Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’argumentation aujourd’hui

 | 
Marianne Doury
, 
Sophie Moirand

Argumentation rhétorique et argumentation linguistique

Oswald Ducrot

Résumé

Parmi les nombreux sens du mot argumentation, il faut au moins distinguer le sens rhétorique (activité de persuasion) et le sens linguistique (enchaînement d’énoncés dont les premiers servent d’arguments pour le dernier considéré comme leur conclusion). L’auteur essaie de montrer qu’il n’y a pas de rapport direct entre l’argumentation linguistique et l’argumentation rhétorique, même si la première peut contribuer indirectement à la seconde, notamment en servant à améliorer l’image que le locuteur donne de lui-même dans son discours (ethos)

Among the numerous senses associated with the word ‘argumentation’, one necessary distinction is that between the rhetorical use (the act of persuasion) and the linguistic meaning (a concatenation of utterances, the first being taken as an argument for the second, the conclusion). The author attempts to show that there is no direct relation between linguistic argumentation and rhetorical argumentation, even though the former may contribute indirectly to the latter, notably in improving the image the speaker gives of himself in his discourse (ethos)

Texte intégral

1La théorie de l’argumentation dans la langue (ADL), telle que Jean-Claude Anscombre et moi l’avons proposée (1980), et telle que Marion Carel la développe actuellement avec sa théorie des blocs sémantiques (Carel et Ducrot, 1999a et b, Ducrot, 1999b, 2000, 2002), prend le mot argumentation dans un sens un peu inhabituel, qui amène beaucoup de malentendus. C’est ce sens que je donne ici à l’expression argumentation linguistique, que j’abrégerai quelquefois en argumentation. Les malentendus tiennent à ce que l’on a tendance à lire nos recherches en donnant au mot argumentation un tout autre sens, pour lequel je réserverai ici l’expression argumentation rhétorique. Ma première tâche sera donc de distinguer ces deux notions. J’espère cependant que mon exposé n’aura pas pour seul intérêt de faciliter la lecture de certains textes, mais qu’il aura aussi un intérêt sur le fond. Non seulement en effet je distinguerai les phénomènes entrant sous ces acceptions du mot argumentation (ce qui n’est qu’un travail de terminologie), mais je les opposerai en montrant que l’argumentation linguistique n’a aucun rapport direct avec l’argumentation rhétorique. Or cela me semble constituer une thèse, qui dit quelque chose de chacune de ces argumentations. D’abord il me faut préciser le sens que je donne aux deux expressions qui constituent le titre de mon exposé.

Deux conceptions de l’argumentation

2J’entendrai par argumentation rhétorique l’activité verbale visant à faire croire quelque chose à quelqu’un. Cette activité est en effet un des objets d’étude traditionnels de la rhétorique. Deux mots de commentaire sur cette définition. Elle exclut volontairement l’activité visant à faire faire quelque chose. Plus exactement, elle ne prend en considération le faire faire que si celui-ci est appuyé sur un faire croire. Ce qui est une grosse limitation, car il y a bien évidemment d’autres moyens de faire faire quelque chose à quelqu’un que la stratégie un peu naïve consistant à lui faire croire qu’il est bon pour lui de faire cette chose. Une seconde limitation de ma définition est que je considère seulement l’activité verbale, celle de l’écrivain ou de l’orateur, qui utilisent la parole pour faire croire. Cette limitation est elle aussi très importante car il y a bien d’autres moyens de faire croire que de parler : il peut suffire de mettre le destinataire dans une situation où il a intérêt à croire ce qu’on veut lui faire croire. Mais de cela aussi je ne m’occuperai pas, et je considérerai uniquement la persuasion par la parole, par le discours.

  • 1 Dans la plupart de nos articles (voir notamment Carel et Ducrot, 1999a et b), M. Carel et moi appe (...)
  • 2 Il n’est pas nécessaire que A précède C, et j’appelle aussi argumentation un enchaînement « C puis (...)

3Le deuxième terme à définir est l’expression argumentation linguistique ou, par abréviation, argumentation. Dans cet exposé1, j’appellerai ainsi les segments de discours constitués par l’enchaînement de deux propositions A et C, reliées implicitement ou explicitement par un connecteur du type de donc, alors, par conséquent2 J’appellerai A l’argument, et C la conclusion. Cette définition peut être étendue aux enchaînements reliant, non pas deux propositions syntaxiques, mais deux suites de propositions, par exemple deux paragraphes d’un article. Les grammairiens et linguistes interprètent généralement ces enchaînements « A donc C » en disant que A est présenté comme justifiant C, comme rendant C vrai, valide, ou au moins plus acceptable qu’il n’était avant son enchaînement à A.

