Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voir, comparer, comprendre

 | 
Jean-René Aymes

I — L’Espagne ilustrada

La campagne dans les Cartas del Viaje de Asturias et les Diarios de Gaspar Melchor de Jovellanos

Texte intégral

  • 1 Edition utilisée pour les Cartas [..] connues aussi sous le nom de Cartas a Antonio Ponz : Edición (...)

1Qui parcourrait successivement les Cartas del Viaje de Asturias1 de Jovellanos et, par exemple, le Voyage en Espagne de Théophile Gautier (1840) aurait l’impression de passer d’un monde à un autre, non pas parce que l’Espagne s’est métamorphosée en l’espace d’un demi-siècle, non pas parce que les itinéraires ne coïncident que tangentiellement, non pas parce que l’un, l’Espagnol, sait de quoi il parle, tandis que l’autre, le Français, part à la découverte, mais parce que, en dernière analyse, le regard porté par les deux voyageurs sur la réalité ibérique n’a pas la même finalité. Certes, les Gautier, Mérimée, Hugo, Custine... sont des amoureux de l’Espagne (Jovellanos l’est aussi, à sa façon) ; par moments même, ils s’identifient à elle ; mais chez eux, au rebours de Jovellanos, l’affectivité et la subjectivité (l’émotion, l’exaltation, le dégoût...) priment, en général, sur l’observation ; elles peuvent la dénaturer ; parfois même, elles l’empêchent de se développer.

  • 2 Cf. «Los viajes de la Ilustración», in Gaspar GÓMEZ DE LA SERNA, Los viajeros de la Ilustración, M (...)

Jovellanos se garde bien de s’abandonner à ce dévoiement de la raison, lui qui, en typique voyageur ilustrado, combine, devant les spectacles qui défilent sous ses yeux, trois attitudes chronologiquement et hiérarchiquement ordonnées : en premier lieu, l’observation, qui requiert une précision le plus possible scientifique, qui bannit le préjugé et a fortiori l’erreur et qui s’accommode de la froideur du didactisme ; en second lieu, la critique, qui doit être mesurée et sereine, pour que les regrets et les reproches ne viennent pas alimenter la « légende noire de l’Espagne » ; et, en troisième lieu, dans la mesure où il y a eu critique et constatation de maux ou de lacunes, la formulation de la thérapeutique appropriée, puisque aussi bien la littérature ilustrada de voyages relève de la littérature réformatrice2.

Le matériau

  • 3 Obras de D. Gaspar Melchor de Jovellanos, Madrid, B.A.E., 1956, tomo LXXXV, p. 363.
  • 4 Cartas t. I, p. 56.

2Longtemps connues sous le nom de Cartas a Ponz, les Cartas del Viaje de Asturias, comme Jovellanos les désigne lui-même dans son journal du 7 avrill 17963 appartiennent pleinement à la littérature de voyages, bien qu’elles s’éloignent de la forme descriptive des « itinéraires » pour proposer plusieurs longues informations thématiques (sur un couvent, une cathédrale...). Ces lettres devaient être adressées primitivement à Antonio Ponz qui avait commencé en 1771 un long périple à travers l’Espagne ; l’année suivante était publié le premier tome de son Viaje de España qui allait en comporter 18. Mais ce n’est qu’à partir de 1782 que Jovellanos travaille à la rédaction de ses lettres, nourries de descripciones hechas con fidelidad y discernimiento et obéissant au projet, typiquement ilustrado, d’étudier soigneusement le pays — en l’occurrence les Asturies — appréhendé à travers su naturaleza, su estado y relaciones4. L’œuvre, qui ne sera pas publiée du vivant de Jovellanos, a été terminée vraisemblablement en 1789, c’est-à-dire peu de temps avant que ne commence, en août 1790, la rédaction du premier Diario. Antériorité, donc, du Viaje de Asturias, sur le Diario, mais pas de réelle solution de continuité, et pas de changement d’objectif.

  • 5 Édition utilisée : Obras de D. Gaspar Melchor de Jovellanos, Madrid, B.A.E., 1956, Tomo LXXXV, pp. (...)

3Quant au Journal également examiné ici, il est constitué par un ensemble discontinu de treize Diarios5. Écrits entre 1790 et 1808, ils couvrent l’entier du règne de Charles IV. Une partie d’entre eux se rapportent à la vie sédentaire que Jovellanos a menée de façon intermittente dans « sa » capitale asturienne, Gijón, où le plus gros de son temps était consacré à l’organisation du Real Instituto Asturiano, à la lecture, à la réflexion et à la conversation. A cette vie sédentaire peut être rattaché le séjour, pour cause d’exil, à Bellver (Majorque), de 1801 à 1807. L’autre partie des Diarios rend compte de ses déplacements à travers les Asturies, entre les Asturies et Madrid, entre le León et la Catalogne, camino del destierro (printemps 1801).

  • 6 Par la suite, désigné seulement sous le titre de Informe [...]. Édition utilisée : Madrid, Cátedra (...)
  • 7 Informe [...], p. 181.

4Ces quelques précisions de nature géographique aident à comprendre pourquoi la campagne observée par Jovellanos est loin de couvrir tout l’espace national. En vérité, Jovellanos n’aura connu de visu qu’une partie de l’Espagne cantabrique (de la Galice au Guipuzcoa), de la Vieille-Castille, et parcouru de façon linéaire la Rioja, l’Aragon et la Catalogne ; à quoi il faut ajouter la connaissance très localisée de Majorque. L’une des conséquences de cette connaissance sectorielle de l’Espagne rurale est que l’auteur de l’Informe en el expediente de Ley Agraria6 est familier de la structure minifundiaire et ignorant de la structure latifundiaire qui prévaut au sud des régions étudiées ou traversées par lui. Certes, dans l’Informe [..], il admet que les grandes cultures, eu égard au climat, à la nature du sol et à l’héritage du passé, peuvent convenir en Andalousie, dans la Manche et en Extrémadure7 mais il demeure que la campagne « jovellanesque » du Diario et des Cartas est la campagne, pour lui séduisante, des petits champs clos, et non des immenses propriétés.

Des problèmes de frontières

  • 8 Tel était le projet initial, qu’il a fallu « modifier à la baisse », compte tenu des limites étroi (...)

