Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’argumentation aujourd’hui

 | 
Marianne Doury
, 
Sophie Moirand

Une vue synoptique de l’approche pragma-dialectique*

Frans H. van Eemeren et Peter Houtlosser

Résumé

Cette contribution s’ouvre sur une rapide présentation de la théorie pragma-dialectique de l’argumentation élaborée par Frans H. van Eemeren et Rob Grootendorst. Sont décrites ensuite les orientations actuelles, qui visent à réconcilier les perspectives dialectiques et rhétoriques, développées jusqu’à présent dans des paradigmes disjoints. Elles posent que tout discours argumentatif suppose un double objectif : persuader un destinataire, comme le prévoit l’approche rhétorique, et faire valoir des normes critiques afin de préserver le caractère « raisonnable » de l’argumentation, comme le prévoit l’approche dialectique. L’ajustement stratégique vise à réduire la tension générée par la poursuite de ce double objectif ; lorsque l’objectif rhétorique l’emporte au point de faire fi des garde-fous dialectiques, l’ajustement stratégique devient fallacieux. F.H. van Eemeren et P. Houtlosser montrent ainsi que le recours au concept d’ajustement stratégique facilite l’identification des critères permettant de décider si un mouvement argumentatif précis est ou n’est pas fallacieux. L’article s’achève sur la présentation de projets de recherche de pragma-dialectique, liés à la question de l’ajustement stratégique

This paper begins with a brief overview of the development of the pragma-dialectical theory of argumentation as developed by F.H. van Eemeren and R. Grootendorst. Next the authors explain the new turn given to pragma-dialectics by reconciling the dialectical and rhetorical perspectives on argumentative discourse, which had developed into mutually isolated paradigms. In their view, argumentative discourse always involves pursuing persuasive success as envisioned in a rhetorical perspective, while at the same time maintaining critical standards of reasonableness as envisioned in a dialectical perspective. Strategic manoeuvring is aimed at diminishing the tension between the simultaneous pursuit of these two goals. As soon as rhetorical interests so strongly prevail that certain dialectical boundaries are overstepped, strategic manoeuvring derails into fallaciousness. It is shown that that the criteria for determining whether or not an argumentative move is fallacious can be more easily identified by making use of the concept of situated strategic manoeuvring. Viewing fallacies as derailments of sound modes of strategic manoeuvring also explains why such wrong moves so easily occur and so often go unnoticed. The essay concludes with an overview of some topical pragma-dialectical research projects related to strategic manoeuvring

Texte intégral

  • * Texte traduit par Marianne Doury et revu par les auteurs.
  • 1 [Note de la traductrice] : Le terme de rationalité utilisé dans cet article traduit le terme angla (...)
  • 2 La notion de validité relative à la capacité de résoudre un problème déterminé, ainsi que la notio (...)
  • 3 Dans cette courte description du développement de la pragma-dialectique, on ne discutera pas des p (...)

1La théorie pragma-dialectique de l’argumentation associe une conception dialectique de la rationalité1 argumentative à une approche pragmatique des procédés du discours argumentatif. La conception dialectique de la rationalité argumentative s’inspire de rationalistes critiques et d’autres philosophes analytiques, tels que Karl Popper, Hans Albert et Arne Naess, ainsi que de logiciens élaborant une dialectique formelle, comme Charles Hamblin, Paul Lorenzen cum suis, Else M. Barth et Erik C.W. Krabbe. Elle est explicitée dans le modèle pragma-dialectique idéal de la discussion critique. Dans ce modèle, le discours argumentatif est considéré comme un discours destiné à résoudre un conflit d’opinions grâce à l’évaluation de l’acceptabilité des positions en jeu, évaluation qui repose sur des critères dont la validité doit être admise intersubjectivement, et dépend de leur capacité à résoudre un problème déterminé2. L’approche pragmatique, qui voit les procédés argumentatifs comme des actes de langage produits au cours d’un échange discursif, est fermement ancrée dans la philosophie de la communication verbale de John L. Austin et John R. Searle, la théorie de la rationalité conversationnelle de H. Paul Grice, et d’autres études de la communication verbale menées par divers analystes du discours et de la conversation. Cette approche considère les procédés utilisés aux différentes étapes du processus de résolution d’un désaccord comme des actes de langage tels que prendre position, mettre en doute une position, avancer des arguments en faveur d’une position, et décider de l’issue d’une discussion.3

Le développement de la pragma-dialectique

2Ensemble, Frans H. van Eemeren et Rob Grootendorst ont fondé la théorie pragma-dialectique de l’argumentation. Dans les années 1970 et au début des années 1980, les postulats méta-théoriques, qui posent que l’argumentation doit être vue comme un phénomène fonctionnel, exprimable, social et dialectique, ont été mis en place. En premier lieu, l’argumentation ne doit pas être étudiée comme étant constituée d’inférences logiques, d’attitudes psychologiques ou de croyances, mais comme un ensemble complexe d’actes (de nature verbale, mais parfois aussi non verbale) remplissant une fonction spécifique dans une situation de communication donnée. En deuxième lieu, plutôt que spéculer sur les motivations internes des individus, ou sur leur inclination à prendre telle position plutôt que telle autre, la pragma-dialectique se focalise sur la façon dont les argumentateurs se trouvent engagés par les positions qu’ils prennent publiquement via des actes de langage argumentatifs, et sur les conséquences de tels engagements sur le processus argumentatif. En troisième lieu, on considère que les actes de langage ne sont pas accomplis dans un « désert social », mais entre deux parties (ou plus) afin de résoudre une divergence d’opinions. Enfin, la pragma-dialectique propose d’aller au-delà d’une approche purement descriptive de l’argumentation, en cherchant à spécifier les normes auxquelles font appel les argumentateurs raisonnables ; ces derniers acceptent les contraintes qui y sont liées lorsqu’ils s’engagent dans une procédure réglée de résolution du désaccord, procédure basée sur une confrontation et une évaluation des arguments en présence.

3Van Eemeren et Grootendorst ont présenté les fondements de leur théorie pragma-dialectique de l’argumentation pour la première fois en anglais dans Speech Acts in Argumentative Discussions (1984), ouvrage fondateur présentant une forte orientation philosophique et théorique. La discussion critique y est envisagée d’un point de vue analytique et peut être décomposée en quatre étapes :

  • au cours de l’étape de la confrontation se manifeste une divergence d’opinions ;
  • l’étape d’ouverture est le moment où sont établis les points de départ (procéduraux et factuels) de la discussion critique ;
  • au cours de l’étape argumentative, les positions sont étayées argumentativement, et les arguments avancés en défense d’une position sont à leur tour contestés ;
  • la discussion critique s’achève sur une étape de conclusion, au cours de laquelle il s’agit de déterminer les résultats de la discussion.

4Afin de satisfaire aux conditions dialectiques de rationalité, les actes de langage accomplis dans le discours doivent être en accord avec les règles de la discussion critique dans chacune des quatre étapes. Ces règles vont de l’interdiction d’empêcher l’interlocuteur d’exprimer sa position (étape de confrontation) à l’interdiction de généraliser le résultat de la discussion (étape de conclusion). Tout « coup » argumentatif accompli en violation de ces règles doit être vu comme une entrave à la réalisation de l’objectif critique de la discussion, et peut alors, dans ce sens, être considéré comme fallacieux.

