Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voir, comparer, comprendre

 | 
Jean-René Aymes

I — L’Espagne ilustrada

La ville espagnole à l’époque des Lumières : l’horreur, la louange et le rêve

Texte intégral

  • 1 Cf. Georges LIVET, « Orientations et perspectives », Pouvoir, ville et société en Europe, 1650-175 (...)

1Pour les historiens, la ville exerce, à des degrés divers selon les latitudes et les époques, plusieurs fonctions : elle reflète une civilisation, elle offre un cadre à la vie sociale, elle est lieu d’échange, de production, de consommation, elle est siège de pouvoir(s)1. Mais la ville espagnole du XVIIIe siècle ne sera pas examinée ici sous ces angles. A peine entreverra-t-on que son aspect et ses mutations ont à voir avec le pouvoir politique et la vie culturelle. Le double objet qui a été retenu pour cette étude, dont la brièveté contraste avec la vaste dimension suggérée par son intitulé, est conjointement l’image que cette ville projette en Espagne et hors d’Espagne, l’opinion qu’elle suscite, ainsi que quelques décisions dictées à son sujet.

2Pour ce qui est de l’image, le matériau disponible ne fait pas défaut ; il est plutôt surabondant car, même si la littérature descriptive des villes n’est pas aussi proliférante qu’elle le sera au siècle suivant, à l’époque romantique, les récits de voyageurs étrangers (principalement français, italiens et anglais) qui parcourent l’Espagne et, à leur côté, quelques récits de voyageurs indigènes, beaucoup moins nombreux, — on fera un sort particulier à Antonio Ponz — offrent, à profusion, des descriptions de villes. Au tout début du XIX e siècle, José Maria Blanco White en est déjà à estimer malicieusement qu’une nouvelle description de Madrid, centrée sur les monuments, engendrerait une décevante impression de déjà vu :

  • 2 José María BLANCO WHITE, Cartas de España, Madrid, «El Libro de Bolsillo» n°375, Alianza Editorial (...)

No me gustan las descripciones, probablemente porque creo que no sirvo para hacerlas. Así que si quiere usted conocer cómo es esta villa — debe saber que a Madrid no la contamos entre nuestras ciudades — tendrá la bondad de dirigirse a Burgoing, Townsend ο a cualquier otro viajero de profesión2.

3Blanco White se dispensera donc de parler de la Puerta del Sol ou du Palais Royal pour glisser vers la peinture des mœurs de la Cour. En présence d’une réalité urbaine qui présente à tout observateur une double composante — un cadre architectural de vie et la population qui se meut à l’intérieur —, il choisit d’être surtout attentif à l’élément humain.

  • 3 Ibid., p. 275.
  • 4 BARETTI, Voyage de Londres... Sur Giuseppe Baretti, Norberto Caimo, Giacomo Casanova et Vittorio A (...)
  • 5 TORRES VILLARROEL, «Visiones y visitas de Torres con don Francisco de Quevedo» (1746), in Costumbr (...)

4D’autres observateurs de la ville espagnole vont prononcer un choix similaire : privilégiant — au rebours de ce que nous ferons ici — l’étude du comportement collectif des habitants, saisi dans des lieux publics ou semi-publics (la place, la rue, la promenade, l’église, le théâtre, les arènes, le café...), ils vont donner naissance à une littérature qualifiable de pré-costumbrista, si l’on admet que la littérature pleinement costumbrista ne reçoit ses lettres de noblesse en Espagne qu’à l’époque de Ramón de Mesonero Romanos. Mais rappelons que, déjà au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, la visite d’une ville, au lieu d’alimenter toujours de minutieuses descriptions de monuments, peut servir de prétexte à l’évocation de types sociaux ou de catégories professionnelles. C’est ainsi que procède Blanco White qui consacre la plus grande partie de sa dixième lettre, écrite à Madrid, au portrait des « prétendants3 ». C’est ainsi que procède également l’italien Joseph Baretti, plus intéressé à Madrid par les gens du peuple (les aveugles chantants, les majos) que par les monuments4. Il en est de même pour Diego de Torres Villarroel qui, dans ses Visiones y Visitas... évoque plus longuement les classes d’individus (les alguazils, les prostituées, les oisifs, les émigrés asturiens) que les lieux qu’ils parcourent5.

5Il doit donc demeurer entendu que dans toute une abondante littérature descriptive, la ville, surtout Madrid, est souvent présente, ne serait-ce que pour fournir un environnement immédiat à ces personnages vus en groupes ou élevés au rang de types.

  • 6 G. LIVET, op. cit., p. 55.

6Est-ce à dire que cette littérature descriptive, à la recherche du pittoresque, parfois agrémentée par des touches d’humour ou des pointes de satire, est étrangère aux préoccupations de l’historien ou de l’urbaniste ? Non certes, car — comme le proclame Georges Livet — « la littérature vient au secours de l’histoire ; elle revit à travers le voyage, le récit, l’évocation, mais aussi par le jeu de la mémoire collective, du stéréotype [...]. Peu à peu, la vision de la ville, objet théâtral en elle-même, devient aussi réelle que la cité elle-même6 ».

La ville en horreur

  • 7 Marc MARTI, Ville et campagne dans l’Espagne des Lumières (1746-1808), Publications de l’Universit (...)
  • 8 Cf. notamment sa «Sátira contra los vicios de la Corte», Poetas líricos del siglo XVIII, Madrid, B (...)
  • 9 Tomás de IRIARTE, «Idea general de la égloga», op. cit., p. 46.

7La mention antérieure des « prétendants » évoqués malicieusement par Blanco White aide à rappeler que la ville du XVIIIe siècle, promue capitale d’État, en général, d’une monarchie, et « siège de la Cour », est, depuis longtemps, un thème littéraire conventionnel appartenant à une littérature transnationale et édifiante, offrant d’infinies variations sur l’antinomie « ville ou siège de la Cour/campagne ou village », ou, pour reprendre l’expression hispanique : menosprecio de corte/ala-banza de aldea. On se bornera ici à rappeler, en renvoyant à la troisième partie de l’étude de Marc Marti7, que des écrivains éminents, tels que Tomás de Iriarte, Juan Meléndez Valdés et Juan Pablo Forner8 — non retenu par Marc Marti -, bien que concentrant leur satire sur la Corte où triomphent les intrigues, le mensonge et la méchanceté (Forner), où s’étale la vana exterior magnificencia (Iriarte), où est célébrée l’oisiveté, etc., mettent en cause indirectement les villes où se recrutent ces courtisans parasites. Comme le précise Tomás de Iriarte dans la présentation de son églogue, se van contraponiendo los bienes de la aldea a las incomodidades de la villa9 ; le glissement de la Corte en direction de la ville permet ainsi d’étendre la critique de la Cour, de ses habitants, de leurs mœurs et mentalités, à celle de la ville où elle a son siège et, plus généralement, à celle de toutes les grandes villes. Celles-ci sont alors assimilées à des contre-modèles. Mais cette littérature qui exploite à satiété l’opposition ville (ou Cour)/village (ou campagne) est si conventionnelle et subit si peu de renouvellements dans l’Espagne du XVIIIe siècle que l’on n’y reviendra pas. On estimera de surcroît que la répulsion inspirée par la (les) ville(s) est tellement stéréotypée et, peut-être, si dénuée de sincérité et de profondeur, en dépit de certains accents véhéments, que l’on ne peut trouver là la principale raison de la condamnation de la ville.

8On n’abandonnera pas cet espace urbain demeuré indéfini quant à ses coordonnées géographiques et temporelles au moment de rappeler succinctement, tant le sujet est familier aux historiens des religions et des idéologies, que l’Église catholique continue à se prononcer sur la ville en la considérant comme espace de tous les dangers, par opposition, comme ci-dessus, à la campagne, espace d’une pureté plus ou moins préservée.

  • 10 Jesús ROMERO GONZÁLEZ, «El sermonario gaditano en la segunda mitad del siglo XVIII», in Pablo FERN (...)

9Concrètement, les auteurs de sermons, qui fondamentalement exaltent la parole de Dieu, n’hésitent pas, parfois, à flétrir des comportements sociaux. Ce faisant, ils se font les ennemis de la ville, et plus précisément du théâtre et de la place publique où se déroulent des fêtes profanes (bals, carnaval...). Ces espaces deviennent de la sorte autant d’espaces propices au péché, où la mauvaise littérature (libelos escandalosos et fábulas llenas de obscenidades)10 — est-il dit à propos de Cadix —, est largement diffusée, où la corruption morale gagne, où l’on prend l’habitude de recourir aux testimonios falsos, calumnias, profanaciones, où, parfois, s’étale un luxe ostentatoire et ruineux.

10Cette thématique n’est pas exclusive de telle ou telle ville, mais il demeure que cette image fortement négative n’est pas également applicable à Burgos et à Bilbao, à Tolède et à Cadix. Cette dernière ville est l’une des plus détestées par les défenseurs d’une morale intransigeante parce que — comme le proclament plusieurs auteurs de sermons — la gran variedad de naciones (entendons : de commerçants, hommes d’affaires et marins appartenant à plusieurs pays) provoque la contamination de los moradores et la prolifération de criminales e iniquos et de prostituées. Les gens d’Église ont ainsi élaboré leur propre image différenciée des villes espagnoles : les villes qualifiables par nous de « lévitiques » resteront plus ou moins à l’abri des invectives (Saint-Jacques-de-Compostelle, Burgos...), tandis que les villes portuaires, ouvertes aux influences étrangères nocives, seront volontiers mises en accusation (Cadix, Valence, Barcelone...).

  • 11 Ricardo GARCÍA CÁRCEL, La leyenda negra – Historia y opinión, Madrid, Alianza Universidad n°704, 1 (...)

11Le moment est donc venu d’inscrire le problème de la ville, sans les classiques contrepoints (ville/village et ville traditionaliste/ville extranjerizante), dans une perspective autant que possible exclusivement espagnole. Pour tenter de comprendre pourquoi des villes espagnoles — au premier rang desquelles, Madrid — ont pu inspirer des sentiments et des opinions extraordinairement hostiles, on peut mettre en avant cette « légende noire » anti-espagnole, spécialement violente au XVIIIe siècle, et qui met à mal principalement le (pseudo) caractère espagnol, le fanatique Philippe II, l’Inquisition, la colonisation de l’Amérique, le théâtre, etc. On peut être étonné que, dans son étude consacrée à la « légende noire » relative à l’Espagne, Ricardo Garcia Cárcel11, dans la rubrique La España de los viajeros ilustrados, n’ait pas fait observer que la ville espagnole avait constitué l’une des composantes de cette « légende noire » alimentée en particulier par les visiteurs étrangers — pas seulement français — qui, comme on le verra plus loin, se complaisent à montrer que les villes espagnoles sont propres à inspirer des sentiments violents de rejet parce que y affluent des individus détestables, s’y inscrivent les vices du « caractère national » et s’y élèvent certains monuments emblématiques d’un passé ignominieux, d’un pouvoir odieux ou d’une religion condamnable.