5L’étude des rapports entre ville et campagne susceptible d’être conduite à travers les Cartas et les Diarios8 place l’observateur devant un problème de frontières. En effet, plusieurs frontières — géographiques, conceptuelles, métaphoriques — se superposent, se brouillent ou s’effacent. On a déjà laissé entrevoir que Jovellanos, utilisant des genres littéraires différents (les lettres et le journal), poursuit un seul et même objectif : décrire et réformer une réalité qui lui est familière et contemporaine. Il en va de même pour l’Informe en el expediente de Ley Agraria, pour quantité d’autres Informes (...sobre el beneficio del carbon de piedra y utilidad de su comercio, etc.) et pour de nombreuses lettres qu’il adresse à des correspondants variés. C’est dire que la réalité rurale espagnole ne cesse d’être présente dans son champ de pensée et qu’elle alimente plusieurs leitmotive qui ne s’inscrivent pas obligatoirement et exclusivement dans tel ou tel genre d’écrit privilégié.

6Cette pluralité des genres utilisés s’accompagne d’une pluralité de modèles référentiels et de sources d’inspiration — sur lesquels on fera silence ici — permettant tout un jeu combinatoire où entrent, selon les points abordés, Horace, Columelle, Garcilaso de la Vega, Adam Smith, Quesnay, Meléndez Valdés, Cabarrús, etc.

7Le discours « jovellanesque » a beau avoir, en général, le mérite d’être clair et univoque, malgré la multiplicité des références explicites ou non, il se trouve que, à propos de la campagne, on observe un brouillage de frontières, lequel, cette fois, ne tient ni au cadre formel dans lequel s’insère le discours, ni à une volonté d’éclectisme.

  • 9 Diarios, t. LXXXVI, p. 156.

8La première indétermination, ou du moins imprécision, est d’ordre conceptuel. Impossible — nous semble-t-il — de marquer clairement, chez Jovellanos, les frontières entre la ville, la bourgade et le village, et donc de comprendre à quel moment on sort du milieu urbain pour pénétrer dans le milieu rural. A quelle réalité socio-économique rattacher, en l’absence de chiffres de population, Sahagún appellée : gran villa, Torquemada : villa bastante grande, Atienza : villa, Becerril : villa grande et pueblo, Paredes : villa de Señorío, Almazán : villa (que) conserva su antiguo muro et Pozuelo del Rey : gran lugarón9 ? Pour d’autres agglomérations importantes, également citées dans les Diarios, la cause paraît entendue : Palencia est ciudad, bien que sa population soit peu considérable à la fin du XVIIIe siècle. Pas d’ambiguïté en ce qui concerne Leon, Burgos, Oviedo ou Gijón, et pas davantage lorsque un hameau, comme Villa Simpliz, est qualifié de lugar, terme qui le rattache sans équivoque au milieu rural. Mais où placer, par exemple, Lérida qui, en dépit de ses 6 000 vecinos — chiffre nullement dérisoire alors — n’est, aux yeux de Jovellanos, qu’un pueblo de labradores ?

9Une autre frontière paraît bien floue, en raison de la mobilité qui la caractérise : celle qui devrait fixer une démarcation entre le « paysage naturel » qui, en principe, ne porte aucune trace de la présence humaine, et le « paysage agricole » façonné par les ruraux. Certes, — comme on va le voir un peu plus loin — le paysage naturel, notamment associé à un vigoureux relief montagneux a la vertu d’attirer le regard de Jovellanos, mais là où celui-ci voit, pour le déplorer, un paysage de broussailles ou de maquis, il a tendance, tant est obsédante sa volonté réformatrice, à l’imaginer porteur, dans un avenir encore lointain, de pâturages ou de cultures. Si le néologisme était permis, on aimerait dire que Jovellanos est enclin à « agricoler », c’est-à-dire à vouer à l’agriculture tout paysage naturel, sauf le paysage de haute montagne que l’homme, et en particulier le berger, ne peut ni atteindre ni rendre utile.

Le paysage naturel

10L’association, pour nous surprenante, qu’on vient de repérer entre « paysage naturel » et « utilité », ne l’était pas pour l’ilustrado Jovellanos qui, lorsqu’il se mue en géographe du milieu physique, a tendance à rapporter à l’homme, mais à l’homme actif ayant barre sur la nature, les données géologiques, orographiques, climatiques et botaniques, qui parsèment ses Cartas et ses Diarios.

  • 10 Op. cit., t. LXXXV, p. 5.

11A quoi rimeraient, par exemple, les mentions conjointes de arena pura, tierra cenicienta, saponácea, pero al mismo tiempo arenosa, ahora vegetal10 si Jovellanos n’avait en tête la possible utilisation de ces sols à des fins de culture ou de pâturage ?

  • 11 Cf. par exemple, op. cit, t. LXXXV, p. 449.

12Jovellanos a, certes, un goût prononcé pour la nomenclature, en particulier pour les toponymes et les noms de fleuves, de rivières et de ruisseaux11 mais si parfois ces derniers éveillent un bel élan poétique, plus prosaïquement les fleuves et les rivières sont tenus, tantôt pour des amis potentiels de l’homme à condition que ce dernier se soucie de les canaliser ou de les mettre à profit pour l’irrigation, tantôt pour des ennemis lorsqu’ils érodent les terres arables des berges, déferlent sur les champs ou emportent les ponts. La rivière chez Jovellanos n’est pas « poétisable » ; elle est agent économique, bénéfique ou destructeur.

13Sauf en quelques circonstances où des mentions météorologiques paraissent devoir être rapportées à des sensations corporelles personnelles (niebla fría,...), Jovellanos, réagissant alors plus en paysan (qu’il n’est pas) qu’en citadin (en principe peu affecté par les variations météorologiques) ou qu’en poète, met le climat en rapport avec l’agriculture. D’où des observations qu’on verrait plutôt dans la bouche d’un labrador habitué à scruter le ciel :

  • 12 Op. cit, t. LXXXV, p. 372.

Bello tiempo para el trigo, el maíz, la hierba, los árboles12.

  • 13 Diarios, t. LXXXVI, p. 53.

