Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voir, comparer, comprendre

 | 
Jean-René Aymes

II — L'Espagne et la Révolution française

Le discours clérical contre-révolutionnaire en Espagne (1789-1795)

Texte intégral

  • 1 Javier HERRERO, Los orígenes del pensamiento reaccionario español, Madrid, Cuadernos para el diálo (...)

1Ce serait faire trop d’honneur à la Révolution française, ou bien l’on tomberait dans le travers du « gallocentrisme », si l’on soutenait que la « pensée cléricale contre-révolutionnaire » est engendrée — comme cette dernière épithète le donnerait à penser — par les événements extraordinaires qui se produisent au nord des Pyrénées à partir de 1789. Comme Javier Herrero l’a démontré en 1973 dans son étude si innovatrice (et si dérangeante pour les disciples de Menéndez y Pelayo)1, une pensée espagnole « réactionnaire » qui empruntait beaucoup aux idéologues étrangers s’était structurée et largement répandue en Espagne pour faire front, à la fois, aux « nouveaux philosophes » français, aux jansénistes, aux francs-maçons et aux ilustrados les plus radicaux. La Révolution française ne fait que renforcer ce courant de pensée au sein duquel cohabitent harmonieusement ecclésiastiques et laïcs.

2Il doit demeurer entendu — et ce sont là deux énoncés essentiels et indiscutables qui ne donneront pas lieu ici à examen et commentaire — qu’une « campagne d’opinion » gallophobe et anti-révolutionnaire est conduite hors de l’Église, ou en si parfait accord avec elle que sur bien des points on observe une totale identification entre la pensée cléricale et la pensée laïque confrontées au même adversaire. Telle proclamation — publiée dans le Diario de Barcelona au début de 1794 — de Domingo de Wyels, gouverneur militaire et politique de la place de Vich, aurait pu être facilement contresignée par l’évêque de Gérone ou l’archevêque de Saragosse pour la raison, entre autres, qu’y sont voués aux gémonies les Français barbares, sacrilèges et disciples des philosophes maléfiques.

3En second lieu, il doit demeurer entendu que les écrits circonstanciels, directement suscités par les événements révolutionnaires, tels que proclamations, exhortations, lettres pastorales, réflexions..., ont pour base une littérature antérieure, espagnole ou étrangère, où étaient violemment et longuement dénoncés les philosophes modernes, l’« esprit du siècle », les progrès de l’athéisme, l’anticléricalisme, les aspirations égalitaires, etc. Malgré les phénomènes de convergence et de superposition, le discours clérical qui va être étudié ici sera exclusivement le discours écrit à chaud, élément de la « campagne d’opinion » qui prend un extraordinaire essor en 1793 et se propage tout au long de la guerre franco-espagnole, jusqu’à la paix de Bâle en 1795.

4Qu’il s’agisse d’écrits circonstanciels ou de littérature réactionnaire fondamentale, les thèmes gallophobes et anti-révolutionnaires abordés par les prélats, les curés de paroisse et les prédicateurs engagés dans le combat idéologique véhément se prêtent à l’emploi de procédés rhétoriques particuliers qu’on se bornera à évoquer ici sommairement. Tous contribuent, non pas à nuancer et modérer les énoncés, mais, au contraire, à les rendre émouvants, facilement mémorisables et mobilisateurs. C’est le propre d’un discours qui, au lieu de s’immobiliser ou de se diluer dans l’analyse, pousse à l’action plus qu’à la réflexion. Le grossissement, la simplification, la généralisation, la caricature, la réitération, la métaphore, le sarcasme font partie des procédés d’écriture privilégiés en raison de leur « fonctionnalité », et non de leur finesse. Dans le meilleur des cas, puisqu’il s’agit d’obtenir un consensus national à tout prix et d’inscrire des certitudes dans les mémoires sans prendre la peine de solliciter la réflexion, on retrouve la technique du catéchisme qui fait défiler des vérités globales et péremptoires. Comme il s’agit — répétons-le — de créer un impact mental plus que d’instiller une conviction, on voit se déclencher souvent un étonnant déluge de mots-repoussoirs, à majuscule, qui d’un côté peuvent susciter une désagréable impression de confusion mentale, mais de l’autre provoquent un crescendo dans l’indignation. La définition des Français suivante, proposée dans une proclamation par l’archevêque de Valence suffira à donner une idée de la violence et du laxisme conceptuel qui règnent dans ce discours de guerre :

  • 2 Proclamation de Francisco, archevêque de Valence, publiée dans le Diario de Barcelona du 20 novemb (...)

Perversos Enemigos del Todopoderoso y de todo el Género Humano, Asesinos, Parricidas, Matadores de su Padre y Madre, su Rey y Reyna Christianísimos, Sacrílegos Perjuros, Usurpadores, Robadores de todo lo ageno, Aniquiladores de su misma Patria y Reyno, Profanadores de todos los Templos2.

5Et comme le déferlement de termes odieux ou injurieux ne suffit pas à abattre la forteresse conceptuelle de l’adversaire, lorsque ces ecclésiastiques — à l’instar de ce que font leurs alliés laïcs — sont obligés d’utiliser des termes d’autant plus dangereux qu’ils pouvaient être intrinsèquement attractifs pour certains Espagnols, tels que « liberté », « égalité », « république », « démocratie » ou « émancipation », l’antidote rhétorique consiste à leur accoler une épithète qui discrédite ou anéantit le substantif condamnable ; d’où, dans ce discours tout nourri d’adjectifs — signe que la modalité compte autant que le matériau conceptuel — l’extraordinaire fréquence des épithètes invalidantes, du genre : « falso », « pretendido », « aparente », « soñado », « ilusorio », « quimérico »... Ce que José Manuel Cuenca constate à propos de la lettre pastorale écrite au printemps de 1793 par l’évêque Gabino Valladares y Messía s’applique à l’ensemble du discours clérical gallophobe et anti-révolutionnaire :

  • 3 José Manuel CUENCA, Estudios sobre la iglesia española del XIX, Madrid, Rialp, 1973, p. 123.

Parce qu’il a simplifié au maximum le tableau de l’étiologie du phénomène révolutionnaire, plus à des fins éducatives et intellectuelles qu’en raison de déficiences d’information, sa répulsion est alimentée par ce simplisme, en partie peut-être conditionné par la portée propagandistique qu’il aspire à donner à son tableau, pour lequel des formules effectistes et impressionnistes sont indispensables3.

France redoutable et Français honnis

6L’appréciation du caractère français est devenue indispensable dans la mesure où il s’agira de montrer que la Révolution est mise en œuvre — ou, pour mieux dire, déchaînée et gâtée — par une collectivité qui a perdu la raison.

7Dans quelques cas — et peut-être est-on en présence des auteurs les moins gallophobes en profondeur —, on tient à rappeler que les Français ne sont pas ainsi de toute éternité et que, avant de se jeter dans la folie révolutionnaire, ils avaient bien des vertus. Il n’est pas étonnant que l’un de ces défenseurs des « Français avant la Révolution » soit Monseigneur Jean Charles de Coucy, ex-évêque de La Rochelle, lequel s’interroge sur l’incompréhensible dénaturation de ses compatriotes :

  • 4 Carta pastoral del Ilustrísimo Señor Don Juan Carlos de Coucy, obispo de La Rochela, dirigida a lo (...)

¿No tienes ya aquella dulzura que te caracterizaba y distinguía? ¿No eres ya aquel Pueblo generoso, sensible, justo, conocido de todas las Naciones por su afecto a la Religión, por la sumisión a la autoridad, por su respeto de las leyes?4

  • 5 José Manuel CUENCA, Estudios..., p. 126.

