Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’astronomie dans les médias

 | 
Jean-Claude Beacco

Chapitre 5. L’actualité et l’encyclopédie : du ludique au métaphysique

Texte intégral

  • 1 L’étude de la métaphore a fait l’objet d’une recherche (inédite) de F. Rakotonoelina, dans le cadr (...)

1La science se donne à voir dans certains discours de diffusion bien autrement que ne la décrit l’ethnographie des sciences (Latour et Woolgar 1988). Mais ces représentations, telles que les construisent les revues de vulgarisation ou les ouvrages pour la jeunesse, ne se laissent pas analyser uniquement en termes de contenus, ou plutôt de processus cognitivo-discursifs. L’astronomie, comme les autres sciences, s’y donne à lire dans une certaine ambiance discursive, à assimiler peut-être avec la « manière » (Dessons, 1995). Or, les sciences de l’univers ont partie liée avec l’imagination (à travers l’image), souvent tenue en échec par des notions inimaginables, avec la beauté – celle de l’ordre classique de l’univers et celle, monstrueuse, des cataclysmes intersidéraux –, avec la littérature – de la science-fiction à la poésie – tant les étoiles et les astres ont été et demeurent sources de mythes et de métaphores1. On s’attachera, dans ce chapitre, à caractériser ces « climats », dans deux ensembles de discours situés comme aux antipodes l’un de l’autre : les textes des encyclopédies, où la connaissance se dépose sous une forme aussi abstraite et sereine que possible, et les textes journalistiques, produits à chaud dans l’urgence de l’information.

1 L’actualité des sciences astronomiques dans les quotidiens : le gai savoir*

  • * Ce développement a été rédigé par Jean-Claude Beacco, professeur, université du Maine.

2Comme les autres médias, la presse quotidienne se situe dans le cadre de la « communication exogène sur la science », opposée aux formes de communication interne (ou endogènes), de type intra-disciplinaire, inter-disciplinaire ou trans-scientifique (écrits de chercheurs renommés en direction d’énonciateurs non scientifiques), si l’on retient la classification de la « famille de situations de communications [scientifiques] » proposée par E. Véron (1997). Mais cette situation de communication est elle-même fort plurielle, si l’on fait entrer en ligne de compte certains paramètres relatifs au statut de ces publications (revues spécialisées ou non dans un domaine scientifique) ou encore aux caractéristiques des lectorats visées (adolescents scolarisés ou adultes à capital scolaire moyen-faible, par exemple). Cette diversité apparaît clairement dans les analyses qui ont été développées dans les chapitres précédents. S’agissant de la presse quotidienne nationale, il revient donc à la description linguistique des textes relatifs aux sciences de caractériser les formes discursives adoptées et de rendre compte de leur configuration.

3Pour mieux délimiter la problématique, on s’en tiendra, dans ce paquet de textes, à un ensemble homogène au regard des conditions de production, de circulation et de réception, à savoir ceux qui s’affichent éditorialement comme les plus proches de la communication exogène, définie par le fait que le scripteur et les lecteurs ne sont pas producteurs directs de connaissances, mais qu’il existe cependant entre eux un différentiel de savoir, réel ou supposé, en tout état de cause construit discursivement, qui justifie l’acte de communication (Véron 1997, p. 31). Cela signifie qu’on ne retiendra que les informations scientifiques données en tant que telles (pour elles-mêmes, en quelque sorte) et que seront ainsi exclus du champ de l’observation :

  • les textes à teneur scientifique, souvent de nature encyclopédique, qui apparaissent à propos d’événements appelant des explications scientifiques ou techniques, comme les tremblements de terre, les accidents d’avion ou les errements climatiques ;
  • les textes traitant de problèmes de société, dans lesquels les sciences et les techniques sont fortement impliquées, voire directement remises en cause (nucléaire, pollution, « vache folle »), ceux-ci entrant alors plus facilement dans une rubrique éditoriale du type « société, vie sociale ».

4Le corpus d’analyse prendra en charge uniquement les textes constitutifs des pages ou des rubriques scientifiques du quotidien le Monde. Celles-ci se donnent comme des entités éditoriales caractérisées, intitulées Sciences et techniques, puis Aujourd’hui/sciences. Bien évidemment, les conclusions auxquelles on aboutira devront être complétées et pondérées par d’autres descriptions, à effectuer sur Le Figaro ou Libération, pour ne citer que ces deux titres nationaux. Autant dire que, comme à l’ordinaire, ces observations n’ont de valeur que qualitative et appellent données complémentaires et débats ultérieurs.

1.1 Les quotidiens et les sciences

1.1.1 L’événement scientifique : la découverte

5Les médias quotidiens ordinaires, c’est-à-dire non spécialisés dans un domaine d’information (comme les journaux financiers ou médicaux), accordent une certaine audience à l’actualité scientifique, aux informations relatives à la vie sociale des communautés scientifiques. Les faits faisant événement relèvent d’un nombre restreint de catégories : prix et distinctions (le prix Nobel, la médaille Fields) ; disparition d’un scientifique de renom, qui donne lieu à développement biographique (entrant dans le genre nécrologie) ; compte rendu ou présentation de congrès scientifiques et de colloques, en France ou à l’étranger ; événement institutionnel relatif à la gestion économique et politique de la recherche et, enfin, émissions de télévision scientifiques (mais celles-ci figurent le plus souvent sous la rubrique TV du quotidien). En fait, ces chroniques, hebdomadaires, sont souvent alimentées par des découvertes, avancées des recherches telles qu’elles sont rendues publiques, essentiellement pour la communauté scientifique.

6Ces résultats deviennent événements en ce qu’ils sont sémiotiquement représentés comme dotés d’une capacité de rupture, irruption brusque de la nouveauté consistant en la mise en évidence de ce qui était caché ou inconnu. Ce dévoilement reçoit donc souvent des formes discursives fédérées par des antinomies ancien/nouveau, obscur/clair, avec ce qu’il faut de jaillissement et de surgissement (Eurêka !). On ne s’attachera pas ici à cette isotopie, qui est centrée, moins souvent qu’autrefois semble-t-il, sur le personnage du savantdécouvreur, discursivement représenté comme un actant doté de volitif/conatif :

[N] réussit à synthétiser…, parvient à localiser…, réussit à cloner…, parvient à fabriquer…

7à côté d’une image plus professionnelle, mettant en jeu des processus cognitifs standards comme :

  • 2 Exemples relevés dans le chapitre Quinze années de recherche, dans Witkowski, Nicolas (dir.) 1991  (...)

[N] démontre expérimentalement que…, effectue le clonage de…, démontre sur les rats qu’il est possible de…, montre que…, identifie…, met au point…2.

8Les titres pleine page des articles du Monde adoptent rarement cette position énonciative centrée sur le découvreur. On relèvera cependant :

Deux Français percent les derniers secrets de la nucléosynthèse. (29/03/1995)
Un petit astre étrange est découvert aux confins du système solaire. (07/06/1997)
L’« intelligence collective » des insectes débusquée par l’ordinateur. (29/12/1995)
Quand les particules livreront leur dernier secret. (10/03/1995)

9On aura noté que, même dans ces mises en scène animées de la découverte, seule la première met en jeu des actants humains, la dramatisation étant comme atténuée par la passivation avec agent non humain (l’ordinateur) ou focalisée sur l’objet de la découverte, sans agent. Si les cadres de l’imaginaire social de la science pré-moderne n’ont pas totalement disparu, l’image prométhéenne du héros de la connaissance, menant à bien sa quête passionnée et solitaire (Galilée, Newton…) qui culmine dans la découverte, sorte de scène primitive, sous-tend encore discrètement cette écriture. Mais le scientifique se fait plus anonyme : le nom des découvreurs est peu présent dans les titres et les sous-titres ; tout au plus, émerge-t-il sous forme de collectif, renvoyant à des équipes :

La pollution génétique menace les recherches sur l’ADN ancien/Les difficultés inhérentes au travail sur les fossiles vieux de plusieurs millions d’années sont aggravées par des risques de contamination qu’apportent les chercheurs eux-mêmes. (2/0695)
Hipparcos a arpenté la galaxie pour les astronomes. (22/03/1996)
Les neurobiologues enquêtent sur la perception visuelle. (19/05/1995)

10à côté de :

Pasteur avait raison, la nature est asymétrique. (14/10/1995)

11où la présence d’un nom propre se justifie parce que, précisément, est évoqué un héros prototypique de la science. Le scénario discursif de la découverte a bien d’autres incidences sur les normes d’écriture de ces textes : bornons-nous à noter sa permanence discrète, au parfum désuet d’école communale (?) ou d’Histoire de l’oncle Paul.

1.1.2 Diffusion ou transmission des connaissances ?

12Rendre compte d’une découverte scientifique implique de la part du journaliste médiateur de déployer la problématique scientifique ou technique dans laquelle celle-ci s’insère et qu’elle vient comme clore. C’est une nécessité pour la bonne compréhension des textes, car seuls ces rappels, ou ce qui est supposé tel, sont de nature à rendre intelligibles, au moins provisoirement, les solutions qui viennent d’être identifiées ou mises au point. Présenter les derniers développements à propos de la recherche sur l’ADN ancien présuppose de savoir ce qu’est l’ADN tout court. Informer de la découverte du quark « top » suppose des lecteurs qui soient au point sur les particules constitutives des protons et, plus largement, sur la structure de l’atome. À chaque fois, il est donc nécessaire de mobiliser l’arrière-pays cognitif, cet aval obscur de la découverte qui n’en manifeste que mieux les apports, de manière à mettre en perspective la démarche ou le raisonnement dont on reconnaît la réussite.

13De la sorte, la pratique médiatique est amenée à changer de nature : il n’est pas concevable de s’en tenir à la diffusion de connaissances nouvelles, pas davantage d’ailleurs que dans des articles de politique intérieure ou des reportages. Il ne suffit pas « d’apprendre que », pour reprendre une formule d’O. Reboul (1988, p. 39) : il est nécessaire de passer du niveau de l’information à un niveau plus structurant, plus décroché de l’événement et qui a partie liée avec la transmission des connaissances. Pour faire court, on retrouve là l’opposition classique information/formation, la première étant réputée être acquisition passive d’un élément isolé ou fragmentaire du savoir, dans une perspective essentiellement pragmatique. À cette forme inférieure de connaissance est opposé l’apprentissage qui implique une intégration active et opératoire, nourrie, d’informations mais ne se limitant pas à leur somme. Dans ces textes d’information scientifique, les contraintes d’écriture sont aussi didactiques : on se trouve dans une situation de transmission de connaissances qui renvoie fonctionnellement à un « Faire croire » ou à un « Faire en sorte que l’autre sache », pour reprendre les définitions de S. Moirand (1994). Reste à vérifier, et c’est l’un des propos de cette analyse, si cet ensemble de textes qui correspond à ces deux premiers critères, répondra aussi au troisième, lequel reconnaît comme didactique un discours présentant des caractéristiques formelles comme la définition, l’exemplification, l’explication…

  • 3 Sur ce sujet, voir Forquin (1996, 2e édition) : École et culture. Le point de vue des sociologues (...)

14Bien entendu, la relation entre le lecteur d’un quotidien comme le Monde et le journaliste médiateur n’est pas de l’ordre strict de l’enseignement. Elle relève d’un entre-deux qui est communément appelé « culture générale », ensemble de connaissances hétérogènes mais non dévalorisé pour autant. La culture générale n’est pas reconnue comme un véritable savoir, mais son absence est stigmatisée. Bloc d’informations non procédurales mais tenues pour indispensables, la culture générale n’est pas vraiment descriptible sous forme d’un inventaire exhaustif. Y entrent probablement des connaissances et des informations en fonction de choix culturels/idéologiques comparables à ceux qui sous-tendent l’élaboration et la mise en œuvre de ce qui est à enseigner dans le cadre de l’institution scolaire3, dont elle constitue d’ailleurs simultanément un produit et un complément. Assurer les conditions d’intelligibilité (la diffusion) d’une découverte scientifique implique ainsi de transmettre des connaissances, même si le produit de ce partage demeure de l’ordre des représentations floues : quel lecteur, même cultivé, pourrait définir un trou noir de manière scientifiquement acceptable ?

1.1.3 Un genre de textes-marchandises

15Mais l’écriture de ces textes ne relève sans doute pas exclusivement des contraintes structurelles qui commandent une telle situation de diffusion-transmission des connaissances. Il ne semble pas cependant qu’il faille chercher à identifier d’autres conditions de production dans le genre discursif dont relèveraient ces textes. Celui-ci n’est en effet que faiblement établi : la tradition de la science populaire est ancienne en France, comme dans d’autres pays, et elle a donné lieu à une activité éditoriale intense, caractérisée par des types d’ouvrages ou des collections, davantage que par des genres journalistiques. En tout état de cause, ceux-ci sont peu explorés, semble-t-il, dans une perspective historique : dans l’ouvrage dirigé par B. Bensaude-Vincent et A. Rasmussen (1997) ne figure aucune étude sur la presse française, dans la partie consacrée aux styles nationaux. On a certes pu caractériser des formes discursives propres aux ouvrages relatifs à la popularisation de l’astronomie à la fin du XIXe siècle (Arago, Flammarion, Berget…) : cette écriture serait marquée par des positions non embrayées de l’énonciateur mais au sein d’« une rhétorique [qui] se cherche, avec des tonalités énonciatives diverses » (Jeanneret 1997, p. 81). Autre trait de cette production éditoriale : la mise en jeu d’une série stabilisée de formes de paragraphes, donnant lieu à une typologie « élaborée intuitivement » (p. 82-83), où l’on trouve, par exemple, « des récits ontologiques, se présentant comme la réalité, des tableaux de données, des récits constructivistes, expliquant comment on construit la connaissance, des récits d’expériences, imaginaires ou idéalisées » et, à l’autre bout (subjectif) de cet ensemble de postures, « des témoignages personnels, des récits de controverse, des récits d’anticipation et des récits thaumaturgiques ». Cette variabilité de points de vue adoptés pour la mise en discours de la transmission des connaissances est particulièrement précieuse pour comprendre la genèse de certaines formes discursives d’aujourd’hui, mais elle ne semble pas pouvoir être réinvestie dans les écritures journalistiques retenues, puisqu’elle concerne des textes de spécialistes visant un large public à travers des ouvrages de consultation, qui peuvent être apparentés à des manuels.

16Si ces textes d’information scientifique des quotidiens sont parfaitement identifiables sur la base de leur contenu et de leur place éditoriale, ils ne sont pas classables dans un genre à la dénomination forte : tout au plus peut-on parler d’articles scientifiques ou de rubriques d’actualité scientifique, dénominations professionnelles dont il n’est pas certain qu’elles suscitent des représentations précises du côté du lectorat, à la différence de genres plus ordinaires comme fait divers, nouvelle brève ou reportage. Tout cela laisserait à penser que l’écriture qui y est à l’œuvre n’est pas cristallisée dans un modèle canonique saillant, stabilisé par une dénomination générique discrète.

  • 4 C’est nous qui soulignons.

