Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voir, comparer, comprendre

 | 
Jean-René Aymes

II — L'Espagne et la Révolution française

L’Espagne et la Révolution française : les réponses régionales (Recherche des principaux caractères différenciateurs)

Texte intégral

L’état de la question

1Une tradition historiographique qui est propre à l’Espagne du XIXe siècle, ainsi qu’à une partie de l’Espagne du XXe siècle, et qui fait se rejoindre historiens libéraux et historiens traditionalistes, a conduit à présenter l’Espagne comme une nation homogène, spécialement unie au cours des grands conflits qui l’ont opposée à des pays étrangers. Par voie de conséquence, les historiens de la péninsule, cédant à ce penchant nationaliste ou patriotique, ont eu tendance à souligner le caractère magnifiquement unitaire de la réponse donnée par l’Espagne à la France révolutionnaire qui, selon le moment, se proposait de la gagner à la « bonne cause » ou de lui imposer son credo par voie autoritaire. Les différences régionales ont été, par suite, sous-évaluées ou proprement escamotées. Un exemple caractéristique de cette attitude « idéalisante » est fourni par Jaime Balmes qui, en 1844, estime que la Révolution française a contribué à étouffer le « provincialisme » déjà mis à mal par les mesures unificatrices prises par Philippe V au début du siècle :

  • 1 Cité par Angel OSSORIO Y GALLARDO, Historia del pensamiento politico catalán durante la Guerra de (...)

Il ne s’agissait plus maintenant de telle ou telle pratique, réduite à une ou à quelques rares villes, de tel ou tel privilège concédé à des corporations déterminées. La question se situait à un plus haut niveau : la religion, la monarchie, l’ancienne société en masse, avec ses croyances, ses mœurs, ses lois, ses institutions, étaient en danger ; on avait déclaré la guerre à tout ce qui existait, non pas pour introduire de légères réformes, mais pour détruire complètement et dresser sur les ruines un édifice entièrement neuf. Naturellement, en une pareille crise, on dut oublier l’accessoire pour ne penser qu’à l’essentiel. Et c’est ainsi que de cette époque date une direction d’idées qui en rien ne ressemble à l’ancienne, puisqu’on note dans la pensée des conservateurs eux-mêmes plus d’ampleur, plus d’universalité et que toutes les questions revêtent un intérêt cosmopolite qui, non seulement ne peut se circonscrire à une province ou à une nation, mais qui embrasse le genre humain1.

2Sous la IIe République et plus encore à la fin du Franquisme, une nouvelle tendance historiographique s’est fait jour en Espagne, qui réévalue en hausse le poids des particularismes provinciaux et l’ampleur des différences régionales chaque fois que la nation espagnole était affectée par des crises majeures, de nature variée (politique, sociale, économique...). L’Espagne contemporaine de la Révolution française, et exposée à l’impact de celle-ci, a donc été soumise à réexamen, mais il s’en faut de beaucoup qu’un point d’équilibre ait été atteint et que les lacunes dans la connaissance historique aient été comblées, en dépit de la vigoureuse impulsion que « l’historiographie de l’Espagne des autonomies » — c’est ainsi probablement qu’on appellera plus tard celle qui se manifeste depuis quelques années — donne à ce genre de recherches réactivées ou seulement amorcées.

3Cette nouvelle historiographie, appliquée à la période qui nous intéresse ici — en gros, les deux dernières décennies du XVIIIe siècle —, comporte, en dehors de considérables mutations idéologiques, des changements méthodologiques notables, dont les principaux me semblent être les suivants : tout d’abord, on cesse de voir les choses depuis Madrid exclusivement, pour les considérer au niveau des différents territoires — ou de l’un d’entre eux seulement — qui constituent l’ensemble national. En second lieu, on prend garde à ne pas se fier aveuglément aux décisions, éventuellement restées sans effets, prises à l’échelon gouvernemental et à la propagande officielle qui, en période de crise, a pour objectif de mobiliser à l’unisson, de faire taire les divergences et d’imposer l’image d’une Espagne unie.

4En réalité — comme on le verra plus loin —, l’Espagne confrontée à la Révolution française est moins inébranlable et déterminée que les écrivains de la péninsule se sont plu à le dire, et sa réplique aux invitations puis à la menace qui lui viennent du nord comporte une série de caractères différenciateurs que les historiens sont loin d’avoir tous dégagés. La grande variété des documents et matériaux permettant leur repérage donnera une idées de l’ampleur de la tâche qui reste à accomplir, en dépit de la floraison des études récemment publiées.

  • 2 Diario de Zaragoza, desde enero hasta abril de 1797 (estudio e introductión de Pedro Blanco Murill (...)
  • 3 Emilia SALVADOR ESTEBAN, La Guerra de la Convención en un periódico español contemporáneo, Madrid, (...)

5Puisqu’il s’agit, entre autres choses, de cerner l’opinion publique espagnole en dehors de la capitale, sans doute la presse provinciale fournit-elle un matériau de choix, bien que le dirigisme étatique en la matière, le contrôle inquisitorial et l’écrasante suprématie de la presse madrilène interdisent d’alimenter des espoirs excessifs. Mais il demeure que, à ce jour, les historiens sont singulièrement démunis s’ils n’ont pas la possibilité de fréquenter les hémérothèques de province ou celle de Madrid qui recèle d’importantes collections de gazettes publiées en dehors de la capitale. Les historiens ne peuvent que souhaiter la multiplication des éditions de journaux en fac-similé, à l’instar de ce qui a été fait en Aragon avec le Diario de Zaragoza pour l’année 17972. Encore plus utiles seraient les études systématiques portant sur tel ou tel journal de province paru entre 1789 et la fin du siècle et qui ferait saisir l’état de l’opinion régionale, la force du sentiment antirévolutionnaire ou gallophobe ou pro-bourbonien, etc. Or on ne connaît guère, dans ce domaine, que l’étude de Emilia Salvador Esteban portant sur le Diario de Valencia3. Effectuée de façon comparative, l’étude des listes de donativos personnels — offrandes en argent, en biens, en financement d’enrôlés pour la durée de la guerre —, insérées dans les gazettes, fournirait peut-être des renseignements intéressants relatifs à la force variable des sentiments qui poussent les Castillans, par exemple, à se sentir plus impliqués — pure hypothèse — que les Andalous ou les Galiciens dans la lutte anti-révolutionnaire.

  • 4 Presses Universitaires de Lyon, 1984.

6L’étude des ouvrages parus pendant l’époque révolutionnaire, avec prise en compte des lieux d’édition, pourrait permettre également de savoir si les événements considérables survenus dans le pays voisin retentissent plus dans telle province que dans telle autre. Or rien n’a été tenté de ce côté-là. Il est vrai que l’étude de Lucienne Domergue portant sur Le livre en Espagne au temps de la Révolution Française4 n’a pas encore donné tous les fruits qu’elle porte en germe.

7D’autres indications pourraient être fournies par l’examen des inventaires des bibliothèques privées. On verrait là comment, avant et pendant la Révolution, pénètrent dans telle et telle ville ou bourgade d’Espagne des ouvrages, journaux et brochures de propagande en provenance du nord des Pyrénées. Mais rien ne dit, il est vrai, que la confrontation des « constats de présence » incite à penser que telle zone de la péninsule est plus réceptive que telle autre.

  • 5 Archivo Histórico Nacional, Madrid (AHN), Estado 3956.

8Il ne fait guère de doute, en revanche, que seraient du plus grand intérêt les rapports — s’ils existent — envoyés à Madrid par les représentants (politiques, militaires...) du pouvoir établis en province. Est de cette nature — et donc extrêmement intéressant — le rapport détaillé élaboré par Francisco de Zamora au cours de son périple à travers la Catalogne et l’Aragon en 17945.

9Dans l’impossibilité devant laquelle bute tout historien ou équipe d’historiens de couvrir minutieusement l’intégralité de l’espace national, le chercheur doit se tourner provisoirement vers les monographies locales et les histoires régionales — en plein renouveau — où il peut espérer trouver la trace de la façon dont la Révolution française est perçue, jugée et éventuellement combattue. Or, en dehors de quelques ouvrages importants concernant le Pays Basque, la Catalogne et l’Aragon, il faut admettre que les études qui pourraient s’appeler « L’Andalousie (ou L’Extrémadure, ou La Galice) face à la Révolution française » n’ont pas encore été écrites. Du côté des monographies locales, les lacunes sont encore plus vastes. Les exemples suivants appartiennent donc à l’espèce des exceptions :

  • Villas Tinoco (Siro), Málaga en tiempos de la Revolución Francesa (Universidad de Málaga, 1979).
  • Jordà i Güell (Ricard), La Guerra Gran vista des d’Olot (Episodis de la Historia, n° 99, Rafael Dalmau editor, Barcelona, 1975).

