Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’astronomie dans les médias

 | 
Jean-Claude Beacco

Ρour conclure*

Texte intégral

  • * Ce texte conclusif a été rédigé par Marie-Françoise Mortureux, professeur émérite, université Pari (...)

1Comment refermer ce parcours de discours médiatiques sur l’astronomie sinon en essayant de le situer relativement à ses prédécesseurs ? On sait en effet que, dans la littérature française du moins, Les Entretiens sur la pluralité des Mondes, publiés en 1686-1687 par Fontenelle, sont considérés comme le premier ouvrage exemplaire de vulgarisation scientifique. Ils sont cités par M. Foucault dans Les mots et les choses comme discours représentatif de l’epistêmê classique. Depuis trois siècles, se sont succédé les livres, les revues, les rubriques des journaux consacrés à diffuser dans le grand public les résultats obtenus par les astronomes ; et la conquête de l’espace, conjuguée au développement du multimédia, produit aujourd’hui des cédéroms qui viennent compléter la panoplie des supports dont dispose le particulier pour connaître les dernières nouvelles des étoiles. Quant aux analyses linguistiques de discours de vulgarisation, elles se sont développées notamment depuis une trentaine d’années, portant, selon les auteurs, sur l’astronomie du XVIIe siècle (Mortureux 1983), sur la biologie contemporaine (Jacobi 1982 et 1984), ou l’histoire (Beacco et Darot 1980)… Ces premières recherches avaient en commun de traquer la reformulation des discours scientifiques, discours « primaires », en discours vulgarisateurs, discours « seconds » ; ils s’efforçaient de dégager les procédures à l’oeuvre dans ce passage d’un discours producteur de connaissance à un discours diffuseur de connaissance parmi un public non spécialiste ; ils décrivaient les modifications formelles et sémantiques à travers lesquelles s’opérait la reformulation. Cela entraînait les chercheurs à construire des corpus rassemblant d’une part des discours primaires autorisés, parce que reconnus par la communauté scientifique, et d’autre part des discours vulgarisateurs eux-mêmes considérés comme « fiables » ; l’exemple le plus représentatif de cette démarche comparative est fourni par D. Jacobi, qui a pu rapprocher les articles publiés par d’éminents biologistes sur le même thème, mais dans des revues de statut scientifique différent (revue primaire/secondaire). Des chercheurs reconnus se sont même fait un nom dans la vulgarisation de leurs propres travaux ou de leur discipline en général : en astronomie, H. Reeves s’est taillé de beaux succès avec ses ouvrages grand public, J.-M. Pelt en écologie, comme, à un moindre degré, J.-P. Changeux en neurobiologie et Cl. Hagège en sciences du langage. On pourrait dire que l’ensemble de ces corpus bénéficiait d’une sorte de respectabilité scientifique qui couvrait aussi bien les discours primaires que les discours seconds, garantis par la notoriété scientifique de leurs auteurs spécialistes…

2Le corpus qui a été analysé ici est d’une autre nature. Il ne se prête pas à une description comparative de discours primaires et secondaires. Les discours qui le composent sont décrits en eux-mêmes, dans une perspective de diffusion de connaissances, à la fois simple et globale. Et la première impression qui vient à la lecture de cet ensemble, c’est son absence de clôture, due en fait à plusieurs facteurs. Le premier est la variété des matériaux retenus, rassemblant des témoins fort différents de propos destinés à un public non spécialiste, émis par des énonciateurs divers au regard des spécialistes astronomes, empruntant des supports, des sémiotiques et des rhétoriques eux-mêmes divers. Le corpus, d’une certaine façon, n’est ni unifié, ni exhaustif de quoi que ce soit. ; il présente un éventail ouvert de discours tenus à propos de la science astronomique, et adressés à des non-astronomes. Cela semble la seule définition qu’on puisse en proposer. Π ouvre l’exploration d’un domaine faiblement spécifié, et non déterminé, alors même que ce genre de discours circule abondamment dans notre société. Et, demeurant ouvert, il détermine moins que d’autres les résultats de la description, évitant ainsi un des pièges bien connus de l’analyse de discours, à laquelle on a pu reprocher de ne produire comme sortie que ce que la problématique adoptée y avait mis en entrée.