17Cependant, des convergences d’écriture existent – et elles semblent communes aux articles considérés, indépendamment du champ du savoir concerné (médecine, archéologie et paléontologie, physique, astronomie) – qui doivent aussi répondre à une autre exigence que celle des conditions de transmission de la connaissance. Si un genre discursif peut être identifié par sa dénomination commune (= non savante, folk-name), par l’ensemble des paramètres définis à de nombreuses reprises par D. H. Hymes, par une écriture descriptible en termes linguistiques, c’est-à-dire autres que de contenu ou de macrostructure, il faut aussi tenir compte du fait que les textes analysés sont des produits destinés à être vendus. Et, en tant que « marchandises », ils se doivent de trouver leur public, ce, à la différence des discours qui circulent au sein des communautés scientifiques, dont le fonctionnement n’est pas fondamentalement conditionné par une économie comparable à celle des entreprises de presse, mais qui répondent à des enjeux communicationnel ou de prestige. Est-il besoin de souligner que « la fonction sociale et politique de producteur de discours scientifique dans les médias participant à la construction de la réalité sociale est devenue complexe. Il lui faut trouver le point de convergence le plus fort dans l’interface offre/demande4. Or, penser l’offre et cerner les attentes est une opération d’autant plus incertaine qu’il n’est point de consensus global et que les groupes de lecteurs sont plus volatiles aujourd’hui qu’il y a une vingtaine d’années » comme le note M.-N. Sicard (1997, p. 151-152). Cet ajustement s’effectue à partir de la représentation que le journaliste s’est construite de son lectorat. Cette image des lecteurs peut être objectivable en termes de catégorie socioprofessionnelle, de capital scolaire ou de centres d’intérêt dominants, mais nous faisons l’hypothèse qu’elle comporte aussi des attentes discursives relatives à l’écriture des textes : les lecteurs s’attendent à trouver une forme discursive qui leur convienne, en fonction de leur propre représentation d’une écriture « adéquate » et qui, précisément les captive, eux qui sont en situation non pédagogique, libres de ne pas lire et de ne rien apprendre. Or, se pose alors la question de l’ajustement entre une écriture propre à la transmission des connaissances, didactique en quelque sorte, et une écriture conforme aux attentes d’un lecteur de quotidien. L’une et l’autre ne sont déterminées que sous forme de représentations, car ce dont il est question ne concerne que leur efficacité supposée, leur impact réel étant invérifiable : quelle part attribuer à la forme d’un texte dans le travail de lecture et d’appropriation des connaissances, alors que celui-ci demeure suspendu au lecteur lui-même, à son implication, à ses motivations et à ses stratégies ? Ces orientations (discursivité didactique et discursivité appropriée aux attentes du lectorat, modelées en retour par les textes déjà lus) ne sont peut-être pas incompatibles. Quoiqu’il en soit, c’est bien dans cette problématique du « point de convergence le plus fort », de la compatibilité des conditions de production et des rétroactions sur ces dernières des conditions de réception, que devront être lues et interprétées les descriptions linguistiques qui vont suivre.

1.2 Éléments de description

18On examinera donc certains traits discursifs communs à ces textes extraits des pages d’information scientifique du Monde, en faisant l’hypothèse qu’ils relèvent d’un genre de discours unifié (le compte rendu scientifique ?), en particulier si l’on s’en tient aux articles qui traitent de l’information donnée par le titre en pleine page. Ainsi la page Aujourd’hui/sciences du 6/12/1997 est-elle constituée de trois articles : le texte principal qui occupe la moitié supérieure (2/3 environ) de la page (titre : Les neufs dixièmes de l’Univers échappent toujours aux astronomes ; sous-titre : Plusieurs décennies de traque n’ont pas encore permis de…) et deux autres articles plus courts (titres, sans sous-titres), le tout étant présenté par un chapeau de synthèse (en gras), au sommet de la page. C’est là la mise en page la plus répandue.

19À une lecture flottante préalable, il apparaît nettement que ces textes « principaux » possèdent des caractéristiques propres, d’autant que celles-ci sont indépendantes des sujets abordés, comme nous l’avons déjà noté ; ce qui laisse à penser qu’elles ne sont pas en relation forte avec les textes scientifiques dont procèdent ces informations.

1.2.1 Macrostructure absente

20L’attaque des ces textes se fait in médias res, c’est-à-dire sans précaution particulière destinée à donner au lecteur un cadrage du texte, au moyen d’une présentation quelconque de son déroulement linéaire. On retrouve les règles classiques enseignées dans les écoles de journalisme, qui privilégient la vivacité et la rapidité de l’introduction. Aucune indication métadiscursive donc, comme : dans une première partie, nous…, si attendue, sous des formes plus légères il est vrai, dans la dissertation universitaire ou d’autres textes académiques. L’horizon d’attente a été, en fait, construit par le chapeau et les intitulés (titres et sous-titres), ainsi que par les schémas ou tableaux insérés dans le texte et sur lesquels le lecteur a sans doute jeté un coup d’œil avant d’attaquer les textes par leur début.

21Les ouvertures sont donc vivace et cherchent à prolonger l’effet de curiosité suscité par les titres. Elles en sont parfois le prolongement par reformulation, énième résumé du contenu informatif majeur :

Aux dernières nouvelles l’Univers serait né il y a environ 8 milliards d’années, alors que l’âge apparent de ses étoiles […] (15/09/1995)

22en écho au titre (L’âge de l’univers donne le vertige aux astrophysiciens), avec un commentaire appréciatif d’une grande quantité (8 milliards d’années = vertigineux).

C’est le monde à l’envers. […] l’Univers aurait un « sens ». (23/04/1997)

23reprise littérale, à l’adverbe d’énonciation près, du titre (Et si, finalement, l’univers avait un sens ?).

24Moins vifs, sans doute, des énoncés à valeur englobante, sorte de constats globaux, sont utilisés en ouverture. Bien entendu, ils ne présentent aucune valeur d’anticipation particulière pour le lecteur. Indifférenciés, ils permettent de caler l’information nouvelle par rapport à une vague vérité d’expérience, dans une démarche de spécification qui va du général au particulier :

L’astronomie est fille de patience : quinze ans après […] (15/10/1997)
Dans son souci de savoir où il se situe dans le ciel, l’homme joue les arpenteurs. Depuis longtemps, il sait […] (22/03/1996)

25avec des présents permanents ou omnitemporels et des ancrages de durée qui les doublent.

26En attaque d’article, on utilise aussi, et la liste n’est pas close, des propos rapportés au style direct, où l’identification du locuteur n’intervient pas de manière préalable, paroles vives placées en exergue et dont l’auteur, pour un bref instant, demeure inconnu :

« L’histoire de la découverte de Neptune, le 23 septembre 1846, contient tous les ingrédients d’un film à succès », explique Michel Demazure, directeur du Palais de la découverture […] (25/09/1996)

27De manière symétrique, en quelque sorte, aucune conclusion ne vient structurer in fine les textes examinés. Rien qui vise à la mémorisation ou à quelque forme de résumé que ce soit. Les textes se bouclent par des chutes, en général. Ce sont souvent, en fait, des ouvertures sur l’avenir ou sur la mise en évidence d’incertitudes. Comme si le texte était à suivre et que l’on prenait date avec le lecteur :

Si la manœuvre est réussie, Huygens atteindra Titan trois semaines plus tard […]. Il sera alors le premier engin à se poser sur un corps aussi distant de la terre. (25/09/1996)

28Rien à attendre des intertitres, dont la fonction principale relève, comme toujours, dans la presse, de la mise en page d’avantage que d’un souci de mettre en évidence les articulations du texte et de guider la stratégie de lecture par des repères. D’ailleurs, dans ce corpus, les intertitres sont souvent absents et remplacés par la mise en exergue d’une citation du texte : le texte sur le satellite ISO (18/11/1995) se déploie sur 6 colonnes, la quatrième et la cinquième étant largement occupées par une représentation graphique (légendée) de l’engin ; la deuxième comporte, pour l’équilibre visuel, l’insert suivant :

Son domaine,
c’est celui du froid,
des nuages de gaz
et de poussières,
des comètes
et des astéroïdes
trop peu brillants

29qui reprend le sous-titre (… observera les objets les plus froids de l’univers…). Cette manière de titre fait fonction de résumé incorporé au texte et dispense d’intertitres. Même procédé dans Une fontaine d’antimatière… (2/05/1997) où l’insert (L’antimatière est bien là…), placé en deuxième colonne, est équilibré par un pavé encyclopédique (en gras), pourvu d’un titre autonome, distribué sur la quatrième et la cinquième colonnes.

30Quand ils sont présents, les intertitres demeurent allusifs, par effet hyperonymique :

Un scénario insuffisant (31/08/1996)
Une technique nouvelle (06/12/1997)
Débauche de calculs (31/08/1996)

31avec, pour ce dernier, une nouvelle quantification appréciative, ou bien par brouillage générique, réalisé le plus souvent au moyen d’un pluriel (et d’un déterminant nombrable) :

Des particules exotiques (06/12/1997)

32À noter que les textes que nous venons de citer ne comportent que deux intertitres chacun. Au total, aucun repère typographique ne scande la structure de ces textes.

33Au fil des textes, les balises d’articulation semblent ne pas être utilisées. On rencontre peu de connecteurs servant de marqueurs de structuration. L’article du 2/05/1997 comporte 13 paragraphes, dont seuls quelques-uns sont explicitement reliés entre eux par des connecteurs ou des sutures lexicales – phrastiques :

34§ 1 : reprise de l’information essentielle, déjà présentée par le titre (fontaine d’antimatière) ;

35§ 2 : observations antérieures de phénomènes comparables, avec un relais anaphorique nominal hyperonymique (Ce genre de phénomène…), mais sans connecteur en ouverture ;

36§3 : Ce qui est plus surprenant, en revanche…, présente un connecteur d’opposition, en relation avec un appréciatif, (qui justifie à lui seul l’article), dans une relation locale de contraste, qui permet d’anticiper sur ce paragraphe uniquement ;

37§ 4 : relation courte (Sur ce point) sans rupture, même minime, qui laisse supposer une relation de continuité ;

38§ 5 Mais les faits sont là : ces rayons gamma sont bien réels : nouveau rebondissement, fortement marqué et un rien rhétorique, qui amorce une série de paragraphes cette fois clairement enchaînés :

39§ 6 La première [explication] met en scène… ;

40§ 7 La seconde évoque… : l’énumération non déceptive se poursuit, mais le paragraphe 8, introduit par d’ailleurs, crée un effet de digression secondaire ;

41§ 9 Quant à la troisième hypothèse… : l’inventaire se déploie avec une variation de connecteur (répétition d’hypothèse) et aussi une rupture thématique, qui viennent comme remettre en cause une linéarité trop convenue ;

42§ 10 et 11 sont opposés entre eux (Quant à…) et concernent la discussion des théories précédentes, sans que rien ne signale cette orientation finale de l’article.

43Les connecteurs ne soulignent donc l’organisation du texte que partiellement, avec des effets de dissymétrie dans des séries prévisibles. Et, pour le reste, le texte semble rebondir de sujet en sujet, non qu’il soit peu structuré cognitivement, mais comme pour mieux souligner l’allure libre de ses détours.

44Un autre texte (03/01/1998) présente une utilisation encore plus nette des connecteurs, puisque les liaisons de paragraphe à paragraphes, en soi rares, sont essentiellement lexicales (§ 3 : Une nouvelle passe d’armes a eu lieu…). On ne relève qu’un seul connecteur (§ 4 : Aussi la dernière réunion de l’AGU […] fut-elle précédée de…), là encore pour marquer une relation locale de proximité, sans portée longue (connexion de deux paragraphes).

45Il semble légitime de conclure de ces observations que ces textes effacent leur structuration en surface, en n’ayant recours que très faiblement aux moyens ordinaires destinés à souligner les éléments constitutifs d’un texte et à mettre en évidence les relations construites entre des séries de paragraphes.

1.2.2 Alternances énonciatives et savant désordre du discours

46À ce faible recours à des indications linguistiques ou typographiques de structuration font pendant des alternances systématiques de modes discursifs et de positions énonciatives, qui concourent aussi à cette image de savant désordre discursif.

47On a assez souligné la place et le rôle de la narrativité dans ces flux discursifs extérieurs de la « communauté scientifique astronomie », pour qu’il soit bien utile d’y insister à nouveau (voir chapitre 4). Bornons-nous à noter que certaines informations propres au domaine s’y prêtent particulièrement : controverses scientifiques, déployées dans la durée de leurs fluctuations ou retours sur l’histoire de la discipline (Neptune fut découverte par le calcul…, 25/09/1996). Ce régime discursif est très présent dans le corpus analysé, mais il peut être localement neutralisé, comme dans Les rayons du soleil jouent les espions pour les climatologues (31/08/1996). Cet article, orienté vers le futur par son soustitre (L’instrument français […] doit analyser le rayonnement solaire…) est consacré à la mission du satellite Adeos qui vient d’être lancé et à ses missions ; celles-ci sont énumérées et non ancrées chronologiquement (§ 2 Il permettra… § 4 Seules des mesures multiples permettront… § 5 Ceux [les instruments] d’Adeos permettront…) dans un avenir représenté comme un virtuel sans épaisseur.

48Ces récits, quels qu’en soient les sujets, ne reçoivent que rarement des développements linéaires et d’un seul tenant, sur des sections de textes clairement délimitées. Ainsi Un petit astre étrange est découvert… (7/06/1997) s’ouvre sur des considérations générales mais il est loin d’être organisé autour de la description des résultats de cette observation :

49§ 1 constat générique au présent, vérifié par une expérimentation au passé récent (Des astronomes américains viennent d’ajouter…) qui est, en fait, l’événement de référence ;

50§2 ne précise pas la teneur du § 1, mais renvoie à des découvertes similaires antérieures, en deux temps (les astronomes ont déjà réussi… l’intuition de G. Kuiper qui, en 1951…) ;

51§3 à partir de ce dernier événement, pris à son tour comme point zéro, un futur prospectif convoque une découverte faite en 1992 (Il faudra attendre 41 ans pour que…) ;

52§ 4 Bouclage du retour en arrière chronologique, pour revenir à l’événement qui a suscité l’article (Des observations plus précises, effectuées récemment, par une équipe dirigée par…), sous forme d’une reformulation de la présentation proposée par le § 1. Et, cette fois, sont utilisées localisations et déterminations (noms propres, données chiffrées…) qui lèvent l’indétermination initiale (Des astronomes américains…).

53L’information est ensuite exposée en deux paragraphes centraux (4 et 5), puis discutée (dernier tiers du texte) par une spécialiste de l’Observatoire de Paris-Meudon, probablement contactée directement par le journaliste, et enfin close par une conclusion qui voit resurgir les hypothèses de Kuiper.

54Tout se passe comme si la mise en discours cherchait à éviter une présentation chronologique linéaire et un récit standard et homogène au passé composé/imparfait. Au montage temporel « travaillé » fait écho la variation des temps morphologiques retenus, cités ici dans l’ordre de leur apparition : présent (viennent d’ajouter), passé composé (ont déjà réussi), passé simple (imagina), futur (il faudra attendre), présent (deux astronomes découvrent). Les indications temporelles font, elles aussi, alterner les points de vue énonciatifs, puisqu’elles relèvent à la fois des repérages déictiques et de localisations absolues, n’ayant pas l’énonciateur comme point de référence :…ont déjà réussi… (§2)…Kuiper… en 1951… (§2) Ce n’est qu’en août 1992… (§3)…observations… effectuées récemment… (§4). Sont visiblement à l’œuvre des principes d’écriture fondés sur l’alternance et la déceptivité, destinés à maintenir en éveil la curiosité du lecteur dans un univers sémiotique restreint et donc cognitivement prévisible.

