Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voir, comparer, comprendre

 | 
Jean-René Aymes

II — L'Espagne et la Révolution française

La langue espagnole « révolutionnée » (1789-1800)

Texte intégral

1Si l’on devait estimer, non sans quelque abus, que la fin du XVIIIe siècle, notamment la dernière décennie (1790-1800), est globalement de même nature, sur le plan des idéologies et des mentalités, que l’entier de la seconde moitié du siècle souvent identifiée à la llustración, on serait fondé à penser que les répercussions linguistiques de la Révolution française en Espagne relèvent du phénomène général de l’afrancesamiento qui touche à quantité de domaines à la fois, non seulement à celui de la langue, qui ne cesse de se charger de gallicismes, mais aussi à celui des sciences, de la littérature, des mœurs, de la gastronomie, des modes vestimentaires, etc.

  • 1 Cité par Fernando LAZARO CARRETER, Las ideas lingüísticas en España durante el siglo XVIII, Barcel (...)

2Dans le seul domaine de l’expression, écrite et orale, en espagnol, la polémique ouverte à propos de la dangereuse contamination que subit l’Espagne s’ouvre, en réalité, plus de quarante ans avant que n’éclate la Révolution. Se prononçant, tantôt sur les gallicismes lexicaux, tantôt sur l’abandon des préoccupations « puristes », tantôt sur le nombre excessif de pièces théâtrales traduites du français, tous les Feijoo, Forner, Padre Sarmiento, Hervás, Cadalso, Jovellanos, Capmany, duc d’Almodovar ont pris conscience du danger que court la langue espagnole si on ne se soucie pas de la préserver de la contamination, et ce, avant même que les coryphées de la Révolution entreprennent d’exporter leurs doctrines subversives et, avec elles, les termes nouveaux qu’elles enfantent. La préoccupation défensive des écrivains et idéologues espagnols traverse l’époque révolutionnaire sans hiatus, au point que, à lire rapidement, par exemple, les Reflexiones sobre el uso de las palabras nuevas en la lengua castellana que José Reinoso présente à l’Académie des Lettres Humaines de Séville1, on peut douter si ces réflexions sont antérieures à la Révolution, ou postérieures, ce qui est le cas, puisqu’elles datent de 1798. C’est dire que la résistance aux tendances extranjerizantes se poursuit, sans solution de continuité ni changement substantiel, avant, pendant et après la Révolution.

  • 2 Cf. notamment :
    - Rafael LAPESA, «Ideas y palabras: del vocabulario de la llustración al de los pri (...)

3Dans le domaine linguistique, s’il est vrai que le débat auquel participent les écrivains cités plus haut porte essentiellement sur des néologismes et sur des emprunts pratiqués en marge du champ de la politique, il est tout aussi vrai qu’un débat, plus en profondeur, s’instaure, avant 1789, autour de concepts appartenant à la pensée pré-révolutionnaire française, mais aussi britannique et nord-américaine2. Des termes tels que « raison », « droits », « souveraineté », « liberté »... sont reçus dans la langue espagnole avant la prise de la Bastille, même si les notions dont ils sont porteurs sont rejetées pour des raisons idéologiques. Il faut donc se garder de penser que la plupart des mots bannis de la langue espagnole le sont parce qu’on les répute non intégrables d’un point de vue fonctionnel ou en raison de leur origine étrangère ; ils sont bannis, en réalité, parce que c’est leur contenu qui, une fois analysé, les rend odieux. Par ailleurs, il faut se garder de penser que le discours le plus subversif (ou révolutionnaire) tenu en espagnol est le plus chargé de mots nouveaux importés directement de France.

  • 3 Cf. à son sujet, Nicole ROCHAIX. « L’Eglise d’Espagne et la France : le cas de Miguel de Santander (...)
  • 4 Sermones panegíricos de varios misterios, festividades y santos, por el ilustrísimo Señor D. Fr. M (...)