5Cette approche des paralogismes a été proposée comme une alternative au traitement standard des paralogismes, si sévèrement critiqué par C. Hamblin au début des années 1970, et a été développée dans Argumentation, Communication, and Fallacies (van Eemeren et Grootendorst, 1992). En rupture avec la position prévalente jusqu’à C. Hamblin, position consistant à considérer les paralogismes comme des arguments qui semblent valides sans l’être, les paralogismes y sont définis comme des procédés argumentatifs qui constituent une violation spécifique d’une des règles de la discussion critique, à une étape donnée de la discussion.

6À la norme unique de validité logique est ainsi substitué un ensemble de normes auxquelles le discours argumentatif doit se plier : c’est sur ces normes que reposent les règles de la discussion critique. Une telle approche permet de caractériser bien des paralogismes traditionnels avec davantage de clarté et de cohérence, et d’identifier de « nouveaux » paralogismes jusqu’alors ignorés.

7Afin d’expliquer comment les paralogismes peuvent être détectés dans les pratiques argumentatives, la pragma-dialectique a posé les bases d’une analyse du discours argumentatif, faisant appel à des concepts comme les prémisses implicites, la structure argumentative et les types d’arguments. Dans Argumentation, Communication, and Fallacies, chacun de ces concepts est défini dans cette perspective. F. van Eemeren et R. Grootendorst ont proposé de traiter la question de l’identification des prémisses implicites en distinguant deux niveaux d’analyse : l’analyse du minimum logique consiste à reconstruire une prémisse de façon à rendre une argumentation compatible avec les contraintes d’un raisonnement logiquement valide ; l’analyse du maximum pragmatique consiste à spécifier ou à généraliser la portée d’une prémisse de façon à satisfaire la maxime de quantité de H.P. Grice.

8Les structures subordonnées, coordonnées ou multiples qui caractérisent les argumentations complexes sont définies comme des réponses différentes aux questions critiques auxquelles un argumentateur peut être confronté (directement ou par anticipation) lorsqu’il cherche à défendre une position devant un opposant. Ces questions critiques sont propres à un type d’argument particulier, i.e. au type de relation qui permet de passer de l’argument à la conclusion, relation qui peut être de nature causale, symptomatique ou analogique.

9L’objet de Argumentation, Communication, and Fallacies est essentiellement théorique, mais l’ouvrage a également une portée analytique et pratique. La composante analytique de la pragma-dialectique est davantage développée dans Reconstructing Argumentative Discourse (van Eemeren, Grootendorst, Jackson et Jacobs, 1993). Cette étude, qui relève de la pragmatique normative, articule d’une part les réflexions de F. van Eemeren et R. Grootendorst sur la dimension normative et dialectique du discours argumentatif vu comme une discussion critique, et d’autre part, l’approche descriptive et empirique développée depuis des années par Sally Jackson et Scott Jacobs, dans un ensemble d’articles consacrés à l’argumentation dans les conversations (1980 ; Jacobs et Jackson, 1981, 1982, 1983). Reconstructing Argumentative Discourse expose les implications théoriques d’une analyse pragma-dialectique de l’argumentation, qui propose de reconstruire le discours argumentatif sur le modèle d’une discussion critique et met en parallèle la normativité critique et les autres types de rationalité (spontanée ou non) à l’œuvre dans les pratiques argumentatives. Cet ouvrage propose également des outils d’analyse permettant d’accomplir cette tâche, à travers des opérations d’effacement, d’addition, de permutation et de substitution par lesquelles :

  • les éléments du discours qui ne participent pas directement à la résolution du conflit d’opinions (comme les remarques sans rapport avec la discussion en cours) sont éliminés ;
  • les éléments nécessaires, mais absents du discours, comme les prémisses implicites ou indirectes et les « positions virtuelles », sont intégrés ;
  • lorsque cela est nécessaire, l’ordre du discours est recomposé suivant une progression orientée vers la résolution du différend ;
  • enfin, l’expression verbale des procédés qui remplissent une même fonction argumentative est uniformisée.

10Les quatre auteurs de Reconstructing Argumentative Discourse partageaient dès le départ d’importants postulats, notamment en ce qui concerne l’extension des réflexions de Searle et de Grice à l’analyse du discours argumentatif. Au-delà de ces convergences, la rencontre des points de vue a ouvert de nouvelles perspectives pour l’articulation des démarches descriptive et normative. Reconstructing Argumentative Discourse montre, entre autres choses, que certaines argumentations attestées qui, à première vue, semblent tout à fait fantaisistes peuvent s’avérer raisonnables après examen – ou, du moins, peuvent être considérées comme raisonnables pour peu qu’on tienne compte du fait que l’échange considéré ne remplit pas certaines conditions préliminaires, d’ordre plus général, nécessaires à la conduite d’une discussion critique.

11On peut penser par exemple à l’analyse que propose S. Jacobs (1982) des témoignages et des harangues des prédicateurs et des spectateurs sur un campus universitaire américain. Des résultats convergents sont tirés de l’analyse de courriers des lecteurs, et, davantage encore, d’interactions dans le cadre de dispositifs de résolution de conflit faisant appel à un tiers médiateur. La publication d’un ouvrage collectif plus récent confirme l’intérêt d’une approche de l’argumentation intégrant les dimensions normative et descriptive (van Eemeren, Grootendorst, Jackson et Jacobs, 1997).

12A Systematic Theory of Argumentation (van Eemeren et Grootendorst, 2004) propose une synthèse des principaux résultats obtenus au cours de près de trente années de recherche commune sur l’argumentation, et présente les cinq composantes du programme de recherche pragma-dialectique, des composantes philosophique et théorique aux composantes empirique, analytique et pratique. Cet ouvrage insiste sur le fait qu’une meilleure maîtrise des techniques argumentatives – qui constitue l’aboutissement de toute étude de l’argumentation – doit nécessairement reposer sur une conception de la rationalité qui soit philosophiquement motivée, et qui soit intégrée à un modèle théorique de l’argumentation rationnelle. Cela suppose aussi une meilleure appréhension empirique des argumentations telles qu’elles se présentent au quotidien. L’amélioration de la pratique argumentative demande enfin l’élaboration d’outils d’analyse permettant une reconstruction méthodique du discours argumentatif afin de combler le fossé qui sépare théorie et pratique.

Réconcilier les perspectives dialectique et rhétorique

13Depuis environ cinq ans, nous avons amorcé un nouveau développement : l’intégration des réflexions issues de la rhétorique classique et moderne à la théorie pragma-dialectique, et plus particulièrement, à sa méthode d’analyse et d’évaluation (van Eemeren et Houtlosser, 1998). Dans la théorie grecque de l’argumentation, la différence entre dialectique et rhétorique est avant tout le reflet d’une division du travail. Historiquement, ces disciplines se sont par la suite développées séparément. Dans la tradition latine, la rhétorique, intégrant partiellement la réflexion dialectique, était dominante et son influence s’est fait sentir des siècles durant. À la fin du Moyen-Âge, la dialectique est revenue sur le devant de la scène, et a repris certains éléments de la réflexion rhétorique, comme la question de l’agencement du discours oratoire (dispositio). Ces évolutions ont fait l’objet d’études systématiques et documentées, mais rarement sous l’angle de la théorie de l’argumentation.