14De la même façon qu’il établit un lien entre un phénomène météorologique (la pluie, la sécheresse, l’orage) et l’agriculture, il lui arrive d’aller de la botanique (la nomenclature ne se suffit pas à elle-même) à la culture souhaitée ou à la production à venir. Ainsi voit-il dans le romarin et le thym l’annonce de la ruche et la promesse du miel13. Le romarin « jovellanesque » est dépourvu de couleur et de parfum ; il n’est pas objet poétique, il est destiné, tout comme le sol qui le porte, à être rentabilisé par le paysan.

  • 14 Op. cit, t. LXXXV, p. 4.

15Jovellanos, constamment mis en présence de la nature — des montagnes, des eaux courantes, des végétaux-— au cours de ses déplacements, n’est pas pour autant étranger au « sentiment de la nature », mais l’étude de l’émotion qu’il ressent devant, par exemple, d’eminentísimas perlas, constitutives d’un espectáculo de los más grandes y sublimes que puede presentar la Naturaleza14, nous entraînerait ici loin du sujet...

La campagne « négative » ou le menosprecio de aldea

  • 15 Cartas, t. I, pp. 104-105.

16Jovellanos, sensible à la sublime horreur des montagnes élevées15 – en cela il est un pré-romantique — accepte que cet espace ne soit ni domestiqué par le cultivateur ni foulé par le berger, mais il ne se résigne pas à ce que des étendues vallonnées ou plates ne soient pas utilisées, un jour, par l’homme. De même qu’il existe pour la ville un type négatif, la campagne peut se constituer en pôle de répulsion. Le choix des termes desierto, páramo, despoblado qui désignent ces étendues inhospitalières et sinistres, ou encore la récurrence du privatif sin montrent que l’on est passé du paysage naturel (fatalité acceptable) à l’« anti-campagne », c’est-à-dire à un paysage naturel qui aurait dû devenir un paysage agricole si l’homme avait entrepris de provoquer cette métamorphose recommandable, afin de s’implanter au sein de cette nature destinée à être vassalisée :

  • 16 Op. cit., p. 65.

Agregue usted — lit-on dans la Carta la — la naturaleza del país que acabamos de atravesar, compuesta de inmensas llanuras, de horizontes interminables, sin montes ni colinas, sin pueblos ni alquerías, sin árboles ni matas, sin un objeto siquiera que señale y divida sus espacios y fije los aledaños de la observación [...]16.

  • 17 Op. cit., respectivement p. 102, 148, 107, 108.
  • 18 Op. cit., respectivement p. 150, 148, 149.
  • 19 Op. cit., p. 159
  • 20 Op. cit., 152

17L’examen des Cartas 3a et 6a permet de compléter le tableau de cette campagne « jovellanesque » rendue répulsive, moins par une Nature ou un Etre Supérieur mal disposés à l’égard de l’homme, que par l’incurie coupable des habitants et l’inadéquation des institutions qu’ils se sont données. Ces áridos y desnudos campos, ces terres couvertes de abrojos y espinas, cet hórrido desierto, ces chemins ásperos y desacomodados17, ces auberges infectes..., sont imputables au mal general y funesto des mayorazgos, aux propriétaires terriens desidiosos, gastadores ο desgraciados, au descuido de los dueños18, à la gestion critiquable des communautés ecclésiastiques, à l’interdiction d’enclore les champs19, à la liberté de fourrager dans les champs après les récoltes, à l’excessive division des terres20.

18Rien de neuf dans tout cela ; Jovellanos ne dit pas autre chose dans l’Informe [...].

  • 21 Cartas., p. 152
  • 22 Diaros, t. LXXXV, p. 453.
  • 23 Cartas, t.I, p. 61.
  • 24 Diarios, t. LXXXV, p. 7, 19, 31.
  • 25 Op. cit, t. LXXXVI. p. 24.
  • 26 Op. cit, t. LXXXV, p. 60 et 249.
  • 27 Op. cit., p. 4.
  • 28 Cf. une allusion à ce type de vol dans l’Informe [...], p. 179.

19La survivance de certaines aberrations de l’Ancien Régime, l’archaïsme de certaines institutions (comme la Mesta) et le dévoiement de certaines pratiques séculaires expliquent pour une grande part, aux yeux de Jovellanos, la noirceur de ce tableau, noirceur métaphorique à laquelle se rattache la situation misérable, parfois signalée, des jornaleros et des colonos. Mais l’écrivain ne se sent pas solidaire des pauvres paysans au point de s’aveugler sur leurs défauts. A la « campagne négative » qui s’offre à son regard désolé ou exaspéré correspond une « paysannerie négative », qui appartient au réel, sans relever de quelque a priori péjoratif. Les propriétaires terriens, coupables d’avarice, ont parfois pour homologues, en milieu rural, des villageois qui s’accommodent de la saleté répugnante dans leur hameau21 ou se refusent au progrès (l’empierrement d’une place publique)22, des charretiers au carácter grosero y remolón23, des aubergistes rustres à la tête de posadas pésimas ou perversas24, des cultivateurs paresseux qui se contentent de travailler les terres les plus proches du village25. Pour comble, au sein de cette population nullement admirable, l’indolence se mue parfois en agressivité, de préférence à l’encontre des gens de classe supérieure26. Les paysans s’approprient la terre arable utilisée pour régulariser la surface des chemins27, se volent le blé28 entre eux, chapardent les fruits, tandis que les hors-la-loi (dont on ne sait s’ils viennent des villes ou s’ils sont d’origine paysanne) font régner l’insécurité sur les routes. Pas d’allusion, toutefois, au fléau du banditisme, qui sera abondamment commenté dans la littérature de voyages à l’époque romantique.

20Jovellanos est décidément un aristocrate citadin et il doit porter dans son attitude (distinguée), son parler (châtié) ou sa tenue vestimentaire (soignée), la marque visible de son extraction. Comment, ayant à se plaindre des valets de poste (qu’il lui arrive de traiter de mala canalla), des cochers et des aubergistes, ne finirait-il pas par se rendre antipathique aux yeux de ces individus ? Il en prend conscience lorsque, à l’occasion d’un accident de voiture dont il est victime, il se heurte à un homme qui affiche son indifférence jalouse ou dédaigneuse à l’égard d’un personnage de plus haute condition :

  • 29 Diarios, t. LXXXV, p. 60.