4L’un des leaders de la lutte idéologique contre-révolutionnaire, fray Miguel de Santander3, a parfaitement compris qu’il n’était pas la peine, écrivant en espagnol, de recourir à des mots nouveaux ou d’origine française pour parler con insolencia del trono, de la tiara, de todos los individuos del sacerdocio y de todos los miembros del estado4. Seulement, le même personnage, s’exprimant à l’époque du trastorno universal provoqué par les Français est conscient que ceux-ci prétendent gagner les Espagnols con blandas palabras et

  • 5 Sermones panegíricos... T. II, Exordio III°, p.419.

con las voces seductivas y encantadoras de libertad, igualdad, propiedad y seguridad (que) no son más que una máscara traydora para obrar con más facilidad la esclavitud, el robo, el asesinato y la impiedad5.

  • 6 La soberbia francesa humillada y la humildad española exaltada. Sermón que en la solemne función d (...)

5Cette prise de conscience s’opère à l’époque où se développe en Espagne une « campagne d’opinion » destinée à contrebattre l’offensive conduite par les révolutionnaires français contre les monarchies étrangères qui incarnent l’Ancien Régime, le féodalisme et le cléricalisme. Effectivement, aussi longtemps qu’a duré, sous le ministère de Floridablanca, l’espèce de black-out imposé sur toutes les nouvelles en provenance de la France, cette élimination des thèmes d’actualité politique a dû préserver la langue espagnole de toute innovation lexicale. Mais il n’en est plus de même au moment où, à partir de février 1793, les autorités gouvernementales et provinciales, militaires et ecclésiastiques, recourent au discours écrit et oral pour répliquer aux Français et défendre toutes les valeurs et les institutions menacées, car il s’agit maintenant pour les Espagnols — comme l’écrit l’ecclésiastique Pedro Pont, parlant au nom de tous ses compatriotes — de oponer nuestras máximas a las de los enemigos6. A partir de ce moment, les proclamations, édits, lettres pastorales et les articles de gazettes qui évoquent les bouleversements provoqués en Europe par la Révolution portent fatalement la trace lexicale de ces événements, pour la simple raison, imparable, que les révolutionnaires français ont forgé des mots nouveaux pour désigner des pratiques, des institutions, des objets et des symboles eux-mêmes nouveaux. A des pratiques (révolutionnaires) inédites ou — si l’on ose dire — à des néologismes de comportement correspondent effectivement des néologismes lexicaux, assumés parfois avec une impertinence malicieuse. Ainsi, en brumaire an II, le Représentant du Peuple Taillefer, en poste à Cahors, tire fierté de son œuvre de Montagnard, conduite contre les Girondins, les aristocrates et la « prêtaille » (sic), en l’évoquant ainsi :

  • 7 Archives Nationales de Paris (ΑΗΡ), série AF II 257.

J’ai tout dégérondisé, tout défanatisé, tout éguillonné7.

6La langue française est — on le voit — aussi bousculée que ceux qui, tenants de l’Ancien Régime, devaient la manier de façon respectueuse et traditionnelle.

7Il est curieux de constater que cette nouvelle réalité linguistique française, issue de ce brutal traitement, est perçue en Espagne et signifiée par le néologisme verbal revolucionar. On lit, en effet, dans le Diario de Valencia du 25 mai 1794 :

Habiendo observado Barrère los males que produce en varios Departamentos la variedad de lenguajes ο dialectos, y su semejanza en algunas Provincias con el de los países enemigos rayanos, propuso se revolucionase la lengua francesa.

8Du côté espagnol aussi, la langue nationale est affectée, comme en rend compte, dans un passage connu, le padre Estala, madrilène, qui confie son étonnement à son ami Forner :

  • 8 In François LOPEZ, Juan Pablo Forner el la crise de la conscience espagnole au XVIIIe siècle, Bord (...)

