Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’argumentation aujourd’hui

 | 
Marianne Doury
, 
Sophie Moirand

Schèmes argumentatifs et culture oratoire : l’exemple de Jean Racine

Gilles Declercq

Résumé

La présente étude articule rhétorique, linguistique pragmatique et esthétique théâtrale sous l’angle commun de l’argumentation, appliquée au déchiffrement des stratégies persuasives intrascéniques et de la production extrascénique des émotions dans les tragédies de Racine. La culture rhétorique classique lie, dans une problématique de la parole agissante, l’ensemble des pratiques éloquentes dont la topique et les codes définissent la rhétorique comme poétique et herméneutique au fondement des pratiques langagières tant sociales que fictionnelles. Dans le dessein de se faire avocat, Racine entreprend une lecture systématique de l’Institution oratoire de Quintilien qui l’initie à la représentation vraisemblable des passions et aux techniques argumentatives de réfutation (éristique), et de contournement (sophistique). Cette formation transparaît paradigmatiquement dans un enthymème d’Andromaque (je t’aimais inconstant, qu’aurais-je fait fidèle ?) dont la genèse dramatique et l’histoire théorique réfèrent simultanément à Quintilien et à la Logique de Port-Royal : le fonctionnement cognitif (intelligibilité) et esthétique (vivacité) de ce schème argumentatif est ainsi doublement éclairé par une réflexion rhétorique historique et transhistorique dont la scène théâtrale est un vecteur exemplaire

The present study brings together elements of rhetoric, pragmatic linguistics, and theatrical aesthetics, considered from the point of view of argumentation as applied to intra-scenic persuasive strategies and to the extra-scenic production of emotions in the tragedies of Racine. Classical rhetorical culture brings together, in the problematics of speech as action, the various practices of eloquence, the topic and the codes defining rhetoric as the poetic and hermeneutic basis of both social and fictional linguistic practices. Intending to become a lawyer, Racine made a systematic reading of Quintilian’s Institutio Oratoria, from which he learnt both the realistic representation of passions and the argumentative techniques of refutation (eristics) and avoidance (sophistics). The result of this study may be observed paradigmatically in an enthymeme from Andromaque (“je t’aimais inconstant, qu’aurais-je fait fidèle?”). The dramatic genesis and the theoretical history of this play refer back simultaneously to Quintilian to the Logique of Port-Royal. Ahistorical and trans-historical reflection on rhetoric, for which the stage is an exemplary vector, allows a double clarification of both the cognitive function (intelligibility) and the aesthetic function (vivacity)

Texte intégral

1Nous ne prétendons pas présenter ici une position théorique, mais plutôt dessiner à grands traits l’itinéraire méthodologique qui nous a fait dialoguer avec deux pôles de modélisation des pratiques argumentatives : la rhétorique « ancienne » et la « nouvelle » rhétorique, – en désignant par ce dernier terme moins l’entreprise de Chaïm Perelman que la théorie de l’argumentation dans la langue développée par Oswald Ducrot et Jean-Claude Anscombre.

Théâtre et argumentation

2Cette démarche a été déterminée par notre objet de recherche – l’œuvre théâtrale de Jean Racine – et le choix, apparemment paradoxal, d’aborder ce corpus littéraire et esthétique sous l’angle de l’argumentation : autrement dit, d’étudier la persuasion langagière au sein du processus de représentation. En admettant – comme le postule explicitement l’esthétique théâtrale classique fondée sur le principe d’illusion absolue (d’Aubignac, 1657) – que la fiction théâtrale mime les interactions argumentatives du monde réel, il est alors possible de rendre compte de l’activité discursive et dialogale des personnages par une analyse argumentative, notamment pragmatique, de ce que nous appellerons la rhétorique intrascénique. S’agissant des personnages raciniens, c’est l’échec quasi systématique de leurs entreprises persuasives qui a suscité, quelque peu perversement, notre intérêt, dans le dessein d’articuler la faillite oratoire des personnages à la finalité esthétique des tragédies : pitié et terreur cathartiques, ou « tristesse majestueuse » (Préface de Bérénice, 1671).

3Une telle articulation met en jeu une seconde rhétorique, extrascénique, qui relie le dramaturge au public par la médiation esthétique de la représentation (en donnant à ce qualificatif son sens propre d’« effet sensitif ») : la rhétorique extrascénique, ou théâtrale, mobilise en effet l’émotion des spectateurs. Cette donnée du processus théâtral est en soi transhistorique ; mais dans le cas de la tragédie du XVIIe siècle, elle est spécifique, puisque l’émotion du spectateur de tragédie procède de la représentation scénique des passions. La question esthétique interpelle ainsi la tradition rhétorique qui propose à l’orateur de faire l’apprentissage des passions, de les identifier (Aristote, Rhétorique), de les représenter par le maniement expert de l’image (Quintilien, Institution oratoire), afin de se rendre maître des émotions de l’auditoire (Cicéron, Orator). Le processus de représentation théâtrale relève donc de la rhétorique à un double titre : au plan extrascénique par la problématique de l’émotion esthétique ; au plan intrascénique, par la représentation d’une rhétorique des passions.

4Envisagée sous l’angle double de l’argumentation intrascénique des personnages et des émotions extrascéniques des spectateurs, l’étude de la persuasion théâtrale conduit à l’articulation méthodologique de l’analyse argumentative et de la tradition rhétorique. Ce qui implique, s’agissant des processus argumentatifs, de s’interroger sur la possibilité de conjoindre une approche diachronique et technique (la rhétorique comme art de persuader) et une approche synchronique et modélisante (la pragmatique comme théorie de l’argumentativité en langue et en discours).

5Il n’est pas ici possible d’envisager l’ensemble des enjeux épistémologiques de l’apparentement et de la convergence du questionnement que la rhétorique et la linguistique pragmatique adressent aux processus langagiers sous l’angle de la persuasion et de l’argumentation. C’est pourquoi, le théâtre du XVIIe siècle français, paradigme de l’âge de l’éloquence (Fumaroli, 1980), offrant la possibilité de conjoindre analytiquement ces deux approches, nous nous limiterons à une étude de cas : la formation rhétorique de Jean Racine, attentif lecteur de Quintilien (comme en témoigne un fort cahier de notes et citations – B.N. ms fr. 12888). De cette formation, nous évaluerons la trace possible dans l’œuvre par l’examen d’un schème argumentatif (l’enthymème) au sein d’une tragédie (Andromaque, IV, v, 1373).

6Cet angle d’attaque permet de poser la question clé du transfert de la culture rhétorique dans les différents champs d’exercice de la culture oratoire. Nous savons en effet que Racine a lu l’Institution oratoire à dix-sept ans, non pour devenir poète dramatique, mais pour se faire orateur professionnel, à l’exemple d’Antoine Lemaistre, illustre avocat retiré à Port-Royal et alors mentor du jeune Racine. La culture oratoire antique et classique révèle ainsi son double statut transhistorique et transgénérique :

  1. Racine, sur les conseils de ses maîtres, lit le traité de Quintilien, comme un livre de formation morale et technique toujours valide pour les pratiques oratoires de son temps ;
  2. le même Racine, ayant renoncé à se faire avocat et clerc (quête inaboutie d’un bénéfice ecclésiastique à Uzès), fait carrière (Picard, 1956) en tant que poète dramatique ; la scène théâtrale étant une voie d’accès rapide à la gloire et à la reconnaissance sociale. Autrement dit, la formation rhétorique de Racine révèle sa transhistoricité (de Quintilien au XVIIe siècle) et sa plasticité d’application générique (du genre judiciaire au genre dramatique). Elle détermine également l’aptitude du poète à interrompre sa carrière dramatique pour devenir historiographe du roi, une même pratique oratoire liant l’écriture des tragédies et de l’histoire.

7Nous sommes donc fondé à envisager cette polyvalence transhistorique et transgénérique comme caractéristique de la formation rhétorique classique, conçue comme initiation au maniement, dans des champs divers de l’éloquence, de schèmes argumentatifs. L’investigation de l’éducation rhétorique de Jean Racine vise ainsi à dégager quelques traits propres de ces invariants oratoires.

De la pragmatique à la rhétorique

8Notre choix de mettre l’accent sur l’approche rhétorique ne procède pas uniquement d’un souci de complémentarité envers les autres modèles d’analyses argumentatives. Il résulte aussi et surtout d’un parcours méthodologique dicté par la nature de notre objet d’étude et la recherche d’un outil d’analyse en adéquation avec le texte dramatique classique.

