Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les fins de siècles en Espagne

 | 
Jean-René Aymes
, 
Serge Salaün

Première partie. Perspectives historiques et idéologiques

Le siècle des Lumières en Espagne : un siècle qui ne finit pas

Françoise ÉTIENVRE

Texte intégral

Les siècles intellectuels ne se règlent pas sur le calendrier comme les siècles proprement dits.
Joseph de Maistre, Soirées de Saint-Pétersbourg, XIe Entretien

  • 1 in Clartés et ombres du Siècle des Lumières. Études sur le XVIIIe siècle littéraire, Genève. Libra (...)

1Que l’on soit espagnol ou français, les syntagmes siglo de las luces, siglo ilustrado, siècle des Lumières, siècle éclairé, n’ont rien de mystérieux et sont tout naturellement compris comme une désignation métaphorique du XVIIIe siècle. Il faut toutefois se souvenir que c’est l’Europe d’alors, et en premier lieu la France, qui a eu recours à l’emblème des Lumières pour se représenter, montrant ainsi une claire conscience de sa spécificité. Ce regroupement autour d’un même symbole a sans doute été facilité par l’imprécision d’une image qui est aussi un concept dont le contenu a beaucoup évolué au fil des ans. Pour suivre le cheminement de la notion de lumière, je ne peux que renvoyer à la très belle étude de Roland Mortier, intitulée « Lumière et Lumières, histoire d’une image et d’une idée au XVIIe et au XVIIIe siècle »1. On y trouve une remarquable explication de la façon dont l’image de la lumière, religieuse à l’origine,

  • 2 Id., p. 21.

en viendra à représenter la volonté de penser par soi-même, le rejet des préjugés, l’exclusion de la pensée mythique (tenue pour crédulité et superstition). Elle résumera symboliquement une attitude idéologique nouvelle et concrétisera la prise de conscience d’un âge qui se sent à la fois différent et en progrès2.

  • 3 Je remercie Pedro Álvarez de Miranda de m’avoir amicalement autorisée à prolonger les recherches q (...)

2Dans l’Espagne du XVIIIe siècle, l’emploi des expressions siglo de las luces, siglo ilustrado, pourrait donc traduire la prise de conscience à laquelle se réfère R. Mortier. Pour s’en assurer, il convient naturellement d’examiner la valeur que prennent leurs occurrences dans un contexte précis. Plus surprenant, sans aucun doute, est le constat de la longévité des deux syntagmes, en particulier de siglo de las luces que l’on retrouve tout au long du XIXe siècle, non pas pour renvoyer au siècle antérieur, mais pour désigner le siècle en cours. Il y a là – surtout pour un Français – un mystère qui mérite d’être éclairci3.

  • 4 Joaquín ARCE, La poesía del siglo ilustrado, Madrid, Alhambra, 1981, pp. 7-16 ; Pedro ÁLVAREZ de M (...)
  • 5 On rappellera que la Réponse à la question : qu’est-ce que les lumières ? (Beantwortung der Frage  (...)
  • 6 Manuscrit de 8 folios conservé à l’Académie de Barcelone. Discours répertorié dans la Bibliografía (...)

3Joaquín Arce et Pedro Álvarez de Miranda ont apporté de précieuses indications sur l’apparition et la fréquence des syntagmes qui nous intéressent4. Leurs recherches tendent à prouver qu’il faut attendre 1750 pour relever des emplois de luces et de ilustrado destinés à caractériser, dans sa nouveauté, l’esprit du temps. Cependant, à partir des années 70, les occurrences des deux termes se multiplient, sous la plume des esprits progressistes et peut-être plus encore sous celle de leurs adversaires. Ces Lumières, il faut bien le dire, ont été aussi souvent revendiquées comme symbole de tout un siècle que rarement définies avec précision, le célèbre essai de Kant faisant figure de brillante exception5. De ce fait, on ne peut que prêter attention à ceux qui réfléchissent à une notion aussi diffuse. C’est apparemment le cas d’Antonio Juglá y Font qui, en mai 1779, soumet à l’Académie des Belles-Lettres de Barcelone un discours où il s’interroge « sobre si el presente siglo puede llamarse con fundamento el siglo ilustrado »6.

4La première moitié du discours donne à penser que, pour Juglá, le qualificatif ilustrado ne peut être l’apanage d’un seul siècle. A ses yeux, toute époque qui a vu se développer de façon significative les Sciences et les Arts, aussi bien libéraux que mécaniques, mérite cette épithète élogieuse. Cependant, après avoir passé en revue les nations européennes et souligné l’importance des progrès partout accomplis au XVIIIe siècle, il lui semble justifié que celui-ci soit considéré comme « el siglo ilustrado » par excellence :

A vista, pues, de los establecimientos y progresos que han hecho las Ciencias y Artes en Europa, en el presente siglo, del estado en que se hallan, y de los numerosos creces que cada día van adquiriendo con la protección de los Soberanos, cuyos deseos y designios se extienden hasta a darles el mayor grado de perfección de que son susceptibles, parece que puedo muy bien concluir mi discurso, afirmando que el presente siglo puede llamarse con fundamento el siglo ilustrado (fol. 7 r°).