4Une grande partie de mon exposé sera consacrée à contester cette interprétation de « A donc C », même quand elle est atténuée par la formulation « A est présenté comme justifiant C », ou encore « la langue fait comme si A justifiait C ». La critique que je vais proposer n’empêche pas cependant que cette interprétation de « A donc C » fait partie pour ainsi dire des connaissances métalinguistiques des sujets parlants, même non linguistes, et qu’elle constitue un niveau incontestable de la compréhension des enchaînements en « donc ».

Autonomie de l’argumentation linguistique

5Dans la mesure où l’argumentation que j’appelle rhétorique est définie comme un effort verbal pour faire croire quelque chose à quelqu’un, il semble que l’argumentation linguistique puisse en être un moyen direct, surtout si cette dernière reçoit l’interprétation habituelle que je viens de mentionner. Il semble en effet qu’un moyen évident pour vous faire admettre une proposition C est de la justifier (de vous montrer qu’elle est vraie), et que pour justifier une proposition, il puisse y avoir intérêt à présenter d’abord une proposition A que vous êtes prêt à accepter et qui entretient avec C un rapport conclusif, un rapport en donc. Votre croyance en A risque alors de se compléter en une croyance en C, la validité de A se transportant pour ainsi dire sur C. C’est là une conception tout à fait banale, et peut-être même inévitable, du rôle de l’argumentation linguistique dans l’argumentation rhétorique. Je vais essayer de montrer, par des arguments de linguiste, qu’elle est non seulement insuffisante, mais totalement illusoire, et que les enchaînements conclusifs du discours ne constituent pas, en tant que tels, des moyens directs de persuasion, même pas des moyens partiels.

6Je voudrais insister d’abord sur le caractère radical, absolu, que je vais donner à l’opposition entre argumentation linguistique et rhétorique. Si je me contentais de montrer l’insuffisance de l’argumentation, telle que je l’ai définie, pour l’activité rhétorique, je reprendrais seulement un thème banal de la rhétorique, et il est essentiel pour moi de distinguer ma critique du rôle persuasif de l’argumentation linguistique et la critique traditionnelle. La critique traditionnelle est relative, et celle que je vais proposer voudrait être radicale. La critique classique du rôle de l’argumentation linguistique se fonde, notamment, sur le fait que nos argumentations ne sont jamais décisives. D’une part, lorsque nous disons « A donc C », nous oublions généralement des propositions intermédiaires qui sont nécessaires pour opérer le passage de A à C. D’autre part, même une fois complétés, nos enchaînements argumentatifs reposent sur des principes généraux qui admettent des exceptions. Comment savoir si on n’est pas dans le cas exceptif ? Dernière raison enfin, les concepts sur lesquels se fondent ces argumentations sont très flous et très mal définis. Supposons que je conclue que quelqu’un est jaloux en donnant comme argument qu’il est amoureux, j’utilise les concepts amour, jalousie, que personne ne sait définir. On peut donc toujours m’objecter que la personne dont je parle n’est pas « à proprement parler amoureuse », ce qui ruine mon argumentation. À ce caractère non contraignant des argumentations du discours s’ajoute le fait que la persuasion demande que l’on s’appuie sur d’autres motifs que des motifs rationnels. C’est ce sur quoi insiste la rhétorique traditionnelle, en disant que la persuasion exige que non seulement on donne des raisons, constituant ce qu’on appelle le logos, mais que l’on développe en plus chez l’auditeur le désir de croire vrai (c’est le pathos), et enfin qu’on lui donne confiance en l’orateur, qui doit apparaître comme quelqu’un de fiable, sérieux, et bien intentionné. L’orateur doit donc donner dans son discours même une image favorable de lui, ce qui correspond à ce que la rhétorique classique appelle l’ethos. On sait tous les débats qu’a suscités, dans le monde chrétien du XVIIe siècle, la nécessité, pour le prédicateur religieux, d’ajouter à la conviction l’appel au sentiment. Est-il justifié ou non pour le prédicateur, se demandait-on, de faire appel non seulement au logos, mais aussi aux passions, alors que les passions sont une des sources premières du mal et du péché ?

