Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’astronomie dans les médias

 | 
Jean-Claude Beacco

Chapitre 1. Cadre théorique de l’analyse : les communautés discursives

Texte intégral

  • * Ce chapitre a été rédigé par Jean-Claude Beacco, professeur, université du Maine.

1Les descriptions des textes qui s’inscrivent dans le champ de l’analyse du discours délimitent leur problématique selon trois axes dominants* :

  1. la mise au point d’une théorie de l’articulation du discours et du « hors discours », qui repose nécessairement sur la mise en place de niveaux linguistiques de description et qui implique surtout de clarifier l’articulation des discours avec une situation de communication définie de manière discrète. Des recherches de ce type demeurent nécessaires, malgré un consensus, de facto au moins, sur la rentabilité des entrées linguistiques utilisées. Car l’analyse du discours s’emploie essentiellement à clarifier la relation entre les formes discursives et leur rôles sociaux, mais, comme protocole de description linguistique, elle se trouve en équilibre instable entre une linguistique textuelle (comme domaine transphrastique de la syntaxe) et des analyses des représentations construites dans les discours (analyse des idéologies, psychologie sociale). Dans ce genre de travaux, les données textuelles tendent à être sollicitées comme autant d’arguments en faveur de telle ou telle proposition théorique, et moins pour elles-mêmes ;
  2. les analyses centrées sur des corpus, souvent de dimensions restreintes, même s’ils nécessitent des dépouillements lourds quand ils doivent être effectués manuellement (dans tous les cas où les lexèmes et leurs combinatoires ne constituent pas un moyen d’exploration privilégié). Ces études prennent la forme de monographies, centrées sur un discours envisagé dans ses rapports à ses conditions de production, de diffusion et de réception ;
  3. les analyses plus militantes, réinvesties avec succès par le courant anglosaxon dénommé Critical discourse analysis, qui se préoccupent davantage des représentations mises en circulation que de formes linguistiques des textes (voir par exemple van Dijk 1996). Ces descriptions sont tendues vers la dénonciation sociale et politique de « manipulations » discursives qu’elles combattent au nom de convictions démocratiques. Leur rôle n’est pas celui du dévoilement, car les acteurs sociaux sont bien souvent à même d’identifier les pièges des discours en se fondant sur leur expérience collective, leur mémoire historique et leur savoir social. Les techniques linguistiques de l’analyse du discours viennent souvent comme légitimer ces analyses spontanées en donnant une base objective à cette lucidité sociale.

2Il résulte de ces tendances de la recherche qu’il est malaisé de construire une connaissance cumulative des discours, même limitée à une langue donnée, car ces analyses sont peu articulées entre elles. On risque d’accumuler ainsi des fragments de descriptions d’ensembles jamais reconstitués, ce qui est dommageable à notre connaissance des formes de la discursivité. Mais cette situation est compréhensible si l’on considère la quantité de textes et de discours à analyser.

  • 1 Un manuel d’introduction à ces problématiques (Vinck, D. (1995) : Sociologie des sciences, A Colin (...)

3L’objectif retenu ici est celui de l’exploration transversale d’un ensemble de discours réputés distincts mais participant d’un même ensemble topographique, à savoir les discours par lesquels une communauté scientifique organise son truchement avec ses extériorités. S’agissant des textes diffusant des connaissances, notre propos ne sera cependant pas de rouvrir le dossier de l’efficacité de cette forme d’éducation ou d’information, au travers d’une étude de la lisibilité des ces textes destinés à des non-spécialistes. Ce problème relève avant tout de la sociologie des sciences à laquelle l’analyse de discours ne saurait se substituer1. Car l’acquisition des connaissances à travers la lecture de textes ne dépend pas de la seule facture de ceux-ci mais aussi de l’ensemble des conditions de ce processus d’acquisition autonome ou se produisant en situation d’autodidaxie assistée, tout autant que la part de l’écriture des manuels est difficile à évaluer dans la réussite de l’acquisition scolaire, à côte d’autres facteurs comme le discours de l’enseignant ou les enjeux personnels et sociaux des apprenants.