  • 7 Pour l’introduction et l’emploi des mots libertino et libertinaje en Espagne, voir Pedro ÁLVAREZ d (...)

5Toujours selon Juglá, dès le règne de Philippe V, l’Espagne a participé à cet élan général, et il n’est pas étonnant de trouver dans la bouche d’un aspirant académicien un éloge appuyé de la dynastie des Bourbons, plus particulièrement de Charles III et des Sociétés savantes qui ont secondé son action. Si Juglá se montre finalement optimiste quant à l’avenir des Lumières en Espagne, il signale toutefois quelques obstacles possibles, principalement celui que représente le libertinage, heureusement dénoncé avec vigueur par des prêtres « celosos del bien de las almas y de la verdadera religion que caracteriza a la Nación española » (fol.7 v°). Ce libertinage serait bien capable, dit-il, « de empañar los brillos y eclipsar las luces del siglo » (ibid.). Pour lui, et pour beaucoup d’autres, la religion n’a nul besoin d’être éclairée par les Lumières qui traversent le siècle et dont il souhaite voir les effets uniquement dans le domaine des Sciences et des Arts7. Dans ces conditions, une dizaine d’années plus tard, Juglá aurait-il toujours considéré le XVIIIe siècle comme « el siglo ilustrado » ?

  • 8 Manuscrit conservé à la Bibliothèque publique de Tolède, répertorié dans la Bibliografía de Franci (...)
  • 9 Ode publiée sous le pseudonyme de Juan de CALDEVILLA BERNALDO de QUIRÓS, Madrid, 1786, Viuda de Ib (...)

6Nombreux sont les contemporains de Juglá qui n’établissent pas, comme il le fait, de distinction entre le spirituel et le temporel et rejettent en bloc les Lumières. Pour en prendre conscience, il suffit de remarquer à quel point le syntagme siglo ilustrado fait office de cible clairement désignée dans le titre de bien des ouvrages, dont les auteurs ne sont pas forcément des ecclésiastiques. A titre d’exemple, on citera le texte rédigé, en 1776, par un hiéronymite, fray Fernando de Cevallos y Mier, intitulé Demencias de este siglo ilustrado, confundidas por la sabiduría del Evangelio8, ou bien celui publié en 1786, sous un pseudonyme, par Ignacio Merás y Queipo de Llano, chambellan du roi : El Siglo Ilustrado y sus decantados progresos literarios9. Il arrive d’autres fois que le titre sonne comme un éloge, alors qu’il ne fait qu’annoncer la tonalité des pages qui suivent, ironiques d’un bout à l’autre. Tel est le cas d’un article publié, le 2 février 1788, dans le Correo de Madrid (n° 134, p. 728-29). Cette « Alabanza del siglo XVIII » offre, en réalité, au lecteur une fausse célébration du siglo ilustrado, appelé aussi civilizado, auprès duquel le siglo de oro n’est qu’un « farol sin luces », jeu de mots dont le XIXe siècle fera grand usage.

7A ces Lumières, si décriées, les ilustrados tiennent pourtant par dessus tout, et ils le rappellent très respectueusement à Charles IV, lors de son accession au trône. C’est ainsi que l’on relève dans le discours adressé par la Real Academia au nouveau roi, en janvier 1789, les phrases suivantes :

  • 10 Oración reproduite dans le Memorial literario, t. XVI (janvier 1789), parte segunda.

En el momento crítico de hallarse la nación con las más felices disposiciones para recibir las luces, para conocer el influjo que estas tienen en su verdadera prosperidad, y para dejarse conducir rápidamente al bien, ha ocupado su trono un Príncipe virtuoso por naturaleza, filósofo por reflexión, amante de las ciencias [...]10.

8Les vertus dont est paré Charles IV sont celles qui conviennent à un souverain des Lumières, associées ici à une authentique prospérité nationale ; mais on est en droit de se demander si les académiciens ne brossaient pas plutôt le portrait d’un roi idéal qu’ils n’étaient pas certains d’avoir devant eux.

  • 11 Β. Ν. Madrid, Ms. 21424 (1). Le titre est suivi de ces précisions : « Tercera edición, corregida c (...)

