Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’argumentation aujourd’hui

 | 
Marianne Doury
, 
Sophie Moirand

Le point de vue de la logique naturelle : démontrer, prouver, argumenter

Jean-Blaise Grize

Résumé

Argumenter est considéré ici comme une activité discursive adressée à quelqu’un dans l’intention de le convaincre ou de le persuader de quelque chose, et démontrer comme une activité de calcul qui ne s’adresse à personne en particulier. Une argumentation présente deux aspects : elle doit prouver pour convaincre, c’est-à-dire lever les doutes qui pourraient naître chez le destinataire ; et comme les mots du discours renvoient nécessairement à des objets chargés de valeurs émotivo-affectives, l’argumentation doit aussi éclairer la situation de façon positive aux yeux du destinataire

Arguing is considered here as a discursive activity aimed at somebody S, in order both to convince or persuade him (her) of something, and to demonstrate as a matter of calculus independent of S. An argument has two aspects: it has to prove what is said in such a way as to convince the addressee; and, because words necessarily refer to objects loaded with emotional values, it also has to clarify the situation in a positive way for the receiver

Texte intégral

1Pour être aussi clair que possible, et quitte à être un peu simpliste, je vais associer démontrer à calculer, prouver à convaincre et argumenter à persuader, non sans souligner qu’il y a « vaincre » dans convaincre et « suave » dans persuader, de sorte que le terrain de la conviction n’est pas celui de la persuasion.

  • 1 [Note des éditrices] Pour J.-B. Grize, chaque fois qu’un locuteur A produit un énoncé, il propose (...)

2D’autre part, je ne considérerai pas l’argumentation à la façon de Lalande (Vocabulaire de la philosophie) comme une « série d’arguments tendant à la même conclusion », mais comme un type de schématisation1 discursive, c’est-à-dire comme la production d’un discours (démarche et résultat) organisé en vue d’intervenir sur l’opinion, l’attitude et le comportement de quelqu’un.

  • 2 Opuscules. VII, Section II, p. 592.

3Durant son séjour au pays des Burgondes, Georges Vignaux (1976 : 72) nous a appris quelque chose de fondamental, à savoir que « le discours argumentatif doit […] toujours être considéré comme “mise en scène” pour autrui ». Ainsi une schématisation donne à voir, mieux à regarder, une situation dans laquelle se trouvent des objets et des acteurs sous un certain éclairage. On peut alors dire que démontrer est le déroulement d’un calcul qui est conduit sous les yeux du spectateur, tandis qu’argumenter se présente comme une activité de discours entre les acteurs, à laquelle le spectateur participe : il y a de bons et de mauvais publics. Cette activité comporte deux volets, l’un est fait de preuves et l’autre d’éclairages, et sont tous deux nécessaires. Pascal notait en effet que « tout ce qu’il y a d’hommes sont presque toujours emportés à croire non par la preuve, mais par l’agrément »2 et Rousseau ajoutait dans Émile que ce n’est rien de convaincre si on ne sait persuader.

4Bien que les aspects auxquels je viens de faire allusion soient intimement mêlés les uns aux autres, je les isolerai toutefois pour les traiter successivement : l’illation (j’utilise ce mot, par définition barbare parce que issu non du grec mais du latin, pour qu’il recouvre la déduction et l’inférence, deux notions que je serai amené à distinguer) ; la vraisemblance ; l’éclairage.

