Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Par l’écriture

 | 
Jean-Marie Odéric Delefosse

Structuration de l'oral, cohésion de l'écrit

M.A. Morel

Texte intégral

1. Les marques de structuration de l'oral

1A l'écrit, les constituants sont de l'ordre du spatial ; leurs marques de structuration relèvent de la perception visuelle (cf. blancs entre les mots, signes de ponctuation, lettres démarcatives à l'initiale des mots : h-ou à la finale :-s,-x, etc). La structure d'un texte écrit peut donc être appréhendée de façon globale (cf. paragraphes, alinéas, disposition typographique, etc). Un texte écrit est visuellement découpé en phrases, dont les démarcations sont la majuscule initiale et le point terminal. Son organisation syntaxique peut être décrite en prenant également pour unité d'analyse la phrase-qu'elle soit verbale ou nominale-la phrase étant elle-même décomposable en constituants de rangs inférieurs (SN, SV, DET+GN, V+SN, etc).

2A l'oral, les constituants d'un énoncé sont de l'ordre du temporel ; au décodage, ils relèvent de la perception auditive ; ils ne peuvent donc être appréhendés que dans leur successivité linéaire. Les marques de structuration de l'oral sont en outre tributaires à la production d'une part de phénomènes de nature articulatoire, d'autre part de facteurs d'ordre rythmique et mélodique. L'organisation d'un énoncé oral ne peut être décrite qu'en prenant en considération en premier lieu les marques prosodiques et mélodiques, qui constituent les seuls indices permettant d'une part de segmenter la chaîne sonore en unités mélodiques et en groupes prosodiques-unités minimales de l'oral-et d'autre part d'opérer un regroupement des groupes prosodiques successifs en une unité discursive plus large : l'énoncé.

1.1. Exemples commentés

3(1) écoute les seules fois où j'ai où j'ai des histoires d'amour °et j'en ai pas vécu beaucoup° eh ben à chaque fois eh ben la fille avec qui j'étais eh ben elle aurait tout fait et moi j'aurais tout fait pour elle (Jeunes gens : "Sur l'amour")

4(2) que ce soit un garçon ou une fille qu'est-ce que tu peux êtr/avoir de mieux que d'être avec quelqu'un qui a le coeur ouvert tu vois par exemple Grégory moi pour moi c'est vraiment un ami e (h) super parce que tu es avec lui i/il a vraiment le coeur ouvert envers tout le monde (Jeunes gens : "Sur l'amour")

5(3) mais dans le cas des représentations math/mathématiques il est vraisemblable parce qu'on ne connaît pas encore e : e bien e la nature de ces représentations il est vraisemblable qu'interviennent des ensembles de neurones distincts (J.-P. Changeux, Collège de France)

6(4) PC6 - mais c'est vrai que moi je trouve que c'est vraiment un : miroir de l'âme humaine quoi ce truc-là/-/mais e : ouais c'est vrai que je suis e : je suis assez d'accord avec ta critique c'est peut-être pas tout à fait philosophique c'est beaucoup plus psychologique (Jeunes gens : "Le jeu de Go")

7(5) parce que (h) bon comme je vous ai dit,, moi j'ai : quelqu'un de la Nièvre (h) qui pour moi parle extrêmement lentement, mais pour lui c'est tout à fait normal (Cours de Maîtrise à Paris III)

8(6) il est (h) vraisemblable qu'interviennent des ensembles de neurones distincts (h) et en particulier des neurones qui : e font partie de ce : que l'on appelle le cortex frontal qui est la/a partie antérieure de notre encéphale (h) e : qui. : : prend des dimensions très particulières très grandes (h) chez l'homme par rapport e au singe (J.-P. Changeux, Collège de France)

9(8) parce que c'est vrai qu'souvent dans le (h) dans notre courrier on a des gens qui disent oh oui je suis à la retraite je ne : (h) sais quoi faire j'm'ennuie j'm'embête et on peut très bien °vous n'êtes pas vous à la retraite° (h) mais e vous vous avez voulu f/savoir comment on pouvait se rendre utile et s'occuper ("L'école à l'hôpital")