Junto a Mariblanca, y en el café, no se oye más que batallas, revolución, Convención, representación nacional, libertad, igualdad; hasta las p... te preguntan por Robespierre y Barrère, y es preciso llevar una buena dosis de patrañas gacetales para complacer a la moza que se corteja8.

Le besoin d’une nouvelle nomenclature

9Qui, mieux que le représentant de l’Espagne à Paris, obligé de relater et commenter les événements qui se déroulaient sous ses yeux, pouvait prendre la mesure des changements lexicaux engendrés par les soudaines et profondes mutations observables dans les institutions, les comportements et les mentalités ? L’ambassadeur espagnol, dans ses rapports adressés à Madrid, avait l’habitude de recourir au chiffre pour aborder des sujets sensibles ou dissimuler des identités. Or voilà que, au bout de trois ans de bouleversements de tous ordres, Domingo de Yriarte est gêné dans son travail par les lacunes, en nombre grandissant, que comporte la liste des mots codés. Le 4 juillet 1792, dans sa lettre au Conde de Aranda, il rend compte de l’extraordinaire éclosion de mots nouveaux, engendrée, non pas par l’époque, mais par les récents événements révolutionnaires :

  • 9 Archivo Histórico Nacional de Madrid (AHN), serie Estado 4015.

Como en la Revolución se han mudado tanto las cosas, se han puesto en uso ο se han inventado palabras para expresarlas, de modo que podría hacerse de ellas un Diccionario, y aun más séría preciso fixar la versión castellana del modo más genial a nuestra lengua; pero esto pediría algún tiempo, y sobre todo tranquilidad para dedicarse a ello9.

10L’ambassadeur dresse ensuite une longue liste de 271 termes, trop longue à notre convenance, car elle inclut quelques noms de lieux et de nombreux noms propres, tels que Robertspierre (sic), Quatremère, Roederer, Jourdan « coupe-tête », etc. qui n’appellent aucun commentaire linguistique de notre part. On aura un aperçu de cette liste à travers la série des noms commençant, par exemple, par C et D :

Café — Campo de la federación — Campos Elíseos — Cantón — Caballeros — Cámaras — Ciudadano Activo — Club — Consejo (de Estado, del rey, del común) — Conducir — Confederación — Confusión — Convocar — Convocado — Congreso — Constitutión (Civil del Clero) — Composición — Contradicción — Corrillos (los groupes) — Débat — Decreto (de Circunstancias, de Urgencia) — Departemento – Directorio de Depts — Distrito — Diputado — Diputación — Diario — Diarista — Discusión.

11Cette liste n’est pas, à proprement parler, une liste de mots nouveaux. comme le montre la présence, par exemple, de termes aussi vieux que eclesiástico, intriga ou mendigo. En réalité, ce répertoire, étant donné l’usage auquel il est destiné, révèle surtout une fréquence élevée d’emploi de ces termes, liée aux circonstances. Quelques oublis... n’en sont pas. comme celui de « guillotine », laquelle ne se mettra à fonctionner que quelques mois plus tard. En revanche, d’autres omissions demeurent d’autant plus inexplicables que plusieurs des termes concernés figurent dans la correspondance antérieure de l’ambassadeur, tels « les enragés », « les Girondins » et l’adjectif « démocratique » (l’emploi de l’expression partido democrático peut être attestée).

12Le flottement méthodologique de Yriarte est manifeste, comme l’illustre la variété des solutions techniques adoptées : le recours à un équivalent approximatif (exemple : maire/corregidor), la simple transcription en français (exemple : la Liste Civile), la transposition littérale en espagnol sans plus d’explication (exemple : las pescadoras), l’hispanisation incomplète (exemple : les Fuertes de la Halle) et un cas même d’hispanisation hasardeuse qui « ne prendra pas » : Tribunal de Casación.