  • 2 Sur ces dimensions politiques, voir, par exemple. Les Conquêtes de l’espace, Savoirs, n°3 (sans da (...)

4Explorer les textes non scientifiques se rattachant à l’astronomie et, plus largement, aux sciences de l’univers revient pour nous à caractériser leurs formes, linguistiques, structurelles, argumentatives… en relation avec leurs conditions de production, de mise en circulation et de réception. Ces descriptions concernent un ensemble de textes non homogènes mais non pour autant hétéroclites ou sélectionnés sur la base de leurs « contenus astronomiques » : on cherche ainsi à éviter des analyses monographiques (axe de type Π) en instaurant entre les textes retenus des formes de comparaison qui soient cependant contrôlées du point de vue théorique. Ces analyses n’ignorent pas les problématiques générales du champ disciplinaire de l’analyse du discours, mais elles ne se donnent pas pour autant comme des arguments pour telle ou telle théorie de l’articulation (axe de type I), car elles sont résolument tournées vers les textes constituant le corpus, même si les conclusions auxquelles elles aboutissent peuvent relancer certains débats, comme par exemple celui des genres discursifs. Enfin, elles se situent dans les débats sociaux qui concernent des disciplines scientifiques aussi cruciales que les sciences de l’univers (avec ses implications militaires par exemple2). Là encore, elles ne les abordent qu’à partir d’analyses linguistiques qui fondent, comme un produit de rapport, des prises de position dans ces questions de société mais qui n’ont pas d’ambition idéologique initiale (axe de type IIΙ). On ne saurait cependant se satisfaire de tels positionnements théoriques comme en négatifs et par contraste : il convient désormais d’exposer en tant que tels les éléments saillants de la méthodologie retenue.

1 Les communautés discursives

5Notre propos demeurera, sans originalité particulière, de mettre en évidence des régularités linguistiques à la surface de textes et d’en rendre compte dans des cadres qui ne sont plus exclusivement linguistiques. On sait cependant que la constitution du « paquet » de textes que l’on prend en considération est déterminante. Dans la perspective que nous avons souhaité privilégier dans cet ouvrage, le corpus ne sera pas établi sur la base de conditions de production homogènes mais sur celle d’une hétérogénéité, non constituée par l’observateur. En fait, nous reprendrons l’hypothèse selon laquelle la production discursive est largement organisée par des communautés qui produisent et assurent la régulation de certains genres de discours (Beacco et Moirand 1995). Ces communautés discursives sont à considérer comme des institutions ou des organisations, qui ont une assise matérielle, juridique et sociale mais qui reçoivent aussi de la cohérence symbolique de leurs modes de gestion des pratiques discursives, de celles de leurs membres quand ils communiquent entre eux à l’intérieur de la communauté, mais aussi, plus indirectement parfois, dans leurs contacts avec l’extérieur de la communauté.

6On peut postuler, au moins à titre provisoire, qu’il existe différents types de communautés discursives qui seraient à distinguer selon leur structuration, laquelle dépend du type de « biens » qu’elles produisent, et selon leurs modes de gestion de la communication interne et vers l’extérieur. Ainsi seraient à établir de manière plus précise les caractérisations :