10(9) C3 - avec les/les grandes falaises là y a un chemin qui monte,, puis i(ls) t'font rentrer avec un bateau là °nous y avait un petit peu de mer° et i (ls) te font rentrer dans une grotte qu'est large e : y a e : i(l) reste quoi un mètre de chaque côté du bateau §-§§

11S2- §ouais§§

12C3- °quand tu rentres dans la grotte° /-/nous y avait de la houle alors le mec °remarque i(ls) touchent leur bille hein les mecs° i(l)s attendent le bon moment et hop i(ls) te font rentrer dans le/dans la grotte (Jeunes gens : "Sur la Corse")

13(11) c'est un escalier avec/<où> y a juste une corde §§ qui/pour pas que tu tombes (Jeunes gens : "Sur la Corse")

14(12) mais (h) si tu le tends un peu plus il va casser, mais alors là lorsqu'il lâche la/le, l'élastique donc la note, dans l(e) temps, elle va prendre une dimension énorme ("Sur la musique")

1.2. Les deux segments intonatifs constitutifs de l'énoncé oral

15La communication orale s'effectue en direct. Elle implique la co-présence d'au moins deux interlocuteurs, chacun devenant tour à tour locuteur. La structuration de l'énoncé oral est donc fondamentalement de type énonciatif. L'énoncé comporte virtuellement deux ensembles intonatifs (comportant le plus souvent des sous-constituants), qui se suivent dans un ordre fixe. Cet ordre est très contraint. S'il n'est pas respecté, quel que soit le segment concerné, il se produit une rupture, appelée incise (énoncé donné avec une intonation plus basse). Le premier de ces deux ensembles constitue le cadre (énonciatif et sémantico-référentiel) dans lequel pourra s'effectuer l'interprétation du deuxième segment, qui représente le centre informatif de l'énoncé, (souvent appelé "rhème"). Nous désignerons ces deux ensembles intonatifs par les termes de "segment repère" pour le premier et "segment repéré" pour le second.

1.3. Précisions sur les constituants de l'énoncé oral

16EXEMPLE (1) : écoute les seules fois où j'ai où j'ai vécu des histoires d'amour °et j'en ai pas vécu beaucoup° eh ben à chaque fois eh ben la fille avec qui j'étais eh ben elle aurait tout fait et moi j'aurais tout fait pour elle (Jeunes gens : "Sur l'amour")

1.3.1 Analyse du premier segment intonatif

17a) Le locuteur commence toujours par exprimer de quelle manière il prend en compte son interlocuteur (ou ses interlocuteurs) et ce qu'il imagine qu'il(s) pense(nt). Les mots introducteurs d'un énoncé oral jouent donc un grand rôle dans l'établissement de relations qui signifient à la fois un "contact direct" avec l'interlocuteur et un renvoi au discours antérieur (ils sont appelés "ligateurs", par souci d'unification avec la terminologie employée par les chercheurs qui analysent les langues indo-européennes). Le locuteur peut adopter trois types d'attitudes vis-à-vis de son interlocuteur :

  • il peut faire appel à la consensualité avec lui (cf. (2) "tu vois", "tu es"),
  • rester neutre (cf. (3) le "il" impersonnel de "il est vraisemblable"),
  • ou encore se situer uniquement par rapport à lui-même, en rupture donc avec l'autre (cf. (2) "moi").

18b) Une fois assurée la relation avec l'interlocuteur et avec le discours antérieur, le locuteur donne sa propre position par rapport à la vérité de ce qui va suivre, son jugement personnel sur ce qu'il va dire (cf. (4) "c'est vrai que", "moi je trouve que", "vraiment").