55Une autre forme de variation discursive interne mise à contribution dans ces textes concerne l’intertextualité convoquée. On notera au préalable qu’elle ne fait pas systématiquement état des sources directes de l’information : dépêches d’agence et surtout textes scientifiques d’origine. Ceux-ci, quand ils font l’objet d’une référence, ne sont pas cités sous les formes scientifiques/universitaires en vigueur, probablement pour éviter de donner au médiateur une position trop haute. Ils ne sont jamais mis en exergue : il faut « attendre » la fin du premier tiers de l’article (23/04/1997) pour savoir d’où provient la nouvelle théorie de la naissance et de l’expansion du monde (… article publié dans le Physical Letters du 21 avril…) qui a été largement décrite dans les paragraphes antérieurs, où elle est localisée en ouverture par l’identité des chercheurs (§1 :… Borge Nodland de l’université de Rochester (État de New-York) et John Ralston de l’université du Kansas…).

56La forme dominante de discours importé est constituée de citations de propos rapportés, signalés par guillemets et italiques, ce qui contribue à la variété sémiotique de l’image de ces textes. Cette parole de scientifiques directement ou indirectement concernés par l’événement (découvreurs ou commentateurs de la découverte) n’est pas représentée comme un entretien ou une interview (au cours de laquelle elle a probablement été matériellement recueillie). La mise en discours retenue est le plus souvent celle d’une dissémination de cette parole, comme éparpillée sur la totalité de la surface textuelle. Cette parole en resurgit donc, sans qu’on puisse le prévoir, intermittences qui miment sa vivacité.

57Cette allure décousue donnée aux propos rapportés s’observe aisément : l’article du 03/01/1998 s’ouvre sur l’exposition des thèses de L. Franck et des controverses auxquelles elles ont donné lieu. Mais celui-ci ne fait irruption « en personne », sous forme de citation, qu’au paragraphe 3 (fin du premier tiers du texte : « J’avais labouré au bulldozer le champ de la science officielle », se souvient Louis Franck…) puis, à nouveau en clôture de ce même paragraphe (« La communauté a fait de son mieux pour éteindre ma carrière » raconte-t-il). Silence ensuite, puis le locuteur resurgit, sous formes d’extraits plus larges, dans le paragraphe 8 (citation de 5 lignes, entrecoupée d’un affirme-t-il) et, au paragraphe suivant (9e et avant-dernier) « parle » l’un de ses opposants (Sparks, présenté au paragraphe 3) qui, en 6 lignes, se défend.

58Traitement identique de l’intertexte dans l’article du 06/03/1998, où le chercheur belge C. Waelkens est représenté comme à l’origine directe de ses propos dans deux paragraphes distincts et non contigus, entre lesquels s’installe quelque chose comme une énonciation au « style indirect libre » : Le disque est formé de matière issue d’une étoile évoluée. Il ne peut donc pas s’agir des restes du disque circumstellaire primitif. [§] Donnera-t-il naissance à… [suivent trois paragraphes] « Ce serait possible, à condition que… » estime Christoffel Waelkens… De manière tout à fait parallèle, la citation des propos, rapportés au style direct, d’une spécialiste des petits corps du système solaire (07/06/1997) est segmentée en éléments courts (de l’ampleur de l’énoncé mais aussi, à un niveau au-dessous, celui du syntagme nominal/adjectival) : ceux-ci sont représentés par quatre occurrences savamment réparties sur trois paragraphes :

§ 6 […] son orbite […] est en fait tout à fait normale d’un point de vue dynamique
§ 7 L’excentricité, explique-t-elle, est provoquée par l’effet gravitationnel de Neptune.
§ 7 [Si.« au moins deux d’entre eux ont une orbite inclinée à 30 et à 38 degrés respectivement », précise Antonella Barucci.
§ 8 […] les boules de glace […] ne seraient que les restes de planètes ratées.

59On notera que dans cet article, comme dans ceux précédemment examinés, les citations sont de structures syntaxiques distinctes et qu’elles se trouvent ainsi insérées de manière d’autant plus étroite au texte porteur, au point qu’elles ne sont plus toujours assignables de manière non ambiguë à un seul énonciateur : dans le dernier extrait, la « source » de cette expression est éloignée (une douzaine de lignes plus haut, actualisation sous forme pronominale : elle) et ce fragment pourrait aussi bien être rapporté au médiateur qu’à la spécialiste. Cet ajustement étroit des éléments constitutifs de l’intertexte permet de lisser l’hétérogénéité discursive, tout en préservant ses effets de diversité.

60D’autres alternances concourent aux mêmes effets, comme celle qui adosse des questions à du discours asserté :

Adams ? Le Verrier ? Aujourd’hui, le mérite de la découverte est attribué aux deux hommes […] (25/09/1996).

61Cette forme, et d’autres, du non-certain permet d’attribuer des doutes aussi bien aux scientifiques qu’au journaliste, qui serait de la sorte l’interprète des hésitations des lecteurs.

  • 5 « J’aime l’allure poétique, à sauts et à gambades : c’est une art, comme dit Platon, légère, volag (...)

62Quoi qu’il en soit, il demeure que le modèle discursif à l’œuvre dans ces articles d’actualité astronomique est bien fondé sur des formes d’irrégularité, ou, puisque ce terme évoque notre tradition « régulière », sur une écriture non classique, réputée libre, « à sauts et à gambades », en quelque sorte, selon la célèbre expression de Montaigne5. Imprévu ? Sans doute, mais les lecteurs assidus de cette rubrique du Monde, se sont probablement accoutumés à cette écriture qui, devenue horizon d’attente, n’est surprenante que dans ses effets et non plus dans ses stratégies.

1.2.3 Didacticité et reformulations

63Le problème majeur du médiateur n’est cependant pas de proposer un texte d’une lecture supposée agréable parce qu’il n’est pas structurellement prévisible, mais de se faire comprendre par ses lecteurs, avec pour seul moyen de communication le texte et l’image, dans une relation de type auto-didactique ou à distance, sans feed-back facilitateur possible. L’essentiel du contrat de communication implicite est, comme nous le rappelions plus haut, de faire interpréter le cadre de connaissances dans lequel une nouvelle avancée (ou remise en question) prend place ; cela implique des élucidations, comme locales, attachées aux concepts scientifiques mobilisés pour l’occasion.

64Pour ce faire, le journaliste scientifique ne recourt pas à un exposé théorique de cadrage, articulé de manière systématisée, mais à une mise en scène discursive qui narrativise les contenus scientifiques et qui éparpille, de manière peu prévisible, informations et explications sur la totalité des articles de ces rubriques. En particulier, les journalistes semblent privilégier la définition comme forme la plus efficace d’apport d’information. Par exemple :

La [mesure relative] la plus connue est fondée sur le « le décalage vers le rouge » du spectre lumineux émis par les galaxies lointaines, une distorsion qui est proportionnelle à la vitesse avec laquelle ces dernières s’éloignent de nous. (15/09/1995)

65Le texte identifie le concept supposé faire difficulté par des guillemets et en propose une élucidation de type lexicographique, dans le cadre syntaxique d’un syntagme nominal apposé, qui actualise une reformulation immédiate du terme scientifique. Celle-ci est qualitative et humanisée (présence de nous comme point de référence), ce qui est supposé la rendre intelligible. Cette technique d’exposition est sollicitée assez fréquemment et peut se développer sur plus d’un énoncé, mêlant appositions clarifïcatrices (mais qui ne sont pas nécessairement du même ordre) et les reformulations enchaînées, par touches successives et retours en arrière, comme par approximations. Pour s’en tenir au même texte, on relèvera qu’à cette première définition en succède d’autres, dans le cadre du même paragraphe :

[phrase suivante par rapport à l’exemple précédent] […] on peut considérer que cette vitesse dite « de récession » d’une galaxie est proportionnelle à […] [§ suivant] En comparant le décalage vers le rouge […] (15/09/1995).

66Ainsi la boucle est bouclée : à la première élucidation fait suite un nouveau terme scientifique posé comme synonyme du premier (toujours entre guillemets : vitesse de récession, avec une équivalence marquée linguistiquement (dite) qui délimite le passage entre le langage ordinaire et le vocabulaire scientifique), puis une réutilisation de la formulation définitoire (est proportionnelle), si bien que l’on peut estimer possible, après ce travail discursif, un réemploi « sec » du terme scientifique en ouverture du paragraphe qui suit.

67Autre exemple du même texte où les reformulations successives placent le terme à élucider en fin de parcours, définition discursive cataphorique en quelque sorte. Celle-ci est, comme attendu, actualisée par des appositions qui construisent une relation attributive non marquée formellement, recevant ainsi une valeur de qualification comme superflue ou incidente :

[…] ce phénomène ne fournit que des mesures relatives. […] par exemple […] Il leur faut pour cela une échelle absolue, une sorte de repère spatial à partir duquel […]
[§ suivant] Les chercheurs se sont donc mis à la recherche de « chandelles standards » dont la luminosité est prévisible […] un peu comme on évalue l’éloignement d’un réverbère en comparant son intensité lumineuse à celle des autres. En effet […] (15/09/1995).

68L’opposition relatif/absolu permet d’introduire une première définition, donnée comme approchée (une sorte de), l’enchaînement d’un énoncé sur l’autre par donc assure l’équivalence entre la définition vulgarisée et la dénomination savante (entre guillemets : chandelles standards). L’adjectif standard est, à son tour, glosé par une relative, segment auquel est apposé* ; une comparaison empruntée à l’univers d’expérience ordinaire, dans une démarche, là encore, signalée comme approximative (un peu comme si).

69Mais d’autres appositions ont une valeur cognitive/informatiive beaucoup plus faible et ne semblent pas permettre une compréhension « forte » d’un concept, auquel il n’est finalement fait qu’allusion :

[…] un facteur baptisé par les astrophysiciens constante de Hubble, un paramètre qui varie beaucoup selon les méthodes d’observation utilisées. (15/09/1995)

70Dans ce cas, le terme spécifique utilisé est glosé par deux génériques (facteur, paramètre) et semble caractérisé à sa périphérie plutôt que dans ce qu’il a d’essentiel, alors qu’il concerne toujours la vitesse de fuite ou de récession des galaxies.

71Et bien entendu, dans la mesure où l’élucidation systématique ne semble pas être de règle dans ce corpus, on voit apparaître des appositions non définitionnelles, qui mériteraient à leur tour élucidation :

Les Céphéides, des « étoiles vagabondes », constituent, à cet égard, de remarquables « balises cosmiques » (15/09/1995)

72Tant il est vrai que le chroniqueur scientifique ne saurait proposer des définitions de toutes les notions scientifiques qu’il convoque : il fonde alors ses choix sur l’image qu’il s’est construite des connaissances de son lectorat ordinaire, tout comme sur une stratégie de différenciation qui lui permet de faire état de connaissances non possédées par les destinataires : cette maîtrise du médiateur manifeste alors, discrètement, son statut.

  • 6 Pascoli, Gianni (1993) : Éléments de mécanique céleste, A. Colin, Paris (p. 104 et 108).

73Le discours didactique en vigueur dans les manuels (scolaires ou universitaires) semble viser à de premières formulations, impeccablement cristallisées (des définitions) et sur lesquelles on ne revient pas, mais qui servent éventuellement de base à gloses et commentaires oraux de l’enseignant dans une pratique plus interactive de la transmission des connaissances. Ainsi dans un traité de mécanique céleste destiné au second cycle universitaire6, on relève aisément des formulations standardisées comme :

On appelle mois synodique ou lunaison, l’intervalle de temps séparant deux conjonctions consécutives de la Lune et du Soleil (Nouvelles Lunes). En projetant les trajectoires du Soleil (apparente) et de la Lune sur la sphère des fixes, on obtient deux grands cercles dont l’intersection se confond avec la ligne des noeuds lunaires.
On appelle problème principal de la théorie de la Lune, l’étude des mouvements lunaires sous l’action conjuguée de la Terre (supposée sphérique) et du Soleil – la terre se déplaçant sur une orbite képlérienne autour de ce dernier.

74La solution retenue dans ces textes de quotidiens est donc fort éloignée de cette pratique pédagogique, identifiable à ses définitions stabilisées dans leur formulation linguistique, puisqu’on y privilégie une stratégie discrète (appositions) et souple (reformulations), l’essentiel n’étant pas de fixer des connaissances, mais de rendre un texte provisoirement intelligible (voir Beacco 1993).

1.2.4 Un éthos non sérieux

75On ne saurait caractériser ces textes sans considérer leur ton, ou mieux, leur éthos, pour reprendre une catégorie d’analyse remise en honneur par D. Maigueneau, qui en donnait récemment la définition suivante :

Tout discours oral ou écrit suppose un éthos : il implique une certaine représentation du corps de son garant, de l’énonciateur qui en assure la responsabilité. Sa parole participe d’un comportement global (une manière de se mouvoir, de s’habiller, d’entrer en relation avec autrui). On lui attribue ainsi un caractère, un ensemble de traits psychologiques (jovial, sévère, sympathique…) et une corporalité (un ensemble de traits physiques et vestimentaires […] Les divergences entre les genres de discours […] passent aussi par des différences d’éthos : tel discours politique implique un éthos professoral, tel autre le franc parler de l’homme du peuple, etc.
(Maingueneau 1996)

76L’éthos, donc, de ces articles d’information scientifique semble se situer à l’opposé de l’esprit de sérieux qui caractériserait l’élaboration et la transmission des connaissances, au moins dans les représentations que s’en font les nonscientifiques. Cette impression globale résulte de plusieurs facteurs qui sont tous assignables à des marques linguistiques clairement identifiables, même s’il n’est pas toujours aisé d’en dresser une typologie discrète.

77On notera en premier lieu, des ruptures qui permettent à l’oralité de faire irruption dans l’écrit, sous des formes multiples : interjections, points d’exclamation ou d’interrogation venant comme mimer typographiquement l’intonation. Se rencontrent aussi des constructions fréquentes, sinon « caractéristiques », de la syntaxe de l’oral ordinaire.

78Ces marques, qui donnent consistance physique à la matière sonore de la parole interactive, ne sont pas dominantes et ne suffisent pas à créer un effet d’oralité constant, mais elles ne sont pas rares :

[…] les chercheurs échafaudent une théorie qu’ils modifient et enrichissent pendant des années, au rythme des découvertes. Et, soudain, patatras ! Un élément nouveau oblige à remettre tout en cause. (06/03/1998)
Ses résultats, un peu moins bons, semble-t-il, auraient suffi pour découvrir la planète. Hélas ! Il n’avait pas […] (25/09/1996)

79l’une mimant un bruit, avec une connotation enfantine, l’autre manifestant sans surprise l’émotivité (les regrets) du scripteur, qu’il cherche ainsi à partager avec ses lecteurs. On rencontre en attaque de paragraphe :

Non, le domaine d’ISO, c’est celui du froid […] (18/11/1995)

80énoncé clivé, quasiment prototypique de l’oral spontané, qui « lance » une description des domaines du satellite, en opposition avec ses domaines d’intervention supposée (Le domaine qu’il doit observer n’est pas […] Ce n’est pas non plus…), dans le cadre d’une période rhétorique aux contours appuyés. On trouve souvent de simples effets d’interaction, avec des questions dites rhétoriques ou des exclamatives :

[l’homme] sait le système solaire perdu aux confins d’une de ces galaxies. Isolé dans un des bras cette immense structure […] Où, exactement ? Dans une de ces banlieues […] (22/03/1996)

Certains avancent même que les, lois de la gravitation ne s’appliquent plus à très grande distance du Soleil ! (25/09/1996)

81Cette présence de la parole spontanée, incrustée au sein de textes qui respectent par ailleurs d’autres normes de l’écriture sérieuse, suffit à créer ces dissonances limitées qui permettent de « varier le ton » (comme dirait Cyrano), sans remettre en cause le pacte de lecture qui demeure de présenter aux lecteurs des informations scientifiques nouvelles, sous une forme accessible à des non-spécialistes.

