Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Par l’écriture

 | 
Jean-Marie Odéric Delefosse

Syntaxe, vocabulaire et écriture

G. Petiot

Texte intégral

1L'objectif de la démarche présentée est de donner des moyens explicites, fondés sur le fonctionnement de la langue, de facilitation à l'écriture.

0 Cadre théorique

2On a choisi de rappeler et expliciter la grammaire de phrase, élément de la compétence des locuteurs francophones, à partir de la notion de thème de l'énoncé (thème/prédicat) ; l'exposé comprend deux parties, l'une syntaxique, l'autre lexicale. Il s'agit en effet de montrer comment la compétence d'un locuteur-auditeur, qui lui permet de "reconnaître" les énoncés des conversations "spontanées" et des écrits courants peut également lui permettre de produire des textes écrits. Les données retenues dans les exposés entrent donc dans une double visée : explicitation-réactivation de la grammaire de phrase, et fondement d'une grammaire de texte-facilitation de l'écriture d'un (plusieurs) texte(s).

3La notion de thème, élément d'une rhétorique active, se manifeste syntaxiquement et participe à la signification phrastique et textuelle.

1. Syntaxe

4Comment les données syntaxiques de la phrase organisent-elles les relations thème (= ce dont on parle)/prédicat (ce qu'on dit sur le thème) ?

1.1. Les types de phrase obligatoires

5(= modalités de phrase, "grandes fonctions syntaxiques" chez Benvéniste). On rappellera rapidement ces modèles énonciatifs qui organisent la phrase en assertion/interrogation/intimation, l'exclamation étant traitée en variante de l'assertion

6Tout sujet parlant maîtrise ces types de phrase. Encore faut-il en rappeler le fonctionnement syntaxique d'une part, sémantique et pragmatique de l'autre. Ainsi, Benvéniste rappelle que l'interrogation "est une énonciation construite pour susciter une "réponse", l'intimation (ordres, appels conçus dans des catégories comme l'impératif, le vocatif) impliquant un rapport vivant et immédiat de l'énonciateur à l'autre dans une référence nécessaire au temps de l'énonciation... Dans son tour syntaxique comme dans son intonation, l'assertation vise à communiquer une certitude, elle est la manifestation la plus commune de la présence du locuteur dans l'énonciation..." (1974, "L'appareil formel de l'énonciation").

7Ces types fondent différemment l'organisation thématique de l'énoncé ; dans le type 1, assertion simple, pris comme type de base (phrase assertive active), le sujet grammatical se confond avec le thème de l'énoncé.

8Ex. Paul a acheté ma voiture Le nom propre "Paul" assume la fonction syntaxique sujet du verbe et agent, il "lance" l'énoncé et en constitue le thème.

1.2 Les voix et types de phrase facultatifs

9(= modalités de message), coulés dans les types obligatoires, qui affectent l'agencement thématique de l'énoncé. Relevant eux aussi de la compétence des locuteurs, et se fondant sur les types obligatoires, ils permettent donc d'orienter différemment la signification particulière de l'énoncé par l'agencement thématique, tout en restant en relation de paraphrase avec l'énoncé "premier", non modifié par ces transformations syntaxiques de la phrase.

1.2.1 Les voix (phénomène phrastique, et non seulement verbal) :

10- passive (changement thématique par rapport à la voix active, puisque c'est un élément du syntagme verbal qui devient thème) ;

11Ex. Ma voiture a été achetée par Paul (et par Jean),

12- impersonnelle (effacement thématique) ;

13- pronominale ; ces différentes voix étant susceptibles de se combiner entre elles :

14Ex. il s'est vendu beaucoup de voitures cette année,

15- factitive (ajout d'un actant en position thématique) :

16Ex. Jean a fait vendre beaucoup de voitures l'an dernier,

17Dans ce dernier cas, l'ajout d'un nouvel actant (élément structurel du fonctionnement du verbe) peut s'accompagner de la non-réalisation d'un actant (dans l'ex. le sujet de "vendre" n'est pas réalisé).

18La combinaison des voix vaut aussi pour la voix factitive ; ainsi on peut trouver ;

19Ex. Pierre s'est fait battre (par X),

20et comparer avec :

21Ex. X a battu Pierre,

22X et Pierre se sont battus,

23Pierre a été battu par X,

24et voir les modifications induites par les voix.