8Mais, dans l’ensemble, les détracteurs des Français, sans même remonter à la bienheureuse époque de l’Ancien Régime qui avait fait des sujets des Bourbons de Versailles des individus obéissants et vertueux, préfèrent allonger jusqu’à la démesure la liste des vices actuels qui font maintenant des Français un peuple qui est « l’opprobre et l’horreur de toutes les nations » (Coucy). Le padre Izquierdo y Capdevila est l’un des plus diserts lorsqu’il s’agit d’énumérer les crimes et défauts de ce peuple « abandonné à lui-même » et « ennemi de l’humanité5 » : la dépravation, l’ignominie, la cruauté, la cupidité, la soif de conquête, l’orgueil, la prévarication, l’irréligion, l’iniquité, la monstruosité, le régicide et le fratricide.

9La convergence des accusations dispense de rapporter à tel ou tel prélat les propos, toujours courroucés et blessants qu’ils tiennent à rencontre de ce peuple « aveugle et délirant » : les archevêques de Valence et de Saragosse, les évêques d’Orihuela et de Santander, Fray Cristobal pourraient revendiquer chacune des accusations suivantes proférées contre des ennemis déclarés légers, orgueilleux, arrogants, avides, prévaricateurs, oublieux du passé, pervers, faux, fanatiques, destructeurs, dépravés, luxurieux, irréligieux, sacrilèges, profanateurs, démoniaques et assassins...

Les révolutionnaires déchaînés

  • 6 In Javier HERRERO, Los orígenes...., p. 147.

10Comme on l’a dit plus haut, en raison d’une assimilation expéditive entre « révolutionnaires » et « Français de tout temps », on retrouve, appliquées aux premiers nommés, la plupart des accusations ayant trait à la nature, au tempérament et aux instincts des habitants, dans leur ensemble. Il est clair, par exemple, que lorsque Fray Diego de Cádiz peuple l’« Assemblée de France » d’hommes infâmes, séditieux et pervers pour en faire une congrégation « agitée, impie et scandaleuse », il entend montrer que cette Assemblée est à l’image du peuple qui a envoyé là ses représentants6.

11C’est donc sans surprise pour le lecteur que les révolutionnaires – presque toujours vus à travers les Parisiens — sont présentés comme orgueilleux, impies, sacrilèges, sectaires, inhumains, barbares, monstrueux et avides de sang.

  • 7 Archivo Histórico Nacional, Madrid (AHN), Serie Estado (E.), legajo 3237 (2).

12Quelques fausses notes se font entendre toutefois. Comme si tous ces vices congénitaux ne suffisaient pas à rendre ces énergumènes odieux, le chanoine Juan de Escoiquiz, dans un long texte manuscrit destiné à Godoy au printemps 1794, reconnaît que « le gouvernement despotique et sanguinaire » que se sont donné les Français est solidement établi et fonctionne avec efficacité, car les politiciens français, malheureusement pour leurs adversaires, allient à leur malignité du talent, de l’audace et de l’habileté7 ; prenant ici ses distances à l’égard d’une propagande qui faisait des Français — leaders politiques et humbles plébéiens — des individus aveugles et irresponsables, Escoiquiz veut faire comprendre au ministre qu’ils sont d’autant plus redoutables qu’ils mettent d’éminentes qualités intellectuelles au service d’une mauvaise cause ou de détestables penchants moraux.

  • 8 Alfredo Martinez Albiach, Religiosidad hispana y Sociedad borbónica, Burgos, Facultad Teológica de (...)

13Alfredo Martinez Albiach avait fait remarquer, voilà une dizaine d’années, que Fray Miguel de Santander, « par réalisme », avait innové en cessant de présenter, comme on le faisait habituellement, les soldats français comme des bandits méprisables8. Effectivement, Fray Miguel de Santander, en 1795, est plus que jamais effrayé quand il apprend — et il n’entend pas le cacher à ses fidèles — que les Savoyards viennent d’être défaits par l’armée révolutionnaire, que les troupes combinées autrichiennes et prussiennes se replient en mauvais état et que, de tous côtés, les Français triomphent ; certes, partout où ils pénètrent, ces ennemis « conspirent contre les souverains, réduisent en esclavage tous les pays qu’ils conquièrent et détruisent la religion de Jésus-Christ », mais Fray Miguel de Santander, qui se refuse à présenter l’armée de la Convention comme une horde de soudards, finit par en faire l’éloge indirectement ; mieux encore, à la suite d’une progressive assimilation entre la troupe révolutionnaire et la population dont elle est issue, on a l’impression que l’idéal révolutionnaire dont elle est habitée l’exalte, la transcende et lui ouvre la perspective de grands succès à travers toute l’Europe :

  • 9 «Exhortación que el autor hizo a sus paisanos, para la defensa de la patria en la presente guerra, (...)

[...] Lleno de un entusiasmo feroz por su fantástica libertad, [el enemigo] todo lo acomete, todas las dificultades vence, desprecia todos los peligros y arrolla quanto encuentra [...]9.

L’image émiettée de la Révolution

  • 10 In Alfredo MARTINEZ ALBIACH, Religiosidad hispana p.86.
  • 11 In Diario de Barcelona, du 20 novembre 1793.

14Soit parce que les informations leur font défaut — cela est vrai pendant la période de black-out instaurée par Floridablanca jusqu’à l’exécution de Louis XVI —, soit parce qu’ils manquent du talent requis pour analyser à chaud les événements, soit, plus vraisemblablement, parce qu’ils préfèrent le commentaire tendancieux à l’exposé des faits, les écrivains ecclésiastiques engagés dans la « campagne d’opinion » anti-révolutionnaire ne permettent pas à leurs lecteurs d’avoir une connaissance même minimale des événements qui se produisent en France. Impossible, par exemple, de saisir à travers le discours de Fray Diego de Cádiz la différence de nature entre l’Assemblée Constituante, l’Assemblée Législative et la Convention, les seules différences d’appréciation tenant au degré variable de malignité que recèlent les adjectifs qualificatifs10. Il ne fait pas de doute toutefois que la Convention est plus honnie que les Assemblées du peuple antérieures : Francisco, archevêque de Valence, n’en fait rien de moins qu’une junte d’individus pervers, scélérats, sanguinaires et décidés à faire la guerre à l’humanité et à la religion11.

15Pour deux raisons, Miguel de Santander occupe une position originale. Tout d’abord, et bien qu’il n’individualise pas leur profil, il fait surgir — avec leur obligatoire valeur de repoussoir -, aux côtés de l’immanquable Robespierre, d’autres leaders révolutionnaires ou chefs militaires dont seules les gazettes parlent occasionnellement : Boissy d’Aglas (sic), Pétion, Carrier, Collot, Dumouriez, Maignet, Dumas, Custine, Fouquier, Pichegru, Jourdan. Mais surtout il opère un distinguo pertinent entre les deux phases de la Révolution : pour mieux exprimer l’horreur que lui inspire le radicalisme de la seconde, il évoque la première sous un jour favorable. En clair, il approuve l’œuvre réformatrice des premières Assemblées qui entendaient atténuer les injustices et venir au secours des déshérités ; le malheur est que ces députés, apparemment sages, généreux et patriotiques, ont fait place à des individus turbulents et moralement douteux, qui ont fait basculer dans le mal l’œuvre de régénération qu’ils avaient entreprise :

  • 12 «Sermón XXII del Β. Lorenzo de Brindis, capuchino, para implorar la divina protección en la presen (...)