7Je ne parlerai pas davantage de ce type d’insuffisance souvent attribué à l’argumentation. En effet, ces critiques admettent toutes l’existence dans le discours d’un logos, à savoir d’une argumentation rationnelle, qui serait susceptible de prouver, de justifier. On se demande seulement si ce logos est, ou n’est pas, suffisant pour la persuasion. Ce que je soutiens pour ma part, c’est que l’argumentation discursive n’a aucun caractère rationnel, qu’elle ne fournit pas de justification, pas même des ébauches faibles, lacunaires, de justification. En d’autres termes, ce que je mettrai en doute, c’est la notion même d’un logos discursif qui se manifesterait à travers les enchaînements argumentatifs, à travers les donc et les par conséquent. Après avoir dit pourquoi je refuse à l’argumentation discursive tout caractère rationnel, je montrerai que cette argumentation, malgré le fait qu’elle n’a rien à voir avec un logos, peut cependant servir à la persuasion. Son rôle persuasif existe, mais il ne tient pas à un caractère rationnel dont elle serait, même faiblement, pourvue. Dans la partie critique de mon exposé, je m’appuierai sur une théorie linguistique que je développe depuis de nombreuses années avec J.-C. Anscombre, la théorie dite de l’argumentation dans la langue (Anscombre et Ducrot, 1980), et plus précisément sur la forme nouvelle donnée à cette théorie par les travaux récents de M. Carel (Carel et Ducrot, 1999a et b), forme qui à la fois explicite et radicalise les idées que J.-C. Anscombre et moi avions présentées.

8L’idée de base est que, dans un enchaînement argumentatif « A donc C », le sens de l’argument A contient en lui-même l’indication qu’il doit être complété par la conclusion. Ainsi le sens de A ne peut pas se définir indépendamment du fait que A est vu comme conduisant à C. Il n’y a donc pas à proprement parler passage de A à C, il n’y a pas justification de C par un énoncé A qui serait compréhensible en lui-même, indépendamment de sa suite « donc C ». Par conséquent, il n’y a pas transport de vérité, transport d’acceptabilité, depuis A jusqu’à C, puisque l’enchaînement présente le « donc C » comme déjà inclus dans le premier terme A.

9D’abord un exemple simple, celui où le segment A contient un mot comme « trop ». Soit par exemple l’enchaînement

Tu conduis trop vite, tu risques d’avoir un accident

10(où un donc est implicite entre les deux propositions enchaînées). Certains sémanticiens pensent, et même écrivent, qu’il s’agit vraiment d’une sorte de raisonnement, passant d’une prémisse « tu conduis trop vite », à une conclusion « tu risques d’avoir un accident ». Raisonnement qui serait fondé sur un principe général implicite « quand on conduit trop vite, on risque l’accident ». Mais cette description me semble absurde, car le mot trop lui-même, présent dans l’antécédent, ne peut se comprendre que par rapport au conséquent. Qu’est-ce que conduire « trop vite » si ce n’est conduire à une vitesse qui risque d’amener des conséquences indésirables ? La vitesse elle-même est ici caractérisée par le fait qu’elle doit provoquer un accident : « trop vite » signifie ici « à une vitesse dangereuse ». Autrement dit, le contenu même de l’argument ne peut se comprendre que par le fait qu’il conduit à la conclusion. Pris hors de cet enchaînement, exprimé ou sous-entendu, il ne signifie rien. Un signe de cette interdépendance, que j’appelle radicale, est que ce « trop vite » signifie tout autre chose dans mon exemple et dans des discours comme :

Tu conduis trop vite, tu risques d’avoir une contravention.

11Il ne s’agit pas nécessairement de la même vitesse dans les deux cas–même si on ne s’intéresse qu’à l’aspect quantitatif de la vitesse. D’autre part, ce que je viens de dire du segment généralement appelé argument vaut tout autant pour la « conclusion ». La contravention dont il est question dans le dernier enchaînement est une contravention pour vitesse excessive, c’est-à-dire le type de contravention fondée sur l’argument donné. Supposons en effet que mon interlocuteur ait une contravention, mais une contravention pour n’avoir pas attaché sa ceinture de sécurité. Il y a quelque ironie à lui dire alors « tu vois, j’avais raison ».

