Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voir, comparer, comprendre

 | 
Jean-René Aymes

Avant-Propos

Texte intégral

1La bibliographie de Jean-René Aymes est impressionnante ; elle témoigne d’une activité incessante (toujours soutenue, d’ailleurs), d’indéniables qualités de chercheur et d’une grande facilité de plume. Choisir, dans ce cas-là, un nombre restreint de publications n’est pas aisé, même si l’on pense communément qu’il vaut mieux avoir l’embarras du choix. Dans un premier temps, en accord avec l’intéressé, il a été décidé de ne retenir que des articles écrits en français afin de rendre le recueil plus accessible à un public non-hispaniste. Puis ont été dégagés trois axes fondamentaux de la recherche menée par Jean-René Aymes : la pensée éclairée dans la seconde moitié du dix-huitième siècle, l’Espagne et la Révolution française, la France et l’Espagne à l’époque romantique. Restait encore à sélectionner, parmi tant d’articles, ceux qui semblaient les plus représentatifs des orientations mentionnées, tout en ayant bien présents à l’esprit le respect dû au travail de l’auteur, l’intérêt du lecteur et les souhaits de l’éditeur quant aux dimensions du volume.

2Indépendamment de la période considérée, les textes ici réunis reflètent une prédilection pour certains objets ou certains modes de réflexion. Le voyage est un de ceux-là : voyages de Français en Espagne, d’Espagnols en France, et aussi d’Espagnols sur leur propre territoire. Ces récits sont analysés avec soin par Jean-René Aymes qui sait en dégager l’exacte valeur, grâce à la prise en compte du poids des préjugés, des parti-pris, des différences intellectuelles et morales entre les deux nations. Le regard que l’on porte sur l’autre est naturellement révélateur de ce que l’on est ; il peut aussi amener l’autre à s’interroger sur l’image qui lui est renvoyée, à y répondre, et Jean-René Aymes excelle à restituer les interactions de ces regards croisés.

3A l’évidence, il aime aussi éprouver la solidité de traditions historiographiques dont le monolithisme lui semble suspect. Tel est le cas du front prétendument uni opposé par l’Espagne à La Révolution française, dans lequel il est certainement possible de trouver des failles, si l’on sort du discours tenu dans les sphères officielles de la capitale. D’autres fois, une approche originale permet de regarder sous un autre angle un fait éprouvé. C’est ainsi que l’analyse de la teneur, et surtout des modalités du discours clérical face à la Révolution, ou pendant la Guerre d’Indépendance, éclaire d’une lumière nouvelle l’alliance bien connue du trône et de l’autel dans le royaume espagnol. Même si les résultats de l’enquête ne correspondent pas forcément à son attente, en historien scrupuleux, l’auteur de ces pages ne force jamais les faits ; il s’efforce, en revanche, par un questionnement multiple et inventif, de les faire parler.

4Ce titre d’historien, Jean-René Aymes ne le refuse certainement pas. Il le revendique même, sans fausse modestie ni outrecuidance, bien qu’il soit avant tout un hispaniste et, donc, également prêt à apprécier des aspects plus littéraires, principalement lorsqu’il s’agit de l’Espagne romantique, époque qu’il a longtemps privilégiée. Au lecteur de découvrir, ou de redécouvrir, un chercheur aux talents variés, à l’œil aussi vif et exercé que la plume.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540