82Une autre manifestation de cette tonalité peu académique réside dans l’emploi de jugements de valeur, généralement attribuables à l’énonciateur lui-même, à un degré extrême des échelles axiologiques. Là où le discours de recherche privilégie des appréciatifs comme : intéressant, significatif, frappant, révélateur éclairant, insuffisant… (Beacco 1988, p. 180 et suiv.), les articles du Monde font appel à des positionnements « affectifs » forts du scripteur, dans la meilleure tradition des titres accrocheurs prêtés à la presse dite populaire :

[…] la vingtaine de fragments d’un astre brisé s’étaient écrasés avec une violence inouïe sur la planète géante […] formation de boules de feu incandescentes et d’immenses panaches de gaz […] semblables à de gigantesques explosions atomiques […] les colonnes gazeuses avaient donné naissance à de vastes marques sombres […] (16/01/1997)

83Il est vrai que cette accumulation de notations quantitatives, sous cette forme appréciative superlative, est placée dans le cadre d’une isotopie du spectacle cosmique (avec le jeu habituel sur la valeur descriptive et appréciative de tels adjectifs) et que l’on peut considérer cette concentration comme exceptionnelle dans le corpus considéré. Mais, il est aisé d’identifier des notations appréciatives isolées mais non pour autant de valeur médiane :

Ce visionnaire [Cassini], qui s’intéressait surtout à l’étude de la vitesse de rotation de Jupiter […] (16/01/1997)

Curieusement, personne ne s’était jusqu’alors penché sur les notes de Cassini […] [deux § plus loin] La communauté astronomique internationale va désormais scruter à la loupe les précieux documents […] (16/01/1997)

84On remarquera que, dans les deux cas, les notations appréciatives s’inscrivent dans des chaînes anaphoriques où apparaît en premier lieu le segment non modalisé (Cassini, notes), puis celui marqué par l’appréciation (visionnaire, précieux documents). Il serait révélateur d’examiner les systèmes de valeurs mis en jeu par ces jugements explicitement attribués à l’énonciateur. On ne sera pas surpris d’y rencontrer des axes comme compréhensible/incompréhensible :

[…] a détecté dans cette région du ciel la présence d’une mystérieuse et puissante fontaine d’antimatière située […] (02/05/1997)

l’intuition géniale de Gerard Kuiper, astronome américain […] (07/06/1997)

85Ces réalisations de l’appréciation doivent beaucoup aux « clichés de la langue », combinatoires privilégiées qu’étudie I. Melc’uk, comme en témoignent :

[…] grâce à des miracles de patience […] (07/06/1997)

L’étude des astres trans-neptuniens est riche d’enseignements […] (07/06/1997)

86Ainsi, à côté d’interventions appréciatives effectuées au niveau de l’énoncé (curieusement…, ce qui est surprenant, c’est que…, bien sûr…), où se manifeste une prise en charge modale, somme toute acceptable, même dans le cadre d’un genre de discours d’une certaine officialité, le journaliste ne s’interdit donc pas de qualifier les objets de discours, avec les moyens linguistiques fort apparents d’une phraséologie convenue dans certains genres de textes.

87Les actants (essentiellement les scientifiques) sont mis en scène par un matériel verbal relevant, pour l’essentiel, des verbes (et nominaux) psychologiques, au sens où on peut l’entendre dans le cadre d’analyses formelles (distributionnelle, en particulier ; voir Balibar-Mrabti, 1995). Les astronomes d’hier et d’aujourd’hui sont donnés comme source de propos, directs ou rapportés, au moyen de verbes comme :

« … il est difficile de modéliser le comportement des disques qui les entoure », déplore le chercheur belge. (6/03/1998)
« M. Le Verrier a vu un astre au bout de sa plume », s’extasie Arago. (25/09/1996)
Quant à Marc Lachière-Rey (CEA-CNRS), il déplore « ces annonces fracassantes… ». (23/04/1997)

88La psychologisation de l’élaboration du savoir s’effectue en montrant que ses acteurs sont soumis à des passions et sentiments ordinaires, qui les agitent comme tout un chacun :

[…] ces nouvelles estimations plongent la communauté scientifique dans la perplexité la plus totale. (15/09/1995)

  • 7 Sur ces caractéristiques discursives des chercheurs, voir aussi p. 150.

Un événement pour les astronomes chiliens et européens qui ont placé leurs espoirs dans ces géants […] (23/05/1998)7

89Des chercheurs, jamais à court d’imagination, souffrent et triomphent, s’acharnent en violentes querelles, se délectent au spectacle du cosmos, vivent enfin, comme des hommes qu’ils sont, après tout, en quête de ce savoir qui fait pourtant d’eux des démiurges inquiétants. Ces caractérisations donnent à voir savoirs et savants d’une manière anecdotique mais proche, contournant ainsi l’anonymat des articles scientifiques ou le caractère trop étroitement technique de controverses, dans lesquelles les passions ne peuvent pas ne pas jouer leur rôle, au moins dans les représentations de la science que le scripteur prête à ses lecteurs.

90Cette mise en discours, qui vient révéler l’arrière-cour humaine dans laquelle s’élabore la connaissance, sape la façade de respectabilité des discours de recherche. Mais ceux-ci sont aussi mis à mal par d’autres ruptures de tonalité qui consistent, paradoxalement, à faire intervenir termes et expressions ordinaires, triviales ou humoristiques, dans ce discours de vulgarisation de connaissances, d’autant plus malaisé à communiquer qu’il ne s’appuie pas sur une quelconque expérience immédiate du lecteur, comme pourrait le faire la divulgation médicale. Ce lexique non spécialisé se déploie en métaphores explicatives empruntées à l’expérience commune :

[…] dont la densité dépasse l’imagination, puisqu’une cuiller à café de matière représente dans ces mondes-là le poids de centaines, voire de milliers de locomotives. (02/05/1997)

[…] la loi de Hubble décrivant l’expansion de l’univers qui s’enfle comme une outre avec le temps. (23/04/1997)

Il se pourrait bien que cette « superproduction planétaire » n’ait pas été la première. (16/01/1997)

91Ces écarts par rapport à des formulations scientifiquement contrôlées sont le plus souvent marquées linguistiquement (comme…) ou par la typographie. Mais ces sortes de mises en garde n’empêchent pas que soit ainsi introduit dans un compte rendu scientifique un joyeux bric-à-brac, tendu à élucider, sur le mode pittoresque, faute de mieux, des notions complexes.

92Et l’on peut ajouter à tout ceci, dans le même registre, parodies ou jeux de mots, qui ne semblent pas en relation directe avec l’humour professionnel, mais relèvent de l’exercice courant des jeux sur l’intertexte (sous forme de détournements ou d’allusions) :

Les astronomes vont bientôt regarder le ciel d’un autre oeil (lancement du satellite ISO, 18/11/1995)

C’est le monde à l’envers […] (théorie sur le sens de l’univers, 23/04/1997)

Le centre de notre galaxie vient d’être pris en flagrant délit de violence. (2/05/1997)

Au cœur de la pomme cosmique se cache un vers embarrassant : l’impossibilité d’expliquer […] (6/12/1997)

93Ceux qui sont relevés ici se situent en attaque de texte et, à ce titre, sont sans doute plus « acceptables » parce qu’ils sont isolés et qu’ils sont utilisés comme balises liminaires d’éthos, annonçant la couleur du texte, en quelque sorte. Si cependant, toutes les ressources linguistiques qui créent cette tonalité désinvolte sont utilisés de manière concentrée, cela donne des paragraphes comme celui-ci, extrait du quotidien Libération :

Les naines brunes sortent de l’ombre. Une de ces étoiles ratée vient d’être détectée. Il y en aurait des milliards dans notre galaxie [titre]
L’astronome grenoblois parle d’obscurs objets ardemment désirés. Et se lance dans une extrapolation audacieuse à partir de la première détection d’une naine brune isolée, non « attachée » à une étoile ordinaire. Elles ne payent pas de mine, pourtant, ces naines brunes : des ratées, des « presque étoiles », trop petites pour déclencher en leur sein le feu nucléaire qui fait briller les cent milliards d’étoiles de notre galaxie […] (18/1197)

94Tout y est : accroche, en attaque (dans le titre et dans la deuxième phrase) par l’utilisation d’un terme scientifique, vaguement compréhensible mais non immédiatement élucidé, définition au fil du discours par appositions (non attachée…, des « presque étoiles »), mise en scène du scientifique (se lance dans…), appréciatif (extrapolation audacieuse), allusion (obscurs objets du désir), oralité (énoncé à détachement à droite : elles ne paient pas de mine/ces naines brunes), métaphores ordinaires (feu nucléaire) ou ad hoc (ratées, trop petites) dans une isotopie tératologique (nain/monstruosité), quantification vertigineuse (cent milliards), vocabulaire familier (elles ne paient pas de mine). Si dans les articles du Monde, on identifie les éléments épars d’un paradigme, celui-ci se manifeste dans toute sa cohérence à travers cet extrait, et dans bien d’autres on l’imagine. Il renvoie clairement au choix d’un éthos ludique comme mode privilégié retenu pour représenter l’information des sciences astronomiques.

1.3 Diffusion des connaissances et attentes discursives

95Une telle forme donnée à l’écriture de ce genre de textes de divulgation journalistique ne surprend plus le consommateur : il ne fait l’objet de discussion que dans le cadre d’un examen du rôle social de la diffusion des connaissances et de son efficacité à construire une culture, scientifique par exemple. Il ne nous revient pas de nous prononcer sur ces questions, qui relèvent de la sociologie de la connaissance, mais il existe cependant un versant linguistique à cette problématique.

1.3.1 L’idéologie du « simple »

96C’est en effet une thèse répandue que de réclamer, comme condition sine qua non de leur efficacité, que la diffusion et la transmission du savoir s’effectuent au moyen de textes et de vocabulaire simples. Ces représentations spontanées, qui ont cours même au sein des communautés scientifiques, consistent à valoriser la simplicité, opposée au jargon ou à la complication, à invoquer les caractéristiques profondes de la langue, la fameuse « clarté française », dont on aurait perdu le sens, de recommander un retour aux origines ou même de proposer des simplifications de la langue. Réformée de la sorte, on ne sait guère par quelles voies sociolinguistiques, la langue française pourrait enfin acquérir cette efficacité prêtée à l’anglo-américain, qui assurerait à elle seule la circulation aisée des connaissances. Le risque est grand de redonner vie à des discussions très idéologiques sur l’aptitude des langues à véhiculer tel ou tel contenu. On se focalise, par exemple, sur la longueur des phrases, critère en usage pour les correcteurs stylistiques des logiciels de traitement de texte. Et l’on assimile facilité de compréhension à brièveté, souvent invoquée sous les espèces de l’absence de subordonnées. Dans son idéal de l’écriture de divulgation, P. Laszlo (1993), par exemple, fait certes sa place aux néologismes, aux « heureuses » métaphores, aux formules bien senties et aux images, pour retenir l’attention du lecteur. Mais il insiste aussi sur des conditions minimales de lisibilité : entrées en matière non compliquées ou inutilement tarabiscotées (p. 61), paragraphes courts, style sec et staccato, car : « les lecteurs son ; comme des pies. Tout ce qui bouge, tout ce qui brille les attire » (p. 64). Structures simples, phrases courtes, mots courants et courts, concision d’ensemble, les consignes semblent claires. Le dépouillement discursif garantirait l’accès au sens, mais il faudra se garder de la concision trop elliptique ou énigmatique, celle du carmen religieux, de la formule compacte ou de la poésie.

97Ces notions, « faire court et simple », sont à l’évidence peu faciles à définir explicitement, c’est-à-dire en termes linguistiques, puisqu’il s’agit de textes, ce qui n’en diminue sans doute pas la pertinence, au moins globalement. Mais on ne peut s’empêcher de noter que cette thèse de bon sens, partout présente, est partout mise à mal dans les médias. Les caractéristiques, décrites plus haut, de l’écriture des articles d’information relatifs aux sciences de l’univers ne coïncident pas vraiment avec cette écriture modèle. On peut regretter que cet idéal ne soit pas assez opérationnel, parce que la simplicité dépend largement de critères subjectifs ou non explicites. Mais on ne peut que constater, au moins dans les textes qui nous occupent ici, que cette forme modélisante de la vulgarisation est régulièrement méconnue, toujours invoquée mais rarement mobilisée, comme une vieille idéologie dont on ne parviendrait pas à se défaire, et comme si, après tout, elle continuait à jouer son rôle utile, éminemment moral probablement. Et l’on peine à croire que le faible impact d’un modèle aussi transparent de l’écriture de divulgation des connaissances soit imputable à quelque distraction ou à de systématiques oublis.

1.3.2 Les représentations discursives

98Il semble qu’on peut raisonnablement interpréter tous les traits caractérisant l’écriture des textes de cet ensemble comme convergents. En première approximation, ils participent, comme nous l’avons dit, d’une stratégie de la déceptivité : rien n’est vraiment prévisible ni au niveau macrostructural ni au niveau littéral, ou, à tout le moins, le scripteur s’efforce de surprendre son lecteur, même au moyen de procédés attendus. Surprendre pour ne pas lasser. L’éthos mis en œuvre l’est bien pour sa fonctionnalité : il ne semble pas s’agir de fioritures ou d’élégances gratuites. Si l’information astronomique est donnée à lire sous des dehors plaisants, dont la forme même prête à sourire, c’est sans doute pour mieux captiver le lectorat, dans le cadre de cette autre idéologie de l’écriture et de la transmission des connaissances qui veut que l’on apprenne (mieux) en se divertissant. Si le jeu est une modalité de l’apprentissage, alors l’écriture doit se faire ludique. L’obstacle à l’acquisition de connaissances peut être attribué à une absence de motivation, qu’elle soit initiale (dépendant alors de ce que recherche, ou plutôt, ne recherche pas l’apprenant) ou qu’elle résulte des processus d’enseignement/apprentissage eux-mêmes, et non plus des objets à transmettre, de leur utilité attendue ou de leur intérêt supposé.

99Si l’on interprète correctement cette stratégie d’écriture journalistique, il semble qu’il faille tout simplement la mettre en relation avec une autre écriture, érigée en anti-modèle. Et celui-ci n’est pas difficile à identifier, car on ne voit pas ce que l’on chercherait à contourner sinon le discours scolaire. L’école ellemême ne se prive d’ailleurs pas d’employer scolaire avec une valeur appréciative de nette stigmatisation. Est ainsi construite en creux l’image d’une institution et de ses discours, qui n’ont pas toujours bonne presse, l’école étant souvent accusée de tous les maux. Le discours scolaire, celui des manuels au moins, serait ennuyeux : sans surprise, parce que lourdement structuré (intertitres explicites, gras ou italiques pour souligner les éléments importants ou à retenir du texte), terne et sans écarts parce que calibré (identité des actualisations d’un même objet de discours dans un paradigme désignationnel, identité de structure syntaxique des définitions), ou encore, académique et froid (aucune place n’y est faite à la langue vivante, aux néologismes révélateurs), fabriqué pour être mémorisé, sans que finalement la langue y soit autre chose qu’un véhicule neutre. La violence faite par ce discours didactique au foisonnement vital de la langue, à ses possibilités combinatoires immenses, qui se trouve comme réduite à un code, est à l’origine de cette représentation d’un genre discursif, anti-discours dont il convient de se démarquer à tout prix.

