Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’astronomie dans les médias

 | 
Jean-Claude Beacco

Chapitre 4. Représentations de la science

Texte intégral

1Les discours de diffusion des connaissances qui circulent vers l’extérieur de la communauté scientifique source sont tenus pour vrais par les destinataires non savants, parce qu’ils émanent d’auteurs-chercheurs légitimes. Ces discours n’ont pas, le plus souvent, à rendre compte de leur méthodologie ou de l’interprétation des résultats obtenus, comme c’est le cas dans la discussion interne et les discours de recherche. Dans ces derniers, le positionnement épistémologique des scientifiques s’actualise sous une forme certes canonique mais qui suffit à assurer une discussion collective, relativement aux procédures d’observation ou à l’interprétation des clichés, pour demeurer dans le cadre de l’astronomie. Il n’empêche que les discours de diffusion vers l’extérieur ne donnent pas seulement à connaître : ils montrent aussi des représentations de la construction de la connaissance, de la vie scientifique en quelque sorte. Image d’une image, puisque la pratique scientifique quotidienne n’est pas mise en discours telle quelle (sous forme de récit, par exemple) mais au travers d’une représentation stabilisée et homogène (discours de recherche) et que l’une et l’autre donnent lieu à la construction de nouvelles représentations de l’activité scientifique hors de la communauté d’origine. Ce sont ces images de l’activité scientifique qui seront abordées dans ce chapitre.

1 L’explication*

  • * Ce développement a été rédigé par Sophie Moirand, professeur, université Paris III.
  • 1 L’approche de l’explication que l’on propose ici diffère, par son ancrage plus strictement linguis (...)

2Les discours de diffusion de connaissances circulant dans les médias ordinaires et spécialisés ont-ils réellement pour fonction d’« expliquer la science » ? Cette question semble légitime pour qui s’interroge sur la divulgation scientifique ; c’est pourquoi l’Explication1 nous a paru une entrée privilégiée pour appréhender, de façon transversale, c’est-à-dire à travers les différents corpus médiatiques étudiés dans cet ouvrage, la diffusion des sciences de l’univers hors de la communauté des savants (astronomes et astrophysiciens). Mais la polysémie du verbe expliquer pose problème, et l’on doit d’abord s’interroger sur la nature de cette catégorie… S’agit-il d’un mode discursif, l’explicatif, qui s’opposerait aux modes descriptif, argumentatif, narratif ou prescriptif ? S’agit-il d’un acte de langage qui consiste, entre autres, à « dire » et à « redire », c’est-à-dire d’une catégorie pragmatique, d’ordre illocutoire ? S’agit-il d’une procédure cognitivo-discursive, que l’on doit différencier d’une part de procédures de définition ou d’exemplification (d’ordre didactique) et d’autre part de la justification ou de la persuasion (d’ordre polémique) ?

3Considérer une séquence discursive comme « explicative » suppose en effet de la rapporter à son contexte linguistique, à la situation de communication dans laquelle elle s’inscrit (Pourquoi A explique ? Pourquoi Β demande une explication ? Comment décide-t-on qu’il s’agit d’une explication ?) et à ses conditions socio-historiques de production : les objets du monde qu’elle met en relation se modifient au cours du temps, et la façon dont elle rend compte des objets sur lesquels elle porte n’est pas la même que celle d’autres discours, antérieurs ou présents, portant sur ces mêmes objets. Si l’explication consiste, entre autres, à mettre en relation des faits, des phénomènes ou des processus (Grize 1990, p. 105), on pourrait prendre comme critère la possibilité d’introduire l’opérateur « pourquoi », et considérer dans ce cas que, pour être acceptée comme telle, l’explication doit répondre à trois conditions (posées par Ebel 1981, reprises par Grize 1990, p. 106) : le phénomène à expliquer doit être hors de contestation ; il doit être mis en relation, de façon cohérente, avec des savoirs établis ailleurs ou avant ; celui qui propose une explication doit être tenu pour compétent et neutre. Cette conception restrictive de l’explication, qui ne correspond pas aux représentations spontanées que l’on a de ce phénomène discursif, ne pourrait porter que sur des faits bien établis et des liaisons entre faits reconnues comme incontestables par l’ensemble de la communauté scientifique (conditions posées par Grize 1996, p. 112).

4Or, comme on le verra ci-après, le domaine théorique des sciences de l’univers est placé sous le signe de l’inconnu, traversé d’hypothèses et de remises en cause incessantes (le big bang, les trous noirs…), et les discours de diffusion qui en découlent reposent, comme le discours savant, sur une mise en texte du non-certain (ce qui va à l’encontre de la conception classique de la vulgarisation scientifique). C’est pourquoi le propos de cette analyse a été de saisir les représentations du domaine de l’astronomie et de ses acteurs à travers les différentes formes et fonctions de l’explication, en tant que catégorie construite par le discours dans les textes de la presse généraliste et de la presse spécialisée portant sur les sciences de l’univers (astronomie, astrophysique). Le médiateur n’explique-t-il pas, en effet, les objets de l’univers en fonction des représentations qu’il a de l’état des connaissances (autant que des connaissances ellesmêmes), et en fonction des représentations qu’il imagine chez ses destinataires ? Quant au lecteur potentiel de ces textes, plus ou moins averti des sciences de l’univers, n’est-il pas exposé, plutôt qu’à une somme de connaissances nouvelles, à des représentations de la science et de l’activité scientifique telles qu’elles se manifestent dans les discours de diffusion de ce domaine ?

5On s’interrogera d’abord sur les traces qui permettent, de façon générale, de repérer de l’explication dans la matérialité textuelle, et on traitera, brièvement par conséquent, des structures syntaxico-sémantiques qui, au-delà de la présence de la forme verbale expliquer, permettent de proposer quelques éléments d’analyse des dimensions cognitives et des dimensions communicatives de l’explication (voir Moirand 1998b). On analysera ensuite, plus précisément, comment la diversité des fonctionnements dialogiques de l’explication, à travers les différentes formes de leur inscription, véhiculent des représentations de l’activité scientifique et de la mémoire interdiscursive du domaine, nécessairement inscrite dans les dimensions cognitives de l’explication (voir Moirand 1998c).

1.1 Éléments pour l’analyse

6Cette analyse des discours de diffusion des sciences de l’univers prend appui sur des travaux antérieurs portant sur la représentation spontanée que l’on a de l’explication comme activité langagière didactique, sur la représentation que l’on peut construire de l’explication scientifique comme activité cognitivo-langagière, ainsi que sur le fonctionnement de la forme verbale expliquer, lorsqu’elle surgit à la surface des textes dialogaux et monologaux.

1.1.1 Structures et représentations de l’explication

  • 2 Représentation qui passe par des schémas prosodiques et des gestes, des formes graphiques et typog (...)
  • 3 Verbes trivalents selon Tesnière (voir Moirand 1988).

7Les représentations spontanées que l’on a de « l’explication » ne sont pas sans rapport avec la structure syntaxico-sémantique du verbe expliquer, et les transformations qu’elle permet. Il existe de fait une représentation stéréotypée de l’explication ordinaire, correspondant sans doute à des souvenirs scolaires2 ou à la représentation d’une didacticité quotidienne, que véhiculeraient certaines interactions familiales ou autres, et qui repose sur une structure à trois actants dont deux animés3 :

A explique quelque chose à B,

  • 4 Il faudra, bien entendu, à chaque fois, s’interroger sur la nature de ce qui est expliqué (le « qu (...)

8Celle-ci pose ainsi une asymétrie des positions interactionnelles qui correspondrait à une asymétrie de connaissances. A, qui posséderait des savoirs différents de ceux de B, serait en position de les lui transmettre (position haute) : A peut ainsi « donner une explication », « fournir une explication », « proposer une explication »…, et B peut « demander une explication »…4

9Mais cette représentation quelque peu didactique de l’explication, inscrite dans une situation de communication asymétrique, ne peut être assimilée à l’explication qui fonctionne dans le discours scientifique source, et qui s’inscrit dans une situation d’interactions entre pairs. De plus, dans un domaine comme l’astrophysique, où l’observation est fondamentale, l’explication constitue une part importante de l’activité cognitivo-discursive de l’astrophysicien, tenu d’établir des relations entre les phénomènes observés et de soumettre ses hypothèses à l’épreuve de modèles théoriques explicatifs.

10Dans cette forme d’explication, qui repose sur une structure à deux actants non animés :

X explique Y,

  • 5 Sur la notion de témoin (opposé à agent), voir Borel 1981c.
  • 6 Voir l’article de J.-C. Chevalier dans Langue française 15, 1972, p. 3-17 (Langage et histoire) : (...)

11le locuteur scientifique se présente comme un « témoin »5 reconnu (éclairé, informé, doté de savoirs accumulés par la mémoire du domaine…), capable de comprendre ce qui se passe dans l’univers qu’il observe à l’aide d’outils de plus en plus sophistiqués. En tant que tel, il efface le plus souvent de la surface textuelle la trace de l’acte de langage6 constitutif de son activité discursive, illustrant ainsi les traits d’objectivation qui différencient l’explication de la justification :

X

explique

Y

[Je dis que]

X

n'explique pas

Y

  • 7 Hypothèse construite à partir des travaux sur l’explication réalisés au Centre de sémiologie de Ne (...)

12Une première hypothèse, prise en compte dans cette analyse7, est que l’explication, dans les discours de transmission de connaissances, s’inscrit dans une structure complexe qui oscille entre les dimensions communicatives de la représentation didactique de l’explication et les dimensions de la représentation de l’explication comme activité cognitive

A explique à Β que [X explique Y],

  • 8 Triangle que l’on a partiellement remis en cause lors d’analyse portant sur des événements politic (...)

13structure qui s’inscrit elle-même dans celle de la situation triangulaire considérée comme prototypique de la vulgarisation scientifique dans les médias8 (A représentant alors le journaliste-médiateur, Β le « grand public », S les discours de la science)

A explique à Β que S dit que [X explique Y]

  • 9 Dans une structure discursive monologale, A anticipe les demandes d’explication de B, il les imagi (...)

14Une deuxième hypothèse découle de la première : lorsqu’on passe de l’analyse des différents pôles de la situation de communication à une analyse des places énonciatives, il y aurait, constitutivement inscrit dans le discours explicatif monologal, du dialogisme interactionnel (tel que défini dans Moirand 1988), c’est-à-dire des traces qui renvoient aux dimensions communicatives de l’explication9), ainsi que du dialogisme intertextuel (tel que défini dans Moirand 1988), c’est-à-dire des traces d’autres discours scientifiques tenus antérieurement ou ailleurs, donc des manifestations diverses d’hétérogénéité énonciative (voir Moirand 1998a, 1998c).

  • 10 Le corpus a été constitué d’abord d’un recueil aléatoire réalisé durant l’année 1995 dans Ciel et (...)

15Ces premiers éléments pour l’analyse ont été complétés par une étude préliminaire réalisée à partir de la forme verbale expliquer, systématiquement repérée dans le corpus analysé10, et dont les fonctionnements ont été confrontés à ceux rencontrés ailleurs, dans d’autres domaines.

1.1.2 La forme verbale expliquer signale-t-elle une explication ?

16On avait retenu de travaux antérieurs, que l’on évoquera ci-après, que le verbe expliquer surgissait à la surface textuelle de genres discursifs divers, de structure dialogale, plurilogale ou monologale. Une étude préliminaire du corpus a également permis de repérer sa présence, ainsi que ses différentes paraphrases discursives, qui contribuent, semble-t-il, à la construction de certaines représentations.

Lorsque le verbe expliquer introduit une demande ou une offre d’explication

17Dans une structure discursive dialogale, la présence de la forme verbale expliquer fonctionne comme le signal d’une demande ou d’une offre d’explication (« pouvez-vous m’expliquer », « je vais vous expliquer »). Elle peut surgir ainsi en cours d’interaction dans des situations qui ne sont pas de nature didactique, comme l’ont remarqué A. Borzeix et B. Gardin (1994), analysant les échanges verbaux entre usagers et employés des agences EDF :

  • 11 C’est nous qui soulignons désormais (en italiques ou en gras) dans les exemples les marques étudié (...)

Exemples 1 : [*…* signale une interruption par l’interactant]11
a : 1.A. — Bonjour madame
2.C. — Bonjour monsieur, alors moi je viens parce que je voudrais que vous m’expliquiez s’il vous plaît, je vais payer ma facture * troisième * du mois de janvier, là je viens de recevoir celui-là et je vois que c’était pas * déduit * déduit, voilà, je veux savoir alors si vous pouvez m’expliquer ?
3.A. —Ah ben y a rien à expliquer, tout est simple, c’est que maintenant vous ne recevrez plus de facture intermédiaire, vous recevez des factures avec index estimé. […]
b : A. — Maintenant on va essayer de vous expliquer pourquoi [frappe]. Asseyez-vous, monsieur, je vous en prie [frappe très longue]. Bien… c’est… très simple. Donc il y a eu un relevé de/consommation * oui * donc on vous facture sur deux mois du 13 septembre au 13 novembre * oui * c’est une… facture sur relevé donc il y a pas de // de problème : 173 kilowatt/heure de consommés * oui * […]
(Corpus EDF, Borzeix et Gardin)

18Ainsi une séquence textuelle explicative peut-elle être annoncée ou déclenchée par le verbe expliquer, ou par d’autres formulations (je ne comprends pas, je vais vous montrer comment ça marche). Mais l’étude que l’on peut faire des configurations discursives rencontrées dans des interactions de service, telles celles du corpus cité dans l’exemple 1, met finalement au jour, plutôt que les dimensions cognitives de l’explication, les difficultés que les interactants éprouvent à formuler ou à comprendre une explication, qui porte généralement sur un objet ou une action de la vie quotidienne, et qui renvoie à des savoirs techniques, professionnels ou expérienciels, que « l’on ne comprend pas », donc à une représentation didactique de l’explication (= « éclaircir » –> faire comprendre, faire savoir, montrer…).

19Or, si les types de savoirs en jeu ne sont pas les mêmes dans les interviews médiatiques, y compris écrites, c’est cependant de cette même fonction syntaxico-sémantique (offrir/demander une explication) que relève la présence de la forme expliquer : il s’agit souvent d’une intervention initiatrice du journaliste qui joue son rôle de médiateur entre le public (supposé moins savant) et le spécialiste ou l’expert (qui connaît son domaine, mais ne sait pas toujours ce qu’il faut expliquer et comment l’expliquer) :

Exemples 2 :
Pouvez-vous nous expliquer…
/il est nécessaire/ d’expliquer l’épilepsie / car bien souvent/cette affection est encore considérée comme une maladie mentale…/
(France Inter)
Comment expliquez-vous qu’une bonne partie de la Communauté scientifique reste sceptique quant à son efficacité ?
(le Figaro)

20Ainsi expliquer ou ses différentes paraphrases, c’est-à-dire ici les différentes formulations des actes d’offre ou de demande (je vais vous montrer, en deux mots, on peut dire…), permettent de repérer à la surface des textes le début de séquences discursives qui pourraient actualiser « de l’explication ». Qu’en estil dans les textes de diffusion des sciences de l’univers ?

Lorsque le verbe expliquer introduit des propos rapportés

  • 12 Nous remercions chaleureusement le service Documentation du journal Libération auprès de qui nous (...)