14Selon l’ouvrage de Stephen Toulmin, Return to Reason (2001), la division entre dialectique et rhétorique est devenue idéologique après la révolution scientifique du XVIIe siècle, et a débouché sur la constitution de deux paradigmes indépendants et considérés comme incompatibles. Avec le développement de la formalisation de la logique au XIXe siècle, la dialectique est passée aux mains des représentants des sciences exactes ; perçue comme une partie de la logique, elle a perdu en visibilité. Aujourd’hui, la rhétorique est devenue un objet d’étude pour les étudiants en sciences humaines intéressés par la communication, l’analyse du discours et la littérature.

  • 4 Le recueil d’articles publié sous le titre Dialectic and Rhetoric (van Eemeren et Houtlosser [éds] (...)

15À partir de la deuxième moitié du XXe siècle, les études en argumentation, qu’elles soient d’inspiration rhétorique ou dialectique, ont connu un regain de vigueur remarquable. On peut cependant regretter la persistance d’un gouffre considérable entre les approches conceptuelles des tenants de l’approche dialectique et ceux de l’approche rhétorique, gouffre qui compromet une compréhension mutuelle, et ce, malgré une tendance à l’atténuation des divergences. En réalité, jusqu’à récemment, les rhétoriciens ignoraient largement les résultats des recherches dialectiques, et réciproquement.4

  • 5 Dans cette perspective renouvelée, la pragma-dialectique, telle qu’elle a été développée au départ (...)

16Afin de remédier à cette séparation entre dialectique et rhétorique, nous avons tenté de développer une base conceptuelle et théorique susceptible d’associer systématiquement les analyses rhétorique et dialectique. Nous avons ainsi montré que ces deux approches, contrairement à l’idée communément admise, sont loin d’être incompatibles, et qu’elles peuvent même être complémentaires (van Eemeren et Houtlosser, 1998, 1999, 2000a, 2000b, 2002)5. L’articulation des analyses rhétorique et dialectique que nous proposons revient à intégrer systématiquement les considérations d’ordre rhétorique dans un cadre théorique dialectique. Dans un discours argumentatif, qu’il soit oral ou écrit, les argumentateurs n’ont généralement pas pour unique objectif de mener une discussion de façon raisonnable ; ils cherchent souvent aussi à remporter la discussion – autrement dit, à faire triompher leur position. On considérera que les stratégies rhétoriques menées par les locuteurs pour imposer leur point de vue sont indissociables de leurs efforts pour satisfaire leur aspiration dialectique à résoudre le conflit d’opinion dans le respect des règles de la discussion critique.

17En pratique, les parties en présence sont soucieuses d’atteindre le meilleur résultat rhétorique possible à une étape donnée du processus de résolution du désaccord, qu’il s’agisse de l’étape de confrontation, de l’étape d’ouverture, de l’étape argumentative ou de l’étape de conclusion. Elles ne renoncent pas pour autant à l’objectif dialectique propre à cette étape, en sorte que l’objectif dialectique de chacune des quatre étapes du processus de résolution peut être associé à son pendant rhétorique.

18Afin de concilier ces deux objectifs (dialectique et rhétorique), qui peuvent parfois jouer l’un contre l’autre, les argumentateurs peuvent procéder à ce que nous avons appelé des ajustements stratégiques [strategic manoeuvring]. Ces ajustements stratégiques visent à atténuer la tension qui peut naître de la poursuite simultanée de ces deux objectifs. Les ajustements stratégiques peuvent concerner différents niveaux d’une argumentation. Les procédés de base de l’ajustement stratégique consistent selon nous à opérer une sélection judicieuse parmi les éléments de discussion disponibles à une certaine étape de la dispute, à adapter au mieux sa contribution aux attentes de l’auditoire, et à choisir la formulation la plus efficace. Lorsque les choix faits à ces différents niveaux se traduisent par une suite organisée de procédés argumentatifs, cela revient à conduire une stratégie argumentative à part entière. La qualité des ajustements stratégiques dépendra toujours en dernier lieu des contraintes imposées par la situation dialectique et par l’auditoire visé par l’argumentation.

19On peut trouver un bon exemple d’ajustement stratégique impliquant les trois niveaux que nous avons distingués dans la figure que les rhétoriciens appellent conciliatio (van Eemeren et Houtlosser, 1999). La figure de la conciliatio consiste, pour le proposant, à reprendre un argument avancé par l’opposant pour l’utiliser à l’appui de son propre point de vue. En termes d’ajustement stratégique, la conciliatio revient, pour l’argumentateur, à choisir parmi les ressources argumentatives disponibles, celle qui sera à la fois adaptée à ses propres objectifs et conforme aux points de départ admis par l’adversaire. De surcroît, si la conciliatio est utilisée comme ajustement stratégique, elle prendra une forme (une question rhétorique, par exemple) susceptible de rendre manifeste le fait que l’argument que le proposant s’apprête à utiliser fait partie des propositions admises par l’opposant. Du fait que l’accord de l’opposant est donné par avance, ce type d’ajustement stratégique peut avoir une certaine force rhétorique, tout en restant éminemment dialectique puisqu’il procède ex concessis.

20Une analyse pragma-dialectique tire au moins trois avantages à utiliser cette conception de l’ajustement stratégique dans la reconstruction du discours argumentatif. Elle offre une meilleure approche des aspects rhétoriques du discours, et permet ainsi de mieux saisir l’ensemble de ce qu’on peut appeler la réalité argumentative. Par une compréhension plus rigoureuse et subtile du principe qui sous-tend les occurrences spécifiques des divers procédés mobilisés dans le discours argumentatif, l’analyse gagne en profondeur. Enfin – et ce n’est pas son moindre intérêt – l’articulation des deux dimensions, rhétorique et dialectique, permet de fonder plus clairement l’analyse elle-même.

Les limites dialectiques des choix rhétoriques dans l’ajustement stratégique

21Dans le discours argumentatif, l’ajustement stratégique, qui vise à maintenir l’équilibre entre les objectifs dialectique et rhétorique, montre que ces deux objectifs peuvent être poursuivis simultanément. Il peut cependant y avoir des tensions, voire des incompatibilités, entre eux. C’est ce qui explique que puissent se produire, dans de nombreux exemples de discours argumentatifs attestés, des dérapages de l’ajustement stratégique, qui sont, dans une large mesure, assimilables aux pratiques argumentatives traditionnellement qualifiées de paralogismes. Distinguer un discours argumentatif valide d’un discours argumentatif fallacieux est un des problèmes centraux dans l’étude de l’argumentation. Selon nous, il ne peut être tout à fait résolu ni dans une perspective purement logico-dialectique ni dans une perspective exclusivement pragmatico- rhétorique.

22Pour répondre à cette question, il est nécessaire de distinguer les procédés argumentatifs que l’on peut considérer comme raisonnables des procédés qui ne le sont pas. En pragma-dialectique, cette distinction est assurée par l’explicitation de l’idéal critique de rationalité, idéal fondé sur un ensemble défini de règles fonctionnelles qui gouvernent les discours argumentatifs visant à résoudre un conflit d’opinions quant à l’acceptabilité d’une position. On considère qu’un procédé argumentatif est valide s’il respecte les règles qui s’appliquent à une étape donnée de la discussion critique ; un argument est tenu pour fallacieux s’il viole une de ces règles et compromet la résolution de la dispute. Distinguer entre argumentation valide et argumentation fallacieuse revient ainsi à déterminer si une règle pragma-dialectique de la discussion critique a ou n’a pas été transgressée. Quoi qu’il en soit, pour pouvoir déterminer systématiquement, à toute étape de la résolution, si certains procédés argumentatifs sont ou non fallacieux, il est nécessaire de pouvoir s’appuyer sur des critères clairs pour décider quand, précisément, un procédé discursif enfreint une règle particulière à une étape donnée de la discussion. La détermination de ces critères rencontre des problèmes considérables. Nous estimons que notre conception de l’ajustement stratégique peut être d’une grande aide dans cette entreprise.

