externa », id., p. 144.

17 Voir le discours de Cabarrús en 1786. Olegario NEGRÍN, Ilustración y educación..., op. cit., pp. 152-153. Pour sa part, Juan Valera brandit, un siècle plus tard, les mêmes arguments dans Las mujeres y las academias ; il fait l’éloge de l’ange du foyer (p. 23) et dénonce les dangers de la promiscuité (p. 17) : Eleuterio FILOGYNO, Las mujeres y las academias. Cuestión social inocente, Madrid, Librería de Fernando Fé, 1891.

18 Emilia PARDO BAZÁN, « La cuestión académica », in La mujer española..., op. cit., p. 147.

19 Olegario NEGRÍN, Ilustración y educación..., op. cit., p. 163.

20 Id., p. 164.

21 Id., p. 174.

22 Discurso sobre la educación..., op. cit., p.165. Voir Mónica BOLÚFER, Mujeres e Ilustración..., op. cit., p. 153. Cette idée rappelle celles exposées par Fray Luis de León dans la Perfecta Casada, deux siècles plus tôt.

23 En revanche, un autre « Ilustrado », Ignacio López de Ayala, défend l’aptitude des femmes à exercer de nombreux métiers manuels. Olegario NEGRÍN, Ilustración y educación..., op. cit., p. 177.

24 Emilia PARDO BAZÁN, « La educación del hombre y de la mujer », in La mujer española, op. cit., p. 160.

25 Id., p. 165.

26 Id., p. 101, article « La mujer española ».

27 Id., p. 115. La même idée est reprise dans un autre article « Del amor y la amistad », id., p. 187 et dans « La exposición de trabajos de la mujer », id., p. 234.

28 Id., p. 196.

29 L’œuvre de Rosa Marina, précédée d’un prologue de Margarita de Celis est très explicite à ce sujet : Rosa MARINA, La mujer y la sociedad, Cádiz, Imp. De la Paz, 1857.

30 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., p. 160.

31 Voir à ce propos l’ouvrage de Carmen MARTÍN GAITE, Usos amorosos del dieciocho en España, Madrid, Siglo XXI, 1972.

32 Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación..., op. cit., p. 22.

33 Emilia PARDO BAZÁN, « La España de ayer y de hoy », op. cit., p. 79.

34 Josefa AMAR y BORBÓN, Discurso sobre la educación, op. cit., p. 226.

35 Emilia PARDO BAZÁN, « Una opinión sobre la mujer », in La mujer española..., op. cit., p. 196.

36 Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación, op. cit., p. 229.

37 Id., p. 73.

38 Emilia PARDO BAZÁN, « Concepión Arenal y sus ideas acerca de la mujer », in La mujer española..., op. cit., p. 205. Cette même idée est reprise dans le commentaire de la pensée de Stuart Mili, « Stuart Mill », id., p. 223.

39 Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación... pp. 220-221.

40 Emilia PARDO BAZÁN, « Una opinion sobre la mujer », in La mujer española, op cit., p. 195.

41 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., p. 104.

42 Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación..., op. cit., p. 235.

43 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., p. 103.

44 Id., p. 94

45 Emilia PARDO BAZÁN, De siglo a siglo. 1896-1901, Madrid, Est. Tip. de Idamo Moreno, s.a.

46 Carmen MARTÍN GAITE, Usos amorosos..., op. cit., pp. 127-128.

47 Emilia PARDO BAZÁN, « La vida contemporánea », in La Ilustración Española, Marzo de 1901, n° 1003, p. 186. R. Hilton montre aussi à quel point doña Emilia était prisonnière de ses idées libérales, mais aussi de son désir de se comporter en bonne catholique. Ronald HILTON, « Emilia Pardo Bazán et le mouvement féministe en Espagne », in Bulletin Hispanique, tome LIV, n° 2 (1952), p. 161.

48 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., p. 242.

49 Id, p. 243.

50 Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación..., op. cit., p. 74.