21La présence du verbe expliquer comme introducteur de propos empruntés aux spécialistes, sans qu’il s’agisse forcément d’ailleurs d’une séquence textuelle explicative (voir les exemples 3 infra), nous avait paru remarquable lors d’études antérieures portant sur la presse généraliste (Moirand et Brasquet-Loubeyre 1994, Moirand 1997). Une étude systématique des séquences guillemetées, qui généralement précèdent le verbe lui-même, dans les textes du domaine des sciences de l’univers parus dans Libération12, montre en fait que expliquer fonctionne ici encore dans son acception large (comme un équivalent de dire), pour introduire une information, une description, voire un récit, présentant peu de marques de scientifïcité, ce qui contraste avec l’abondance des caractérisations qui accompagnent le nom du spécialiste-énonciateur cité (titre, statut, lieu d’exercice) :

Exemples 3 :
a : Hubble a repéré, lui aussi, de ses gros yeux perçants quelques autres corps inattendus, encore plus petits que ceux vus par Jewitt. « Nous en avons vu 29. Ce qui signifie, d’après nos calculs, qu’il y a là-bas au moins 200 millions d’objets de ce genre en orbite », nous a expliqué Anita Cochran de l’univer sité d’Austin
(Libération, 19/09/1995)
b : Doté de six instruments puissants, Huygens va aller « pêcher » de petits grains, les aérosols de l’atmosphère. « Un filtre en forme de dé à coudre sortira de la paroi pour récolter des particules » explique Guy Israël, l’ingénieur du service d’aéronomie du CNRS qui l’a inventé
(Libération, 14/10/1997)
c : à l’origine de ce sympathique mouvement, « une rencontre », explique Eric Piednoël, de l’Association français d’astronomie, un réseau de 150 clubs d’amateurs de la voûte céleste. « Fin 1990, avec des copains de l’ANSTJ et du journal Ciel et Espace, nous rêvions d’une fête des étoiles sur le mode de la Fête de la musique. Descendez dans le pré avec vos télescopes, faites en profiter les autres, avions-nous envie de dire à nos amateurs d’astronomie. De son côté, France 2 voulait faire une émission d’astronomie avec l’astrophysicien Hubert Reeves. Nous sommes entrés en contact, et c’est ainsi qu’est née la nuit des étoiles filantes, en août 1991. »
(Libération, 08/08/1997)
d : Pendant la durée de l’éclipse, la Lune n’est pas directement éclairée par le Soleil, mais par la réfraction des rayons qui rasent la Terre et sont donc filtrés par l’atmosphère terrestre. Plus les rayons passent près de la Terre et plus la couleur se rapproche du cuivré.
Théoriquement, au fur et à mesure de l’avancée de la Lune dans le cône d’ombre, son teint laiteux s’empourpre, avant de passer par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel : orangé, jaune, verdâtre puis bleuâtre. En réalité, toutes ces couleurs seront nuancées par la composition de l’atmosphère terrestre à ce moment-là. « Si la Lune reste très rouge, cela signifiera que l’atmosphère terrestre est très polluée », explique Jean-Paul Parisot [professeur d’astronomie à l’université de Bordeaux I]
(Libération, 16/09/1997)

22De fait, si explication il y a, on la trouve ailleurs, au fil du texte, non pas dans les propos entre guillemets nominalement attribués au spécialiste, mais dans les reformulations opérées par le journaliste avant ou après la citation introduite par le verbe expliquer (3d). Pour rendre compte de ce fonctionnement, sans doute faut-il prendre en compte la situation de communication médiatique : la présence dûment signalée du spécialiste rend plus crédibles, plus légitimes les propos tenus (Charaudeau 1994) ; sans doute faut-il également tenir compte de ce que le système linguistique permet dans l’usage que fait un locuteur du discours des autres : ainsi l’effacement des sources du texte médiatique, que permet le glissement fréquemment constaté vers le discours indirect libre (Moirand 1998b), est-il en quelque sorte « compensé », « rattrapé » par ces insertions brèves de propos guillemetés, la forme expliquer servant alors à souligner que le spécialiste intervient « ès-qualité » (et non pas à introduire une explication).

  • 13 Émotions dont les représentations diffèrent lorsque l’on change de domaine : certains de ces verbe (...)

23L’étude systématique des verbes introducteurs de propos rapportés dans les textes de Libération sur l’astronomie ou l’astrophysique confirme par ailleurs qu’il s’agit moins de demander au spécialiste d’« expliquer » lui-même que de donner, à travers sa présence ainsi signalée, une représentation de la science, y compris des émotions qu’elle procure13 :

Exemples 4 :
« … » s’enthousiasme l’astronome Jean-Loup Bertaux (CNRS)
« … » se réjouit Alain Gabriel, Directeur de l’institut d’astrophysique spatiale d’Orsay
« C’est une révolution et je pèse mes mots » s’enthousiasme le Danois Richard Xest, porte parole de l’ESO, organisation astronomique européenne, sise à Garching (Allemagne)
« C’est une des plus importantes découvertes de ce XXe siècle » renchérit Brian Marsden, directeur associé du Centre des sciences planétaires à Harvard, spécialiste mondialement connu des « petites planètes »
« On ne s’y attendait pas du tout » avoue l’astrophysicien
« On a même envisagé une pluie de comètes permanente » s’amuse Jean-Luc Delaboudinière de l’Institut d’astrophysique spatiale d’Orsay
« Comme d’habitude, la Nasa va un peu vite en besogne » tempère Roger Bonnet, le responsable des programmes scientifiques de l’Agence spatiale européenne.
« Briques de l’Univers, elles n’ont pas eu beaucoup d’évolution chimique, leur gaz est presque pur, pratiquement sorti du Big Bang », explique-t-il, enthousiaste.

24Le rôle de médiateur du scripteur est ainsi préservé et « représenté » : le journaliste s’informe auprès de spécialistes dont la présence est ainsi marquée, mais reformule lui-même pour ses lecteurs les savoirs construits (ou en construction) du domaine ainsi légitimés. Cela correspond à la représentation traditionnelle de la vulgarisation scientifique, décrite comme une ré-énonciation du discours de la science pour le grand public par un médiateur (le modèle dit du « troisième homme » – voir Mortureux 1985).

Lorsque le verbe expliquer ne renvoie pas à un acte de dire

25Certaines occurrences du verbe expliquer n’ont pas d’actants animés et rendent compte de liaisons entre faits et non entre dires, comme le confirment par ailleurs l’étude des paraphrases rencontrées (s’explique par, est induit par, est due à, découle, ou entraîne, déclenche…). La structure impliquée (X explique Y – voir supra en 1.1.1), qui rend compte d’une relation (cause, conséquence, raison…) entre deux objets du discours, souvent représentée comme « incertaine » (pourrait…, serait…), ce qui est une des particularités de ce domaine, se manifeste, quel que soit le support étudié, de la presse spécialisée à la presse généraliste spécialisée et à la presse généraliste ordinaire :

Exemples 5 :
a : Une conséquence intéressante de la présence de molécules aussi volatiles que le monoxyde de carbone est qu’elle pourrait expliquer les bouffées d’activité de certaines comètes alors qu’elles sont très loin du soleil
(la Recherche, n°271, p. 1277)
b : L’hypothèse (qui se révéla fausse) d’un gaz originel très chaud et très dense, composé de neutrons, permettait, pour la première fois, d’expliquer les proportions d’éléments chimiques dans l’Univers tels que les astronomes les observaient
(Eurêka, n°1)
c : Quelle est la source d’une météo si britannique ?
Les comètes ? On sait qu ’elles tombent sur les planètes, telle ShoemakerLevy sur Jupiter en 1994. Mais elles sont bien trop rares pour expliquer le phénomène. Les blocs de glace qui forment anneaux et satellites des géantes pourraient l’expliquer, mais comme le flux varie peu, que les anneaux soient énormes (Saturne) ou riquiqui (Neptune), les astrophysiciens privilégient une autre source, plus constante […]
(Libération, 16/09/1997)
d : Or, les étoiles ne peuvent produire autant d’hydrogène et d’hélium. Seule la fournaise qui devait régner aux premiers instants du Big Bang a pu réaliser la synthèse d’une telle quantité de gaz légers. L’hélium, explique cette théorie, serait ainsi apparu dans les premiers instants de l’Univers, lorsque protons et neutrons se sont rassemblés quatre par quatre pendant une période du Big bang appelée « nucléosynthèse primordiale »
(Eurêka, n°1)
e : La première, la principale, est l’existence même du Big Bang. Qu’y avaitil avant ? Si l’espace-temps n’existait pas alors, comment rien a-t-il engendré tout ? Qu’est-ce qui est apparu en premier lieu, l’Univers ou les lois qui gouvernent son évolution ? Expliquer cette singularité initiale – où et quand tout a commencé – demeure le problème le plus insurmontable de la cosmologie moderne
(Pour la Science, n°207, p. 48)

26Ces occurrences du verbe expliquer correspondent ici à une acception étroite de l’explication, comme catégorie cognitivo-discursive directement liée à l’énonciation scientifique (la voix de la science). Mais, par delà les liaisons qu’elles construisent entre les objets, quel que soit le domaine, elles renvoient à l’objet même des recherches en astronomie, « expliquer l’univers », et à ce défi impossible (5d, 5e). Dans ce cas, les séquences explicatives, qui portent inévitablement la trace d’autres textes antérieurs et présents, font « appel à un hétérogène ayant sa garantie du côté d’un autre discours : celui de la théorie, celui des grands auteurs » (Lecomte 1981, p. 70), C’est pourquoi l’étude des fonctionnements dialogiques de l’explication, telle qu’on l’abordera en 1.2 (et en particulier en 1.2.4), permet de mieux appréhender la place de cette mémoire interdiscursive dans les discours de diffusion des sciences de l’univers.

27Envisager l’explication comme une catégorie discursive privilégiée pour une étude des représentations de la science véhiculée par les discours de diffusion des sciences de l’univers nous a contraint dans un premier temps à observer de plus près son fonctionnement syntaxico-sémantique et les formes de son inscription dans la matérialité textuelle. La complexité de cette catégorie se manifeste tout autant dans la diversité des fonctionnements du verbe expliquer que dans la combinaison des deux structures de base (A explique quelque chose à Β, X explique Y), que l’on pose comme spécifique de la communication scientifique médiatique dans ce domaine :

A explique à Β que S dit que [X pourrait expliquer Y],

28Cela conduit à étudier les fonctionnements dialogiques de l’explication, en tant que manifestations discursives des représentations véhiculées par les discours de diffusion des sciences de l’univers.

1.2 Fonctionnements dialogiques et représentations

29Des travaux antérieurs sur l’étude des places énonciatives ont mis en lumière le cas particulier des sciences de l’univers (Moirand 1997), dans la relation qu’elles établissent entre destinataires, lorsqu’ils sont matériellement inscrits à la surface du texte et le type de savoirs transmis, lorsqu’ils nécessitent de faire appel aux textes antérieurs du domaine. Véhiculant à la fois rêve et mystère (Quelle est l’origine de l’univers ? Qu’est-ce qu’une comète ?), les sciences de l’univers ont fait de nombreux adeptes : novices amoureux des étoiles et avides d’observer éclipses et galaxies (visés par la presse ordinaire), enfants et adolescents (visés par la presse enfantine), amateurs « éclairés » (voir chapitre 2) et membres de nombreux clubs d’astronomie (visés par la presse spécialisée). Mais, au-delà de la mise au jour de ces différentes classes de destinataires, agents potentiels des activités d’observation présentées ou proposées, ce sont les représentations des interrogations qu’ils se posent (ou qu’on imagine qu’il se posent) qu’il s’est agi de déchiffrer.

1.2.1 La place du destinataire

30Les textes des sciences de l’univers dans les médias oscillent entre un discours de transmission de connaissances (le big bang, les trous noirs, les comètes…) et un discours de diffusion de savoir-faire. Ainsi est inscrit un destinataire à qui on « donne à voir » et à qui on « apprend à voir » ce que l’astronome observe, dans la mesure où le novice ou l’amateur peuvent reproduire, grâce au marché des jumelles et des télescopes, une part (plus ou moins grande) de l’observation du savant :

Exemples 6 :
a : Observez Mars au plus près La tache blanche du pôle Nord, le promontoire sombre de Syrtis Major et les arêtes d’Araurae Sinus reviennent embellir nos nuits : à cent un millions de kilomètres, Mars sera au plus près de la Terre le 12 février prochain. Voilà qui nous promet de nombreuses heures d’observation de la petite planète rouge.
(Ciel et Espace, n°298, p. 63)
b : Curieux du ciel Tous à vos jumelles
Dans ce deuxième article nous traiterons de quelques constellations visibles en soirée de fin d’automne. Je vous rappelle que même avec des jumelles, pour réaliser de bonnes observations, il convient de fuir les lumières parasites de nos villes et villages, afin de pouvoir bénéficier d’un fond de ciel plus noir.
(Astrociel, n°54, p. 18)
c : Vous ne pouvez pas la manquer en cette fin mars, et elle sera visible jusqu’à la fin du mois de mai […]· Chaque soir, vous avez le temps de la trouver, même si vous n’êtes pas un spécialiste. Cette page, vos bras et vos mains vous y aideront.
(Libération, 29/03/1997)
d : Privés d’éclipse solaire, consolons-nous en contemplant Uranus […]
Pour repérer Uranus, il vous faut choisir une nuit sans Lune ainsi qu’un site sans lumières parasites, et accoutumer vos yeux à la vision nocturne. Il convient également d’avoir un repère dans le ciel. Le 24 septembre, vers 22h 30 (à la nouvelle heure d’hiver), elle est à peu près au sud-sud-ouest, à 15° audessus de l’horizon. Elle est dans la même direction le lendemain soir à 22h 26, ou encore le 24 octobre à 20h 30. Tout cela parce que la Terre a le bon goût de tourner de 1° autour du soleil en 1 jour environ (360° en 365 jours). Les étoiles sont donc dans la même direction par rapport à un repère terrestre, d’un soir au lendemain soir, pourvu qu’on observe 4 min plus tôt, ou d’un soir au mois suivant, pourvu qu’on observe 30 fois 4 min, soit 2h, plus tôt.
(Science & Vie junior, Faites-le vous-même. n°74).

31Mais il arrive également qu’une explication (marquée par exemple par un parce que) introduise un savoir nécessaire à l’exécution d’un savoir-faire (Pour repérer Uranus : il faut…, il convient…), comme en 6d (relevé par V. Thierry 1997), qui actualise le type de structure séquentielle :

ce qu’il faut faire ————> parce que

32Cette forme de séquence discursive, que l’on trouve ailleurs partiellement inscrite sous sa forme interrogative au fil du texte ou du paratexte (Où se placer ? Quand l’observer ? Comment la trouver ? Avec quoi l’observer ? Peut-on la photographier ? – intertitres de Libération, 29/03/1997) paraît répondre aux questionnements du destinataire : « Comment on fait ? », « Pourquoi ? ». Cela conduit à s’interroger de plus près aux fonctionnements dialogiques de l’explication monologale, autour de trois types de questions, que l’on envisagera ici successivement.

1.2.2 Qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce que cela signifie ?

33Il arrive fréquemment, au fil d’un texte de diffusion, que le scripteur anticipe une demande d’élucidation d’un terme (qu’est-ce que cela veut dire ?) ou une demande de description d’un référent (qu’est-ce que c’est ?), selon le niveau de connaissances qu’il prête à ses lecteurs potentiels. Il s’agit de la représentation ordinaire que l’on a du discours médiateur, qui aurait pour fonction de traduire le jargon des spécialistes en termes supposés plus simples, ou de dire ce que sont les objets du monde ou ceux récemment « découverts » grâce à la science. Mais il n’est pas si facile de définir les termes qui recouvrent les hypothèses théoriques des sciences de l’univers.