19c) Le locuteur indique ensuite de quoi ou de qui il va parler. Il donne donc en premier le contenu notionnel, avant même de réaliser une construction à proprement parler syntaxique. Dans l'exemple (5) le "j'ai" de "j'ai quelqu'un de la nièvre" ne traduit pas une relation d'appartenance ou de possession, mais le point de vue adopté par le locuteur. Le constituant représente ce qui est en général appelé thème. Il peut désigner un domaine ou une personne (cf. "les seules fois où j'ai où j'ai vécu des histoires d'amour °et j'en ai vécu beaucoup° eh ben à chaque fois").

20Le premier ensemble intonatif comporte donc virtuellement trois sous-constituants : 1) le ligateur, 2) les indices de modalité, 3) le thème.

1.3.2 Analyse du deuxième segment intonatif

21Il constitue le coeur de l'énoncé. Il peut se présenter sous une forme simple, comparable à la phrase de l'écrit, ou sous une forme "disjointe" : le locuteur donne en premier ce dont il va parler (cf. "eh ben la fille", "et moi"), puis ce qu'il en dit (cf. "eh ben elle aurait tout fait", "j'aurais tout fait pour elle").

22Remarque : A tout moment il est possible pour le locuteur d'opérer un ajustement sur le segment en cours de formulation sous la forme d'une incise (cf. "° et j'en ai pas vécu beaucoup°").

23Ce n'est donc-le plus souvent-qu'une fois qu'a été opérée cette mise en place vis-à-vis de l'interlocuteur et par rapport à soi-même, et une fois qu'a été indiqué le domaine d'interprétation de ce qui va suivre, qu'est énoncée une suite grammaticalement structurée, qui seule peut être mise en parallèle avec la structure d'une phrase écrite.

24(2) "c'est vraiment un ami e (h) super" et "i/il a vraiment le coeur ouvert envers tout le monde"

25(4) "je suis assez d'accord avec ta critique c'est peut-être pas tout à fait philosophique"

26Remarque : il faut toutefois souligner, là encore, les divergences foncières avec la grammaire de la phrase écrite. Très souvent, en effet, certains constituants appartenant à la structure logique de la "phrase" orale sont donnés, sans marque apparente de fonction, soit avant, soit après le verbe.

27(1) <eh ben la fille> eh ben elle aurait tout fait <et moi> j'aurais tout fait pour elle

28(4) c'est vraiment un miroir de l'âme humaine quoi <ce truc-là>

29Ou bien on observe, lorsqu'on lit la transcription, une surabondance de marques de subordination (conjonctions ou pronoms relatifs), qui correspond à ce que les rhétoriciens nomment "polysyndète" ou "concaténation". Ce n'est qu'une apparence, car l'intonation permet au locuteur de conférer des fonctions différentes à ces marques. D'une manière générale, les marqueurs donnés en intonation haute sont de nature énonciative et signifient que le locuteur opère une mise en relation avec la pensée qu'il prête à son interlocuteur ou avec le discours antérieur. Le ton Haut signifie une réactivation d'un élément déjà donné dans le discours précédent ou d'une relation antérieurement établie. Au contraire, les marqueurs donnés en intonation basse relèvent de la structuration grammaticale interne de l'énoncé.

30EXEMPLE (6) : il est (h) vraisemblable qu'interviennent des ensembles de neurones distincts (h) et en particulier des neurones qui : e font partie de ce : que l'on appelle le cortex frontal qui est la/a partie antérieure de notre encéphale (h) e : qui : : prend des dimensions très particulières très grandes (h) chez l'homme par rapport e au singe (J.-P. Changeux, Collège de France)

1.3.3. Structure générale (virtuelle) de l'énoncé oral

31(Ligateur + Indices de modalité + Thème) + (Sujet "logique" + Rhème)

2. L'oral dans l'écrit

2.1. Étude d'un devoir d'élève de Collège (Document 1)

32Dominique Delomier et Monique Esquenet-Bernaudin ont montré (Langue Française 89, Février 1991, p. 86-98) que cette copie, qui a obtenu une très mauvaise note à l'examen du Brevet, est en fait la transposition pure et simple d'une argumentation orale, telle qu'on en rencontre en situation d'interlocution directe.