  • 12 Jean-Marie-Gérôme FLEURIOT, marquis de LANGLE, Voyage de Figaro en Espagne, Saint-Malo, 1784, p. 6

12C’est dire que cette « légende noire » relative à la ville espagnole découle de présupposés d’ordre idéologique qu’il serait oiseux d’examiner longuement. La ville espagnole peut être honnie quand elle porte la marque trop voyante de l’Ancien Régime, de la tyrannie monarchique ou de l’oppression spirituelle imputable au catholicisme. Il suffira à des voyageurs français écrivant au cours de la dernière décennie du XVIIIe siècle d’observer le grand nombre (excessif à leurs yeux) d’églises et de couvents dans une ville pour que celle-ci leur paraisse défigurée. Il est exclu, par exemple, que Saragosse trouve grâce aux yeux de Fleuriot, marquis de Langle, alias « Figaro », et ce par la faute du Palais de l’Inquisition, situé au milieu de la ville et reconnaissable à ses « murs jaunes, bruns, épais et flanqués de tours qui paraissent avoir cent pieds12 ». L’édifice de l’Inquisition est, pour l’écrivain français, une sorte de redoutable forteresse médiévale. L’Espagnol qui se chargera de répliquer dans sa Dénonciation au public du voyage d’un soi-disant Figaro en Espagne, par le véritable Figaro, croira utile de composer une image plus avenante de l’hôtel (sic) de l’Inquisition, situé joliment au bord de la rivière, dépourvu de tours et de fossés, et qui se recommande esthétiquement par des murs propres et bien entretenus. Cet exemple montre les effets déformants du parti pris politico-religieux : pour Fleuriot, l’édifice saragossain ne peut être, vu de l’extérieur, que hideux et effrayant. L’esthétique est assujettie à l’idéologie qui, en dernière instance, façonne l’image subjective de la ville.

  • 13 Elena FERNÁNDEZ HERR, Les origines de l’Espagne romantique – Les récits de voyages, 1755-1823, Par (...)

13Le plus haut degré en intensité qu’atteint le sentiment de rejet de la ville espagnole correspond à l’attitude de plusieurs visiteurs étrangers13, tout près d’éprouver — dirait-on — des nausées ou des tremblements à la vue de spectacles abjects ou hallucinants. La palme ne revient pas, comme on pouvait s’y attendre, à un Français du genre Fleuriot, mais à un Italien et à un Anglais, dont les œuvres ne pouvaient manquer d’être traduites en français. Le premier, le Père Norberto Caimo, alias II vago italiano, après avoir décerné des compliments à la capitale espagnole (« riche, florissante, belle, bien peuplée... »), s’en prend, avec une verve sarcastique, à la saleté des rues :

  • 14 Norberto CAIMO, Voyage d’Espagne fait en Vannée 1755 (traduit de l’italien par le P. De Livoy, Bar (...)

D’autre part ce n’est partout que saletés, objets dégoûtants et puanteur. En quelque endroit que l’on se trouve, dans les maisons et dans les places, au soleil comme à l’ombre, en carrosse ou à pied, partout on est comme dans des latrines ; et si, dans le chaud bouillant qu’il fait à présent, on marche dans la ville, on se trouve continuellement enveloppé de tourbillons d’une poussière infecte, à travers lesquels on respire un air empoisonné de toutes les immondices de la nuit. Il n’est point d’eau de senteur, ni de fleur d’orange, ni de la Reine de Hongrie, ni de mélisse, ni de Sans-Pareille, ni d’essence de Florence, ni de parfums d’Arabie qui puissent corriger les mauvaises odeurs qui s’y font sentir de tous temps14 [...].

14Écrivant quelques années plus tard que le Père Caimo, l’Anglais Henri Swinburne est sans indulgence pour les rues espagnoles, « tortueuses et crottées » à Séville et à Cordoue, et d’une « puanteur insupportable » à Cadix, à quoi s’ajoute la calamité nocturne des rats :

  • 15 Henry SWINBURNE, Voyage de Henry Swinburne en Espagne (traduit de l’anglais), Paris, Didot aîné, 1 (...)

La quantité de rats qui courent la nuit dans les rues est inimaginable ; des troupeaux entiers de ces vilains animaux passent et repassent continuellement, et leurs exercices nocturnes sont extrêmement incommodes pour ceux qui se promènent tard15.

15Fleuriot, lui, a au moins deux raisons de détester Saragosse : on retrouve le Palais de l’Inquisition, mais on découvre aussi l’état désastreux des rues :

Hors de la rue du Cosso, toutes les mes de Saragosse sont obscures, si étroites, si sales, si fangeuses, qu’à midi on n’y voit goutte, et qu’on ne sait jamais où poser le pied.

16D’amples détails relatifs à l’épouvantable saleté des rues madrilènes et à la scandaleuse incurie dont se rendent coupables les habitants sont fournis par le marquis de San Andrés dans son Madrid por dentro, qu’on dirait couvert d’excréments !

  • 16 Cristobal Del HOYO SOLÓRZANO, Madrid por dentro (1745), Tenerife, Aula de Cultura de Tenerife, 198 (...)

Dicen que es (el aire de Madrid) tan delgado y tan sutil, que la mierda (perdone usted, que así la llama Amb. Cal., lit. M) que por las ventanas se arroja (ya ve también usted que es preciso pasar por el cuarto principal en muchas casas, para echarla) a el mismo instante se convierte en polvos y no hiede. Es tan refinada mentira ésta, como la que arrojan, fina. Hiede y rehiede, que es un juicio16...

17On est enclin à penser que, en matière de saleté, les progrès n’ont pas été à la hauteur des espoirs mis dans les providencias de Vandos de Policía lorsqu’on observe que, encore en 1805, l’édit publié par le corregidor de Tolède comporte la phrase suivante :

  • 17 Cf. la reproduction du bando assortie d’un commentaire dans Luis LORENTE TOLEDO, Bandos y proclama (...)

[...] Las Calles y Plazas públicas de esta Ciudad [...] se hallan llenas de inmundicias y vasuras, advirtiéndose muchas veces animales muertos, y otras asquerosidades, que al paso que ensucian a la vista, y prospecto público, causan fetidez, y pueden ser perjudiciales a la salud pública17

  • 18 Cristóbal del HOYO SOLÓRZANO, Madrid..., p. 173 et p. 157.
  • 19 Fray MARTÍN SARMIENTO, El porque sí y porque no (edición critica, introduccíon y notas de Michel D (...)

18Dans ce Madrid où, aux dires du marquis de San Andrés, no se ve más que basura et où más valor ha menester un hombre para andar en estas calles a pie que para salir a un desafío en los cantones18 affluent des individus peu recommandables qui font dire en 1758 à Fray Martin Sarmiento, dans El porque sí y porque no, que Madrid est una Babilonia donde están mezclados y confusos los pésimos, peores y malvados [...] con los hombres de bien. Par individus peu recommandables, il faut entendre espion, ladrón, homicida, facineroso, judío, moro, hereje, vagabundo [...] ; à quoi s’ajoutent — cités à un autre endroit du livre — les petardistas et les ladrones, bandidos y malvados19.

  • 20 Sur ce sujet, celui des prostituées, qui nous projette ici sur les limites de notre champ de consi (...)

19Dans cette liste manquent — mais il est vrai qu’ils ne sont d’ordinaire ni dangereux ni détestables — les mendiants, dont le nombre élevé surprend les visiteurs étrangers, et les prostituées, sur lesquelles sont rarement fournies des informations précises et dignes de foi20.

  • 21 Henri SWINBURNE. Voyage..., p. 287.

20L’accent est mis — comme on vient de le dire — sur la saleté et, d’autre part, sur l’insécurité. La menace multiforme pèse, non pas sur la vie (pas de mention d’assassinats réellement perpétrés), mais sur la propreté des vêtements exposés aux éclaboussures et sur les bourses que convoitent les voleurs. A en croire Swinburne, les vols sont particulièrement fréquents à Cadix où les malfaiteurs ont eu l’impudence d’afficher des papiers où ils invitent leurs futures victimes à n’opposer aucune résistance à leur entreprise, sous peine de se retrouver avec un poignard sur la gorge21.

21Plus courante, chez les observateurs étrangers, que l’horreur et la frayeur, est l’expression d’un sentiment de mépris, en présence de la laideur ou des preuves tangibles d’une profonde décadence qui remonte à un siècle environ.

22A lire, par exemple, les Lettres écrites de Barcelone par le citoyen Chantreau, on se rend compte que le spectacle des ruines qui, vers 1820-1850, suscitera, chez les écrivains romantiques, tant de considérations historico-philosophiques et éveillera chez eux tant de nostalgie ou d’admiration émue, sert encore, en cette fin du XVIIIe siècle, à renforcer l’idée malveillante ou condescendante que l’Espagne a plongé dans un abîme de décadence. C’est pourquoi Chantreau, que laissent indifférent ces reliques du passé, juge sévèrement Tarragone, car, se fondant sur le spectacle de cette ville déchue, il conclut que le peuple espagnol a été incapable de poursuivre l’œuvre des occupants romains :

  • 22 Pierre-Nicolas CHANTREAU, Lettres écrites de Barcelone à un zélateur de la liberté, qui voyage en (...)

Les antiquités qu’on y foule aux pieds et à chaque pas [...] ne laissent dans l’esprit du philosophe qui les contemple que des idées désagréables auxquelles le morne silence qui règne dans la ville et l’état de dépopulation où elle est réduite donnent une teinte vraiment lugubre22.

23Cette allusion, non accompagnée de description, aux ruines romaines de Tarragone sert à jeter l’opprobre sur le peuple espagnol, indigne de son passé et oublieux de son histoire, au point de ne pas même respecter les nobles reliques.

  • 23 Jean-François BOURGOING, Tableau de l’Espagne moderne, Paris, chez l’auteur, 2e ed. 1797 (1e ed. P (...)
  • 24 Ibid. p. 4.
  • 25 Antonio PONZ, Viaje de España, Madrid, Viuda de Ibarra, 1772-1794, t. XIV, p. 6.

24La décadence se donne à lire de multiples façons en milieu urbain ; ici, on compare avec complaisance l’énorme population de la Séville maure à celle de la Séville actuelle ; là, on estime que Burgos offre « l’image de la pauvreté, de la fainéantise et de la dépopulation23 » ; ailleurs, on constate qu’à Saragosse les boutiques sont vuides et qu’aucun canot ne circule sur l’Ebre24. Antonio Ponz qui, dans son Viaje de España, entend répliquer aux voyageurs étrangers volontiers enclins à une sévérité excessive, est obligé d’admettre que Barcelone est une des rares villes à pouvoir démentir les accusations des étrangers visant la desidia, abandono, pereza, falta de industria25. Peut-être a-t-il en tête les outrances et la mauvaise foi de Fleuriot qui, à propos de Saragosse, avait écrit :

  • 26 Jean-Marie-Gérôme FLEURIOT, Voyage..., p. 3.

Au grand nombre d’équipages, à la quantité de valets, à la multitude de mendiants qu’on voit ici, il semble que la moitié de la ville a tout et que l’autre moitié n’a rien26.

  • 27 Gaspar Melchor JOVELLANOS, « Diarios », Obras de D. Gaspar Melchor de Jovellanos, Madrid, B.A.E., (...)

25Voilà qu’affleure le thème récurrent de la pauvreté à laquelle sont sensibles plusieurs ilustrados espagnols, dont Jovellanos, qui, dans ses Diarios, donne à penser, sans oser l’écrire, que la misère qui caractérise Logrono pourrait bien être imputable au nombre excessif de couvents que renferme la ville27. La misère n’est rien d’autre que la conséquence du manque de ressources dont souffrent l’État (el erario público) et les individus. De là le repérage d’une série de pénuries et d’insuffisances, et une invasion de la médiocrité qui inspire, le plus souvent chez les étrangers, du mépris, et chez les Espagnols, désespoir, impatience ou exaspération coléreuse.

