Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’argumentation aujourd’hui

 | 
Marianne Doury
, 
Sophie Moirand

Une approche textuelle de l’argumentation : « schéma », séquence et phrase périodique

Jean-Michel Adam

Résumé

Cette étude revient, dans un premier temps, sur la façon dont le « schéma d’argumentation » à six composantes de Stephen E. Toulmin (1957) a été commenté et critiqué par Jean-Blaise Grize, Christian Plantin Résumés 195 et Marc Dominicy. Il montre, dans un deuxième temps, comment l’auteur a proposé de réviser ce schéma pour le faire fonctionner au niveau de la simple phrase périodique et de la séquence argumentative, en prolongeant le modèle de la superstructure argumentative de Teun A. van Dijk. Un extrait de presse écrite et un passage d’un discours de George W. Bush (17 mars 2003) sont examinés à titre d’exemple

This article examines Stephen E. Toulmin’s six-step model of argument (Data, Warrant, Claim, Backing for Warrant, Qualifier, and Reservations) and the criticisms of the six components proposed by Jean-Blaise Grize, Christian Plantin, Marc Dominicy, Teun A. van Dijk and Jean-Michel Adam (in his theory of linguistic text sequences). It goes on to show how the model may be revised to function on the level of the simple sentence and on that of argumentative sequence, through a prolongation of the argumentative super-structure of van Dijk. Analyses of an extract from a newspaper article and of a declaration by George W. Bush (17th March 2003) are presented as examples

Texte intégral

1Les organisatrices de la journée scientifique dont le présent ouvrage est issu m’ont demandé de situer ma théorie de la séquence argumentative par rapport au modèle du schéma argumentatif de Stephen E. Toulmin, auquel nous sommes plusieurs à nous être référés.

2Ma position est plus nuancée que celle de Frans van Eemeren et Rob Grootendorst : « Le modèle de Toulmin ne peut s’appliquer au discours argumentatif quotidien » (1996 : 8). Refusant d’accorder une priorité au discours « ordinaire » oral, je considère la plupart des écrits comme tout aussi « quotidiens ». Les différentes positions exposées dans le présent ouvrage tiennent à des divergences dans les grandes options théoriques, mais également aux corpus sur lesquels, les uns et les autres, nous travaillons. En dépit de l’orientation dominante de la linguistique contemporaine en direction de l’oral, j’assume le fait de travailler surtout sur des formes de l’écrit, sur de l’écrit oralisé (discours politiques prononcés par le général de Gaulle sur le forum d’Alger le 4 juin 1958 ou au balcon de l’Hôtel de ville de Montréal, le 24 juillet 1967), de l’écrit soutenu fait pour l’oralisation (éloges funèbres de Malraux, textes de théâtre) ou plus simplement de l’oral scripturalisé (interview de presse écrite), voire stylisé (style oralisé des romans). Sans aller jusqu’à parler de la nécessité de deux linguistiques distinctes, je constate que les corpus diffèrent considérablement et que l’instrumentation nécessaire pour étudier l’oral ou l’écrit instaure des différences tant de données que de méthodes. La plupart des travaux linguistiques se situent dans un entre-deux flou et, sous prétexte de privilégier la langue, négligent les matérialités discursives.

3Les différences de matérialité des régimes oral et scriptural ont en effet des conséquences sur la gestion de la continuité du flux verbal à la production comme à la réception. La complexité des agencements d’énoncés n’est pas la même à l’oral et dans les différentes formes d’écrits. Pour ne prendre qu’un exemple, la notion de période qui a été remise en avant par les travaux du Groupe Aixois de Recherche en Syntaxe et par Alain Berrendonner, et à laquelle j’assimile la notion de « paragraphe » de Mary-Annick Morel et Laurent Danon-Boileau (1998), diffère de celle que j’utilise pour ma part pour décrire des textes écrits, notion issue de l’art oratoire (c’est-à-dire d’une forme d’écrit faite pour être dite) et qui présente l’immense avantage d’être antérieure à l’invention de la phrase.

Positionnement dans le champ de l’argumentation

  • 1 Je n’aborde pas ici la question des genres rhétoriques de l’argumentation qui est au centre de mes (...)

4La décision de limiter mon propos à la séquence et à la phrase périodique argumentatives1 s’explique par un choix épistémologique : la non-adhésion à trois approches trop globales des faits de discours. J’ai d’abord refusé l’hypothèse du « tout narratif » de la sémiotique de l’École de Paris. Dans la perspective d’Algirdas J. Greimas, tout était récit et l’on ne voyait plus ce qui pouvait distinguer une fable d’une recette de cuisine ou d’une oraison funèbre. L’hypothèse, plus cohérente, du « tout conversationnel-dialogal » préside, par nécessité de corpus, aux travaux des conversationnalistes. Elle est juste du point de vue général de la discursivité, car il n’est pas de discours, même monologal, qui ne soit, à un certain niveau de son fonctionnement, dialogique, mais cela ne veut pas dire pour autant qu’il soit dialogal dans sa mise en texte. Or c’est très précisément la diversité linguistique des formes de mise en texte qui a été au centre de mes travaux. L’hypothèse du « tout argumentatif » est quant à elle juste au niveau de la théorie pragmatique générale : un récit, une description, une explication ont très souvent pour fonction globale d’argumenter. Comme le dit Jean-Blaise Grize : « tout discours peut être une argumentation », mais il ajoute « pris en lui-même […] un énoncé n’est ni argumentatif, ni non argumentatif » (1996 : 18). Nous sommes d’accord pour dire que « le caractère argumentatif d’un discours repose avant tout sur la finalité de celui qui le produit » (Grize, 1996 : 19). Plus largement, pour reprendre un exemple de J.-B. Grize, l’énoncé « Laissez venir à moi les petits enfants », renvoyé à l’identité de locuteurs comme Jésus-Christ, un ogre ou une ogresse, ou un pédophile, signifie tout autrement. Mais ces identités locutives sont inséparables des textes qui circulent dans l’interdiscours d’une communauté : Évangiles, contes ou faits divers.