34Dans le corpus analysé, on relève bien entendu les marques habituelles de la reformulation lexicale : la relation d’équivalence marquée par le verbe être, des appositions, des parenthèses ou des incises, des connecteurs comme c’est-à-dire ou en d’autres termes, etc. On repère également cette tendance à enchaîner au fil du texte les reformulants sémantiques (parasynonymes, hyperonymes, métonymes, méréonymes, métaphores…), qui construisent dans l’intradiscours le paradigme désignationnel du terme que l’on imagine être le lieu d’une demande probable de clarification (voir Mortureux 1993, Petit 1995, Petiot 1995, Cusin-Berche 1998) :

  • 14 Dans les exemples 7 et 8, les paradigmes sont en italique, les marques de repérage en gras (soulig (...)

Exemples 714
a : Dans environ 30 000 ans […] lorsqu’elle aura consumé tout son hélium, l’étoile s’effondrera sur elle-même pour se transformer une nouvelle fois et devenir une « naine blanche », c’est-à-dire une étoile très massive qui a brûlé toutes ses réserves
(Eurêka, n°1, p. 7)
b : Or Mars, qu’est-elle si ce n’est une boule bien dans notre genre ? Surgie, comme la Terre, d’une drôle de galette il y a 4,6 milliards d’année. Une soupe primitive d’hydrogène et d’hélium, agrémentée de grumeaux-poussières, grains gelés. Un rata en rotation violente où de bons morceaux se sont agglutinés
(Libération, 04/07/1997)
c : Hale-Bopp passe au plus près du Soleil. La nuit de la Comète
Observée par les Égyptiens il y a 4000 ans, la boule de glace et de poussières de 40 km de diamètre étire sa chevelure sur 70 millions de kilomètres. Et brille de plus en plus fort en s’approchant du Soleil […]
Outre que cela nous fait un beau spectacle, cette éjection de matière a de quoi ravir les spécialistes : elle permet de percer quelques secrets bien gardés par ces boules quasi éternellement gelées […]
Sacrées belles au bois dormant que ces comètes ! Elles contiennent, en aggloméré glacé, les gaz et poussières interstellaires de la « soupe primitive »… Ce qui, en se condensant, a donné naissance au cortège des planètes (.Libération, 29/03/1997)
d : Les molécules des Comètes
Les comètes n’effraient plus […]. Pour les astronomes, les comètes ne seraient-elles plus que des « boules de neige sale » ainsi que le proposait en 1950 l’Américain Fred Whipple ? Car à l’origine de ces spectaculaires apparitions venues des régions périphériques du système solaire, de leurs queues et chevelures brillantes, il n’y a rien d’autre que le chauffage par le Soleil de minuscules – environ une dizaine de kilomètres – noyaux de glace et de poussières (fig. 1). Les comètes sont bien plus que cela : véritables fossiles, contemporaines de la formation du Soleil et des planètes, elles pourraient nous donner des informations « de première main » sur l’origine du système solaire. Mieux encore : pour certains chercheurs, les molécules cométaires pourraient avoir joué un rôle important dans la formation de l’atmosphère des planètes et des océans sur Terre, voire dans l’apparition de la vie sur Terre. L’enjeu de l’étude des comètes n’est donc pas seulement de résoudre les irritants problèmes de physique que nous posent ces petits objets célestes, mais bien de comprendre comment est né le système solaire.
(la Recherche, n°271, p. 1272)

35Mais l’observation des paradigmes de reformulants (soulignés par nous dans les exemples 7) montre la difficulté à ajuster offre explicite et demande implicite (« représentée ») de clarification :

étoile : naine blanche, étoile qui a brûlé toutes ses réserves
Mars : boule, drôle de galette, soupe primitive d’hydrogène et d’hélium, rata
Hale-Bopp : comète, boule de glace et de poussières, éjection de matière, belles au bois dormant
comètes : « boules de neige sale », spectaculaires apparitions, véritables fossiles, molécules cométaires, petits objets célestes.

36Comment distinguer, par exemple, ce qui est dénomination métaphorique du domaine (soupe primitive) de ce qui est reformulation stylistique du médiateur (rata) ? D’ailleurs le lecteur du cahier « Eurêka » de Libération est-il complètement novice ou bien, lecteur habituel de la rubrique « astronomie », a-t-il déjà mémorisé, d’une part, soupe primitive, naine blanche ou naine brune comme des dénominations spécialisées, tout en se construisant, d’autre part, une représentation de l’écriture des scripteurs habituels de cette rubrique, à laquelle peu à peu il s’habitue et dont il connaît désormais le style ?

37Par ailleurs, les différences observées entre Libération et la Recherche dans la manière de construire le paradigme d’un même objet du ciel (les comètes, dans 7c et 7d) tiennent-elles à la nature du support ou au genre discursif convoconvoqué ? Il s’agit pour Libération, à propos du passage de Hale-Bopp (donc d’un événement conjoncturel), d’expliquer ce qu’est une comète ; il s’agit pour la Recherche, qui publie un article sur les molécules des Comètes, de souligner l’enjeu de l’activité d’observation des astronomes : comprendre la naissance du système solaire, c’est-à-dire pouvoir l’expliquer (voir en 1.2.4 infra).

38Quant à l’observation des exemples 8, elle montre la difficulté rencontrée par les médiateurs à transformer les objets de connaissance du domaine (qui fonctionnent ici comme des objets de recherche) en objets du discours de diffusion (et donc des lieux supposés de demandes de clarification), lorsqu’ils renvoient à des théories en construction :

trou noir : black hole, astre, objet stellaire ou notion, « invention », concept
big bang : flash, cataclysme, explosion ou théorie, modèle, expression.

Exemples 8 :
a : Depuis quelque trente ans qu’ils les étudient, les théoriciens ont appris à cohabiter avec ces astres qui dépassent l’entendement quotidien. Ils savent par exemple que leur appellation de trou noir, ou black hole, introduite en 1967 par le physicien américain John Archibald Wheeler, est un peu excessive. « Astre occlus », proposé sans succès il y a quelques années, donne une bien meilleure représentation de leurs propriétés : astre comme objet stellaire, occlus comme refermé sur lui-même.
Car un trou noir est essentiellement une région compacte de l’espace partageant ce dernier en deux domaines distincts du point de vue de la communication : un domaine externe qui peut transmettre de l’information – matière, lumière ou énergie – où bon lui semble et un domaine interne qui peut recevoir cette information, la transmettre dans une région limitée, mais en aucun cas la renvoyer vers l’extérieur… En d’autres termes, un trou noir, domaine de l’espace pour lequel la communication au sens usuel n’existe pas, est l’archétype de l’autiste stellaire.
C’est à la fin du XVIIIe siècle que, indépendamment, le Français Laplace et l’Anglais Mitchell vont les premiers s’interroger sur cette notion. (Ciel et Espace, n°298, p. 29)
b :Trous noirs
Objets insolites défiant le sens commun et l’intuition, volumes de l’espace d’où rien ne peut s’échapper, pas même la lumière, tant la gravité y est forte, ils sont issus du collapsus d’une étoile agonisante.
L’« invention » des trous noirs est sans contexte Tune des aventures intellectuelles les plus fascinantes des temps modernes […]. C’est ainsi que l’astrophysicien Jean Audouze présentait le concept de trou noir dans l’avant-propos qu’il signa du livre les Trous noirs d’un autre astrophysicien français, Jean-Pierre Luminet.
(Astronomia, n°7, p. 13)
c : Un grand « flash », un cataclysme d’une puissance inimaginable. Voici 10 à 20 milliards d’années, l’Univers est né dans une colossale explosion de matière. Depuis, toute la matière qu’il contient tend à se disperser : notre Univers est en expansion. Cette théorie, à laquelle souscrivent la majorité des astrophysiciens, n’a rien d’achevé. Les scientifiques étudient plusieurs modèles de Big bang qui diffèrent entre eux notamment par la quantité ou la nature de la matière existante dans l’Univers. Et comme toutes les théories, elle sera peut-être un jour profondément remise en question.
Ainsi pour l’Américain Fred Hoyle, inventeur de l’expression « Big Bang », conçue par dérision, l’Univers serait sans début et éternel […]
(Eurêka, n°l)

39Ces dernières observations amènent à se demander si élucidations et clarifications des termes ou des référents relèvent de l’explicatif, ou si le mode discursif que les discours de l’univers empruntent à partir de cette représentation de la demande d’explication (qu’est-ce que c’est ?) ne relève pas plutôt de la description. On peut en discuter. Mais, dans la mesure où certaines représentations spontanées de l’explication didactique (A explique quelque chose à B) semblent fonctionner sur ce type de questionnement, que de plus les réponses à ces demandes supposées, dans un domaine qui repose sur la découverte par l’observation de nouveaux objets, gouvernent tout autant les scripteurs de la Recherche que ceux de Libération, on considère que les formes repérées ici entrent dans la catégorie discursive de l’explication.

1.2.3.Comment on fait ? Comment ça marche ?

40Le locuteur ou le scripteur paraît parfois anticiper une demande sur une marche à suivre, une démarche à adopter ou une chronologie d’actions à effectuer : « comment ça marche ? », « comment on fait ? ». Cette autre représentation spontanée de l’explication, très fréquente dans la vie quotidienne, mais également dans certains domaines techniques et professionnels (par exemple, dans le discours de diffusion des nouvelles technologies), renvoie à un questionnement sur un savoir-faire, ce qui, dans le domaine de l’astronomie, implique souvent la diffusion conjointe de savoirs établis (comme on l’a vu supra, en 1.2.1).

41Ainsi, dans la rubrique Faites-le vous-même de Science & Vie junior, la description des actions nécessaires à l’observation des astres (cherchez…, prenez..·, prolongez-la…) est-elle accompagnée soit de clarifications relatives à certaines dénominations (… à la Constellation de Bouvier, celle qui ressemble à un drôle de personnage, une grosse tête en losange reliée à deux petites gambettes) soit de données concernant les raisons de certaines pratiques d’observation (« marquées » par ainsi, due, c’est qu’entre temps, etc.), qui semblent anticiper sur des « pourquoi ? » (voir infra) :

Exemples 9 :
a : Cet hiver, une bonne nouvelle : Vénus se trouve du même côté que la Terre (dessin page de gauche) ! Dans le ciel de France, elle choisira le sud-ouest en soirée et, nuit après nuit, à la même heure, glissera lentement vers l’ouest (dessin en bas, à droite). En janvier, grâce à une bonne paire de jumelles, vous pourrez observer un quartier, mais, pour les retardataires qui lèveront le nez après le froid de l’hiver, la belle ne dévoilera qu’un croissant : ainsi évolue sa « phase » due à l’éclairement du soleil
(Science & Vie junior, n°44)
b : En juin où l’école va sur sa fin, prenez le temps de sortir le nez de vos bouquins. Pour celui qui porte les yeux au ciel, que d’enchantements […] D’abord, cherchez la Grande Ourse. Vous vous souvenez d’elle ? En mars, elle ressemblait à une grosse casserole dont le manche descendait vers l’horizon. Depuis, elle semble s’être redressée. C’est qu’entre-temps, la Terre a parcouru le quart de sa course annuelle autour du soleil : pas moins de 240 millions de kilomètres.
Puis prenez la queue de la Grand Ourse, prolongez-la une fois et demie pour arriver à la constellation du Bouvier, celle qui ressemble à un drôle de personnage, une grosse tête en losange reliée à deux petites gambettes (Science & Vie junior, n°49)

  • 15 Dans le journal le Monde, on trouve désormais une rubrique Astronomie (signés Pierre Barthélémy) q (...)

42La double page de Libération consacrée au passage de Hale-Bopp (La nuit de la comète, 29-30/03/1997) sépare très nettement les savoirs sur la comète et les comètes en général, sur les risques de collision avec la Terre, sur les découvreurs de cet objet céleste (page de gauche) et les savoir-faire, sous forme de conseils et de consignes, pour regarder la comète, la trouver, l’observer, la photographier (page de droite). Ainsi trouve-t-on, page de gauche, des réponses, accompagnées de photos, aux questions « Qu’est-ce que c’est ? », « Qui sont Hale et Bopp ? », « Faut-il avoir peur » (titre), et, page de droite, accompagnées de croquis, des réponses à « Comment voir », « Comment faire pour la voir ? ». Dans cette double page se trouvent ainsi concentrés différents genres discursifs, qui sembleraient renvoyer aux représentations que les médias ordinaires15 se font des attentes de leurs lecteurs concernant un domaine qui oscille entre sciences et techniques : des savoirs construits de nature encyclopédique (Beacco 1993), des informations sur les risques et la prévention, des conseils et des consignes pour faire, des photos pour rêver ou s’émouvoir et des croquis pour apprendre ou comprendre (Petiot 1993).

43Mais les genres textuels destinés à « apprendre à voir » et à « apprendre à observer » de la presse spécialisée, bien que plus techniques et écrits dans un autre style, ne sont pas construits différemment de ceux de la presse ordinaire et enfantine, comme le montrent les exemples 10 : c’est d’ailleurs une des particularités des discours médiatiques des sciences de l’univers (cela ne fonctionne ainsi ni pour les mathématiques, ni pour la médecine, par exemple) que de donner à voir des images de ce que le savant observe (photos, images de synthèse, films) et de construire une représentation de l’activité de l’astronome proche (et en tout cas compréhensible) de l’activité ludique du novice (voir 10c).

Exemples 10 :
a : Comment la trouver ?
Facile, vous diront les astronomes : elle se situe au nord-ouest, à environ 25 degrés au-dessus de l’horizon. Oui, mais comment trouver le nord-ouest ? Trois solutions : vous possédez une boussole, le problème est réglé. Vous n’en possédez pas. Repérez l’endroit où se couche le soleil. Tendez vos bras devant vous et placez les mains horizontalement, pouce contre pouce, le petit doigt de la main gauche effleurant la zone où a disparu l’astre du jour. Alors, le petit doigt de la main droite vous indique le nord-ouest. (Libération, 29-30/03/1997)
b : Attendez le milieu de la nuit pour profiter de la meilleure position. Mars, d’une magnitude proche de – 1, se trouve dans la constellation du Lion, à proximité de Régulus, une étoile de magnitude 1,3. Vous n’aurez donc aucun mal à la retrouver sur le ciel. L’instrument minimal pour voir correctement Mars sous l’aspect d’un disque est une lunette de 60 mm […]. Comme pour toute observation qui demande une image parfaitement stable pour déceler les moindres détails, attachez-vous à ne pas créer de turbulences qui s’ajouteraient à celles de l’atmosphère.
(Ciel et Espace, n°298, p. 64)
c : En termes scientifiques, cela s’appelle déterminer la constante de Hubble – constante indiquant le rythme d’expansion de l’Univers – et cela consiste à effectuer une cascade d’observations et de suppositions… autorisant ultérieurement bien des bagarres de spécialistes. Comment procéder ? D’abord, en observant des étoiles (des céphéides) dont on sait que la brillance absolue fluctue à un rythme qui dépend justement de ladite brillance. En retour, cela permet d’évaluer la distance de l’étoile : de la même façon qu’on peut retrouver la distance à laquelle […] il suffit de […]. Les déductions ne s’arrêtent pas là. Les astronomes louchent ensuite vers des galaxies voisines de M 96 […]. Nouvelle déduction : on peut alors évaluer la distance […]. Heureusement, les incertitudes abondent. On ne connaît pas bien […] On ne sait pas mieux […]. Le mystère s’épaissit.
(Libération, 19/09/1995)

44Il reste à s’interroger sur la nature de cette réponse à une demande de marche à suivre. S’agit-il d’une explication ? Ne s’agit-il pas plutôt d’une description de savoir-faire procéduraux ? On peut ici en discuter. Mais dans la mesure où les représentations spontanées de l’explication didactique intègrent ce type de questionnement (qui de plus s’avère fondamental dans les discours de diffusion de l’astronomie, quel que soit le niveau de connaissances des destinataires à qui l’on prête le désir de voir), on considère que les formes repérées ici entrent également dans la catégorie discursive de l’explication : il s’agit bien d’un mode discursif explicatif.