10Mais l’histoire de Barcelone, de Pampelune, de Saint-Sébastien, de Cadix... pendant la Révolution française — pour ne citer que les villes les plus affectées, en principe, par les événements révolutionnaires — est à écrire, même si les provinces correspondantes ont parfois fait l’objet d’études relativement approfondies.

11Toutes ces considérations préliminaires, destinées à souligner l’énorme ampleur des lacunes dans la connaissance de l’Espagne à l’époque de la Révolution française, confèrent ainsi une légitimité aux interrogations qui constituent le point de départ de ce travail : Quelles voies de pénétration a suivies l’idéologie révolutionnaire en Espagne ? Peut-on parler de foyers à son sujet ? En quoi consiste la spécificité des réponses — assimilation, curiosité, répliques, refus...— données dans les provinces les plus directement exposées à la contamination révolutionnaire ?

12Une fois rappelé qu’il ne s’agit ici aucunement d’examiner l’action du gouvernement de Madrid conduite à l’égard du pays voisin, il est envisageable d’indiquer, par énumération et par a priori, la nature des réponses que les habitants des provinces espagnoles peuvent apporter, individuellement ou collectivement, selon qu’elles se situent avant ou pendant le conflit armé des années 1793-1795.

13Jusqu’en 1793, on peut réunir sous l’appellation de « comportements passifs » la lecture d’ouvrages subversifs et la poursuite d’une correspondance clandestine avec des habitants du nord des Pyrénées. Dans le premier cas, l’analyse de la composition des bibliothèques et l’examen des dossiers de l’Inquisition — tel que l’a effectué Lucienne Domergue - constituent les moyens d’accès à cette connaissance. Et il y a fort à parier que « la carte géographique de cette subversion latente » ferait apparaître une homologie avec la carte des foyers ilustrados, sans que cette homologie aille jusqu’à la superposition, puisqu’il est bien entendu qu’un ilustrado partiellement et naturellement afrancesado (par ses lectures) dans les décennies 1760-1780 n’est pas automatiquement un « philo-révolutionnaire » en 1789.

  • 6 Cf.: - Irene CASTELLS, «Els rebomboris del pa de 1789 a Barcelona». Recerques, Barcelona, N° 1, 19 (...)
  • 7 Cf.: Antonio ELORZA. La ideología liberal en la Ilustración española, Madrid. Ed. Tecnos, 1970, pp (...)
  • 8 Cité par Gonzalo ANES, Economía e Ilustración en la España del siglo XVIII, Barcelona, Ed. Ariel, (...)

14La gamme des comportements actifs — toujours pour la période antérieure à la guerre de 1793 — est beaucoup plus étendue : les propos révélant la fascination exercée par les événements révolutionnaires peuvent être tenus en public, dans les rues, dans les tavernes, dans des réunions ; la « guerre d’opinion » peut revêtir la forme d’envois de lettres anonymes et de libelles ; les prises de position politique peuvent être suscitées par le contact direct, soit avec des résidents français (acquis ou hostiles à la Révolution), soit avec des émigrés royalistes (ecclésiastiques ou laïcs) qui éveillent, selon le cas, de véhéments sentiments de sympathie apitoyée ou de rejet ; l’engagement aux côtés de la Révolution peut également se radicaliser lorsque ses admirateurs, franchissant la frontière, vont prêter leur concours aux « clubistes » de Bayonne ou de Paris. Enfin, il y aurait lieu de réexaminer comment les événements français ont pu interférer — ne serait-ce que pour créer un climat propice à la revendication ou pour inspirer tel type de conduite collective — avec plusieurs soulèvements qui se produisent dans la péninsule entre 1789 et 1795 et qui comportent des implications politiques, même si les causes paraissent principalement économiques, comme c’est le cas à Barcelone lors des rebomboris del pa de 1789 et dans le Levant6. Dans le cas précis du soulèvement appelé de San Blas (février 1795), organisé par le majorquin Juan Picornell, il ne fait guère de doute que le projet d’implanter une république en Espagne ne peut être étranger à ce qui s’était passé dans le pays voisin7. Certes, ce serait tomber dans le travers du gallocentrisme que de voir partout et à tout moment la main des révolutionnaires français ou leur influence, mais il est désormais établi, grâce aux travaux de G. Anes, R. Herr, L. Domergue, que, çà et là, le souvenir ou l’image des grands événements français est présent dans les mémoires ou inspire des actions. Pour ne retenir, à titre d’exemple, que le seul cas des pamphlets, on peut admettre, avec G. Anes, que si la grande majorité des pasquins apparus en 1789 avaient pour but de protester contre le prix excessif du pain, quelques-uns toutefois, à Oviedo et Gijón (Asturies), se référaient explicitement au pays voisin, comme celui où l’on pouvait lire (dans un mauvais espagnol) : « En France règne la paix ; en Espagne l’inquiétude : que Bolter (Voltaire) nous donne la santé, pour crier : Vive la liberté ! »8.

15L’ouverture du conflit armé avec la France en 1793 sert de révélateur d’opinion, plus encore que l’annonce de la destitution, puis de l’exécution de Louis XVI, car, même si la guerre est loin d’impliquer toute la nation comme le fera la Guerre d’Indépendance quelques années plus tard, le compte rendu des opérations militaires dans les gazettes, la célébration d’actes religieux en rapport avec le conflit, l’invitation à consentir des sacrifices financiers, l’appel sous les drapeaux pour une partie de la population, l’obligation de prendre position par rapport aux « occupants » dans les territoires que ceux-ci contrôlent, la conduite à tenir vis-à-vis des prisonniers de guerre français, sont autant de circonstances et d’événements, petits ou majeurs, qui « actualisent » la Révolution française en Espagne et incitent ou obligent les sujets de Charles IV à se situer par rapport à elle. Il serait erroné de penser que la prise de la Bastille, l’exécution de Louis XVI, les charrettes de guillotinés, la résistance des Vendéens ou la capitulation du château de San Fernando de Figueras sont connus dans tous les recoins de l’Espagne (parce qu’on mesure encore trop mal la pénétration des gazettes dans les campagnes et le rôle exercé par les curés de paroisse), mais il est certain que les nouvelles ont essaimé plus qu’on ne l’aurait cru. L’étude de L. Domergue, entre autres mérites, a celui de rendre sensible l’agitation des esprits, éveillée par la Révolution française, et le pouvoir de séduction qu’elle exerce, même si la réaction de rejet et de condamnation est incomparablement plus massive que la réaction de sympathie :

  • 9 Op. cit., p. 183.

Du menu fretin, certes — observe L. Domergue —. Mais quelle effervescence ne dut-il pas y avoir du nord au sud du royaume dans les années 1793-1795 ! Quelle impuissance que celle de l’appareil répressif devant ce déferlement ! L’étude des divers dossiers (de l’Inquisition) concourt à renforcer cette impression (...)9.

La réponse de l’Espagne en dehors de la Catalogne et du Pays Basque

16La lecture du livre de L. Domergue conforte l’impression que la Révolution française retentit en Espagne, certes de manière fractionnée et diluée, partout où localement existent, soit des individus exaltés ou mal-pensants, soit des Français (résidents, émigrés ou prisonniers de guerre). Mais il est douteux que le recueil des informations éparses dans les journaux, dans les mémoires autobiographiques et dans les archives permette de dresser une carte des régions les plus « philo-révolutionnaires » ou les plus perméables à la propagande française. Des ferments révolutionnaires sont repérables en maints endroits, comme l’indique la liste, très lacunaire, des villes et bourgades où des publications subversives ont été saisies : on trouve là Tolède, Ségovie, Avila, Ocana, Cadix, Pontevedra, Santander, Saint-Sébastien, Bilbao et, au total, représentées aussi bien des provinces continentales (les deux Castilles) que des provinces périphériques.

  • 10 Richard HERR, España y la revolución del Siglo XVIII, Madrid, Aguilar, 1964, p. 271. Id. pour les (...)