9En effet, la raison qui sous-tend l’application d’une lecture pragmatique, linguistique ou rhétorique d’un texte tel qu’une tragédie de Racine est simultanément externe et interne à son objet :

10– La raison externe procède d’un choix personnel de recherche : un texte dramatique implique dans son écriture même sa représentation publique. Le texte théâtral est en cela un discours réel, et non fictionnel. Sa nature est donc trans-textuelle, par distinction de l’autotélisme qui permet toujours de définir un texte littéraire non dramatique par son auto-référentialité. Cette dimension performative fait du texte théâtral un objet d’étude privilégié pour qui s’intéresse aux processus communicationnels et persuasifs, tant en rhétorique qu’en linguistique pragmatique ; et que redouble encore, à l’intérieur de la mimésis scénique, la forme majoritairement dialogale de la parole théâtrale.

11– La raison interne provient du statut spécifique accordé à la parole dans le cadre historique et codifié de la tragédie régulière française, laquelle se définit à la fois comme action (définition aristotélicienne du drame comme enchaînement causal du « système des faits »

12Poétique, ch. vi) et comme parole agissante, qui institue l’échange langagier en moteur et essence de l’action – ainsi que l’explicite Hédelin d’Aubignac :

Le lieu qui sert à ses représentations est dit Théâtre, et non pas Auditoire, c’est-à-dire un Lieu où on regarde ce qui s’y fait, et non pas où l’on écoute ce qui s’y dit. Aussi est-il vrai que les Discours qui s’y font, doivent être comme des Actions de ceux qu’on y fait paraître ; car là Parler, c’est Agir, ce qu’on dit pour lors n’étant pas des récits inventés par le Poète pour faire montre de son Éloquence. […] En un mot, les Discours ne sont au théâtre que les accessoires de l’Action, quoique toute la Tragédie dans la représentation ne consiste qu’en Discours.
(Pratique du théâtre, 1657, liv. IV, ch. ii)

13Ainsi définie, la parole théâtrale est performative en tant qu’elle assume le pouvoir transformateur de l’action ; elle est l’action, et de manière exclusive dans l’esthétique de la tragédie régulière qui exclut les jeux corporels de la comédie ou les dispositifs scénographiques des pièces à machine : « là Parler c’est agir ». Ce qui construit encore une distinction radicale entre éloquence, parole ornée et monstrative, et rhétorique (intrascénique), parole agissante et performative. On notera ici que l’esthétique classique détermine un réalisme absolu de la représentation, ou pour le dire autrement, prescrit le règne de l’illusion absolue. L’illusion ainsi postulée et construite suppose l’adhésion du spectateur à l’argumentation des personnages comme s’il s’agissait d’une argumentation réelle. La scène classique est régie par un principe de réalisme argumentatif (Bury, 2003).

14Dès lors, nous étions fondé, pour analyser cette argumentation intrascénique, à solliciter la linguistique pragmatique, en l’occurrence celle d’Oswald Ducrot qui a déterminé nos premiers travaux sur Racine (Declercq, 1981, 1982).

15Les notions rectrices mises en place dans Dire et ne pas dire (1972), Les Mots du discours (1980), L’argumentation dans la langue (Anscombre et Ducrot, 1983) – implicite et présupposition, cadre juridique de l’énonciation, polarité argumentative des connecteurs, polyphonie énonciative, négation polémique – sont autant de notions susceptibles de contribuer à l’analyse des stratégies langagières de persuasion intrascénique. Épistémologiquement, la linguistique pragmatique réinvestissait par la théorisation du faire discursif la problématique à la fois spéculative et technique de l’ancienne rhétorique (Declercq, 1992, ch. vi : 119-154). Car lorsque O. Ducrot (1972) souligne avec insistance qu’il ne s’agit pas de rendre compte des effets du discours dans le réel (ordre du perlocutoire et champ de la socio-pragmatique), mais d’analyser la prétention du discours à influencer le réel, autrement dit la visée persuasive du discours, il place la modélisation linguistique pragmatique dans une exacte analogie avec le but assigné par Aristote à la rhétorique. Le philosophe récuse en effet la visée purement utilitaire des premiers « technologues » qui, moyennant paiement, offraient à leurs « clients » des recettes oratoires, solutions pratiques (abusivement centrées sur le maniement des émotions du juge) à des situations concrètes et conjoncturelles. À l’inverse, le but de la rhétorique aristotélicienne, n’est pas le persuader, mais le persuasif : « Sa fonction propre n’est pas de persuader, mais de voir les moyens de persuader que comporte chaque sujet. » (Rhétorique, I, i, 1355 b : 11-14).

16Toutefois cette approche, efficace pour déchiffrer une séquence dialogique, une scène dramatique ou une forme brève telle une fable de La Fontaine (Declercq et Ducrot, 1983), a révélé ses limites d’application à la macro-structure d’une œuvre entière : la difficulté à appréhender par l’analyse pragmatique l’ensemble d’un drame ou d’un texte tel les Provinciales de Pascal a souligné, a contrario, la pertinence et l’intérêt de l’analyse pragmatique pour l’étude de micro-structures textuelles.

17La nécessité de prendre en compte la macro-structure de l’œuvre dramatique a donc orienté nos travaux vers l’art qui régissait historiquement, d’Aristote à Racine, la production du discours persuasif – la rhétorique.

18Au demeurant, cette conversion ne signifiait pas une rupture avec la perspective pragmatique, en raison de l’intérêt convergent, quoique distinct, de l’histoire littéraire et de la théorie linguistique pour la notion de rhétorique.

19Lexicalement, le terme est présent dans la linguistique d’O. Ducrot qui parle de « niveau rhétorique », mais qui, surtout, emprunte à l’ancienne logique syllogistique les éléments conceptuels d’une théorie de l’inférence au fondement de l’analyse des enchaînements argumentatifs. Plus généralement, on assiste dans le champ linguistique à la prise en compte progressive d’une « mémoire rhétorique » dont l’aide-mémoire consacré par R. Barthes à l’ancienne rhétorique (Communications, 1970 : 172-229) consacre le retour dans le champ des problématiques communicationnelles ; quant à l’argumentation, la prise en compte de son histoire devient effective en linguistique avec Christian Plantin en raison notamment de l’attention prêtée à la sophistique et à la dialectique (Essais, 1990 : 89-124).

20Parallèlement, l’histoire littéraire consacrait la reconnaissance de la rhétorique comme composante majeure de l’histoire des formes sociales et esthétiques du discours : en témoigne alors la parution de Points de vue sur la rhétorique (XVIIe siècle, 1968, premier d’une série de numéros sur la rhétorique), de la thèse de Marc Fumaroli, L’Âge de l’éloquence (1980), précédée des travaux en humanistique d’Alain Michel (1960, 1980) et en littérature comparée de Basil Munteano (1967).

21La mise en évidence d’une tradition rhétorique bi-millénaire (Fumaroli, 1999) a renouvelé l’histoire des formes et enrichi la méthodologie d’approche des textes en plaçant les concepts rhétoriques et oratoires au fondement de la génétique et de la poétique des textes (Declercq, 2003a : 230-231). Double approche par conséquent, historique et structurelle. Appliquée aux textes classiques, cette approche historique et formelle (Kibédi-Varga, 1976) a souligné la prégnance de la rhétorique dans les formes de la parole théâtrale, mais encore dans l’ensemble des genres littéraires, y compris les formes lyriques, et, plus fondamentalement, amis en évidence le fait que, à l’âge de l’éloquence, les pratiques que nous désignons aujourd’hui comme constitutives de la littérature s’inscrivent dans un ensemble de pratiques éloquentes tant sociales qu’esthétiques. Ce qui lie, au XVIIe siècle, avocat, prédicateur, orateur politique, poète de cour et poète dramatique est précisément une même formation rhétorique ; de même que, dans cette culture oratoire, tout texte est lu dans le sens précis où il est prononcé : autrement dit, parole sociale et parole littéraire appartiennent structurellement et fonctionnellement à un univers de discours régulé par les concepts oratoires.