23L’ajustement stratégique doit atténuer la tension potentielle, dans le discours argumentatif, entre les deux extrémités que constituent une argumentation parfaitement rationnelle et une argumentation visant simplement à faire triompher une position. Si ces deux objectifs sont bien présents dans tout discours argumentatif, l’observation montre que bien souvent, ils ne sont pas en parfait équilibre. Ainsi, un locuteur peut par exemple négliger la dimension persuasive de peur d’être (perçu comme) déraisonnable. Il peut, à l’inverse, mettre entre parenthèses son aspiration à un idéal critique et ne se préoccuper que de gagner l’adversaire à sa cause. Négliger la dimension persuasive peut conduire à de mauvais choix stratégiques – ou même à de véritables « bévues » [blunder], pour reprendre les termes de D.N. Walton et E.C.W. Krabbe (1995). De tels procédés nuisent à l’argumentateur et non à son adversaire, et ne sont donc pas condamnables comme fallacieux. Dans le deuxième cas de figure – une partie abandonne son ambition de participer à un échange argumentatif raisonnable au profit de l’unique objectif de persuader l’autre partie – l’ajustement stratégique peut « déraper », et on peut alors à juste titre le qualifier de fallacieux, dans la mesure où il s’exerce aux dépens de l’interlocuteur. Dans cette perspective, tout dérapage de l’ajustement stratégique est fallacieux et, en principe, tout paralogisme peut être vu comme le fruit d’un dérapage de l’ajustement stratégique.

24Concevoir les paralogismes comme des dérapages de l’ajustement stratégique peut contribuer à expliquer pourquoi il est si difficile d’établir des critères généraux et bien tranchés permettant de repérer tout agissement argumentatif fallacieux. Cette conception des paralogismes rend compte du fait qu’il n’existe aucune considération a priori permettant à l’analyste de prédire précisément quand un type particulier d’ajustement stratégique va dériver et devenir fallacieux. Toute mise en œuvre d’un ajustement stratégique peut mobiliser tout un continuum d’agissements valides et fallacieux. La ligne de démarcation entre les deux ne peut parfois être fixée que contextuellement. Pourtant, le fait qu’on ne puisse produire aucun critère apriori pour opposer les ajustements stratégiques fallacieux à ceux qui ne le sont pas ne signifie ni que les accusations de paralogisme sont, en dernier ressort, toujours ad hoc, ni qu’il doit toujours y avoir une zone d’incertitude. Il est sûrement possible d’identifier différents types d’ajustements stratégiques, de déterminer leurs conditions de validité, et de voir en quoi certaines infractions à ces conditions de validité constituent des violations spécifiques des règles s’appliquant à une étape donnée de la discussion critique. De telles analyses permettront de mieux comprendre comment des dérapages de l’ajustement stratégique peuvent mener à certaines sortes de paralogismes.

25De notre point de vue, les dérapages de l’ajustement stratégique ne sont possibles que parce qu’il existe des formes valides d’ajustement stratégique. Dans la mesure où, en pratique, il y a un continuum entre les formes valides et fallacieuses d’ajustement stratégique, et parce qu’il n’est pas toujours possible de déterminer par avance le point de démarcation entre les deux, notre conception de l’ajustement stratégique explique pourquoi les paralogismes ne sont pas d’ordinaire immédiatement décelables par les locuteurs. Une partie qui commet un paralogisme fera, dans le même temps, de son mieux pour afficher son attachement aux règles de la discussion critique. Dans le discours argumentatif quotidien, chaque argumentateur s’attend d’ordinaire à ce que son partenaire aspire à une forme de rationalité, et agisse en conséquence, quel que soit par ailleurs son désir de faire triompher sa propre position. Ainsi, à tout procédé, dans une discussion, s’attache une assomption de rationalité (voir aussi Jackson dans Eemeren et al. [éds], 1995). Cette assomption vaut même lorsque l’ajustement stratégique prend une forme qui viole une règle de discussion, et qui donc est fallacieuse. En reprenant la définition qu’Aristote propose des paralogismes (définition citée par Hamblin, 1970 : 12), on peut dire que l’ajustement stratégique « semble » alors toujours respecter les règles de la discussion critique, bien qu’en fait, ce ne soit pas le cas. Si une règle est violée délibérément, la partie qui commet cette violation a même tout intérêt à insister sur le fait qu’elle adhère toujours à un idéal de rationalité. En effet, un argumentateur soupçonné d’avoir tourné le dos à un tel idéal verrait l’efficacité de son discours gravement compromise. Si la violation est involontaire, parce qu’elle est le fruit d’une erreur, elle reste un paralogisme au sens pragma-dialectique du terme : bien que le procédé incriminé puisse sembler rhétoriquement efficace et dialectiquement acceptable aux yeux de son utilisateur, il n’est en fait pas raisonnable. De telles infractions involontaires restent, bien sûr, toujours amendables : dès lors que l’autre partie fait état de ce qu’une atteinte à la rationalité a été commise, cette atteinte peut être immédiatement réparée.

26Les critères définissant l’ajustement fallacieux peuvent être déterminés de façon plus complète et systématique dès lors qu’on peut s’appuyer sur une classification motivée des divers types d’ajustement stratégique, ainsi que sur la spécification de leurs conditions de validité. Une telle classification des types d’ajustement stratégique doit reposer sur l’identification méthodique des objectifs, critiques et persuasifs, que les parties engagées dans la dispute sont susceptibles de poursuivre aux différentes étapes d’une interaction argumentative. De notre point de vue, le modèle pragma-dialectique de la discussion critique constitue un bon point de départ pour identifier ses objectifs. Bien que le modèle ne spécifie que les objectifs critiques des parties au cours des quatre étapes de la résolution d’une divergence d’opinions, chacun de ces objectifs dialectiques, ainsi que nous l’avons défendu plus haut, a son répondant rhétorique. Cela signifie que les deux parties peuvent exploiter tout l’espace restant et tenter d’atteindre chacun de leurs objectifs critiques en fonction de leur intention persuasive, et de déterminer ainsi le « coup » argumentatif susceptible de servir au mieux leurs intérêts. À l’étape de confrontation d’une discussion critique, par exemple, l’objectif dialectique des deux parties est d’arriver à une définition claire des points sur lesquels les parties sont en désaccord, et des positions qu’elles endossent. Toute partie engagée dans la discussion peut chercher à « façonner » ces éléments sous la forme qui lui semble la plus favorable. Bien entendu, de tels objectifs, locaux et pertinents pour une étape donnée, doivent être spécifiés afin de permettre une meilleure appréhension des types d’ajustement stratégique appropriés à l’étape de confrontation. Pour l’heure, ces observations devraient suffire à montrer que l’ajustement stratégique constitue un moyen, pour les locuteurs, à cette étape précise de la dispute, de maintenir un équilibre entre une définition rigoureuse des points de désaccord, et une interprétation de la dispute favorable à l’une des deux parties. De la sorte, nous avons identifié de façon exemplaire un type général d’ajustement stratégique. Il devient alors possible de déterminer plus précisément les conditions de validité de ce type d’ajustement stratégique, et de spécifier selon quels critères on peut décider que l’ajustement stratégique a dérapé et donné naissance à un paralogisme.