12Je conclurai que les enchaînements analysés, bien qu’ils relient deux propositions assertives au moyen du connecteur donc (éventuellement implicite), ne marquent en rien une inférence allant d’une affirmation à une autre. Chacune de ces apparentes affirmations contient en effet l’ensemble de l’enchaînement où elle prend place. C’est le donc qui permet de se représenter le type de vitesse et de contravention dont il est question. Ainsi, il n’y a pas passage d’un contenu factuel, objectif, à un autre. Même si mon discours associe deux expressions bien distinctes, « trop vite » et « contravention », il manifeste une représentation sémantique unique (dans la terminologie de M. Carel, un bloc), qui exprime l’unique idée de vitesse interdite (ou dans l’exemple précédent de vitesse dangereuse). À quoi sert donc l’enchaînement argumentatif ? Non pas à justifier telle affirmation à partir de telle autre, présentée comme déjà admise, mais à qualifier une chose ou une situation (ici la vitesse) par le fait qu’elle sert de support à une certaine argumentation. Le donc est un moyen de décrire et non pas de prouver, de justifier, de rendre vraisemblable.

13D’une façon générale, ce qui interdit de voir une sorte de raisonnement dans un enchaînement argumentatif du type de « A donc C », c’est que les segments A et C n’expriment pas des faits fermés sur eux-mêmes, compréhensibles indépendamment de l’enchaînement, et susceptibles d’être ensuite reliés entre eux. Cette conclusion peut se vérifier même avec des mots moins évidemment argumentatifs que trop, et apparemment plus objectifs. Supposez que je vous prédise que Pierre va échouer à son examen, et que ma prédiction prenne la forme de l’enchaînement « Pierre a peu travaillé, il va donc échouer ». Est-il possible de décrire mon discours en disant que je vous signale d’abord un fait A (Pierre a peu travaillé) et que j’en déduis un autre fait C (Pierre va échouer) ? Cette description rationalisante me semble là encore absurde car le mot peu ne saurait servir à décrire un fait. Il indique déjà à l’avance vers quelle conclusion on se dirige. En effet pour prédire la réussite de Pierre, il m’aurait suffi de vous dire « Pierre a un peu travaillé, il va donc réussir ». En qualifiant le travail de Pierre au moyen de l’expression un peu, je vous aurais déjà dirigé au moyen d’un donc vers l’éventualité de son succès futur. Or personne n’a jamais trouvé de différence factuelle, quantitative, entre peu et un peu. La seule différence entre ces deux expressions réside dans les types d’enchaînements possibles à partir d’elles. Comme dans l’exemple de trop, l’argument A annonce déjà la conclusion en ce sens que la signification même de peu ou un peu comporte l’indication de ce que l’on peut enchaîner aux propositions contenant ces mots. Ainsi, il n’y a pas de raisonnement, de progrès cognitif, de transmission de vérité, puisque le « donc C » fait déjà partie du sens de A.

14Je vais prendre maintenant pour exemple un adjectif qui appartient au lexique même, donc à la partie de la langue réputée la plus informative, l’adjectif loin. Imaginons la situation suivante. X et Y doivent se rendre ensemble à un certain endroit E. Ils savent exactement l’un et l’autre à quelle distance ils sont de E. X propose à Y d’aller à pied à E. Y, s’il est d’accord, peut répondre « oui, c’est près ». Si, au contraire, il veut refuser, il a la possibilité de dire « non, c’est loin ». Qu’est-ce qui change entre la qualification près et la qualification loin ? Ce n’est pas la distance, que X et Y connaissent l’un comme l’autre. C’est seulement l’exploitation argumentative de cette distance. En disant « près », on la présente comme permettant la promenade, en disant « loin », comme faisant obstacle à cette promenade. De sorte que le choix des conclusions « oui » ou « non » est déjà inscrit dans le sens même des arguments « c’est près » ou « c’est loin ». Nous avions vu que « trop » appliqué à « vite » qualifie la vitesse par un certain type de conclusions défavorables ; de même « loin » qualifie la distance comme obstacle, et « près » la qualifie comme n’étant pas un obstacle. Dans tous ces cas, il ne peut pas y avoir, derrière l’enchaînement discursif, un logos démonstratif, car l’enchaînement est déjà donné par l’argument. Il constitue la valeur sémantique de l’argument.

  • 3 On pourrait trouver cette remarque contradictoire avec ce que j’ai dit sur l’interdépendance entre (...)