17Si, en laissant de côté le Pays Basque et la Catalogne, on s’évertuait à établir l’existence, non plus de « philo-révolutionnaires » isolés, mais de foyers, sans doute faudrait-il chercher, d’une part du côté des villes comportant des Sociétés Economiques des Amis du Pays — encore que la filiation entre Ilustración et « philo-révolutionnarisme » n’ait rien d’évident —, d’autre part du côté des villes universitaires, puisque aussi bien les universités sont des lieux privilégiés pour la lecture des livres subversifs, pour la conduite d’une réflexion collective hétérodoxe et pour la pénétration d’idées « dangereuses » parmi les membres de 1’intelligentzia locale. Il est donc logique de penser que, en ce qui concerne l’Espagne continentale, des villes comme Salamanque, Valladolid, mais aussi Grenade, Valence et Saragosse, constituent des bouillons de culture pour les ferments révolutionnaires. R. Herr fait remarquer que de Salamanque « étaient sortis des perturbateurs de la catégorie de Marchena, Picornell et Urquijo »10. En son temps, José Maria Blanco-White écrivait dans El Español (1811) que « dans toutes les universités se formaient des groupes de jeunes gens qui s’instruisaient en payant de leur poche, au grand déplaisir de leurs maîtres, et avec danger pour eux ».

18Il est enfin remarquable que, parmi les individus ayant eu maille à partir avec l’Inquisition, figurent des avocats établis à Valladolid et à Grenade, c’est-à-dire dans deux villes universitaires.

19Mais toute conclusion serait aventurée, qui engagerait à penser que telle province, en dehors des zones littorales et des zones proches des Pyrénées, est globalement plus « philo-révolutionnaire » que telle autre. En réalité, la présence de ce « philo-révolutionnarisme », plutôt que de se rapporter à des espaces géographiques spécialement perméables, paraît révéler surtout une prédilection propre à certaines catégories de la population, indépendamment de leur situation dans l’espace espagnol continental. La prédétermination socio-professionnelle primerait ainsi la prédétermination régionale. Concrètement, c’est l’appartenance aux classes moyennes, le fait d’être étudiant, avocat, médecin, « lettré », qui prédisposent au « philo-révolutionnarisme », plutôt que le fait d’habiter dans telle ville ou région. D’où l’extrême dispersion dans l’espace des individus poursuivis par l’Inquisition, et le fait que dans les causas examinées par L. Domergue apparaissent aussi bien des noms de bourgades minuscules (Campillo de Alto Buey, Dalias, San Feliu de Guixols, Mondonedo...) que des noms de villes connues.

20Mais cela n’interdit pas de penser qu’il y a plus de chances de découvrir des « philo-révolutionnaires » à Santander qu’à Cordoue, à Gijón qu’à Ségovie. C’est qu’intervient ici toute la problématique propre aux régions périphériques (on continue à laisser de côté le Pays Basque, l’Aragon et la Catalogne).

21Dans une lettre adressée au roi en 1791, le comte de Floridablanca, désireux de justifier la création d’un « cordon sanitaire » sur la frontière, avait bien marqué que les régions frontières étaient les plus exposées à la « peste » :

  • 11 Op. cit., p. 184.

L’incendie de la France progresse, et peut se propager comme la peste, car il trouve un matériau propice dans les populations de la frontière. L’évêque d’Urgel m’écrit pour m’exposer sa grande peur des nombreux Français qui s’introduisent de ce côté-là, semant des maximes de liberté qui plaisent à tous les hommes. Je reçois des nouvelles similaires de Bilbao et d’une partie de la Navarre11.

22En mentionnant Bilbao, le ministre de Charles IV évoque, en réalité, le cas plus large de toutes les villes portuaires et a fortiori celles proches des côtes françaises, où le trafic maritime favorise la pénétration d’écrits subversifs provenant de l’étranger. Lorsque, de plus, dans ces villes portuaires sont établis, de longue date, des résidents français constitués parfois en véritables colonies, il y a de fortes probabilités pour qu’existent là des foyers de « philo-révolutionnarisme ». On songe notamment à Cadix et à Saint-Sébastien. Dans le grand port atlantique anadalou, on sait qu’ils avaient créé une sorte de cercle, appelé la Casa de la Camorra, où ils allaient se distraire et lire, notamment, des journaux venus de France. Rien ne dit toutefois que les Espagnols étaient admis à ces réunions, ni que les membres français du cercle se livraient en ville à un prosélitisme dangereux. Les autorités locales ont surtout à se plaindre de la « malice infernale » de ces commerçants — plus de 200 au total — qui ont découvert des moyens ingénieux pour recevoir des gazettes et des pamphlets révolutionnaires.

  • 12 Cf. Lucienne DOMERGUE, op. cit., p. 25 et Siro VILLAS TINOCO, op. cit., pp. 227-287.

23Toujours en Andalousie, mais cette fois sur la côte méditerranéenne, Malaga passe aussi pour une ville exposée au péril révolutionnaire parce que, à l’insu du contrôleur de l’Inquisition, arrivent des textes inadmissibles, imprimés et manuscrits12.

24En réalité, la plupart des villes portuaires sont exposées, comme en témoignent les juges de l’Inquisition qui ont à se prononcer sur des documents saisis à Barcelone, Saint-Sébastien, Bilbao, Santander, El Ferrol. Par exemple, à Saint-Sébastien à l’automne 1789, le commissaire de l’Inquisition lance un cri d’alarme :

  • 13 Cité par Richard HERR, op. cit., p. 201.

Les imprimés et manuscrits qui circulent ici depuis le mois de juillet sont ceux relatifs aux événements actuels des révolutions de France et de leur Assemblée Générale. La Ville se voit inondée de cette espèce de papiers dont la circulation est facilitée par son commerce, sa situation sur la frontière et sa population (celle des commerçants) composée en grande partie d’individus de cette nation (française), qui applaudit à ces événements et les célèbre dans ses conversations13.

25En raison de la faible distance qui les sépare de la mer et du port avec lequel elles entretiennent d’étroites relations, des villes telles que Oviedo, Murcie, Saint-Jacques-de-Compostelle sont également des villes « exposées » et, de fait, l’Inquisition y fait des prises intéressantes.

26Mais il faut être prudent au moment de se prononcer sur l’impact réel de ces livraisons. Qu’il y ait eu des révolutionnaires en France pour vouloir inonder l’Espagne de textes incendiaires et qu’un certain nombre de résidents français dans la péninsule aient accepté de servir de relais ne fait aucun doute ; mais que, en dehors d’individus — rarement groupés — curieux de lire ces textes et bientôt acquis aux vues qui y étaient développées, la population espagnole, dans sa masse, ait été ébranlée, rien n’autorise à le dire, même si parfois les inquisiteurs assurent que tel catéchisme français scandaleux circule à travers le pays. L’image de la tache d’huile est-elle même applicable à ce phénomène, celui d’une circulation (obligatoirement sous le manteau, pour être à l’abri des délateurs) de livres et de journaux subversifs dont bien peu sont écrits en espagnol et pour lesquels il faut trouver des messagers fiables ?

La Catalogne

27Pour une série de raisons qui se conjuguent, la Catalogne, aux côtés de la province basque du Guipuzcoa, se désigne comme le territoire le plus susceptible de subir l’influence — assimilée ou repoussée — de la Révolution française. La Catalogne est aussi, en principe, la province la plus apte à apporter une réponse originale aux avances, puis à l’agression des révolutionnaires voisins. Les raisons prédisposantes sont de nature variée : géographiques, économiques, historiques ; une frontière internationale assez perméable (surtout en Cerdagne) ; une langue commune avec les Roussillonnais ; un grand port ouvert au commerce international ; une tradition d’échanges avec la France (marins-pêcheurs catalans fréquentant les côtes languedociennes et provençales, échanges commerciaux à base de textiles, vins, liège...) ; et enfin le souvenir, irritant, de la Guerre de Succession au terme de laquelle la Catalogne a été punie par les autorités madrilènes pour son ralliement au prétendant autrichien.

  • 14 Cité par Angel OSSORIO y GALLARDO op. cit., p. 51.