Un hombre solo no se curó de nosotros, ni nos alivió con su compasión, ni siquiera nos preguntó si nos habíamos hecho daño. ¿Νο es esto una prueba de la preocupación con que se mira a los que tienen aire de señores?29.

21L’opposition noble/plébéien est venue doubler ici la classique opposition citadin/villageois. Heureusement pour Jovellanos, il peut faire état de l’empressement que met le reste de la population (el pueblo) à porter assistance à ce personnage qui n’appartient pas à son milieu et à sa culture. Jovellanos se force à croire à une harmonie sociale « interclassiste », de même qu’il préfère s’attarder sur les spectacles édifiants plutôt que sur les scènes et les personnages inquiétants ou révoltants.

La alabanza de aldea

  • 30 Op. cit, t. LXXXVI, p. 146.
  • 31 Diarios, t. LXXXV. p. 268.

22Par suite de cette préférence, le lecteur finira par oublier ce riche propriétaire terrien, ce palurdo que apenas respondió al saludo que le hicimos ni se puso en pie30 et cette grosería de la aldea31, pour s’enchanter d’une image idéalisante d’une campagne espagnole dont on soupçonne qu’elle appartient plus au domaine de la convention littéraire et du rêve qu’à celui de la réalité observée par l’auteur.

  • 32 Cartas, t. I, pp. 89-93. Pour une comparaison entre la composition de Jovellanos et, d’autre part, (...)

23Jovellanos a beau recourir à un subterfuge, facilement déchiffrable, en attribuant à l’un de ses accompagnateurs la «Epístola a Batilo» qui trouve sa place dans la Carta 2a32, il n’a fait de doute pour personne, et encore moins pour Gerardo Diego et pour José Caso González, que ce poemita est bel et bien dû à « Jovino » qui, réagissant selon les moments en poète, en agronome ou en économiste, éprouve une réelle émotion devant une hermosa vega, c’est-à-dire non pas devant un paysage laissé intact par l’homme, mais devant une plaine qu’il a su mettre à son service en la couvrant de prairies (promesse d’élevage) et de plantes (éventuellement alimentaires). Car tel est d’ordinaire le « néobucolisme » ïlustrado : certes, les ondes cristallines, les oiseaux chanteurs, le caressant zéphyr, la nuit silencieuse et la douce solitude constituent des invariants obligatoires, de même que l’image antinomique de la ville où triomphent l’ambition, la cupidité, la rage et le bruit. Mais Jovellanos introduit une variante en hispanisant — en cela, il avait eu un prédécesseur en la personne de Garcilaso de la Vega — et, surtout, en « asturianisant » sa poésie, principalement de deux façons : en nommant les cours d’eau et le massif montagneux qui lui sont familiers et en évoquant les glorieux épisodes de l’histoire de sa province. Le paysage qui, dès lors, cesse d’appartenir à l’intemporel et à l’indéfini géographique propre au genre bucolique, se charge des souvenirs, tangibles ou virtuels, d’une histoire provinciale spécifique, alors que, dans le reste des Cartas, cette présence du passé saisi à travers quelques vestiges de châteaux féodaux se fait discrète, comme si Jovellanos voulait signifier que « sa » campagne, lorsqu’il l’appréhende en marge de sa stricte actualité, est plus engagée dans un encourageant processus de mutation que fâcheusement encombrée de souvenirs d’un passé définitivement caduc. Dans son épître à Meléndez Valdés, Jovellanos, face au destin de sa campagne, est trop porteur d’espoir(s) pour s’abandonner à la nostalgie, laquelle, pour lui, s’apparente à une forme de regrettable renoncement anti-civique.

24D’autres passages des Diarios et des Cartas qui peuvent être rattachés au thème de la classique alabanza de aldea, c’est-à-dire assimilés à un conventionnel exercice littéraire, n’autorisent pas toutefois à estimer que Jovellanos tient pour irrémédiablement enfuie une sorte d’âge d’or de la vie à la campagne.

  • 33 A l’évidence, Jovellanos n’est pas dupe lorsqu’il idéalise, notamment dans son «Egloga a Batilo», (...)
  • 34 Cartas, p. 163.
  • 35 Cf. «Romerías de Asturia », Cartas, t. II, pp. 27-46.

25A la alabanza de aldea appartiennent encore la célébration de l’harmonie sociale et de la solidarité qui règnent (ou sont censées régner) en milieu rural, l’éloge du paternalisme des propriétaires et la complaisante évocation des fêtes, surtout religieuses, où s’expriment la pureté des mœurs, le naturel et facile accès à la félicité et la saine philosophie des habitants33. Jovellanos est particulièrement sensible à tout spectacle grande y tierno34, tel qu’une romería35 à la fois révélatrice de l’exemplaire spiritualité des paysans asturiens et conforme à l’intérêt général de ces populations. Encore une fois, donc, prévaut ce critère de l’utilité collective curieusement appliqué ici à une manifestation principalement religieuse.

  • 36 Diarios, t. LXXXV, p. 2.
  • 37 Op. cit., pp. 105-106.
  • 38 Op. cit., p. 132.
  • 39 Cartas, t. I, pp. 67-69.
  • 40 Diarios, t. LXXXV, pp. 13-14.

26L’idéalisation des travaux agricoles, combinée à la systématique prise en compte de l’intérêt (ou du profit) pour les exécutants, ne manque pas de retentir sur la façon, au départ objective et technique, dont Jovellanos évoque certaines de ces pratiques. Certes, dans plusieurs cas, l’auteur fait preuve du plus rigoureux esprit scientifique — celui de l’agronome, de l’ingénieur, du technicien — lorsqu’il décrit avec minutie les puits à balancier (cigüeñales)36, les greniers sur piliers (hórreos)37, les fours de carbonisation du bois38, les silos39 et les méthodes de culture du maïs40, mais le mélange de tons, la variété des regards portés sur les choses paraissent plus caractéristiques de la prose « jovellanesque » que l’unicité de l’approche.