9La Révolution française entraîne, comme on pouvait s’y attendre, un regain de vigueur chez les opposants aux Lumières. Les exemples abondent et, pour sortir des sentiers battus, j’évoquerai brièvement deux textes anonymes, représentatifs de la façon dont la Révolution a nourri l’hostilité de nombreux Espagnols à ces luces venues d’ailleurs. Le premier s’intitule El espíritu del siglo XVIII. Descubierto a los incautos para preservativo o remedio de la seducción que corre11. Les familiers du XVIIIe siècle retrouveront là une terminologie relativement usuelle dans ce genre d’écrits, et le contenu du manuscrit ne brille pas non plus par son originalité. L’esprit du XVIIIe siècle est ainsi défini : « El espíritu del presente siglo es el de la independencia, el de insubordinación y el trastorno de todas las potestades establecidas sobre la tierra ». Pour s’en convaincre, il suffit de penser aux trois années qui viennent de s’écouler. Les causes de ces maux sont également au nombre de trois : les francs-maçons, les jansénistes, les philosophes, qui sont des êtres « amantes del libertinaje y de la insubordinación ». On est proche de la théorie du complot développée, en particulier, par le jésuite Barruel, dans ses Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme (1797-98). Vient ensuite une dénonciation exprimée en des termes très éclairants dans l’optique qui est la nôtre : « Estaba reservado sólo a la revolución filosófica del pretendido siglo ilustrado el plantear un sistema destructivo de toda autoridad y subordinación ». Le « pretendido siglo ilustrado » est donc assimilé à « la revolución filosófica », et les Espagnols ont tout loisir de méditer sur l’aboutissement des supposées Lumières, à partir de l’exemple offert par la nation voisine.

  • 12 Β. N. Madrid, Ms. 4513. Manuscrit de 166 folios numérotés au crayon, comprenant deux parties. Avan (...)

10Le second texte retenu, Philomanías del siglo XVIII, alias El Ilustrado12, est signé E.C.D.F.B., initiales qui ont incité F. Aguilar Piñal à proposer comme auteur hypothétique le comte de Floridablanca. Ce manuscrit présente un dialogue entre deux amis, anciens condisciples à Salamanque, don Diego, le campagnard, étant venu rendre visite à don Narciso, le citadin. Les premières répliques nous informent très vite sur la position des deux hommes : « ¿ No cree V. ilustrado este siglo XVIII ? » demande don Narciso. Et don Diego de répondre : « Si señor ; lo creo ilustrado por los coetes que lucen, queman y hacen ruido ; pero vienen a pasar en papel chamuscado y en mal olor de sus ingredientes ». Un peu plus loin (fol. 5), Don Diego chante à son ami une séguedille qu’il a entendu fredonner par sa cuisinière :

A este siglo le llaman
siglo ilustrado
por que le han dado lustre
los currutacos.

11Le débat ne se résume certes pas à des jeux de mots ou à un persiflage facile. Il arrive aussi que don Narciso essaie de défendre son point de vue, en exposant avec fermeté sa conception de la ilustración : « La ilustración del siglo [dit-il] consiste en el adelantamiento de las ciencias y artes, y de todos los conocimientos humanos, y en este sentido es indubitable que es ilustrado ». En réalité, il n’est que le fairevaloir de don Diego. Ses brèves interventions, fades synthèses de la doctrine éclairée, sont aussitôt mises en pièces par son interlocuteur qui, en choisissant de vivre éloigné de la Cour, a évité d’être contaminé par l’air du temps et a su garder un jugement sain. Ce n’était pas, on le sait, la première ni la dernière fois, que l’on attribuait à la retraite campagnarde une influence aussi bénéfique.

  • 13 Gaspar Melchor de JOVELLANOS, Obras completas, t. II, Correspondencia, Oviedo, Centro de Estudios (...)
  • 14 Id., Obras completas, t. III, Correspondencia, ibid., 1986, p. 75.

12Si les opposants aux Lumières ont tôt fait d’assimiler celles-ci à la Révolution, les ilustrados se gardent bien de pratiquer l’amalgame, même s’ils observent avec défiance les bouleversements intervenus chez leurs voisins. Ainsi, dans une lettre souvent citée de Jovellanos au consul d’Angleterre, écrite le 21 mai 1794, alors que la Terreur bat son plein, on trouve consigné ce credo : « Creo que una nación que se ilustra puede hacer grandes reformas sin riesgo, y creo que para ilustrarse tampoco sea necesaria la rebelión »13. De la même façon, dans une missive adressée à Jovellanos l’année suivante, Cabarrús se déclare opposé à une excessive brutalité pour imposer des réformes et il donne ce conseil : « Dejad que el tiempo y el progreso de las luces hagan sin esfuerzo lo que ahora o es impracticable o demasiado costoso »14. Pour ces hommes, en dépit des circonstances, les Lumières continuent d’être associées à de nécessaires réformes, mais à condition qu’elles s’inscrivent dans un effort de longue haleine, très progressif, qui exclut la violence révolutionnaire.