  • 2 Cela explique la place de la notion de schématisation dans le chapitre 4 de Linguistique textuelle (...)
  • 3 [Note des éditrices] Cette opposition est développée par J.-B. Grize lui-même dans ce volume.

5En distinguant des formes élémentaires de textualisation dites narratives, descriptives, argumentatives, explicatives ou dialogales, mes recherches se sont inscrites dans le prolongement linguistique de la théorie psycho-cognitive des schémas qui a son origine dans les travaux de Sir Frederic C. Bartlett (1932) et a été développée en particulier par Walter Kintsch et Teun A. van Dijk (1983) à travers la notion de superstructure textuelle. T.A. van Dijk (1980 : 119) a, le premier, proposé un modèle de la superstructure du texte argumentatif qui prenait appui sur le schéma de S.E. Toulmin. Dans le livre où j’expose ma théorie des séquences (1992) et dans Adam 1999, je m’explique sur cette origine de mon modèle théorique. Mais, en dépit d’un détour par les grammaires et typologies de textes allemandes, les travaux du Centre de Recherches Sémiologiques de Neuchâtel (et en particulier, ceux de J.-B. Grize et de M.-J. Borel sur l’argumentation, la logique naturelle et la schématisation) me sont apparus très tôt, pour ce qui concerne l’argumentation et l’explication, comme un cadre théorique compatible avec la linguistique textuelle et le champ général de l’analyse des discours. Comme A. Berrendonner, je pense que le concept de schématisation, qui est au cœur de la logique naturelle de J.-B. Grize, se prête en linguistique à des applications intéressantes (Berrendonner in Miéville et Berrendonner [éds], 1997 : 219)2. J’ai trouvé dans la logique naturelle une féconde remise en question de la réduction de l’argumentation à des mécanismes logiques d’interlocuteurs abstraits et universels : J.-B. Grize oppose la logique-système démonstrative à la logique procès discursive3 et les propositions aux énoncés, comme le linguiste distingue la phrase et l’énoncé :

Fidèle à la tradition logique, j’ai parlé jusqu’ici de propositions et pas d’énoncés. Les premières comme les seconds expriment des contenus de jugement mais, dans un énoncé, le contenu de jugement est pris en charge par un sujet énonciateur. Il en résulte, d’une part, que ce qui importe c’est autant la valeur épistémique de l’énoncé que sa valeur de vérité et, d’autre part, que l’ordre dans lequel les énonciations sont produites n’est pas indifférent.
(Grize, 1996 : 15)

6Cette dernière remarque, relative à l’ordre des énoncés/énonciations, pose clairement la question de leur mise en texte ; je m’attarderai plutôt ici sur ce que J.-B. Grize dit du modèle de S.E. Toulmin (1996 : 11-17), en complétant ses propos par des remarques de Christian Plantin, dans Essais sur l’argumentation (1990 : 22-34).

Retour sur le schéma argumentatif de S.E. Toulmin

  • 4 Les lettres utilisées renvoient aux différentes traductions.

7Les six composantes du schéma d’argumentation de S.E. Toulmin (The Uses of Argument, chapitre III) sont les suivantes4 :

1. D : Données [Data].
2. donc C : Thèse ou Conclusion [Claim] : « Des données telles que D habilitent à tirer des conclusions ou énoncer des thèses, telles que C », ou encore « Étant donné les données D, on peut supposer que C » (Toulmin, 1993 [1958] : 121).
3. vu que G(L) : Garantie [Warrant], Licence d’inférer ou Loi de passage L, chez Plantin. Il convient de distinguer données (D) et garanties G(L) : « celles-là sont invoquées explicitement, celles-ci implicitement » (Toulmin, 1993 [1958] : 122).
4. étant donné F(S) : Fondement ou Support de la Garantie [Backing] ; S chez Plantin. « Le fondement des garanties que nous invoquons ne doit pas être exprimé de manière explicite – à tout le moins pour commencer : on peut accepter les garanties sans mise en question, leur fondement restant ainsi sous-entendu » (Toulmin, 1993 [1958] : 130). Le support ou fondement de G(L) fonctionne à l’exemple des axiomes, postulats et définitions de la géométrie euclidienne, à l’exemple des lois et autres dispositions légales dans le modèle de Toulmin.
5. Q(F) probablement/vraisemblablement : Qualificateur ou indicateur modal [Modal qualifier] de « force » [strength], force de conviction ou de persuasion, F chez Plantin. Q(F) nécessairement dans la logique système de la démonstration géométrique, mais probablement dans la logique-procès discursive.
6. à moins que/sauf si R : Conditions de Réfutation [conditions of Rebuttal] ; « Réserve » chez Plantin. « Tout comme une garantie (G) n’est pas une donnée (D) ni une affirmation (C), puisqu’elle implique en soi quelque chose qui concerne aussi bien D et C – à savoir que le passage de l’une à l’autre est légitime – ; de même, Q et R sont eux-mêmes distincts de G puis qu’ils apportent un commentaire implicite sur le rapport entre Get ce passage – les qualificateurs (Q) indiquant la force que la garantie confère à ce passage tandis que les conditions de réfutation (R) signalent les circonstances dans lesquelles il faudrait annuler l’autorité générale de la garantie » (Toulmin, 1993 [1958] : 124).

8Ce que synthétise le célèbre diagramme suivant :

Schéma 1 (S.E. Toulmin)

Schéma 1 (S.E. Toulmin)

9Les limites principales de ce schéma tiennent au fait que la réserve ou condition de restriction-réfutation (R6) n’est là que pour préciser la force quasi-statistique du qualificateur modal Q5. Plus il y a de R6 (sauf si), moins le probablement (Q5) est fort. Moins il y a de R6, plus la probabilité (Q5) s’élève. Je résume, ci-après, la simplification proposée par J.-B. Grize (colonne de droite) du schéma argumentatif de Toulmin (colonne de gauche), simplification qui, tout en reformulant ses composantes, laisse de côté l’indicateur de force ou de qualification modale (Q) :

donc C2 (Conclusion)

= C (Assertion conclusive, rattachée à F par l’arg.)