Se han propuesto no ya seguir aquellas sus primeras operaciones de extirpar los abusos y vexaciones que oprimían al infeliz francés (que era el único objeto para que fueron convocados entonces por las autoridades constituidas legítimamente) sino el trastorno universal de todos los principios recibidos en el imperio y en el sacerdocio, en la vida civil y en la ciencia religiosa12.

Le rejet global de la Révolution

  • 13 In Ramón MARURI VILLANUEVA, Ideología y comportamientos del obispo Menéndez de Luarca (1784-1819), (...)
  • 14 COUCY, Carta pastoral..., p. XIII.

16Autant les détracteurs de la Révolution répugnent à découper celle-ci en phases pour souligner quelque évolution, autant ils excellent à la désigner globalement, souvent de manière métaphorique, afin de rendre plus saisissants ses effets déplorables. L’un, l’évêque Menéndez de Luarca, l’assimile à une tourmente ou à une peste13, l’autre, Fray Miguel de Santander, à un « abîme d’horreurs », l’autre encore, l’ancien évêque de La Rochelle, à un « bouleversement de tout ordre politique et moral », qui, au terme du renversement de la monarchie, débouche sur l’instauration d’une tyrannie cruelle14.

  • 15 Pastorale du 31 juillet 1794, intercalée entre les n° 48 (17 février 1795) et 49 du Diario de Barc (...)

17A la notion de « cruauté » sera volontiers associé le souvenir horripilant de la « fatale guillotine » — selon l’expression de l’archevêque de Tarragone15 — ou encore celui du sang versé par les royalistes en Bretagne et en Vendée.

  • 16 COUCY, Carta pastoral...., p. XIII.

18Dans Paris, « ville infâme », nouvelle « Babylone corrompue et orgueilleuse16 », tous les crimes sont perpétrés, moyennant quoi s’impose la vision d’un déferlement anarchique incontrôlable.

  • 17 AHN, E. 4028 (2).

19Lorsque l’analyse politique est indigente, comme c’est le cas avec l’humble curé de Albaladejo el Quende (province de Cuenca)17, c’est plutôt le concept d’« anarchie » qui affleure, mais dans des évocations, soit plus réfléchies, soit non destinées à une large diffusion, on entrevoit plutôt le nouveau régime révolutionnaire sous l’aspect, non d’un pouvoir ballotté et irresponsable, mais sous celui d’un pouvoir ordonné et vigoureux jusqu’à l’excès, puisqu’il devient despotique. Tel est le point de vue du chanoine Escoiquiz tout à la fois épouvanté et fasciné, jusqu’à en être admiratif, par l’extraordinaire efficacité de la Convention :

  • 18 AHN. Ε 3237 (2).

Sus providencias son activas, tan acertadas en su sistema político como atroces en lo moral, ejecutadas con puntualidad, y con increíble presteza18.

La détestable doctrine révolutionnaire

20Appelée à demeurer obscure et quasiment inintelligible aux yeux du public espagnol dans son déroulement, la Révolution donne cependant l’impression d’être la mise en œuvre cohérente de principes ou maximes qui certes seront rarement analysés avec sérieux, mais dont la force d’entraînement est indéniable.

21Fray Christoval de Querexeta, prédicateur du couvent de Mondragón (Guipuzcoa), tout en multipliant les qualificatifs... disqualifiants, est un peu plus précis lorsqu’il mentionne la Liberté et l’Égalité en tête de ces maximes pernicieuses qu’il faut rendre exécrables aux yeux des « bons catholiques et fidèles vassaux de S.M. » :

  • 19 AHN, E. 3957.

[...] No querían esponerse a dar las espaldas a Dios, al Rey y a su misma patria, adheriéndose incautamente a las especiosas pero venenosas, impías y crueles máximas de Libertad e Igualdad en las que constituyen sus Autores su aparente felicidad19.

22Effectivement, la devise républicaine trimembre perd l’une de ses composantes en franchissant les Pyrénées. La « Fraternité » ne suscite guère de commentaires, à moins d’estimer que l’insistance sur les « luttes de factions », les massacres, les vengeances, les expatriations, les mesures tyranniques et les confiscations de biens soient le démenti multiforme apporté à l’instauration (ratée) de cette fraternité entre Français.

  • 20 In Javier HERRERO, Los orígenes..., p. 146.
  • 21 In Ramón MARURI VILLANUEVA, Ideología..., p. 113.

23En revanche, l’« Égalité » à la façon dont l’entendent les révolutionnaires est mise à mal. Partie intégrante d’un « système irrationnel », l’égalité est considérée par Fray Diego de Cadiz comme un agent de « bouleversement du bon ordre20 ». L’évêque de Santander, Menéndez de Luarca, est l’un de ceux qui vont assez loin dans la défense de l’inégalité en reprenant la vieille métaphore du corps humain harmonieusement composé par Dieu, avec les membres qui ne souffrent nullement d’être dépendants de la tête ; dans l’ordre de la société humaine, le Créateur a voulu de même que cohabitent sur des plans différents « Nobles et Plébéiens, Rois et Vassaux21 ». Si on laisse de côté les ouvrages importants qui offrent une réflexion de nature philosophique pour ne prendre en compte que les écrits brefs et composés à chaud, on observe que, seul peut-être, Armanyá, archevêque de Tarragone, disserte un peu longuement sur l’égalité après avoir accepté bien volontiers que « notre Religion nous a appris que le début, la fin et les misères de notre vie sont égaux chez tous les hommes, sans distinction entre riches et pauvres » ; mais les individus, égaux sous le regard de leur Créateur, ne peuvent le demeurer dans la société au sein de laquelle ils sont condamnés à accepter des contraintes :

  • 22 In F. TORT MITJANS, Biografía histórica de Francisco Armanyá Font, Villanueva y La Geltrú, 1967, p (...)

¿Cómo pudieran vivir los hombres en una sociedad bien ordenada, sin cabeza, sin gobierno, sin dirección, sin leyes que tengan por fin la subsistencia, la debida unión, el bien común de la misma sociedad? ¿Cómo podrá jamás verificarse todo esto quedando iguales todos los hombres sin subordinación y dependencia ?22

  • 23 COUCY, Carta pastoral..., p. XXV.

24La liberté à la française inspire des commentaires relativement abondants et diversifiés. L’ex-évêque de La Rochelle voit en elle « le fruit de l’orgueil et de la rébellion » ; pour lui, la soif de liberté est le propre de l’« esprit d’insubordination, de division et de discorde », la lutte pour la liberté détourne les peuples de « se soumettre à l’autorité et [de) respecter les distinctions et les hiérarchies établies par Dieu lui-même pour le bien de la société »23. Il va devenir courant de soutenir que la dissolution de toutes les règles de sujétion conduit, au mieux, à instaurer une « liberté animale » qui n’est rien d’autre que le triomphe des instincts sur la morale chrétienne. Plus sûrement, cette liberté fallacieuse crée une tyrannie, celle imposée par les énergumènes ou la racaille.

  • 24 In F. TORT MITJANS, Biografía histórica..., p. 408.

25S’appuyant sur Aristote, l’archevêque Armanyá fonde un nouvel axiome : le pouvoir du peuple est tyrannie. Cet axiome comporte une variante : un gouvernement démocratique, s’il est injuste, est un véritable tyran24.

  • 25 «Sermón XII [...]», Sermones..., p. 413.