  • 15 Memorial literario o Biblioteca periódica de Ciencias y Artes, Madrid, t. I, año 1° (oct. 1801), p (...)

13Curieusement, le passage du XVIIIe au XIXe siècle n’a guère suscité de commentaires en Espagne, ni dans la presse, ni dans les correspondances que j’ai pu lire. Il se pourrait qu’après le choc de la Révolution française, on ait cherché à éviter les bilans, les retours en arrière, pour continuer d’avancer sans heurts, écartant toute idée de rupture. Devant cette apparente absence de « sentiment fin de siècle », on ne peut qu’attendre beaucoup (trop, sans doute) des pages publiées dans le Memorial literario15, en 1801, sous le titre « Idea del siglo XVIII », dont le but déclaré est de déterminer le caractère particulier du siècle qui vient de s’achever. Affichant, d’entrée, un grand souci d’impartialité, l’auteur (anonyme) de l’article se déclare soucieux de parvenir à une juste vision du XVIIIe siècle, également éloignée des louanges hyperboliques et des féroces vitupérations qu’il a suscitées jusqu’alors. C’est ainsi qu’il dénonce un certain nombre d’erreurs de la « filosofía moderna » : la foi immodérée dans la nature humaine, par exemple, ou un risque de tomber dans la superficialité à force de vouloir diffuser, à tout prix et en tout sens, les Lumières. Cependant, une comparaison avec les époques antérieures, et plus particulièrement avec le XVIIe siècle, le conduit à une appréciation globalement flatteuse pour le XVIIIe, parfaitement résumée dans cette phrase :

  • 16 Memorial literario..., op. cit.. p. 26.

Con razón se ha dado al siglo XVIII el título de ilustrado y de científico, si atendemos a los grandes progresos que en él han hecho la civilización y la cultura con las ciencias en general, y aun podemos considerarle en esta parte superior a quantos le han precedido, pues en ningún otro las luces fueron tan vivas, ni alumbraron tan vasto emisferio16.

14Prudemment, le rédacteur met en avant les progrès scientifiques accomplis au siècle antérieur, à coup sûr incontestables ; mais il se garde de rappeler qu’aucun domaine n’était exclu du champ d’application des Lumières qui, vues sous cet angle, apparaissent bien falotes. En outre, on observe que c’est une réflexion sur le XVIIIe siècle en général qui est proposée dans ces pages. L’absence de développement relatif à la situation de l’Espagne correspond peut-être au désir d’éviter toute polémique, mais peut-être aussi à celui de la présenter comme partie intégrante de l’Europe éclairée. L’adoption et l’adaptation d’un pays à l’autre de la terminologie des Lumières contribuent d’ailleurs largement à cette impression d’unité, ou d’unanimité autour de quelques notions clés. Quoi qu’il en soit, ce bilan pondéré confirme ce que l’on savait déjà : dans l’Espagne du XVIIIe siècle, les Lumières ont été révérées ou honnies, jugées brillantes, insuffisantes ou inexistantes. Il n’en reste pas moins que, si l’image et le concept de luces, si les mots ilustrado et ilustración ont été tant de fois repris pour être combattus ou défendus, c’est bien parce qu’ils s’étaient imposés comme particulièrement représentatifs du siècle. Ce constat n’a assurément rien d’une révélation.

15En revanche, il est a priori plus étonnant de voir les Espagnols, au XIXe siècle, avoir fréquemment recours à ces mêmes syntagmes métaphoriques pour les appliquer, avec des intentions diverses, à leur époque. On en trouve un exemple dans la Gaceta de Madrid où est publié, le 15 juillet 1823, un article intitulé « El siglo de las luces ». Contrairement à toute attente, ces lignes ne sont pas consacrées à une évocation du siècle antérieur, mais à l’actualité politique. Ecrites à un moment où les Cien mil hijos de San Luis s’emploient à restaurer le pouvoir de Ferdinand VII, elles constituent une charge virulente contre l’action menée par les libéraux au cours des trois dernières années, comme en témoigne cet extrait :

  • 17 « El siglo de las luces », in la Gaceta de Madrid, 15-VII-1823, p. 138.