13Outre que Yriarte avait pris la précaution d’indiquer que, faute de temps, il n’avait pu dresser une liste plus réfléchie, nous allons voir que ses compatriotes confrontés au même phénomène de « trouble lexical » provoqué par l’irruption dans la langue française d’une masse de mots, soit nouveaux, soit anciens, mais dotés d’une acception nouvelle, seront pareillement dans l’embarras, ce qui va nous donner l’impression que la langue espagnole au moment de la Révolution est, à son tour, ballottée et tâtonnante, au sortir d’une longue période de plus grande stabilité.

Les variétés de néologismes

14Avec la Révolution ou, plus exactement, avec le discours qui s’y rapporte, apparaissent dans la langue espagnole des toponymes et des patronymes, souvent estropiés, dont on ne parlera pas ici. Car, après tout, une contre-révolution, un coup d’état, un cataclysme naturel, aussi bien qu’une révolution, auraient mis les commentateurs espagnols dans l’obligation de transcrire, plus ou moins correctement, des noms propres portés au premier plan de l’actualité.

15En revanche, notre attention va se porter sur des termes qui renvoient spécifiquement à la Révolution en cours et qu’il importe de rendre compréhensibles grâce à quelque artifice d’écriture si l’on se croit dispensé de fournir une définition à la suite du mot nouveau, ou dans une note de bas de page. Et cette fois, véritablement, la langue espagnole est malmenée, car elle doit accueillir subitement un nombre élevé de mots ou d’expressions composées qui, ou bien n’avaient pas cours jusque-là, ou bien avaient une acception différente.

16Dans quelques cas — et là on pourra estimer que la langue espagnole est violentée —, le mot français passe tel quel à l’espagnol, avec une modification orthographique minime. On trouve de la sorte club et clu, un arrêté, el jury, el Comité de Surveillance, el agiotaje.

  • 10 On n’ouvrira pas ici la trop vaste rubrique de la traduction littérale en espagnol de textes écrit (...)

17Dans des cas plus nombreux, la solution, plus facile, consiste à traduire littéralement une expression qui renvoie à une réalité spécifiquement révolutionnaire, ce qui veut dire qu’elle demeurera incompréhensible pour le lecteur espagnol si on ne lui fournit pas d’information complémentaire. On a ainsi : Consejo General (Conseil Général), Representante del Pueblo (Représentant du Peuple), Agente de Presas (Agent de prises), Comisión Municipal de Vigilancia (Commission Municipale de Surveillance). Déjà, la transposition de « Comité de Salut Public » en Junta de Salud Pública révèle une tentative d’hispanisation, avec apparition de l’ibérique junta, tentative cependant timide, car il aurait été logique de traduire « Salut » par Salvación, plutôt que par Salud10.

  • 11 Lettre pastorale de l’archevêque de Tolède, publiée dans le Memorial Literario, t. IV, 26 août 179 (...)
  • 12 Exhortation de Francisco Armañá, archevêque de Tarragone, Memorial Literario, t.V. 11 octobre 1794

18Dans un troisième ensemble on groupera les termes qui, directement issus de leur correspondant français, subissent une hispanisation assez apparente — le plus souvent, au niveau du suffixe —, soit dénuée de signification propre, soit destinée à dénaturer le concept même. On estimera, par exemple, que asignaciones, asignados et asignates (assignats) sont des néologismes neutres, tandis que plusieurs termes en ista — qui, du reste, avaient cours en France parmi les contre-révolutionnaires — sont péjoratifs. Ainsi en est-il de asambleístas et clubistas, ainsi que des peu fréquents convencionistas11 et convencionarios12 qui, à notre connaissance, n’avaient pas d’équivalent en français.

  • 13 Memorial Literario, t. V. 30 décembre 1794.