  • de communautés discursives à dominante économique (entreprises, administrations…), organisées pour la production de « biens » et de services. La communication interne y est hiérarchisée, puisque tous ses membres n’ont pas, par exemple, le même droit à certains genres d’écrits (rédacteur versus signataire) et que l’accès même à bien des écrits est confidentiel (documents réservés). Les relations avec l’intérieur sont prises en charge par des journaux d’entreprise, auxquels peuvent venir s’opposer des bulletins syndicaux. Sont destinés à l’extérieur des genres discursifs, publics, pour les actionnaires (bilans annuels) ou pour les clients/utilisateurs (campagnes de promotion de l’entreprise ou de ses produits, enquêtes auprès de la clientèle) ;
  • de communautés discursives à dominante idéologique qui sont productrices de valeurs, d’opinions et de croyances (partis politiques, associations, organisations religieuses…). La production de valeurs ne nécessite pas d’organisation fonctionnelle, mais elle peut s’effectuer de manière consensuelle, après débats (motion de congrès, programme d’action) ou à partir de textes fondateurs (religieux, par exemple). Les discours tournés vers l’extérieur sont prosélytes (argumentatifs ou polémiques), dans la mesure où ils constituent l’un des moyens de propagation privilégié, avec l’image (affiches, tracts), des idéologies de chaque communauté. Il doit demeurer clair que les valeurs ainsi explicitement diffusées ne coïncident pas nécessairement avec l’idéologie effectivement propagée. De même que les communautés économiques diffusent, elles aussi, des valeurs, au moins latéralement, les communautés idéologiques doivent organiser leur fonctionnements institutionnels internes au moyen de dispositifs discursifs (voir Cusin-Berche 1998) ;
  • de communautés discursives à dominante scientifique et technique qui sont productrices de connaissances (disciplines scientifiques, laboratoires, centres de recherche…). La production interne (articles, communications à des congrès, papiers de travail, thèses) est accessible à l’essentiel de ses membres, puisque c’est le débat scientifique qui permet de certifier les connaissances nouvelles ; si « l’extérieur » n’y a pas accès, c’est non par effet du secret mais surtout par incapacité de ces lecteurs à interpréter ces textes. Outre leurs dimensions fonctionnelles internes et leur impact idéologique diffus, ces communautés organisent leurs truchements vers les communautés économiques par des genres spécifiques (brevets, notes techniques, rapports). Une bonne part de leur activité discursive extérieure concerne la diffusion des connaissances en direction des systèmes d’enseignement ou d’autres instances éducatives ;
  • d’un espace médiatique organisant un marché des textes et constituant tout autant un lieu de diffusion et de confrontation d’opinions et de valeurs. L’ensemble des discours n’est pas structuré uniquement par les communautés sommairement décrites précédemment, puisqu’il faut enregistrer l’existence de textes-marchandise qui ont une valeur, autonome de leur contenu ; cela à la différence des textes produits dans le cadre des genres discursifs internes et externes des communautés discursives énumérées ci-dessus : l’on sait combien les revues scientifiques peinent souvent à tenir leur équilibre financier et que les ouvrages scientifiques tirent en moyenne à 500 exemplaires (ce qui n’assure guère de revenus consistants à leurs auteurs). Ce monde des médias et de l’édition, où l’on fait commerce de textes, les crée de manière propre, au sein de genres qui lui sont spécifiques (reportages, éditoriaux, interviews, encyclopédies…). Mais ces communautés médiatiques et éditoriales tirent parti de tout événement discursif se produisant dans les autres communautés. En quelque sorte, ces communautés sont à dominante économique et/ou idéologique, mais elles sont tournées vers la production de « biens » particuliers qui se trouvent être des textes : elles sont caractérisées par une circulation interne comparable aux communautés économiques proprement dites, présentent des traits des communautés idéologiques (par exemple, ligne éditoriale d’un quotidien) et sont transversales aux autres communautés qui diffusent des textes sans valeur intrinsèque conséquente. Elles sont ainsi totalement tournées vers leur extérieur.

7Cette caractérisation des communautés discursives, pour sommaire qu’elle soit, invite à appuyer les descriptions linguistiques sur cette topologie des discours, parce qu’elle permet, en particulier, de différencier la nature de leurs conditions de production de circulation et de réception. Il est ainsi loisible de revenir, dans cette perspective, sur ce que l’on a déjà établi sur les discours académiques (Beacco 1988, Swales 1990) : ce sont des discours internes, qui semblent plus soumis à normalisation/régulation que des productions destinées à des lecteurs situés à l’extérieur de la communauté. Leurs formes discursives sont régulées dans le cadre de la circulation des discours à l’intérieur de la communauté des scientifiques-pairs. Cet encadrement produit des genres discursifs identifiables, destinés à assurer la circulation des connaissances de manière considérée comme conforme aux exigences épistémologiques de ces disciplines et à celles du débat scientifique. Comme à l’ordinaire, ces formes ne sont cependant pas explicables seulement par leur efficacité communicationnelle, mais elles autorisent un jeu où peuvent s’inscrire ou se reproduire des positions symboliques : position dominante ou dominée des équipes de recherche (notoriété scientifique, pouvoir d’attraction sur les jeunes chercheurs, capacité à obtenir des crédits de recherche…). La « mise en mots » de connaissances qui préexistent à l’écriture (ce qui n’est pas le cas pour certaines sciences sociales) est à décrire et à expliquer dans le cadre de ces régulations internes. Celle-ci semble pouvoir être rapportée essentiellement à la nature du savoir mis en circulation et à la position de lecteurs/récepteurs qui sont aussi producteurs de discours.