15Allons encore un peu plus loin. J’ai dit que les propositions contenant des mots comme trop, peu, un peu, près, loin indiquent déjà quel type de suites peut leur être enchaîné au moyen d’un donc. Mais ce n’est que la moitié de la vérité. Car leur signification n’oblige pas du tout à continuer par un donc, elle permet tout autant d’enchaîner par un mot du type pourtant. Si l’expression « c’est loin » autorise la suite « donc je n’irai pas à pied », elle rend aussi possible d’enchaîner « c’est loin, pourtant j’irai à pied ». De même, on peut dire à la fois « il a un peu travaillé donc il va réussir » et « il a un peu travaillé pourtant il ne réussira pas ». D’une façon générale, si une proposition A contient dans sa signification la possibilité de lui enchaîner « donc C », elle contient aussi la possibilité de lui enchaîner « pourtant non C ». Par conséquent, si j’utilise pour vous prouver une proposition C, un argument A qui par sa valeur propre conduit à dire « donc C », il est tout aussi conforme à la signification de A de continuer « pourtant non C »3. Dans ces conditions, il est impossible de dire qu’en présentant l’argument A et en le faisant suivre par « donc C », je justifie C. En effet, le même argument, en vertu de sa signification intrinsèque pourrait tout aussi bien être suivi de « non C », à condition de changer de connecteur. Ainsi, c’est un coup de force qui fait choisir C plutôt que « non C » après A. Ce choix n’est pas commandé par la signification de A, qui ne favorise pas plus C que « non C ». La seule chose qu’elle impose, c’est le choix d’un donc dans un cas ou d’un pourtant dans l’autre. Je ne vois pas alors comment la proposition A pourrait amener à croire C. L’alternance de donc et de pourtant me semble donc démentir, une fois de plus, l’idée même d’une preuve discursive, d’un logos argumentatif.

Les retombées persuasives de l’argumentation linguistique

16« Et cependant elle tourne » disait Galilée. Vous pourriez ainsi me répondre « et cependant il y a des donc dans le discours à visée persuasive, qu’il soit politique, publicitaire, philosophique, etc., et aussi dans le discours des enfants dès trois ans (sous la forme parce que) ». Alors à quoi servent ces argumentations ? Comment contribuent- elles à la persuasion alors que, selon moi, elles ne constituent même pas des ébauches de justification ?

17Une première réponse consiste à dire que la plupart des expressions, qu’elles soient employées ou non avec une visée persuasive, comportent dans leur sens des argumentations – en entendant par là, comme je l’ai fait jusqu’ici, des enchaînements en donc ou en pourtant. Une phrase prédicative simple comme « les coupables ont été punis » pose un donc entre le fait d’être coupable et le fait d’être puni. Bien plus, on peut, selon M. Carel et moi, déceler dans la signification interne de beaucoup de mots des argumentations. Ainsi nous cherchons actuellement à décrire la plus grande partie possible du lexique français en caractérisant chaque mot par une paraphrase qui a la forme d’un enchaînement discursif en donc ou en pourtant. Que signifie par exemple un adjectif comme intéressé (au sens moralement négatif du terme) ? Pour nous, il est constitutif de la sémantique de cet adjectif d’évoquer des enchaînements du type « c’est son intérêt donc il le fait » et aussi « ce n’est pas son intérêt donc il ne le fait pas ». Ou encore, que veut-on dire lorsque l’on considère l’expression verbale avoir soif comme marquant, selon la terminologie linguistique habituelle, un état ? Pour nous, dire que c’est un état, ce n’est rien d’autre que dire que l’on peut enchaîner par donc l’indication que quelqu’un a soif au moment T1 et celle qu’il a soif au moment suivant T2 (noter qu’il faudrait un pourtant pour enchaîner l’indication que quelqu’un a soif en T1 et celle qu’il n’a plus soif en T2). Ainsi, pour nous, il y a des enchaînements argumentatifs dans la signification même des mots et des énoncés dont le discours est fait. Dans ces conditions, toute parole, qu’elle ait ou non une visée persuasive, fait nécessairement allusion à des argumentations. Ce qui montre au moins qu’il n’y a pas de lien privilégié entre l’argumentation rhétorique et l’argumentation linguistique.

18Bien sûr, on attend de moi une réponse plus spécifique à la question « pourquoi y a-t-il de l’argumentation linguistique dans l’argumentation rhétorique ? » (« plus spécifique » signifie ici « plus liée au caractère particulier du discours persuasif »). Je signalerai trois solutions possibles.