28Bref, en 1789, on ne sait guère, ni en France ni en Espagne, comment va réagir le peuple catalan à l’annonce des grands événements qui se produisent à sa porte et, surtout, quelle sera sa conduite dans le cas d’une guerre avec le pays voisin. En 1793, Antonio de Capmany, représentant de la Municipalité de Barcelone à Madrid, constate que ses compatriotes catalans ne parviennent pas à persuader les Castillans de leur inflexible dévouement patriotique : « Il semble qu’ici (à Madrid) on ne croyait pas autant en nous ; mais maintenant leurs yeux vont se dessiller »14.

29De leur côté, certains Français, portés par l’utopie révolutionnaire, croient le moment venu de libérer les Catalans asservis par les Castillans et se persuadent que la bonne parole, généreuse et émancipatrice, sera partout accueillie avec une ferveur enthousiaste. En avril 1794, les représentants du peuple Milhaud et Soubrany font état d’une fraternisation catalano-française :

  • 15 Cité par René BOUSCAYROL, Soubrany ou la révolution assassinée, Paris, Ed. Ipomée, 1984, p. 224.

Dans les villages espagnols au-delà de Bellegarde qui sont occupés par nos troupes, les habitants avaient abandonné leurs foyers ; cependant, voyant que les Français n’étaient pas ceux qu’on avait voulu leur faire croire, le misérable et l’agriculteur sont rentrés et nos frères d’armes ont partagé avec eux le pain qui devait les nourrir. Que les tyrans citent de pareils traits15.

30Il est vrai que, dans le même temps, d’autres Français, ayant perdu toute illusion, pronostiquent que si l’armée révolutionnaire venait à entrer sur leurs terres, les Catalans se dresseraient comme un seul homme pour repousser les envahisseurs, quels que soient leurs promesses et leur message. Le nommé Herculais, auteur d’un mémoire adressé au Comité de Salut Public en avril 1793 fait preuve de ce pessimisme :

  • 16 Archives du Ministère des Affaires Etrangères, Paris (AAE), Série Mémoires et Documents. Vol. 210.

Les provinces de Catalogne et d’Aragon nous offriront beaucoup de résistance d’après l’esprit actuel de ces peuples qu’on est parvenu, depuis peu, à force de caresses et de mensonges, à éloigner davantage des Français16.

31Alors que la guerre confirme, pour les Français, l’existence d’un caractère espagnol façonné — prétendent-ils — par plusieurs siècles d’une tyrannie absolutiste et cléricale, les opérations militaires qui se développent dans le Roussillon, puis en Catalogne, révèlent aux compatriotes de Mirabeau et de Robespierre qu’il existe aussi un caractère proprement catalan qui se différencie quelque peu du caractère national espagnol. Ayant du mal à admettre qu’ils ont été défaits par les « satellites du tyran de Madrid », c’est-à-dire par les armées régulières de Charles IV, les soldats de la Révolution préfèrent penser qu’ils ont eu affaire à ces non-Espagnols que seraient les Catalans. Leur conviction se renforcera au moment où, pénétrant en territoire espagnol, ils affronteront aussi les Catalans en armes, constituant les unités de miquelets et de somatens. Ils ont la révélation de la vaillance des Catalans, alors que l’armée régulière espagnole recule et, dans un cas même, capitule honteusement (épisode de la reddition du fort de Figueras). Côté espagnol aussi, on célèbre la bravoure catalane en insistant sur son caractère ancestral, voire congénital. C’est, en somme, l’affirmation d’une sorte de « catalanité caractérielle ». Les responsables militaires espagnols qui la mettent en valeur y trouvent leur intérêt, car c’est une façon de stimuler les habitants, de les remercier à l’avance et de légitimer un accroissement de l’effort collectif. Les Catalans sont ainsi reconnus en tant que tels et proposés comme exemple aux autres « nationalités ». Telle est l’attitude du Comte de La Union qui rédige dans les termes suivants une proclamation publiée dans le Diario de Barcelona du 9 juin 1794 :

  • 17 Angel OSSORIO y GALLARDO, op. cit., p. 203.

Les Catalans, toujours désireux de conserver leur bon nom, vont donner un nouveau témoignage de leur courage, de leur bonheur (sic) et surtout du zèle et de la fermeté qui, au nom de la religion, place dans leurs mains des armes qu’ils ne déposeront pas avant de vaincre ou de mourir [...]. Les Catalans, en tout temps, ont repoussé les ennemis, l’emportant même sur des troupes disciplinées. Je suis sûr que les populations opposeront une défense qui, tout particulièrement, leur vaudra la bienveillance du Roi et sera un objet d’admiration et un exemple pour les autres provinces de la péninsule17.

  • 18 Toutes les références qui suivent sont empruntées à l’ouvrage de OSSORIO y GALLARDO.

32Toujours conduits par ce souci tactique de plaire aux Catalans pour mieux les entraîner à leur suite, certains chefs militaires français choisissent de s’exprimer dans la langue indigène, rédigeant en catalan des proclamations. C’est le signe de la reconnaissance de la « catalanité linguistique ». Mais celle-ci se manifeste surtout, de manière plus spontanée et répandue, à travers des chansons — notamment les copias de ciego — et des poésies populaires, dont certaines sont publiées dans le Diario de Barcelona. Il serait intéressant de savoir si, grâce à l’appui accru des autorités provinciales, la langue catalane ne bénéficie pas ainsi d’une promotion, même si les nécessités de la « guerre d’opinion » à mener contre les Français conduisent à chanter en catalan les vertus de la Mère Espagne et l’extraordinaire « courage espagnol ». La prudence commande, dans les brèves compositions littéraires, de ne pas placer en situation de rivalité troupes espagnoles et troupes catalanes, le mieux étant de les associer ou de maintenir la bivalence, ce qui donne des titres du genre suivant : « Chanson en l’honneur des armes espagnoles et actes de bravoure des Catalans dans l’actuelle Campagne du Roussillon »18.

33Dans cette chanson, même alliance conceptuelle sur pied d’égalité, mais qui, en définitive, préserve la différenciation :

Aux armes, aux armes, Espagnols,
Catalans, aux armes, aux armes,
Puisque le Français frénétique
Nous provoque et nous menace.

34Même balancement dans le corps de la chanson, au moment de distribuer les lauriers : sur la frontière se bat « la meilleure troupe d’Espagne », mais la palme devrait revenir, en matière de courage, aux « troupes catalanes ».

35D’autres chansons, comme cette « Chanson en l’honneur des actes de bravoure que réalisent en France les Régiments de Tarragone, de Gérone et les Fusiliers rouges », accentuent la note « catalaniste », sans toutefois étouffer la note « espagnoliste ». Ainsi, dans la chanson mentionnée ci-dessus, il est annoncé que

Le glorieux Saint Narcisse,
Pour défendre l’Espagne,
Enverra des mouches
Pour se battre en campagne.

36Mais dans cette chanson, comme dans deux autres intitulées, l’une « Chanson nouvelle et curieuse en l’honneur de la victoire des troupes qui ont conquis la Cerdagne » et l’autre, « Couplets inspirés par le Nouveau Régiment qu’a levé la ville de Barcelone », la Catalogne et les Catalans occupent le devant de la scène. Toute une « catalanité externe » s’y étale : des noms de lieux familiers (Rosas, Puycerdá, Montlluis, Llibia, Camprodón, Bellegarda...), des noms de régiments autochtones («Batallón de Reus», «Tercio de Barcelona»), des réalités militaires propres à la province (les «Fusallers Bermells», les «Miquelets»), des détails vestimentaires typiquement catalans, une symbolique spécifique centrée sur l’emblème aux barres parallèles rouges et jaunes (« les armes ornées de barres brillantes »), y compris des allusions à des aliments catalans...

37Bien que les textes des coblas retrouvées par Ossorio y Gallardo soient muets sur ce point, il semble bien que la principale manifestation de la « catalanité » durant la guerre contre la France de la Convention ait revêtu, aux yeux des Catalans plus encore qu’à ceux des Français, la forme du somatén qui, effectivement, représente une modalité originale de mobilisation populaire. De nombreux témoignages contemporains montrent que les Catalans s’identifient à cette forme de lutte contre un envahisseur, mieux qu’ils ne s’identifient aux tercios (régiments) de l’armée régulière. Une analyse serrée du règlement qui préside à la constitution des somatens doit pouvoir éclairer les raisons d’un attachement particulier des Catalans à ces groupements para-militaires. Certes, il est rappelé dans le premier article — et cela est propre à dissiper tous les sentiments de crainte ou de jalousie que pouvaient éprouver des non-Catalans — que les Catalans, s’assimilant sur ce point au reste des Espagnols, s’attachent, en premier lieu, à la « défense de la Religion et de la Patrie (qui) est une des plus strictes obligations de chaque citoyen : il n’y a aucun privilège qui puisse l’y soustraire ». Mais, hormis quelques références au Roi et aux prêtres, destinées à confirmer que les Catalans sont des sujets obéissants et des catholiques fervents, la « catalanité » imprègne tout le texte du règlement de mai 1794, pourtant rédigé par un non-Catalan, le comte de La Union. Cette « catalanité » comporte, à mon sens, les trois éléments suivants : le « localisme », le « démocratisme » et le « juntisme ».