1.2.4 Pourquoi ? Comment se fait-il que ?

  • 16 Nous empruntons à Borel (1981c) cette distinction entre l’explication (le locuteur se montre comme (...)

45Le scripteur, anticipant la question « pourquoi cela se passe-t-il ainsi ? » ou « comment cela est-il possible ? », tend alors à s’effacer de la surface des textes de diffusion des sciences de l’univers, qu’il soit ou non spécialiste du domaine (voir supra en 1.1.2 : Lorsque le verbe expliquer ne renvoie pas à un acte de dire). Laissant parler la science, intervenant en tant que gestionnaire des dimensions communicatives de l’explication (A explique à B), mais toujours en tant que témoin (et jamais agent16) de ses dimensions cognitives (X explique Y), il rend compte des mises en relation que l’état des connaissances du domaine permet d’établir entre des faits, des processus, des objets du monde grâce aux observations, aux hypothèses, aux calculs de la communauté scientifique. L’explication est alors inséparable de la compréhension, opération cognitive essentielle de l’activité scientifique : expliquer/comprendre l’univers, tel est en effet l’objet des recherches des astronomes et des astrophysiciens. Or, dans les textes d’exposition comme dans ceux de diffusion de la science, ce n’est qu’une représentation de cette activité qui se construit au fil du discours et sur laquelle on s’est interrogé.

46Ce qui, en premier lieu, semble remarquable de ce corpus des sciences de l’univers, c’est le fonctionnement des interrogations, dite rhétoriques, en comment et pourquoi qui, ici, plutôt que les questionnements supposés des lecteurs, nous ont paru représenter les propres interrogations des savants 11a), donnant ainsi des images de « la science en train de se faire » et du « spécialiste en train de chercher à comprendre », représentations que construit partiellement la presse généraliste ordinaire, y compris lorsque les questions sont reprises par le journaliste (11b) :

Exemples 11 :
a : Les insuffisances du Big Bang
Le fossé entre la théorie et l’observation est analogue à propos de la taille de l’Univers. […] Pourquoi l’Univers est-il si massif ? […]
Comment toutes les parties de l’Univers ont-elles synchronisé le début de leur dilatation ? […]
Comment admettre cette hypothèse et reconnaître simultanément que l’Univers comporte des hétérogénéités aussi considérables que les étoiles, les galaxies et les divers autres amas de matière ? Si l’Univers est si uniforme à grande échelle, nous devons trouver un mécanisme qui explique la formation des galaxies. […]
Afin de concilier les calculs théoriques avec le monde qui nous entoure, ces modèles affirment que les dimensions supplémentaires se sont progressivement réduites jusqu’à devenir imperceptibles. Pourquoi le rétrécissement s’est-il arrêté à quatre dimensions, et non à deux ou à cinq ?
(Pour la Science, n°207, p. 48-49)
b : Anomalies. « Les planètes sont un sous-produit normal de la formation des étoiles » a répété Michel Mayor. N’empêche, elles sont plutôt bizarres. 51 Peg, pour ne citer qu’elle, dont la masse est la moitié de celle de Jupiter, tourne autour de son étoile en 4,2 jours. Quatre misérables jours contre les douze ans de révolution de Jupiter autour du Soleil ! Comment est-ce possible ? On a beau l’avoir rebaptisée de l’exotique nom de « Jupiter chaud » (il y régnerait une température de 1000 degrés), elle intrigue. Comment peutelle survivre si près de son étoile ? Les théoriciens, c’est leur job, inventent toutes sortes de recettes pour rattraper pareille panade. Dans leur sauce, on hume des disques de matière, comme des galettes pleines de grumeaux qui s’agglutinent, au fil des millions d’années, pour donner de petites ou grosses boules. Étonnants pets de nonne cosmiques. « Il se peut qu’une planète grossisse très vite puis migre dans le disque pour s’arrêter dans la zone où on la détecte maintenant », explique Pawel Artymowicz (Observatoire de Stockholm).
(Libération, 01/07/1997)
c : Pourquoi l’Univers est-il si massif ? Si nous considérons un univers de taille initiale donnée par la longueur de Planck et d’une densité initiale égale à la densité de Planck, l’application de la théorie standard du Big Bang indique que l’Univers tout entier ne pourrait renfermer qu’une seule particule élémentaire […]
(Pour la Science, n°207, p. 48-49)

47Mais ce qui apparaît, en second lieu, comme une caractéristique des fonctionnements dialogiques de cette explication/compréhension, c’est le rôle joué dans les réponses aux « pourquoi » et « comment » par l’intertextualité propre du domaine, intertextualité qui se répartit différemment selon les représentations que le scripteur se fait des connaissances des lecteurs : quasi-absence dans Science & Vie junior, plus ou moins allusive dans la presse spécialisée généraliste ordinaire, plus exhibée dans la Recherche ou Pour la Science. On remarquera cependant au passage (11c) l’intrication de l’interactionnel (Pourquoi…, si nous considérons…) et de l’intertextuel (la longueur de Planck, la densité de Planck, l’application de la théorie standard du Big Bang).

48Ainsi la légitimité des explications fournies réside peut-être moins dans l’exposé des observations ou des calculs réalisés (difficiles à saisir, même pour un amateur éclairé, photos et métaphores s’avérant plus aptes à « montrer » qu’à « expliquer ») que dans le rôle que joue la mémoire interdiscursive du domaine, l’appel à un autre discours, celui de la théorie et de l’histoire du domaine dans le processus explicatif. À travers la représentation de l’activité scientifique, lorsqu’elle est montrée (et dont certaines traces sont repérables aux verbes ou aux expressions verbo-nominales telles que faire une hypothèse, proposer un modèle, faire une observation – voir Moirand 1997), se glissent nombre de discours transverses auxquels parfois le scripteur semble faire appel pour s’excuser de la fragilité des explications proposées, dans un domaine scientifique qui s’élabore à coups de modèles fortement hypothétiques et d’hypothèses difficilement vérifiables (ou falsifiables) :

Exemples 12 :
a : Pour mieux comprendre ce qu’est et comment se forme un trou noir, il a fallu attendre que les astrophysiciens cernent mieux les dernières phases de la vie d’une étoile et qu’en 1915 Albert Einstein nous apprenne, grâce à sa Relativité générale, à mieux connaître la gravité.
(Astronomia, n°7, p. 13)
b : Quel est le premier scientifique à avoir imaginé ce qui, plus tard, allait s’appeler la théorie du Big bang ? L’histoire a retenu le nom de George Gamow, astrophysicien américain d’origine russe qui, en 1948, fournit une description du « noyau » primordial de l’Univers : l’hypothèse (qui se révéla fausse) d’un gaz originel très chaud et dense, composé de neutrons, permettait, pour la première fois, d’expliquer les proportions d’éléments chimiques dans l’univers tels que les astronomes les observaient.
(Eurêka, n°1)
c : Tant que les astronomes n’ont pas eu accès aux autres domaines de longueurs d’onde, ils n’ont donc pu qu’essayer de déduire la nature des molécules mères de celles des produits de photolyse observés. Cela a conduit Whipple, vers 1950, à imaginer son fameux modèle de comète en « boule de neige sale », où domine l’eau sous forme de glace, mélangée à des « impuretés » […]. Mais, à l’époque, aucun de ces constituants n’avait été directement observé […]
En 1950, l’astronome américain Fred Whipple proposa le modèle de la « boule de neige sale » pour les noyaux cométaires. Cette hypothèse hardie s’est trouvée fort bien confirmée par les observations, [légende]
(la Recherche, n°271, p. 1274-1275)
d : « Maintenant, il faut expliquer son origine », avance Jacques Paul, astrophysicien au Commissariat à l’énergie atomique, spécialiste de ce rayonnement. L’hypothèse favorite repose sur les rayons cosmiques. Des protons et des électrons qui foncent à la vitesse de la lumière en spiralant dans le halo le long des lignes de force du champ magnétique galactique. En heurtant les protons, visibles ou infrarouges, émis par les étoiles de la galaxie et qui traversent le halo en ligne droite, ces chauffards cosmiques produiraient les gamma.
(Libération, 02/12/1997)

***

49Il s’avère au total que le dialogisme interactionnel constitutif de l’explication monologale (les réponses aux questions supposées des lecteurs : quoi ? comment faire ? pourquoi est-ce ainsi ?) correspond non seulement aux représentations spontanées que l’on a de l’explication (mémoire des formes didactiques de la transmission des savoirs à l’école) mais également aux représentations que l’on a (et/ou auxquelles les médias nous exposent) de l’activité principale des astronomes et des astrophysiciens : décrire les objets du ciel, trouver les moyens de les observer, expliquer l’origine de l’univers. C’est pourquoi les trois formes de questionnements sous-jacents que l’on a exposées ainsi que les différentes réponses apportées relèvent, pour nous, du mode discursif explicatif, même si seule l’explication/compréhension, qui tisse des relations entre objets, paraît présenter les caractéristiques de l’explication scientifique, en tant qu’opération cognitive.

50Mais considérer l’explication en tant que catégorie discursive nous amène à rapporter ses différentes formes à leurs fonctionnements intra- et inter-discursifs. Car si les réponses aux deux premières questions (qu’est-ce que c’est ? comment on fait ?) semblent s’élaborer sur l’axe horizontal, au fil du texte (paradigmes désignationnels, chronologies d’actions à effectuer), contribuant ainsi à l’homogénéité des savoirs et savoir-faire diffusés et montrés, la réponse à la troisième (pourquoi cela se passe-t-il ainsi ?) s’élabore essentiellement dans l’ordre vertical, tissant des fils interdiscursifs entre fragments hétérogènes, plus ou moins présents selon le support, par lesquels s’introduisent les savoirs anciens et nouveaux du domaine (dialogisme intertextuel). Cet axe vertical, « où viennent interférer des discours déjà tenus, des discours antagonistes ou des discours voisins », est celui « où on s’autorise à localiser une mémoire, en entendant par là, non la faculté psychologique d’un sujet parlant, mais ce qui se trouve et demeure en dehors des sujets, dans les mots qu’ils emploient » (Lecomte, 1981, p. 71), mémoire dont M. de Certeau « nous paraît vouloir dire qu’elle est cette sorte de jeu subtil qui consiste à enrichir des objets que le discours charrie, au hasard de leurs rencontres avec d’autres […]. Mémoire-savoir qui recèle toutes les ruses de l’assemblage des discours et de leurs fragments […] » (Lecomte 1981, p. 72).

  • 17 En particulier Libération, mais pas uniquement : voir la récente rubrique Astronomie du journal le (...)

51De cette mémoire, à observer les différents corpus mobilisés dans le présent ouvrage, les médias en jouent, semble-t-il, pour construire des représentations de la science, ainsi que pour introduire les discours d’autorité du domaine auxquels ils choisissent de nous exposer et qu’ils convoquent pour garantir la validité de leurs propres discours, face à la fragilité des théories d’un domaine où il s’agit parfois d’expliquer l’inexplicable. En cela, médias spécialisés, médias spécialisés généralistes et médias ordinaires ne paraissent pas fonctionner différemment dans le domaine des sciences de l’univers. Mais ce qui les différencie, c’est la forme de la mise en texte de cette mémoire interdiscursive du domaine et la place qu’on lui donne : renvoyée parfois à des encadrés, des chronologies, des glossaires dans la presse spécialisée, dans une écriture proche du manuel scolaire ou de la représentation scolaire que l’on a de la didacticité dans la presse spécialisée généraliste, alors que la presse ordinaire17 joue sur une écriture à la fois pimpante et désinvolte, rendant compte des émotions de l’astronome (voir exemples 4) et de la joie que procure l’observation de phénomènes non établis, participant ainsi à ce que l’on décrit plus loin (chapitre 5) comme « le gai savoir ».

52Ayant ainsi cherché à articuler une réflexion sur l’explication et une réflexion sur la diffusion des sciences de l’univers, on conclura que deux sortes de représentation semblent s’entrecroiser au fil des discours des médias ordinaires ou spécialisés diffusant des savoirs du domaine des sciences de l’univers : la représentation de ce que serait l’explication, en tant que catégorie privilégiée d’un discours de transmission de connaissances, représentation qui influe sur l’écriture des scripteurs et sur les attentes, donc sur la réception des lecteurs ; la représentation de ce que sont les sciences de l’univers, science qui fonctionne sur de l’observation de ce que l’on croit percevoir et que l’on reconstruit, sur du jamais établi et du toujours incertain. Mais n’est-ce pas ces doutes inhérents au domaine, qui, rendant ainsi la science plus humaine tout en lui gardent son mystère, expliqueraient pour une part la popularité de l’astronomie ?

2 La divulgation d’un savoir non encore établi*

  • * Ce développement a été rédigé par Florence Mourlhon-Dallies, maître de conférences, université Par (...)

53Placées sous le signe de l’inconnu, du mystère des origines qui a toujours passionné les lecteurs, les recherches et les découvertes en astrophysique font régulièrement l’objet d’articles et de dossiers dans les revues scientifiques à grand tirage. De 1994 à 1996, les théories du big bang et les hypothèses sur les trous noirs ont ainsi constitué des sujets de prédilection de ce type de presse, et des revues comme Sciences et Avenir, Science & Vie, Pour la Science, la Recherche n’ont pas hésité à se faire régulièrement l’écho de questions théoriques encore en débat. Devant ce qui n’est qu’un savoir en construction, demandant à être établi, comment les articles de ces revues de divulgation des connaissances parviennent-ils à construire un discours à la fois fidèle aux interrogations de la discipline et accessible à leurs publics ?

2.1 Entre divulgation de savoirs et construction de la connaissance

54Les articles étudiés appartiennent à des revues scientifiques généralistes, lesquelles rapportent les découvertes les plus récentes de l’astrophysique (mais aussi de la médecine, de la paléontologie ou de la chimie). En tant qu’ils diffusent des discours sources émanant de la communauté scientifique de l’astrophysique, ces articles entrent dans la catégorie des discours de transmission de connaissances : ils ont une vocation didactique et relèvent d’une démarche de vulgarisation scientifique, mettant à la portée du plus grand nombre les connaissances du domaine. Cependant, dans le cas qui nous intéresse, nous utiliserons plus volontiers le terme d’articles de « divulgation scientifique ».

2.1.1 Une didacticité à plusieurs visages

55En effet, parler de divulgation scientifique plutôt que de vulgarisation scientifique, c’est souligner qu’il existe plusieurs types de didacticité à l’œuvre dans la presse scientifique à grand tirage et que celle-ci n’est pas, comme on pourrait le penser un peu naïvement, un simple instrument servant à rendre plus savants des lecteurs ignorants. On peut en effet estimer que ces publications diffusent des savoirs, des connaissances, et même des représentations de ce qu’est la connaissance. Dans l’ensemble de termes précédemment cités, un certain nombre de distinctions s’imposent. Les « savoirs » renvoient à des résultats établis, souvent institutionnalisés par des enseignements, répertoriés dans des encyclopédies et mis à contribution dans des applications de type technique. Les « connaissances » correspondent à un état des lieux du champ disciplinaire, englobant les savoirs mais aussi des découvertes plus récentes, des hypothèses et des théories reconnues mais pas toujours établies. La « connaissance », elle, est de nature épistémologique : on interroge par là les modes d’élaboration, de construction et de falsification du savoir. On ne vulgarise pas la connaissance, mais cette dernière peut être exhibée dans ses fondements, saisie dans son cheminement historique et disciplinaire. C’est ce qui se produit notamment dans les articles examinés, lesquels se situent – par les thèmes qu’ils abordent – au coeur de ce qu’on peut considérer comme un vaste chantier théorique propice aux remises en question. De fait, nous aimerions montrer qu’il se construit au fil des pages un discours de divulgation scientifique à deux dimensions, jouant certes sur des éléments canoniques de mise à portée des connaissances (comme les glossaires, les encadrés et les schémas explicatifs) mais intégrant également des développements qui visent à faire émerger l’intérêt d’une découverte ou le bien fondé d’une théorie et qui interrogent alors les fondements de la connaissance en astrophysique.