8Mais la maîtrise des formes langagières appropriées à des formes génériques constitue un signe d’appartenance à la communauté. Dans ce cas, cellesci sont explicables par la position institutionnelle des chercheurs mais elles peuvent aussi présenter un certain caractère d’arbitraire, car elles valent par différenciation, destinées qu’elles sont à produire des effets de distinction qui fondent l’appartenance à la communauté sur une compétence discursive spécifique (est un scientifique qui maîtrise les genres de discours appropriés). Les formes linguistiques des genres internes aux communautés scientifiques relèvent de conditions de production à la fois cognitives et socio-communicatives qui instaurent une actualisation langagière légitime et qui sont à l’œuvre tant dans la durée historique (Gunnarsson 1997) que dans les variétés culturelles (natioonales ?) des genres discursifs (Beacco 1992, Duszak 1997). Les descriptions linguistiques de régularités discursives peuvent de la sorte être adossées à des instances de régulation non universelles, qui sont susceptibles d’éclairer les choix langagiers (lexicaux, énonciatifs, argumentatifs…) particuliers.

2 Caractéristiques de la communauté discursive des sciences de l’univers

9Si l’on considère comme opératoire la distinction entre circulations internes aux communautés discursives et « flux » dirigés vers l’extérieur, le propos des analyses à venir peut sans doute se clarifier, puisque notre projet consiste à décrire et à rendre compte des régularités de genres relevant des flux discursifs externes d’une communauté scientifique. Ces circulations vers des lectorats non scientifiques s’actualisent dans les genres propres aux communautés médiatiques-éditoriales et ont pour scripteurs des scientifiques ou des journalistes médiateurs. Ces flux externes, supports identifiables de la transmission des connaissances, sont constitués de textes-marchandise destinés à des marchés captifs (enseignement) ou non captifs.

10Dans notre souci d’analyser des flux extérieurs, nous avons retenu la communauté scientifique des sciences de l’univers parce qu’elle présente une forte diffusion vers l’extérieur. En effet, d’autres communautés discursives scientifiques peuvent être tenues comme étant à « faible » diffusion extérieure. Par « faible » on entendra que la production de discours extérieurs est suspendue à des circonstances particulières comme :

  • une découverte, c’est-à-dire une publication rendant compte d’une avancée de la connaissance dont les médias se font l’écho ;
  • un événement institutionnel propre à la communauté ou à l’institution scientifique : prix, congrès, colloques… ;
  • un événement « commun » : expositions scientifiques ou catastrophes entraînant la mobilisation de savoir explicatif. Ces événements sont « répétitifs » (tremblements de terre, inondations, éruptions volcaniques… ; pour l’astronomie : lancements de fusées, de satellites, rencontres spatiales, éclipses…) ou non périodiques (récit non scientifique de découvertes, comme l’Australopithecus ramidus, la grotte néolithique de Pont-d’Arc…).

11La communauté scientifique « mathématiques » pourrait constituer un bon exemple de communauté à faible impact discursif externe, ce qui ne signifie aucunement que son rôle social soit mineur (voir, par exemple, les débats sur la place des mathématiques dans les processus éducatifs et le rôle qui lui est attribué de science par excellence).

12D’autres communautés peuvent être tenues comme étant à « forte » diffusion extérieure : elles interviennent au moyen de relais, comme l’enseignement, et utilisent de nombreux genres de l’hypertexte médiatique-éditorial : périodiques de divulgation, ouvrages pour publics à fort ou à faible capital scolaire et/ou social, encyclopédies, émissions TV… Il en va ainsi de toutes disciplines impliquées dans les débats de société : médecine, sociologie, économie, histoire… et, bien entendu, sciences de l’univers.