38Du « localisme » relève la précision que le recrutement des « somatens » est fonction de la distance qui sépare les villes et les villages de la frontière :

Les villages qui sont à l’intérieur de la limite des 10 lieues de la frontière de France devront remettre pour le somatén la moitié des individus en mesure de porter des armes ; ceux qui se trouvent au-delà des 10 lieues, et jusqu’à 20, concourront pour un tiers, et ceux qui sont plus éloignés, pour un quart.

39L’envahisseur ne pouvant venir que par le nord, on voit ainsi se dessiner virtuellement des lignes successives de défense de moins en moins serrées au fur et à mesure qu’on s’éloigne du secteur névralgique qui est la zone frontière. Cela revient à dire que, en matière de lutte populaire contre l’étranger, un Catalan de Tarragone se considère moins engagé qu’un Catalan de Gérone. Seule, la solidarité inter-catalane est préservée au niveau des tercios et des unités de miquelets qui, en principe, excluent toute discrimination géographique et marquent que toute la Catalogne est impliquée, au même titre du reste, que les autres provinces.

40En second lieu, le « démocratisme » paraît être la seconde composante de cette « catalanité » incarnée dans le somatén, sans qu’il faille chercher là un quelconque écho du « démocratisme » turbulent et récemment institutionnalisé dans le pays voisin. Le règlement du somatén en matière de financement révèle un souci de répartition équitable qui conduit l’auteur du texte à presser les « Laboureurs Fortunés et autres Habitants aisés » de venir en aide à leurs compatriotes démunis :

Art. 10 — Les simples Artisans, Journaliers et Manouvriers sont les seuls qui, en raison de leur pauvreté et d’autres réflexions évidentes, doivent être exemptés de contribuer avec de l’argent à l’organisation des Somatens.
Art. 11 — Toute la Noblesse, les Propriétaires et autres Personnes aisées devront, afin d’aider les Somatens, apporter leur contribution, au début du mois, dans le lieu de leur résidence, par prélèvement sur tous les biens qu’ils possèdent, de quelque nature que ce soit, et où que ce soit.

41L’organisation des somatens relève, pour l’essentiel, soit d’une Junte de Défense et d’Armement, soit du Corrégidor — par quoi le phénomène du « juntisme » se rattache à ce qui a été qualifié plus haut de « localisme » —, lequel a le pouvoir de fixer lui-même le nombre de jours pendant lesquels le somatén restera sous les armes avant d’être relevé par un autre contingent. Certes, en matière de recrutement, d’organisation et de discipline, les prêtres, les magistrats locaux et les officiers de l’armée régulière sont appelés à intervenir — grâce à quoi, à travers eux, le pouvoir central n’est pas dessaisi de ses prérogatives —, mais l’impression dominante subsiste, à savoir que le somatén est principalement l’affaire des Catalans eux-mêmes, maîtres d’apprécier la gravité du danger et de fournir une réponse modulée, conforme à leurs intérêts et à leur analyse de la situation.

42Cela suffit déjà à expliquer la préférence que les Catalans marquent en faveur des somatens, au détriment de l’armée régulière qui n’est pas spécialement appréciée et qui, en retour, manifeste parfois de mauvaises dispositions à l’égard de la population qu’elle est chargée de défendre. D’où, par exemple, la lettre que le prêtre Victor Brunet envoie au Capitaine Général pour déplorer que « la troupe d’Espagne ne veut pas œuvrer pour la défense de la Principauté ». Il est vrai que l’on comprend l’amertume et le mécontentement des soldats de l’armée régulière qui découvrent que les Catalans sont assez cupides et cyniques pour faire monter le prix des provisions de bouche et réaliser, aux dépens des caisses de l’armée royale, des bénéfices exorbitants. Telle est la réalité des choses, vues au ras du sol — si l’on peut dire — et dans leur quotidienneté, et non plus à travers les textes officiels, à finalité de propagande, qui célèbrent à l’envi la cordialité des rapports entre la population catalane et les armées du roi d’Espagne. En vérité, en maintes occasions, des incidents se produisent entre les habitants et la troupe. Un peu partout, la population est indignée par la lâcheté de la garnison de Collioure, puis par celle des défenseurs du fort de Figueras. Ici et là, des municipalités se refusent à fournir aux commandements militaires des hommes pour escorter des prisonniers de guerre français ou pour réparer des chemins, des attelages, des logements pour les officiers ou des avances en argent. Une série d’incidents et de réclamations permet à Ossorio y Gallardo de conclure que « l’émulation prenait des caractères d’antagonisme et (que), renversant toutes les digues de la convenance, jaillissaient les personnalités intimes du Catalan et du soldat, en une opposition acharnée ». Qu’ont à voir là — dira-t-on — les soldats de la Convention et les messages révolutionnaires que parfois ils cherchent à répandre dans les lignes espagnoles ? Lorsque civils catalans et soldats espagnols se disputent, il est improbable que la Révolution y soit pour quelque chose. Ou, plutôt, il faut admettre, avec Ossorio y Gallardo, que la Révolution française contribue à rassembler les Catalans contre l’ennemi commun et à « ressouder » la Catalogne au reste de l’Espagne ; mais il demeure, en sens inverse, que la Catalogne semble retrouver sa personnalité, son passé, ses traditions à l’occasion de la guerre avec les voisins du nord. On ne pourrait pas en dire autant — les raisons en sont évidentes — de l’Andalousie, de la Castille ou de la Galice.

43A côté du somatén, incarnation sui generis de la Catalogne en lutte, les Juntes, entrevues plus haut à travers des Juntes de Défense et d’Armement, paraissent représenter, comme au Pays Basque à la même époque, un phénomène de signification politique majeure (il s’étendra à tout le pays à l’occasion de la lutte contre les envahisseurs napoléoniens). Il marque, en Catalogne, la timide émergence d’un pouvoir nouveau que les Catalans se donnent à eux-mêmes, sans qu’on puisse dire qu’il leur est imposé par le pouvoir central. Au moment où les soldats de la Convention pénètrent profondément en Catalogne, les autorités, ou sont ébranlées si elles demeurent en place, ou se dissolvent. La constitution des Juntes de Défense et d’Armement signifie que les Ayuntamientos ne sont plus aptes à faire face à la situation. Faute d’études détaillées dans ce domaine, rien ne permet de dire que l’élément populaire investit ces nouvelles instances, auquel cas on serait en droit de dire qu’un processus révolutionnaire s’est déclenché. Mais du moins une mutation institutionnelle vient de s’opérer, seulement formelle ou nominale — il est vrai — si à l’alcade noble ou au propriétaire terrien vient se substituer, à la tête de la Junte, un président également noble ou un propriétaire terrien. La vraie révolution, à l’échelon local, eût été qu’à la tête de la Junte se fût porté un petit métayer, un journalier ou un marin-pêcheur. A l’échelon de la province, la mutation paraît plus considérable. Elle fait dire à Ossorio y Gallardo :

Voilà la Catalogne obligée de remplir des fonctions de gouvernement au moment où elle s’y attendait le moins. Assurément, une fois éteinte sa nationalité, elle n’aurait pas soupçonné que, avant la fin du XVIIIe siècle, elle devrait refaire, pour son compte, à ses risques et périls, des systèmes de contribution, des organisations militaires, des fonctions parlementaires.