27Pour éclaircir encore les choses, prenons le cas de l’ajustement stratégique utilisant la conciliatio, et visant à s’assurer, à l’étape argumentative, que l’argumentation est à la fois rhétoriquement efficace et compatible avec l’exigence dialectique qui veut que l’on n’avance que des arguments dont le contenu est admis par les deux parties lors de l’étape d’ouverture. Dans le cas de la conciliatio, le risque de dérapage provient du fait que, même si on peut supposer que l’autre partie admet le contenu propositionnel d’un argument, on ne peut être sûr qu’il admet la façon dont ce contenu propositionnel est utilisé pour étayer une position opposée à celle qu’il défend lui-même. Nous pensons qu’il est possible de rendre compte de cette réserve en faisant appel à l’analyse pragma-dialectique de l’acte de langage argumenter. Selon cette analyse, un argument ne peut réussir à convaincre l’interlocuteur que si les deux parties non seulement acceptent son contenu propositionnel, mais encore admettent que la proposition correspondante peut être vue comme une justification possible de la thèse en discussion. Ainsi, dans une conciliatio, le contenu propositionnel de l’argument est admis par l’interlocuteur. En revanche, il n’y a pas toujours accord sur le fait que ce contenu propositionnel puisse servir de justification au point de vue débattu. Cette analyse pragmatique, en termes d’acte de langage, permet de mettre au jour une condition utile à l’évaluation des occurrences de la conciliatio. On considérera qu’une figure de conciliatio est valide si on peut raisonnablement penser que le locuteur a de bonnes raisons pour considérer l’argument emprunté à l’interlocuteur comme une justification indiscutable de sa propre position – sous réserve d’acceptation par l’autre partie de ce potentiel justificatoire. La conciliatio constitue un dérapage de l’ajustement stratégique lorsque l’argumentateur se contente de présupposer que l’argument constitue une justification incontestable de la thèse en discussion, sans laisser d’espace à une éventuelle contestation. Lorsqu’une conciliatio dérape ainsi, une pétition de principe est commise : le locuteur s’appuie sur une prémisse qui n’est pas admise par l’adversaire.

28Deux exemples de conciliatio permettent d’illustrer l’utilité de la condition que nous avons dégagée pour déterminer s’il y a eu ou non dérapage de l’ajustement stratégique – et si il y a eu ou non pétition de principe. Le premier exemple est tiré d’une publicité dans laquelle Shell défend sa présence au Nigéria en justifiant qu’il ne se soit pas retiré du projet de gaz naturel liquéfié nigérian par le fait qu’un retrait de Shell serait préjudiciable, non à Shell même, mais au peuple nigérian et à l’environnement :

Si nous agissons ainsi à l’heure actuelle, le projet s’effondrera. […] Un abandon sera assurément préjudiciable aux milliers de Nigérians qui travailleront sur ce projet, et, au-delà, aux dizaines de milliers de personnes concernées par ses retombées sur l’économie locale. L’environnement en souffrirait également, l’usine prévue devant permettre de réduire grandement le brûlage de gaz dans l’industrie pétrolière.

29Shell choisit de défendre le maintien de son engagement dans le projet par des arguments reflétant deux des professions de foi de ses adversaires : la prise en compte des intérêts du peuple nigérian, et le respect de l’environnement. Les options politiques des adversaires de Shell laissent prévoir qu’ils seront sensibles à la prospérité de la population locale et à la préservation de l’environnement. Au niveau propositionnel, Shell peut ainsi compter sur l’accord de ses adversaires. Mais comment la compagnie pétrolière procède-t-elle pour s’assurer de l’accord de ses adversaires sur l’utilisation de ces deux arguments afin de justifier le maintien de son engagement dans le projet ? Shell affirme l’existence d’une relation de cause à effet entre son éventuel retrait du projet et une détérioration du contexte humain et environnemental, suggérant ainsi que les arguments des adversaires de Shell jouent en faveur des positions de Shell. Bien que l’addition de « assurément » suggère que les effets indésirables sont évidents, Shell ne fait pas obstacle à la mise en cause, par l’adversaire, du lien causal suggéré, en sorte qu’aucun dérapage de l’ajustement stratégique ne peut être dénoncé dans cette utilisation de la conciliatio. Il n’y a ainsi pas de raison valable pour accuser Shell d’avoir commis une pétition de principe.

30Le deuxième exemple de conciliatio que nous souhaitons aborder est issu du roman de John Le Carré, Un pur espion. Le personnage principal de ce livre est un garçon dont l’éducation est totalement négligée par son père, un sympathique mais invétéré charlatan. À plusieurs reprises, le père rend visite à son fils. Chaque fois qu’il s’apprête à le quitter, le garçon se met à pleurer. Le père veut éviter ces larmes, et s’adresse ainsi à son fils :

Est-ce que tu aimes ton bon vieux papa ? Eh bien alors…

31Ces mots constituent un exemple de conciliatio plus complexe que le précédent, dans la mesure où la première proposition doit pouvoir être prêtée au jeune garçon. C’est ce que le père cherche à faire via l’utilisation d’une question rhétorique. Une autre différence avec l’exemple Shell réside dans le fait que le père suggère que l’acceptation de la proposition oblige le garçon à accepter aussi sa conclusion. En ajoutant « Eh bien alors… », le père implique que, puisque le garçon aime son bon vieux papa, il devrait retenir ses larmes. Dans la mesure où le père ne justifie aucunement cette implication et que sa formulation suggère qu’il n’y a rien à ajouter, on peut conclure que cette utilisation de la conciliatio constitue un dérapage de l’ajustement stratégique.

32De telles analyses montrent comment la distinction entre procédés argumentatifs valides et fallacieux, qui constitue un problème fondamental pour l’étude de l’argumentation, peut être clarifiée dès lors qu’on conçoit les paralogismes comme des dérapages de l’ajustement stratégique. On y gagne une appréhension plus profonde et plus réaliste de la dimension stratégique du discours, ainsi que des causes et des raisons des divers procédés, fallacieux ou non, attestés dans les pratiques argumentatives ordinaires. Notre approche de la démarcation entre argumentation valide et fallacieuse diffère considérablement de la façon dont elle est traitée par d’autres théoriciens de l’argumentation comme John Biro et Harvey Siegel (dans Eemeren et al. [éds], 1992), ou Ralph H. Johnson (2000), qui donnent la préséance à des considérations épistémologiques absolues. Elle diffère également des approches de Charles A. Willard (dans Hansen et Pinto [éds], 1995) et Michael Leff (2000), qui s’appuient sur des considérations sociales empiriques et relativistes. Dans la perspective qui est la nôtre, les dimensions normative et descriptive sont systématiquement associées, et nous traitons les paralogismes comme des types d’ajustement stratégique qui, sans pour autant remettre en cause l’ambition générale de se conformer aux exigences de la raison dialectique, violent une des règles de la discussion critique : les contraintes conditionnelles propres à un certain type d’ajustement stratégique ne sont pas respectées, les aspirations rhétoriques ayant pris le pas sur les considérations dialectiques.