Siguiendo nuestros regeneradores su acostumbrada política de embaucar al inocente pueblo español para disponer a su arbitrio de la nación toda, han creído muy a propósito inventar frases pomposas e ininteligibles, que tienen sin embargo un sonido seductor capaz de engañar a los que no han conocido sus intenciones y amaños. Entre las muchas, es la de llamar a los presentes tiempos de calamidad y desventura siglo de las luces.
[...]
Siempre en su lenguage han sido felices los tiempos en que les ha tocado dominar a los hermanos. En la primera época los llamaron siglo ilustrado; cayeron, y siguió el siglo de la barbarie. Se volvieron a levantar, y entró el siglo de las luces. Ahora que han vuelto a caer (y sin duda para nunca alzarse, como necesita el mundo y le pedimos a Dios), volveremos, según ellos, al despotismo, a la ignorancia y a la barbarie, porque los españoles no quieren las luces. Y en esto a la verdad manifiestan más sabiduría que sus regeneradores17.

  • 18 On aura remarqué que siglo est ici employé dans le sens, alors usuel, de période, plus ou moins dé (...)

16Si ce n’était les allusions au contexte historique, on se croirait revenu plus de vingt ans en arrière. On retrouve, en effet, dans ces lignes les mêmes batailles politico-lexicales, autour des mêmes termes, chaque camp étant stigmatisé par un certain nombre de mots qui finissent par se transformer en stéréotypes. Il convient toutefois, de notre point de vue, d’examiner de plus près le sort réservé aux deux syntagmes dont nous suivons la destinée. Pour l’auteur de l’article, l’évidente continuité idéologique entre les libéraux des Cortès de Cadix (les regeneradores de la primera época) et ceux qui malmènent l’absolutisme royal depuis trois ans, se double d’une continuité rhétorique tout aussi pernicieuse : à dix années d’intervalle, siglo ilustrado, puis siglo de las luces auraient servi en quelque sorte d’étendard aux libéraux pour qualifier de façon flatteuse l’époque de leur domination18. A aucun moment, le rédacteur anonyme n’évoque la dimension historique et européenne, sinon universelle, de ces dénominations, expression de l’esprit d’un siècle avec lequel il souhaite visiblement en finir.

  • 19 Après le titre, on trouve des indications qui laissent songeur : « Publicada por el Licenciado Lui (...)
  • 20 José Carlos MAINER, « Rafael José de Crespo (1779-1842) o el epígono », Homenaje al Profesor Anton (...)
  • 21 Rafael José de CRESPO, Don Papis de Bobadilla, Zaragoza, Impr. Polo y Monge, 1829, 6 t.
  • 22 Juan DONOSO CORTÉS, « Discurso de apertura en el Colegio de Cáceres » (oct. 1829), Obras completas (...)

17Cet article de la Gaceta n’est pas un cas isolé. Toujours en 1823, un certain Luis Arias, auteur de la Historia del valeroso caballero Dn. Rodrigo de Peñadura19, évoque à plusieurs reprises « las luces del siglo » (p. 16 et 52), il se réfère à « este ilustrado siglo diez y nueve » (p. 18) qu’il qualifie aussi de « siglo de luces y liberal » (p. 11), dans une alliance de termes peu usuelle et qui, en outre, offre l’avantage de préciser le sens des Lumières ici invoquées. Quelques années plus tard, Crespo, qualifié par J. C. Mainer de « fernandino acérrimo »20 et auteur d’une invraisemblable transposition du Quichotte21, constate également, mais avec humeur, la continuité spirituelle qui existe entre les deux siècles : « Nuestro siglo, el XIX, y dígolo así porque éste y el que ahora pasó van a la par, si ya no son uno... » (t. I, p. XXIII). La même année, dans un long discours rhétorique où est évoquée la marche de l’humanité depuis l’Antiquité, le libéral modéré qu’était alors Donoso Cortés regrette que le brillant siècle des Lumières n’ait pu être « el primero entre los siglos de las luces », alors que tout l’y prédestinait, et qu’il soit finalement perçu comme « el primero entre los siglos de las revoluciones »22. On observe que, pour le jeune marquis, les Lumières ne sont pas privatives d’un siècle, non plus que les révolutions. Animé d’un bel optimisme, il veut croire toutefois que le XIXe, instruit par l’expérience, saura retrouver les vertus et l’élan du siècle antérieur, tout en évitant les écueils qui l’ont fait sombrer. C’est ce qui l’amène à présenter finalement son siècle comme « el siglo que debe serlo de las luces ». A la différence de ses contemporains précédemment cités, Donoso Cortés estime donc que siglo de las luces est bien un titre de gloire, mais qu’il reste à conquérir.

18Par ailleurs, nombreux sont les auteurs qui font état du succès rencontré par l’expression siglo de las luces, dès le premier tiers du XIXe siècle, pour évoquer la situation de l’Espagne. Voici, par exemple, les propos que Mesonero Romanos prête à son Curioso parlante qui revient à Madrid, en 1831, après seize années d’absence et dresse alors le constat suivant :

  • 23 Ramón de MESONERO ROMANOS, Panorama matritense. Cuadros de costumbres de la capital, observados y (...)