51 Mónica BOLÚFER, Mujeres e Ilustración... op. cit. p. 290.

52 « La educación femenina atraviesa aún el periodo estacionario : tiene que cruzar el revolucionario, si ha de entrar en el de pacífica, sana y fecunda evolución », Emilia PARDO BAZÁN, « La mujer española », in La mujer española.... op. cit., p. 164.

53 Id., p. 88.

54 Emilia PARDO BAZÁN, San Francisco de Asís, México, Editorial América, 1945, tomo II, p. 45.

55 Olegario NEGRÍN, Ilustración y Educación..., op. cit., p. 162.

56 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., p. 102.

57 « Hasta las mismas mujeres miran con indiferencia el aprender esto o aquello, o no aprender nada ». Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación..., op. cit., p. 61.

58 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., pp. 97-98 et p. 163.

59 Id., p. 95. A ce sujet Amar y Borbón se montre beaucoup plus nuancée. Voir Josefa AMAR Y BORBÓN. Discurso sobre la educación..., op. cit., p. 205-206.

60 Olegario NEGRÍN, Ilustración y educación..., op. cit., p. 163.

61 Id., p. 169.

62 Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación..., op. cit., pp. 65 et 170.

63 Id., p. 188. Juste avant cette affirmation J. Amar prévenait les éventuelles contestations en affirmant que les hommes eux-mêmes pouvaient concilier travail et autres occupations (p. 187).

64 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., p. 153.

65 Id., p. 153.

66 Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación..., op. cit., p. 246.

67 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., p. 108.

68 Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación..., op. cit., p. 73.

69 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., p. 161.

70 Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación..., op. cit., pp. 71-72. Dans le point 25 de son Discurso sobre el talento de las mujeres, J. Amar ne voit rien de pernicieux à la réunion des deux sexes dans la Sociedad Económica Matritense. Olegario NEGRÍN, Ilustración y educación..., op. cit., p. 172.

71 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., p. 170.

72 Id., p. 175.

73 Id., p. 162.

74 Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación..., op. cit.. p. 244.

75 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., p. 210.

76 Chiffres donnés par Géraldine SCANLON dans « Nuevos horizontes culturales : la evolución de la educación de la mujer en España 1868-1900 », in Mujer y educación en España. 1868-1975, VI Coloquio de Historia de la Educación, Santiago de Compostela, 1990, p. 734.

77 Géraldine SCANLON, « Nuevos horizontes culturales... », op. cit., p. 102. Doña Emilia évoquant les carences de l’éducation « pratique » après celles de l’éducation intellectuelle écrit : « Ni nociones de higiene y fisiología, tan necesarias para el cultivo de la salud propia y de la robustez de los hijos ».

78 Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación..., op. cit., p. 72.

79 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., pp. 88 et 211. L’idée est reprise sous une forme légèrement différente avec la comparaison a « un eje inmóvil del planeta » à Paris, en 1898, dans la conférence « La España de ayer y de hoy », op. cit., p. 79.

80 Nelly CLEMESSY souligne l’interprétation très libre du XVIIIe faite par E. Pardo Bazán. Nelly CLEMESSY, Emilia Pardo Bazán romancière, Paris, Centre de Recherches Ibériques, 1973, tome II, p. 494. Quant à Ronald HILTON, il démontre le peu de fondement des théories de E. Pardo Bazán, établies à partir du commentaire des pièces de Leandro Fernández de Moratín. Ronald HILTON, « Emilia Pardo Bazán et le mouvement féministe en Espagne », op. cit., p. 155.

81 Emilia PARDO BAZÁN, La mujer española..., op. cit., p. 260.

82 Josefa AMAR Y BORBÓN, Discurso sobre la educación..., op. cit., p. 62.

83 Emilia PARDO BAZÁN, « Augusto Bebel », in La mujer española..., op. cit., p. 231.

84 Id., p. 284.

85 Nelly CLEMESSY, Emilia Pardo Bazán romancière. La critique. La théorie. La pratique, Paris, Centre de Recherches hispaniques, 1973, tome II, p. 514.

86 Nelly CLEMESSY, Emilia Pardo Bazán romancière..., op. cit., p. 237. Citation extraite d’un article paru dans son œuvre : Cuarenta días en la Exposición.

Auteur

Université de Tours

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540