26A la rubrique Abastos, le marquis de San Andrés multiplie les exemples d’habitudes invétérées, de carences, de fraudes et autres abus, qui font déclarer à un (fictif) Andalou que Madrid n’a pas changé en l’espace de deux cents ans :

  • 28 Cristóbal Del HOYO SOLÓRZANO, Madrid por dentro p. 208.

Créame usted que aun Madrid esta, para muchísimas cosas, con su pelo y su lana cuando, aora dos siglos, era un villorio muy agreste [...] y créame usted también que vale más un rinconcito de Cádiz ο de cualquiera otro puerto de mar con comercio que cuatrocientos Madris28.

27Au XVIIIe siècle, plus nettement que par le passé, les concepts de « pauvreté » et de « laideur » qui, pourtant appartiennent à des champs sémantiques étrangers l’un à l’autre, — l’économie et l’esthétique — se rapprochent, au point de se confondre parfois. Il est dit, par exemple, que les rues sont laides parce que les propriétaires des maisons n’ont pas les moyens — ou ne prennent pas le soin — de les faire réparer, de faire repeindre les façades, ou se refusent, par souci d’économie, à payer des individus qui transporteraient les ordures hors de la ville.

  • 29 Antonio PONZ, Viaje...., t. V-VIII, p. 17.

28Dans d’autres textes, la laideur relève exclusivement des principes d’esthétique et de goût. Passons sur les innombrables énoncés lapidaires qui, fondés sur la malveillance ou des a priori, cherchent à persuader que la laideur règne dans la ville, affectant les édifices religieux (cathédrale de Tarragone du plus mauvais goût, selon Chantreau) et les bâtiments publics. Pour Antonio Ponz, s’il y a dans la capitale tant de constructions disparatadas — car telle est, pour lui, la principale caractéristique de la laideur — c’est que se han construido sin orden ni razón29 : double exigence fondamentale. Le Pont de Tolède, construit vers 1732-1735, illustre le credo de l’auteur en matière d’esthétique architecturale, car on voit entrer en dissonance les préférences (en faveur de l’équilibre majestueux du néo-classicisme) et les égarements de la fantaisie :

  • 30 Op. cit., p. 101.

Se compone este puente de nueve ojos. Sus pilares y arcos tienen grandeza y regularidad, porque allí no había proporción para que lo luciese el ingenio gítico-arábigo del maestro de obras; pero los remates de los pasamanos ο antepechos, los pabelloncillos para dos estatuas y las torrecillas que hay a la entrada y la salida, son el término hasta donde pudo llegar lo extravagante de la imaginación. Vendrá tiempo en que se eche abajo todo; y cuando no se haga otra cosa, se dejará el puente liso y Ilano30.

29Rien d’étonnant à ce que le même terme disqualifiant extravagante se retrouve sous la plume de Jovellanos, dans son Elogio de Don Ventura Rodríguez, arquitecto mayor de esta corte. Tout le Madrid construit ou restauré sous les derniers Habsbourg lui inspire le rejet, car triomphèrent alors la ignominia y el mal gusto et una corrupción general de principios :

  • 31 Gaspar Melchor JOVELLANOS, Obras..., vol. XLVI, p. 372.

[Los arquitectos] trasladaron a los pórticos, frontispicios y fachadas las extravagancias de los retablos y escenas. Desde entonces los templos, las casas, las fuentes, los edificios públicos y privados, todo se cubrió de torpes garambainas y groseros follajes; monumentos ridículos que testifican todavía la barbarie de quien los hacía y el mal gusto de quien los pagaba31.

La ville en mutation

30Le relevé antérieur, évidemment incomplet, de témoignages espagnols et non espagnols, qui tous rendent compte d’une réaction négative (condamnation, mépris, désolation, ironie...) devant une réalité urbaine non satisfaisante a présenté le double inconvénient de conduire, par ce systématisme ségrégatif, d’une part à imposer une vision déformante, inacceptable en l’état, et d’autre part, à faire abstraction de la chronologie.

31Il est improbable en effet qu’un jugement porté au début du XVIIIe siècle soit encore recevable à la mort de Charles III ou à la veille de la Guerre d’Indépendance. Ne revenons pas sur les jugements, tels que ceux de Fleuriot ou de Chantreau, entièrement dénaturés par le parti pris, l’aveuglement ou, mieux encore, par l’ignorance : peu importe dès lors qu’ils aient été écrits respectivement en 1784 et en 1791.

32Comme on pouvait s’y attendre, ce sont, dans l’ensemble, les Espagnols qui sont le plus enclins à vanter les heureux changements intervenus depuis l’avènement des Bourbons et surtout durant le règne de Charles III.

33Avant d’entamer, à l’aide de témoignages de contemporains et de quelques études récentes d’historiens spécialistes de l’urbanisme, un rapide tour d’Espagne des villes où les changements les plus significatifs ont été enregistrés, on dressera la liste des principaux domaines où sont intervenues des innovations, qui sont toutes des améliorations appréciées en leur temps. Par là seront suggérés la direction et l’objet de la politique gouvernementale, des décisions prises à l’échelon municipal, d’une mode, d’une mutation dans les mentalités collectives, d’une demande populaire... Les domaines concernés sont les suivants :

  • la construction de nouveaux bâtiments (religieux et civils) ;
  • la rénovation de bâtiments existants ; de places ;
  • l’aménagement de promenades et de jardins ;
  • l’alignement des maisons ;
  • l’éclairage des rues ;
  • le pavage des rues ;
  • le nettoyage des rues ;
  • l’évacuation des eaux usées et des ordures ;
  • la canalisation des cours d’eau en zone urbaine ;
  • le franchissement des cours d’eau par de nouveaux ponts.
  • 32 Jean-François BOURGOING, Tableau...., p. 158.

34L’ouvrage de Jean-François Bourgoing, outre les qualités de pondération et de sérieux que lui reconnaissent les auteurs espagnols, a l’intérêt supplémentaire d’avoir été réédité à plusieurs reprises entre 1788 et 1807, ce qui permet à l’auteur de prendre en considération des progrès intervenus entre ces dates, d’autant que son voyage effectif a eu lieu dès 1777. Ainsi, à propos de Cadix, Bourgoing peut faire état de ces « changements avantageux » que nous nous proposons de préciser : « Les rues se pavaient, s’alignaient, étaient sans cesse purgées de leurs immondices, les emplacements vides se couvraient d’habitations » ; des jardins ont été aménagés ; un hospice a été construit en 1785. Le bienfaiteur de la ville est « le gouverneur Oreilly (sic) à qui l’on doit l’embellissement et l’agrandissement de la Cité32 ».

  • 33 Ibid., p. 146-147.

35Redonnons la parole à Bourgoing au sujet de Séville. La Lonja a été récemment réparée et décorée ; et la Fabrique de tabac, en dépit de son aspect de forteresse, se signale par le « bon goût qui a présidé à sa construction ». Les bienfaiteurs de la ville sont ici Lerena et Olavide33 (sic). Mais c’est grâce aux travaux de Marcelin Défourneaux qu’on en sait davantage sur les grandes réalisations sévillanes de Pablo de Olavide :

  • 34 Marcelin DÉFOURNEAUX, Pablo de Olavide ou l’« afrancesado », Paris, P.U.F., 1959. Sur les transfor (...)

Comme les grands intendants français, ses contemporains, Olavide s’est préoccupé d’« urbaniser » et d’embellir la ville chef-lieu de son Intendance [...] Ouvrir des portes dans les remparts à la place des poternes où s’embouteillent les charrettes venant de la campagne, lutter contre les débordements du Guadalquivir, en l’enserrant entre une double ligne de quais, généraliser le pavage des rues, percer de larges avenues au travers du dédale des ruelles, améliorer les conditions d’hygiène en assurant l’écoulement des eaux polluées vers le fleuve et en aménageant de nouvelles fontaines dans certains quartiers, tels sont les principaux points d’un programme qu’il n’aura pas le temps d’achever, mais dont la réalisation partielle suffit à modifier l’aspect du vieux Séville et à lui donner toute une part de son aspect moderne34.

  • 35 Marcelin DEFOURNEAUX, Pablo de Olavide... p. 282.

36Olavide assume également le risque de se heurter aux autorités ecclésiastiques (en particulier le chapitre) et à tous les défenseurs d’une morale stricte lorsqu’il entreprend de doter la ville d’un théâtre. Entendons par ce terme, à la fois, un local, une troupe et un répertoire35.

37Impossible, ayant évoqué Olavide et restant en Andalousie, de ne pas mentionner les « Nouvelles Colonies » établies dans la Sierra Morena, qui firent tant parler d’elles, valurent tant de déboires à leur créateur et qui, à en croire un sainete contemporain sarcastique, mirent en difficulté le ministre Grimaldi lui-même, lequel, dans le sainete en question, s’exclame :

  • 36 Op. cit.. p. 313.

Dejo la población muy aumentada
Los desiertos en villas transformados
Y tan poblada dejo toda España
Que hasta en la Inquisición no quedan cuartos.36

  • 37 Jean-François BOURGOING, Tableau..., p. 136-137.
  • 38 Jean-François PEYRON, Nouveau voyage en Espagne fait en 1778 et 1788, Londres, P. Elmsly, 1782, p. (...)

38Aux yeux des observateurs français, les Nuevas Poblaciones incarnent une séduisante modernité, rare dans la Péninsule. Pour Bourgoing qui, toutefois, déplore la lenteur de la mise en œuvre du projet, ces colonies sont « les créations de l’humanité et de l’intelligence37 ». Peyron, beaucoup plus précis au sujet de l’établissement des colons et de l’administration des nouvelles cités (La Carlota, La Carolina) éclaire, sans les expliciter, les raisons de son admiration ; il apprécie manifestement une architecture urbaine caractérisée par la grande dimension et la régularité des places (rectangulaires ou octogonales), la largeur et la linéarité des rues, l’uniformité et la simplicité des maisons, l’ornementation des promenades et, pour ce qui est du confort de vie des habitants et des visiteurs, une halle bien approvisionnée et une fonda bien aménagée38. Le lecteur comprend aussi, à demi-mot, que quatre curés sont largement suffisants pour 800 feux et que l’absence de tout couvent n’est pas pour déplaire... Serait-on tout près de la « ville rêvée » dont nous tenterons plus loin de discerner les traits ?

39A en croire Peyron, le paysage urbain valencien, auquel continuent à appartenir, certes, les inévitables « sentiers étroits et tortueux », est en mutation, sous le triple aspect de l’agrément, de la monumentalité et de la sécurité nocturne ; à l’agrément correspond l’aménagement d’une magnifique Alameda, bordée d’arbres de haute futaie, à laquelle doit s’attacher, pour Peyron, une touche d’exotisme, car ces arbres ne sont pas ici les classiques ormes et peupliers mais des orangers, des grenadiers et des palmiers. Le nouveau caractère monumental est dû à l’érection de l’édifice « somptueux » de la Douane. Mais surtout — et cela répond bien à une exigence propre à l’époque — la sécurité lors des déplacements nocturnes est assurée : « C’est la ville d’Espagne la mieux policée » :

  • 39 Op. cit., p. 102.

Elle est éclairée pendant la nuit, depuis quelques années, par de petites lanternes assez multipliées, avantage qu’elle doit à un de ses fabricants qui lui rapporta d’Angleterre l’usage du Watchman ; il se nomme ici le « sereno » ou l’« homme du serein », son emploi, comme à Londres, est de crier les heures39.