56Cette double visée des articles – transmettre des connaissances et ancrer la connaissance dans le champ disciplinaire – transparaît, semble-t-il, dans l’organisation des surfaces textuelles, qui présentent un corps central rédigé, consacré à l’état des lieux du domaine, « troué » de blocs textuels définitoires ou explicatifs. C’est ainsi que l’éclatement des surfaces, qui sert sans nul doute des impératifs éditoriaux (aérer la page, permettre un parcours de lecture différenciés, permettre de feuilleter facilement la revue) manifesterait la diversité des types de didacticité. Les glossaires, par exemple, qui proposent les listes de définitions de termes techniques, et qui figurent en dehors du corps de l’article, donnent au lecteur le moyen de suivre les développements de l’article central : il s’agit de blocs de savoir encyclopédique, que l’on peut qualifier de connaissances de base du domaine (à mémoriser).

Les céphéides sont des étoiles dont l’éclat varie régulièrement. Leur période de pulsation indique leur luminosité intrinsèque qui, par comparaison avec leur luminosité apparente, permet de déterminer leur distance et celle des galaxies dans lesquelles elles se trouvent. Les céphéides jouent ainsi le rôle d’étoiles-étalon jusqu’à la nébuleuse d’Andromède.
(Sciences et Avenir, septembre 1996, p. 77)

57Les encadrés et les schémas légendés développent pour leur part tel ou tel aspect scientifique ou technique du sujet central ; on pourrait parler d’aides à la compréhension ou au raisonnement (qu’il convient de maîtriser dans ses grandes lignes).

Schéma 5. UN UNIVERS AUTOREPRODUCTEUR est comme une ramification de bulles inflatoires. Les couleurs représentent des jeux différents de lois de la physique. Les propriétés de l’espace, dans chaque bulle, ne dépendent pas de l’instant de formation de la bulle. En ce sens, l’univers tout entier peut être stationnaire, même si la théorie du big-bang s’applique à l’intérieur de chaque bulle.
(Pour la Science, janvier 1995, p. 55)

58Quant à l’article lui-même (c’est-à-dire la partie centrale rédigée en continu), il dresse un état des lieux du domaine au vu d’une découverte scientifique récente, annoncée ou suggérée dans son titre. Sa fonction principale semble être, non de donner une explication, fonction dévolue fréquemment (mais non exclusivement) aux encadrés et glossaires, mais de tenir au courant, d’informer de l’état des connaissances. Ce sont essentiellement ces parties centrales qui seront examinées ici.

2.1.2 Les représentations de la véracité scientifique

59Le fait que les parties centrales des articles étudiés se centrent sur de grandes « découvertes » scientifiques amène plusieurs remarques. Cela confirme, en premier lieu, que les revues en question relèvent d’une certaine presse d’information, qui sélectionne (voire construit) les événements scientifiques – ce qui n’exclut pas qu’elle aide à comprendre, qu’elle explique quelque chose à ses lecteurs. Cependant, en mettant l’accent sur de grands événements scientifiques, les journalistes sont amenés à évoquer les soubresauts de la connaissance, les grandes étapes de son édification. En cela, on peut faire l’hypothèse que les articles étudiés exhibent ce sur quoi on a coutume d’asseoir la connaissance dans nos sociétés et qu’ils intègrent donc différentes représentations, à valeur argumentative, de ce qu’est un fait scientifiquement prouvé aux yeux du grand public.

60Si créer journalistiquement un événement scientifique demande de jouer sur le sensationnel, la narration d’une découverte scientifique récente nécessite également de faire le départ entre les faux espoirs et les découvertes véritables, d’exposer les conflits entre théories rivales, de concilier les données de l’expérience et les hypothèses mathématiques les plus connues. Le journaliste est ainsi appelé à mettre en œuvre ce que P. Charaudeau (1995, p. 20) qualifie de « stratégie de crédibilité », car « pour être entendu, le locuteur doit être jugé crédible, c’est-à-dire, au fond, apte à dire le vrai, ou plus exactement, apte à savoir dire le vrai ». Ce « savoir dire le vrai » est le talent d’établir la véracité scientifique de son propos, la recherche de la vérité scientifique étant réservée au domaine de la recherche, située en amont de la vulgarisation. On peut penser cependant que moins une vérité scientifique est établie, plus ardue est la tâche qui consiste à la diffuser, en donnant une crédibilité à son exposé. C’est souvent d’ailleurs le paradoxe des articles de vulgarisation scientifique en astrophysique que de donner à connaître un savoir rarement stabilisé, ce que J.-M. Lévy-Leblond (1996, p. 21) exprime en ces termes : « Si la plupart des efforts aujourd’hui déployés pour partager les savoirs émergents sont si peu efficaces, c’est que leurs soubassements ne sont pas assurés : comment expliquer la nature des quarks quand l’organisation du noyau atomique reste mystérieuse, celle des quasars quand la constitution des galaxies est méconnue ».

61De fait, l’astrophysique abonde en théories contradictoires et en remises en cause successives, du fait qu’elle évolue souvent aux limites de la connaissance. La discipline a ceci de particulier que les hypothèses qui s’y voient formulées sont difficilement falsifiables ou vérifiables, en l’absence d’expérimentation à grande échelle (et ce, sans ignorer les possibilités de la simulation informatique ni les apports des clichés réalisés par les satellites et les télescopes, toujours plus sophistiqués). Telle théorie que l’on croyait inattaquable se voit remise en cause par telle observation, sans que l’on puisse dire pour autant que la théorie n’est pas malgré tout encore valable (ou partiellement valable) compte tenu de l’imprécision et des aléas de l’observation. Témoigne, entre autres, de ce phénomène le début de l’article ci-après, intitulé « Le Big Bang à l’épreuve du ciel » :

Les récentes observations malmènent les modèles cosmologiques actuellement en vigueur. Au coeur de la tourmente, la question de l’âge de l’Univers et, surtout, celle de la masse manquante.
Elles pleuvent drues les nouvelles découvertes en astronomie ! Au point que les dernières versions du modèle du Big Bang doivent à nouveau inventer des parades pour cadrer avec les dernières observations.
(Sciences et Avenir, septembre 1996, p. 76)

62Ailleurs, il est question des insuffisances du Big Bang au regard des nouvelles données observables :

Devrons-nous bientôt abandonner l’idée que l’Univers s’est créé par expansion d’une boule unique, extrêmement chaude et dense ? Mes collègues et moi avons quelques raisons de penser que cette théorie du Big Bang est fausse : notre nouvelle théorie se fonde sur la notion, apparue il y a quinze ans, que l’Univers a connu une période d’« inflation » au cours de laquelle il a grossi exponentiellement en une fraction infinitésimale de seconde ; après la phase d’expansion, l’Univers a poursuivi son évolution selon le modèle du Big Bang. […]
Selon la théorie de la relativité générale, l’espace pourrait être très courbé, avec un rayon de l’ordre de la longueur de Plank, soit 10-35 mètre. Toutefois nous observons que notre Univers est plat sur des distances de 1020 mètres (le rayon de la partie observable de l’Univers). Ce résultat d’observation diffère des prévisions théoriques de plus de 60 ordres de grandeur !
Le fossé entre la théorie et l’observation est analogue à propos de la taille de l’univers.
(Pour la Science, janvier 1995, p. 48)

63Vues par un journaliste spécialisé, avec un regard plus distancié que dans l’extrait précédent (dans lequel l’énonciateur se positionne comme un chercheur engagé dans le débat qui anime le domaine), ces remises en question du modèle du big bang sont ainsi rapportées :

La théorie de la nouvelle inflation gagne rapidement les cercles cosmologistes. De nombreuses équipes rivalisent d’imagination pour ajuster les paramètres de l’inflation afin que leurs modèles collent le mieux possible aux observations actuelles. Certaines voix discordantes se font entendre. Pour les uns, la contrainte d’une géométrie parfaitement plate qu’elle impose semble en finale extraordinairement trop forte. Pour les autres, l’inflation leur apparaît comme un phénomène magique […].
(Science & Vie, décembre 1994, p. 89)

64Face à cette instabilité constitutive de la discipline, sur quoi fonder l’exposé de l’état de la connaissance ?

65Pour fonder la crédibilité de leur dire, les journalistes semblent produire essentiellement trois types de garants qui établissent la véracité d’une avancée scientifique. Ils prennent en compte :

  • ce qui peut être vu, observé, testé (le concrétisable) ;
  • ce qui peut être démontré, calculé (le mathématique) ;
  • ce qui peut être extrapolé, envisagé, raisonnablement pensé (le spéculatif).

66Et certains développements mêlent sur quelques lignes ces trois sortes de considérations, comme dans l’exemple suivant. Une photographie (de l’ordre de l’observé) est confrontée à un modèle essentiellement mathématique et physique (de l’ordre du calculé) pour mettre en évidence une incompatibilité (« impossible », « inacceptable ») dans une perspective purement rationnelle et spéculative :

Une image impossible : La grande bulle rouge est une galaxie proche, la petite un quasar lointain : comment expliquer le pont de lumière qui les relie ? Une énigme inacceptable dans le modèle du big-bang. De sa résolution dépend toute l’histoire de l’univers.
(Science & Vie, janvier 1994, p. 41)

67Cela étant, selon les disciplines, une place plus ou moins importante est accordée à ce qui se donne comme observé, à ce qui se donne comme prouvé et à ce qui se donne comme déduit. Ainsi, en parcourant d’autres articles que ceux consacrés à l’astrophysique, on constate qu’en médecine par exemple, l’observé concrétisable est très présent : les tests en laboratoires et les statistiques épidémiologiques, les comptes rendus opératoires et les médicaments élaborés sont autant de témoins de l’avancée de la connaissance… En mathématiques fondamentales en revanche, c’est le calcul qui l’emporterait. En physique et en chimie, les articles semblent accorder une égale importance au mathématisable et au spéculatif (aux retombées possibles dans la vie courante). L’archéologie conduit, semble-t-il, à jouer à part égale sur les trois plans : la découverte de vestiges renvoie au concrétisable de la discipline, les techniques de datation ou les analyses quantifiées des nécropoles en font une science où intervient le mathématisable, preuve scientifique par excellence ; quant au spéculatif, il est largement représenté par l’interrogation que toute découverte pose sur l’époque que l’on s’attache à connaître.

68Ainsi, si les considérations mises en avant par les journalistes pour asseoir et valider une découverte (ou la contester) se retrouvent dans les articles inhérents à différents domaines scientifiques, il est des domaines qui appellent plus que d’autres tel ou tel type de « montage » argumentatif, des schématisations (au sens où l’entend généralement J.-B. Grize). Bien entendu, il s’agit de simples représentations diffusées par la presse : les éléments mis en avant par les journalistes peuvent être fort éloignés de ce que les scientifiques de la communauté « mère » considèrent comme une preuve. Ce qui se joue, par conséquent, dans une telle mise en discours, c’est le rapport complexe entre la connaissance scientifique et sa reconnaissance sociale, qui passe par la divulgation au plus grand nombre de découvertes fondamentales.

2.1.3 L’astrophysique : du coté de l’intangible et de l’inexpliqué

69Si l’on observe le type de schématisation mobilisé préférentiellement en astrophysique, on constate que les articles jouent fréquemment sur le spéculatif alors que le concrétisable et le mathématique sont utilisés sous certaines conditions. De fait, le concrétisable est essentiellement posé comme l’insondable, l’exploration des confins de l’univers restant problématique. Le mathématique, quant à lui, atteint ses limites théoriques devant le mystère des origines : il se heurte à l’inexpliquable. Mais il fait aussi l’objet d’une sorte de censure, certains calculs restant hors de portée du grand public du fait de leur complexité. Tout cela est d’ailleurs clairement exprimé dans des articles qui consacrent une grande partie de leur développement à décrire les limites de la connaissance actuelle.

70La limitation la plus apparente est d’ordre matériel. Le concrétisable est, dans cette discipline, essentiellement d’ordre visuel : on ne peut pas toucher une étoile, « on voit tout de loin ». Aussi tout nouveau cliché est-il un événement, plus qu’une image, une preuve, la source d’une hypothèse, d’une remise en question. Les choses évoluent cependant avec la révolution annoncée des grands télescopes, l’accélération des phases d’exploration et les prélèvements effectués à distance par des engins, les nouvelles possibilités de simulation et de tests informatiques :

Premier décembre 1989 : nouveau lancement d’une fusée Proton depuis Baïkonour […] Depuis lors, SIGMA a recueilli une surprenante moisson de résultats. Une découverte majeure concerne les régions centrales de notre galaxie, un champ inaccessible aux observations dans le visible, où l’ensemble des phénomènes observés par SIGMA dans la bande gamma signalent la présence d’un trou noir.
L’astronomie vit aujourd’hui une révolution majeure : de nombreux télescopes opèrent maintenant depuis l’espace, au-delà de l’atmosphère terrestre qui constitue un écran infranchissable pour la plupart des rayonnements.
(Science, Technique, Technologie : revue sur la recherche industrielle, mars 1994, p. 18)

71Le mathématique a, quant à lui, une double valeur argumentative. Il est mobilisé dans les définitions et les explications : il vaut donc comme une source d’enracinement de la vérité scientifique. Mais il subit en même temps une certaine remise en cause : il n’est plus le garant infaillible des résultats, comme en témoignent les interrogations autour de la constante de Hubble. Relativisées, les mathématiques ne sont plus présentées que comme un moyen parmi d’autres de fonder la connaissance. Par ailleurs, on peut penser que le mathématique est volontairement restreint dans les articles pour des questions strictement éditoriales : il s’agit, ne l’oublions pas, de « textes-marchandises » destinés à la vente, adressés à un large public, et qui se doivent par conséquent d’être accessibles. On remarque ainsi que les articles qui se risquent sur le terrain du débat mathématique figurent dans les revues les plus sélectives de notre corpus (comme la Recherche ou comme Science, Technique, Technologie) et aussi les moins diffusées. Encore, introduit-on ces questions théoriques avec précaution, en rappelant la difficulté prêtée d’ordinaire au sujet :

La théorie de la relativité générale a longtemps occupé une place à part dans l’ensemble de la physique. […] De plus, cette image de beauté intellectuelle s’est nimbée d’une aura d’incompréhensibilité encore renforcée par une mythologie quasi romantique liée à sa création par le « penseur solitaire » Albert Einstein.
(la Recherche en astrophysique, p. 189)

72Dans les autres revues destinées à un plus large public, on évoque les théories mathématiques sans les exposer véritablement, soit en faisant l’historique de la discipline :

Dès 1967, Andreï Sakharov avait établi les conditions dans lesquelles une théorie future pourrait rendre compte de l’asymétrie observée. Ces conditions furent réalisées une dizaine d’années plus tard par les premières théories de la grande unification. Aujourd’hui il semble cependant que l’asymétrie entre matière et antimatière soit plutôt due à l’interaction électrofaible. Mais ceci est une autre histoire…
(Science & Vie, décembre 1994, p. 78)

73soit en jouant sur des métaphores plus ou moins clarificatrices :

Au commencement, il y aurait une autre dimension qui conduirait à un autre monde. Lui-même aurait une dimension qui le ferait communiquer avec un autre, en une espèce d’enfilade labyrinthique.
Dans un langage vraiment scientifique, les choses se présentent sous forme d’équations nettement moins imagées.
(Sciences et Avenir, septembre 1996, p. 74)

74Les choix de politique éditoriale et les limitations d’une connaissance en cours d’élaboration concourent donc, dans la majorité des cas, à privilégier le spéculatif (ce que l’on peut penser sans occulter la part de mystère) plutôt qu’à développer des affirmations, qu’il faudrait prouver par de longues explications.