26Il va sans dire qu’il en est ainsi en France en 1794, car les nouveaux leaders, sous couvert d’instaurer la liberté, ont condamné leurs compatriotes écartés du pouvoir à l’« esclavage le plus horrible », comme l’écrit Fray Miguel de Santander25.

27Le terme « liberté » que l’on fait dégénérer parfois en « libertinage » s’incarne dans l’emblématique « arbre de la liberté », appelé aussi « idole de la liberté » :

  • 26 In F. TORT MITJANS, Biografía..., p. 407.

La misma nación [francesa] — écrit Armanyá — que con tanto furor procura propagar la libertad tiene ya que llorar los frutos amargos de su fantástico árbol26.

28Malgré tous ces tirs croisés contre la liberté et l’égalité qui engendrent l’anarchie, la tyrannie et l’injustice, parfois, au détour d’une phrase, surgit l’impression que, en dépit de tout, ces deux termes conservent un pouvoir de fascination ou inspirent l’envie, ce qui oblige Fray Miguel de Santander à recommander à ses compatriotes de faire la sourde oreille aux discours enjôleurs des Français :

  • 27 In Alfredo MARTINEZ ALBIACH, Religiosidad...., p. 95.

No les escuchéis si os ofrecen la seguridad de las vidas y propiedades y la conservación de la religión y de las leyes, si os proponen su amistad, su igualdad y su libertad.27

Le bouleversement socio-politique

  • 28 In José Manuel CUENCA, Estudios..., p. 123.

29A la faveur d’une énorme extension de sens de l’épithète « impie », la politique révolutionnaire dans des domaines en principe étrangers à la religion se voit condamnée en vertu d’un postulat implicite selon lequel attenter à la religion, c’est attenter à l’autorité de l’État, et vice versa. Comment en serait-il autrement si — comme le proclame l’évêque Valladares y Messía — la Révolution est d’inspiration luciférienne ?28 On pose en principe que la conquête des droits de l’homme s’accompagne de l’abaissement du pouvoir de l’Église ou du progrès de la superstition. D’où des alliances conceptuelles données comme naturelles et indissolubles, telle la suivante relevée dans une lettre de l’évêque de Jaén au comte d’Aranda :

  • 29 AHN, E. 3094 (1).

[...] Prenderán las doctrinas [de los franceses] en los españoles, mediante las cuales conseguirán cese la superstición [así llaman a nuestra Sagrada Religión] y reinen los derechos del Hombre (en cuio punto están dando las más evidentes pruebas del mayor fanatismo) [...]29

30La redoutable cohérence d’une politique à la fois destructrice de l’ordre politico-social et attentatoire à la vie et aux intérêts du clergé est soulignée par Armanyá dans une de ses pastorales :

  • 30 In José Manuel CUENCA, Estudios..., p. 124.

[...] Rompen [los franceses] todos los vínculos de la subordinación, desprecian los derechos más legítimos, abrogan las costumbres más justas, destruyen sacrílegamente todo lo que instituyó la piedad cristiana [...]30.

  • 31 Ibid., p. 133.

31Après la mort de l’évêque Valladares y Messía à la fin de 1793, les vicaires généraux barcelonais signalent dans leur texte de guerre que « les intentions principales de nos ennemis visent les riches et les puissants »31. Mais, contrairement à ce qu’on aurait pu attendre, il n’est pas courant que la Révolution soit présentée comme une guerre ouverte systématiquement contre les nantis et les privilégiés. Les auteurs de la « campagne d’opinion » semblent avoir pris conscience, à juste titre, que cette accusation risquait de laisser froids les descamisados espagnols. Aussi préfèrent-ils faire de la Révolution un vaste soulèvement aveugle tendant à « la destruction de tous les pouvoirs », comme l’écrit l’archevêque de Saragosse. Le discours tenu par Fray Miguel de Santander revêt donc un caractère exceptionnel dans la mesure où il désigne comme victimes désignées de la Révolution les personnes de haute qualité et les riches propriétaires :

  • 32 «Exhortación...», p. 393.

Quantas personas ilustres están hoy pidiendo una limosna, que ayer abundaban en riquezas!; ¡Quantos, poco ha señores de mayorazgos, están hoy pereciendo de necesidad !32

  • 33 Exhortation publiée dans le Diario de Barcelona du 29 mai 1794.

32En revanche, grâce au recours à la métaphore de l’incendie dévastateur ou de la peste mortelle, il deviendra convenu d’assurer que cette Révolution, au lieu de transformer les pauvres en riches, précipite tout le monde dans la misère, par la faute des destructions et de la disette. C’est pourquoi Valladares y Messía proclame, par extension, que les principes révolutionnaires sont « destinés à faire le malheur du genre humain ». De toute façon, pour qu’il soit clair que la famine dont souffrent les Français n’est pas imputable à une mauvaise récolte ou à quelque autre circonstance fortuite, l’évêque d’Orihuela tient à préciser que le dérèglement du jeu politique est le responsable de cette calamité33.

Les atteintes à la religion

33La nature ecclésiastique de tous ces auteurs de sermons, lettres pastorales et exhortations aux fidèles, fait que la Révolution est présentée toujours et essentiellement comme un mouvement dirigé contre Dieu ou/et la religion catholique.

  • 34 AHN, E. 4048 (2).

34Bien que avares de détails, les membres de la « Confrérie du Très Saint Sacrement de l’Église de l’Alcudia » sont surtout épouvantés par « les outrages commis par les Français contre l’auguste et vénérable sacrement de l’Eucharistie et les statues sacrées de la Très Sainte Marie »34.

35Pour l’évêque d’Orihuela, les Français outragent Dieu. Pour Valladares y Messía, ils entendent ruiner la religion. Pour l’ex-évêque de La Rochelle, ils ont renié leur religion sainte et sublime.

36Dans sa paroisse reculée d’Albaladejo, Manuel Santo Sáez, qui s’en tient à quelques généralités pour évoquer les mesures politiques et les « maximes détestables » des révolutionnaires, est plus disert et éloquent pour rendre saisissantes les profanations et établir que les Français veulent bannir du monde tout culte dû à Dieu :

  • 35 Ibid.

Comprueban esta verdad, no sólo los bárbaros e inauditos Decretos que cada día se promulgan en su detestable asamblea, sino también la escandalosa profanación de sus templos y la de los estraños en que han entrado saqueándolos y arrojando al suelo, hollando y pisando la adorable persona de Jesucristo existente en las especies sacramentales, y no pudiendo executar lo mismo con la persona de su Madre María, se han vengado en una imagen suya cortándole la cabeza en una guillotina35.

37L’arrivée dans la Péninsule de centaines d’ecclésiastiques, émigrés volontaires ou chassés de leur patrie, fera toucher du doigt la réalité de la politique antireligieuse et anticléricale de la Révolution. Parfois, mais moins souvent qu’on ne l’aurait cru, les ecclésiastiques espagnols proclament leur sympathie pour leurs frères infortunés, mais ils s’arrêtent plus volontiers sur les malheurs qui frappent le clergé en France même :

  • 36 «Exhortación...», p. 393.

Abrid los ojos y vereis los tristes sacerdotes prófugos de sus Iglesias, las castas vírgenes obligadas a romper sus clausuras [...]. ¡Quántas Iglesias, quántos monasterios que los días pasados eran casa de oración y en que se daba a Dios el culto más venerable son ya cuarteles de una tropa desenfrenada, ο almacenes de víveres y municiones!36

Les maudits « philosophes »

  • 37 In Ramón MARURI VILLANUEVA, Ideología..... p. 91.