44Effectivement, l’Assemblée qui, à l’initiative de la Municipalité de Barcelone, se réunit dans cette ville à la fin de janvier 1794 ressemble à un parlement provincial, non certes désireux de rompre avec le passé et de rejeter la tutelle madrilène, mais, du moins, appelé à prendre des décisions importantes relatives à « la réunion de la Province et (à) sa mutuelle défense ». Rien n’indique que la Junte de la Province, issue de l’Assemblée, a conçu le projet d’outrepasser ses prérogatives (« contenir les ennemis et préserver les états du Roi des ravages qui les menacent »). Cette Assemblée ne va pas se comporter comme la Constituante française, mais il reste que ces citoyens catalans, rassemblés par le sentiment d’être exposés à un danger inouï, envisagent de structurer un nouveau pouvoir, à tous les niveaux (des Juntes locales à la Junte de la Principauté). Ils font montre, pour le moins, d’une volonté réformiste singulièrement vigoureuse, même si sont maintenus en place le Capitaine Général, les gouverneurs, le Trésorier Général et les chapitres ecclésiastiques. Que serait devenu le panorama institutionnel catalan si la guerre s’était prolongée ? (Rappelons que nous sommes à quelques mois seulement de sa conclusion).

45Examinant le « Plan général adopté par la Principauté de Catalogne à travers ses Députés réunis en Juntes présidées par Son Excellence D. Joseph Urrutia, Général en chef de l’Armée [...] », Ossorio y Gallardo a commenté une phrase qui, effectivement, donne à penser : il est dit qu’il conviendrait de constituer « quelques compagnies de nouveau service » et de « mettre fin complètement à celui des somatens qui, avec si peu de profit, ont causé tant de dépenses et de préjudices à la Province ». Il faudrait donc comprendre qu’au moment où la Junte Provinciale signifie une reprise en mains de la situation et l’expression de la volonté d’éviter tout débordement populaire, les somatens représentent l’avant-garde d’une révolution démocratique en marche ou, du moins, la porte ouverte à la destitution des autorités locales et, finalement, l’émiettement du pouvoir. En somme, la « catalanité » institutionnalisée sous la forme d’une Junte dont l’autorité s’étend jusqu’aux confins de la province est considérée comme menacée par une « poussée démocratique », à savoir par la conquête — en cours ou rendue possible — du pouvoir local par une nouvelle classe sociale ou groupe d’individus jusque-là tenus à l’écart. Vue de Madrid, la nouvelle situation créée par l’imminente dissolution des somatens et la création corrélative des tercios intégrés dans l’armée régulière ne peut être tenue pour entièrement satisfaisante, car la Junte de la Principauté peut laisser croire qu’on s’achemine vers l’institution de quelque état fédéral au sein duquel la Catalogne disposerait, sous la forme de sa Junte, d’un semblant de gouvernement propre. C’est pourquoi le général Urrutia s’empresse de dissoudre la Junte de la Principauté, ne laissant subsister que les Juntas de Partidos, sortes de juntes intermédiaires entre les locales et la régionale, qui présentaient un danger moindre grave de « démocratie à la base » et de « séparatisme provincial ».

46La « fièvre autonomique » — pour reprendre l’expression quelque peu excessive d’Ossorio y Gallardo — a été définitivement jugulée. S’est-elle même déclarée ? Ce qui est sûr, c’est que les autorités madrilènes la craignent. Pour l’heure, on a surtout vu se manifester une « catalanité » externe, inoffensive idéologiquement, non « déstabilisatrice ». Mieux encore, lorsque les autres Espagnols et les Catalans eux-mêmes l’assimilent, soit à des vertus et à des penchants collectifs réputés ancestraux (la gallophobie, le courage, la solidarité avec le reste des Espagnols...), soit à l’attachement à des valeurs nationales (l’amour du roi) ou supra-nationales (la ferveur du sentiment religieux), on voit bien que cette « catalanité » sympathique et récupérable est totalement bénéfique en temps de crise.

Le Pays Basque

47Le Pays Basque à l’époque de la Révolution française offre, par rapport à la Catalogne, un cas de symétrie imparfaite. On y retrouve tous les composants et éléments favorables qui font des provinces basques — et tout spécialement du Guipuzcoa et de la Navarre — un territoire hyper-sensible à toutes les commotions qui affectent le pays voisin : une frontière terrestre extrêmement perméable qui, en certains endroits, est méconnue, depuis des siècles, par les populations ; une façade maritime, avec quantité de petits ports où débarquent, continuellement et en grand nombre, des émigrés français qui viennent notamment de Vendée et de Bretagne, et encombrent bientôt les diocèses de Bilbao, Vitoria et Calahorra ; une tradition d’échanges commerciaux actifs entre, d’une part, Saint-Sébastien et Bilbao, et d’autre part, Bayonne et Bordeaux ; une même langue, un même fonds culturel des deux côtés de la frontière ; et enfin trois réalités qui constituent, par rapport à la Catalogne, trois caractères différenciateurs qui sont des facteurs prédisposant à d’intenses perturbations éventuellement liées aux événements de France : en premier lieu — et c’est le point sur lequel on s’arrêtera plus longuement —, la tendance « foraliste » ; en second lieu, une tradition d’hétérodoxie, surtout patente au cours de la deuxième moitié du XVIIIe siècle et qu’illustrent les Caballeritos de Azcoitia ; en troisième lieu, une vive agitation politique sur la rive droite de la Bidassoa : une forte agitation pro-révolutionnaire à Bayonne (avec de fortes répliques locales) et, au pied des montagnes frontières, en particulier dans la vallée des Aldudes, des bastions contre-révolutionnaires au regard desquels, à l’autre extrémité de la chaîne pyrénéenne, le minuscule foyer contre-révolutionnaire de Saint-Laurent-de-Cerdans n’a guère qu’une valeur de symbole. Par ailleurs, les Perpignanais sont moins agités politiquement que les Bayonnais, et les émigrés qui franchissent la frontière dans les Pyrénées Orientales sont — pour autant qu’on le sache — moins nombreux que ceux qui se rendent dans le Pays Basque espagnol.

48Lorsque le responsable du fort Saint-Ferdinand de Figueras capitula devant les Français sans avoir résisté, l’événement fut, sans aucun doute, retentissant en Espagne, mais moins que l’avait été la reddition, également sans combat, de la ville de Saint-Sébastien. La différence d’échelle, quant à l’ampleur de l’événement militaire, n’est pas ce qui doit retenir l’attention de l’historien ; c’est plutôt ce qui fait suite à l’événement et qui — chose inconnue ou mal connue du côté catalan — prend la forme d’une collaboration avec les forces d’occupation. Car telle est la réponse que donne une partie de la population de Saint-Sébastien à l’irruption de la Révolution dans ses murs. Le sujet, longtemps tabou, alimente encore la polémique, et ce d’autant mieux que la vérité des faits tarde à être établie. La reddition de la ville ayant été d’abord proposée par le Conseil Municipal, l’historiographie espagnole, tant basque que non-basque, s’est empressée de rejeter toute la responsabilité de cette décision peu glorieuse sur l’alcade Michelena qui aurait poussé son afrancesamiento jusqu’à son ultime conséquence. L’historiographie française, refusant d’admettre que les soldats de la Convention ne disposaient que d’un allié en ville, a préféré considérer que Michelena n’a pu agir sans l’appui du Conseil Municipal (ou de ce qui en restait) et même sans l’aval, au moins tacite et fait d’un lâche soulagement, de la population locale (ou de ce qui en restait). Dans son rapport présenté au Comité du Salut Public, le 16 avril 1795, le conventionnel Jean-Lambert Tallien marque avec force que les Guipuzcoans, à la différence des Catalans, étaient acquis, dans un premier temps, à la cause de leurs « libérateurs » :

  • 19 Document transcrit par Joseba María GONI GALARRAGA dans la Historia del País Vasco (Siglo XVIII), (...)

Le caractère des habitants de ces contrées est énergique, comme leurs lois. Fait pour la liberté et plein naturellement d’affection et d’estime envers les peuples qui combattent pour elle, c’est, de tous ceux sur le territoire desquels la république a porté ses armes, celui que les a vu approcher avec le moins d’effroi [...]. Le peuple de la Guipuzcoa restait, à notre approche, paisible dans ses foyers, ou même il venait au devant de nous, joyeux d’une conquête qui lui promettait la restitution de ses droits (...)19.

  • 20 Fermín de LASALA Y COLLADO, duque de MANDAS, La separación de Guipúzcoa y la paz de Basilea, Madri (...)