2.2 Un discours fondé sur l’inconnu

75Comme nous venons de le voir, l’astrophysique est un domaine scientifique spéculatif fortement évolutif, au sein duquel les hypothèses sont peut-être plus présentes que les savoirs. D’une certaine manière, l’existence d’articles de mise à portée des recherches et découvertes en astrophysique ne va pas de soi et l’on s’attendrait à ce qu’un domaine aussi ardu et si souvent sujet aux spéculations que l’astrophysique donne lieu à une mise en discours très prudente et à des articles « rédigés au conditionnel ».

2.2.1 L’expression du non-certain

76Dans la majorité des articles étudiés, l’outillage formel de l’analyse linguistique rend peu compte du discours de l’incertitude qui sous-tend les textes. On ne peut que constater une présence discrète des marques grammaticales (modes verbaux) et lexicales (termes exprimant le doute ou la probabilité) relevant de la modalité linguistique épistémique. Ainsi, le conditionnel est loin d’être le mode dominant des articles étudiés, même si on en trouve des exemples :

Bien que les observations de COBE soient conformes aux prédictions de la théorie inflatoire, il serait prématuré de prétendre que le satellite a confirmé la théorie. […]. Nous devons rester ouverts, car de nouvelles données d’observation viendront peut-être contredire la cosmologie inflatoire.
(Pour la Science, janvier 1995, p. 54)
Avant le Big Bang, par exemple, il pourrait y avoir eu un autre Big Bang. Les modèles cosmologiques en cours prévoient en effet que, si l’Univers est suffisamment dense, il pourrait connaître, sous l’action de la gravitation, une phase d’extension, puis d’effondrement rapide sur lui-même jusqu’à des densités et des températures infinies. C’est le Big Crunch.
(Sciences et Avenir, septembre 1996, p. 80)

77Pour exprimer des hypothèses ponctuelles ou pour faire état de spéculations à l’échelle de l’univers, le conditionnel n’est que très ponctuellement mobilisé, lui qui « par nature, ne se conçoit pas en dehors de la conjecture » (Martin, p. 133). L’indicatif est bien plus souvent employé sans pour autant se doubler des marques de la modalité épistémique, lesquelles indiquent le caractère plus ou moins certain, probable, exclu ou contestable de ce qui est énoncé. Rares sont en fait les phrases comme ci-dessous :

Par exemple, il semble acquis que les pulsars sont des étoiles à neutrons en rotation rapide sur elles-mêmes
(la Recherche en astrophysique, p. 207)
Même si de très nombreux points restent encore à éclaircir, ce surcroît d’émission est très probablement relié à l’anhilation de positrons issus d’un plasma de paires électron-positron confiné dans les zones les plus centrales d’un disque d’accrétion.
Pour expliquer cet événement, on peut supposer qu’un changement des conditions d’accrétion a provoqué une diminution du flux des photons X émis à la périphérie du disque.
(Science, Technique, Technologie, mars 1994, p. 21)

78Le plus souvent, l’incertitude n’est pas niée : elle est au contraire exhibée, une bonne fois pour toutes, pour laisser place ensuite à un scénario cohérent, accessible au néophyte :

La majorité des cosmologistes pense, aujourd’hui, que l’Univers a commencé son existence par une énorme explosion, le big-bang, à partir d’un état extrêmement petit, chaud et dense. Au cours d’une longue évolution d’environ 15 milliard d’années, la « soupe » primordiale de matière se serait progressivement complexifiée pour donner naissance aux galaxies, étoiles, planètes et coquelicots sauvages…
(Sciences et Avenir, décembre 1994, p. 4)
Les astrophysiciens se mirent au travail pour explorer cette piste. En extrapolant les lois de la physique connues vers les températures extrêmes de l’Univers primordial, ils ont pu reconstituer les étapes suivantes.
10-43 seconde
Ce qui deviendra l’Univers observable d’aujourd’hui n’a que 10-33 cm de diamètre, 10 millions de milliards de milliards de fois plus petit qu’un atome d’hydrogène […]
10-35 seconde
L’Univers continue son expansion et s’est refroidi d’un facteur 10000 […]
(Sciences et Avenir, décembre 1994, p. 5-6)

79On pourrait déduire d’un tel exemple que le « non-certain » présente peu d’intérêt pour les journalistes, quand il relève d’incertitudes intellectuelles, mais qu’il fascine lorsqu’il rime avec l’Inconnu et ses mystères. Les choses sont plus complexes toutefois, car bien souvent les hésitations et les tâtonnements de la pensée ont droit de cité dans les articles dès lors qu’ils sont insérés dans un récit de découverte, qui rapporte les péripéties de la connaissance.

2.2.2 La figuration des interrogations du domaine

80Au niveau discursif, on observe qu’il existe trois modes de figuration des interrogations qui traversent le domaine de l’astrophysique, et qui, loin d’occulter les limites de la connaissance, innervent le corps des articles. Ces trois modes de figuration sont « le feuilleton à rebondissements », « la polémique scientifique », « le tableau distancié ». Il est à noter que nous avons préféré modes de figuration à figures de style, car notre description prend en com pte différents niveaux d’analyse, liant l’étude du lexique (avec les champs sémantiques du nouveau, du rival, de l’autre) à l’examen des schémas narratifs (tel celui du feuilleton) ainsi qu’à l’observation de la disposition textuelle (des encadrés, des tableaux et des légendes). Le terme modes de figuration, suggère aussi que l’enjeu de l’analyse des articles va au-delà de la description de « façons d’écrire », s’ouvre sur des extérieurs au texte, qui seront examinés au terme de ce développement analytique.

Le feuilleton à rebondissements

81Dans les articles, le non-certain prend le plus souvent la forme d’une remise en cause de l’ancien par le nouveau, dans une histoire de l’univers, qui tient alors du feuilleton à rebondissements. Le phénomène s’observe partout y compris dans les revues qui exigent de leur lecteur un niveau scientifique assez élevé. Ainsi, l’article théorique de fond Le renouveau de la relativité générale met-il en scène le piétinement ponctuel de la discipline, relancée par l’épisode de la découverte du pulsar binaire :

En somme, malgré le remarquable renouveau de la relativité générale, malgré, par exemple, les beaux travaux théoriques sur les trous noirs, il n’était pas possible de prouver de façon convaincante que tout ce corpus théorique avait la moindre pertinence dans le réel.
Un tournant : le pulsar binaire.
Cette situation aurait pu se prolonger sans la découverte, il y a quelques années, d’un astre bien particulier, le « pulsar binaire » PSR 1913 + 16.
(la Recherche en astrophysique, p. 209)

82Le ton, proche de l’oral, peut surprendre dans un article de la Recherche, qui se positionne traditionnellement sur le marché de la presse scientifique comme une revue très « sérieuse ».

83Cet éthos (largement présent dans la presse quotidienne, voir chapitre 5) se retrouve, de manière plus attendue, dans Sciences et Avenir et dans Science & Vie qui mettent davantage encore l’accent sur le capital d’émotion libéré par la découverte scientifique :

Quelques francs-tireurs se lancèrent alors dans l’accumulation de milliers de décalages spectraux. En 1976, Marc Davis conçut à Harvard la z-machine […]. Il établit ainsi avec ses collaborateurs une première carte en trois dimensions de l’univers proche […]. Sa publication fut ressentie comme un coup de tonnerre. Elle décrivait un univers très peu homogène […].
Pourquoi un tel choc, accompagné d’une certaine incrédulité ?
(Science & Vie, décembre 1994, p. 76-77)
Dans le même temps, une série de tests observationnels, proposés par Sandage et devant aider à choisir entre le modèle classique (espace euclidien sans courbure), le modèle stationnaire (Univers étemel) et les modèles avec big-bang, éliminaient sans ambiguïté les deux premiers pour ne laisser subsister que les derniers. Fred Hoyle, lui-même, reconnut alors que le modèle stationnaire, malgré toutes ses alléchantes propriétés, était gravement « infirmé ».
Pour toujours ? On a longtemps cru que les développements postérieurs de la cosmologie théorique et les progrès de l’observation jetteraient aux oubliettes de l’Histoire le modèle stationnaire. Or, c’est en s’appuyant sur les plus récents développements cosmologiques que Fred Hoyle relance son modèle, notamment avec la théorie de l’inflation ou encore les propriétés du vide quantique.
En effet, la cosmologie actuelle découvre le rôle essentiels que joue dans l’expansion de l’espace une composante nouvelle, l’énergie du vide quantique.
(Science & Vie, janvier 1994, p. 37)

84Dans ces deux exemples, les interrogations rhétoriques sont au service du sensationnel. Ce suspens culmine d’ailleurs au terme de certains articles, dont les conclusions laissent présager des développements ultérieurs :

Pour y porter gravement atteinte, il faudrait parvenir à démontrer l’une des affirmations suivantes […] Mais nous n’en sommes pas là. Pour l’heure, ces piliers majeurs soutiennent toujours solidement le Big Bang…
(Science & Vie, décembre 1994, p. 81)

Mais, comme nous l’avons vu, le modèle du Big Bang dans sa version « New » est loin d’être sans défaut… À cet égard, il n’est lui-même qu’une hypothèse de travail, très provisoire. Attendons le Super-new Big Bang ou… pas de Big Bang du tout. Qui sait ?
(Science & Vie, décembre 1994, p. 133)

85Mais il arrive que la dramatisation du récit s’opère sur un autre mode : à la vision « de loin » des développements théoriques, retraçant à grands traits les avancées de la discipline, succède alors une vision « de près », qui place le lecteur au coeur de la découverte scientifique, tel le témoin privilégié de l’aventure de la recherche scientifique :

Guth ne s’arrête pas en si bon chemin. Il réalise tout de suite que cette inflation est en mesure d’expliquer le mystère évoqué par Dicke, lors de sa conférence à Cornell un an plus tôt. […]
Quelques jours plus tard, au détour d’une discussion à la cafétéria du SLAC, Guth prend conscience que son inflation peut résoudre un autre problème du modèle standard du Big Bang.
(Science & Vie, décembre 1994, p. 87)

86Les hésitations de la discipline et ses avancées en zigzag, nourrissent une sorte d’épistémologie romancée, mise en scène dans tous ses rebondissements sous la forme d’anecdotes, qui n’ont pas le caractère mythique de la pomme de Newton ou du bain d’Archimède, mais tendent néanmoins à insérer dans le quotidien le plus prosaïque les fondements d’une découverte scientifique de premier plan. Ici se noue, dans un contexte scientifique, toute la dualité du feuilleton (littéraire ou télévisuel) qui joue à la fois sur le rêve, sur l’inaccessible et sur la proximité affective, en prenant en compte les détails de la vie de tous les jours.

La polémique scientifique

87Le deuxième mode de figuration des revirements théoriques de la discipline, consiste à se faire l’écho de l’affrontement des théories concurrentes. Le discours ne joue plus sur l’opposition entre l’ancien et le nouveau mais amplifie, ou stylise, la bataille intellectuelle. Voici, par exemple, comment la lutte entre les modèles scientifiques est représentée par des journalistes spécialisés, rapportant le débat qui agite la communauté des chercheurs :

En 1965, la mesure du rayonnement de fond, le « 3K », emporte l’adhésion de la majorité des cosmologistes : la théorie de l’état stationnaire est défaite, celle du Big Bang acquiert le qualificatif de « standard ». Pendant plus de deux décennies, le Big Bang vole alors de succès en succès. Récemment, le vent a pourtant changé légèrement de direction. Diverses observations ont commencé à s’écarter des prévisions du Big Bang et certains aspects secondaires sont remis en cause…
Après son triomphe sur les théories rivales, les trente dernières années ont vu le Big Bang voler de succès en succès.
(Science & Vie, décembre 1994, p. 72)

Il est vrai que le Big Bang absorbe l’essentiel de l’énergie des astrophysiciens. Et les théories concurrentes ont bien du mal à séduire les chercheurs, tous formés dans le moule du Big Bang. Quelques individus isolés osent malgré tout braver les modes et proposent d’autres hypothèses.
(Sciences et Avenir, septembre 1996, p. 82)

88À l’intérieur de la communauté des astrophysiciens, on insiste également sur l’affrontement en camps rivaux, comme dans cet article du chercheur J.-C. Pecker qui s’ouvre sur l’image d’un big bang mis à mal par les nouveaux modèles cosmologiques :

Au fil des décennies, la belle simplicité originelle du Big Bang a perdu de sa superbe : diverses observations blessent son harmonie, les pansements s’accumulent et la cicatrisation se fait mal… l’hégémonie du modèle aurait-elle perdu toute justification ?
(Science et Vie, décembre 1994, p. 123)

89La suite développe l’antagonisme tout aussi explicitement, en jouant sur le lexique de la victoire et de la défaite :

Rien ne permet de décider en faveur de l’une ou l’autre de ces extrapolations. Pourtant, les tenants du Big Bang n’hésitent pas à prendre cette valeur de densité pour acquise et à l’intégrer à leurs paramètres de modélisation. C’est d’ailleurs sur ce socle éminemment fragile qu’ils bâtissent ce qu’ils considèrent comme un succès : la prédiction de la composition en éléments légers. (Science et Vie, décembre 1994, p. 123)

90Cependant dans le monde de l’astrophysique, les querelles théoriques prennent souvent des formes plus complexes : elles ne s’expriment pas seulement dans le sémantisme de termes explicites (comme « concurrentes », « rivales ») mais au fil du texte, dans son développement. Dans l’article ci-dessous, écrit par Andrei Linde, un chercheur engagé dans le débat autour du big bang, l’affrontement théorique est certes d’emblée clairement énoncé :

Devrons-nous bientôt abandonner l’idée que l’Univers s’est créé par expansion d’une boule unique, extrêmement chaude et dense ? Mes collègues et moi avons quelques raisons de penser que cette théorie du Big Bang est fausse : notre nouvelle théorie se fonde sur la notion, apparue il y a quinze ans, que l’Univers a connu une période d’« inflation » au cours de laquelle […].
Les cosmologistes, en affinant la théorie inflatoire, ont découvert des conséquences surprenantes : au lieu d’être une bulle incandescente en expansion, l’Univers serait une énorme mousse fractale qui se régénérerait en perma nence […]
Les cosmologistes n’ont pas imaginé arbitrairement cette vision nouvelle de l’Univers. L’hypothèse inflatoire, qui en est le fondement, fut introduite, parce que la théorie du Big Bang présentait quelques insuffisances.
(Pour la Science, janvier 1995, p. 48)

91On peut cependant remarquer que le tour polémique des premières lignes est comme atténué par la désignation plus vague d’un ensemble de « cosmologistes », dont on peut supposer que l’énonciateur et ceux qui sont donnés comme ses collègues font partie. La remise en cause du big bang (explicitée par des termes comme au lieu) est alors effectuée en prenant appui sur ce groupe relais (qui a observé, qui n’a pas imaginé arbitrairement…). D’ailleurs le chapeau (que l’on peut imputer soit à Linde, soit à un rédacteur de la revue) est beaucoup moins catégorique et agressif puisqu’il énonce simplement :

L’univers semble être composé de bulles qui se forment sans cesse, constituant une mousse éternelle.