33Or le transfert des structures d'oral à l'écrit ne va pas sans difficultés. Outre les ajustements énonciatifs très marqués (recours à la 2ème personne, ligateurs propres à l'oral)-qui ne font pas partie de la norme retenue pour les argumentations scolaires, la difficulté majeure provient de la non adéquation de la ponctuation (cf. ci-après § II.2) pour visualiser à l'écrit les structures de l'oral.

34La structure en constituant des phrases est alignée sur celle de l'énoncé oral. On note beaucoup de phrases qui commencent par poser le thème (1.1 "Une vie, c'est très court", 1.2 "Une fois adulte"), ou bien qui donnent d'emblée le point de vue qui est pris en considération (1.6 "moi", 1.15-16 "le professeur... Lui il...") ou encore qui isolent ou renforcent le ligateur (1.7 "et pourtant", 1.16 "C'est bien pour ça que...").

35Les prises de position modales de l'élève (énonciateur-scripteur) vis-à-vis de ce qu'il énonce et les ajustements énonciatifs avec son interlocuteur-correcteur (co-énonciateur) sont très marqués. On remarque immédiatement le recours à la deuxième personne du singulier dans le premier paragraphe (1.2-5) : "tu ne peut pas rigoler" (1.2), "que tu faisais" (1.3), et à la fin du devoir (1. 119) : "c'est te taire et attendre le jour où tu pourras" (1.17). Ce recours à la deuxième personne, qui met directement en cause le co-énonciateur-à savoir ici le correcteur de la copie-est certainement plus "choquant" encore-pour le correcteur-que les passages écrits à la première personne (1. 6-16).

36On pourrait cependant remarquer que ce texte, en dépit des apparences, est rhétoriquement bien construit De fait, après une introduction très générale et dépersonnalisée (1.1-2 "une...", "tous le monde", "certains... d'autres"), l'élève choisit un mode d'adresse direct à la deuxième personne, puis développe le point central de son argumentation, fondé sur des exemples vécus, à la première personne, et pour finir, il retourne au mode d'adresse direct du premier paragraphe.

37On peut se demander s'il ne serait pas utile d'enregistrer les élèves, de leur faire transcrire leur production orale et ensuite de leur faire faire les modifications indispensables pour que le texte devienne acceptable à l'écrit, sans pour autant perdre de sa spontanéité et de sa chaleur argumentative.

2.2. Rôle et valeur de la ponctuation

38Le rôle de la ponctuation n'est jamais réellement expliqué aux élèves. Il serait pourtant aisé de leur faire comprendre le triple rôle de la ponctuation :

  1. elle constitue une démarcation syntaxique
  2. elle est une marque énonciative (interrogation, exclamation, points de suspension, tirets ou guillemets, entre autres)
  3. elle assure la cohésion et la lisibilité d'un texte écrit.

39Il est clair que la ponctuation n'est pas le correspondant exact de l'intonation (cf. la contrainte de mettre le ? ou ! à la fin de la phrase, sans pouvoir indiquer plus précisément le point d'incidence de l'interrogation ou de l'intensité exclamative).

40La ponctuation est indispensable à l'écrit. Un texte non ponctué n'est pas immédiatement interprétable. Si la poésie contemporaine peut tirer parti de l'absence de ponctuation, c'est précisément parce que la mise en page typographique du poème et l'exploitation des constitutifs, de la macro-ponctuation d'un texte (cf. infra), contruisent une lisibilité spécifique, intégrant les ambiguïtés syntaxiques créées par l'absence de ponctuation.

ex. : "Du pays de ton front au climat de ton sein j'ai ranimé la forme de mon corps sensible" (Eluard).