D1 (Data = Donnée)

= F (énoncé qui a valeur de Fait-argument)

vu que G3 (Garantie)

= Pp (Principe, vérité générale et reconnue, Loi de passage qui assure le rattachement de A à F)

en vertu de F4 (Fondement)

= B (Base, sur laquelle repose Pp)

sauf si R6 (Restriction)

= R (Restriction-réserve)

10J.-B. Grize synthétise les mouvements argumentatifs possibles par deux formules d’enchaînement potentiel des énoncés :

a. Fait-argument donc Assertion conclusive, puisque <sauf si Restriction> Principe-loi de passage en vertu de Base.
b. Assertion conclusive. En effet Fait-argument, puisque <sauf si Restriction> Principe-loi de passage en vertu de Base.

11Les réserves de J.-B. Grize portent essentiellement sur la forme trop idéale de ce type de présentation de l’argumentation. Les Principes [3] et la Base [4] ne sont pas donnés explicitement la plupart du temps et, comme il le dit :

[…] Le destinataire d’une argumentation qui n’explicite pas les Principes dont elle se sert reste libre de ses choix et […] les membres d’un auditoire peuvent interpréter ce qui leur est dit en s’appuyant sur leurs propres représentations du monde. S’il y a là quelque faiblesse « logique », c’est en même temps un avantage pratique considérable, un même discours pouvant être accepté par des destinataires différents.
(Grize, 1996 : 14)

  • 5 On le verra plus loin avec l’étude d’un passage du discours de George W. Bush du 17 mars 2003.

12En cas de crise, en revanche, l’explicitation du ou des Principes- Lois de passage, et de leurs fondements ou Bases peut devenir indispensable.5

13Si le schéma argumentatif de S.E. Toulmin a eu un certain succès, c’est parce qu’il présente quelques mérites. Avec C. Plantin, je reviens sur ces avantages :

14Le noyau de l’argumentation est dans le triplet [(1) Donnée (Fait) >> (3) Garant-Loi de passage (Principe) >> (2) Assertion conclusive].

Du point de vue linguistique, l’énoncé d’une donnée factuelle (D) ne prend son statut d’argument pour un autre énoncé (C), qu’en fonction d’un troisième, la loi de passage (L), sur qui repose en définitive l’édifice argumentatif. […] En introduisant cette notion dans sa théorie de l’argumentation, Toulmin redécouvrait la notion de topos, ou de lieu commun, sur laquelle la rhétorique ancienne fondait les théories de l’invention.
(Plantin, 1990 : 29)

15Les autres composants [(4) Fondement-Base], d’une part, et [(5) Q-Indicateur modal de force et (6) Restriction], d’autre part, peuvent être considérés comme autant de mouvements argumentatifs secondaires potentiels qui peuvent venir se greffer sur le noyau de l’argumentation. Nous touchons là un point capital des mouvements textuels argumentatifs et de la complexité des enchaînements.

  • 6 Je n’ai pas la place de développer ce point, bien exemplifié dans T. Herman et R. Micheli, 2003.

16L’indicateur de force Q(F) est inséparable d’une objection potentielle (mécanisme de concession R) et correspond à la prise en compte du point de vue d’un adversaire. Ce point est assez intéressant pour qu’on s’y attarde. Marc Dominicy, en se proposant d’« enrichir le schéma argumentatif de S.E. Toulmin » (1993 : 241), considère l’indicateur modal de force Q(F) que J.-B. Grize laisse de côté comme le point faible du schéma. Les lois de passage confèrent différents degrés de force et de probabilité aux conclusions et l’indicateur modal de force a pour rôle de signaler ces gradients. M. Dominicy se demande fort justement « si la singularité de l’indicateur F [Q] ne réside pas dans le fait qu’il est le point d’ancrage de la restriction R » (1993 : 244). Dit autrement, l’indicateur Q(F) est « une qualification modale qui dépend de l’existence et du nombre des propositions figurant au sein de la composante R de restriction » (1993 : 245). M. Dominicy a la bonne idée de se débarrasser de la réduction, par S.E. Toulmin, de R à la liste abstraite des circonstances dans lesquelles la loi de passage L(G) ne s’applique pas et il propose de prendre tout autrement le problème : « À bien y réfléchir, aucune restriction ne pourrait conduire à la conclusion opposée non-C sans qu’une nouvelle loi de passage l’autorise » (1993 : 245). C’est à ce niveau que Marc Dominicy et Emmanuelle Danblon proposent d’introduire dans le modèle ce que Perelman a appelé la « dissociation des valeurs » (Perelman et Olbrechts-Tyteca, 1988 [1958] : 550-609). La dissociation des notions et des valeurs permet « de fonder une conclusion opposée à celle d’un adversaire par le biais d’une réinterprétation parfois radicale des données factuelles » (1993 : 245)6. Je me contente de souligner qu’en position de Réserve-Restriction ou encore Condition de réfutation (R6), un deuxième mouvement argumentatif vient souvent s’enchâsser dans le premier (enchâssant).

17C. Plantin conclut sa présentation du schéma de S.E. Toulmin en avançant une notion intéressante, celle de cellule argumentative :

Mais surtout, une interprétation large du modèle de Toulmin – peut-être une extrapolation – jette les fondations d’une unité qu’on pourrait appeler « cellule argumentative », articulée aux dimensions d’un texte. Cette cellule intègre les éléments suivants :

  • une argumentation, connectant une position (une thèse, une conclusion) à une donnée venant la soutenir (un argument) ;
  • une réfutation, c’est-à-dire une allusion à la position d’un adversaire, soutenant une autre conclusion, et une négation de cette position.