13Outre cette forte composante externe, la communauté discursive dénommée « astronomie, astrophysique, cosmologie » ou, de manière englobante, « sciences de l’univers », présente des traits spécifiques par rapport à d’autres communautés discursives scientifiques :

  • celui de produire un savoir aux origines très anciennes : cosmologies sumérochaldéennes, astronomie grecque, astronomie maya… Cette connaissance des astres est souvent malaisée à distinguer d’une pensée magique ou astrologique (Grenet 1994, Drévillon 1997). Une telle caractéristique fait de l’astronomie une science à forte composante métaphysique potentielle (comme la préhistoire : mystère des origines, méditation sur l’univers) et donc à une forte potentialité poétique, à la fois du côté du lecteur et de celui du scripteur, qui peut tenir compte de ces attentes du lectorat. Ces savoirs anciens sont supplantés par la science moderne mais ils ne sont pas discrédités culturellement (comme l’ancienne médecine, par exemple) et ils n’ont pas disparu : l’astrologie continue à bénéficier d’une large audience ;
  • celui de s’appuyer sur des images et de les diffuser ; celles-ci donnent naissance à des imaginaires sociaux de l’univers : univers majestueux et solennel de la période classique (mouvements des planètes et comètes), univers violent et mystérieux du big bang et des trous noirs, représentations actuellement à l’honneur ;
  • celui d’avoir développé une composante explicative physique, autre que celle de la mécanique céleste (astrophysique) et, récemment, une composante technique (optique puis radio-astronomie, techniques spatiales). Mais cette scientifisation progressive de la discipline n’a ni éliminé ni délégitimé les « amateurs » (clubs d’astronomie, associations) qui sont, à l’occasion des partenaires de scientifiques : ils peuvent leur fournir des clichés, par exemple. Il s’agit donc de disciplines scientifiques d’observation ouvertes, au moins partiellement, à tous ceux qui se donnent les moyens d’observer (comme l’herborisation ou l’ornithologie amateur) ;
  • celui de continuer à occuper une large audience sociale (conquête de l’espace et ses enjeux économiques et industriels), ce, en parallèle avec l’astrologie, souvent ludique mais toujours active ;
  • celui de disposer d’une large diffusion extérieure, mais qui est limitée du côté de l’enseignement : l’astronomie est peu enseignée au niveau secondaire et dans les cursus universitaires de physique, elle constitue une spécialisation (au niveau de la maîtrise et au-delà : licence et maîtrise mention : sciences de l’univers de l’université de Toulouse III, imagerie en sciences de l’université de Nice, DEA astrophysique, géophysique et techniques spatiales de l’université Toulouse III, DEA en astronomie fondamentale, mécanique céleste et géodésie de l’Observatoire de Paris, université Paris VI…) ;
  • celui de faire une place notable, dans l’espace médiatique-éditorial à des productions américaines. Cet état de choses est susceptible d’avoir une influence sur la perception des responsabilités du scientifique qui, dans le monde anglosaxon, semble institutionnellement tenu autant à la recherche qu’à la diffusion, laquelle ne semble pas considérée comme suspecte et peu valorisante.

14Cet ensemble des traits s’est avéré déterminant pour la constitution du corpus d’observation et pour l’identification d’entrées cruciales de description des formes de diffusion de ces connaissances vers l’extérieur de la communauté (vers les non-spécialistes). Ces dernières sont moins homogènes, dans la mesure où une communauté scientifique n’a pas la maîtrise de cette dissémination du savoir. Les discours qui transposent ces connaissances émanant de la communauté source sont identifiables en première instance sur des bases éditoriales :