41Il est impossible de trouver, à partir de l'écrit, des raisons syntaxiques qui justifient qu'on rattache le SP de mon corps au V j'ai ranimé plutôt qu'au SN la forme. Ce qui est sûr, c'est qu'une lecture orale du poème opère obligatoirement un choix non ambigu :

  • Si l'on choisit de rattacher le SP au, on marquera une rupture dans l'attaque intonative du SP et on lui donnera une intonation plus basse, en opérant une focalisation sur la finale du groupe sensible.
  • Si l'on choisit de rattacher le SP de mon corps au SN la forme, l'intonation sera alors identique-montée parallèle à la finale-dans le SN et dans le SP. A l'écrit, l'ambiguïté subsiste, et il faut regarder cette ambiguïté comme inhérente à la structure du signifié de ce poème.

42Il existe un bon usage de la ponctuation (cf. J. Brun et A. Doppagne, 1971 et 1978). Le système actuel de la ponctuation française s'est progressivement élaboré au cours du XVIème siècle, avec le développement de l'imprimerie. Il a été précisé et amplifié au cours du XVIIIème siècle, par les imprimeurs, les grammairiens philosophes et les encyclopédistes. Beauzée en donne ainsi les principes :

43"Le choix des ponctuations dépend de la proportion qu'il convient d'établir dans les pauses ; et cette proportion dépend de la combinaison de trois principes fondamentaux : 1° le besoin de respirer, 2° la distinction des sens partiels qui constituent le discours ; 3° la différence de degrés de subordination qui conviennent à chacun des sens partiels dans l'ensemble du discours". (Grammaire Générale, cité par N. Catach, Langue Française 45 p. 12)

44Ces principes expliquent le peu de variété des signes utilisés à l'époque classique. On trouve par exemple peu de points de suspension et peu de parenthèses ; les points d'exclamation et d'interrogation sont utilisés essentiellement dans les textes destinés à être oralisés (théâtre, prose oratoire) ou dans les discours rapportés directs. Il convient donc d'être très attentif à la façon dont sont ponctués les textes classiques. Très souvent les signes utilisés et leur place dépendent d'un choix délibéré de l'auteur. A partir du XIXème siècle, l'évolution dans l'usage de la ponctuation s'explique à la fois par le passage de la lecture oralisée des textes à la lecture visuelle, et par la tentative de normalisation qui s'effectue à cette époque avec le développement de la scolarisation (cf. la normalisation de la grammaire scolaire décrite par A. Chervel). De nos jours l'usage des signes de ponctuation continue à évoluer. Il est assez fluctuant d'un auteur à l'autre (cf. M.-A Morel & J. Pinchon, 1991), mais on voit très clairement apparaître le souci croissant des auteurs de reproduire dans les signes de ponctuation-notamment dans les dialogues-le maximum de phénomènes liés à l'oral.

45Il est généralement indiqué dans les grammaires et dans les traités de rhétorique que la ponctuation est en étroite relation avec l'intonation et la prosodie. Ceci dit, les enquêtes effectuées à partir du français contemporain montrent qu'il n'y a pas de correspondance systématique codée entre l'intonation et la ponctuation. La plupart des signes de ponctuation ont un décodage ambigu dans une lecture orale. Il est donc intéressant de s'interroger sur les informations qu'apporte la ponctuation sur la prosodie et la mélodie du discours (pauses plus ou moins longues, descente intonative, modulation, etc) et sur certains phénomènes de l'oral ruptures intonatives, hésitations, etc). Je propose de regrouper le rôle des signes de ponctuation en trois grands domaines : la syntaxe, le cadre de l'énonciation, la structuration générale du texte.

2.2.1. Rôle syntaxique de la ponctuation

46Certains signes (point, virgule, deux points, tiret, points de suspension) visualisent l'organisation syntaxique du message.

  • La virgule a un rôle séparateur. Elle sépare des groupes de même fonction, ou des phrases sémantiquement coordonnées, mais elle sert aussi à isoler des constituants qui ne sont pas sur le même plan : circonstant et reste de la proposition, appellatif, apposition (cf. son rôle désambiguïsant devant une relative appositive), détachement thématisant, propositions liées par une relation logique, etc.
  • Les deux points annoncent une suite et soulignent la relation étroite entre les segments de discours qu'ils lient.
  • Les points de suspension traduisent le manque, l'absence de certains constituants, ou encore une allusion, un sous-entendu.