Quelques projets actuels dans la recherche pragma-dialectique

33Actuellement, nous développons en premier lieu notre projet de recherche, Analyse rhétorique et dialectique, dans le cadre duquel nous explorons les relations entre rhétorique et dialectique, et tirons parti des réflexions menées dans ces disciplines pour développer une méthode générale d’analyse et d’évaluation du discours argumentatif. Nous avons déjà décrit comment, dans cette entreprise, nous intégrons des réflexions rhétoriques sur les moyens de persuasion dans un cadre dialectique orienté vers la résolution raisonnée des conflits d’opinions. Nous appliquons cette méthode d’analyse critique, à titre d’illustration, à la reconstruction d’un exemple historique de discours argumentatif : l’Apologie de Guillaume d’Orange [Apologia] (1581). L’Apologie est un long pamphlet qui justifie les agissements de Guillaume le Silencieux au cours de la révolte des Néerlandais contre les dirigeants espagnols, révolte qui a commencé en 1568. La justification constitue une réponse à l’édit de bannissement du roi Philippe d’Espagne déclarant Guillaume hors-la- loi. Elle mobilise une activité complexe d’ajustement stratégique, visant à concilier ambitions dialectiques et objectifs rhétoriques (van Eemeren et Houtlosser, 2003).

  • 6 Studies in Pragma-Dialectics (van Eemeren et Grootendorst [éds], 1994) propose une présentation de (...)

34Outre le projet Analyse rhétorique et dialectique, le programme de recherche en pragma-dialectique, qui a renforcé sa dimension internationale depuis les années 19906, regroupe d’autres programmes de recherche en cours de développement. Bien que l’ambition de la pragma-dialectique ait toujours été de couvrir les cinq composantes du programme de recherche (voir plus haut p. 51), la réflexion, au départ, était centrée essentiellement sur les composantes philosophique et théorique. Par la suite, la composante analytique a été élaborée ; les composantes empirique et pratique ont dernièrement fait l’objet de recherches intensives.

  • 7 Voir van Eemeren (éd)., 2002.
  • 8 Différents chercheurs, comme S. Jackson, M. Aakhus et L. Groarke, ont aussi proposé d’élargir le c (...)

35Actuellement, la recherche pragma-dialectique se concentre sur la façon de combler l’écart entre une théorie et une philosophie abstraite de l’argumentation d’une part, et l’étude empirique, analytique et pratique du discours argumentatif7. Un effort est fait pour déterminer comment les outils théoriques conceptuels de la pragma-dialectique doivent être adaptés pour être appliqués de façon méthodique et viable aux caractéristiques de la pratique argumentative « réelle », souvent diversifiée et anarchique8. Cette orientation implique que les programmes de recherche actuellement poursuivis envisagent simultanément plusieurs des composantes du programme de recherche. Pour conclure cette présentation, on mentionnera quelques-uns des thèmes principaux des recherches actuelles.

36Tout d’abord, il existe un important programme de recherche, Conceptions de la rationalité, dont l’objectif est de tester la validité conventionnelle des règles pragma-dialectiques à travers l’évaluation de leur acceptabilité intersubjective. Dans ce projet, des recherches empiriques de nature expérimentale sont menées, afin de déterminer systématiquement dans quelle mesure les règles de discussion critique sont en accord avec les normes mises en œuvre (ou du moins privilégiées) par les argumentateurs ordinaires lorsqu’ils évaluent un discours argumentatif. Dans ce but, on demande à des locuteurs ordinaires de se prononcer sur le caractère raisonnable – ou, du moins, acceptable – de fragments de discours argumentatifs comportant des procédés argumentatifs fallacieux (et non fallacieux). Sur la base des résultats issus de la recherche sur la persuasion menée en psychologie sociale, on suppose qu’un certain nombre de facteurs affecteront leurs jugements : le type de discours impliqué, les opinions préalables, la perception que l’évaluateur a de celui qui argumente, le type d’argument impliqué, sa formulation, etc. Les tests font varier ces différents facteurs. Les résultats de ces recherches empiriques peuvent être réinvestis lorsqu’il s’agit d’enseigner l’analyse des paralogismes à des étudiants. Ils constituent une base empirique sur laquelle il est possible de développer des manuels mieux adaptés d’un point de vue pédagogique. Ces manuels intégreraient une présentation de chacune des règles argumentatives, et développeraient davantage les règles plus difficiles à appréhender intuitivement. Plus généralement, les résultats de ces recherches permettent d’éclairer la conception qu’ont les locuteurs ordinaires de ce qui est raisonnable ou acceptable, d’évaluer la cohérence de telles représentations et, le cas échéant, de mettre en évidence les dissensions sociales, culturelles ou autres qui peuvent émerger.

  • 9 Le modèle de la discussion critique, qui identifie les procédés propres à jouer un rôle constructi (...)

37Deuxième thème de recherche : un important programme, intitulé Caractéristiques du discours argumentatif, porte sur les traits linguistiques du discours argumentatif. Ce projet cherche à montrer comment certaines caractéristiques du discours argumentatif peuvent constituer des indications précieuses pour l’analyse argumentative. Le projet s’intéresse en premier lieu aux éléments implicites et explicites du texte et du contexte devant être pris en compte dans une reconstruction pragma-dialectique du discours afin d’en assurer une représentation analytique adéquate. Partant du postulat que tous les actes de langage accomplis dans un discours argumentatif peuvent être reconstruits comme participant d’un processus de résolution d’un conflit d’opinions, le projet se concentre sur les différents types de procédés discursifs susceptibles de jouer un rôle constructif au cours des différentes étapes d’une discussion critique. Dans ce cadre, la recherche investit les réflexions issues de la théorie des actes de langage, de l’analyse du discours, de l’analyse des conversations et d’autres branches de la pragma-linguistique afin de dresser un inventaire systématique des moyens mobilisés dans la pratique argumentative ordinaire pour manifester les fonctions communicatives et interactionnelles de certains procédés. La conception étendue que nous proposons des indicateurs de procédés argumentatifs (ou, en bref, des « indicateurs argumentatifs ») comprend des mots, des expressions ou d’autres marqueurs susceptibles de permettre l’identification des types d’arguments et des relations qu’ils entretiennent entre eux dans la mesure où ils entrent dans le processus de résolution d’un conflit d’opinions. Le projet cherche non seulement à dresser un inventaire systématique des indicateurs verbaux possibles et à les classer selon les types d’arguments qu’ils marquent, mais aussi à identifier les conditions qui doivent être remplies pour qu’une expression donnée soit interprétable comme indicateur d’un procédé argumentatif spécifique. Le projet ne se limite pas à l’étude des connecteurs argumentatifs au sens strict (comme « donc ») ou large (comme « c’est pourquoi »), mais s’étend aussi à ce qui marque d’autres dimensions cruciales du discours argumentatif, comme l’antagonisme, la concession, la réfutation, les contre-arguments, et les relations entre arguments9.