  • littérature » pour les jeunes ;
  • périodiques de divulgation, spécialisés dans l’astronomie (Astronomia, Ciel et Espace) ou généralistes, de haut niveau, s’adressant, par exemple, à un public à forte culture scientifique (la Recherche) ou, à l’inverse, visant un lectorat à initier (Science & Vie), distinction qui recouvre souvent celle de lectorats adultes et jeunes ;
  • presse quotidienne, qui rend compte d’événements relevant de ces domaines (« découvertes » dans la connaissance de l’espace, description de phénomènes astronomiques, comme les éclipses, le passage de comètes, le lancement de fusées spatiales…) ;
  • manuels d’enseignement : les sciences de l’univers font partie des programmes des enseignements de premier et de second degré, même si elles y occupent une place qu’on peut considérer comme modeste ;
  • les ouvrages de nature encyclopédique, dont les « nouveaux » supports multimédias, particulièrement bien adaptés aux disciplines d’observation (au sens visuel du terme) ;
  • ouvrages signés par des scientifiques réputés (Hubert Reeves, Stephen Hawking).
  • 3 Document de travail interne du CEDISCOR (1995), réalisé par Florimond Rakotonoelina.

15Une vérification conduite dans les bibliothèques publiques d’une grande capitale provinciale3 permet de constater que les ouvrages d’astronomie font l’objet d’une classification très précise, et ce de manière assez surprenante par rapport à d’autres disciplines scientifiques. Les ouvrages sont classés sous des entrées multiples comme : astronomie ancienne (ouvrages de vulgarisation), dictionnaires et encyclopédies, espace et exploration, guides et ouvrages pour la jeunesse, informatique, instruments, manuels d’amateurs, manuels d’observation, astronomie nautique, ouvrages pour la jeunesse, romans, théorie… Cette présence massive et articulée témoigne facilement de l’importance de la diffusion externe de cette communauté scientifique.

16À partir de ce large éventail de textes (ouvrages et périodiques), nous nous proposons de décrire, au moyen de catégories linguistiques, des fonctionnements discursifs. Les textes seront examinés sur la base de leur répartition socio/ethnolinguistique en genres, que ceux-ci soient identifiés par des dénominations non savantes (par des noms ordinaires : article, reportage, manuel, horoscope, livre, livre pour la jeunesse, page scientifique…) ou qu’il s’agisse d’ensembles de texte qui ne portent pas de nom générique mais dont on peut estimer qu’ils constituent un genre sur la base de similitudes de texte à texte, dans une même série.

3 Entrées descriptives et interprétations

17Ces observations sont effectuées à partir d’entrées linguistiques couramment en usage dans le domaine mais dont certaines se trouveront remodelées en fonction des données auxquelles elles sont appliquées.

18On décrira les formes langagières utilisées pour mettre en scène la présence (ou l’absence) des scripteurs ou des lecteurs-destinataires, et tout spécialement les places énonciatives investies par les scripteurs-médiateurs « savants » par rapport aux destinataires, « non savants » le plus souvent. Car, dans les périodiques scientifiques, le scripteur est susceptible de jouer de plusieurs représentations qu’il peut donner de lui-même : si l’image des scientifiques est légitimée (par des paradigmes de désignation comme les scientifiques, les spécialistes, les experts), le journaliste ou le rédacteur peuvent adopter une position « haute » (inclusion au moyen de nous, on), qui tend à les ranger dans la communauté scientifique et les légitimerait à leur tour (mais avec risque de « rupture » avec les destinataires), ou une position « basse », de non-appartenance à la communauté scientifique, qui les associe symboliquement aux lecteurs, dans une proximité de bon aloi garantissant leur statut de passeur de connaissances. Quelle posture énonciative est finalement retenue quand il s’agit de lectorats jeunes auxquels l’on souhaite faire partager les émotions scientifiques ? Et, dans les publications visant les astronomes amateurs, autre configuration limite, comment se construit cette image puisque les lecteurs peuvent être tenus pour non savants sans que, pour autant, ils puissent être considérés comme totalement extérieurs à la communauté scientifique (voir le chapitre 2) ?