38Pour peu que les détracteurs de la Révolution, cessant de déverser leurs invectives, prennent la peine de s’interroger sur les causes de ce bouleversement, ils trouvent toujours à l’origine du fléau la philosophie et les philosophes. Sur ce point, les écrivains ecclésiastiques ne se distinguent guère des laïcs et notamment des auteurs qui, comme Fernandez Válcarcel, Peñalosa y Zuniga et Pablo de Olavide, ont longuement développé ce thème dans leur ouvrage majeur respectif. On se bornera à rappeler ici que ces trois écrivains contre-révolutionnaires tiennent les philosophes pour des orgueilleux, des factieux, des faux érudits et des ennemis de la foi catholique. Le « siècle des Lumières » devient ainsi, de manière indifférenciée, le siècle abominable ou, comme l’écrit l’évêque Menéndez de Luarca, « l’athéiste [sic], diabolique, infernal Philosophisme dit du Siècle des Lumières37 ».

39Dans cette lignée d’opinion, Fray Diego de Cádiz, fustigeant au passage les anciennes hérésies qui ont provoqué des désordres politiques en Angleterre au XVIIIe siècle, s’en prend aux philosophes modernes — « libertins ou philosophes matérialistes » — qui invitent à rejeter le joug nécessaire de la loi :

  • 38 In Javier HERERO, Los orígenes p. 145.

A todos esos desafueros parece que sobrepujan los que en Francia han suscitado los libertinos ο filósofos materialistas de este siglo: sus ideas y sus fines se han hecho bastante manifiestos en una infinidad de libros perniciosos en que nos manifiestan el espíritu de impiedad y de libertinaje que los anima38.

  • 39 COUCY, Carta pastoral...., p. XI.

40L’attaque la plus richement argumentée visant la philosophie figure dans la lettre pastorale de l’ex-évêque de La Rochelle qui part en guerre contre « le siècle que les Français osent appeler le Siècle des Lumières ». Les assassins du roi de France ont été engendrés par « l’impiété philosophique d’un siècle corrompu ». Les philosophes constituent « une secte, digne de l’abomination des hommes et de toutes les vengeances du Ciel ». Leur « cœur aveuglé par les passions les plus honteuses » enfante des dogmes terribles et cohérents qui engagent à rechercher le bonheur dans le pillage, la destruction, la mort des autres et à « ne suivre d’autres lois que celle du plus fort et du plus audacieux39 ».

41Au passage, la philosophie des Lumières est accusée, paradoxalement, d’avoir engendré les ténèbres, alors qu’il est bien connu que l’obscurantisme, l’ignorance et l’erreur constituent le principal fléau aux yeux des ilustrados. A force de marteler que la philosophie moderne préconise l’anarchie, la confusion et la rébellion, certains contre-révolutionnaires se font, à cet instant, les défenseurs de la raison, prétendant, comme le fait l’ex-évêque Coucy, que la raison a appris aux hommes l’existence de l’au-delà. En d’autres termes, certains idéologues contre-révolutionnaires « récupèrent » la raison — si l’on peut dire —, déniant à leurs adversaires la capacité d’être raisonneurs et raisonnables, après avoir déclaré que les « philosophes modernes » ont sombré dans la nuit de l’entendement en ne sachant pas distinguer le bien du mal et le vrai du faux.

42Mais le crime inexpiable de ces philosophes, plus encore que d’avoir livré l’ordre moral au caprice des hommes, c’est d’avoir voulu soustraire ces derniers aux lois divines, d’avoir nié certains articles de la foi et d’avoir « attaqué la Religion catholique dans ses vérités fondamentales ».

L’appel à la « croisade »

43La « campagne d’opinion » anti-révolutionnaire et gallophobe, déclenchée par l’annonce de l’« horrible régicide », trouve sa principale justification, à partir du printemps 1793, dans l’obligation de procéder à une mobilisation générale des esprits et des forces pour faire échec aux troupes de la Convention sur la frontière pyrénéenne.

  • 40 AHN, E. 3957.

44Tout d’abord, il deviendra obligatoire de rappeler, ne serait-ce qu’en usant d’une formule stéréotypée, que la guerre entreprise contre les Français est légitime. Guerre juste, par exemple, pour le prédicateur Fray Cristobal, puisqu’il s’agit de défendre « la maison de Dieu, le Monarque et la Patrie » ; se rallier aux Français, ce serait abandonner Dieu et le Roi ; ce serait se comporter de manière lâche, vile et traîtresse40.

  • 41 Exhortation du 28 novembre 1793, publiée dans le Diario de Barcelona (n° 2) de janvier 1794.

45Dans son discours bien ordonné, l’évêque d’Orihuela marque à quelles classes variées de motifs obéit cette guerre : religieux (la défense de la vraie religion), patriotique (l’amour de la Patrie), civique (l’obéissance due à un monarque juste) et éthique (la défense de l’honneur national)41.

  • 42 Proclamation de Francisco, archevêque de Valence, du 20 novembre 1793, publiée dans le Diario de B (...)

46Bien évidemment, l’un des thèmes majeurs du discours clérical en ces années de guerre est que les Espagnols sont engagés dans un combat qu’« on peut appeler en toute propriété Guerre de Dieu, parce qu’elle est dirigée contre des Athéistes [sic] qui nient la Divine Majesté »42.

47Sauf à l’époque où les revers des armées espagnoles interdisent de penser que l’hydre révolutionnaire sera terrassée, il était recommandé de proclamer, comme le fait l’évêque Menéndez de Luarca, que la guerre ne devrait cesser que le jour où il ne resterait que l’ombre de la Constitution et où aurait expiré le dernier impie. Le même évêque, appelant à une guerre d’extermination, en venait — plus de dix ans avant que la même consigne soit lancée contre les soldats de Bonaparte — à justifier la cruauté :

  • 43 In Ramón MARURI VILLANUEVA, Ideología p. 115.

Guerra, Guerra contra los franceses; Guerra firme, Guerra cruda, Guerra dura. La compasión aquí será crueldad, crueldad con nosotros, crueldad con la Francia misma. La compasión no se hizo para gentes así43.

48Dans sa proclamation de novembre 1793, l’archevêque de Valence argumente encore plus finement pour démontrer que faire preuve de magnanimité ou d’indulgence à l’égard d’un adversaire infâme ou atroce est quasiment commettre un péché :

  • 44 Proclamation de Francisco....

Eclesiásticos Seculares y Regulares saliéramos personalmente a ella, y aconteciera herir gravemente ο matar a muchos de nuestros abominables enemigos, no incurriríamos en irregularidad alguna, ni aun en aquella en que se incurre por defecto inculpable de lenidad44.

  • 45 In José Manuel CUENCA, Estudios..., p.127.
  • 46 AHN, E.4048 (2).

49Au début du conflit, il paraît évident que, dans cette guerre faite par de fervents catholiques contre « les ennemis déclarés de la religion Chrétienne », Dieu a choisi son camp. En septembre 1793, alors que les troupes espagnoles ont pénétré en Roussillon, le prédicateur Izquierdo y Capdevila, participant à la bénédiction des drapeaux, ne prend aucun risque en proclamant que la Vierge protège les Espagnols45 En janvier 1794 encore, le curé d’Albaladejo est d’autant mieux persuadé que « Dieu s’est mis contre ces monstres » [les Français] que, en territoire français, les soldats espagnols, bien qu’inférieurs en nombre, enfoncent les lignes adverses46.