100De la sorte, c’est bien une représentation du discours qui conditionne ce discours médiatique d’information scientifique (et d’autres), c’est du moins l’hypothèse que nous retiendrons ici. Les caractéristiques de ces textes s’interprètent dans ce jeu d’images : image que s’est constituée le scripteur des attentes discursives de son lectorat, auquel on prête une certaine aversion, enracinée dans l’expérience scolaire, du discours des manuels d’enseignement, attentes discursives des lecteurs qui souhaitent retrouver dans leur quotidien non seulement des informations pertinentes mais aussi des mises en scène discursives qui soient compatibles avec leur représentation de la « belle écriture ». Dans ce jeu complexe de schématisations des discours, il semble qu’on se préoccupe finalement peu de savoir si les informations scientifiques seront interprétées correctement, si elles donneront naissance à des représentations de l’univers conformes à l’état des connaissances. Les textes journalistiques sont véritablement des produits qu’il importe de positionner convenablement dans le marché des discours, produits textuels qui, selon les segments, reçoivent telle ou telle allure énonciative en fonction des « besoins » du consommateur. Il n’est pas aisé de prendre position sur le fond, c’est-à-dire sur les responsabilités des médias dans la diffusion des connaissances au sein d’une société démocratique ; au moins avons-nous souligné les conséquences concrètes, linguistiques pour le coup, des conditions de production et de réception des discours sur leurs formes. Il semble bien se confirmer, dans le secteur des médias comme pour d’autres périodiques ou pour l’édition, que la mise en discours des connaissances astronomiques aux fins de leur diffusion est davantage modelée par les conditions de réception et de circulation des textes que par des exigences internes aux savoirs concernés.

2 Astronomie, (astro)physique et métaphysique*

  • * Ce développement a été rédigé par Geneviève Petiot, maître de conférences, université Paris III.

101Si les lecteurs d’astronomie dans les quotidiens sont sensibles à certaines formes d’écriture, leur intérêt pour cette discipline et toutes celles qui se rapportent à l’espace ne réside pas uniquement, on s’en doute, dans des formes discursives. L’astronomie peut aussi attirer et séduire parce qu’elle est une discipline tournée vers l’avenir – une science fiction réalisée – et qu’elle présente tous les charmes et toutes les angoisses de la prospective. Mais l’astronomie vient de loin et elle charrie avec elle toutes les méditations sur l’infini que peut déclencher la simple contemplation des nuits étoilées. Infini, univers, vertiges cosmologiques, autant de dimensions qu’une science exacte se doit d’ignorer mais qui se font jour, avec insistance, dans les discours de diffusion vers l’extérieur de la communauté scientifique.

102Pour examiner comment l’astronomie gère des problématiques métaphysiques, nous avons choisi d’interroger des textes encyclopédiques, dégagés des exigences de l’actualité et tenus à une certaine systématicité, qui comporte nécessairement un retour épistémologique sur soi-même et sur les frontières disciplinaires, où pointe alors l’interrogation philosophique.

103Pour ce faire, parmi les nombreux ouvrages consacrés à l’astronomie et publiés dans les années 90, ceux que nous avons retenus présentent les caractéristiques communes suivantes :

  • leurs auteurs sont des spécialistes mondialement reconnus ;
  • ils s’adressent à un large public, et s’attachent aussi bien à vulgariser les connaissances scientifiques qu’à faire œuvre culturelle ;
  • loin de récuser les problèmes métaphysiques, ils les considèrent comme appartenant de plein droit aux réflexions fondées par leur discipline scientifique.
  • 8 Ouvrage sous la direction de P. Léna, professeur à l’université Paris Vil-Denis Diderot et associé (...)

104Ces données nous permettent d’examiner ensemble ces publications, malgré leurs diversités (voir corpus d’étude en fin de chapitre). Ainsi, Les Sciences du ciel8, ouvrage collectif dû à des enseignants-chercheurs, propose un sixième (et avant-dernier) chapitre de sa première partie intitulé Aux frontières de la métaphysique. Il s’agit en fait d’une sorte de conclusion de cette partie, longue de quelque 18 pages, précédant les deux autres sections, plus spécialisées, traitant de « Concepts et vocabulaires ».

105Deux autres textes font partiellement écho à ces préoccupations philosophiques : deux numéros hors série, l’un de l’hebdomadaire le nouvel Observateur, l’autre de la revue la Recherche, dont la responsabilité a été confiée à J. Silk. Si le second est tout entier consacré aux recherches contemporaines en cosmologie, le premier ne leur consacre qu’une partie des articles et entretiens qui le constituent.

  • 9 A. Jacquard, « professeur aux universités de Paris et de Genève » (4e de couverture).

106En cours d’étude, nous pourrons constater la convergence entre les questions scientifiques et philosophiques posées dans ce corpus et certaines des réflexions d’A. Jacquard9 dans son livre Voici le temps du monde fini ainsi que des critiques et propositions formulées par J.-M. Lévy-Leblond, dans son ouvrage La Pierre de touche. La science à l’épreuve. Ces rapprochements devraient permettre de préciser ce qu’on peut entendre par « métaphysique » et les rapports envisageables, à la fin du XXe siècle, entre cette discipline et l’astronomie, ainsi qu’avec la science de façon plus générale, car les deux derniers savants cités, fort connus dans les domaines scientifiques mais aussi dans l’opinion publique, ne sont pas astronomes.

107Les relations posées dans le corpus entre science et métaphysique seront donc étudiées tout d’abord à travers des données lexicales et des formes linguistiques (types de phrases, modes verbaux) qui permettent au lecteur d’appréhender, à partir de mots ambivalents, les exposés de connaissances et les spéculations philosophiques, puis, à partir des problèmes considérés comme ayant à voir avec la métaphysique, enfin, dans la « quête du sens » à laquelle se livrent les différents auteurs, astronomes ou non. Ce qui devrait permettre de dégager une attitude commune, de type épistémologique, qui tend à redéfinir le statut social et intellectuel de la science contemporaine.

2.1 La mise en forme linguistique

2.1.1 Les formes linguistiques : indices de glissements de la connaissance à la spéculation

  • 10 1966. Problèmes de linguistique générale, 1, 5e Partie L’homme dans la langue, II « L’appareil for (...)

108Les connaissances tenues pour des acquis scientifiques sont exposées, conformément aux valeurs des modalités d’énonciation, par des phrases assertives, et les formes verbales y sont employées en fonction des règles de l’énonciation historique, analysées, en particulier, par Benveniste10, ce qui renforce l’impression de constat, et, indirectement, celle d’une progression vers plus de vérité scientifique. Le lissage produit par ce déroulement d’assertions et de passés simples, voire de passés composés (variante ici du passé simple) et d’imparfaits, gomme du même coup les débats, les polémiques et les va-et-vient de la recherche scientifique. S’agissant des tâches à accomplir par les chercheurs, à la suite de ce qu’ils ont déjà fait, c’est le futur, situé en droite ligne du présent de l’actualité, qui s’impose dans des énoncés, eux aussi assertifs, mais en prise sur la situation contemporaine, et relevant, de ce point de vue, de l’énonciation discursive. Le simple examen des formes verbales conjuguées fait ainsi apparaître une organisation systématique, distinguant les connaissances avérées, ou du moins reconnues comme telles, constituant le savoir cumulatif en matière d’astronomie, et la présentation d’hypothèses, à valider ou à rejeter. S’en dégagent les conditionnels et les quelques phrases interrogatives, qui organisent les prolongements des exposés, et qui, plus précisément, abordent des problèmes, tant scientifiques que philosophiques, encore sans réponse reconnue par la communauté scientifique. Le vocabulaire, lui aussi, participe à ces changements discursifs :

L’[…] interrogation […] sur la pluralité des mondes habités ou, pour la formuler en termes plus modernes, sur l’existence de formes de vie ailleurs que sur la terre, demeure.
(Les Sciences du ciel, p. 187)

109Ces données formelles organisent donc un discours hétérogène, l’un narratif et l’autre spéculatif, le premier rendant compte de l’histoire, chronologique, de la discipline, le second interrogeant les connaissances actuelles et se projetant sur l’avenir des découvertes, observations et explorations à mener à bien pour valider les hypothèses fondées par la théorie standard du big bang.

110À titre d’illustration, citons ces quelques lignes de la Recherche comme exemplaires de ce fonctionnement :

Elle [Virginia Trimble] expose en détail comment les cosmologistes, Edwin Hubble en tête, ont provoqué en quelques années un changement radical de paradigme : le passage d’un Univers statique à un Univers en expansion, issu d’une singularité de Γ espace-temps. […] Depuis quelques années les cosmologistes s’intéressent tout particulièrement à la minuscule fraction de temps (10 seconde !) qui a suivi l’explosion primordiale. C’est en effet à cet instant, où se rencontrent la mécanique quantique et la cosmologie, que se joueraient l’origine et l’avenir du cosmos, comme l’explique Alexander Vilenkin (p. 26).
(la Recherche, J. Silk, p. 9)

111En revanche, le nouvel Observateur, variant articles et interviews, réserve la phrase interrogative à la rédaction journalistique censée diriger ces entretiens avec des chercheurs mondialement connus. On retrouve là la forme déjà largement analysée du dialogue vulgarisateur, et le rôle du meneur de jeu, constitutifs de toute une tradition de la vulgarisation scientifique (voir Mortureux 1982). Deux modes de diffusion de connaissances se rencontrent donc, celui de l’exposé didactique et celui de l’entretien. Contrairement aux apparences, le second est plus explicite et plus dirigiste que le premier, qui laisse le lecteur formuler ses propres questions, quitte à ne pas leur apporter de réponses.

112Les quelques traits dégagés (fonctionnement mimétique de la démarche historique de l’astronomie par la narration chronologique de ses découvertes, mise en scène de l’expérience fondant la découverte et le concept, mise en récit rejeté dans le passé, quelques marques formelles discrètes de l’énonciation discursive, des nous encourageants pour le non-spécialiste qu’est le lecteur), dessinent quelques-uns des fonctionnements de ce discours de vulgarisation scientifique.

2.1.2 Dénommer la discipline scientifique. Astronomie, astrophysique, cosmologie ?

  • 11 Dictionnaire des sciences (Hachette).

113L’emploi des trois noms composés, comme dénominations de disciplines scientifiques, pose le problème de leur définition et de leur délimitation. Ainsi, astronomie est défini par le Dictionnaire des sciences4 comme « la plus ancienne des sciences, étudiant les mouvements des corps célestes, puis leur structure et leur évolution » ; astrophysique, étant, pour Les Sciences du ciel, le regroupement de « l’ensemble des théories et des modélisations physiques des phénomènes et objets observés dans l’Univers, au-delà des frontières terrestres » (p. 224-225), elle englobe alors l’astronomie, la cosmologie se limitant à l’étude de « la structure, l’évolution et si possible l’origine de l’Univers dans son ensemble »11.

114Ces chevauchements définitionnels se retrouvent dans le corpus, d’autant plus que, pour Les Sciences du ciel, l’astronomie est « la discipline scientifique qui regroupe toute étude observationnelle ou théorique permettant d’observer et de décrire l’Univers, au-delà des frontières terrestres » (p. 224).

115Il y a, selon les définitions, synonymie partielle et/ou intersection entre les trois termes. D’autre part, les textes évoquent plus ou moins précisément le rôle religieux, voire prophétique, confié à l’astronomie dès ses débuts. La vie de Galilée et sa condamnation par la papauté en sont les signes proches, ainsi que l’évocation de l’astrologie. Seul, le numéro de la Recherche recourt aux termes cosmologie, cosmologistes, même si les auteurs « cosmologistes » travaillent dans des départements de recherche, américains ou anglais, d’astronomie.

Physique, astrophysique, métaphysique

  • 12 Robert méthodique : deux entrées méta- : Élément qui signifie « qui est au-delà, qui englobe (ce q (...)

116Le terme d’astrophysique, couramment employé, et concurremment avec astronomie, attire directement l’attention, par sa composition même, sur les relations lexico-sémantiques existant entre les trois termes physique, astrophysique, métaphysique, ce dernier se définissant, par sa propre composition, comme la discipline qui vient après les deux premières, et se situe au-delà. Conformément aux analyses de l’élément méta- présentées par J. Rey-Debove12, cette double valeur est en effet assignable au méta- du troisième terme dans notre corpus. La relation de motivation lexicale qui unit les trois mots facilite ainsi la lecture du corpus, et, en ce sens, épistémologie et métaphysique ont partie liée.

117Ces deux sens peuvent se lire dans l’emploi de métaphysique : « qui est audelà de la physique », « qui vient après la physique », en ce qui concerne notamment l’organisation spatio-temporelle de l’Univers, objet d’étude de l’astrophysique, et en ce qu’il semble organiser la succession des exposés de la première partie de l’ouvrage dirigé par P. Léna.

118On peut donc voir dans cette occurrence soit un jeu sur les signifiants et sur les signes, soit une polyvalence des relations discursives entre (astro)physique et métaphysique.

Des vocables ambivalents : absolu/relatif, (in)fini

119L’emploi des trois adjectifs absolu, relatif, infini a valeur de repère, au cours des exposés de l’histoire de la science, dans Les Sciences du ciel, de changements théoriques de la discipline. Ainsi, les noms de Newton ou Leibniz sont liés à la notion d’un espace absolu, « un éther dont le concept persista jusqu’au début du XXe siècle » (Les Sciences du ciel, p. 145) et ce n’est qu’en 1904 que Poincaré, puis, en 1905, Einstein élèveront la relativité « au rang d’un grand principe » (p. 146). La théorie de la relativité générale « fait [alors] jouer un rôle complètement nouveau à l’espace-temps […] : il n’est plus absolu, mais dépend explicitement de la distribution de la matière et de l’énergie, cette dépendance étant décrite par les équations d’Einstein » (p. 146).

120Définis strictement d’un point de vue scientifique, ces adjectifs n’en associent pas moins, pour les lecteurs non spécialistes, le sens philosophique (métaphysique) et leur emploi scientifique. La représentation commune de l’espace et du temps, au sein desquels se déroule la vie humaine, est en effet affectée par la théorie d’un univers en expansion, résultat de la théorie explicative de la relativité généralisée. Là encore, histoire, connaissances scientifiques et interrogations philosophiques se mêlent.

  • 13 Ce schéma figure à la première des pages de la revue consacrées aux exposés théoriques.

121De même, il n’est guère possible de ne pas mettre en relation « Les trois infinis », titre emblématique et clin d’oeil d’un schéma de la Recherche13 aux « deux infinis » de Pascal. La superposition des domaines mathématique et religieux dans Les Pensées (voir Morel et Petiot 1994) et la construction de la méditation pascalienne accompagnent sa lecture, pour le lecteur honnête homme du XXe siècle. S’il vise à illustrer l’un des maîtres-mots de l’astrophysique contemporaine, complexité, il n’en est pas moins mis en relation avec d’autres infinis.

122Ce qui fonde l’affirmation de l’éditorial de la revue :

Ainsi, l’émergence d’un modèle d’Univers en évolution, issue d’une singularité primordiale, est un événement dont on n’a pas fini de mesurer l’impact.
Pour le philosophe des sciences Milton K. Munitz, cet impact serait aussi considérable que ne le fut l’impact de ce qui est communément convenu d’appeler la révolution copernicienne.
(la Recherche, p. 5)

123Même strictement redéfinis dans le cadre de la théorie de la relativité générale, certains termes, aussi bien ceux qui dénomment l’activité scientifique que ceux qui déterminent structures, mouvements et concepts, peuvent donc contribuer à réunir questions scientifiques et préoccupations métaphysiques.