19On examinera aussi l’organisation séquentielle des discours ou plutôt les formes de présence et les formes d’imbrication des processus cognitivo-discursifs : comment est organisée la succession de modes (ou régimes) discursifs comme le récit (« histoire » chronologique de la recherche), ou la description, comment sont représentés le raisonnement et les discussions scientifiques, les définitions destinées au lecteur non spécialiste, dont on sait qu’elles peuvent être données de manière cursive ou procéder par reprises anaphoriques et reformulations au fil du texte ? La matrice structurelle de ces textes est-elle linéaire ou stabilisée, actualisée par une structuration apparente (intertitres, indications métadiscursives) qui en assure la lisibilité ? Comment est gérée discursivement l’explication, processus cognitivo-discursif qui n’est pas nécessairement investi des mêmes significations par les scientifiques et le grand public ? Les discours des médias généralistes adoptent-ils des actualisations langagières proches des discours scientifiques dont procèdent les connaissances diffusées ? Quelles représentations sont finalement données de l’élaboration de la connaissance scientifique et de ses débats internes (voir, en particulier, le chapitre 4) ?

20L’image, nous l’avons déjà souligné, est capitale dans ces sciences de l’observation. Et elles sont, sans surprise, très présentes dans tous les textes de divulgation considérés. Mais leur nature peut changer : à côté des clichés techniques reproduits tels quels et souvent peu lisibles, on rencontre des photographies recolorisées, des schémas, des animations et des vues d’artistes… Dans ce contexte de diffusion, la fonction de cette iconographie ne tendrait-elle pas à se complexifier ? Les « illustrations », précisément, peuvent-elles être uniquement traitées comme des données qui permettent l’analyse quand elles visent aussi des finalités pédagogiques et qu’elles sont souvent mises en parallèle au texte. Quels sont alors leurs rapports linguistiques et cognitifs avec le texte principal et les autres éléments du paratexte dont elles sont aussi un élément important ? Quel est le rôle des légendes ? À quoi tend cette volonté esthétisante de mettre en scène de « belles images » ? S’agit-il uniquement de capter une clientèle ou des captiver des lecteurs ? Et quelle est la place relative du texte et de l’image (puisque nous avons rouvert l’antique débat entre ces deux sémiotiques souvent posées comme ennemies) dans les cédéroms « culturels » encyclopédiques ? Si le support numérique est indiscutablement nouveau, comment y est gérée et à quelles fins, la cohabitation entre l’iconique et le discursif ? Et avec quelles incidences sur la mise en discours d’une intention didactique (voir le chapitre 3) ? Les ouvrages (périodiques ou non) destinées à de jeunes lecteurs présentent-ils des formes d’écriture singulières ou voisines de celles destinées à des adultes, non experts eux aussi, cela malgré d’évidentes différences de mise en page. À partir de ces conclusions, on peut s’interroger sur la prééminence d’une forme d’écriture peu spécifiée, malgré la diversité des lectorats, sur les exigences (lisibilité ?) de la transmission des connaissances et de l’information.

21Cependant ces caractéristiques de ces discours de diffusion des connaissances, en particulier ceux des médias écrits, ne sauraient prendre sens en dehors de leur relation au discours didactique, au moins dans sa version scolaire. Car l’édition non scolaire et la presse périodique sont amenées à prendre une posture didactique et non plus de seule transmission d’information. Elles visent à expliquer et à enseigner, ne serait-ce que latéralement. Cette ambition est malaisée à réaliser dans une relation à distance, sans activités procédurales d’acquisition et sans évaluation possible. Mais, dans l’espace médiatico-éditorial, perdure le souci de participer à la constitution de la culture générale de l’honnête homme de nos sociétés technologiques, même si la presse tend à chasser sur le terrain de l’école, « école parallèle » qui viendrait en pallier les manques criants régulièrement dénoncés (au moins en ce qui concerne le système éducatif français). Quelle allure adoptera alors le discours journalistique si, au-delà de ses finalités informatives, il procède aussi d’une volonté éducative ? Et quel rôle jouent les attentes d’un lectorat non captif consommateur de ces textes-marchandise (voir le chapitre 5, première partie) ?

  • 4 Voir, en particulier, les articles réunis dans la section : « L’appréciation entre langue et disco (...)