38En troisième lieu, nous voudrions faire état d’un ensemble de projets, désigné sous l’intitulé Argumentation institutionnelle, dont le but est de développer des instruments d’analyse et d’évaluation du discours argumentatif en contexte institutionnel. Le projet s’intéresse avant tout à la reconstruction de l’argumentation dans le discours judiciaire et dans les débats politiques. Les questions centrales sont celle de l’identification, dans des contextes juridiques et politiques, des procédures et des techniques argumentatives mises en œuvre pour résoudre des conflits d’opinions, et celle de la détermination des ressources académiques à mobiliser pour conduire de façon appropriée l’analyse et l’évaluation des discours argumentatifs judiciaire et politique. Partant du postulat que, dans une large mesure, la procédure juridique peut être vue comme une discussion critique, la recherche s’intéresse à la reconstruction des discussions juridiques et prend en compte les spécificités du discours judiciaire et les caractéristiques propres à la rationalité juridique. Le but est de développer un cadre théorique général intégrant les réflexions sur l’analyse et l’évaluation de l’argumentation judiciaire inspirées de la théorie de l’argumentation ainsi que de la théorie du droit. À cet effet, il s’agit de comprendre la façon dont les argumentations juridiques sont conduites aux différentes étapes de la discussion, d’identifier les règles juridiques sur lesquelles elles s’appuient ainsi que les critères (généraux ou spécifiques) de rationalité juridique qui sont mobilisés. Il s’agit également de réfléchir à la façon dont doit être menée la reconstruction des diverses formes d’argumentation complexe intervenant dans la justification des décisions judiciaires. De plus, il faut établir comment les types d’arguments fréquemment mobilisés pour justifier les décisions judiciaires (comme l’argument d’analogie, l’argument a contrario ou l’argument pragmatique) peuvent être analysés et évalués rationnellement. Enfin, il faut identifier les combinaisons de techniques rhétoriques et dialectiques mises en œuvre pour convaincre un auditoire de l’acceptabilité d’un point de vue en contexte juridique.

39Les discussions politiques font l’objet de questionnements similaires. L’attention est alors portée à la fonction des procédures et des règles par rapport à la résolution des disputes politiques. Il s’agit de déterminer si un contexte politique nécessite l’introduction de règles additionnelles ou une formulation spécifique des règles générales, ou s’il est nécessaire (et justifié) d’apporter certaines restrictions à l’applicabilité des règles générales de la discussion critique. De façon plus spécifique, on s’interroge, par exemple, sur la façon dont les divers types d’arguments sont utilisés dans l’argumentation politique, sur l’analyse et l’évaluation des arguments pragmatiques dans un tel contexte, et sur les techniques dialectiques et rhétoriques utilisées par certains hommes politiques pour gagner l’adhésion de l’auditoire.

Bibliographie

Références bibliographiques

Barth, E.M. et Krabbe, E.C.W., 1982, From Axiom to Dialogue : A Philosophical Study of Logics and Argumentation, Berlin, Walter de Gruyter.

Biro, J. et Siegel, H., 1992, « Normativity, argumentation and an epistemic theory of fallacies », in van Eemeren, F.H. et al. (éds), Argumentation Illuminated, Amsterdam, Sic Sat, p. 85-103.

van Eemeren, F.H. et al., 1996, Fundamentals of Argumentation Theory : A Handbook of Historical Backgrounds and Contemporary Developments, Mahwah, NJ, Lawrence Erlbaum.

van Eemeren, F.H. et Grootendorst, R., 1984, Speech Acts in Argumentative Discussions : A Theoretical Model for the Analysis of Discussions Directed towards Solving Conflicts of Opinion, Dordrecht, Foris / Mouton de Gruyter.

van Eemeren, F.H. et Grootendorst, R., 1988a, « Rationale for a pragma-dialectical perspective », Argumentation 2(2), p. 271-291.

van Eemeren, F.H. et Grootendorst, R., 1988b, « Rules for argumentation in dialogues », Argumentation 2, p. 499-510.

van Eemeren, F.H. et Grootendorst, R., 1992, Argumentation, Communication, and Fallacies : A Pragma-Dialectical Perspective, Hillsdale, NJ, Lawrence Erlbaum. [Traduit par C. Plantin et al. sous le titre : La nouvelle dialectique, Paris : Editions Kimé, 1996]

van Eemeren, F.H. et Grootendorst, R., 2004, A Systematic Theory of Argumentation : The Pragma-Dialectical Approach, Cambridge, Cambridge University Press.

van Eemeren, F.H., Grootendorst, R., Jackson, S. et Jacobs, S., 1993, Reconstructing Argumentative Discourse, Tuscaloosa (Alabama), The University of Alabama Press.

van Eemeren, F.H., Grootendorst, R. et Snoeck Henkemans, A.F., 2002, Argumentation : Analysis, Evaluation, Presentation, Mahwah, NJ, Lawrence Erlbaum.

van Eemeren, F.H. et Houtlosser, P., 1998, « Rhetorical rationales for dialectical moves : Justifying pragma-dialectical reconstructions », in Klumpp, J.F. (éd.), Argument in a Time of Change. Definitions, Frameworks, and Critiques, Annandale, VA, National Communication Association, p. 51-56.

van Eemeren, F.H. et Houtlosser, P., 1999, « Strategic manoeuvring in argumentative discourse », Discourse Studies vol. 1(4), p. 479-497.

van Eemeren, F.H. et Houtlosser, P., 2000a, « Rhetorical analysis within a pragma-dialectical framework », Argumentation 14, p. 293-305.

van Eemeren, F.H. et Houtlosser, P., 2000b, « Managing disagreement : Rhetorical analysis within a dialectical framework », Argumentation and Advocacy 37, p. 150-157.

van Eemeren, F.H. et Houtlosser, P., 2002, « Strategic maneuvering : Maintaining a delicate balance », in van Eemeren, F.H. et Houtlosser, P. (éds), p. 131-159.

van Eemeren, F.H. et Houtlosser, P., 2003, « Strategic maneuvering : William the Silent’s Apologie. A case in point », in Komlósi, L., Houtlosser, P. et Leezenberg, M. (éds.), Communication and Culture : Argumentative, Cognitive and Linguistic Perspectives, Amsterdam, Sic Sat.

van Eemeren, F.H., Meuffels, B. et Verburg, M., 2000, « The (un)reasonableness of the argumentum ad hominem », Language and Social Psychology 19, p. 416-435.

van Eemeren, F.H. (éd.), 2002, Advances in Pragma-Dialectics, Amsterdam, Sic Sat / Newport News, VA, Vale Press.

van Eemeren, F.H. et Grootendorst, R. (éds), 1994, Studies in Pragma- Dialectics, Amsterdam, Sic Sat.

van Eemeren, F.H. et Houtlosser, P. (éds), 2002, Dialectic and Rhetoric : The Warp and Woof of Argumentation Analysis, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers.

Grice, H.P., 1975, « Logic and conversation », in Cole, P. et Morgan, J. (éds), Syntax and Semantics vol. 3 : Speech Acts, New York, Academic Press, p. 41-58.

Hamblin, C., 1970, Fallacies, Londres, Methuen.

Jackson, S., 1995, « Fallacies and heuristics », in van Eemeren, F.H., Grootendorst, R., Blair, J.A. et Willard, C.A. (éds), Analysis and Evaluation. Proceedings of the Third ISSA Conference on Argumentation. Vol. II, Amsterdam, Sic Sat, p. 257-269.

Jackson, S. et Jacobs, S., 1980, « Structure of conversational argument : Pragmatic bases for the enthymeme », Quarterly Journal of Speech 66, p. 251-265.

Jacobs, S., 1982, The Rhetoric of Witnessing and Heckling : A Case Study in Ethnorhetoric, Ph.D. diss., University of Illinois at Urbana-Champaign.