47ex. Voltaire : "Enfin le père se relâcha à ne lui demander autre chose, sinon qu'il allât voir le roi et le duc d'York le chapeau sous le bras, et qu'il ne le tutoyât point".

48Il est très instructif d'étudier dans cette phrase le rapport entre la ponctuation-virgule avant la conjonction de coordination et - et la syntaxe, rapport qui oriente l'interprétation des séquences discursives : soit associative (premier et, car il verra en même temps le roi et le duc), soit dissociative (le deuxième et, car il y a bien deux actions séparées,-dissociables).

49ex. Sartre, : "il partageait son lit, pourtant, et, de temps à autres, sans un mot, l'engrossait : elle lui donna deux fils et une fille Aragon : "Ils n'étaient pas en ligne que déjà on en voyait revenir en auto, drôlement arrangés..."

2.2.2. Rôle énonciatif de la ponctuation

50Certains signes de ponctuation permettent l'identification d'un type de phrase. Ces signes ont donc un rôle au niveau des modalités dénonciation.

  • Le point est en règle générale la marque de la fin d'une phrase assertive.
  • Le point virgule est moins utilisé aujourd'hui qu'autrefois, où il était étroitement lié à la construction de la période rhétorique, et où il servait à souligner une opposition ou une progression.
  • Le point d'interrogation est exclusivement associé à la modalité interrogative (cf. par ex. son emploi seul, sans énoncé linguistique dans les bandes dessinées).
  • En revanche, le point d'exclamation est d'interprétation ambiguë. Il a deux usages principaux, mais dont les nuances sont multiples. Il correspond à l'expression de la fonction émotive (énoncés exclamatifs modalisants et interjections) et à la fonction conative (énoncés qui expriment un ordre). Il est essentiellement la transposition graphique d'une intonation très marquée.

51ex. Crébillon : "Chose assez rare ! on me donna une éducation modeste".

52Marivaux : "Oui, oui, corrigeons, corrigeons !"

53Aragon : "Et puis les pipes ! Nous, on leur criait : Vos pipes ! Ah ouitche ! Ils ne savaient pas de quoi on parlait."

54Certains signes sont plus spécifiquement destinés à attirer l'attention du lecteur (rôle phatique).

  • Le tiret simple permet le détachement d'un constituant ou d'une phrase.
  • Les points de suspension peuvent aussi jouer ce rôle, mais ils supposent en plus une pause.
  • Les parenthèses, les doubles tirets et les crochets ont pour rôle commun d'encadrer un ajout, pris en charge par -références, précisions, modalisations-à l'intérieur d'une phrase.
  • Les guillemets, au contraire, marquent la distance de l'énonciateur vis-à-vis de ce qu'il dit (mot ou énoncé), le fait qu'il n'assume pas la responsabilité de l'assertion faite.

55ex. Colette : "Sobres et vertueux, - de vrais sauvages..."

56Gracq : "Le seul grand chemin que j'aie jamais suivi, dont le serpentement, quand bien même tout s'effacerait autour de lui de ses rencontres et de ses dangers-de ses taillis crépusculaires et de sa peur-creuserait encore sa trace dans sa mémoire<...>"

57Sartre : "elle finit par l'appeler "mon pensionnaire "

2.2.3. Rôle de la ponctuation dans la cohésion du texte écrit

58La typographie et la macroponctuation d'un texte (alinéas et paragraphes) jouent également un rôle important dans la lecture d'un texte écrit.

59On peut songer tout d'abord aux différentes manières d'introduire le discours rapporté direct dans un roman (guillemets, deux points, saut à la ligne, tiret). Les procédés n'étant pas interchangeables, il convient de s'interroger sur l'effet produit par le choix opéré par l'auteur.

60ex. Stendhal : "Et l'on voyait qu'il se répétait cent fois le jour : "je suis le plus grand propriétaire de la province<...>"

61Colette : "-Que faire d'eux ? soupirait ma mère".

