Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voir, comparer, comprendre

 | 
Jean-René Aymes

Jean-René Aymes et le CIREMIA, une histoire déjà longue

Texte intégral

1Resté plus de dix ans au sein de l’Institut d’Études Hispaniques et Portugaises de l’Université François Rabelais de Tours, Jean-René Aymes y a joué un rôle de première importance pendant tout ce temps, particulièrement mais pas seulement (n’oublions pas également son investissement institutionnel comme directeur du département puis de l’UFR « Langues, Littératures et Civilisations classiques et modernes ») dans le domaine de la recherche, que nous voudrions rappeler ici. Nous sommes donc particulièrement heureux que les organisateurs de l’Hommage qui lui est rendu nous y aient amicalement associé.

2Venant de l’Université de Caen où il était demeuré neuf ans, Jean-René Aymes a été nommé à l’Université François Rabelais de Tours en octobre 1979 sur le poste — à l’époque le seul poste de Professeur — laissé vacant par le départ d’Augustin Redondo, qui avait été aux origines de l’hispanisme tourangeau en 1967, pour l’Université de Paris III.

3Jean-René n’était alors certes pas un inconnu pour nous. Nous connaissions bien entendu ses travaux sur la Guerre d’Indépendance qui déjà faisaient autorité. Mais il avait été également notre professeur à l’E.N.S. de Saint-Cloud pour la question de l’agrégation portant en 1972 sur la « question nationale » au XIXe siècle et nous avions donc pu grandement apprécier ses qualités d’enseignant et de chercheur. Nous l’avions ensuite revu à Pau plusieurs fois, lors des fameux colloques d’histoire contemporaine d’Espagne organisés par Manuel Tuñón de Lara dans les années soixante-dix et qui réunissaient chercheurs espagnols et français. C’est donc avec grand plaisir que nous apprîmes sa nomination comme Professeur à l’Université de Tours où nous étions assistant depuis la rentrée 1973.

4Tout de suite, et en dehors des nombreux mémoires de maîtrise et des thèses de doctorat qu’il a encadrés dans le domaine de la littérature et de l’histoire contemporaine de l’Espagne, Jean-René s’est immédiatement investi avec enthousiasme dans la recherche collective locale et nous avons pu collaborer harmonieusement et fructueusement pendant une période relativement longue.

5Logiquement, Augustin Redondo avait orienté la recherche hispanique à Tours vers le Siècle d’Or. Mais il nous avait également laissé en héritage une collection propre (la série « Études Hispaniques ») dans un Service des « Publications de l’Université de Tours » alors totalement fictif, et où parurent successivement en 1978 les actes du XIIIe colloque de la Société des Hispanistes français organisé à Tours, en mars 1977, sur la question des mentalités aux XVIe et XVIIe siècle s, puis en 1979 un volume de Mélanges des enseignants-chercheurs tourangeaux.

6Jean-René reprit le flambeau dès son arrivée, avec la foi en la recherche qu’on lui connaît, en publiant dès 1981 le troisième volume de cette série « Études hispaniques », qui s’inscrivait dans la continuité de ce qui avait été entrepris, mais qui ouvrait également la voie à une recherche collective organisée autour d’un programme ou tout au moins d’un thème fédérateur. A la suite de ce premier axe (« Communautés nationales et marginalité ») où il intervint avec un article portant sur Ρíο Baroja, Jean-René contribua fortement à la mise en place du volume suivant centré autour de la question, relativement nouvelle alors, des « Voyages et séjours d’Espagnols et d’Hispano Américains en France » et qui donna lieu également à publication, en 1982, dans le quatrième volume de la série hispanique tourangelle. Jean-René y publia une étude fort détaillée sur le voyage de Mesonero Romanos à Paris en 1840.

7La définition d’axes collectifs de recherche dans une petite université, où par définition chacun a un domaine propre, n’est pas sans poser des problèmes. La nécessité de nous inscrire dans un programme pluriannuel et la recherche du plus grand dénominateur possible nous conduisirent alors à privilégier la question de l’Éducation, qui commençait seulement à émerger de l’autre côté des Pyrénées.

8Dans un domaine alors totalement nouveau pour nous tous, mais ouvert à de multiples possibilités de recherches convergentes, Jean-René se mit aussitôt concrètement au travail sur l’époque qui lui était familière, la deuxième moitié du XVIIIe siècle et le début du XIXe, et participa toujours très activement à l’élaboration des diverses phases de ce programme, contribuant de manière décisive à son succès.

9L’année 1985 représenta sans doute une date charnière dans le cadre de ce nouveau programme, avec la mise au point de la première publication reprenant plusieurs des communications exposées devant l’équipe de recherches hispaniques de l’Université de Tours (alors baptisée « Mentalités et comportements collectifs dans le monde ibérique et ibéro-américain ») qu’animait Jean-René, et formant le cinquième volume de la collection hispanique, et surtout l’organisation d’un premier colloque international tenu sous le titre d’« Apprendre et Enseigner » et qui reçut un accueil enthousiaste, permettant de nouer des liens fructueux avec des chercheurs français, espagnols et latino-américains intéressés par ces questions. Le CIREMIA (Centre interuniversitaire de Recherche sur l’Éducation et la Culture dans le Monde Ibérique et ibéro-américain) était lancé. Si l’axe avait été défini, il fallait en effet trouver un nom, un sigle, et nous nous souvenons parfaitement de la réunion qui donna lieu au sigle actuel.

10Depuis sa création, le CIREMIA se propose donc de réaliser des recherches interdisciplinaires et coordonnées sur l’Éducation et la Culture dans le Monde Ibérique et Ibéro-américain, et ce par des approches historiques, sociologiques, institutionnelles, pédagogiques et esthétiques, dans une perspective comparatiste. Jean-René en fut l’un des artisans les plus actifs et les plus enthousiastes, participant toujours avec de magistrales synthèses toujours novatrices. Rappelons ici simplement le deuxième colloque international portant sur « École et Église » en 1987, puis le premier tenu sur l’Université en 1990, ainsi que la publication sur la scolarisation de 1990, issue de nombreux séminaires organisés les années précédentes à Tours.

11N’oublions pas par ailleurs la participation de Jean-René au colloque organisé à Madrid en 1987 par l’UNED et la Casa de Velázquez, avec la collaboration du CIREMIA et, toujours dans la continuité des travaux du CIREMIA, son intervention au colloque de 1989 sur les influences de la Révolution française sur l’éducation en Espagne, et sa collaboration à une révision critique des études sur l’éducation publiées à l’occasion des bicentenaires de la mort de Charles III et de la Révolution française.

12Nous avons donc travaillé ensemble de nombreuses années, sans ou avec peu de moyens matériels. Mais la foi ne soulève-t-elle pas les montagnes ? Après son départ de Tours pour l’Université de Paris III en octobre 1991 et son investissement dans d’autres structures de recherche, Jean-René n’a pas abandonné pour autant le CIREMIA, et nous savons l’attachement qu’il continue à lui porter, comme le prouve sa participation à tous les colloques organisés depuis lors à Tours. Nous tenons donc à remercier publiquement Jean-René pour tout ce qu’il a apporté — et continue à apporter — au CIREMIA. Nous savons qu’il reste actif et qu’il reviendra à Tours participer aux prochains colloques du CIREMIA...

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540