22Cette prise en compte du rhétorique par des horizons disciplinaires distincts nous a conforté dans notre projet personnel d’articuler approche pragmatique contemporaine et histoire de la rhétorique entendue comme art, intergénérique et transhistorique, de production des discours persuasifs ; et a déterminé notre lecture de la Rhétorique d’Aristote (Declercq, 1992, ch. i-v : 19-119). Il s’est agi en l’occurrence :

  • d’aller à la source, philosophique et politique, de la tradition rhétorique, et de comprendre les conditions de transfert d’un art de la persuasion verbale dans les genres littéraires et esthétiques(Michel, 1982) : origine transdisciplinaire et transhistorique de la rhétorique, fondation irriguant l’histoire de la culture antique et classique ;
  • d’appréhender dans leur définition première les grandes typologies aristotéliciennes, historiquement entérinées par les rhétoriques romaines (Cicéron, Quintilien) : genres oratoires (délibératif ; judiciaire, épidictique) ; preuves oratoires (éthique, pathétique, logique), partitions oratoires (issues du discours judiciaire : exorde, narration, preuve, péroraison). Ce second axe de lecture visant à dégager transhistoriquement une méthode d’analyse des structures argumentatives des textes et des discours.

23Dans cette perspective méthodologique, l’apport aristotélicien se caractérise notamment par l’importance accordée aux processus logiques au sein de la persuasion, et par l’articulation de l’argumentation aux processus fictionnels. Parmi les deux modes de la preuve, déductive (le syllogisme rhétorique ou enthymème) et inductive (l’exemple), la seconde met en évidence l’usage de la parabole fabulaire dans le cadre d’une argumentation politique (Declercq, 2000). Cette interaction des dispositifs fictionnels et argumentatifs, par laquelle la fiction n’est plus seulement mimétique des pratiques argumentatives, mais au fondement de l’argumentation, redouble l’intérêt méthodologique de la rhétorique, désormais porteuse d’une initiation réciproque à la poétique littéraire et aux processus argumentatifs.

24Notre étude de la formation rhétorique de Jean Racine en découle. On nous permettra, pour tout ce qui concerne le contexte historique des séjours de Racine à Port-Royal et la documentation relative à l’éducation qu’il y reçoit, de renvoyer à un travail précédent (Declercq, 2003b), pour nous concentrer sur l’intérêt méthodologique de la lecture par Racine de l’Institution oratoire de Quintilien, en tant qu’initiation à des schèmes argumentatifs susceptibles de s’inscrire aussi bien dans les pratiques judiciaires du XVIIe siècle que dans l’écriture fictionnelle d’un poète dramatique.

La culture topique ; doxalité du style classique

La cueillette des lieux communs

25L’enseignement reçu par Racine à Port-Royal partage avec l’ensemble du système pédagogique humaniste une caractéristique essentielle pour appréhender en son sens culturel la notion de schèmes argumentatifs : il s’agit de l’initiation à la topique qui régit la lecture des textes et définit la notion de style à l’âge classique.

26La « récolte des lieux communs » ou topoï est en effet à l’origine du cahier d’Extraits de Tacite et Quintilien établi par Racine ; à Port- Royal, cette récolte procède d’une lecture directe des textes antiques, sous la direction d’un maître en charge d’un petit groupe d’élèves. Lecture active qui requiert l’annotation, la copie et la glose portées sur des cahiers tels ceux que nous avons conservés de Racine. Dans son Règlement des études (1690), inspiré des méthodes pédagogiques de Port-Royal, Antoine Arnauld définit très précisément cette pratique qui est une méthode fondée sur l’imitation féconde des textes antiques :

Le Régent doit avoir soin de faire marquer à la marge, d’une marque différente, les sentences et belles pensées, et généralement tout ce qu’il y aura de considérable dans les Auteurs, et d’en faire ensuite la revue, après que la lecture aura été faite ; puis de rassembler le tout sur la fin de chaque semaine.
(Mémoires, 5e précepte, t. XLI, p. 86)

27Travail personnel réalisé après les classes de rhétorique du collège de Beauvais, les Extraits illustres de Racine nous confirment que cette pratique n’est pas limitée au jeune écolier, mais est un art de la lecture typique de l’humanisme classique (Curtius, 1956). Cette pédagogie révèle l’essence doxale de l’éducation classique, l’élève étant invité à s’approprier le meilleur des grands modèles ; et l’appropriation des topoï, par annotations et copie, est le lien entre classe d’humanités et de rhétorique :

Selon les préceptes de la rhétorique, une lecture est avant tout une cueillette de lieux communs (loci communes, topoï), formules de portée générale dont on pourra ensuite orner son propre discours : ce sont les lumina orationis. Pour rendre le texte transportable, il importe d’en tirer une maxime, qui […] « servira peut-être ailleurs ». Racine traduit donc le passage, le résume en quelques mots et en extrait tout ce qui est universellement valable : renseignements mythologiques, historiques, géographiques, vérités morales, etc.
(Picard, in Racine, Œuvres complètes, t. II, p. 654)

28Acquisition d’un savoir doxal, mémorisation de formules générales et donc transposables dans différents contextes de discours et d’écriture, la culture topique fonde la polyvalence fonctionnelle d’une formation rhétorique qui privilégie l’idéalité et l’universalité (Snyders, 1965 : 118).

29Ce statut de la topique dans l’éducation classique est essentiel pour comprendre la formation rhétorique et esthétique de Racine. Bernard Beugnot (1977) a mis en évidence le statut général de cette pratique, qui met à la disposition de l’orateur comme de l’écrivain un ensemble de recueils d’extraits et sentences d’auteurs célèbres, parfois proposés alphabétiquement ou thématiquement : petites encyclopédies d’une culture doxale qui constitue le soubassement de la mémoire oratoire et poétique de l’âge classique (Bury, 1999 : 32), et auxquels les ouvrages « d’érudition mondaine », tels Les Entretiens d’Ariste et d’Eugène (1671) du jésuite Dominique Bouhours, puisent massivement. Vecteurs d’une culture commune qu’il ne s’agit ni de sous-évaluer ni de sur-évaluer, ils constituent l’élément de continuité entre les années de formation et la carrière d’un homme de parole et d’écriture. Aussi les plus grands auteurs sont-ils familiers de ces ouvrages qui facilitent la réception des pratiques créatrices par l’homogénéité de la mémoire des créateurs et de leur public : « L’art du florilège facilite […] la porosité entre les genres, et la remémoration d’une formule épique, ou d’une expression heureuse d’un historien ou d’un poète, peut bénéficier à l’inventio dramaturgique » (Bury, 1999 : 33).

30Insérée dans un texte nouveau, la sentence fait culturellement écho dans la mémoire de l’auditoire, et permet au créateur de construire des palimpsestes par lesquels il joue de sources multiples dont l’enjeu n’est pas la citation littérale, mais l’effet denotoriété démultiplié qu’ils engendrent dans l’oreille et la mémoire de l’auditoire (Declercq, 1986, 2003b). Dans le cas de Racine, nous disposons d’un témoignage direct dans sa correspondance qui réfère à des stances que prononçait Antigone dans une version initiale de sa première tragédie, La Thébaïde :

C’est un lieu commun qui vient bien à mon sujet mais ne le montrez à personne, je vous en prie, parce que, si on l’avait vu, on s’en pourrait souvenir, et on serait moins surpris quand on le récitera.
(Racine, Œuvres complètes, t. II, p. 459)

  • 1 Le plaisir lié au lieu commun correspond très exactement au principe esthétique et cognitif de rec (...)

31Racine définit très exactement la fonctionnalité rhétorique du topos : culturellement familier, il doit également être vraisemblable (principe rhétorique de l’apte dicere) ; il plaît alors par un effet conjuguant surprise et reconnaissance, suscité par l’insertion d’une forme doxale dans un contexte nouveau1. La culture topique débouche ainsi sur un art expert de la disposition : c’est entre la doxalité du lieu commun et la virtuosité de sa mise en œuvre – qui est d’abord mise en situation, c’est-à-dire disposition au sein de l’invention topique – que Racine pourra trouver les voies de sa création.