19D’abord l’argumentation linguistique est liée à une stratégie persuasive tenue pour efficace : la concession. Je décrirai la concession de la façon suivante. Supposons qu’un locuteur veuille faire admettre une conclusion Z. Supposons aussi qu’il dispose d’un argument Y qui permet d’enchaîner « Y donc Z », mais qu’il sache par ailleurs qu’il y a des arguments X qui permettent d’enchaîner « X donc non-Z ». Ainsi je veux amener un ami à la conclusion Z =« tu ne dois pas fumer ». Pour cela je dispose entre autres d’un argument Y = « fumer te fait tousser » ; mais je sais aussi que les fumeurs ont un argument X = « fumer diminue le stress », que l’on peut enchaîner par « donc » à la conclusion « non-Z » = « il ne faut pas arrêter de fumer ». Que faire ? Je peux, dans mon discours, oublier l’argument défavorable à ma position, X, et donner simplement l’argument Y qui lui est favorable. Le risque, c’est que l’ami me réponde en arguant de X. Heureusement pour moi (et peut-être pour sa santé), il y a une autre stratégie : indiquer d’abord l’argument défavorable X en le faisant suivre d’un « mais Y », soit « d’accord fumer diminue le stress mais ça fait tousser ». Le mot mais est entre autres choses spécialisé dans cette fonction – c’est pourquoi d’ailleurs il est une vedette du discours persuasif. Grâce à lui, on peut envisager les arguments contraires à la conclusion qu’on vise. Il suffit de les faire suivre d’un mais, sans avoir même besoin de les réfuter, manœuvre qui n’est pas bien fatigante, et qui a des avantages persuasifs éminents. En indiquant X, qui est défavorable à la thèse que je soutiens, et favorable à mon interlocuteur, je l’empêche d’abord d’utiliser lui-même ce X, argument qu’il serait ridicule d’exploiter contre moi puisque j’ai eu moi-même la générosité de l’énoncer, et puisque j’ai décidé, après l’avoir envisagé, qu’il ne méritait pas une considération plus sérieuse. À cet avantage de la concession pour la stratégie polémique s’ajoute le fait qu’elle permet d’améliorer l’image que l’orateur donne de lui dans son discours. L’orateur a l’air d’un homme sérieux, donc fiable, puisque, avant de choisir sa position Z, il a aussi fait attention aux objections possibles contre Z. On pourrait comparer l’énoncé concessif à ce qui se passe au football quand un joueur marque un but contre son propre camp. L’orateur qui dit X avant de continuer « mais Y » marque pour ainsi dire un but contre sa propre position. Mais il y a une différence essentielle. Le but marqué au football par le joueur maladroit est définitivement marqué : il n’y a pas de « mais » possible. En revanche, dans le discours persuasif, on tire profit des buts que l’on marque contre son propre camp. Ce profit ne tient pas à ce que l’argumentateur a démontré rationnellement quelque chose. Il tient à ce que l’orateur a amélioré son image personnelle, ou, en termes rhétoriques, son ethos (c’est comme si le footballeur tirait du prestige du fait d’avoir marqué contre son camp). Étant donné que la concession, telle que je l’ai décrite, manipule des argumentations, implicites ou explicites, il faut reconnaître à celles-ci toute l’utilité que l’on reconnaît à la concession en ce qui concerne l’activité persuasive.

20Un second point : le simple fait d’énoncer une argumentation en donc (c’est-à-dire l’énonciation de cette argumentation) a par lui-même des avantages pour la persuasion. Ainsi il oblige l’interlocuteur à donner à son tour un argument s’il refuse la conclusion. Supposons que vous me disiez « A donc C » (« la gare est loin donc prenons un taxi »). Si je désire refuser votre conclusion, je ne peux pas me contenter de la nier brutalement en disant « Non, ne prenons pas de taxi ». Je suis obligé à mon tour de donner un argument, qui permette de triompher du vôtre. Et je risque toujours de donner une raison dangereuse pour mon image, ou, en tout cas, que vous pourrez retourner contre moi. Par exemple, si je suis obligé, à cause de votre « donc », d’avouer mon avarice en vous donnant comme argument que je ne veux pas payer le taxi. C’est comme aux échecs. On déplace une pièce pour obliger l’adversaire à répondre par une manœuvre qui le mettra par la suite en difficulté. Un deuxième avantage qu’il y a, pour vous, à énoncer un enchaînement argumentatif donnant une raison pour votre décision, c’est que par là vous constituez de vous-même une image favorable, celle d’un homme qui accepte la discussion, qui ne cherche pas à s’imposer brutalement. Ainsi vous améliorez votre ethos, comme dans le cas de la concession, surtout s’il y a quelqu’un qui assiste à notre discussion, et vous vous donnez des chances de persuader plus facilement ce tiers si un jour vous avez une discussion ensemble (songez d’ailleurs qu’il y a toujours une troisième personne dans les dialogues, même lorsque, matériellement, il n’y en a que deux ; cette troisième personne est une sorte de sur-moi abstrait, que les interlocuteurs prennent comme arbitre idéal, personnage que nous rencontrons sans cesse, et qu’il faut, à tout prix, apprivoiser).