L’illation

5Jadis, et pas naguère hélas, j’avais fait la distinction entre une logique- système qui est un langage et une logique-procès qui est une activité. Je la précise aujourd’hui en disant que la logique-système se situe en dehors de tout contexte et ignore tout des sujets qui s’en servent, tandis que la logique-procès exige leur participation active. Cela revient bien à dire que la logique-système est un calcul et que la logique-procès se manifeste à travers des discours. Mais il faut tout de suite souligner une propriété essentielle des mots de la langue qui, contrairement aux signes des calculs, renvoient toujours et simultanément à deux domaines. D’une part ils renvoient à des contenus au sein du système de la langue– un mot se définit par des mots –, d’autre part ils renvoient à des référents dans le monde, à des unités culturelles. Par convention, je dirai que les mots dénotent leurs objets qui sont donc explicitement définis et qu’ils désignent leurs référents, en d’autres termes qu’ils pointent vers des réalités du monde. Dès lors la logique-système est caractérisée par ce qu’elle ne se sert que de dénotations que j’appellerai des concepts. La logique-procès, elle, utilise tout autant les dénotations que les désignations et je parlerai de notions. Le concept de « trèfle à quatre » est une contradiction, la notion est un porte-bonheur. Quant aux illations associées, ce sont d’une part la déduction, qui se sert de concepts, et d’autre part l’inférence, qui utilise des notions.

6Il s’ensuit qu’une déduction ne fait qu’exprimer ce qui se trouve dans un concept, quasi au sens d’un presse-citron qui en exprime le jus. Si je peux déduire la mortalité de Socrate, c’est qu’elle est déjà présente dans le concept d’homme et je déduirais sa fragilité de roseau si je la plaçais dans le concept de la majeure. Le seul moteur est celui de l’implication logique si P alors Q, relation qui ne porte ni sur P ni sur Q en tant que telles, mais sur leur rôle épistémique : P est condition suffisante pour Q et Q est condition nécessaire pour P. Et peu importe ce que signifient P et Q. Il suffit qu’un nombre soit multiple de 6 pour qu’il soit pair mais il peut très bien l’être sans cela ; il faut qu’un nombre soit pair pour être multiple de 6, mais cela ne suffit pas. De même si vis pacem para bellum, et on ne sait que trop que, même si l’antécédent est faux, l’implication demeure.

7Enfin une démonstration est une suite ordonnée de déductions qui se présentent sous forme de propositions dont chacune implique la suivante. Je ferai deux remarques : d’une part il s’agit de propositions et pas d’énoncés (on ne voit jamais figurer dans une démonstration des expressions comme « sans doute » ou « je pense » par exemple) ; d’autre part, aucune proposition n’apporte une information qui n’est pas contenue dans les précédentes. Une démonstration n’agit que sur le statut des propositions, elle les fait passer de la contingence à la nécessité. C’est ce que marquait bien la façon scolaire de les présenter : P. En effet… Donc P. On part de P et on arrive à P.

8Mais une démonstration n’est pas une preuve, on démontre une proposition mais on prouve quelque chose à quelqu’un et cela va tout changer, dans la mesure où il devient indispensable d’en appeler à ce quelqu’un. Cela se fera à l’aide d’un discours. Certes, l’activité de celui qui devient maintenant un interlocuteur est orientée par l’énonciateur. Il n’en demeure pas moins que son activité propre est nécessaire au discours et qu’elle est rendue possible par l’usage de notions en lieu et place de celui de concepts. Une notion se caractérise, comme je l’ai dit, par ceci qu’elle reste liée aux référents que désignent les signes-mots de sorte que, comme le disait Charles S. Peirce pour une fois en français, il faut « concevoir d’une façon nouvelle le raisonnement comme une opération qui [doit] se faire les yeux ouverts en maniant des objets réels » (op. cit., p. 270). Je parlerai quant à moi d’inférence et non plus de déduction. Il s’ensuit qu’une inférence est contextuelle, qu’elle en appelle aux préconstruits culturels partagés par les interlocuteurs, qu’elle établit un lien entre des contenus de pensée et qu’elle introduit des aspects nouveaux au sein de la situation. Ainsi, si je vois un ami déjeuner seul au restaurant, je peux déduire qu’il est en train de prendre un repas (« déjeuner » = prendre le repas de midi), mais je ne peux qu’inférer que sa femme est en voyage. Cela va dépendre tout à la fois de certains préconstruits idéologiques du genre « la femme au foyer », et de ce que je sais de mon ami, de son foyer, de ses façons de vivre, etc.