124A. Jacquard emploie l’un des pôles de l’antonymie fini/infini non seulement dans le titre de son ouvrage, mais également dans cette réflexion initiale :

Le cadeau le plus riche rapporté par Armstrong et Aldrin de la mer de la Tranquillité n’est pas un échantillon du sol lunaire ; c’est la photographie de notre Terre vue au loin, la si belle petite planète bleue. […]. Toute une vision de notre destin en est bouleversée. Pendant des centaines de millénaires, nous avons cru notre domaine illimité. Depuis quelques siècles nous avions compris, grâce à Copernic et Galilée, que nous vivions sur une sphère. […]. Nous ne pouvons plus oublier notre condition : la portion du monde qui nous est accessible est terriblement étroite. Nous sommes prisonniers.
Pour l’Homme, « le temps du monde fini commence ».
(Voici le temps du monde fini, p. 9)

125Sa réflexion touchant à la condition humaine, prisonnière de la planète bleue, se fonde ainsi sur la connaissance scientifique de la place qu’occupent la terre, « infime élément du cosmos », et l’homme au sein de cet univers complexe et en expansion.

126L’inversion historique et épistémologique des antonymes polaires absolu/relatif, fini/infini accompagne le changement de représentation de l’univers, et les bouleversements qu’il entraîne dans le monde de la philosophie. La modification des connaissances bouleverse, en effet, les représentations du cosmos, et de la place de l’homme dans l’univers.

127On l’a vu, le concept d’Univers en expansion, fondé par la relativité générale, a valeur de « révolution » scientifique et épistémologique. L’antonymie réalisée par la paire lexicale expansion (avec sa variante dilatation/contraction) synthétiserait l’histoire (et le devenir) de l’univers. La polémique relative à la théorie du big bang se fonde notamment sur cette opposition, ainsi que les prédictions concernant l’avenir du cosmos qui, pour certaines, envisagent l’éventualité, « si la densité est insuffisante », d’un Univers [qui] se dilatera et se refroidira éternellement. Il s’agirait là d’un « Univers ouvert et infini », selon les mots de la Recherche.

128Le mouvement vers la complexité apparaît alors comme la loi cosmique, ce qui n’élimine pas le hasard, ainsi commenté par A. Jacquard :

Il se trouve qu’aucune des forces en présence n’a pu jusqu’ici imposer son jeu ; notre univers a échappé à l’uniformité du fer ou de l’hélium comme à l’annihilation dans un trou noir. […] Nous appartenons à celui [l’univers], ou à l’un de ceux qui ont « réussi ». Cette réussite consiste en un déséquilibre permanent qui a provoqué la réalisation d’objets les plus divers, et parfois les plus complexes. Cette complexité, un des maîtres mots du discours scientifique actuel, caractérise une structure composée de nombreux éléments, ayant chacun de nombreuses caractéristiques et développant entre eux de multiples interactions non linéaires ; de plus, les frontières de cette structure sont poreuses, lieux de multiples échanges avec l’environnement. […] pour résumer ces effets, on peut présenter notre univers comme lieu d’un élan vers la complexité. […] Il se trouve que, sur notre Terre, ce mouvement vers la complexité a subi une accélération décisive.
(Voici le temps du monde fini, p. 84-85)

129Liant l’évolution du cosmos et bien évidemment celle de la terre, la science contemporaine pose donc des problèmes qui débordent la science et qui sont de l’ordre de la philosophie. La diffusion scientifique est ainsi nécessairement liée à la recherche du sens, ou, à tout le moins, d’un sens. C’est ce qu’explicite le même auteur :

Ces révolutions ont transformé le sens des mots utilisés par les scientifiques, mais l’homme de la rue n’en a guère été informé, en tout cas il n’en a guère perçu les conséquences. Un aggiornamento de notre compréhension du réel est aussi nécessaire à notre société que celui voulu par le pape Jean XXIII pour son Église. Il est urgent de porter sur le monde et sur l’homme un regard nouveau.
(Voici le temps du monde fini, p. 11)

130rejoignant les affirmations de P. Léna :

Bien plus que d’autres sciences, elle [l’astronomie] se tient au carrefour de la métaphysique : questions d’origine, d’infini, de place de l’homme dans l’Univers.
(Les Sciences du ciel, Préface, p. X)
Inutile alors d’être surpris qu’elle [l’astronomie] rencontre sur son parcours les grandes questions épistémologiques et métaphysiques qui s’interrogent sur la nature même de la connaissance, de la capacité qu’a l’homme de connaître […]
(ibid., Introduction du chapitre 6, p. 141)
De par son champ d’investigation aussi vaste que le monde même, l’astronomie n’a cessé de côtoyer la métaphysique, de l’obliger à se transformer. La métaphysique pose avec l’acuité de la philosophie et la rigueur de ses outils la question du sens, celle de l’existant ; […]. D’Aristote à Leibniz, de Kant à Einstein, l’astronomie fut présente, qui accompagna les grands changements de représentation du monde, […]. Elle l’est encore aujourd’hui […].
(ibid, Conclusion de la première partie, p. 189)

2.2 Questions d’astrophysique et problèmes métaphysiques

2.2.1 Situer les relations entre la science et la métaphysique

131Deux expressions les réalisent. La première se construit autour du mot « frontière ». On la lit en fonction du titre du 6e chapitre (1ère partie) de l’ouvrage dirigé par P. Léna, Aux frontières de la métaphysique, et on la retrouve dans les propos d’H. Reeves portant sur la théorie du big bang :

Jusqu’à une seconde après le big bang et au-delà, la science est en fabrication. Elle n’est pas un discours achevé. Elle dessine la frontière entre physique et métaphysique. Contrairement à une opinion répandue, l’astrophysique ne se donne pas pour objet d’expliquer la création de l’univers, qui est sous-entendue dans la question des origines. Ses prétentions sont beaucoup plus modestes.
(le nouvel Observateur, H. Reeves, p. 21)

132Le premier syntagme est lié à questions d’origine, d’infini, de place de l’homme dans l’Univers, toutes questions reformulables par temps et espace.

133Le second syntagme, Au carrefour de la métaphysique, se lit dans le même chapitre VI.

134Leur ambiguïté syntaxique en fonde deux lectures : « il y a des frontières communes entre la métaphysique et l’astronomie », « la métaphysique est un carrefour ». Ces deux interprétations ne sont pas paraphrastiques entre elles, et organisent différemment les relations entre les deux disciplines. En effet, la première expression trace les limites entre des disciplines et leurs champs de pertinence, tandis que la seconde fait de la métaphysique un lieu (de convergence ? d’aboutissement ?) entre disciplines différentes, donc une discipline en ce cas difficilement délimitable. L’ensemble du contexte textuel d’une part, disciplinaire de l’autre, permet de lever l’ambiguïté en faveur de la première interprétation, la métaphysique n’étant en effet envisagée, dans le corpus, qu’à partir du point de vue de l’astrophysique et de l’astronomie, sans que jamais une définition stricte et explicite n’en soit donnée.

135Cependant, les champs n’en sont pas moins à définir, ainsi que le rappelle l’éditorial de la Recherche :

Il serait naïf de penser que la cosmologie contemporaine, dans son souci de rester dans les limites d’une démarche scientifique, ait totalement renoncé à cette question du sens, l’abandonnant aux réflexions des métaphysiciens et des théologiens. Et si l’on peut admettre que les interrogations d’ordre métaphysique ne jouent plus de rôle explicatif, la cosmologie n’en « vit-elle » pas pour autant, à sa manière ? (p. 5).

136Approfondissant le même problème, celui du partage des disciplines, dès l’Entrée en matière, J. Silk, responsable de ce premier numéro hors série de la revue, conclut, pour sa part, la présentation d’articles traitant des « arguments anthropiques », et d’une « version audacieuse » proposant de voir l’Univers comme « fruit d’un processus de sélection de type darwinien » de la manière suivante :

Ces raisonnements sont malheureusement plus métaphysiques que physiques. Une explication physique des propriétés de l’Univers (dimension, courbure, densité, etc.) est apportée par l’inflation, (p. 9)

  • 14 « Physicien théoricien à l’université de Pennsylvanie ».

137alors, que dans cette même revue, Lee Smolin14 revendique « une construction darwinienne de l’univers » :

La question de savoir pourquoi notre Univers est fabriqué avec les lois de la nature que nous connaissons, et pas d’autres, ne doit pas être laissée aux métaphysiciens. Elle relève du champ de la science, (p. 109)

138La délimitation disciplinaire tiendrait moins, en ce cas, aux questions abordées qu’au traitement qui leur est appliqué, conformément à la définition de toute science. La revendication du sens comme objet d’étude de l’astrophysique n’en est pas moins explicite. Couramment lié au « pourquoi ? » le métaphysique aurait à répondre au « comment ? » et à se construire, en les prolongeant, sur des connaissances fondées et validées : métaphysique et épistémologie se rejoignent.

2.2.2 Les problèmes abordés par l’astrophysique

139Ces questions peuvent être regoupées en trois rubriques : les origines, le temps et l’espace, la vie.

La question des origines

140Elle inclut le sens qu’il convient de donner à « origines », ce que H. Reeves s’efforce d’éclairer, dans le nouvel Observateur :

L’objectif des cosmologies traditionnelles est d’abord de fonder une morale, le but de la science n’est pas de proposer une morale, mais de découvrir ce qui s’est réellement passé au moyen de théories qui puissent être étayées par des observations, (p. 19)

141citant notamment la réponse de Galilée aux dominicains : « Dites-nous comment on va au ciel et laissez-nous vous dire comment va le ciel ».

142La délimitation des disciplines permet de poser la question du sens des origines, qui rejoint celle du cosmos, ainsi formulée par A. Jacquard :

La répartition est identique à celle annoncée par la théorie, dans l’hypothèse où la purée initiale était rigoureusement homogène. Oui, notre univers était, au départ, sans structure. […] L’élan complexificateur, quinze milliards d’années plus tard, n’est pas essoufflé ; il est toujours à l’œuvre. Son efficacité n’a pas été partout la même. […] ; parmi ces vivants, il a réalisé son chef-d’œuvre de complexité, moi, un homme.
L’histoire de l’homme intégrée à celle du cosmos commence avec le Big Bang. Ce cheminement a abouti à un être qui bouleverse le cours des événements.
(Voici le temps du monde fini, p. 103-104)

  • 15 J. Delumeau, « historien, membre de l’Institut et professeur honoraire au Collège de France », les (...)
  • 16 Même si son parrain, F. Hoyle, « ancien directeur de l’Institut d’astronomie théorique de l’univer (...)

143rappelant, indirectement, la définition même d’astronomie, puisque son objet d’étude est formé des « mouvements des corps célestes, puis [de] leur structure et [de] leur évolution ». La création du monde, objet de nombreux « mythes cosmogoniques »15, ne relève pas de l’astronomie (astrophysique), ce qui fixe la frontière entre cette science et la métaphysique. Les « origines » ont donc un nom, très majoritairement revendiqué par les savants, le « big bang16 », et excluent ce qui le précède. Ce que J.-M. Lévy-Leblond explicite en ces termes :

l’instant « initial » ne peut être considéré comme le début des temps, comme un instant zéro. À proprement parler, il n’appartient pas au temps, n’a pas de commencement. Ainsi, on peut affirmer que 20 milliards d’années se sont écoulés depuis le big-bang, sans pouvoir dire qu’il s’est produit il y a 20 milliards d’années… Il est donc injustifiable d’interpréter ce scénario cosmogonique comme une création ex nihilo ; n’étant pas dans le temps, le big bang n’a évidemment pas « d’avant » et n’est pas un commencement.
(La Pierre de touche, p. 147)

144Le consensus des spécialistes sur la question des « origines » est explicité : le big bang n’est pas une nouvelle Genèse et il n’y a pas, dans l’état actuel des connaissances, « d’origine des temps, du temps », malgré l’opinion de F. Hoyle, G. Burbridge et Jayant V. Narlikar, les « sceptiques de la théorie du big bang », qui lui reprochent, dans la Recherche :

sa popularité [qui] tient en partie au fait que l’idée d’un commencement est, avec la Genèse, un thème central de la religion occidentale, (p. 104)

145La théorie du big bang et/ou de « l’explosion primordiale » pose donc, de façon renouvelée, le problème, considéré jusqu’ici comme métaphysique, des origines.

Big bang, explosion primordiale

146On le sait, c’est par dérision que F. Hoyle, son détracteur, a baptisé « big bang » la théorie qu’il contestait de l’explosion initiale. Mais le terme s’est répandu et imposé. Si quelques variations mineures (emploi de lettres initiales minuscules ou majuscules) affectent sa réalisation graphique, la régularité d’emploi de l’adjectif manifeste le figement, et donc la stabilisation lexicale, soulignée a contrario par l’emploi de « initiale » dans la réfutation de la théorie dite standard par G. Burbridge, F. Hoyle et Jayant V. Narlikar :

Mais, dans notre théorie alternative, c’est la pression négative produite par les particules d’énergie négative qui engendre l’expansion observée dans l’Univers, et non une hypothétique explosion initiale.
(la Recherche, p. 106)

147La définition de la synapsie pose la synonymie entre les deux dénominations :

explosion primordiale. Expression française désignant le Big Bang. (Dictionnaire de l’astronomie),

148dont la seconde est cependant moins courante que la première.

149La représentation iconique (voir Jacobi 1987 et Petiot 1993) de la théorie standard, qui accompagne l’exposé explicatif, dans Les Sciences du ciel et le nouvel Observateur, complique les choses, par sa volonté de simplification. Chacun des schémas proposés illustre en effet la diffusion d’une explosion à partir d’un point, et telle que pourrait l’enregistrer un observateur extérieur au lieu où elle se produirait. Or, ainsi que le rappellent les textes qui les accompagnent :

Le phénomène explosif classique est reconnu comme tel, car vu de l’extérieur par un observateur qui n’y participe pas. Dans le cas de l’Univers pris dans son ensemble, il n’y a pas d’extérieur. Même pendant « l’explosion primordiale », c’est la comobilité qui prévaut (c’est-à-dire l’immobilité dans un système de coordonnées qui suit les déformations de l’espace) ; c’est l’espace lui-même qui se dilate au cours du temps.
Du point de vue de l’Univers pris globalement, il n’y a pas de différence essentielle entre l’expansion telle qu’elle se déroule actuellement et celle des premiers temps : seules les conditions physiques changent.
(Les Sciences du ciel, p. 147)
La théorie du big bang n’affirme pas que l’univers naît en un point. Cette vision, très en vogue chez les vulgarisateurs et les cinéastes, n’est pas sans doute sans quelque risque de confusion. Si l’univers est homogène, cela veut dire que l’univers naît partout, en chaque point. C’est comme si chaque point était en explosion.
(le nouvel Observateur, H. Reeves, p. 21)

150La cohérence théorique et, tout particulièrement, les termes-concepts homogénéité, complexification croissante, définissent ainsi scientifiquement le big bang et contredisent la signification induite par les schémas. Les difficultés de la vulgarisation scientifique et les risques de confusion, voire d’erreur, seraient ainsi notamment liés aux moyens pédagogiques qui visent à faciliter la compréhension par le public visé. Le schéma abstrait fait ici obstacle, car il représente le big bang comme un phénomène bien connu des lecteurs, le réduisant à ce qu’il n’est pas, ce que renforce la superposition du terme dénommant la théorie et du mot courant. Ce faisant, il rejoint l’image du big bang comme origine de l’Univers, interprétation d’ordre métaphysique, récusée par les spécialistes. La lisibilité visée renforce les préjugés culturels courants, en l’occurrence métaphysiques.