22Les analyses menées dans les perspectives précédentes seront souvent amenées à traiter des actualisations de la modalisation appréciative et de ses fonctions4. Outre des rôles déjà reconnus, on verra que dans ce corpus, celle-ci est sollicitée pour actualiser certaines formes de la quantification (quantification indéfinie ou réalisée sous forme lexicale). En particulier, associée à des formulations analogiques et tous les tropes de figuration (comparaisons, métaphores…), l’appréciatif semblerait un moyen privilégié de dire l’indicible ou de verbaliser l’inconcevable (grands nombres : espace-temps, dimensions, quantité d’énergie). Mais ces formes de transposition de la quantité sont aussi porteuses de dimensions plus poétiques, relativement gratuites par rapport à la transmission de connaissances, mais indispensables, semble-t-il, par rapport aux attentes des lecteurs. Car ces disciplines scientifiques n’ont certes plus pour objet des préoccupations métaphysiques ou religieuses. Il n’empêche : l’astronomie manie sans cesse des concepts comme infini, espace, origine, univers… Comment les discours des sciences de l’univers organisent-ils ces espaces mitoyens ? Comment ces disciplines se dénomment-elles elles-mêmes et délimitent-elles leur champ d’intervention, par rapport aux questions fondamentales de lecteurs non savants, dans tous les discours qui laissent un peu de respiration par rapport à l’impérieuse nécessité de transmettre l’information ou les connaissances scientifiques (voir le chapitre 5, seconde partie) ?

23Toujours du côté de la métaphysique en quelque sorte, les discours de l’astrologie se déploient au voisinage de ceux de l’astronomie et de l’astrophysique et n’évitent pas la confrontation avec eux. Car, bien que l’astrologie ait perdu son statut social de connaissance légitime, elle se perpétue sous la forme d’une « communauté scientifique ombre », avec ses spécialistes, ses textes de recherche, ses formes de divulgation, ses amateurs ou ses consommateurs de prévisions ou d’horoscopes. Cette structure de communauté scientifique, même déclassée, produit-elle des discours caractérisables de la même manière que la communauté sciences de l’univers ? Et l’on peut interroger ses écritures, en particulier celle de ses textes spécialisés internes, pour savoir comment ils créent et reproduisent discursivement leur légitimité de savoir savant, par rapport à des discours d’amateurs ou d’imposteurs. Comment se définissent ses scripteurs ? Comment argumentent-ils, frontalement ou indirectement, pour accréditer le statut scientifique de leurs connaissances (voir le chapitre 6) ?

24Dans cet espace topologique que nous avons choisi de reconnaître, il apparaîtra que les formes discursives et leurs conditions de production, de diffusion et de réception/consommation ne sont pas de même nature. La transposition des savoirs savants et des méthodologies scientifiques, les caractéristiques du médium de diffusion, les représentations que se font scripteurs et consommateurs de ces discours, des lectorats et de l’écriture elle-même, les jeux de distinction interdiscursifs, la concurrence des formes génériques, autant de facteurs qui s’agencent dans des configurations multiples et qui sont susceptibles, comme on le verra, de rendre compte de choix discursifs récurrents.

Notes

1 Un manuel d’introduction à ces problématiques (Vinck, D. (1995) : Sociologie des sciences, A Colin, Paris) liste ainsi certains thèmes non abordés dans l’ouvrage mais appartenant au domaine (p. 275) : « sciences, techniques et éthiques, responsabilité sociale des scientifiques […], relations entre sciences, techniques et le grand public : enseignement et idéologie dans les manuels de sciences, vulgarisation, muséologie, représentations sociales et attitudes du public par rapport aux sciences et aux techniques… »

2 Sur ces dimensions politiques, voir, par exemple. Les Conquêtes de l’espace, Savoirs, n°3 (sans date), publication du Monde diplomatique en collaboration avec le Centre national d’études spatiales (CNES) et L’Agence française de l’espace.

3 Document de travail interne du CEDISCOR (1995), réalisé par Florimond Rakotonoelina.

4 Voir, en particulier, les articles réunis dans la section : « L’appréciation entre langue et discours », dans Beacco, Jean-Claude et Moirand, Sophie (dir.), les Carnets du CEDISCOR, n°3.

Notes de fin

* Ce chapitre a été rédigé par Jean-Claude Beacco, professeur, université du Maine.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540