19Naturellement, à ce groupe de néologismes à valeur principalement instrumentale ne peuvent être rattachés d’autres néologismes qui se donnent comme tels et qui obéissent au désir de produire un effet particulier, en général de divertir ou de railler. C’est le cas des adjectifs inassimilables jacobínico et jacobita (pour jacobino) et de marratina (dérivé de Marat) qu’on trouve associé à sepultura dans un sonnet burlesque où sont mis à mal les étudiants afrancesados dans leur manière d’être et de penser13.

  • 14 AHN. Estado 4030-4031.
  • 15 Gazeta de Madrid du 20 août 1793.

20Il peut être donné également au lecteur des gazettes des années 1793-1795 d’assister en direct — si on peut dire — aux tentatives d’acclimatation, ou d’hispanisation, d’un mot qui a franchi la frontière depuis peu. C’est ce qui se produit avec le verbe dérivé du substantif « guillotine » ; sans doute, à prendre en compte la fréquence d’emploi, peut-on prévoir que la forme guillotinar va s’imposer, mais on observe aussi, avec surprise, que deux autres formes essaient aussi, mais en vain, de s’ouvrir une voie : hacer guillotina14 et enguillotinar15.

21Le mot « guillotine » est décidément un mot (et une réalité) sur lequel les gazetiers espagnols et autres commentateurs de l’actualité française s’arrêtent volontiers. L’étrangeté de l’appareil pour les sujets de Charles IV et sa fréquence d’emploi en France au cours de l’année 93 obligent le gazetier à fournir l’indispensable information dans une note de bas de page, sans pouvoir se borner à signaler que, à Paris, neuf individus ont été guillotinados :

  • 16 Gazeta de Madrd, 3 septembre 1793.

Palabra formada de la voz guillotina, máquina para degollar que toma nombre de su inventor Guillotin, médico, que siendo miembro de la Asamblea Nacional, la ideó para hacer menos penosa la muerte de los delinquentes. Es el único castigo capital que en el día se da en Francia.16

  • 17 AHN, Estado 3925 (1).

22Une fois rendue imaginable la machine à trancher les cous, il sera alors possible de la désigner de façon métaphorique. D’où l’apparition, qui va se multipliant, d’expressions du genre la fatal cuchilla ou la sangrienta cuchilla, qui marquent que la notion de « guillotine », sinon le mot guillotina qui la désigne, vient d’être intégrée dans un discours généralement intelligible. Mais d’autres Espagnols réagissent différemment devant l’irruption du mot « guillotine ». Tandis que l’évêque de Barcelone le trouve horrible et, partant, indicible17, un gazetier anonyme du Semanario curioso y erudito de Salamanca voudrait, à la miavril 1795, que périssent les noms de guillotina et de escarapela : nombres importunos en las presentes circunstancias et nomenclatura escandalosa. Le gazetier explique ensuite pourquoi le seul mot guillotina a le triste privilège, quand il est prononcé, de faire surgir un foisonnement d’images atroces d’exécutions capitales et de scènes révolutionnaires révoltantes où les aristocrates et les ecclésiastiques jouent le rôle de victimes. On ne saurait mieux dire qu’il est des Espagnols pour considérer — à tort ou à raison, là n’est pas le problème — que la Révolution, en exportant au sud des Pyrénées des concepts effrayants, à la fois heurte l’esprit des habitants et attente au génie de la langue nationale.

23Le mot « guillotine » qui évoque le terrible couperet et s’applique aussi à une innovation vestimentaire a été choisi comme le plus représentatif des mots horripilants déversés dans la péninsule par la Révolution. Mais d’autres expressions, moins traumatisantes, mériteraient de faire l’objet, comme la guillotine, d’une étude systématique qui relèverait d’une sorte de « lexicologie politico-idéologique ». Le manque de place interdit d’en présenter ici les premiers éléments se rapportant à Estados Generates, gorro de la libertad, cuello a la guillotina, árbol de la libertad et tragedia republicana.