No encontré ya mis amigos, mis antiguas costumbres, mis placeres; pero en cambio encontré más elegancia, más ciencia, más buena fe, más alegría, más dinero y más moral pública. No pude dejar de convenir en que estamos en el siglo de las luces. Pero como yo casi no veo ya, sigo aquella regla de que al ciego el candil le sobra, y así, que abandonando los refinados establecimientos, los grandes almacenes, los famosos paseos, busqué en los rincones ocultos los restos de nuestra antigüedad23.

19L’ironie est rendue plus amène par le jeu que permet le mot luces, qui ne fera du reste que croître et embellir ; elle n’en est pas moins perceptible, cependant, dans l’énumération des prétendues vertus d’une époque qui s’autoproclame siglo de las luces, appellation qui a tout l’air de s’être transformée en poncif, pour ne pas dire en commode fourre-tout.

  • 24 Article paru le 27 avril 1835 dans la Revista mensajero. Dans l’édition consultée (Mariano José de (...)

20Au même moment, mais de façon plus cinglante. Larra dénonce lui aussi ce qu’il considère comme une habitude langagière dénuée de signification, une manière de travestir une réalité peu reluisante. L’article intitulé « El duelo »24 est à cet égard très représentatif de l’irritation que provoque chez l’écrivain l’autosatisfaction de ses contemporains, y compris ses amis libéraux. Le ton, donné dès les premières lignes, se passe de commentaires :

Muy incrédulo sería preciso ser para negar que estamos en el siglo de las luces y de la más extremada civilización: el hombre ha dado ya con la verdad, y la razón más severa preside a todas las acciones y costumbres de la generación del año 1835.

21Larra savait à merveille forcer le trait ironique pour mieux se faire entendre. Ce n’est pas toutefois le registre choisi par la majorité de ceux qui, au XIXe siècle, ont recours à l’expression siglo de las luces, laquelle sert principalement de prétexte à de multiples plaisanteries, grinçantes ou non, fondées sur la polysémie du mot luces. Les libéraux font partie des cibles visées, et l’exemple qui suit illustre parfaitement la façon dont l’utilisation politique, voire militante, du concept de Lumières pouvait être aisément tournée en dérision. Cet exemple est tiré d’un numéro de la Gacela de Madrid, paru au début de la Ominosa Década. On y voit s’affronter un partisan du roi, très en verve, et un libéral, mal en point :

  • 25 « Diálogo entre un Realista alegre y un liberal enfermo » in la Gaceta de Madrid, 20-XII-1823. Art (...)

Liberal: ¡Y la Constitución y las luces que comenzaban a desterrar la Inquisición y la barbarie!
Realista: La Constitución... Pues ¿qué acaso se ha perdido por eso? pídasela Vmd. al Constitucional, que guarda una copia de ella comprobada. Por lo que hace a las luces, consuélese Vmd., que no le faltarán, a lo menos esta noche; ¡mire Vmd. qué claridad!25

22Le plus souvent, ce sont les allumettes, l’éclairage au gaz ou à l’électricité, symboles de modernité, qui permettent des jeux de mots on ne peut plus répétitifs, mais dont les Espagnols apparemment ne se lassaient pas. On citera, pour mémoire, quelques plaisanteries tirées d’un répertoire qui semble inépuisable. En 1853, par exemple, Antonio Flores incite plaisamment à plus de modestie ses compatriotes, excessivement orgueilleux des prouesses techniques de leur époque :

  • 26 Antonio FLORES, Ayer, hoy y mañana o la fe, el vapor y la electricidad [1853], « Cuadro XIII, “El (...)

¡Con que ustedes, señores fosforeros, han creído que el mundo estaba a obscuras antes de que viniera Brandt a iluminarle con el descubrimiento del fósforo! [...] Pues ¡vaya que sería gracioso suponer que no eran hombres de luces los que nacieron antes del descubrimiento del fósforo y del gas y de la luz eléctrica!26

23Vingt ans après, Alarcón ne semble pas, lui non plus, ébloui par les Lumières de son siècle, à en juger par le ton moqueur de ce passage :

  • 27 Pedro Antonio de ALARCÓN, El sombrero de tres picos [1874], ch. XIII, p. 104 dans l’édition consul (...)

[...] tomaron luego el camino de sus respectivas casas, guiándose por las estrellas como los navegantes, o sorteando a tientas las esquinas como los ciegos – pues ya había cerrado la noche ; aún no había salido la luna, y el alumbrado público (lo mismo que las demás luces de este siglo) todavía estaba allí en la mente divina27.