L’Univers et son devenir

151Traité, ou non, comme entité unique marquée par l’initiale majuscule, le terme univers ne figure pas comme entrée du « vocabulaire » recensé et défini par Les Sciences du ciel dans sa deuxième partie ; en revanche, il fait l’objet d’un article dans le Dictionnaire de l’astronomie, qui propose cette première définition :

Univers n.m. Ensemble de tout ce qui existe (les astres et le milieu qui les sépare).

152Celle-ci est suivie de deux sous-articles, le premier introduit par « Encycl. », et le second par « Évolution future ». L’article lui-même se termine ainsi – c’est la conclusion du second sous-article :

La solution de cette énigme de la masse « cachée » conditionne donc la réponse au problème du destin de l’Univers.

153Si univers est couramment compris comme « le monde des hommes », l’astronome (astrophysicien) est bien éloigné de cette acception. Il l’est tellement que :

l’[…]interrogation […] sur la pluralité des mondes habités ou, pour la formuler en termes plus modernes, sur l’existence de formes de vie ailleurs que sur la terre demeure.
(Les Sciences du ciel, p. 187)

154Le devenir prédictible par la théorie standard du big bang, sous forme d’hypothèses, hypothèque ainsi la représentation actuelle et courante de la place de l’homme dans le monde.

155Or, l’avènement du « monde fini » qu’est la terre et la convergence des hypothèses sur la vie extra-terrestre ne confient plus à l’humanité le rôle d’alpha et d’oméga de la création. Ce que lui signifie J.-P. Luminet :

Or il n’est pas sérieux de considérer l’homme comme le but suprême de l’organisation cosmique. En ce qui concerne les origines de la vie, notre connaissance est limitée à ce grain de sable qu’est la Terre.
(le nouvel Observateur, J.-P. Luminet, p. 43)

156L’une des conditions du traitement par la métaphysique du savoir des astrophysiciens est le dépassement d’un certain état de l’humanisme, marqué par l’anthropocentrisme, et la refondation d’une épistémologie « moderne ».

Espace et temps, Espace-temps

157La deuxième partie des Sciences du ciel consacre environ six pages à définir temps, distribué en onze entrées. Le Dictionnaire de l’astronomie, pour sa part, regroupe sous une entrée temps cinq sous-entrées : temps sidéral, temps solaire, temps universel, temps atomique international, temps universel coordonné. Et le Dictionnaire encyclopédique Larousse indique le domaine de l’astronomie dans la deuxième définition en relevant Temps sidéral, Temps solaire vrai, Temps solaire moyen, Temps civil, Temps universel, Temps universel coordonné.

158La taille des articles consacrés au terme, et aux concepts qu’il désigne, prévient le lecteur de la multiplicité et de la complexité qu’il recouvre, l’éloignant du même coup d’une lecture imposant sa conception courante, et strictement délimitée par les moyens de mesure connus.

159L’objet du chapitre VI (1ère partie) des Sciences du ciel n’est pas de proposer des définitions, mais d’exposer et d’illustrer le bien-fondé des propos tenus dès l’introduction du sous-chapitre Le temps et l’espace :

Dans la physique et l’astrophysique modernes, le temps ne saurait se penser indépendamment de l’espace. La conception actuelle, celle d’un espacetemps non absolu, dépendant de son contenu matériel et énergétique, est le fruit d’une longue évolution, elle-même intimement liée au principe de relativité et aux théories successives qui en découlent. (Les Sciences du ciel, p. 142)

160L’exposé qui couvre plus de quatre pages se fait selon un ordre chronologique. L’histoire de l’astronomie a ici deux fonctions : l’une, de vulgarisation à usage des lecteurs, l’autre, d’explication interne au texte. Ce faisant, il fait entrer les lecteurs dans la démarche heuristique de la science et en mime les procédures. L’objectif n’est pas seulement d’exposer des résultats, les connaissances constituées, mais les principes et les démarches fondamentaux d’une science, visant autant la diffusion que la dimension encyclopédique du savoir acquis.

161Les intertitres se conforment à cette visée. On est à la fois plus près, semblet-il, de « l’histoire des grands hommes », située dans une perspective rétrospective, histoire qui éclaire les connaissances contemporaines, que dans une réflexion épistémologique et historique de la discipline, et d’un exposé didactique de type encyclopédique. Ces précautions pédagogiques ont pour objectif la compréhension des modifications, voire des révolutions, conceptuelles opérées au cours de l’histoire de la discipline et des déplacements philosophiques qu’elles ont entraînés. Ce développement accompagne la modification des emplois et des sens des adjectifs relevés plus haut. Loin de leur représentation courante, certes complémentaire mais distincte, temps et espace sont ainsi définis par l’activité scientifique, et distingués de leur emploi banal.

162La relation entre termes, en l’occurrence adjectivaux, est mise à nu par le texte ; l’évolution d’infini à fini et d’absolu à relatif va de pair avec le changement de rigide en dynamique et de plat en courbe :

163Ce qui auparavant était un cadre rigide contenant les objets devient sujet

d’étude dynamique. L’espace-temps n’y est plus plat comme en théorie galiléenne ou en relativité restreinte, mais courbe : il n’est plus absolu, mais dépend explicitement de la distribution de la matière et de l’énergie, cette dépendance étant décrite par les équations d’Einstein.
(Les Sciences du ciel, p. 145)

164Deux mondes conceptuels s’opposent donc ici, celui qu’expose le traité de vulgarisation, et celui qui organise la vie humaine et qu’apprennent tous les hommes dès leur enfance. La singularité scientifique affronte ainsi la communauté humaine, fondée sur l’expérience courante de la vie sur terre. Affrontement caractérisé par la nouveauté – la modernité – des données astrophysiques, en violent contraste avec l’ancienneté des représentations courantes. C’est la compréhension même du concept d’espace-temps qui est en cause, dans sa dimension scientifique, épistémologique, voire métaphysique.

La vie hors système solaire

  • 17 « astronome titulaire de l’Observatoire de Nice-Côte d’Azur et président de la Commission des Étoi (...)

165La place qu’occupent les hypothèses relatives à l’existence probable « d’autres mondes » dans notre corpus manifeste un consensus de la part des chercheurs. Ainsi, P. Couteau17 pose, dans le nouvel Observateur, la question « Et nos cousins du cosmos ? » et conclut :

Le système solaire est-il unique ? Non, probablement. […]. Une seule [planète] porte une vie évoluée, la Terre. Mars a peut-être connu l’aventure de la vie. Les milliards de corps célestes qui ensemencent l’univers laissent place à toutes les hypothèses. À quand une franche poignée de main avec des cousins du cosmos ? (p. 37)

166Dans le même numéro hors série, J.-P. Luminet affirme lui aussi :

Il est tout à fait probable qu’en des régions lointaines du cosmos d’autres organismes, d’autres formes de vie aient atteint des degrés d’évolution largement supérieurs à celui de l’espèce humaine. Ils n’en ont pas forcément, d’ailleurs, une conception plus objective de l’origine, (p.43)

167Toute une partie du chapitre VI des Sciences du ciel est consacrée à ces problèmes. Intitulé Vie dans l’Univers et pensée collective, le fragment 6.3. expose tout d’abord :

les outils qui peuvent permettre d’étudier rationnellement et efficacement le problème de la vie extraterrestre et, plus généralement, de la vie dans l’univers. (p. 150)

  • 18 F. Raulin.

168et son auteur18 conclut :

Même si la possibilité que la vie apparaisse sur une de ces planètes [d’autres galaxies] est très faible, l’existence éventuelle d’un très grand nombre de planètes rend probable, hors du système solaire, la présence de vie, y compris de vie intelligente et technologiquement avancée. […] Aucun signal d’intelligence extraterrestre n’a encore été détecté, (p. 154)

169Le thème privilégié de la science fiction, tant littéraire que cinématographique, est ici posé comme une prédiction scientifique, permettant à J.-P. Schneider d’énoncer cette hypothèse enthousiaste à la fin du chapitre :

En tout état de cause, le XXIe siècle pourrait bien être celui de la passionnante découverte de la vie extraterrestre, comme on découvrit au XXe l’expansion et le big bang. (p. 154)

La place de l’homme et de la terre

170Elle est mise en question par ces prévisions scientifiques. Battant en brèche une représentation couramment admise, J.-P. Luminet rappelle que :

Si l’homme est l’espèce la plus « évoluée » connue aujourd’hui, cela n’exclut ni une évolution ultérieure de l’espèce humaine ni l’apparition de nouvelles espèces avec des niveaux de complexité différents, aussi bien sur Terre qu’ailleurs.
(le nouvel Observateur, J.-P. Luminet, p. 43)

171Par rapport aux « arguments anthropiques : les propriétés de l’univers sont telles que la vie puisse y apparaître » (la Recherche, p. 9), la place de l’homme, centrale dans notre tradition philosophique, se retrouve interrogée dans maints fragments textuels. Rappelons pourtant qu’A. Jacquard, exposant la « complexité croissante du cosmos », fait de l’homme l’image même de la complexification. Par cet exemple didactique, il construisait sa démonstration sur le nécessaire comportement humain à développer sur terre : une « gestion raisonnable des ressources ». Or cette prémisse elle-même ne semble plus faire l’unanimité des chercheurs cités ici.

172La Recherche relie le problème de « l’existence de formes de vie dans l’Univers (arguments anthropiques) » au « problème du sens », y voyant l’exemple par excellence de sa re-défïnition des tâches spécifiques des cosmologistes :

Il serait naïf de penser que la cosmologie contemporaine […] ait totalement renoncé à cette question du sens, l’abandonnant aux réflexions des métaphysiciens et des théologiens. Il n’est que de considérer la présence d’arguments fondés sur l’existence de formes de vie dans l’Univers (arguments anthropiques), au coeur même du discours scientifique, (p. 5)

173En ce cas, la recherche de vie, et de vie évoluée dans d’autres galaxies, pourrait relayer dans nos textes le problème métaphysique des origines de la vie, et de la vie humaine, sur la Terre. Cet élargissement, analogique, de l’Univers en expansion, semble être la voie qui s’ouvre au-delà du big bang.

2.3 Le sens

174On l’a vu, l’état actuel des connaissances en astrophysique, les questions qu’elle pose et les perspectives qui se dessinent rejoignent, de façon renouvelée et différente, des problèmes relevant jusqu’à présent de la métaphysique, centrés autour du « sens », articulant le « comment ? » et le « pourquoi ? ». Mais, malentendus et compréhension erronée des théories récentes contribuent à tirer, dans l’opinion publique, l’astrophysique vers la métaphysique, par les analogies courantes qui organisent leur lecture. Ainsi, le big bang devient « la » théorie scientifique des origines de l’univers, au grand dam des astrophysiciens ! Redonner sens aux actuelles découvertes et aux travaux en cours apparaît bien comme l’une des nécessités de la période.

175Et pourtant, le « sens », revendiqué par le discours scientifique, n’y est pas défini en tant que tel, sinon par les domaines concernés et le savoir constitué. Les déplacements conceptuels et la « révolution » en cours sont difficiles à appréhender, dans leur portée, par le grand public, qui les confond, dans la vulgate mondaine, avec les intitulés prêtés aux métaphysiciens : d’où venons nous ? où sommes-nous ? où allons-nous ? Les réponses scientifiques, partielles, ne se présentent que sous forme d’hypothèses savantes, et leur diffusion risque fort de conforter l’anthropocentrisme naïf, théoriquement en voie de disparition dès la révolution copernicienne ! Tout autant que la nécessité de la diffusion de la science, c’est sa place au sein de la culture qui est en cause.

176Quelques consensus et interrogations permettent cependant d’en dessiner certains contours.

2.3.1 La dénonciation de contre-sens et de « malentendus »

177J.-M. Lévy-Leblond, dès l’Ouverture, attire l’attention sur les dangers qui menacent :

Jamais la diffusion de la science n’a disposé d’autant de moyens (médias, livres, musées, etc.) – mais la rationalité scientifique reste menacée, isolée et sans prise sur des idéologies qui la refusent ou (pis) la récupèrent.
(Les Sciences du ciel, « Ouverture » DEFISCIENCES, p. 20)

178Tout le texte étudié relève ainsi les erreurs commises. Sous la plume des chercheurs recensés par le nouvel Observateur, les mises en garde et les rectifications se succèdent :

  • Beaucoup de gens pensent que l’univers était au début comprimé en un point. C’est certainement faux. C’est faux si l’on suppose qu’il y avait une boule de matière chaude entourée d’un ciel vide, ce qui est l’image de l’explosion. Les images sont toujours dangereuses. L’image de l’explosion, une boule chaude se propageant dans un espace vide, est fausse parce qu’elle suppose deux espaces, un espace plein et un espace vide. […]
  • Alors, pourquoi nous parle-t-on dans des ouvrages de vulgarisation d’une boule originelle ?
  • Il y a confusion entre l’univers total et l’univers observable à un moment donné. Si l’univers observable a 15 milliards d’années, vous ne pouvez pas voir plus loin que 15 milliards d’années parce que la lumière aura mis 15 milliards d’années à vous parvenir. C’est l’horizon observable. Des choses qui sont à 20 milliards d’années, vous ne pouvez pas encore les voir. (p. 21)

Contrairement à une opinion répandue, l’astrophysique ne se donne pas pour objet d’expliquer la création de l’univers, qui est sous-entendue dans la question des origines. Ses prétentions sont beaucoup plus modestes, (p. 21)

Quoi qu’il en soit, le big bang ne décrit pas une origine de l’univers à proprement parler, (p. 41)

179conjuguant phrases négatives et emplois de mots axiologiques. Ainsi, confusion(s), malentendus, erreurs, et des adjectifs, dont le plus courant est naïf, signalent la difficulté qu’éprouvent les spécialistes à diffuser le savoir nouveau, puisqu’il s’inscrit, pour son public de non-spécialistes, dans un ensemble intellectuel et culturel qui lui est étranger. L’insertion de ces connaissances est bloquée par des représentations anciennes, qui les déforment et leur confèrent une signification tout autre que la leur. Ce que synthétise J.-M. Lévy-Leblond :

La cosmologie physique moderne, sous l’étiquette à sensation de « théorie du big bang », a largement débordé les milieux professionnels, pour se répandre, sous des formes plus ou moins simplifiées ou déformées, dans le champ du savoir commun. Il est ainsi de notoriété publique que « comme les savants l’ont démontré, l’Univers est né voici 20 milliards d’années en une gigantesque explosion – le big bang »
(La Pierre de touche, p. 337)

180ou encore P. Léna :

Il faut pourtant se garder de traiter cet instant-origine avec trop de naïveté. Les termes imagés de « grande explosion », de big bang prêtent à confusion.
(Les Sciences du ciel, p. 147)

181L’article de J.-P. Luminet (le nouvel Observateur) intitulé Le temps zéro est inaccessible. L’explosion primordiale est précédé de ce chapeau :

L’invention de la théorie du big bang dans les années 20 fut le début non de l’univers, mais d’une longue série de malentendus, (p. 41)

182et la présentation même du numéro hors-série prévient les lecteurs :

Mais, attention, il y a danger à généraliser la notion de mythe. Par exemple, si la Genèse répond à cette définition, le big bang n’en est pas un. (p. 3)

183C’est qu’en effet la diffusion scientifique opérée par notre corpus vise deux objectifs, la diffusion des connaissances, bien évidemment, mais aussi la mise en cause de la « culture » scientifique et philosophique, voire idéologique, considérée comme dépassée, du lectorat. Ce dernier est ainsi appelé non seulement à s’informer, tout autant qu’à intégrer ces nouvelles données, et à modifier ses représentations. Indiscutablement science, culture et donc philosophie ont partie liée.