92La polémique est également discrètement présente dans cet extrait d’un texte rédigé par un spécialiste :

Les trous noirs : un exemple extrême de champ gravitationnel intense
On voit parfois écrit qu’un trou noir est un corps si dense que la vitesse qu’il faudrait acquérir pour se libérer de son attraction gravitationnelle deviendrait supérieure à la vitesse de la lumière. En fait, cette définition est non seulement techniquement incorrecte (ce qui n’est pas grave) mais surtout conceptuellement trompeuse (ce qui est grave).
(la Recherche en astrophysique, p. 202)

Dans la deuxième moitié des années 70, un nouveau point de vue sur la physique des trous noirs a commencé à être développé. Au lieu de s’intéresser surtout à l’évolution des paramètres (comme M, J, Q) mesurant l’état global du trou noir, les physiciens ont défini des paramètres mesurant l’état local du trou noir et étudié leur évolution.
(la Recherche en astrophysique, p. 203)

Pour finir, on peut citer aussi les intéressants travaux dus, entre autres, à Ruffini, Press, Chandrasekhar et Deitweiler, sur les « modes de vibration » des trous noirs.
(la Recherche en astrophysique, p. 204)

93Personne n’est nommément attaqué : on voit écrit, mais par qui ? On pourrait presque croire dans un premier temps que l’énonciateur effectue une remarque d’ordre didactique (en précisant ce qui nuit à l’enseignement). Il faut en fait poursuivre la lecture, repérer les termes appréciatifs et supposer que s’il y a des travaux intéressants, d’autres le sont moins ; deux camps sont d’ailleurs figurés - ceux qui mesurent l’état global du trou noir et ceux qui mesurent l’état local du trou noir. Ces derniers ont la préférence comme l’atteste le mot-clé (déjà présent chez Linde) de au lieu. Contribuent à la figuration du face à face théorique les italiques (sur global et local), des italiques que l’on retrouve (en remontant le fil du texte) dans le passage (ce qui est grave) c’est-à-dire au moment de la condamnation expresse d’un certain point de vue. On peut donc supposer qu’il y a comme un parcours codé du texte, que seuls les initiés peuvent clairement déchiffrer. Ici, la rivalité n’est pas exacerbée, mais atténuée, le texte (extrait de la Recherche) étant plus proche d’un cours ou d’une conférence que d’un article de presse à grand tirage.

Le tableau distancié

94La dualité théorique n’est pas cependant toujours représentée en termes conflictuels : le troisième mode de figuration des différentes spéculations intellectuelles des uns et des autres consiste ainsi à prendre appui sur l’alternative théorique, en maniant le « ou bien » ou le « selon ». La plupart des articles sont de fait construits sous le signe d’un certain consensus : on se garde de trancher entre les deux versions présentées. Cela permet de ne pas caricaturer le débat scientifique : au lecteur de se faire son opinion. L’article se borne à l’informer et laisse la porte ouverte aux futurs développements théoriques que d’autres articles se chargeront de consigner.

95La forme la plus nette de cette mise en regard est d’ordre textuel : des tableaux pouvant occuper toute la surface de la page matérialisent le désaccord théorique sans le dramatiser, la disposition spatiale en paragraphes symétriques semblant garantir l’équité de l’information.

Le Big Bang à l’épreuve des faits

Le Big Bang à l’épreuve des faits

(Sciences et Avenir, septembre 1996, p. 82-83)

96La disposition textuelle figure ici la fracture entre les hypothèses scientifiques qui sous-tendent les modèles de la cosmologie, sans en passer par les mots qui ont souvent pour effet de figer les deux modèles en camps rivaux.

97Cela étant, si l’exposé sépare par souci de clarté les différents modes de figuration des interrogations qui traversent le domaine de l’astrophysique, ces derniers ne sont pas exclusifs les uns des autres et se voient fréquemment enchaînés, voire entremêlés, dans les articles étudiés. En témoigne la brève étude ci-après, réalisée sur un numéro de Science & Vie de janvier 1994, qui restitue des exemples dans leur lecture linéaire. D’emblée, on constate que l’article joue sur des termes forts, des termes d’accroche, en présentant sur le mode conflictuel (c’est-à-dire selon le deuxième mode de figuration étudié plus haut) la confrontation théorique. Le chapeau initial (p. 33) met explicitement en scène une transgression symbolique de l’ordre scientifique établi :

L’Univers sans le big-bang

La théorie du big-bang est un tabou scientifique. Le voici transgressé par des astronomes qui affirment qu’il n’y a pas eu une seule explosion mais une infinité…
Et l’Univers redevient éternel.

PAR HENRI ANDRILLAT

(Science & Vie, janvier 1994, p. 33)

98Est ici à l’œuvre une figure caractéristique des « procédés littéraires du récit dans la vulgarisation scientifique écrite et télévisée », celle du « héros transgresseur », du « savant qui a accompli un exploit [et] a découvert quelque chose parfois contre l’avis de ses pairs » (Caro 1993). Entérinant, quelques lignes après, le partage en camps rivaux (avec des termes comme ce modèle qui domine, les tenants du big bang), l’article joue par la suite davantage sur le caractère sensationnel et retentissant de la remise en cause. S’y déploie la dramatisation caractéristique du feuilleton, correspondant à ce que nous avons décrit comme le premier mode de figuration des interrogations du domaine. De fait, l’événement s’inscrit dans une perspective chronologique qui permet de retracer, avec émotion, les péripéties intellectuelles du champ :

L’événement est exceptionnel : dans un article récent […], une équipe d’astronomes dirigée par l’Anglais Fred Hoyle affirme qu’il est possible de concevoir une cosmologie sans faire appel à la théorie classique du big-bang. […]
Incroyable remise en cause, alors que ce modèle, qui domine la scène cosmologique depuis près d’un demi-siècle, est unanimement accepté, même si des variantes ou encore certaines différences d’interprétation subsistent. Inimaginable aussi d’avoir pu réinterpréter les observations astronomiques qui s’accumulent de manière exponentielle ces dernières années et qui semblent donner raison aux tenants du big-bang.
(Science & Vie, janvier 1994, p. 33)

99Ensuite, le débat qui anime le champ de la connaissance est exprimé selon le troisième mode de figuration identifié, l’alternative théorique. Le corps de l’article est traversé par une série d’encadrés qui matérialisent, face à face, les points de vue des deux théories abrégées respectivement en BB (big-bang) et CC (création continue). Jusque dans leur dénomination (une lettre alphabétique redoublée) les théories en présence sont maintenues en balance, sans qu’on prenne parti pour l’une ou pour l’autre. Les questions abordées sont inscrites en caractères gras, puis suivies des réponses apportées par les deux modèles, lesquelles occupent un espace similaire. Ces interrogations sont : L’Univers a-t-il eu un commencement ? Quelle fin du monde ? Les galaxies sont-elles en mouvement ? L’univers est-il organisé ? Peut-on remonter dans le temps ? L’espace est-il infini ? Elles occupent les pages 33 à 40, une surface textuelle très importante puisque l’article ne s’étend en fait que des pages 33 à 41.

100Il existe donc un fort contraste entre la façon dont l’article introduit le débat et la façon dont il le traite. La fin de l’article témoigne de ce changement dans la figuration des incertitudes du champ, la dernière page formulant un bilan consensuel de la situation et ce, jusque dans sa conclusion :

Pas de différence donc, si ce n’est dans la manière de les produire. Pour les tenants du big-bang, simplicité et unité obligent, tout a été produit et déterminé lors de l’explosion primordiale. Pour les nouveaux cosmologistes, c’est à partir des mini-big-bang et dans les étoiles que l’équilibre constaté aujourd’hui à l’échelle globale a été produit. […]
Est-ce à dire que la nouvelle formulation qu’en donnent ses auteurs doive révolutionner la science cosmologique ? Nul ne saurait l’affirmer aujourd’hui. Il n’en reste pas moins qu’il y a aujourd’hui deux manières de dérouler l’histoire de notre Univers.
(Science & Vie, janvier 1994, p. 41)

101Mettre en lumière la variété de figuration des limites de la connaissance astrophysique au sein d’un même article montre combien il est important de tenir compte de la linéarité des textes, afin de ne pas les caricaturer en se focalisant sur tel ou tel aspect de l’écriture. Il apparaît alors que le ressort dynamique du feuilleton n’exclut pas forcément la rigueur théorique ni un certain recul face au débat scientifique. Et l’on constate même que le passage d’un mode de figuration des inconnues de la discipline à une autre se déroule sans heurts.

102Cet enchaînement harmonieux est rendu possible par le fait que chacun des modes de figuration en question est pris dans une trame historique englobante qui sert de fil conducteur aux articles. De fait, tout article fait la part entre ce que l’on pensait, ce que l’on a découvert aujourd’hui, ce que l’on peut en déduire raisonnablement pour l’avenir. Cet ancrage historique assure une unité à des développements aux tonalités par ailleurs variées. Il légitime ainsi la prudence du discours, préside à la formulation des hypothèses, toujours soigneusement datées car placées sous la menace d’une remise en cause ; il entre très nettement en jeu dans la mise en perspective des découvertes lorsque celles-ci sont présentées comme un feuilleton à épisodes ; il offre une toile de fond aux joutes théoriques, l’ancien modèle étant toujours opposé au nouveau ; il permet enfin d’entrer dans la discipline par le biais de l’actualité, de photographier un état des lieux (c’est-à-dire de rentrer dans le débat, non sous l’angle de la démonstration mais sous celui de l’information). D’une certaine manière, l’historique et le chronologique sont le ciment de la divulgation mise en œuvre par les revues étudiées, qui racontent autant qu’elles expliquent. Mais comment interpréter la diffusion de connaissances scientifiques qui s’effectue sous une forme historique ?

2.3 La mise en récit de la connaissance

103Dans chacune des revues examinées, les articles, avec des agencements plus ou moins linéaires, obéissent au même schéma narratif ternaire du récit de découverte. Ils s’ouvrent sur un fait ou un résultat nouveau, après quoi ils opèrent un retour en arrière sur les connaissances considérées jusqu’alors comme acquises, ce qui permet, dans un troisième moment, de mettre en lumière comment la découverte modifie l’état du savoir ou pourrait le modifier à l’avenir.

2.3.1 Récit de découverte et récit des origines

104Afin d’illustrer ce qu’est le canevas type du récit de découverte, on retiendra l’article « L’univers sans le Big-bang » et on suivra le parcours de lecture suggéré par le résumé de l’article, par son début, puis par les têtes de chapitres, en caractères gras, qui le balisent :

La théorie du big-bang est un tabou scientifique. Le voici transgressé par des astronomes qui affirment qu’il n’y a pas eu une seule explosion mais une infinité… Et l’Univers redevient éternel.
L’événement est exceptionnel : dans un article récent de la revue Astrophysical Journal, une équipe d’astronomes dirigée par l’Anglais Fred Hoyle affirme qu’il est possible de concevoir une cosmologie sans faire appel à la théorie classique du big-bang. […]
(Science & Vie, janvier 1994, p. 33)

En 1922, le mathématicien russe Alexander Friedman élabora trois modèles d’Univers sans le terme cosmologique […]
(Science & Vie, janvier 1994, p. 34)

Le panorama général de cette nouvelle description de l’état et de l’histoire de l’Univers suggère donc un monde sans commencement […]
(Science & Vie, janvier 1994, p. 39)

105Événement, rappel, conséquences sont ici particulièrement bien délimités. Autre exemple répondant à ce canevas narratif en trois temps, l’article À la poursuite des trous noirs de la revue Science, Technique, Technologie : commençant par le constat que L’astronomie vit aujourd’hui une révolution majeure (p. 18), le texte construit, dans un deuxième temps, un historique du champ sur plusieurs pages :

Les premiers télescopes opérant dans le domaine gamma furent développés dans les années 60, à partir d’appareils en usage dans les accélérateurs de particules. Ces dispositifs avaient été surtout conçus pour identifier des photons gamma, et non pour mesurer avec précision leur direction d’arrivée.
(Science, Technique, Technologie, p. 18)

Un an après, des observations menées en mars 1992 dans le visible permirent d’estimer que la masse de l’astre compact est supérieure à trois masses solaires, établissant sans conteste la nature trou noir de Nova Muscae, une éclatante confirmation des résultats de SIGMA.
(Science, Technique, Technologie, p. 22)

106Ensuite, l’article s’engage sur une voie plus prospective pour évoquer l’astronomie gamma du siècle à venir :

Notre galaxie abriterait de l’ordre de 5 000 systèmes de ce type, capables à tout instant d’illuminer le ciel gamma.
(Science, Technique, Technologie, p. 22)

107Une caractéristique des articles étudiés serait donc d’insérer toute découverte scientifique en astrophysique dans un récit à forte dimension historique, avec une trame chronologique omniprésente. Or cette permanence de la même structure narrative peut, d’une certaine manière, ne pas surprendre.

108En effet, l’astrophysique, par les thématiques qu’elle développe en abordant fréquemment la question de l’origine du monde, se prête particulièrement aux mises en perspectives dans le temps. P. Caro (1993) ne signale-t-il pas que « les récits de création, la crème du gâteau de la vulgarisation scientifique » voient s’exercer « les meilleurs talents, ceux des astrophysiciens, des préhistoriens, des biologistes » ? « Ce sont les morceaux de science les plus vulgarisés. Ils se substituent quelque part aux récits religieux traditionnels plus ou moins démodés » (p. 137). Et d’ajouter que toutes les disciplines scientifiques ne permettent pas de tels récits : ainsi « la partie de la science qui se prête au jeu bénéficie d’un éclairage public disproportionné par rapport à son importance réelle (mesurée par exemple par le nombre de chercheurs impliqués) et c’est cette partie de la science, et elle seule, qui pénètre la culture, parce qu’elle est en résonance avec des images mythiques populaires » (p. 139). Le récit des origines constitue donc un terrain de prédilection de la vulgarisation scientifique, avec une forte dimension mythique, sous couvert d’un récit historique de développement des avancées de la discipline.

2.3.2 Entre histoire et épistémologie

109Si l’astrophysique permet de raconter de « belles histoires », apparentées aux mythiques récits des origines, le suivi de l’actualité scientifique réalisé par les journalistes donne une autre dimension aux articles étudiés. Ces derniers s’apparentent à des chroniques de la connaissance, si l’on prend en compte la définition suivante :

Récit d’événements sur des faits d’un ordre particulier. Enc. : les chroniques sont des récits historiques dont l’auteur est au moins pour partie contemporain, et qui s’attache à l’ordre des temps. Toutefois, il ne s’astreint pas à distinguer les faits année par année, comme le fait l’annaliste.
(Larousse du XXe siècle, édition de 1933)

110De fait, l’auteur de l’article, qu’il s’agisse d’un chercheur ou d’un journaliste spécialisé, se pose pour partie comme le témoin des débats et des événements qu’il relate. Des mots comme aujourd’hui, nous, assurent un ancrage dans le « ici et maintenant » du champ de la connaissance.

111Ainsi, en restituant l’actualité du champ, chaque article fait le récit plus ou moins sélectif du cheminement non linéaire de la connaissance, en essayant d’en distinguer les tenants et les aboutissants.