9Par ailleurs, ce qui vient de servir de point de départ à mon inférence, savoir la présence de mon ami au restaurant, je l’ai vu, « de mes yeux vu » et je n’en doute pas. Les choses se compliquent lorsque c’est une schématisation qui fournit les bases de l’inférence. Elle propose bien au destinataire des relations entre des objets, mais elle doit encore les faire passer pour des faits vrais.

La vraisemblance

10Il est très remarquable qu’il est impossible d’énoncer P sans laisser entendre que P est le cas, mais le laisser entendre ne suffit pas, encore faut-il que le destinataire n’en doute pas. C’est ici que l’image de l’énonciateur va jouer un rôle-clé : « Bien sûr que c’est vrai. C’est moi qui vous le dis ». C’est un lieu commun de la rhétorique que de s’appuyer sur l’image du locuteur et sur l’autorité qu’il se donne en parlant. Il peut arriver cependant que, par modestie (rarement) ou par stratégie, il estime bon de se réfugier derrière quelqu’un de plus crédible que lui. C’est ce que j’ai appelé l’effet parapluie : Aristote tout un temps y a servi, Marx plus tard, les « scientifiques » toujours (plus souvent américains que portoricains d’ailleurs) et, par pudeur je n’insiste pas sur les notes en bas de page qui agrémentent nos publications.

  • 3 Diderot, Éléments de psychologie, t. 13, p. 789.

11L’autorité des autres peut encore paraître insuffisante à gagner la conviction et il est souvent nécessaire de mobiliser plus directement l’activité du destinataire en lui fournissant des étais de diverses sortes. Il s’agit de l’amener à sortir de son doute par les inférences qu’il produira lui-même en prenant appui sur des données qu’il ne remet pas en cause. Cela peut se faire aussi bien à partir de notions reçues qu’à partir de situations d’ensemble. Il s’agit alors de se servir d’exemples concrets ou d’analogies qui permettent, comme le notait Diderot, « la comparaison des choses qui ont été ou sont pour en conclure celles qui seront »3, tout au moins dans l’esprit de l’interlocuteur.

12Mais il y a plus. Pour être convaincante une schématisation doit paraître vraisemblable à celui qui la reconstruit, elle ne doit présenter à ses yeux ni non-cohérence, ni incohérence. J’appelle non cohérence l’existence d’un hiatus au sein des représentations que le destinataire se fait de la situation. Dans ce cas, il convient d’introduire quelque élément nouveau propre à combler la lacune, cause ou raison, bref il faut expliquer les choses. On me dit que le TGV a eu vingt minutes de retard et je le crois ; mais cela cadre si mal avec la haute estime dans laquelle je tiens la SNCF que le fait me semble invraisemblable ; les chutes de neige, jusqu’ici absentes de la schématisation, vont rétablir une certaine cohérence (notons en passant que c’est ce même besoin de saisir le pourquoi et le comment qui permet de comprendre pourquoi le récit joue un rôle aussi important dans les argumentations de tous les jours et même dans celles qui se veulent scientifiques). J’appelle incohérence l’existence, non d’un simple hiatus, mais celle d’une contradiction, à condition de distinguer ce qui peut éventuellement relever de la contradiction logique et ce qui est relatif à la pensée commune.

  • 4 1975, Paris, Mercure de France.

13Aristote avait clairement souligné en effet que ce qui est de l’ordre de la contradiction au sens logique fort est de nature atemporelle, que ce soit d’un point de vue substantiel, « il est impossible que le même attribut appartienne et n’appartienne pas en même temps au même sujet » (Aristote, Métaphysique, 1005b), d’un point de vue propositionnel, « il est impossible d’affirmer et de nier en même temps un prédicat d’un sujet » (Secondes Analytiques 77a) ou d’un point de vue psychologique, « il n’est pas possible de concevoir jamais que la même chose est et n’est pas » (Métaphysique, 1005b). Mais le discours, lui, se déroule dans le temps et il s’ensuit que, dans une interlocution, il est toujours possible de « lever les contradictions », comme on dit. Il suffit de procéder à des modifications qui portent sur les objets de discours. Dans La consultation4, le docteur Norbert Bensaid, qui défendait l’IVG, refusait que son désir de l’avortement libre soit contradictoire avec son respect absolu de la vie : c’est, disait-il, que l’avortement n’est pas une interruption de vie, c’est un remède à un retard de règles. Et le rôle d’un médecin…