62La disposition en paragraphes et en alinéas doit, selon la norme rhétorique, correspondre à des développements thématiquement cohérents, selon le principe rhétorique : "Une seule idée par paragraphe", celui-ci pouvant être subdivisé en alinéas.

2.3. L'oralisation de l'écrit (Document 2)

63Un exercice inverse de celui proposé ci-dessus au § 2.2 consisterait à faire mettre des marques d'oralisation à la lecture d'une production écrite des élèves. L'exemple du Conte de Cendrillon lu à des enfants d'école maternelle montre bien que, pour rendre un texte écrit accessible à un public, ce n'est pas seulement l'intonation qui est cause, mais aussi l'ajout d'un marquage de type énonciatif (cf. ci-dessus § 1.4.1 Premier segment intonatif).

4. DOCUMENTS

64DOCUMENT 1 : COPIE D'élève de 3ème (Langue Française 85, Février 1991)

65Dans les exemples, l'orthographe, parfois fautive, des élèves a été conservée, ainsi que la présentation des paragraphes.

66Une vie, c'est très court. Une enfance encore plus. Tous le monde veut profiter de son enfance, certains l'ont fait, d'autres pas. Une fois adulte, tu ne peut pas rigoler et faire les bétises que tu faisais étant plus jeune et t'aurais voulus à certains moment que ton enfance dure toute ta vie et à d'autres moments, tu aurais préferais etre déjà dans le monde des adultes et en faire partie.

67Moi, je suis quelqu'un qui n'admet pas les gens qui se donnent une image supérieure. Et pourtant, c'est partout comme ça.

68Alors je suis quelqu'un de très libérale, et franche, je suis obligé de me faire petite en cours. Je n'aime pas jouer l'hypocrite et pourtant, je suis presque obligé parce que c'est mon avenir qui est en jeu.

69Si un professeur me "passe un savon" alors qu'il a tord, j'essaye de parler de m'expliquer avec lui mais on ne peut pas parler à quelqu'un qui dit avoir toujours raison. Alors je me tait et j'accumule le tout au fond de moi. Par contre, si il a raison, je n'accumule rien puisque ça ressort tout de suite après et je n'en fait qu'à ma tête. En fait le professeur se fiche pas mal de ce qui peut m'arriver. Que j'ai un diplome ou pas. Lui il est payé, sa vie est tracé pas la mienne. C'est bien pour ça que fuguer n'est pas une solution, ce qu'il faut faire c'est te taire et attendre le jour où tu pourras passer de l'enfant à l'adulte. Mais si tu veux aller plus vite que tu peux, ça va pas marcher.

70DOCUMENT 2 : Transcription orthographique du récit de Cendrillon à des enfants d'école maternelle

71<bon vous avez compris>, <sa femme était morte>, cil en épouse une autre> UNE méchanTE, et (a) lors LA méchante femme ELLE Dirigeait son mari, <c'est elle qui faisait la commandeu : se>, elle lui a dit <bon ben> MES filles à moi, elles seront BELLES : et <je les f(e)rai coucher>, <dans des> BELLES cha :mbres et TA fille à toi :<c'est elle qui f(e)ra l(e) ménage>, e : <on la f(e)ra dormir> dans l(e) grenier sur une vieille paillasse,, et cette pauvre petite fille, elle (.), elle allait tout l(e) temps s'asseoir DANS la ch(e)minée : à côté des cendres, vous savez les cheminées : y a des § alors, <comme elle se mettait toujours dans son p(e)tit coin à côté des cendres>, on l'a app(e)lée cendrillon/-/voilà,//-/e/h/et un jour,, dans ce pays, <voilà qu(e) le fils du roi donne un bal>, et il dit à tout l(e) monde, toutes les jeunes filles :, vont v(e)nir au bal que je donne,, LES DEUX filles de la dame sont très contentes, elles mettent leurs beaux habits, mais cendrillon, elle celle aimerait bien aller au bal aussi> mais elle n'a RIEN, elle (n)'a PAS d'habit.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ARRIVE M., GADET F., GALMICHE M. (1985) : La grammaire d'aujourd'hui. Guide alphabétique de Linguistique Française, Paris : Flammarions. (Article "Prosodie").