112Cependant ces textes ne font pas seulement la chronique des avancées de la connaissance. Ils prennent fréquemment une dimension métadiscursive. Leur objectif premier n’est pas de faire simplement le récit des origines ; chaque article donne à lire le récit du récit de la création de l’univers, et il raconte ce que les scientifiques pensent et comment ils en sont venus à le penser. Pour preuve, ce passage dans lequel le journaliste explicite sans détour ce positionnement :

Il n’en reste pas moins qu’il y a bien aujourd’hui deux manières de dérouler l’histoire de notre Univers.
(Science & Vie, janvier 1994, p. 41)

113En cela, on peut se demander quel est le rapport que de tels articles entretiennent avec l’épistémologie (comprise comme l’approche philosophique de la construction de la connaissance) et avec l’histoire des sciences. Cette question transparaît ponctuellement à la surface des articles eux-mêmes, qu’ils soient rédigés par des journalistes ou par des scientifiques. Ainsi, dans le cas examiné ci-dessous, il apparaît que le journaliste se considère plus proche de l’historien des sciences que de la communauté des chercheurs.

Plus fondamentalement, le big bang possède un atout décisif : il donne un cadre à penser dont les physiciens des particules ou les cosmologues auraient du mal à se passer car il permet les spéculations les plus audacieuses. Pour l’historien des sciences, en revanche, les théories sont toutes partielles et provisoires. Il reste un espace pour le doute et l’interrogation critique. Bref, le débat de la genèse du monde n’est pas clos.
(Sciences et Avenir, septembre 1996, p. 82)

114Ailleurs, le journaliste qui effectue le récit de la construction des connaissances prend du recul pour se rapprocher d’un penseur, proposant en conclusion une sorte de réflexion épistémologique :

À la fin de ce voyage parmi des concepts étranges, des temps infinitésimaux, des « faux vides », des gravitations « négatives », il n’est peut-être pas inutile d’écouter le mathématicien et philosophe A.N. Whitehead : « Il n’est pas d’erreur plus commune que de supposer que, parce que des calculs prolongés et justes ont été effectués, le résultat en est obligatoirement applicable à certains phénomènes naturels. »
(Science & Vie, décembre 1994, p. 89)

115Or, dans le même article, le paragraphe précédent se caractérisait plutôt par la dramatisation des rebondissements théoriques, au moyen du présent de narration :

La théorie de la nouvelle inflation gagne rapidement les cercles cosmologistes. De nombreuses équipes rivalisent d’imagination pour ajuster les paramètres de l’inflation afin que leurs modèles collent le mieux possible aux observations actuelles.
(Science & Vie, décembre 1994, p. 89)

116De la mise en scène des découvertes, vécues en direct, à la prise de recul finale, qui place l’énonciateur dans une posture quasi-philosophique, un monde est rapidement franchi, de la chronique à l’épistémologie. De tels changements dans la représentation de l’énonciateur –narrateur ne sont pas réservés aux articles des journalistes scientifiques. Dans l’extrait ci-après, l’énonciateur – qui se présente dès le début de l’article comme un chercheur dressant l’état des lieux du domaine – change un instant de rôle pour se positionner en penseur dans une perspective épistémologique :

Le cadre conceptuel et mathématique de cette théorie fut élaboré de 1907 à 1915 grâce à un long cheminement intellectuel parcouru en grande partie en solitaire par Einstein, avec cependant l’aide déterminante, à plusieurs reprises, de collaborations […]. Cette longue recherche théorique eut comme point de départ une simple intuition fondée sur les sensations qu’éprouverait un homme tombant d’un toit. On peut remarquer en passant que le caractère quasi-onirique de cette intuition fondatrice, le fait qu’elle a été suivie de multiples tâtonnements intellectuels que ne guidait aucune expérience, et le fait qu’elle a conduit à une révolution profonde de penser l’espace et le temps, font qu’Einstein incarna, pendant les années 1907-1915, le paradigme du somnambule koeslerien, c’est-à-dire du physicien dont la recherche théorique tout entière se déroule non dans la clarté intellectuelle d’une pensée pleinement consciente d’elle-même, mais dans le demi-jour d’une pensée qui ne sait vers quoi elle se dirige.
Quoi qu’il en soit, l’idée initiale d’Einstein était que, pour un observateur tombant d’un toit, la gravitation semble effacée, dans son voisinage immédiat […]
(la Recherche en astrophysique, p. 193)

117Ce glissement identitaire est d’ailleurs soigneusement « balisé » par le texte, annoncé par On peut remarquer en passant et clos par un changement de paragraphe, lequel débute par un très explicite Quoi qu’il en soit. Le survey scientifique, ou état des lieux de la recherche sur un sujet donné, cède donc ponctuellement la place aux considérations épistémologiques sur la façon de raconter les découvertes et les avancées du domaine.

***

118La narration des avancées et des soubresauts de la connaissance donne aux articles étudiés une forte tonalité réflexive. On peut d’ailleurs se demander si l’oscillation constatée plus haut, entre le récit de l’évolution du domaine et le commentaire sur la façon de conduire ce récit, se retrouve ailleurs que dans le corpus de revues scientifiques, dans les ouvrages de cosmologie par exemple. Pour le savoir, il faudrait lire précisément des textes qui s’attachent à faire ce même type de récit, comme Brève histoire du Temps de S. Hawking. On pourrait aussi examiner comment les livres de H. Reeves, par exemple, négocient ces trois plans distincts que sont le récit des origines du monde, l’historique d’une connaissance (de l’univers) en perpétuelle évolution et la réflexion épistémologique sur la façon de présenter les avancées de la connaissance dans ce domaine. Cela permettrait d’approfondir une problématique qui dépasse largement le cadre d’un simple article de recherche, celle de la narration comme mode de transmission de la connaissance scientifique.

119Il semblerait en effet qu’il y ait matière à s’interroger sur le fait que l’astrophysique ait tendance à privilégier l’histoire comme mode de divulgation. Si l’on en revient aux réflexions conduites au début du siècle sur le lien qu’entretient la narration avec la connaissance, on peut se montrer perplexe :

Le mot histoire a d’abord désigné, chez les anciens, toute recherche ou information. Aristote s’en est servi pour signifier un ensemble de documents, par opposition à la science théorique : ainsi les « Histoires sur les animaux ». Ce sens a persisté en partie sans l’expression moderne « Histoire naturelle » par laquelle on a désigné des sciences primitivement descriptives plutôt qu’explicatives. Même sens chez Bacon : un recueil de faits à la base de l’explication rationnelle ; l’histoire est chez lui, un premier degré de la connaissance, avec la mémoire pour instrument. Un point de vue analogue a été exposé par Cournot, qui fait de l’histoire un type très étendu de sciences comprenant toutes les recherches à base de faits. Les modernes ont progressivement insisté pour définir l’histoire, sur le caractère chronologique des faits qu’elle considère.
(Larousse du XXe siècle, édition de 1933)

120En citant cet article encyclopédique, nous n’entendons pas réduire la cosmologie à un fantôme de science fait d’hypothèses plus ou moins validées (ce qui reviendrait à méconnaître les avancées actuelles et à confondre la représentation qu’il en est donné dans les articles des revues destinées au grand public avec l’état de ce champ scientifique). Nous voudrions plutôt attirer l’attention sur le fait que d’autres sciences, comme actuellement les sciences naturelles, se sont divulguées par le passé comme des histoires (on peut penser aux récits de Buffon), et qu’à leur origine même, ces histoires étaient le socle de la connaissance. L’extériorisation de la connaissance sur le mode de l’histoire pourrait-il, dans cette perspective, témoigner de l’état de développement d’un domaine ? Cette hypothèse interprétative s’inscrit dans la réflexion de Foucault qui s’attache à déterminer, selon les époques, « les modes d’être de l’ordre » ou plus exactement « selon quel espace d’ordre s’est constitué le savoir » (Préface de Les mots et les choses, Foucault 1966).

121C’est ainsi que le « tour historique » observé en discours dirait quelque chose de l’évolution de la cosmologie, qui s’enracine à ses débuts dans la théologie, l’astrologie, puis s’en dégage progressivement pour devenir une sorte d’histoire de l’univers, et se rapproche à l’heure actuelle d’une science de l’univers. Le succès des articles sur la cosmologie, très présents dans les revues scientifiques destinées au grand public, s’expliquerait alors par une certaine concordance entre la ligne éditoriale de ce genre d’écrits, qui s’apparente fréquemment à « un feuilleton des temps modernes », et le type de connaissance divulguée : une connaissance en train de se cristalliser en savoir.

Corpus d’étude, analysé en 1
Le corpus a été constitué d’abord d’un recueil aléatoire dans Ciel et Espace, Astrociel, Astronomia, Pour la Science, la Recherche, Sciences et Avenir, Eurêka ; il a été complété ensuite par des sondages effectués en 1996 et en 1997 sur la presse ordinaire (le Monde, Libération), par le corpus de Science & Vie junior analysé par Valérie Thierry (1997), ainsi que par le corpus exhaustif récupéré sur six mois (juillet 1997-janvier 1998), grâce au service de documentation de Libération.
Sont cités notamment :
Astrociel, n°54 (décembre 1994).
Astronomia n°7 (1995).
Ciel et Espace, n°298 (janvier 1995).
Corpus EDF, Borzeix et Gardin dans Moirand et autres, dir. (1994), Parcours linguistiques de discours spécialisés, Peter Lang, Berne.
Eurêka, n°1 (novembre 1995).
Libération des 19/09/1995, 29/03/1997, 01/07/1997, 04/07/1997, 08/08/1997, 16/09/1997, 14/10/1997, 02/12/1997.
Pour la Science, n°207 (janvier 1995).
la Recherche, n°271 (décembre 1994).
Science & Vie junior, n°74, Faites-le vous-même (octobre 1995).
Science & Vie junior, n°44 (janvier 1993).
Science & Vie junior, n°49 (juin 1993).

Corpus d’étude, analysé en 2
Pour la Science (édition française de Scientific American), n°207 (janvier 1995), « L’univers inflatoire autoreproducteur » par A. Linde, p. 48-56.
La Recherche en astrophysique (1990), « Le renouveau de la relativité générale » par T. Damour, Le Seuil, Paris, p. 189-220.
Sciences et Avenir (septembre 1996), « Le Big Bang à l’épreuve des faits » par E.D. (Ernaux David), p. 82-83.
Sciences et Avenir (décembre 1994/Janvier 1995), « Quand la matière courbe l’espace » par R. Hakim, p. 10-15.
Sciences et Avenir (septembre 1996), « Avant le Big Bang ? » par P. Loubière, p. 74-75.
Sciences et Avenir (septembre 1996), « Le Big Bang à l’épreuve du ciel » par S. Rouat, p. 76-77.
Sciences et Avenir (septembre 1996), « Récits des origines » par R. S., p. 80-81.
Sciences et Avenir (décembre 1994/janvier 1995 [hors série]), « Naissance de la matière » par T. Xuan Thuan, p. 4-9.
Science & Vie (décembre 1994 [hors série]), « Les pansements d’un Big-Bang fatigué » par J.-C. Pecker, p. 124-137.
Science & Vie (décembre 1994 [hors série]), « Ils croient toujours aux miracles » par F. Hoyle, p. 138-143.
Science & Vie (janvier 1994), « L’univers sans le big-bang » par H. Andrillat, p. 32-41.
Science & Vie (décembre 1994 [hors série]), « 1965-1994 : trente ans de Big-Bang » par A. Bouquet, p. 72-81.
Science & Vie (décembre 1994 [hors série]), « Maîtriser l’inflation ? » par G. Chevalier, p. 82-89.
Science, Technique, Technologie (janvier/février/mars 1994), « À la poursuite des trous noirs » par J. Paul, p. 18-22.

Notes

1 L’approche de l’explication que l’on propose ici diffère, par son ancrage plus strictement linguistique, de l’approche sémiologique travaillée autour des années 1980 par le Centre de recherches sémiologiques de Neuchatel, dont nous nous sommes largement inspirée cependant (voir les travaux cités en bibliographie de Borel, Ebel, Grize, Lecomte… en particulier).

2 Représentation qui passe par des schémas prosodiques et des gestes, des formes graphiques et typographiques, une certaine organisation spatiale…

3 Verbes trivalents selon Tesnière (voir Moirand 1988).

4 Il faudra, bien entendu, à chaque fois, s’interroger sur la nature de ce qui est expliqué (le « quelque chose ») : s’agit-il de savoirs ou de savoir-faire ? de savoirs expérienciels quotidiens ou de savoirs savants construits ? (voir Moirand 1997).

5 Sur la notion de témoin (opposé à agent), voir Borel 1981c.

6 Voir l’article de J.-C. Chevalier dans Langue française 15, 1972, p. 3-17 (Langage et histoire) : « (je dis que) la terre tourne ».

7 Hypothèse construite à partir des travaux sur l’explication réalisés au Centre de sémiologie de Neuchatel autour des années 1980 : voir en particulier le n°56 (L’explication), tome XIX, de la Revue européenne des sciences sociales et Cahiers Vilfredo Pareto et les n°38 et 39, 1981 (Le discours explicatif) des Travaux du Centre de recherches sémiologiques.

8 Triangle que l’on a partiellement remis en cause lors d’analyse portant sur des événements politico-scientifiques dans les médias non spécialisés (Moirand 1998a, 1998b, 1998c) mais qui, dans le domaine des sciences de l’univers, semble toujours fonctionner.

9 Dans une structure discursive monologale, A anticipe les demandes d’explication de B, il les imagine ou les révèle par son « offre » d’explication.

10 Le corpus a été constitué d’abord d’un recueil aléatoire réalisé durant l’année 1995 dans Ciel et Espace, Astrociel, Astronomia (presse spécialisée du domaine), dans Pour la Science, la Recherche, Sciences et Avenir, Eurêka (presse spécialisée généraliste) ; il a été complété ensuite par des sondages effectués en 1996 et en 1997 sur la presse ordinaire (le Monde, Libération), par le corpus de Science & Vie junior analysé par Valérie Thierry 1997, ainsi que par le corpus exhaustif récupéré sur six mois (juillet 1997-janvier 1998), grâce au service de documentation de Libération.

11 C’est nous qui soulignons désormais (en italiques ou en gras) dans les exemples les marques étudiées.

12 Nous remercions chaleureusement le service Documentation du journal Libération auprès de qui nous avons pu nous procurer les numéros d’archives nécessaires à cette étude.

13 Émotions dont les représentations diffèrent lorsque l’on change de domaine : certains de ces verbes introducteurs sont totalement absents du domaine médical médiatisé, qui leur préfère d’autres formes de représentation de l’émotion (se désole, se lamente…).

14 Dans les exemples 7 et 8, les paradigmes sont en italique, les marques de repérage en gras (soulignés par nous).

15 Dans le journal le Monde, on trouve désormais une rubrique Astronomie (signés Pierre Barthélémy) qui donne des indications pour apprendre à observer la lune et les étoiles… : voir par exemple Vénus et Jupiter ont rendez-vous avec la Lune (18/04/1998), Comment traquer la station Mir et la navette spatiale ? (25 avril 1998), Ciel de juin (30/05/1998).

16 Nous empruntons à Borel (1981c) cette distinction entre l’explication (le locuteur se montre comme témoin) et la justification dans laquelle la subjectivité se marque (le locuteur se montre comme agent).

17 En particulier Libération, mais pas uniquement : voir la récente rubrique Astronomie du journal le Monde, déjà citée en note 15.

Notes de fin

* Ce développement a été rédigé par Sophie Moirand, professeur, université Paris III.

* Ce développement a été rédigé par Florence Mourlhon-Dallies, maître de conférences, université Paris III.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Le Big Bang à l’épreuve des faits
Légende (Sciences et Avenir, septembre 1996, p. 82-83)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/806/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540