Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’argumentation aujourd’hui

 | 
Marianne Doury
, 
Sophie Moirand

Présentation des auteurs

Texte intégral

Les auteurs

1Jean-Michel Adam

2Jean-Michel Adam, docteur en linguistique et docteur ès-lettres et sciences humaines de l’université de Besançon, est professeur de linguistique française à l’université de Lausanne depuis 1984. Il a publié des ouvrages sur la linguistique textuelle, le récit, la description, l’analyse des discours littéraire et publicitaire. Ses derniers titres parus sont Le style dans la langue (Delachaux et Niestlé, Lausanne, 1997), Linguistique textuelle : des genres de discours aux textes (Nathan-Université, Paris, 1999). Il a également co-dirigé, avec J.-B. Grize et M. Ali Bouacha, Texte et discours : catégories pour l’analyse (Éditions universitaires de Dijon, 2004). Ses travaux de linguistique textuelle servent de référence à de nombreux chercheurs en analyse du discours et en didactique des textes et des discours.

3Gilles Declercq

4Gilles Declercq, ancien élève de l’École normale supérieure, est professeur de rhétorique et de dramaturgie classiques à l’Institut d’études théâtrales de l’université Paris 3 – Sorbonne nouvelle, dont il est actuellement vice-président. Président de la Société Jean Racine, il est spécialiste du théâtre du XVIIe siècle, de l’histoire de la rhétorique et des théories de l’argumentation. Il a notamment publié L’Art d’argumenter. Structures rhétoriques et littéraires (Éditions universitaires, Paris, 1992) et il a rédigé le chapitre consacré à la rhétorique classique dans l’ouvrage dirigé par M. Fumaroli (Histoire de la rhétorique dans l’Europe moderne – 1450-1950, PUF, Paris, 1999). Il a également co-dirigé avec M. Murat et J. Dangel La Parole polémique (H. Champion, Paris, 2003), et avec M. Murat, Le Romanesque (Presses Sorbonne Nouvelle, Paris, 2004). Il a enfin publié une édition critique des Entretiens d’Ariste et d’Eugène de Dominique Bouhours 1671 (H. Champion, Paris, 2003). Il prépare actuellement un ouvrage sur Racine : une rhétorique des passions.

5Oswald Ducrot

6Oswald Ducrot, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), a publié depuis le début des années 1970 de nombreux ouvrages, qui ont eu un grand retentissement dans le monde universitaire international : à titre d’exemple, il est l’auteur de Dire et ne pas dire (Hermann, Paris, 1972), La preuve et le dire (Mame, Paris, 1973). Il a écrit, avec J.-Cl. Anscombre, L’argumentation dans la langue (Mardaga, Bruxelles, 1983) et, en collaboration, Les mots du discours (Éditions de Minuit, Paris, 1980). Les travaux qu’il a menés, qu’il a impulsés ou qu’il a dirigés, se situent dans le domaine de l’argumentation et de la sémantique linguistique. Il a été, avec J.-Cl. Anscombre, à l’origine de la théorie de l’argumentation dans la langue et il développe actuellement l’aspect lexical de la théorie des blocs sémantiques construite par M. Carel.

7Frans H. van Eemeren

8Frans H. van Eemeren, professeur d’analyse du discours, de théories de l’argumentation et de rhétorique à l’université d’Amsterdam, dirige actuellement le programme de recherche Argumentation in Discourse et le master de recherche Rhetoric, Argumentation and Philosophy. Avec R. Grootendorst († 2000), il a élaboré la théorie pragma-dialectique de l’argumentation : leurs principales publications sont Speech Acts in Argumentative Discussions (de Gruyter/Foris, Dordrecht, 1984), Argumentation, Communication, and Fallacies (Erlbaum, Hillsdale, NJ, 1992 – traduction française La nouvelle dialectique, Kimé, Paris, 1996) et A Systematic Theory of Argumentation (Cambridge University Press, 2004) – voir bibliographie dans ce volume. Dans Dialectic and Rhetoric (Kluwer, Dordrecht, 2002), il a proposé, avec Peter Houtlosser, le concept d’ajustement stratégique (strategic manoeuvring) afin de prendre en compte la dimension rhétorique dans l’approche pragmadialectique d’analyse et d’évaluation de l’argumentation. Rédacteur en chef de la revue Argumentation, van Eemeren est également un des fondateurs de l’ISSA (International Society for the Study of Argumentation).