3Cette recherche s’inscrit, néanmoins, dans les perspectives définies dès la création de l’équipe du CEDISCOR, qui s’était fixé comme objectif l’approche de discours dits, faute de mieux, « ordinaires », c’est-à-dire non pourvus d’une étiquette, sociologique ou rhétorique, préalable à l’étude. L’absence de clôture est partie intégrante du projet. La diversité des sémiotiques et des rhétoriques décrites par les différents auteurs est parfaitement conforme à la perspective initiale.

4L’intérêt d’un tel choix, peu commun en analyse de discours, apparaît clairement : il s’agit de porter un regard de chercheur sur des pratiques discursives le plus souvent ignorées, refoulées en quelque sorte dans les marges des discours définis : discours scientifique, discours didactique, discours vulgarisateur… Aucune de ces catégories – telles du moins qu’elles ont été en général définies par les analystes de la vulgarisation – ne s’applique à l’ensemble permettant d’englober le corpus, de lui appliquer une problématique unique, et de produire une conclusion simple.

5Il paraît en effet difficile de considérer comme vulgarisateurs tous ces propos tenus aux marges de l’activité scientifique. S’ils se donnent l’apparence de viser à diffuser des connaissances, beaucoup d’entre eux manifestent, à travers les thèmes abordés, ou la rhétorique mise en oeuvre, des tendances centrifuges relativement à un objectif didactique. Ainsi, les auteurs examinés par G. Petiot (chapitre 5.2) et F. Cusin-Berche (chapitre 6) mêlent-ils volontairement l’astronomie à la métaphysique, ou à l’astrologie. G. Petit (chapitre 1.1), lui, montre la construction d’une communauté d’amateurs éclairés, rivale en quelque sorte de celle des astronomes spécialistes. Cette communauté de spécialistes est ailleurs mise en question par la divulgation, la médiatisation de polémiques scientifiques généralement destinées à ne pas en sortir (F. Mourlhon-Dallies). F. Rakotonoelina, et M. Brasquet-Loubeyre exhibent le parasitage du texte par l’image (chapitre 3). Tandis que J.-C. Beacco (chapitre 5.1) souligne la « gaieté » du ton adopté dans les articles scientifiques d’un quotidien. Ces diverses particularités affaiblissent apparemment la portée didactique de l’entreprise, c’est du moins ce qui ressort de la très grande majorité des contributions ici rassemblées. Seule échappe à cette impression celle de S. Moirand (chapitre 4.1), qui a choisi délibérément d’analyser ce qui, dans les discours rassemblés, offre une proximité certaine avec le discours didactique, puisqu’il s’agit des tentatives d’explication.

6Discours aux marges, qui, globalement, brouille les limites entre savoir et non-savoir, entre spécialistes et non-spécialistes, entre compétence et amateurisme, entre types de rhétorique, tout en témoignant de l’extraordinaire rayonnement de l’activité scientifique dans notre société. C’est le second facteur d’ouverture et c’est, évidemment, l’apport de l’approche retenue. Jusqu’à quel point est-elle tributaire de la démarche adoptée, qui émancipe en quelque sorte le discours « vulgarisateur » de son ancrage au discours scientifique ? Révèlet-elle ainsi un aspect que la problématique de la reformulation ne pouvait qu’estomper ? C’est une question centrale que soulève ce livre, et qui intéresse la linguistique autant que la sociologie de la connaissance…

7À cette question, le sous-corpus examiné par G. Petiot (chapitre 5.2) suggère une réponse, qu’il vaudrait la peine de confirmer : les auteurs des textes étudiés, qui sont des spécialistes, ne se privent pas de jouer sur la polysémie de mots comme infini, absolu, relativité, pour mettre en contact métaphysique et physique. Quelle image des mêmes textes dessinerait une analyse comparative avec des discours primaires émis par les mêmes auteurs ? Il y a là une perspective intéressante pour évaluer les méthodes de l’analyse de discours.