49Ce qui ressort des documents publiés par le duc de Mandas dans son ouvrage intitulé La separacíon de Guipúzcoa y la paz de Basilea20, c’est que l’unanimité était loin d’être faite au sein de la Municipalité de Saint-Sébastien, et l’harmonie loin de régner entre les militaires et la population. La « basquité » — s’il est permis d’employer ce néologisme destiné à faire pendant au terme de « catalanité » utilisé antérieurement — comporte, comme à l’autre extrémité des Pyrénées, ce même composant, à savoir un entrelacs de méfiance, de préjugés, voire d’hostilité mutuelle, par quoi se définissent ces relations difficiles, parfois tendues, entre, d’une part, les chefs de l’armée royale et, d’autre part, les autorités locales, les forces militaires indigènes et la population. Au moment des règlements de comptes, juste après la guerre, il apparaîtra que le gouverneur militaire, le brigadier Molina Sierra, était un octogénaire, à demi incapable et sans énergie ; que les propositions d’aide massive présentées par les autorités locales n’eurent pas de suite, en raison de la défiance ou de l’impéritie des militaires professionnels ; qu’après l’occupation de Fontarrabie, d’Irún et de Vera, le moral des troupes était au plus bas ; que, dans sa fuite désordonnée, la troupe espagnole « exerça le plus cruel pillage dans les hameaux voisins (de Saint-Sébastien) et entra en bandes dans la ville, y répandant la terreur [...] ». De leur côté, les forces locales, de levée récente, ne résistent pas mieux, pour la double raison qu’elles se bornent à suivre le mauvais exemple de l’armée régulière et qu’aucun règlement ni juridiction ni ordre supérieur ne leur fait obligation de se sacrifier :

Il est vrai que beaucoup de ces militaires urbains abandonnèrent la place ; mais ces gens n’étaient, en réalité, tenus par aucune loi militaire ou municipale les obligeant à la défense [...].

50Face à l’envahisseur français, le front de résistance guipuzcoan se désagrège ; le représentant de la Couronne désapprouve la capitulation de la Municipalité de Saint-Sébastien et des responsables militaires locaux, mais, au lieu de se porter à la tête du combat, il s’enfuit. De son côté, le général Colomera, qui lui aussi se désolidarise de l’attitude des habitants de Saint-Sébastien, n’est pas en mesure d’incarner la résistance héroïque car son incompétence et son défaut d’énergie l’ont discrédité. Quant à la population — comme on l’a vu —, elle est elle-même divisée : une partie s’est enfuie à l’approche des Français, une autre est restée sur place et par là obligée de cohabiter avec les occupants. Même attitude des membres de la Municipalité : certains se sont éloignés de la ville, d’autres restent aux côtés de l’alcade « traître » Michelena.

51Dans un deuxième temps, le « collaborationnisme » s’étend et s’institutionnalise sous la forme d’une Junte, celle de Guetaria, qui devient l’interlocutrice des occupants, avant d’être (assez vite) dissoute par eux. A l’avant-garde de la collaboration figurent Echave-Romero et Barroeta-Aldamar qui appartiennent à des familles huppées du Guipuzcoa et qui s’étaient fait connaître antérieurement par un zèle, jugé excessif par la population, en faveur de la Couronne, ce qui revient à dire que leur « basquisme » était gravement sujet à caution. A l’avant-garde de la « collaboration » figure aussi le dénommé José Xavier Urbistondo dont le comportement est si outrancier qu’il cesse d’être représentatif. Mais du moins révèle-t-il qu’il a pu se trouver, sinon à travers tout le Pays Basque, du moins dans quelques villes contaminées par le « philo-révolutionnarisme », quelques individus — on ne sait s’ils constituèrent des réseaux ou des groupes — ostensiblement ralliés aux doctrines les plus radicales. Le portrait que l’on traça d’Urbistondo aide à faire comprendre en quoi consistait le « philo-révolutionnarisme » tel que l’interprétaient ses adversaires : il était fait, selon eux, d’immoralité affichée, d’abandon du sentiment monarchique et enfin d’un d’athéisme pouvant aller jusqu’à des gestes blasphématoires ou sacrilèges ; on observera qu’il n’est pas fait allusion à une option politique qui aurait été inadmissible, telle que des déclarations en faveur de l’annexion du Guipuzcoa par la France ou de son accession à l’indépendance.

52S’il faut en croire ses accusateurs, Urbistondo — à l’inverse probablement des leaders de la junte « collaborationniste » de Guetaria — semble plus « philo-révolutionnaire » que « basquiste » : entendons par là que son adhésion aux doctrines apportées par les soldats de la Convention ne le conduit pas, même s’il se range aux côtés des occupants, à se prononcer sur le nouveau statut que cette présence pourrait entraîner pour la province du Guipuzcoa. En cela justement il se retrouve aux côtés de la plupart des « collaborateurs » qui —jusqu’à preuve du contraire — ne se font pas les champions du séparatisme basque, ni de l’intégration du Guipuzcoa dans la République française, ni du républicanisme basque. Les responsables militaires français et les Représentants du Peuple ont vite admis, du reste, que les Basques — qu’ils fussent hostiles ou non à la présence française — rejetaient l’annexion par la France et n’étaient pas même tentés par l’accession de leur province à l’indépendance, malgré tous les griefs qu’ils pouvaient formuler à l’encontre du « tyran de Madrid ». Cette remarque est aussi bien applicable aux Biscayens et aux Navarrais qu’aux Guipuzcoans. Tout porte à penser que le Corregidor Juan Marino dit vrai lorsqu’il affirme en 1795 que les Biscayens, satisfaits de leurs institutions, n’ont pas de penchant pour le républicanisme et qu’ils demeurent fidèles au roi d’Espagne :

Je peux assurer à Votre Excellence que je n’ai rien observé en cette circonstance, qui puisse me persuader que l’humeur républicaine se conserve et soit admise dans ce pays ; il est certain, en revanche, que les Biscayens sont très attachés à leur constitution contradictoire et mixte de monarchie et de démocratie, parce qu’ils sont libres d’acheter et de vendre [...]. Bien que les habitants de la Seigneurie (de Biscaye) aiment beaucoup leur patrie, à l’exclusion des autres provinces d’Espagne, j’ai toujours observé un profond respect à l’égard de la personne sacrée de Sa Majesté [...].

  • 21 Cf. en particulier :

53Telles sont donc les limites, relativement étroites, à l’intérieur desquelles s’exprime une « basquité » revigorée comme l’a été simultanément la « catalanité », mais sous des formes différentes. Comme l’ont montré au cours des dernières années et à la suite du duc de Mandas des historiens spécialistes du monde basque21, il semble bien que la « basquité » s’incarne surtout dans le « foralisme ». On entend par ce terme la proclamation de l’attachement collectif à des fueros ancestraux qui ouvrent des droits particuliers aux habitants des « Provinces Exemptes » et leur offrent, dans certains domaines, des garanties avantageuses. Cette fois, ni Saint-Sébastien ni le Guipuzcoa ne font cavalier seul ; la Biscaye, la Navarre et l’Alava sont grosso modo solidaires.

54La manifestation la plus patente de ce « foralisme » réactualisé consiste, pour les Juntes provinciales, à se prononcer sur le sort et le statut de leur province respective : la Junte « collaboratrice » de Guetaria l’avait fait pour son compte ; la Junte « patriote » de Mondragón, s’exprimant à son tour au nom du Guipuzcoa, le fera de manière antinomique en optant pour la résistance et en rejetant toute transaction avec l’occupant.

55Après avoir réaffirmé leur fidélité au roi d’Espagne, les Basques les plus « basquistes » donnent l’impression de monnayer leur concours en cherchant à obtenir des représentants du souverain et des responsables de l’année régulière espagnole le respect scrupuleux de leurs vieux privilèges provinciaux. C’est ainsi que, le 9 janvier 1795, la Junte de « Merindades », rappelant que le Roi Catholique Ferdinand avait juré en 1496 de ne pas faire appel indûment aux Biscayens, met en avant le caractère sacro-saint des fueros de la province :

Les services que la Seigneurie prête en raison de l’occupation par les ennemis de la presque totalité de la Province de Guipuzcoa doivent être entendus sans préjudice de la Constitution de la Biscaye, de ses fueros et privilèges, de ses libertés et de ses us et coutumes [...].