25L'analyse ainsi présentée se fonde sur l'approche syntactico-sémantique de L. Tesnière : l'analyse des valences verbales se fonde sur la distinction des actants et des circonstants. Les voix modifient donc le rôle des actants, et placent éventuellement en position thématique des éléments du prédicat, voire effacent la réalisation thématique actancielle (voix impersonnelle, par exemple).

1.2.2. Les modifications de place et de rôle des constituants de la phrase, en fonction des modalités du message que sont :

26- l'emphase,

27Ex. Paul, il m'a acheté ma voiture

28- les phrases à présentatifs (phrases clivées et pseudo-clivées),

29Ex. C'est Paul qui m'a acheté ma voiture, (phrase clivée, dont le présentatif introduit un élément prédicatif),

30Ex. Ce que Pierre a fait, c'est de m'acheter ma voiture, (phrase pseudo-clivée).

31La place des actants et le fonctionnement récursif de ces opérations syntaxiques affectent l'organisation thématique de l'énoncé et permettent d'orienter, à partir des données syntaxiques, l'importance des constituants de la phrase, donc d'intervenir sur sa réception par le lecteur-auditeur, mais aussi (surtout ?) sur sa signification. On hiérarchise donc les différentes données phrastiques. Il suffit de comparer les deux énoncés suivants, dont le deuxième illustre la récursivité (en l'occurrence de l'emphase) pour voir comment s'organise cette hiérarchisation :

32Ex. Mon père a une auto,

33Moi, mon père, il a une auto,

1.3 Les relations des phrases entre elles au sein d'un texte

34La relation anaphorique (relation de type endophorique) est particulièrement retenue.

35Pour recouvrir les relations anaphoriques :

36Ex. Pierre... il

37et cataphoriques :

38Ex. Lui...Pierre,

39on a avancé le terme de diaphore, diaphorique.

40Après définition-exemplification du phénomène, on peut alors aborder les problèmes d'une thématique constante, au sein d'un texte par substitution grammaticale d'un élément à un autre dans la position thématique par exemple : rôle des "pronoms" notamment, et celui de progression thématique.

41Il va de soi que les analyses retenues au cours de l'exposé sont éclairées, non seulement par les définitions de notions, mais aussi par des explications des modèles retenus, et par "manipulation" d'énoncés-types pris comme exemples récurrents.

2. Relations sémantico-lexicales et vocabulaire

42Sont explicitées les relations de co-référentialité, hypo et hyperonymie, prioritairement,

43Ex. Fabrice, il, le jeune homme, notre héros,... (co-référentiels dans la Chartreuse de Parme)

44Ex. J'ai acheté des tulipes ; ces fleurs... le premier substantif étant hyponyme du second ; le second pouvant donc se substituer à lui dans la séquence textuelle, comme coréférent (l'ordre inverse n'est pas possible).

45Après ces rapides rappels théoriques, on aborde la notion de "paradigme désignationnel" paradigme établi à partir de la prise en compte des relations exposées ci-dessus, ainsi que des relations d'inclusion. On explicite aussi rapidement les modes définitoires reposant sur le fonctionnement sémantique d'un terme/fonctionnement du référent.

46Ainsi le premier exemple cité ci-dessus présente un paradigme réduit de termes co-référentiels, et développant éventuellement des propriétés différentes de la personne désignée.

47On aborde alors la possibilité, pour un thème d'énoncé donné, d'être maintenu (anaphores pronominales, par exemple) ou "enrichi" et développé par l'établissement d'un paradigme de co-référence dans un texte, participant soit de la synonymie co-référentielle, soit de la caractérisation, soit de l'hypo-hyperonymie, soit de l'inclusion... Le maintien syntaxique du thème peut donc s'accompagner d'une "progression" sémantique du thème.

3. Applications

3.1. Étude du fonctionnement thématique du texte joint en annexe

48Les analyses sont de deux ordres :

493.1.1. On analyse le thème de chaque énoncé et la connexion thématique de chaque paragraphe, ce qui permet de calculer le thème dominant du paragraphe, puis du texte. On peut alors distinguer ce dont parle le texte, objet empirique reposant sur une intuition-hypothèse de lecture à confirmer/infirmer par l'étude, et la construction thématique du texte.

50On constate ainsi une variation des thèmes ; on passe de l'éléphante (et de son petit) aux humains, au sein desquels on distingue deux sous-groupes ; les Masai et les scientifiques.