  • 40 Gaspar Melchor JOVELLANOS, Obras p. 264.
  • 41 Op. cit., p. 39-42.

40Une fois exclues les descriptions dénaturées par l’hispanophobie ou des présupposés idéologiques (cas de Chantreau et de Fleuriot), il devient manifeste que les goûts et les principes en matière d’urbanisme d’un Peyron, d’un Ponz, d’un Jovellanos sont globalement accordés. Le Français Peyron, par exemple, pourrait souscrire aux opinions de Jovellanos qui, dans ses Diarios, apprécie à Logroño la belle promenade de l’Espolón, ombragée d’asombrosos álamos et flanquée d’utiles bancs40. Vitoria, encore enlaidie par un profond fossé non recouvert et puant, qui sert de déversoir aux eaux usées, peut s’enorgueillir d’une plaza nueva y bella (Jovellanos), avec ses arcades spacieuses, ses balcons, son pavement en cours d’exécution, mais, hélas, privée de fontaine en son centre, laquelle risque de ne jamais être aménagée, car elle rendrait impossibles les corridas41. On a compris que Jovellanos préfère la fontaine au spectacle tauromachique.

41La fontaine est décidément un des composants majeurs de la nouvelle ville ibérique, probablement parce qu’elle répond, à la fois, à des exigences d’hygiène et d’esthétique, outre le riche caractère symbolique de l’eau courante. C’est pourquoi Eugenio Larruga, dans ses Mémoires politiques et économiques, est séduit par la ville de Burgos, aux rues limpias y empedradas, aux buenos paseos, algunos arbolados et aux séduisantes fontaines :

  • 42 Eugenio LARRUGA, Memorias políticas y económicas [...], Madrid, 1793. Les citations sont extraites (...)

Tiene siete fuentes públicas de aguas excelentes porque se descuelgan de los montes y filtran por terrenos a propósito para purificarlas42.

  • 43 Emilio GONZÁLEZ LÓPEZ, Bajo las luces de la Ilustración – Galicia en los reinados de Carlos III y (...)

42Pour évoquer la Galice, on se tournera, par exception, non vers les témoignages de contemporains, mais vers un historien « localiste » de notre époque, Emilio Gonzalez López43 qui, dans son énumération des réformes urbanistiques intervenues dans la province, met en valeur la construction de monuments civils plutôt que la rénovation extérieure de monuments religieux (l’exception : le remodelage, dans le goût néoclassique, de la façade de la cathédrale de Lugo) et l’assainissement (l’exception : le creusement de cloacas secretas a La Corogne). On signalera simplement l’apparition de monuments civils à La Corogne (Aduana, Consulado del Mar...), à Saint-Jacques (Casa Ayuntamiento, Université, Hospice...), à Betanzos (Casa Ayuntamiento, Archivo General de Galicia) et au Ferrol ou, aux abords d’un nouveau quartier d’habitation avec ses places et ses rues rectilignes, sont édifiés l’Arsenal et des bâtiments destinés aux chantiers navals. Au Ferrol et à La Corogne et aussi dans la lévitique Saint-Jacques, la nouvelle architecture civile menace le monopole séculaire de l’architecture religieuse : cette évolution a, de toute évidence, une signification majeure qui, en son temps, a dû inquiéter les gens d’Église et les laïcs traditionalistes.

  • 44 Pour d’autres témoignages, accompagnés de jugements tantôt sévères, tantôt laudatifs, sur d’autres (...)

43Très loin de la Galice où, malgré la poussée de l’architecture civile, l’empreinte urbanistique du catholicisme demeure forte, Barcelone devient, sous les yeux des observateurs parfois étonnés, la séduisante exception d’une ville espagnole qui dément la réputation de l’Espagne comme pays attardé, immobile et assoupi44.

  • 45 Norberto CAIMO, Voyage d’Espagne...., t. I, p.27.

44Même le Père Caimo, peu indulgent à l’égard de Madrid et de Salamanque, est proche de l’enthousiasme devant cette ville « belle, riche, grande, bien peuplée », aux rues larges, droites et pavées, aux églises magnifiques, aux places spacieuses, aux élégantes fontaines45 : toutes les exigences en matière d’urbanisme sont ainsi satisfaites.

  • 46 Jean-François PEYRON, Nouveau voyage... p. 37-39.

45Peyron apprécie, de son côté, l’heureuse alliance des monuments civils (Palais de l’Audience, « Bourse ou maison de commerce ») et des édifices industriels qui, en rien, ne déparent l’ensemble. Mieux encore, pour la première fois peut-être, la notion de « pittoresque » est associée, non pas à un paysage naturel ou rural, mais à ce qu’on pourrait appeler un « paysage industriel », fait d’images mobiles et de bruits intenses. En effet, l’Arsenal où vient d’être construite « une immense galerie » offre « un coup d’œil vraiment pittoresque avec le mouvement continuel d’un peuple d’ouvriers, le bruit des marteaux, la flamme qui paraît embraser de toutes parts cette enceinte46 ».

46Bourgoing est également un admirateur de cette grande ville (160.000 habitants) en pleine mutation, qui se singularise, à un double titre : par la « quantité prodigieuse d’édifices bâtis depuis peu » et par l’apparition, à côté, d’une « petite ville moderne », Barcelonette, qui enchante également le Père Caimo. A cette grande différence près que les Nuevas Poblaciones relèvent du monde rural tandis que la Barceloneta appartient à l’univers urbain, on est, dans les deux cas, aux bords de l’utopie urbanistique, réalisée en tous points en Catalogne et imparfaitement dans la Sierra Morena :

  • 47 Norberto CAIMO, Voyage d’Espagne..., t. I, p.30.

C’est en effet — déclare Caimo — un spectacle bien agréable que toutes ces maisons bien alignées, peintes de différentes couleurs et les rues toutes bien distribuées, larges et tirées au cordeau. Au milieu de la ville est une Eglise de grandeur ordinaire, dont l’architecture est dans le goût italien ; les proportions y sont bien observées ; elle a de la majesté et est bien décorée47.

  • 48 Jean-François BOURGOING, Tableau...., t. I, p.331-332. La même séduction exercée par des rues se c (...)

47Signe d’une parfaite identité des critères esthétiques et fonctionnels relatifs à l’architecture urbaine, l’expression « rues tirées au cordeau » se retrouve dans le texte de Bourgoing, lequel ajoute toutefois un troisième critère : celui, non explicité, d’ordre public, car le Français a compris que les maisons à un seul étage de Barcelonette, appelées à être habitées par le peuple tumultueux des marins, sont faciles à surveiller48.

48Ce rapide tour d’Espagne des villes où les changements ont été les plus notables au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle ne pouvait que se terminer à Madrid, non pas seulement parce que le rêve urbanistique a de fortes chances de s’y inscrire dans la réalité plus amplement qu’ailleurs, mais parce que s’y donnent à lire, en de multiples lieux et occasions, les préoccupations, idéaux et exigences conjugués émanant du souverain, de certains ministres et conseillers, des architectes les plus illustres et des néo-arbitristas en matière d’urbanisme.

  • 49 Enrique MARTÍNEZ RUIZ, La seguridad pública en el Madrid de la Ilustración, Madrid, Secretaría Gen (...)

49Comment en serait-il autrement alors que Madrid a le privilège d’être à la fois — comme l’a énoncé Enrique Martinez Ruiz — polo de concentration, órgano gestor, fuente de riqueza y oferta cultural ? Il était donc intéressant d’étudier comment Madrid, qui accueille une nouvelle dynastie, se embellece, crece, se sanea, se desarrolla culturamente y centraliza el pulso económico, social, cultural y politico de la Monarquía49. Comme il a été déclaré d’entrée de jeu, notre projet nous ayant conduit à nous cantonner dans l’évocation de certains aspects d’urbanisme (architecture monumentale et prise en compte de la rue comme « espace social »), nous voilà autorisé à renvoyer au livre de E. Martinez Ruiz qui, lui, a centré son étude sur la sécurité et le contrôle des rues, encore que le chapitre IV, Ideas para la mejora del Gran Madrid, entre pleinement dans le champ de nos préoccupations.

50Même s’il faut nuancer l’opinion, si flatteuse pour l’action des Bourbons, de E. Martinez Ruiz sensible à la séduisante métamorphose de la capitale, il n’est pas douteux que les observateurs étrangers, à condition qu’ils ne soient pas des antimonarchistes à tous crins ou des révolutionnaires exaltés, s’accordent à estimer que les Bourbons ont fait œuvre utile à Madrid.

  • 50 Jean-François PEYRON, Nouveau voyage..., p. 88.

51Peyron reconnaît volontiers les mérites — comme le font aussi, parfois avec enthousiasme, Ponz et Jovellanos — de Charles III surtout, à qui l’Espagne doit de « grands chemins superbes, beaucoup d’édifices, de douanes, de manufactures et « l’embellissement de Madrid, la propreté et la sûreté dont on y jouit50 ».

52Cet embellissement de la capitale, Ponz l’observe en particulier aux abords de la Porte d’Alcalá :

  • 51 Antonio PONZ, Viaje de España...., t. V, p. 25.

Quien vió antes de este reinado la Puerta de Alcalá y sus inmediaciones, parecidas a otras entradas de Madrid, no pudo prometerse que llegarían, dentro de pocos años, a la magnificencia y hermosura que ahora tienen. La nueva y grandiosa puerta, el jardín de frutas y flores, con verjas de hierro, que dan vuelta al Prado, los Pósitos, las cercas del Sitio del Buen Retiro por la parte del campo hasta Atocha y el plantío de árboles alrededor de ellas, formando paseo, han hermoseado a Madrid por aquella parte de tal modo, que no tiene por qué ceder a ninguna entrada de ciudad51.

  • 52 Francisco José MARÍN PERELLÓN, «Madrid: ¿una ciudad para un rey?», in Equipo Madrid, Carlos III, M (...)
  • 53 On songe en particulier au rôle joué, en matière d’urbanisme madrilène (création d’établissements (...)

53Il est indéniable — comme le déclare Francisco José Marín Perellón52 — que Charles III, en plein accord avec des ministres53 comme lui soucieux de transformer la capitale en une vitrine offerte aux regards des étrangers, a plus fait pour Madrid que tous ses prédécesseurs.

54Les talents des architectes auxquels il a été fait appel sont également indéniables, qu’il s’agisse de Ventura Rodriguez, de Francisco de Sabatini ou de Juan de Villanueva.

  • 54 Cf. par exemple Ramón HIDALGO MONTEAGUDO, Rosalía RAMOS GUARIDO y Fidel REVILLA GONZALEZ, Madrid d (...)
  • 55 Sur le néo-classicisme dans sa spécificité hispanique, cf. par exemple : Fernando CHUECA GOITIA, V (...)

55Il n’y a pas grand sens, tant les choses sont connues des chercheurs comme des touristes, à s’arrêter sur les grandes réalisations architecturales qui ont contribué à faire de Madrid une ville monumentale et moderne par endroits54 Il suffira de citer le Palais Royal, remodelé après l’incendie survenu en 1734 ; le Cabinet d’Histoire Naturelle, considéré comme le manifeste le plus éclatant du néo-classicisme espagnol55 ; le Pont de Tolède, tenu pour le plus beau pont espagnol du XVIIIe siècle, malgré quelques ornementations rococo qui déplurent aux tenants d’un style épuré ; la Caserne des Gardes du Corps (l’actuel Cuartel del Conde Duque), dont le grand portail d’entrée, parfois qualifié de « fantastique », ne pouvait faire l’unanimité. La construction de ces bâtiments répond clairement aux préoccupations des responsables nationaux et locaux : la priorité doit être donnée aux constructions utiles, donc civiles plutôt que religieuses, destinées à accueillir les forces de l’ordre (l’armée), l’administration et les sciences.