27On prendra pour seul exemple el cultivo del maíz examiné au long de plusieurs pages dans le Diario 1°. Après avoir livré tous détails sur les différentes phases de la culture échelonnée au long de l’année et s’être comporté, somme toute, en ethnologue doublé de dialectologue, Jovellanos ne peut s’abstenir d’adjoindre deux types de brèves considérations révélatrices de son credo et de ses préoccupations. Alors que jamais il ne s’avise de s’interroger sur le caractère pénible de ces travaux — tout juste fait-il allusion à un labrador enfermo, mais on ignore si la maladie a été causée par l’exercice d’un travail harassant, — il ne manque pas d’évoquer avec une complaisance attendrie l’épilogue festif du tressage des ristras, qui débouche sur une image euphorisante de corne d’abondance :

  • 41 Op. cit., p. 15.

Esta operación es de mucha alegría; se canta mucho; se tiran unos a otros las panoyas; se retoza y se merienda tortillas de sardinas, ο jamón con boroña, precisamente caliente, queso y peras ο manzanas cocidas con la misma boroña41.

28Le costumbrismo de Jovellanos — le terme costumbres est utilisé à maintes reprises — ne se circonscrit pas à cette description, à finalité didactique, d’usages et d’objets ; elle se charge in extremis d’une considération extra-scientifique, avec surgissement du mot-clé « intérêt » et de la figure emblématique, au sein de la pensée ilustrada, de l’ecclésiastique qui assume, comme il lui incombe, son rôle civique de leader à l’échelon local en matière d’active bienfaisance et de ciment de la cohésion sociale :

  • 42 Ibid.

Cuando algún labrador está enfermo, el Cura dispensa el trabajo de un día festivo para que sus convecinos vayan a hacer por ellas operaciones de la cueya y demás, tributo de confraternidad tan propia de la caridad, como bien conciliado con el interés de cada uno42.

29L’exploitation « jovellanesque » du thème de l’abalanza de aldea vient ainsi de conduire l’auteur à escamoter, le plus souvent à propos des travaux rustiques, les notions de souffrance, dénuement, différence de classe, contradiction d’intérêts... Au contraire, il laisse affleurer une notion de bonheur simple, tempéré, accessible, qui fait se conjuguer les plaisirs de l’âme (nés du spectacle de la fraternité et de la générosité mises en œuvre) et les plaisirs des sens (fournis ici par la gastronomie), Par quoi on retrouve l’un des postulats philosophico-économiques de la Ilustración : en ce bas monde, le bonheur des individus, en l’occurrence des paysans, dépend, pour une bonne part, de la richesse agricole de la province, qui elle-même dépend de l’équilibre démographique, de l’artisanat, de l’activité industrielle et des moyens de communications.

Institutions et structure agraire : la volonté réformatrice

  • 43 Cartas, t. I, p. 145.
  • 44 Op. cit., p. 158.

30L’exploitation littéraire, intermittente et à la dérobée, du thème de l’alabanza de aldea et l’évocation, en sens inverse, d’une campagne sinistre n’ont de sens, pour Jovellanos, que sous-tendues par un projet à finalité utile. La campagne espagnole idéalisée qu’on lit en filigrane à travers des scènes bucoliques virgiliennes ou rousseauistes, de même que la campagne espagnole rebutante, associée à paresse, grossièreté et immoralité, ne servent qu’à rendre désirable une œuvre de réforme et à en tracer les orientations. De ce point de vue, Cartas et Diarios ne sont que des reprises ou des échos de textes plus doctrinaux et plus élaborés, tel l’Informe [...]. La Carta 6a consacrée a Agricultura y propriedades de Astunas énumère d’entrée les conditions à remplir, liées à la nature, à la structure agraire, à la politique et au comportement des habitants, pour que l’agriculture soit florissante. Des données naturelles, on ne peut plus favorables, relèvent la qualité de la terre, sa fertilité (la espontaneidad del suelo para toda especie de producción) et le climat tempéré (la benignidad del cielo)43, à quoi il faut ajouter, non mentionnée dans cette lettre, une quantité suffisante d’eaux courantes à affecter à l’irrigation. De la structure agraire relève la buena distribución de las tierras, c’est-à-dire la prédominance des minifundia, rendue possible par la division des propriétés, qui ne doit pas conduire toutefois à une subdivision excessive et répétée des suertes. Car tel est le danger qui guette les Asturies. En revanche, la division de los inmensos cortijos de Andalucía s’impose à la raison44.

  • 45 Informe [...], p. 172.

31Comme il doit être mis fin à la bárbara y vergonzosa prohibición de cerrar las tierras — l’expression est empruntée à l’Informe [...] —45, les petites exploitations seront encloses et utilisées, en toute liberté, par leur propriétaire ou fermier respectif.

32L’attente impatiente d’une bénéfique loi agraire (¡oh suspirada Ley Agraria!), exprimée dans le Diario 6°, s’explique par le contraste, effectivement choquant, entre des conditions naturelles optimales (bonne terre arable, possibilité d’irrigation) et la misère des journaliers, du côté de Mantilla de las Mulas :

  • 46 Diarios, t. LXXXV, p. 251.

¿Cómo, pues, tanta pobreza? Porque hay baldíos, porque las tierras están abiertas, porque el lugar es del señorío del duque de Alba, porque hay mayorazgos, vínculos y capellanías46.

33La plupart des données du problème agraire, tel que Jovellanos le considère, sont ici réunies : à chaque mal correspond un remède, pas toujours facilement administrable, notamment lorsqu’est mis en cause, comme ici, rien de moins que le système féodal, ou lorsque, à plusieurs reprises dans les Diarios, sont mis en relation de cause à effet, sans un commentaire explicite qui eût été trop subversif, la puissance (territoriale et financière) des couvents et le marasme de l’agriculture, voire la misère des paysans. Mais l’opposition de Jovellanos aux mains-mortes et sa défense d’une politique de désamortissement civil et ecclésiastique sont trop connues, ne serait-ce que parce que le sujet est largement traité dans l’Informe [...], pour qu’il soit nécessaire d’y revenir.

  • 47 Il m’est donc impossible de partager l’opinion de Marc Marti qui se refuse à faire de Jovellanos u (...)
  • 48 Diarios, t. LXXXVI, p. 49.