  • 28 Leopoldo ALAS (CLARÍN), La Regenta [1885], ch. XV, p. 474 dans l’édition consultée (Barcelona, Nog (...)
  • 29 Cité dans El País, 19-XII-1999, p. 10.

24Un peu plus tard encore, c’est un personnage de La Regenta, le malheureux don Santos Barinaga, qui s’insurge contre l’appellation devenue usuelle pour désigner son époque : « ¡Vaya un siglo de las luces! – señalando al farol – me río yo de las luces... ¿para qué quiero yo faroles si no cuelgan de ellos a los ladrones...? »28. Et lorsque, en 1899, comme à chaque fin de siècle, on discute pour savoir quand commencera exactement le suivant (1900 ? 1901 ?), un journaliste de la revue Kalendas reprend la même plaisanterie éculée pour se moquer d’un débat aussi fondamental : « Ahora resulta que al terminar el siglo de las luces nos encontramos totalmente a obscuras en un asunto que pudiéramos llamar elemental : no sabemos en qué siglo estamos »29.

  • 30 La Solidaridad, 10-IX-1870, año 1°, n° 35. Je remercie Marie-Angèle Orobon de m’avoir communiqué c (...)

25Indépendamment des différences de tonalité et d’intention, les textes cités montrent à quel point l’expression siglo de las luces s’est enracinée dans le XIXe siècle, prenant le pas sur siglo ilustrado, parce qu’elle est à l’évidence plus propice aux jeux de mots. La survivance des deux syntagmes, au delà du XVIIIe siècle, correspond assurément, dans un premier temps, au désir intact chez certains Espagnols de voir enfin triompher les Lumières dans leur pays. Probablement en raison des difficultés rencontrées, on constate que ces Lumières ne tardent pas à s’infléchir, à perdre de la substance, pour devenir principalement synonymes de progrès scientifique et technique. Sur ce plan, les avancées sont réelles et, pour beaucoup, elles suffisent à justifier le titre de siglo de las luces octroyé au XIXe siècle. Même si cela peut surprendre, c’est une opinion que semble partager Pablo Iglesias, si l’on en croit les termes d’une déclaration rédigée en 1870, alors que la guerre fait rage entre la France et la Prusse : « Hoy, en el último tercio del siglo XIX, en el siglo de las luces y los adelantos, en el siglo de los descubrimientos, vemos a dos grandes pueblos, – que se llaman los más civilizados –, destruirse, aniquilarse, destrozarse mutuamente [...] »30. Tout se passe comme si la marche en avant de l’humanité se mesurait désormais à l’aune des découvertes de la science. Cependant, comme on a pu le constater, tout au long du XIXe siècle, il y aura toujours des voix pour s’élever contre cette conception restrictive des Lumières et dénoncer un abus de termes, refusant que l’avènement de la fée électricité, de la lumière, puisse éclipser les Lumières.

Notes

1 in Clartés et ombres du Siècle des Lumières. Études sur le XVIIIe siècle littéraire, Genève. Librairie Droz, 1969.

2 Id., p. 21.

3 Je remercie Pedro Álvarez de Miranda de m’avoir amicalement autorisée à prolonger les recherches qu’il avait entreprises sur ce sujet (cf. « Siglo ilustrado y siglo de las luces, dos denominaciones a caballo entre dos siglos », Actas del congreso « Entre Siglos. Cultura y literatura en España desde finales del siglo XVIII a principios del XIX », Bordighera, 3-6 de abril de 1990. Ermanno CALDERA et Rinaldo FROLDI éd., Rome, Bulzoni, 1993, pp. 39-53.

4 Joaquín ARCE, La poesía del siglo ilustrado, Madrid, Alhambra, 1981, pp. 7-16 ; Pedro ÁLVAREZ de MIRANDA, Palabras e ideas : el léxico de la Ilustración temprana en España (1680-1760), Madrid, Anejos de la Real Academia Española, Anejo LI, 1992, ch. I.

5 On rappellera que la Réponse à la question : qu’est-ce que les lumières ? (Beantwortung der Frage : was ist Aufklärung ?) parut en 1784.

6 Manuscrit de 8 folios conservé à l’Académie de Barcelone. Discours répertorié dans la Bibliografía de autores españoles del siglo XVIII de Francisco AGUILAR PIÑAL, t. IV, n° 5991.

7 Pour l’introduction et l’emploi des mots libertino et libertinaje en Espagne, voir Pedro ÁLVAREZ de MIRANDA, Palabras e ideas..., pp. 337-348.

8 Manuscrit conservé à la Bibliothèque publique de Tolède, répertorié dans la Bibliografía de Francisco AGUILAR PIÑAL, t. II, n° 2970.