AUTHIER, J. (1980) : "Paroles tenues à distance", in Matérialités discursives, Lille, PUL, p. 127-142.

BLANCHE-BENVENISTE C., et alii (1990) : Le Français parlé. Etudes grammaticales, Paris : éd. du CNRS.

BLANCHE-BENVENISTE C. & JEANJEAN C. (1987) : Le Français parlé, Paris : Didier.

BRUN J. et DOPPAGNE A. (1971) : La ponctuation et l'art d'écrire, Bruxelles, CED-Samson.

CHERVEL, A. (1977) : Et il fallut apprendre à écrire à tous les petits français, Paris, Payot, p.31-50.

DANON-BOILEAU L., MEUNIER Α., MOREL M.-A. et TOURNADRE N. (1991) : "Intégration syntaxique et intégration discursive", Langages 104, p. 111-128.

DELOMIER D. et ESQUENET-BERNAUDIN M. (1991) : "L'écrit dans le sillage de l'oral, mais encore ?", Langue Française 89 p. 86-98.

DOPPAGNE A. (1978) : La bonne ponctuation : clarté, précision, efficacité de vos phrases, Paris-Gembloux, Duculot.

ESQUENET-BERNAUDIN M. (1986) : "Une grille pour transcrire le discours oral", Le Français Moderne, 1/2, p. 24-41.

FREI H. (1929) : La grammaire des fautes, Genève Slatkine Reprints, 1972.

LANGAGE 104 (Déc. 1991) : "Intégration syntaxique et cohérence discursive", M.-A. Morel coord.

LANGUE FRANCAISE 85 (Fév. 1991) : "L'oral dans l'écrit", D. Luzzati coord.

LANGUE FRANCAISE 45 (Février 1980) : "La ponctuation", N. Catach coord.

LEBRE-PEYTARD M. (1990) : Situations d'oral. Documents authentiques : analyse et utilisations. Paris, CLE International.

LEON P. et LEON M., (1964) : Introduction à la phonétique corrective (à l'usage des professeurs de français à l'étranger), Hachette et Larousse.

LEROY C. (1985) : "La notation de l'Oral", Langue Française 65.

MOREL M.-A. (1990) : "Les présentatifs en français", in La deixis. Actes du Colloque en Sorbonne 8-9 Juin 1990. Paris, PUF 1992.

MOREL M.-A (1992) : "Intonation et thématisation", L'Information Grammaticale 54 p. 26-35.

MOREL M.-A., PETIOT G. et ELUERD R. (1992) : Méthodologie de la stylistique aux concours, Paris, Champion,

Chap. 2 "le signifiant" et Chap. 5 "Syntaxe phrastïque et syntaxe discursive".

PINCHON J. et MOREL M.-A. (1991), "Rapport de la ponctuation à l'oral dans quelques dialogues de romans contemporains", Langue Française 89 (D. LUZZATI coord.), p. 5-19,

NC2- Maîtrise (1992) : Analyse de la structure de l'oral, D. Delomier et M.-A Morel resp., Presses de La Sorbonne Nouvelle, polycopié,

NC3- Maîtrise/DEA n° 1 (1992) : Structuration du dialogue oral, M.-A. Morel et alii resp., Presses de La Sorbonne Nouvelle, polycopié,

NC3- Maîtrise/DEA n° 2 (1992) : Intonation et Syntaxe, M.-A. Morel et alii resp., Presses de La Sorbonne Nouvelle, polycopié,

NC3-Maîtrise/DEA n° 3 (1992) : Langues, langage et symbolisation, L. Danon-Boileau resp., Presses de la Sorbonne Nouvelle, polycopié.

Auteur

Professeur à l’Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris III) : Centre de Linguistique Française, directeur du Centre de Recherche sur le Français Contemporain, CENTRE CENSIER, bureau 431, 13, rue Santeuil, 75005 Paris

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540