  • 47 «Carta circular del Reverendísimo P. General de los Franciscanos [...]», publiée dans le Diario de (...)

50A travers des discours pareillement euphoriques et pleins de reconnaissance à l’égard de Dieu s’impose de la sorte l’image d’une divinité active, « interventionniste », qui régule à tout moment le cours des choses, inspire ses défenseurs et arme leurs bras. Mais ce raisonnement perd de sa valeur au fur et à mesure que les soldats de Charles IV enregistrent des revers, ce qui donnerait à penser que Dieu, ou bien se désintéresse d’un conflit où il est impliqué, ou bien — pire encore — a choisi de renverser ses alliances pour aider ceux qui se battent contre lui. Les écrivains ecclésiastiques doivent ainsi retourner leurs batteries rhétoriques. Au cours de la deuxième moitié de 1794, on voit encore le Général des Franciscains s’obstiner dans l’optimisme en assurant que, « aussi longtemps que dans notre Péninsule on préservera la pureté de la religion Sainte, on n’aura pas à craindre les invasions de nos ennemis »47. Mais, devant la réalité accablante de l’invasion et de ses progrès, il faudra tâcher d’expliquer pourquoi Dieu a choisi de mettre à l’épreuve ses défenseurs. Le raisonnement, mis à mal par le renversement de la situation militaire, se restructure. Naturellement, on ne peut pas laisser entendre que les motifs sacrés pour lesquels les Espagnols ont pris les armes ont perdu de leur valeur, et pas davantage que les Espagnols pourraient finir par être écrasés par les ennemis, car — écrit Miguel de Santander à l’adresse de ses compatriotes — « le bras du Tout-Puissant les détruira, tandis qu’il vous couvrira de son bouclier impénétrable ». Mais l’étrange et inconfortable nouveauté, c’est que Dieu, au lieu de soutenir ses défenseurs, les punit, alors qu’il permet aux maudits Français d’être arrogants et fougueux :

  • 48 «Exhortación...», p. 395.

Dios castiga nuestros pecados con la soberbia de nuestros enemigos y la derrota de nuestros hermanos: guardad por tanto la divina ley para que cese la ira de su indignación sobre nosotros....48.

51A la recherche des raisons susceptibles d’expliquer que les Espagnols ont perdu momentanément la faveur de Dieu, prélats et prédicateurs sont amenés à déplorer les fautes et faiblesses des Espagnols. Et l’on débouche parfois sur ce paradoxe que les mêmes griefs sont formulés à l’égard des Espagnols et des Français : les deux peuples se ressemblent dans le mal ! La vision manichéenne n’a plus cours. Mais, au passage, la pensée contre-révolutionnaire se renforce ; on entend démontrer — comme le fait Miguel de Santander — que les Espagnols ont été contaminés plus profondément qu’on ne l’a dit jusque-là par l’irréligion qui triomphe en France. Miguel de Santander, voyant de tous côtés autour de lui « des pécheurs par vice de nature, des pécheurs par ignorance, des pécheurs par malignité », finit par évoquer, avec une émotion exaspérée, une Espagne passablement sinistre et décourageante, qui se livre aux plaisirs, au jeu, au luxe, à la médisance... Une reprise en mains et une remise en ordre sont urgentes, faute de quoi les Espagnols, devenus « ennemis de Dieu par le péché », ne retrouveront pas grâce à ses yeux. Si, au contraire, ils retournent à l’oraison, bannissent le luxe, cessent de critiquer le trône et la tiare, du Mal sortira le Bien, car Dieu, apaisé et satisfait, pardonnera aux Espagnols et, comme par le passé, les fera bénéficier de ses faveurs.

La politisation du discours

  • 49 AHN. E. 3956.
  • 50 AHN. E. 3932 (2).
  • 51 AHN, E. 4028(1).

52Les vigoureuses admonestations et appels à un redressement moral au moment où la détermination des soldats fléchit comporte des composantes d’ordre politique, puisque certains prélats étendent le champ de leur intervention à celui de la vie publique, condamnant les spectacles théâtraux, les dépenses somptuaires, l’endettement, etc. Sans doute se retrouvent-ils en parfait accord avec les autorités civiles et militaires lorsqu’ils préconisent un enrôlement massif ou une guerre sans quartier, mais certains ecclésiastiques ne s’interdisent pas de donner leur opinion sur la façon, par exemple, de constituer les Juntes d’armement ou de traiter les émigrés français. Pensée religieuse et pensée politique s’imbriquent et parfois se confondent. Ainsi, dans une lettre au conseiller Francisco de Zarnora, qui — il est vrai — n’était pas destinée à être publiée, l’Inquisiteur Général Pedro Díaz de Valdés se permet de composer le portrait du capitaine général idéal en Catalogne et de réclamer qu’on redouble de surveillance dans les cafés pour punir ceux qui, dans les conversations, disent du mal des souverains et des ministres49. Et tandis que l’évêque d’Orihuela avoue sa défiance à l’égard des Minorquins plus contaminés par l’étranger que les Majorquins50, l’évêque d’Albarracín déclare son hostilité à l’enrôlement de 1.400 hommes dont le départ causerait un grave préjudice à l’agriculture et à l’industrie de la région51.

  • 52 AHN, E. 3925 (1).
  • 53 AHN, E. 3950 (2).

53Sans doute, plusieurs groupes de somatenes catalans ont-ils à leur tête des ecclésiastiques, comme le fameux chanoine Martín Cuffi, qui à travers leur personne montrent que l’Église inspire et soutient la lutte, mais cela ne veut pas dire que le développement de cette forme de guérilla soit toujours approuvé. En vérité, sur ce sujet, l’unanimité d’opinions n’existe pas, comme le montrent, par exemple, les jugements formulés par l’Inquisiteur Général et par un chanoine de Vich. Le premier nommé, en juin 1794, est persuadé que si l’ennemi frappe un grand coup, les somatenes ne résisteront pas mieux que l’année régulière ; du reste, « les Somatenes ne donnent pas les fruits qu’on attendait d’eux »52. Quant à Josef Sala, chanoine de Vich, l’emportement aveugle et insubordonné des guérilleros catalans l’inquiète et l’exaspère53.

54D’autres opinions prononcées par des ecclésiastiques au sujet des Juntes d’armement, des officiers supérieurs, de l’excessive soumission des Navarrais à leurs « fueros » avaient de quoi être taxées d’« indiscrètes » par les destinataires de ces lettres où s’exprimaient, parfois avec vivacité, des critiques, des regrets ou des suggestions embarrassantes. Cette réalité, en général dissimulée au regard du « tout venant », signale la coexistence de deux niveaux au sein de cette pensée cléricale si fortement marquée par les événements : une pensée à finalité de propagande, qui s’articule sur le discours politique officiel et tend à créer l’unanimité dans l’opinion publique, et une pensée cléricale qui, s’éloignant peu ou prou de son champ spécifique d’exercice, dérive vers le domaine politique, voire politico-économique, lorsqu’on aborde, par exemple, le problème des contributions de guerre. Cette pensée cléricale à caractère privé ou semi-privé, soit mise au service du pouvoir, soit prenant ses distances vis-à-vis de lui, est, en conséquence, moins homogène que la pensée cléricale « à usage externe ». Elle peut même devenir hétérodoxe, voire aller à contre-courant de l’opinion populaire que la pensée cléricale « propagandiste » entend diriger ou vivifier. Mais dualité ne veut pas dire antinomie. Il doit demeurer clair que l’explosion révolutionnaire en France, ressentie en Espagne comme une menace brutale, contribue plus à unifier le corps et la doctrine de l’Église qu’à affaiblir l’un et l’autre, d’autant qu’a été réduite au silence ou obligée de s’expatrier la minorité constituée par des ecclésiastiques philo-révolutionnaires.