L’organisation de cette cellule ne dépend pas d’une forme ou d’un élément textuel déterminé ; elle est aussi bien maquette que modèle réduit ; elle correspond aussi bien à un énoncé qu’à un paragraphe.
(Plantin, 1990 : 33)

18Dans leur réflexion sur la relation d’étayage, à propos d’un corpus oral, Denis Apothéloz et Denis Miéville ne prennent en considération que la première partie de la cellule argumentative. Ils mentionnent les situations dans lesquelles un segment de texte apparaît comme un argument « en faveur de l’énonciation d’un autre segment du même texte » (1989 : 248). Par segment, ils désignent des unités textuelles « dont la grandeur peut varier entre la proposition ou l’énoncé et une séquence d’énoncés » (1989 : 249). Cette relation entre un segment étayé et un segment étayant correspond à ce que l’on peut considérer comme une phrase périodique argumentative minimale.

19Pour essayer de prendre en compte cette question de la longueur des segments argumentatifs, j’ai été amené (Adam, 1996 et Adam, 2002a) à distinguer deux unités textuelles moins opposées que situées sur un continuum de complexité croissante : les phrases périodiques argumentatives et les cellules ou séquences argumentatives.

Les phrases périodiques argumentatives

20S.E. Toulmin envisage deux types de structures argumentatives de base : une structure rétroactive [Conclusion, parce que Donnée- Arg.] et une structure proactive [Donnée-Arg., donc Conclusion]. J.-B. Grize accorde lui aussi une grande importance à ces deux types de mouvements argumentatifs de base. Il parle d’organisation raisonnée régressive [proposition C2 (assertée) en effet/vu que proposition F1 (ayant valeur de fait)] et d’organisation raisonnée progressive [proposition F1 donc/en conséquence assertion conclusive d’une proposition C2(F1 est une raison/cause de C2)]. La complexification de ces structures de base est envisagée par S.E. Toulmin : [Donnée- Arg., donc Conclusion C’, donc Conclusion C], C’étant « la conclusion plus générale justifiée sur la base des données D, dont nous inférons ensuite C, parmi d’autres possibilités » (1993 [1958] : 132).

21J.-B. Grize considère quant à lui les organisations raisonnées complexes suivantes :

• C2 en effet/vu que F1 donc/en conséquence C2’
C2 [soyez prudents en prenant la route ce matin]
vu que F1 [car il a fait très froid cette nuit]
(F1) en conséquence C2’ [et il risque d’y avoir du verglas]
• F1 en conséquence C2. [C2 = F1’] en conséquence C2’
vu que F1 [Comme il a fait très froid cette nuit,]
en conséquence C2 [il risque d’y avoir du verglas.]
[C2 = F1’] en conséquence C2’ [Soyez prudents en prenant la route ce matin !]

22Des énoncés successifs de ce type peuvent êtres interprétés comme des phrases périodiques que l’on peut dire argumentatives dans la mesure où elles visent à rendre crédible ou acceptable un énoncé (assertion/conclusion) appuyé, selon des modalités diverses, sur un autre énoncé (argument/donnée/fait). Un énoncé isolé n’est pas a priori une Conclusion (C2) ou un Fait-Argument (Donnée F1). Si un énoncé apparaît comme un Fait-Argument (F1) préalable à une Assertion conclusive (C2), c’est a posteriori, par rapport à cette dernière (ce qui explique d’ailleurs l’inversion fréquente de l’ordre, en particulier à l’oral) :

Il n’y a de conclusion que relativement à des prémisses, et réciproquement. Et à la différence des prémisses, le propre d’une conclusion est de pouvoir resservir ultérieurement dans le discours, à titre de prémisse par exemple. On a ainsi un type de séquence textuelle qui se différencie d’autres séquences, narratives par exemple.
(Borel, 1991 : 78)

23On voit que la terminologie varie beaucoup. Séquence textuelle ne désigne ici que ces unités de longueur variable entre ce que je propose d’appeler périodes et séquences argumentatives. Par ailleurs, une suite d’énoncés est appelée à être interprétée comme formant une période ou une séquence argumentative plutôt qu’une période ou une séquence narrative, descriptive ou explicative, mais cette caractérisation peut ne pas être évidente. Ainsi, quand Brutus, dans Jules César de Shakespeare, justifie le geste qui le fait participer au meurtre de l’empereur par la phrase célèbre : « As he was ambitious, I slew him », la relation de causalité narrative (cause cherchée dans une propriété de César) est fondée sur un mélange entre une succession temporelle et une succession causale de deux énoncés (é1 > é2) :

Cause (il était ambitieux)

>>>

Conséquence (je l’ai tué)

(é1) avant (propriété)

(é2) après (accompli)

  • 7 Cette proximité entre argumentation et explication ne sera pas approfondie ici.

24L’ordre temporel est très secondaire par rapport à l’interprétation explicative que déclenche le connecteur as (comme). Ce genre de segment forme une période : la portée du connecteur as déborde é1 et se ferme seulement après é2, ce qui déclenche la clôture d’une unité textuelle qui apparaît plus explicative qu’argumentative7 : é2 parce que é1.

25Considérons à présent le titre d’un article journalistique et la légende de la photo qui l’accompagne (Le Nouveau quotidien du 24 mai 1994). Ces unités péritextuelles d’un article de journal sont des unités linguistiques complètes (même si le tout est constitué par un ensemble complexe : article, titre (1), sous-titre (2), photo, légende de la photo (3), signature, intertitre, indication de rubrique). Les énoncés (1), (2) et (3) sont des phrases périodiques.

(1) Si les sportifs de l’extrême se vendent, c’est pour gagner leur liberté
(2) Invités de l’école de management et de communication de Vernier, Sébastien Bourquin, Eric Escoffier et Dominique Perret évoquent leurs défis, et le prix à payer pour vivre des sensations fortes

26Le sous-titre (2) est de toute évidence non argumentatif. Il remplit une fonction informative qui tranche avec le titre (1), lui-même caractérisé par une forme d’enchaînement explicatif : [si énoncé p < explication > c’est pour énoncé q].

27Les énoncés de type [si p, c’est parce queq], [si p, c’est que q], [si p, cela tient à q] ou [si p, c’est pour (que) q] ont la propriété de tous supporter la transformation [c’est {parce que/pour}q que p] : « c’est pour gagner leur liberté que les sportifs de l’extrême se vendent ».