Les effets pervers des nouveautés lexicales

24Dans la majorité des cas, compte tenu de l’orientation contre-révolutionnaire dominante, les définitions des termes nouveaux ou l’indication des acceptions nouvelles que reçoivent des termes anciens méritent à peine d’être appelées « définitions », tant elles sont dénaturées par l’exagération, la mauvaise foi ou le sarcasme. Elles tendent, puisqu’il n’est plus possible de refouler ces mots intrus, à rendre détestable leur contenu. Mais il n’est pas sûr que l’opération porte toujours les fruits espérés, parce que certaines lectures réfléchies, faites entre les lignes, de ces pseudo-définitions tendancieuses sont susceptibles de rendre acceptables certains néologismes ou, plus exactement, leur contenu conceptuel. Par exemple, est-il adroit d’expliquer que, en Vendée, les chouanes (ou chuanes) se battent contre des adversaires appelés (trop avantageusement) patriotas, même si on dénonce à l’envi leur férocité ? Et surtout, croit-on inspirer l’horreur à la multitude des pauvres journaliers et petits propriétaires terriens espagnols si on leur explique, comme ci-dessous, que les « biens nationaux », après avoir été confisqués, certes illégalement, à leurs propriétaires (faut-il les plaindre ?) sont distribués aux nécessiteux (sont-ils infâmes, dès lors que certains se sont battus pour la patrie ?) :

  • 18 Gazeta de Madrid du 14 novembre 1794.

[...] lo que ellos llaman dominios ο bienes nacionales (es decir los han robado a la Corona, al Clero, a la Nobleza y a los ricos) entre los sans-culottes defensores de la patria, sus viudas e hijos, y que lo sobrante se dividiese en partes pequeñas para venderlas a los que no tienen haciendas18.

25Toute une étude pourrait être conduite — qui n’a pas sa place ici car elle relève de l’histoire des idéologies — sur la pénétration insidieuse d’expressions et de concepts, au bout du compte acceptables ou séduisants, tels que derechos imprescriptibles del hombre ou moderantismo (à l’intérieur de la pensée révolutionnaire).

  • 19 Fray Miguel de SANTANDER, «Carta de un religioso español, amante de su patria, escrita a otro reli (...)

26Ainsi, l’expression derechos imprescriptibles del hombre vient sous la plume du (en principe) contre-révolutionnaire fray Miguel de Santander avec un naturel et une absence de commentaire bien suspects. Car, à regarder les choses de près, l’afrancesamiento lexical de l’auteur de la Carta de un religioso español [...] nous paraît refléter un afrancesamiento idéologique inavoué. Plus précisément, cet afrancesamiento lexical est le fruit d’une sorte d’amalgame ou syncrétisme conceptuel, nettement hétérodoxe, propre à heurter les Espagnols traditionalistes, et qui conduit notre ecclésiastique à estimer et à écrire que les Cortès — cette institution spécifiquement espagnole — et les Etats Généraux — à la française — sont du pareil au même... D’où, à deux pages d’intervalle, des énoncés aussi inattendus que les suivants : Estas Cortes, estos Estados Generales ο esta Asamblea Suprema, que todo es una misma cosa, puis : Euego que se abría la Asamblea, ο llámese Parlamento aragonés, et enfin : Esta sencilla enumeración de los privilegios inherentes a los Estados generales de Aragón [...]19. Que cette dernière expression soit préférée, par exemple, à celle de Estados del Reyno, usuelle en Espagne et attestée dans le Diccionario de Autoridades, et surtout qu’elle soit donnée pour équivalente d’un terme — celui de Cortes — désignant une réalité institutionnelle familière aux Espagnols, séculaire et exclusivement ibérique, suggère que d’autres termes à contenu idéologique actualisé ou inventés par la Révolution ont très bien pu cesser d’être perçus comme des néologismes et s’intégrer lexicalement dans le reste inchangé du discours, sans provoquer de surprise ou de désaveu.