21Une troisième raison d’utiliser l’argumentation dans la stratégie persuasive tient à ce que des modèles d’enchaînements argumentatifs sont, je l’ai dit tout à l’heure, déjà présents, à titre de représentations stéréotypées, dans la signification des mots du lexique. Ainsi, en disant « c’est loin donc n’y allons pas », j’explicite la représentation de la distance comme obstacle, représentation qui, selon moi, fait partie du sens même du mot loin. De même, pour montrer que Pierre ne fera pas quelque chose, je peux vous dire « il n’y a pas intérêt donc il ne le fera pas ». Disant cela, je construis un enchaînement qui est le sens même d’un mot de la langue, le mot intéressé, tel que je l’ai analysé plus haut. En argumentant (au sens linguistique du terme), on peut donc souvent présenter son discours comme l’explicitation de mots de la langue, et comme aussi impossible à mettre en doute que ces mots. Monsieur Larousse a toujours raison, et il y a tout intérêt à appuyer son propre discours sur Monsieur Larousse : on se présente ainsi comme un simple utilisateur de ce trésor commun qu’est le vocabulaire. À la fois on donne à son dire une allure modeste et on colore son dit d’une sorte d’évidence.

22Pour résumer ces explications de la fréquence des donc dans la parole à visée persuasive, je dirai qu’ils servent à améliorer l’image de l’orateur, son ethos. C’est par là qu’ils peuvent rendre la parole plus efficace. Ainsi, les recherches que M. Carel et moi menons actuellement sur les enchaînements argumentatifs dans la langue amènent à une vue de la rhétorique persuasive un peu différente de celle qui est traditionnelle dans la pensée occidentale. La conception habituelle place au sommet de la stratégie persuasive un logos, qui serait une forme affaiblie de la rationalité. Ce logos, manifesté par les enchaînements argumentatifs, aurait besoin, vu ses insuffisances, d’être complété par le recours à des facteurs irrationnels, l’ethos et le pathos. J’ai essayé de montrer, d’un point de vue purement linguistique, qu’un tel logos, non seulement est illusoire, mais que son existence même est une illusion. Les enchaînements argumentatifs du type donc relèvent autant du coup de force que les plus brutales affirmations. Leur efficacité persuasive, qui n’est d’ailleurs en rien négligeable, relève avant tout de l’effet qu’ils ont sur l’ethos. Bien loin que l’ethos vienne combler les insuffisances du logos, c’est le logos (si l’on entend par là les enchaînements en donc) qui est mis à profit par l’ethos : c’est en cela seulement qu’il peut servir l’argumentation, au sens rhétorique de ce dernier terme.

23Appelons pour simplifier platonicienne la recherche d’une vérité absolue, qui exigerait que l’on dépasse le langage, c’est-à-dire que l’on tente, sans même savoir si c’est possible, de « sortir de la Caverne »(car la vraie caverne, celle qui nous interdit le rapport avec la réalité, celle qui nous contraint à vivre au milieu des « ombres », c’est, pour moi, le langage). Appelons aristotélicien, de façon tout aussi schématique, l’espoir de trouver dans le discours, c’est-à-dire « à l’intérieur de la Caverne », une sorte de rationalité imparfaite, insuffisante, mais somme toute acceptable, vivable. Moyennant ces approximations, mon exposé s’inscrit dans une opposition systématique à l’optimisme rhétorique d’Aristote et de ses innombrables successeurs ; il souhaiterait promouvoir un retour à Platon et à une méfiance radicale vis-à-vis du discours.

Bibliographie

Références bibliographiques4

Anscombre, J.-C. et Ducrot, O., 1980, L’argumentation dans la langue, Liège / Bruxelles, Mardaga.

Carel, M., 1994, « L’argumentation dans le discours : argumenter n’est pas justifier », Langage et Société, n° 70, p. 61-81.