L’« antidote » contre la Révolution

55On a déjà entrevu à la lecture des écrits anti-révolutionnaires qu’à chaque dénonciation ou analyse des maux correspondait, explicitement ou non, la présentation d’une thérapeutique appropriée. A ne retenir que l’intitulé « pensée cléricale contre-révolutionnaire », on risque de ne voir que l’aspect négatif et dérivé de cette pensée engendrée — dirait-on — par la pensée qu’il importe de neutraliser. En réalité, la pensée cléricale espagnole de ces années de crise, non seulement réplique à son adversaire, mais se structure et gagne en force et en autonomie.

  • 54 Antonio ELORZA, «Hacia una tipología del pensamiento reaccionario en los orígenes de la España con (...)

56Même lorsque certains ecclésiastiques osent émettre des opinions, peut-être déplacées, sur les somatenes, la contribution financière du clergé, les résidents français en Espagne, les émigrés royalistes, etc., il doit demeurer entendu que ces opinions ne tendent pas à ébranler le régime (tout au plus, certaines sont-elles défavorables au comte d’Aranda, puis à Godoy) ; elles tendent à le consolider, ne serait-ce que par le rappel des obligations quasiment sacrées des sujets qui doivent à leur roi « respect, soumission, amour et fidélité », comme le précisent Antonio Vila y Camps en 179254 et, plus tard, l’ancien évêque de La Rochelle :

  • 55 COUCY, Carta pastoral..., p. XXV.

Enseñemos a los Pueblos que su felicidad consiste en someterse a la autoridad y en respetar las distinciones y jerarquías establecidas por Dios mismo para el bien de la sociedad55.

57Sans même qu’il soit la peine de rappeler à tout coup que l’autorité du roi procède de Dieu, la célébration du « sage monarque » qui règne en Espagne et des mérites d’« une république bien ordonnée » revient à recommander la perpétuation de l’Ancien Régime (l’expression n’est pas employée). Francisco de Armanyá, archevêque de Tarragone, plus explicite que beaucoup de ses coreligionnaires, propose — toujours sans employer l’expression « Ancien Régime » — une excellente définition de celui-ci :

  • 56 Lettre pastorale publiée à la suite du n° 48 (11 février 1793) du Diario de Barcelona.

Defender el buen orden, la sólida paz y segura tranquilidad, la debida sujéció a los legítimos superiores, la observancia de las leyes divinas y humanas, y sobre todo la feliz conservación de la santa fe, de la verdadera iglesia de Jesu Christo y de su sagrado culto56.

58Violemment attaquée par les révolutionnaires français, l’Inquisition connaît une nouvelle jeunesse, puisqu’on vient de lui trouver une nouvelle raison d’être : l’interception, l’examen et l’interdiction des écrits subversifs. Aussi ne manque-t-elle pas de défenseurs au sein du clergé, encore que l’étude des textes de cette « campagne d’opinion » anti-révolutionnaire conduise à constater que sa défense explicite dans cette littérature de combat circonstancielle ne soit pas aussi fréquente qu’on aurait pu l’imaginer.

59La même remarque vaut pour la défense de l’intolérance qui semble s’identifier au Saint Office. Comme s’il était malaisé d’argumenter pour la légitimer, l’intolérance est plus volontiers évoquée au cours de sa mise en œuvre dans des mesures réglementaires ou policières que placée au centre d’un débat de nature philosophique. Mais si le concept est plutôt escamoté, l’implacabilité à l’égard des ennemis, voire la cruauté, qui est la manifestation extrême de l’intolérance, peut être préconisée, sans état d’âme ni hésitation intellectuelle.

60Dans le sillage d’un clergé appelé à devenir exemplaire par sa détermination patriotique et sa générosité financière, le peuple espagnol, multipliant les prières publiques, les neuvaines, les processions et les jeûnes, offrira à Dieu le témoignage d’une foi vivifiée, non raisonneuse, mais aveugle comme la foi du charbonnier. C’est ce que l’évêque Menéndez de Luarca réclame à ses fidèles :

  • 57 In Ramón MARURI VILLANUEVA, Ideología p. 114.

¿Oisteis lo que suele decirse creer a ojos cerrados, a pies juntos? ¿Oisteis predicar la fe del carbonero? Eso es creer en Dios. Lo demás no es creerle: es disputar con él, es disputarle su veracidad57.

61Une telle foi fondée sur une totale soumission à ces guides spirituels indiscutables que sont des prêtres doit provoquer une mutation qualitative du peuple de Dieu, qui sera conduit naturellement à être plus vertueux, plus résigné, plus austère, plus ami de la contrition, plus soumis aux autorités.

  • 58 Cf. Antonio ELORZA, «Cristianismo ilustrado y reforma política en fray Miguel de Santander», Cuade (...)
  • 59 In Miguel de los Santos OLIVER, Mallorca durante la primera revolución (1808-1814), Palma, Imprent (...)
  • 60 Ibid., t. III, p. 572.

62Une fois la paix revenue entre la France et l’Espagne en 1795 et alors que l’évolution politique à Paris est propre à tranquilliser les autorités madrilènes, le discours clérical espagnol baisse logiquement de ton, tant dans sa gallophobie que dans sa condamnation de la Révolution. Miguel de Santander qui n’avait pas manqué de dénoncer le « bouleversement universel » fomenté en 1794 par les « monstres révolutionnaires » tient, quatre ans plus tard, des discours modérés, en venant même à déplorer l’entreprise qui consiste à calomnier systématiquement la Révolution ; même l’horrible guillotine est définie maintenant comme l’instrument auquel on recourait pour punir — assez justement, semble-t-il — ceux qui contrevenaient aux lois58. En réalité, le discours violemment gallophobe et anti-révolutionnaire tenu vers 1793-1795 n’est pas frappé d’une irréversible caducité car, quinze ans plus tard, on le voit ressurgir, dirigé de nouveau contre les Français. Sans doute, quelques-uns des auteurs des discours enflammés de 1793 qui choisissent de se rallier aux autorités napoléoniennes continuent à chercher dans la Bible des arguments (neufs) pour justifier leur « collaborationnisme » : certains de ces ecclésiastiques « joséphins », s’abritant derrière la volonté divine, trouveront normal d’accepter le fait accompli, en l’occurrence l’avènement de Joseph Bonaparte, ou encore déduiront de leur doctrine absolutiste que Charles IV avait le droit de disposer de sa couronne et, donc, d’y renoncer. Mais, dans l’autre camp, hormis quelques arguments nouveaux inspirés par l’actualité, le discours clérical gallophobe et contre-révolutionnaire refait surface en se donnant les mêmes repoussoirs, la même finalité et les mêmes thèmes mobilisateurs : à Majorque, l’évêque Nadal, retrouvant les accents de Fray Diego de Cádiz, n’a pas de mots assez durs pour qualifier Bonaparte (« le monstre horrible »), les Français (arrogants et aveugles) et l’invasion napoléonienne (qui engendre violences et profanations)59. Et tandis que l’archevêque de Tarragone se livre à une apologie du Saint Tribunal de l’Inquisition, un prédicateur, Fray José Desiderio, autre émule de Fray Diego de Cadiz, estime que les journalistes (libéraux) de La Aurora sont les alliés objectifs des envahisseurs français qui se sont permis de diffuser en Espagne « la fausse philosophie », moyennant quoi « l’athéisme et le déisme » relèvent la tête en Espagne60.

