Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’argumentation aujourd’hui

 | 
Marianne Doury
, 
Sophie Moirand

Résumés

Texte intégral

1Argumentation rhétorique et argumentation linguistique

2Oswald Ducrot

3Parmi les nombreux sens du mot argumentation, il faut au moins distinguer le sens rhétorique (activité de persuasion) et le sens linguistique (enchaînement d’énoncés dont les premiers servent d’arguments pour le dernier considéré comme leur conclusion). L’auteur essaie de montrer qu’il n’y a pas de rapport direct entre l’argumentation linguistique et l’argumentation rhétorique, même si la première peut contribuer indirectement à la seconde, notamment en servant à améliorer l’image que le locuteur donne de lui-même dans son discours (ethos).

4Le point de vue de la logique naturelle : démontrer, prouver, argumenter

5Jean-Blaise Grize

6Argumenter est considéré ici comme une activité discursive adressée à quelqu’un dans l’intention de le convaincre ou de le persuader de quelque chose, et démontrer comme une activité de calcul qui ne s’adresse à personne en particulier. Une argumentation présente deux aspects : elle doit prouver pour convaincre, c’est-à-dire lever les doutes qui pourraient naître chez le destinataire ; et comme les mots du discours renvoient nécessairement à des objets chargés de valeurs émotivo-affectives, l’argumentation doit aussi éclairer la situation de façon positive aux yeux du destinataire.

7Une vue synoptique de l’approche pragma-dialectique

8Frans H. van Eemeren et Peter Houtlosser

9Cette contribution s’ouvre sur une rapide présentation de la théorie pragma-dialectique de l’argumentation élaborée par Frans H. van Eemeren et Rob Grootendorst. Sont décrites ensuite les orientations actuelles, qui visent à réconcilier les perspectives dialectiques et rhétoriques, développées jusqu’à présent dans des paradigmes disjoints. Elles posent que tout discours argumentatif suppose un double objectif : persuader un destinataire, comme le prévoit l’approche rhétorique, et faire valoir des normes critiques afin de préserver le caractère « raisonnable » de l’argumentation, comme le prévoit l’approche dialectique. L’ajustement stratégique vise à réduire la tension générée par la poursuite de ce double objectif ; lorsque l’objectif rhétorique l’emporte au point de faire fi des garde-fous dialectiques, l’ajustement stratégique devient fallacieux. F.H. van Eemeren et P. Houtlosser montrent ainsi que le recours au concept d’ajustement stratégique facilite l’identification des critères permettant de décider si un mouvement argumentatif précis est ou n’est pas fallacieux. L’article s’achève sur la présentation de projets de recherche de pragma-dialectique, liés à la question de l’ajustement stratégique.

10Une approche textuelle de l’argumentation : « schéma », séquence et phrase périodique

11Jean-Michel Adam

12Cette étude revient, dans un premier temps, sur la façon dont le « schéma d’argumentation » à six composantes de Stephen E. Toulmin (1957) a été commenté et critiqué par Jean-Blaise Grize, Christian Plantin Résumés 195 et Marc Dominicy. Il montre, dans un deuxième temps, comment l’auteur a proposé de réviser ce schéma pour le faire fonctionner au niveau de la simple phrase périodique et de la séquence argumentative, en prolongeant le modèle de la superstructure argumentative de Teun A. van Dijk. Un extrait de presse écrite et un passage d’un discours de George W. Bush (17 mars 2003) sont examinés à titre d’exemple.

13Une approche cognitive de l’argumentation

14Georges Vignaux

15Depuis le rhétorique jusqu’au logique, et d’Aristote à C. Perelman ou S.E. Toulmin, il existe nombre d’approches du phénomène « argumentation ». Trois grandes « tentations » au moins traversent ces différentes perspectives : celle de l’encyclopédisme – livré au classement inépuisé des arguments ; celle du logicisme– opposant l’argumentation aux formes plus « pures » du raisonnement ; celle enfin du sociologique renvoyant le discours aux différents contextes de sa production. Il est proposé ici une perspective toute différente : celle d’une réinscription des procédés discursifs et des stratégies argumentatives à l’intérieur d’une problématique plus générale des formes d’intrication entre processus langagiers et opérations cognitives du sujet énonciateur.

16Schèmes argumentatifs et culture oratoire : l’exemple de Jean Racine

17Gilles Declercq

18La présente étude articule rhétorique, linguistique pragmatique et esthétique théâtrale sous l’angle commun de l’argumentation, appliquée au déchiffrement des stratégies persuasives intrascéniques et de la production extrascénique des émotions dans les tragédies de Racine. La culture rhétorique classique lie, dans une problématique de la parole agissante, l’ensemble des pratiques éloquentes dont la topique et les codes définissent la rhétorique comme poétique et herméneutique au fondement des pratiques langagières tant sociales que fictionnelles. Dans le dessein de se faire avocat, Racine entreprend une lecture systématique de l’Institution oratoire de Quintilien qui l’initie à la représentation vraisemblable des passions et aux techniques argumentatives de réfutation (éristique), et de contournement (sophistique). Cette formation transparaît paradigmatiquement dans un enthymème d’Andromaque (je t’aimais inconstant, qu’aurais-je fait fidèle ?) dont la genèse dramatique et l’histoire théorique réfèrent simultanément à Quintilien et à la Logique de Port-Royal : le fonctionnement cognitif (intelligibilité) et esthétique (vivacité) de ce schème argumentatif est ainsi doublement éclairé par une réflexion rhétorique historique et transhistorique dont la scène théâtrale est un vecteur exemplaire.

19Situations des études d’argumentation : de délégitimations en réinventions

20Christian Plantin

21Dans le paradigme classique, l’argumentation est liée à la rhétorique (comme sa base cognitive, la théorie de l’invention), et à la logique du syllogisme (comme la troisième opération de l’esprit, venant après la compréhension et le jugement). Vers la fin du XIXe siècle, ce paradigme ambigu est définitivement dépassé. La rhétorique est délégitimée par la Troisième République, dans sa quête d’un savoir « positif », et la logique cesse d’être un « art de penser » pour devenir une branche des mathématiques. Après 1945, le concept d’argumentation est progressivement reconstruit dans les sciences humaines, d’abord, dans les années 1950, dans une vision rationnelle-politique fortement orientée par le modèle des pratiques légales (Perelman, Toulmin) ; ensuite, dans les années 1970, dans un paradigme linguistique-cognitif, celui de théories généralisées de l’argumentation telles celles de J.-B. Grize et de O. Ducrot, ainsi que dans le cadre d’une vision rénovée d’une « nouvelle dialectique » ou logique du dialogue critique (Hamblin). La situation contemporaine est caractérisée par un usage généralisé du terme « argumentation » à travers les disciplines, et par la recherche d’un consensus minimal sur une méthodologie et sur l’ensemble des concepts.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540