Carel, M. et Ducrot, O., 1999a, « Le problème du paradoxe dans une sémantique argumentative », Langue française 123 (« Sémantique du stéréotype », sous la direction de O. Galatanu et J.-M. Gouvard), p. 6-26.

Carel, M. et Ducrot, O., 1999b, « Les propriétés linguistiques du paradoxe : paradoxe et négation », Langue française 123 (« Sémantique du stéréotype », sous la direction de O. Galatanu et J.-M. Gouvard), p. 27-40.

Ducrot, O., 1994, « Les topoï dans la théorie de l’Argumentation dans la langue », in Plantin, C. (éd.), Lieux communs, topoï, stéréotypes, Paris, Kimé, p. 233-248.

Ducrot, O., 1995, « Les modificateurs déréalisants », Journal of Pragmatics vol. 24-1-2, p.145-165.

Ducrot, O., 1998, « Quand peu et un peu semblent coorientés : le cas de peu après et un peu après », in Leeman, D. et Boone, A. (éds), Du percevoir au dire (livre d’hommage à André Joly), Paris, L’Harmattan, p. 351-375. Repris dans les Cahiers de Linguistique Française 24, 2002, p. 207-229.

Ducrot, O., 1999a, « Sémantique linguistique et analyse de textes », Littérature 115, p. 114-125.

Ducrot, O., 1999b, « Argumentation et inférence », in Verschueren, J. (éd.), Pragmatics in 1998 : Selected Papers of the 6th International Pragmatics Conference, Vol. 2, Anvers, p. 117-129.

Ducrot, O., 2000, « La eleccion de las descripciones en semantica argumentativa lexica », Revista iberoamericana de Discurso y Sociedad, vol 2-4, dirigé par M.-M. Garcia-Negroni et M. Tordesillas, Edition Gedisa, Barcelone, p. 23-45. Version française dans Langages 142, 2001, « Critères argumentatifs et analyse lexicale », p. 22-43.

Ducrot, O., 2002, « Les internalisateurs », in Leth Andersen, H. et Nølke, H. (éds), Macro-syntaxe et macro-sémantique, Berne, Peter Lang, p. 301-322.

Notes

1 Dans la plupart de nos articles (voir notamment Carel et Ducrot, 1999a et b), M. Carel et moi appelons argumentations, non seulement les enchaînements en donc, que nous appelons aussi normatifs, mais également ceux en pourtant, cependant, malgré cela, que nous appelons transgressifs. Dans le présent article, je n’aurai pas besoin de considérer les seconds puisqu’il s’agit d’une comparaison avec l’argumentation rhétorique.

2 Il n’est pas nécessaire que A précède C, et j’appelle aussi argumentation un enchaînement « C puisque (car, parce que) A ».

3 On pourrait trouver cette remarque contradictoire avec ce que j’ai dit sur l’interdépendance entre ce qui précède et ce qui suit le connecteur, et arguer que le A suivi de « donc C » est sémantiquement distinct, d’après la théorie même que j’utilise, de celui qui est suivi de « pourtant non C ». Pour répondre, il faut faire remarquer que, dans les suites « A donc C », « A pourtant non C », « non A pourtant C » et « non A donc non C », qui constituent ce que nous appelons un carré argumentatif, l’influence de A et de C l’un sur l’autre est chaque fois la même. On peut le vérifier sur les exemples donnés plus haut.

4 [Note des éditrices] Pour une bibliographie plus exhaustive des travaux de O. Ducrot, on se reportera au volume préparé par M. Carel, Les facettes du dire. Hommage à Oswald Ducrot, Paris, Kimé, 2002, p. 12-23.

Auteur

Directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), a publié depuis le début des années 1970 de nombreux ouvrages, qui ont eu un grand retentissement dans le monde universitaire international : à titre d’exemple, il est l’auteur de Dire et ne pas dire (Hermann, Paris, 1972), La preuve et le dire (Mame, Paris, 1973). Il a écrit, avec J.-Cl. Anscombre, L’argumentation dans la langue (Mardaga, Bruxelles, 1983) et, en collaboration, Les mots du discours (Éditions de Minuit, Paris, 1980). Les travaux qu’il a menés, qu’il a impulsés ou qu’il a dirigés, se situent dans le domaine de l’argumentation et de la sémantique linguistique. Il a été, avec J.-Cl. Anscombre, à l’origine de la théorie de l’argumentation dans la langue et il développe actuellement l’aspect lexical de la théorie des blocs sémantiques construite par M. Carel

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540