51L'étude détaillée ainsi menée dégage comme thème dominant la société organisée des éléphants, la communication infrasonore n'en étant qu'un élément, on retrouve donc dans l'établissement thématique la relation hypo-hyperonymique (société-société organisée) et la relation de partie-tout (type inclusion).

523.1.2. On établit, par l'analyse des relations sémantiques à l'oeuvre le paradigme désignationnel "cris silencieux des éléphants".

53Ce paradigme se compose de deux sous-groupes : l'un est formé des syntagmes nominaux se substituant à celui qui donne son nom au paradigme, l'autre des énoncés définitionnels construits par le texte pour éclairer le phénomène ; leur reprise éventuelle se forme alors sur la relation de co-référentialité.

54Dans le premier cas on peut relever par exemple ces réalisations silencieuses, les ondes infrasonores,..., réalisations qui combinent termes spécialisés (scientifiques en l'occurrence) et vocables mondains, volontiers caractérisés par des adjectifs qualificatifs et non relationnels ; c'est ce qu'on relève dans le premier syntagme cité, par exemple, le second se situant donc nettement dans le cas du vocabulaire scientifique.

55On trouve par exemple pour le second groupe l'énoncé suivant :

56Ex. (K. Payne et J. Pool ont identifié) plus de trente modulations différentes portant jusqu'à cinq kilomètres de distance par vent contraire,

57qui fonctionne pour la partie qui nous intéresse ici en position non thématique. Cette réalisation contribue à la définition du phénomène rapporté par l'article du journal ; elle est aussi disponible, dans son intégralité ou en partie, pour être substituée au syntagme retenu, de par sa place au sein du texte, pour "étiqueter" le paradigme et entrer avec lui en relation de co-référentialité.

58Ce type de méthode et de classement permet donc de dresser le paradigme visé, en explicitant l'ensemble de ses éléments. Le déploiement de tels paradigmes contribue non seulement à la mise en oeuvre textuelle, mais à l'enrichissement sémantique des thèmes (ici d'un thème secondaire, élément du thème principal).

59On peut donc travailler particulièrement ce point, au sein de tout un ensemble de données d'ordre didactique et de pratiques pédagogiques, lorsqu'il s'agit d'amener (ramener ?) à l'écriture des adultes et des "publics en difficultés".

3.2. Mise en oeuvre indiquée

60(mais non effectuée faute de temps) de ces données dans un passage à l'écriture, on résume alors l'approche explicitée ici, et dont la caractéristique est de s'appuyer sur la compétence des "formés" pris en compte dans l'intitulé de l'Université d'Eté et sur le repérage de mode de fonctionnement textuels, à l'oeuvre dans tout texte oral et écrit.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ARRIVE M., GADET F., GALMICHE M., 1991, La grammaire du Français d'aujourd'hui, Flammarion, Paris.

BENVENISTE E., 1966, 1974, Problèmes de linguistique générale, t. 1 et 2, Gallimard, Paris.

ELUERD R., MOREL M.Α., PETIOT G., 1992, La stylistique aux concours, Champion-Slatkine, Paris.

MOIRAND S., 1990, Une grammaire des textes et des dialogues. Hachette, Paris.

MORTUREUX M.F., PETIT G., 1989, "Fonctionnement du vocabulaire dans la vulgarisation et lexique", DRLAV, 40.

MORTUREUX M.F., PETIT G., 1990, "Hypo-hyperonymie et stratégies discursives", Langages, 98.

MORTUREUX M.F., 1992, "Paradigmes désignationnels", Semen, 8

MORTUREUX M.F., 1992, "Configurations discursives", Grelis GDR-CNRS, 36 et 112, Université de Franche-Comté.

D'autre part, tous les termes en caractères italiques figurent (et sont définis) dans :

- la grammaire Arrivé, Gadet, Galmiche (cf. ci-dessus).

- DUCROT O., TODOROV T., 1972, Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Seuil, Paris, (existe en coll. de poche).

On peut aussi (voir alors les index et la table des matières) :

- Grammaire Larousse du Français Contemporain, 1988.

-WAGNER R.L., PINCHON J., 1962, Grammaire du Français classique et moderne, Hachette, Paris.

Auteur

Maître de conférences à l'Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris III) : Centre de Linguistique Française, et directeur des études (Lettres) à l'IUFM de Paris. CENTRE CENSIER, bureau 431, 13, rue Santeuil, 75005 Paris

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540