28Cet ordre régressif : [si p << c’est pour que q] est caractéristique de la structure explicative : p est vrai [les sportifs de l’extrême ont besoin de commanditaires et donc se vendent], mais pourquoi ? Parce que q [pour gagner leur liberté]. Le mouvement inférentiel part de l’indice/fait observé (p) pour remonter à la cause/raison (q). Le contexte que construit l’énoncé [si p] est l’indice d’un fait appartenant au monde qui est le nôtre, au contexte du monde marchand, monde problématique car pouvant générer des inférences éthiques négatives. Comment les alpinistes et skieurs de haute montagne peuvent-ils abandonner leurs valeurs et la gratuité fondamentale de leurs actions ? Ce contexte n’est que momentanément reconnu [c’est vrai que p les sportifs se vendent] pour mettre davantage l’accent sur l’énonciation de la cause/raison (q). L’énoncé (q) réintroduit une valeur : la liberté, qui résout le problème sous-jacent. C’est d’ailleurs ainsi que se termine l’article :

Liberté, mot clé pour lui comme pour ses compères. Parce qu’avec le risque, elle constitue l’essence même des sports extrêmes. Et justifie tout l’intérêt des sponsors en quête de sensations fortes pour leurs produits qui, paradoxe, en manquent parfois cruellement.

29La légende de la photo présente un troisième énoncé fort intéressant :

(3) Dominique Perret, skieur extrême : « Nous ne sommes pas des kamikazes suicidaires : certes, nous prenons des risques, mais ils sont calculés. »

30Cet énoncé est tiré de l’article qui suit :

  • 8 C’est nous qui soulignons.

Cela ne correspond pas du tout à ce que l’on fait, s’exclame Dominique Perret. Le terme [extrême] est exagéré : alors, tout ce qui sort de la norme serait extrême. Nous ne sommes pas des kamikazes suicidaires : certes, nous prenons des risques, mais ils sont calculés pour la plupart. Nous essayons d’éliminer les dangers, en nous préparant au mieux. On ne pourra jamais dompter complètement la nature.8

31Dans un mouvement de réfutation des termes mêmes du débat auquel le sportif était invité à participer (« Sponsoring et médiatisation : l’aventure des sports extrêmes »), le locuteur argumente dans un énoncé assez complet pour être isolé en légende de photo et qui, précédé d’un énoncé attributif de parole, forme une organisation périodique assez élaborée pour constituer une séquence argumentative élémentaire.

De la cellule argumentative à la séquence

32Selon moi, on passe d’une suite périodique de propositions liées par des connecteurs argumentatifs à une séquence argumentative lorsqu’on s’approche d’un mode de composition du type de celui qu’envisageait Oswald Ducrot, dans La Preuve et le dire (1973 : 192 ; article repris dans Les échelles argumentatives) :

Un grand nombre de textes littéraires, surtout aux XVIIe et XVIIIe siècles, se présentent comme des raisonnements. Leur objet est soit de démontrer, soit de réfuter une thèse. Pour ce faire, ils partent de prémisses, pas toujours explicites d’ailleurs, censées incontestables, et ils essaient de montrer qu’on ne saurait admettre ces prémisses sans admettre aussi telle ou telle conclusion – la conclusion étant soit la thèse à démontrer, soit la négation de la thèse de leurs adversaires, soit encore la négation de certains arguments de leurs adversaires. Et, pour passer des prémisses aux conclusions, ils utilisent diverses démarches argumentatives dont ils pensent qu’aucun homme sensé ne peut refuser de les accomplir.
(Ducrot, 1980 : 81)

33Bien qu’elle s’appuie sur des formes très élaborées (littéraires) de discours argumentatifs, cette définition a le mérite de mettre en évidence deux mouvements : démontrer-justifier une thèse et réfuter une autre thèse ou certains arguments d’une thèse adverse. Dans les deux cas, le mouvement est le même puisqu’il s’agit de partir de prémisses, qu’on ne saurait admettre sans admettre aussi telle ou telle conclusion-assertion. Entre les deux, le passage est assuré par des démarches argumentatives qui prennent l’allure d’enchaînements d’arguments-preuves correspondant soit aux supports d’une loi de passage, soit à des micro-chaînes d’arguments ou à des mouvements argumentatifs enchâssés.

34Le schéma simplifié de base correspond à ce qu’on a vu plus haut :

35Ce schéma doit être complété à la lumière d’un principe dialogique qui permet de tenir compte des Restrictions :

Un discours argumentatif […] se place toujours par rapport à un contre-discours effectif ou virtuel. L’argumentation est à ce titre indissociable de la polémique. Défendre une thèse ou une conclusion revient toujours à la défendre contre d’autres thèses ou conclusions, de même qu’entrer dans une polémique n’implique pas seulement un désaccord […], mais surtout la possession de contre-arguments. Cette propriété qu’a l’argumentation d’être soumise à la réfutation me semble être une de ses caractéristiques fondamentales et la distingue nettement de la démonstration ou de la déduction, qui, à l’intérieur d’un système donné, se présentent comme irréfutables.
(Moeschler, 1985 : 47)

36J’ai proposé de donner à la séquence argumentative prototypique complète la forme complexe suivante, qui laisse une place à la contre-argumentation en deux points de la structure, au niveau des macro-propositions argumentatives P. arg. 0 et P. arg. 4 :

Schéma 4 : La séquence argumentative

Schéma 4 : La séquence argumentative

37Ce schéma n’est pas d’un ordre linéaire obligatoire : la (nouvelle) thèse (P. arg. 3) peut être formulée d’entrée et reprise ou non par une conclusion qui la redouble en fin de séquence, la thèse antérieure (P. arg. 0) peut être sous-entendue.

38Ce schéma comporte deux niveaux :

  • Justificatif (P. arg. 1 + P. arg. 2 + P. arg. 3) : à ce niveau, la prise en compte de l’interlocuteur est faible. La stratégie argumentative est dominée par les connaissances rapportées.
  • Dialogique ou contre-argumentatif (P. arg.0 et P. arg. 4) : à ce niveau, l’argumentation est négociée avec un contre-argumenteur (auditoire) réel ou potentiel. La stratégie argumentative vise une transformation des connaissances.