56Un autre groupe d’importantes réalisations obéit conjointement à une recherche de la beauté et au souci d’assurer aux habitants le moyen d’occuper agréablement et sainement une partie de leurs heures de loisirs. Telle est la justification de l’aménagement des promenades, au premier rang desquelles le Paseo del Prado qui, flanqué du Jardin Botanique, manifeste qu’un intérêt privilégié, caractéristique de l’époque des Lumières, est accordé à l’arbre (ici, le peuplier d’Italie, l’ormeau et l’acacia) et à l’eau courante, cette panacée pour l’agriculture, l’alimentation, l’hygiène et la salubrité publique.

57Cette dernière notion relie le très hispanique paseo (lieu de promenade et exercice lui-même de la promenade) à l’aménagement, encore à ses débuts, d’un réseau d’égouts (el alcantarillado) destinés à l’évacuation des eaux usées et des détritus légers, c’est-à-dire à contribuer à la dépollution de l’air infesté qu’on respirait dans les rues.

58Ce véritable culte de l’eau comme vecteur de vie et promesse de végétation dense aide à comprendre pourquoi Ponz s’enthousiasme devant le grandiose projet du canal du Manzanares :

  • 56 Antonio PONZ, Viaje de España...., t. V, p.39.

Es este canal una de las empresas considerables en este reinado en las cercanías de Madrid [...]. Se han plantado, según las noticias adquiridas, al pie de dos millones de árboles y arbustos en el referido trecho y entre ellos cien mil moreras, regándose todos con el agua del canal desde de la segunda esclusa, y en la primera con otra agua56.

59On a bien lu : le nouveau canal ne s’inscrit pas dans l’intra-muros madrilène, mais dans la proche périphérie de la capitale. Il en va de même pour le Paseo del Prado qui se situe juste à la frontière entre le casco viejo et les faubourgs. La nouvelle et vaste promenade pourrait constituer comme le premier chaînon d’une future « ceinture verte » de la capitale.

60La sectorisation des grands travaux de l’époque de Charles III est nette et caractéristique de la politique officielle, dont elle marque aussi les étroites limites : on ne touche pas, ou à peine, au vieux cœur de la ville, qui ne sera ni rasé ni remodelé ; on ne prévoit pas non plus — ce sera l’une des grandes composantes de la politique du milieu du XIXe siècle — ce gran Ensanche qui s’étendra à l’Est du Paseo de la Castellana. (De ce point de vue, l’ouverture, ex nihilo, de nombreux quartiers d’habitation proches du port, à Barcelone et au Ferrol, est plutôt exceptionnelle).

61Le refus de toucher fondamentalement au vieux Madrid, en raison des difficultés (matérielles, financières, sociales) qui s’ensuivraient, ne veut pas dire que les autorités se désintéressent de ces secteurs déshérités où s’entassent fâcheusement les pauvres, les délinquants et les prostituées. Au printemps 1788, peu de temps après le « soulèvement d’Esquilache », Charles III réclame une « purge » de ces quartiers mal famés. Un rapport — cité partiellement par Jacques Soubeyroux — fait connaître comment devrait s’opérer cet assainissement, économique et social, des quartiers de Lavapiés, Maravillas et Barquillo :

  • 57 Jacques SOUBEYROUX, «Pauperismo y relaciones sociales en el Madrid del siglo XVIII», in Estudios d (...)

[...] Quiere el Rey se destinen a cuarteles, fábricas, oficinas, almacenes, etc. y que se hagan en ellos casas y edificios decentes, y que no sean como hasta aquí albergues de pobres sin oficio y destino, de gente de mal vivir, de majas y gitanas y de toda especie de canallas, sino de personas honradas y aplicadas a servicios útiles y convenientes a la República57.

  • 58 Cf. Francisco José MARÍN PERELLÓN, «Madrid: ¿una ciudad para un rey? p. 146.

62On sait que ces directives resteront lettre morte, de même que ne sera pas satisfaite la demande croissante de domiciles modestes réclamés par les habitants — résidents et émigrés récents — dont le nombre allait augmentant (environ 150.000 en 1757 et plus de 160.000 trente ans plus tard58).

La ville rêvée

63Plus d’une fois, l’examen des informes prescrivant des mesures urbanistiques ou celui des considérations accompagnant les descriptions d’un Ponz, d’un Jovellanos, aura fait mesurer l’énorme distance entre, d’un côté, les demandes, les espoirs, les projets, et de l’autre, les réalisations effectives.

64Il n’y a pas lieu de s’interroger ici sur les raisons de ce décalage, parfois déploré en son temps : pénurie financière, rivalité entre les conceptions, inhibition devant toutes les innovations radicales, peur de l’agitation sociale qu’elles entraîneraient...

65Nous voudrions simplement montrer que, en matière d’urbanisme, l’imagination ne fait pas défaut. Mais c’est une imagination non débridée, raisonnable, doublée de sens pratique et d’une réflexion prudente qui toujours prend en compte le « coût social » — pour utiliser une expression propre à notre temps —. La réforme urbanistique ilustrada s’inscrit dans un grand nombre de projets ponctuels, non révolutionnaires, de style néo-arbitrista, si l’on peut dire. Il n’empêche que tous ces projets, s’ils avaient été mis en œuvre de façon coordonnée, auraient certainement modifié de façon sensible la physionomie des villes espagnoles, comme devraient le démontrer les exemples suivants, les uns relatifs à Madrid, les autres à des villes de province.

66En ce qui concerne la capitale, l’une des premières exigences a trait à l’hygiène, ou salubrité publique, et non à l’esthétique. D’où le caractère éminemment significatif du petit ouvrage publié en 1735 par le nommé Joseph Alonso de Arce, sous le titre de Dificultades vencidas, y curso natural, en que se dan Reglas Especulativas y Prácticas para la limpieza y asseo de las Calles de esta Corte, por cuyo medio se obvie, que en el ambiente se introduzca lo impuro, con que grave perjuicio nos alimentamos sus habitadores... Ledit ingeniero y agrimensor préconise une série de travaux et de mesures nullement insensés : creusement de tout un réseau de conduites souterraines pour l’évacuation des immondices jusqu’au Manzanares ; pour les propriétaires des maisons, obligación de enlosar de piedra las frentes de las casas ; interdiction d’élever des porcs en ville ; nettoyage quotidien des places où se tiennent des marchés aux légumes ; enfin, el estiércol, paja, burrajo, esparto y otras cosas que encienden en las Calles para que se queme no se debe consentir ; sino que el Dueño de la Casa ο Inquilino que lo procure lo mande sacar a su costa.

67Le projet de Alonso de Arce n’est ni extravagant ni isolé, comme le confirme l’auteur de la censura de l’ouvrage, membre de la Compagnie de Jésus et professeur de mathématiques au Collège Impérial de Madrid :

Se han empleado muchos ingenios en discurrir y presentar modos y medios de conseguir esta deseada limpieza.

68Ponz qui, à cor et à cri, réclame des arbres, est pleinement de son temps, tout comme Jovellanos qui, dans ses Diarios, exprime le vœu que l’arbre soit roi dans les villes. Mais c’est Ponz, surtout, qui rêve, avant la lettre, d’une « ceinture verte » autour de Madrid :

  • 59 Antonio PONZ, Viaje de España...., t. V, p. 26.

¡Ojalá llegase el caso de alindar con árboles todos los campos en tres ο cuatro leguas alrededor, adaptando a cada terreno la especie que le fuese más propia! Se gozaría un aspecto delicioso, tendríamos abundancia de leña, copia de frutos y otros bienes que cualquiera conoce ser muy conducentes cerca de una gran ciudad59.

69Ponz rêve aussi, pour Madrid comme pour Barcelone, d’une multiplication, dans les environs de la ville, de casas de campo, comme en Angleterre, précise-t-il. C’est l’affaire des gens fortunés qui, malheureusement, manquent de goût.

  • 60 Cf. la «Representación del conde de Cabarrús relativa al establecimiento del teatro de la Opera, c (...)

70D’autres textes, de nature différente, font entrevoir, sinon des villes entièrement nouvelles, du moins des villes existantes enrichies d’édifices à fonction culturelle ou utilitaire. Ainsi, Francisco de Cabarrus, qui partage avec Jovellanos le souci de voir le peuple se divertir sainement et qui, en conséquence, est l’ennemi déclaré des cafés, des tavernes et des tripots, est partisan de l’ouverture de théâtres, et en particulier d’une troisième salle à Madrid, qui n’en compte que deux60.

  • 61 León de ARROYAL, Cartas económico-políticas, Oviedo, «Textos y estudios del siglo XVIII», Cátedra (...)

71Pour des raisons qui doivent allier la préoccupation hygiéniste et la morale publique, León de Arroyal est hostile aux casas de juego, casas de trucos, billar, bolos y cualquiera otra de esta naturaleza61 ; certes, il ne s’enhardit pas jusqu’à en réclamer la disparition, mais il voudrait que, par un système d’impositions financières alourdies, les propriétaires de ces établissements peu recommandables soient amenés à les fermer. Forçons donc un peu la note, en avançant que la ville idéale serait pour les Ilustrados, ici en parfait accord avec les gens d’Église, une ville d’où seraient bannis les lieux où l’argent est dilapidé et la morale bafouée.

  • 62 Conde de FLORIDABLANCA, «Hospicios, hospitales y casas de misericordia», in Escritos políticos – L (...)

72Tout comme León de Arroyal, le ministre Floridablanca est préoccupé par le maintien de l’ordre public menacé par los ociosos, vagos y mal entretenidos et la nécessaire protection de los pobres desvalidos, huérfanos, expósitos y enfermos. Aussi imagine-t-il une ville qui renfermerait un nombre élevé de hospicios, hospitales y casas de misericordia. Mais la réalisation de ce projet n’est pas pour demain : Todavía admite y admitirá siempre esta materia grandes extensiones y exigirá muchos cuidados62.

  • 63 Cité par Francisco AGUILAR PIÑAL, Historia de Sevilla p. 139.

73L’impératif du maintien de l’ordre, dont sont conscientes aussi bien les autorités locales de province que les autorités centrales madrilènes, ne conduirait sans doute pas à un bouleversement de la physionomie des villes, mais plutôt à la création de corps de surveillants mobiles (serenos, détachements de soldats...). Toutefois, on entrevoit de temps à autre des changements à venir, susceptibles d’introduire de petites modifications urbanistiques. Ici, on voudrait voir disparaître les hauts clochers d’église qui, lorsqu’ils s’abattent, provoquent des désastres ; là, à Séville, on veut que las tabernas se pongan en el mismo modo que lo están las boticas, con mostrador en la calle63 ; ailleurs, revient cette idée déjà ancienne que les cimetières devraient être établis hors du casco viejo des bourgades et recevoir — telle est la demande explicite de Ponz — suffisamment de tombeaux majestueux et ornés pour que, le long d’allées ombragées, le cimetière devienne un espace attractif, tout en aidant au culte du souvenir des défunts ; ailleurs encore, à Tolède, l’édit déjà évoqué, de 1805, s’il était appliqué, conduirait à faire disparaître de la ville le stationnement prolongé des chevaux sur les places ou dans les rues, les propriétaires étant invités à les enfermer dans les auberges ou maisons particulières.