14Au moment où quelqu’un n’a plus rien à objecter à ce qui lui est proposé, au moment donc où il a accepté ce qui lui est dit comme des faits et que ces faits n’entraînent ni incohérence ni non-cohérence dans ses représentations, alors on peut considérer qu’il est convaincu. Mais pas nécessairement persuadé. Je suis quant à moi convaincu, sinon que « Fumer, c’est tuer », tout au moins que « Fumer est dangereux pour la santé ». Je ne vois rien à objecter aux statistiques, même si elles sont ad hoc, et aucune non-cohérence n’apparaît dans mes représentations. Eppure, je fume. C’est que le degré zéro de risque ne fait pas partie de mes valeurs et ce sont elles qui doivent intervenir pour conduire à la persuasion.

L’éclairage

  • 5 P. Marchais, Permanence et relativité du trouble psychique, Paris, Privat, 1986.

15Le psychisme humain fonctionne à plusieurs niveaux, somato-instinctif, émotivo-affectif et intellectuel5. Dans nos activités de tous les jours, les sentiments importent autant que la raison et une argumentation ne peut se contenter de s’adresser à la seule intelligence, elle doit encore émouvoir. Il ne suffit pas pour émouvoir de communiquer des idées donc de faire savoir, encore faut-il faire voir, ce qui se réalise par l’usage des figures du discours. Dans La rhétorique ou l’art de parler, Bernard Lamy disait déjà d’elles qu’elles « sont propres à exciter les passions ». C’est la vision des choses qui émeut et met la volonté en branle, le pathos s’ajoute au logos. Les objets du discours doivent être éclairés, ce qui revient à mettre en évidence quelques-unes de leurs facettes et à en occulter d’autres et tout éclairage colore ce qu’il illumine, ce qui découle du fait qu’il se sert des préconstruits culturels qui ne sont jamais neutres. Chacun d’eux se situe sur un axe euphorique-dysphorique qui appartient au destinataire.

16Je vais illustrer la chose par un exemple, celui de l’objet Conseil constitutionnel. Il est défini par l’article 56 de la Constitution du 4 octobre 1958 comme un corps constitué de membres de droit et à vie (les anciens présidents de la République) et de neuf membres nommés pour neuf ans par le président de la République, le président de l’Assemblée nationale et le président du Sénat (trois membres chacun). L’éditorial du journal l’Humanité du jeudi 21 juillet 1988 désignait l’objet par « ce machin », « un aréopage de notables fourbus », « cette institution pétainiste », des « spécialistes de la langue de béton » et quelques autres termes qui avaient tous pour but d’éclairer le référent d’une certaine manière. Figures mises à part, on voit bien qu’il n’est pas question de communiquer des faits : Philippe Pétain par exemple avait été jugé en avril 1945 et il y avait belle lurette qu’il n’était plus chef de l’État. Le seul objectif était de colorer l’objet de façon à persuader les lecteurs de l’Humanité de l’inanité du Conseil.

17Ce sur quoi je veux insister, c’est que l’éclairage est proposé par l’énonciateur qui a pris en charge les déterminations, ici l’éditorialiste (Claude Cabanes), et que la couleur dépend de l’image qu’il a su donner de lui. Lorsque Jésus-Christ dit « Laissez venir à moi les petits enfants », il naît un sentiment de confiance. Le même propos dans la bouche de l’ogre (si je puis dire) suscite un tout autre sentiment. C’est que tout éclairage renvoie à des valeurs qui, si elles ne sont pas, comme l’est le bon sens aux yeux de Descartes, également partagées, elles le sont par les membres de certains groupes sociaux.

18Il s’ensuit qu’une argumentation ne persuade pas par elle-même, mais qu’elle conduit le destinataire à se persuader lui-même.