2.3.2 Science, diffusion scientifique et culture

184Revendiquée très fortement par P. Léna, la prise en compte de la science, et tout particulièrement de l’astronomie, est une nécessité pour la société et l’enjeu même de la vulgarisation scientifique. Pour J.-M. Lévy-Leblond, une autre tâche s’impose aux savants, qu’il appelle la « critique de science », et qui serait l’un des éléments des « Défi-sciences » et un préalable à l’intégration de la science dans la culture moderne :

C’est l’une des marques de la modernité que la critique soit devenue l’une des formes à part entière de la culture, activité spécifique et même profession distinguée. Force est cependant de constater que si critiques d’art, critiques littéraires, critiques musicaux, critiques de cinéma (voire de télévision) ont droit de cité, il n’y a pas de « critiques de science » reconnus comme tels. Ce paradoxe, qui obère toute tentative pour intégrer la science au sein du monde de la culture, est le moteur des textes ici rassemblés. […] Mais l’approfondissement de l’analyse exige la prise en compte d’une dimension historique qui amène à mettre en cause ce qu’il n’est pas exagéré de considérer comme une pathologique perte de mémoire de la science. […]
(La Pierre de touche, Avant-propos, p. 10)

185Le sens à construire serait ainsi, non seulement celui du savoir constitué et reconnu, mais aussi celui de la science dans la société. Or, s’il y a consensus sur le but visé, la représentation de la science diffère. Ainsi, selon J.-M. Lévy-Leblond :

À la vision traditionnelle d’un savoir scientifique stable, croissant par extension systématique et concentrique, doit alors se substituer l’image fractale d’un domaine parcellisé, constitué de savoirs différenciés, pseudopodes en perpétuelle ramification, laissant entre eux des golfes d’ignorance et en eux des vacuoles de doute.
(La Pierre de touche, p. 19).

[…] Cette maturation exige de la science qu’elle se transforme en profondeur : […] qu’elle accorde autant d’importance à la compréhension du savoir qu’à sa production […], à son passé qu’à son présent […]. C’est dire si la mise en culture de la science ne peut plus se limiter à la diffusion centrifuge du savoir, mais demande un mouvement centripète : à « l’action culturelle scientifique » doit s’ajouter maintenant une réaction en retour sur le milieu scientifique lui-même
(ibid, p. 23)

186le devoir culturel passe par un « aggiornamento », selon le mot d’A. Jacquard, du monde de la science et des savants, alors que pour P. Léna la diffusion scientifique induit l’action culturelle des savants :

Immergée dans une société, partie prenante d’une culture faite de goûts, de mœurs et de pensées, cette science irrigue la vie sociale, modifie lentement les représentations de chacun, nourrit les peurs, les espoirs et les rêves, transforme l’économie ou la démographie, se confronte en permanence à la philosophie, aux croyances, aux religions. Vraies pour toutes sciences, ces remarques le sont plus encore pour l’astronomie, qui brosse l’immense décor du temps et de l’espace au sein duquel l’homme naît, vit et meurt, dans lequel les générations se succèdent et l’Histoire s’écrit.
(Les Sciences du ciel, p. 185)

L’homme, être symbolique autant qu’animal, voit aussi son paysage intérieur transformé par la vision de l’Univers.
(ibid., p. 188)

187La résolution du conflit se trouve dès lors au sein de la communauté scientifique elle-même, qui peut décider de prolonger le travail déjà anciennement et indirectement effectué au sein de la société en confiant à la vulgarisation scientifique ce rôle de levain culturel, ou qui peut opérer une « révolution culturelle » par sa propre mise en question, de façon publique et accessible aux non-spécialistes.

188A. Jacquard semble avoir choisi de conjuguer les deux choix dans sa réflexion explicitée dès le début de son livre, même si elle est réduite, conformément à son objet d’étude, à la seule Terre :

Il se trouve que le XXe siècle a été particulièrement riche en occasions de remettre en cause la structure même de la mosaïque ; non qu’il fallût tout effacer ; mais l’architecture globale devait être refaite. Pour le scientifique, ce sont là les instants les plus passionnants ; il comprend qu’il ne comprend plus ; il lui faut faire preuve d’imagination. Il est un chasseur heureux, celui qui est sur une nouvelle piste mais n’a pas encore attrapé la proie. Malheureusement pour la collectivité, prise à la gorge par les problèmes quotidiens, ces remises en cause passent le plus souvent inaperçues ; les jeux intellectuels des physiciens à la recherche d’un nouveau quark paraissent d’inutiles passe-temps […] peu à peu, le fossé s’élargit entre ceux qui précisent le contenu de la co-naissance et ceux qui ont besoin de connaître la réalité pour mieux faire face aux difficultés. La situation d’urgence où se trouve l’humanité en cette fin de siècle impose la description aussi précise que possible de la réalité de la Terre des hommes.
(Voici le temps du monde fini, p.16-17)

Cette description [de la Terre] doit utiliser les concepts d’aujourd’hui, sous peine de renouveler les erreurs passées. Avant tout effort de précision dans les faits, il faut un effort de remise à jour des concepts. Que veulent dire aujourd’hui les mots temps, matière, vie, hasard, personne ?
(ibid., p. 17)

189Dans l’ensemble du corpus discursif étudié ici, ce qui est frappant, c’est que s’adressant à d’autres lecteurs que leurs confrères, les spécialistes s’autorisent somme toute à exposer, non leur dernière hypothèse ou la réfutation d’une autre, comme dans un colloque ou dans une publication spécialisée, mais leurs réflexions, leurs revendications de savants-citoyens et leur quête d’un sens diffusable et intégrable dans la culture moderne.

2.3.3 Vérité (scientifique) et consensus

190Si le faux, manifesté par les mots confusion, erreur, malentendu, naïveté, est assignable et peut être corrigé, qu’en est-il du « vrai » ?

191La comparaison qu’établit H. Reeves entre astrophysicien et détective est éclairante à plus d’un titre :

Le détective construit ses hypothèses et cherche à les vérifier. Pour finir, un des scénarios paraît plus plausible. L’astrophysicien élabore de la même manière des scénarios sur le passé de l’univers, puis essaie de les étayer avec des observations. On n’est pas dans un discours de vérité mais dans un discours consensuel ; ce que l’on peut dire sur les débuts de l’univers est ce sur quoi la majorité des astrophysiciens sont d’accord. Sachant que, quelquefois, la majorité peut se tromper.
(le nouvel Observateur, p. 20)

192et conforte, indirectement, cet avertissement de J.-M. Lévy-Leblond :

Le très large accord qui existe aujourd’hui entre les physiciens sur la plupart de leurs théories, qu’il s’agisse de cosmologie, de physique ou de mécanique statistique, ne doit pas faire illusion. Il concerne avant tout la machinerie théorique. […] Derrière l’unité de façade de la communauté scientifique, on trouve de sérieuses divergences intellectuelles, d’autant plus profondes qu’elles sont rarement explicitées.
(La Pierre de touche, p. 123-124)

193Le discours de vulgarisation scientifique rend possible ce travail d’explicitation et de mise à nu de l’état de la science : il passe par l’exposé de questions plus larges que celles relevant de la stricte discipline qui permettent de confronter vérité scientifique, fruit de l’élaboration théorique et objet de consensus à un moment donné, et recherche de vérité, objet spécifique de la quête métaphysique. Le vrai scientifique fonderait-il le vrai philosophique ?

194La présence, active même si elle est silencieuse, du public averti visé par les auteurs du corpus considéré permet l’explicitation d’interrogations, de revendications d’un « plus » pour la recherche scientifique, celui qu’apporte « le sens », ou même la mise à nu de conflits et des enjeux de tels conflits. Si catharsis il y a dans un tel exercice, elle rejaillirait alors, selon les vœux des astrophysiciens, sur la société elle-même.

***

195Réunies dans les textes, re-définies plus ou moins par chacun d’eux, science et métaphysique n’y ont pas de relation strictement définie, si ce n’est par le terme de sens. Hors contenus fondés et travaux lisibles sur ce point, les proclamations semblent proches de la pétition de principe, liée à la délimitation des disciplines et à la (re-)définition, en cours (?), des objets de travail.

196La volonté de s’approprier le « pourquoi ? » de la science, et pas seulement les « comment ? », objet de consensus de la part de la plupart des auteurs du corpus, peut sans doute être lue comme l’expression d’un manque et d’un besoin vital pour la recherche scientifique. Lier, comme le font ici les spécialistes, le culturel et le scientifique, traquer les sources d’erreurs dues aux représentations dépassées et donc erronées, serait le premier pas vers cet objectif déclaré. Après l’état des lieux, ici effectué, il serait loisible de reprendre la marche vers l’objectif posé comme indissociable de la recherche scientifique, notamment en astrophysique.

197En l’absence de tout cadre explicite de cette construction du sens, la volonté de faire œuvre culturelle, de participer aux représentations socio-culturelles, et le regard porté par les savants sur la science, à travers et grâce à leur discours de vulgarisateurs, manifesteraient une interrogation plus large, tant épistémologique qu’idéologique, sur la science et sur sa place dans la société. La métaphysique, dans ce cas, serait bien interprétable comme un après et un au-delà de l’astrophysique.

198Plusieurs caractéristiques sont partagées par les auteurs de notre corpus : l’explicitation de l’état actuel de l’astrophysique, c’est-à-dire des connaissances faisant l’objet d’un consensus, des polémiques et des hypothèses communément admises, la modification de la culture, sa remise en cause radicale, souhaitée par certains auteurs, la volonté d’inclure le problème du sens dans leur discipline, sont explicites. La re-définition de l’astrophysique ainsi en cours, et celle de sa place dans la société, pourraient donc être les signes d’une épistémê en gestation, à tout le moins d’une interrogation d’ordre épistémologique, rompant avec les héritages philosophiques, culturels et idéologiques dominants. C’est le sens que l’on pourrait assigner à l’articulation entre l’astrophysique (astronomie, cosmologie) et la métaphysique, telle que les discours la donnent à lire.

Corpus d’étude, analysé en 1
Le Monde, page Aujourd’hui Sciences :
L’âge de l’Univers donne le vertige aux astrophysiciens (15/09/1995)
Le satellite ISO ouvre aux astronomes le monde invisible de l’infra rouge (18/11/1995)
Hipparcos a arpenté la galaxie pour les astronomes (22/03/1996)
Les rayons du soleil jouent les espions pour les climatologues (31/08/1996)
Neptune fut découverte par le calcul avant d’être repérée dans le ciel (25/09/1996)
Le choc probable d’une comète et de Jupiter « observé » 300 ans après (16/01/1997)
En route vers les étoiles, Pioneer-10 perd contact avec la Terre (29/03/1997)
Et si, finalement, l’Univers avait un sens ? (23/04/1997)
Une fontaine d’antimatière s’écoule près du centre de notre Galaxie (02/05/1997)
Un petit astre étrange est découvert aux confins du système solaire (07/06/1997)
La mission Cassini-Huygens à l’assaut de Saturne et de sa lune Titan (15/10/1997)
Les neuf dixièmes de l’Univers échappent toujours aux astronomes (06/12/1997)
Une bataille de boules de glace cosmique divise les astrophysiciens (03/01/1998)
Les nouveaux systèmes solaires défient les théories des astronomes (06/03/1998)

Corpus d’étude, analysé en 2
Dictionnaire de l’astronomie (1996) par P. (de) La Cotardière, Larousse, Paris.
le nouvel Observateur, hors série, n°31 (1997), La Quête des origines, Paris.
La Pierre de touche. La science à l’épreuve… (1996) par J.-M. Lévy-Leblond, Gallimard, Folio Essais, Paris.
la Recherche, hors série, n°1 (avril 1998), Société d’Éditions Scientifiques, Paris.
Les Sciences du ciel (1996) par P. Léna, dir., Flammarion, Paris.
Voici le temps du monde fini (1991) par A. Jacquard, Seuil, Paris.

Notes

1 L’étude de la métaphore a fait l’objet d’une recherche (inédite) de F. Rakotonoelina, dans le cadre du groupe de travail du CEDISCOR.

2 Exemples relevés dans le chapitre Quinze années de recherche, dans Witkowski, Nicolas (dir.) 1991 : L’État des sciences et des techniques, La découverte/FPH, Paris (p. 175-190).

3 Sur ce sujet, voir Forquin (1996, 2e édition) : École et culture. Le point de vue des sociologues britanniques, De Boeck Université, Paris et Bruxelles.

4 C’est nous qui soulignons.

5 « J’aime l’allure poétique, à sauts et à gambades : c’est une art, comme dit Platon, légère, volage, démoniacle. » (Essais, III, 9, De la vanité)

6 Pascoli, Gianni (1993) : Éléments de mécanique céleste, A. Colin, Paris (p. 104 et 108).

7 Sur ces caractéristiques discursives des chercheurs, voir aussi p. 150.

8 Ouvrage sous la direction de P. Léna, professeur à l’université Paris Vil-Denis Diderot et associé à l’Observatoire de Paris, responsable de l’École doctorale d’astronomie et astrophysique d’Ile-de-France, spécialiste de l’astronomie infrarouge et de nouvelles méthodes d’imagerie astronomique. Les titres des autres rédacteurs sont tous explicités dans la présentation du livre.

9 A. Jacquard, « professeur aux universités de Paris et de Genève » (4e de couverture).

10 1966. Problèmes de linguistique générale, 1, 5e Partie L’homme dans la langue, II « L’appareil formel de l’énonciation », Gallimard, Paris.

11 Dictionnaire des sciences (Hachette).

12 Robert méthodique : deux entrées méta- : Élément qui signifie « qui est au-delà, qui englobe (ce que désigne la base) » et qu’on trouve dans des noms de sciences et les adjectifs correspondants V. Métalangue, métaphysique. Élément qui indique 1/la succession dans l’espace […], dans le temps […] ou dans un ordre abstrait […] 2/le changement […]

13 Ce schéma figure à la première des pages de la revue consacrées aux exposés théoriques.

14 « Physicien théoricien à l’université de Pennsylvanie ».

15 J. Delumeau, « historien, membre de l’Institut et professeur honoraire au Collège de France », les définit ainsi dans Le nouvel Observateur : « ils expliquent la naissance du monde et l’apparition de l’homme sur la terre ».

16 Même si son parrain, F. Hoyle, « ancien directeur de l’Institut d’astronomie théorique de l’université de Cambridge », qui a proposé cette dénomination par dérision, prolonge la polémique dans La Recherche, en affirmant que « la théorie du Big Bang ne répond pas aux critères élémentaires de la science. Elle est en outre contredite par plusieurs observations, dont on se refuse à tenir compte. ».

17 « astronome titulaire de l’Observatoire de Nice-Côte d’Azur et président de la Commission des Étoiles doubles depuis 1967. » Il signe, dans le nouvel Observateur hors série n°31, l’article Voyage dans le système solaire. L’Astre et ses 9 muses.

18 F. Raulin.

Notes de fin

* Ce développement a été rédigé par Jean-Claude Beacco, professeur, université du Maine.

* Ce développement a été rédigé par Geneviève Petiot, maître de conférences, université Paris III.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540