39La différence entre les périodes et les séquences est une différence avant tout de complexité. Une séquence est une structure relationnelle hiérarchique préformatée regroupant des macro-propositions au sein d’une unité textuelle plus vaste qu’une simple période. Les différentes sortes de séquences correspondent à des régimes de liage des unités de sens (propositions énoncées), qui sont dits narratif, argumentatif, dialogal, descriptif ou explicatif. Le but de mes travaux, et en particulier de mon livre de 1992, a été de soumettre et de tester cette hypothèse de réglages différenciés que je dis séquentiels. Les cinq types de séquences de base correspondent à cinq types de relations macro- sémantiques préformatées, mémorisées par imprégnation (lecture et écoute) et transformées en schémas de reconnaissance et de structuration de l’information textuelle. La réalisation incomplète d’une séquence, très fréquente à l’oral, se traduit par de simples enchaînements périodiques.

40Revenons à l’exemple (3), dont la structure propositionnelle est décomposable comme suit :

(3) <1> Dominique Perret, skieur extrême : « <2> Nous ne sommes pas des kamikazes suicidaires : <3> certes, nous prenons des risques, <4> mais ils sont calculés. »

41L’énoncé de régie <1> ne se contente pas d’attribuer le discours cité, il qualifie l’énonciateur en lui attribuant le qualificatif qu’il s’emploie à reformuler. Les propositions énoncées sont unies par la combinaison des connecteurs certes et mais et du signe de ponctuation / :/. Entre ponctuation et connecteur (Gracq, 1980), les deux points signalent le lien conjonctif, avec effacement du connecteur. Le connecteur certes, qui suit les deux points, souligne que l’énoncé <3> (« nous prenons des risques ») est un fait (F), un argument pour une conclusion sous-jacente à la négation de la proposition précédente : on pourrait (donc) croire que « nous […] sommes […] des kamikazes » (C). L’interprétant est invité à tirer cette conclusion (C) de l’énoncé <3> (proposition p). certes souligne un premier mouvement d’adhésion à l’enchaînement [proposition<3> certes p>>donc >> conclusion C]. Le connecteur mais renverse cette première logique en introduisant un nouvel argument par l’énoncé <4> qui mène à l’assertion-conclusion (non-C) donnée d’entrée (énoncé <2>), et qui réfute ainsi le point de vue de l’opinion commune adverse (PdV1).

42L’ensemble de cette argumentation repose sur une dissociation de la notion de « skieur extrême » selon deux points de vue antagonistes (PdV1 vs PdV2). Commencer par la négation <2> permet de placer la reformulation de la notion de « skieur extrême » en tête du mouvement et de rendre identifiable la conclusion C que l’interprétant doit tirer de certes <3>. Ce qui vient en dernier dans la dynamique du schéma 5 est placé en tête dans l’énoncé-texte :

43Dans le mouvement argumentatif souligné par les connecteurs, le lien entre arguments et conclusion est rattaché à un système de normes. Or, le propre d’un système de normes est de relever d’un certain univers de sens (constitué de Principes et de Bases) attribuable à un ou à des énonciateurs. Un connecteur signale un point de vue énonciatif et le degré de prise en charge par le locuteur (L) des énonciations attribuées directement ou non à des énonciateurs (E1, E2). Le connecteur certes signale d’abord la logique d’un premier point de vue (PdV1), attribué à un énonciateur E1 dont le locuteur se distancie ouvertement par la modalisation (« on pourrait croire que » : L ≠ E1). Le locuteur adhère, en revanche, aux propositions <2> et <4> (L = E2).

44Si l’on applique à (3) le schéma de l’argumentation de S.E. Toulmin revu par J.-B. Grize, on a bien la confirmation du fait que R est le lieu d’insertion d’un autre mouvement argumentatif (avec ses étayages par des principes Pp1 et Pp2 et appui sur des Bases B1 et B2) :

(3)<2> [nég.C] Nous ne sommes pas des kamikazes suicidaires : <3> [F1] certes, nous prenons des risques, <4> [F2] mais ils sont calculés.

45L’assertion A est une entreprise de redéfinition, par le locuteur, de « nous » et un refus de la définition implicite de « sportifs de l’extrême », telle qu’elle circule, du moins, dans l’opinion commune (PdV1). certes signale que le locuteur accepte, sous la forme d’une concession, que F1 (le fait de prendre des risques) puisse être considéré comme un comportement suicidaire (assertion A sous-jacente à nég-C). L’étayage (Principe et Base) n’est pas explicité. L’interprétation propre au PdV1 peut toutefois se faire autour du raisonnement suivant : prendre des risques, c’est risquer sa vie [Base], risquer volontairement sa vie est un comportement suicidaire assimilable à celui des combattants japonais de la deuxième guerre mondiale [Principe]. En revanche, l’enchaînement porte, au moyen d’un mais argumentatif, sur la restriction R. Si prendre des risques (F1) est un comportement suicidaire (C), prendre des risques calculés, en professionnel, correspond à un « sauf si » exemplaire. Le fait F2 (prendre des risques calculés <4>) entraîne non-C (c’est un comportement non suicidaire, même si tous les dangers ne peuvent pas être éliminés <2>).

46Le schéma argumentatif de (3) peut être plus clairement explicité par le modèle de base de la séquence argumentative. L’énoncé <2> réfute, sur la base de la donnée <4> qu’il énonce (P. arg. 1), une thèse antérieure (P. arg. 0) signalée dans l’énoncé <3>. Les inférences à tirer de <4> mènent à la conclusion donnée d’entrée. Soit un embryon de séquence argumentative que le schéma 7 essaie de représenter :

47Comme on le voit, la macro-proposition P. arg. 0 est elle-même constituée de propositions argumentatives constituant une période que l’on peut dire « enchâssée ».

En guise de conclusion : G.W. Bush ou l’argumentation sans « restriction »

  • 9 L’ensemble du discours (« Denial and deception ») était accessible sur le site Internet de la Mais (...)