74A supposer que la circulation des piétons soit facilitée, sinon par l’élimination des montures des cavaliers, du moins par la régulation de ce type de « trafic urbain », le déplacement des transeúntes étrangers à la ville ne serait pas pour autant rendu aisé, par exemple à Valence où — comme l’explique Fernandez de Mesa — los forasteros se pierden en el confuso laberinto des ruelles qui font de la ville una ciudad mora. De là l’idée, qui relève de l’utopie, mais d’une utopie inspirée par des modèles étrangers inscrits dans le réel, du percement de deux grandes artères, au cœur de la cité :

  • 64 Thomas Manuel FERNÁNDEZ de MESA, Tratado legal y político de caminos públicos y possadas [...], Va (...)

Sería una gran enmienda el mandar hazer dos calles en cruz, que desde el medio de la ciudad, donde tuviese alguna Plaza, terminassen en quatro Puertas, como las hay en algunas otras de la Europa64.

  • 65 León de ARROYAL, Cartas...., p. 139.

75Jusqu’à l’aspect extérieur des maisons qui pourrait être modifié si — comme le préconise León de Arroyal — on décidait d’ôter ces escudos de armas [que] en los edificios ni les añaden hermosura ni solidez, [y] solo sirven en acrecer el orgullo de las familias con jeroglíficos ininteligibles y alguna vez ridículos65.

  • 66 Valentín de FORONDA, Los sueños de la razón (edición de M. Benavides y C. Rollán), Madrid, «Biblio (...)

76Citons, pour finir, l’imaginatif Valentín de Foronda qui, dans ses considérations Sobre la salud pública66, dessine par touches successives une nouvelle ville qui se différencierait de l’ancienne de la façon suivante : plus de gravats et d’immondices dans les rues ; des latrines dans chaque demeure ; plus de porcs élevés en ville ; les devants de maisons lavés chaque jour durant la canicule ; les fontaines avec des conduits, non plus de plomb ou de cuivre, mais de fonte ; le cimetière et les abattoirs hors la ville ; les charcuteries et poissonneries situées dans les lieux les moins exposés à la pollution de l’air ; les manufactures dans les faubourgs ; des maisons pour recueillir les filles-mères (et éviter ainsi les infanticides) ; et, enfin, selon des modèles étrangers (Bat (sic), en Angleterre, et Spa en Belgique), les villes d’eaux (lugares de baños) où l’on prévoirait, pour le traitement psychologique des malades, des teatros, orquestas, salones de conversación, mesas de trucos, posadas magníficas y cafés. Le goût ou la mode pour le thermalisme est — croyait-on savoir — propre à l’époque romantique. Aurait-on imaginé qu’il y eût, dès la fin du XVIIIe siècle, un Espagnol pour se préoccuper de rendre agréable et bénéfique, en dehors des vertus propres aux bains et à la consommation d’eaux médicinales, un séjour dans des villes d’eaux qui, dans la Péninsule, ne se développèrent que plusieurs décennies plus tard ? En dehors de ce point, le texte de Foronda n’est guère original ; il confirme simplement une large convergence d’opinions exprimées au sein de cette littérature réformatrice en matière d’urbanisme, car on retrouve, à des degrés divers d’importance, l’hygiène, la sécurité et l’aspiration à un « mieux vivre ».

  • 67 Cf. à ce sujet, les considérations de Luis PERDICES BLAS, Pablo de Olavide…., p. 184. Les études r (...)
  • 68 Cf. Gérard DUFOUR, « Le village idéal au début du XIXe siècle selon El Evangelio en Triunfo de Pab (...)
  • 69 Ont étudié les Aventuras de Juan Luis, notamment : Andrés AMORÓS, «Las Aventuras de Juan Luis, nov (...)

77Si on parvenait à composer l’image cohérente et unifiée de la ville espagnole idéale à partir de l’ensemble de ces réformes parcellaires, on peut se demander si cette image relèverait ou non de l’utopie. La vérité est qu’on serait en présence d’une ville somme toute possible, la ville du lendemain, plutôt que d’une ville irréalisable, chimérique, située hors du temps historique et de l’espace géographique (ce qui serait le propre, en principe, de la ville véritablement topique). On ne rouvrira pas ici le débat autour de l’improbable attachement des Nuevas Poblaciones créées par Pablo de Olavide à une « utopie urbanistico-agraire »67 au motif que, si utopie il y a eu, elle se rapporte plus au village qu’à la ville68. On se tournera donc vers une autre utopie, celle-ci exclusivement littéraire, celle de Diego Antonio Rejón de Silva y Lucas, intitulée Aventuras de Juan Luis69 (Madrid, 1781), dont on pouvait attendre beaucoup puisque l’auteur avait transporté son héros d’une Nogalia — clairement calquée sur une Cour madrilène, familière des lecteurs — vers une imaginaire Fortunaria qui, a priori, a rompu tout lien avec l’Espagne du réel, encore que, par certains traits, cette « île fortunée » fasse songer à quelque ex-colonie espagnole d’Amérique ou à la jeune république nord-américaine. Ne revenons pas ici sur Nogalia, car ce serait retrouver et recomposer l’image stéréotypée de la capitale et Cour du royaume, c’est-à-dire de la malhonnêteté, de la corruption, du mensonge, des désordres, du luxe exorbitant et de l’oisiveté. Observons au passage que l’auteur, dans son évocation de la Cour « nogalienne », fait silence sur l’architecture et le cadre de vie, se contentant de vilipender les mœurs gâtées par la cohabitation du souverain et des courtisans.

  • 70 Bronislaw BACZKO, Lumières de l’utopie, Paris, Payot, p. 409-410.
  • 71 Jacques SOUBEYROUX, «Sátira y Utopía...», p. 411.

78Pour notre propos, l’examen de Fortunaria (la capitale de l’État du même nom) est plus intéressant. En effet, rien ne s’opposait à ce que l’auteur, s’abstrayant du réel géographique et s’évadant dans un futur lointain, conçût une ville en tous points parfaite, probablement irréalisable. Or, le lecteur qui serait dans cette attente sera déçu, sauf s’il espérait voir corroborée l’opinion de Bronislaw Baczko selon qui, au sein des utopies du XVIIIe siècle, « Tailleurs de l’altérité sociale s’installe au centre même du champ des attentes ; il est de plus en plus conçu comme possibilité latente des expériences à faire70 ». En d’autres termes, le voyage est moins imaginaire, l’utopie est devenue fondamentalement utilitaire ; elle n’est pas chargée d’alimenter un rêve inutile, divertissant ou démobilisateur, elle est destinée à stimuler la conscience civique du lecteur. Dans cette perspective, les Aventuras de Juan Luis ne transportent pas dans quelque planète inaccessible, mais installent ou font revenir le lecteur, par la pensée, à Madrid ou dans une virtuelle, mais vraisemblable, agglomération espagnole. D’où la résurgence de la plupart des grands critères, exigences et obsessions qui président à la présentation des heureuses initiatives prises par les administrateurs de cette Fortunaria, laquelle n’est rien d’autre qu’un Madrid amélioré, mais non pas profondément repensé et restructuré. Il s’agit, comme de juste, de la salubrité, de la moralité, de la culture, et seulement en dernier lieu de l’esthétique. D’où — et nous nous bornons à les mentionner pour éviter la fatale répétition — l’interdiction faite aux cavaliers de courir au galop, aux femmes de se promener voilées, aux promeneurs de s’asseoir à plus de six sur les bancs ; l’obligation faite aux propriétaires de tavernes de disposer le comptoir face à la rue pour éviter que l’intérieur du local serve de refuge au désordre, aux conciliabules, à la violence et à l’ivrognerie ; la constitution d’un corps d’agents préposés à l’extinction des incendies ; la construction de deux redoutables prisons, dont seraient bannies, certes, l’humidité et la promiscuité entre criminels et petits délinquants, mais qui ressemblent plus à des forteresses qu’à des établissements destinés au redressement moral des détenus ; l’aménagement d’un Monte de Piedad dans un lieu bien ventilé, extérieur au centre ville, édifice dont la façade devrait être simple. En somme, ce Rejón y Lucas qui — comme le décline justement Jacques Soubeyroux — es incapaz de imaginar una sociedad verdaderamente diferente de la española71, l’est tout autant d’imaginer une ville radicalement différente de celles qui lui sont familières.

  • 72 Marc MARTI, Ville et campagne..., Thèse de Doctorat, Université de Saint-Etienne, 1994, t. II, p. (...)

79Ce « Madrid en mieux » qu’est Fortunaria est-il même un « lieu de bien vivre » ? On peut en douter car la préoccupation sécuritaire est à ce point tyrannique que cette ville idéale, au lieu d’être un espace de liberté et de bonheur de vivre, devient — comme l’a observé Marc Marti en forçant un peu la note — « une cité policière aux entrées, aux rues, aux promenades étroitement surveillées »72.

80Comme le propos de M. Marti n’était pas de se centrer sur les descriptions de villes, mais sur la dialectique ville/campagne, il a été amené à passer sous silence plusieurs évocations de bourgades qui, du reste, telles que Rejón y Lucas les dessine, appartiennent moins à un « imaginaire urbanistique » déconnecté de la réalité hispanique de l’époque, qu’elles ne relèvent d’un programme de réformes pondérées, susceptibles d’une mise en œuvre progressive. L’auteur des Aventuras de Juan Luis n’est en rien, dans le domaine qui nous occupe un « post-arbitrista » illuminé et fantaisiste. Quel manque d’imagination même ! Et quel souci de s’aligner docilement sur ses compatriotes ilustrados habités par des préoccupations d’hygiène et d’ordre, et demandeurs de « beauté urbaine » ! Qu’on en juge : Salpedrosa, où tout est remodernado, se recommande par des paseos hermosos y amenos, tandis que Puerto Fuerte peut s’enorgueillir pareillement de paseos hermosos, poblados de árboles, adornados de fuentes y de bellas estatuas. On pourrait même parler d’une « contre-utopie urbanistique » lorsque l’auteur, inventeur d’une bourgade délabrée appelée Gargamina, dénonce l’aberration du Xefe de la guerra qui a nanti l’agglomération, non pas de quelque bâtiment civil, mais de splendides écuries (caballerizas suntuosas) pour les chevaux de l’armée, certes bien conçues et solides, mais sans intérêt pour les habitants.

  • 73 Miguel AVILÉS, Sinapia. Una Utopía española del Siglo de las Luces, Madrid, « Biblioteca de Vision (...)
  • 74 Miguel AVILÉS, Sinapia..., p. 84.