56Une fois faite la part de l’exagération — car il s’agit d’un texte d’autodéfense rédigé par un ex-« collaborateur » —, il doit falloir admettre, avec Joaquin Maria de Aldamar, que la guerre contre les Français a permis à un certain nombre de Basques de « fasciner les populations avec l’invétéré et ridicule attachement aux Fueros et Privilèges du pays » :

Telle fut, et tellement absurde, l’habitude de l’erreur qu’on entendait dire de toutes parts que le Fuero et les Privilèges ne leur permettaient pas de sortir du pays pour le défendre, ni d’obéir aux règlements militaires, ni de se mêler aux troupes de Sa Majesté ; alors qu’il n’existait pas d’autres moyens de sauver la Patrie et les individus, ils voulaient tout sacrifier à l’idole d’un fuero que n’aurait pas admis le peuple le plus esclave.

57Cet attachement quasi religieux aux fueros explique des comportements et des différends de nature comparable à ceux qu’on a relevés en Catalogne : des Biscayens récemment enrôlés ne veulent pas franchir les limites de leur province pour soutenir leurs amis guipuzcoans en difficulté ; d’autres exigent de n’être commandés que par des officiers originaires de leur petite patrie ; lors d’un combat, des soldats guipuzcoans de Hernani reculent quand ils se rendent compte qu’ils ont pénétré en territoire navarrais ; à Bilbao, au début de la guerre, le sentiment anti-français est si vif que le représentant de la Couronne, jugé trop compréhensif à l’égard des résidents français, est débordé par la Municipalité et par la Junte de Biscaye qui, plus radicales, réclament une expulsion totale ; à l’été 1794, les députés « patriotes » de la province de Guipuzcoa s’en prennent au général en chef Colomera dont ils dénoncent le manque d’énergie ; en plusieurs occasions, les habitants refusent de fournir des contingents supérieurs aux quotas fixés par des usages ancestraux...

58Tous ces incidents fâcheux et comportements peu altruistes contribuèrent, au cours de la guerre et une fois la paix revenue, à jeter un voile de discrédit sur le Pays Basque en son entier ; on oublia la reddition honteuse de la garnison de Figueras et on retint surtout celle de Fontarrabie, d’Irún, de Vera et, principalement, celle de Saint-Sébastien ; on eut tendance à oublier qu’un grand nombre d’habitants de Saint-Sébastien s’étaient enfuis pour n’avoir pas à se soumettre aux Français, que, au total, une large majorité de Basques refusèrent de collaborer avec les envahisseurs et que, si la Junte de Guetaria avait fait un choix peu glorieux (la nécessité l’emportant sur l’héroïsme), la Junte de Mondragón incarna bientôt la résistance.

59En tout cas, le ministre Godoy avait trouvé là un bon prétexte pour partir en guerre contre les fueros basques, puisque les « Provinces Exemptes » venaient d’administrer la preuve qu’elles ne pouvaient, ou ne voulaient pas, assurer seules leur défense en cas de péril grave, hormis le fait que le contrôle idéologique exercé par l’Inquisition, ne pouvant s’opérer que sur les frontières terrestres entre le Pays Basque et les provinces espagnoles continentales, exposait le premier nommé à se laisser inonder par une littérature subversive en provenance du pays voisin.

60Le mauvais exemple donné par la Municipalité de Saint-Sébastien et par la Junte de Guetaria obligea ensuite les Basques à se battre à reculons, c’est-à-dire à devoir se disculper et multiplier les états de services établissant la vigueur de leur patriotisme et de leur attachement à la « mère Espagne », tandis que les Catalans, qui subirent aussi l’invasion, ne furent pas globalement accusés de faiblesse ou de tiédeur dans leurs sentiments « espagnolistes ». Comme la « basquité », au contraire de la « catalanité », ne s’était pas manifestée principalement à travers la défense d’une langue (l’euskera) et d’une culture, ni à travers l’affirmation d’un « caractère national », il doit falloir admettre que la « basquité » n’a fait problème qu’en raison de son identification avec des revendications « foralistes » qui étaient vraisemblablement de plus en plus mal acceptées dans le reste de l’Espagne.

61Extrait de Région, Nation, Europe : Unité et Diversité des processus sociaux et culturels de la Révolution française, Actes du Colloque international organisé à Besançon dans le cadre de la commémoration du bicentenaire de la Révolution française les 25, 26 et 27 novembre 1987, publiés par Marita Gilli, Annales Littéraires de l’Université de Besançon, Diffusion : Les Belles Lettres, Paris, 1988, pp. 589-612.

Notes

1 Cité par Angel OSSORIO Y GALLARDO, Historia del pensamiento politico catalán durante la Guerra de España con la República francesa (1793-1795), Barcelona, Ed. Grijalbo, 1977, p. 45.

2 Diario de Zaragoza, desde enero hasta abril de 1797 (estudio e introductión de Pedro Blanco Murillo), Zaragoza, Librería General, 1985.

3 Emilia SALVADOR ESTEBAN, La Guerra de la Convención en un periódico español contemporáneo, Madrid, Cuadernos de Investigation Histórica, Fundación Universitaria Española, n°3, 1979.

4 Presses Universitaires de Lyon, 1984.

5 Archivo Histórico Nacional, Madrid (AHN), Estado 3956.

6 Cf.: - Irene CASTELLS, «Els rebomboris del pa de 1789 a Barcelona». Recerques, Barcelona, N° 1, 1970.
- Enric MOREU-REY, Revolució a Barcelona el 1789, Barcelona, Institut d’Estudis Catalans, 1967.
- Manuel ARDIT LUCAS, Revolución liberal y revuelta campesina, Barcelona, Ed. Ariel, 1977.

7 Cf.: Antonio ELORZA. La ideología liberal en la Ilustración española, Madrid. Ed. Tecnos, 1970, pp. 304-309.
- María Jesús AGUIRREZABAL y José Luis COMELLAS, «La conspiration de Picornell (1795) en el contexto de la prerrevolución española», Revista de Historia Contemporánea, n° 1, diciembre 1982, Madrid, pp. 7-38.

8 Cité par Gonzalo ANES, Economía e Ilustración en la España del siglo XVIII, Barcelona, Ed. Ariel, 1969, p. 174.

9 Op. cit., p. 183.

10 Richard HERR, España y la revolución del Siglo XVIII, Madrid, Aguilar, 1964, p. 271. Id. pour les références qui suivent.

11 Op. cit., p. 184.

12 Cf. Lucienne DOMERGUE, op. cit., p. 25 et Siro VILLAS TINOCO, op. cit., pp. 227-287.

13 Cité par Richard HERR, op. cit., p. 201.

14 Cité par Angel OSSORIO y GALLARDO op. cit., p. 51.

15 Cité par René BOUSCAYROL, Soubrany ou la révolution assassinée, Paris, Ed. Ipomée, 1984, p. 224.

16 Archives du Ministère des Affaires Etrangères, Paris (AAE), Série Mémoires et Documents. Vol. 210.

17 Angel OSSORIO y GALLARDO, op. cit., p. 203.

18 Toutes les références qui suivent sont empruntées à l’ouvrage de OSSORIO y GALLARDO.

19 Document transcrit par Joseba María GONI GALARRAGA dans la Historia del País Vasco (Siglo XVIII), Bilbao, Universidad de Deusto, 1985, p. 278.

20 Fermín de LASALA Y COLLADO, duque de MANDAS, La separación de Guipúzcoa y la paz de Basilea, Madrid, Establecimiento tipográfico de Fortanet, 1895 — Ed. en fac-similé : San Sebastian, Txertoa, 1986 — Sauf indication contraire, toutes les citations et les exemples qui suivent sont empruntés à cet ouvrage.

21 Cf. en particulier :

  • Emilio FERNÁNDEZ de PINEDO, Crecimiento económico y transformaciones sociales del País Vasco (1100-1850), Madrid, Ed. Siglo XXI, 1974.
  • Joseba María GONI GALARRAGA, «La Revolución francesa en el País Vasco: la Guerra de la Convention (1793-1795), Historia del Pueblo Vasco, t. III, San Sebastián, Ed. Erein, 1979, p. 5-69.
  • Joseba María GONI GALARRAGA, «Imagen política del País Vasco en algunos documentos franceses de la Guerra de la Convención (1793-1795)», Historia del País Vasco (Siglo XVIII), Bilbao, Universidad de Deusto, 1985, pp. 247-294.
  • José María PORTILLO, «El País Vasco: el Antiguo Régimen y la Revolución», Barcelona, Ed. Grijalbo.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540