9Jean-Blaise

10Grize Jean-Blaise Grize, docteur ès-sciences, a été collaborateur de Jean Piaget au Centre international d’épistémologie génétique de Genève de 1958 à 1968. Devenu professeur de logique et de philosophie des sciences à l’université de Neuchâtel (de 1960 à 1987), il y a dirigé le Centre de recherches sémiologiques. Il a également enseigné dans les universités de Besançon, Fribourg, Genève, Lausanne, Montréal, et à l’École pratique des hautes études à Paris. Il a conçu et impulsé le cadre théorique de la logique naturelle, qui a donné lieu à de nombreux travaux sur l’argumentation dans l’espace francophone, et en particulier, en France. Parmi ses principales publications, on peut citer Logique moderne I, II et III (Gauthier-Villars et Mouton, Paris, 1969-1973), De la logique à l’argumentation (Genève, Droz, 1982), Logique et langage (Paris, Ophrys, 1990), Logique naturelle et communications (Paris, PUF, 1996).

11Peter Houtlosser

12Peter Houtlosser enseigne dans le département d’analyse de discours, de théories de l’argumentation et de rhétorique de l’université d’Amsterdam. Dans le programme de recherche Argumentation in Discourse, ses travaux portent sur l’analyse dialectique et rhétorique ainsi que sur l’évaluation du discours argumentatif. Avec F.H. van Eemeren, il étudie l’histoire des différentes approches de l’argumentation et de la dialectique. Dans de nombreux articles et chapitres d’ouvrages, il s’attache à montrer comment la perspective rhétorique peut être intégrée à l’approche pragmadialectique de l’argumentation (voir par exemple la réflexion sur l’ajustement stratégique présenté ici même) – voir bibliographie dans ce volume.

13Christian Plantin

14Christian Plantin, docteur de l’université libre de Bruxelles, est linguiste et spécialiste de l’argumentation. Directeur de recherche au CNRS, il dirige l’UMR ICAR (Interactions, Corpus, Apprentissages et Représentations) – ENS LSH à Lyon et université Lumière – Lyon 2. Il a notamment publié Essais sur l’argumentation (Kimé, Paris, 1990), L’argumentation (Éditions du Seuil, Paris, 1996). Il a par ailleurs édité Lieux communs, topoï, stéréotypes, clichés (Kimé, Paris, 1993), et, en collaboration avec M. Doury et V. Traverso, Les émotions dans les interactions (Presses Universitaires de Lyon, 2000). Ses recherches, sur corpus, portent sur les émotions, le modèle dialogal de l’argumentation et l’argumentation comparée.

15Georges Vignaux

16Georges Vignaux, docteur d’État en sciences du langage, est logicien de formation et psychologue cognitiviste. Après avoir été assistant de logique auprès de J.-B. Grize à l’université de Neuchâtel, il est entré au CNRS dans le Centre d’étude des processus cognitifs et du langage, dirigé par F. Bresson. Ensuite, après avoir travaillé auprès d’A. Culioli, il s’est consacré durant plusieurs années à l’étude des rapports entre informatique et linguistique (LIMSI-Orsay), avant d’être nommé conseiller scientifique chargé d’un programme Sciences cognitives au ministère de la Recherche. Il est actuellement directeur de recherche au CNRS et directeur du Laboratoire Communication et politique de 2000 à 2004. Ses principales publications sont L’Argumentation. Essai d’une logique discursive (Genève, Droz, 1976), Le Discours, acteur du monde. Argumentation et Énonciation (Paris, Ophrys, 1988), Les Sciences cognitives : une introduction (Paris, La Découverte, 1992) et L’argumentation (Paris, Hatier, 1999).

Les éditrices

17• Marianne Doury est docteur en sciences du langage de l’université Lumière – Lyon 2, et ses travaux s’inscrivent dans le domaine de l’argumentation : Le débat immobile, L’argumentation dans le débat médiatique sur les parasciences (Kimé, Paris, 1997). Chargée de recherches au CNRS, elle a travaillé dans le Groupe de recherches sur les interactions communicatives à Lyon, avant d’être détachée de 1998 à 2001 au Centre de recherches sur les discours ordinaires et spécialisés (cediscor) de l’université Paris 3 – Sorbonne nouvelle. Elle est actuellement chargée de recherches CNRS au Laboratoire Communication et politique à Paris, où elle poursuit des travaux sur l’argumentation, qui prennent en considération des données diversifiées, des conversations familières aux forums de discussion.

18• Sophie Moirand, docteur en linguistique et docteur ès-lettres et sciences humaines de l’université de Besançon, est actuellement professeur à l’université Paris 3 – Sorbonne nouvelle, où elle a créé en 1989 le Centre de recherches sur les discours ordinaires et spécialisés (cediscor), actuellement rattaché à l’Équipe d’accueil Systèmes linguistiques, énonciation et discursivité. Ses travaux, et ceux qu’elle dirige, portent sur le cadrage théorique d’une linguistique du discours, et les relations entre discours, histoire, mémoire et savoirs d’une part, entre discours, sciences, médias et société d’autre part ; ils s’emploient à analyser également des données empiriques diversifiées (discours médiatiques, discours de transmission de connaissances, discours de vulgarisation).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540