32Initié par les meilleurs maîtres de l’humanisme chrétien et de la rhétorique antique, en possession d’une culture philologique érudite qui le distingue des auteurs dramatiques de son temps, Racine peut affiner non pas son « style » au sens moderne, mais son sens de la discrimination rhétorique et esthétique, et son aptitude à jouer des topoï et des sources. C’est dans cette combinatoire que le futur dramaturge trouvera la capacité de s’affranchir des pièges de la culture doxale : les stances précitées sur l’ambition ont été supprimées sans doute en raison du recul général de cette forme dans l’écriture dramatique du temps, mais aussi en raison d’un souci accru de vraisemblance dramatique. Plus encore, le savoir philologique de Racine, notamment sa connaissance du grec et donc du texte euripidien, lui permet de recourir à des décalques littéraux qui « court-circuitent » l’écriture doxale : il en va ainsi de la scène d’aveu de Phèdre à Œnone (Phèdre et Hippolyte, I, 3) dont Jacqueline de Romilly (1999) a montré que Racine y suivait Euripide avec autant de scrupule que de virtuosité dans un exceptionnel exemple de traduction-adaptation. Desorte que lorsque survient chez Racine un vers sentencieux, celui-ci procède simultanément de la culture doxale et de l’érudition philologique. Cette fidélité philologique cependant s’interrompt lorsque s’ouvre chez Euripide un dialogue moralisateur. Racine substitue alors aux sentences de la nourrice les tourments amoureux de Sapho (voir Forestier, in Racine, Œuvres complètes, t. I, p. 831, note 2). Rendue possible par la formation des Petites Écoles, l’érudition racinienne est l’alternative à la doxalité et la source d’un renouvellement de la rhétorique passionnelle qui spécifie les tragédies de Racine.

L’initiation aux codes rhétoriques

33Relatif aux « leçons » d’Antoine Lemaistre, le témoignage d’un condisciple de Racine, Thomas du Fossé, dessine les contours de la formation dont Racine a pu bénéficier – enseignement humaniste et chrétien, dont le caractère personnalisé correspond à l’initiation, esthétique et rhétorique, d’un disciple :

Il s’appliquait à me former peu à peu sur des règles qu’il possédait si parfaitement. Il me lisait et me faisait lire des endroits choisis des poètes ou des orateurs, et m’en faisait remarquer toutes les beautés, soit pour la force du sens, soit pour l’élocution. Il m’apprenait aussi à prononcer comme il faut, les vers et la prose ; ce qu’il faisait admirablement lui-même, ayant le ton de voix charmant, avec toutes les autres parties d’un grand orateur. Il me donnait aussi, outre cela, plusieurs règles pour bien traduire, me faisant sentir combien l’art d’une traduction fidèle, noble et élégante, était difficile et important.
(Th. du Fossé, Mémoires, t. I, p. 291-292, cit. Delforge, 1986, 200)

34Ce double horizon poétique et oratoire semble bien avoir été la marque de l’enseignement délivré par Lemaistre à quelques privilégiés. Dès lors, le travail sur Tacite et Quintilien engagé par Racine sous la direction d’un humaniste et praticien de la rhétorique, à un âge où le jeune homme, qui a achevé ses classes d’humanités et de rhétorique, se doit de songer à embrasser quelque carrière, ce travail donc, prend une stature esthétique et technique qui le distingue des « cahiers d’écolier » ordinairement prescrits aux élèves.

35Il serait cependant erroné de penser qu’un tel document va nous livrer les clefs du style racinien. D’une part, parce qu’au XVIIe siècle, la question du style est anachronique ou plus exactement renvoie à la question des genres (Starobinski, in Spitzer, 1970, p. 24). D’autre part, parce que la question des genres précisément est une question rhétorique, et qu’une formation rhétorique classique ne forme pas un style, mais initie à un code. Simplement convient-il de dire que dans le cas de Racine, cette initiation a été particulièrement approfondie ; et que, dans cette perspective, les réflexions de Jean Cousin, traducteur et commentateur de l’Institution oratoire, sur l’imprégnation rhétorique des écrivains classiques prennent tout leur sens, en articulant doxalité topique et « originalité imitatrice » :

À choisir des thèmes rebattus ou se rapportant à des textes fameux, ils peuvent manifester leur génie et ils appliquent le principe de rhétorique énoncé par Quintilien, d’après qui l’imitation doit enrichir l’original.
(1932-1933, III, p. 162)

36C’est donc sans nul paradoxe, sinon moderne, qu’il faut attribuer l’effet d’originalité que suscite une œuvre classique telle que le théâtre de Racine, à la connaissance et au maniement experts d’un art (techne) qui livre les clefs de la vraisemblance psychologique intrascénique :

Il faut avoir fréquenté longuement les rhéteurs latins, leurs traités aux multiples subdivisions, aux analyses souvent trop subtiles, pour retrouver et expliquer – en termes de raison – ce que quiconque devine, s’il a le sens psychologique,–mais devine seulement, – dans le théâtre de Racine.
(ibid., p. 167)

37Pour Jean Cousin, qui valide ainsi par avance l’enquête de Basil Munteano sur les Extraits, la source savante de la séduction des tragédies réside dans les conventions rhétoriques qui les structurent, aux antipodes du naturalisme moderne :

Sans doute, les admirateurs de Corneille et de Racine ne voudront point le reconnaître ; il faut l’avouer pourtant : toute la tragédie classique est conventionnelle dans sa forme et elle est pour une grande partie conventionnelle dans le fond. Cette vérité humaine, dont on parle tant, dont je parle moi-même, qui constitue à ce que l’on dit le côté impérissable de la tragédie, n’est en réalité que la vérité humaine de l’homme moderne, tel qu’on peut l’apercevoir à travers les réseaux d’une rhétorique également conventionnelle, qui se dissimule plus ou moins selon les auteurs et qui se dissimule d’autant plus qu’elle est plus savante.
C’est en partie cet appui mutuel de la rhétorique et du théâtre qui a sauvé pourtant le théâtre de la ruine : la rhétorique a donné à ces pièces une solide armature et une qualité de style appréciée ; elle a conquis au génie dramatique la sympathie ouverte des savants et l’affection secrète des moralistes qui y retrouvaient la magnifique ordonnance des préceptes et des maximes de l’Institution oratoire ou du De oratore.
(IV, p. 243, nous soulignons).

  • 2 Le manuscrit inédit de B. Munteano Racine écolier des Petites Écoles de Port-Royal, qui procède à (...)

38C’est dans ce cadre général d’une formation aux codes rhétoriques, à la topique, et à l’idéalité doxale qu’il convient d’examiner le travail de Racine sur Quintilien. Cette évaluation ayant été entreprise par B. Munteano, nous allons tenter d’en donner les lignes directrices.2

Lire Quintilien en 1656 : argumentation judiciaire et dialogue éristique

39L’examen par B. Munteano des prises de notes raciniennes met en évidence une minutie et un soin doublement révélateurs :

  • du statut nodal de l’Institution oratoire dans une éducation chrétienne au XVIIe siècle (à Port-Royal, le livre de Quintilien est autant un livre de formation morale que de technique oratoire) ;
  • du caractère « professionnel » de la lecture entreprise par Racine, qui le conduit à résumer, gloser, recopier près du quart de l’Institution.

40De fait, la sélection des extraits retenus par Racine, et plus encore l’importance qu’il accorde aux techniques et tactiques judiciaires, semble l’indication d’un projet professionnel : devenir avocat. Qu’un traité de rhétorique, rédigé par un pédagogue du Ier siècle de la Rome impériale, puisse ainsi être encore considéré au XVIIe siècle comme un livre pertinent pour se préparer à l’éloquence judiciaire ne s’explique précisément qu’en raison de la prégnance épistémologique de la rhétorique, art transhistorique et transgénérique du discours persuasif. C’est aussi la raison pour laquelle Racine peut y trouver simultanément, et sans contradiction, l’image idéalisée de l’orateur, héros de l’éloquence (il recopie intégralement l’éloge de Périclès : Institution oratoire, XII, x, 65), et la description minutieuse des ressources techniques qui permettent de convaincre le juge.

41En effet, de même que la topique articule doxalité et spécificité, l’idéalisation est au principe de la formation rhétorique classique, sans pour autant exclure une visée professionnelle, car l’éloquence en soumettant les esprits confère aux belles lettres une efficacité sublime :

L’éloquence, qui sait dissiper les ténèbres dont la vérité est couverte, qui accommode avec un art admirable les pensées les plus relevées à la capacité du petit peuple, qui rend dociles les plus farouches, qui tient dans une application admirable à ce qu’elle propose les esprits les plus légers et les plus distraits, qui instruit les ignorants, qui convainc et persuade les opiniâtres, excite les paresseux et échauffe les froids, c’est cette éloquence que je regarde comme le plus beau fruit de l’étude des Belles Lettres.
(Bernard Lamy, IVe Entretien sur les sciences ; cit. Snyders, 1965, p. 122.)