81Dans la mesure où le titre de l’un des grands — et rares — récits utopiques espagnols, Sinapia, invite à remarquer que les lettres de ce terme, distribuées différemment, permettent de retrouver le mot Hispania, on pourrait craindre, de nouveau, que la ville habitée par les Sinapienses ne soit rien de plus qu’un Madrid amélioré. Or il n’en est rien, sans qu’on puisse déclarer pour autant que la métropole de Sinapia est un anti-Madrid ou que Madrid a été perdu de vue. Il est indiscutable — comme le déclare Miguel Avilés dans sa préface — que Sinapia doit être entendue comme una constelación de deseos capaz de orientar la singladura de España por los mares de la Ilustración73, mais il demeure que, au rebours de l’attitude, finalement ultra-conservatrice de Rejón y Lucas, quant à sa conception de la ville idéale, Sinapia offre — enfin ! — une vision de la ville fortement imaginative, ce qui ne veut pas dire révolutionnaire et destructrice des fondements doctrinaux urbanistiques propres à l’Ancien Régime. Comment oublier, en effet, qu’au centre exact des villas et ciudades sinapienses parfaitement géométriques s’élève le temple, auprès duquel sont domiciliés les ecclésiastiques ? Certes, ce temple, de forme ronde, entouré de estatuas y mediorrelieves de historias y santos del viejo testamento, n’a rien de commun avec les monuments gothiques ou même néo-classiques, mais l’auteur n’a pas eu l’audace d’imaginer un temple chrétien sans tour et sans cloche, ni d’affecter au « cimetière pour tous » un espace autre que souterrain, sous le temple même. Encore plus s’est-il gardé d’apparaître comme un dangereux révolutionnaire ou esprit fort en refusant au temple la place centrale qu’il lui a réservée au cœur de l’agglomération, où, après tout, il aurait pu installer l’avatar sinapiense de l’hispanique ayuntamiento. Pour le reste, le lecteur repère la marque omniprésente de la pensée ilustrada en matière d’urbanisme : la muraille d’enceinte est toujours là (les fossés médiévaux sont même conservés !) ; l’angle droit est de rigueur ; les lignes sinueuses étant bannies, las calles todas son a cordel y con los porticos que por todas partes tienen las casas y barrios se puede siempre caminar a cubierto74 ; la place publique, carrée comme il se doit, est d’une grande ampleur ; la délinquance n’a pu être bannie, puisque des prisons sont prévues, mais la bienfaisance, la culture et l’hygiène ont été spécialement prises en compte, comme en témoigne la présence, autour de la place centrale, d’un hôpital, d’un gymnase, d’une librairie, d’un bâtiment pour les archives, d’un jardin des plantes, d’un établissement de bains...

  • 75 Béatrice DIDIER, Le siècle des Lumières, Paris, M.A. Editions, 1987, article : « Ville », p. 401-4 (...)

82Les commerces n’ont pas été oubliés (boulangeries, boucheries...) mais on peut être frappé, si on oublie d’aventure la forte prédominance de la « ruralité » espagnole, par l’exiguïté de la place réservée à la fonction commerciale de la ville sinapiense. Celle-ci a peu à voir avec la ville idéale de Diderot qui, à l’occasion de son évocation du « Monument de la place de Reims » dû à Pigalle, montre sa préférence en faveur — selon les propos de Béatrice Didier — de « la ville utile, la ville marchande et commerciale, la ville bourgeoise à qui convient la simplicité solide du style dorique et du néo-classicisme75 ». Certes, la ville des Sinapienses est aux antipodes de la ville médiévale, tassée et labyrinthique, sombre, malsaine et peu sûre ; mais elle n’annonce pas encore la ville commerçante de la bourgeoisie espagnole du milieu du XIXe siècle ; tout compte fait, elle est plus proche — la chronologie y est pour beaucoup — des «Nuevas Poblaciones» de Olavide que de l’Ensanche barcelonais. La ville sinapiense qui, sous certains aspects, correspond à la ville modèle décrite par Jaucourt dans l’Encyclopédie, c’est-à-dire la ville géométrique, harmonieuse, spacieuse et aérée, semble appartenir encore à l’ère pré-industrielle ; l’industrie, du reste, est à peine mentionnée dans Sinapia (fábricas de papel, vidrio, metales, barro, cal...). Elle est une ville pour labradores principalement, plus que pour hommes d’affaires et travailleurs manuels (artisans et prolétaires).

Conclusion ou ultime variation sur le Beau et le Laid

83A trop mettre en relief les limites de l’« imagination créatrice » ou la faiblesse de l’élan vers l’« utopie urbanistique » et à collectionner systématiquement les témoignages, souvent à l’allure d’accusation, relatifs au déplorable état des villes espagnoles, on a été conduit à laisser ignorer qu’un certain nombre de cités recèlent de magnifiques monuments d’origine romane, mauresque ou chrétienne, qui soulèvent l’enthousiasme des visiteurs, tant étrangers qu’espagnols. Les descriptions des Ponz, Peyron, Bourgoing..., accompagnées d’opinions laudatives, préparent celles des Gautier et Washington Irving. Il faut donc se garder d’oublier que des villes telles que Grenade, Séville, Cordoue, Tolède, Burgos... sont, au XVIIIe siècle, associées à beauté architecturale, parfois sans égale. Mais l’une des marques caractéristiques de l’époque ilustrada — on l’eût plutôt associée à l’époque romantique — est, en matière de perception de la réalité et de la formulation du constat, la fréquente réduction à la bipolarité et au contraste, sur lequel s’opèrent des variations sans fin : le Laid/le Beau, l’Etroit/le Large, le Sale/le Propre, le Desséché/le Ruisselant, le Sombre/le Lumineux, le Fragile/le Solide, le Droit/le Sinueux, le Régulier/l’Irrégulier. Entre des centaines d’exemples disponibles, on choisira le bref passage suivant, emprunté à un ouvrage sans grand intérêt et peu connu, intitulé Amusements géographiques, et historiques ou les Mémoires de M***, contenant ses Voyages et ses Aventures dans les quatre Parties du Monde (A Paris, chez Méquignon Junior, 1788) :

Madrid, la capitale de l’Espagne, est située au centre de ce Royaume ; cette ville n’a ni fossés ni murailles : on y voit de belles rues et de belles places ornées de fontaines et embellies de statues, mais on n’y arrive que par d’autres rues étroites, puantes, malpropres, mal pavées et mal percées. La chaux y est si chère et la pierre si rare qu’on n’y bâtit guère qu’en briques et en terre ; aussi la plupart des maisons y sont-elles assez laides. On en voit peu qui aient des portes cochères ; cependant cette ville est décorée de plusieurs beaux Edifices publics et particuliers, d’une grande quantité d’Eglises et le Palais du Roi est encore un de ses ornements.

84Extrait de : Ville et campagne en Espagne au XVIIIesiècle (Cadalso - Jovellanos - Olavide), Ouvrage collectif coordonné par Jean-Pierre Sanchez, Editions du Temps, Paris, 1997, pp. 126-154.

Notes

1 Cf. Georges LIVET, « Orientations et perspectives », Pouvoir, ville et société en Europe, 1650-1750, Paris, Colloque International du C.N.R.S., Ophrys, 1981.

2 José María BLANCO WHITE, Cartas de España, Madrid, «El Libro de Bolsillo» n°375, Alianza Editorial, p. 254.

3 Ibid., p. 275.

4 BARETTI, Voyage de Londres... Sur Giuseppe Baretti, Norberto Caimo, Giacomo Casanova et Vittorio Alfieri, on peut consulter, bien que l’ouvrage effleure à peine le thème de la ville espagnole, l’étude de M.E. Soriano Pérez-Villamil portant sur l’Espagne vue par les Italiens : María Enriqueta SORIANO PEREZ-VILLAMIL, España vista por los historiógrafos y viajeros italianos (1750-1799), Madrid, Narcea S.A. de Ediciones, 1980.

5 TORRES VILLARROEL, «Visiones y visitas de Torres con don Francisco de Quevedo» (1746), in Costumbristas españoles (Estudio preliminar... por E. Correa Calderón), Madrid, 1964,t. I, pp. 374-458. Cette même anthologie offre d’intéressants aperças sur Madrid, sur les mœurs à la Cour, sur la façon dont les provinciaux considèrent la capitale, notamment dans : Ignacio de la ERBADA, «De los fantasmas de Madrid y estafermos de la Corte», Salamanca, 1763, p. 517-519, El Censor, t. II, 1781, p. 546-551 ; «Un ingenio de esta Corte», «Madrid por dentro y el forastero instruido y desengañado», Madrid, 1784, p. 552-552-570 ; «El Impertinente», «Cosas memorables que observé en Madrid», Diario de las Musas, Madrid, 1790-1791, p. 632-635.

6 G. LIVET, op. cit., p. 55.

7 Marc MARTI, Ville et campagne dans l’Espagne des Lumières (1746-1808), Publications de l’Université de Saint-Etienne, 1997, pp. 207-308.

8 Cf. notamment sa «Sátira contra los vicios de la Corte», Poetas líricos del siglo XVIII, Madrid, B.A.E., 1952, t. LXIII (II), p. 310.

9 Tomás de IRIARTE, «Idea general de la égloga», op. cit., p. 46.

10 Jesús ROMERO GONZÁLEZ, «El sermonario gaditano en la segunda mitad del siglo XVIII», in Pablo FERNANDEZ ALBALADEJO y Margarita ORTEGA LOPEZ (eds.) Antiguo Régimen y liberalismo – Homenaje a Miguel Artola, t. III : Política y Cultura, Madrid, Alianza Editorial – Ediciones de la Universidad de Madrid, 1995, p. 614.

11 Ricardo GARCÍA CÁRCEL, La leyenda negra – Historia y opinión, Madrid, Alianza Universidad n°704, 1992.

12 Jean-Marie-Gérôme FLEURIOT, marquis de LANGLE, Voyage de Figaro en Espagne, Saint-Malo, 1784, p. 6.

13 Elena FERNÁNDEZ HERR, Les origines de l’Espagne romantique – Les récits de voyages, 1755-1823, Paris, Didier, 1973. Cf. accessoirement, parce qu’elle propose quelques extraits de récits de voyage de Esteban de Silhouette, duque de Saint-Simon, Guillermo Manier, Norberto Caino (sic) et Jacobo Casanova de Seingalt, l’anthologie préparée par José GARCIA MERCADAL, Viajes por España, El Libro de Bolsillo n°408, Alianza Editorial, 1972.

14 Norberto CAIMO, Voyage d’Espagne fait en Vannée 1755 (traduit de l’italien par le P. De Livoy, Barnabite), Paris, chez Costard, 1772, p. 140.

15 Henry SWINBURNE, Voyage de Henry Swinburne en Espagne (traduit de l’anglais), Paris, Didot aîné, 1787, p. 277.

16 Cristobal Del HOYO SOLÓRZANO, Madrid por dentro (1745), Tenerife, Aula de Cultura de Tenerife, 1983. p. 156. Ce texte avait été étudié par Antonio DOMÍNGUEZ ORTIZ sous le titre de «Una vision crítica del Madrid del siglo XVIII» dans Hechos y figuras del siglo XVIII español, Madrid, Siglo XXI editores, 2° ed. ampliada, 1980 (1° ed. 1973), p. 151-176.

17 Cf. la reproduction du bando assortie d’un commentaire dans Luis LORENTE TOLEDO, Bandos y proclamas del Toledo decimonónico, Toledo, Diputación Provincial, 1996, p. 36-37.

18 Cristóbal del HOYO SOLÓRZANO, Madrid..., p. 173 et p. 157.

19 Fray MARTÍN SARMIENTO, El porque sí y porque no (edición critica, introduccíon y notas de Michel Dubuis, Nicole Rochaix y Joël Saugnieux), Oviedo, «Textos y Estudios del siglo XVIII» n°17, Instituto Feijoo de Estudios del Siglo XVIII/Lyon, Université Lumière, 1988, p. 50 et p. 66.