Jacobs, S. et Jackson, S., 1981, « Argument as a natural category : The routine grounds for arguing in conversation », Western Journal of Speech Communication 45, p. 118-132.

Jacobs, S. et Jackson, S., 1982, « Conversational argument : A discourse analytic approach », in Cox, J.R. et Willard, C.A. (éds), Advances in Argumentation Theory and Research, Carbondale / Edwardsville, Southern Illinois University Press, p. 205-237.

Jacobs, S. et Jackson, S., 1983, « Strategy and structure in conversational influence attempts », Communication Monographs 50, p. 285-304.

Johnson, R. H., 2000, Manifest Rationality, Mahwah, NJ, Lawrence Erlbaum.

Leff, M., 2000, « Rhetoric and dialectic in the twenty-first century », Argumentation 14, p. 241-254.

Searle, J.R., 1969, Speech Acts. An Essay in the Philosophy of Language, Cambridge, Cambridge University Press.

Toulmin, S.E., 2001, Return to Reason, Cambridge Mass., Harvard University Press.

Walton, D.N. et Krabbe, E.C.W., 1995, Commitment in Dialogue : Basic Concepts of Interpersonal Reasoning, Albany, NY, State University of New York Press.

Willard, C.A., 1995, « Failures of relevance : A rhetorical view », in Hansen, H.V. et Pinto, R.C. (éds.), Fallacies : Classical Background and Contemporary Developments, University Park, PA, The Pennsylvania State University Press, p. 145-158.

Notes

1 [Note de la traductrice] : Le terme de rationalité utilisé dans cet article traduit le terme anglais de reasonableness, qui renvoie au caractère raisonnable – et non rationnel – de l’argumentation, et est donc moins fort que rationality. Le français ne proposant pas d’équivalent, on conservera le terme de rationalité, choisi par Plantin et al. dans la traduction de l’ouvrage de R. Grootendorst et F. van Eemeren, La nouvelle dialectique, Paris, Kimé, 1996.

2 La notion de validité relative à la capacité de résoudre un problème déterminé, ainsi que la notion de validité intersubjective, qui s’inspirent des propositions de Crawshay- Williams, sont présentées par Barth et Krabbe (1982). La validité relative à la capacité de résoudre un problème déterminé renvoie à l’estimation de l’adéquation de certains outils théoriques à la réalisation d’un objectif donné. La validité intersubjective dépend de l’acceptabilité de ces critères aux yeux de ceux qui sont censés les mettre en œuvre. Dans van Eemeren et Grootendorst (1988a, 1988b, 1992), on trouve une réflexion sur la validité des normes pragma-dialectiques en fonction du problème traité. La validité intersubjective de ces normes fait l’objet d’une approche empirique à travers une série de tests expérimentaux, par exemple dans van Eemeren, Meuffels et Verburg (2000).

3 Dans cette courte description du développement de la pragma-dialectique, on ne discutera pas des publications qui étaient originellement destinées à une présentation générale de la discipline, comme Fundamentals of Argumentation Theory (van Eemeren et al., 1996), Argumentation : Analysis, Evaluation, Presentation (van Eemeren, Grootendorst et Snoeck Henkemans, 2002) et Crucial Concepts in Argumentation Theory (van Eemeren [éd.], 2001).

4 Le recueil d’articles publié sous le titre Dialectic and Rhetoric (van Eemeren et Houtlosser [éds], 2002) peut être vu comme une tentative pour favoriser un rapprochement entre dialectique et rhétorique. Il rend compte de quelques-uns des principaux problèmes rencontrés par qui veut procéder à un tel rapprochement, et il illustre également différents angles sous lesquels ce rapprochement peut être envisagé, ainsi que quelques-unes des formes qu’il peut prendre.

5 Dans cette perspective renouvelée, la pragma-dialectique, telle qu’elle a été développée au départ par F. van Eemeren et R. Grootendorst (1984, 1992, 2004), peut être vue comme une tentative pour élaborer une approche dialectique de l’argumentation susceptible de prendre en compte les aspects rhétoriques de la réalité argumentative par l’application d’une approche pragmatique au discours argumentatif.

6 Studies in Pragma-Dialectics (van Eemeren et Grootendorst [éds], 1994) propose une présentation de l’état de l’art en pragma-dialectique à travers un recueil d’articles du groupe d’Amsterdam. Un ouvrage ultérieur, Advances in Pragma-Dialectics, rassemble des études conduites par un groupe international de chercheurs (van Eemeren [éd.], 2002).

7 Voir van Eemeren (éd)., 2002.

8 Différents chercheurs, comme S. Jackson, M. Aakhus et L. Groarke, ont aussi proposé d’élargir le champ de la pragma-dialectique à divers égards. Voir van Eemeren (éd.), 2002 : ch. 7, 8 et 9.

9 Le modèle de la discussion critique, qui identifie les procédés propres à jouer un rôle constructif aux différentes étapes du processus de résolution d’un désaccord, constitue un cadre théorique approprié pour classer les indicateurs argumentatifs relevant d’une utilisation argumentative du langage. À chaque étape, il s’agit d’identifier les expressions dont le langage ordinaire dispose pour indiquer les procédés orientés vers la résolution du conflit à un point donné de la discussion, et de spécifier le type d’information apporté par l’utilisation d’un indicateur particulier, ainsi que les conditions qui doivent être remplies pour que l’interprétation d’une expression comme indicateur d’un procédé argumentatif spécifique soit justifiée.

Notes de fin

* Texte traduit par Marianne Doury et revu par les auteurs.

Auteurs

Professeur d’analyse du discours, de théories de l’argumentation et de rhétorique à l’université d’Amsterdam, dirige actuellement le programme de recherche Argumentation in Discourse et le master de recherche Rhetoric, Argumentation and Philosophy. Avec R. Grootendorst († 2000), il a élaboré la théorie pragma-dialectique de l’argumentation : leurs principales publications sont Speech Acts in Argumentative Discussions (de Gruyter/Foris, Dordrecht, 1984), Argumentation, Communication, and Fallacies (Erlbaum, Hillsdale, NJ, 1992 – traduction française La nouvelle dialectique, Kimé, Paris, 1996) et A Systematic Theory of Argumentation (Cambridge University Press, 2004) – voir bibliographie dans ce volume. Dans Dialectic and Rhetoric (Kluwer, Dordrecht, 2002), il a proposé, avec Peter Houtlosser, le concept d’ajustement stratégique (strategic manoeuvring) afin de prendre en compte la dimension rhétorique dans l’approche pragmadialectique d’analyse et d’évaluation de l’argumentation. Rédacteur en chef de la revue Argumentation, van Eemeren est également un des fondateurs de l’ISSA (International Society for the Study of Argumentation)

Peter Houtlosser enseigne dans le département d’analyse de discours, de théories de l’argumentation et de rhétorique de l’université d’Amsterdam. Dans le programme de recherche Argumentation in Discourse, ses travaux portent sur l’analyse dialectique et rhétorique ainsi que sur l’évaluation du discours argumentatif. Avec F.H. van Eemeren, il étudie l’histoire des différentes approches de l’argumentation et de la dialectique. Dans de nombreux articles et chapitres d’ouvrages, il s’attache à montrer comment la perspective rhétorique peut être intégrée à l’approche pragmadialectique de l’argumentation (voir par exemple la réflexion sur l’ajustement stratégique présenté ici même) – voir bibliographie dans ce volume

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540