42De fait, si Racine conçoit bien l’activité glorieuse de l’avocat sur le modèle rhétorique de l’orateur cicéronien et quintilianiste, il envisage clairement cette activité comme un combat dont la victoire s’acquiert au prix d’une technique dont il fait le relevé méticuleux, en privilégiant systématiquement les considérations à finalité pratique. S’il néglige en effet les minuties de la nomenclature oratoire, la théorie des états de cause, tout comme la relation de la rhétorique à la philosophie et à la dialectique, il manifeste en revanche grand intérêt au maniement pratique des preuves et du raisonnement en recopiant et annotant copieusement – Extraits, p. 337-345 –les chapitres v, 12 (de l’usage des arguments) et v, 13 (de la réfutation) :

431. Attentif aux preuves juridiques, il relève ainsi que les jugements antérieurs font autorité, que l’usage de la renommée et des bruits publics peut être utile au plaideur (Institution oratoire, V, ii, § 2 et 4 ; Extr. p. 229) et s’intéresse à l’usage argumentatif du serment (Institution oratoire, V, vi, § 1-6 ; Extr. p. 330-331) ; tout comme à l’usage des « lieux de l’exorde » (Institution oratoire, IV, i), qui se tirent du caractère des personnes engagées dans le procès, le portrait du client relevant d’une typologie des âges et conditions issue de la classification aristotélicienne des caractères – Rhétorique, II, ch. 12-17 –, laquelle fonde également la mimésis tragique. La problématique judiciaire des caractères initie donc le jeune Racine à la représentation psychologique dans le discours dont la fonction vise à persuader le juge. Cette visée persuasive engage à son tour la question des moyens à la disposition du plaideur, deux axes retenant plus particulièrement l’attention de Racine : la mobilisation du pathétique, le recours à la ruse ou feinte oratoire.

442. Du pathétique, outre des figures majeures telles la prosopopée (Bury, 2003), Racine apprend chez Quintilien l’importance de l’image :

Seule émeut la présence de l’objet ou du spectacle générateurs d’émotion – leur présence réelle, ou leur image intérieure. L’émotion émane ainsi de l’image, directe ou représentée : elle est, somme toute, affaire de visualité et d’imagination (Institution oratoire, X, vii, § 14-15 ; Extr. p. 441-442). Parmi les exemples qu’allègue Quintilien pour illustrer ce principe, l’un des plus probants est celui de la robe prétexte que l’on porta, toute ensanglantée, en tête du cortège funèbre de César. Le peuple savait bien que César avait été assassiné, mais sa robe, dégouttante de sang, lui représenta si vivement l’image du meurtre, qu’elle le mit en fureur. Frappé lui-même, Racine transcrit cet exemple tout au long, puis le marque d’une note de rappel Caesaris praetexta, qu’il souligne, pour s’en mieux souvenir encore.
[Institution oratoire, VI, 1, 31 ; Extr., p. 352 ; Munteano, p. 257]

45B. Munteano souligne que cet examen des effets émotionnels des preuves déborde la pure technique judiciaire :

Ces profonds principes – émotion personnelle, perception visuelle, imagination, expression par la voix et le geste – débordent l’enceinte du forum […] et portent sur l’esthétique même de la littérature, sur celle du théâtre en particulier. Et derechef la question se pose : notre futur dramaturge s’en souviendra-t-il ? (p. 259).

46Sur ce point précis, la présence insistante de l’hypotypose (Declercq, 1995) dans les tragédies permet de répondre affirmativement.

473. Racine prête également une grande attention aux figures et procédés qui usent de détours pour convaincre le juge : même si l’orator bonus doit privilégier l’argumentation directe, il ne doit ignorer ni négliger l’efficacité du laisser-entendre par l’usage des figures (Institution oratoire, IX, i, 20 ; Extr., p. 395), de la dissimulation, et de l’insinuation qui est un des enjeux de l’exorde (Institution oratoire, IV, i, § 42 ; Extr., p. 311).

484. Enfin le futur dramaturge s’initie indirectement à la pratique de l’argumentation confrontative dans le chapitre consacré à la réfutation et à l’altercation (Institution oratoire, VI, i, 20, Extr., p. 351). La transposition de cette technique judiciaire dans l’univers intrascénique des tragédies apparaît ainsi comme un des effets indirects mais latents de cette méticuleuse lecture de l’Institution oratoire : Racine y apprend quelques-uns des grands processus argumentatifs qu’il utilisera dans le champ esthétique de la mimésis théâtrale : mise en jeu du pathos, contournement de l’adversaire par les ressources de la sophistique, et plus encore cette polémicité argumentative qui est au principe de l’éloquence du forum : en effet, celle-ci ne doit pas imiter le style des poètes, mais lutter pour vaincre, ad victoriam niti (Institution oratoire, X, i, 29 ; Extr., p. 413), formule que Racine glose à son tour de cette note marginale : ad victoriam tendere (Extraits, en regard de II, 4, 32), formulation anticipée du principe argumentatif et éristique qui sous-tendra l’affrontement oratoire de ses personnages.

49Dans son bilan, B. Munteano souligne combien l’initiation à la technique du discours judiciaire engage l’aptitude à représenter la psychologie et l’interaction verbale des hommes ; et si l’on considère que Quintilien dresse de surcroît un portrait héroïque de l’orateur, on comprend que l’analogie latente orateur/héros ait pu, dans le cas de Racine, devenir effective. Sa formation rhétorique judiciaire est ainsi au fondement de la mimésis des caractères, de la topique des situations d’affrontement qui structurent son théâtre, et constitue le substrat technique des discours de ses personnages. Soulignons-le : l’univers psychologique et argumentatif des tragédies n’a pas pour source telle ou telle projection de la psyché racinienne, mais bien l’art du discours persuasif tel que l’enseigne la rhétorique romaine. Formation certes nullement exclusive–maint dramaturge au XVIIe siècle a reçu une formation juridique – mais particulièrement approfondie dans le cas de Racine : ce qui a pu lui permettre de rendre sa rhétorique plus discrète et plus subtile.

L’enthymème entre logique et mémoire

50Il serait méthodologiquement périlleux et fallacieux de prétendre que la lecture de Quintilien, entreprise dans le contexte d’un projet professionnel, s’est toute entière reversée dans la pratique du poète dramatique ; ou plus exactement un tel postulat ferait de L’Institution un texte source, là il joue le rôle matriciel d’un texte qui façonne la manière de traiter argumentation et persuasion. Influence plastique, susceptible de franchir les frontières génériques des discours, ici sociaux et professionnels, là dramatiques et esthétiques : façonnage de l’esprit et de l’art de parler, modalisation structurelle et culturelle des formes expressives, la rhétorique ne fournit pas les règles d’écriture des tragédies – c’est là le rôle de la Poétique aristotélicienne et des gloses dont elle fait l’objet depuis la Renaissance. Elle détermine en revanche des formes oratoires, des réflexes argumentatifs dont deux exemples nous sont fournis par la carrière et les écrits de Racine.

511. On nous permettra d’évoquer seulement le premier fourni par la querelle épistolaire dite des « visionnaires » qui voit Racine polémiquer avec son ancien maître Nicole à propos de l’immoralité du théâtre. L’analyse formelle des textes produits de part et d’autre met en évidence que l’enjeu est moins la question de fond (récurrente tout au long du siècle) qu’une rivalité pour le magistère oratoire laissé vacant par Pascal depuis la publication des Provinciales : en clair, l’enjeu de la querelle, rhétorique, s’inscrit dans le contexte général des pratiques polémiques du siècle, et pour Racine et Nicole dans le contexte spécifique, particulièrement éristique, de la parole militante à Port-Royal : Racine en est imprégné au point de reporter dans les Préfaces de ses tragédies une modalité polémique qui n’était pas d’usage dans ces paratextes dramatiques (Thirouin, 1992 ; Picard, 1967).