48Le discours prononcé par George W. Bush le 17 mars 2003 ne peut se contenter d’un enchaînement de type [ F1 → C2 ], comme dans (4)9 :

  • 10 Le Conseil de Sécurité des Nations Unies n’a pas été à la hauteur de ses responsabilités. Aussi pr (...)

(4)<F1> The United Nations Security Council has not lived up to its responsibilities, <C2> so we will rise to ours.10

49L’analyse du connecteur so, qu’il faudrait certainement traduire par aussi plutôt que donc, alors ou en conséquence/par conséquent, est intéressante. So sert à introduire l’énonciation d’une conséquence C2, mais l’énonciateur ne semble pas prendre en charge le mouvement de déduction ou la relation factuelle entre les propositions notées F1 et C2. Il ne présente pas son énoncé comme un raisonnement, mais comme l’expression d’une simple relation factuelle de cause (F1 : le Conseil de Sécurité des Nations Unies n’a pas été à la hauteur de ses responsabilités) à conséquence (C2 : Aussi nous prendrons les nôtres).

50Le fait que <F1> soit un énoncé négatif oblige G.W. Bush à préciser la prémisse qui lui permet de dire cela. Et il le fait juste avant, en (re)définissant la mission de l’ONU de manière à justifier le concept même de « guerre préventive » :

  • 11 Nous croyons en la mission des Nations unies. Une des raisons pour lesquelles les Nations Unies on (...)

(5) We believe in the mission of the United Nations. One reason the U.N. was founded after the second world war was to confront aggressive dictators, actively and early, before they can attack the innocent and destroy the peace.11

51À cette Base (B4), G.W. Bush ajoute les résolutions onusiennes, supposées connues de tous, qui forment Pp3 :

  • 12 Dans le cas de l’Irak, le Conseil de Sécurité a agi dès le début des années 1990. Sous les résolut (...)

(6) In the case of Iraq, the Security Council did act, in the early 1990s. Under Resolutions 678 and 687 —both still in effect— the United States and our allies are authorised to use force in ridding Iraq of weapons of mass destruction. This is not a question of authority, it is a question of will.12

52Soit une séquence (presque) complète, à laquelle il manque toutefois la prise en compte d’une possible restriction :

53Toute l’argumentation de l’administration américaine consiste à s’appuyer sur l’étayage 1, relatif à la position des Nations unies, pour justifier que les États-Unis se substituent à une organisation internationale accusée d’être dépourvue de volonté et défaillante. Pour cela, il faut poser une autre légalité, au moyen d’une autre séquence argumentative :

  • 13 Les États-Unis d’Amérique ont autorité souveraine d’utiliser la force pour assurer leur propre séc (...)

(7) <F1’> The United States of America has the sovereign authority to use force in assuring its own national security. <Pp3’> That duty falls to me, as Commander-in-Chief, <B4’> by the oath I have sworn, by the oath I will keep.13

54Ce segment de l’allocution de G.W. Bush se présente comme une séquence à laquelle il manque l’assertion conclusive C. Cette assertion implicite est largement étayée par Pp3’ et B4’ et revient à réaffirmer C2 (Nous prendrons nos responsabilités), c’est-à-dire à affirmer que les États-Unis sont prêts à entrer en guerre. Notons qu’ici aussi, aucune Restriction R6 n’est envisagée :

  • 14 Saddam Hussein et ses fils doivent quitter l’Irak sous 48 heures. De leur refus d’obtempérer résul (...)

55Cette absence de Restriction est très intéressante. G.W. Bush la remplace par un ultimatum : « Saddam Hussein and his sons must leave Iraq within 48 hours. Their refusal to do so will result in military conflict, commenced at a time of our choosing ».14

Bibliographie

Références bibliographiques

Adam, J.-M., 2001 [1992], Les textes : types et prototypes, Paris, Nathan.

Adam, J.-M., 1996, « L’argumentation dans le dialogue », Langue française 112, Paris, Larousse, p. 31-49.

Adam, J.-M., 1999, Linguistique textuelle. Des genres de discours aux textes, Paris, Nathan.

Adam, J.-M., 2001 : « Un “infini tourbillon du logos” : la rhétorique épidictique de Francis Ponge », in Dominicy, M. et Frédéric, M. (éds), La mise en scène des valeurs, Paris, Delachaux et Niestlé, p. 233-269.

Adam, J.-M., 2002a, « De la période à la séquence. Contribution à une (trans)linguistique textuelle comparative », in Nølke, H. et Andersen, H.L. (éds.), Macro-syntaxe et macro-sémantique, Berne, Peter Lang, p. 167-188.

Adam, J.-M., 2002b, « Textualité et polyphonie », Document de travail V, De skandinaviske polyfonister, Samfundslitteratur, Roskilde, p. 39-84.

Adam, J.-M., 2002c, « De la grammaticalisation de la rhétorique à la rhétorisation de la linguistique. Aide-mémoire », in Koren, R. et Amossy, R. (éds), Après Perelman : quelles politiques pour les nouvelles rhétoriques ?, Paris, L’Harmattan, p. 23-55.

Adam, J.-M. et Bonhomme, M., 2003 [1997], L’argumentation publicitaire. Rhétorique de l’éloge et de la persuasion, Paris, Nathan.

Adam, J.-M. et Herman, T., 2003, « Discours de combat et argumentation épidictique. De Gaulle, discours du 6 juin 1944 », Champs du signe 15, Toulouse, Éditions Universitaires du Sud, p. 137-157.

Apothéloz, D. et Miéville, D., 1989, « Matériaux pour une étude des relations argumentatives », in Rubattel, C. (éd.), Modèles du discours. Recherches actuelles en Suisse romande, Berne, Peter Lang, p. 247-260.

Bartlett, sir F.C., 1932, Remembering, Cambridge (GB), Cambridge University Press.

Berrendonner, A., 1997, « Schématisation et topographie imaginaire du discours », in Miéville, D. et Berrendonner, A. (éds), Logique, discours et pensée. Mélanges offerts à Jean-Blaise Grize, Berne, Peter Lang, p. 219-238.