8Concernant la sociologie de la connaissance, la situation ainsi dégagée n’est pas absolument nouvelle. Elle semble répéter le développement de cette « science mondaine » qui aurait, selon Bachelard, freiné au XVIIIe siècle l’essor d’un authentique esprit scientifique. Au regard des thèses exposées naguère dans La formation de l’esprit scientifique (1938, édit. 1969), elle peut être taxée de régression. Certes, les critiques qu’il adresse à bien des amateurs de l’époque sont fondées, et peuvent sans nul doute être renouvelées à l’adresse de nos apprentis savants, public assidu des différents produits examinés ici.

9Cependant, il serait simpliste, voire inexact, de s’en tenir là, en condamnant une fois de plus cette illusion de connaissance qu’entretient la vulgarisation scientifique. D’abord, parce qu’elle n’a pas pour fonction de concurrencer les institutions de formation, quelles qu’elles soient. Son rôle, à cet égard, est plutôt d’intégrer l’activité scientifique, et quelques-uns de ses résultats, à la culture de masse ; compte tenu du poids que représentent le financement de la recherche dans les budgets des communautés modernes et ses résultats dans la vie des individus, la publicité donnée à l’activité scientifique s’impose dans les sociétés qui prétendent ne pas faire du savoir un privilège.

10Ensuite, et surtout, cette ressemblance est superficielle. Car, si l’on rapproche ces observations des analyses de M. Foucault sur l’epistêmê classique dans Les mots et les choses (1966), il apparaît une différence significative entre les deux époques. M. Foucault voyait, en l’« extraordinaire ouverture [de la science] au profane » le produit d’une disposition fondamentale, caractéristique de la pensée classique, qu’il définissait comme « l’appartenance réciproque » du langage et du savoir. Appartenance défaite, au XIXe siècle, qui opère une séparation radicale entre deux langages : la littérature et le discours scientifique. Cette rupture accompagne l’avènement du scientisme. Or celui-ci s’efface aujourd’hui, comme en témoigne, entre autres, l’oeuvre de Lévy-Leblond, La pierre de touche (1996). De cette évolution, les discours examinés ici témoignent remarquablement ; sur le même domaine, l’astronomie, qui a inspiré à Fontenelle Les Entretiens sur la pluralité des Mondes. Il illustre un mouvement de pensée qui doit intéresser autant la sociologie que l’histoire des idées, et en particulier les sciences du langage. Car la mondanisation actuelle de la science s’observe alors que, contrairement au XVIIe siècle, le langage est dissocié du savoir : le développement des terminologies spécialisées et de la psychanalyse dépouille l’individu de l’aptitude naturelle à accéder à la connaissance vraie par le langage. L’apprentissage de la terminologie, distincte du vocabulaire général, va de pair avec celui des disciplines, et le sujet doit recourir à l’analyse pour accéder au sens de son propre discours.

11C’est donc à une nouvelle interrogation sur le langage que convie ce livre, sur les théories du langage. Car, si Port-Royal fondait le signe sur sa fonction de représentation, alors que Saussure le fonde sur le rapport de signification noué entre ses deux faces, ces deux approches ont en commun d’exclure en quelque sorte de leur champ la communication. L. Marin a montré naguère qu’une Rhétorique de Port-Royal, complémentaire à la Grammaire et à la Logique, était impossible, pour des raisons théoriques. Et nous connaissons tous la polémique qui a marqué la naissance puis le développement de l’analyse de discours : a-t-elle vraiment sa place en linguistique ? Polémique apaisée, plutôt que résolue, par l’émergence d’un domaine regroupant les « sciences du langage »… Si la linguistique n’existe que de postuler un système abstrait, sousjacent aux discours, elle ne peut ignorer le fonctionnement de la langue dans son usage social. On y rencontre alors un brouillage fréquent, pour ne pas dire permanent, des distinctions de toute sorte inscrites dans le système, qui soustendent les échanges sociaux et autorisent la communication. De ce phénomène, ce livre sur les étoiles fournit un exemple « lumineux ».

Notes de fin

* Ce texte conclusif a été rédigé par Marie-Françoise Mortureux, professeur émérite, université Paris X.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540