522. Nous développerons en revanche le second exemple, parce qu’il touche les tragédies et donc l’articulation de la rhétorique à l’esthétique, et parce qu’il concerne la question des schèmes logiques et syntaxiques de l’argumentation à travers la forme rhétorique du syllogisme – l’enthymème. On reconnaîtra pour tel la structure argumentative du vers adressé par Hermione à Pyrrhus,

Je t’aimais inconstant, qu’aurais-je fait fidèle ?
(Andromaque, IV, v, 1373)

53Premier vers d’une clausule en intonation ascendante de la tirade par laquelle Hermione traduit par une antithèse ce paradoxe paradigmatique de la rhétorique passionnelle– plus Pyrrhus lui est infidèle, plus elle lui est fidèle. Enthymème doublement synthétique puisqu’il résume le paradoxe de la situation antérieurement décrite (IV, 5, 1664-1672) et qu’il use de la forme abrégée du syllogisme (Declercq, 1992 : 99-106). Ce vers, l’un des plus glosés de Racine – à commencer par Boileau qui, conformément à sa définition du sublime (« la petitesse énergétique des paroles »), loue un raccourci poétique d’une grande efficacité narrative (Lettre à Brossette, XXXVIII, p. 678, citée par Forestier, in Racine, Œuvres complètes, I, p. 1365) – est ardemment défendu par Laharpe qui y voit l’expression directe de l’éloquence passionnelle :

Voilà de toutes les ellipses connues la plus hardie et la plus naturelle. Elle a toujours été admirée, parce que le génie l’a placée dans un de ces élans d’éloquence passionnée qui ne permettent pas une parole inutile ; et c’est cette éloquence des passions qui a créé toutes les figures de diction et de pensée, de manière qu’en négligeant quelques formes du langage ordinaire, elles ne violent jamais la logique générale des langues. En effet, il n’y a personne qui ne supplée, même sans y penser, les mots que la passion a supprimés, et qu’on ne se soucierait pas plus d’entendre, qu’elle ne se met en peine de les dire. Si vous voulez apprécier les avantages des langues anciennes, et les efforts de nos grands écrivains pour s’en approcher seulement, songez que ce vers, tout rapide et concis qu’il est en français, eût été rendu en latin bien plus brièvement encore, en quatre mots, et seulement avec l’ellipse la plus ordinaire : amavi infidelem, quid fidelem ?
(in Fontanier, 1818, p. 152)

54Cette éloquence naturelle des passions atteste d’une inflexion de la rhétorique à la fin du XVIIe siècle qui tend à naturaliser les figures de passion en les grammaticalisant, c’est-à-dire en les considérant comme faits de langue et non de style (Declercq, in Fumaroli, 1999, p. 680-687). Perçue dès lors comme « naturelle », la rhétorique – fondée sur la « logique générale des langues » –est supposée refléter directement les émotions par conjonction du naturel et de la hardiesse. Cette conception qui présuppose une logique des passions, et qui s’impose dans la définition – en langue – des tropes chez Dumarsais, trouve l’une de ses premières formulations dans la Logique de Port-Royal dont l’élaboration est contemporaine de la « rhétorique supérieure » de Racine (la période des Extraits). Arnauld et Nicole consacrent un chapitre à l’enthymème (III, 14) et fidèles à l’articulation rectrice de leur traité – la relation pensée/parole –, définissent l’enthymème comme :

un syllogisme parfait dans l’esprit, mais imparfait dans l’expression : parce qu’on y supprim[e] quelqu’une des propositions comme trop claire et trop connue, et comme étant facilement suppléée par l’esprit de ceux à qui l’on parle. Cette manière d’argument est si commune dans les discours et dans les écrits, qu’il est rare au-contraire que l’on y exprime toutes les propositions, parce qu’il y en a d’ordinaire une assez claire pour être supposée ; et que la nature de l’esprit humain est d’aimer mieux que l’on lui laisse quelque chose à suppléer, que non pas qu’on s’imagine qu’il ait besoin d’être instruit de tout.
(III, 14, p. 226)

55Cette description fonctionnelle de l’enthymème définit le schème argumentatif entendu comme articulation du logique et du linguistique. En effet, dans la théorie de Port-Royal, l’imperfection logique de l’enthymème se convertit en perfection psychologique ; et cette perfection psycho-logique doit elle-même s’entendre simultanément :

  • dans un sens cognitif (appréhension du sens par coopération interactive de l’énonciateur et l’auditoire), et
  • dans un sens esthétique (appréciation du sens assimilable à cette « passion de l’âme » qu’est l’enthousiasme herméneutique qui conduit l’auditeur à attribuer un sens à tout énoncé, et à participer spontanément et euphoriquement à l’achèvement de son sens).

56En effet, le caractère elliptique de l’énoncé enthymématique procure du plaisir à l’esprit de l’auditoire par un double processus de perfection du sens et de satisfaction de l’auditeur. Le postulat de la Logique est que la construction du sens entre pensée et parole procède d’une coopération interlocutive et d’une conjonction spécifique du logique et de l’esthétique ; ce postulat psycho-cognitif fonde l’universalité du schème argumentatif dont l’efficacité repose sur un principe conjoint d’intelligibilité et de vivacité. Intérêt et attrait du raccourci que constitue l’enthymème ; intensité focalisée du sens à visée persuasive qui définit le processus argumentatif, et qui inscrit dans l’activité persuasive l’arsenal rhétorique des passions conçu comme double remède à l’incompréhension et à l’ennui.

57Il n’est donc pas surprenant de voir le texte de la Logique convoquer à la suite un exemple littéraire, plus précisément théâtral :

Cette suppression flatte la vanité de ceux à qui l’on parle, en se remettant de quelque chose à leur intelligence, et en abrégeant le discours, elle le rend plus fort et plus vif. Il est certain, par exemple, que si de ce vers de la Médée d’Ovide, qui contient un enthymème très-élégant,
Servare potui, perdere an possim rogas ?
Je t’ai pu conserver, je te pourrai donc perdre ?
on en avait fait un argument en forme de cette manière : Celui qui peut conserver peut perdre : or je t’ai pu conserver ; donc je te pourrai perdre, Toute la grâce en serait ôtée ; & la raison en est, que […] une des principales beautés d’un discours est d’être plein de sens, et de donner occasion à l’esprit de former une pensée plus étendue que n’est l’expression […]. Car l’esprit allant plus vite que la langue, et une des propositions suffisant pour en faire concevoir deux ; l’expression de la seconde devient inutile, ne contenant aucun nouveau sens. C’est ce qui rend ces sortes d’arguments [les syllogismes philosophiques] si rares dans la vie des hommes, parce sans même y faire réflexion on s’éloigne de ce qui ennuie, et l’on se réduit à ce qui est précisément nécessaire pour se faire entendre.
(Ibid., p. 226-227) 150

58Ces pages formulent, au cœur de la Logique, une théorie psycho-esthétique de l’expression enthymématique. Le principe d’ellipse qui en régit l’énoncé procède d’un différentiel cinétique entre langue et pensée. L’énoncé elliptique relie dans un principe de brièveté et de vivacité les esprits du locuteur et de l’interlocuteur, qui tous deux « vont plus vite que la langue ». Le premier n’énonce que la première proposition d’un syllogisme dont les propositions suivantes sont formées en pensée et non en discours par le second. Sémantiquement, la communication langagière est donc régie par les vertus mêmes de la rhétorique : se faire entendre le plus fortement possible sans jamais ennuyer. Et, affirment les auteurs de la Logique, cette logique communicationnelle est universelle et naturelle (« sans même y faire réflexion »).

59Ce que vise cette dernière proposition, et c’est l’un des enjeux de la Logique, c’est à naturaliser la rhétorique, à en faire l’économie historique et épistémologique, en lui substituant une description en synchronie de la construction, cognitive et esthétique, de l’énoncé persuasif et de l’échange communicationnel. Cependant, la composante esthétique du processus met fonctionnellement en vedette un topos, la sentence de la Médée d’Ovide (je t’ai pu conserver, je te pourrai donc perdre), structurellement analogue à l’enthymème de l’Hermione racinienne (je t’aimais inconstant, qu’aurais-je fait fidèle). Aussi postulons-nous que la présence de cette sentence, nullement accidentelle, réinscrit au contraire dans la Logique, nolens volens, la tradition/translation rhétorique et souligne la dimension doxale et culturelle des schèmes argumentatifs.