Borel, M.-J., 1991, « Notes sur le raisonnement et ses types », Études de Lettres 4, Université de Lausanne, p. 67-85.

Danon-Boileau, L. et Morel, M.-A., 1998, Grammaire de l’intonation, Paris, Ophrys.

van Dijk, T. A., 1980, Macrostructures. An Interdisciplinary Study of Global Structures in Discourse. Interaction and Cognition, Hillsdale, Lawrence Erlbaum.

Dominicy, M., 1993, « De Toulmin à Perelman. Analyse d’un réseau argumentatif », Verbum 1-2-3, P. U. Nancy, p. 241-250.

Dominicy, M., 2002, « La dimension sémantique du discours argumentatif : le travail sur les notions », in Koren, R. et Amossy, R. (éds), Après Perelman : quelles politiques pour les nouvelles rhétoriques ?, Paris, L’Harmattan, p. 123-152.

Ducrot, O., 1973, La preuve et le dire, Paris, Mame.

Ducrot, O., 1980, Les échelles argumentatives, Paris, Minuit.

van Eemeren, F. et Grootendorst, R., 1996, La Nouvelle dialectique, Paris, Kimé.

Gracq, J., 1980, En lisant en écrivant, Paris, Corti.

Grize, J.-B., 1996, Logique naturelle et communications, Paris, P.U.F.

Herman, T. et Micheli, R., 2003, « Renforcement et dissociation des valeurs dans le discours politique », Pratiques 117-118, Metz, p. 9-28.

Kintsch, W. et Van Dijk, T. A., 1983, Strategies of Discourse Comprehension, New York, Academic Press.

Moeschler, J., 1985, Argumentation et conversation, Paris, Hatier-Crédif.

Perelman, C. et Olbrechts-Tyteca, L., 1988 [1958], Traité de l’argumentation : la nouvelle rhétorique, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Plantin, C., 1990, Essais sur l’argumentation, Paris, Kimé.

Toulmin, S. E., 1993 [1958], Les usages de l’argumentation, Paris, P.U.F.

Notes

1 Je n’aborde pas ici la question des genres rhétoriques de l’argumentation qui est au centre de mes travaux sur les discours publicitaires (Adam et Bonhomme, 2003 [1997]), politiques (Adam et Herman, 2003) et littéraires (Adam dans Dominicy et Frédéric [éds], 2001). Je ne parle pas non plus de la dimension argumentative de toute interaction en langue naturelle, du fait que la langue est moins un support de transmission d’information qu’un instrument d’action et d’affrontement que la rhétorique a très tôt eu pour but de régler par la description et par l’enseignement. J’examine ailleurs la question des relations entre rhétorique et linguistique dans un article-bilan (Adam, 2002c), qui se termine par une mise au point sur l’approche linguistique de l’ethos discursif, autre aspect de l’argumentation que cette contribution n’aborde pas.

2 Cela explique la place de la notion de schématisation dans le chapitre 4 de Linguistique textuelle (Adam, 1999).

3 [Note des éditrices] Cette opposition est développée par J.-B. Grize lui-même dans ce volume.

4 Les lettres utilisées renvoient aux différentes traductions.

5 On le verra plus loin avec l’étude d’un passage du discours de George W. Bush du 17 mars 2003.

6 Je n’ai pas la place de développer ce point, bien exemplifié dans T. Herman et R. Micheli, 2003.

7 Cette proximité entre argumentation et explication ne sera pas approfondie ici.

8 C’est nous qui soulignons.

9 L’ensemble du discours (« Denial and deception ») était accessible sur le site Internet de la Maison Blanche (White House, President George W. Bush. Office of the Press Secretary, March 17, 2003).

10 Le Conseil de Sécurité des Nations Unies n’a pas été à la hauteur de ses responsabilités. Aussi prendrons-nous les nôtres. [Notre traduction]

11 Nous croyons en la mission des Nations unies. Une des raisons pour lesquelles les Nations Unies ont été fondées après la Seconde Guerre mondiale était de s’opposer activement et sans délai à l’agressivité des régimes dictatoriaux, avant qu’ils ne s’en prennent à des innocents et ne détruisent la paix. [Notre traduction]

12 Dans le cas de l’Irak, le Conseil de Sécurité a agi dès le début des années 1990. Sous les résolutions 678 et 687 – toutes deux toujours valables – les États-Unis et nos alliés sont autorisés à utiliser la force pour éliminer les armes de destruction massive en Irak. Ce n’est pas une question d’autorité, c’est une question de volonté. [Notre traduction]

13 Les États-Unis d’Amérique ont autorité souveraine d’utiliser la force pour assurer leur propre sécurité. Ce devoir me revient, entant que Commandant en chef, en vertu du serment que j’ai prêté, en vertu du serment que je tiendrai. [Notre traduction]

14 Saddam Hussein et ses fils doivent quitter l’Irak sous 48 heures. De leur refus d’obtempérer résultera un conflit armé qui débutera au moment où nous le déciderons. [Notre traduction]

Table des illustrations

Titre Schéma 1 (S.E. Toulmin)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/763/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Schéma 2
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/763/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Schéma 3
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/763/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Schéma 4 : La séquence argumentative
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/763/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Schéma 5
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/763/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Schéma 6
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/763/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Schéma 7
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/763/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/763/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/763/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

Auteur

Docteur en linguistique et docteur ès-lettres et sciences humaines de l’université de Besançon, est professeur de linguistique française à l’université de Lausanne depuis 1984. Il a publié des ouvrages sur la linguistique textuelle, le récit, la description, l’analyse des discours littéraire et publicitaire. Ses derniers titres parus sont Le style dans la langue (Delachaux et Niestlé, Lausanne, 1997), Linguistique textuelle : des genres de discours aux textes (Nathan-Université, Paris, 1999). Il a également co-dirigé, avec J.-B. Grize et M. Ali Bouacha, Texte et discours : catégories pour l’analyse (Éditions universitaires de Dijon, 2004). Ses travaux de linguistique textuelle servent de référence à de nombreux chercheurs en analyse du discours et en didactique des textes et des discours

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540