34A plusieurs reprises, Jovellanos, dans ses Diarios, articule des considérations politiques, quelque peu générales et théoriques, et d’autres beaucoup plus pratiques et précises, pour montrer comment une réforme de la réglementation peut entraîner, par une série d’enchaînements, des modifications dans les pratiques agricoles et une amélioration de la situation économique des cultivateurs. Ainsi, sans donner l’impression de s’abandonner à quelque rêve utopique, il évoque pour le lecteur comment la fertile Rioja que no es todavía, ni con mucho, lo que debiera y puede ser, peut être transformée en une sorte de pays de cocagne grâce à l’irrigation, à la division des propriétés47, à la fermeture des champs (cerramiento de las tierras), au développement de la mini-culture (el fomento de la pequena cultura) et à l’implantation de nombreux fermiers (colonos) qui se verraient offrir par les propriétaires des baux si possible avantageux48.

35Ce dernier point fait entrevoir, une nouvelle fois, que tout est lié : la réforme institutionnelle présidée par le bon sens doit être accompagnée par une (sans doute utopique) réforme de l’être humain, car la mise en œuvre des changements voulus par les responsables politiques ne peut être opérée que par des agents acquis à la bonne cause, c’est-à-dire par des propriétaires qui ne devraient être ni cupides, ni ingrats ni indifférents à l’avenir de la patrie et par des fermiers et des journaliers qui ne devraient être ni ignorants ni paresseux.

36Confronté au problème agricole de l’Espagne, Jovellanos occupe une place singulière en cela qu’il se livre à un constant va-et-vient entre la position du ministre doté de pouvoirs (qu’il a été pendant un temps) et celle de l’homme de terrain, de l’humble cultivateur qui doit savoir s’il convient à ses intérêts de récolter des fèves plutôt que des citrouilles, de faire pousser du sainfoin plutôt que de la luzerne, de planter des oliviers plutôt que de la vigne...

37A force d’indiquer quel type d’élevage ou de culture est approprié à tel type de contrée, Jovellanos compose peu à peu le tableau d’une « campagne espagnole idéale » en harmonie avec son alabanza de aldea. Sa campagne idéale est, soit une campagne entièrement vouée à l’agriculture, soit une campagne où l’agriculture est associée à l’élevage (plutôt bovin que ovin), tandis que son village idéal est plus proche du petit hameau (correspondant à la structure minifundiaire) que du gros bourg peuplé de brassiers prolétarisés. Les habitants de cette aldea modèle sont indifféremment des petits propriétaires, des fermiers ou des métayers, qui ont en commun de se consacrer avec intelligence à des cultures intensives et diversifiées, créatrices d’un enthousiasmant paysage agricole, tel celui des environs de Logroño :

  • 49 Op. cit., p. 48.

En él (en este contorno) se ve ya un cultivo muy floreciente, buenos viñedos, excelentes trigales y habares y olivos en mayor abundancia. Dónde alcanza el riego, la división del cultivo indica que las tierras de sembradío son cada-añeras [...]49.

38Telle est, pour Jovellanos, sa Jauja.

Espace rural et échanges

39L’impression de vitesse qui permet au lecteur de Jovellanos, à quelques pages de distance, de sauter de Gijón à Madrid ou de Gijón au Guipuzcoa, ne peut être rapportée qu’à ce citadin fortuné et illustre, et non pas à la population rurale condamnée, dans l’ensemble, à la sédentarisation par le manque de ressources. Jovellanos est d’ailleurs pleinement (et douloureusement) conscient d’un manque général de mobilité (des produits, plus que des individus), en particulier imputable à cette falta de comunicaciones, titre d’une rubrique de son Informe [...]. Jovellanos — on le sait — préconise l’intensification des échanges des matières premières, des produits élaborés et des idées, à travers l’espace rural et entre les villes.

40De ce point de vue, les Asturies, quasiment coupées des Castilles et de Madrid, sont particulièrement mal loties :

  • 50 Obras. (..), t. LXXXVI, p. 178.

En esta suerte — écrit-il à Antonio Valdés en septembre 1791 — será la primera víctima Asturias, que sin franquicias de puertos, sin caminos para evacuar su industria y reducida sin él a solo su consumo y a la extracción del escaso sobrante de sus productos, no puede tener comercio ni navegación50.

41Jovellanos rêve d’une province asturienne — mais ce rêve est applicable à toute province espagnole — qui, au lieu de se satisfaire d’une autosuffisance en matière de produits agricoles, exporte ses fromages, ses bois, etc., afin d’avoir les moyens financiers d’importer, si besoin est, des denrées alimentaires et des objets manufacturés.

42La bourgade exemplaire en milieu rural est donc pour Jovellanos celle qui accueille un marché très fréquenté où se déroulent ces échanges commerciaux, révélant la santé florissante de la contrée. Haro, dans la Rioja, qui ne compte pas plus de mille habitants, est donné en modèle (outre le fait que la localité ne compte qu’un couvent !) :

  • 51 Diarios, t. LXXXV, p. 259.

El mercado de Haro es de los primeros de España, singularmente para pescados; vienen a él todos los de la costa de Cantabria, desde las cuatro villas hasta Guipúzcoa; vienen a buscarle los arrieros desde Andalucía, Castilla la Nueva y Vieja (Soria, etc.), traénle aquí los del país en retomo de sus vinos ο de aceite, que compran a los que vienen a buscarle51.

  • 52 Op. cit., p. 54 et 49.
  • 53 Op. cit., p. 47.

43Et voilà que cette citation qui met en scène les charretiers fait ressurgir le thème récurrent des communications entre les villes et à travers l’espace rural. La campagne idéale pour Jovellanos, celle-là même qui revêt la forme d’une vega peuplée et soigneusement cultivée, doit être sillonnée de routes et de chemins muletiers, éventuellement — si le relief et l’orographie le permettent — de canaux pour la navigation. D’où l’attention qu’il porte près de Calahorra au canal de Campos, aux écluses, aux ponts-aqueducs, aux travaux de terrassement qu’il a nécessités52, etc. D’où, à plus forte raison, l’attention qu’il accorde aux routes et aux ponts, déplorant ici l’état lamentable des carreteras, là s’enthousiasmant devant le résultat d’importants travaux routiers53.

44L’un des postulats de Jovellanos est que l’ouverture ou le réaménagement d’une route suffit à provoquer un développement des échanges commerciaux et, donc, à stimuler la production agricole dans la perspective de ventes accrues hors des limites de la contrée.

  • 54 Op. cit., p. 123.