60Certes, savoir que Nicole a enseigné la logique aux Petites Écoles, ne nous permet pas d’affirmer que Racine a été directement initié à la théorie de l’enthymème développée dans la Logique ; il n’existe pas de lien explicite entre la théorie port-royaliste de l’enthymème et la pratique racinienne de ce schème argumentatif. Mais s’il n’est pas possible d’affirmer que la Logique a inspiré Racine lorsqu’il donne forme enthymématique aux reproches d’Hermione, on notera cependant que, lorsque Laharpe commente la vivacité et la brièveté de la figure racinienne en déployant a contrario le syllogisme qui la sous-tend, il en loue le caractère elliptique en des termes analogues de ceux d’Arnauld et Nicole, et atteste ainsi de la permanence culturelle de la rhétorique aux XVIIe et XVIIIe siècles. Mais surtout, le choix de l’exemple ovidien dans la Logique peut sans invraisemblance être attribué à Nicole ; d’une part, parce que ce dernier assurait à Port-Royal l’enseignement des Belles-Lettres ; d’autre part et surtout, parce que nous savons qu’il puisait volontiers ses exemples dans l’Institution oratoire dont il a fait une lecture dirigée à Le Nain de Tillemont, condisciple de Racine. Or c’est précisément de l’Institution que proviennent, et le fragment de la Médée d’Ovide, et la théorie esthétique de la vigueur sémantique de l’enthymème :

Mais ces sentences reçoivent une plus grande force [majorem vim] du changement de figure : « Est-il donc à ce point douloureux de mourir ? » (car c’est plus vigoureux [acrius] que de dire simplement : « La mort n’est pas douloureuse ? »). Un effet identique peut être obtenu par le passage du général au particulier : en effet, il peut se présenter sous la forme directe : « Il est facile de nuire, difficile d’être utile », mais Médée, chez Ovide, dit avec plus d’efficacité [vehementius] : « J’ai pu te sauver, et tu demandes si je pourrais te perdre ? ».
(Institution oratoire, VIII, v, 6)

61Le livre VIII de l’Institution traite de la disposition et de la pertinence énonciative et contextuelle des traits de style et de pensée ; et notre extrait prend place dans un examen de la validité oratoire de la sententia. Le contexte historique est celui d’une querelle de style où Quintilien condamne les déclamateurs, partisans d’une éloquence ornée et ludique, qui tourne le dos à la sobriété originelle de l’orateur républicain. Et pour un lecteur tel que Racine, de telles pages font écho dans le contexte d’un XVIIe siècle à l’esthétique classique qui se fonde sur le principe de sobriété (Declercq, 1989). Quintilien propose en l’occurrence un retour aux sources de la sentence, et l’étymologie qu’il en donne renoue avec la question du lien entre pensée et expression :

Les anciens ont appelé sententia le sentiment intime [quod animo sensissent]. Ce sens est très fréquent chez les orateurs et il y en a encore des traces dans certaines expressions de l’usage courant ; car, au moment de prêter serment, nous disons : « conformément à ce que sent notre esprit » [ex animi nostri sententia], et lorsque nous félicitons : « conformément à ce que nous sentons » [ex sententia dicimus]
(livre VIII, v, 1)

62Sentire, c’est-à-dire penser, fonde le sens originel de sententia, tout comme en langue classique, le sentiment procède du jugement de l’esprit. Ce n’est qu’ultérieurement qu’intervient une distinction terminologique entre sensus, les conceptions de l’esprit [mente concepta] et sententia, les traits brillants [lumina] (ibid., 2), dont abusent précisément les nouveaux orateurs. Quintilien veut s’affranchir de cette brillance oratoire gratuite en réinscrivant la sentence dans sa fonction persuasive délibérative, dans le droit fil de la pensée gnomique des Grecs : « les noms grecs et latins dérivent du fait que la sententia ressemble à un conseil ou à une décision » (ibid., 3). Ce retour au sens rhétorique fonctionnel détermine une typologie de la sentence selon le rapport logique et modal qui la structure : négation, similitude ou encore opposition (ex diversis). De ce dernier rapport d’opposition, Quintilien donne plusieurs exemples, oratoires et littéraires, dont celui de la Médée d’Ovide ; série qu’il classe sous le titre générique d’enthymème, ainsi défini :

L’enthymème,… est tout ce que notre intelligence a conçu, mais on l’applique spécialement au trait tiré des contraires, parce qu’il domine tous les autres.
(ibid., 9)

  • 3 Énéïde, XII, 646 (« est-il donc douloureux de mourir ? ») et Cicéron, Pro Lig., 38 : « Ce qu’il y (...)

63La sentence enthymématique renvoie donc généralement à l’activité de l’esprit (quod mente concepimus) et spécialement à un schème logique de contradiction ou d’opposition (sententia ex contrariis) ; enfin elle est illustrée dans le texte par des énoncés mémorables, empruntés dans l’extrait qui nous occupe à Virgile, Cicéron et Quintilien.3

64Dans la Logique, le rapport de la pensée et de la parole dans la forme sententieuse est défini par une triple problématique, logique (les schèmes de la pensée), linguistique (l’ellipse propositionnelle), et esthétique (l’exemple « remarquable » ou enthymème « très-élégant »). L’occurrence de l’exemple ovidien, emprunté à Quintilien, permet de préciser cette esthétique du sens. Elle procède, d’une part, d’une fonction psycho-cognitive a priori universelle, et qui réfère au désir et plaisir herméneutiques (saisir et parfaire le sens de l’énoncé elliptique) ; d’autre part, cette esthétique s’appuie sur la sentence en tant que forme mémorable.

65La pratique rhétorique de l’enthymème s’avère en effet indissociable d’une mémoire culturelle, d’une culture de l’exemple, dont l’Institution oratoire est en l’occurrence la clé de voûte. L’Institution s’impose, par l’exemple ovidien, comme le texte médiateur entre la réflexion théorique des auteurs de la Logique et la pratique rhétorique de Racine. En effet, la sentence de Médée n’est pas illustration, mais exemple transhistorique d’enthymème, double support d’une théorie et d’une pratique, c’est-à-dire d’une rhétorique de l’ellipse déductive en modalité passionnelle. L’expression passionnelle, sous la forme paradigmatique d’une logique des contraires, s’incarne transhistoriquement (d’Ovide à Quintilien, de Quintilien à Port-Royal, comme d’Ovide à Racine via Quintilien) comme topos (le reproche sentencieux) dont le théâtre tragique – ovidien et racinien – est le lieu paradigmatique, la scène exemplaire, support d’une glose qui l’accompagne au sein même de la tradition rhétorique ; glose et tradition dont Racine, lecteur de Quintilien et élève de Port- Royal, est un héritier aussi privilégié qu’exemplaire. Paradigme mémorable de l’enthymème passionnel, le vers ovidien, reformulé (c’est-à-dire ré-inventé et nouvellement disposé) par l’Hermione racinienne, est un palimpseste où s’articule et s’accomplit, dans une singulière correspondance, à Rome en rhétorique, à Port-Royal en logique, et dans Andromaque en esthétique, une méditation sur l’efficacité persuasive du sens et de la forme qui le porte.

66La problématisation de l’argumentation en rhétorique nous impose en conséquence de prendre en compte l’histoire culturelle des formes argumentatives ; la scène théâtrale, et plus encore la scène tragique qui permet de trans-porter et re-déployer la topique et la syllogistique des passions, est un des lieux de mémoire de cette histoire. La rhétorique confirme ainsi son ambivalence originelle : discipline spéculative et pratique, esthétique et pragmatique ; ambivalence fondatrice de la plasticité de la formation rhétorique des âges classiques qui, plaçant l’Institution oratoire en position médiatrice, permet à un apprenti-avocat de se muer en orateur fictionnel, c’est-à-dire en poète dramatique.

Bibliographie

Références bibliographiques

Anscombre, J.-C. et Ducrot, O., 1983, L’Argumentation dans la langue, Bruxelles, Mardaga.

Aristote, 1980, Poétique, Seuil, éd. critique J. Lallot, R. Dupont-Roc.

Aristote, Rhétorique, Les Belles Lettres, (livres I et II, éd. M. Dufour, 1931 ; livre III, éd. M. Dufour et A. Wartelle, 1973).

Arnauld, A., Mémoires sur le règlement des études dans les lettres humaines, avec des notes attribuées à M. Rollin, s. d., (1690), dans Œuvres, Paris- Lausanne, S. d’ Arnay, 1775-1783, 42 t. en 37 vol. in-4°.

Arnauld, A., et Nicole, P., 1981 [1660], La Logique ou l’art de penser, éd. P. Clair et Fr. Girbal, Paris, Vrin.