27Cette présence occasionnelle et discrète de mots récemment importés de la langue française, elle-même affectée par la Révolution, nous paraît révéler l’étendue insoupçonnée d’un phénomène de contamination, observable au sein même d’une pensée et d’un discours qui avaient justement pour objet d’arrêter la progression du « mal révolutionnaire ».

28Extrait des Mélanges offerts à Paul Guinard, Jean-René Aymes et Annick Emieux coordonnateurs — Volume II : Hommage des dix-huitiémistes français, Ibérica (numéro spécial), Editions Hispaniques, 31 rue Gay-Lussac, Paris, 1991, pp. 19-28.

Notes

1 Cité par Fernando LAZARO CARRETER, Las ideas lingüísticas en España durante el siglo XVIII, Barcelona, Crítica, 1985, p.280.

2 Cf. notamment :
- Rafael LAPESA, «Ideas y palabras: del vocabulario de la llustración al de los primeros liberales», Asclepio, Madrid, vol. XVII-XIX, 1966-1967.
- José Antonio MARAVALL, «Las tendencias de la reforma política en el siglo XVIII español», Revista de Occidente, Madrid, n° 52, año V, julio de 1967.
- Antonio ELORZA, La ideología liberal en la llustración española, Madrid, Tecnos, 1970.

3 Cf. à son sujet, Nicole ROCHAIX. « L’Eglise d’Espagne et la France : le cas de Miguel de Santander », chap. III du livre coordonné par Joël SAUGNIEUX, Foi et Lumières dans l’Espagne du XVIIIe siècle, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1985, pp. 37-79.

4 Sermones panegíricos de varios misterios, festividades y santos, por el ilustrísimo Señor D. Fr. Miguel de Santander, obispo de Armizón y auxiliar de Zaragoza, Madrid, t. I, 2° ed. 1803 — Sermon XVI, p. 319.

5 Sermones panegíricos... T. II, Exordio III°, p.419.

6 La soberbia francesa humillada y la humildad española exaltada. Sermón que en la solemne función de gracias por el triunfo de las armas católicas en la rendición del castillo de Bellaguarda [...] dixo el R. P. Fr. Pedro Pont [...], Barcelona, 1793, p. 14.

7 Archives Nationales de Paris (ΑΗΡ), série AF II 257.

8 In François LOPEZ, Juan Pablo Forner el la crise de la conscience espagnole au XVIIIe siècle, Bordeaux, Institut d’Etudes Ibériques et Ibéroaméricaines de l’Université de Bordeaux, 1976, p.512.

9 Archivo Histórico Nacional de Madrid (AHN), serie Estado 4015.

10 On n’ouvrira pas ici la trop vaste rubrique de la traduction littérale en espagnol de textes écrits en français, opération qui produit les classiques maladresses ou bute sur d’innombrables difficultés. Il est évident que les proclamations et édits lancés dans les territoires envahis par les Représentants du Peuple et les responsables militaires français, avec les quasi fatals gallicismes qu’ils comportent, dénaturent peu ou prou la langue castillane.

11 Lettre pastorale de l’archevêque de Tolède, publiée dans le Memorial Literario, t. IV, 26 août 1794.

12 Exhortation de Francisco Armañá, archevêque de Tarragone, Memorial Literario, t.V. 11 octobre 1794.

13 Memorial Literario, t. V. 30 décembre 1794.

14 AHN. Estado 4030-4031.

15 Gazeta de Madrid du 20 août 1793.

16 Gazeta de Madrd, 3 septembre 1793.

17 AHN, Estado 3925 (1).

18 Gazeta de Madrid du 14 novembre 1794.

19 Fray Miguel de SANTANDER, «Carta de un religioso español, amante de su patria, escrita a otro religioso amigo suyo sobre la constitución del reino y abuso del poder». Extraits publiés par P. J. Guinard et C. Morange dans Les lumières en Espagne — Choix de textes, Pairs, Editions Hispaniques, 1987, pp. 126-127.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540