63Une fois posé — comme le fait un commentateur anonyme en 1808 — que « l’égoïsme, la duplicité et la supercherie » font se ressembler « le cabinet de la révolution et celui de l’empire », le discours clérical contre-révolutionnaire, dépassant là le stade primaire de la gallophobie, prend son envol en reprenant, quasiment mot pour mot, le discours tenu en 1793. Ainsi, Francisco Xavier Utrera, évêque de Cadix, repart en guerre — c’est l’aspect de croisade morale — contre « les nudités provocatrices », « le luxe excessif », le défaut d’éducation de la jeunesse, avant de glisser des réflexions politiques qui appartiennent clairement au discours réactionnaire qu’on pourrait qualifier de déjà classique :

  • 61 Demostración de la lealtad española [...], Madrid, Imprenta de Collado, 1808, t. II, p. 23.

Que todos los vasallos comprehendidos en esta Diócesis, prestándose dóciles a las órdenes de las autoridades constituidas, aparten sus ánimos de las sediciones, parcialidades, tumultos y odios personales, y obedezcan con confianza a las órdenes y mandatas de sus superiores [...], teniendo presente que no es lícito indagar los arcanos de las autoridades que nos gobiernan, porque esta diligencia popular solo contribuiría a entorpecer, y tal vez impedir los medios de conseguir los santos fines que deseamos61.

64Extrait de Les Révolutions Ibériques et Ibéro-Américaines à l’aube du XIXesiècle, Actes du Colloque de Bordeaux (2-4 Juillet 1989), Collection de la Maison des Pays Ibériques n°49, Editions du C.N.R.S., Paris, 1991, pp. 25-43.

Notes

1 Javier HERRERO, Los orígenes del pensamiento reaccionario español, Madrid, Cuadernos para el diálogo, 1973.

2 Proclamation de Francisco, archevêque de Valence, publiée dans le Diario de Barcelona du 20 novembre 1793.

3 José Manuel CUENCA, Estudios sobre la iglesia española del XIX, Madrid, Rialp, 1973, p. 123.

4 Carta pastoral del Ilustrísimo Señor Don Juan Carlos de Coucy, obispo de La Rochela, dirigida a los fieles de su diócesis desde España, con el motivo de las inquietudes de la Francia, Sevilla, Imprenta de Vásquez y viuda de Hidalgo, 1793, p. XXI.

5 José Manuel CUENCA, Estudios..., p. 126.

6 In Javier HERRERO, Los orígenes...., p. 147.

7 Archivo Histórico Nacional, Madrid (AHN), Serie Estado (E.), legajo 3237 (2).

8 Alfredo Martinez Albiach, Religiosidad hispana y Sociedad borbónica, Burgos, Facultad Teológica del Norte de Burgos, 1969, p. 92.

9 «Exhortación que el autor hizo a sus paisanos, para la defensa de la patria en la presente guerra, el año de 1795», in Sermones panegíricos de varias misterios, festividades y santos, por el Ilustrísimo Señor D. Fr. Miguel de Santander, obispo de Armizón y auxiliar de Ζaragoza, Madrid, tomo I, 2e ed., 1803, p. 392.

10 In Alfredo MARTINEZ ALBIACH, Religiosidad hispana p.86.

11 In Diario de Barcelona, du 20 novembre 1793.

12 «Sermón XXII del Β. Lorenzo de Brindis, capuchino, para implorar la divina protección en la presente guerra, predicado en el convento de capuchinos de la ciudad de Toro, el día 13 de julio de 1794», Sermones..., pp. 412-413.

13 In Ramón MARURI VILLANUEVA, Ideología y comportamientos del obispo Menéndez de Luarca (1784-1819), Santander, Colección Pronillo, 1984, p. 104.

14 COUCY, Carta pastoral..., p. XIII.

15 Pastorale du 31 juillet 1794, intercalée entre les n° 48 (17 février 1795) et 49 du Diario de Barcelona.

16 COUCY, Carta pastoral...., p. XIII.

17 AHN, E. 4028 (2).

18 AHN. Ε 3237 (2).

19 AHN, E. 3957.

20 In Javier HERRERO, Los orígenes..., p. 146.

21 In Ramón MARURI VILLANUEVA, Ideología..., p. 113.

22 In F. TORT MITJANS, Biografía histórica de Francisco Armanyá Font, Villanueva y La Geltrú, 1967, p. 407-408.

23 COUCY, Carta pastoral..., p. XXV.

24 In F. TORT MITJANS, Biografía histórica..., p. 408.

25 «Sermón XII [...]», Sermones..., p. 413.

26 In F. TORT MITJANS, Biografía..., p. 407.

27 In Alfredo MARTINEZ ALBIACH, Religiosidad...., p. 95.

28 In José Manuel CUENCA, Estudios..., p. 123.

29 AHN, E. 3094 (1).

30 In José Manuel CUENCA, Estudios..., p. 124.

31 Ibid., p. 133.

32 «Exhortación...», p. 393.

33 Exhortation publiée dans le Diario de Barcelona du 29 mai 1794.

34 AHN, E. 4048 (2).

35 Ibid.

36 «Exhortación...», p. 393.

37 In Ramón MARURI VILLANUEVA, Ideología..... p. 91.

38 In Javier HERERO, Los orígenes p. 145.

39 COUCY, Carta pastoral...., p. XI.

40 AHN, E. 3957.

41 Exhortation du 28 novembre 1793, publiée dans le Diario de Barcelona (n° 2) de janvier 1794.

42 Proclamation de Francisco, archevêque de Valence, du 20 novembre 1793, publiée dans le Diario de Barcelona du 13 janvier 1794.

43 In Ramón MARURI VILLANUEVA, Ideología p. 115.

44 Proclamation de Francisco....

45 In José Manuel CUENCA, Estudios..., p.127.

46 AHN, E.4048 (2).

47 «Carta circular del Reverendísimo P. General de los Franciscanos [...]», publiée dans le Diario de Barcelona du 20 septembre 1794.

48 «Exhortación...», p. 395.

49 AHN. E. 3956.

50 AHN. E. 3932 (2).

51 AHN, E. 4028(1).

52 AHN, E. 3925 (1).

53 AHN, E. 3950 (2).

54 Antonio ELORZA, «Hacia una tipología del pensamiento reaccionario en los orígenes de la España contemporánea», Cuadernos Hispanoamericanos, Madrid, n° 203, noviembre de 1966, p. 375-377.

55 COUCY, Carta pastoral..., p. XXV.

56 Lettre pastorale publiée à la suite du n° 48 (11 février 1793) du Diario de Barcelona.

57 In Ramón MARURI VILLANUEVA, Ideología p. 114.

58 Cf. Antonio ELORZA, «Cristianismo ilustrado y reforma política en fray Miguel de Santander», Cuadernos Hispanoamericanos, Madrid, n° 214, octubre de 1967.

59 In Miguel de los Santos OLIVER, Mallorca durante la primera revolución (1808-1814), Palma, Imprenta de Amengual y Muntaner, 1901 (2° ed.: Palma, Luis Ripoll, 1982).

60 Ibid., t. III, p. 572.

61 Demostración de la lealtad española [...], Madrid, Imprenta de Collado, 1808, t. II, p. 23.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540