Aubignac, H. (abbé d’), 2001 [1657], La pratique du théâtre, éd. H. Baby, Champion.

Beugnot, B., 1977, « Florilèges et Polyantheae : diffusion et statut du lieu commun », Études françaises, XIII, 1-2, p. 119-141 ; repris dans La Mémoire du texte. Essais de poétique classique, Champion, 1994, p. 257-279.

Bouhours, D., 2003 [1671], Les Entretiens d’Ariste et d’Eugène, éd. critique B. Beugnot et G. Declercq, Paris, H. Champion.

Bury, E., 1999, « Les Antiquités de Racine », Présences de Racine, Œuvres et critiques, XXIV, 1, Gunter Narr Verlag, p. 29-48.

Bury, E., 2003, « Mémoire, doxa et argumentation : le délibératif à l’œuvre dans la dramaturgie racinienne », in Declercq, G. et Rosellini, M. (éds), Racine, 1699-1999, Paris, PUF, p. 381-396.

Cicéron, 1964, Orator, éd. A. Yon, Paris, Belles Lettres.

Communications 16, 1970, « Recherches rhétoriques » (Barthes, R., « L’ancienne rhétorique. Aide-mémoire », p. 172-229).

Cousin, J., 1932-1933, « Rhétorique latine et classicisme français », Revue des cours et conférences de la Sorbonne.

Curtius, E.R., 1956, La littérature européenne et le Moyen Âge latin, PUF.

Declercq, G., 1981, « Crime et arguments – étude de la persuasion dans Britannicus (IV, 4) », Lalies 3, Presses de l’ENS, p. 165-175.

Declercq, G., 1982, « Les mœurs oratoires dans le théâtre de Racine (application à Andromaque) », Actes du colloque « Pouvoir et Dire », Albi, p. 268-294.

Declercq, G. et Ducrot, O., 1983, « Les Animaux malades de la peste. Approche pragmatique et rhétorique », dans Colloque d’Albi, Langages et Signification, p. 5-38.

Declercq, G., 1986, « Le lieu commun dans les tragédies de Racine : topique, poétique et mémoire à l’âge classique », e siècle 150, p. 43-60.

Declercq, G., 1986, « Stylistique et rhétorique au XVIIe siècle : l’analyse du texte littéraire classique », e siècle 152, p. 207-222.

Declercq, G., 1989, « Représenter la passion : la sobriété racinienne », La Littérature et le réel, Littératures Classiques, 11, p. 69-93.

Declercq, G., 1992, L’Art d’argumenter. Structures rhétoriques et littéraires, Éditions universitaires.

Declercq, G., 1995, « À l’école de Quintilien : l’hypotypose dans les tragédies de Racine », op. cit., Publications de l’Université de Pau, 5, p. 73-88.

Declercq, G., 2000, « Politique du paradigme : argumentation et fiction dans la Rhétorique d’Aristote », Études françaises, 36, n° 1, p. 49-74.

Declercq, G., 2003a, « L’Identification des genres oratoires en tragédie française du XVIIe siècle (Iphigénie ; Cinna) », in Theatrum mundi, Studies in Honor of Ronald W. Tobin, Rookwood Press, Virginia (E.U.).

Declercq, 2003b, « La Formation rhétorique de Jean Racine », in Declercq, G. et Rosellini, M. (éds), Racine, 1699-1999, Paris, PUF, p. 257-290.

Delforge, F., 1985, Les Petites Écoles de Port-Royal, 1637-1660, préface de Philippe Sellier, Cerf.

XVIIe Siècle, 80-81, 1968, « Points de vue sur la rhétorique ».

Ducrot, O., 1972, Dire et ne pas dire. Principes de sémantique linguistique, Paris, Hermann.

Ducrot, O. et al., 1980, Les Mots du discours, Paris, Minuit.

Fontanier, P., 1818, Études de la langue française sur Racine, Paris, Belin.

Fumaroli, M., 1980, L’âge de l’éloquence. Rhétorique et « res literaria »de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Paris, Droz.

Fumaroli, M. (éd.), 1999, Histoire de la rhétorique dans l’Europe moderne. 1450-1950, Paris, PUF.

Kibédi-Varga, A., 1976, Rhétorique et littérature. Étude de structures classiques, Didier ; rééd. Klincksieck, 2001.

Michel, A., 1960, Rhétorique et philosophie chez Cicéron, Paris, PUF.

Michel A., 1982, La Parole et la Beauté. Rhétorique et esthétique dans la tradition occidentale, Paris, Les Belles Lettres.

Munteano, B., 1967, Constantes dialectiques en littérature et en histoire, Paris, Didier.

Munteano, B., s. d., Racine écolier des Petites Écoles de Port-Royal, ms.

Picard, R., 1956, La Carrière de Jean Racine, Paris, Gallimard.

Picard, R., 1967, Racine polémiste, J.-J. Pauvert éd.

Plantin, C., 1990, Essais sur l’argumentation, Paris, Kimé.

Quintilien, [1979], Institution oratoire, éd. J. Cousin, Paris, Belles Lettres.

Racine, Œuvres complètes, t. I, Théâtre-Poésie, éd. G. Forestier, Gallimard, Pléiade, 1999 ; t. II, Prose, éd. R. Picard, 1966.

Romilly, J. de, 1998, « Racine lecteur d’Euripide », Conférence à l’Institut de France, 28 novembre. (texte dactylographié).

Snyders, G., 1965, La Pédagogie en France aux e et e siècles, PUF.

Starobinski, J., 1970, « Leo Spitzer et la lecture stylistique », in Spitzer, L., Études de style, Paris, Gallimard, p. 7-39.

Thirouin, L., 1992, « Les Provinciales comme modèle polémique : la querelle des Imaginaires », PFSCL, n° 73, Ordre et contestation au temps des classiques, t. II, p. 75-92.

Notes

1 Le plaisir lié au lieu commun correspond très exactement au principe esthétique et cognitif de reconnaissance qui fonde la mimesis aristotélicienne (Poétique, ch. iv, 48b, 6-19).

2 Le manuscrit inédit de B. Munteano Racine écolier des Petites Écoles de Port-Royal, qui procède à l’exégèse du cahier d’Extraits de Tacite et Quintilien, comporte quatre parties, partiellement rédigées : I. Les documents de Racine (ses deux Quintilien »), II. L’éducation à Port-Royal (dont un chapitre sur l’explication de texte), III. Le présent de l’adolescent (extraits parus dans XVIIe Siècle), IV. L’avenir : formation rhétorique et carrière d’avocat (Munteano prévoyait de consacrer à Lemaistre un chapitre dont nous n’avons malheureusement que le titre : « le tentateur »). Nous renvoyons à notre travail précédent qui cite plus largement le travail de B. Munteano (Declercq, 2003b).

3 Énéïde, XII, 646 (« est-il donc douloureux de mourir ? ») et Cicéron, Pro Lig., 38 : « Ce qu’il y a de plus grand, César, dans ta fortune présente, c’est de pouvoir sauver le plus grand nombre de citoyens qu’il t’est possible, de mieux dans ta nature, c’est de le vouloir » [livre VIII, v, 7].

Auteur

Ancien élève de l’École normale supérieure, est professeur de rhétorique et de dramaturgie classiques à l’Institut d’études théâtrales de l’université Paris 3 – Sorbonne nouvelle, dont il est actuellement vice-président. Président de la Société Jean Racine, il est spécialiste du théâtre du XVIIe siècle, de l’histoire de la rhétorique et des théories de l’argumentation. Il a notamment publié L’Art d’argumenter. Structures rhétoriques et littéraires (Éditions universitaires, Paris, 1992) et il a rédigé le chapitre consacré à la rhétorique classique dans l’ouvrage dirigé par M. Fumaroli (Histoire de la rhétorique dans l’Europe moderne – 1450-1950, PUF, Paris, 1999). Il a également co-dirigé avec M. Murat et J. Dangel La Parole polémique (H. Champion, Paris, 2003), et avec M. Murat, Le Romanesque (Presses Sorbonne Nouvelle, Paris, 2004). Il a enfin publié une édition critique des Entretiens d’Ariste et d’Eugène de Dominique Bouhours 1671 (H. Champion, Paris, 2003). Il prépare actuellement un ouvrage sur Racine : une rhétorique des passions

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540