45La circulation intensifiée des charrettes et des diligences rend nécessaire la construction ou la réfection des posadas et des ventas54.

46Le nouveau paysage rural dont rêve Jovellanos comporte donc, en matière de construction, en plus des hameaux existants (d’où la saleté devra être bannie) et des maisons de nouveaux fermiers installés dans des nuevas poblaciones de type « olavidien », une vaste série de maisons de cantonniers, d’hôtelleries en rase campagne, de ponts enjambant les cours d’eau et de chaussées carrossables traversant les zones marécageuses : une campagne, donc, de toutes parts façonnée par l’homme, sans que — semble-t-il — Jovellanos regrette que des torts soient ainsi causés à la nature.

  • 55 Op. cit., p. 261.
  • 56 Cartas, t. I, p. 261 et 156.
  • 57 Op. cit., p. 156.
  • 58 Cartas, t. II, pp. 19-22.

47Que, à la faveur de la construction de routes, de ponts et d’auberges, circulent à travers le pays, en quantité accrue, les céréales, le charbon, le bois et les objets manufacturés, et que circulent aussi, plus que jamais, les voitures, les commerçants et ceux qu’on appellera bientôt les « touristes », Jovellanos ne voit là que bienfaits. Mais qu’en serait-il si le développement des échanges commerciaux s’accompagnait d’une intensification des courants migratoires qui, depuis des siècles, conduisent des ruraux vers la ville ? L’émigration des paysans asturiens est évoquée à plusieurs reprises dans les Cartas et les Diarios, et une fois celle des Aragonais qui se rendent dans la Rioja à chaque époque de grands travaux agricoles55. L’émigration des Asturiens miséreux qui abandonnent leur province natale est attribuée par Jovellanos, non pas à la fascination exercée par Madrid ou quelque autre grande ville, mais à la surpopulation (redundancia de la población) en milieu rural, cause de précarité et de misère lorsque un fléau vient provoquer une diminution des récoltes56. C’est dire que le minifundio, ici asturien, n’est pas l’antidote contre la misère et, donc, contre l’émigration, bien que celle-ci soit plus couramment imputable à la structure latifundiaire. Dans les Asturies, la division des terres paraît avoir été portée à un point extrême : tout d’abord, elle a permis d’accueillir et de faire vivre un nombre croissant de petits propriétaires et de fermiers ; puis, à l’époque de Jovellanos, le surnombre des bouches à nourrir provoque ces émigrations que l’auteur déplore, mais ne peut condamner, parce que en algunos concejos de Asturias sobran muchos brazos, y ya la agricultura no puede ocuparlos57. Réagissant en Asturien et, simplement, en homme sensible au malheur, Jovellanos ne se réjouit pas de voir les rues madrilènes envahies par des portefaix et des porteurs d’eau originaires des pays cantabriques occidentaux. Il souhaiterait que, ayant réalisé des économies, ils puissent regagner, comme ils en rêvent, leur région natale. Pour que leur désir soit exaucé et que d’autres compatriotes ne prennent pas à leur tour le chemin de l’exil, encore faudrait-il que les bras inoccupés trouvent à s’employer dans l’industrie ou l’agriculture, à condition que la surface des terres de labour s’étende au détriment de celles consacrées à l’élevage. Il reste que, pour Jovellanos, l’émigration n’est pas le mal absolu, bien qu’elle s’accompagne des maux inhérents à la vie dans les grandes villes (la corruption des mœurs, la maladie, la dureté des conditions d’existence...)58. Il estime — et le lecteur d’aujourd’hui est en droit de demeurer perplexe — que l’interruption, imposée par des règlements, de ce flux migratoire serait pire, dans ses effets, que sa continuation. Jovellanos fait de l’émigration un pis-aller qui, doit-on penser, n’est pas près de toucher à son terme, car, l’écrivain étant opposé au dirigisme étatique, on voit mal qui va procéder à cette industrialisation appelée à provoquer le tarissement du courant migratoire.

Conclusion

  • 59 JOVELLANOS, Diarios, «El libro de Bolsillo», Alianza editorial, Madrid, 1967, p. 9.

48On ne peut que souscrire à l’opinion élogieuse de Julian Marias qui en 1967 soutenait dans un prologue que cada vez, parece más clara que la obra capital de Jovellanos, desde nuestra perspectiva actual, son los Diarios [...]59.

  • 60 Cartas, t. I, «Prólogo», p. 11.

49Quatre ans plus tard, José Caso González révélait à un public plus large que celui qui avait pu avoir accès à la rébarbative collection de la B.A.E., ces Cartas del Viaje de Asturias qui constituent, selon l’érudit « jovellaniste », no sólo una de las obras importantes de don Gaspar, sino que son además un planteamiento muy serio de algunos problemas asturianos, desgraciadamente en parte vigentes [...]60. Diarios et Cartas sont, effectivement, d’un extraordinaire intérêt, puisque, en marge des aperçus sur la réalité rurale cantabrique et castillane, ces textes sont susceptibles d’être utilisés par les historiens d’art, les ethnologues, les folkloristes, les économistes, les spécialistes des « Ponts et Chaussées » et les linguistes. Sans doute, comme Julian Marias l’a remarqué, Jovellanos se garde-t-il de livrer des confidences intimistes, mais, à bien y regarder, ce sont le credo et la mentalité d’un Ilustrado qui nous sont livrés par petites touches successives. Pas un Ilustrado assimilable à un Campomanes, à un Floridablanca, un Olavide, un Cabarrus, un Ponz, mais un Ilustrado à la fois « provincialiste » (un philo-asturien) et espagnol patriote, à la fois doté d’une raison raisonneuse et d’une sensibilité délicate qui l’autorise à de brefs élans d’émotion ou de poésie en présence de certains aspects de la nature et du monde paysan. Au fond, tout homme de la ville (Gijón et Madrid) qu’il est, il est plus inspiré par le monde rural que par la société citadine ; mais il lui est malheureusement impossible de vaincre ce penchant de l’aristocrate ilustrado qu’il est aussi et qui le porte à n’aimer vraiment la campagne que lorsque celle-ci est devenue, ou peut devenir, source de production, grâce à l’intervention des cultivateurs qu’il voudrait tous éclairés, vaillants et joyeux et non pas, comme il doit bien le constater parfois, sombres, rustres, enclins aux écarts de conduite et hostiles aux gens de plus haut rang.