Bibliographie

Références bibliographiques

Aristote, Métaphysique.

Aristote, Secondes Analytiques.

Borel, M.-J., Grize, J.-B. et Miéville, D., 1992, Essai de logique naturelle, Berne, Peter Lang.

Diderot, D., 1969-1972, Œuvres complètes, Paris, Club Français du Livre.

Grize, J.-B., 1969, 1971, 1973, Logique moderne I, II, III, Paris, Gauthier- Villars et Mouton.

Grize, J.-B., 1981, « L’argumentation : explication ou séduction », in L’argumentation, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, p. 29-40.

Grize, J.-B., 1982, De la logique à l’argumentation, Genève, Droz.

Grize, J.-B., 1990, Logique et langage, Paris, Ophrys.

Grize, J.-B., 1996, Logique naturelle et communication, Paris, Presses Universitaires de France.

Grize, J.-B., 2002, « Les deux faces de l’argumentation », in Fornel, M. de et Passeron, J.-C. (éds), L’argumentation, preuve et persuasion, Paris, éditions de l’EHESS, p. 13-27.

Grize, J.-B., et Piéraut-Le Bonniec, G., 1983, La contradiction, Paris, Presses Universitaires de France.

Lamy, B., 1715, La rhétorique ou l’art de parler.

Peirce, C. S., 1984[1878], « Comment se fixe la croyance », in Peirce, C. S., Textes anticartésiens, présentation et traduction de J. Chenu, Paris, Aubier, p.266-286.

Vignaux, G., 1976, L’argumentation, Genève, Droz.

Notes

1 [Note des éditrices] Pour J.-B. Grize, chaque fois qu’un locuteur A produit un énoncé, il propose une schématisation à un interlocuteur B, c’est-à-dire qu’il construit un micro-univers à partir de la réalité telle qu’il la perçoit mais également telle qu’il la reconstruit pour B. Ce micro-univers est une reconstruction cognitive du monde (réel ou fictif), qui ne reflète pas les exigences d’une observation scientifique mais dépend de la façon dont A se représente la situation : le micro-univers que le discours construit est orienté, c’est-à-dire qu’il est organisé à l’intention de B et dans le but d’obtenir certains résultats, certains effets. La schématisation que A propose à B est donc fonction de la finalité de A mais également des représentations qu’il se fait de B, des représentations qu’il a ou qu’il veut donner de lui-même et des représentations de ce dont il parle (le thème T). Si les représentations sont des connaissances que l’on a de la situation, de ce dont on parle, de soi-même et de l’autre (les univers de savoirs, de croyances ou d’opinions, les prédispositions à l’action), dans la matérialité verbale, ce sont des images de A, de B et de T qui sont ainsi inscrites au fil de l’énoncé et que l’on repère comme autant de marques de construction d’une schématisation.

2 Opuscules. VII, Section II, p. 592.

3 Diderot, Éléments de psychologie, t. 13, p. 789.

4 1975, Paris, Mercure de France.

5 P. Marchais, Permanence et relativité du trouble psychique, Paris, Privat, 1986.

Auteur

Docteur ès-sciences, a été collaborateur de Jean Piaget au Centre international d’épistémologie génétique de Genève de 1958 à 1968. Devenu professeur de logique et de philosophie des sciences à l’université de Neuchâtel (de 1960 à 1987), il y a dirigé le Centre de recherches sémiologiques. Il a également enseigné dans les universités de Besançon, Fribourg, Genève, Lausanne, Montréal, et à l’École pratique des hautes études à Paris. Il a conçu et impulsé le cadre théorique de la logique naturelle, qui a donné lieu à de nombreux travaux sur l’argumentation dans l’espace francophone, et en particulier, en France. Parmi ses principales publications, on peut citer Logique moderne I, II et III (Gauthier-Villars et Mouton, Paris, 1969-1973), De la logique à l’argumentation (Genève, Droz, 1982), Logique et langage (Paris, Ophrys, 1990), Logique naturelle et communications (Paris, PUF, 1996)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540