9 Ode publiée sous le pseudonyme de Juan de CALDEVILLA BERNALDO de QUIRÓS, Madrid, 1786, Viuda de Ibarra, Hijos y Cía. Annoncée et présentée dans le Memorial literario, instructivo y curioso de la Corte de Madrid, n° 23, t. IX (nov. 1786), p. 351.

10 Oración reproduite dans le Memorial literario, t. XVI (janvier 1789), parte segunda.

11 Β. Ν. Madrid, Ms. 21424 (1). Le titre est suivi de ces précisions : « Tercera edición, corregida con algunas notas. Filadelfia. Con aprobación, 1791. Tradúcele del italiano un amante de que se extienda lo bueno ». On rappellera que c’est à Philadelphie, prétendu lieu d’édition du manuscrit, qu’avait été élaborée la première Constitution des Etats-Unis.

12 Β. N. Madrid, Ms. 4513. Manuscrit de 166 folios numérotés au crayon, comprenant deux parties. Avant le deuxième partie, fol. 86, on trouve une signature : Pedro Antonio de Alarcón, avec la mention : Guadix, 17 de noviembre 1891.

13 Gaspar Melchor de JOVELLANOS, Obras completas, t. II, Correspondencia, Oviedo, Centro de Estudios del siglo XVIII-Ayuntamiento de Gijón, 1984, p. 635.

14 Id., Obras completas, t. III, Correspondencia, ibid., 1986, p. 75.

15 Memorial literario o Biblioteca periódica de Ciencias y Artes, Madrid, t. I, año 1° (oct. 1801), pp. 14-43.

16 Memorial literario..., op. cit.. p. 26.

17 « El siglo de las luces », in la Gaceta de Madrid, 15-VII-1823, p. 138.

18 On aura remarqué que siglo est ici employé dans le sens, alors usuel, de période, plus ou moins déterminée, mais en tout cas nettement inférieure à cent ans.

19 Après le titre, on trouve des indications qui laissent songeur : « Publicada por el Licenciado Luis Arias de León, Marsella, 1823 ».

20 José Carlos MAINER, « Rafael José de Crespo (1779-1842) o el epígono », Homenaje al Profesor Antonio Vilanova, Barcelona, Univ. de Barcelona, 1989, t. II, p. 338. Voir également, P. ÁLVAREZ de MIRANDA, « La primitiva versión (1814) del Don Papis Bobadilla de Rafael José de Crespo », Homenaje al Profesor Russell P. SEBOLD, Univ. de Alicante 1999, pp. 63-70.

21 Rafael José de CRESPO, Don Papis de Bobadilla, Zaragoza, Impr. Polo y Monge, 1829, 6 t.

22 Juan DONOSO CORTÉS, « Discurso de apertura en el Colegio de Cáceres » (oct. 1829), Obras completas, Madrid, Bibl. de Autores Cristianos, 1970, t. I, pp. 181-205.

23 Ramón de MESONERO ROMANOS, Panorama matritense. Cuadros de costumbres de la capital, observados y descritos por un curioso parlante, Madrid, Impr. de Repullés, 1835 (t. II. « El Retrato », p. 6, dans l’édition en fac-similé, Madrid, Atlas, 1982).

24 Article paru le 27 avril 1835 dans la Revista mensajero. Dans l’édition consultée (Mariano José de LARRA, Artículos, éd. Enrique RUBIO, Madrid, Cátedra, 1986), pp. 318-325.

25 « Diálogo entre un Realista alegre y un liberal enfermo » in la Gaceta de Madrid, 20-XII-1823. Article signé « L’Oriflamme ».

26 Antonio FLORES, Ayer, hoy y mañana o la fe, el vapor y la electricidad [1853], « Cuadro XIII, “El siglo de los faroles” », t. II, pp. 109-110 dans l’édition consultée (Barcelona, Montaner y Simón, 1892).

27 Pedro Antonio de ALARCÓN, El sombrero de tres picos [1874], ch. XIII, p. 104 dans l’édition consultée (Madrid, Castalia didáctica, éd. de Rafael RODRÍGUEZ MARÍN, 1993).

28 Leopoldo ALAS (CLARÍN), La Regenta [1885], ch. XV, p. 474 dans l’édition consultée (Barcelona, Noguer, éd. de Gonzalo SOBEJANO, 1976).

29 Cité dans El País, 19-XII-1999, p. 10.

30 La Solidaridad, 10-IX-1870, año 1°, n° 35. Je remercie Marie-Angèle Orobon de m’avoir communiqué cet intéressant document.

Auteur

Université Paris ΙΙΙ-Sorbonne Nouvelle

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540