20 Sur ce sujet, celui des prostituées, qui nous projette ici sur les limites de notre champ de considérations, on consultera avec profit l’ouvrage fondamental de Jacques SOUBEYROUX, Paupérisme et rapports sociaux à Madrid au XVIIIe siècle, Université de Lille III/Paris, Librairie Honoré Champion, 1978 — Signalons aussi le témoignage intéressant de Ignacio de ASSO dans son Historia de la Economía Politico de Aragón, Zaragoza, 1798-Ed. consultée : Zaragoza, Guara Editorial, 1983, p. 219.

21 Henri SWINBURNE. Voyage..., p. 287.

22 Pierre-Nicolas CHANTREAU, Lettres écrites de Barcelone à un zélateur de la liberté, qui voyage en Allemagne [...], Paris, Buisson, p. 274.

23 Jean-François BOURGOING, Tableau de l’Espagne moderne, Paris, chez l’auteur, 2e ed. 1797 (1e ed. Paris, Regnault, 1788), t.1, p. 37.

24 Ibid. p. 4.

25 Antonio PONZ, Viaje de España, Madrid, Viuda de Ibarra, 1772-1794, t. XIV, p. 6.

26 Jean-Marie-Gérôme FLEURIOT, Voyage..., p. 3.

27 Gaspar Melchor JOVELLANOS, « Diarios », Obras de D. Gaspar Melchor de Jovellanos, Madrid, B.A.E., 1956, vol. LXXXV, t. III. p. 263-264.

28 Cristóbal Del HOYO SOLÓRZANO, Madrid por dentro p. 208.

29 Antonio PONZ, Viaje...., t. V-VIII, p. 17.

30 Op. cit., p. 101.

31 Gaspar Melchor JOVELLANOS, Obras..., vol. XLVI, p. 372.

32 Jean-François BOURGOING, Tableau...., p. 158.

33 Ibid., p. 146-147.

34 Marcelin DÉFOURNEAUX, Pablo de Olavide ou l’« afrancesado », Paris, P.U.F., 1959. Sur les transformations urbanistiques de Séville, voir notamment les études postérieures de : Francisco AGUILAR PIÑAL, Historia de Sevilla, Siglo XVIII, Sevilla, Colección de Bolsillo n°90, Publicaciones de la Universidad de Sevilla, 3° ed. revisada, 1989 – et de Luis PERDICES BLAS, Pablo de Olavide (1725-1803), el Ilustrado, Madrid, Editorial Complutense, 1993.

35 Marcelin DEFOURNEAUX, Pablo de Olavide... p. 282.

36 Op. cit.. p. 313.

37 Jean-François BOURGOING, Tableau..., p. 136-137.

38 Jean-François PEYRON, Nouveau voyage en Espagne fait en 1778 et 1788, Londres, P. Elmsly, 1782, p. 283, 297-312.

39 Op. cit., p. 102.

40 Gaspar Melchor JOVELLANOS, Obras p. 264.

41 Op. cit., p. 39-42.

42 Eugenio LARRUGA, Memorias políticas y económicas [...], Madrid, 1793. Les citations sont extraites de la Memoria CXXIV : «Policía, usos y costumbres y población de la provincia de Burgos», p. 251, 252, 260.

43 Emilio GONZÁLEZ LÓPEZ, Bajo las luces de la Ilustración – Galicia en los reinados de Carlos III y Carlos IV, La Coruna, Ediciones del Castro, 1977.

44 Pour d’autres témoignages, accompagnés de jugements tantôt sévères, tantôt laudatifs, sur d’autres agglomérations catalanes (Mataró, Olot, Solsona, Besalú, etc.), cf. également, renvoyant à son périple effectué en 1786, le Diario de los viajes hechos en Cataluña de Francisco de ZAMORA, Barcelona, «Documentas de cultura», Ed. Curial. 1973.

45 Norberto CAIMO, Voyage d’Espagne...., t. I, p.27.

46 Jean-François PEYRON, Nouveau voyage... p. 37-39.

47 Norberto CAIMO, Voyage d’Espagne..., t. I, p.30.

48 Jean-François BOURGOING, Tableau...., t. I, p.331-332. La même séduction exercée par des rues se coupant perpendiculairement se retrouve chez l’anglais Arthur Young, auteur d’un voyage en Espagne effectué en 1787 : «Un barrio, llamado Barceloneta, es enteramente nuevo y regular, cortándose sus calles en ángulo recto», Arthur YOUNG, Travels during the years 1787, 1788 and 1789 [...], Bury St Edmunds, J. Rackham, 1792. Ed. consultée : Viaje en España, in Viajes de Extranjeros..., p. 1669.

49 Enrique MARTÍNEZ RUIZ, La seguridad pública en el Madrid de la Ilustración, Madrid, Secretaría General del Ministerio del Interior, 1988. Cet ouvrage rend obsolète la brève étude (55 pages) de José ALVAREZ SIERRA, Carlos III y la higiene pública (Madrid, Direction General de Sanidad, 1956) qui avait, du moins, le mérite de tracer les deux grands axes des réformes gouvernementales, touchant aux agglomérations grandes et petites.

50 Jean-François PEYRON, Nouveau voyage..., p. 88.

51 Antonio PONZ, Viaje de España...., t. V, p. 25.

52 Francisco José MARÍN PERELLÓN, «Madrid: ¿una ciudad para un rey?», in Equipo Madrid, Carlos III, Madrid y la Ilustración, Madrid, Siglo XXI de Ediciones, 1988, p. 126.

53 On songe en particulier au rôle joué, en matière d’urbanisme madrilène (création d’établissements scientifiques), par le comte de Floridablanca. Cf. à ce sujet Antonio RUMEU de ARMAS, El testamento político del conde de Floridablanca, Madrid, C.S.I.C, 1962, p. 159-166.

54 Cf. par exemple Ramón HIDALGO MONTEAGUDO, Rosalía RAMOS GUARIDO y Fidel REVILLA GONZALEZ, Madrid de los Borbones, Madrid, «Fundación Caja de Madrid», Ediciones La Librería, 1992.

55 Sur le néo-classicisme dans sa spécificité hispanique, cf. par exemple : Fernando CHUECA GOITIA, Varia neoclásica, Madrid, Instituto de España, 1983 ; et José Rogelio BUENDIA MUÑOZ, «Neoclasicismo y romanticismo», n°64 des Cuadernos del Arte español de la revue Historia 16, Madrid, 1992.

56 Antonio PONZ, Viaje de España...., t. V, p.39.

57 Jacques SOUBEYROUX, «Pauperismo y relaciones sociales en el Madrid del siglo XVIII», in Estudios de Historia Social, Madrid, n°12-13, enero-junio de 1980 (Numéro consacré à «Pobreza y asistencia social en el siglo XVIII español»), p. 83.

58 Cf. Francisco José MARÍN PERELLÓN, «Madrid: ¿una ciudad para un rey? p. 146.

59 Antonio PONZ, Viaje de España...., t. V, p. 26.

60 Cf. la «Representación del conde de Cabarrús relativa al establecimiento del teatro de la Opera, como uno de los arbitrios para sostener los Hospitales de Madrid» (1786), in Archivo Histórico Nacíonal, Madrid, Fondo Cabarrús, Leg° Ad.

61 León de ARROYAL, Cartas económico-políticas, Oviedo, «Textos y estudios del siglo XVIII», Cátedra Feijoo, Universidad de Oviedo, 1971, p. 141.

62 Conde de FLORIDABLANCA, «Hospicios, hospitales y casas de misericordia», in Escritos políticos – La Instrucción y el Memorial (Edición de Joaquín Ruiz Alemán), Murcia, «Biblioteca Murciana de Bolsillo» n°28, Edición de la Academia Alfonso X el Sabio, 1982, p. 121.

63 Cité par Francisco AGUILAR PIÑAL, Historia de Sevilla p. 139.

64 Thomas Manuel FERNÁNDEZ de MESA, Tratado legal y político de caminos públicos y possadas [...], Valencia, Joseph Thomas Lucas, 1755.

65 León de ARROYAL, Cartas...., p. 139.

66 Valentín de FORONDA, Los sueños de la razón (edición de M. Benavides y C. Rollán), Madrid, «Biblioteca de Visionarios, Heterodoxos y Marginados», Editora Nacional, 1984, p. 511-536.

67 Cf. à ce sujet, les considérations de Luis PERDICES BLAS, Pablo de Olavide…., p. 184. Les études relatives aux «Nuevas Poblaciones» de la Sierra Morena sont nombreuses. On se bornera ici à signaler plusieurs contributions qui abordent l’urbanisme dans l’ouvrage de Miguel AVILÉS FERNANDEZ y Guillermo SENA MEDINA, Carlos III y las «Nuevas Poblaciones», 2 vol., Córdoba, Servicio de Publicaciones de la Universidad de Córdoba, 1988 — Cf. également la «Historiografía sobre las «Nuevas Poblaciones de Carlos III» par Miguel AVILÉS FERNANDEZ, Coloquio Internacional Carlos III y su siglo, Madrid, Departamento de Historia Moderna de la Universidad Complutense, 1988,t.I, p. 485-510.

68 Cf. Gérard DUFOUR, « Le village idéal au début du XIXe siècle selon El Evangelio en Triunfo de Pablo de Olavide », in L’homme et l’espace dans la littérature, les arts et l’histoire en Espagne et en Amérique Latine au XIXe siècle, Lille, P.U.L., 1985,t.I, p. 11-25.

69 Ont étudié les Aventuras de Juan Luis, notamment : Andrés AMORÓS, «Las Aventuras de Juan Luis, novela didáctica del siglo XVIII» in Estudios de literatura y artes dedicados al profesor Emilio Orozco, Granada, 1979 ; Jacques SOUBEYROUX, «Sátira y utopía de la Corte en Aventuras de Juan Luis de Rejón y Lucas (1781)», Equipo Madrid, Carlos III, Madrid y la Ilustración, Madrid, Siglo XXI de Ediciones, 1988, ; Marc MARTI, « Topographie mimétique et toposémie fonctionnelle dans Aventuras de Juan Luis de Diego Ventura Rexón y Lucas », in Ville et campagne..., p. 284-292.

70 Bronislaw BACZKO, Lumières de l’utopie, Paris, Payot, p. 409-410.

71 Jacques SOUBEYROUX, «Sátira y Utopía...», p. 411.

72 Marc MARTI, Ville et campagne..., Thèse de Doctorat, Université de Saint-Etienne, 1994, t. II, p. 553.

73 Miguel AVILÉS, Sinapia. Una Utopía española del Siglo de las Luces, Madrid, « Biblioteca de Visionarios, Heterodoxos y Marginados », Editora Nacional, 1976, p. 55. Sinapia a été étudiée notamment par : Stelio CRO, Sinapia – A Classical Utopia of Spain, Hamilton, Mc Master University, 1975 ; Pedro ÁLVAREZ de MIRANDA, «Sobre Utopías y Viajes Imaginarios en el siglo XVIII», Homenaje a Gonzalo Torrente Ballester, Salamanca, Caja de Ahorros, 1981, p. 351-382 ; et François LOPEZ, « Une autre approche de Sinapia », Las utopías en el mundo hispánico, Madrid, Casa de Velázquez/Universidad Complutense, 1996.

74 Miguel AVILÉS, Sinapia..., p. 84.

75 Béatrice DIDIER, Le siècle des Lumières, Paris, M.A. Editions, 1987, article : « Ville », p. 401-403.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540