50Extrait de L’Espagne du XVIIIesiècle (Economie, société, idéologie, culture), Actes des journées d’étude sur « Ville et campagne » et Cartas Marruecas des 5 et 6 décembre 1997, sous la direction de Jacques Soubeyroux, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 1997, pp. 173-188.

Notes

1 Edition utilisée pour les Cartas [..] connues aussi sous le nom de Cartas a Antonio Ponz : Edición de José Caso González, Salianas (Asturias), Colección Popular Asturiana, Ayalga Ediciones, 16° ed. 1981, 2 vol.

2 Cf. «Los viajes de la Ilustración», in Gaspar GÓMEZ DE LA SERNA, Los viajeros de la Ilustración, Madrid, Alianza Editorial n° 489, 1974, pp. 11-13.

3 Obras de D. Gaspar Melchor de Jovellanos, Madrid, B.A.E., 1956, tomo LXXXV, p. 363.

4 Cartas t. I, p. 56.

5 Édition utilisée : Obras de D. Gaspar Melchor de Jovellanos, Madrid, B.A.E., 1956, Tomo LXXXV, pp. 1-483 et tomo LXXXVI, pp. 7-159. Le Diario 14° (février-mars 1810) a été éliminé, parce qu’il se rapporte à un voyage exclusivement maritime.

6 Par la suite, désigné seulement sous le titre de Informe [...]. Édition utilisée : Madrid, Cátedra n° 61, 1979.

7 Informe [...], p. 181.

8 Tel était le projet initial, qu’il a fallu « modifier à la baisse », compte tenu des limites étroites imposées aux auteurs du présent ouvrage. Concrètement, toutes les rubriques consacrées à « La ville vue par Jovellanos » ont été supprimées, y compris celle consacrée à l’artisanat, bien que celui-ci ait sa place dans une étude portant sur le milieu rural.
Sur ces questions cf. principalement :
- Gonzalo ANES, La Ley Agraria, Madrid, Alianza Universidad n° 820, 1995.
- Lucienne DOMERGUE, Jovellanos à la Société Économique des Amis du Pays de Madrid (1778-1795), Toulouse, France-Ibérie Recherche, Université de Toulouse-Le Mirait, 1971.
- Juan VARELA, cap°. 6, «El informe sobre la Ley Agraria», in Jovellanos, Madrid, Alianza Universidad n° 534, 1988, pp. 109-138.

9 Diarios, t. LXXXVI, p. 156.

10 Op. cit., t. LXXXV, p. 5.

11 Cf. par exemple, op. cit, t. LXXXV, p. 449.

12 Op. cit, t. LXXXV, p. 372.

13 Diarios, t. LXXXVI, p. 53.

14 Op. cit, t. LXXXV, p. 4.

15 Cartas, t. I, pp. 104-105.

16 Op. cit., p. 65.

17 Op. cit., respectivement p. 102, 148, 107, 108.

18 Op. cit., respectivement p. 150, 148, 149.

19 Op. cit., p. 159

20 Op. cit., 152

21 Cartas., p. 152

22 Diaros, t. LXXXV, p. 453.

23 Cartas, t.I, p. 61.

24 Diarios, t. LXXXV, p. 7, 19, 31.

25 Op. cit, t. LXXXVI. p. 24.

26 Op. cit, t. LXXXV, p. 60 et 249.

27 Op. cit., p. 4.

28 Cf. une allusion à ce type de vol dans l’Informe [...], p. 179.

29 Diarios, t. LXXXV, p. 60.

30 Op. cit, t. LXXXVI, p. 146.

31 Diarios, t. LXXXV. p. 268.

32 Cartas, t. I, pp. 89-93. Pour une comparaison entre la composition de Jovellanos et, d’autre part, la «Egloga en la alabanza de la vida del campo» de Juan Meléndez Valdés et/ou «La felicidad de la vida en el campo» de Tomás de Iriarte, cf. Marc MARTI, Ville et campagne dans l’Espagne des Lumières (1746-1808), Publications de l’Université de Saint-Etienne, 1997, pp. 216-226.

33 A l’évidence, Jovellanos n’est pas dupe lorsqu’il idéalise, notamment dans son «Egloga a Batilo», sinon la condition paysanne, du moins celle des bergers, car on se rappelle comment, dans son «Curso de humanidades castellanas», à la rubrique «Poesía pastoral», il se soucie de distinguer la fiction littéraire et la vida pastoril en el estado que tiene al presente, cuando sus ocupaciones han llegado a hacerse desagradables y groseras, y ruines sus ideas, in Obras de D. Gaspar Melchor de Jouellanos, Madrid, B.A.E., 1963, t. XLVI, p.141.

34 Cartas, p. 163.

35 Cf. «Romerías de Asturia », Cartas, t. II, pp. 27-46.

36 Diarios, t. LXXXV, p. 2.

37 Op. cit., pp. 105-106.

38 Op. cit., p. 132.

39 Cartas, t. I, pp. 67-69.

40 Diarios, t. LXXXV, pp. 13-14.

41 Op. cit., p. 15.

42 Ibid.

43 Cartas, t. I, p. 145.

44 Op. cit., p. 158.

45 Informe [...], p. 172.

46 Diarios, t. LXXXV, p. 251.

47 Il m’est donc impossible de partager l’opinion de Marc Marti qui se refuse à faire de Jovellanos un « partisan de la petite propriété » ou un « défenseur des petits paysans », in Ville et campagne dans l’Espagne des Lumières..., p. 190.

48 Diarios, t. LXXXVI, p. 49.

49 Op. cit., p. 48.

50 Obras. (..), t. LXXXVI, p. 178.

51 Diarios, t. LXXXV, p. 259.

52 Op. cit., p. 54 et 49.

53 Op. cit., p. 47.

54 Op. cit., p. 123.

55 Op. cit., p. 261.

56 Cartas, t. I, p. 261 et 156.

57 Op. cit., p. 156.

58 Cartas, t. II, pp. 19-22.

59 JOVELLANOS, Diarios, «El libro de Bolsillo», Alianza editorial, Madrid, 1967, p. 9.

60 Cartas, t. I, «Prólogo», p. 11.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540