Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Par l’écriture

 | 
Jean-Marie Odéric Delefosse

Présentation

J.M.O. Delefosse

Texte intégral

1Lieu privilégié de concertation et d'échanges, "l'Université d'Eté" a pour fonction principale de favoriser l'innovation pédagogique en permettant aux praticiens et aux chercheurs de se rencontrer. La recherche théorique ne saurait en effet se passer de la confrontation au principe de réalité et la pratique se renouveler sans une réflexion sur ce qui la fonde, ces deux axes pouvant (devant) se retrouver dans le principe de recherche-action. Tout "acteur" devenant, dans cet esprit où s'estompent les frontières des domaines réservés, un praticien-chercheur.

2Cette problématique était présente tout au long des six journées qui ont réuni les acteurs de l'Université d'Eté, côté "public" : enseignants, formateurs, responsables associatifs, côté intervenants : universitaires, chercheurs, consultants en formation.

3La présente publication est l'un des prolongements de leurs échanges, aussi n'y trouvera-t-on pas les minutes des interventions et débats mais plutôt une présentation par chacun des formateurs où se retrouvent synthétisés : le projet d'intervention, l'écho des rétroactions et la réflexion de l'après-coup.

4L'unité de contenu n'est pas univoque, autant par la spécificité de la recherche et de l'expérience de chacun que par l'angle par lequel est abordé le vaste champ de la réinsertion dans l'écrit de publics hétérogènes (que personne n'a la prétention de "couvrir"). L'objectif n'est pas d'imposer une théorie, une méthode, une "boîte à outils" mais plutôt de proposer des pistes, de poser les jalons d'une réflexion que chacun doit conduire en prise directe avec sa situation particulière de formation.

5- Marie-Anne Pommier-Seintignan explicite les apports de la sociolinguistique en ce qu'elle permet peut-être de modifier notre regard sur l'illettrie, ceux qui en sont les témoins et les pratiques qui y ont cours. S'appuyant sur la théorie de la variation, elle pose l'illettrisme comme un comportement langagier de groupe qui en tant que tel doit devenir objet d'étude et non d'évaluation sociale.

6- Natalie Conte-Marty aborde les actions de formation auprès d'apprenants de niveau hétérogène sous l'angle de la psycho-sociologie, mettant en évidence avec finesse ce qui se joue dans ce mode de communication particulier. Comment contrôler et gérer son rôle de leader institutionnel, les interactions à l'intérieur du "groupe-court", la différence de cadre de référence des apprenants ?

7- A partir de sa double expérience de linguiste et de psychothérapeute, Laurent Danon-Boileau nous invite à reconsidérer la problématique conflictuelle de l'apprentissage de la lecture et de l'écriture. Il propose, et illustre par de nombreux exemples, un modèle d'acquisition à deux voies, la procédure analytique qui se fondant sur la mémoire de la trace semble mieux adaptée au traitement des mots courts (grammaticaux) et la procédure globale qui se fonde sur le souvenir des postures consonantiques majeures du mot et permet d'appréhender les mots longs (lexicaux). Ce modèle permettrait de revisiter l'accompagnement des premiers apprentissages, des ré-apprentissages et des rééducations pour les cas pathologiques.

8- Dans ses deux contributions complémentaires, J.M.O. Delefosse propose, à partir des travaux sur la première acquisition, une conception unifiée du fonctionnement langagier qui dépasse la dichotomie code oral/code écrit. Lire et écrire est une activité langagière qui suppose une activation des compétences orales et la médiation d'un expert, c'est ce qui se joue dans la "dictée au formateur".

9- Raconter/écrire sa vie (ou un fragment) est une pratique qui tend à se développer en formation d'adulte. Marie Santiago-Fauvin analyse cette démarche de personnalisation, en repère les limites et les dangers et délimite son champ d'application dans les pratiques de réinsertion dans l'écrit.

10- Spécialiste de l'analyse syntaxique du français contemporain, Mary-Annick Morel, présente l'état actuel de sa recherche sur les marques de structuration de l'oral et ses relations avec le passage à l'écrit, notamment sur le point particulier des marques de ponctuation. L'analyse proposée d'exemples et de documents ouvre des perspectives pédagogiques adaptables à tous types d'apprenants.

11- C'est de l'écrit dont il est question dans la contribution de Geneviève Petiot. Ses procédures d'analyse fondées sur le phénomène de thématisation et illustrées par des exemples servent de cadre théorique à des pratiques de compréhension mais aussi de production de textes écrits.

Auteur

Maître de conférences à l'Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris III) : Institut de Linguistique et Phonétique Générales et Appliquées (ILPGA), directeur du Centre de Recherche sur l'Acquisition du Langage Oral et Ecrit (CRALOE) et du Service Commun de Formation des Enseignants et des Formateurs (MIFOM) : ILPGA, 19, rue des Bernardins, 75005 Paris

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540